GUIDE DU PASSAGE À LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DU PASSAGE À LA"

Transcription

1 Solidarité rurale du Québec est un organisme sans but lucratif qui fait la promotion de la revitalisation et du développement durable du Québec rural. Il s agit d une coalition formée d une vingtaine d organismes nationaux et de plusieurs organismes régionaux et locaux. La vision de SRQ se fonde sur une approche territoriale qui suppose l optimisation et le développement intégré des attributs de chaque région et de chaque communauté par un processus décisionnel laissant une place importante aux citoyens. Pour nous joindre : Solidarité rurale du Québec 85, rue Notre-Dame, bureau 204 Nicolet (Québec) J3T 1V8 Tél. : Téléc. : Courriel : Site : HORS SÉRIE Solidarité rurale du Québec Coordination : Sylvie Bellerose Recherche et rédaction : Diane Gravel Révision : Micheline Perron territorial Conception graphique et illustrations : Dominique St-Cyr Impression : Imprimerie M. Leblanc dialogue cartographie multifonctionnalité s inspirer repères gouvernance qualité de vie audace service itinérant complémentarité se saisir inusité accompagnement Printemps 2012 La publication de ce guide a été rendue possible grâce au Secrétariat aux affaires rurales et aux coopératives du Gouvernement du Canada. GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL engagement envisager TABLE DES MATIÈRES QU ON SE LE DISE! PARTIE 1 / ENVISAGER Des enjeux stimulants La vision des leaders La proximité des services en milieu rural Une cartographie des services PARTIE 2 / S INSPIRER À partir d un partage de repères Des initiatives qui illustrent le passage Du TAC au TIC PARTIE 3 / SE SAISIR Faire le tour du jardin Se donner des outils et des ressources En cette deuxième décade du millénaire, le passage à la proximité des services en milieu rural suppose un «ensemble de nouveaux possibles» en matière d accès aux services. Cette situation mérite un accompagnement dans le cheminement des façons de voir et de faire du développement. Voilà des considérations qui appuient encore un peu plus la nécessité d adopter une approche globale et intégrée en faveur du passage à la proximité des services en adaptant les infrastructures d accueil des services, en diversifiant l économie locale, en misant sur l attractivité du territoire, en assurant le désenclavement du territoire, et en partageant les rôles et le pouvoir entre les différents acteurs locaux.

2 REMERCIEMENTS Solidarité rurale du Québec salue le travail de l auteure Diane Gravel, une passionnée avertie en matière de développement. Elle tient à souligner tout spécialement l apport de Mary Richardson, Caroline De Hamel, Lise Roy de SRQ et Gisèle Bertrand du CEFRIO à la recherche, ainsi que de Micheline Perron à la révision. Nous remercions chaleureusement Jean-Guy Tessier et Bibiane Roy pour le temps qu ils ont accordé à la lecture du guide. Finalement, merci à Sylvie Bellerose de son regard avisé à la coordination du projet. QU ON SE LE DISE! Une façon réinventée de considérer l importance des SERVICES DE PROXIMITÉ en milieu rural nous amène à «retourner l ordre des choses» et nous occuper de la PROXIMITÉ DES SERVICES. C est que les nouvelles réalités de la deuxième décade du millénaire nous incitent à reprogrammer nos façons de voir et de faire. PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL Avec un recul d une vingtaine d années, il apparaît que les efforts consentis autour des services de proximité en milieu rural se sont généralement avérés des luttes pour le maintien de ces services «localisés au cœur du village». La notion de proximité des services rejoint cette exigence «pour assurer la survie du village», et elle comporte plusieurs sens additionnels 1 : 1. La proximité géographique et territoriale, ce qui revient à dire qu aux services de proximité «du village» se combine la desserte des services intermunicipaux et régionaux dans la localité 2 ; 2. Un sens relationnel, référant à un rapport personnalisé entre celui qui offre et celui qui reçoit le service, tel le formateur d une organisation régionale qui offre son service dans la bibliothèque de l école du village; 3. La proximité décisionnelle, c est-à-dire que lorsque l on met en place les services dans un souci de cohérence, l offre et la demande de services sont pensées et élaborées en dialogue avec les citoyens sur la base des besoins identifiés. La proximité décisionnelle permet donc une offre de services adaptée. Note : Dans cette publication, le genre masculin est utilisé sans discrimination dans le seul but d alléger le texte. 1. Gagnon, Éric, Présentation faite dans le cadre d une table ronde tenue lors de la 16 e Conférence nationale de Solidarité rurale du Québec à Montmagny, le 26 mars Voir aussi : 2. Dans ce document, le terme localité désigne le plan local d un point de vue géographique (généralement le territoire d une municipalité); plus loin dans le document le terme municipalité est utilisé pour désigner l instance administrative et politique de la localité; et lorsque nous utilisons le terme village, c est pour indiquer le lieu traditionnellement désigné pour la localisation des «services de proximité de base». Notons que le terme communauté est utilisé pour désigner un regroupement de personnes vivant sur un territoire. 2 GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL

3 LE PROPOS DE L AVIS OCCUPATION DES TERRITOIRES, SOLIDARITÉ RURALE DU QUÉBEC 3 Notre inspiration première pour «envisager autrement» les enjeux actuels et pour «envisager l avenir sous un nouvel angle» s appuie essentiellement sur l Avis Occupation des territoires. L intention est d apporter une valeur ajoutée à l Avis, en permettant le passage à l action. Ainsi, le présent guide constitue un complément important aux guides dédiés aux acteurs œuvrant au développement d un territoire en milieu rural et plus précisément, en matière de développement des services. À PROPOS DU GUIDE DE PASSAGE Notre point de vue est que la situation mérite un accompagnement dans le cheminement vers un nouvel idéal de proximité des services en milieu rural. L objectif de ce guide est de permettre, en trois temps, d ENVISAGER la situation sur la base d enjeux stimulants doublée d une vision proposée par des leaders; ensuite de pouvoir S INSPIRER, à partir d un partage de repères et d initiatives qui illustrent le passage; pour enfin SE SAISIR de la question de la proximité des services en réinventant nos approches et en se donnant des outils pour y arriver. DES PROPOS QUI EN DISENT LONG SUR L ÉTAT D ESPRIT PRÉCONISÉ DANS LE GUIDE D emblée, nous convenons que l avenir du développement rural est dans le développement des services. Illico, nous dévoilons ici que notre position est celle de la conviction que les ruraux peuvent changer le cours des choses et que nous avons confiance en l avenir. Notre position n est pas à mi-chemin entre le défaitisme et la rêverie que certains désignent comme étant «la réalité». Notre conviction est, pour paraphraser Lao Tseu, puisque la culture chinoise est d actualité, «qu il n y a pas de chemin vers la réussite, mais que la réussite est le chemin». QU ON SE LE DISE! 3. GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL 3

4 PARTIE 1 : ENVISAGER DES ENJEUX STIMULANTS Inspiré de l Avis Occupation des territoires, SRQ, juin 2010 Prendre le temps d envisager ce qui se profile de meilleur à l horizon revient à bâtir des passerelles entre les préoccupations d aujourd hui et les possibles désirables de demain. Faute de pouvoir alléger ce qui peut être considéré comme un fardeau, nous devons travailler à renforcer les épaules de ceux qui seront le monde de demain. L ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE Des signes encourageants! «Bonne nouvelle! Un enfant naît toutes les six minutes au Québec» 4. Voilà ce que nous pouvions entendre d une vidéo de 2010 captée sur le web, ce qui représente un taux de fécondité de 1,74 enfant par femme, taux inégalé depuis Le bilan de l année 2010 nous indique qu il y a eu «un peu plus de naissances ( ), que la population québécoise a atteint 7,9 millions de personnes et que si les tendances se maintiennent, le cap des 8 millions d habitants pourrait être franchi d ici la fin de l année 2011» 5. La situation actuelle n est pas celle du «Baby-boom» des années 50, mais elle représente bien un «Baby-jump». Quelques raisons semblent s imposer pour comprendre le phénomène : les garderies subventionnées; les programmes de soutien aux enfants; les congés parentaux plus longs; les politiques familiales municipales; le désir de fonder une famille. Parce que nous pouvions dénombrer nouveau-nés en 2006, il y a donc six ans, nous assistons maintenant à une hausse marquée des inscriptions à la maternelle. Le tableau qui suit permet d en apprécier la portée dans les régions rurales 6. Il va sans dire que pour les années à venir, la pression sur les services à la famille, à la petite enfance et aux jeunes va aller en augmentant. En 2021, l accroissement se traduira par quelque élèves de plus qu en 2010 pour les écoles primaires selon les prévisions du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport. Se doter de services qui répondent à ces besoins actuels crée assurément un effet attractif pour les familles; développer des services aujourd hui en vue des besoins de demain relève de la vision et de la cohérence. D autres indications en faveur du développement des services en milieux ruraux nous interpellent : dans son communiqué du 27 mars 2009, Solidarité rurale du Québec dévoilait les résultats d un sondage 7 suggérant que le monde rural serait convoité par près de urbains, et qu au nombre des services jugés indispensables par ces derniers, on mentionne la santé et l alimentation. De même, au nombre des services d importance, la disponibilité d Internet à haute vitesse est indiquée par 46 % des répondants. PRÉVISIONS DES INSCRIPTIONS À LA MATERNELLE EN , PAR RÉGION 8 RÉGION NOMBRE HAUSSE Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine % Centre-du-Québec ,2 % Laurentides ,9 % Chaudière-Appalaches ,2 % Outaouais ,9 % Laval ,8 % Saguenay-Lac-Saint-Jean ,5 % Lanaudière ,3 % Capitale-Nationale ,9 % Mauricie ,8 % Côte-Nord 916 5,8 % Abitibi-Témiscamingue ,5 % Montérégie ,4 % Montréal % Estrie ,4 % Nord-du-Québec 152 3,4 % Bas-Saint-Laurent % Si le spectre de la décroissance s estompe avec la poursuite des tendances récentes, il n en demeure pas moins que les défis démographiques se posent toujours avec autant d acuité : vieillissement de la population [proximité des services de santé et mobilité], [et les difficultés de] renouvellement de la main-d œuvre [services éducatifs] (...) 9. Qu à cela ne tienne, il n y a qu un pas à faire pour ouvrir la voie aux générations montantes férues de qualité de vie en milieu rural, riches de façons de voir et de faire immanquablement surprenantes et, de surcroît, sensibles à la richesse des rapports intergénérationnels avec ceux qui souhaitent ou qui choisissent de vieillir en milieu rural Réseau scolaire français, prévision des effectifs, Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL

5 PARTIE 1 : ENVISAGER DES ENJEUX STIMULANTS Inspiré de l Avis Occupation des territoires, SRQ, juin 2010 LE CONTEXTE DE LUTTE AU RÉCHAUFFEMENT La mobilité verte est en marche! Il n est pas venu le temps des bornes de recharge pour véhicule électrique 10 en milieu rural. En revanche, il serait temps d envisager quelques scénarios. En effet, le marché est actuellement embryonnaire mais en croissance. Le calcul de l inflation des coûts et des impacts environnementaux du pétrole n est plus à faire. Le positionnement rural et le soutien des initiatives dès les premiers stades d implantation seront déterminants pour alimenter la croissance de ce marché en milieu rural. Cette vue de l esprit en matière de transition énergétique n est pas de nature à nous distraire des défis actuels que représente la valeur transversale du transport (pour le travail, la santé, l enseignement, les loisirs) et l aménagement du territoire, puisque l offre et la desserte globale des services de proximité en milieu rural en dépendent et que l agroenvironnement et les entreprises de technologies vertes en découlent. «Le Québec finalise actuellement sa Stratégie gouvernementale d adaptation aux changements climatiques et son Plan d action » 11. Il est permis de croire que la mise à jour de la Politique québécoise du transport collectif 12 en sera une composante complémentaire, orientée vers l amélioration de la qualité des services offerts à la population rurale. LES MUTATIONS PROFONDES DE L ÉCONOMIE C est le début d un temps nouveau! Serait-il interdit de croire que l âge d or mono-industriel en milieu rural est révolu? Au demeurant, il est permis de croire qu un vent de révolution économique 13 souffle sur plusieurs des communautés rurales et sur des régions entières du Québec. Il s agit d une poussée par en avant, soutenue par «la diversification économique, la transformation locale et régionale des matières premières et le développement de nouveaux potentiels du territoire (énergie, tourisme et culture notamment)» 14. Dans cet ordre d idée, les mutations profondes de l économie, telles l économie verte, l économie du savoir et l économie sociale, représentent la diversification des formes de développement des services qui ne pourront que poursuivre la transfiguration du paysage socioéconomique de la ruralité. De surcroît, la proximité de services financiers à l écoute pour soutenir la relève entrepreneuriale et les entreprises sur leur terrain sera déterminante pour assurer des réussites. LA VITALITÉ SOCIALE Des «signes de bonne santé»! Les signes encourageants de l évolution démographique, le contexte stimulant des nouvelles économies, la montée d une relève socioéconomique créative qui explore de nouvelles pistes de développement durable et citoyen comme le circuit court en alimentation, l énergie renouvelable dans un environnement sain, le fait de forger un lien fort avec sa famille, ses amis et sa collectivité, de «faire des enfants» et d avoir des conditions d emploi décentes, toutes ces tendances à la hausse deviennent des enjeux qui ne sont pas des signes de morosité, mais bien de vitalité sociale. En clair, du point de vue des acteurs, un nouvel état d esprit s impose pour accentuer le renversement de la dévitalisation de nombreuses communautés rurales aux prises avec des situations économiques et sociales des plus vulnérables. Ceux qui parviennent à changer la donne se caractérisent non seulement par leur capacité à ne pas se laisser arrêter par les éteignoirs de tout acabit, mais aussi par leur habileté à provoquer en eux des états d esprit positifs, tels l enthousiasme, la curiosité, la passion et l humour. La suite logique sera de passer aux actes : trouver les leviers tels la mobilisation, le soutien et l expertise externe afin de passer à l action. Quel que soit l angle sous lequel les enjeux actuels du monde rural sont appréhendés, ils auront tous désormais un impact sur la configuration que devra prendre le panier de services en ayant en tête le renversement de direction que suppose la proximité des services GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL 5

6 PARTIE 1 : ENVISAGER LA VISION DES LEADERS Inspiré de l Avis Occupation des territoires, SRQ, juin 2010 Envisager l avenir des communautés rurales du Québec en faisant sienne une vision partagée et rassembleuse proposée par les principaux leaders du Québec 15 peut nous conduire droit au cœur des discussions sur les choix stratégiques du développement des services en milieu rural. Voici une illustration de ce que nous pouvons percevoir dans l œil des leaders nationaux qui regardent vers l avenir, une vision à partager avec les citoyens. Cette vision s incarne en quatre (4) considérations COMPLÉMENTAIRES ET INTERRELIÉES, dont le centre du prisme représente la zone d une approche de développement intégré. LEADERS VISION PARTAGÉE CITOYENS Des milieux de vie attrayants Des communautés interdépendantes Un engagement dans le développement durable Un ancrage culturel suscitant fierté et actions citoyennes 15. En 2010, les leaders des organisations nationales ont participé à une vaste consultation de SRQ sur l enjeu de l occupation des territoires du Québec. La vision s incarne en quatre considérations pour «prendre part à un nouvel élan de prospérité et de solidarité». 6 GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL

7 PARTIE 1 : ENVISAGER LA VISION DES LEADERS Inspiré de l Avis Occupation des territoires, SRQ, juin 2010 DES CHOIX STRATÉGIQUES DE DÉVELOPPEMENT DES SERVICES Connaître la vision des leaders permet avant tout de se l approprier. Pourquoi cette démarche? Parce que de cette vision découle leurs engagements et que ceux-ci visent à créer des conditions favorables ou nécessaires au développement et au déploiement des services en milieu rural. Connaître ces engagements revient à prendre conscience et à comprendre que nous pouvons demander, peut-être réclamer, exiger s il le faut, que soient actualisées ces responsabilités. Nous pouvons nous attendre à ce que des moyens et des outils additionnels soient mis à la disposition des communautés pour assurer la pleine prise en charge du développement de ses services. DÉFINITION DES QUATRE (4) CONSIDÉRATIONS DE LA VISION PARTAGÉE 16 Des milieux de vie attrayants : Un territoire considéré comme milieu de vie et générateur de ressources, d où l importance d habiter le territoire, d en vivre bien sûr, mais aussi d y vivre. Des communautés interdépendantes : L interdépendance à rénover entre la métropole et les régions, entre le milieu urbain et le milieu rural. L essor de tout le Québec repose sur la vitalité économique et culturelle de chacune de ses communautés, ce qui appelle à favoriser les complémentarités et une plus grande solidarité. L ancrage culturel, qui suscite l attachement et la fierté des citoyens pour leur milieu de vie, renforce l esprit de communauté et rappelle la richesse de la grande diversité des territoires. C est par la culture qu une appropriation collective de nos territoires est possible. Un engagement dans le développement durable bien ancré dans les territoires, pris en charge à tous les échelons, mobilisant les forces vives à produire et à consommer autrement, pour répondre aux aspirations des citoyens pour un environnement et des milieux de vie sains Chapitre 3, page 21. GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL 7

8 PARTIE 1 : ENVISAGER LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL Inspiré de l Avis Occupation des territoires, SRQ, juin 2010 L opportunité d établir une correspondance entre la vision des leaders nationaux et celle des citoyens nous incite à combiner dynamisation des leaders et mobilisation citoyenne pour développer et assurer l accès aux services en milieu rural. Dynamisation par les leaders pour... Descendant LA PRISE EN CHARGE LOCALE Mobilisation citoyenne dans... LE DÉPLOIEMENT DES SERVICES (Développer la proximité des services) Accès aux services Ascendant LA GESTION DE L OFFRE ET LE DÉVELOPPEMENT DES SERVICES Avec un tel mouvement descendant de services des pourvoyeurs et le mouvement ascendant des services selon les besoins identifiés par la communauté, l accès aux services est rendu possible par la prise en charge locale. Dans la vraie vie, cela signifie un renforcement du dialogue et un partage des responsabilités entre les instances des différents paliers. Regardons de plus près le processus de DÉPLOIEMENT DES SERVICES et celui de la PRISE EN CHARGE LOCALE. Développer la proximité des services relève de toutes les instances. Gérer l offre et travailler à l adaptation sur le terrain relève des municipalités selon une proximité décisionnelle. Organisations nationales Services de provenance nationale Organisations régionales Services de provenance régionale Organisations supralocales et intermunicipales Services de provenance des territoires avoisinants Développer la proximité des services avec l effort consenti par les grands réseaux nationaux et régionaux ET la capacité d accueil et de prise en charge des localités. Municipalité Garderie Épicerie Poste Gérer l offre de services intermunicipale, supralocale et régionale ET travailler à l adaptation des services de proximité. 8 GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL

9 PARTIE 1 : ENVISAGER LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL Inspiré de l Avis Occupation des territoires, SRQ, juin 2010 Dans l illustration des mécanismes de déploiement des services, articulés aux démarches de mobilisation de maintien des services, il apparaît indispensable de mettre en lumière les principales conditions à réunir pour maintenir le mouvement et opérer les passages vers la proximité des services. La connaissance des engagements des leaders nationaux Lors de la rencontre des leaders des organisations nationales sur l enjeu de l occupation des territoires le 22 avril 2010, les leaders ont exprimé un ensemble d engagements envers le développement des territoires 17. Le sens de ces engagements en faveur du développement systémique, global et intégré des services, révèle les passages à emprunter pour tirer un maximum d assises génératrices de retombées de nos réseaux territoriaux et nationaux. La modulation des programmes et des services Dans le même ordre d idée et au même moment, SRQ recommandait au gouvernement du Québec d adopter une approche proactive et systématique à la modulation de ses interventions ( ) et elle proposait un traitement distinct pour l adaptation des services publics visant à assurer un accès équitable sur l ensemble du territoire. Ce traitement doit notamment comprendre la définition d un panier de services de base et la modulation de leur financement 18. Il apparaît heureux ici de joindre état des engagements des leaders et besoins de modulation des programmes et des services. On peut envisager une plus grande communauté d intérêts pour identifier et suivre les besoins, entraînant une plus grande cohésion gouvernementale. Sur le ton de l aveu à moitié pardonné, l application d une «clause de modulation» inviterait à «se sortir de la délinquance intelligente» que des communautés territoriales adoptent pour assurer leur survie. La connaissance des programmes nationaux et des services régionaux La méconnaissance des services est un fait coutumier. Pour cette seule raison, le développement et le maintien des services sont compromis. Effectivement, nous n aurions peut-être pas l idée de prévoir un kiosque à l entrée des bureaux du centre d action bénévole le vendredi après-midi pour que s y installe une nutritionniste, sans savoir que cette proximité du service est possible. Et si le fait de le demander permettait de créer cette opportunité La spécificité des besoins de la communauté en termes de services Il revient aux communautés d identifier, de faire connaître et de répondre à la spécificité de leurs besoins en matière de service. Prenons l exemple des services de soutien aux entreprises : la ressource se déplacera chez l un pour répondre à un besoin de mettre sur pied une coopérative de services. Pour un autre, la ressource mettra à profit son expertise pour aider une entreprise familiale à assurer sa relève. Nous sommes à cent lieues du «kit mur à mur» des sessions offertes à une échelle régionale. DES CONDITIONS À RÉUNIR L organisation des infrastructures d accueil pour loger les services itinérants ou occasionnels On déplace un service au lieu de déplacer les personnes, et ce, sur la base d un horaire qui correspond au besoin et à la disponibilité des utilisateurs. Pour faire image, il pourrait s agir de rendre accessible un local à l école pour la coiffeuse ou d utiliser la bibliothèque municipale pour la dispense de formations du Centre d éducation aux adultes régional. 17. Liste des engagements des leaders dans 18. Idem GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL 9

