1 -L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER VIS A VIS DE SON CLIENT : FONDEMENT DE L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 -L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER VIS A VIS DE SON CLIENT : 1.1 - FONDEMENT DE L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER :"

Transcription

1 RESPONSABILITE DU BANQUIER PRESTATAIRE DE SERVICES FINANCIERS Au cours des dix dernières années, les obligations des intermédiaires financiers et notamment des banquiers vis à vis de leurs clients se sont singulièrement renforcées et précisées. Ces derniers n'hésitent plus, lorsqu'ils subissent des pertes importantes ou bien lorsqu'ils ne sont pas satisfaits des résultats de la gestion conduite par leur mandataire à engager la responsabilité de leur banquier. Ce risque contentieux concerne aussi bien le banquier simple dépositaire des instruments financiers de son client que le professionnel de la gestion sous mand at. Le banquier doit donc connaître non seulement la nouvelle réglementation définissant ses obligations vis à vis de son client mais également l'évolution de la jurisprudence des tribunaux qui ont eu l'occasion d'appliquer et d'interpréter la multitude de lois, décrets, règlements et instructions qui se sont épanouis à la faveur de l'introduction de nouveaux produits financiers et de la création de nouveaux marchés financiers en France. Une première analyse de cette réglementation nouvellement créée met en évidence un phénomène de généralisation de l'écrit. L'article 20 de la loi n du 22 janvier 1988 sur les bourses de valeurs, aujourd'hui abrogé, imposait à tous ceux qui font profession de gérer des sommes, valeurs ou effets de leur clientèle, l'établissement d'une convention écrite. Cette obligation a été reprise par l'article 21 du règlement COB n relatif aux règles de bonne conduite applicables aux services de gestion de portefeuille pour le compte de tiers (1). L'écrit permet de définir les obligations contractuelles du banquier vis à vis de son client. Ainsi, dans le cadre d'un mandat de gestion, le contrat doit mentionner au moins : - les objectifs de la gestion, - les catégories d'instruments financiers que peut comporter le portefeuille, - les modalités d'information du mandant sur la gestion de son portefeuille, - la durée, les modalités de reconduction et de résiliation du mandat, - ainsi que le mode de rémunération du man dataire (2). (1) l'article 21 de règlement n dispose : "Toute gestion individuelle de portefeuilles doit donner lieu à l'établissement préalable d'une convention écrite"... (2) Voir notamment l'article 11 du règlement n de la COB sur les prestataires de services d'investissement effectuant une activité de gestion de portefeuille pour le compte de tiers.

2 Lorsque le mandat autorise les opérations à effet de levier, un accord spécial et express du client doit être donné, qui indique clairement les modalités de ces opérations et de l'information du mandant (3). Effectivement, sur ces nouveaux marchés conditionnels, les risques de perte peuvent être considérables, et c'est dans un souci d'information de l'investisseur qu e la réglementation applicable impose aux banques une obligation particulière d'alerter leurs clients. Cette réglementation prise en application de la loi n du 2 juillet 1996 de modernisation des activités financières tire les conséquences de l'évolution de la jurisprudence récente de la Cour de Cassation qui est venue renforcer cette obligation d'information du banquier vis à vis de son client. Dans un arrêt de principe du 5 novembre 1991, rendu par la Chambre Commerciale sous la présidence de Monsieur BEZARD, la Cour de Cassation a cassé, sur le visa de l'article 1147 du Code Civil, un arrêt d'une Cour d'appel en énonçant un attendu de principe selon lequel : "Quelles que soient les relations contractuelles entre un client et sa banque, celle-ci a le devoir de l'informer des risques encourus dans les opérations spéculatives sur les marchés à terme, hors le cas où il en a connaissance" (4). L'évolution ultérieure de la jurisprudence a consacré à la charge du banquier une obligation d 'information générale au contenu particulièrement étendu. Mais à coté de cette obligation d'information, l'article 58 de la loi précitée du 2 juillet 1996 de modernisation des activités financières prévoit dans le dispositif législatif des règles de bonne conduite qui rappellent que le banquier est également tenu vis à vis de son client d'un devoir de loyauté et d'une obligation de diligence. La violation de ces obligations est sanctionnée par la mise en jeu de la responsabilité du banquier. 1 -L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER VIS A VIS DE SON CLIENT : Cette obligation d'information s'impose au banquier quelles que soient les relations contractuelles avec son client FONDEMENT DE L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER : L'analyse du fondement de cette obligation permet de comprendre son caractère général. (3) Règlement 96-02, article 11, alinéa 2 (4) Cass Com 5 novembre BUON/BANQUE POPULAIRE BRETAGNE ATLANTIQUE

3 FISCHER, TANDEAU de MARSAC, GROS & ASSOCIES Ce devoir d'information n'est qu'une des facettes du devoir de conseil qui pèse, en droit français, sur tout professionnel dans le cadre de ses relations avec son client. Dès lors que l'une des parties possède des connaissances techniques et financières, dispose d'informations sur les marchés et sur les produits qui s'y échangent que l'autre n'a pas (sauf cas particulier), un déséquilibre de connaissances apparaît entre les cocontractants. Le devoir de conseil mis à la charge de celui qui sait, du professionnel, au profit de celui qui ne sait pas, du profane, a pour but de remédier à ce déséquilibre. Le devoir d'information de l'intermédiaire financier vis à vis de son client trouve donc son fondement dans ce devoir de conseil mais il prend une coloration particulière pour tenir compte de la spécificité technique des marchés financiers, de la réglementation des professions et des activités financières et de leur déontologie. Par ailleurs, il se trouve étroitement encadré par le devoir de coopération du client et l'obligation de réserve de l'intermédiaire financier, et notamment du banquier, qui ne doit pas s'ingérer dans les affaires de son client. En outre, la source (jurisprudentielle ou réglementaire) varie selon l'intermédiaire financier qui le supporte SOURCE DE CETTE OBLIGATION : Cette obligation trouve son origine à la fois dans la jurisprudence et dans la réglementation. L'arrêt du 5 novembre 1991 précité a précisé que le banquier est tenu d' informer son client des risques encourus dans les opérations spéculatives sur les marchés à terme quelles que soient ses relations contractuelles avec lui. Plusieurs arrêts ultérieurs sont venus par la suite confirmer cette jurisprudence en reprenant une formulation identique (5). Le règlement n du 19 mars 1993 relatif aux conventions de comptes de titres entre les établissements de crédit et leurs clients rappelle que lors de l'ouverture d'un compte de titres, l'établissement teneur, lorsqu'il accepte qu'un de ses clients intervienne sur les marchés de contrats à termes négociables et de produits financiers, doit préalablement lui remettre le document d'information et les fiches techniques fixés par la réglementation relative au marché correspondant. Dans une intervention, à l'occasion de la publication du rapport du groupe de travail sur la déontologie des activités financières le 24 mars 1988, Monsieur Yves LE PORTZ, Président de la COB, énonçait, parmi les dix commandements des intermédiaires boursiers : "2 - informer et conseiller en permanence les clients et les mettre en garde contre les risques disproportionnés par rapport à leur situation" (6). (5) Voir notamment Cass Com 2/11/94 CREDIT INDUSTRI EL DE L'OUEST/BAZIN (6) Rapport du groupe de travail sur la déontologie des activités financières FISCHER, TANDEAU de MARSAC, GROS & ASSOCIES

4 1.3 - PORTEE DE L'OBLIGATION D'INFORMATION : Cette obligation joue quelles que soient les relations contractuelles avec le client. De façon schématique, les relations contractuelles entre un banquier et son client peuvent recouvrir deux hypothèses distinctes. Dans le premier cas, le client ouvre un compte de titres chez un banquier et lui transmet des ordres à exécuter. Il prend alors lui-même l'initiative de la gestion du compte. Dans le deuxième cas, le client donne mandat au banquier de gérer son compte de titres. Selon la formule de mandat retenue, le banquier peut disposer d'une liberté de manœuvres plus ou moins importantes. I/3.1 - L'OBLIGATION D'INFORMATION DANS LE CADRE DE LA GESTION SOUS MANDAT : Quelle que soit la nature du mandat, le banquier doit informer son client su r les risques encourus. Ainsi, le contrat de mandat, qu'il prévoit une gestion prudente ou dynamique, doit mentionner les risques propres aux marchés à terme et conditionnels lorsqu'il autorise des opérations sur ces marchés (7). Un arrêt récent de la Cour de Cassation est venu à nouveau rappeler que : "La banque avait le devoir d'informer ses clients des risques encourus dans les opérations spéculatives sur les marchés à terme, dès lors qu'ils assumaient des risques de pertes et qu'ils n'en étaient pas personnellement avertis, peu important que leur mandataire le fût" (8). 1/3.2 - L'OBLIGATION D'INFORMATION EN DEHORS DE LA GESTION SOUS MANDAT : Même lorsque les clients ouvrent un simple compte de titres, le banquier doit également l'infor mer des risques encourus dans le cadre des opérations qu'il envisage (9). (7) le règlement n de la COB précise dans un article 20"le devoir d'information et de conseil comport e la mise en garde contre les risques courus". (8) Cass. Com. 9 avril 1996 MELA/SOCIETE MARSEILLAISE DE CREDIT (9) Voir notamment CASS. COM. 18mai 1993 ASSOULINE/SOCIETE NANCEENNE VARIN BERNIER. FISCHER, TANDEAU de MARSAC, GROS & ASSOCIES

5 Général, le devoir d'information du banquier vis à vis de son client a néanmoins une portée limitée au cas où le client n'a pas eu connaissance des risques encourus. Dès lors que le banquier peut prouver que son client a des connaissances suffisantes en matière financière pour être averti des risques encourus par les opérations spéculatives qu'il réalise directement ou indirectement sur les différents marchés financiers, il n'est plus tenu d'une obligation d'information à son égard (10). Lorsqu'elle existe, cette obligation est particulièrement étendue UNE OBLIGATION D'INFORMATION ETENDUE : Le devoir d'information du banquier n'est pas ponctuel. Il s'exerce de façon continue ou répétée tout au long des relations contractuelles. Pour mémoire, il convient de rappeler que dans le cadre de la gestion sous mandat, le banquier doit s'informer sur le type de gestion souhaitée par son client (dynamique ou conservatrice). En dehors de ce cas particulier, l'obligation d'informer concerne à la fo is les risques encourus et les opérations réalisées INFORMATION SUR LES RISQUES ENCOURUS : Il s'agit essentiellement des risques de perte dans les opérations spéculatives sur les marchés à terme et sur les marchés conditionnels. Le Krach boursier de 1987, à l'issue duquel certains investisseurs ont subi des pertes considérables, n'est certainement pas étranger au renforcement et à la généralisation du devoir d'information. Les nouveaux marchés conditionnels introduits en France, tels que le MATIF ou le MONEP, peuvent entraîner des pertes considérables pour ceux qui s'y aventurent sans totalement maîtriser leur fonctionnement. Le client du banquier doit donc être informé, dès l'origine des relations contractuelles, des risques de perte qu'il court en réalisant de sa propre initiative ou à l'initiative d'un gestionnaire de compte des opérations spéculatives sur les marchés boursiers (11). (10) Voir notamment : * Cass Com 12 juillet CCF/MARKOWICZ * Cass Com 2 novembre LAUNAY/CAISSE D'EPARGNE ECUREUIL DE VERSAILLES * Cass Com 21 février * Cass Com 7 mars PELLIET LE GRAND & CIE/BASTIEN VANNIERE (11) Cass Com 2 novembre 1994 FCB/LARTIGUES

6 FISCHER, TANDEAU de MARSAC,GROS & ASSOCIES En pratique, l'information est assurée à l'ouverture du compte ou lors de la signature du mandat par la communication au client d'une note d'information de la COB sur le ou les marchés sur lesquels vont être réalisées les opérations spéculatives. Ce devoir d'information doit s'exécuter en permanence et pas seulement au début des relations contractuelles INFORMATION SUR LE BESOIN DE COUVERTURE : Ainsi, lorsque la réglementation du marché concerné exig e que les opérations réalisées par ou pour le compte du client soient couvertes par une garantie suffisante que doit fournir le client, le banquier a l'obligation de l'informer exactement du montant de la couverture exigée par les autorités de surveillance du marché (12) INFORMATION SUR LES OPERATIONS REALISEES : Le banquier doit fournir en temps voulu à son client des comptes -rendus exacts des transactions effectuées pour son compte. Dans le cadre de la gestion sous mandat, cette obligation est renforcée, le banquier devant notamment faire ressortir l'évolution de l'actif géré et les résultats dégagés par la gestion (13 et 14) INFORMATION SUR LES INNOVATIONS INTRODUITES ET LE S NOUVELLES MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU MARCHE : Le rapport BRAC de LA PERRIERE recommande une mission permanente d'information et de conseil et préconise un devoir de formation du client aux nouvelles modalités de fonctionnement du marché et d'information sur les innovations introduites ( 15). Indépendamment de cette obligation d'information générale et étendue, le banquier doit respecter les règles de bonne conduite introduites par l'article 58 de la loi du 2 juillet <CR> (12) CA PARIS, 1ère Ch Section A 15 décembre 1993 NEMEGYEI/CHEVREUX DE VIRIEU (13) voir notamment pour les sociétés de gestion de portefeuille - Bull COB n 262 novembre 1991 (14) COGEMA/BUISSON - DALLOZ 1993 N 79 ; CA PARIS 25 janvier 1993 D.1993 IR 124 et note Claude DUCOULOUX - FAVARD sous D J367. (15) rapport BRAC de LA PERRIERE - COB 1988, annexe 3, pages 64 et 66

7 FISCHER, TANDEAU de MARS AC, GROS & ASSOCIES 2 -LES REGLES DE BONNE CONDUITE : La loi n du 2 juillet 1996, dite de modernisation des activités financières a strictement définit les règles de bonne conduite qui s'imposent aux prestataires de services d'investissement que sont notamment les banquiers. L'article 58 de la loi précitée dispose en effet que : "Les prestataires de services d'investissement... sont tenus de respecter des règles de bonne conduite destinées à garantir la protection des investisseurs et la régularité des opérations. Ces règles sont établies par le Conseil des Marchés Financiers et, pour celles ayant trait aux services définis au d) de l'article 4, par la Commission des Opérations de Bourse. (la gestion de portefeuille pour le compte de tiers).... Elles obligent notamment à : 1/ se comporter avec loyauté et agir avec équité au mieux des intérêts de leurs clients et de l'intégrité du marché ; 2/ exercer leur activité avec la compétence, le soin et la diligence qui s'imposent, au mieux des intérêts de leurs clients et de l'intégrité du marché ; 3/ être doté des ressources et des procédures nécessaires pour mener à bien leurs activités et mettre en œuvre ses ressources et procédures avec un souci d'efficacité ; 4/ s'enquérir de la situation financière de leurs clients, de leur expérience en matière d'investissements et leurs objectifs en ce qui concerne les services demandés ; 5/ communiquer, d'une manière appropriée, les informations utiles dans le cadre des négociations avec leurs clients ; 6/ s'efforcer d'éviter les conflits d'intérêt et, lorsque ces derniers ne peuvent être évités, veiller à ce que leurs clients soient traités équitablement ; 7/ se conformer à toutes les réglementations applicables à l'exercice de leurs activités de manière à promouvoir au mieux les intérêts de leurs clients et l'intégrité du marché". Ces règles de bonne conduite définies par l'article 58 de la loi précitée sont complétées par des règlements et instructions prises par la C.O.B et notamment : - La recommandation n de la COB concernant l'application des principes et règles de conduite relatifs aux gestions sous mandat. - le règlement de la COB n relatif à la gestion individuelle ou collective de portefeuille.

8 - le règlement de la COB n sur les prestataires de services d'investissement effectuant une activité de gestion de portefeuille pour le compte de tiers. - l'instruction prise en application du règlement des opérations de bourse n <CR> - le règlement n relatif aux règles de bonne conduite applicables aux services de gestion de portefeuille pour le compte de tiers. Schématiquement, ces règles de bonne conduite peuvent être regroupées en quatre catégories : - obligation de s'informer sur les besoins de son client, - obligation de diligence et de rendre compte des opérations effectuées pour son compte, - obligation de loyauté. - obligation de moyens OBLIGATION DE S'INFORMER SUR LES BESOINS DE SON CLIENT : Cette obligation concerne plus particulièrement la gestion sous mandat. Le banquier doit se renseigner sur la situation patrimoniale de son client et sur ses objectifs de gestion. Un véritable débat doit intervenir entre le banquier gestionnaire et son client. Les questions suivantes doivent être abordées : * quels sont les objectifs de gestion du client? * Souhaite-t-il privilégier la sécurité ou la rentabilité? * Quel niveau de liquidité veut-il conserver? Enfin, il convient de préciser quelles sont les opérations autorisées OBLIGATION DE DILIGENCE ET DE RENDRE COMPTE : Toujours dans le cadre d'un mandat de gestion, le banquier doit agir avec diligence et rendre compte à son client de sa gestion.

9 Même en présence d'un mandat de gestion, le gestionnaire doit exécuter les instructions résultant de l'ordre manuscrit de son mandat. Dans un arrêt récent, une Cour d'appel a pu considérer que : "a manqué à son obligation de diligence une banque qui attend plus d'une heure et demi pour transmettre un ordre de bourse dont l'exécution n'aurait dû souffrir aucun retard. Dans une autre décision récente du 19 mars 1996, la 1ère Chambre Civile de la Cour de Cassation a eu l'occasion de le rappeler à propos d'un litige opposant un gestionnaire de patrimoine à son client. Ce dernier qui avait confié un mandat de gestion de portefeuille à une société de bourse avait en parallèle donné un ordre de vente par écrit. Le gestionnaire avait exécuté l'ordre. Par la suite, le client lui reprochait d'avoir commis une faute pour ne pas l'avoir conseillé sur l'opportunité de l'ordre. La Cour de cassation rejette le pourvoi contre la Cour d'appel aux motifs que : "La Cour d'appel relève que la vente des titres résulte d'un ordre manuscrit, que les termes clairs et précis de cette lettre ne permettaient pas au mandataire de se dérobe r à l'exécution des instructions reçues, ni même de les discuter avec son mandant, l'urgence étant soulignée par l'emploi, à deux reprises, de l'allocution adverbiale "au plus tôt", que Monsieur MORI a pris soin, le même jour, de rédiger deux autres lettres à l'adresse d'organismes concernés par ses ordres, "comme s'il craignait qu'il (le représentant de la société) ne manifeste une réticence à exécuter ses instructions", et qu'en matière boursière et plus particulièrement en cas de conflit armé, tout retard dans l'exécution des ordres réguliers donnés par un mandataire à son mandant peut avoir des conséquences financières graves ; que de ces constatations et énonciations, elle a pu déduire que la société n'a commis aucune faute de nature à engager sa responsabilité à raison des pertes des époux MORI (CASS 1ère CIVILE 19 MARS 1996, époux MORI/société GP FINANCES) (17). La décision peut être transposée au banquier gestionnaire de portefeuille. (16) CA VERSAILLES, 12ème Chambre, 23 septembre 1993 (17) CASS 1ère CIVILE 19 MARS 1996, époux MORI/société GP FINANCES Enfin, il ne suffit pas d'être diligent, il faut rendre compte, c'est à dire informer régulièrement s on client des résultats de la gestion. Dans une décision récente, une Cour d'appel a considéré qu'un gestionnaire de portefeuille avait commis une faute consistant en l'espèce :

10 "en un manque de logique dans la gestion par un professionnel dilettante et peu surveillé par son employeur mais aussi dans le manque d'information personnalisée et de suivi par ce gestionnaire, aucune estimation périodique du portefeuille n'ayant été établie (CA PARIS 15ème B, 12 avril 1996 DEMARTI/SOCIETE ENVERGURE FINANCES) (18). La réglementation de la COB est également très détaillée sur cette obligation d'information. L'article 23 du règlement COB n détaille minutieusement l'information sur la gestion de portefeuille effectuée que le prestataire doit assurer au mandant. Il précise : "Dans le cas d'une gestion individuelle sous mandat, cette information comprend au minimum un arrêté trimestriel du portefeuille, ainsi qu'un compte-rendu de gestion semestriel, retraçant la politique de gestion suivie pour le compte du mandant, et faisant ressortir l'évolution de l'actif géré et les résultats dégagés pour la période écoulée. Lorsque le mandat de gestion autorise les opérations à effet de levier et que le portefeuille comporte des positions ouvertes (qui ne sont pas couvertes par une position ouverte symétrique ou la détention des actifs sous-jacents), une information au moins mensuelle doit être prévue comprenant notamment une appréciation des risques représentée par des positions ouvertes..." OBLIGATION DE LOYAUTE : Cette obligation se rapproche de l'obligation plus générale de bonne foi dans les contrats (19). Mais la loyauté suppose également que le banquier privilégie l'intérêt de ses clients avant ses propres intérêts. Il doit veiller notamment à ne pas multiplier les opérations dans le seul but de percevoir des commissions sur ces opérations. (18) CA PARIS 15ème B, 12 avril 1996 DEMARTI/SOCIETE ENVERGURE FINANCES (19) L'article 1134 du Code Civil français dispose que les conventions "doivent être exécutées de bonne foi" OBLIGATION DE MOYENS : Les règles énoncées à l'article 58 de la loi du 2 juillet 1996 précitée sont nombreuses et visent notamment l'obligation de moyens, reprise par la réglementation COB et notamment le règlement COB n L'article 9 du règlement COB n prévoit :

11 "Le prestataire doit, en permanence, disposer de moyens adaptés à ses activités et conformes aux textes législatifs et réglementaires. L'obligation de tels moyens signifie notamment : - la présence de collaborateurs compétents ; - l'existence de moyens techniques suffisants ; - une organisation interne adéquate permettant de justifier en détail l'origine, la transmission et l'exécution des ordres, et notamment l'individualisation des opérations effectuées..." L'Article 10 ajoute : "Les prestataires effectuant des opérations à effet de levier doivent disposer des moyens nécessaires à cette activité pour assurer notamment le suivi et le contrôle des positions". Et l'article 11 précise : "Le prestataire doit mettre en place les moyens et procédures permettant de contrôler ses activités et celles de ses intermédiaires et dépositaires. Le contrôle interne consiste notamment à s'assurer du respect des règles de bonne conduite dans tous les aspects de la relation avec la clientèle". Enfin l'article 13 dispose : "L'organisation du prestataire doit lui permettre d'exercer ses activités avec loy auté, diligence, neutralité et impartialité au bénéfice exclusif du mandant ou des porteurs de parts ou d'actions, dans le respect de l'intégrité et de la transparence du marché". * * * * Les règles de bonne conduite doivent être appliquées en tenant compte de la compétence professionnelle, en matière de services d'investissement, de la personne à laquelle le service d'investissement est rendu. Les tribunaux n'ont pas encore eu l'occasion d'interpréter ces règles de bonne conduite. Il n'est reste pas moins que leur violation est susceptible d'engager la responsabilité du banquier. 3 -SANCTIONS DU NON-RESPECT DES OBLIGATIONS DU BANQUIER : Hormis l'hypothèse dans laquelle le banquier s'est engagé contractuellement à atteindre un niveau de performance précis dans le cadre par exemple d'une gestion de portefeuille, il ne supporte qu'une obligation de moyens, c'est à dire l'obligation de se comportercomme un professionnel normalement diligent de la place.

12 Dès lors, c'est au client mécontent ou déçu par les résultats de la gestion qu'il appartiendra de rapporter la preuve d'une faute, c'est à dire d'une violation d'une obligation. La responsabilité du banquier sera contractuelle s'il ne respecte pas une obligation d'origine contractuelle. Elle sera délictuelle si l'on est en présence d'une violation d'une obligation imposée par la loi, un décret ou une réglementation financière. Le client victime de la violation d'une obligation doit démontrer l'existence d'une faute, d'un préjudice et d'un lien de causalité entre ces deux éléments conformément au droit commun de la responsabilité LA FAUTE : DEFINITION : Si le banquier était tenu d'une obligation de résultat, la faute sera établie dès lors que le résultat n'aura pas été atteint. Si le banquier n'était pas tenu d'une obligation de résultat mais d'une simple obligation de moyens, il faudra donc démontrer sa violation. Cette preuve peut être rapportée par tout moyen. Il peut s'agir : * d'un manquement à l'obligation d'informer sur les risques encourus par les opérations initiées par le client (20). (21). * d'un manquement à l'obligation d'informer sur l'obligation de constituer une couverture * d'un manquement à l'obligation de loyauté (22). (20) CASS. COM. 5 novembre 1991 BANQUE POPULAIRE DE LOIRE ATLANTIQUE/BUON CASS. COM. 18 mai 1993 SNVB/ASSOULINE (21) PARIS, 1ère Chambre A, 24 septembre 1991 GIORDANO/FINACOR Article 2 du règlement du 22 juillet 1987 (22) CASS. COM. 27 mai 1997, SA PRIGEST / AGENCE JUDICIAIRE DU TRESOR

13 EXCLUSION DE LA FAUTE : Cette exclusion de la faute peut être totale ou partielle. a) le client initié : Le client particulièrement initié, soit en raison d'une compétence propre qu'il détient dans son domaine, soit parce qu'il s'entoure de conseillers dans les différents domaines juridiques et fiscaux, ne pourra pas reprocher au banquier de ne pas lui avoir communiqué les informations qu'il connaissait en raison de sa compétence ou des conseillers dont il s'était entouré (voir notamment CASS COM 9 avril 1996 FAIVRE-DUBOZ es qualité/credit LYONNAIS (23). b) les clauses d'exonération : Le banquier peut être tenté d'insérer dans ses contrats des clauses de limitation ou d'exonération de responsabilités. Dans certains cas, ces clauses peuvent tomber sous le coup de la réglementation française sur les clauses abusives. La jurisprudence n'est pas encore clairement fixée sur la validité des clauses d'exonération. Un arrêt rendu par la Cour d'appel de Paris le 22 septembre 1993 considère qu'il n'est pas excessif pour les sociétés de gestion de se prémunir contre les aléas des marchés financiers et que les clauses d'exonération doivent être admises dès lors qu'elles sont librement acceptées par les clients. Mais, la Cour ajoute qu'une telle exonération de responsabilité ne dispense pas la société de gérer normalement le portefeuille et, pour ce faire, de mettre en œuvre tous les moyens pour assurer une gestion efficace des fonds qui lui sont remis (CA PARIS 22 septembre 1993, 8ème Chambre, section B, SA MATIGNON CONSEIL/CLAMIGIRARD (24) LE PREJUDICE : Conformément au principe régissant la responsabilité contractuelle, le préjudice doit être évalué en tenant compte des gains manqués et des pertes subies. Un arrêt récent de Cour d'appel a pu considérer que le préjudice devait correspondre au manque à gagner et en l'occurrence, à la différence de valeur des titres entre le cours d'achat et le cours du jour où le client apprend que son ordre n'a pas été exécuté (25). Certaines décisions comparent les résultats obtenus et les résultats qui auraient dû être obtenus si la gestion avait été celle d'un mandataire normalement diligent et compétent (26). (23) CASS COM 9 avril 1996 FAIVRE-DUBOZ es qualité/credit LYONNAIS. (24) CA PARIS 22 septembre 1993, 8ème Chambre, section B, SA MATIGNON CONSEIL/CLAMIGIRARD). (25) CA BESANCON, 2ème Chambre Civile, 4 février 1994, BASTIEN/B.N.P. (26) CA PARIS, 1ère, 29 juin 1983, MOREL-DARLEU/GRILLON

14 D'autres décisions évaluent forfaitairement les dommages et intérêts SUR LE LIEN DE CAUSALITE : L'appréc iation du lien de causalité est délicate. La victime doit démontrer qu'il existe un lien de causalité exclusif entre la faute reprochée et le préjudice subi. Or, la faute peut contribuer au préjudice sans en être toujours la cause exclusive. C'est la raison pour laquelle les tribunaux prononcent parfois un partage de responsabilité. Fréquemment, le professionnel invoque, pour se défendre, soit des circonstances conjoncturelles, soit la passivité du client à réception des avis d'opéré. Un arrêt de la Cour de Cassation est venu rappeler que : "Le client d'une société de bourse ne commettait pas de faute en ne réagissant pas aux avis d'opéré portant sur des montants anormaux, dès lors qu'ayant donné un mandat de gestion à la société, il n'est pas tenu d'assurer la surveillance de l'évolution de son compte, sauf s'il reçoit des mises en garde" (27). Plus récemment encore, la Cour de Cassation a cassé un arrêt d'appel qui avait retenu un partage de responsabilité entre le banquier et le titulair e du compte au motif qu'il recevait régulièrement des relevés faisant ressortir la nature des opérations et aurait pu mettre un terme à celles -ci en clôturant le compte (28). Les cas de figure concernant la responsabilité du banquier sont extrêmement variés. Il est néanmoins certain que l'évolution de la jurisprudence tend vers une plus grande sévérité à son égard. (27) CASS COM 1er février 1994 (28) CASS COM 13 mai 1997

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF Position recommandation AMF n 2007-21 Les obligations professionnelles à l égard des clients non professionnels en matière de gestion de portefeuille pour le compte de tiers Textes de référence : articles

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés Chapitre Les professionnels de la gestion de patrimoine Renaud Salomon La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés en près de 500 établissements, tenus aux trois quarts

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

Code de déontologie. 1. Généralités

Code de déontologie. 1. Généralités Code de déontologie Le présent code de déontologie a été voté par l assemblée générale extraordinaire en date du 7 juillet 2010 et remplace l ancien code de déontologie voté le 30 octobre 1970. Le présent

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005 I. Droit pénal Infraction se rattachant à l exécution d un contrat de

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers

Politique de sélection des intermédiaires financiers Politique de sélection des intermédiaires financiers - Mise à jour Février 2010 OBJET Ce document a pour objet de déterminer le périmètre et les conditions d application de sélection des intermédiaires.

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

MANDAT DE CONSEIL «PORTEFEUILLE D ACTIONS DE SOCIETES COTEES SUR ALTERNEXT ELIGIBLES AU DISPOSITIF ISF PME»

MANDAT DE CONSEIL «PORTEFEUILLE D ACTIONS DE SOCIETES COTEES SUR ALTERNEXT ELIGIBLES AU DISPOSITIF ISF PME» MANDAT DE CONSEIL «PORTEFEUILLE D ACTIONS DE SOCIETES COTEES SUR ALTERNEXT ELIGIBLES AU DISPOSITIF ISF PME» ENTRE Monsieur Madame Mademoiselle Nom : Nom de jeune fille :.. Prénoms :.. Date de naissance

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Actualisation effectuée le 1 er janvier 2014 Le présent document a pour but d informer les mandants et les porteurs de Financière de l Echiquier de sa politique

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL Docteur Anne Gillet Docteur Jacques Darmon INTRODUCTION Une judiciarisation de plus en plus importante des relations sociales avec interventions

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 4 février 2014 N de pourvoi: 13-10630 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00153 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Références Règlementaires Article 19 de la directive 2004/39/CE du 21 avril 2004 concernant les marchés d instruments financiers (Directive

Plus en détail

REGLEMENT DU CONSEIL DU MARCHE FINANCIER RELATIF AUX SOCIETES DE GESTION. Chapitre I - Procédure relative à l agrément et au programme d activité

REGLEMENT DU CONSEIL DU MARCHE FINANCIER RELATIF AUX SOCIETES DE GESTION. Chapitre I - Procédure relative à l agrément et au programme d activité REGLEMENT DU CONSEIL DU MARCHE FINANCIER RELATIF AUX SOCIETES DE GESTION Chapitre I - Procédure relative à l agrément et au programme d activité Section 1 - Agrément et programme d activité Article 1 Au

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui?

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? 81 rue du pré Catelan 59110 La Madeleine Tél : 03 20 39 33 47 Fax : 03 20 63 92 21 lille@valoxy.fr www.valoxy.fr Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? Attention aux prestations de

Plus en détail

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique A l instar des développements enregistrés sur les marchés internationaux,

Plus en détail

Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas. Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX]

Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas. Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX] 2014 Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX] S O M M A I R E Définition de l administrateur systèmes et réseau........... 3 Administrateur

Plus en détail

Position AMF n 2004-07 Les pratiques de market timing et de late trading

Position AMF n 2004-07 Les pratiques de market timing et de late trading Position AMF n 2004-07 Les pratiques de market timing et de late trading Textes de référence : articles 411-65, 411-67 et 411-68 du règlement général de l AMF 1. Questions-réponses relatives aux pratiques

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle de la SHDM

Politique de gestion contractuelle de la SHDM Politique de gestion contractuelle de la SHDM Adoptée par les membres du conseil d administration le 22 octobre 2013 Direction des affaires juridiques et corporatives Politique de gestion contractuelle

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Avril 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Conformément aux règles des directives 2004/39/CE du 21 avril 2004 et 2006/73CE du 10 août 2006 transposées dans les articles 313-18 à 313-28 du

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS LOI N 2014-344 DU 17 MARS 2014 RELATIVE A LA CONSOMMATION juin SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS 25/04/2014 I. CONDITIONS GENERALES DE VENTE L article

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 COUR DE CASSATION CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE ARRETS DU 31 JANVIER 2006 (n 150 FS-P+B ; Bull. Civ.

Plus en détail

Jurisprudence. République française. Au nom du peuple français LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Jurisprudence. République française. Au nom du peuple français LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 17 février 2010 n 08-45.298 Sommaire : Le contrat de travail comporte pour l'employeur l'obligation de fournir du travail au salarié. Viole les articles

Plus en détail

Contrat Type DroitBelge.Net. Contrat de travail AVERTISSEMENT

Contrat Type DroitBelge.Net. Contrat de travail AVERTISSEMENT http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat de travail Auteur: Me Arnaud Carlot, avocat E-mail: (Bruxelles) arnaudcarlot@skynet.be Tel / @lex4u.com 02.346.00.02 Fax: AVERTISSEMENT Le contrat

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

CONTRAT DE PARTENARIAT

CONTRAT DE PARTENARIAT CONTRAT DE PARTENARIAT Entre: ODIMAT, SARL au capital de 8700 dont le siège social est situé rue de l'abregain, 62800 Liévin, immatriculée au registre du commerce de Béthune sous le numéro 493 754 824

Plus en détail

A r t i c le 3 Information à charge de l'organisateur et / ou de l'intermédiaire de voyages

A r t i c le 3 Information à charge de l'organisateur et / ou de l'intermédiaire de voyages C O N D IT I O N S G E NE RA LE S DE L A CO M M ISSI O N DE L I T I G E S VOY A G E S A r t i c le 1 Champ d'application Ces conditions générales sont d application aux contrats d organisation et d intermédiaire

Plus en détail

Conditions Générales de Vente des Prestations de Service d Etude

Conditions Générales de Vente des Prestations de Service d Etude La société Cédric Pascal Soler EIRL nommée EDS - INFRA, ayant son siège social à BAINS les BAINS prise en la personne de M. SOLER Cédric Ayant la fonction de : Gérant du Bureau d étude Ci-après dénommé

Plus en détail

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984).

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984). Agents CNRACL : Accident de service Maladie professionnelle 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE Article juridique publié le 07/01/2014, vu 1842 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- Pourquoi faire opposition? L'ordonnance N 2009-866 du 15 juillet 2009

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

CONTRAT D'APPORTEUR D'AFFAIRES

CONTRAT D'APPORTEUR D'AFFAIRES CONTRAT D'APPORTEUR D'AFFAIRES ENTRE LES SOUSSIGNES : IZIMMO S.A.S. (sous l enseigne LA REFERENCE CREDIT), Société par actions simplifiée au capital de 4 114 508, dont le siège social est situé immeuble

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

CONVENTION D OUVERTURE ET D UN COMPTE EPARGNE EN ACTIONS (C.E.A.) GESTION LIBRE

CONVENTION D OUVERTURE ET D UN COMPTE EPARGNE EN ACTIONS (C.E.A.) GESTION LIBRE Identifiant unique N du compte CONVENTION D OUVERTURE ET D UN COMPTE EPARGNE EN ACTIONS (C.E.A.) GESTION LIBRE (Loi n 99-92 du 17 août 1999, décret n 99-2773 du 13 décembre 1999, loi n 2001-123 du 28 décembre

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Mise à disposition d une plateforme de veille sur Internet

Plus en détail

MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI

MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI 16 janvier 2015 Prêts distribués en micro-crédit Crédits distribués (en cours) Prêt moyen accordé Le conseil en investissement participatif «Art. L. 547-1.-I. Les

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

MiFID pour les assurances

MiFID pour les assurances MiFID pour les assurances Une première analyse Loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers (= loi de 2002) Arrêté royal du 3 juin 2007 (= AR de 2007) Loi

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

Enfin, on ne peut exclure que des proches cherchent à connaître les causes du décès de Monsieur PASDECHANCE.

Enfin, on ne peut exclure que des proches cherchent à connaître les causes du décès de Monsieur PASDECHANCE. Philippe CHOULET Cabinet d'avocats 8, Place Bellecour 69002 LYON Tél : 04 78 42 63 75 Fax : 04 78 42 88 18 choulet.avocats@wanadoo.fr www.cabinetchoulet-avocats.fr LES FAITS Monsieur PASDECHANCE est décédé

Plus en détail

Section 1. - Statut des établissements de crédit. PARTIE 1 Les acteurs du droit bancaire 13/11/2011. Introduction Définition du droit bancaire

Section 1. - Statut des établissements de crédit. PARTIE 1 Les acteurs du droit bancaire 13/11/2011. Introduction Définition du droit bancaire Introduction Définition du droit bancaire Objet du droit bancaire Origine Sources Evolution Année 1930 Loi de 1941/1945 Loi du 24 janvier 1984 Désintermédiation Diversification des services Marché unique

Plus en détail

Mentions obligatoires: Article 7 : Information du client

Mentions obligatoires: Article 7 : Information du client CONVENTION D INTERMEDIATION ENTRE LES SOUSSIGNES: ICF AL WASSIT, Société de Bourse agréée par le Ministère de l Economie et des Finances sous le n 3 / 583 du 2 0-01-1998, constituée en S.A. à Directoire

Plus en détail

CONTRAT APPORT D AFFAIRE

CONTRAT APPORT D AFFAIRE CONTRAT APPORT D AFFAIRE Il est préférable de signer un accord écrit liant les deux parties sur des droits et des devoirs de la part de l un et de l autre. Avant de s engager envers une entreprise, il

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de c

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Résolution CM13 0552 du conseil municipal le 17 juin 2013 et Résolution CG13 0246 du conseil d agglomération du 20 juin 2013 CONTEXTE L article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes oblige les municipalités

Plus en détail

Capacité professionnelle et le contrat de mandat

Capacité professionnelle et le contrat de mandat Capacité professionnelle et le contrat de mandat Qu'est-ce qu'un contrat de mandat?... 1 Quels actes doivent être posés par le mandataire (= le gestionnaire de transport)?... 2 Dans combien d'entreprise

Plus en détail

La fausse déclaration de risques en assurances

La fausse déclaration de risques en assurances La fausse déclaration de risques en assurances Article juridique publié le 04/03/2014, vu 3356 fois, Auteur : Elodie Plassard S'il est un point du droit des assurances qui alimente un contentieux lourd

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, trois avril deux mille quatorze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, trois avril deux mille quatorze. N 38 / 14. du 3.4.2014. Numéro 3322 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, trois avril deux mille quatorze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail Demande d'autorisation de travail tendant la délivrance : d'une d'une d'une de jeune fille Né(e) le de la personne contacter bre de salariés avant l'embauche Type de contrat de travail durée indéterminée

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Revue de droit immobilier 2009 p. 458 La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Patricia de Lescure, Docteur en droit

Plus en détail

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois, des difficultés peuvent survenir dans l

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DES OFFRES 100% GRATUITES

CONDITIONS PARTICULIERES DES OFFRES 100% GRATUITES CONDITIONS PARTICULIERES DES OFFRES 100% GRATUITES Les présentes conditions particulières d enregistrement, de renouvellement et de transfert de noms de domaine (ci-après les «CPV») forment un contrat

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Sommaire 1 ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Utilité de l état des lieux / Page 2 Etablissement de l état des lieux / Page 2 Forme de l état des lieux / Page 3 Coût de

Plus en détail

N Q.)~ ARRET COUJ~ D'APPEL D'AMIENS ARR~=T DU 06 AVRIL 2006 PARTIES EN CAUSE: : &L: INTIMEE DEBATS PPELANTE RG :,05/00092 SA A: PARIS.

N Q.)~ ARRET COUJ~ D'APPEL D'AMIENS ARR~=T DU 06 AVRIL 2006 PARTIES EN CAUSE: : &L: INTIMEE DEBATS PPELANTE RG :,05/00092 SA A: PARIS. ~ PPELANTE ARRET N Q.)~ SA A, COUJ~ D'APPEL D'AMIENS FI./BG. CI 8 RG :,05/00092 ARR~=T DU 06 AVRIL 2006 PARTIES EN CAUSE: : SA A: 75 PARIS &L: INTIMEE Madame 25, A\- 69 8 DEBATS A l'audierlce publique

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle vendredi 25 mai 2012 Intervenant : Michel JORNET Directeur Associé JORNET FINANCE CONSULTING Les principes

Plus en détail