Performance des post Public to Private transactions en France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Performance des post Public to Private transactions en France"

Transcription

1 Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper Performance des post Public to Private transactions en France Olivier MEIER Aurélie SANNAJUST IPAG Business School 184, Boulevard Saint-Germain Paris France IPAG working papers are circulated for discussion and comments only. They have not been peer-reviewed and may not be reproduced without permission of the authors.

2 Performance des post Public to Private transactions en France Olivier MEIER Maître de Conférences, HDR Université Paris Est - IRG Aurélie SANNAJUST Maître de Conférences Université de Saint-Etienne COACTIS Résumé : L analyse de la performance post Public to Private transactions est un aspect de la revue de la littérature du Private Equity peu étudié. Cette faiblesse nous a conduits à étudier la performance globale de l entreprise sur les plans financier, stratégique, sociétal et social, faisant appel à la littérature en finance et en stratégie. Notre recherche porte sur la période en France avec un échantillon de 45 sociétés. Deux analyses univariée et multivariée ont été réalisées. Les principaux résultats obtenus nous montrent que les Public to Private après trois années d existence affichent une nette amélioration de leur productivité à travers une maîtrise plus importante de leur niveau d endettement, la mise en place d un système de formation pour les employés, ainsi qu une prime octroyée selon le rendement des salariés. Concernant les variables stratégiques, nous constatons une augmentation des investissements en recherche et développement avec un résultat largement significatif due à une meilleure gestion managériale au sein de l entreprise. Enfin, le niveau des exportations a augmenté et présente un résultat significatif. Mots clés : going private, performance, stratégie, social. JEL Classification : G24-G34

3 1. Retraits de bourse : motifs et conséquences Autrefois rarissime et plutôt considérées comme une sanction des marchés financiers ou un signe de mauvaise santé économique, les sorties de cotation se sont multipliées depuis la crise financière, après avoir connu une forte hausse suite à l éclatement de la bulle Internet en 2001 (Fournier, 2013). Les sorties de bourse s apparentent à des regroupements de sociétés cotées qui décident de fermer leur capital au public, en sortant de la bourse. On qualifie cette opération de «Public to Private», d opérations de retrait de la cote (PtoP). On peut également les désigner sous les termes des going private, LBO (Leveraged Buy Out) ou MBO (Management Buy Out) au sens où la valeur de l entreprise est remplacée par la participation au capital d investisseurs privés. Désormais, comme le précisent Land et Hasselbach (2000), le passage d une société publique cotée (public company) à une société fermée, conduit à ce que les actions ne soient plus publiquement négociables (private company)». L emploi du terme LBO se justifie par le fait que les Public to Private sont largement financées par de la dette comme les LBO (Weir, Laing, Wright, 2004). Il s agit de racheter le capital d une entreprise cotée, avec la participation d un investisseur financier et à l aide d une structure à effet de levier (montage LBO) et à retirer cette entreprise de la cote. A travers cette opération, la société est radiée de la Bourse et ne peut donc plus être achetée sur un marché règlementé ouvert au public. Les actionnaires de la société détiennent toujours les titres mais les transactions ne se réalisent plus sur les marchés réglementés et sont désormais effectuées de gré à gré. Le retrait de bourse répond au besoin de corriger les résultats décevants de la cotation en bourse. Cette décision peut également être guidée par des considérations financières ou économiques. Elle peut aussi traduire une orientation défensive en vue d éviter des prises de contrôle hostiles. Enfin, ce type d opération peut s expliquer pour des raisons de nature managériale qui vise à aligner les intérêts des dirigeants et des actionnaires et à mieux contrôler les comportements managériaux. L opération de sortie de bourse est souvent le reflet d un contexte boursier particulier, lorsque les entreprises doivent faire face à un effondrement des cours boursiers. Comme le soulignent Achleitner, Betzer et Hinterramskogler (2008), les opérations de Public to Private sont toujours plus attractives lorsque le marché est baissier. Il s agit ici d éviter que les actions de la société soient inférieures au prix d introduction et rendent la levée de nouveaux fonds impossible. L introduction en bourse devient, dans ce cas, un obstacle au développement de l entreprise. La société se retrouve dès lors sous-évaluée (Mehran et Peristinani, 2006) et doit faire face à une situation, où aucun investisseur ne souhaite prendre le risque d investir. Ce fut notamment le cas d un certain nombre de petites sociétés innovantes après l'éclatement de la bulle Internet en Entrées trop vite sur les

4 marchés, elles n'avaient pas eu le temps de faire leurs preuves et avaient été délaissées par les investisseurs. Cette contrainte est d autant plus forte que les coûts de cotation (initial public offering) et de courtage ont tendance à augmenter (DeAngelo et al., 1984) du fait de réglementations et d obligations (publication des comptes, respect des règles de la plateforme de trading) de plus en plus exigeantes. Le retrait de bourse peut donc permettre de réduire certains coûts et de simplifier certaines démarches de structures notamment dans le cas de restructuration. De plus, la décision de sortir de la bourse peut être source d économie fiscale (réduction des taxes, optimisation fiscale). L augmentation des intérêts déductibles constitue en effet une importante source de richesse (Lowenstein, 1985), en créant un important bouclier fiscal qui augmente la valeur de la société avant la transaction (Kosedag et Lane, 2002). Le fait de rester durablement cotée en dessous de sa valeur intrinsèque peut aussi avoir d autres conséquences : elle peut susciter l intérêt de certains investisseurs à réaliser une OPA hostile et ainsi remettre en cause l indépendance économique et stratégique de l entreprise. Ainsi, le fait de réaliser une opération de Public to Private permet au management de se couvrir contre toute éventuelle prise de contrôle hostile de la part d entreprises concurrentes. Lowenstein (1985) montre que certaines sociétés qui sortent de la cote boursière sous forme de MBO le font pour éviter une prise de contrôle hostile. Cette observation est soutenue par la théorie de Michel et Shaked (1986). De peur de perdre leur emploi quand survient une prise de contrôle hostile, les managers décident de sortir de la cote. Par conséquent, l hypothèse de défense de prise de contrôle suggère que les primes des PtoP traduisent la volonté de l équipe managériale d acheter les parts détenues par les actionnaires, afin de se protéger d une OPA hostile (Singh, 1990). Mais le retrait de bourse est aussi une façon pour les dirigeants de retrouver du temps et une plus grande liberté de gestion. En effet, le retrait de bourse permet de recentrer le pouvoir décisionnaire, en réduisant la pression de certains actionnaires (Maug, 1998, Admati et al., 1994). De plus, le fait de se retirer de la cote contribue à se positionner sur un horizon à plus long terme, en échappant à l attention trimestrielle des marchés financiers. Ceci permet de développer des stratégies inscrites dans la durée, en échappant à une communication institutionnelle exigeante et précise, qui limite la mise en place de politiques spécifiques et originales. Ceci s explique par le fait que les marchés financiers ont une vision à très court terme. Face à la pression de se voir sanctionner au niveau du prix de leurs actions, les sociétés n ont pas alors le temps d expérimenter des politiques de développement audacieuses, de faire la preuve de leurs orientations. Elles se retrouvent liées à un système de dépendance institutionnelle qui rend dès lors difficile toute marge de manœuvre, pour pouvoir changer d orientation en cas d erreur ou de changement de situations. En outre, le retrait de bourse peut répondre à des considérations managériales favorables aux dirigeants et managers. En effet, les firmes en Private

5 Equity ont de nombreux mécanismes permettant de récompenser les managers performants, quand ils s engagent dans une opération de PtoP (Fenn 1994). Ces sociétés de Private Equity (le principal) essaient de réaligner les intérêts des managers (les agents) avec eux. L hypothèse de réalignement des intérêts considère que la richesse des actionnaires des opérations de Public to Private est largement le résultat d un système permettant de réunir les intérêts de l agent et du principal (Halpern, Kieschnick et Rotenberg, 1999). D un point de vue managérial, le retrait de bourse est donc un moyen de parvenir à un actionnariat stable et renforcé, en misant sur un management motivé et engagé. Ce type de décisions apparaît par conséquent comme la saisie d opportunités, un acte de protection ou la traduction de résultats décevants en matière de cotation en bourse. Elle sous-tend la volonté de redonner une logique rationnelle au bon fonctionnement de l entreprise, en limitant les coûts et certaines dérives financières ou managériales. Mais au-delà de ces aspects, quelles sont les conséquences de ces choix sur la trajectoire stratégique des firmes? Comment apprécier la performance globale de l entreprise tant sur le plan financier que stratégique, sociétal et social? Autant de questions rarement traitées dans la littérature en finance et stratégie, alors même que cette opération engendre structurellement des modifications importantes dans la structure du capital et dans la conduite des activités. L article présenté entend ainsi répondre à ces interrogations, en cernant mieux la portée stratégique de cette décision et ses implications pour le développement et le management de l entreprise. En d autres termes, une orientation PtoP est-elle en soi une décision stratégique ayant valeur de sens et de création de valeur? Ou doit-elle simplement se voir comme une approche opportuniste ou subie visant à faire face aux dérives d une cotation en bourse mal dominée? Le papier s articule de la manière suivante : après avoir présenté les motifs des ptotp et leurs conséquences, l article expose la méthodologie retenue et énonce les résultats de l étude empirique. La section 4 se termine par les conclusions et les perspectives de recherche. 2. Méthodologie Afin de pouvoir tester les hypothèses, nous avons construit l échantillon à l aide de deux bases de données Capital IQ issues de Standard and Poor s et de OSIRIS issue du Bureau Van Dijk. Ces deux bases nous ont permis de sélectionner l ensemble des opérations de «public to private» (PtoP) ainsi que des données manquantes via OSIRIS. Nous avons retenu le cas français pour l échantillon. Capital IQ nous a permis de recenser tous les going private sur la période retenue ( ), soit

6 environ 70 sociétés. Cependant, tous les going private ne sont pas des opérations de Public to Private 1, c est pourquoi nous avons traité individuellement chaque société, pour savoir si elles étaient toujours présentes sur la cote boursière et si elles n avaient pas changé de nom. Pour cela, nous avons utilisé la base de données OSIRIS, ainsi que les sites des sociétés. Le deuxième dépouillement des sources disponibles nous a donné un nombre de 45 sociétés. Parmi les going private, on peut avoir des cessions de filiales, des opérations de Public to Private, des rachats de sociétés (les buyouts) et aussi des seconds rachats (les secondary buyouts). Il convenait par conséquent de les dissocier. Cet article permet de savoir si le fait de se retirer de la bourse a une utilité en termes de création de valeur ou obéit principalement à des raisons opportunistes, défensives ou managériales. La plupart des études réalisées sur le sujet (DeAngelo, DeAngelo and Rice, 1984 ; Halpern, Kirschnick, Rotenberg, 1999 ; Renneboog, Simons, Wright, 2006) portent essentiellement sur les aspects financiers. Elles ne tiennent pas compte des autres impacts occasionnés par une opération de going private. Le récapitulatif des hypothèses retenues est présenté dans le tableau 2. Nous avons sélectionné plusieurs variables sur différentes thématiques. Cinq thèmes ont ainsi été retenus, permettant d étudier l impact des PtoP. Le tableau 1 présente les définitions de toutes les variables décrites ci-dessus. Sur le plan financier, trois variables ont été identifiées : l effet de levier, la productivité et le niveau des cash flows. Sur le plan managérial, nous avons retenu une variable dichotomique égale à 1, dès lors que la part des fonds propres détenus par les managers est supérieure à 25% des parts de la société (Renneboog, Simons, Wright, 2006). Ceci se justifie par le fait que la présence des managers avant la sortie de la bourse des sociétés est très faible, ce qui peut entraîner un manque d efficience au sein de la société. La société peut donc avoir intérêt à se retirer de la cote boursière pour différentes raisons : les coûts d agence et les coûts de surveillance seront réduits, les intérêts divergents entre actionnaires et managers (Halpern et al., 1999) tendent à s estomper et permettent une meilleure gestion de la société (Jensen et Meckling, 1976 ; Kaplan, 1989). De ce fait, une présence importante des managers au sein de l entreprise peut avoir une influence positive sur sa création de valeur. Sur le plan sociétal, nous avons retenu quelques critères de l investissement socialement responsable : les relations humaines (avec une variable égale à 1 si les salariés ont suivi depuis l opération de PtoP une formation), l environnement (avec une variable égale à 1 si 1 En effet, parmi les going private, on peut avoir des cessions de filiales, des opérations de Public to Private, des rachats de sociétés (les buyouts) et aussi des seconds rachats (les secondary buyouts).

7 l entreprise respecte un programme d économies d énergie) et une variable clients/fournisseurs égale à 1 (si l entreprise a mis en place une mesure de satisfaction clients/fournisseurs). Sur le plan stratégique, deux variables ont été retenues, une relative à l innovation en prenant le niveau de dépenses de recherche et développement, et une relative à l international en utilisant le niveau des exportations. Sur le plan social, deux variables ont été choisies, une sur le nombre d employés et une sur le niveau des salaires. L ensemble des variables retenues ont été mesurées entre un an et trois ans après l opération de PtoP. Les statistiques descriptives de l échantillon sont présentées dans le tableau 3. Nous pouvons remarquer que les firmes venant justes de réaliser une opération de PtoP se caractérisent par un effet de levier plus important (1,9 contre 1,1 pour les PtoP en T+3). Ceci peut se justifier par le fait qu elles ont un niveau de dettes beaucoup plus important, ce qui engendre un ratio d effet de levier supérieur. Le niveau de productivité après 3 années de PtoP présente une nette amélioration (215 contre 173). Nous remarquons aussi que les managers ayant une part supérieure à 25% des parts de la société ne représentent que 46% au début du passage au PtoP pour atteindre 73% trois années plus tard. Ceci nous permet de justifier les niveaux de productivité supérieurs. Une meilleure gestion au sein de la direction permet d avoir une équipe productive plus efficiente. Trois mesures ont été prises pour les variables sociales. Elles nous montrent que la prise en compte de l environnement et la mise en place de formation au sein de l entreprise permet d améliorer le niveau de productivité. Cette amélioration de productivité se traduit par des résultats financiers meilleurs mais aussi par de nouvelles stratégies mises en place par l entreprise, telles que l innovation et l international via des exportations. Cette amélioration de l ensemble ces résultats se traduit aussi par une réduction des effectifs et la mise en place de primes permettant d encourager les employés fournissant plus de travail. Afin de répondre à notre problématique, nous allons procéder à deux types de tests (Sannajust, 2009) d une part une analyse univariée et d autre part une analyse multivariée. Le premier type de test nous permettra d étudier la significativité des différences de moyennes, tandis que le deuxième type de test nous permettra d étudier l impact des différentes variables entre elles. Ce dernier nous permet d expliquer les déterminants de la performance des opérations de LBO entre t+1 et t+3. Pour cela, nous avons retenu une variable d indicateur de performance, en utilisant le ratio cashflow/somme des actifs. Cette mesure a déjà été retenue par des auteurs tels que Kaplan (1989), Jain et Kini (1994), Holthausen et Larker (1996) et permet de fournir un niveau de rentabilité sur les actifs.

8 3. Résultats a. Résultats de l analyse univariée Les résultats obtenus dans le tableau 4 présentent les moyennes de l ensemble des variables retenues pour deux périodes choisies : un an après le PtoP (t+1) et trois ans après le PtoP (t+3). Deux tests ont été retenus d une part, les différences de moyenne testées empiriquement via un test de Student et d autre part les différences de médiane testées empiriquement via un test de Wilcoxon. De manière générale, nous pouvons remarquer que contrairement à certains résultats d études antérieures (Lowenstein, 1985 ; Lee, 1992 ; Harlow et Howe, 1993), les résultats obtenus présentent un bon niveau de significativité, avec une nette amélioration de la performance des firmes. Sur le plan financier, nous constatons que la dette des LBO a diminué avec un meilleur ratio d effet de levier (1,9 en t+1 et 1,1 en t+3). La productivité a largement augmenté entre les deux périodes. Ce résultat est en corrélation avec celui relatif aux variables sociales. En effet, nous remarquons que le nombre d employés a réduit mais le niveau des salaires a été augmenté. Cette augmentation de salaires ne se traduit pas par une augmentation de la rémunération fixe mais par l attribution de primes aux salariés d où le fait que la productivité a augmenté entre t+1 et t+3. Le niveau des cashflows a aussi augmenté (1457 contre 1653 en t+3). Cette amélioration de performance financière peut se justifier par le fait qu une meilleure organisation et direction permet une meilleure gestion de la firme. En effet, la variable mesurant l aspect managérial des LBO montre que la part des fonds propres détenus par les managers est largement supérieure à 25% des parts de la firme, ce qui permet d avoir un meilleur contrôle et une moindre dispersion du capital. Les variables sociétales faisant partie des indicateurs de l ISR retenues dans cette étude, montrent que les PtoP ont adopté partiellement ces indicateurs. Les variables relatives à la formation des salariés et à la mise en place d économies d énergie présentent des résultats significatifs et montrent que celles-ci impactent favorablement le niveau de la performance de l entreprise. Les résultats n ont pas obtenu un niveau de significativité important. Toutefois, le programme d économies d énergie présente un degré de significativité important. Entre t+1 et t+3, les résultats ont progressé de 25 à 73%. Les variables stratégiques montrent que les PtoP ont essayé d employer leur niveau de cash-flows non plus pour des fins économiques inefficientes comme cela l était avant mais pour investir dans des projets d investissement à valeur actuelle nette positive telle que la recherche et développement. Par ailleurs, une autre stratégie se développe par une montée de l internationalisation. Le niveau des exportations a été augmenté.

9 Aux vues des tests de l analyse univariée, nous constatons que l opération de PtoP a amélioré les performances financière, managériale, stratégique et sociale de l entreprise et partiellement la performance sociétale. b. Résultats de l analyse multivariée Le tableau 3 présente les résultats de l analyse multivariée. Cette analyse se fonde sur la mesure de la performance des PtoP un an et trois ans après l opération à travers le ratio cash-flows/total des actifs (CF/A). Par conséquent la variable dépendante est la variation de cette variable : ( CF/A): (CF/A) t+3 (CF/A) t+1. CF/A est définie en prenant le niveau des cash-flows moins les intérêts et l impôt pour éviter le mécanisme de l effet de levier sur les résultats. Nous étudions la relation entre la variation du ratio CF/A et les variables indépendantes un an et trois ans après l opération. Les variables indépendantes sont les mêmes que celles utilisées dans l analyse univariée et se classent en cinq catégories : variables financières (G est l effet de levier, P est la productivité, CF représente les cash-flows), variable managériale (M est une variable dichotomique égale 1 dès lors que la part des fonds propres détenus par les managers est supérieure à 25% des parts de la société), variables sociétales (F est une variable dichotomique égale à 1 quand les salariés auront suivi une formation au cours de l année), E représente une variable dichotomique égale à 1 dès lors que l entreprise respecte un programme d économies d énergies) et C/F représente une variable dichotomique égale 1 dès lors que l entreprise a mis en place une mesure de satisfaction clients/fournisseurs), variables stratégiques (N qui est la notation faite par les agences de notation, RD représente les dépenses de recherche et développement et X qui mesure le niveau des exportations), variables sociales (E qui représente le nombre d employés et S le niveau des salaires). L ensemble des résultats corroborent ceux de l analyse univariée. Avec une régression logistique binaire, nous avons la possibilité d avoir une interaction entre les variables, ce que nous n avions pas dans l analyse précédente. Nous remarquons que l ensemble de nos variables nous donne des résultats satisfaisants en termes de significativité. Ceci nous conforte dans la construction de notre modèle. Nous observons que les variables opérationnalisant la performance financière sont toutes positives et largement significatives. Ceci corrobore le fait que les entreprises se retirant de la bourse de type Public to Private souffraient d une mauvaise gestion financière et les contraignaient à des résultats financiers de plus en plus faibles (Meier, Sannajust, 2013). La mesure choisie dans cet article (en vue de savoir si le type de gestion au sein de l entreprise pouvait avoir une influence sur les résultats de performance) s avère être significative. Elle nous permet de considérer que lorsque la direction de la firme est détenue par un nombre restreint de dirigeants, cette dernière est managée

10 de manière plus efficiente ce qui entraine une meilleure performance managériale. L analyse des variables sociétales relatives à l investissement socialement responsable (ISR) n a encore jamais été étudiée. Trois aspects de l ISR ont été retenus. Les trois variables relatives à la mise en place de formation, de programmes d énergie et de mesure de la satisfaction clients/fournisseurs montrent qu il y a eu une amélioration (résultats positifs) mais uniquement une des trois ne présente pas un résultat significatif. La mise en place de programmes d économies d énergie présente un résultat positif et significatif ce qui améliore la qualité de l environnement de l entreprise et de ses salariés et lui permet aussi de réaliser des économies de coûts. De même, la mise en place de formation au sein des entreprises a un impact positif et significatif sur la rentabilité de celles-ci. Ce résultat est en parfaite adéquation avec le niveau de productivité qui présente aussi un résultat positif et significatif pour les variables financières. Une meilleure formation entraîne une meilleure efficience dans le travail réalisé par les salariés et ainsi une meilleure productivité. Seule la variable mesurant si l entreprise a mis en place une mesure de satisfaction clients/fournisseurs a obtenu un résultat non significatif mais positif. Concernant les variables stratégiques, nous constatons une augmentation des investissements en recherche et développement avec un résultat largement significatif. Ceci peut se justifier par le fait qu avec une meilleure gestion managériale au sein de l entreprise, les investissements sont réalisés pour des projets à valeur actuelle nette positive dans le but d améliorer et d augmenter la croissance de l entreprise. Ils ne sont plus utilisés à des fins privées comme cela l était avant de réaliser une opération de PtoP (Renneboog, Simons and Wright, 2006). Cet investissement réalisé dans de nouveaux produits permet ainsi à l entreprise de se démarquer des autres et d avoir une certaine plus-value à vendre. Ceci leur permet de se faire connaître tant sur le plan national que sur le plan international. Ainsi le niveau des exportations a aussi augmenté et présente un résultat significatif. Le dernier aspect de la performance de l entreprise à avoir été étudié, est l aspect social via deux variables. Nous constatons que le nombre d employés entre t+1 et t+3 d un PtoP s est réduit de manière significative pour réduire la dette engendrée par l opération et réduire des coûts. Par ailleurs, nous remarquons que le niveau des salaires n a pas sensiblement augmenté mais nous avons observé que l attribution des primes a largement augmenté. Cela signifie que plus le salarié travaille et obtient de bons résultats plus il sera récompensé via une prime. Ceci permet d éviter les «passagers clandestins» dans le sens où si la rémunération fixe augmente et que l effort du salarié n augmente pas, celui-ci verra sa rémunération augmentée quoique qu il en soit. Avec la mise en place de primes, seuls les salariés «travailleurs» seront récompensés. Ceci se justifie aussi avec les résultats obtenus dans les variables financières avec une augmentation de la productivité.

11 4. Conclusion Par extension à la recherche sur le Private Equity et plus précisément sur les opérations de Public to Private, notre étude se concentre sur les opérations de going private appelées aussi PtoP en France entre 2000 et Ce choix de période se justifie par le fait que le but de l article est d étudier la performance des post PtoP entre t+1 et t+3. Une quarantaine d opérations (45) de PtoP en France ont ainsi été retenues. Pour aborder cette problématique, nous proposons une nouvelle contribution en allant au-delà des questions de performance financière des post PtoP. En effet, la performance peut aussi se traduire selon différents axes, tels que la performance managériale, la performance sociétale, la performance stratégique ainsi que la performance sociale. C est à travers ces différents aspects que nous avons étudiés l attrait et l intérêt de ces opérations. Est-ce une réelle amélioration de la performance au sens large ou est-ce fondamentalement une stratégie défensive ou personnelle du manager? Au vu des résultats obtenus grâce à l élaboration de différents tests empiriques tels qu une analyse univariée et une régression logistique binaire, nous avons constaté que la réalisation d une opération de Public to Private justifie une nette amélioration de la performance tant au niveau financier que managérial, sociétal, stratégique et social. Les principaux résultats obtenus nous montrent que les PtoP après trois années d existence affichent une nette amélioration de leur productivité à travers une maîtrise plus importante de leur niveau d endettement, la mise en place d un système de formation pour les employés, ainsi qu une prime octroyée selon le rendement des salariés. Cette augmentation de productivité se traduit par une augmentation des flux générés, c est à dire une augmentation des free cash flows et par conséquent une apparition de nouvelles stratégies telles que l innovation et l internationalisation. Tout ceci ne peut être réalisé que par une meilleure gestion au sein du capital de la société via une augmentation des parts détenues par les managers. Par conséquent, la réalisation d une opération de PtoP nous conforte dans l idée qu elle améliore la situation de l entreprise sous différents angles de la performance. Les résultats auxquels la recherche aboutit seraient intéressants à inscrire sur une période de temps plus longue, depuis le début du développement des PtoP en France, afin d étudier si la performance de celles-ci a connu un changement ou non, et si les PtoP ont toujours été bénéfiques pour l entreprise. Sont-elles par exemple influencées par la période économique auxquelles elles se développent? Par ailleurs, un autre choix en terme d échantillon peut aussi être effectué pour une future recherche, celui d un échantillon à l échelle européenne voire même international comme cela a été fait lors de travaux antérieurs étude (Sannajust, 2009). L introduction de nouvelles variables de type juridique, fiscal, économique telle que la croissance du pays serait intéressante à

12 étudier et permettrait d enrichir l analyse. La prise en compte de l année comme nous l avons évoqué précédemment pourrait aussi faire l objet d une variable muette. Ces différentes questions demandent d être approfondies et traitées dans de futures recherches.

13 5. Bibliographie Achleitner, A-K, Betzer, A., Hinterramskogler, B., 2008, Private Equity Investors as Corporate Governance Mechanism in Continental Europe, Working Paper, Center for Entrepreneurial and Financial Studies, Technische Universität München, TUM Business School Admati, Pfleiderer et Zechner, 1994, Large shareholder activism risk sharing and financial market equilibrium, Journal of Political Economy, University of Chicago Press, volume 102(6), p DeAngelo H., DeAngelo L., Rice E., 1984, Shareholder wealth and going private, Journal of Law and Economics, 27, Fenn, D., 1994, Are your kids good enough to run your business?, Inc, August, Fournier A.., Sortir de la bourse, pour quoi faire?, Le Monde, 9 Août, Halpern P., Kieschnick R., Rotenberg W., 1999, On the heterogeneity of leveraged going private transactions, Review of Financial Studies, 12, Harlow W.V., Howe J.S., 1993, Leveraged buyouts and insider nontrading, Financial Mangement, 22, Holthausen R.W., Larcker D.F., 1996, The financial performance of reverse leveraged buyouts, Journal of Financial Economics, 42 (3), Jain, B.A., & Kini, O. (1994). The post-issue operating performance of IPO firms. Journal of Finance, 49, pp Jensen M.C, Meckling W., 1976, Theory of the firm: managerial behavior, agency costs and ownership structure, Journal of Financial Economics, 3, Kaplan S.N, 1989a, The effects of management buyouts on operating performance and value, Journal of Financial Economics, 24, Kaplan S.N, 1989b, Management buyouts: evidence on taxes as a source of value, Journal of Finance, 44, Kosedag, A., Lane W.R., 2002, Is it Free Cash Flow, Tax Savings or Neither? An empirical study of two leading going-private explanations: the case of re-lbos, Journal of Business Finance and Accounting, volume 29, pages Lowenstein L., 1985, Management Buyouts, Columbia Law Review, 85, Maug, E., 1998, Large shareholders as monitors: is there a trade-off between liquidity and control?, Journal of Finance, volume 53, pages Meier, Sannajust, 2013, Public to Private transactions and cognitive biases: a European Study, Working paper Michel A., Shaked I., 1986, Takeovers madness: corporate America fights back, New York: John Wiley and Sons

14 Renneboog, L., Simons T., and Wright M., 2006, Public-to-Private transactions in the UK, Working paper Tilburg University. Sannajust, A., 2009, Motivations and Performance of Public to Private Transactions: an international study, PhD in Finance, University of Clermont-Ferrand, 310 Singh, H Management buy-outs and shareholder value. Strategic Management Journal, Weir, C., Laing, D. and Wright, M., 2004, Public to private takeovers and the market for corporate control, Working Paper, University of Notthingham.

15 Table 1 : Les variables retenues Variables Modalités Définitions Variables financières Effet de Levier Productivité Flux Cash Flow Variables managériales Variables sociétales Variables stratégiques Variables sociales Managers Relations humaines Environnement Clients/Fournisseurs Innovation International Effectifs Rémunérations Dettes financières/fonds propres Sales/employment Variable dichotomique = 1 si la part des fonds propres détenus par les managers > 25% des parts de la société Variables dichotomique =1 si les salariés suivent une formation au cours de l'année Variable dichotomique =1 si l'entreprise respecte un programme d'économies d'énergie Variable dichotomique =1 si l'entreprise a mis en place une mesure de satisfaction clients/fournisseurs Niveau des dépenses de recherche et développement Niveau des exportations Nombre d'employés Niveau des salaires

16 Table 2 : Les hypothèses retenues Hypothèses Performance financière Performance managériale Performance sociétale Performance stratégique Performance sociale Plus la gestion de la dette, de la productivité et des flux entrants dans la société sera maîtrisée et plus la performance de l entreprise sera meilleure. Plus la part des fonds propres détenus par les managers est importante plus la gestion de l entreprise sera meilleure et plus la performance de l entreprise sera meilleure. (si la part des managers est importante ceci veut dire qu il y a beaucoup moins de dispersion dans le capital de la société d où une amélioration de la performance) Plus les salariés seront formés, plus leur productivité augmentera et plus la performance de l entreprise sera meilleure Plus les économies d énergie seront importantes et plus la performance de l entreprise sera meilleure Plus la mesure de satisfaction clients/fournisseurs sera importante (identification des points faibles ) et plus la performance de l entreprise sera meilleure. Plus le niveau d investissement en recherche et développement sera important, plus l entreprise innovera et plus sa performance augmentera Plus la croissance de l entreprise augmentera en termes de parts de marchés externes, plus la performance de l entreprise sera meilleure. Plus le nombre d employés sera en adéquation avec les besoins de l entreprise, plus celle-ci sera performante Plus le niveau des salaires sera incitatif et plus la productivité par employé augmentera et plus la performance de l entreprise sera meilleure.

17 Table 3: Statistiques descriptives Le tableau présente les moyennes et médianes des variables de l échantillon des PtoP pour les années t+1 et t+3.les variables financières (G est l effet de levier, P est la productivité, CF représente les cash-flows), la variable managériale (M est une variable dichotomique égale 1 dès lors que la part des fonds propres détenus par les managers est supérieure à 25% des parts de la société), les variables sociétales (F est une variable dichotomique égale à 1 quand les salariés auront suivi une formation au cours de l année), E représente une variable dichotomique égale à 1 dès lors que l entreprise respecte un programme d économies d énergies) et C/F représente une variable dichotomique égale 1 dès lors que l entreprise a mis en place une mesure de satisfaction clients/fournisseurs), les variables stratégiques (N qui est la notation faite par les agences de notation, RD représente les dépenses de recherche et développement et X qui mesure le niveau des exportations), les variables sociales (E qui représente le nombre d employés et S le niveau des salaires). Panel A: Full Sample (265 observations) Year +1 Year +3 Mean Median Mean Median Variables financières Effet de Levier 1,9 1,7 1,1 1,2 Productivité Free Cash flow Variable managériale Managers 46% 37% 73% 65% Variables sociales Relations Humaines 17% 11% 51% 42% Environnement 25% 21% 73% 65% Clients/Fournisseurs 10% 8% 22% 16% Variables stratégiques Notation Innovation International Variables sociales Effectifs Rémunération

18 Table 4:Analyse univariée: changement de performance entre l année t+3 et t+1 Ce tableau présente les résultats empiriques de l analyse univariée de l échantillon des Public to Private en France de 2000 à T value et Z statistic représentent les résultats des tests de moyennes et de médianes. Les variables financières (G est l effet de levier, P est la productivité, CF représente les cash-flows), la variable managériale (M est une variable dichotomique égale 1 dès lors que la part des fonds propres détenus par les managers est supérieure à 25% des parts de la société), les variables sociétales (F est une variable dichotomique égale à 1 quand les salariés auront suivi une formation au cours de l année), E représente une variable dichotomique égale à 1 dès lors que l entreprise respecte un programme d économies d énergies) et C/F représente une variable dichotomique égale 1 dès lors que l entreprise a mis en place une mesure de satisfaction clients/fournisseurs), les variables stratégiques (N qui est la notation faite par les agences de notation, RD représente les dépenses de recherche et développement et X qui mesure le niveau des exportations), les variables sociales (E qui représente le nombre d employés et S le niveau des salaires). Les symboles ***,**,* représentent les seuils de significativité des résultats à hauteur de 1%, 5% et 10%. PtoP t+1 PtoP t+3 t value z statistic Variables financières G 0,56 0,32 2,571*** 2,624*** P 0,27 0,63 2,632*** 2,651*** CF Variable managériale M 0,15 0,24 2,485*** 2,496*** Variables sociétales F 0,22 0,35 2,541*** 2,563*** E 0,37 0,47 2,642*** 2,627*** C/F 0,24 0,32 2,115 2,121 Variables stratégiques N RD X 0,43 0,31 0,57 0,52 2,524*** 2,468*** 2,519*** 2,496*** Variables sociales E S 0,65 0,74 0,34 0,61 2,467*** 2,503*** 2,492*** 2,526***

19 Table 5: Régressions OLS, changement de performance entre les années t+1 et t+3. Ce tableau présente les résultats empiriques des régressions OLS avec comme variable dépendante CF/A (+3 ;+1) qui est égale à (CF/A) t+3 (CF/A) t+1. CF/A est définie en prenant le niveau des cash-flows moins les intérêts et l impôt pour éviter le mécanisme de l effet de levier sur les résultats. Les variables financières (G est l effet de levier, P est la productivité, CF représente les cash-flows), la variable managériale (M est une variable dichotomique égale 1 dès lors que la part des fonds propres détenus par les managers est supérieure à 25% des parts de la société), les variables sociétales (F est une variable dichotomique égale à 1 quand les salariés auront suivi une formation au cours de l année), E représente une variable dichotomique égale à 1 dès lors que l entreprise respecte un programme d économies d énergies) et C/F représente une variable dichotomique égale 1 dès lors que l entreprise a mis en place une mesure de satisfaction clients/fournisseurs), les variables stratégiques (N qui est la notation faite par les agences de notation, RD représente les dépenses de recherche et développement et X qui mesure le niveau des exportations), les variables sociales (E qui représente le nombre d employés et S le niveau des salaires). Deux modèles sont présentés à cause de la présence de collinéarité entre les variables productivité et le nombre d employés. Les symboles ***,**,* représentent les seuils de significativité des résultats à hauteur de 1%, 5% et 10%. I Variables financières G 0,25 0,29 (2,482)*** (2.501)*** P 0,43 (2,521)*** Variable managériale M 0,34 (2,473)*** 0.38 (2.492)*** Variables sociétales F 0, (2,534)*** (2.476)*** E 0, (2,542)*** (2.536)*** C/F 0, (2,241) (2.228)*** Variables stratégiques N RD 0, (2,623)*** (2.567)*** X 0, (2,613)*** (2.402)** Variables sociales E (2.496)*** S 0, (2,491)*** (2.543)*** Adjusted R² 49% 47% Observations II

Les motivations et la performance des opérations de retrait de la cote: une revue

Les motivations et la performance des opérations de retrait de la cote: une revue Les motivations et la performance des opérations de retrait de la cote: une revue Aurelie Sannajust To cite this version: Aurelie Sannajust. Les motivations et la performance des opérations de retrait

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

Gouvernement d entreprise Structure actionnariale et création de valeur 1

Gouvernement d entreprise Structure actionnariale et création de valeur 1 Revue «Echanges», n 211, juin 2004 Dossier «Evaluation et négociation d'entreprises» Historiquement, les promoteurs du gouvernement d'entreprise ont souvent préconisé une indépendance du management par

Plus en détail

Rémunération, risque et performance de long terme : quels liens? Michel ALBOUY, Ph.D. Professeur de finance

Rémunération, risque et performance de long terme : quels liens? Michel ALBOUY, Ph.D. Professeur de finance Rémunération, risque et performance de long terme : quels liens? Michel ALBOUY, Ph.D. Professeur de finance CEO Pay: a controversial issue In judging whether Corporate America is serious about reforming

Plus en détail

Les opérations à effet de levier - LBO. Isabelle Martinez Master CCA2

Les opérations à effet de levier - LBO. Isabelle Martinez Master CCA2 Les opérations à effet de levier - LBO Isabelle Martinez Master CCA2 Définition Un LBO ou Leveraged Buy Out est le rachat des actions d'une entreprise par un ou plusieurs fonds d investissement spécialisés.

Plus en détail

Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises

Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises Isabelle GirerdPotin et Pascal Louvet CERAG Université Grenoble Alpes Colloque académique 25 février 2013 Pertinence de

Plus en détail

Guide Pratique. Corporate Finance

Guide Pratique. Corporate Finance Guide Pratique Corporate Finance Préface Chers lecteurs, Le terme»corporate Finance«désigne les»transactions d entreprises«. Ceci inclut les fusions & acquisitions (mergers & acquisitions, M & A), c.à.d.

Plus en détail

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Sendes SOUISSI Direction des Entreprises Service de Méthodologie d analyse des entreprises Dans le

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière.

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Gestionnaire de fonds Analyste financier 1 (secteur des télécommunications) Analyste financier 2 (secteur

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Performance des introductions en bourse des sociétés financées par des capital-investisseurs: Une étude empirique sur la cas français

Performance des introductions en bourse des sociétés financées par des capital-investisseurs: Une étude empirique sur la cas français Performance des introductions en bourse des sociétés financées par des capital-investisseurs: Une étude empirique sur la cas français Résumé La contribution du capital-investisseur au processus de création

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Motivations et Conséquences des opérations de retrait de la cote: une étude internationale

Motivations et Conséquences des opérations de retrait de la cote: une étude internationale Motivations et Conséquences des opérations de retrait de la cote: une étude internationale Aurelie Sannajust To cite this version: Aurelie Sannajust. Motivations et Conséquences des opérations de retrait

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Rachat d actions : les raisons d un engouement

Rachat d actions : les raisons d un engouement Rachat d actions : les raisons d un engouement Maher Abdia Chercheur au groupe ESC Troyes Sabri Boubaker Professeur associé au groupe ESC Troyes, chercheur à l Institut de recherche en gestion de l université

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

Rachats d actions versus dividendes : effet de substitution sur le marché boursier français?

Rachats d actions versus dividendes : effet de substitution sur le marché boursier français? Rachats d actions versus dividendes : effet de substitution sur le marché boursier français? Sébastien DEREEPER * Université de Metz Frédéric ROMON Université de Lille 2 Classification JEL : G32, G35 Correspondance

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Sujet : Impact des mécanismes de gouvernance sur la création et la répartition de la valeur partenariale Thèse soutenue

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Transactions Maroc AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Strictement confidentiel Les étapes clefs La préparation, un facteur clef de succès Quelle

Plus en détail

Principaux résultats des recherches menées au CERAG à partir des notes VIGEO

Principaux résultats des recherches menées au CERAG à partir des notes VIGEO Isabelle Girerd Potin Maitre de conférence Isabelle.girerd@upmf-grenoble.fr Denis Dupré Maitre de conférence Denis.dupre@upmf-grenoble.fr Principaux résultats des recherches menées au CERAG à partir des

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/3 Le traitement comptable des plans d'options sur actions. Avis du 11 janvier 2012

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/3 Le traitement comptable des plans d'options sur actions. Avis du 11 janvier 2012 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2012/3 Le traitement comptable des plans d'options sur actions I. Introduction Avis du 11 janvier 2012 1. La loi du 26 mars 1999 relative au plan d action belge

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

Le build-up est-il la solution?

Le build-up est-il la solution? Développement des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) en France Le build-up est-il la solution? Paris - 10 janvier 2012 Oliver Gottschalg Pierre Mestchersky Stéphane Gilet Dominique Degand Observatoire

Plus en détail

LBO et Business Angels

LBO et Business Angels Mardi 26 novembre 2013 LBO et Business Angels Laurent Simon et Jérôme Loisy Alcyaconseil Définition de l opération de LBO Définition traditionnelle : «LBO» Leveraged buy-out : terme anglais pour acquisition

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART Page : 1 Version : 05/2015 Agenda I. Présentation du Groupe Luxempart II. Luxempart en chiffres III. Nos transactions récentes Page : 2 Version : 05/2015 I. Présentation

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

Acquisition et transmission d entreprise

Acquisition et transmission d entreprise Petits déjeuners des start-ups Acquisition et transmission d entreprise Facteurs à considérer dans la vente de son entreprise Genève, le 31 janvier 2003 Agenda Les services de PwC Le processus de vente

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Finance I. Les bases de l analyse financière... 7. Avant-Propos... 3

TABLE DES MATIÈRES. Finance I. Les bases de l analyse financière... 7. Avant-Propos... 3 TABLE DES MATIÈRES Avant-Propos... 3 Finance I. Les bases de l analyse financière... 7 Fiche 1. Introduction à l analyse financière... 9 Fiche 2. Fiche 3. Fiche 4. Fiche 5. Fiche 6. Fiche 7. Fiche 8. Fiche

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Dans le but d écrire cette chronique trimestrielle, j ai pris connaissance de la plus récente analyse de la performance financière de l

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Petit Déjeuner des PME et des Start-up

Petit Déjeuner des PME et des Start-up Advisory Petit Déjeuner des PME et des Start-up Méthodes d'évaluation et facteurs clés influençant la valeur d'une transaction Confidentiel Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate Finance Responsable

Plus en détail

Sous-évaluation à l introduction et. de cession d actions, les actionnaires. d origine : le cas français

Sous-évaluation à l introduction et. de cession d actions, les actionnaires. d origine : le cas français Sous-évaluation à l introduction et cessions d actions par les actionnaires d origine : le cas français Classification JEL : G32 Géraldine BROYE * Université de Strasbourg 3 Alain SCHATT Université de

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Gabriel Colletis Jean-Philippe Robé Robert Salais Athènes 2 Juin2015 Plan Quelques remarques

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

GSF-6032 Automne 2009

GSF-6032 Automne 2009 THÉORIE DE LA NÉGOCIATION ET TRANSACTIONS APPLIQUÉES (FRONT OFFICE) GSF-6032 Automne 2009 Enseignant: Philippe Bélanger Courriel: philippe.belanger@fsa.ulaval.ca Bureau: PAP-3224 Horaire: Lundi 12h30 à

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Ce sont GM et Verizon qui ont ouvert le marché des rachats d engagements

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015 Priorité au développement : Korian accélère PARIS 17 SEPTEMBRE 2015 1 Un leader européen bien en place Leader du Bien Vieillir implanté dans des pays à fort potentiel BELGIQUE 55 établissements 6 176 lits

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

HSBC ETFs PLC PROSPECTUS SIMPLIFIÉ 8 septembre 2011

HSBC ETFs PLC PROSPECTUS SIMPLIFIÉ 8 septembre 2011 HSBC ETFs PLC PROSPECTUS SIMPLIFIÉ 8 septembre 2011 Le présent Prospectus simplifié contient des informations essentielles sur HSBC S&P 500 ETF (le «Compartiment»), un compartiment de HSBC ETFs PLC (la

Plus en détail

CHAPITRE N 3 : LES ACTIONS ET LES OPERATIONS SUR LE CAPITAL

CHAPITRE N 3 : LES ACTIONS ET LES OPERATIONS SUR LE CAPITAL CHAPITR N 3 : LS ACTIONS T LS OPRATIONS SUR L CAPITAL I. Les Différentes Catégories d Action en tant qu Titre de Propriété n tant que titre de propriété, une action donne droit à son détenteur à la participation

Plus en détail

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008 Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007 1 Le 1 septembre 2008 Définition du TRI Net Définition du Taux de Rendement Interne (TRI) Le TRI est le taux d actualisation qui annule

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail

Les rachats d actions au Canada : motivations et impact de l activité économique *

Les rachats d actions au Canada : motivations et impact de l activité économique * Les rachats d actions au Canada : motivations et impact de l activité économique * Classification JEL : G32, G35 Correspondance : Tania Morris Université de Moncton, Québec, Canada Email : morrist@umoncton.ca

Plus en détail

Rim EL HOUCINE * Adel BOUBAKER

Rim EL HOUCINE * Adel BOUBAKER Rachat d actions et politique des stock-options Rim EL HOUCINE * Docteur en Sciences de Gestion, Membre de l unité de recherche IFG Tunisia Tel : 58 350 993 ; Mail : rimelhoucine@yahoo.fr Adel BOUBAKER

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

UNE FISCALITÉ ADAPTÉE

UNE FISCALITÉ ADAPTÉE UNE FISCALITÉ ADAPTÉE AU SERVICE DE LA COMPÉTITIVITÉ ET DE L INVESTISSEMENT 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UN 2 3 4 TAUX EFFECTIF D IMPOSITION COMPÉTITIF L étude KPMG Competitive Alternative (2014) compare

Plus en détail

Les Stock-options en faveur des dirigeants : déterminants d octroi et impact sur la performance des entreprises, le cas français

Les Stock-options en faveur des dirigeants : déterminants d octroi et impact sur la performance des entreprises, le cas français Finance Les Stock-options en faveur des dirigeants : déterminants d octroi et impact sur la performance des entreprises, le cas français IDI CHEFFOU Abdoulkarim Résumé : Ce papier a comme premier objectif,

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Le financement par LBO

Le financement par LBO Entretiens Louis le Grand Enseignants de Sciences Economiques et Sociales- Entreprise Jeudi 30et vendredi 31 août 2007 «Le financement de l économie : marchés et intermédiaires financiers» Le financement

Plus en détail

Gouvernance d entreprise

Gouvernance d entreprise Gouvernance d entreprise 28 aout 2008 Jean-Florent Rérolle Los Angeles New York Chicago San Francisco Washington D.C. Minneapolis Dallas Atlanta London Paris Frankfurt Hong Kong Tokyo D une vision idyllique

Plus en détail

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Fonds Commun de Placement dans l Innovation Fcpi innovation pluriel Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Qu est-ce qu un FCPI? Créé par la Loi de finances de 1997, le Fonds

Plus en détail

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse)

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Chaire Finance Durable et Investissement Responsable AFG, Paris, vendredi 9 novembre

Plus en détail

LA POLITIQUE DE DIVIDENDE DES ENTREPRISES FAMILIALES Analyse de l impact de l actionnaire majoritaire sur les dividendes des entreprises suisses [1]

LA POLITIQUE DE DIVIDENDE DES ENTREPRISES FAMILIALES Analyse de l impact de l actionnaire majoritaire sur les dividendes des entreprises suisses [1] DUŠ AN ISAKOV JEAN-PHILIPPE WEISSKOPF LA POLITIQUE DE DIVIDENDE DES ENTREPRISES FAMILIALES Analyse de l impact de l actionnaire majoritaire sur les dividendes des entreprises suisses [1] Cet article analyse

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

La formation professionnelle au crible de la notation sociale

La formation professionnelle au crible de la notation sociale SOPHIE THIERY La formation professionnelle au crible de la notation sociale Par conviction ou par contrainte, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter des codes de conduite, à rendre accessibles

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Préparation à la vente

Préparation à la vente Alain Schockert Administrateur-Délégué 30 mars 2011 - Namur Agenda Quand et pourquoi? A qui? Comment et spécificités de la transaction? Processus type Phase préparatoire Modes de cession Etapes d un processus

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Formation portant sur StockPointer destinée aux Conseillers en Placement

Formation portant sur StockPointer destinée aux Conseillers en Placement Formation portant sur StockPointer destinée aux Conseillers en Placement Copyright 2001 StockPointer - Tous droits réservés 2000 Arthur Andersen All rights reserved. Sommaire Objectifs de la formation

Plus en détail

Banques: les fonds propres sont-ils chers?

Banques: les fonds propres sont-ils chers? Banques: les fonds propres sont-ils chers? Résumé: Le coût des fonds propres correspond à la rentabilité exigée par les actionnaires sur leur investissement en fonds propres. Celle-ci est supérieure à

Plus en détail

exigences de Bâle II Pilier 3

exigences de Bâle II Pilier 3 Renseignements ents sur la rémunération de 23 et 24 conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3 La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Point de vue de l investisseur

Point de vue de l investisseur Financez votre entreprise avec des fonds propres Point de vue de l investisseur Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 septembre 2010 Corporate Finance Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE?

OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE? OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE? Colmar, le 10 juin 2015 En préambule Quelques chiffres qui «remettent les choses en place» Etude portant sur 5800 entreprises représentatives

Plus en détail

PRO. diagnostic financier et évaluation financière de l entreprise. Alain Coulaud. vie professionnelle. droit - économie - gestion

PRO. diagnostic financier et évaluation financière de l entreprise. Alain Coulaud. vie professionnelle. droit - économie - gestion PRO Alain Coulaud diagnostic financier et évaluation financière de l entreprise vie professionnelle droit - économie - gestion COLLECTION COMPTABILITÉ ET FINANCE Diagnostic financier et évaluation financière

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company Investment Consulting Company 183, avenue du Roule 92200 Neuilly-sur-Seine France Présentation Corporate Tel : +33 (0) 1 46 40 75 51 Fax : +33 (0) 1 46 40 75 55 Janvier 2013 contact@appeltonmillercapital.com

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Dans une étude parue le 24 septembre 2003, le greffe du tribunal de commerce de Paris indiquait que 19,4 % des entreprises en activité ont à leur tête un chef d entreprise de plus de 58 ans.

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

Plan Académique de Formation Créteil

Plan Académique de Formation Créteil Plan Académique de Formation Créteil Déroulement de la formation : Du lundi 25 Février 2013 de 9h30 à 16h30. Au Mercredi 27 Février 2013 de 9h30 à 16h30. VISITES D ENTREPRISES FACE À DE NOUVEAUX DÉFIS.

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

L américanisation du droit français par la vie économique

L américanisation du droit français par la vie économique L américanisation du droit français par la vie économique David FREEDMAN RÉSUMÉ. Devant l'importance accrue des investisseurs institutionnels étrangers, entreprises et institutions financières françaises

Plus en détail

L e g u i d e d e l i n t r o d u c t i o n d e s s o c i é t é s e n b o u r s e. Octobre 2012

L e g u i d e d e l i n t r o d u c t i o n d e s s o c i é t é s e n b o u r s e. Octobre 2012 L e g u i d e d e l i n t r o d u c t i o n d e s s o c i é t é s e n b o u r s e Octobre 2012 I II Introduction Pourquoi s introduire en bourse? Quatre bonnes raisons de concrétiser. 1 - Lever des fonds

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014 OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES > 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014 EDITO En résonance avec l actualité, ce nouvel observatoire portant sur la valeur des moyennes entreprises consacre l utilité

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

Amadeus IT Holding S.A. annonce sa possible réintroduction sur la bourse espagnole.

Amadeus IT Holding S.A. annonce sa possible réintroduction sur la bourse espagnole. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Amadeus montre sa capacité de résistance avec une solide performance pour l exercice 2009 et une croissance accentuée au deuxième semestre 2009 malgré le contexte difficile que traverse

Plus en détail

PRESENTATION INVESTISSEURS DECEMBRE 2014

PRESENTATION INVESTISSEURS DECEMBRE 2014 PRESENTATION INVESTISSEURS DECEMBRE 2014 Avertissement Le présent document contient des déclarations concernant l avenir. Solocal Group considère que ses attentes sont fondées sur des suppositions raisonnables,

Plus en détail