INTELLECTUAL PROPERTY FOR GROWTH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTELLECTUAL PROPERTY FOR GROWTH"

Transcription

1 INTELLECTUAL PROPERTY FOR GROWTH PRÉSENTATION: MARQUES COMMERCIALES, MARQUES COLLECTIVES ET CONCURRENCE DÉLOYALE

2 Marque commerciale: tout SIGNE, pouvant être représenté graphiquement, apte à permettre de distinguer un bien ou service d un projet/entreprise de celui d un autre. Pas de définition statutaire, peu de restrictions a priori. «La notion de signe doit être interprétée comme un terme général, ouvert et très large qui englobe tous les types de marques concevables, incluant par exemple les marques sonores et les marques à trois dimensions» (OHMI Office de l Harmonisation dans le Marché Intérieur).

3 «Une marque commerciale peut, en particulier, consister en des mots (inclus les noms de personnes) des lettres, des nombres, la forme des biens ou leur emballage». Art.2 Autres signes: slogans, couleurs, sons, odeurs, gestuelles, goût Un signe ne peut être enregistré comme marque commerciale s il consiste exclusivement de: La forme qui résulte de la nature du bien lui-même (a) La forme du bien nécessaire pour obtenir le résultat technique (b) La forme qui donne une valeur substantielle au bien (c)

4 Raison de ces exclusions: une MC ne doit pas opérer pour limiter la concurrence de manière contraire à l intérêt public. (a) Prohibition de forme qui résulte de la nature du bien lui-même Exemple: forme ronde pour un ballon. Ø Pas possible de distinguer les biens Ø Tout commerçant qui vend ce type de bien devrait utiliser la même forme Ø Permettre l enregistrement des formes basiques va inhiber la concurrence pour ceux qui travaillent dans le même secteur

5 (b) Prohibition de la forme du bien nécessaire pour obtenir le résultat technique Ø Empêcher l enregistrement d une MC qui préviendrait les concurrents de proposer un produit qui incorpore cette fonction, ou qui limiterait leur liberté de choix. Ex. Cas Philips vs Remington

6 (c) Prohibition de la forme qui donne une valeur substantielle au bien Ø Empêcher un commerçant de monopoliser (par le biais de l enregistrement de MC) des formes qui ajoutent une valeur substantielle au bien, par rapport à d autres formes. Question débat: est ce que la forme remplit une fonction de marque commerciale ou bien n est-elle qu esthétique? Test: comparaison du prix du produit fait à partir de la forme en question avec le prix d un produit équivalent qui n est pas fait avec cette forme.

7 Représentation graphique: 7 critères de Sieckmann. «Une représentation graphique est celle qui utilise des images, des lignes ou des caractères. Pour que le signe soit enregistré comme MC sa représentation doit être: claire, précise, autonome, facilement accessible, compréhensible, durable, objective.» De plus, représentation assez accessible et compréhensible pour ne requérir aucun effort excessif pour être comprise par le public.

8 Exemple de forme: dessin d art ou photographie

9 Introduction aux DRR Les domaines relatifs de refus (DRR) permettent de s assurer que la protection donnée au possesseur de MC n entre pas en conflit avec des marques pré existantes. Ils permettent au possesseur d une marque initiale (A) d empêcher l enregistrement d un signe par un possesseur (B) si l usage de ce signe empiète sur les droits du 1 er détenteur (A). Les DRR législation S5 font écho aux clauses pour atteinte à la MC S10.

10 Catégories de refus: Catégorie 1 Article 4(1)(a) marque/ signe identiques biens ou services identiques Pas besoin de démontrer la possibilité de confusion. Catégorie 2 Article 4(1)(b) marque/signe identiques biens ou services similaires Article 4(1)(b) marque/signe similaires biens ou services identiques Article 4(1)(b) marque/signe similaires biens ou services similaires besoin de démontrer la possibilité de confusion. Catégorie 3 Article 4(3)/(4)(a) marques/signe s biens ou services identiques, identiques ou similaires similaires ou non similaires Marque avec une réputation Avantage déloyal ou néfaste à un caractère distinctif ou à la réputation Pas besoin de démontrer la possibilité de confusion.

11 Droits initiaux. Art (4)(4)(b) Directive MC «Les droits sur une MC non enregistrée ou un autre signe utilisé au cours des échanges marchands sont acquis avant la date d application pour enregistrement de la MC ultérieure, ou la date de priorité réclamée pour l application de l enregistrement de la MC ultérieure; et cette MC non enregistrée ou autre signe confère à son détenteur le droit d interdire l usage d une MC ultérieure.»

12 Le domaine de double identité Une marque commerciale ne sera pas enregistrée si elle est identique à une MC antérieure ET que les biens ou services pour lesquels la MC est demandée sont identiques aux biens ou services pour lesquels la MC antérieure est protégée. Pas besoin de prouver la confusion. Quand peut on dire que les marques sont identiques? Comparaison de la représentation de la MC antérieure dans le certificat d enregistrement avec la MC qui est demandée. Les marques sont considérées dans leur ensemble.

13 Similarités confondantes Art. 4 (1) (b) Article 4(1)(b) Signe/Marque identique Biens/Services similaires Article 4(1)(b) Signe/Marque similaire Biens/Services identiques Article 4(1)(b) Signe/Marque similaire Biens/Services similaires Besoin de prouver la possibilité de confusion Quand peut on dire que les marques sont similaires? o La cour prend en compte le degré de similarité auditive, visuelle ou conceptuelle, ainsi que la caractéristique acquise inhérente des marques. o L attention est portée aux composants distinctifs et dominants des marques.

14 o La comparaison est faite du point de vue du consommateur moyen. o La mémoire imparfaite. Similitude visuelle Marques techniques: ressemblance visuelle est le facteur déterminant Marques de composite: accent mis sur l élément textuel (mots parlent plus que technique) Marques écrites: attention à la longueur des marques, leur structure (nombre de mots), si les mêmes lettres sont utilisées.

15 Similitude auditive Exemple: Muelhens v OHIM SIR/ZIRH La détermination de similitude auditive inclut l étude des syllabes dans le mot: Combien de syllabes en commun? GIORGIO AIRE / MISS GIORGI Pas similaires MYSTERY / MIXERY Similaires Longueur du mot BASS / PASH Pas similaires Première syllabe a plus d importance que la dernière. BUD / BUDMEN Similaires EUCERIN / EUDERMIN Similaires VIAGRA / VIAGRENE Similaires ASTERIX / STARIX Pas similaires

16 Similitude conceptuelle Evaluation des idées derrière la marque antérieure. Caractéristique (distinction) de la marque Moins la MC antérieure est caractéristique (distinctive/unique) moins on a besoin d altérer le visuel ou les lettres pour s assurer que la MC postérieure n est pas similaire. Exemple: The European vs The Economist Newspaper

17 Exemple: De Cordova vs Vick Chemical Co. (VapoRub et Vapour Rub ) Quand est-ce que les biens ou services sont similaires? Comparaison entre les b. ou s. pour lesquels la marque antérieure a été enregistrée et les b. ou s. sur lesquels la demande porte. La Cour va interpréter la demande du requérant et caractériser les b. ou s. du défendeur pour voir s ils rentrent dans la demande. Exemple: Canon Kabushiki Kaisha vs Metro- Goldwyn-Mayer

18 Canon Kabushiki Kaisha vs Metro-Goldwyn-Mayer La cour a suggéré que certains facteurs soient pris en compte pour décider si les b. ou s. sont similaires: - Nature physique des biens - Usages des biens - Usage final des biens - Chaines commerciales par lesquels ils arrivent sur le marché - Où on peut les trouver sur le marché? - Sont ils en compétition l un avec l autre? - Sont-ils complémentaires?

19 Possibilité de confusion Qui peut être confondu? Quel est le sens de la possibilité de confusion ou d association Exemple: Sabel vs Puma Picasso vs Picaro Prouver la confusion Attention du consommateur moyen varie selon le secteur (son importance / taille)

20 Protection des fonctions non originales, Article 4(3)/ (4)(a) Une MC ne sera pas enregistrée si elle est: - Identique ou similaire à une marque antérieure. - La marque antérieure a une réputation dans l Union Européenne. - Son usage va représenter un avantage déloyal ou porter préjudice au caractère distinctif ou la réputation de la marque antérieure. - Son usage est sans cause due.

21 Etendue de la protection La protection ici englobe: La prévention de l enrichissement déloyal quand un commerçant utilise la réputation d une marque existante. L érosion de la caractéristique de la marque du fait de son utilisation sur les biens d une autre marque («blurring»). Le concept lié de ternissement selon lequel le renom (ou bonne réputation) associé à une marque est terni par son utilisation en lien avec des produits de moins bonne qualité.

22 Avantage déloyal et effet préjudiciable L Oreal vs Bellure Prendre un avantage déloyal Sur caractère distinctif de la marque (a) Sur la réputation de la MC (b) Sur caractère distinctif de la marque (c) Avoir un effet préjudiciable Sur la réputation de la MC (d)

23 Réputation Il faut montrer que la marque antérieure a une réputation (au RU) Exemple: General Motors vs Yplon La réputation implique un certain seuil de connaissance tel que une marque gagne une réputation lorsqu elle est connue par une part significative du public concerné par les produits et services couverts par la MC. D autres critères: part de marché, couverture géographique, durée de l utilisation et investissement financier dans la MC.

24 Similarité des marques Le concept de similarité doit être interprété à la lumière du but de chaque disposition. Similarité sous 5(2) peut être différente de similarité sous 5(3). Sous 4(3) la cour doit établir si les marques sont suffisamment similaires pour que le consommateur moyen fasse le lien entre elles. Exemple: Adidas v Fitnessworld

25 Préjudice au caractère distinctif Ex. Intel Corp. v CPM UK L existence d un lien entre une marque antérieure avec une réputation et une marque postérieure, auquel cas une déclaration d invalidité est requise, doit être établie globalement en prenant en compte tous les facteurs pertinents à ce cas: Degré de similarité entre marques conflictuelles Nature des b. ou s. pour lesquels ces marques ont été enregistrées Force de la réputation de la marque antérieure Degré du caractère distinctif de la marque antérieure Existence de possibilité de confusion par le consommateur La preuve de dilution requiert la preuve d un changement dans le comportement économique du consommateur suite à l utilisation de la marque postérieure, ou du moins une forte probabilité qu un tel changement se produira dans le futur.

26 Dommage sur la réputation Deux situations où le dommage sur réputation (ternissement) se produit: Quand la marque est liée à des biens de mauvaise qualité ou qui évoquent des associations mentales indésirables ou questionnables. Colgate Palmolive v Lucas Bols Claeryn/Klarein Quand la marque est liée à des biens qui sont incompatibles avec la marque ou le prestige associé à la MC. Intel Corp Inc. V Sihra

27 Motifs de révocation/annulation Une marque peut être annulée si la Cour de Justice démontre son non usage (ventes nulles ou insignifiantes, non adressées à la clientèle d un marché ) Marques génériques L enregistrement d une MC peut être révoqué du fait de l attitude ou l inactivité de son propriétaire, lorsque la MC est devenue un nom commun dans le commerce pour le produit ou le service pour lequel elle est enregistrée. Ex: Gramophone Company s Application

28 Usage trompeur L enregistrement d une MC peut être révoqué en conséquence de l utilisation faite par son propriétaire ou avec son autorisation, s il est reconnu responsable de tromper le public sur la nature, qualité, origine géographique des biens et services pour lesquels la marque est enregistrée. Fin de droits Le propriétaire de MC peut s opposer à l usage de sa marque lorsque les biens ou services qui en dépendent ont subi une altération (forme, marque, nouvel emballage, nouvelle campagne de publicité ). Cependant cela dépend du type de bien, emballage.

29 2. Marques Collectives Une marque collective est une MC détenue par une organisation (comme une association) et utilisée par ses membres pour s identifier eux-mêmes avec un niveau de qualité ou de précision, une origine géographique ou toute autre caractéristique établie par l organisation. Elle peut être utilisée par un grand nombre de commerçants, plutôt que juste un détenteur individuel, à condition que le commerçant appartienne à l association. Les marques collectives peuvent être enfreintes par n importe quel usage causant de la confusion (sur la qualité, l origine géographique etc).

30 3. Protection concurrence déloyale Directive 2005/29 sur les pratiques commerciales déloyales Protection internationale sur la concurrence déloyale Problème: protection additionnelle à travers la législation sur la concurrence déloyale lorsque la propriété intellectuelle ne subsiste / n existe pas. Art 5(1) UCPD, Interdiction de toute pratique commerciale déloyale.

31 3. Protection concurrence déloyale Toutes les pratiques commerciales déloyales prohibées. Une pratique commerciale est déloyale si: Elle est contraire aux obligations de diligence professionnelle ET Elle déforme nettement ou peut amener à déformer nettement le comportement économique par rapport aux produits, du consommateur ou d un groupe de consommateurs moyens.

32 3. Protection concurrence déloyale Art 10bis Convention de Paris 1. Les pays de l UE doivent assurer à leurs ressortissants une protection efficace contre la concurrence déloyale 2. Tout acte de concurrence contraire aux pratiques honnêtes dans le secteur industriel ou commercial constitue un acte de concurrence déloyale 3. Les suivants en particulier sont interdits: i. Tout acte qui créée la confusion sur l établissement, les biens, les activités commerciales ou industrielles du concurrent. ii. Les déclarations mensongères en vue de discréditer l établissement, les iii. biens, les activités commerciales ou industrielles du concurrent. Les indications ou déclarations mensongères sur la nature, la fabrication, les caractéristiques, les usages, la quantité des biens échangés. Concurrence libre en général mais tout dépend des approches nationales où certains pays européens légifèrent sur la concurrence déloyale de façon explicite d autres non.

33 3. Protection concurrence déloyale UCPD établit degré maximal de protection Il doit y avoir concurrence Problème: la protection de la bonne réputation, protection contre l imitation sont des recours de concurrence déloyale. Si l imitation d un produit entraine la confusion du consommateur cela suffit pour lancer une action de concurrence déloyale. Beaucoup d incertitude. Traitement disparate des cas où il y a conflit de domaine entre propriété intellectuelle et concurrence déloyale.

34 3. Protection concurrence déloyale Pays à droit civil En général là où la protection de la propriété intellectuelle n existe pas, la loi de concurrence déloyale ne peut opérer simplement pour «combler le vide». Mais cette loi a été utilisée de cette manière avant que ne se développent les droits d auteurs, MC et designs Exemple: enregistrements audios, bases de données, créations avec droit d auteur.

35 3. Protection concurrence déloyale Exemple de la jurisprudence allemande La propriété intellectuelle protège les intérêts d un propriétaire dans une création La protection contre la concurrence déloyale protège contre un certain type de comportement dans les échanges commerciaux Les deux domaines entrent en conflit seulement au regard du sujet spécifique en question, pas au regard des objectifs du législateur.

36 3. Protection concurrence déloyale En général la propriété intellectuelle remplace la concurrence déloyale, là où la PPI ne subsiste pas ou est faible, la loi de concurrence déloyale est inapplicable. Cependant quand il n y a pas de droits de propriété sur la création, les Cours peuvent autoriser la protection contre la concurrence déloyale. Cela joue si le produit a certaines caractéristiques individuelles (esthétiques par exemple) doctrine d individualité concurrentielle.

37 3. Protection concurrence déloyale Imitation slave: emballage German Federal High Court, Az: I ZR 144/06 Garlic Sausages (Knoblauchwürste) Claimant (requérant) Defendant (défendeur)

OFFICE BENELUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. DECISION en matière d OPPOSITION Nº 2007025 du 04 avril 2013

OFFICE BENELUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. DECISION en matière d OPPOSITION Nº 2007025 du 04 avril 2013 OFFICE BENELUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE DECISION en matière d OPPOSITION Nº 2007025 du 04 avril 2013 Opposant : THE TEA BOARD 14 Biplabi Trailokya Maharaja Sarani 700 001 Calcutta Inde Mandataire

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail

Les marques de commerce et les droits d'auteurs - l'essentiel pour les entrepreneurs

Les marques de commerce et les droits d'auteurs - l'essentiel pour les entrepreneurs Les marques de commerce et les droits d'auteurs - l'essentiel pour les entrepreneurs Hilal El Ayoubi, B.Sc., LL.B. Associé Avocat et Agent de marques de commerce Le 23 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L UTILISATION D INTERNET ET DES PROGRAMMES DE PUBLICITÉ POSTALE OU DE RECHERCHE DE CLIENTÈLE AU CANADA*

RÈGLEMENT SUR L UTILISATION D INTERNET ET DES PROGRAMMES DE PUBLICITÉ POSTALE OU DE RECHERCHE DE CLIENTÈLE AU CANADA* RÈGLEMENT SUR L UTILISATION D INTERNET ET DES PROGRAMMES DE PUBLICITÉ POSTALE OU DE RECHERCHE DE CLIENTÈLE AU CANADA* En vigueur le 1 er janvier 2002 *Le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination

Plus en détail

reuteler & cie SA Chemin de la Vuarpillière 29 CH-1260 Nyon Switzerland Tel +41 22 363 79 40 Fax +41 22 363 79 49 mail@reuteler.

reuteler & cie SA Chemin de la Vuarpillière 29 CH-1260 Nyon Switzerland Tel +41 22 363 79 40 Fax +41 22 363 79 49 mail@reuteler. La marque - FAQs Délivrée par l autorité compétente, la marque enregistrée est un signe distinctif protégé permettant à une entreprise de différencier ses produits ou ses services de ceux d autres entreprises.

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

Bertrand Siffert LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle

Bertrand Siffert LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle Aperçu des questions liées au droit des marques au droit d'auteur et aux noms de domaine LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle 28 - Petit Déjeuner des PME et des Start-up

Plus en détail

La marque communautaire : les marques notoires *

La marque communautaire : les marques notoires * MARQUES La marque communautaire : les marques notoires * *article publié dans le cadre d une étude pratique sur la marque communautaire dans la Revue des Affaires Européennes n 1998 / 4. Aujourd hui, dans

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

En ce qui concerne les marques figuratives, vous devez contrôler la similarité sur deux plans: qu est-il représenté?

En ce qui concerne les marques figuratives, vous devez contrôler la similarité sur deux plans: qu est-il représenté? En choisissant votre marque, vous devriez veiller à ce qu elle se distingue suffisamment de marques déjà enregistrées. Une marque peut en effet être exclue de la protection si elle risque d être confondue

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/30/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 AOUT 2013 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trentième session Genève, 4 8 novembre 2013

Plus en détail

Comment protéger vos idées?

Comment protéger vos idées? Eidgenössisches Institut für Geistiges Eigentum Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle Istituto Federale della Proprietà Intellettuale Swiss Federal Institute of Intellectual Property Comment

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

Check-list: Collisions entre signes distinctifs

Check-list: Collisions entre signes distinctifs Dr. Wolfgang Straub Deutsch Wyss & Partner C.P. 5860 CH-3001 Berne wolfgang.straub@advobern.ch Check-list: Collisions entre signes distinctifs 1. CONFLIT ENTRE MARQUES 1.1 Le principe (art. 3 LPM): la

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site.

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Avis juridique Veuillez lire les présentes modalités

Plus en détail

L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE

L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE CORINNE GROSBART Avocat au Barreau de Paris 76, Avenue Raymond Poincaré 75116 PARIS Tél: 01 45 53 68 34 Fax: 01 45 53 87 94 E mail corinne.grosbart@wanadoo.fr

Plus en détail

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés Marquage CE Mode d emploi Août 2014 SOMMAIRE : I. Les produits concernés II. Les acteurs concernés a. Le fabricant b. Le mandataire c. L importateur d. Le distributeur III. La mise en conformité des produits

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Généralités champ d application 1. Seules nos conditions générales d achat sont applicables ; nous ne reconnaissons pas de conditions du fournisseur

Plus en détail

Mots-clés et droit des marques. Ivan Cherpillod Avocat, BMP Associés Prof. UniL

Mots-clés et droit des marques. Ivan Cherpillod Avocat, BMP Associés Prof. UniL Mots-clés et droit des marques Ivan Cherpillod Avocat, BMP Associés Prof. UniL Google adwords Service de référencement payant Mots-clés peuvent être choisis, qui feront apparaître un lien promotionnel

Plus en détail

DÉCISION DE L AFNIC. senioriales-indignezvous.fr. Demande n FR-2013-00446

DÉCISION DE L AFNIC. senioriales-indignezvous.fr. Demande n FR-2013-00446 DÉCISION DE L AFNIC senioriales-indignezvous.fr Demande n FR-2013-00446 I. Informations générales i. Sur les parties au litige Le Requérant : La société PV SENIORIALES PROMOTION ET COMMERCIALISATION Le

Plus en détail

Marque et nom de domaine. Cola ont en commun» «Ce que Beethoven et Coca-Cola

Marque et nom de domaine. Cola ont en commun» «Ce que Beethoven et Coca-Cola Marque et nom de domaine ou «Ce que Beethoven et Coca-Cola Cola ont en commun» 20 mars 2012 Les Mardis de la Propriété Intellectuelle Katia MANHAEVE ALLEN & OVERY LUXEMBOURG 1 La marque 1. Définition 2.

Plus en détail

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR POITIERS le 28 Mars 2013 Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs Pascal BAR 1 Obligations pour les fabricants 1. Détermination du «produit-type» Déclarer l usage attendu du produit

Plus en détail

Stratégie de la protection du design. Luxembourg, le 5 mars 2013. Programme. Définition et cadre légal des dessins et modèles

Stratégie de la protection du design. Luxembourg, le 5 mars 2013. Programme. Définition et cadre légal des dessins et modèles Stratégie de la protection du design Luxembourg, le 5 mars 2013 Diter WUYTENS Juriste OBPI Programme Introduction des dessins et modèles Les dessins et modèles par rapport aux autres droits de P.I. Choisir

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 ) Définitions CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les termes ci-après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Vendeur : la société 37DEUX, société à responsabilité

Plus en détail

Convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle revisée à Stockholm le 14 juillet 1967

Convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle revisée à Stockholm le 14 juillet 1967 Texte original 1 Convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle revisée à Stockholm le 14 juillet 1967 0.232.04 Conclue à Stockholm le 14 juillet 1967 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Conditions générales d utilisation de Microsoft Office Sharepoint Server

Conditions générales d utilisation de Microsoft Office Sharepoint Server Conditions générales d utilisation de Microsoft Office Sharepoint Server 1. Identification des parties Siemens SAS, société par actions simplifiée, au capital de 22 000 000 Euros, immatriculée au RCS de

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s)

Plus en détail

Conditions générales de vente. Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes :

Conditions générales de vente. Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Conditions générales de vente PREAMBULE I / Définitions Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Bon Cadeau : désigne le document

Plus en détail

QUESTION 143. Noms de domaine Internet, marques et noms commerciaux

QUESTION 143. Noms de domaine Internet, marques et noms commerciaux QUESTION 143 Noms de domaine Internet, marques et noms commerciaux Annuaire 1998/VIII, pages 427-433 37 e Congrès de Rio de Janeiro, 24-29 mai 1998 Q143 QUESTION Q143 Noms de domaine Internet, marques

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014

REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014 REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014 Article 1 Organisation et thème Eovi-Mcd mutuelle, mutuelle ayant son siège social 44 rue Copernic, 75016 Paris, soumise aux

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE COMMISSION EUROPÉENNE QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE 27 août 2012 Depuis l adoption du nouveau règlement d exemption

Plus en détail

PARTIE C OPPOSITION SECTION 3. DÉPÔT NON AUTORISÉ PAR LES AGENTS DU TITULAIRE DE LA MARQUE (article 8, paragraphe 3, du RMC)

PARTIE C OPPOSITION SECTION 3. DÉPÔT NON AUTORISÉ PAR LES AGENTS DU TITULAIRE DE LA MARQUE (article 8, paragraphe 3, du RMC) DIRECTIVES RELATIVES À L'EXAMEN PRATIQUÉ À L'OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) SUR LES MARQUES COMMUNAUTAIRES PARTIE C OPPOSITION SECTION 3 DÉPÔT NON AUTORISÉ

Plus en détail

DATABOXECO.COM CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE

DATABOXECO.COM CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE DATABOXECO.COM CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE 1 Champ d application Informations générales Les présentes conditions générales régissent l accès, l utilisation et les conditions de vente

Plus en détail

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales 1986 Faite à Vienne le 21 mars 1986. Non encore en vigueur. Voir Documents

Plus en détail

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir!

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! Me Nicolas Sapp Avocat et agent de marques de commerce Associé responsable du bureau de Québec ROBIC sencrl Québec, le 1 er juin

Plus en détail

UNE MARQUE, MODE D'EMPLOI

UNE MARQUE, MODE D'EMPLOI Qu'est-ce qu'une marque? UNE MARQUE, MODE D'EMPLOI C'est un titre de protection, formé par un signe distinctif tel qu'un nom ou un logo, et qui confère à son titulaire le droit exclusif d exploitation

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 7

guide du créateur d entreprise 7 01 Protéger les idées guide du créateur d entreprise 7 Si votre projet se base sur une nouvelle invention, sur un concept original ou sur une création novatrice, pensez à protéger votre idée. Vous n aimeriez

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Institut national de la. propriété. La marque. industrielle

Institut national de la. propriété. La marque. industrielle Institut national de la propriété La marque industrielle Caroline BIGOT Ingénieur INPI 20 juin 2013 - CAP DIGITAL Sommaire 1) L INPI 2) La marque 3) Procédures en France et à l étranger 4) Valorisation

Plus en détail

GARANTIE LEGALE DU VENDEUR

GARANTIE LEGALE DU VENDEUR GARANTIE LEGALE DU VENDEUR L ensemble des biens achetés auprès d Apple, y compris les biens qui ne sont pas de la marque Apple, sont couverts par la garantie légale de deux ans du vendeur contre les défauts

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Propriété Intellectuelle

Propriété Intellectuelle Propriété Intellectuelle Session 2: Marques Novembre 2014 Maître Céline Bondard HEC Paris cb@bondard.fr 1 Me Céline Bondard, 11-14 1 I. Introduction A. Pourquoi parler de PI 2. Plan des quatre séances

Plus en détail

Principe de specialite et signes distinctifs

Principe de specialite et signes distinctifs Le droit des affaires Propriete intellectuelle 24 Principe de specialite et signes distinctifs Adrien BOUVEL Docteur en droit Avant-propros de Georges BONET Professeur ä l'universite Pantheon-Assas (Paris

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail

Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP

Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP Article juridique publié le 20/11/2011, vu 2654 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Nous envisagerons ci-après

Plus en détail

Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques

Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques Atelier EBG - mardi 16 mars 2010 Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques Cathie-Rosalie JOLY Avocat au barreau de Paris Docteur en droit Cabinet ULYS http://www.ulys.net

Plus en détail

Rapport de synthèse. Question Q190. Les contrats relatifs au droit de propriété intellectuelle (transferts et licences) et les tiers

Rapport de synthèse. Question Q190. Les contrats relatifs au droit de propriété intellectuelle (transferts et licences) et les tiers Rapport de synthèse Question Q190 Les contrats relatifs au droit de propriété intellectuelle (transferts et licences) et les tiers Cette Question concerne les contrats relatifs aux droits de PI, tels que

Plus en détail

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir!

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! Me Nicolas Sapp Avocat et agent de marques de commerce Associé responsable du bureau de Québec ROBIC sencrl Québec, le 1 er juin

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Propriété intellectuelle : comment valoriser son activité?

Propriété intellectuelle : comment valoriser son activité? Propriété intellectuelle : comment valoriser son activité? Aliénor DAGORY Service Innovation CCI LR 04 67 13 68 00 arist@languedoc-roussillon.cci.fr Michael TOUCHE INPI Délégation régionale Languedoc-Roussillon

Plus en détail

La saisie-contrefaçon Présentation générale

La saisie-contrefaçon Présentation générale SciencesPo Master Droit Économique, Spécialité Propriété Intellectuelle Assurer la preuve (2/6), Présentation générale Isabelle ROMET Paris Lyon www.veron.com Plan 1. Les textes 2. Principes généraux 3.

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

Comment assurer l innovation des PME-PMI? 14 mars 2007. Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD

Comment assurer l innovation des PME-PMI? 14 mars 2007. Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD Comment assurer l innovation des PME-PMI? Auteurs: Frédéric DUROT Van-Khoa BUI Grégory ALLARD PLAN 1. Propriété Intellectuelle: définition et environnement 2. Enjeux et besoins 3. Description du produit

Plus en détail

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie 2015-R-01 du 12 février 2015 1. Contexte Les communications constituent la toute première étape de la relation

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz.

Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz. Conditions générales Mercedes-Benz Accessories GmbH Une société du groupe Daimler Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz.

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation L utilisation du site internet www.fastt-mut.org (le Site) est régie par les présentes Conditions générales d utilisation. Les présentes Conditions générales d utilisation

Plus en détail

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Contrat de licence de type ODbL (Open Database Licence) n.. Entre : Le Département de Saône-et-Loire, représenté

Plus en détail

BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique

BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique 1. Qu est-ce qu un brevet de produit? Un brevet de produit est un brevet qui donne une protection à un produit en tant que tel, comme par exemple

Plus en détail

L AVOCAT ET LA PUBLICITE

L AVOCAT ET LA PUBLICITE L AVOCAT ET LA PUBLICITE L article 13 de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 relative à la consommation, autorise l avocat à recourir à la publicité ainsi qu à la sollicitation personnalisée. Selon l article

Plus en détail

Droit civil anglais et automobiliste étranger. Justice ou profit pour les avocats?

Droit civil anglais et automobiliste étranger. Justice ou profit pour les avocats? Droit civil anglais et automobiliste étranger Justice ou profit pour les avocats? Programme Les principes de base La procédure civile L usage du droit Principes de base La loi anglaise se fonde sur des

Plus en détail

OUVERTURE DE COMPTE À REMPLIR ET FAIRE PARVENIR AU SIÈGE SOCIAL DE PRO ENERGY COURRIEL : INFO@PRO-ENERGY.CA FAX : 819-893-2288

OUVERTURE DE COMPTE À REMPLIR ET FAIRE PARVENIR AU SIÈGE SOCIAL DE PRO ENERGY COURRIEL : INFO@PRO-ENERGY.CA FAX : 819-893-2288 OUVERTURE DE COMPTE À REMPLIR ET FAIRE PARVENIR AU SIÈGE SOCIAL DE PRO ENERGY COURRIEL : INFO@PRO-ENERGY.CA FAX : 819-893-2288 MODÈLES D AFFAIRES EN BREF OPTION 1 - CLINIQUE MINCEUR LICENCIÉE PROGRAMME

Plus en détail

ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE

ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE 14/11/2008 Chaque ordinateur est identifié sur Internet par un numéro dit adresse IP (internet protocol) composé d une série de chiffres. Pour permettre la lisibilité et

Plus en détail

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation.

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. Mentions légales Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. I CONDITIONS D UTILISATION DU SITE Ce Site est soumis à la loi française. En consultant

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

Procuration et compte conjoint

Procuration et compte conjoint Procuration et compte conjoint Ce qu il faut savoir Table des matières La procuration... 04 Qu est-ce qu une procuration?... 04 Quels types de procurations sont utilisés au Canada?... 06 Le choix du mandataire...

Plus en détail

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen!

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Commission européenne Entreprises et industrie Table des matières Qu est-ce que le marquage CE? Qu est-ce que le marquage CE? 3 Obligations légales

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation L utilisation du site internet www.mutuelle-smi.com (le Site) est régie par les présentes Conditions générales d utilisation. Les présentes Conditions générales d utilisation

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Accord de Certification des Candidats Axis

Accord de Certification des Candidats Axis Accord Accord de Certification des Candidats Axis Programme de Certification Axis Table des matières 1. Définitions 3 2. Certification 3 2.1 Exigences de Certification 3 2.2 Modification des Exigences

Plus en détail

Numéro d'identification dans le Registre des représentants d'intérêts de la Commission européennes : 62379572263-63.

Numéro d'identification dans le Registre des représentants d'intérêts de la Commission européennes : 62379572263-63. Contribution du Comité Colbert à la consultation sur le rapport de la Commission européenne concernant l application de la directive 2004/48/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relative

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 1 Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 Le 19 juin 2012, la Cour a rendu son arrêt dans l affaire C-307/10 «IP Translator», répondant de la manière suivante

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES ENTRE, La société SHOPPING FLUX SARL, dont le siège social est situé : 21 avenue du Fort 92120 Montrouge Immatriculée au registre du commerce et des sociétés sous le numéro

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Le contrat de distribution international

Le contrat de distribution international Le contrat de distribution international En premier lieu Prendre des informations sur le partenaire Avoir des conditions générales de vente export Avoir une assurance responsabilité civile sur le territoire

Plus en détail

Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen

Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen Luxembourg, 18 mars 2013 Chambre de commerce, Robert Mathiak, DG Justice-A3

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT DES MARQUES DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT DES MARQUES DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES Cabinet Claude BARANES 27 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Tel : 06 49 73 46 51 Fax: 01 53 64 0972 claudebaranes@avocat-baranes.fr www.avocat-baranes.fr N 81 Juillet-Août 2015 Lettre d information

Plus en détail

L Offre est réservée à toute personne, physique ou morale domiciliée en France Métropolitaine

L Offre est réservée à toute personne, physique ou morale domiciliée en France Métropolitaine CONDITIONS GENERALES D ABONNEMENT A L OFFRE TRALALA.NET La société Tralalere propose aux particuliers, ci-après (ci-après dénommés «le(s) Client(s)»), un abonnement payant à destination des enfants de

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/15/3 ORIGINAL : anglais DATE : 14 octobre 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

Immatriculation, nom de compagnie, noms d emprunt et marque de commerce : comment s y retrouver? avez-vous une stratégie de protection???

Immatriculation, nom de compagnie, noms d emprunt et marque de commerce : comment s y retrouver? avez-vous une stratégie de protection??? Immatriculation, nom de compagnie, noms d emprunt et marque de commerce : comment s y retrouver? avez-vous une stratégie de protection??? Lorsque arrive le temps de s incorporer, le futur entrepreneur

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes Conditions Générales de Vente de la société SEPETA définissent les conditions applicables aux ventes conclues entre, d'une part, le client, et d'autre part la

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION ADMINISTRATIVE SNC du Centre Commercial de Valdoly contre SA Bolden Litige n D2014-1066

DÉCISION DE LA COMMISSION ADMINISTRATIVE SNC du Centre Commercial de Valdoly contre SA Bolden Litige n D2014-1066 CENTRE D ARBITRAGE ET DE MÉDIATION DÉCISION DE LA COMMISSION ADMINISTRATIVE SNC du Centre Commercial de Valdoly contre SA Bolden Litige n D2014-1066 1. Les parties Le Requérant est SNC du Centre Commercial

Plus en détail