10 PARTIE 1 : ENVISAGER UNE CARTOGRAPHIE DES SERVICES Des services à la carte! L illustration d un ensemble de services rendus possibles dans les localités du point de vue du désenclavement du territoire : voilà la valeur ajoutée d une cartographie de «services à la carte!» Dans la cartographie de la page ci-contre, le DÉSENCLAVEMENT est représenté par un cadre de nature perméable, qui laisse envisager une ouverture «au monde qui vient à nous» et un rayonnement de sa présence dans le monde. Ce cadre permet également d indiquer les principales infrastructures de base, les assises qui concourent à l établissement des installations et des équipements nécessaires à l activité humaine du territoire : ROUTES PONTS EAU ÉLECTRICITÉ POSTE TÉLÉCOMMUNICATIONS, ETC. La première condition de réussite du désenclavement repose sur L OFFRE des instances supralocales, régionales et nationales dans la desserte de services vers les localités, qui passe régulièrement par la voie de l adaptation des services à la source et dans l espoir d une plus grande modulation des programmes gouvernementaux. Une autre condition première est la capacité des localités à GÉRER L OFFRE externe de services et, avec la même intensité, D IDENTIFIER LES BESOINS DE LA COMMUNAUTÉ ET D ADRESSER DES DEMANDES de services pour y répondre. La cartographie se présente en quatre grands services intégrés soit : SERVICES DE SANTÉ SERVICES ÉDUCATIFS SERVICES SOCIAUX SERVICES COMMERCIAUX, entrecroisés par les SERVICES TRANSVERSAUX que sont le TRANSPORT et l INTERNET. L ensemble repose sur un fond de sécurité, assuré par les services de POLICE POMPIERS AMBULANCE. Pour chacun des quatre (4) grands services de la cartographie, on repère un ensemble de services généralement reconnus comme essentiels ou de base. Ces services peuvent relever des secteurs PUBLIC; PRIVÉ; PUBLIC / PRIVÉ; ASSOCIATIFS. Pour les volets ÉDUCATIFS SOCIAUX COMMERCIAUX, la «carte» du haut à droite se détache de son ensemble : c est qu il s agit de «services apparentés» au bloc de services. Il est de bon aloi de préciser ici «la place à part» qu occupent les services municipaux. Infrastructures et services y sont indissociables et nombre de services s attachent à plusieurs champs d activités. D autres sont exclusivement du ressort de la municipalité et ont un impact hautement significatif sur la qualité de vie globale de la communauté. Surtout, la municipalité détient des leviers déterminants en ce qui a trait à la gouvernance des services, l aménagement du territoire, l environnement et la complémentarité. Elle détient les clés de la vitalité de sa communauté. En voici un aperçu qui laisse transparaître «la modernisation de la gouvernance», s actualisant à travers une démocratie participative. GOUVERNANCE Consultation, animation, mobilisation Loisirs Vie communautaire Culture Travaux publics Infrastrucures et SERVICES Aménagement du territoire Ententes intermunicipales Loisirs, vie communautaire et culture Exemples : salle communautaire, parc, bibliothèque, maison des jeunes, etc. Aménagement du territoire Exemples : zonage, habitat et patrimoine bâti, etc. Travaux publics Exemples : entretien des bâtiments, des routes, etc. Ententes intermunicipales Exemples : écocentre, transport adapté et collectif, sécurité, etc. 10 GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL

11 PARTIE 1 : ENVISAGER UNE CARTOGRAPHIE DES SERVICES Des services à la carte! ILLUSTRATION D UN ENSEMBLE DE SERVICES RENDUS POSSIBLES DU POINT DE VUE DU DÉSENCLAVEMENT DU TERRITOIRE DU TERRITOIRE Police Pompiers - Ambulance ROUTES PONTS EAU ÉLECTRICITÉ POSTE TIONS Info-santé Centre hospitalier CLSC CHSLD Aux aînés Aux jeunes Centre jeunesse SERVICES DE SERVICES Médecins de famille Pharmacie (et commercial) Soutien à domicile Ressources communautaires et Associations Logements sociaux et pour personnes âgées Aux familles Petite enfance (Garde en milieu familial et CPE) Écoles primaires École secondaire Postsecondaire Essence Garage Dépanneur Épicerie Quincaillerie SERVICES SERVICES Loisirs et sports Patrimoine et Culture Formation des adultes et professionnelle Intégration à l emploi Services juridiques Services financiers aux personnes et aux entreprises, notamment les entreprises d économie sociale Salon de coiffure Restauration ROUTES PONTS EAU ÉLECTRICITÉ POSTE Police Pompiers - Ambulance ROUTES PONTS EAU ÉLECTRICITÉ POSTE GUIDE DU PASSAGE À LA PROXIMITÉ DES SERVICES EN MILIEU RURAL 11

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes :

d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes : Axes et priorités Les quatre enjeux deviennent les axes de développement à la base du plan d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes : Axe 1 - Agir

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Collaborer à distance grâce aux TIC Des partenariats t novateurs pour promouvoir la santé dans les écoles

Collaborer à distance grâce aux TIC Des partenariats t novateurs pour promouvoir la santé dans les écoles Collaborer à distance grâce aux TIC Des partenariats t novateurs pour promouvoir la santé dans les écoles Julia Gaudreault-Perron, chargée de projet Le CEFRIO Centre facilitant la recherche et l innovation

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 Portrait sommaire de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 ÉVOLUTION ET CARACTÉRISTIQUES DE L EFFECTIF INFIRMIER Inscription au Tableau de l OIIQ Le nombre de membres se maintient à plus de 72 000 Le

Plus en détail

Document d information Appel de projets Pacte rural 2015 : Politique d investissement

Document d information Appel de projets Pacte rural 2015 : Politique d investissement Document d information Appel de projets Pacte rural 2015 : Politique d investissement Lancement de l appel de projets : 12 février 2015 Date limite dépôt des dossiers : 6 mars 2015 Résumé Dans le cadre

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique

Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique Positif 1. Quel regard portez-vous sur l Acte pour le Marché Unique? «L acte pour le marché unique est une démarche

Plus en détail

Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb

Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb DESCRIPTION DU PROJET Programme AMBASSADEURS

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches

Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches Document mis à jour en avril 2014 Table de matière 1. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 3 1.1 PRÉSENTATION DU FONDS RÉGIONAL D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Contexte et mandat. Politique nationale de la ruralité 2007-2014 :

Contexte et mandat. Politique nationale de la ruralité 2007-2014 : Contexte et mandat Politique nationale de la ruralité 2007-2014 : mise en place du groupe de travail sur les communautés dévitalisées Mandat : Recenser l information existante et pertinente pour les communautés

Plus en détail

Des milliers d emplois à l horizon

Des milliers d emplois à l horizon Des milliers d emplois à l horizon Journée annuelle d admission en formation professionnelle - 17 novembre 2010 Présentation o CSMO-Auto en quelques mots o Portrait de l industrie des services automobiles

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM

Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM Plan de présentation Mission du FAQDD Programmation III Programme Actions en développement durable Programme Partenariat

Plus en détail

Tableau de bord de l expédition

Tableau de bord de l expédition 2003-2006 Octobre 2004 COMMISSION SCOLAIRE DES HAUTS-BOIS-DE L OUTAOUAIS UNE GRANDE EXPÉDITION 2003-2006 INTRODUCTION GÉNÉRALE 2003-2006 Quelques constats préliminaires Le taux de redoublement a diminué

Plus en détail

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec L événement Deux jours pour le leadership jeunesse offre à quelque 200 jeunes leaders des écoles secondaires EVB-CSQ

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

L expression. de la diversité. municipale au Québec. www.umq.qc.ca

L expression. de la diversité. municipale au Québec. www.umq.qc.ca L expression de la diversité municipale au Québec 1 2 3 4 5 6 7 8 3 4 1 2 3 4 5 8 9 1 2 3 4 5 1 2 3 0 0 2 1 2 1 2 1 6 1 9 2 8 3 7 4 6 5 www.umq.qc.ca Depuis sa fondation en 1919, l Union des municipalités

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES

CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES Le crédit d impôt pour les activités de transformation est prolongé jusqu au 31 décembre pour les régions ressources éloignées

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec

Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec 2013 Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec Présenté à la Commission de l économie et du travail, de l Assemblée nationale du Québec Présenté le 17

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité FONDS ÉMERGENCE FÉ Le Fonds émergence vise à soutenir la préparation de projets d entreprise ou les activités nécessaires à la concrétisation de projets afin de diversifier et développer l économie locale.

Plus en détail

Logement de transition avec suivi intensif:

Logement de transition avec suivi intensif: Logement de transition avec suivi intensif: de nouveaux partenaires pour innover Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

L entreprenariat collectif : une force à ne pas négliger

L entreprenariat collectif : une force à ne pas négliger L entreprenariat collectif : une force à ne pas négliger André Leclerc Chaire des caisses populaires acadiennes en gestion des coopératives Université de Moncton Campus d Edmundston et Faculté d Administration

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE

CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE Ministère de l Éducation, du Sport et du Loisir Argumentaire Préparé par Michel Comeau, Directeur

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Analyse transversale Portraits régionaux des entreprises d économie sociale en aide domestique

Analyse transversale Portraits régionaux des entreprises d économie sociale en aide domestique Analyse transversale Portraits régionaux des entreprises d économie sociale en aide domestique Déposée au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire Avril 2011 Analyse

Plus en détail

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre P A HI S S S T C R I ON M Ê IR E ULT U R A MO V ÉM E O IR E UR S AV OI R E LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE Plan d action sur le livre OCCUPATION : DÉVOREUSE DE LIVRES VOTRE LIBRAIRE, AUTEUR DE PETITS BONHEURS

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de MÉMOIRE présenté à la Commission nationale d examen sur l assuranceemploi Le 12 juillet 2013 Ce document

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

s investir pour la relève

s investir pour la relève s investir pour la relève campagne majeure de financement 2009-2013 objectif : 2 000 000 $ S investir pour la relève Mot de la présidente de campagne En Estrie, les étudiants ont la chance de recevoir

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau. Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF. 19 juin 2013. Les objectifs de la conférence

Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau. Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF. 19 juin 2013. Les objectifs de la conférence Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF 19 juin 2013 Les objectifs de la conférence La conférence de Gatineau visait à stimuler la discussion

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Automne 2014 UN PROGRAMME PERTINENT ET NÉCESSAIRE Les besoins de logements abordables

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET

Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET ADOPTÉE LE 9 SEPTEMBRE 2009 MODIFIÉE EN MAI 2012 Le Forum jeunesse Estrie est soutenu financièrement par le gouvernement

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2017

Plan stratégique 2012-2017 Plan stratégique 2012-2017 Présentation Le Plan stratégique 2012-2017 présente ce que Polytechnique Montréal s'engage à accomplir durant les cinq prochaines années dans le but de poursuivre sa mission,

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

MÉMOIRE L ORGANISATION DU TRANSPORT COLLECTIF DANS LA MRC DE L ASSOMPTION

MÉMOIRE L ORGANISATION DU TRANSPORT COLLECTIF DANS LA MRC DE L ASSOMPTION MÉMOIRE L ORGANISATION DU TRANSPORT COLLECTIF DANS LA MRC DE L ASSOMPTION PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DU PROJET PLAN D AMÉNAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT MÉTROPOLITAIN PMAD 13 OCTOBRE 2011 1 INTRODUCTION La communauté

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1.1 Introduction.. 1. 1.2 Profil des familles de Stanstead 2. 1.3 Nature de la politique 3. Volet 1 : Prendre racine à Stanstead

TABLE DES MATIÈRES. 1.1 Introduction.. 1. 1.2 Profil des familles de Stanstead 2. 1.3 Nature de la politique 3. Volet 1 : Prendre racine à Stanstead PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE SOUTIEN AUX FAMILLES DE LA VILLE DE STANSTEAD EN COLLABORATION AVEC LA CAISSE DESJARDINS DE STANSTEAD DANS LE CADRE DE SA POLITIQUE DE BIENVENUE Projet rédigé par : Le

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 3 PROFIL DES RÉPONDANTS... 4 PROVENANCE DES FORMATIONS... 5 SATISFACTION À L ÉGARD DE LA FORMATION...

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent

Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent dans le cadre des audiences publiques de la Commission des transports du Québec à la suite de la demande de la compagnie Orléans Express visant

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE

RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE Position du Regroupement des jeunes gens d'affaires du Québec sur le projet de loi no 140 Loi sur l assurance parentale Document soumis

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

1 277 organisations québécoises ont sensibilisé 740 487 personnes et ont mobilisé 52 242 participants, dont 10 349 jeunes

1 277 organisations québécoises ont sensibilisé 740 487 personnes et ont mobilisé 52 242 participants, dont 10 349 jeunes Qu est-ce que le Défi Climat? La plus vaste campagne de mobilisation pour la lutte aux changements climatiques au Québec; Des centaines d entreprises, d institutions publiques et d organismes de toutes

Plus en détail

www.csst.qc.ca En cas d accident ou de maladie du travail... voici ce qu il faut savoir!

www.csst.qc.ca En cas d accident ou de maladie du travail... voici ce qu il faut savoir! www.csst.qc.ca En cas d accident ou de maladie du travail... voici ce qu il faut savoir! Qu arrive-t-il si je dois m absenter à la suite d un accident du travail? M on revenu Vous recevrez une indemnité

Plus en détail

Parlons assurance. Taux de prime

Parlons assurance. Taux de prime Parlons assurance Taux de prime 2010 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux entreprises établies au Québec. Cette assurance obligatoire

Plus en détail

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC Faites partie de la plus grande campagne de sensibilisation du public aux bienfaits des sciences de la vie L innovation en santé : des

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail