Des soins de qualité à la portée de toutes les bourses? Oui, mais comment?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des soins de qualité à la portée de toutes les bourses? Oui, mais comment?"

Transcription

1 Des soins de qualité à la portée de toutes les bourses? Oui, mais comment? Congrès du Parti socialiste du canton de Berne Mercredi 30 janvier 2013 à Berne Allocution de Philippe Perrenoud Conseiller d État Directeur de la santé publique et de la prévoyance sociale Seules les paroles prononcées font foi! Chères et chers camarades Mesdames et Messieurs Notre canton a mal à ses finances. Pour 2013, il a fallu consentir d énormes efforts afin que le budget soit non déficitaire seuls sept cantons y sont parvenus. Mais à quel prix' Sur l injonction du Grand Conseil, le Conseil-exécutif a dû réduire les dépenses dans tous les domaines : ce n est pas encore le démantèlement général, mais on en est proche. La droite reproche au gouvernement sa «résistance passive». Je lui réponds, nous voulons atteindre l équilibre financier par des mesures socialement supportables, même au risque d un déficit transitoire. Les politiques d austérité ont montré ailleurs les dégâts qu elles occasionnent ; le Conseil-exécutif n a pas la moindre intention de s engager dans cette voie. Toujours est-il que le Grand Conseil a donné un fort coup de frein aux dépenses. Dans la santé et le social, les effets de ces réductions m inquiètent beaucoup. Je vois et j entends ce qui se passe sur le terrain, au quotidien, et je sais que nous arrivons à une limite au-delà de laquelle les mesures d économie supplémentaires vont faire très mal.

2 2 Voici un an déjà, pour éviter de tomber dans un endettement massif, le gouvernement avait demandé de gros efforts dans les soins à domicile et la prise en charge des personnes handicapées. Voici que sont touchés maintenant les dispositifs ambulatoires en psychiatrie et les centres de quartier, pour ne mentionner que ces exemples. Camarades, une distinction est ici primordiale à mes yeux. Une chose est la nécessaire parcimonie dans les dépenses publiques ; une autre chose est la culture politique qui définit comment on va procéder pour dépenser moins. Lors de discussions avec la commission des finances du Grand Conseil, j ai entendu à maintes reprises des députés s irriter que le Conseil-exécutif ne propose que des «demi-mesures», des mesures «à la marge». À droite, on me dit qu il faut des mesures qui «fassent mal», qui aient un «effet dissuasif» ce serait la condition de leur réussite. Non, camarades, pas de cela avec moi' Je ne veux pas de mesures qui fassent mal parce qu on veut faire mal! Je ne veux pas de mesures qui fassent peur et qui renforcent l exclusion! Je ne veux pas de mesures qui frappent durement celles et ceux qui sont les moins forts dans notre société et qui ne pourront pas se défendre, faute de moyens de lobby. Camarades, le PS doit, nous devons prendre résolument nos responsabilités! Je ne vois pas le sens de défendre une majorité de gauche plurielle au Conseil-exécutif, si ce n est que pour appliquer la politique antisociale de l UDC. Je ne vois pas le sens d une forte présence socialiste au gouvernement, si ce n est que pour renoncer à mettre en œuvre les politiques de la sociale-démocratie. Je ne me vois pas défendre les valeurs de gauche si ce devait être, au final, pour mener une politique de droite. Camarades, je suis l homme du compromis, l homme des solutions négociées, l homme de la concertation loyale, d accord ; mais je suis aussi socialiste et, à ce titre,

3 3 je ne suis pas l avocat des intérêts privés contre l intérêt général ; je ne suis pas le ministre des privilégiés qui exigent discipline et renoncements de la part des moins nantis ; je ne suis pas le magistrat qui demande des coupes toujours plus dures contre celles et ceux que la vie a blessés, que l existence a cabossés les défavorisés de toutes sortes dont on sait qu ils sont aussi les plus fragiles quand il en va de la santé, sur le plan somatique aussi bien qu au niveau psychique. * * * * * * Ce qui nous intéresse ce soir, c est la politique cantonale de la santé dans un contexte où les finances publiques sont sous forte pression. Le canton n a pas en mains tous les leviers politiques qui déterminent la santé de la population. C est principalement dans le domaine hospitalier qu il assume une responsabilité essentielle. Mais, dans ce domaine comme dans tant d autres, le canton ne peut agir qu à l intérieur du cadre que lui impartit le droit fédéral supérieur. Du fait de la révision de la loi fédérale sur l assurance-maladie, la LAMal, le système hospitalier est en train de se réorganiser complètement. Pour résumer fortement, on passe d une logique de service public, avec forte implication directe de l État, à une logique de marché concurrentiel, où l État est principalement un régulateur, tout en étant toujours un gros payeur. Cette libéralisation, nous l avons anticipée dans le canton de Berne dès le début des années 2000, avec une première révision de notre loi sur les soins hospitaliers, adoptée avec contre-projet populaire en juin Les hôpitaux communaux et de district ont passé en mains cantonales, ils ont été autonomisés et nos Centres hospitaliers régionaux sont aujourd hui largement indépendants des décisions du Conseil-exécutif. Par exemple, ce n est plus le gouvernement qui définit où faut-il un hôpital, avec combien de lits et pour quelles missions. C est au conseil d administration d en décider, pour atteindre des objectifs fixés eux encore par le canton, dans ce qu on appelle la Planification des soins.

4 4 Sur le plan financier également, le canton a moins de compétences. Les hôpitaux ne sont plus subventionnés, le Grand Conseil n accorde plus de crédits pour les investissements. Avec les forfaits par cas, l hôpital facture ses coûts de manière à couvrir toutes ses charges. Les prestations hospitalières sont facturées selon des tarifs négociés entre les établissements et les assureurs-maladie. Le canton n a plus qu un rôle marginal et, en dernière instance, c est le Tribunal administratif fédéral qui dicte les tarifs. Ce nouveau financement des hôpitaux est désavantageux pour les cantons. Les assurances complémentaires donc pas la LAMal ont été allégées d environ 1,2 milliard de francs par an par le biais d un transfert de charges vers les cantons. Les cantons doivent assumer 55% des coûts à charge de l assurance obligatoire des soins, quel que soit le montant total. Leur marge de manœuvre budgétaire est à peu près nulle. En plus, les cantons n ont qu une latitude restreinte pour limiter le nombre des fournisseurs de prestations admis sur la Liste des hôpitaux. Pour le canton de Berne, les soins hospitaliers, toutes charges comprises, correspondent à plus de 10% de ses dépenses annuelles bientôt 1,3 milliard de francs par an, gardez ce montant en mémoire. C est dans ce contexte qu il nous faut réviser aujourd hui une deuxième fois notre loi sur les soins hospitaliers. Et c est dans cette révision qu il y a maintenant des choix cruciaux à faire. * * * * ** Camarades, nous ne pouvons aborder ce soir qu une petite partie des éléments essentiels de la révision projetée. Je vais me concentrer sur ceux qui visent directement des soins de qualité à la portée de toutes les bourses, sans privilèges l objectif primordial pour le PS! Nous le savons, il y a énormément d argent dans le système de la santé. En chiffres ronds : plus de 60 milliards de francs par an, à savoir six fois les dépenses annuelles du canton de Berne, 10,9% du produit intérieur brut, ce qui nous place au sixième rang mondial, environ deux fois ce que notre pays dépense pour l éducation et la formation.

5 5 Les dépenses de santé sont en croissance continue. On estime qu elles correspondront à plus de 15% du PIB en Il est donc normal que tous les acteurs du domaine de la santé défendent leur part du gâteau dès qu une réforme est proposée. Le rôle des instances politiques est ici crucial. Car s il y a un marché dans lequel le client n est pas roi, c est bien celui de la santé. La position des patients est faible. Quand on a besoin d être soigné, on n a pas vraiment le choix. Et, dans la relation avec les fournisseurs de prestations, on est en situation de dépendance. Finalement, quand il s agit de payer, qu on soit malade ou non, on est dans le régime de l obligation : en tant que contribuable, en tant que personne assurée et, pour le solde, de sa propre poche. Pour l essentiel, le marché de la santé se finance ainsi par le biais de prélèvements obligatoires. Nos concitoyennes et concitoyens en tant que contribuables, assurés et parfois patients ne peuvent donc compter que sur la politique pour que les règles du jeu protègent leurs intérêts. Le Conseil-exécutif en est pleinement conscient et c est pourquoi il propose, dans le domaine hospitalier, envers et contre toutes les résistances qui se manifestent avec force, que le canton garde en mains des leviers efficaces pour réguler le système. Attention : leviers efficaces de régulation ne veut pas dire planification rigide par un État autoritaire. Tout le monde sait bien que, sans régulation du marché hospitalier, le risque est grand de voir le volume des prestations augmenter sans justification médicale. Et comme les prestations hospitalières sont financées largement par l impôt, une telle croissance incontrôlée constitue aussi un risque pour l équilibre financier du canton. Il serait irresponsable que la politique se satisfasse d observer passivement comment les coûts augmentent sans limites aux dépens des contribuables. Le Conseil-exécutif est partisan d une régulation conforme aux règles du marché. Il estime qu elle incombe en premier lieu aux fournisseurs de prestations et aux assureurs, c est-à-dire aux partenaires tarifaires. Il préconise une intervention subsidiaire de l État, si l autorégulation devait échouer. Permettez-moi d illustrer l importance de ce pilotage subsidiaire dans son rapport à l équilibre des finances de notre canton. Une motion de la droite a heureusement été

6 6 rejetée hier au Grand Conseil, qui exigeait qu on réduise les effectifs de la fonction publique de cinq pour-cent d après l estimation des motionnaires, environ 2500 postes pour une économie de 300 millions. Mais rappelons-nous que les soins hospitaliers pèsent bientôt 1,3 milliard de francs sur le budget du canton quatre fois plus! Et quand le volume des prestations augmente d un point de pour-cent, ce sont dix millions supplémentaires à la charge de l État' ' alors, camarades, qu on ne vienne pas essayer de me convaincre qu il faudrait renoncer à un tel pilotage subsidiaire! Comment fonctionnerait-il? Le Conseil-exécutif attend des partenaires tarifaires qu ils se mettent d accord sur des tarifs dégressifs : au-delà d un certain seuil, les prestations sont rétribuées à un prix plus bas. S ils n y arrivaient pas, alors entrerait en jeu une taxe d incitation. Je n entre pas dans les détails techniques, mais il est important de comprendre que le canton ne va pas interdire à tel ou tel hôpital de pratiquer telle ou telle intervention. Non, il va la rendre peu attrayante sur le plan économique en prélevant une partie des recettes supplémentaires escomptées. La taxe d incitation est un instrument efficace qui a fait ses preuves dans d autres domaines. Le Conseil-exécutif propose aussi l instauration d une taxe de compensation à mes yeux une taxe de solidarité! sur les recettes provenant des assurances-maladie complémentaires. Pourquoi? Les hôpitaux répertoriés qui fournissent des prestations facturées aux assurances complémentaires bénéficient d un avantage concurrentiel. Ils s appuient en effet sur une infrastructure et un personnel qualifié qui sont cofinancés par les contribuables et l assurance-maladie obligatoire. Ce ne serait pas problématique, si le canton n éprouvait pas beaucoup de peine à financer tout ce que l on attend de lui. Il est donc équitable de demander une compensation pour aider à financer diverses tâches qui relèvent des soins et qui ne sont pas, ou alors insuffisamment couvertes par les tarifs LAMal, à l exemple des prestations d intérêt général. Mais que fera-t-on avec le produit de ces deux taxes? Le Conseil-exécutif propose de créer un fonds des soins hospitaliers. C est lui qui, comme instrument de la solidarité, financerait des prestations importantes de service public que la LAMal ne finance pas ou qu en partie.

7 7 Je vous donne un exemple. S il nous fallait, demain, pour des motifs de politique régionale, maintenir un site hospitalier en exploitation alors que son conseil d administration ne pouvait le faire sans déficit pour l entreprise, se poserait la question de savoir qui paie une indemnité spécifique. Avec le fonds, on pourrait apporter une contribution ou, au moins, un soutien à une restructuration supportable pour la région, par exemple dans la phase initiale d un centre de santé. Autre exemple. Les centres de planning familial sont une prestation de service public à laquelle personne ne voudrait renoncer. Leur financement n est aujourd hui pas assuré à long terme. Le fonds des soins hospitaliers pourrait y pourvoir. Il pourrait aussi soutenir la formation post-graduée des médecins. Ces propositions pilotage subsidiaire des activités des hôpitaux, taxes d incitation et de compensation, fonds en faveur de tâches de service public sont emblématiques de l ambition d un Conseil-exécutif à majorité de gauche : garantir, à un coût supportable, le meilleur service hospitalier pour toutes et tous sans privilèges! * * * * ** Camarades, j en arrive ainsi à la fin de mes propos introductifs. Le Conseil-exécutif veut éviter que la création d un grand marché hospitalier national entre nous une libéralisation dont on a mal mesuré l ampleur quand les Chambres fédérales l ont adoptée en 2007 érode progressivement les compétences régulatrices cantonales et leur substitue l influence toujours plus forte des assureurs. Le Conseil-exécutif veut promouvoir un système hospitalier où les établissements publics et privés sont sur un pied d égalité, en tant que partenaires dans un réseau cohérent et non pas en tant qu adversaires sur le ring d une concurrence mal et trop peu régulée. En affirmant cela, je n attaque pas les hôpitaux privés qui jouent depuis des décennies un rôle important dans notre canton. Ils fournissent des soins de haute qualité, ils contribuent aussi à la desserte de base et, pour des raisons liées à notre histoire, le système hospitalier bernois restera un système mixte, public et privé.

8 8 Par contre, ce que je veux, c est que la loi garantisse que la libéralisation en cours ne donne pas aux hôpitaux privés bernois des avantages tels que nos hôpitaux publics se retrouveraient sous une pression insupportable. Tous les hôpitaux sont désormais en concurrence, soit, mais que les règles du jeu soient loyales et que les missions de service public ne soient pas menacées! La libéralisation en œuvre est à maints égards utile pour faire face à la complexité toujours plus grande du système des soins. Elle contribue aussi à instaurer la vérité des coûts. Mais elle est également risquée, parce qu on n y a pas versé une dose suffisante de service public, parce qu on a renoncé à y inscrire un service minimum pour les régions périphériques et parce qu on n a pas voulu y mettre des mesures d accompagnement pour rendre socialement supportables les restructurations. Corriger en partie au moins ces défauts, voilà l ambition du projet du Conseil-exécutif pour la révision de la loi sur les soins hospitaliers. Merci de votre attention et de votre soutien!

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question L actuelle révision de la loi fédérale sur l assurance

Plus en détail

VEILLE. Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es

VEILLE. Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es VEILLE Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es Par Sandra Spagnol, juriste à l ARTIAS Août 2011 ARTIAS - Rue des Pêcheurs 8-1400 Yverdon-les-Bains - Tél. 024 557

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 20 octobre 2015

BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 20 octobre 2015 BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 2 octobre 215 Le concordat de la CDIP sur les bourses L octroi d allocations de formation est une tâche qui relève de la compétence des cantons. Avec le

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

Hausse des coûts = hausse des primes

Hausse des coûts = hausse des primes o Fait N 1 Les caisses-maladie payent pour 23 milliards de francs de factures par an. Lorsqu on est malade, on veut pouvoir bénéficier de la meilleure médecine possible et on est content que ce soit l

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

Planification hospitalière 2015 lits d attente

Planification hospitalière 2015 lits d attente Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la santé publique Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Gesundheitswesen Planification hospitalière

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Financement des hôpitaux et transparence. D r Bernhard Wegmüller

Financement des hôpitaux et transparence. D r Bernhard Wegmüller Financement des hôpitaux et transparence D r Bernhard Wegmüller 1 Aperçu 1. Financement des hôpitaux et remboursement des prestations 2. DRGs 3. Transparence 4. Conclusions 2 1. Financement des hôpitaux

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 Nouvelle lecture à l Assemblée

Plus en détail

La FMH en faveur du tiers garant papier de position

La FMH en faveur du tiers garant papier de position 1 En bref La FMH soutient la règle en vigueur conformément à l art. 42 al. 1 LAMal, selon laquelle c est le système du tiers garant qui prédomine dans le secteur ambulatoire, pour autant qu aucune autre

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement Peter Eberhard, 21 avril 2009 Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Plus en détail

Pilotage des soins hospitaliers par le financement dans le canton de Neuchâtel

Pilotage des soins hospitaliers par le financement dans le canton de Neuchâtel Pilotage des soins hospitaliers par le financement dans le canton de Neuchâtel Situation actuelle et perspectives 1 Plan de la présentation 1. Contexte neuchâtelois 2. Objectifs 3. Situation actuelle 4.

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins

d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Loi du 9 décembre 2010 Entrée en vigueur :... d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 13 juin 2008 sur

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 1/13 Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 «Seul le prononcé fait foi» (sous réserve de leur présence effective)

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Date de dépôt: 19 janvier 2000 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et M. Chaïm Nissim, Fabienne Bugnon et Sylvia Leuenberger

Plus en détail

Tarification dans le domaine du sauvetage

Tarification dans le domaine du sauvetage Tarification dans le domaine du sauvetage Décision du Conseil fédéral du 26 mai 2004 (santésuisse Ticino contre le Conseil d Etat du canton du Tessin et la Federazione Cantonale Ticinese Servizi Ambulanze,

Plus en détail

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal)

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Extrait d un exposé du Dr Willy Oggier, Gesundheitsökonomische Beratungen AG, Küsnacht Structure Comment les négociations tarifaires

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Présentation de la session d été des Chambres fédérales

Présentation de la session d été des Chambres fédérales Présentation de la session d été des Chambres fédérales Economie souterraine et distribution des actifs et des bénéfices de la Banque nationale 24 mai 2004 Numéro 21 Session d été du 1 er au 18 juin 2004

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 3 octobre 2013 Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 29 3 octobre 2013 Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 23 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI relative au financement des allocations de solidarité nationale à la charge des départements,

Plus en détail

AVIS DE DROIT : CONTRIBUTION CANTONALE AUX SOINS DE LONGUE DUREE

AVIS DE DROIT : CONTRIBUTION CANTONALE AUX SOINS DE LONGUE DUREE AVIS DE DROIT : CONTRIBUTION CANTONALE AUX SOINS DE LONGUE DUREE A. RESUME DES CONCLUSIONS a. L art. 25a LAMal impose aux assureurs-maladie de contribuer forfaitairement à la prise en charges des prestations

Plus en détail

LUNDI 25 JANVIER 2016 HÔTEL DU DEPARTEMENT

LUNDI 25 JANVIER 2016 HÔTEL DU DEPARTEMENT 1 LUNDI 25 JANVIER 2016 HÔTEL DU DEPARTEMENT ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 ALLOCUTION DE MONSIEUR BENOIT HURÉ PRESIDENT DU CONSEIL DEPARTEMENTAL SENATEUR DES ARDENNES 2 Mes Chers Collègues, Nous sommes

Plus en détail

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité 09 juin 2011 2 SOMMAIRE I. Introduction II. III. IV. Système de santé: objectifs

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Guide pour la lecture des comptes communaux Claude Jeanrenaud, Institut de recherches économiques, Université de Neuchâtel Espace Perrier

Plus en détail

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45%

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45% Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Combien de travailleurs sont employés dans le secteur de la santé? Près de 4,9 millions d actifs travaillent en Suisse, dont un

Plus en détail

Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014

Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014 Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014 Audition de M. Mathieu GRÉGOIRE co-auteur du rapport "Quelle indemnisation chômage pour les intermittents du spectacle?

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maladie

Loi fédérale sur l assurance-maladie Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) (Financement hospitalier) Modification du 21 décembre 2007 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Optimisation de la prise en charge des sinistres. Yves Seydoux

Optimisation de la prise en charge des sinistres. Yves Seydoux Optimisation de la prise en charge des sinistres Yves Seydoux Sommaire Introduction générale frais généraux vs prestations Remboursement des prestations et contrôle des factures Suivi des réclamations

Plus en détail

CREDIT SUPPLEMENTAIRE URGENT 2009 AVS/AI 09.040

CREDIT SUPPLEMENTAIRE URGENT 2009 AVS/AI 09.040 CREDIT SUPPLEMENTAIRE URGENT 2009 AVS/AI 09.040 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d un crédit supplémentaire urgent de 3.030.000 francs destiné à

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007. Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse

Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007. Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007 Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse Fritz Britt Directeur de santésuisse Projet: sondage santé 2007 Date: 11.09.2007

Plus en détail

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Session d'automne 009 e-parl.09.009 :0 - - 09.05 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Projet du du 9 mai 009 Décision du du 9 septembre 009 Adhésion au projet, sauf observation contraire

Plus en détail

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

INTRODUCTION. La concertation en assurance soins de santé obligatoire

INTRODUCTION. La concertation en assurance soins de santé obligatoire INTRODUCTION Le service des soins de santé de l INAMI gère l'assurance soins de santé organise la concertation entre les différents partenaires : plus de 80 organes 2 LES PARTENAIRES DE L INAMI Organismes

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

En date du 14 juin 2002, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une motion qui a la teneur suivante :

En date du 14 juin 2002, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une motion qui a la teneur suivante : Secrétariat du Grand Conseil M 1454-A Date de dépôt: 3 septembre 2003 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M. Pierre Froidevaux demandant un véritable accès aux soins

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes

avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE: ASSURANCE VIEILLESSE ET SURVIVANTS avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes Le nombre croissant de retraités va placer l AVS face à un défi de taille

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

Message concernant la modification de la loi fédérale sur l assurance-maladie

Message concernant la modification de la loi fédérale sur l assurance-maladie 12.xxx Message concernant la modification de la loi fédérale sur l assurance-maladie (Réintroduction temporaire de l admission selon le besoin) du Messieurs les Présidents, Mesdames, Messieurs, Par le

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Aperçu de la session Printemps 2015

Aperçu de la session Printemps 2015 Aperçu de la session Printemps 2015 Recommandations de santésuisse Conseil des Etats Date Projet Recommandation de santésuisse Observations de santésuisse 2.3.15 13.080 LAMal. Compensation des risques;

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS TOTAL DE L'ACTIF 2'740'103.37 2'397'223.15. Excédent de dépenses - -

ASPECTS FINANCIERS TOTAL DE L'ACTIF 2'740'103.37 2'397'223.15. Excédent de dépenses - - Les Martinets RESIDENCE MEDICALISEE POUR PERSONNES AGEES ASPECTS FINANCIERS Bilan au 31.12.2014 ACTIF 2014 2013 Caisses et CCP 53'219.05 7'032.95 Banques 612'579.25 221'813.45 Débiteurs pensionnaires-cm-sps

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais

Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais Le Conseil d Etat du canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, La présentation au Grand Conseil

Plus en détail

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 Le programme SuisseEnergie doit non seulement reprendre les structures et les produits d Energie 2000 qui ont donné satisfaction, il doit encore assurer

Plus en détail

Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés?

Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés? Dossier Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés? par Johanne Dubé, avocate, LL.M. fisc. Depuis le début de janvier 2006, de nouvelles règles fiscales ont

Plus en détail

Pilote cantons Notice d utilisation pour le calcul des forfaits par champ d intervention dans le domaine des thérapies résidentielles des dépendances

Pilote cantons Notice d utilisation pour le calcul des forfaits par champ d intervention dans le domaine des thérapies résidentielles des dépendances FiSu / FiDé 2001 Willy Oggier, Dr.oec.HSG Tel. 01/ 273 52 34 Fax 01/ 273 52 35 Gesundheitsökonomische Beratungen AG Konradstrasse 61 CH-8005 Zürich Pilote cantons Notice d utilisation pour le calcul des

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

ENAP vendredi 19 septembre 2014

ENAP vendredi 19 septembre 2014 Discours de Mme Isabelle Gorce, directrice de l administration pénitentiaire, à l occasion de la cérémonie de clôture de la 6 ème promotion d élèves directeurs pénitentiaire d insertion et de probation

Plus en détail

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention.

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention. DSAS/Avant-projet du 28.02.2014 Loi du... sur les seniors (LSen) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai 2004 (Cst. cant.), notamment ses articles 35 et

Plus en détail

Papier de positionnement

Papier de positionnement Papier de positionnement Prix des médicaments (Projet du 21.08.2007) 1. Situation initiale Les choses se sont mises à bouger sur le marché du médicament au cours de ces derniers mois et années: tandis

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés.

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés. Discours du Gouverneur de la Banque de France Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés 30 novembre 2015 Mesdames, Messieurs, Cette conférence organisée grâce à la 2 Investing

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

Proposition de motion Convention de double imposition liant la Suisse à la France : pour le maintien de la situation prévalant actuellement

Proposition de motion Convention de double imposition liant la Suisse à la France : pour le maintien de la situation prévalant actuellement Secrétariat du Grand Conseil M 2128 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Vincent Maitre, Bertrand Buchs, Eric Stauffer, Henry Rappaz, Michel Forni, Roger Golay, Pascal Spuhler, Florian

Plus en détail

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Lorsque les premières dispositions sur les congés de maladie dans la fonction publique ont été introduites dans les conventions collectives, l article

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 1-2 novembre 2005 Financement solidaire et équitable des soins de santé en Belgique : entre Bismarck et Beveridge Prof. Marc VANMEERBEEK

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens Examen professionnel pour l obtention du brevet en assurances sociales Session d automne 2007 à Lausanne Examen

Plus en détail

Une population en santé pour une économie plus robuste

Une population en santé pour une économie plus robuste Une population en santé pour une économie plus robuste Exposé présenté par l Association médicale canadienne au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Le 18 octobre

Plus en détail

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets Hanoï 6 novembre 2012 par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets STRUCTURE de l exposé INTRODUCTION 1.Le fonctionnement du système 2.Le financement du système 3.La gestion du système QUESTIONS

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 07/10/ à 08:46:40 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Le développement des compétences

Le développement des compétences Le développement des compétences Comment, qui Pas LE modèle mais UN modèle Je vous propose * Portrait de la région * D où je viens la performance * Pourquoi ce choix et les thèmes abordés * Arrivé du nouveau

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Berne, octobre 2013 Tableau 1 Bénéfices

Plus en détail

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Soins infirmiers indépendants Berne, en avril 2013 Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Vue d ensemble Sur la base des conventions signées par l ASI, les infirmières

Plus en détail

Au service de toute la famille

Au service de toute la famille Au service de toute la famille Notre offre pour les familles Caisses maladie Bien: 5.2 Enquête de satisfaction 03/2014 Jusqu à 78 % de rabais pour les enfants Caisse maladie Gestion efficace < 4.2 % des

Plus en détail

Sur ce point, il y a d ailleurs peut-être plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous séparent.

Sur ce point, il y a d ailleurs peut-être plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous séparent. Clôture des Journées Nationales des Parcs Naturels Régionaux de France (Antoine KARAM, Président de Région - Vendredi 15 Octobre 2004) Intervention du Président de Région Antoine KARAM dans le cadre de

Plus en détail

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses:

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Le TarMed Etude valaisanne Département de la santé, des affaires sociales et de l'énergie février 2000 TABLE DES MATIERES 1) RESUME 2) QU EST-CE LE TARMED?

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

15.020 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire

15.020 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire Conseil national Session d'automne 05 e-parl 08.09.05 09:5 - - 5.00 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral du 8 février 05 Décision du Conseil national du 7

Plus en détail

Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel

Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel 1 Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel N 33/12 août 2009 AU CONSEIL COMMUNAL DE BALLAIUGES

Plus en détail