E-réputation et oubli. Regards sur les tendances et traditions américaines et européennes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E-réputation et oubli. Regards sur les tendances et traditions américaines et européennes"

Transcription

1 E-réputation

2 E-réputation et oubli Regards sur les tendances et traditions américaines et européennes Pierre Trudel Chaire L.R.Wilson sur le droit des technologies de l information et du commerce électronique Université de Montréal

3 Réputation Le regard des autres

4 Un révélateur Des perspectives et conceptions différentes entre les visions européennes et les visions américaines

5 USA/EUR: visions différentes hiérarchies différentes traditions différentes conceptions différentes de la vie privée / de la liberté d expression quelques consensus

6 La réputation Ce que les autres pensent de nous échappe à notre contrôle Les individus doivent avoir le contrôle des informations qui les concernent La réputation: un «intérêt» protégé La réputation: un droit essentiel à la dignité

7 l espace réseau

8 Le cyberespace Espace «d opportunités» Espace dans lequel l individu «perd» le contrôle des données sur lui-même

9 «privacy» ou données personnelles? «privacy» suppose une prise en considération du contexte de diffusion des informations a priori, il est légitime de partager en ligne des propos sur une personne les concepts du droit de la protection des données personnelles imposent des obligations strictes Une information personnelle n est en ligne que si cela répond à une finalité légitime

10 Les droits fondamentaux La liberté est menacée par l intervention gouvernementale Comment l état peut-il imposer une obligation d oublier? Interdiction de parler d autrui? La dignité est menacée par l action des médias de masse. et l action des services qui se «nourrissent» des données personnelles

11 La régulation technique / «par défaut» A priori légitime A priori suspecte

12 La «parole donnée» - le contrat vs. la perte de contrôle sur nos données Préserver les conditions de la confiance essentielle aux transactions Protéger contre le potentiel de traçage

13 quel droit ou liberté a préséance? Liberté d expression Vie privée et réputation

14 Les intermédiaires N ont pas la maîtrise des informations Ont l immunité L usager décide «Traitent» des données personnelles L usager «subit»

15 La régulation de l e-réputation USA L information sur la réputation est essentielle au fonctionnement du marché Insistance sur l auto correction des systèmes de réputation Europe L information sur les personnes ou sur les entreprises peut se révéler fautive ou déloyale L information sur les prsonnes constitue du «traitement» de données personnelles Les informations de réputation ne se corrigent pas si facilement

16 Computer Decency Act, 47 U.S.C. s. 230(a)(1) l intention: encourager les fournisseurs de services internet à réguler et enlever le matériel offensant - sans crainte de supporter la responsabilité Aussi en droit d auteur: le Digital Millenium Copyright Act (DMCA)

17 Protection for «good samaritan» blocking and screening No provider or user of an interactive computer service shall be treated as the publisher or speaker of any information provided by another information content provider

18 Aux USA Les sites d opinions sur les personnes ou les produits des «providers» au sens de l art 230 du Computer Decency Act Ils bénéficient de l immunité dès lors que le commentaire émane d un tiers Ascentive and Classic Brands LLC v. Opinion Corp., US District Court Eastern NY, 12/13/2011

19 Au Québec Art 22, Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information

20 Prud'homme c. Rawdon (Municipalité de), 2010 QCCA 584 (CanLII) «À cet égard, je dois reconnaître que les articles 22, 26, 36 et 37 de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l'information (L.R.Q., c. C-1.1) tendent plutôt à diminuer sinon à soustraire certains tiers à toute responsabilité. Ceci ne met pas un terme pour autant à la responsabilité de tous les tiers dans tous les cas.» Juge. Rochon

21 Art. 27 LCCJTI 27. Le prestataire de services qui agit à titre d'intermédiaire pour fournir des services sur un réseau de communication ou qui y conserve ou y transporte des documents technologiques n'est pas tenu d'en surveiller l'information, ni de rechercher des circonstances indiquant que les documents permettent la réalisation d'activités à caractère illicite.

22 Les situations donnant ouverture à la responsabilité de ceux qui «conservent» et de ceux offrant des services de références à des documents technologiques Connaissance de fait - du caractère illicite Connaissance de circonstances - rendant apparente une activité illicite

23 Le caractère «illicite» Larousse: Illicite: «ce qui est défendu par la morale ou par la loi».

24 «Rate my..»

25

26 Art. 37 CCQ Toute personne qui constitue un dossier sur une autre personne doit avoir un intérêt sérieux et légitime à le faire. Elle ne peut recueillir que les renseignements pertinents à l'objet déclaré du dossier et elle ne peut, sans le consentement de l'intéressé ou l'autorisation de la loi, les communiquer à des tiers ou les utiliser à des fins incompatibles avec celles de sa constitution; elle ne peut non plus, dans la constitution ou l'utilisation du dossier, porter autrement atteinte à la vie privée de l'intéressé ni à sa réputation.

27 Mais Dans le cas d un système de réputation, qui constitue le dossier? L usager? Le site?

28 L affaire note2b

29 Note 2 b Le tribunal s est demandé s il y avait, en l espèce, un intérêt légitime au traitement de données personnelles par ce site. Il a examiné le site et s est interrogé sur la méthode d évaluation des professeurs établie en fonction d une seule note chiffrée et de six qualificatifs. Il estime que cette approche partielle peut conduire à une appréciation biaisée, favorable ou défavorable, et peut donc provoquer un trouble. Il observe aussi que le site n a pas pris de précautions suffisantes pour empêcher les risques de dérive polémique, notamment en organisant la modération de son forum de discussion. SNES FSU et autres / Note2be.com, Tribunal de grande instance de Paris, Ordonnance de référé, 03 mars 2008, Legalis.net, <http://www.legalis.net/jurisprudence-decision.php3?id_article=2234#>;

30 En droit québécois La responsabilité des sites d avis est régie par l art 22 LCCJTI Si ces sites agissent surtout comme réceptacle passif des avis (comme les pages de Facebook) Dès lors qu ils tiennent un rôle éditorial ils sont à risque d être considérés comme éditeurs ou comme collectant et conservant des renseignements personnels

31 Pour limiter les risques Droit de réponse intégré au site Modération par le maître du système de réputation Mécanisme de signalement des abus Norme AFNOR sur la qualité des avis en ligne

32 Les consommateurs et les personnes évaluées dialoguent Marque bien le caractère de siteréceptacle Mais nécessité de «modérer»

33 modération Plus le site modère activement, plus il se rapproche d un statut d éditeur

34 Mécanisme de signalement des abus

35 Norme sur les sites d avis NF Z74-501: délivre des solutions applicables par tous sites qui souhaitent développer et améliorer la qualité de leur relation client. Exigences de transparence de la part du site, exigences quant à la fraicheur des avis et vérification de la preuve de consommation.

36 Collecte - Interdiction «d acheter» des avis. - Identification de l auteur de l avis (mais l identité doit être cachée lors de la publication) pour que le modérateur puisse le contacter si besoin. - Fourniture optionnelle de preuve de l expérience de consommation pour améliorer la crédibilité d un avis déposé.

37 Modération - Le modérateur doit maîtriser la langue dans laquelle l avis a été rédigé. - Impossibilité de modifier un avis en ligne, mais le consommateur a un droit de retrait. - Les règles de modération sont indiquées dans les Conditions Générales d Utilisation (motifs de rejet et délais sur lequel le site s engage notamment).

38 - Affichage en premier des avis les plus récents. - Transparence sur les méthodes de calcul des notes globales et les délais de prise en compte des notes dans la note globale affichée. - Affichage de l ensemble des avis, dans leur intégralité. - S engager et afficher un délai maximum de restitution des avis. - Droit de réponse gratuit et publié sous 7 jours. diffusion

39 application Tout gestionnaire de site traitant des avis de consommateurs à l égard de produits ou services peut décider de mettre son site en conformité avec les exigences de la norme

40 Norme AFNOR il peut se procurer la norme sur le site AFNOR afin de faire évoluer ses pratiques et développer les fonctionnalités nécessaires. possibilité d auto-déclarer respecter la norme (sans contrôle extérieur). Le site engage alors sa responsabilité, en prouvant lui-même sa conformité en cas de demande de la part d une autorité. le site peut faire appel à un organisme de certification indépendant, pour vérifier la conformité et en attester.

41 L oubli un moyen de procurer les protections recherchées face aux risques que l environnement du réseau fait courir aux personnes

42 L oubli: les consensus Une valeur importante de la vie en société Une composante de la liberté des personnes Certaines informations peuvent avoir une date de péremption

43 L oubli: les désaccords L État ne peut imposer d oublier L État peut imposer l oubli Comment déterminer qu une information est arrivée à péremption?

44 Toute information a une «date de péremption» Qui a la légitimité pour la fixer?

45 Analyser les enjeux et risques juridiques de sa présence en ligne Identifier les enjeux et risques spécifiques à son profil Définir une stratégie de gestion des risques Occuper l espace du réseau - sinon d autres le feront à votre place! Suivre ce qui se dit, s écrit et se publie Réagir selon le «temps du web»

46 Cycle de gestion de la e-réputation

47 L intelligence web

48 Défis de la régulation de l e-réputation Qui peut-être l objet d information réputationnelle? Individus Entreprises Portée des lois sur la protection de la vie privée Appliqués aux individus Les systèmes de e- réputation sont-ils compatibles avec un «droit à l oubli»?

49

50 Pierre Trudel, professeur Directeur du Centre d'études sur les médias Titulaire de la Chaire L.R. Wilson sur le droit des technologies de l'information et du commerce électronique Centre de recherche en droit public Faculté de droit Université de Montréal C.P. 6128, succursale Centre-ville Montréal QC Canada H3C 3J7 téléphone: (514) télécopieur: (514)

51 Conférence Legal IT 31 mars 2014 E-réputation et droit à l oubli Le CAIJ a trouvé des documents susceptibles de vous intéresser sur le sujet de la conférence : E-réputation et droit à l oubli 1. Circulation des renseignements personnels et Web 2.0 / Vincent Gautrais, Pierre Trudel [ Livre ] Réserver / Faire livrer 2. De Gutenberg à Twitter : supports différents, même combat - La diffamation et les médias sociaux / Frédéric Letendre [Texte intégral -- Doctrine] Texte intégral (via edoctrine) 3. Je tweet, tu clavardes, il blogue : les aléas juridiques de la communication électronique / Nicolas Vermeys et Patrick Gingras [Texte intégral -- Doctrine] Texte intégral (via edoctrine) 4. Liability and disclosure obligations of telegraphic and electronic service providers / Elliott L. Braganza [ Article de périodique ] Texte intégral (via ir.lib.uwo.ca) 5. The medium is not the message: reconciling reputation and free expression in cases of internet defamation / Robert Danay [ Texte intégral -- Doctrine ] Texte intégral (via HeinOnline) Les recherchistes du CAIJ ont également identifié la législation, la jurisprudence et la doctrine relative aux questions juridiques suivantes : 1. Quelles sont les sources utiles à consulter sur la responsabilité civile en droit des technologies de l'information?[ Question de recherche ] Consulter la fiche 2. Quelles sont les sources utiles à consulter au sujet d'internet?[ Question de recherche ] Consulter la fiche 3. Dans une action en diffamation, qu'est-ce que la défense de communication responsable? [ Question de recherche ] Consulter la fiche 4. Publier sur Twitter un hyperlien menant à un site contenant des propos diffamatoires est-il en soi un acte diffamatoire?[ Question de recherche ] Consulter la fiche Pour plus d information juridique, consulter le site du CAIJ.

La responsabilité sur Internet

La responsabilité sur Internet La responsabilité sur Internet Pierre TRUDEL pierre.trudel@umontreal.ca Septembre 2010 Les sources du droit de la responsabilité sur Internet La «Lex electronica» usages modes de fonctionnement Directive

Plus en détail

Risques et enjeux du Web 2.0

Risques et enjeux du Web 2.0 Risques et enjeux du Web 2.0 AQUOPS 21 avril 2011 Les risques des configura9ons techniques des comportements et des diverses régula9ons qui coexistent sur le net h5p://www.droitsurinternet.net Risques

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX

POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX RÉDIGÉ PAR LA DIVISION DES COMMUNICATIONS DE LA VILLE DE THETFORD MINES La présente politique de communication s adresse à toute personne qui désire utiliser ou

Plus en détail

Les centres d hébergement des données de santé

Les centres d hébergement des données de santé Les centres d hébergement des données de santé Pierre Trudel Chaire L.R. Wilson sur le droit des technologies de l information et du commerce électronique Formation permanente Barreau du Québec Novembre

Plus en détail

Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information

Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information CA 06-02-2015 Annexe 10.1 Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information Janvier 2015 2 1. PRÉAMBULE La Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) est une fédération

Plus en détail

La diffamation. Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu!

La diffamation. Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu! La diffamation Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu! Vincent Gingras Avocat Congrès Fédération québécoise des municipalités 25, 26 et 27 septembre 2014 Québec Trois-Rivières Montréal

Plus en détail

lccjti.ca Bilan d activité 2012/2013

lccjti.ca Bilan d activité 2012/2013 lccjti.ca Bilan d activité 2012/2013 05 mars 2013 lccjti.ca en bref LA PLATEFORME - 94 23 96 11 articles (49 traités ou en cours) billets de blogue jurisprudences vidéos - 118 doctrine - 32 définitions

Plus en détail

GUIDE ENCADRANT L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

GUIDE ENCADRANT L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX GUIDE ENCADRANT L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX Adopté par le comité de direction le 4 février 2014 TABLE DES MATIÈRES DÉFINITION DES MÉDIAS SOCIAUX... 3 UTILISATION FAITE PAR LE COLLÈGE... 5 Comptes

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

Les fléaux d Internet: comment s en protéger? Un fléau en mouvance constante. en évolution continue. Pierre Trudel

Les fléaux d Internet: comment s en protéger? Un fléau en mouvance constante. en évolution continue. Pierre Trudel Les fléaux d Internet: comment s en protéger? Pierre Trudel Chaire L.R. Wilson sur le droit des technologies de l information Centre de recherche en droit public Faculté de droit Université de Montréal

Plus en détail

Politique e ditoriale

Politique e ditoriale Politique e ditoriale Médias sociaux 01/12/2014 Mise à jour : 6/02/ 2015 1 TABLE DES MATIÈRES 1. Définition... 3 2. Publics cibles... 3 3. Objectifs... 4 4. Gestion des médias sociaux... 4 Nétiquette...4

Plus en détail

«Responsabilité et éthique dans l utilisation des réseaux sociaux»

«Responsabilité et éthique dans l utilisation des réseaux sociaux» «Responsabilité et éthique dans l utilisation des réseaux sociaux» Congrès de la Fédération québécoise des municipalités 25 septembre 2015 M e Martin Brunet INTRODUCTION ET MISE EN CONTEXTE Introduction

Plus en détail

L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne

L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne Développement de mesures de sécurité respectueuses des droits de la personne Pour obtenir de plus amples renseignements sur

Plus en détail

L usage du genre masculin inclut le genre féminin; il n est utilisé que pour alléger le texte.

L usage du genre masculin inclut le genre féminin; il n est utilisé que pour alléger le texte. COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 43 POLITIQUE PORTANT SUR L UTILISATION ET LE DÉVELOPPEMENT DES MÉDIAS SOCIAUX Adoptée le 23 avril 2014 CA-13-193-1612 L usage

Plus en détail

Les bonnes pratiques sur les médias sociaux LE GUIDE. Entrée

Les bonnes pratiques sur les médias sociaux LE GUIDE. Entrée direction de LA COMMUNICATION Les bonnes pratiques sur les médias sociaux LE GUIDE Entrée Ce document s adresse à vous, collaborateurs du Groupe La Poste, dès lors que : vous participez ou souhaitez participer

Plus en détail

Politique éditoriale médias sociaux. Préparée par le Service des communications

Politique éditoriale médias sociaux. Préparée par le Service des communications Politique éditoriale médias sociaux Préparée par le Service des communications Juin 2014 mise à jour Juillet 2015 Table des matières 1. Définition... 1 2. Publics cibles... 1 3. Objectifs... 1 4. Positionnement...

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 CRÉER ET EXPLOITER DES FICHIERS. SECTION 2 La Commission pour la protection de la vie privée... 10

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 CRÉER ET EXPLOITER DES FICHIERS. SECTION 2 La Commission pour la protection de la vie privée... 10 TABLE DES MATIÈRES AVERTISSEMENT...5 INTRODUCTION...7 CHAPITRE 1 CRÉER ET EXPLOITER DES FICHIERS Le cadre légal... 9 La Commission pour la protection de la vie privée... 10 La notion de «données à caractère

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales Conditions Générales Conditions Générales... 1 1. Information générales... 2 2. Information juridique concernant "New Dimension Tech SA"... 2 Ce site est mis en ligne et hébergé sous la responsabilité

Plus en détail

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable.

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable. CODE D ETHIQUE Groupe DELACHAUX «L engagement du Groupe DELACHAUX» : Respect des lois et Ethique professionnelle Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a

Plus en détail

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE TON AMI?

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE TON AMI? ÊTRE OU NE PAS ÊTRE TON AMI? PROFESSIONNELS ET RÉSEAUX SOCIAUX: RÉFLEXIONS SUR LES RISQUES ET LES ENJEUX ÉTHIQUES Association des Intervenants en Toxicomanies du Québec (AITQ) Hôtel Delta, Trois-Rivières

Plus en détail

Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition

Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition Hugues Parent On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ. Centre-Ville Montréal

Plus en détail

Archives numériques de Presse et Droit à l oubli

Archives numériques de Presse et Droit à l oubli Archives numériques de Presse et Droit à l oubli Les Etats généraux des médias d information Atelier 3 "Liberté d'expression" Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Philippe NOTHOMB Conseiller juridique

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC

POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC Service des communications Service des technologies de l information et des télécommunications Mai 2014 POLITIQUE D UTILISATION

Plus en détail

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale Préambule L ostéopathie pour animaux n étant pas encore reconnue légalement, de nombreux praticiens exercent en Belgique sans cadre

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la vie privée?

Qu est-ce que le droit à la vie privée? Qu est-ce que le droit à la vie privée? 7. Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique encadrant l utilisation COTE : DG 2013-01 des réseaux sociaux APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 En vigueur le 26 février

Plus en détail

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE TGI de Montpellier Ordonnance de référé du 28 octobre 2010 Marie C. / Google France et Inc. Source : http://legalis.net/ FAITS ET PROCEDURE Par acte d huissier en date du 27 septembre 2010, Madame Marie

Plus en détail

Guide juridique de l'e-commerce et de l'e-marketing

Guide juridique de l'e-commerce et de l'e-marketing Choisir un nom de domaine et une marque 1. Introduction 13 2. Définitions et notions juridiques 14 2.1 Le nom de domaine 14 2.1.1 Qu est-ce qu un nom de domaine? 14 2.1.2 Un nom de domaine, pour quoi faire?

Plus en détail

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Le 25 novembre 2011 [TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Monsieur Paul Collins Sous-commissaire principal de la concurrence Bureau de la concurrence Direction des fusions Industrie Canada

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite)

Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite) Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite) À l Association des responsables de la gestion des plaintes du gouvernement du Québec Montréal, 26 octobre 2015 Un rappel des fondements historiques,

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES MÉDIAS SOCIAUX EXÉCUTIF ET AFFAIRES INTERGOUVERNEMENTALES ÉNONCÉ DE POLITIQUE

POLITIQUE SUR LES MÉDIAS SOCIAUX EXÉCUTIF ET AFFAIRES INTERGOUVERNEMENTALES ÉNONCÉ DE POLITIQUE POLITIQUE SUR LES MÉDIAS SOCIAUX EXÉCUTIF ET AFFAIRES INTERGOUVERNEMENTALES ÉNONCÉ DE POLITIQUE Le but de cette politique est d'établir une approche commune pour la gestion de la participation officielle

Plus en détail

PROTEGEZ L E REPUTATION DE VOTRE ENSEIGNE : Quels moyens juridiques? Laurence VERNAY Avocate associée Cabinet SAJE la vernay@saje fr.

PROTEGEZ L E REPUTATION DE VOTRE ENSEIGNE : Quels moyens juridiques? Laurence VERNAY Avocate associée Cabinet SAJE la vernay@saje fr. PROTEGEZ L E REPUTATION DE VOTRE ENSEIGNE : Quels moyens juridiques? Laurence VERNAY Avocate associée Cabinet SAJE la vernay@saje fr.com GRANDS PRINCIPES JURIDIQUES LIBERTES DE DROIT COMMUN Convention

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault 1. Description de la Cour du Québec, division des petites créances 1.1 Compétence Les demandes

Plus en détail

La diffusion de l information juridique à l ère des réseaux sociaux Congrès du Barreau 2012

La diffusion de l information juridique à l ère des réseaux sociaux Congrès du Barreau 2012 La diffusion de l information juridique à l ère des réseaux sociaux Congrès du Barreau 2012 Luc Boulanger-Milot, Coordonnateur communications et ventes Société québécoise d information juridique (SOQUIJ)

Plus en détail

Les réseaux sociaux : une introduction en matière de propriété intellectuelle et responsabilité civile

Les réseaux sociaux : une introduction en matière de propriété intellectuelle et responsabilité civile Les réseaux sociaux : une introduction en matière de propriété intellectuelle et responsabilité civile Me Florence Lucas Introduction en matière de propriété intellectuelle et responsabilité civile 1)

Plus en détail

Lignes directrices pour la rédaction sur le blogue du CRL

Lignes directrices pour la rédaction sur le blogue du CRL Lignes directrices pour la rédaction sur le blogue du CRL Préambule Le blogue du CRL est un média électronique appartenant à l AJBM dont le rôle est de diffuser de l information à caractère juridique.

Plus en détail

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande.

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande. Tableaux comparatifs commentés des régimes de responsabilité des prestataires techniques aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Espagne et en Finlande Par David Guilliet et Ronan Hardouin, DESS Droit

Plus en détail

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 septembre 2010. PROPOSITION DE LOI visant à modifier les conditions

Plus en détail

Les labels de sites marchands

Les labels de sites marchands Les labels de sites marchands Lorraine Au début des années 2000, le commerce électronique est en quête de confiance auprès des acheteurs. Des labels commençaient à apparaître dans le but d assurer le sérieux

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX Page 4005-1 1.0 Contexte Présents depuis quelques années tant dans notre vie personnelle que dans notre vie professionnelle, les médias sociaux ont été très rapidement adoptés par les jeunes et les moins

Plus en détail

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices Commissariat à la protection de la vie privée du Canada LPRPDE Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices OBJET Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a

Plus en détail

Association des juristes de justice. Lignes directrices sur les médias sociaux

Association des juristes de justice. Lignes directrices sur les médias sociaux Association des juristes de justice Lignes directrices sur les médias sociaux Le 11 octobre 2013 1 Table des matières 1.0 Lignes directrices de l AJJ en matière de médias sociaux 2.0 Conditions d utilisation

Plus en détail

LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS

LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS International Swaps and Derivatives Association, Inc. LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS publiée le 23 avril 2014 par International Swaps and Derivatives

Plus en détail

E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION

E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION Ségolène Rouillé-Mirza Avocate au Barreau de Tours 15 février 2011 Introduction 1/2 Qu est ce que l e-réputation? Définition de réputation Dictionnaire Larousse: «Manière

Plus en détail

«Vous êtes une belle tarte! Vous devriez démissionner, trop incompétent(e) pour accomplir votre poste»

«Vous êtes une belle tarte! Vous devriez démissionner, trop incompétent(e) pour accomplir votre poste» «Vous êtes une belle tarte! Vous devriez démissionner, trop incompétent(e) pour accomplir votre poste» Par : Me Philippe Asselin et Me Serge Bouchard Morency, société d avocats, S.E.N.C.R.L. Si vous vous

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

Formation Express Médias sociaux Quoi faire quand vos employés dépassent les bornes?

Formation Express Médias sociaux Quoi faire quand vos employés dépassent les bornes? Formation Express Médias sociaux Quoi faire quand vos employés dépassent les bornes? Présenté par : Karine Fournier, associée Myriam Robichaud, avocate Le 30 octobre 2013 Médias sociaux Quoi faire quand

Plus en détail

Guide juris.doc. 3 e édition. soquij.qc.ca

Guide juris.doc. 3 e édition. soquij.qc.ca Guide juris.doc AZIMUT, Documentation juridique PROGRAMME D ACCÈS GRATUIT 3 e édition soquij.qc.ca La Société québécoise d information juridique (SOQUIJ) est heureuse de vous compter parmi les utilisateurs

Plus en détail

Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport

Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique est une instance consultative indépendante, chargée de conseiller le

Plus en détail

L'identification des contrats administratifs (cours)

L'identification des contrats administratifs (cours) L'identification des contrats administratifs (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le critère organique : la présence d une personne publique au contrat... 4 Les contrats

Plus en détail

Genma. October 7, 2015. This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License.

Genma. October 7, 2015. This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. L identité numérique Genma October 7, 2015 This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. Introduction Identité réelle/virtuelle, e-réputation, droit

Plus en détail

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF Consultation de la CNIL Relative au droit à l oubli numérique Contribution du MEDEF 2 Réflexions de la CNIL sur le droit à l oubli numérique Les origines du droit à l oubli numérique Réaffirmée par les

Plus en détail

Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont

Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont 1410 C.A.310.VI.a Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont Responsabilité de gestion: Direction des affaires étudiantes et des communications Date d approbation : 2015

Plus en détail

VIE PRIVÉE ET DIFFUSION DES JUGEMENTS ET DES PLUMITIFS

VIE PRIVÉE ET DIFFUSION DES JUGEMENTS ET DES PLUMITIFS VIE PRIVÉE ET DIFFUSION DES JUGEMENTS ET DES PLUMITIFS Modérateur : Philippe-André Tessier Conférenciers : L Honorable André Wery Nicolas Vermeys Daniel Champagne 31 mars 2014 L accès aux jugements Les

Plus en détail

L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s.

L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s. JC 1888 COUR SUPÉ RIEUR E CANADA PROVI NCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-36- 00 28 98-024 DATE : Le 19 déc em bre 200 2 SOUS LA PRÉSIDEN CE DE : L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s. VILLE DE MONTRÉ AL,

Plus en détail

Cour d appel de Caen - 3ème chambre. Arrêt du 23 septembre 2011

Cour d appel de Caen - 3ème chambre. Arrêt du 23 septembre 2011 Cour d appel de Caen - 3ème chambre Arrêt du 23 septembre 2011 Société Benoist Girard c./ CHSCT et syndicat CFDT des salariés des industries de la métallurgie caennaise Décision déférée : Tribunal de grande

Plus en détail

18 SEPTEMBRE 2014. E-réputation : une image positive pour une stratégie de conquête!

18 SEPTEMBRE 2014. E-réputation : une image positive pour une stratégie de conquête! 18 SEPTEMBRE 2014 E-réputation : une image positive pour une stratégie de conquête! Réputation : de quoi parle-t-on? «Ce que les gens disent ou pensent de moi» car ils l ont vu dans le journal, à

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION TABLE DES MATIÈRES APPLICATION DE LA POLITIQUE 1 ENGAGEMENT CONTRE LES POTS-DE-VIN ET LA CORRUPTION 1 INTERDICTION

Plus en détail

La physionomie du droit de la consommation

La physionomie du droit de la consommation La physionomie du droit de la consommation INTRODUCTION 1 La définition du droit de la consommation Généralement, le droit de la consommation se définit comme l ensemble des règles dont le but est de protéger

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé

Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé Monsieur Pierre EL Khoury On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ.

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54 Montréal, le 26 septembre 2013... Vice-président aux finances Location d outils Simplex 9740, boul. de l Acadie Montréal (Québec) H4N 1L8 Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11

Plus en détail

RÉSUMÉ DE JUGEMENT. Alberta c. Hutterian Brethren of Wilson Colony, 2009 CSC 37. rendu par la Cour suprême du Canada, le 24 juillet 2009

RÉSUMÉ DE JUGEMENT. Alberta c. Hutterian Brethren of Wilson Colony, 2009 CSC 37. rendu par la Cour suprême du Canada, le 24 juillet 2009 RÉSUMÉ DE JUGEMENT Alberta c. Hutterian Brethren of Wilson Colony, 2009 CSC 37 rendu par la Cour suprême du Canada, le 24 juillet 2009 Le jugement a été rendu par la Cour suprême du Canada le 24 juillet

Plus en détail

Règlements, Politiques et Procédures Cégep de St-Félicien

Règlements, Politiques et Procédures Cégep de St-Félicien Page 1/5 Date : 2015-05-19 POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX ADOPTEE AU CONSEIL D ADMINISTRATION LE 19 MAI 2015 Dans ce document le masculin est utilisé à titre épicène 1. Préambule

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Nous vous serions reconnaissants de nous faire parvenir une copie de la traduction anglaise de nos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire parvenir une copie de la traduction anglaise de nos commentaires. 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Montréal, le 10 juillet 2015 Monsieur Greg Shields, CPA, CA Directeur, Normes

Plus en détail

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs 22 06 2012 SPF SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- DIRECTION GÉNÉRALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» Avis concernant

Plus en détail

Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet

Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet Article juridique publié le 04/12/2013, vu 1948 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Grâce à Internet, les internautes

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE................... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS......................... 99 TITRE III - LE PRÉJUDICE...........................................

Plus en détail

Réseaux sociaux: Aspects juridiques pour les organisations

Réseaux sociaux: Aspects juridiques pour les organisations Réseaux sociaux: Aspects juridiques pour les organisations Me René W. Vergé, CISSP, CISA, CIPP/C Associé principal et avocat-conseil, e-risk Avocat-conseil, Brouillette & Associés 12 octobre 2011 1 L importance

Plus en détail

Table des matières. Code civil du Québec (L.Q. 1991, c. 64) LIVRE HUITIÈME DE LA PRESCRIPTION TITRE PREMIER DU RÉGIME DE LA PRESCRIPTION

Table des matières. Code civil du Québec (L.Q. 1991, c. 64) LIVRE HUITIÈME DE LA PRESCRIPTION TITRE PREMIER DU RÉGIME DE LA PRESCRIPTION Table des matières Avant-propos........................................... vii Table des abréviations.................................. xxxv Code civil du Québec (L.Q. 1991, c. 64) LIVRE HUITIÈME DE LA

Plus en détail

La communication au sein de l entreprise: aspects de droit du travail

La communication au sein de l entreprise: aspects de droit du travail La communication au sein de l entreprise: aspects de droit du travail Jean-Paul Lacomble Avocat- Associé Claeys & Engels AGORIA Academy Social Relations 27 mai 2014 Plan I. La communication de l employeur

Plus en détail

Par: Dominique Barsalou

Par: Dominique Barsalou Le traitement juridique de la mère au foyer Par: Dominique Barsalou Conférence midi Familles en mouvance Dynamiques intergénérationnelles Mardi, 28 février 2012 Plan de la présentation Mise en contexte

Plus en détail

NF Service avis en ligne : la seule certification qui améliore la confiance à accorder aux avis de consommateurs

NF Service avis en ligne : la seule certification qui améliore la confiance à accorder aux avis de consommateurs Septembre 2015 NF Service avis en ligne : la seule certification qui améliore la confiance à accorder aux avis de consommateurs Créée en septembre 2013, la certification est la preuve, attestée après audit

Plus en détail

Services de Banque à Distance

Services de Banque à Distance Particuliers Version : Février 2012 Services de Banque à Distance Conditions d Utilisation de l Outil «Avis Client» Le Crédit Mutuel Arkéa, ci-après désigné «La Banque», permet à ses clients, utilisateurs

Plus en détail

Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés

Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés Principes anti-blanchiment de Wolfsberg 1 () Remerciements Ces banques ont collaboré avec une équipe de Transparency International

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

GUIDE JURIS.DOC PROGRAMME D ACCÈS GRATUIT AZIMUT, Documentation juridique

GUIDE JURIS.DOC PROGRAMME D ACCÈS GRATUIT AZIMUT, Documentation juridique > > > > GUIDE JURIS.DOC PROGRAMME D ACCÈS GRATUIT AZIMUT, Documentation juridique > > > > > La Société québécoise d information juridique (SOQUIJ) est heureuse de vous compter parmi les utilisateurs d

Plus en détail

Règle. 196-2012 Afin de déterminer les distances séparatrices pour protéger les puits artésiens et de surface

Règle. 196-2012 Afin de déterminer les distances séparatrices pour protéger les puits artésiens et de surface PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD RÈGLEMENT NUMÉRO 196-2012 AFIN DÉTERMINER LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS ET DE SURFACE ET RÉGISSANT L USAGE

Plus en détail

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation»

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Nicolas Marguerite INITIAL ISEFAC Année scolaire 2009-2010 Bachelor de communication «Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Référent du mémoire : Caroline

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES Le dispositif Tactiosoft, désigné ci-après «service Tactiosoft» est composé d'une application de santé mobile accessible

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Matinale Médias & Marketing

Matinale Médias & Marketing Matinale Médias & Marketing Le marketing par les médias : placement de produits et autres techniques de publicité dans les œuvres audiovisuelles - le point sur ces pratiques 7 juin 2012 Patrick Boiron,

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation E-réservation

Conditions Générales d Utilisation E-réservation Conditions Générales d Utilisation E-réservation PRÉAMBULE La fonctionnalité de réservation de produits est fournie et opérée par la société Close To Me / SoCloz pour le compte des sociétés DISTRIBUTION

Plus en détail

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES (Approuvés en novembre 2004) SOMMAIRE Paragraphe Objectif du Conseil des normes comptables internationales du secteur public... 1 3 Nomination

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association,

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL FORMATION D INSTRUCTION ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, -ET- PHILIP JOHN

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

LES DROITS DE LA PERSONNALITE

LES DROITS DE LA PERSONNALITE UNIVERSITE Faculté de Droit et de Science Politique Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles ANTLPPAS LES DROITS DE LA PERSONNALITE DE L'EXTENSION AU DROIT ADMINISTRATIF D'UNE THÉORIE FONDAMENTALE

Plus en détail