Le directeur par intérim de l INION, docteur en science politique D.V. Efremenko a accordé une interview à l édition réseau «Première nationale»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le directeur par intérim de l INION, docteur en science politique D.V. Efremenko a accordé une interview à l édition réseau «Première nationale»"

Transcription

1 Le 26 juillet Le directeur par intérim de l INION, docteur en science politique D.V. Efremenko a accordé une interview à l édition réseau «Première nationale» Deuxième partie : INION après l incendie et les projets du futur En quoi consiste la spécificité du système d information de l INION? Notre production essentielle est la création des bases de données bibliographiques en sciences sociales qui contiennent près de 5 millions de notes. C est le fondament de notre «cycle de production» qui prévoit le travail avec de nouveaux livres, l édition de l index bibliographique, des compte-rendu des monographies, articles et d autres publications qui représentent l intérêt pour la communauté scientifique. Pour cette raison nous éditons la Revue des compte-rendu qui comporte 9 séries selon les disciplines. Ce travail donne la base à l activité analytique. L Institut a développé le travail classique académique. Les écoles en sciences politiques, en histoire de la littérature et en histoire de la science formées à l INION sont connues et reconnues. Nous en sommes très fiers et nous devons concerver ce capital. Quels types de nouveaux produits l Institut se propose-t-il de créer dans les années à venir? Quelles sont les nouvelles tendances dans le travail d information et de recherche? Tout d abord nous devons reconstituer le fonds des livres et effectuer leur numérisation. Nous allons continuer le travail avec l index bibliographique et en plus nous allons créer de nouvelles bases de données liées avec le monitoring de l activité scientifique en sciences sociales et humaines qui prendra en compte l information concernant les projets de recherche effectués dans les Insituts d Etat et les Universités russes, les bourses de recherche, les programmes d enseignement en disciplines sociales. Il ne s agit pas d une simple collecte de données mais

2 d une analyse permanente et une comparaison avec ce qui est fait dans ce domaine à l étranger. Nous voulons renforcer notre travail analytique. La modernisation de l activité scientifique et d information doit donner une impulsion au développement des recherches en histoire de la science et en sciences sociales. Cette niche n est pas occupée aujourd hui. Vous venez de parler des nouvelles initiatives dans le domaine de la publication y compris la projection sur le niveau international. Est-ce que INION planifie une activité d information scientifique à l échelle internationale? Ce problème est d actualité. Nous avons besoin d un centre qui pourrait informer la communauté internationale scientifique sur le développement des sciences sociales et humaines en Russie. La difficulté de l intégration de la communauté scientifique russe dans la communauté internationale résulte de l absence de promotion de nos recherches sur le marché international. Il s agit des publications en anglais. Pour resoudre ce problème il ne suffit pas de stimuler les publications des auteurs russes chez les éditeurs étrangers. On pourrait activer les publications des auteurs russes en anglais en Russie. L INION dans la perspective aurait pu devenir un médiateur qui présenterait à la communauté internationale l information sur le développement des sciences sociales et humaines en Russie. Comment doit se développer la communication entre la science et la société? Ce problème a apparu dès que la science soit devenue l institut social. C était l époque quand l Académie française et Royal Society ont été créées. La communication est nécessaire pour le développement de la science. Elle assure la compréhension par la société du travail effectué par les chercheurs. Il faut créer un mécanisme de coopération entre la société et la science qui puisse assurer la résolutions des tâches pratiques et la croissance de la connaissance scientifique. La communauté scientifique russe a un grand travail à effectuer, il s agit de

3 l information de la société, de la lutte contre la pseudoscience et du soutien RP des projets spécifiques. Dans ce processus notre Institut aurait pu jouer un rôle important. Dans le système de l Académie des sciences INION occupait une place particulière. Il était directement administré par le Présidium de l Académie des sciences de Russie. Oui. Aujourd hui le Présidium de l Académie des sciences assure la direction scientifique de l Institut. La réforme de l Académie des sciences se poursuit. Quelle place dans ce processus appartient à l INION? C est une question difficile. La réforme avait pour but l optimisation de l administration de l activité scientifique dans notre pays. Dans quelle mesure cette tâche est résolue c est une question à part. Dans le cadre de la réforme nous voyons l Institut comme un grand Centre de l information scientifique qui non seulement fonctionne comme bibliothèque mais propose aux chercheurs un large spectre de services. Nous espérons jouer un rôle important dans le développement des recherches en science politique, en politique régionale, en étude de la Russie, en élaborant de nouvelles méthodes en sciences sociales. Est-ce que l Institut planifie la coopération avec l Institut de l INTERNET, la Ligue de la securité, les éditions réseaux qui jouent un grand rôle dans la formation de

4 l espace informatique mondial? Est-ce que l INION planifie la création de sa propre édition réseau? La création de notre propre édition réseau est une tâche qui doit être résolue dans le cadre de la modernisation de nos ressources sur Internet. Mes collègues travaillent actuellement sur la conception d une telle revue. La coopération avec d autres réseaux est très importante. Aujourd hui l Internet représente un espace central de communication entre la science et la société. Il faut non seulement assurer la présence permanente des chercheurs dans le réseau mais la «colonisation» de l Internet par la communauté des chercheurs. En refléchissant sur notre activité nous avons compris qu il serait logique de créer une encyclopédie en sciences sociales accéssible à tout le monde. Pourtant se pose la question de la concurrence avec Wikipedia. Concurrence, pourquoi pas? Est-ce que tous les articles en sciences sociales publiés par Wikipedia sont de qualité? Même dans la version anglaise de Wikipedia ils ne sont pas très nombreux. Dans notre cas les articles seraient écrits par des spécialistes qualifiés. L Institut va participer dans ce projet mais tout seul ne sera pas capable de l effectuer. Cette tâche est réalisable à condition de la cooopération de plusieurs instituts. Est-ce que vous avez discuté ce projet avec la direction de l Académie des sciences, l Agence fédérale des institutions scientifiques? Est-ce qu il y avait des propositions de leur côté? Nous avons formulé cette proposition dans le cadre du programme de la modernisation du travail de notre Institut. Le 6 avril nous avons eu une réunion de travail avec la participation du chef de l Agence Mikail Mikailovitch Kotukov. Nous avons formulé notre proposition au Bureau des sciences historique et philologique de l Académie des sciences de Russie. Quel rôle va jouer l INION dans cette conception? Cela dépend surtout du cadre dans lequel cette idée va se réaliser. Soit ça pourrait être un projet pilote limité qui n englobe qu une discipline et un nombre de participants modeste, un

5 ou deux instituts. Soit, s il s agit d une initiative d échelle, le rôle de l INION va consister à remplir la base de données bibliographiques, à assurer la navigation et le suivi du standart unique lors de la préparation des articles encyclopédiques. Il est à noter que le personnel de l INION a une grande expérience dans la préparation des articles encyclopédiques pour les différentes éditions. Il s agit de la «Grande encyclopédie Russe», de l encyclopédie «Culturologie». Nous faisons des thésaurus de recherche et d information qui représentent des dictionnaires du lexique normalisé pour le traitement informatique suivant. Nous avons dans ce domaine une réserve considérable qui puisse être réalisée dans le cadre d un grand projet avec la participation de plusieurs organisations scientifiques et d enseignement. Et si on revient aux médias électroniques Le 1 octobre le gouvernement est tenu de présenter au Président de Russie le projet du programme visant le développement de l Internet. Est-ce qu il y a eu des propositions de la part de l INION à ce propos? Je suppose que le projet de la création de l encyclopédie numérique en sciences sociales puisse représenter un apport considérable dans la préparation de ce programme. Nous sommes prêts à présenter des propositions plus détaillées à l Agence Fédérale des organisations scientifiques et à l Académie des sciences, au gouvernement et à l Administration du Président. Est-ce que l INION pourra regagner ses positions dans tous les domaines et rétablir l envergure de son activité? C est une question difficile. On ne peut pas entrer une seconde fois dans le même fleuve, a dit Héraclite. D une part il paraît important de faire durer les traditions, de sauvegarder le potentiel de l activité de recherche et d information qui est unique dans notre pays. C est une base pour proposer aux chercheurs un large éventail de produits et de services de ce type. D autre part il faut attirer de nouvelles forces, de nouveaux cadres capables de proposer des idées, de créer de nouveaux produits d information qui puissent rivaliser avec les produits des autres centres ou même être hors concours. Nous sommes maintenant dans une situation très difficile, y compris du point de vue financier. Cela concerne tous nos collaborateurs. Mais nous n avons pas d alternative à la

6 réalisation d un programme ambitieux et sérieux visant la modernisation de l activité d information et de recherche. Et je suis sûr que nous allons nous acquitter de cette tâche. Victoria Sotskova Première partie. INION : la vie après l incendie et les projets de futur - Dmitry Valerievitch, depuis deux mois vous travailler comme directeur par intérim de l INION. Avez-vous pu s adapter au travail, surtout dans les domaines que vous ne connaissiez pas avant. - Oui, bien sûr. Je n ai pas eu le temps de me préparer. Tout de suite après l incendie une commission extraordinaire a été créée et j ai été son adjoint en chef. Je connaissais bien la situation d «après l incendie». Certainement, la responsabilité du directeur de l Institut est beaucoup plus grande que celle des autres collègues. Je me vois obligé de travailler dans les domaines qu avant 2015 je ne connaissais pas. Je ne peux pas dire que la situation est idéale, mais avec l aide des collègues on arrive à trouver des solutions efficaces. Quelles étaient les premières décisions prises? Il fallait achever l évacuation du fonds des livres du bâtiment incendié. Aujourd hui ce travail est terminé. Les livres et les revues mouillés sont transportés dans les congélateurs, ils resteront là-bas jusqu au moment de la restauration par le séchage. Vu le volume la dimension du fonds ce travail prendra du temps. Je voudrais préciser : quelles sont les pertes réelles, est-ce que c est toujours le chiffre du mois de février? Nous avons aujourd hui les données plus exactes. Les paramètres de chaque lot transporté dans le congélateur ont été fixés dans les actes. En tout nous avons transporté dans les congélateurs près de 900 tonnes. Les pertes du fonds des livres de l INION représentent 5,7 millions de pièces. Mais il faut analyser la structure des pertes. La première estimation de la structure n a pas changée : les pertes difficiles à restaurer représentent 15%. L autre part se compose des exemplaires doubles qu on devait retrancher ou des livres qu on peut trouver dans d autres bibliothèques, ils sont donc accessibles aux lecteurs. Donc ce sont les mêmes chiffres qu au début? Oui. La correction a été minimale. - Pouvez-vous estimer les dépenses de l Institut en ce qui concerne la reconstruction (réparation) du bâtiment et l évacuation des livres? déblaiement Aujourd hui le coût des dépenses liées à l évacuation du fonds des livres, au dépasse 100 millions de roubles. Malheureusement il s agit des dépenses de

7 première urgence. Pour conserver et restaurer les livres, pour reconstruire le bâtiment nous aurons besoin des sommes plus importantes. Combien de temps faut-il pour rétablir le travail de l Institut : le complètement du fonds des livres, le travail normal des chercheurs? Le rétablissement du travail de l Institut fut le premier but de l Agence fédérale des institutions scientifiques et de l administration de l Institut. Ce but est réalisé : nous exécutons le plan prévu par l Etat pour l année 2015, nous publions nos éditions, produit essentiel de l Institut. Il s agit de l index bibliographique, des revues des compte-rendus, des revues scientifiques - «Science politique», «La Russie et le monde contemporain», «Les problèmes de l Europe», «La Revue de la critique littéraire» inscrites sur la liste de la Commission supérieure d attestation. Nous allons réaliser tous les travaux prévus pour l an 2015, mais nous le faisons dans les conditions de l installation temporaire. Ce ne sont pas les mêmes conditions que nous avions dans notre ancien bâtiment. Nous comptons beaucoup sur la restauration du bâtiment de Nachimovski prospekt et espérons y retourner un jour. C est à ce moment que la bibliothèque pourra travailler pleinement. Pourtant notre bibliothèque fonctionne. Les lecteurs ont accès à 4,5 millions de livres dans les bibliothèques de 21 filiales de l INION situées dans les instituts de l Académie des sciences. Est-ce qu on a prévu les travaux de restauration des livres et leur mise sous forme éléctronique? Bien sûr. La restauration des livres et la modernisation du travail de l Institut sont deux éléments importants de notre projet. Le travail dans ces deux domaines suit une «carte routière» dont la première étape comprend le rétablissement du travail de l Institut dans les conditions temporaires et l évacuation du fonds. L étape suivante est la restauration des livres mouillés et leur mise sous forme numérique. Ces tâches demandent des ressources, leur réalisation prendra du temps. Nous avons commencé la numérisation des livres rares et des plus précieux. Le travail de numérisation sera effectué dans le cadre du vaste programme de l Agence fédérale des institutions scientifiques qui a pour but de créer les copies numériques des livres des bibliothèques du ressort de l Agence. Il s agit de la création d une bibliothèque scientifique électronique qui sera complétée par des copies électroniques provenant de différentes bibliothèques. Est-ce que ce projet rivalise avec le projet de la Bibliothèque Nationale électronique dont l idée est avancée par le Ministère de la culture? C est une question qui demande une coopération entre l Agence fédérale des institutions scientifiques et le Ministère de la culture. Il faut éviter de faire le même travail et

8 partager les tâches. La participation dans ce projet des bibliothèques dépendantes de l Agence fédérale des institutions scientifiques, y compris la nôtre, serait justifiée. Quel rôle a joué l Etat dans la vie de l Institut pendant ces six derniers mois, est-ce que vous avez reçu l aide de l Etat? Bien sûr. C est l Etat qui a joué le rôle principal dans la liquidation des conséquences de l incendie. Je pense tout d abord à l Agence fédérale des institutions scientifiques qui a créé la commission extraordinaire. L Institut à son tour a créé sa propre commission. Tous les derniers mois ces deux structures travaillaient ensemble. Les décisions les plus importantes ont été prises au niveau du gouvernement et du parlement. Arkadi Dvorkovitch, vice-président du Gouvernement de Russie, a suivi la liquidation des conséquences de l incendie. Il s est rendu sur place à plusieurs reprises. Souvent l élaboration de la stratégie des travaux se faisait sur place. Une telle coordination a été importante : le temps était limité pour assurer l évacuation des livres. Il s agit aussi du financement des travaux de restauration. En avril 2015 la Douma d Etat et le Conseil de la Fédération ont adopté les amendements dans le budget fédéral de l an Est-ce que vous avez reçu d autres propositions d aide et en quoi consistaient-elles? Oui. L information concernant l incendie à l INION s est très vite répandue dans les massmedia russes et étrangers. Nous avons reçu beaucoup d échos des organisations qui sont nos partenaires de longue date: de Moscou, des autres régions de la Russie et des pays de CIS, des pays de la Communauté européenne, de l Asie de l Est, des USA. Il s agissait des mots de compassion et de soutien. Mais il y avaient aussi des propositions concrètes. Certaines ont été faites au plus haut niveau politique. Par exemple de la part du ministre des affaires étrangères de la RFA F.-W. Steinmeier, des représentants officiels des gouvernements de l Italie, de la France et d autres pays. Une visite officielle de la délégation de l INION a eu lieu à Berlin, Weimar, Leipzig en avril 2015 à l initiative du ministre des affaires étrangères de la RFA. Nous avons réalisé des pourparlers avec les représentants des plus grandes bibliothèques allemandes, y compris de la bibliothèque de la Duchesse Anne Amélie à Weimar qui, il y a dix ans, a souffert un grand incendie. L expérience des collègues qui ont vécus les situations d urgence, les technologies de conservation et de restitution des fonds sont importantes pour nous. Nous avons visité des ateliers de restauration des livres et nous avons vu l équipement spécialisé pour la cryodessiccation à vide, l hypochlorhydrie du papier. Tout ceci est très important pour la restauration des fonds de notre bibliothèque. Nous avons reçu le soutien du côté de la Chine. Début mai la délégation de l INION a visité la Chine. Les collègues chinois ont confirmé qu ils étaient prêts à assurer la restauration de la partie du fonds des livres en chinois, ils ont demandé la liste des ouvrages perdus.

9 On aura la liste complète des livres perdus dès que tous les livres seront décongélés? Tout d abord le catalogue de la bibliothèque doit être mis sous forme numérique. Malheureusement le catalogue numérique n existait pas. C est le travail à accomplir dans les mois à venir. Ensuite l inventaire du fonds des livres sera fait et ces données seront comparées avec les catalogues des plus grandes bibliothèques de Russie. Par la suite la décision sera prise concernant l achat des livres perdus et nous allons adresser nos demandes aux collègues de nous envoyer ces éditions en papier ou sous forme numérique. Cette information nous donnera l idée des livres qui doivent être numérisés tout d abord. Est-ce que l Institut a reçu l aide du business? Oui, il y a un arrangement avec l édition Springer qui nous accorde l'abonnement gratuit à toutes ses ressources électroniques pour une année. C est important non seulement pour notre Institut mais pour toute la communauté scientifique russe. Nous remercions les collègues de leur compréhension. Les contacts avec cette grande édition scientifique ont de bonnes perspectives. Nous avons reçu l aide des représentants du business russe qui nous ont fourni des ordinateurs, des meubles, nous ont aidés à assurer le travail de notre imprimerie. Il s agit des actes de solidarité qui nous sont importants sur le plan psychologique. Notre situation est difficile à cause des ressources limitées. Nous remercions tous ceux qui ne sont pas restés indifférents vis-à-vis de notre tragédie. Est-ce que vous vous êtes adressé aux grandes Fondations russes? Nous avons adressé une demande à la Fondation de Gazprom et espérons recevoir une aide pour effectuer notre programme de numérisation du fonds des livres rares. Nous sommes optimistes. Est-ce que une fondation de l aide à Institut s est constituée, un conseil de surveillance qui aide l'institut sur le plan matériel et d'expertise? Pendant ces mois difficiles nous avons reçu l aide de beaucoup de gens. C est un immense capital social qu il faudra conserver. Nous sommes en train de créer le conseil scientifique publique. Nous espérons organiser une Conférence des amis de l INION au mois de septembre à laquelle vont participer des bénévoles qui ont pris part à l évacuation des livres, des collègues qui nous ont aidés de façon différente, les représentants des organisations publiques et privées. Il est important de consolider les gens autour des objectifs nobles. Tout ceci pour que la

10 Russie dans les années à venir dispose d un centre effectif et moderne d information dans le domaine des sciences sociales. Comment l incendie est vécu par le collectif de l Institut? - L incendie est un stress collosal pour le collectif et la direction, pour Yuri Sergueevitch Pivovarov. Pendant 18 ans il a été le directeur de l Institut, un bon directeur. C est un coup dur pour tout le monde. Dans cette situation dramatique le collectif reste uni et solidaire. Dès les premiers jours les collègues ont patrouillé le bâtiment dans la journée et dans la soirée, malgré le temps qu il faisait. Je suis reconnaissant à mes collègues de ce patriotisme à l égard de l Institut. D autres emballaient les livres et organisaient leur transportation. Un groupe de bénévoles nous a aidé à sauver les livres. Parmi les bénévoles il y avaient des scientifiques, des fonctionnaires, des étudiants et des doctorants. Le collectif de l Institut a très mal vécu l interprétation hostile de l incendie par les mass-media. Pourtant nous continuons à travailler. Est-ce que vous ressentez un déficit de cadres? Où sont actuellement placés les départements de l Institut? Les départements de recherches sont placés rue Krjijanovsky, 15/2 dans le bâtiment de l Académie de l agriculture. Les collègues de la bibliothèque travaillent rue D. Oulianov. Un autre problème concerne le fonctionnement de notre système automatisé d information en sciences sociales, le cœur de notre Institut. Nos spécialistes ont tout fait pour qu il fonctionne, mais il ne marche pas comme avant et puis il doit être modernisé. Nous devons utiliser de nouveaux programmes, c est une question stratégique. Victoria Sotskova

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish Natalia Krynicka Pourquoi est-ce si important de créer une bibliothèque virtuelle en yiddish d une envergure mondiale? Prenons un chercheur italien qui

Plus en détail

Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations. Formulaire de demande d admission. Section 1 - Identification

Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations. Formulaire de demande d admission. Section 1 - Identification Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations Formulaire de demande d admission Nom complet : Adresse actuelle : Section 1 - Identification Adresse permanente (si différente de l'adresse

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013 COMITÉ D ÉTABLISSEMENT DES CHEMINOTS DE LA RÉGION LORRAINE 5 rue Victor Jacob 57000 METZ Tél. : 03 87 50 66 18 / 77 29 14 2 rue du Lavoir St Jean 54000 NANCY Tél. : 03 83 90 89 90 / 73 00 15 Compte rendu

Plus en détail

je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables et des adhérents du BDÜ.

je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables et des adhérents du BDÜ. Monsieur le Directeur. Monsieur le Directeur. Madame Contino, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

Admission de professionnels et d étudiants internationaux

Admission de professionnels et d étudiants internationaux Admission de professionnels et d étudiants internationaux Dossier de candidature à l Institut national du patrimoine Département des conservateurs Nom : Prénom : Spécialité demandée : Dates souhaitées

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

État des lieux de la formation et de la recherche au sein des Instituts /UFR de formation Jeunesse et Sports

État des lieux de la formation et de la recherche au sein des Instituts /UFR de formation Jeunesse et Sports Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie État des lieux de la formation et de la recherche au sein des Instituts /UFR de formation Jeunesse et Sports La programmation 2009-2012

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education Joëlle MILQUET - Vice-Présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles Education Culture Enfance Communiqué de presse Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone Discours de la ministre

Plus en détail

Admission de stagiaires internationaux

Admission de stagiaires internationaux Admission de stagiaires internationaux Dossier de candidature à l Institut national du patrimoine Département des restaurateurs Nom Prénom Spécialité demandée Dates souhaitées du stage Université d origine

Plus en détail

Accueil dans l université

Accueil dans l université L université dans laquelle j ai effectuée mon échange universitaire en S5 est Kyung Hee University dans la ville de Séoul en Corée du Sud. J ai choisi cette université pour en premier lieu le pays qui

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Chapitre 3: Qui tient les ficelles en Europe?

Chapitre 3: Qui tient les ficelles en Europe? Chapitre : Qui tient les ficelles en Europe?. Qui est qui? Tout comme une commune, une province ou un pays, l Union européenne est gouvernée par des politiciens. Ceux-ci travaillent au sein de différentes

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Rappo. ort de. stage

Rappo. ort de. stage Rappo ort de stage : Bibliothèque du BIT 01 Juillet au 30 septembre 2010 Miriam Petrilli Information documentaire Hautee Ecole de Gestion Directrice de stage : Madame Maryse Ottro Table des matières Le

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

FORMULAIRE DE CANDIDATURE

FORMULAIRE DE CANDIDATURE PROGRAMME DE BOURSES POUR CHERCHEURS POSTGRADUÉS CONCOURS 2015 Cour des comptes européenne Luxembourg ********************************** Institut universitaire européen - Florence Archives historiques

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés

Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés Hosted by WIPO 2014 Accessible Books Consortium Bringing books to persons with print disabilities Imaginez

Plus en détail

Archives du Conseil de l'europe

Archives du Conseil de l'europe Archives du Conseil de l'europe 21 janvier 2004 Rapport d activités 2003 1 Rôle des archives Un rapport sur "Le rôle des archives centrales" 1 a été élaboré, à la demande de la direction, pour faciliter

Plus en détail

La qualité dans les organismes de formation

La qualité dans les organismes de formation Conception Henri HELL 12/2011 Présentation ISO 29990 Conception Henri HELL 30/11/2011 La qualité dans les organismes de formation Henri HELL Ingénieur d Action Régionale Auditeur QSE et automobile Délégation

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

NOM :... PRENOM :... Date de naissance : JJ/MM/AAAA :.../.../... Nationalité :..

NOM :... PRENOM :... Date de naissance : JJ/MM/AAAA :.../.../... Nationalité :.. ANNEXE 4 RAPPORT DÉTAILLÉ PRÉSENTÉ PAR L ÉTUDIANT À L ÉTABLISSEMENT 2009-2010 Stage en entreprise Erasmus Remarque à l attention de l étudiant : le présent rapport destiné à relater votre expérience fournira

Plus en détail

Banque de développement du Canada Examen décennal

Banque de développement du Canada Examen décennal Banque de développement du Canada Examen décennal Allocution de Terry Campbell Vice-président, Politiques Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Document d information

Document d information Page 1 SECRÉTARIAT DU PROGRAMME RÉGIONAL OCÉANIEN DE L ENVIRONNEMENT Dix-neuvième Conférence du PROE Pohnpei (États fédérés de Micronésie) 4-12 septembre 2008 Point 8.5 de l ordre du jour : Appui du PROE

Plus en détail

VERSION NON DÉFINITIVE

VERSION NON DÉFINITIVE Revue de 2012 le 9 mai 2013 Hilton Garden Inn, Ottawa Allocution de Mark Laroche Président et chef de la direction VERSION NON DÉFINITIVE Mesdames et Messieurs, bonjour. C est pour moi un immense plaisir

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale 2 TÉLÉSIMULATION ÉCHO A2 - LEÇON 2 «TU AS DU BOULOT?» Objectifs : Présenter ses projets, demander des conseils, demander un prêt Points de langue : Le futur simple, le conditionnel présent Thèmes culturels

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE EB.AIR/GE.1/2004/12 28 mai 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANE EXÉCUTIF DE LA CONVENTION SUR LA POLLUTION

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Compte-rendu d expérience

Compte-rendu d expérience Compte-rendu d expérience ALTANA AG Décisions rapides ALTANA utilise la solution logicielle intégrée d IDL Grâce à sa longue expérience avec IDLKONSIS, ALTANA, groupe actif dans le domaine de la chimie

Plus en détail

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Marseille, 13 mars 2012 INTRODUCTION WALTER MAZZITTI Président du Comité Directeur du SEMIDE Messieurs les ministres,

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Mission de Développement économique Juillet 2013

Mission de Développement économique Juillet 2013 Mission de Développement économique Juillet 2013 Notre objectif ce mois ci était le développement de la coopérative agricole qui se compose de la coopérative de café/cacao, du groupement d avocat et du

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014 Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova Moscou 26 ami 2014 Discours de M. Jean-Maurice Ripert Ambassadeur de France en Russie Chère Elena

Plus en détail

guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod

guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod Bienvenue sur mybod! En vous enregistrant, vous venez d ouvrir toutes les portes de l auto-édition moderne pour vos ebooks et livres imprimés.

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE FORMATION CONTINUE DOSSIER DE CANDIDATURE 17 ème promotion 2015 / 2017 Executive MBA DAUPHINE ESG -UQAM Cadre réservé à l administration Nom : Prénom : Dossier reçu le : Date

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Promouvoir un apprentissage d excellence. Exemples de bonnes pratiques financées par le Fonds d innovation. www.itcilo.org

Promouvoir un apprentissage d excellence. Exemples de bonnes pratiques financées par le Fonds d innovation. www.itcilo.org Promouvoir un apprentissage d excellence Exemples de bonnes pratiques financées par le Fonds d innovation www.itcilo.org Qu est-ce que le Fonds d innovation? Le Fonds d innovation est un mécanisme de financement

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE: ENAT

APPEL A CANDIDATURE: ENAT APPEL A CANDIDATURE: ENAT Congrès international sur le tourisme pour tous. Organisé par la fondation ONCE. Soutenu par la Commission Européenne. 21 23 Novembre, 2007 MARINA D OR Région de Valencia, Espagne

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Identifier et connaître les contenus publiés sous forme sérielle qui font l objet d une conservation pérenne : un impératif trans-national

Identifier et connaître les contenus publiés sous forme sérielle qui font l objet d une conservation pérenne : un impératif trans-national The Keepers : un registre au service de la préservation des revues électroniques Identifier et connaître les contenus publiés sous forme sérielle qui font l objet d une conservation pérenne : un impératif

Plus en détail

Réunion spéciale du Conseil national du SSG. Conférence téléphonique, le 21 mars 2005. Appel à l ordre. Absences prévues

Réunion spéciale du Conseil national du SSG. Conférence téléphonique, le 21 mars 2005. Appel à l ordre. Absences prévues Réunion spéciale du Conseil national du SSG Conférence téléphonique, le 21 mars 2005 Appel à l ordre Mark Brunell, président national du SSG appel à l ordre la conférence téléphonique à 11 h 00, heure

Plus en détail

Note d information à l intention des membres employeurs et des membres travailleurs du Conseil d administration du BIT

Note d information à l intention des membres employeurs et des membres travailleurs du Conseil d administration du BIT Note d information à l intention des membres employeurs et des membres travailleurs du Conseil d administration du BIT Documentation Les documents présentés au Conseil d administration sont mis sur le

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

Simple et économique : votre publication avec BoD

Simple et économique : votre publication avec BoD Simple et économique : votre publication avec BoD p. 2 3 Des Perspectives nouvelles avec Books on Demand La période de changement que traverse le marché du livre place les éditeurs devant de nombreux problèmes,

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Interview de Cécile Emery, coordinatrice de l espace de coworking de La Cordée Liberté (Lyon)

Interview de Cécile Emery, coordinatrice de l espace de coworking de La Cordée Liberté (Lyon) 12/06/2013 Interview de Cécile Emery, coordinatrice de l espace de coworking de La Cordée Liberté (Lyon) Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr

Plus en détail

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Questions 1) Quelle longueur doit avoir la lettre d accompagnement et quel doit être son contenu? 2) Pouvez-vous m envoyer un exemple

Plus en détail

Emmanuel Cohen DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT DE VOYAGEURS DU MONDE. Bruno Billière DIRECTEUR GÉNÉRAL D EVENTEAM INTERVIEW CROISÉE.

Emmanuel Cohen DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT DE VOYAGEURS DU MONDE. Bruno Billière DIRECTEUR GÉNÉRAL D EVENTEAM INTERVIEW CROISÉE. POUR SE POSITIONNER SUR CE TYPE D ÉVÉNEMENTS DE CETTE AMPLEUR, IL FAUT ÊTRE CAPABLE D INVESTIR PRÈS DE 10 MILLIONS D EUROS, NOTAMMENT POUR L ACHAT DE LA BILLETTERIE ET DES STOCKS. LA PRESSION FINANCIÈRE

Plus en détail

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD 2 I Charte du livre EIBF La fédération européenne et internationale des libraires représente

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Lettre de motivation en Suisse et en France

Lettre de motivation en Suisse et en France Rédiger une Lettre de motivation en Suisse et en France 2 ème Forum de l emploi transfrontalier 29 et 30 septembre 2011 David Talerman Co-auteur de «Décrocher un emploi en Suisse» Auteur de «Travailler

Plus en détail

BONUS QUALITE FORMATION 2010

BONUS QUALITE FORMATION 2010 Département Formation et Vie Etudiante Service inter-universitaire de Pédagogie BONUS QUALITE FORMATION 2010 Site internet à l attention des étudiants de Licence avec ressources en statistique des enseignants

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Dossier de presse. Voxe.org

Dossier de presse. Voxe.org Dossier de presse Voxe.org VOXE, FINALISTE DU GOOGLE IMPACT CHALLENGE Depuis 2012, Voxe s engage pour la démocratie. Grâce au numérique et à Internet, il est désormais possible de la rendre plus compréhensible

Plus en détail

Foire aux questions. 2. Quand MusicMark a- t- elle été lancée?

Foire aux questions. 2. Quand MusicMark a- t- elle été lancée? Foire aux questions MUSICMARK 1. Qu est- ce que MusicMark? MusicMark est une collaboration entre l ASCAP, BMI et la SOCAN dans le but d améliorer leur efficacité et l expérience générale des membres. 2.

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Lettre d info n 11 page 2

Lettre d info n 11 page 2 FEDERATION DEPARTEMENTALE FAMILLES RURALES CHARENTE MARITIME LETTRE D INFOS De Septembre à Décembre 2011 Editorial: Edition N 11 Chers amis 2011 s est éteinte dans la nuit du 31 décembre, 2012 lui succède

Plus en détail

RESULTATS ENQUETE CARRIERE

RESULTATS ENQUETE CARRIERE Rue Gabriel Péri 77527 Coulommiers cedex tél. : 01.64.65.37.15 ou 36.26 e-mail : syndicat-cgt@ch-coulommiers.fr internet : http://cgtchcoulommiers.free.fr Coulommiers, le 29 novembre 2010 RESULTATS ENQUETE

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Programme de maîtrise en traduction juridique

Programme de maîtrise en traduction juridique Programme de maîtrise en traduction juridique Mr. Blais Directeur Centre de traduction et de documentation juridiques Université d'ottawa Pour parler du programme de maîtrise en traduction juridique, il

Plus en détail

Bases de l économie d entreprise Examen

Bases de l économie d entreprise Examen Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2010 Bases de l économie d entreprise Examen Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: Calculatrice standard non programmable Collez ici votre

Plus en détail

Maria Grzechynka CHANCELIER de l Ecole Supérieure du Tourisme et de l Ecologie

Maria Grzechynka CHANCELIER de l Ecole Supérieure du Tourisme et de l Ecologie LE DEVELOPPEMENT DE L EDUCATION AU NIVEAU SUPERIEUR DANS LE MILIEU RURAL - L EXPERIENCE POLONAISE A L EXEMPLE DE L ECOLE SUPERIEURE DUTOURISME ET DE L ECOLOGIE A SUCHA BESKIDZKA Maria Grzechynka CHANCELIER

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

L Imprimerie nationale

L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale, qui était un service central du ministère des finances jusqu en 1993, est devenue à partir du 1er janvier 1994 une société anonyme appartenant à l Etat. La

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Le système de la formation au secteur ferroviaire en Fédération de Russie

Le système de la formation au secteur ferroviaire en Fédération de Russie Le système de la formation au secteur ferroviaire en Fédération de Russie Président de l Association des établisements de l enseignement supérieur, recteur de MIIT, Dr.Sc.Tech., professeur Boris A.Levine

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail