1 -L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER VIS A VIS DE SON CLIENT : FONDEMENT DE L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 -L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER VIS A VIS DE SON CLIENT : 1.1 - FONDEMENT DE L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER :"

Transcription

1 RESPONSABILITE DU BANQUIER PRESTATAIRE DE SERVICES FINANCIERS Au cours des dix dernières années, les obligations des intermédiaires financiers et notamment des banquiers vis à vis de leurs clients se sont singulièrement renforcées et précisées. Ces derniers n'hésitent plus, lorsqu'ils subissent des pertes importantes ou bien lorsqu'ils ne sont pas satisfaits des résultats de la gestion conduite par leur mandataire à engager la responsabilité de leur banquier. Ce risque contentieux concerne aussi bien le banquier simple dépositaire des instruments financiers de son client que le professionnel de la gestion sous mand at. Le banquier doit donc connaître non seulement la nouvelle réglementation définissant ses obligations vis à vis de son client mais également l'évolution de la jurisprudence des tribunaux qui ont eu l'occasion d'appliquer et d'interpréter la multitude de lois, décrets, règlements et instructions qui se sont épanouis à la faveur de l'introduction de nouveaux produits financiers et de la création de nouveaux marchés financiers en France. Une première analyse de cette réglementation nouvellement créée met en évidence un phénomène de généralisation de l'écrit. L'article 20 de la loi n du 22 janvier 1988 sur les bourses de valeurs, aujourd'hui abrogé, imposait à tous ceux qui font profession de gérer des sommes, valeurs ou effets de leur clientèle, l'établissement d'une convention écrite. Cette obligation a été reprise par l'article 21 du règlement COB n relatif aux règles de bonne conduite applicables aux services de gestion de portefeuille pour le compte de tiers (1). L'écrit permet de définir les obligations contractuelles du banquier vis à vis de son client. Ainsi, dans le cadre d'un mandat de gestion, le contrat doit mentionner au moins : - les objectifs de la gestion, - les catégories d'instruments financiers que peut comporter le portefeuille, - les modalités d'information du mandant sur la gestion de son portefeuille, - la durée, les modalités de reconduction et de résiliation du mandat, - ainsi que le mode de rémunération du man dataire (2). (1) l'article 21 de règlement n dispose : "Toute gestion individuelle de portefeuilles doit donner lieu à l'établissement préalable d'une convention écrite"... (2) Voir notamment l'article 11 du règlement n de la COB sur les prestataires de services d'investissement effectuant une activité de gestion de portefeuille pour le compte de tiers.

2 Lorsque le mandat autorise les opérations à effet de levier, un accord spécial et express du client doit être donné, qui indique clairement les modalités de ces opérations et de l'information du mandant (3). Effectivement, sur ces nouveaux marchés conditionnels, les risques de perte peuvent être considérables, et c'est dans un souci d'information de l'investisseur qu e la réglementation applicable impose aux banques une obligation particulière d'alerter leurs clients. Cette réglementation prise en application de la loi n du 2 juillet 1996 de modernisation des activités financières tire les conséquences de l'évolution de la jurisprudence récente de la Cour de Cassation qui est venue renforcer cette obligation d'information du banquier vis à vis de son client. Dans un arrêt de principe du 5 novembre 1991, rendu par la Chambre Commerciale sous la présidence de Monsieur BEZARD, la Cour de Cassation a cassé, sur le visa de l'article 1147 du Code Civil, un arrêt d'une Cour d'appel en énonçant un attendu de principe selon lequel : "Quelles que soient les relations contractuelles entre un client et sa banque, celle-ci a le devoir de l'informer des risques encourus dans les opérations spéculatives sur les marchés à terme, hors le cas où il en a connaissance" (4). L'évolution ultérieure de la jurisprudence a consacré à la charge du banquier une obligation d 'information générale au contenu particulièrement étendu. Mais à coté de cette obligation d'information, l'article 58 de la loi précitée du 2 juillet 1996 de modernisation des activités financières prévoit dans le dispositif législatif des règles de bonne conduite qui rappellent que le banquier est également tenu vis à vis de son client d'un devoir de loyauté et d'une obligation de diligence. La violation de ces obligations est sanctionnée par la mise en jeu de la responsabilité du banquier. 1 -L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER VIS A VIS DE SON CLIENT : Cette obligation d'information s'impose au banquier quelles que soient les relations contractuelles avec son client FONDEMENT DE L'OBLIGATION D'INFORMATION DU BANQUIER : L'analyse du fondement de cette obligation permet de comprendre son caractère général. (3) Règlement 96-02, article 11, alinéa 2 (4) Cass Com 5 novembre BUON/BANQUE POPULAIRE BRETAGNE ATLANTIQUE

3 FISCHER, TANDEAU de MARSAC, GROS & ASSOCIES Ce devoir d'information n'est qu'une des facettes du devoir de conseil qui pèse, en droit français, sur tout professionnel dans le cadre de ses relations avec son client. Dès lors que l'une des parties possède des connaissances techniques et financières, dispose d'informations sur les marchés et sur les produits qui s'y échangent que l'autre n'a pas (sauf cas particulier), un déséquilibre de connaissances apparaît entre les cocontractants. Le devoir de conseil mis à la charge de celui qui sait, du professionnel, au profit de celui qui ne sait pas, du profane, a pour but de remédier à ce déséquilibre. Le devoir d'information de l'intermédiaire financier vis à vis de son client trouve donc son fondement dans ce devoir de conseil mais il prend une coloration particulière pour tenir compte de la spécificité technique des marchés financiers, de la réglementation des professions et des activités financières et de leur déontologie. Par ailleurs, il se trouve étroitement encadré par le devoir de coopération du client et l'obligation de réserve de l'intermédiaire financier, et notamment du banquier, qui ne doit pas s'ingérer dans les affaires de son client. En outre, la source (jurisprudentielle ou réglementaire) varie selon l'intermédiaire financier qui le supporte SOURCE DE CETTE OBLIGATION : Cette obligation trouve son origine à la fois dans la jurisprudence et dans la réglementation. L'arrêt du 5 novembre 1991 précité a précisé que le banquier est tenu d' informer son client des risques encourus dans les opérations spéculatives sur les marchés à terme quelles que soient ses relations contractuelles avec lui. Plusieurs arrêts ultérieurs sont venus par la suite confirmer cette jurisprudence en reprenant une formulation identique (5). Le règlement n du 19 mars 1993 relatif aux conventions de comptes de titres entre les établissements de crédit et leurs clients rappelle que lors de l'ouverture d'un compte de titres, l'établissement teneur, lorsqu'il accepte qu'un de ses clients intervienne sur les marchés de contrats à termes négociables et de produits financiers, doit préalablement lui remettre le document d'information et les fiches techniques fixés par la réglementation relative au marché correspondant. Dans une intervention, à l'occasion de la publication du rapport du groupe de travail sur la déontologie des activités financières le 24 mars 1988, Monsieur Yves LE PORTZ, Président de la COB, énonçait, parmi les dix commandements des intermédiaires boursiers : "2 - informer et conseiller en permanence les clients et les mettre en garde contre les risques disproportionnés par rapport à leur situation" (6). (5) Voir notamment Cass Com 2/11/94 CREDIT INDUSTRI EL DE L'OUEST/BAZIN (6) Rapport du groupe de travail sur la déontologie des activités financières FISCHER, TANDEAU de MARSAC, GROS & ASSOCIES

4 1.3 - PORTEE DE L'OBLIGATION D'INFORMATION : Cette obligation joue quelles que soient les relations contractuelles avec le client. De façon schématique, les relations contractuelles entre un banquier et son client peuvent recouvrir deux hypothèses distinctes. Dans le premier cas, le client ouvre un compte de titres chez un banquier et lui transmet des ordres à exécuter. Il prend alors lui-même l'initiative de la gestion du compte. Dans le deuxième cas, le client donne mandat au banquier de gérer son compte de titres. Selon la formule de mandat retenue, le banquier peut disposer d'une liberté de manœuvres plus ou moins importantes. I/3.1 - L'OBLIGATION D'INFORMATION DANS LE CADRE DE LA GESTION SOUS MANDAT : Quelle que soit la nature du mandat, le banquier doit informer son client su r les risques encourus. Ainsi, le contrat de mandat, qu'il prévoit une gestion prudente ou dynamique, doit mentionner les risques propres aux marchés à terme et conditionnels lorsqu'il autorise des opérations sur ces marchés (7). Un arrêt récent de la Cour de Cassation est venu à nouveau rappeler que : "La banque avait le devoir d'informer ses clients des risques encourus dans les opérations spéculatives sur les marchés à terme, dès lors qu'ils assumaient des risques de pertes et qu'ils n'en étaient pas personnellement avertis, peu important que leur mandataire le fût" (8). 1/3.2 - L'OBLIGATION D'INFORMATION EN DEHORS DE LA GESTION SOUS MANDAT : Même lorsque les clients ouvrent un simple compte de titres, le banquier doit également l'infor mer des risques encourus dans le cadre des opérations qu'il envisage (9). (7) le règlement n de la COB précise dans un article 20"le devoir d'information et de conseil comport e la mise en garde contre les risques courus". (8) Cass. Com. 9 avril 1996 MELA/SOCIETE MARSEILLAISE DE CREDIT (9) Voir notamment CASS. COM. 18mai 1993 ASSOULINE/SOCIETE NANCEENNE VARIN BERNIER. FISCHER, TANDEAU de MARSAC, GROS & ASSOCIES

5 Général, le devoir d'information du banquier vis à vis de son client a néanmoins une portée limitée au cas où le client n'a pas eu connaissance des risques encourus. Dès lors que le banquier peut prouver que son client a des connaissances suffisantes en matière financière pour être averti des risques encourus par les opérations spéculatives qu'il réalise directement ou indirectement sur les différents marchés financiers, il n'est plus tenu d'une obligation d'information à son égard (10). Lorsqu'elle existe, cette obligation est particulièrement étendue UNE OBLIGATION D'INFORMATION ETENDUE : Le devoir d'information du banquier n'est pas ponctuel. Il s'exerce de façon continue ou répétée tout au long des relations contractuelles. Pour mémoire, il convient de rappeler que dans le cadre de la gestion sous mandat, le banquier doit s'informer sur le type de gestion souhaitée par son client (dynamique ou conservatrice). En dehors de ce cas particulier, l'obligation d'informer concerne à la fo is les risques encourus et les opérations réalisées INFORMATION SUR LES RISQUES ENCOURUS : Il s'agit essentiellement des risques de perte dans les opérations spéculatives sur les marchés à terme et sur les marchés conditionnels. Le Krach boursier de 1987, à l'issue duquel certains investisseurs ont subi des pertes considérables, n'est certainement pas étranger au renforcement et à la généralisation du devoir d'information. Les nouveaux marchés conditionnels introduits en France, tels que le MATIF ou le MONEP, peuvent entraîner des pertes considérables pour ceux qui s'y aventurent sans totalement maîtriser leur fonctionnement. Le client du banquier doit donc être informé, dès l'origine des relations contractuelles, des risques de perte qu'il court en réalisant de sa propre initiative ou à l'initiative d'un gestionnaire de compte des opérations spéculatives sur les marchés boursiers (11). (10) Voir notamment : * Cass Com 12 juillet CCF/MARKOWICZ * Cass Com 2 novembre LAUNAY/CAISSE D'EPARGNE ECUREUIL DE VERSAILLES * Cass Com 21 février * Cass Com 7 mars PELLIET LE GRAND & CIE/BASTIEN VANNIERE (11) Cass Com 2 novembre 1994 FCB/LARTIGUES

6 FISCHER, TANDEAU de MARSAC,GROS & ASSOCIES En pratique, l'information est assurée à l'ouverture du compte ou lors de la signature du mandat par la communication au client d'une note d'information de la COB sur le ou les marchés sur lesquels vont être réalisées les opérations spéculatives. Ce devoir d'information doit s'exécuter en permanence et pas seulement au début des relations contractuelles INFORMATION SUR LE BESOIN DE COUVERTURE : Ainsi, lorsque la réglementation du marché concerné exig e que les opérations réalisées par ou pour le compte du client soient couvertes par une garantie suffisante que doit fournir le client, le banquier a l'obligation de l'informer exactement du montant de la couverture exigée par les autorités de surveillance du marché (12) INFORMATION SUR LES OPERATIONS REALISEES : Le banquier doit fournir en temps voulu à son client des comptes -rendus exacts des transactions effectuées pour son compte. Dans le cadre de la gestion sous mandat, cette obligation est renforcée, le banquier devant notamment faire ressortir l'évolution de l'actif géré et les résultats dégagés par la gestion (13 et 14) INFORMATION SUR LES INNOVATIONS INTRODUITES ET LE S NOUVELLES MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU MARCHE : Le rapport BRAC de LA PERRIERE recommande une mission permanente d'information et de conseil et préconise un devoir de formation du client aux nouvelles modalités de fonctionnement du marché et d'information sur les innovations introduites ( 15). Indépendamment de cette obligation d'information générale et étendue, le banquier doit respecter les règles de bonne conduite introduites par l'article 58 de la loi du 2 juillet <CR> (12) CA PARIS, 1ère Ch Section A 15 décembre 1993 NEMEGYEI/CHEVREUX DE VIRIEU (13) voir notamment pour les sociétés de gestion de portefeuille - Bull COB n 262 novembre 1991 (14) COGEMA/BUISSON - DALLOZ 1993 N 79 ; CA PARIS 25 janvier 1993 D.1993 IR 124 et note Claude DUCOULOUX - FAVARD sous D J367. (15) rapport BRAC de LA PERRIERE - COB 1988, annexe 3, pages 64 et 66

7 FISCHER, TANDEAU de MARS AC, GROS & ASSOCIES 2 -LES REGLES DE BONNE CONDUITE : La loi n du 2 juillet 1996, dite de modernisation des activités financières a strictement définit les règles de bonne conduite qui s'imposent aux prestataires de services d'investissement que sont notamment les banquiers. L'article 58 de la loi précitée dispose en effet que : "Les prestataires de services d'investissement... sont tenus de respecter des règles de bonne conduite destinées à garantir la protection des investisseurs et la régularité des opérations. Ces règles sont établies par le Conseil des Marchés Financiers et, pour celles ayant trait aux services définis au d) de l'article 4, par la Commission des Opérations de Bourse. (la gestion de portefeuille pour le compte de tiers).... Elles obligent notamment à : 1/ se comporter avec loyauté et agir avec équité au mieux des intérêts de leurs clients et de l'intégrité du marché ; 2/ exercer leur activité avec la compétence, le soin et la diligence qui s'imposent, au mieux des intérêts de leurs clients et de l'intégrité du marché ; 3/ être doté des ressources et des procédures nécessaires pour mener à bien leurs activités et mettre en œuvre ses ressources et procédures avec un souci d'efficacité ; 4/ s'enquérir de la situation financière de leurs clients, de leur expérience en matière d'investissements et leurs objectifs en ce qui concerne les services demandés ; 5/ communiquer, d'une manière appropriée, les informations utiles dans le cadre des négociations avec leurs clients ; 6/ s'efforcer d'éviter les conflits d'intérêt et, lorsque ces derniers ne peuvent être évités, veiller à ce que leurs clients soient traités équitablement ; 7/ se conformer à toutes les réglementations applicables à l'exercice de leurs activités de manière à promouvoir au mieux les intérêts de leurs clients et l'intégrité du marché". Ces règles de bonne conduite définies par l'article 58 de la loi précitée sont complétées par des règlements et instructions prises par la C.O.B et notamment : - La recommandation n de la COB concernant l'application des principes et règles de conduite relatifs aux gestions sous mandat. - le règlement de la COB n relatif à la gestion individuelle ou collective de portefeuille.

8 - le règlement de la COB n sur les prestataires de services d'investissement effectuant une activité de gestion de portefeuille pour le compte de tiers. - l'instruction prise en application du règlement des opérations de bourse n <CR> - le règlement n relatif aux règles de bonne conduite applicables aux services de gestion de portefeuille pour le compte de tiers. Schématiquement, ces règles de bonne conduite peuvent être regroupées en quatre catégories : - obligation de s'informer sur les besoins de son client, - obligation de diligence et de rendre compte des opérations effectuées pour son compte, - obligation de loyauté. - obligation de moyens OBLIGATION DE S'INFORMER SUR LES BESOINS DE SON CLIENT : Cette obligation concerne plus particulièrement la gestion sous mandat. Le banquier doit se renseigner sur la situation patrimoniale de son client et sur ses objectifs de gestion. Un véritable débat doit intervenir entre le banquier gestionnaire et son client. Les questions suivantes doivent être abordées : * quels sont les objectifs de gestion du client? * Souhaite-t-il privilégier la sécurité ou la rentabilité? * Quel niveau de liquidité veut-il conserver? Enfin, il convient de préciser quelles sont les opérations autorisées OBLIGATION DE DILIGENCE ET DE RENDRE COMPTE : Toujours dans le cadre d'un mandat de gestion, le banquier doit agir avec diligence et rendre compte à son client de sa gestion.

9 Même en présence d'un mandat de gestion, le gestionnaire doit exécuter les instructions résultant de l'ordre manuscrit de son mandat. Dans un arrêt récent, une Cour d'appel a pu considérer que : "a manqué à son obligation de diligence une banque qui attend plus d'une heure et demi pour transmettre un ordre de bourse dont l'exécution n'aurait dû souffrir aucun retard. Dans une autre décision récente du 19 mars 1996, la 1ère Chambre Civile de la Cour de Cassation a eu l'occasion de le rappeler à propos d'un litige opposant un gestionnaire de patrimoine à son client. Ce dernier qui avait confié un mandat de gestion de portefeuille à une société de bourse avait en parallèle donné un ordre de vente par écrit. Le gestionnaire avait exécuté l'ordre. Par la suite, le client lui reprochait d'avoir commis une faute pour ne pas l'avoir conseillé sur l'opportunité de l'ordre. La Cour de cassation rejette le pourvoi contre la Cour d'appel aux motifs que : "La Cour d'appel relève que la vente des titres résulte d'un ordre manuscrit, que les termes clairs et précis de cette lettre ne permettaient pas au mandataire de se dérobe r à l'exécution des instructions reçues, ni même de les discuter avec son mandant, l'urgence étant soulignée par l'emploi, à deux reprises, de l'allocution adverbiale "au plus tôt", que Monsieur MORI a pris soin, le même jour, de rédiger deux autres lettres à l'adresse d'organismes concernés par ses ordres, "comme s'il craignait qu'il (le représentant de la société) ne manifeste une réticence à exécuter ses instructions", et qu'en matière boursière et plus particulièrement en cas de conflit armé, tout retard dans l'exécution des ordres réguliers donnés par un mandataire à son mandant peut avoir des conséquences financières graves ; que de ces constatations et énonciations, elle a pu déduire que la société n'a commis aucune faute de nature à engager sa responsabilité à raison des pertes des époux MORI (CASS 1ère CIVILE 19 MARS 1996, époux MORI/société GP FINANCES) (17). La décision peut être transposée au banquier gestionnaire de portefeuille. (16) CA VERSAILLES, 12ème Chambre, 23 septembre 1993 (17) CASS 1ère CIVILE 19 MARS 1996, époux MORI/société GP FINANCES Enfin, il ne suffit pas d'être diligent, il faut rendre compte, c'est à dire informer régulièrement s on client des résultats de la gestion. Dans une décision récente, une Cour d'appel a considéré qu'un gestionnaire de portefeuille avait commis une faute consistant en l'espèce :

10 "en un manque de logique dans la gestion par un professionnel dilettante et peu surveillé par son employeur mais aussi dans le manque d'information personnalisée et de suivi par ce gestionnaire, aucune estimation périodique du portefeuille n'ayant été établie (CA PARIS 15ème B, 12 avril 1996 DEMARTI/SOCIETE ENVERGURE FINANCES) (18). La réglementation de la COB est également très détaillée sur cette obligation d'information. L'article 23 du règlement COB n détaille minutieusement l'information sur la gestion de portefeuille effectuée que le prestataire doit assurer au mandant. Il précise : "Dans le cas d'une gestion individuelle sous mandat, cette information comprend au minimum un arrêté trimestriel du portefeuille, ainsi qu'un compte-rendu de gestion semestriel, retraçant la politique de gestion suivie pour le compte du mandant, et faisant ressortir l'évolution de l'actif géré et les résultats dégagés pour la période écoulée. Lorsque le mandat de gestion autorise les opérations à effet de levier et que le portefeuille comporte des positions ouvertes (qui ne sont pas couvertes par une position ouverte symétrique ou la détention des actifs sous-jacents), une information au moins mensuelle doit être prévue comprenant notamment une appréciation des risques représentée par des positions ouvertes..." OBLIGATION DE LOYAUTE : Cette obligation se rapproche de l'obligation plus générale de bonne foi dans les contrats (19). Mais la loyauté suppose également que le banquier privilégie l'intérêt de ses clients avant ses propres intérêts. Il doit veiller notamment à ne pas multiplier les opérations dans le seul but de percevoir des commissions sur ces opérations. (18) CA PARIS 15ème B, 12 avril 1996 DEMARTI/SOCIETE ENVERGURE FINANCES (19) L'article 1134 du Code Civil français dispose que les conventions "doivent être exécutées de bonne foi" OBLIGATION DE MOYENS : Les règles énoncées à l'article 58 de la loi du 2 juillet 1996 précitée sont nombreuses et visent notamment l'obligation de moyens, reprise par la réglementation COB et notamment le règlement COB n L'article 9 du règlement COB n prévoit :

11 "Le prestataire doit, en permanence, disposer de moyens adaptés à ses activités et conformes aux textes législatifs et réglementaires. L'obligation de tels moyens signifie notamment : - la présence de collaborateurs compétents ; - l'existence de moyens techniques suffisants ; - une organisation interne adéquate permettant de justifier en détail l'origine, la transmission et l'exécution des ordres, et notamment l'individualisation des opérations effectuées..." L'Article 10 ajoute : "Les prestataires effectuant des opérations à effet de levier doivent disposer des moyens nécessaires à cette activité pour assurer notamment le suivi et le contrôle des positions". Et l'article 11 précise : "Le prestataire doit mettre en place les moyens et procédures permettant de contrôler ses activités et celles de ses intermédiaires et dépositaires. Le contrôle interne consiste notamment à s'assurer du respect des règles de bonne conduite dans tous les aspects de la relation avec la clientèle". Enfin l'article 13 dispose : "L'organisation du prestataire doit lui permettre d'exercer ses activités avec loy auté, diligence, neutralité et impartialité au bénéfice exclusif du mandant ou des porteurs de parts ou d'actions, dans le respect de l'intégrité et de la transparence du marché". * * * * Les règles de bonne conduite doivent être appliquées en tenant compte de la compétence professionnelle, en matière de services d'investissement, de la personne à laquelle le service d'investissement est rendu. Les tribunaux n'ont pas encore eu l'occasion d'interpréter ces règles de bonne conduite. Il n'est reste pas moins que leur violation est susceptible d'engager la responsabilité du banquier. 3 -SANCTIONS DU NON-RESPECT DES OBLIGATIONS DU BANQUIER : Hormis l'hypothèse dans laquelle le banquier s'est engagé contractuellement à atteindre un niveau de performance précis dans le cadre par exemple d'une gestion de portefeuille, il ne supporte qu'une obligation de moyens, c'est à dire l'obligation de se comportercomme un professionnel normalement diligent de la place.

12 Dès lors, c'est au client mécontent ou déçu par les résultats de la gestion qu'il appartiendra de rapporter la preuve d'une faute, c'est à dire d'une violation d'une obligation. La responsabilité du banquier sera contractuelle s'il ne respecte pas une obligation d'origine contractuelle. Elle sera délictuelle si l'on est en présence d'une violation d'une obligation imposée par la loi, un décret ou une réglementation financière. Le client victime de la violation d'une obligation doit démontrer l'existence d'une faute, d'un préjudice et d'un lien de causalité entre ces deux éléments conformément au droit commun de la responsabilité LA FAUTE : DEFINITION : Si le banquier était tenu d'une obligation de résultat, la faute sera établie dès lors que le résultat n'aura pas été atteint. Si le banquier n'était pas tenu d'une obligation de résultat mais d'une simple obligation de moyens, il faudra donc démontrer sa violation. Cette preuve peut être rapportée par tout moyen. Il peut s'agir : * d'un manquement à l'obligation d'informer sur les risques encourus par les opérations initiées par le client (20). (21). * d'un manquement à l'obligation d'informer sur l'obligation de constituer une couverture * d'un manquement à l'obligation de loyauté (22). (20) CASS. COM. 5 novembre 1991 BANQUE POPULAIRE DE LOIRE ATLANTIQUE/BUON CASS. COM. 18 mai 1993 SNVB/ASSOULINE (21) PARIS, 1ère Chambre A, 24 septembre 1991 GIORDANO/FINACOR Article 2 du règlement du 22 juillet 1987 (22) CASS. COM. 27 mai 1997, SA PRIGEST / AGENCE JUDICIAIRE DU TRESOR

13 EXCLUSION DE LA FAUTE : Cette exclusion de la faute peut être totale ou partielle. a) le client initié : Le client particulièrement initié, soit en raison d'une compétence propre qu'il détient dans son domaine, soit parce qu'il s'entoure de conseillers dans les différents domaines juridiques et fiscaux, ne pourra pas reprocher au banquier de ne pas lui avoir communiqué les informations qu'il connaissait en raison de sa compétence ou des conseillers dont il s'était entouré (voir notamment CASS COM 9 avril 1996 FAIVRE-DUBOZ es qualité/credit LYONNAIS (23). b) les clauses d'exonération : Le banquier peut être tenté d'insérer dans ses contrats des clauses de limitation ou d'exonération de responsabilités. Dans certains cas, ces clauses peuvent tomber sous le coup de la réglementation française sur les clauses abusives. La jurisprudence n'est pas encore clairement fixée sur la validité des clauses d'exonération. Un arrêt rendu par la Cour d'appel de Paris le 22 septembre 1993 considère qu'il n'est pas excessif pour les sociétés de gestion de se prémunir contre les aléas des marchés financiers et que les clauses d'exonération doivent être admises dès lors qu'elles sont librement acceptées par les clients. Mais, la Cour ajoute qu'une telle exonération de responsabilité ne dispense pas la société de gérer normalement le portefeuille et, pour ce faire, de mettre en œuvre tous les moyens pour assurer une gestion efficace des fonds qui lui sont remis (CA PARIS 22 septembre 1993, 8ème Chambre, section B, SA MATIGNON CONSEIL/CLAMIGIRARD (24) LE PREJUDICE : Conformément au principe régissant la responsabilité contractuelle, le préjudice doit être évalué en tenant compte des gains manqués et des pertes subies. Un arrêt récent de Cour d'appel a pu considérer que le préjudice devait correspondre au manque à gagner et en l'occurrence, à la différence de valeur des titres entre le cours d'achat et le cours du jour où le client apprend que son ordre n'a pas été exécuté (25). Certaines décisions comparent les résultats obtenus et les résultats qui auraient dû être obtenus si la gestion avait été celle d'un mandataire normalement diligent et compétent (26). (23) CASS COM 9 avril 1996 FAIVRE-DUBOZ es qualité/credit LYONNAIS. (24) CA PARIS 22 septembre 1993, 8ème Chambre, section B, SA MATIGNON CONSEIL/CLAMIGIRARD). (25) CA BESANCON, 2ème Chambre Civile, 4 février 1994, BASTIEN/B.N.P. (26) CA PARIS, 1ère, 29 juin 1983, MOREL-DARLEU/GRILLON

14 D'autres décisions évaluent forfaitairement les dommages et intérêts SUR LE LIEN DE CAUSALITE : L'appréc iation du lien de causalité est délicate. La victime doit démontrer qu'il existe un lien de causalité exclusif entre la faute reprochée et le préjudice subi. Or, la faute peut contribuer au préjudice sans en être toujours la cause exclusive. C'est la raison pour laquelle les tribunaux prononcent parfois un partage de responsabilité. Fréquemment, le professionnel invoque, pour se défendre, soit des circonstances conjoncturelles, soit la passivité du client à réception des avis d'opéré. Un arrêt de la Cour de Cassation est venu rappeler que : "Le client d'une société de bourse ne commettait pas de faute en ne réagissant pas aux avis d'opéré portant sur des montants anormaux, dès lors qu'ayant donné un mandat de gestion à la société, il n'est pas tenu d'assurer la surveillance de l'évolution de son compte, sauf s'il reçoit des mises en garde" (27). Plus récemment encore, la Cour de Cassation a cassé un arrêt d'appel qui avait retenu un partage de responsabilité entre le banquier et le titulair e du compte au motif qu'il recevait régulièrement des relevés faisant ressortir la nature des opérations et aurait pu mettre un terme à celles -ci en clôturant le compte (28). Les cas de figure concernant la responsabilité du banquier sont extrêmement variés. Il est néanmoins certain que l'évolution de la jurisprudence tend vers une plus grande sévérité à son égard. (27) CASS COM 1er février 1994 (28) CASS COM 13 mai 1997

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières.

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Vu l'article 68 de la Constitution ; ALBERT II PAR LA GRACE DE

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES APPLICABLES AUX CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES APPLICABLES AUX CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES APPLICABLES AUX CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS CODE MONETAIRE ET FINANCIER Article L.541-1 I. Les conseillers en investissements financiers sont les

Plus en détail

360Hixance am 22, rue des Capucines 75 002 Paris Tél : 01 53 23 01 23 Fax : 01 42 86 68 69 www.360hixanceam.fr

360Hixance am 22, rue des Capucines 75 002 Paris Tél : 01 53 23 01 23 Fax : 01 42 86 68 69 www.360hixanceam.fr 360Hixance Asset Managers LA PREVENTION ET LA GESTION DES CONFLITS D'INTERETS La prévention et la gestion des conflits d'intérêts chez 360Hixance AM s'inscrivent dans le cadre de principes généraux posés

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr Le Président

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

DE LA GESTION DE PATRIMOINE INVESTISSEMENTS FINANCIERS

DE LA GESTION DE PATRIMOINE INVESTISSEMENTS FINANCIERS CODE DE DEONTOLOGIE DU COURTAGE D ASSURANCE, DE LA GESTION DE PATRIMOINE ET DU CONSEIL EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS INTERET DU CLIENT Tout membre de l'anacofi-cif exerce son activité de manière à privilégier

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Nom : Politique de gestion des conflits d intérêts Création : 21 février 2008 Mise à jour : 26/ Février 2008 Mise à jour : 21 Octobre 2009 Mise à jour : 22

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Atelier Stellium Mes rendez-vous clients Vue d ensemble pour un CIF-CGP Le formalisme CIF présenté est la garantie d une prestation de conseil réalisée avec qualité; c est pourquoi, la CNCIF recommande

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

PROCEDURES MATIGNON FINANCES OPERATIONS

PROCEDURES MATIGNON FINANCES OPERATIONS PROCEDURES MATIGNON FINANCES OPERATIONS Domaine d application Nom de la procédure Gestion des conflits d intérêts Rédacteur Antoine DADVISARD Date mai 2012 Contrôle RCCI Franck Rossard Version 1.1 1 1.

Plus en détail

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF Position recommandation AMF n 2007-21 Les obligations professionnelles à l égard des clients non professionnels en matière de gestion de portefeuille pour le compte de tiers Textes de référence : articles

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

CHAPITRE I : PORTEE. Article 1er

CHAPITRE I : PORTEE. Article 1er Avertissement L acte que vous allez consulter a été retranscrit, éventuellement coordonné, et mis en ligne par une entité privée. Il ne s agit pas d un document officiel ; seul un document officiel fait

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Actualisation effectuée le 1 er janvier 2014 Le présent document a pour but d informer les mandants et les porteurs de Financière de l Echiquier de sa politique

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Validée formellement par le comité exécutif le 21 août 2014; mise en application dès le 1 er juillet 2014. Le présent document

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE. Préambule

CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE. Préambule CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE Association GERP Nord Europe Retraite auprès des Assurances Crédit Mutuel Nord - Vie Association Nord Europe

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs Mobilières du Québec (CVMQ) ;

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs Mobilières du Québec (CVMQ) ; 1992-07 REPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION DES OPERATIONS DE BOURSE COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DU QUEBEC ACCORD ADMINISTRATIF La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs

Plus en détail

SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF

SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF 13 SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE CHAPITRE

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE Missions d interprétation de conférence simultanée et consécutive PRÉAMBULE Ces Conditions Générales de Vente ne s appliquent pas aux Interprètes experts de justice. 1. OBJET Les présentes conditions générales

Plus en détail

MiFID pour les assurances

MiFID pour les assurances MiFID pour les assurances Une première analyse Loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers (= loi de 2002) Arrêté royal du 3 juin 2007 (= AR de 2007) Loi

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule Rapport au Roi Table des matières Version néerlandaise Conseil d'etat belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation Titre

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom AVIS 2004/1 Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Introduction

Plus en détail

Annexe I CODE DE DÉONTOLOGIE ET RÈGLES D ÉTHIQUE DES ADMINISTRATEURS PUBLICS DE L ÉCOLE NATIONALE DES POMPIERS DU QUÉBEC (L ENPQ) Adopté par le conseil d administration 6 juin 2003 Code d éthique et de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE HMG FINANCE I) Présentation générale de notre politique de prévention et de gestion des conflits d intérêts HMG FINANCE a identifié, sélectionné

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

05/03/2012. Document public. labanquepostale-am.fr

05/03/2012. Document public. labanquepostale-am.fr Politique de Best Execution 05/03/2012 Document public La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15 Société de gestion de portefeuille ayant obtenu l agrément

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle vendredi 25 mai 2012 Intervenant : Michel JORNET Directeur Associé JORNET FINANCE CONSULTING Les principes

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL 8 TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL Article III.1. - Préparation des élections Les organisations syndicales représentatives dans l'établissement sont invitées

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Conseiller financier/conseillère financière bancaire (33211 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Conseiller financier bancaire........................................

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT

CHARTE DE PARTENARIAT CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE Représenté par Ci-après dénommé «le Signataire de la Charte» D UNE PART, ET La Chambre nationale des conseils en gestion de patrimoine Syndicat professionnel créé en 1978, enregistré

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 122 964,11 IMMEUBLE LE MONGE 22 PLACE DES VOSGES, LA DÉFENSE 5 92400 COURBEVOIE

Plus en détail

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés Chapitre Les professionnels de la gestion de patrimoine Renaud Salomon La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés en près de 500 établissements, tenus aux trois quarts

Plus en détail

REGLEMENT No 2001-06

REGLEMENT No 2001-06 REGLEMENT No 2001-06 MODIFIANT LE REGLEMENT No 94-05 DE LA COMMISSION DES OPERATIONS DE BOURSE RELATIF AUX SOCIETES CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER REGIES PAR LA LOI No 70-1300 DU 31 DECEMBRE 1970 MODIFIEE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Avril 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Conformément aux règles des directives 2004/39/CE du 21 avril 2004 et 2006/73CE du 10 août 2006 transposées dans les articles 313-18 à 313-28 du

Plus en détail

du X août 2008 (Règles-cadres pour la gestion de fortune) Sommaire

du X août 2008 (Règles-cadres pour la gestion de fortune) Sommaire Circ.-CFB 08/X Règles-cadres pour la gestion de fortune - projet Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Règles-cadres pour la reconnaissance de l'autoréglementation en matière de gestion

Plus en détail

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Références Règlementaires Article 19 de la directive 2004/39/CE du 21 avril 2004 concernant les marchés d instruments financiers (Directive

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/12/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 14 novembre 2012 N de pourvoi: 11-20391 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini,

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATION DE CONSEIL

CONTRAT DE PRESTATION DE CONSEIL CONTRAT DE PRESTATION DE CONSEIL La société Gibéo, adresse professionnelle 10 allée de Montalion 31120 Roquettes entreprise individuelle immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Toulouse

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique BP 80046 59587 Bondues cedex colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr Projet de Charte déontologique Charte de Déontologie Préambule Les présentes dispositions s appliquent aux membres de la

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be

Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be AVIS (1) 2015/02 DU CONSEIL DE L INSTITUT DES REVISEURS D ENTREPRISES Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be Notre référence EV/VY/vy Votre référence Date 02 mars 2015 Chère Consœur, Cher Confrère, Concerne

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

N 2015 Paris le 6 novembre 2006

N 2015 Paris le 6 novembre 2006 N 2015 Paris le 6 novembre 2006 Département Législatif & Réglementaire/VT I DROIT CIVIL 10 Droit coopératif agricole 1022 Contentieux 10220 Coopératives contre sociétaires OBJET : Compte courant d activité

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION BEAU FIXE REBOND PEA

NOTICE D'INFORMATION BEAU FIXE REBOND PEA NOTICE D'INFORMATION BEAU FIXE REBOND PEA Forme juridique de l'opcvm : FCP Promoteur : CREDIT LYONNAIS Société de Gestion : CAAM Gestionnaire financier par délégation : CREDIT AGRICOLE STRUCTURED ASSET

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Sommaire : 1 Avant propos... 2 1.1 Objet de la Charte... 2 1.2 Le cadre règlementaire... 2 2 Organisation du dispositif de contrôle interne...

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 17 mars 2010. M.LINDEN,conseiller le plus ancien faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 17 mars 2010. M.LINDEN,conseiller le plus ancien faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 17 mars 2010 M.LINDEN,conseiller le plus ancien faisant fonction de président Pourvoi n M 08-44.248 Rejet Arrêt n 506 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

CONTRAT DE PARTENARIAT

CONTRAT DE PARTENARIAT CONTRAT DE PARTENARIAT Entre: ODIMAT, SARL au capital de 8700 dont le siège social est situé rue de l'abregain, 62800 Liévin, immatriculée au registre du commerce de Béthune sous le numéro 493 754 824

Plus en détail

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation - Chambre sociale Audience publique du jeudi 3 novembre 2011 Société Moreau c./ X Décision déférée : CA Paris du 24 mars 2010 Rejet Sources : N de pourvoi: 10-18036 Publié au bulletin

Plus en détail

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Série des traités du Conseil de l'europe - n 208 Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Paris, 27.V.2010 STCE 208 Assistance mutuelle

Plus en détail

SIGNATURE D'UN ÉCHANGE DE LETTRES ENTRE LA COMMISSION DES OPÉRATIONS DE BOURSE ET LA COMMISSION FÉDÉRALE DES BANQUES SUISSE

SIGNATURE D'UN ÉCHANGE DE LETTRES ENTRE LA COMMISSION DES OPÉRATIONS DE BOURSE ET LA COMMISSION FÉDÉRALE DES BANQUES SUISSE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE SIGNATURE D'UN ÉCHANGE DE LETTRES ENTRE LA COMMISSION DES OPÉRATIONS DE BOURSE ET LA COMMISSION FÉDÉRALE DES BANQUES SUISSE M. Michel Prada, président de la Commission des

Plus en détail

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Atelier n 5 Quelle rémunération et quelle transparence? L interprofessionnalité peut-elle permettre une généralisation

Plus en détail

La Directive MIF. pour les clients particuliers

La Directive MIF. pour les clients particuliers La Directive MIF pour les clients particuliers Directive MIF : qu'est-ce que c'est? La directive sur les Marchés d'instruments Financiers (MIF) est une loi européenne qui régit depuis le 1 er novembre

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/339 DÉLIBÉRATION N 12/112 DU 4 DÉCEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre mixte 22 septembre 2006 n 05-13.517 Publication :Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 Citations Dalloz Codes : Code de la consommation, art. l. 341-4 Revues : Recueil

Plus en détail