Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce pour cause déterminée Analyse annuelle de décisions de jurisprudence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce pour cause déterminée Analyse annuelle de décisions de jurisprudence"

Transcription

1 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce pour cause déterminée Analyse annuelle de décisions de jurisprudence Nathalie Dandoy Introduction Cette chronique de jurisprudence, amorcée en 2001 (1), se propose de rechercher la justification des montants de pensions alimentaires octroyées dans une série de décisions de jurisprudence qui ont été publiées ou qui nous sont régulièrement adressées par nos correspondants. Elle constitue par ailleurs aussi l occasion d aborder certaines questions de droit soulevées dans ces litiges relatifs au calcul des pensions alimentaires. Compte tenu du rythme annuel de la chronique, des références et des renvois vers les chroniques précédentes sont inévitables, tout en veillant, bien entendu, à garantir à la présente analyse une pertinence autonome. SECTION 1. Les pensions alimentaires octroyées en exécution du devoir de secours A. Conditions d octroi : l incidence de la faute dans le chef de l époux qui réclame une pension alimentaire La cour d appel de Gand (2) semble suivre la jurisprudence amorcée par la cour d appel de Bruxelles (3) selon laquelle, lorsque le divorce est prononcé de façon définitive aux torts de l époux qui, durant l instance en divorce, a réclamé une provision alimentaire sur base du devoir de secours, le juge statuant en appel sur les mesures provisoires peut tenir (1) Rev. trim. dr. fam., 2001, pp ; Rev. trim. dr. fam., 2002, pp ; Rev. trim. dr. fam., 2004, pp (2) Gand (11 e ch.), 16 octobre 2003, R.A.G.B., 2004, p (3) Bruxelles, 25 avril 2000, Div. Act., 2001, p. 18, note A.-M. Boudart, E.J., 2000, p. 130; Bruxelles, 9 juin 2000, E.J., 2000, p. 132, note J. Gerlo; Bruxelles, 28 novembre 2002, NjW, 2003, p. 241.

2 884 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES compte de la faute avérée de cet époux et lui refuser, pour ce motif, tout secours alimentaire durant l instance. La cour d appel de Gand considère ainsi qu une épouse ne peut plus faire valoir de droit à une provision alimentaire à partir de la date du constat d adultère effectué à sa charge et qui a entraîné le prononcé du divorce à ses torts. La cour d appel de Liège (4) s en tient, par contre, à une position plus classique, qui consiste à considérer que le président qui statue sur les mesures provisoires ne peut connaître du fondement de la demande en divorce et que le devoir de secours est dû indépendamment des torts respectifs des époux jusqu à la dissolution du mariage. La cour motive longuement sa position et ses arguments nous paraissent convaincants. Ouvrir la possibilité de tenir compte de la faute de l époux qui réclame une provision alimentaire durant l instance en divorce entraînerait des situations inéquitables selon que la procédure en divorce serait ou non aboutie au moment où doit statuer le juge des mesures provisoires, ce qui conduirait les parties à des tactiques procédurières selon leur intérêt à voir progresser, ou traîner, la procédure en divorce. Pour répondre à cette objection, d aucuns pourraient être tentés de tenir compte d un fait fautif dès lors qu il est établi, même s il n a pas encore fondé le prononcé du divorce, introduisant par là l appréciation, dans le chef du juge dont ce n est pas la compétence, des faits susceptibles d entraîner le divorce. Par ailleurs, la cour soulève l incertitude quand au moment à partir duquel le secours devrait, dans cette hypothèse, être supprimé : le moment du prononcé du divorce? celui où la décision qui prononce le divorce est devenue définitive? le moment où le fait qui a entraîné le divorce est établi (5)? Enfin, la cour d appel de Liège rappelle que l introduction d une procédure sur pied de l article 223 du Code civil, tout comme l introduction d une procédure en divorce, entraîne la suspension du devoir de cohabitation, de sorte que ce ne sont plus les torts éventuels d un époux qui empêchent l exécution en nature du devoir de secours, mais bien l autorisation judiciaire de résider séparément, ce qui explique que l absence des torts par rapport à la rupture n est pas exigée dans ces deux hypothèses (6). (4) Liège, 18 février 2003, Rev. trim. dr. fam., 2004, p (5) Ce qui est le cas dans la décision de la cour d appel de Gand du 16 octobre 2003, op. cit. (6) Contrairement aux demandes de secours alimentaire formulées sur la base des articles 213 et/ou 221 du Code civil, c'est-à-dire des demandes d'aliments sans demande corollaire de résider séparément. Voy. P. Senaeve, «Het magisch getal 223 over dringende voorlopige maatregelen, onderhoudsgeld en het organiseren van de feitelijke scheiding», E.J., 1996, p. 89.

3 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 885 Par contre, la cour n exclut pas de tenir compte de la situation de concubinage dans le chef de l épouse, non pas en termes de droit ou non à une provision alimentaire, mais en termes d évaluation de sa situation de besoin par rapport au niveau de vie auquel elle a droit, puisque la prise en charge par le concubin constitue une donnée économique qui influence la situation financière personnelle de cette épouse. B. Compétence rationae materiae du président du tribunal de première instance La compétence du président du tribunal de première instance siégeant en référé en matière de mesures provisoires naît à partir de l introduction d une procédure en divorce au fond (article 1280 du Code judiciaire). La cour d appel de Bruxelles (7), siégeant précisément en référé, a accepté d examiner prima facie l apparence de fondement de la demande en divorce, pour répondre à l objection de l époux qui prétendait que son épouse avait introduit une demande en divorce avec légèreté, dans le seul but d obtenir l octroi d avantages financiers injustifiés. La cour souligne d abord le principe selon lequel le président qui statue sur la base de l article 1280 du Code judiciaire est compétent pour statuer sur les mesures provisoires indépendamment de la validité, de la recevabilité ou du bien-fondé de la demande en divorce. Seul l usage manifestement abusif de la procédure en divorce pourrait permettre au président de se déclarer incompétent. Ce contrôle de la recevabilité ou du fondement de la demande en divorce ne peut, dès lors, qu être marginal. La cour constate en l espèce que bien que les faits allégués pour fonder la demande en divorce sur pied de l article 231 du Code civil soient quelque peu vagues, ils apparaissent néanmoins vraisemblables et suffisamment objectifs pour pouvoir être précisés en cours d instance. C. Durée du devoir de secours Le devoir de secours cesse avec le mariage. Une incertitude subsistait cependant quant au sort à réserver à une pension alimentaire convenue dans le cadre d une séparation de corps par consentement mutuel lorsque cette séparation de corps était suivie par un divorce pour cause déterminée. En effet, il était permis de se poser la question de savoir si la pension fixée dans le cadre de la convention préalable à la séparation de corps était de nature purement conventionnelle et donc soumise aux seules éventuel- (7) Bruxelles (3 e ch.), 3 juin 2003, cette Revue, p.1074.

4 886 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES les conditions de suppression et/ou modification prévues dans les conventions et le cas échéant pouvait perdurer au-delà du divorce, ou si, au contraire, elle se fondait sur une base légale, à savoir le devoir de secours, lequel cesse dès la dissolution du mariage. La Cour de cassation (8) a considéré que la pension alimentaire convenue entre les époux lors de la séparation de corps par consentement mutuel se fondait sur le devoir de secours. On peut donc en déduire que le devoir de secours est maintenu en cas de séparation de corps, même par consentement mutuel, sauf lorsque cette séparation est prononcée aux torts d un des conjoints, qui en perd alors le bénéfice (9). Dans cette conception, il paraissait logique alors que puisque le divorce entraîne la dissolution du mariage, la pension alimentaire fondée sur le devoir de secours, même si elle était fixée par conventions, devenait caduque, et devait, le cas échéant, être remplacée par une pension alimentaire après divorce. La caducité des clauses relatives à la pension alimentaire due pendant la séparation de corps ne porte cependant pas atteinte aux autres clauses prévues dans les conventions préalables à la séparation de corps, lesquelles peuvent continuer à sortir leurs effets. D. Appréciation du niveau de vie En vertu du devoir de secours, les époux ont le droit de partager le même niveau de vie, jusqu à la dissolution du mariage. Certaines décisions limitent cependant le niveau de vie auquel le créancier d aliments peut prétendre à celui mené par les époux au temps de leur vie commune (10). D autres décisions soulignent, par contre, le caractère évolutif de l ampleur du devoir de secours, au gré de l évolution de la situation financière de chacun des époux (11). La provision alimentaire due en vertu (8) Cass., 19 décembre 2003, Rev. trim. dr. fam., 2004, p. 323, J.L.M.B., 2004, p. 635, NjW, 2004, p. 626, note G.V., R.G.D.C., 2004, p. 389, note J. Gerlo. Voy. également Anvers, 17 décembre 2003, NjW, 2004, p. 628 et J.P. Soignies-Le Rœulx, 29 janvier 2004, inédit. (9) J. Gerlo, «Echtscheiding na scheiding van tafel en bed. Enkele problemen», note sous Cass., 19 décembre 2003, op. cit., p L auteur relève que ni l article 308 du Code civil ni aucun autre article du même code n énonce explicitement que le devoir de secours est maintenu en cas de séparation de corps par consentement mutuel. Cependant, il estime que quel que soit le fondement de la pension alimentaire prévue dans les conventions, ces conventions règlent les conséquences d une séparation de corps et que dans la mesure où la séparation de corps disparaît suite au prononcé d un divorce, les clauses relatives à la pension alimentaire deviennent caduques (p. 394). (10) Bruxelles (3 e ch.), 13 décembre 2001, J.L.M.B., 2004, p. 200; Mons (17 e ch.), 9 avril 2003, inédit. (11) Bruxelles (16 e ch.), 16 janvier 2002, inédit; Mons (17 e ch.), 8 octobre 2003, inédit.

5 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 887 du devoir de secours peut ainsi, le cas échéant, être revue à la baisse si la situation financière de l un ou l autre époux se dégrade (12). La Cour de cassation vient encore très clairement de rappeler ce principe : la pension alimentaire fixée en exécution du devoir de secours doit être déterminée «de manière à permettre à l époux bénéficiaire de mener le train de vie qui serait le sien s il n y avait pas eu de séparation» (13), donnant tort au demandeur en cassation qui prétendait que la cour d appel de Mons, dont l arrêt faisait l objet du pourvoi, aurait dû limiter l appréciation du niveau de vie des époux à la période de la vie commune. Le niveau de vie n est pas nécessairement équivalent aux revenus cumulés des époux. Il peut éventuellement être supérieur si les époux bénéficient d avantages en nature qui influencent leur qualité de vie, telle l occupation gratuite d un logement par exemple. Ce niveau de vie peut également être inférieur à la somme de leurs revenus si les époux affectaient une partie de ces revenus à de l épargne et ne la consacraient donc pas à leurs dépenses quelles qu elles soient. Le tribunal de première instance de Mons (14) a ainsi évalué le niveau de vie des époux en tenant compte d un certain niveau d épargne, fixé par le juge à euros par mois (15). Le magistrat est cependant attentif à l augmentation des dépenses dans le chef de chaque époux suite à la séparation et veille à ce que les revenus disponibles après déduction de l épargne leur permettent encore de conserver chacun leur train de vie particulièrement aisé en l espèce. Le juge constate en effet que la déduction de euros pour l épargne leur laisse encore un niveau de revenus supérieur aux dépenses qu ils vantent. (12) Mons (17 e ch.), 8 octobre 2003, op. cit. (13) Cass., 9 septembre 2004, cette Revue, p On peut donc en conclure que les époux continuent à partager le même niveau de vie après la séparation, c est-à-dire qu ils partagent leurs ressources, mais aussi l inévitable baisse de niveau de vie résultant de l augmentation des frais due à la séparation du ménage commun en deux ménages distincts (voy. aussi «Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce pour cause déterminée Analyse annuelle de jurisprudence», Rev. trim. dr. fam., 2004, p. 37). (14) Civ. Mons, 23 avril 2004, Div. Act., 2004, p. 105 (la revue Divorce mentionne erronément qu il s agit d une décision en référé. Cette décision émane d une chambre du tribunal qui statue en appel d une décision du juge de paix). (15) La décision énonce que «pour apprécier le train de vie que les parties auraient adopté sans la séparation il convient de tenir compte, d une part, du fait que leurs dépenses vont augmenter eu égard au dédoublement des frais et, d autre part, des sommes qui auraient été dépensées même en dépenses de luxe. Il sied donc de faire la part des choses entre l argent qui aurait été dépensé et celui qui aurait été épargné».

6 888 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES 1. Manque d information E. Appréciation des revenus Les cours et tribunaux se heurtent encore fréquemment au manque d informations de la part des parties en ce qui concerne leur situation financière. Plusieurs solutions s offrent aux magistrats, telles une expertise lorsque le niveau des revenus le permet et que la complexité de la structure des revenus le requiert, ou plus simplement la production de documents conformément à l article 877 du Code judiciaire (16). De façon plus radicale, mais à notre avis à juste titre, la cour d appel de Bruxelles déboute l époux demandeur d un secours alimentaire, particulièrement réticent à communiquer l ampleur de ses revenus, parce qu il «celait manifestement une partie de ses revenus, et ne donnait aucune précision quant à ses charges et n établissait dès lors pas qu il se trouvait dans les conditions pour obtenir une provision alimentaire» (17). À l inverse, la cour d appel de Mons accorde à une épouse le montant du secours réclamé, étant donné qu il paraît évident qu elle se trouve dans «une situation de besoin» par rapport au niveau de vie qu elle connaissait avec son mari, et que l époux ne communique aucun élément susceptible de permettre à la cour d évaluer ses revenus, cet époux faisant même défaut à l audience des plaidoiries (18). Le juge peut également évaluer ex aequo et bono les revenus d un époux, sur la base des bribes d éléments dont il dispose (19). 2. Évaluation des revenus «obscurs» L évaluation de la hauteur réelle des revenus pose difficulté lorsqu il apparaît qu elle ne peut être déduite de la seule lecture des avertissementextraits de rôle, soit qu une partie des revenus est manifestement occulte (16) Bruxelles (3 e ch.), 13 décembre 2001, J.L.M.B., 2004, p Dans cet arrêt, la cour confirme la condamnation des parties à produire une série de documents réclamés par le premier juge et visant à connaître la hauteur des revenus des deux parties, et ajoute la condamnation à produire une série de documents visant à savoir si l épouse partage ses charges avec son compagnon (certificat de composition de ménage, preuve du paiement des loyers, et des charges); Bruxelles, 16 janvier 2002, inédit, où la cour ordonne à l époux la production des relevés de toutes les dépenses effectuées dans une certaine période au moyen de ses cartes de crédit, les extraits de compte de tous ses comptes bancaires, les déclarations des successions dont il est héritier ainsi que tous les contrats de bail relatifs aux immeubles dont il est propriétaire, même en indivision. Liège, 23 mars 2004, inédit. (17) Bruxelles (3 e ch.), 2 octobre 2003, inédit. (18) Mons (17 e ch.), 8 septembre 2004, inédit. (19) Mons (2 e ch.), 18 février 2003, cette Revue, p.1050.

7 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 889 (revenus au noir, avantages en nature, etc.) soit que les revenus proviennent en partie de capitaux dont le rendement n est pas dévoilé, ou qui ne sont pas toujours exploités à leur valeur, éventuellement de façon délibérée, soit que la fonction de dirigeant de société permet à l une ou l autre partie de s attribuer volontairement un certain montant de revenus nettement inférieur aux possibilités de l entreprise. Or, afin de déterminer le montant de la pension alimentaire entre époux, il est nécessaire d apprécier les revenus de chacun afin de pouvoir les comparer, puisque les deux époux ont le droit de bénéficier du même niveau de vie. Plusieurs décisions prennent la peine d évaluer concrètement des revenus parfois difficilement décelables, même si d autres continuent de faire aveu d impuissance face à la nébulosité de la situation financière des parties, ce qui est regrettable alors qu il reste souvent possible de fixer le niveau approximatif des revenus, ne fût-ce qu à titre provisionnel, à partir des dépenses du couple par exemple, ou des dépenses personnelles de l époux concerné (20). En ce qui concerne les gérants de société, la cour d appel de Liège, qui disposait d un rapport d expertise requis par le président du tribunal de première instance, constate que ce rapport contient encore des zones d ombre, parce que l expert n a pas pu constater ou vérifier certains transferts de sommes entre l époux et les sociétés dont il est le gérant. La cour retient comme base d évaluation le montant évalué par l expert, en l espèce environ francs par mois et y ajoute la valeur forfaitaire d avantages en nature et d économies de frais dont bénéficie l époux en sa qualité de gérant de sociétés, pour fixer les revenus mensuels à francs (21). La cour d appel de Bruxelles a quasiment doublé la rémunération «officielle» d un gérant de société compte tenu d autres ressources directes et indirectes dont il dispose assurément en tant que gérant de société. La cour s appuie sur les décomptes de frais importants établis par les documents comptables de la société (voiture, voyages, représentation) alors que la société ne compte que deux personnes actives, à savoir l époux et sa compagne, et sur le chiffre d affaires important que génère la société. La cour considère que «si la prudence justifie sans doute que la totalité du bénéfice ne soit pas distribuée, aucun élément n indique en l espèce que des investissements importants doivent être prévus dans cette société qui est (20) Voy., dans la précédente chronique, les développements à ce sujet ainsi que plusieurs exemples significatifs de cas de jurisprudence : Rev. trim. dr. fam., 2004, p. 21. (21) Liège, 27 avril 2004, inédit.

8 890 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES une société de services. Il faut donc considérer qu une partie du bénéfice qui a été reporté, pour des raisons fiscales ou autres, constitue en fait un revenu différé certain, à concurrence de F par mois» (22). Le statut d indépendant permet également de générer des avantages financiers par la déduction fiscale de charges courantes parmi les charges professionnelles. Deux décisions relèvent ce type d avantages et le chiffrent en termes de rémunération indirecte. La cour d appel de Mons majore ainsi les revenus déclarés de F d un avantage évalué par la cour à F par mois (23). La cour d appel de Bruxelles évalue de façon forfaitaire à euros les revenus d un exploitant d une entreprise de bâtiment alors que l avertissement-extrait de rôle mentionnait un revenu mensuel net de euros, après avoir constaté à la lecture des pièces comptables que de nombreux frais privés étaient inclus dans les charges professionnelles (24). À propos de revenus occultes soupçonnés par l épouse dans le chef de son époux, la cour d appel de Liège admet l existence de tels revenus sur la base, d une part, d un courrier émanant de l époux lui-même qui avoue effectuer des vols en montgolfière «uniquement si cela peut lui rapporter beaucoup d argent» et, d autre part, de la publicité relative à ces activités de vols en montgolfière présente dans les annuaires téléphoniques. La cour évalue ainsi globalement les revenus de l époux à euros par mois, alors qu il prétendait ne percevoir que des allocations de chômage de 670 euros par mois (25). La possession par un époux d importants capitaux peut également poser des difficultés au niveau de l appréciation des revenus réels que cet époux en tire ou devrait en tirer. La cour d appel de Bruxelles a considéré que l épouse qui était propriétaire d une maison sise sur un terrain de 1 hectare 17 ares à Lasne, susceptible par sa taille et sa situation d être valorisé par une vente de deux lots de terrains à bâtir à concurrence de euros, devait réaliser une partie de ce patrimoine immobilier afin d en tirer quelque revenu que la cour évalue à 4 pour cent, soit euros par an ou 500 euros par mois (26). Le président du tribunal de première instance de Mons retient ce même pourcentage de 4 pour cent comme taux annuel de rentabilisation (22) Bruxelles, 24 octobre 2001, J.L.M.B., 2004, p (23) Mons (17 e ch.), 9 avril 2003, inédit. (24) Bruxelles (3 e ch.), 4 septembre 2003, inédit. (25) Liège, 18 novembre 2003 (F. c. O.), inédit. (26) Bruxelles (3 e ch.), 8 avril 2004 (T. c. L.), inédit.

9 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 891 de capitaux, «peu importe que certains capitaux ne produisent que des intérêts à terme non encore échu, il sera tenu compte pour évaluer les revenus mobiliers des parties des intérêts qu ils eussent pu promériter à partir de leurs capitaux s ils les avaient placés en bon père de famille» (27). 3. Revenus virtuels dans le chef du créancier Il est généralement admis en jurisprudence (28) que comme c est légalement le cas en matière de pension après divorce, il soit tenu compte, pour fixer la pension alimentaire en exécution du devoir de secours, des facultés du créancier d aliments de se procurer par lui-même quelque revenu. La prise en compte de ces facultés n implique cependant guère, en jurisprudence, la comptabilisation explicite d un revenu virtuel dans le chef du créancier, mais conduit plus souvent à limiter le montant de la pension alimentaire (29), voire à la limiter dans le temps (30), voire encore de combiner ces deux limitations (31). 4. Avantages en nature Un avantage en nature, tel l occupation à titre gratuit d un logement dont un époux dispose de la jouissance ou même de la propriété, ne constitue pas à proprement parler un revenu, mais influence directement les besoins de cet époux en termes de niveau de vie. La cour d appel de Bruxelles a par exemple fixé le secours alimentaire à 300 euros durant la période où l épouse était logée chez un tiers, puis à 700 euros pour la période durant laquelle cette épouse a dû payer un loyer. L avantage constitué par l occupation gratuite d un logement est dans cette décision aisément évaluable à 400 euros par mois (32). La cour d appel de Liège semble également avoir tenu compte de l occupation gratuite par une épouse d un logement appartenant à ses parents, puisque la cour émet (27) Civ. Mons, 23 avril 2004, Div. Act., 2004, p Voy. également Bruxelles (16 e ch.), 16 janvier 2002, inédit, décision dans laquelle la cour considère que les capitaux dont dispose l épouse sont censés produire un revenu de 5 % l an et évalue les revenus de cette épouse sur cette base. (28) Voy. la chronique précédente, op. cit., p. 33. (29) Liège, 16 février 2004 (S. c. S.), inédit. La cour d appel de Liège, dans un arrêt du 21 octobre 2003, inédit, supprime le secours alimentaire de F accordé en première instance car l épouse ne fournit aucun effort pour chercher un emploi alors que son âge (36 ans), sa bonne santé et sa bonne qualification professionnelle auraient dû lui permettre d en trouver un depuis la séparation des parties. (30) Bruxelles (3 e ch.), 8 avril 2004 (V. c. V.), inédit; Civ. Bruxelles (réf.), 15 juillet 2004, cette Revue, p (31) Bruxelles (3 e ch.), 8 avril 2004 (T. c. L.), inédit. (32) Bruxelles (3 e ch.), 8 avril 2004 (V. c. V.), inédit.

10 892 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES des doutes quant à la réalité des loyers prétendument payés par cette épouse à ses parents, mais sans qu un calcul permette d évaluer cet avantage (33). 5. Avantage économique lié à la constitution d un nouveau ménage Le fait de pouvoir profiter des revenus d un concubin contribue également à diminuer les besoins de l époux concerné en termes d atteinte d un certain niveau de vie. Un arrêt de la cour d appel de Mons a débouté une épouse de sa demande de secours alimentaire, considérant qu au vu des revenus de son concubin, «il n apparaît pas qu elle se soit trouvée dans un état de besoin quelconque, ni que son train de vie ait connu une baisse sensible par rapport à celui qu elle connaissait durant la vie commune» (34). Il est cependant requis que la relation affective nouée par cet époux se traduise par un partage effectif des ressources et des charges. La cour d appel de Mons rappelle qu il incombe au mari d apporter la preuve de ce que son épouse est effectivement entretenue par un tiers, en tout ou en partie, pour pouvoir être déchargé de tout ou partie du secours alimentaire envers elle. Le constat d adultère établi à charge de l épouse ne suffit pas à prouver qu elle est effectivement entretenue par son amant (35). 6. Allocations sociales Les revenus à caractère social posent enfin également des difficultés d évaluation, dans la mesure où ils sont susceptibles d évoluer en fonction du montant de pension alimentaire qui sera versé à l allocataire social, s il s agit de revenus à caractère résiduaire (36). Dans une espèce soumise à la cour d appel de Liège, l épouse était susceptible de bénéficier d allocations pour personnes handicapées, mais le montant de ces allocations allait dépendre, selon un courrier de l administration de l intégration sociale, de la pension alimentaire qui serait payée par le mari. La cour fixe donc le montant du secours alimentaire sans tenir compte de cette possibilité de revenus, en soulignant cependant (33) Liège, 30 mars 2004, inédit. La même critique peut être faite à propos d une autre décision de la cour d appel de Liège, 27 avril 2004, inédit. (34) Mons (17 e ch.), 9 avril 2003, inédit. On peut regretter, dans cette décision, la référence à la vie commune des époux ainsi que l absence de référence au montant des revenus du concubin. (35) Mons (2 e ch.), 8 octobre 2002, Rev. not., 2003, p (36) D. Taelleman (dir.), Union désunion, les implications de la situation familiale sur le droit de la sécurité sociale, Actes du colloque organisé à Louvain-la-Neuve le 30 septembre 2004 par la Conférence du Jeune Barreau de Nivelles, Bruylant, Bruxelles, 2004.

11 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 893 que la situation pourrait être revue lorsque le montant des allocations serait connu (37). F. Prise en compte des charges Dans la chronique de jurisprudence précédente, nous avions déjà souligné la différence entre les magistrats qui étaient attentifs aux charges des parties et ceux qui les écartaient dans leur ensemble, sauf les charges fiscales, sociales et celles relatives aux enfants, et nous avions déjà rejoint l argumentation de ceux qui considèrent que chaque époux doit disposer d un budget similaire et doit pouvoir faire des choix personnels en termes d affectation de ce budget (38). Outre la cour d appel de Mons, d autres juridictions balaient à présent les catalogues de charges établis par les parties (39). Certaines tiennent cependant tout de même compte des charges de logement, considérant que les parties ne peuvent pas toujours aisément diminuer le montant de cette charge et étant donné la part importante du coût du logement dans le budget d un ménage (40). Ce point de vue paraît compréhensible, mais ne dispense alors pas le magistrat de vérifier l importance de cette dépense par rapport aux budgets des deux époux. Dans un arrêt récent, la Cour de cassation a énoncé que la pension alimentaire fixée en exécution du devoir de secours devait être déterminée en tenant compte des besoins de celui qui les réclame (41). Ce besoin ne se limite cependant pas à la satisfaction des dépenses courantes de l époux, mais doit lui permettre d atteindre le même niveau de vie que son conjoint (42). Le détour par l examen des charges n est donc d aucune utilité. Il nous semble qu il faut cependant admettre la prise en compte de charges de nature exceptionnelle, c est-à-dire celles auxquelles un époux ne peut absolument pas échapper et qui amputent sensiblement son budget au point qu il ne bénéficie plus, à budget égal, du même «niveau de vie» ou de (37) Liège, 16 février 2004 (D. c. H.), inédit. (38) Rev. trim. dr. fam., 2004, p. 35. (39) Liège, 5 février 2003, inédit; Bruxelles, 3 juin 2003, inédit; Gand (11 e ch.), 16 octobre 2003, R.A.B.G., 2004, p. 483; Liège, 16 mars 2004, inédit; Civ. Bruxelles (réf.), 15 juillet 2004, cette Revue, p.1116; Mons (2 e ch.), 3 décembre 2002, inédit; Mons (17 e ch.), 2 avril 2003, inédit; Mons (17 e ch.), 9 avril 2003, inédit; Mons (2 e ch.), 16 septembre 2003, inédit; Civ. Mons, 23 avril 2004, Div. Act., 2004, p (40) Bruxelles (3 e ch.), 22 mai 2003, cette Revue, p.1060; Bruxelles (3 e ch.), 3 juin 2003, cette Revue, p.1074; Bruxelles (3 e ch.), 9 septembre 2003, inédit; Liège, 23 mars 2004, inédit; Bruxelles (3 e ch.), 8 avril 2004 (T. c. L.), inédit; Bruxelles (3 e ch.), 8 avril 2004 (V. c. V.), inédit. (41) Cass., 26 avril 2004, cette Revue, p (42) Ibid.

12 894 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES la même «qualité de vie» que son conjoint. Nous pensons par exemple à des dépenses de soins de santé particulièrement lourds (43). Lorsque le magistrat tient compte des charges respectives des époux, la participation financière d un concubin dans le budget d un des époux est examinée en termes de diminution des charges de cet époux (44). Relevons en particulier un arrêt de la cour d appel de Liège qui évalue la part des charges supportées par la compagne du mari au prorata des ressources respectives des compagnons. Le volume des charges vantées par le mari est diminué par la cour de cette part censée être assumée par sa compagne (45). G. Calcul de la pension. La Cour de cassation vient de rappeler que la pension doit être calculée afin de permettre à l époux bénéficiaire de mener le train de vie qui serait le sien s il n y avait pas eu séparation (46). Alors que les chroniques précédentes (47) déploraient l absence généralisée de motivation de la condamnation d un époux à payer tel montant de pension alimentaire à l autre, plusieurs décisions ont depuis lors pris la peine non seulement d effectuer un calcul précis de la provision alimentaire, mais également de l expliquer dans les termes du jugement ou de l arrêt. Deux de ces décisions font l objet d une publication dans cette Revue (48). (43) N. Dandoy, «Critères de calcul des pensions alimentaires : tentatives de précision de la part de la Cour de cassation (arrêts des 16 avril 2004 et 26 avril 2004 et 9 septembre 2004)», note sous Cass., 26 avril 2004, cette Revue, p Sur les mêmes questions, mais à propos du calcul des contributions alimentaires pour les enfants, voy. J.-L. Franeau, «La méthode Renard étendue aux familles recomposées», note sous J.P. Binche, 2 octobre 2003, Rev. trim. dr. fam., 2004, p (44) Bruxelles (3 e ch.), 13 décembre 2001, J.L.M.B., 2004, p. 200; Liège, 16 février 2004 (D. c. H.), inédit; Liège, 16 février 2004 (S. c. S.), inédit.nous avons écrit plus haut que la participation d'un concubin peut aussi être prise en compte en termes d'avantages qui majorent les ressources de l'époux qui vit avec un tiers. (45) Liège, 16 février 2004 (D. c. H.), inédit. (46) Cass., 9 septembre 2004, cette Revue, p (47) Rev. trim. dr. fam., 2001, p ; Rev. trim. dr. fam., 2002, p. 597; Rev. trim. dr. fam., 2004, p. 38. (48) Mons (2 e ch.), 18 février 2003, cette Revue, p.1050 et Mons (17 e ch.), 2 avril 2003, cette Revue, p Une décision similaire du tribunal de première instance de Mons a également fait l objet d une publication dans la revue Divorce Actualités : Civ. Mons, 23 avril 2004, Div. Act., 2004, p On pourrait aussi citer Mons (2 e ch.), 11 mars 2003, inédit (cette décision faisait l objet du pourvoi en cassation qui a donné lieu à l arrêt du 9 septembre 2004, op. cit.); Mons (2 e ch.), 16 septembre 2003, inédit; Mons (17 e ch.), 8 octobre 2003, inédit.

13 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 895 Le raisonnement, en réalité assez simple et donc praticable, à bon entendeur consiste à calculer le niveau de vie des époux s il n y avait pas eu séparation, c est-à-dire à cumuler leurs revenus respectifs actuels, majorés d éventuels avantages en nature et diminués de charges incompressibles, telles le coût global des enfants. On obtient le niveau de vie du couple, dont chaque époux a droit à la moitié. On compare ensuite ce niveau de vie personnel de chacun avec les ressources effectives dont il dispose, éventuellement diminuées du coût des enfants supporté individuellement par chaque parent. La différence constitue le montant de la pension alimentaire (49). Il pourrait y avoir une discordance entre les revenus actuels d un époux et ses mêmes revenus «s il n y avait pas eu de séparation». En effet, si l un des époux bénéficie de revenus de remplacement à caractère social, des allocations de chômage par exemple, ces revenus augmentent en raison de la séparation, le bénéficiaire passant de la catégorie «cohabitant» à la catégorie «isolé». Il ne nous paraît cependant pas contradictoire de tenir compte des revenus actuels de cet époux, à savoir le montant des allocations de chômage au taux isolé, afin d évaluer le niveau de vie qui serait le sien s il n y avait pas eu de séparation, même si, alors, le couple n aurait pu compter que sur les allocations au taux cohabitant. En effet, la Cour de cassation énonce que l objet du devoir de secours consiste à permettre aux époux de continuer à bénéficier, non pas des mêmes revenus que s ils vivaient ensemble, mais du même niveau de vie. Dès lors, la prise en compte des allocations de chômage, pour continuer à suivre notre exemple, au taux actuel, c est-à-dire «isolé», permet aux deux époux de conserver à peu près le même niveau de vie que s ils vivaient ensemble avec les allocations au taux «cohabitant» puisque l augmentation des allocations de chômage après la séparation permettra de couvrir ou de réduire les frais supplémentaires, et donc la baisse inévitable de niveau de vie, qu induit la séparation d un seul ménage en deux (50). Dans la décision de la cour d appel de Mons du 2 avril 2003 (51), le calcul se traduit comme suit : Revenus professionnels de l époux : euros ( F) Revenus immobiliers communs : 546 euros ( F) (49) Mons (2 e ch.), 18 février 2003, cette Revue, p.1050 : décision particulièrement claire tant au niveau de l explicitation des principes que de l élaboration du calcul de la provision alimentaire. (50) Voy. également les développements, accompagnés d un exemple chiffré, à propos de cette question particulière dans la note qui accompagne des arrêts de la Cour de cassation des 16 avril 2004, 26 avril 2004 et 9 septembre 2004, cette Revue, p.1042, n 14. (51) Mons (17 e ch.), 2 avril 2003, cette Revue, p.1055.

14 896 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES Revenus de l épouse : 0 Soit : euros ( F) (le couple n a pas d enfants à charge ni ne fait état de charges incompressibles particulières). Chaque époux a donc droit à euros : 2 = euros ( F). Or, l épouse ne dispose d aucun revenu propre, son mari doit donc lui verser une provision alimentaire de euros par mois. La cour lui octroie une partie du secours en nature, sous la forme de l occupation gratuite de l un des immeuble du couple, à concurrence d une valeur de 372 euros ( F) et un complément sous forme de pension alimentaire en argent de 919 euros ( F), ce qui lui donne au total des ressources disponibles de euros ( F), soit exactement autant que son époux. Cette décision ne tient cependant pas compte de l incidence fiscale. Or une pension mensuelle de 919 euros ou euros par an est imposable dans le chef du créancier à concurrence de 80 %, soit euros par an, ce qui donne en l espèce un impôt annuel approximatif (52) d au moins 883,5 euros (compte tenu du fait que l épouse ne dispose d aucun autre revenu) ou, réparti par mois, de 73 euros par mois, de sorte que l épouse ne dispose pas réellement de 919 euros par mois, mais de 846 euros par mois, alors que le paiement de la pension de 919 euros par l époux va générer dans son chef un avantage fiscal encore supérieur à la charge fiscale de son épouse puisque ses revenus sont supérieurs. Le tribunal de première instance de Mons (53) adopte le même type de calcul, mais tout en affinant encore ce raisonnement à plusieurs niveaux. Tout d abord, le tribunal constate une différence entre, d une part, les revenus mensuels cumulés du couple, soit euros, et, d autre part, le montant mensuel de leurs dépenses. Il en déduit qu une partie des revenus était épargnée et il fixe cette part d épargne à euros par mois, ce qui laisse aux époux un disponible de euros, somme supérieure aux dépenses qu ils prétendent effectuer chaque mois après la séparation. Le calcul de la pension au profit de l épouse est effectué sur la base de ces euros : Le couple n a pas d enfants à charge ni ne fait état de charges exceptionnelles. Chaque époux doit donc pouvoir disposer de la moitié de euros, soit euros. Or, l épouse dispose de ressources propres de euros. La différence entre, d une part, le niveau de vie auquel elle a (52) Approximatif car il ne tient pas compte des centimes additionnels ni de l imposition de l immeuble commun. (53) Civ. Mons, 23 avril 2004, Div. Act., 2004, p. 105.

15 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 897 droit, soit euros, et, d autre part, ses revenus personnels, soit euros, s élève donc à 780 euros nets. Le tribunal relève ensuite que cette somme doit être nette dans le chef de l épouse. Il tente donc d évaluer la somme dont disposera réellement l épouse après imposition de l ensemble de ses revenus, sur la base d une pension alimentaire évaluée à euros bruts (dans l idée d approcher une pension de 780 euros nets). Le disponible après impôt dans le chef de l épouse s élève à 4 337,6 euros alors qu elle devrait pouvoir bénéficier de euros, ce qui semble satisfaisant pour le président. L époux est donc condamné à payer une pension alimentaire de euros. Nous avons relevé d autres décisions qui tentent d opérer un calcul de la provision alimentaire, qui cependant ne nous ont pas entièrement convaincue. Dans un arrêt du 16 septembre 2003 (54), la cour d appel de Mons établit le niveau de vie des époux s il n y avait pas eu séparation. Les revenus de l époux sont évalués ex æquo et bono par la cour à euros, en tenant compte, d une part, de l avantage fiscal découlant de la déduction du paiement des pensions (55) alimentaires et, d autre part, du fait que l époux vit en ménage avec une compagne qui dispose de revenus (56). Les revenus de l épouse s élèvent à 790 euros. La cour cumule ces deux revenus, soit euros et en déduit le coût de l enfant commun (57), soit 560 euros au total, de sorte que la somme globale dont disposent les époux pour leur entretien personnel s élève à euros, soit 1 171,5 euros chacun. Pour calculer la pension due à l épouse, la cour compare la part à laquelle elle a droit, soit 1 171,5 euros et ses revenus propres, soit 790 euros et constate une différence de 381,5 euros. Or, lorsque l on procède à la vérification de ce calcul, on constate que l épouse dispose alors, pour son entretien personnel, de 790 euros (54) Mons (2 e ch.), 16 septembre 2003, inédit. (55) Il s agit apparemment, dans ce cas d espèce, des contributions alimentaires ainsi que du secours alimentaire. (56) Se pose d emblée la question de savoir s il convient, à ce stade du calcul, de tenir compte de l avantage économique qu'un époux retire de sa situation de concubinage, qui n aurait pas pu se produire s il n y avait eu séparation. La question mériterait d être posée à la Cour de cassation, laquelle a énoncé le principe de recourir à la fiction de la continuation de la vie commune pour calculer le niveau de vie auquel les époux ont droit dans le cadre du devoir de secours. (57) Ce coût de l enfant ne résulte pas de la méthode Renard, mais est déduit à partir du montant des contributions alimentaires tel que déterminé par le premier juge.

16 898 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES 151 euros (sa part contributive) + 381,5 euros (la pension alimentaire pour elle-même), soit 1 020,5 euros, tandis que l époux dispose de euros 409 euros (sa contribution à l entretien de l enfant) 381,5 euros (la pension pour son épouse), soit 1 322,5 euros. Par contre, si, des revenus de l épouse, on déduit sa part contributive, on obtient : Ressources disponibles de l épouse : 639 ( de part contributive); Donc, 1 171,5 euros 639 euros = 532,5 euros de pension alimentaire. Vérification : Épouse : (part contributive) + 532,5 (secours) = 1 171,5 euros Époux : (part contributive) 532,5 (secours) = 1 171,5 euros. Reste encore, cependant, à corriger le montant dégagé de 532,5 euros de pension alimentaire en fonction de l imposition fiscale dans le chef de l épouse. Une autre décision de la cour d appel de Mons (58) constate que les revenus de l époux ont diminué depuis la séparation des parties, mais considère, à raison, que l épouse doit participer à cette baisse de niveau de vie dans le chef de son époux. L incidence de cette baisse de revenus aboutit cependant à un résultat qui ne parvient pas à équilibrer les niveaux de vie respectifs des époux. Le calcul de la cour est le suivant : Avant la séparation, l époux disposait d un revenu de euros et l épouse de euros. Le coût de leur enfant s élève à 319 euros (59). Le niveau de vie au moment de la séparation était donc de euros 319 euros = euros : 2 = euros par époux. Étant donné qu elle perçoit une contribution alimentaire de 140 euros du père, elle supporte directement 179 euros de contribution à l entretien de l enfant à supposer que le père n héberge par l enfant et ne supporte donc aucun coût direct. L épouse dispose donc pour faire face à son entretien personnel de euros 179 euros = euros, alors qu elle devrait bénéficier de euros, soit une différence de 325 euros (60). Cependant, la cour constate que les revenus de l époux ont baissé de euros à euros par mois, soit une diminution de l ordre de 21 % (58) Mons (17 e ch.), 8 octobre 2003, inédit. (59) Coût de l enfant calculé via la méthode Renard. (60) Il est à noter que contrairement à la décision du 16 septembre 2003, la cour d appel de Mons, dans cette décision, soustrait des revenus de l épouse sa contribution à l entretien de l enfant pour évaluer les ressources dont elle dispose pour son entretien personnel.

17 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 899 de sorte qu elle réduit le niveau de vie des époux de 21 % et calcule la pension alimentaire sur cette nouvelle base de niveau de vie. Or, si les revenus de l époux ont diminué de 21 %, le niveau de vie global du ménage n est pas réduit d autant puisque les revenus de l épouse sont restés constants. À notre avis, il eût été plus simple de calculer la pension alimentaire d emblée sur la base des nouveaux revenus de l époux, plutôt que de faire le détour par les revenus perçus durant la vie commune puisque cette référence à la vie commune n est d aucune utilité. Le calcul aurait été le suivant : Revenus actuels de l époux : euros Revenus de l épouse : euros Coût de l enfant : 319 euros Niveau de vie du ménage : = euros Part de chacun : : 2 = euros Or l épouse bénéficie de (319 (coût de l enfant) 140 (contribution payée par le père)) = Donc, la pension = euros euros = 131 euros L épouse dispose donc de (part contributive) (secours) = euros. L époux dispose de (part contributive) 131 (secours) = euros. Reste encore à appliquer la correction fiscale en fonction de l impact dans le chef de l épouse du bénéfice de la pension alimentaire sur le montant de son imposition. Ces deux décisions ont au moins le mérite de motiver le montant de pension alimentaire octroyé à un époux à charge de l autre, et de permettre la discussion, voire la critique à ce niveau, ce qui s avère impossible lorsque le montant de pension alimentaire est fixé de façon tout à fait forfaitaire sans que le moindre calcul soit possible, même en effectuant des projetions ou des suppositions, ce qui est encore le cas de la majorité des décisions analysées dans le cadre de cette chronique. Enfin, plusieurs décisions ne dévoilent pas les arcanes de l opération (calcul ou intuition?) qui a conduit le juge à fixer tel montant de pension alimentaire, mais il est possible d y retrouver une certaine logique par rapport à l équilibre des niveaux de vie entre les époux.

18 900 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES Par exemple, dans un arrêt du 22 mai 2003 (61), la cour d appel de Bruxelles se réfère à un calcul précis établi par le juge de paix et le président statuant en référé, mais y relève diverses erreurs et fixe finalement la pension alimentaire de manière forfaitaire à 800 euros alors qu un calcul précis aboutit à 898 euros. Cependant, la cour relève que l époux débiteur doit faire face à d importants frais de santé, et notamment d hospitalisation (mais sans évoquer l existence ou non d une assurance hospitalisation), de kinésithérapie et de pharmacie, lesquels peuvent, il est vrai, grever quelque peu son budget compte tenu de la quote-part du patient, ce qui pourrait éventuellement justifier que la provision alimentaire soit réduite. Mais ces dernières considérations ne sont qu extrapolations Dans un autre exemple, la cour d appel de Bruxelles (62) fixe forfaitairement le secours alimentaire à F par mois alors que le calcul qui consiste à accorder à chaque époux la même somme pour son entretien, déduction faite du coût de l enfant, aboutit à la somme de F au profit de l épouse, sans aucune ressource. Les époux ont cependant un enfant à charge pour lequel on ne connaît ni le montant des allocations familiales ni le temps d hébergement respectif entre les parents, de sorte qu outre la contribution alimentaire de F payée par le père, il convient peut-être de diminuer encore les revenus de celui-ci du montant de sa contribution directe à l entretien de l enfant, c est-à-dire lorsqu il supporte certains coûts lors de ses périodes d hébergement. Dernier exemple (63), la cour d appel de Bruxelles (64) compare dans un premier temps les revenus des deux époux et constate une disparité entre ces revenus qui justifie un secours alimentaire de 148,5 euros, alors que l écart entre les revenus est de 131 euros, mais sans doute la différence entre ces deux montants peut-elle être expliquée par les conséquences fiscales du versement de cette pension. L aspect original de cette décision réside dans le fait que les contributions alimentaires pour les enfants sont évaluées dans un second temps, sur la base de l évaluation du coût global des enfants, réparti à parts égales entre les parents puisque leurs revenus ont été «égalisés» grâce au secours alimentaire (65). (61) Bruxelles (3 e ch.), 22 mai 2003, cette Revue, p (62) Bruxelles (3 e ch.), 3 juin 2003 (T. c. G.), cette Revue, p (63) On pourrait encore citer Bruxelles, 4 septembre 2003 (3 e ch.), inédit. (64) Bruxelles (3 e ch.), 9 septembre 2003, inédit. (65) Le coût global des enfants est évalué à euros, dont à déduire les allocations familiales de 700 euros, de sorte qu il reste un solde à financer par les parents de euros. Le père n héberge pas du tout ses enfants. Il assumera donc sa part du coût exclusivement en argent et la mère exclusivement en nature. Le père est condamné à payer à la mère une somme totale de 600 euros de contributions alimentaires, la mère supportant, en nature, les 500 euros restants du coût des enfants.

19 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE 901 H. Modalités de paiement de la pension 1. Occupation gratuite de l immeuble conjugal Toute séparation a un coût qui, bien souvent, ne pourra être assuré que moyennant de profondes modifications dans le cadre de vie et dans les habitudes et les choix de dépenses. Cette réorganisation n est pas nécessairement déjà réalisée au contraire lorsqu un époux réclame à l autre un secours alimentaire, de sorte que le paiement de pensions alimentaires peut paraître trop lourd à supporter dans le budget d un époux qui doit encore faire face à des engagements financiers pris durant la vie commune. Le secours alimentaire exécuté en nature offre alors une solution qui peut satisfaire tant le créancier que le débiteur et qu applique fréquemment la jurisprudence (66). On sait que l autorité de chose jugée accordée à une ordonnance présidentielle qui accorde une partie du devoir de secours sous la forme de l occupation gratuite de l immeuble conjugal porte à controverses (67). La cour d appel de Mons, saisie au niveau de la liquidation du régime matrimonial, a admis cette autorité et a pris la peine de rechercher, à travers le montant du secours alimentaire accordé durant l instance en divorce, la part de gratuité de l occupation attribuée alors à l épouse. La cour rétablit a posteriori le calcul qui aurait dû être opéré durant l instance en divorce. Elle calcule que l épouse avait à cette époque droit à un secours de F. Or, le président lui avait accordé, d une part, l occupation gratuite de l immeuble conjugal et, d autre part, une pension alimentaire de F. La cour en déduit que l occupation de l immeuble à titre de secours s élevait à F. Or, la valeur locative de l immeuble étant de F, l épouse doit à son mari une indemnité d occupation équivalant à la différence. Cette décision démontre l intérêt et l importance d énoncer précisément la valeur de l occupation gratuite (68). (66) Mons (17 e ch.), 2 avril 2003, cette Revue, p.1055; Mons (2 e ch.), 23 juin 2003, J.L.M.B., 2004, p. 1188; Liège, 7 octobre 2003, inédit; Liège, 18 novembre 2003 (M. c. L.), inédit. (67) Voy. Y.-H. Leleu, «Occupation gratuite d un immeuble indivis pendant l instance en divorce : clarification jurisprudentielle», note sous Cass. (1 re ch.), 27 avril 2001, Rev. trim. dr. fam., 2003, p. 613 et J.-L. Renchon, «À propos de la question controversée de l occupation gratuite par un des époux du logement familial pendant la procédure en divorce : une interprétation controversée de l arrêt de la Cour de cassation», note sous Cass. (1 re ch.), 27 avril 2001, Rev. trim. dr. fam., 2003, p (68) Ce que font par exemple la cour d appel de Liège dans un arrêt du 18 novembre 2003 (M. c. L.), inédit et la cour d appel de Mons dans un arrêt du 2 avril 2003, cette Revue, p.1055.

20 902 CALCUL DES PENSIONS ALIMENTAIRES Par contre, la cour d appel d Anvers (69) a refusé de reconnaître cette autorité de chose jugée, considérant que le juge de la liquidation n était pas lié par la décision du juge des référés qui avait expressément jugé que le paiement par l époux de l emprunt hypothécaire ne donnera pas lieu à comptes dans le cadre de la liquidation-partage. 2. Limitation dans le temps Nous avons déjà évoqué le fait que certaines décisions ont limité le secours alimentaire dans le temps lorsque le créancier d aliments disposait de facultés à pourvoir seul à la restauration de son niveau de vie (70). SECTION 2. La pension après divorce 1. Fondement de la pension A. Conditions d octroi Nous avions relevé dans la chronique précédente un arrêt de la cour d appel de Liège (71) qui accordait une pension après divorce non sur la base du constat d une disparité entre le niveau de vie connu par les époux durant la vie commune et les ressources propres du créancier, mais uniquement sur la base du caractère indemnitaire de la pension (72), alors que ce caractère ne vise pas autre chose qu à «indemniser» l époux de la perte du devoir de secours. D autres arrêts de la cour d appel de Liège, ainsi qu une décision du tribunal de première instance de Liège ont depuis lors souligné ce caractère indemnitaire de la pension. Si, dans deux de ces décisions, l impact de ce caractère indemnitaire est peu perceptible sur le montant de la pension (73), dans la troisième, la fonction indemnitaire telle qu interprétée par la cour d appel semble réellement donner un droit autonome à une pension après divorce indépendamment des critères énoncés par (69) Anvers, 25 juin 2003, NjW, 2004, p. 88. (70) Voy. supra et notamment Bruxelles (3 e ch.), 8 avril 2004 (T. c. L.), inédit; Bruxelles (3 e ch.), 8 avril 2004 (V. c. V.), inédit; Civ. Bruxelles (réf.), 15 juillet 2004, cette Revue, p (71) Liège, 1 octobre 2003, Rev. trim. dr. fam., 2004, p (72) Rev. trim. dr. fam., 2004, p. 41. (73) Liège, 27 novembre 2003 (L. c. D.), inédit (la pension après divorce est fixée à 300 euros par mois, ce qui permet à l ex-épouse de bénéficier à peu près du même niveau de vie que durant la vie commune, déduction faite du coût des enfants tel qu il est permis de le déduire de l arrêt) et Civ. Liège, 2 octobre 2003, J.L.M.B,.2004, p. 657 (la décision n accorde aucune pension après divorce, considérant à la fois que les parties bénéficient de revenus équivalents et que le mariage fut de très courte durée).

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

Table des matières. 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat

Table des matières. 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat Table des matières 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat Introduction................................................................ 8 La cause unique

Plus en détail

II. L arrêt du 16 avril 2004

II. L arrêt du 16 avril 2004 JURISPRUDENCE 1033 Note Critères de calcul des pensions alimentaires : tentatives de précision de la part de la cour de cassation arrêts des 16 avril 2004, 26 avril 2004 et 9 septembre 2004 I. Introduction

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Table des matières. 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application... 7. Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg.

Table des matières. 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application... 7. Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg. Table des matières 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application.......................... 7 Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg., avocat Introduction.................................................................

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/07/2014 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-19130 ECLI:FR:CCASS:2014:C100860 Publié au bulletin Rejet Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction

Plus en détail

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Ph.D. N 2 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Montréal, 1er mai 2008 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Page 2 Table des matières LA LOI ET LA PERCEPTION DES

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14 Table des matières Titre 1 La séparation des époux 7 Bibliographie sommaire 9 Introduction 11 Chapitre 1 13 Les principes régissant la séparation des époux 13 Section 1. La rupture de la vie commune 13

Plus en détail

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME Le Divorce LA LOI DU 26 MAI 2004 RÉFORMANT LE DIVORCE EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2005. CETTE LOI SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. ELLE RENFORCE LE RÔLE DU NOTAIRE. CE DERNIER PEUT INTERVENIR

Plus en détail

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION sommaire DOCTRINE La loi du 19 mars 2010 visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants Nathalie Dandoy 775 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE

Plus en détail

La demande de dispense de cotisations sociales

La demande de dispense de cotisations sociales La demande de dispense de cotisations sociales 012 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Instances concourant à l admission à l aide sociale Procédures d admission à l aide sociale Obligation

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 26 juin 2013 N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Hémery

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Le divorce. Procédures

Le divorce. Procédures Vos droits Institutions Acteurs F i c h e P r a t i q u e Le divorce Procédures Le divorce Les procédures de divorce sont aujourd hui pacifiées et simplifiées. Toutefois, les conséquences restent les mêmes

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

PRESENTATION DE LA TABLE DE REFERENCE

PRESENTATION DE LA TABLE DE REFERENCE DIRECTION DES AFFAIRES CIVILES ET DU SCEAU PRESENTATION DE LA TABLE DE REFERENCE I. Principes d'élaboration de la table de référence La règle de calcul retenue repose sur une appréciation du «coût de l'enfant»

Plus en détail

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5736 Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 43 de la loi du 11 juin 1874 sur les assurances (avant son abrogation par

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 12 OCTOBRE 2009 C.08.0524.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.08.0524.F U. M., demandeur en cassation, représenté par Maître Michel Mahieu, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce 1 Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce I. Introduction II. Procédure a)conditions d application b)compétence c)mode d introduction de la demande : - la citation à double détente

Plus en détail

Le droit patrimonial des couples

Le droit patrimonial des couples Chroniques notariales vol. 54 Table des matières Le droit patrimonial des couples Chapitre I. Le régime matrimonial primaire.................... 206 Section 1. Devoir de secours entre époux (art. 213)...............

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-4-01 N 101 du 5 JUIN 2001 7 E. / 16 INSTRUCTION DU 23 MAI 2001 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS DROITS D ENREGISTREMENT DIVORCE PRESTATIONS

Plus en détail

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 1 Famille et couple: questions pratiques en droit international privé Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 2 Plan de l exposé Mise en situation pratique 1. Mésentente conjugale: des

Plus en détail

Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants

Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants Chroniques notariales vol. 57 Table des matières Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants....................................... 19 Section 1. Contenu

Plus en détail

Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy

Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy sommaire Chronique de jurisprudence Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy LÉGISLATION 1. Législation

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf avril deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf avril deux mille douze. N 22 / 12. du 19.4.2012. Numéro 3005 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf avril deux mille douze. Composition: Léa MOUSEL, conseillère

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Inhoud... 17 Table alphabétique... 33 Zaakregister... 41 Table des décisions citées... 49 INTRODUCTION

TABLE DES MATIÈRES. Inhoud... 17 Table alphabétique... 33 Zaakregister... 41 Table des décisions citées... 49 INTRODUCTION divorce pour désunion irrémédiable 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud... 17 Table alphabétique... 33 Zaakregister... 41 Table des décisions citées... 49 INTRODUCTION 1. La loi du 27 avril 2007 réformant le divorce...

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du 22 août 2001)

REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du 22 août 2001) 40.1 REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du août 001) I. DISPOSITIONS GENERALES Base légale Article premier.- Le présent règlement précise les modalités d exécution

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 11 mai 2012 N de pourvoi: 11-17497 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Le Prado, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

DOSSIER CDI-91 SÉANCE 7 LE REVNU NET GLOBAL LE RNGI LE CALCUL DE L IMPÖT

DOSSIER CDI-91 SÉANCE 7 LE REVNU NET GLOBAL LE RNGI LE CALCUL DE L IMPÖT DOSSIER CDI-91 SÉANCE 7 LE REVNU NET GLOBAL LE RNGI LE CALCUL DE L IMPÖT DOCUMENTATION ANIMATEUR DECEMBRE 2005 Dossier CDI. 91 Document animateur Séance 7 - Page 1 SEANCE N 7 : DOSSIER ANIMATEUR NOTIONS

Plus en détail

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES 1 st OCTOBER 2015 EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES Paul CRAHAY Avocat au Barreau de Liège Maître de conférences Hec-Ulg page 2 Section

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Yves-Henri Leleu. Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable. Jean-Louis Renchon. Introduction...

Table des matières. Avant-propos. Yves-Henri Leleu. Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable. Jean-Louis Renchon. Introduction... Table des matières Avant-propos Yves-Henri Leleu Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable Jean-Louis Renchon Introduction............................................ 11 1. Les objectifs de

Plus en détail

Retraite Etudes & Optimisation

Retraite Etudes & Optimisation Retraite Etudes & Optimisation Pension de réversion Lorsque l un des conjoints disparaît, son veuf ou sa veuve bénéficie d une partie de sa retraite : la pension de réversion. Ses conditions d attribution

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 4 Les éléments de la négociation Une préparation minutieuse, exhaustive et réaliste des

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

Le droit des personnes et des familles

Le droit des personnes et des familles Chroniques notariales vol. 47 Table des matières Le droit des personnes et des familles Chapitre 1. L état civil....................................... 18 1. Recherche dans les registres de l état civil.

Plus en détail

J.P. Liège (3 e canton), 28 avril 2008

J.P. Liège (3 e canton), 28 avril 2008 JURISPRUDENCE 1193 J.P. Liège (3 e canton), 28 avril 2008 Siège : Avocats : M. L. Désir M es D. Pire et M. Wéra B. c/ C. DIVORCE POUR CAUSE DÉTERMINÉE EFFETS EFFETS ENTRE ÉPOUX PENSION APRÈS DIVORCE Droit

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00628 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président M. Patrick Minne, rapporteur M. Marjanovic, rapporteur public SELARL ALAIN SARRAZIN,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat

Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat 5 janvier 2015 Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités Fiscales

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

Calcul de l impôt. Tranche de revenus Taux Impôt dû par tranche Impôt total. de 0 à 8.070 25 % 2.017,50 2.017,50

Calcul de l impôt. Tranche de revenus Taux Impôt dû par tranche Impôt total. de 0 à 8.070 25 % 2.017,50 2.017,50 Calcul de l impôt Le décumul des revenus des conjoints est total mais l imposition est établie au nom des deux conjoints. La loi assimile les cohabitants légaux aux conjoints. Les cohabitants de fait font

Plus en détail

Divorce L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION

Divorce L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION Divorce L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION 2012 Consentement mutuel Conciliation Contrat de mariage Divorce pour faute Pension alimentaire Autorité parentale Droit de visite Régime matrimonial Prestation

Plus en détail

Plan de prévoyance 94

Plan de prévoyance 94 valable dès le 1er janvier 2015 Plan de prévoyance 94 Assurance d interruption Objectif L assurance d interruption a pour objectif d assurer la couverture de risques pour les personnes de moins de 50 ans,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL (Cabinet de Me Nicolas Blanchy) À RENSEIGNER ET ADRESSER AU CABINET : Maître Nicolas BLANCHY, Avocat, 2 Grande rue Jean Jaurès BP 57 26301 BOURG-DE-PEAGE

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 25 JANVIER 2010 C.09.0203.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0203.F 1. C. V., comte d. R., 2. GENERALI BELGIUM, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, avenue Louise, 149,

Plus en détail

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX La vie commune est de l essence de tout couple. Si le logement commun peut évidemment être loué, il est le plus souvent acheté par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 2 avril 2014 N de pourvoi: 13-11025 ECLI:FR:CCASS:2014:C100359 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 mai 2013 N de pourvoi: 12-11983 ECLI:FR:CCASS:2013:C100515 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

Table des matières. Préambule... 7. Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire... 9

Table des matières. Préambule... 7. Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire... 9 Table des matières Préambule............................ 7 Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire................ 9 Devoir de secours entre époux (art. 213)........................ 10 1. Frais funéraires

Plus en détail

La majoration de pension est servie dans les conditions suivantes :

La majoration de pension est servie dans les conditions suivantes : Circulaire n 2012/01 du 05/06/2012 Majoration de pension pour enfants élevés 1. Principe 2. Enfants concourant à la majoration pour enfants élevés 3. Appréciation du handicap pour la majoration de pension

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du vingt-cinq juin deux mille neuf. Numéro 33753du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger

Plus en détail

Exempt - appel en matière de droit du travail.

Exempt - appel en matière de droit du travail. Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du vingt-six avril deux mille douze. Numéro 37191 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Ria LUTZ, conseiller, Brigitte

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015 (M. Jean-Pierre E.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 juillet 2015 par la Cour de cassation (première chambre civile, arrêt n 969 du même jour), dans

Plus en détail

TEXTE ADOPTE n 708 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2001-2002 10 octobre 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS PATRIMOINE L ASSURANCE DECES EN GARANTIE D EMPRUNTS PROFESSIONNELS OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS Il faut constater aujourd hui, qu il est pratiquement

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail