Le droit à la dignité, l honneur et la réputation. Chapitre 5 - Le droit à la dignité, à l honneur et à la réputation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le droit à la dignité, l honneur et la réputation. Chapitre 5 - Le droit à la dignité, à l honneur et à la réputation"

Transcription

1 Chapitre 5 - Le droit à la dignité, à l honneur et à la réputation 1. Le propos portant atteinte à la réputation Une personne identifiée Les membres d un groupe Le propos diffamatoire La faute Le standard de la personne raisonnable La personne prenant part aux débats publics Le journaliste Les affirmations de faits Le rappel de propos Les commentaires L humour L avocat Éléments considérés dans l analyse du standard de faute La gravité de la diffamation La bonne foi La véracité du propos L intérêt public L intérêt public La personne visée Détermination de la faute de diffamation et équilibre des droits fondamentaux Lien de causalité Les dommages Les dommages matériels Les dommages moraux La réputation La diffusion La gravité de l allégation Souffrances et douleurs Crédibilité de la diffamation Rétractation Conduite des parties Les dommages punitifs - exemplaires Le droit à la dignité, l honneur et la réputation La valeur attachée à la réputation découle des conditions inhérentes à la vie en société. 1 Selon Moscovi, la réputation comprend deux volets, chacun ayant une composante externe à la 1 Selon Moscovi, la réputation est une manifestation purement humaine et fondamentale pour la société. S. MOSCOVI, Psychologie sociale des relations avec autrui, Paris, Nathan, 1994, p. 120

2 personne. Le premier volet touche à l essence du terme «réputation» qui se définit comme le jugement que les autres portent sur une personne 2. Le second volet de la réputation se rattache à son caractère instrumental. Ainsi, la réputation se définit comme les propos que les autres entendent à l égard d une personne. On la conçoit alors comme un moyen pour les autres de connaître une personne. 3 Sur le plan théorique, si l honneur consiste en la conscience de la considération que mérite une personne de la part des autres 4 conscience qui relève de la dignité humaine, l injure, en l agressant et en l abreuvant de déconsidérations, relève d une atteinte à celui-ci. Le mot diffamation vise les propos injurieux et vexatoires 5. Au plan théorique, la différence entre diffamation et injure subsiste toujours. Édith Deleury et Dominique Goubau affirmaient d ailleurs que: «La diffamation ne doit pas être confondue avec l injure, expression outrageante, terme de mépris ou invective qui n impute aucun fait, mais qui, si elle entraîne un dommage, donne ouverture à réparation. Il faut admettre que les tribunaux ne font pas toujours la distinction, le terme «diffamation» étant employé, le plus souvent, «dans un sens large, couvrant l insulte, l injure et pas seulement l atteinte stricte à la réputation.» 6 En pratique, puisqu une atteinte fautive à la réputation ou à l honneur découlant de propos vexatoires constituent toutes deux une faute civile, et que de surcroît le droit à l honneur et à la réputation sont protégés par le même article de la Charte québécoise, la distinction n a souvent qu un intérêt théorique. Elle pourrait toutefois se révéler importante en matière de prescription, puisque l atteinte à la réputation se prescrit par un an 7, alors que la prescription normale en matière de recours personnel est de trois ans 8. Il ne semble toutefois pas que ce problème particulier n ait été soulevé devant les tribunaux. [Dignité, honneur et réputation] Le droit à l honneur et à la réputation est parfois envisagé comme une limite inhérente à d autres droits fondamentaux, comme dans la Convention européenne des droits de l Homme : 2 Moscovi définit la réputation «comme le jugement porté par une communauté sur un individu particulier appartenant généralement, mais nécessairement à cette même communauté», dans S. MOSCOVI, Psychologie sociale des relations avec autrui, Paris, Nathan, 1994, p «Concrètement, nous apprenons à connaître les autres de trois manières différentes : - la première est l observation directe, qui demeure un moyen efficace d apprendre certaines choses, [ ]; - la seconde passe par ce que les autres nous révèlent d eux-mêmes; - la rumeur constitue la troisième source d information : les uns racontent des choses sur les autres.» dans S. MOSCOVI, Psychologie sociale des relations avec autrui, Paris, Nathan, 1994, p R. de VIGNY, «Servitude et grandeurs militaires», dans Œuvres Complètes, la Pléiade, cité dans B. Beignier, L honneur et le droit, Paris, L.G.D.J., 1995, p VALLIÈRES Nicole et Florian SAUVAGEAU, Droit et journalisme au Québec, Montréal, Éditions GRIC, F.P.J.Q., 1981, p. 18; Par exemple, voir : Falcon c. Cournoyer, J.E (C.S.) 6 DELEURY, Édith et Dominique GOUBAU, Le droit des personnes physiques, 3 e éd., Cowansville, Éditions Yvon Blais, 2002, p. 168; C.c.Q.; Kosco c. Assurance-vie Desjardins inc., J.E (C.S.), inf. par C.A.M ( ); Ventola c. Banque nationale du Canada C.c.Q.

3 10.2. L'exercice de ces libertés [d expression, d opinion, de recevoir ou de communiquer des informations] comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, [ ] à la protection de la réputation ou des droits d'autrui [ ]. 9 [Honneur et réputation] La protection de l honneur et de la réputation ne fait pas toujours l objet d une garantie spécifique. Lorsqu elle a été invitée à évaluer dans quelle mesure les principes de common law relatifs à la diffamation étaient compatibles avec lkes valeurs de la charte canadienne des droits et libertés, la Cour suprême du Canada a souligné l importance de la réputation dans une société démocratique. Ainsi, le juge Cory dans Hill c. Église de Scientologie 10, considère la réputation comme une composante de la dignité humaine et lui reconnaît une importance majeure dans une société démocratique : Bien qu elle ne soit pas expressément mentionnée dans la Charte, la bonne réputation de l individu représente et reflète sa dignité inhérente, concept qui sous-tend tous les droits garantis par la Charte. La protection de la bonne réputation d un individu est donc d importance fondamentale dans notre société démocratique. 11 Le juge Cory explique au soutien de cette vision que : Les démocraties ont toujours reconnu et révéré l'importance fondamentale de la personne. Cette importance doit, à son tour, reposer sur la bonne réputation. Cette bonne réputation, qui rehausse le sens de valeur et de dignité d'une personne, peut également être très rapidement et complètement détruite par de fausses allégations. Et une réputation ternie par le libelle peut rarement regagner son lustre passé. Une société démocratique a donc intérêt à s'assurer que ses membres puissent jouir d'une bonne réputation et la protéger aussi longtemps qu'ils en sont dignes. (par. 108) Ainsi, sans figurer comme tel dans les textes constitutionnels, le droit à la réputation est à ce jour envisagé par les tribunaux comme ayant une valeur égale les cyniques diraient supérieure- à la liberté d expression. Et cela sans compter le statut conféré au droit à la réputation dans la Charte des droits et libertés de la personne 1213 et dans le Code civil. Le droit à la réputation est protégé principalement par les mécanismes de la responsabilité civile. Mais il subsiste dans le Code criminel, des dispositions sanctionnant les atteintes criminelles à la réputation. [Les protections] Au Québec, la protection du droit à la réputation emprunte principalement les mécanismes de la responsabilité civile. 9 Convention européenne des droits de l Homme, article.. 10 [1995] 2 R.C.S. 1130, 11 [1995] 2 R.C.S. 1130, L.R.Q. c CDLP, art. 4 : Toute personne a droit à la sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation.

4 [PROTECTION PAR LES ARTICLES 4, 35, ETC.] 1. Le propos portant atteinte à la réputation Le droit à la réputation est affirmé aussi bien dans la Charte des droits et libertés de la personne que dans le Code civil. L'aire de protection du droit au respect de la réputation se définit ainsi : toute personne a le droit de s'attendre à ce que des tiers n'émettent pas en public et de façon injustifiée, des informations résultant en la perception négative des autres à son égard. L'atteinte à la réputation est sanctionnée par l'art du C.c.Q. 14, qui définit la notion de faute civile. C'est la faute civile qui détermine l'étendue du droit au respect de la réputation d'une personne face aux tiers 15. Il est possible de porter atteinte à la réputation d une personne sans qu il y ait faute, mais une telle atteinte n emporte pas de responsabilité civile. C est pourquoi l'analyse des circonstances ayant donné lieu à des recours pour atteinte fautive à la réputation permet de dégager l'étendue du droit à la réputation 16. Le comportement fautif se déduit en fonction de l'écart entre le comportement de celui qui s exprime et celui qu'une personne raisonnable et diligente aurait eu en de semblables circonstances. L'appréciation de cet écart se fait en fonction du contexte de la diffusion du propos. Dans le cadre de l analyse de l activité de l agent au moment où le préjudice a été causé et les conditions dans lesquelles elle s exerçait, les tribunaux tiennent compte notamment a) des ac- 14 Art «Toute personne a le devoir de respecter les règles de conduite qui, suivant les circonstances, les usages ou la loi, s'imposent à elle, de manière à ne pas causer préjudice à autrui. Elle est, lorsqu'elle est douée de raison et qu'elle manque à ce devoir, responsable du préjudice qu'elle cause par cette faute à autrui et tenue de réparer ce préjudice, qu'il soit corporel, moral ou matériel. [...]» 15 «La notion de faute de l'art du Code civil a constitué pour les tribunaux l'instrument par lequel ils ont dégagé l'ampleur du droit des personnes à la préservation de leur honneur et de leur vie privée». P.A. MOLINARI, P. TRUDEL, «Le droit au respect de l'honneur, de la réputation et de la vie privée. Aspects généraux et applications», dans Formation permanente du Barreau du Québec (dir.) Application des Chartes des droits et libertés en matière civile, Cowansville, Yvon Blais, 1988, 197, p «Traditionnellement, ce sont les atteintes fautives, intentionnelles ou inintentionnelles à la réputation d'autrui que le droit sanctionne. On reconnaît d'emblée qu'à la limite, toute expression ayant trait à la personne ou aux actes d'un individu est susceptible d'affecter sa réputation. C'est sans doute ce qui explique que la notion même de droit à la sauvegarde de la réputation se confond virtuellement avec celle des atteintes fautives à la réputation, c'est-à-dire la diffamation. Ce droit ne confère donc pas une faculté générale de s'opposer à la dissémination d'information qui nous paraît embarrassante mais il vise plutôt les disséminations auxquelles ne se serait pas livré une personne prudente et diligente placée dans des circonstances analogues». P.A. MOLINARI, P. TRUDEL, «Le droit au respect de l'honneur, de la réputation et de la vie privée. Aspects généraux et applications», dans Formation permanente du Barreau du Québec (dir.) Application des Chartes des droits et libertés en matière civile, Cowansville, Yvon Blais, 1988, 197, p. 202.

5 tivités de la personne au moment de la diffusion des propos diffamatoires, b) du type d informations émises et c) du contexte de la diffusion des propos 17. Sachant que les contours et les limites au droit au respect de la réputation s'infèrent de ce qui est constitutif de faute en matière de diffamation, il importe de se pencher sur la méthode utilisée afin de déterminer s il y a eu faute. Les tribunaux déduisent la faute de trois éléments à savoir : 1) l'écart entre le comportement de l'agent et celui d'une personne raisonnable et diligente le standard autrefois exprimé par l expression «bon père de famille» aurait eu en semblables circonstances; 2) l'activité de l'agent au moment où le préjudice a été causé et les conditions dans lesquelles elles s'exerçaient et 3) l'intérêt du public. De façon générale, les tribunaux déduiront la faute en prenant en considération l'écart entre le comportement de l'agent et celui qu'une personne raisonnable et diligente - le bon père de famille - aurait eu en semblables circonstances 18. Cet écart de conduite s'apprécie notamment en fonction du contexte de la l'atteinte à la réputation et de l'intérêt public pouvant résider à l'égard des informations en cause. En droit québécois, on décèle deux grandes approches jurisprudentielles dans l analyse des messages afin d en déterminer le caractère fautif. D une part, une tendance jurisprudentielle- à notre avis majoritaire et bien fondée- procède d une prise en considération plus fine des enjeux inhérents à la liberté d expression et de la presse dans le processus de détermination de la faute. Une autre tendance, minoritaire, fait largement abstraction de la liberté de presse. Pour déterminer la faute, on s en remet à une analyse critique du message. Le critère tenant lieu de standard d appréciation de la conduite est fourni par les préférences du juge l analyse paraît menée en référence au reportage qu il aurait lui ou elle réalisé ou aimé lire ou voir Une personne identifiée Pour porter atteinte à la réputation d une personne, il faut que celle-ci soit visée par les propos. Elle peut être expressément nommée, mais on peut la viser uniquement par insinuation. Ce qui importe, c est qu elle soit identifiée suffisamment pour qu il soit possible de savoir qui est visé par le propos. Imputer un fait à une personne, sans la nommer, sans que strictement personne ait la moindre idée de son identité est insusceptible d affecter la réputation d une personne. 17 Patrick A. MOLINARI et Pierre TRUDEL, «Le droit au respect de l'honneur, de la réputation et de la vie privée : Aspects généraux et applications», dans BARREAU DU QUÉBEC, FORMATION PERMANENTE, Application des chartes des droits et libertés en matière civile, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1988, 197, P.A. MOLINARI, P. TRUDEL, «Le droit au respect de l'honneur, de la réputation et de la vie privée. Aspects généraux et applications», dans Formation permanente du Barreau du Québec (dir.) Application des Chartes des droits et libertés en matière civile, Cowansville, Yvon Blais, 1988, 197, p. 203.

6 La personne est identifiable «à chaque fois que le plaignant est décrit d une façon telle qu il devient reconnaissable pour ceux qui le connaissent.» 19. Nicole Vallières précise à ce sujet qu «Il peut même arriver que l auteur d une diffamation, à son insu, identifie une personne qu il ne visait pas particulièrement.» Elle cite en exemple une affaire du début du siècle dernier où un journaliste avait qualifié les acquéreurs d un fond de faillite de «requin» dans un article diffamatoire. Poursuivi par le principal acquéreur du dit fond, le journaliste a avoué qu il ne connaissait nullement le demandeur et ne savait même pas qu il était l acquéreur du fond. Mais «[c]ela importait peu puisque ses concitoyens l avaient reconnu et identifié à l un de ces requins de la finance que l article dénonçait». 20 Dans Côté c. Hebdos Transcontinental 21, le demandeur était propriétaire et dirigeant d une compagnie dont la raison sociale comportait son nom de famille. Suite à une fermeture brusque en raison de laquelle la cinquantaine d employés ne serait pas payée, un hebdomadaire local avait publié un article titré «fermeture sauvage» et contenant quelques propos que le demandeur jugeait diffamatoire. L article ne faisait jamais mention du nom du demandeur, mais parlait de «ses dirigeants» et de «l entrepreneur», visant ainsi spécifiquement le demandeur. Celui-ci témoigna à l effet que dans son milieu, les gens ne faisait pas de différences entre son entreprise et lui-même. Pourtant, malgré cela et étonnamment, le juge considéra que le demandeur n était pas visé par l article et puisqu il y avait absence de lien de droit en raison de la structure corporative de la compagnie, le demandeur ne pouvait rien réclamer. Cela est d autant plus surprenant puisqu il ne demandait réparation que pour son propre préjudice. Cette incongruité n a toutefois pas porté à conséquence puisque la cour en est arrivé à la conclusion que l article n était de toute façon pas diffamatoire Les membres d un groupe Il peut arriver que les circonstances permettent une individualisation du dommage de manière suffisante pour permettre un recours. Par exemple, dans Ortenberg v. Plamondon 23, où le défendeur avait dénigré les Juifs de Québec, soit 75 familles à l époque. Le demandeur ne poursuivait qu en son seul nom. Les propos du diffamateur avaient à un moment visés directement le demandeur. Le Tribunal ne se fonda toutefois pas sur le passage qui visait directement le demandeur pour conclure à la responsabilité; pour lui, tous les Juifs de Québec étaient touchés personnellement par la diffamation. 24 Mais cet exemple demeurait une exception, et ce n était donc «qu accidentellement que la diffamation de collectivités [pouvait] se retrouver 19 VALLIÈRES Nicole, La Presse et la diffamation, Montréal, Éditions Wilson & Lafleur, 1985, p VALLIÈRES Nicole, La Presse et la diffamation, Montréal, Éditions Wilson & Lafleur, 1985, p. 22, traitant de l arrêt La Compagnie de publication de La Patrie c. Deserres, (1914) 23 B.R. 535, AZ , J.E , [2002] R.R.A Id. para. 58 à [1915] 24 B.R Voir p. 77

7 sanctionnée en dommages et ce uniquement parce que son caractère collectif [prenait] place au second rang, derrière une forme d individualisation.» 25 En 2003, dans Malhab c. Arthur 26, la Cour d appel a étendu les situations où l on peut considérer qu un propos a engendré des conséquences suffisamment individualisées. La Cour a permis à un requérant d être représentant d un groupe dans le cadre d un recours collectif pour diffamation au nom de tous les chauffeurs de taxi de Montréal d origine arabe ou créole, soit environ 1000 personnes. Un animateur de radio avait vilipendé les chauffeurs d origine arabe et créole en soutenant qu ils ne connaissaient pas la ville, que leurs véhicules étaient sales et dégageaient des odeurs nauséabondes, qu ils ne maîtrisaient souvent aucune des deux langues officielles et que les arabes, en particulier, étaient très arrogants. Il en inférait que leur permis devait avoir été obtenu par corruption. La Cour supérieure avait rejeté la requête de recours collectif 27, estimant que le recours en diffamation était incompatible avec la procédure du recours collectif. La Cour d appel à infirmé cette décision. Tout en réaffirmant que le dommage doit être individualisé, la Cour note que cette individualisation peut emprunter divers moyens 28. S appuyant sur la décision Ortenberg c. Plamondon 29 la Cour observe que le principe d individualisation en raison du caractère restreint du groupe a déjà donné lieu à des recours individuels pour une diffamation collective. Les deux affaires diffèrent toutefois à plus d un titre. Si dans Ortenberg le groupe visé était composé d environ 75 familles, dans Malhab, la communauté est de plus de 1000 membres. Encore plus important, alors que dans Ortenberg, le recours pour diffamation ne comprenait qu un seul membre du groupe, par ailleurs visé personnellement en raison d allusion à son commerce, dans Malhab, ce sont tous les membres du groupe, par la voie du recours collectif, qui se voient reconnaître un préjudice individualisé. La Cour d appel dégage trois situations juridiques possibles lorsqu une diffamation de collectivité a eu lieu. La première situation regroupe les cas où la diffamation collective n est qu une façade pour viser quelques membres spécifiquement désignés ou facilement identifiables. Elle en donne pour exemple une affaire où le défendeur avait affirmé sur le perron de l église que «tous les Raymond (de la paroisse) étaient des «salauds»» 30. Il était clair qu un «Raymond» en particulier était visé. Bien que moins flagrant, Ortenberg en est un autre exemple. Le défendeur avait en l espèce attaqué tous les juifs, dénigrant la «race» juive en tant que race appart. Toutefois, il avait ensuite fait allusion au commerce du demandeur. Ce faisant, il avait créé un préjudice distinct, que le demandeur était en droit de réclamer. 25 BURON, Denis, «Liberté d expression et diffamation de collectivités : quand le droit à l égalité s exprime», (1988) 29 Les Cahiers de Droit 491, Cour d appel du Québec, no , Malhab c. Métromédia C.M.R. Montréal Inc. [2001] J.Q. no 3077 (C.S.) 28 Malhab c. Métromédia C.M.R. Montréal Inc., [2003] J.Q. no 2521 (C.A.), para [1915] 24 B.R. 69, Malhab c. Métromédia C.M.R. Montréal Inc., [2003] J.Q. no 2521 (C.A.), para Malhab c. Métromédia C.M.R. Montréal Inc., [2003] J.Q. no 2521 (C.A.), para. 43, citant Raymond c. Abel, [1946] C.S. 251

8 La seconde situation est celle où le propos est tellement large que la possible diffamation se perd dans le nombre. Par exemple, Denis Buron évoque une affaire américaine où un musulman avait demandé réparation à la suite d un film fort peu avenant envers les musulmans. 31 Il demandait réparation au nom des quelques 600 millions de musulmans, ce qui fut rejeté. La troisième situation est celle où la diffamation «vise un groupe assez restreint pour que tous les membres soient atteints personnellement.» 32 Ils ont alors chacun droit à des dommages, puisqu il y a individualisation du dommage. Malhab serait une parfaite illustration de ce genre de situation. La Cour d appel affirme que l individualisation du dommage résulte de la «double spécificité des attaques» : spécificité du groupe ciblé et spécificité des injures. 33 Dans Malhab, la Cour conclut que la «corrélation entre [l]es races et les tares [que le défendeur] leur prête est parfaite.» 34 Il faut garder à l esprit que l existence d une atteinte à la réputation découlant d unh propos résulte de l effet obtenu dans l esprit du public. Pour que chaque membre d une collectivité puisse réclamer un dommage pour atteinte à sa réputation, il faut que la diffamation ait provoqué dans l esprit du public une diminution de l estime qu il porte aux membres de cette collectivité. Certains facteurs ayant trait au groupe visé peuvent être pris en compte. Plus le groupe est restreint et spécifique, plus sa diffamation risque de causer des dommages à chacun de ses membres. La spécificité du groupe conduit à l identification de chaque membre du groupe, c està-dire qu elle permet d associer les allégations diffamatoires ou les injures aux individus qui en font parti. Par exemple, dans Hervieux-Payette c. Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, [1998] R.J.Q. 131 (C.S.), avait traité de «traître» le groupe de députés fédéraux québécois ayant voté en faveur du rapatriement de la constitution canadienne en Ce groupe contenait 68 députés, nommés à même l article litigieux. Le groupe ne pouvait être plus spécifique, et la question de l individualisation des dommages de la plaignante ne fut même pas traité. À l inverse, si le groupe est composé d en ensemble hétérogène, c est-à-dire qu il est difficile de savoir qui est inclus dans ce groupe, il sera plus difficile de conclure qu un membre en a subi un préjudice. Par exemple, si l on affirmait que «les personnes généreuses sont naïves», prenant pour hypothèse que le caractère diffamatoire est établi, il demeurerait difficile de savoir qui est réellement visé. Il serait encore plus ardu de conclure à un préjudice à la réputation d un demandeur se qualifiant de généreux Le propos diffamatoire 31 Khalid Abdoullah Tariq al Mansour Faissal Fahd al Talal v. Fanning, (1980) 506 F. Supp. 186 (U.S.C.A.), cité dans BURON, Denis, «Liberté d expression et diffamation de collectivités : quand le droit à l égalité s exprime», (1988) 29 Les Cahiers de Droit 491, Malhab c. Métromédia C.M.R. Montréal Inc., [2003] J.Q. no 2521 (C.A.), para Malhab c. Métromédia C.M.R. Montréal Inc., [2003] J.Q. no 2521 (C.A.), para Malhab c. Métromédia C.M.R. Montréal Inc., [2003] J.Q. no 2521 (C.A.), para. 44

9 La diffamation consiste en une «[a]llégation orale ou écrite qui porte atteinte, involontairement ou de façon délibérée, à la réputation d une personne vivante ou décédée» 35. Une telle allégation impute un acte, une caractéristique, une intention, un fait à une personne de manière à diminuer l estime et la considération portée à cette personne ou encore de susciter des sentiments défavorables à son égard. 36 Le propos diffamatoire peut être véhiculé par des paroles, des chansons, des commentaires de radio, de télévision, des lettres, des articles de journaux, de revues, des livres, sous forme de caricatures, de portraits, ou même dans des actes de procédure judiciaire 37 ; bref, la nature diffamatoire ne demande aucune forme particulière. 38 La détermination du caractère fautif d un propos prend forcément son point de départ dans l analyse de son sens. Celui-ci doit être de nature à porter atteinte à l estime que l on peut porter à la personne visée. C est pourquoi la mesure de l'écart entre le comportement de l'agent et celui qu'aurait eu la personne raisonnablement prudente et diligente passe d abord par l analyse du message. Tous les propos qui portant atteinte à la réputation d une personne ne donnent pas ouverture à un recours en responsabilité civile. On peut diffuser des propos critiques engendrant des conséquences fâcheuses pour une personne : cette dernière n aura droit de s en plaindre que si ces propos sont fautifs. Lors d un recours en responsabilité civile pour atteinte à la réputation, il faut démontrer le caractère diffamatoire des allégations litigieuses avant de s attacher à établir l existence d un préjudice. 39 Il faut se demander si «un citoyen ordinaire estimerait que les propos tenus, pris dans leur ensemble, ont déconsidéré la réputation d un tiers.» 40 On ne s arrêtera donc pas nécessairement au sens littéral des mots utilisés; leur sens ordinaire ainsi que le contexte d ensemble dans laquelle ceux-ci s inscrivent seront analysés. L analyse du sens du message litigieux sert non seulement à établir son caractère diffamatoire, mais également la gravité de la diffamation. Le caractère diffamatoire témoigne de 35 Hubert Reid, Dictionnaire de droit québécois et canadien, 3 e éd. Wilson & Lafleur, Montréal, 2004, p.?? 36 Société Radio-Canada c. Radio Sept-Îles inc., [1994] R.J.Q (C.A.), 1818; S. LEBRIS, C. BOUCHARD, dans C. BERNARD, D. SHELTON (dir), dans Les Personnes et les Familles, Montréal, Adage, 1995, p Jean-Louis BEAUDOUIN et Patrice DESLAURIERS, La responsabilité civile, 6 e éd., Éditions Yvon Blais, 2003, p Les auteurs citent une vaste liste de jurisprudences sur chaque formes de diffamation. 38 Le droit civil diffère ici du droit pénal et de la common law, où la distinction entre libel et slander (diffamation écrite et orale) procède de la nature même du délit : André NADEAU et Richard NADEAU, Traité pratique de la responsabilité délictuelle, Montréal, Wilson & Lafleur, 1971, no231, p. 248; VALLIÈRES Nicole et Florian SAUVAGEAU, Droit et journalisme au Québec, Montréal, Éditions GRIC, F.P.J.Q., 1981, p Prud homme c. Prud homme, [2002] 4 R.C.S. 663, 683, para. 33, j. L Heureux-Dubé et LeBel 40 Prud homme c. Prud homme, [2002] 4 R.C.S. 663, 684, para. 34, j. L Heureux-Dubé et LeBel

10 l existence d un préjudice. La gravité de la diffamation sera un facteur important au moment de l établissement de la faute, lors de l analyse du comportement du défendeur ainsi que lors de l évaluation du dommage. Bien que l on doive considérer le message dans son ensemble, certains mots sont plus susceptibles d être qualifiés de diffamatoires. Les propos injurieux, qui heurtent sans peine les oreilles du juge, seront aisément qualifiés de diffamatoires. Par exemple, dans Bélanger c. Champagne 41, le juge a considéré que les termes «niaiseuse» et «chipie» dénotait un jugement de valeur de la part du défendeur et était acceptable. Par contre, l emploi du terme «gigon», régionalisme péjoratif a été considéré comme exagéré, insultant et gratuit. Dans une autre situation un avocat s était vu qualifié par un animateur de radio de «menteur, fanatique, hystérique, manipulateur et malade mental», ont été considérés comme diffamatoires. 42 Ce qui est tenu pour être diffamatoire ainsi que la gravité d une diffamation varie selon l époque, le contexte social et le lieu de réception du message. 43 Ce qui contribue à ternir la réputation d une personne et ce qui est socialement désapprouvé diffère selon le contexte au sein duquel le message est reçu. Nicole Vallières évoque une décision de 1957 où l on a estimé que le fait de qualifier une personne de «communiste», en pleine guerre froide, pouvait être diffamatoire. 44 Récemment, la Cour d appel a estimé qu accuser une organisation syndicale de «forteresse communiste» n était pas susceptible de porter atteinte à la réputation 45. De même, l accusation d avoir renié sa foi chrétienne afin d adhérer à une secte avait été considérée diffamatoire au début du siècle dernier 46. Les mêmes propos pourraient être jugés de façon différente, comme le démontre une affaire récente où le tribunal a conclut que le mot «secte» n était ni péjoratif ni diffamatoire en soi 47. Par contre, certaines allégations conservent de grandes conséquences à l égard de la réputation d une personne, tout particulièrement du domaine judiciaire criminel, comme les insinuations non fondées de démêlés avec la justice criminelle 48 ou de commission d actes criminels [1999] R.R.A Bertrand c. Proulx, (2002) R.J.Q. 1741; (2002) R.R.A. 949; J.E ; REJB (C.S.) 43 VALLIÈRES Nicole, La Presse et la diffamation, Montréal, Éditions Wilson & Lafleur, 1985, p Morin c. Ryan, (1957) B.R. 196, 297, cité dans VALLIÈRES Nicole, La Presse et la diffamation, Montréal, Éditions Wilson & Lafleur, 1985, p Confe deŕation des syndicats nationaux c. Jette, (C.S., ), J.E , D.T.E. 2003T-458, [2003] R.R.A. 505, confirmé en appel à AZ , 2005 QCCA 1238, J.E , D.T.E. 2006T-73, [2006] R.R.A. 7, voir le para. 50. Requête pour autorisation de pourvoi à la Cour suprême rejetée (C.S. Can., ), Circé c. Geo Murray Publishing, (1911) 18 R.L. n.s. 430, VALLIÈRES Nicole, La Presse et la diffamation, Montréal, Éditions Wilson & Lafleur, 1985, p Lessard c. Services Investors ltée, AZ , J.E , D.T.E. 2004T-984, [2004] R.R.A (rés.). Il en fut de même dans Temple du Réveil miraculeux du St-Esprit c. Journal de Montréal, AZ , J.E , [2002] R.R.A Harton c. La Cie de l Événement, (1936) 74 C.S. 82, cité dans VALLIÈRES, Nicole, La Presse et la diffamation, Montréal, Éditions Wilson & Lafleur, 1985, p. 36

La diffamation. Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu!

La diffamation. Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu! La diffamation Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu! Vincent Gingras Avocat Congrès Fédération québécoise des municipalités 25, 26 et 27 septembre 2014 Québec Trois-Rivières Montréal

Plus en détail

«Vous êtes une belle tarte! Vous devriez démissionner, trop incompétent(e) pour accomplir votre poste»

«Vous êtes une belle tarte! Vous devriez démissionner, trop incompétent(e) pour accomplir votre poste» «Vous êtes une belle tarte! Vous devriez démissionner, trop incompétent(e) pour accomplir votre poste» Par : Me Philippe Asselin et Me Serge Bouchard Morency, société d avocats, S.E.N.C.R.L. Si vous vous

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : D. B. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 603 N o d appel : AD-15-210 ENTRE : D. B. Demandeur et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

«SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!»

«SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!» «SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!» PRINCIPE JURIDIQUE PERTINENT EN MATIÈRE DE FAUTE INTENTIONNELLE ET SES RÉPERCUSSIONS AU QUÉBEC LE PRINCIPE JURIDIQUE PERTINENT L'article 2464 du Code civil est la source

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : R. c. Beaulieu, 2010 CSC 7 DATE : 20100225 DOSSIER : 33181 ENTRE : Sa Majesté la Reine Appelante et Georges Beaulieu Intimé TRADUCTION FRANÇAISE OFFICIELLE CORAM : La

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer.

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. On distingue toujours, en droit, entre les règles qui traitent du fond d un litige, autrement dit

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit:

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit: Le Code civil du Québec ne contient aucune section spécifique pour encadrer les conflits d intérêts des administrateurs d un conseil d administration dans l exercice de leurs obligations. Il est donc nécessaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES 1. CHAMP D APPLICATION Le présent code d éthique et de déontologie s applique à tout commissaire au sens de la Loi sur l instruction publique. Il s applique

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents

AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents L. 78-753 du 17/07/1978 L. 2000-321 du 12/04/2000 D. 2005-1755 du 30/12/2005 Le contrat signé avec l'aefe

Plus en détail

La renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers

La renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers Bulletin CCH juriste de septembre 2010, Volume 12, No 9 Le Bulletin CCH juriste de septembre 2010, Volume 12, No 9, comprend les articles suivants: La renonciation au partage des acquêts non publiée au

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC N : 17-03-00001 DATE : 29 octobre 2004 LE COMITÉ : Présidente Me Carole Marsot Membre Mme Madeleine Trudeau, erg. Membre

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS ET DIRIGEANTS DE LA SOCIÉTÉ DE TÉLÉDIFFUSION DU QUÉBEC MISSION La Société de télédiffusion du Québec (ci-après «la Société») a pour but d exploiter

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393.

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393. OBSERVATOIRE SUR LE CONTENTIEUX EUROPÉEN DES DROITS DE L HOMME N. 2/2015 1. ARRET DU 3 OCTOBRE 2014, JEUNESSE C. PAYS-BAS Faits 1. L affaire concerne le refus des autorités néerlandaises d octroyer à la

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A.

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: (500 05 000061 927) Le 13 décembre 1993 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. RAYMOND, CHABOT, FAFARD, GAGNON INC. en sa qualité

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 DECEMBRE 2007 F.05.0098.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.05.0098.F ETAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, poursuites

Plus en détail

Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M.

Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M. Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M. OPINION JURIDIQUE Nous avons été mandatés par M. Jacques Bergeron, vérificateur général de la Ville de Montréal, pour rédiger une opinion juridique

Plus en détail

DEMANDEUR AU RECOURS : représenté par Jacqueline DUFOURNET, avocat général DEFENDEUR AU RECOURS :

DEMANDEUR AU RECOURS : représenté par Jacqueline DUFOURNET, avocat général DEFENDEUR AU RECOURS : 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE LYON AUDIENCE SOLENNELLE ARRET DU 18 Avril 2013 R.G : 12/06282 Décision déférée à la Cour : Conseil de discipline de l Ordre des avocats

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission «L application à la profession d avocat de la directive 91/308/CEE relative

Plus en détail

La visioconférence admise pour les réunions du comité central d entreprise

La visioconférence admise pour les réunions du comité central d entreprise Socialettre La lettre d'information proposée par Résocial réseau d avocats dédié au droit social INFO DU MOIS La visioconférence admise pour les réunions du comité central d entreprise Un comité central

Plus en détail

Fondation du Barreau

Fondation du Barreau Professeur Frédéric Levesque Faculté de droit - Université Laval Fondation du Barreau L obligation in solidum en droit privé québécois Montréal - 12 juin 2012 Origine - Notion - Régime juridique Lorsque

Plus en détail

Bulletin Litige commercial

Bulletin Litige commercial Bulletin Litige commercial Décembre 2007 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. La Cour suprême du Canada clarifie le droit québécois en matière de responsabilité du fabricant Martin F. Sheehan,

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L.

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS Présentation du 27 octobre 2008 Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. I- CONTRAT D ASSURANCE COLLECTIVE A) Définition du contrat d assurance

Plus en détail

CHAPITRE 5 RELATIONS AVEC L ADMINISTRATION DE LA JUSTICE

CHAPITRE 5 RELATIONS AVEC L ADMINISTRATION DE LA JUSTICE CHAPITRE 5 RELATIONS AVEC L ADMINISTRATION DE LA JUSTICE Page 69 5.1 L AVOCAT DEVANT LE TRIBUNAL Représentation en justice 5.1-1 Lorsqu il représente un client en justice, l avocat le fait avec fermeté

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas. Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX]

Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas. Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX] 2014 Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX] S O M M A I R E Définition de l administrateur systèmes et réseau........... 3 Administrateur

Plus en détail

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ MAGASINS À RAYONS PEOPLES INC. (SYNDIC DE) C. WISE LIENS DU CURRICULUM: Le droit canadien et international, 12e année, cours préuniversitaire (CLN4U) Comprendre le droit canadien, 11e année, cours préuniversitaire/

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Litige et règlement de différends

Litige et règlement de différends Bulletin 23 septembre 2014 Litige et règlement de différends La Cour suprême se prononce sur l application de la réglementation provinciale à l égard des banques et sur la qualité pour agir en contexte

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale Les responsabilités civile et pénale de l'élu local des risques de la vie territoriale Nombre de poursuites contre les élus locaux, les fonctionnaires territoriaux, et les collectivités territoriales (toutes

Plus en détail

«LA PROTECTION DU SECRET DES SOURCES DES JOURNALISTES» U.I.A. - CONGRÈS DE FLORENCE (COMMISSION DU DROIT DE LA PRESSE)

«LA PROTECTION DU SECRET DES SOURCES DES JOURNALISTES» U.I.A. - CONGRÈS DE FLORENCE (COMMISSION DU DROIT DE LA PRESSE) «LA PROTECTION DU SECRET DES SOURCES DES JOURNALISTES» U.I.A. - CONGRÈS DE FLORENCE (COMMISSION DU DROIT DE LA PRESSE) SOMMAIRE Introduction PREMIERE PARTIE: LES RÈGLES RÉGISSANT LA PROTECTION DES SOURCES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 23 juin 2010 N de pourvoi: 09-14592 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Falcone, conseiller apporteur M. Sarcelet,

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

Le droit à la réputation, à la vie privée et à l'image

Le droit à la réputation, à la vie privée et à l'image Le droit à la réputation, à la vie privée et à l'image C'est en élevant à une certaine supra-légalité les droits à l'honneur, à la réputation et à la vie privée que la Charte québécoise innove le plus.

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME. Communiqué du Greffier. ARRÊT DE CHAMBRE SCHLUMPF c. SUISSE

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME. Communiqué du Greffier. ARRÊT DE CHAMBRE SCHLUMPF c. SUISSE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME 007 9.1.2009 Communiqué du Greffier ARRÊT DE CHAMBRE SCHLUMPF c. SUISSE La Cour européenne des droits de l homme a communiqué hier par écrit son arrêt de chambre 1

Plus en détail

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 803252530 COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS DATE : 18 AVRIL 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE JACQUES LAVERDURE J.C.M. DIRECTEUR DES POURSUITES

Plus en détail

Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés

Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés Michel Deschamps * La Convention d UNIDROIT sur les règles matérielles relatives aux titres intermédiés (la Convention)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2ème Section) Décision du 23 juillet 2010

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2ème Section) Décision du 23 juillet 2010 Recours 10/01 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2ème Section) Décision du 23 juillet 2010 Dans la présente affaire enregistrée sous le n 10/01, ayant pour objet un recours introduit le 14 janvier

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des administrateurs

Code d éthique et de déontologie des administrateurs COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC ET DU LABRADOR (CSSSPNQL) Code d éthique et de déontologie des administrateurs 2 5 0, P l a c e C h e f M i c h e l L a v

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Impulsora Turistica de Occidente, S.A. de C.V. c., 2007 CSC 20 ENTRE : ET ENTRE : ET ENTRE : Impulsora Turistica de Occidente, S.A. de C.V., Vision Corporativa y Fiscal,

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. N 1 / 11. du 6.1.2011. Numéro 2807 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

COUR D APPEL. A) L appel de plein droit : marche à suivre pour l avis d appel

COUR D APPEL. A) L appel de plein droit : marche à suivre pour l avis d appel COUR D APPEL AIDE-MÉMOIRE EN MATIÈRE CRIMINELLE ET PÉNALE Mise à jour : mars 2014 Note : Ce guide, conçu pour notre clientèle qui en est à ses premières expériences en appel, n engage ni la Cour ni ses

Plus en détail

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association,

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL FORMATION D INSTRUCTION ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, -ET- PHILIP JOHN

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (1ère section) Décision du 18 août 2014

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (1ère section) Décision du 18 août 2014 Recours 14/16 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1ère section) Décision du 18 août 2014 Dans l affaire enregistrée sous le n 14/16, ayant pour objet un recours introduit le 8 mai 2014, en accord

Plus en détail

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 30 novembre 2006 AVIS

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Version PDF Référence au processus : Demande de la Partie 1 affichée le 4 février 2014 Ottawa, le 27 juin 2014 Leclerc Communication inc. Québec (Québec) Demande

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement EYB2008REP745 Repères, Septembre 2008 EmmanuelleSAUCIER * Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Plus en détail

DROIT AU DEREFERENCEMENT

DROIT AU DEREFERENCEMENT DROIT AU DEREFERENCEMENT Les critères communs utilisés pour l examen des plaintes Commission Nationale Informatique et Libertés - 8 rue Vivienne CS 30223-75083 Paris Cedex 02 Tél. : 01 53 73 22 22 - Fax

Plus en détail

L émancipation syndicale sur internet : mythe ou réalité?

L émancipation syndicale sur internet : mythe ou réalité? L émancipation syndicale sur internet : mythe ou réalité? Commentaire de la décision du Tribunal de grande instance de Bobigny, 11 janvier 2005 Par Maxence Caffin DESS Droit du travail et gestion des ressources

Plus en détail

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles 1. La Loi de révision constitutionnelle (Constitutional Reform Act, ci-après «CRA») a introduit un certain nombre de modifications constitutionnelles

Plus en détail

Bulletin Droit du divertissement

Bulletin Droit du divertissement Bulletin Droit du divertissement Avril 2004 Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. L ÉCHANGE DE FICHIERS MUSICAUX EN LIGNE EST-IL RÉELLEMENT LÉGAL AU CANADA? Par Stéphane Gilker Vancouver Calgary Yellowknife

Plus en détail

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016 Le 27 janvier 2016 LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L Version consolidée au 27 janvier 2016 Article 1 Modifié par LOI n 2014-1654 du 29 décembre 2014 - art.

Plus en détail

Guide à l intention des personnes déléguées Complément d information

Guide à l intention des personnes déléguées Complément d information Guide à l intention des personnes déléguées Complément d information Page 6 : Réclamation à la CSST L objet de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP) est la réparation

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail