Le directeur par intérim de l INION, docteur en science politique D.V. Efremenko a accordé une interview à l édition réseau «Première nationale»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le directeur par intérim de l INION, docteur en science politique D.V. Efremenko a accordé une interview à l édition réseau «Première nationale»"

Transcription

1 Le 26 juillet Le directeur par intérim de l INION, docteur en science politique D.V. Efremenko a accordé une interview à l édition réseau «Première nationale» Deuxième partie : INION après l incendie et les projets du futur En quoi consiste la spécificité du système d information de l INION? Notre production essentielle est la création des bases de données bibliographiques en sciences sociales qui contiennent près de 5 millions de notes. C est le fondament de notre «cycle de production» qui prévoit le travail avec de nouveaux livres, l édition de l index bibliographique, des compte-rendu des monographies, articles et d autres publications qui représentent l intérêt pour la communauté scientifique. Pour cette raison nous éditons la Revue des compte-rendu qui comporte 9 séries selon les disciplines. Ce travail donne la base à l activité analytique. L Institut a développé le travail classique académique. Les écoles en sciences politiques, en histoire de la littérature et en histoire de la science formées à l INION sont connues et reconnues. Nous en sommes très fiers et nous devons concerver ce capital. Quels types de nouveaux produits l Institut se propose-t-il de créer dans les années à venir? Quelles sont les nouvelles tendances dans le travail d information et de recherche? Tout d abord nous devons reconstituer le fonds des livres et effectuer leur numérisation. Nous allons continuer le travail avec l index bibliographique et en plus nous allons créer de nouvelles bases de données liées avec le monitoring de l activité scientifique en sciences sociales et humaines qui prendra en compte l information concernant les projets de recherche effectués dans les Insituts d Etat et les Universités russes, les bourses de recherche, les programmes d enseignement en disciplines sociales. Il ne s agit pas d une simple collecte de données mais

2 d une analyse permanente et une comparaison avec ce qui est fait dans ce domaine à l étranger. Nous voulons renforcer notre travail analytique. La modernisation de l activité scientifique et d information doit donner une impulsion au développement des recherches en histoire de la science et en sciences sociales. Cette niche n est pas occupée aujourd hui. Vous venez de parler des nouvelles initiatives dans le domaine de la publication y compris la projection sur le niveau international. Est-ce que INION planifie une activité d information scientifique à l échelle internationale? Ce problème est d actualité. Nous avons besoin d un centre qui pourrait informer la communauté internationale scientifique sur le développement des sciences sociales et humaines en Russie. La difficulté de l intégration de la communauté scientifique russe dans la communauté internationale résulte de l absence de promotion de nos recherches sur le marché international. Il s agit des publications en anglais. Pour resoudre ce problème il ne suffit pas de stimuler les publications des auteurs russes chez les éditeurs étrangers. On pourrait activer les publications des auteurs russes en anglais en Russie. L INION dans la perspective aurait pu devenir un médiateur qui présenterait à la communauté internationale l information sur le développement des sciences sociales et humaines en Russie. Comment doit se développer la communication entre la science et la société? Ce problème a apparu dès que la science soit devenue l institut social. C était l époque quand l Académie française et Royal Society ont été créées. La communication est nécessaire pour le développement de la science. Elle assure la compréhension par la société du travail effectué par les chercheurs. Il faut créer un mécanisme de coopération entre la société et la science qui puisse assurer la résolutions des tâches pratiques et la croissance de la connaissance scientifique. La communauté scientifique russe a un grand travail à effectuer, il s agit de

3 l information de la société, de la lutte contre la pseudoscience et du soutien RP des projets spécifiques. Dans ce processus notre Institut aurait pu jouer un rôle important. Dans le système de l Académie des sciences INION occupait une place particulière. Il était directement administré par le Présidium de l Académie des sciences de Russie. Oui. Aujourd hui le Présidium de l Académie des sciences assure la direction scientifique de l Institut. La réforme de l Académie des sciences se poursuit. Quelle place dans ce processus appartient à l INION? C est une question difficile. La réforme avait pour but l optimisation de l administration de l activité scientifique dans notre pays. Dans quelle mesure cette tâche est résolue c est une question à part. Dans le cadre de la réforme nous voyons l Institut comme un grand Centre de l information scientifique qui non seulement fonctionne comme bibliothèque mais propose aux chercheurs un large spectre de services. Nous espérons jouer un rôle important dans le développement des recherches en science politique, en politique régionale, en étude de la Russie, en élaborant de nouvelles méthodes en sciences sociales. Est-ce que l Institut planifie la coopération avec l Institut de l INTERNET, la Ligue de la securité, les éditions réseaux qui jouent un grand rôle dans la formation de

4 l espace informatique mondial? Est-ce que l INION planifie la création de sa propre édition réseau? La création de notre propre édition réseau est une tâche qui doit être résolue dans le cadre de la modernisation de nos ressources sur Internet. Mes collègues travaillent actuellement sur la conception d une telle revue. La coopération avec d autres réseaux est très importante. Aujourd hui l Internet représente un espace central de communication entre la science et la société. Il faut non seulement assurer la présence permanente des chercheurs dans le réseau mais la «colonisation» de l Internet par la communauté des chercheurs. En refléchissant sur notre activité nous avons compris qu il serait logique de créer une encyclopédie en sciences sociales accéssible à tout le monde. Pourtant se pose la question de la concurrence avec Wikipedia. Concurrence, pourquoi pas? Est-ce que tous les articles en sciences sociales publiés par Wikipedia sont de qualité? Même dans la version anglaise de Wikipedia ils ne sont pas très nombreux. Dans notre cas les articles seraient écrits par des spécialistes qualifiés. L Institut va participer dans ce projet mais tout seul ne sera pas capable de l effectuer. Cette tâche est réalisable à condition de la cooopération de plusieurs instituts. Est-ce que vous avez discuté ce projet avec la direction de l Académie des sciences, l Agence fédérale des institutions scientifiques? Est-ce qu il y avait des propositions de leur côté? Nous avons formulé cette proposition dans le cadre du programme de la modernisation du travail de notre Institut. Le 6 avril nous avons eu une réunion de travail avec la participation du chef de l Agence Mikail Mikailovitch Kotukov. Nous avons formulé notre proposition au Bureau des sciences historique et philologique de l Académie des sciences de Russie. Quel rôle va jouer l INION dans cette conception? Cela dépend surtout du cadre dans lequel cette idée va se réaliser. Soit ça pourrait être un projet pilote limité qui n englobe qu une discipline et un nombre de participants modeste, un

5 ou deux instituts. Soit, s il s agit d une initiative d échelle, le rôle de l INION va consister à remplir la base de données bibliographiques, à assurer la navigation et le suivi du standart unique lors de la préparation des articles encyclopédiques. Il est à noter que le personnel de l INION a une grande expérience dans la préparation des articles encyclopédiques pour les différentes éditions. Il s agit de la «Grande encyclopédie Russe», de l encyclopédie «Culturologie». Nous faisons des thésaurus de recherche et d information qui représentent des dictionnaires du lexique normalisé pour le traitement informatique suivant. Nous avons dans ce domaine une réserve considérable qui puisse être réalisée dans le cadre d un grand projet avec la participation de plusieurs organisations scientifiques et d enseignement. Et si on revient aux médias électroniques Le 1 octobre le gouvernement est tenu de présenter au Président de Russie le projet du programme visant le développement de l Internet. Est-ce qu il y a eu des propositions de la part de l INION à ce propos? Je suppose que le projet de la création de l encyclopédie numérique en sciences sociales puisse représenter un apport considérable dans la préparation de ce programme. Nous sommes prêts à présenter des propositions plus détaillées à l Agence Fédérale des organisations scientifiques et à l Académie des sciences, au gouvernement et à l Administration du Président. Est-ce que l INION pourra regagner ses positions dans tous les domaines et rétablir l envergure de son activité? C est une question difficile. On ne peut pas entrer une seconde fois dans le même fleuve, a dit Héraclite. D une part il paraît important de faire durer les traditions, de sauvegarder le potentiel de l activité de recherche et d information qui est unique dans notre pays. C est une base pour proposer aux chercheurs un large éventail de produits et de services de ce type. D autre part il faut attirer de nouvelles forces, de nouveaux cadres capables de proposer des idées, de créer de nouveaux produits d information qui puissent rivaliser avec les produits des autres centres ou même être hors concours. Nous sommes maintenant dans une situation très difficile, y compris du point de vue financier. Cela concerne tous nos collaborateurs. Mais nous n avons pas d alternative à la

6 réalisation d un programme ambitieux et sérieux visant la modernisation de l activité d information et de recherche. Et je suis sûr que nous allons nous acquitter de cette tâche. Victoria Sotskova Première partie. INION : la vie après l incendie et les projets de futur - Dmitry Valerievitch, depuis deux mois vous travailler comme directeur par intérim de l INION. Avez-vous pu s adapter au travail, surtout dans les domaines que vous ne connaissiez pas avant. - Oui, bien sûr. Je n ai pas eu le temps de me préparer. Tout de suite après l incendie une commission extraordinaire a été créée et j ai été son adjoint en chef. Je connaissais bien la situation d «après l incendie». Certainement, la responsabilité du directeur de l Institut est beaucoup plus grande que celle des autres collègues. Je me vois obligé de travailler dans les domaines qu avant 2015 je ne connaissais pas. Je ne peux pas dire que la situation est idéale, mais avec l aide des collègues on arrive à trouver des solutions efficaces. Quelles étaient les premières décisions prises? Il fallait achever l évacuation du fonds des livres du bâtiment incendié. Aujourd hui ce travail est terminé. Les livres et les revues mouillés sont transportés dans les congélateurs, ils resteront là-bas jusqu au moment de la restauration par le séchage. Vu le volume la dimension du fonds ce travail prendra du temps. Je voudrais préciser : quelles sont les pertes réelles, est-ce que c est toujours le chiffre du mois de février? Nous avons aujourd hui les données plus exactes. Les paramètres de chaque lot transporté dans le congélateur ont été fixés dans les actes. En tout nous avons transporté dans les congélateurs près de 900 tonnes. Les pertes du fonds des livres de l INION représentent 5,7 millions de pièces. Mais il faut analyser la structure des pertes. La première estimation de la structure n a pas changée : les pertes difficiles à restaurer représentent 15%. L autre part se compose des exemplaires doubles qu on devait retrancher ou des livres qu on peut trouver dans d autres bibliothèques, ils sont donc accessibles aux lecteurs. Donc ce sont les mêmes chiffres qu au début? Oui. La correction a été minimale. - Pouvez-vous estimer les dépenses de l Institut en ce qui concerne la reconstruction (réparation) du bâtiment et l évacuation des livres? déblaiement Aujourd hui le coût des dépenses liées à l évacuation du fonds des livres, au dépasse 100 millions de roubles. Malheureusement il s agit des dépenses de

7 première urgence. Pour conserver et restaurer les livres, pour reconstruire le bâtiment nous aurons besoin des sommes plus importantes. Combien de temps faut-il pour rétablir le travail de l Institut : le complètement du fonds des livres, le travail normal des chercheurs? Le rétablissement du travail de l Institut fut le premier but de l Agence fédérale des institutions scientifiques et de l administration de l Institut. Ce but est réalisé : nous exécutons le plan prévu par l Etat pour l année 2015, nous publions nos éditions, produit essentiel de l Institut. Il s agit de l index bibliographique, des revues des compte-rendus, des revues scientifiques - «Science politique», «La Russie et le monde contemporain», «Les problèmes de l Europe», «La Revue de la critique littéraire» inscrites sur la liste de la Commission supérieure d attestation. Nous allons réaliser tous les travaux prévus pour l an 2015, mais nous le faisons dans les conditions de l installation temporaire. Ce ne sont pas les mêmes conditions que nous avions dans notre ancien bâtiment. Nous comptons beaucoup sur la restauration du bâtiment de Nachimovski prospekt et espérons y retourner un jour. C est à ce moment que la bibliothèque pourra travailler pleinement. Pourtant notre bibliothèque fonctionne. Les lecteurs ont accès à 4,5 millions de livres dans les bibliothèques de 21 filiales de l INION situées dans les instituts de l Académie des sciences. Est-ce qu on a prévu les travaux de restauration des livres et leur mise sous forme éléctronique? Bien sûr. La restauration des livres et la modernisation du travail de l Institut sont deux éléments importants de notre projet. Le travail dans ces deux domaines suit une «carte routière» dont la première étape comprend le rétablissement du travail de l Institut dans les conditions temporaires et l évacuation du fonds. L étape suivante est la restauration des livres mouillés et leur mise sous forme numérique. Ces tâches demandent des ressources, leur réalisation prendra du temps. Nous avons commencé la numérisation des livres rares et des plus précieux. Le travail de numérisation sera effectué dans le cadre du vaste programme de l Agence fédérale des institutions scientifiques qui a pour but de créer les copies numériques des livres des bibliothèques du ressort de l Agence. Il s agit de la création d une bibliothèque scientifique électronique qui sera complétée par des copies électroniques provenant de différentes bibliothèques. Est-ce que ce projet rivalise avec le projet de la Bibliothèque Nationale électronique dont l idée est avancée par le Ministère de la culture? C est une question qui demande une coopération entre l Agence fédérale des institutions scientifiques et le Ministère de la culture. Il faut éviter de faire le même travail et

8 partager les tâches. La participation dans ce projet des bibliothèques dépendantes de l Agence fédérale des institutions scientifiques, y compris la nôtre, serait justifiée. Quel rôle a joué l Etat dans la vie de l Institut pendant ces six derniers mois, est-ce que vous avez reçu l aide de l Etat? Bien sûr. C est l Etat qui a joué le rôle principal dans la liquidation des conséquences de l incendie. Je pense tout d abord à l Agence fédérale des institutions scientifiques qui a créé la commission extraordinaire. L Institut à son tour a créé sa propre commission. Tous les derniers mois ces deux structures travaillaient ensemble. Les décisions les plus importantes ont été prises au niveau du gouvernement et du parlement. Arkadi Dvorkovitch, vice-président du Gouvernement de Russie, a suivi la liquidation des conséquences de l incendie. Il s est rendu sur place à plusieurs reprises. Souvent l élaboration de la stratégie des travaux se faisait sur place. Une telle coordination a été importante : le temps était limité pour assurer l évacuation des livres. Il s agit aussi du financement des travaux de restauration. En avril 2015 la Douma d Etat et le Conseil de la Fédération ont adopté les amendements dans le budget fédéral de l an Est-ce que vous avez reçu d autres propositions d aide et en quoi consistaient-elles? Oui. L information concernant l incendie à l INION s est très vite répandue dans les massmedia russes et étrangers. Nous avons reçu beaucoup d échos des organisations qui sont nos partenaires de longue date: de Moscou, des autres régions de la Russie et des pays de CIS, des pays de la Communauté européenne, de l Asie de l Est, des USA. Il s agissait des mots de compassion et de soutien. Mais il y avaient aussi des propositions concrètes. Certaines ont été faites au plus haut niveau politique. Par exemple de la part du ministre des affaires étrangères de la RFA F.-W. Steinmeier, des représentants officiels des gouvernements de l Italie, de la France et d autres pays. Une visite officielle de la délégation de l INION a eu lieu à Berlin, Weimar, Leipzig en avril 2015 à l initiative du ministre des affaires étrangères de la RFA. Nous avons réalisé des pourparlers avec les représentants des plus grandes bibliothèques allemandes, y compris de la bibliothèque de la Duchesse Anne Amélie à Weimar qui, il y a dix ans, a souffert un grand incendie. L expérience des collègues qui ont vécus les situations d urgence, les technologies de conservation et de restitution des fonds sont importantes pour nous. Nous avons visité des ateliers de restauration des livres et nous avons vu l équipement spécialisé pour la cryodessiccation à vide, l hypochlorhydrie du papier. Tout ceci est très important pour la restauration des fonds de notre bibliothèque. Nous avons reçu le soutien du côté de la Chine. Début mai la délégation de l INION a visité la Chine. Les collègues chinois ont confirmé qu ils étaient prêts à assurer la restauration de la partie du fonds des livres en chinois, ils ont demandé la liste des ouvrages perdus.

9 On aura la liste complète des livres perdus dès que tous les livres seront décongélés? Tout d abord le catalogue de la bibliothèque doit être mis sous forme numérique. Malheureusement le catalogue numérique n existait pas. C est le travail à accomplir dans les mois à venir. Ensuite l inventaire du fonds des livres sera fait et ces données seront comparées avec les catalogues des plus grandes bibliothèques de Russie. Par la suite la décision sera prise concernant l achat des livres perdus et nous allons adresser nos demandes aux collègues de nous envoyer ces éditions en papier ou sous forme numérique. Cette information nous donnera l idée des livres qui doivent être numérisés tout d abord. Est-ce que l Institut a reçu l aide du business? Oui, il y a un arrangement avec l édition Springer qui nous accorde l'abonnement gratuit à toutes ses ressources électroniques pour une année. C est important non seulement pour notre Institut mais pour toute la communauté scientifique russe. Nous remercions les collègues de leur compréhension. Les contacts avec cette grande édition scientifique ont de bonnes perspectives. Nous avons reçu l aide des représentants du business russe qui nous ont fourni des ordinateurs, des meubles, nous ont aidés à assurer le travail de notre imprimerie. Il s agit des actes de solidarité qui nous sont importants sur le plan psychologique. Notre situation est difficile à cause des ressources limitées. Nous remercions tous ceux qui ne sont pas restés indifférents vis-à-vis de notre tragédie. Est-ce que vous vous êtes adressé aux grandes Fondations russes? Nous avons adressé une demande à la Fondation de Gazprom et espérons recevoir une aide pour effectuer notre programme de numérisation du fonds des livres rares. Nous sommes optimistes. Est-ce que une fondation de l aide à Institut s est constituée, un conseil de surveillance qui aide l'institut sur le plan matériel et d'expertise? Pendant ces mois difficiles nous avons reçu l aide de beaucoup de gens. C est un immense capital social qu il faudra conserver. Nous sommes en train de créer le conseil scientifique publique. Nous espérons organiser une Conférence des amis de l INION au mois de septembre à laquelle vont participer des bénévoles qui ont pris part à l évacuation des livres, des collègues qui nous ont aidés de façon différente, les représentants des organisations publiques et privées. Il est important de consolider les gens autour des objectifs nobles. Tout ceci pour que la

10 Russie dans les années à venir dispose d un centre effectif et moderne d information dans le domaine des sciences sociales. Comment l incendie est vécu par le collectif de l Institut? - L incendie est un stress collosal pour le collectif et la direction, pour Yuri Sergueevitch Pivovarov. Pendant 18 ans il a été le directeur de l Institut, un bon directeur. C est un coup dur pour tout le monde. Dans cette situation dramatique le collectif reste uni et solidaire. Dès les premiers jours les collègues ont patrouillé le bâtiment dans la journée et dans la soirée, malgré le temps qu il faisait. Je suis reconnaissant à mes collègues de ce patriotisme à l égard de l Institut. D autres emballaient les livres et organisaient leur transportation. Un groupe de bénévoles nous a aidé à sauver les livres. Parmi les bénévoles il y avaient des scientifiques, des fonctionnaires, des étudiants et des doctorants. Le collectif de l Institut a très mal vécu l interprétation hostile de l incendie par les mass-media. Pourtant nous continuons à travailler. Est-ce que vous ressentez un déficit de cadres? Où sont actuellement placés les départements de l Institut? Les départements de recherches sont placés rue Krjijanovsky, 15/2 dans le bâtiment de l Académie de l agriculture. Les collègues de la bibliothèque travaillent rue D. Oulianov. Un autre problème concerne le fonctionnement de notre système automatisé d information en sciences sociales, le cœur de notre Institut. Nos spécialistes ont tout fait pour qu il fonctionne, mais il ne marche pas comme avant et puis il doit être modernisé. Nous devons utiliser de nouveaux programmes, c est une question stratégique. Victoria Sotskova

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX)

À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX) À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX) SOMMAIRE : pg.2 pg.5 pg.8 pg.10 CHAPITRE UN. JE SAIS QUE J AI BESOIN D UN UX. MAIS QU EST CE QUE L UX AU FAIT? CHAPITRE DEUX. QUELLES SONT

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES PRATIQUES ET LES ATTENTES DES LECTEURS DE LA BIBLIOTHÈQUE DE SCIENCES PO. Données ventilées - SCIENCES PO - MARS 2005

ENQUÊTE SUR LES PRATIQUES ET LES ATTENTES DES LECTEURS DE LA BIBLIOTHÈQUE DE SCIENCES PO. Données ventilées - SCIENCES PO - MARS 2005 ENQUÊTE SUR LES PRATIQUES ET LES ATTENTES DES LECTEURS DE LA BIBLIOTHÈQUE DE SCIENCES PO - SCIENCES PO - MARS 2005 SOMMAIRE 1. RAPPEL DE LA MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE...5 2. STRUCTURE DE L ÉCHANTILLON...6

Plus en détail

O5 CONSOLIDATION FINANCIÈRE

O5 CONSOLIDATION FINANCIÈRE O5 CONSOLIDATION FINANCIÈRE 5.1. Subventions pour la sécurité sociale Le SPF Sécurité sociale prépare les engagements et la liquidation des subventions de l État pour la sécurité sociale. Nous communiquons

Plus en détail

Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte

Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte 1Les bases : vos objectifs 2 Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

Comment être un bon conseil syndical?

Comment être un bon conseil syndical? Comment être un bon conseil syndical? Association des Responsables de Copropriétés www.unarc.asso.fr Comment être un bon conseil syndical? 3 Introduction Nous n oublierons jamais que le député qui a introduit

Plus en détail

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION Juillet 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

Le futur doit s ancrer dans l histoire

Le futur doit s ancrer dans l histoire Conférence de presse du 3 septembre 2013 Le texte prononcé fait foi. Le futur doit s ancrer dans l histoire Patrick Odier, Président du Conseil d administration, Association suisse des banquiers Mesdames,

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS AM101f-Y 1 M. Harris Georgiades Président du Conseil des gouverneurs de la BERD Assemblée annuelle, Tbilissi 15-16 mai 2015 Discours d ouverture

Plus en détail

COMMENT REUSSIR UNE COLLECTE DE LIVRES (Un tel succès que vous ne serez que faire de vos 7000 livres collectés!)

COMMENT REUSSIR UNE COLLECTE DE LIVRES (Un tel succès que vous ne serez que faire de vos 7000 livres collectés!) HARR Y P O T TER ALLIANCE CHAPTERS RE SOURCES COMMENT REUSSIR UNE COLLECTE DE LIVRES (Un tel succès que vous ne serez que faire de vos 7000 livres collectés!) LE GUIDE TRÈS OFFICIEL DE COURTOISIE PAR EDMONTON

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

@pplication Report. La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa, Varsovie, Pologne. La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa

@pplication Report. La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa, Varsovie, Pologne. La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa La tradition de la Bibliothèque nationale de Pologne remonte jusqu au début du 18 ème siècle. L histoire mouvementée et tragique des livres rassemblés dans

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et LIGNES DIRECTRICES ET FORMULAIRE DE MISE EN CANDIDATURE SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016 Veuillez suivre les trois étapes suivantes pour soumettre une candidature à cette bourse : 1 re

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Questions 1) Quelle longueur doit avoir la lettre d accompagnement et quel doit être son contenu? 2) Pouvez-vous m envoyer un exemple

Plus en détail

Demande aux fins du programme LBAEM (BEAM) - 2011

Demande aux fins du programme LBAEM (BEAM) - 2011 RENSEIGNEMENTS SUR LE DEMANDEUR Nom de l organisme : Type d entreprise : Petite entreprise Sans but lucratif Entreprise saisonnière Nombre d employés Numéro d entreprise Numéro de constitution en personne

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Dossier de demande de subvention - association -

Dossier de demande de subvention - association - Dossier de demande de subvention - association - Veuillez cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande demande exceptionnelle Vous trouverez dans ce dossier

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais Passer à un modèle services de conseils tarifés Parlons vrai avec les clients : les frais De plus en plus d investisseurs dans le monde exigent une meilleure transparence des frais de placement. Le Royaume-Uni

Plus en détail

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS Annuaire Ouvrage publié en principe chaque année ou selon une périodicité proche de l'année, qui donne une liste de noms de personnes ou d'organismes

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Élections municipales et scolaires de 2014 en Ontario Le lundi 27 octobre 2014 En Ontario, les élections municipales

Plus en détail

État des lieux de la formation et de la recherche au sein des Instituts /UFR de formation Jeunesse et Sports

État des lieux de la formation et de la recherche au sein des Instituts /UFR de formation Jeunesse et Sports Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie État des lieux de la formation et de la recherche au sein des Instituts /UFR de formation Jeunesse et Sports La programmation 2009-2012

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

UNIVERSITE DE GENEVE CONFERENCE UNIVERSITAIRE DES ASSOCIATIONS ETUDIANT-E-S ETRE «PARENTS-ETUDIANTS» A L UNIVERSITE DE GENEVE

UNIVERSITE DE GENEVE CONFERENCE UNIVERSITAIRE DES ASSOCIATIONS ETUDIANT-E-S ETRE «PARENTS-ETUDIANTS» A L UNIVERSITE DE GENEVE UNIVERSITE DE GENEVE CONFERENCE UNIVERSITAIRE DES ASSOCIATIONS ETUDIANT-E-S ETRE «PARENTS-ETUDIANTS» A L UNIVERSITE DE GENEVE COMMENT LES AIDER A CONCILIER VIE DE FAMILLE ET ETUDES UNIVERSITAIRES? Sommaire

Plus en détail

Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic

Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic Du 23 au 25 juin 2015 1 Les objectifs de l Audit La réouverture des lignes de Nantes à Saint Gilles Croix de

Plus en détail

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises Palais du Luxembourg Jeudi 4 avril 2013 Jacques Hérard Groupe Cegos La formation des actionnaires salariés

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Dossier de presse. Umalis Group : l innovation au service de l emploi

Dossier de presse. Umalis Group : l innovation au service de l emploi Dossier de presse Umalis Group : l innovation au service de l emploi Sommaire Table des matières Historique 3 Fondateur 3 Notre métier : le portage salarial, pour tous, partout 3 Christian Person, président

Plus en détail

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?»

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» «Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» Yvan Allaire, Ph. D. (MIT), MSRC Président du conseil Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques (HEC-Concordia) Mihaela Firsirotu, Ph.

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise :

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise : 1 Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux, Dans la tempête, il faut garder le cap, corriger le chemin. Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir l instant celui

Plus en détail

BIEN-ÊTRE @ TRAVAIL ÉTUDE IPSOS LOYALTY / STEELCASE SUR LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

BIEN-ÊTRE @ TRAVAIL ÉTUDE IPSOS LOYALTY / STEELCASE SUR LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL Communiqué de presse Septembre 2014 UNE ÉTUDE STEELCASE EN COLLABORATION AVEC IPSOS BIEN-ÊTRE @ TRAVAIL Contact presse pour informations, photos, interviews : BENJAMIN GIRARD Agence Design Project Tél

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

Généralités sur le courrier électronique

Généralités sur le courrier électronique 5 février 2013 p 1 Généralités sur le courrier électronique 1. Qu est-ce que le courrier électronique? Voici la définition que donne, l encyclopédie libre lisible sur internet : «Le courrier électronique,

Plus en détail

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre P A HI S S S T C R I ON M Ê IR E ULT U R A MO V ÉM E O IR E UR S AV OI R E LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE Plan d action sur le livre OCCUPATION : DÉVOREUSE DE LIVRES VOTRE LIBRAIRE, AUTEUR DE PETITS BONHEURS

Plus en détail

Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE C/G 15/02/2011 Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE A la demande du gouvernement, Pierre MOREL A L'HUISSIER, Député de LOZERE, rendait en novembre 2006 un rapport sur "Du Télétravail

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables et des adhérents du BDÜ.

je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables et des adhérents du BDÜ. Monsieur le Directeur. Monsieur le Directeur. Madame Contino, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. N'écoutez pas tout ce qu'on vous raconte, apprenez par vous-même

DOSSIER DE PRESSE. N'écoutez pas tout ce qu'on vous raconte, apprenez par vous-même N'écoutez pas tout ce qu'on vous raconte, apprenez par vous-même Un site de vulgarisation scientifique réalisé avec les experts, pour que le savoir soit partagé par tous. DOSSIER DE PRESSE La Banque des

Plus en détail

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation FAVRE Consuting Ingénierie des Systèmes d Information La gestion électronique de l information et des documents entreprise Dossier réalisé en novembre 2014 Version 1 Références GF/100110 V2 FAVRE Consulting

Plus en détail

Résultats du sondage en ligne

Résultats du sondage en ligne Résultats du sondage en ligne Octobre 2012 Sondage SwissCommunity.org Avec 4 090 réponses sur un total de 13 000 membres, c est presque un tiers de l ensemble des membres de la plate-forme qui y ont répondu.

Plus en détail

«ad4max FAQ» 2014 Page 1. FAQ ad4max GEO. publicitas.ch. publicitas.ch/ad4maxgeo

«ad4max FAQ» 2014 Page 1. FAQ ad4max GEO. publicitas.ch. publicitas.ch/ad4maxgeo «ad4max FAQ» 2014 Page 1 FAQ ad4max GEO publicitas.ch publicitas.ch/ad4maxgeo «ad4max FAQ» 2014 Page 2 Conditions de commande Quel est le budget judicieux pour mon entreprise? Cela dépend de plusieurs

Plus en détail

Représentation permanente de la Fédération de Russie auprès de l'unesco

Représentation permanente de la Fédération de Russie auprès de l'unesco Représentation permanente de la Fédération de Russie auprès de l'unesco Agence fédérale Rossotroudnitchestvo auprès du MAE de Russie Représentation en France de l'agence fédérale Rossotroudnitchestvo -

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

Introduction. Qu est-ce que Visual Basic 2008?

Introduction. Qu est-ce que Visual Basic 2008? Je suis profondément ravi que vous ayez choisi ce livre pour acquérir les compétences et techniques de programmation avec Microsoft Visual Basic 2008. Si nous nous découvrons mutuellement dans ce paragraphe,

Plus en détail

Appareils technologiques en milieu de travail : 4 e séance. Réunion du Comité consultatif sur le cadre d architecture (CCCA) Le 16 avril 2014

Appareils technologiques en milieu de travail : 4 e séance. Réunion du Comité consultatif sur le cadre d architecture (CCCA) Le 16 avril 2014 Appareils technologiques en milieu de travail : 4 e séance Réunion du Comité consultatif sur le cadre d architecture (CCCA) Le 16 avril 2014 1 Ordre du jour HEURE SUJETS PRÉSENTATEURS 9 h à 9 h 10 Mot

Plus en détail

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire Formation continue des personnels URCA Offre de la Bibliothèque Universitaire Année 2012-2013 Bibliothèque Universitaire Formation continue pour le personnel de l URCA Modalités o Public : personnels de

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Rapport de stage Nom de l entreprise. Date du stage. Rapport de stage Nom de l entreprise. Date du stage. Nom du professeur principal

Rapport de stage Nom de l entreprise. Date du stage. Rapport de stage Nom de l entreprise. Date du stage. Nom du professeur principal RAPPORT DE STAGE 3 ème Quels conseils méthodologiques pour la réalisation de votre rapport Voilà des conseils et des questions pour vous aider dans la réalisation de votre rapport. Ils vous sont proposés

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations. Formulaire de demande d admission. Section 1 - Identification

Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations. Formulaire de demande d admission. Section 1 - Identification Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations Formulaire de demande d admission Nom complet : Adresse actuelle : Section 1 - Identification Adresse permanente (si différente de l'adresse

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Nous sommes là pour vous aider Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association N 12156*02 Dossier de demande de subvention Veuillez cocher la case correspondant à votre situation

Plus en détail

18 mars 2011 Nobody s Unpredictable

18 mars 2011 Nobody s Unpredictable Notoriété et usage du Livre Numérique 18 mars 2011 Nobody s Unpredictable Objectifs Mesurer la notoriété du Livre Numérique au sein de la population française Mesurer sa lecture, décrire le profil des

Plus en détail

Les nouveaux sites documentaires de l IRD

Les nouveaux sites documentaires de l IRD Les nouveaux sites documentaires de l IRD Nouvel Horizon, nouvel intranet, nouveaux Netvibes - IRD France Sud - Logo d après Clipart-fr et Freepik.com De quoi allons nous parler? Les sites de la Documentation

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Formation à la recherche documentaire sur le web

Formation à la recherche documentaire sur le web Formation à la recherche documentaire sur le web Objectif : Savoir effectuer des recherches pertinentes sur Internet Savoir distinguer les informations fiables sur Internet Savoir effectuer des recherches

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

SIGEM 2015 Questions fréquemment posées

SIGEM 2015 Questions fréquemment posées SIGEM 2015 Questions fréquemment posées Merci de vous assurer d avoir consulté préalablement le mode d emploi de la procédure SIGEM 2015 : http://www.sigem.org/pdf/reglement_sigem.pdf 1 QUESTIONS CONCERNANT

Plus en détail

Me définir. Intérêts

Me définir. Intérêts Intérêts Voici quelques exemples de champs d intérêt. Ce sont tous des mots ou groupes de mots pouvant servir à compléter la phrase : «J aime». Ne vous limitez pas à cette liste. Elle est loin d être complète!

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

LE JOURNAL POUR LES LOGISTICIENS

LE JOURNAL POUR LES LOGISTICIENS arlo R E P O R T LE JOURNAL POUR LES LOGISTICIENS 31 Mars 02 Avril 2015 EDITION SPECIALE SITL Paris 2015 Pavillon 7.2 Stand N 71 incontact RENCONTRES DANS LE SUD-OUEST intouch SITL PARIS 2015 indeed REFERENCE

Plus en détail

Comment utiliser le catalogue? http://catalogue.frantiq.fr/

Comment utiliser le catalogue? http://catalogue.frantiq.fr/ GDS3378 http://www.frantiq.fr/ Comment utiliser le catalogue? http://catalogue.frantiq.fr/ Version 1.0 Sophie Barat CCJ Date : 02/07/2014 1. BIENVENUE SUR LE CATALOGUE FRANTIQ... 2 2. COMMENT FAIRE UNE

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier 1 Table des matières : Définir son besoin d information et déterminer le sujet... 3 Les ouvrages de référence ou usuels...

Plus en détail

Présentation générale du projet data.bnf.fr

Présentation générale du projet data.bnf.fr Présentation générale du projet data.bnf.fr La Bibliothèque nationale a mis en œuvre un nouveau projet, qui a pour but de rendre ses données plus utiles sur le web. Ceci nécessite de transformer données

Plus en détail

Action spécifique de fonctionnement

Action spécifique de fonctionnement Associations loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association 1 regionpaca.fr Dossier de demande de subvention Action spécifique de fonctionnement Vous trouverez dans ce document toutes les informations

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

1. Présentation de votre association

1. Présentation de votre association 1. Présentation de votre association Nom de l association : Sigle : Objet :.. Adresse de son siège social :.. Code postal : Téléphone : Commune : Télécopie : Courriel :.. Adresse site internet : Adresse

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

ENTREVUE ÉCRITE. Boucherie de détail (DEP) Boulangerie (DEP) Cuisine (DEP) Pâtisserie (DEP) Service de la restauration (DEP) Vente de voyages (DEP)

ENTREVUE ÉCRITE. Boucherie de détail (DEP) Boulangerie (DEP) Cuisine (DEP) Pâtisserie (DEP) Service de la restauration (DEP) Vente de voyages (DEP) 7, rue Robert-Rumilly Québec, G1K 2K5 ENTREVUE ÉCRITE Nom : Prénom : Date de naissance : Code permanent : Inscrit sur vos bulletins ou sur votre carte étudiante No de téléphone : COCHEZ LE PROGRAMME POUR

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Le Projet héros : authentifier l information en ligne

Le Projet héros : authentifier l information en ligne LEÇON Années scolaire : 4 e à 8 e année (4 e année à 2 e secondaire) Au sujet de l auteur : Matthew Johnson, Directeur de l éducation, HabiloMédias Durée : 2 à 3 heures, plus le temps de présentation (peut

Plus en détail

Guide à l intention des services d incendie. Création et maintien d un plan de continuité des opérations (PCO)

Guide à l intention des services d incendie. Création et maintien d un plan de continuité des opérations (PCO) Guide à l intention des services d incendie Création et maintien d un plan de continuité des opérations (PCO) Composantes de la planification de la continuité des opérations Index Introduction Pour commencer

Plus en détail