financement des collectivités locales Un marché en friche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "financement des collectivités locales Un marché en friche"

Transcription

1 DOSSIER financement des collectivités locales Un marché en friche L'offre à long terme de La Banque Postale et les alternatives aux prêteurs traditionnels peinent à émerger. par Amélie Laurin Acte I, octobre 2008 : Dexia, sauvé de la faillite, doit renoncer à sa place de leader mondial du financement des collectivités locales. Acte II, début 2011 : les banques commerciales se mettent elles aussi à réduire leurs prêts au secteur public local, pénalisés par les futures règles de liquidité de Bâle III. Acte III, octobre 2011 : victime d une nouvelle crise de liquidité, Dexia est voué au démantèlement ; sa filiale française Dexia Crédit Local (DCL) doit servir de terreau à une banque publique des collectivités. L épilogue de cette tragédie bancaire n est pas encore écrit. Demande en baisse La nouvelle banque publique est encore en chantier : une coentreprise entre la Caisse des dépôts (CDC) et La Banque Postale (LBP) devait permettre à cette dernière de commencer à financer des collectivités fin mars, puis fin juin. A cette date, la filiale de La Poste s est finalement lancée seule. Pour le moment, elle propose uniquement des lignes de trésorerie mais «les crédits de court terme sont vitaux pour les collectivités car elles ne peuvent pas placer leur encaisse et doivent pratiquer la trésorerie zéro», rappelle Michel Klopfer, président éponyme du cabinet de conseil. «On réinvente la séparation originelle entre le Crédit Local et la CDC», estime Philippe Rogier, fondateur du cabinet PublicFinance. De son côté, l agence de financement obligataire des collectivités, l autre grand projet, reste très hypothétique (lire page 27). Dans ce contexte, «les collectivités ont anticipé leurs besoins de financement en début d année et l on constate un net repli de la demande, explique Olivier Gavalda, responsable du pôle caisses régionales chez Crédit Agricole SA (CASA). Elle devrait atteindre cette année non pas 18 milliards d'euros mais 15 milliards pour les crédits moyen-long terme.» La plupart des acteurs du marché constatent un repli de l'ordre de 20 %. Dès lors, «les besoins des collectivités seront couverts cette année, à l exception peut-être de certaines situations particulières, dans des collectivités déjà très endettées», prédit Olivier Gavalda. Comme en 2008 et comme l an dernier, le gouvernement a débloqué des enveloppes d urgence puisées dans les fonds d épargne de la CDC. Après 2 milliards d euros annoncés en avril, une deuxième tranche de 3 milliards est disponible cet automne (dont au moins 500 millions pour les hôpitaux). «La hausse du plafond du Livret A pourrait permettre à la CDC de continuer à prêter aux collectivités pour pallier les carences du marché, sous forme d enveloppe 24 L agefi hebdo / du 4 au 10 octobre 2012

2 D un coup d œil Entre le chantier de la banque publique des collectivités et l'incertitude entourant la future agence de financement, les besoins de financement, anticipés par les acteurs, font l'objet d'un net repli p.24 à 26 Le projet d'agence de financement des collectivités locales divise. Bercy y est opposé. Matignon devrait arbitrer prochainement. p.27 Les émissions obligataires sont une alternative à la raréfaction du crédit bancaire mais ne concernent encore que peu d émetteurs p.28 Face à la croissance des dépenses des collectivités locales, la Cour des comptes préconise une série de mesures pour mieux maîtriser leurs budgets p.29 Laurent Grandguillot/REA La CDC et les émissions obligataires prennent le relais des Caisses d'epargne et du Crédit Agricole Les banques ont prévu de prêter 9 à 10 milliards d euros aux collectivités cette année. Crédit Mutuel Dexia BNP Paribas (2 %) CDC (4 %) Société Générale Crédit Agricole *dont financement obligataire % de prêts en 2010 ou non, confie une source proche des discussions. La décision sera prise d ici à fin octobre.» En attendant, difficile de savoir si les enveloppes 2012 seront consommées. Dans chacune, un milliard doit théoriquement être distribué par les banques commerciales. A fin septembre, elles avaient seulement refinancé environ 350 millions d euros de prêts auprès de la CDC, selon la source. Tenir les objectifs Les banques ont pourtant promis de prêter 9 à 10 milliards d euros aux collectivités cette année. Société Générale et le Crédit Mutuel Arkéa se sont quasiment retirés du marché, selon plusieurs observateurs. Les deux poids lourds, Crédit Agricole et Caisses d Epargne, se sont engagés à maintenir leur production 2011, déjà en baisse (voir les graphiques). Au bout du compte, tous deux pourraient accorder jusqu à 8,5 milliards d euros. Avec les enveloppes CDC et les émissions obligataires (lire page 28), elles pourraient couvrir les besoins. 8 % 11 % 8 % Autres* (2 %) 22 % BPCE (surtout Caisses d'epargne) 43 % Banques étrangères (2 %) Banque européenne d'investissement Financement obligataire BNP Paribas (3,4 %) CDC 5,9 % 7,7 % Société Générale AFD (1 %) BPCE (surtout Caisses d'epargne) 19,5 % % de prêts en ,1 % 22,1 % 12,6 % 5,4 % 7,3 % Dexia Crédit Mutuel Crédit Agricole Source : Observatoire Finance Active de la dette 2011 et 2012 (panel de 1000 collectivités locales) Au Crédit Agricole, «à fin août, notre production au secteur public local, y compris les hôpitaux, atteignait 2 milliards d euros contre 1 milliard à fin juin, sous l effet de tirages plus importants cet été, dévoile Olivier Gavalda. Notre objectif de production de 3,5 milliards reste valable». Pour cela, la banque verte a été la première à lancer, fin juin, un fonds commun de titrisation (FCT) pour transférer 80 % des créances nouvelles des collectivités concernées vers son assureur Predica. Sur les 1,875 milliard d euros prévus, «nous avons débloqué 350 millions d euros le 19 septembre, indique le responsable de CASA. Nous avons lancé une deuxième tranche de l opération fin septembre, pour cinq semaines, en abaissant le seuil minimal des prêts à 3 millions d euros». Selon nos informations, le u du 4 au 10 octobre 2012 / L agefi hebdo 25

3 DOSSIER financement des collectivités locales Une centaine de salariés de DCL pour LBP REA dispositif aurait été élargi aux syndicats intercommunaux et la banque espère cette fois placer 500 millions d euros. Soit, au total, à peine la moitié de l enveloppe prévue. Quant à la société de crédit foncier (SCF) Public Sector enfin lancée par le groupe, elle s adresse pour le moment uniquement à des crédits export Chez BPCE, «au 30 juin, nous avions accordé 3 milliards d euros de prêts moyen-long terme, en avance sur notre objectif de 4 milliards, assure Cédric Mignon, directeur du développement de la Banque des décideurs en région des Caisses d'epargne. Nous avons annoncé mi-septembre un milliard d euros complémentaire provenant d une part d un FCT, lancé avec la banque de financement et d investissement de Natixis, d autre part du recours à la SCF du Crédit Foncier». Dans ce cas, les Caisses d'epargne devraient profiter de la «place» disponible à l actif d obligations déjà émises. Le FCT fonctionnera sur le même principe que celui du Crédit Agricole, mais les investisseurs et le montant restent confidentiels. Reste à savoir si l offre sera adaptée aux besoins des clients et promue par les caisses régionales. «Comme au Crédit Agricole, elles restent réticentes à ce type d initiative car elles veulent continuer à choisir leurs clients et à pratiquer des marges commerciales très élevées», estime un bon connaisseur du secteur. «Le Crédit Mutuel Arkéa a lui aussi lancé un fonds de titrisation destiné aux collectivités notées ou qui s engagent à l être, pointe Grégoire Vincenot, consultant au cabinet Michel Klopfer. Il propose une marge de 270 points de base (pb) sur Rencontre avec... Henri Emmanuelli, président de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts «Les collectivités locales n intéressent plus beaucoup les banques» propos recueillis par Sylvie Guyony L enveloppe de 3 milliards d'euros qui vient d être mise à la disposition des collectivités préfigure-t-elle une forme d intervention pérenne de la Caisse des dépôts? Cette enveloppe destinée aux collectivités locales et aux établissements de santé est une conséquence du désengagement de Dexia qui jouait un rôle central dans leur financement. C est la seconde de l année. Au total, notre intervention s élève à 5 milliards d euros, issus des fonds d épargne. A moins d un impondérable, il ne devrait pas y en avoir d autre. Les besoins sont-ils donc couverts? Les collectivités locales assurent 70 % de l investissement public et contribuent fortement à remplir les carnets de commandes des entreprises de travaux publics et du bâtiment. Avec le faible taux de croissance attendu, il ne s agit pas de ralentir. Or nous sommes face à une anomalie : sur le terrain, les élus expliquent REA qu ils ne trouvent pas suffisamment de crédits auprès des banques. A la Fédération bancaire française, on montre des chiffres conformes aux engagements, soit environ 11 milliards d euros de nouveaux prêts. J aimerais comprendre comment chacun fait ses comptes. Le secteur bancaire doit atteindre les ratios de liquidité de Bâle III qui rendent plus difficiles les financements à long terme Les banques préfèrent accorder des crédits immobiliers peu chers aux particuliers et récupérer ainsi leurs comptes de dépôts. La trésorerie des collectivités locales, elle, est logée dans les comptes publics du Trésor. Dans le passé, les banques trouvaient intérêt à financer les collectivités lorsque leurs marges étaient élevées et dans la mesure où le risque était faible. Aujourd hui, les marges sont faibles, et en l absence de dépôts, ces mêmes collectivités locales n intéressent plus beaucoup les banques. Les considérations sur la réglementation de Bâle III viennent après. Euribor contre autour de 150 pb pour les émissions obligataires des grandes collectivités et 300 pb pour les crédits bancaires classiques sur quinze ans.» Ces derniers sont plus ou moins calqués sur les prix, élevés, des enveloppes CDC ; ce qui n'est toutefois pas le point de vue du président de sa commission de surveillance (lire ci-contre). Encore des incertitudes chez Dexia LBP non plus ne fera pas de cadeaux aux collectivités. «Plus vous aurez besoin de prêts longs, plus ce sera cher. Mais l idée est que les marges soient transparentes. Nous sommes à l aise avec l idée de compétition avec d autres banques, le marché et un jour l agence (de financement des collectivités, NDLR), a expliqué Philippe Wahl, président du directoire, devant les élus de l Association des maires des grandes villes de France. La vitesse de croisière va dépendre du rythme d investissement des collectivités, mais nous avons l intention d inscrire LBP comme la banque des collectivités.» Cette année, outre un milliard d euros de lignes de trésorerie déjà accordées à début septembre (pour 3,2 milliards demandés), LBP ne devrait prêter que 1 à 1,5 milliard d euros à long terme, sur ses propres ressources. La banque devra se passer encore quelques mois des compétences de DCL, en attendant la décision de la Commission européenne sur le plan de démantèlement de Dexia. Une nouvelle mouture sera présentée fin octobre à Bruxelles, qui devrait statuer d ici au 31 janvier. «Nous discutons encore du contrat de prestation de services avec LBP, confie une source proche de Dexia. Il concerne le système de notation des communes, les informations sur les débiteurs, etc.» En tout cas, LBP pourrait recruter 80 salariés de DCL. Pour le moment, ils représentent environ la moitié de son équipe composée d'une trentaine de personnes basées à Issy-les-Moulineaux. L avenir du véhicule de refinancement de DCL, DexMa, semble quant à lui tranché : à terme, DCL ne restera pas actionnaire, aux côtés de la CDC, de LBP et de l Etat, du «nouvel établissement de crédit» qui doit reprendre DexMa et 376 salariés de DCL. Les 9,6 milliards d encours toxiques de DexMa devraient également être transférés à DCL, qui bataille pour obtenir le feu vert de la Commission européenne à une production résiduelle. Celle-ci doit lui permettre de renégocier les crédits des collectivités à problème. Une manière d éviter contentieux et impayés (140 millions d euros depuis le début de l année) qui creusent les pertes. 26 L agefi hebdo / du 4 au 10 octobre 2012

4 L agence des collectivités achoppe sur la garantie de l Etat Bercy est opposé au projet, au contraire du Ministère de la Décentralisation. Matignon devrait arbitrer prochainement. par Jérémie Marais Le gouvernement n a pas accordé ses violons sur le projet d agence de financement des collectivités locales, porté par plusieurs associations d élus depuis D un côté, Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l Etat et de la Décentralisation, s est dite favorable à sa création, «à condition qu il n y ait aucune mise en cause de la responsabilité de l Etat». Anne- Marie Escoffier, sa ministre déléguée, a elle aussi confié, en marge des récentes Assises des petites villes de France, que la porte n était pas fermée. De l autre côté, le Ministère de l Economie garde le silence. Ses services se sont toujours opposés au projet, selon certains élus. Interrogé par L Agefi lors d une réunion avec les présidents de régions, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a laissé entendre qu une telle agence était moins nécessaire car une «solution» avait été trouvée avec la nouvelle banque des collectivités locales. Ces dernières pourraient être fixées en octobre, échéance à laquelle le gouvernement doit apporter une réponse globale à leur problème de financement. Dans un rapport publié en février, les services de Bercy ont mis en garde contre la «responsabilité juridique implicite mais directe» de l Etat si l agence était détenue par un Epic (établissement public à caractère industriel et commercial) local, comme les élus le proposent. D où l idée de Marylise Lebranchu d une «structure à statut mutualiste» à la place de l Epic. «On peut imaginer une telle structure détenant l agence, même si son coût de financement pourrait être légèrement plus élevé, estime Yves Millardet, banquier conseil secteur public chez Natixis. Mais il est indispensable qu il y ait deux structures. La première, dirigée par les élus locaux, déciderait des grands principes ; la seconde, une société anonyme constituée de professionnels, lèverait des fonds sur les marchés et prêterait aux collectivités.» Risque systémique Selon le même rapport, «l Etat ne pourra pas abandonner une structure dédiée au financement des collectivités, et au cas où celle-ci atteindrait une taille importante, courir un risque systémique sur le compartiment du financement à long terme de l économie». Or pour Olivier Landel, délégué général de l Association d étude pour l Agence de financement des collectivités locales (AEAFCL), «l Etat sera mieux protégé s il a les collectivités en premier rideau plutôt qu une structure relevant du droit de la faillite comme Dexia». Dans le schéma proposé par l AEAFCL, trois niveaux de garantie sont prévus : l agence serait suffisamment capitalisée pour honorer ses engagements Des présidents de région et Jean-Marc Ayrault à la sortie de l Elysée le 12 septembre. Le Premier ministre doute de la nécessité d une agence ad hoc. pendant un an, l Epic disposerait d une ligne de liquidité pour rembourser les investisseurs en cas de retards de paiement, et les collectivités membres garantiraient, dans la limite de leurs encours, les prêts de l agence en cas de défaut. Pour Franck Claeys, chargé de mission finances à l Association des maires de grandes villes de France, la position de Bercy s explique par son souhait de «contrôler le financement des collectivités, à travers la Caisse des dépôts, REA grâce aux enveloppes spéciales de prêts sur fonds d épargne». Or ces prêts coûtent 280 ou 300 points de base au-dessus de l Euribor 3 mois, contre 60 à 80 prévus par l AEAFCL (avec les conditions de marché de juin 2011) si l agence obtient une note «AA+». «Nous avons toujours dit qu il fallait diversifier les sources de financement et faire jouer la concurrence», ajoute Olivier Landel. A terme, l objectif est que l agence lève 25 % des besoins annuels du secteur local, soit environ 5 milliards d euros (estimation haute). Les plus grandes collectivités pourraient être réticentes à s allier à d autres moins bien notées. C est le cas de la région Ile-de- France (bien que l Association des régions de France soutienne l AEAFCL), qui a levé en mars 350 millions d euros à 125 pb au-dessus du midswap. «Si L objectif l agence lève 5 milliards d euros par an, aucune collectivité ne se financera moins cher qu elle, assure Yves Millardet. Quant au risque de mise en jeu des garanties, il est intéressant à étudier mais c est une hypothèse d école et tout sera prévu si cela se produit. L agence permettrait aussi de mutualiser les frais d entretien des programmes EMTN (avocats, banques, agences de notation et personnels dédiés). En Suède, la ville de Göteborg, notée et utilisant un programme EMTN, vient d ailleurs de rejoindre l agence Kommuninvest, créée en 1989, en raison de ses conditions de financement structurellement plus avantageuses.» Les représentants de l AEAFCL ont demandé au Premier ministre le dépôt prochain au Parlement d un projet de loi, nécessaire à la création de l agence, alors que «l investissement public local souffre du resserrement du crédit bancaire et de son renchérissement». Ils ont malicieusement rappelé que la communauté urbaine de Nantes Métropole et la communauté d agglomération du pays de Montbéliard, auparavant présidées par Jean-Marc Ayrault et Pierre Moscovici, étaient membres de leur association. L agence pourrait être intégrée à la loi sur la décentralisation, censée être présentée en Conseil des ministres début novembre. Quoi qu il en soit, elle devrait encore obtenir l agrément de l Autorité de contrôle prudentiel, ce qui peut prendre au moins neuf mois. est que l agence lève 25 % des besoins annuels du secteur local du 4 au 10 octobre 2012 / L agefi hebdo 27

5 DOSSIER financement des collectivités locales Le recours à l obligataire se multiplie Ce marché constitue une alternative à la raréfaction du crédit bancaire. Mais il ne concerne encore qu un petit nombre d émetteurs. DR par Xavier Diaz Apanage traditionnel de gros acteurs comme la ville de Paris ou la région Ile-de-France, les émissions de collectivités territoriales se sont multipliées ces dernières années. «Depuis 2009, elles sont très actives sur ce marché, souligne Jérôme Pellet, directeur marché de dette et de capitaux chez HSBC France. Cela s inscrit dans une tendance de long terme vers une diversification des outils de financement face à une offre bancaire plus difficile d'accès.» Avec une nette accélération cette année. Déjà 1,4 milliard d euros ont été émis pour une vingtaine d obligations (800 millions l an dernier). «2012 est marquée par des volumes importants, le retour de collectivités comme la ville de Marseille ou la région Paca et l arrivée d'acteurs de taille comme la région Rhône-Alpes», note Audrey Sebban, director en origination obligataire de Crédit Agricole CIB. Ainsi, l'ile-de-france a placé en mars dernier la plus importante émission obligataire jamais réalisée par une collectivité locale pour 350 millions d euros (voir le tableau). «Pour que ce marché continue de se développer, il faut notamment des opérations de taille significative pour répondre au besoin de liquidité des titres exigé par les investisseurs», ajoute Audrey Sebban. Pour les attirer, certaines collectivités réalisent des émissions ISR (investissement socialement responsable). La région Nord-Pas-de-Calais, pionnière dans ce Rencontre avec... Jean-Jacques Treels (g.), directeur général adjoint ressources financières et logistiques, et Baptiste Le Nocher (d.), directeur de la gestion financière à la région Nord-Pas-de-Calais «Le label ISR permet d'attirer de nouveaux investisseurs» En quoi l'émission obligataire du Nord-Pas de Calais est-elle ISR? Le caractère ISR (investissement socialement responsable) est avant tout lié au projet politique de l institution et aux compétences et missions de la région dans les territoires. Il se décline dans les programmes d investissement (transports ferroviaires, bâtiments HQE - Haute qualité environnementale -, biodiversité ) pour Boom des émissions obligataires des collectivités Principales émissions obligataires par des collectivités locales en France depuis le début de l année Emetteur (échéance) Montant (en mns ) Coupon (en %) Ile-de-France (2023) 350 3,63 Ville de Marseille (2022) Rhône-Alpes (2024) Région Paca (2024) 119,5 3,6 Ville de Paris (2027) Région Paca (2023) 52 4,15 Ville de Paris (2032) 50 3,5 Région Pays de la Loire (2022) ,4 md ont été émis par 11 collectivités locales françaises sur le marché obligataire au travers de 20 émissions Sources : FCL, banques lesquels nous sollicitons ce financement et nous amènera à rendre compte chaque année aux investisseurs de leur état d'avancement. Par ailleurs, la région bénéficie d une notation extra-financière «AA++» décernée par BMJ Rating. Ce label permet d attirer des investisseurs, qui font l'objet d'une certification ISR à la fois pour l'origine de leurs fonds mais aussi pour leurs critères de placement. domaine en 2008, vient d'effectuer un placement de 80 millions d euros à 12 ans (lire l'entretien). Les investisseurs domestiques à la recherche de taux cibles à long terme, comme les assureurs, sont les candidats naturels à ce type d émissions qui offrent, en général, une bonne qualité de notation (au-dessus de «A»), des maturités longues (plus de 10 ans) et des rendements intéressants (spread de 170 points de base - pb - en moyenne au-dessus des midswaps). «Les obligations sont une alternative qui bénéficie d un arbitrage favorable en termes de coût», explique Jérôme Pellet. Car même à ce niveau de prime, le coût pour une collectivité reste bien inférieur à celui d un emprunt bancaire. L écart est en moyenne de 100 pb. Pour un emprunt de 100 millions à 12 ans avec un coupon de 4 %, l économie totale est de 8 millions d euros environ. Regroupements «Pour pouvoir prétendre au marché obligataire ou à des placements privés, il faut avoir un volume annuel d au moins 20 millions d euros d émissions, précise Etienne Favre, directeur de mission au cabinet de conseil FCL- Gérer la Cité. Or il n est pas recommandé d aller chercher la totalité des besoins de financement sur le marché obligataire, de sorte que les collectivités doivent avoir des besoins globaux annuels d au moins 30 millions.» Mais cela concerne de plus en plus d'acteurs : les régions, une grande partie des départements et les villes, et même les communautés d agglomération comme Cergy-Pontoise qui a été la première à le faire. Certaines collectivités ont trouvé une solution : se regrouper pour réaliser des émissions conjointes mais non solidaires. Un projet mené par une cinquantaine de collectivités devait à l'origine permettre de lever un milliard d euros. Cette émission devrait être lancée dans les prochains jours par les banques chef de file Crédit Agricole, DR HSBC et Natixis mais sur des bases moins ambitieuses. Le nombre de collectivités intéressées et le montant placé seront au final limités alors que l émission, qui devait être notée, ne le sera pas. Ce qui explique en partie le manque d intérêt de collectivités notées. En effet, la prime réclamée par les investisseurs devrait être plus élevée. Malgré ce demi-échec, le marché obligataire des collectivités locales devrait continuer à progresser, représenter au moins 2 milliards d euros d émissions annuelles d'ici à deux ans et couvrir plus de 10 % de leurs besoins de financement. En 2012, les émissions obligataires pourraient atteindre 1,5 à 1,7 milliard, un record. 28 L agefi hebdo / du 4 au 10 octobre 2012

6 La Cour des comptes veut ausculter les finances publiques locales Face à la croissance des dépenses des collectivités, le Palais Cambon préconise une série de mesures pour mieux maîtriser leurs budgets. par Nathalie Halpern Après les comptes de l Etat et de la Sécurité sociale, la Cour des comptes se penche sur les finances publiques locales. Ses magistrats ont décidé de publier à partir de septembre 2013 un rapport spécifique sur les finances et les comptes des collectivités locales. «Il s agira d un rapport annuel de synthèse avec des recommandations, sur le modèle de nos rapports sur les finances de l Etat et sur celles de la Sécurité sociale», explique Jean-Philippe Vachia, conseiller maître à la Cour et président de la formation interjuridictions finances publiques locales. Cette formation composée d une douzaine de personnes a été créée il y a un an afin d améliorer le suivi des finances locales. Pourquoi cet intérêt? A l heure où l Etat entame une cure d austérité budgétaire pour tenter d atteindre l objectif d un déficit public de 3 % du PIB en 2013, les magistrats du Palais Cambon estiment que l ensemble des administrations publiques doit y participer, y compris les régions, les départements et les communes. Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, l a rappelé le 7 septembre, lors d une audience solennelle. Afin de rendre le redressement «moins difficile et plus juste», il faut y «faire participer chacune des catégories d administration publique - nationales, locales, sociales», a-t-il déclaré. Réduire les dépenses de personnel Les collectivités locales sont d autant plus concernées que la moitié de leurs ressources sont apportées par l Etat. Sur les 234 milliards d euros qu elles ont dépensés en 2011, quelque 100,77 milliards ont été financés grâce aux transferts financiers de l Etat. Or jusqu à présent, les collectivités n ont pas participé à l effort de rigueur. Le chantier de la certification Lancé par Philippe Séguin, le projet de la certification des comptes des collectivités locales revient à l ordre du jour. L objectif est de certifier d abord les comptes de quelques grandes collectivités volontaires, sous l égide de la Cour des comptes. Les commissaires aux comptes veulent s associer au projet et viennent de proposer au gouvernement et à Didier Migaud, premier président de la Cour des Dérapage? Dépenses de personnel des collectivités locales en mds 60 Régions 50 Groupements de communes 40 à fiscalité propre Départements Sources : DGFiP, DGCL comptes, d apporter leurs compétences sur le volet technique. «Nous souhaitons devenir le corps de contrôleurs de la Cour des comptes», explique Serge Anouchian, président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes de Paris. Face à l opacité des comptes des collectivités, il préconise la mise en place d un référentiel comptable commun. Malgré la crise des finances publiques, un accès plus difficile au crédit et les incertitudes liées à la réforme de la fiscalité locale, leurs dépenses ont continué de progresser en 2011 et en 2012, d après le dernier rapport de la Cour des comptes sur les finances publiques. Tirées par les dépenses de personnel, les charges de fonctionnement des collectivités ont globalement progressé de 2,7 % en 2011 et devraient augmenter de 2,1 % cette année. La lanterne rouge revient aux communes. Sur fond d échéances électorales, leurs charges de fonctionnement Communes ont augmenté de 4,5 % en 2011, dynamisées par leurs dépenses de personnel (+7 %). Quant à leurs dépenses d investissement, elles ont augmenté de 6,1 %. Face à cette situation, les collectivités doivent réduire leurs dépenses de personnel, juge la Cour. Pour ce faire, il faut arrêter d augmenter les effectifs et les salaires, recommande-t-elle en rappelant qu entre 2002 et 2009, pas moins de emplois nets ont été créés - hors effet de la décentralisation - dans les collectivités locales, surtout dans les communes. Fixer un objectif financier Autre chantier : afin de mieux maîtriser et contrôler les budgets, il faudrait également améliorer la fiabilité et la transparence de l information financière locale. Les comptes publiés par les collectivités ne sont souvent pas assez détaillés, d où une certaine opacité. Aussi Didier Migaud prône-t-il la certification des comptes des collectivités locales par la Cour des comptes (lire l'encadré). Un souhait partagé par François Hollande. Le président de la République a indiqué vouloir «accélérer la certification des comptes des collectivités locales, au moins sur la base du volontariat avant une généralisation». Enfin, afin d obliger les collectivités à faire des efforts, la Cour préconise une réforme plus structurelle, portant sur le mode de gouvernance. Dans le système actuel, les administrations publiques bénéficiant de l autonomie de gestion ne sont pas associées à l effort que doit réaliser l Etat. Aussi faudraitil «établir un cadre conventionnel entre l Etat et les collectivités locales, avec un objectif financier de dépenses pour les collectivités», estime Jean-Philippe Vachia, conseiller maître. Un peu sur le modèle de l objectif des dépenses (Ondam) fixé à la Sécurité sociale chaque année. Cette proposition, qui vient s inscrire dans la réflexion menée sur la réforme de l Etat dans le cadre de l acte 3 de la décentralisation, fera grincer des dents du côté des élus locaux, soucieux de leur indépendance en matière de gestion. du 4 au 10 octobre 2012 / L agefi hebdo 29

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Financement des Entreprises publiques locales. Avril 2015

Financement des Entreprises publiques locales. Avril 2015 Financement des Entreprises publiques locales Avril 2015 Sommaire Synthèse 3 Partie 1 Le financement des Epl 4 Repères 5 Partie 2 Le recours au marché bancaire en 2014 et perspectives 2015 6 Souscription

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES Entre : - L Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, Ministre de l économie, de l industrie et de l emploi, - La Médiation du crédit aux

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

I. D un marché très intermédié peu régulé à un marché contraint et moins attractif

I. D un marché très intermédié peu régulé à un marché contraint et moins attractif Les difficultés d accès au crédit Introduction Sous l effet conjugué de la crise financière, de l évolution anticipée des règles prudentielles et des difficultés des dettes souveraines, les collectivités

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014 Charte Euro PP (placements privés) Bercy, le 30 avril 2014 Michel Sapin ministre des Finances et des Comptes publics Arnaud Montebourg ministre de l Economie, du Redressement productif et du Numérique

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites ÉPARGNE SALARIALE SOLIDAIRE Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Avec un encours de 3,15 milliards

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Pour un audit local Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Menu du jour Les administrations locales Prêts structurés et prêts toxiques Le passage obligé de l audit Le cas du Loiret Les

Plus en détail

CONSEQUENCES DE LA CREATION D UNE AGENCE DE FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES

CONSEQUENCES DE LA CREATION D UNE AGENCE DE FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES REPUBLIQUE FRANÇAISE R A P P O R T A U P A R L E M E N T F E V R I E R 2 0 1 2 CONSEQUENCES DE LA CREATION D UNE AGENCE DE FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES 2 Sommaire 1. EVOLUTION DE L OFFRE ET DE

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Directeur général adjoint en charge des finances et services généraux du conseil régional des Pays de la Loire Contexte La région des Pays de

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

DOCUMENTATION FINANCIERE Relative à un Programme d émission de

DOCUMENTATION FINANCIERE Relative à un Programme d émission de DOCUMENTATION FINANCIERE Relative à un Programme d émission de CERTIFICATS DE DEPOT d un plafond de 125 Millions d Euros et de BONS A MOYEN TERME NEGOCIABLES notés d un plafond de 125 Millions d Euros

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : La Banque Postale élargit son offre de financement aux prêts moyen/long terme

FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : La Banque Postale élargit son offre de financement aux prêts moyen/long terme COMMUNIQUE DE PRESSE Dijon, le 8 novembre 2012 FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : La Banque Postale élargit son offre de financement aux prêts moyen/long terme En présence de Monsieur Pierre Moscovici,

Plus en détail

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Pascal Ferron : vice-président BAKER TILLY France Henri du Clary

Plus en détail

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française!

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! «Éthique et responsabilité sociale des banques : aux confins de leur responsabilité juridique» (Colloque

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Information réglementée* Bruxelles, Paris, 20 octobre 2011 7h30 Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Le conseil d'administration de Dexia s est réuni ce jour et a pris connaissance de l évolution

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION ODT

GUIDE D UTILISATION ODT GUIDE D UTILISATION ODT Chapitre 1 : Observatoire de la dette I- Données générales sur la dette Chiffre d affaires Indiquer le chiffre d affaires de l EPS. Cette donnée correspond aux recettes générées

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE

ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE Numéro 02 Lundi 08 Mars 2010 Votre bi-mensuel d actualités et de conseils des marchés financiers SOMMAIRE Tableaux de bord des taux P.3 Actualités financières

Plus en détail

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013. Avril 2014

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013. Avril 2014 Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013 Avril 2014 Avertissement Ce document peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie du Crédit Mutuel

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Communiqué de presse Paris le 1 er juin 2015 Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Le Fonds Stratégique de Participations

Plus en détail

Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15%

Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15% Communiqué de presse Paris, le 29 avril 2014 Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15% Hausse des revenus locatifs de la Foncière de 41,7 % à périmètre courant (- 0,8 % à périmètre

Plus en détail

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne Synthèse et analyse des propositions du rapport Liikanen octobre 2012 Sommaire 1 Une réponse pragmatique à la nécessaire réforme structurelle

Plus en détail

Le Plan d Epargne Interentreprises

Le Plan d Epargne Interentreprises Le Plan d Epargne Interentreprises Sommaire Qu est ce qu un Plan d Epargne Interentreprises (PEI)? page 3 Que pouvez-vous verser dans le PEI? page 4 Comment votre épargne est-elle investie? page 6 Pouvez-vous

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. 1. Description du programme d émission 3 2. Description de l Émetteur 6 3. Certification des informations fournies 10 Annexes 11

TABLE DES MATIERES. 1. Description du programme d émission 3 2. Description de l Émetteur 6 3. Certification des informations fournies 10 Annexes 11 TABLE DES MATIERES 1. Description du programme d émission 3 2. Description de l Émetteur 6 3. Certification des informations fournies 10 Annexes 11 2 1 DESCRIPTION DU PROGRAMME D EMISSION Article D. 213-9,

Plus en détail

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique 3 Éditorial «Le numérique est aujourd hui dans tous les usages : les transports, les entreprises, les loisirs, les objets connectés, l accès à l information, les smartphones, etc. Mais il n est pas dans

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois!

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois, Des actifs monétaires aux marchés actions, la gamme des FCP Insertion Emplois de Mirova* vise à concilier

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

EN CLAIR. Le guide de ceux qui entreprennent autrement PLACEMENTS. n 02. bien. comment

EN CLAIR. Le guide de ceux qui entreprennent autrement PLACEMENTS. n 02. bien. comment EN CLAIR Le guide de ceux qui entreprennent autrement n 02 PLACEMENTS comment bien 2 en clair Placements : clés pour choisir Livrets d épargne, comptes à terme, titres de créance négociables, OPCVM Il

Plus en détail

Refinancement de la dette du Groupe

Refinancement de la dette du Groupe Refinancement de la dette du Groupe Syndication de la dette du Groupe sur 7 ans et diminution de la dilution des actionnaires Latécoère a conclu un accord avec ses banques portant sur le refinancement

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-66 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 13 juillet

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE NE PAS DIFFUSER AUX ETATS-UNIS D AMERIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 4 juin 2007 LANCE LA SECONDE TITRISATION DE RISQUE D ASSURANCE AUTOMOBILE SUR UN PORTEFEUILLE PANEUROPEEN annonce le lancement de

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Fonds de prêts à l économie réelle

Fonds de prêts à l économie réelle Septembre 2014 Fonds de prêts à l économie réelle Chiffres clés du «prêt entre particuliers» au niveau mondial 10 8 6 4 2 0 Production annuelle de crédits pour les 5 premières plateformes de prêts (en

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

La Région construit pour l avenir Emprunt régional : une réussite citoyenne «Ce que vous nous avez confié porte déjà ses fruits

La Région construit pour l avenir Emprunt régional : une réussite citoyenne «Ce que vous nous avez confié porte déjà ses fruits La Région construit pour l avenir Emprunt régional : une réussite citoyenne «Ce que vous nous avez confié porte déjà ses fruits» Conférence de presse sur le bilan de l emprunt obligataire régional suivie

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

ARVIGE RAPPORT DE GESTION. Exercice 2006

ARVIGE RAPPORT DE GESTION. Exercice 2006 ARVIGE RAPPORT DE GESTION Exercice 2006 Le présent rapport a été approuvé par le conseil d administration d ARVIGE qui s est tenu le 24 avril 2007, sur convocation de son Président, Monsieur Yves CHEVILLOTTE.

Plus en détail

Comment financer la relance des entreprises?

Comment financer la relance des entreprises? Atelier N 7 Comment financer la relance des entreprises? 9 Juillet 2015 M. Lionel TESSON, Expert Comptable M. Ludovic CONTIN, NATIXIS FACTOR M. Hervé BACHELOT LALLIER, Banque Populaire Atlantique Sommaire

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine

Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine Communiqué de presse Paris (France), le 5 Juin 2014 Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine Eurosic SA (Eurosic) annonce ce jour la signature

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com 10 questions / réponses Le livret du Factoring TLG GROUPE FINANCIER www.tunisiefactoring.com a le plaisir de vous faire parvenir ce livret sur le factoring (ou affacturage) qui reprend, en synthèse, une

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats premier semestre 2013. Septembre 2013

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats premier semestre 2013. Septembre 2013 Groupe Crédit Mutuel Arkéa Septembre 2013 Avertissement Ce document peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie du Crédit Mutuel Arkéa. Ces projections

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Mon futur à composer Cardif Multiplus Perspective Mon assurance vie diversifiée aujourd hui pour mes projets de demain Cardif propose Cardif

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Les SCPI dans l univers des placements

Les SCPI dans l univers des placements Les SCPI dans l univers des placements La performance des SCPI Les SCPI ont pour vocation de restituer au porteur de parts la performance de l immobilier d entreprise. Par rapport à l acquisition directe

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

ETABLISSEMENT DE CREDIT AGREE EN QUALI TE DE SOCI ETE FINANCIERE Société Anonym e à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de ¼175 000 000

ETABLISSEMENT DE CREDIT AGREE EN QUALI TE DE SOCI ETE FINANCIERE Société Anonym e à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de ¼175 000 000 qph 75,0(675( 5$33257'8',5(&72,5( $8&216(,/'(6859(,//$1&( &2037(675,0(675,(/6 ETABLISSEMENT DE CREDIT AGREE EN QUALI TE DE SOCI ETE FINANCIERE Société Anonym e à Directoire et Conseil de Surveillance au

Plus en détail

Gestion de la dette et de la trésorerie

Gestion de la dette et de la trésorerie Association des maires du Territoire-de-Belfort Gestion de la dette et de la trésorerie Belfort, le 4 octobre 2012 Intervention de Patrice LALANNE Ancien conseiller du Président du Sénat Consultant formateur

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail