Bulletin en recours collectifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin en recours collectifs"

Transcription

1 Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs Dans le contexte d'un recours collectif intenté devant la Cour supérieure du Québec en 2003, la Cour suprême du Canada («CSC») a récemment rétabli l'octroi de dommages-intérêts contre certaines banques émettrices de cartes de crédit pour avoir omis de divulguer les frais de conversion facturés aux détenteurs de cartes de crédit à l'occasion d'achats effectués en devises étrangères. La CSC a ainsi précisé les règles touchant le statut de représentant dans le cadre d'un recours collectif intenté au Québec et a clarifié les règles afférentes à la définition de «frais de crédit» au sens de la Loi sur la protection du consommateur («LPC») 1. Contexte Trois jugements ont été rendus de manière simultanée, lesquels reposent en grande partie sur une analyse commune qui se trouve dans l'arrêt Banque de Montréal c. Marcotte 2. Les demandeurs 1 RLRQ C. P CSC 55. Deux autres arrêts accompagnent par ailleurs ce jugement : Banque Amex du Canada c. Adams (2014 CSC 56) et Marcotte c. Fédération des caisses Desjardins du Québec (2014 CSC 57). Le recours collectif contre Desjardins a été intenté séparément après que les banques aient soulevé des questions constitutionnelles qui ne s appliquaient pas à Desjardins; en effet, celle-ci, en tant que une coopérative financière détenue par ses membres, n est pas régie par le régime juridique des banques à charte. Le recours collectif contre Amex a été intenté par des non-consommateurs sur une base juridique différente (art du Code civil du Québec).

2 Page 2 exigeaient le remboursement des frais de conversion qui leur avaient été imposés à l'occasion d'achats en devises étrangères faits par carte de crédit. L'affaire divisait les banques en deux groupes : le Groupe A comptait des banques qui n'avaient pas divulgué les frais de conversion dans leurs contrats de carte de crédit ; le Groupe B comptait des banques qui avaient divulgué les frais de conversion, mais n'avaient pas calculé ces frais en tant que «frais de crédit». Les banques avaient soulevé deux arguments constitutionnels pour affirmer que la LPC ne s'appliquait pas à leurs activités liées aux cartes de crédit. Les deux arguments ont été rejetés par la CSC, comme ils l'avaient été par la Cour supérieure du Québec et la Cour d'appel du Québec. Les questions constitutionnelles ne sont pas abordées dans le présent bulletin. 3 Statut pour intenter le recours collectif au Québec Bien que le recours collectif ait été intenté contre plusieurs banques, les deux représentants étaient titulaires de cartes de crédit délivrées par uniquement trois défendeurs. Ainsi, certaines banques ont fait valoir que la poursuite devait être rejetée au motif que les représentants ne détenaient pas d'«intérêt juridique» suffisant pour détenir une cause d'action à leur encontre. En fait, il a été soutenu que les représentants devaient avoir un lien direct avec chacune des banques visées pour répondre aux critères de l'«intérêt suffisant» et/ou de l'«intérêt commun» prévus aux articles 55 et 59 du Code de procédure civile («CPC»). Dans un arrêt de , la Cour d'appel du Québec a décidé que le représentant proposé devait en effet avoir un intérêt juridique suffisant à l'encontre de chacun des défendeurs proposés pour être admissible à titre de représentant adéquat. Les décisions consécutives rendues par la Cour d'appel avaient remis en cause cette règle, jetant ainsi un doute sur la 3 Pour ceux et celles qui sont intéressé(e)s par ces questions, nous les dirigeons vers un autre bulletin McMillan qui en traite <http://www.mcmillan.ca/supreme-court-of-canada-holds- that-some-provincial-consumer-protection-legislation-applies-to-banks-bank-of-montreal-v- Marcotte>. 4 Bouchard c. Agropur Cooperative 2006 QCCA 1342.

3 Page 3 question de savoir si le représentant est tenu d'avoir un «intérêt juridique» à l'égard de chacun des défendeurs putatifs. Dans l'arrêt Marcotte, la CSC a saisi l'occasion de dissiper tout doute. Elle a souligné que l'article 1051 du CPC, qui régit la procédure dans le cadre de recours collectifs, permet au tribunal d'adapter les règles de procédure générales en vue d'atteindre l'objectif visé par un recours collectif. Le tribunal a également relevé qu'une distinction doit être établie entre, d'une part, la capacité d'un représentant d'obtenir jugement (vraisemblablement aux fins de sa créance personnelle) et, d'autre part, sa capacité à assurer la représentation d'un groupe 5. Qui plus est, la CSC a déclaré que «rien dans la nature du recours collectif ou dans les critères d'autorisation prévus à l'art exige une cause d'action directe par le représentant contre chaque défendeur ou un lien de droit entre eux» 6. L'article 1003 du CPC demande que le représentant soit en mesure «d'assurer une représentation adéquate des membres» et aussi que le recours collectif contre chaque défendeur implique «des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes». D'après la CSC, le fait que la même personne ait le statut de représentant nécessaire pour un recours contre plusieurs défendeurs favorise l'économie des ressources judiciaires, est conforme au principe de la proportionnalité (article 4.2 du CPC), et évite le risque de jugements contradictoires sur une même question de droit ou de fait 7. Calcul des «frais de crédit» La question centrale que devait trancher la CSC était celle de savoir si les frais de conversion imposés par les banques devaient être considérés soit du «capital net» ou des «frais de crédit» en vertu de la LPC. Conformément à l'article 69 de la LPC, les «frais de crédit» sont les frais que le consommateur «doit payer en vertu du contrat» et ils peuvent comprendre, notamment, la somme 5 Par Par Par. 32.

4 Page 4 réclamée à titre d'intérêt, la prime d'une assurance, les frais d'administration, les frais de courtage et la commission (article 70 de la LPC). La LPC prévoit que dans le cadre de contrats de crédit variable ou de contrats assortis de crédit, le calcul du taux de crédit, lequel doit être indiqué au consommateur, doit inclure ces frais de crédit. Le «capital net», en vertu de la LPC, est défini comme «la somme pour laquelle le crédit est effectivement consenti». Selon la CSC, qualifier les frais de conversion de «frais de crédit» aurait des conséquences fâcheuses et serait source de confusion pour les consommateurs. En effet, seuls certains consommateurs ont recours à la conversion de devises. Par conséquent, le taux de crédit devrait être calculé de manière individuelle et être fondé sur l'utilisation mensuelle faite par chacun des détenteurs de carte de crédit. Un tel éventail de taux de crédit ne saurait constituer un point de référence utile pour évaluer le coût global de l'utilisation du crédit par carte de crédit. Si une banque décidait plutôt d'afficher et d'offrir un taux pondéré, soit la moyenne des taux de crédit de l'ensemble des utilisateurs, ceux qui n'ont pas recours aux services de conversion de devises se trouveraient à payer pour ceux qui les utilisent. Une conséquence paradoxale découlerait de l'inclusion des frais de conversion de devises dans les frais de crédit : ces frais de services seraient annulés si payés dans le délai de grâce de 21 jours. Ce délai de grâce s'applique également aux frais liés aux intérêts. La CSC a ainsi statué que les frais de conversion ne devraient pas être considérés comme des «frais de crédit» au sens de la LPC. Défaut de divulguer les frais de conversion La CSC a confirmé la décision de la Cour d'appel du Québec selon laquelle les frais de conversion constituaient du «capital net» aux termes de la LPC. Ainsi, les frais de conversion n'ont pas à être exprimés sous la forme d'un pourcentage annuel composant le taux de crédit, mais les frais auraient tout de même dû être divulgués au consommateur. L'obligation d'indiquer les frais de conversion découle de l'obligation générale de divulgation prévue à l'article 12 de la LPC. En conséquence, les banques du groupe B qui avaient indiqué les frais de conversion, mais qui ne les avaient pas calculés à titre de

5 Page 5 frais de crédit n'avaient pas contrevenu à la LPC. En revanche, les banques du groupe A, qui avaient omis d'indiquer les frais de conversion, avaient contrevenu à la LPC. Le défaut d'indiquer ces frais donne lieu à divers recours en vertu de l'article 272 de la LPC, y compris l'octroi de dommages intérêts punitifs. La CSC a conclu que les banques qui avaient manqué à l'obligation d'indiquer les frais de conversion étaient tenues de restituer les frais qu'elles avaient perçus et de payer des dommages-intérêts punitifs. La Cour d'appel avait annulé la décision du tribunal de première instance condamnant les banques ayant omis d'indiquer les frais de conversion à verser des dommages intérêts punitifs, au motif que le comportement des banques concernées n'était pas nécessairement «répréhensible ou antisocial». La CSC a rétabli la condamnation des banques à verser des dommages intérêts punitifs, confirmant ainsi qu'il n'est pas nécessaire d'établir un comportement antisocial ou répréhensible pour que des dommages intérêts soient accordés. La CSC a plutôt jugé que lorsqu'un tribunal est appelé à statuer sur les dommages intérêts punitifs à accorder en cas de violation de la LPC, il doit déterminer si le commerçant (dans ce cas, les banques) a adopté une «attitude laxiste, passive ou ignorante» à l'égard du consommateur. En l'occurrence, le juge de première instance avait conclu que les banques du groupe A n'avaient pas donné d'explication raisonnable justifiant que les frais de conversion n'aient pas été communiqués aux clients, et ce, pendant plusieurs années. La CSC est aussi en désaccord avec la Cour d'appel du Québec sur l'idée qu'il faudrait tenir compte du mode de recouvrement (individuel ou collectif) pour choisir le bon critère d'octroi de dommages-intérêts punitifs. La Cour d'appel soutenait que le recouvrement collectif de dommages-intérêts (en l'espèce le frais de conversion de devises) accomplit des objectifs similaires à ceux des dommages-intérêts punitifs. La CSC a rejeté de façon catégorique cette proposition, et a affirmé que le fait d'être condamné à payer des dommages-intérêts sur une base collective plutôt qu'individuelle ne devrait avoir aucun impact sur le critère à utiliser pour leur octroi. Elle a ainsi jugé que la Cour d'appel n'aurait pas dû invalider le jugement du juge de première instance sur ce point, et elle a rétabli

6 Page 6 l'octroi de 25 $ par membre du recours en dommages-intérêts punitifs, pour avoir omis d'indiquer les frais de conversion. CONCLUSIONS Compte tenu des nombreuses obligations qui incombent aux commerçants relativement à la communication et au calcul de ces frais, la décision de la CSC vient apporter une clarification utile sur la notion de «frais de crédit» en vertu de la LPC et servira de guide à ceux qui rédigent et concluent des contrats comprenant une offre de crédit, ce qui est courant dans les contrats de consommation. Le présent arrêt nous rappelle que les commerçants devraient veiller à ce que les contrats qu'ils concluent avec les consommateurs respectent la LPC, sous peine d'être condamnés à payer des dommages intérêts punitifs. La CSC a de nouveau confirmé le critère à utiliser en matière de dommages-intérêts punitifs, et l'inconduite donnant ouverture à leur imposition n'est pas aussi «blâmable» que la jurisprudence l'exigeait par le passé. 8 Il est trop tôt pour prédire l impact qu aura cette décision sur les recours collectifs de manière générale. Il semble que les représentants ne soient plus limités à les intenter uniquement contre les parties avec lesquelles ils ont contracté ou avec qui ils ont une relation. Il en résulte que les recours collectifs qui visent tout un secteur d'activité ou une pratique répandue dans une industrie seront probablement plus courants au Québec. par Sidney Elbaz, Rachel April-Giguère, Maude Poulin et Martin Bergeron, étudiant en droit 8 Voir l arrêt Richard c. Time Inc., 2012 CSC 8.

7 Page 7 Pour plus d'information à ce sujet, veuillez contacter : Montréal Sidney Elbaz Montréal Rachel April Giguère mise en garde Le contenu du présent document fournit un aperçu de la question, qui ne saurait en aucun cas être interprété comme des conseils juridiques. Le lecteur ne doit pas se fonder uniquement sur ce document pour prendre une décision, mais devrait plutôt consulter ses propres conseillers juridiques McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l.

Litige et règlement de différends

Litige et règlement de différends Bulletin 23 septembre 2014 Litige et règlement de différends La Cour suprême se prononce sur l application de la réglementation provinciale à l égard des banques et sur la qualité pour agir en contexte

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Marcotte c. Fédération des caisses Desjardins du Québec, 2014 CSC 57 DATE : 20140919 DOSSIER : 35018 ENTRE : Réal Marcotte Appelant et Fédération des caisses Desjardins

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Août 2014 Bulletin vie privée Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Le contrat d'assurance collective implique

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009 COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009 ENTRE : Banque de Montréal Appelante et Réal Marcotte, Bernard Laparé, procureur général du

Plus en détail

Bulletin des Services Financiers

Bulletin des Services Financiers novembre 2015 Bulletin des Services Financiers La Cour suprême du Canada a confirmé aujourd hui la prépondérance de la Loi sur la faillite et l insolvabilité sur les régimes de refus d immatriculation

Plus en détail

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT:

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No: 500-06-000177-028 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE FRANÇOIS RIENDEAU Demandeur c. BRAULT & MARTINEAU INC. Défenderesse REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE

Plus en détail

RAISONNABLE EN 1998; DÉRAISONNABLE EN 2002

RAISONNABLE EN 1998; DÉRAISONNABLE EN 2002 Un tribunal de l'ontario juge que le gouvernement exerce de la discrimination fondée sur l'âge et la déficience en refusant des programmes aux élèves atteints d'autisme Dans l'affaire Wynberg c. Ontario,

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

La réalisation des garanties et les fiducies présumées

La réalisation des garanties et les fiducies présumées La réalisation des garanties et les fiducies présumées Retour à la case départ? Éric Vallières, McMillan S.E.N.C.R.L, s.r.l. Conférence sur le Financement et les sûretés, Institut Canadien Le 31 janvier

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 MAI 2013 S.11.0060.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0060.F A. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque Amex du Canada c. Adams, 2014 CSC 56 DATE : 20140919 DOSSIER : 35033

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque Amex du Canada c. Adams, 2014 CSC 56 DATE : 20140919 DOSSIER : 35033 COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Banque Amex du Canada c. Adams, 2014 CSC 56 DATE : 20140919 DOSSIER : 35033 ENTRE : Banque Amex du Canada Appelante et Sylvan Adams, procureur général du Québec et Président

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000161-022 DATE : 17 e jour de février, 2003, SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. ROBERT CHARTIER, requérant,

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736 Page 1 Intitulé de la cause : Vakilian c. Directeur des poursuites criminelles et pénales SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant [2012]

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (sixième chambre) 8 mars 2001 *

ARRÊT DE LA COUR (sixième chambre) 8 mars 2001 * ARRÊT DU 8. 3. 2001 AFFAIRE C-266/99 ARRÊT DE LA COUR (sixième chambre) 8 mars 2001 * Dans l'affaire C-266/99, Commission des Communautés européennes, représentée par M. M. Nolin, en qualité d'agent, ayant

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

Proposition n o 3 Assurance médicaments. Résumé des faits

Proposition n o 3 Assurance médicaments. Résumé des faits Proposition n o 3 Assurance médicaments / Avril 2014 1 Proposition n o 3 Assurance médicaments Résumé des faits C est la Loi sur l assurance médicaments (art. 16) qui oblige les membres à adhérer à l assurance

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE NOTE AU LECTEUR Le Programme de financement de l agriculture est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113). La présente version du programme intègre

Plus en détail

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective.

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 32 SEPT - OCT 2013 Cass. Com. 18 juin 2013, n 12-19.709 Assurance de responsabilité civile Faute inexcusable de l employeur Procédure

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU CANTON DE FRIBOURG

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU CANTON DE FRIBOURG TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU CANTON DE FRIBOURG IIIe COUR ADMINISTRATIVE Séance du 18 décembre 2007 Présidente-suppléante: Marianne Jungo Juges: Michel Wuilleret et Josef Hayoz Greffière-adjointe: Muriel

Plus en détail

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement EYB2008REP745 Repères, Septembre 2008 EmmanuelleSAUCIER * Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Plus en détail

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre mixte 22 septembre 2006 n 05-13.517 Publication :Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 Citations Dalloz Codes : Code de la consommation, art. l. 341-4 Revues : Recueil

Plus en détail

(15-2065) Page: 1/7 SUBVENTIONS

(15-2065) Page: 1/7 SUBVENTIONS 17 avril 2015 (15-2065) Page: 1/7 Comité des subventions et des mesures compensatoires Original: anglais SUBVENTIONS RÉPONSES AUX QUESTIONS 1 ET AUX QUESTIONS COMPLÉMENTAIRES 2 DES ÉTATS-UNIS CONCERNANT

Plus en détail

La notion de recettes publiques, la gestion de fait et les contrats contenant un mandat financier

La notion de recettes publiques, la gestion de fait et les contrats contenant un mandat financier AJDA 2009 p. 2401 La notion de recettes publiques, la gestion de fait et les contrats contenant un mandat financier Arrêt rendu par Conseil d'etat section 6 novembre 2009 n 297877 Sommaire : Sauf dans

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Bossé c. Inspecteur canin inc. 2009 QCCQ 6133 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE LOCALITÉ DE SAINT-JÉRÔME «Chambre civile» N : 700-32-020392-088 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

Plus en détail

Développements récents en droit de la consommation. Présenté par : Sylvie Bourdeau, associée principale

Développements récents en droit de la consommation. Présenté par : Sylvie Bourdeau, associée principale Développements récents en droit de la consommation Présenté par : Sylvie Bourdeau, associée principale 31 janvier 2013 Plan de la présentation Les décisions de la Cour d appel du Québec (C.A.) dans les

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Marionnet c. Ani-Puce 2014 QCCQ 2683 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL LOCALITÉ DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-32-025647-122 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 8 avril

Plus en détail

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse Monsieur LABORIE André 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens Tél : 05-61-25-10-97. Saint Orens le 9 octobre 2007 Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne.

Plus en détail

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur La contribution-santé de l Ontario (CSO) que le gouvernement de l Ontario a introduit dans le budget provincial de 2004 signifie une déduction

Plus en détail

PROCÉDURE POUR LE PRÊT REER 2007-2008

PROCÉDURE POUR LE PRÊT REER 2007-2008 PROCÉDURE POUR LE PRÊT REER 2007-2008 Si vous n êtes pas actionnaire de Fondaction, vous devez ajouter 25 au prêt REER pour les frais d adhésion à Fondaction Un prêt REER et une contribution à Fondaction

Plus en détail

L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER

L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER COLLOQUE DE LA FONDATION CLAUDE MASSE, 7 NOVEMBRE 2013 L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER M e Luc Thibaudeau INTRODUCTION : LE BESOIN DE PROTECTION DU CONSOMMATEUR

Plus en détail

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES Article Titre abrégé art. 1 Définitions art. 2 Exigences applicables aux permis

Plus en détail

EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT:

EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT: PLAIDOYER AMENDÉ EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT: 1. Quant aux paragraphes 1 et 2 de la déclaration, elles s'en remettent aux pièces P-1,

Plus en détail

Politique de gestion des achats et des contrats

Politique de gestion des achats et des contrats Politique de gestion des achats et des contrats 1. Objectif La présente politique vise à encadrer le processus d'octroi et la gestion des achats et des contrats de service, d approvisionnement et de travaux

Plus en détail

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 1. Résumé 1.1 Pour la première fois depuis la promulgation en 1986 de la Directive du Conseil européen sur la coordination des

Plus en détail

Vu la demande du Fonds Commun de Garantie Automobile reçue le 09/03/2012;

Vu la demande du Fonds Commun de Garantie Automobile reçue le 09/03/2012; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 59/2012 du 18 juillet 2012 Objet: demande d'autorisation émanant du Fonds Commun de Garantie Automobile pour accéder au Registre national et

Plus en détail

vu les art. 14, 23 al. 3 et 40 al. 3 de la loi fédérale du 23 mars 2001 sur le crédit à la consommation (LCC) 1,

vu les art. 14, 23 al. 3 et 40 al. 3 de la loi fédérale du 23 mars 2001 sur le crédit à la consommation (LCC) 1, Ordonnance relative à la loi fédérale sur le crédit à la consommation (OLCC) Projet du... Le Conseil fédéral, vu les art. 14, 23 al. 3 et 40 al. 3 de la loi fédérale du 23 mars 2001 sur le crédit à la

Plus en détail

Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème 4. A quelles règles sont soumises les activités de l entreprise sur le marché?

Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème 4. A quelles règles sont soumises les activités de l entreprise sur le marché? Description Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème Objectifs Pré-requis Le droit de la consommation, facteur de protection du consommateur SITUATION D ENSEIGNEMENT Terminale DROIT

Plus en détail

Affaire Lubanga. Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels

Affaire Lubanga. Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels 1 Affaire Lubanga Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels I. QUELLES SONT LES CHARGES RETENUES CONTRE LUBANGA? Lubanga a été inculpé des trois crimes suivants

Plus en détail

3.3 Charte du comité des ressources humaines

3.3 Charte du comité des ressources humaines 3.3 Charte du comité des ressources humaines AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes fondamentaux du Groupe CGI inc. énonce les principes fondamentaux de la présente

Plus en détail

LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES,

LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, DIRECTIVE DU CONSEIL du 22 février 1990 modifiant la directive 87/102/CEE relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres en matière de crédit

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust decembre 2014 Bulletin concurrence et antitrust Les fouilles sans mandat de téléphones cellulaires accessoires à l'arrestation sont légales au Canada sous réserve de garanties strictes Une majorité de

Plus en détail

CONVENTION ADDITIONNELLE

CONVENTION ADDITIONNELLE CONVENTION ADDITIONNELLE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRATIVE DU BRÉSIL EN VUE D ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET DE RÉGLER CERTAINES AUTRES QUESTIONS EN MATIÈRE

Plus en détail

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-36-001599-127 (CM : 11-35239) DATE : 5 décembre 2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE MOREIRA & FERREIRINHA, LDA. ET AUTRES c. PORTUGAL (Requêtes n os 54566/00,

Plus en détail

Cour d'appel, Lyon, 6e chambre, 3 Septembre 2015 n 13/09407. Cour d'appel. Lyon 6e chambre. 3 Septembre 2015 Répertoire Général : 13/09407

Cour d'appel, Lyon, 6e chambre, 3 Septembre 2015 n 13/09407. Cour d'appel. Lyon 6e chambre. 3 Septembre 2015 Répertoire Général : 13/09407 Cour d'appel, Lyon, 6e chambre, 3 Septembre 2015 n 13/09407 Cour d'appel Lyon 6e chambre 3 Septembre 2015 Répertoire Général : 13/09407 La CAISSE DE CRÉDIT MUTUEL ENSEIGNANT DU SUD EST Monsieur X Contentieux

Plus en détail

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013)

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Edition mise à jour en novembre 2014 CHAPITRE 1 er Objet du Règlement des prêts ARTICLE 1.1 Objet

Plus en détail

PARTICIPANTS AUTORISÉS À UNE SYNDICATION DE PRÊT

PARTICIPANTS AUTORISÉS À UNE SYNDICATION DE PRÊT AVIS RELATIF AUX PRÊTS N o 2 Octobre 2011 PARTICIPANTS AUTORISÉS À UNE SYNDICATION DE PRÊT Contexte Le présent avis décrit les restrictions énoncées dans la Loi de 1994 sur les caisses populaires et les

Plus en détail

SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE

SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE Page 1 Document 1 de 1 Cour d'appel Aix-en-Provence Chambre 15 B 4 Mars 2010 N 2010/ 089 N de rôle 09/06442 Monsieur Roland André Louis GRENET, SA ONET SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE Classement :

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS DE PAIEMENT ET AUTRES

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE NANTERRE

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE NANTERRE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE NANTERRE PÔLE CIVIL 6ème Chambre JUGEMENT RENDU LE 14 Novembre 2014 N R.G. : 12/07560 N Minute : 14/ DEMANDEURS Monsieur Jacques ROY 48 avenue de l Europe 33230 LES PEINTURES

Plus en détail

CONTRAT DE RENTE COLLECTIF

CONTRAT DE RENTE COLLECTIF CONTRAT DE RENTE COLLECTIF RÉGIME VOLONTAIRE D ÉPARGNE-RETRAITE (RVER) Denis Berthiaume Président et Chef de l'exploitation Desjardins Sécurité financière, compagnie d assurance vie David Charbonneau Premier

Plus en détail

ENTRE Monsieur Jalil Amor et madame Maha Bensouda (ci-après «le Bénéficiaire»)

ENTRE Monsieur Jalil Amor et madame Maha Bensouda (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

Vos ventes sont-elles en ligne avec la Loi?

Vos ventes sont-elles en ligne avec la Loi? Vos ventes sont-elles en ligne avec la Loi? Introduction à l environnement légal sur Internet Benoît Trotier Avocat Novembre 2013 En collaboration pour le RCEQ. Québec Trois-Rivières Montréal Affiliations

Plus en détail

1A 01 44 A. B., la Direction de l'instruction publique et des affaires culturelles; (Refus d'octroi d'un congé scolaire; art.

1A 01 44 A. B., la Direction de l'instruction publique et des affaires culturelles; (Refus d'octroi d'un congé scolaire; art. Ière Cour administrative. Séance du 11 juin 2001. Statuant sur le recours interjeté le 23 mai 2001 (1A 01 44) par A. et son fils B., contre la décision rendue le 7 mai 2001 par la Direction de l'instruction

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

AVENANT DE COÛT UNIFORME JACK HELPER & JILL HELPER

AVENANT DE COÛT UNIFORME JACK HELPER & JILL HELPER AVENANT DE COUVERTURE SUPPLÉMENTAIRE annexé à la police n o établi par la Transamerica Vie Canada Assuré au titre de l'avenant : JACK HELPER & JILL HELPER Date d'établissement de l'avenant : 01 octobre

Plus en détail

Sources du droit : la jurisprudence

Sources du droit : la jurisprudence Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Activité pour la classe : CFJ CE, EO, EE, terminologie, phraséologie, discours Crédit : Michel SOIGNET Sources du droit : la jurisprudence

Plus en détail

Plus500CY Ltd. FONDS D'INDEMNISATION DES INVESTISSEURS

Plus500CY Ltd. FONDS D'INDEMNISATION DES INVESTISSEURS Plus500CY Ltd. FONDS D'INDEMNISATION DES INVESTISSEURS 1. Généralités Plus500CY Ltd (ci-après, la "Société") est un membre du Fonds d'indemnisation des investisseurs (le "ICF") pour les clients des Sociétés

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 28.9.2010

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 28.9.2010 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 28.9.2010 C(2010) 6418 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 28.9.2010 sur la reconnaissance du cadre juridique et du dispositif de surveillance du Japon comme étant équivalents

Plus en détail

BULLETIN FISCAL. Été 2010 RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE LORSQU ON PLANIFIE UNE TRANSACTION DE VENTE D ENTREPRISE

BULLETIN FISCAL. Été 2010 RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE LORSQU ON PLANIFIE UNE TRANSACTION DE VENTE D ENTREPRISE Été 2010 BULLETIN FISCAL Le groupe d expertise en droit fiscal de Miller Thomson Pouliot publie périodiquement des bulletins à l intention des clients du cabinet. Nous vous invitons à acheminer ce courriel

Plus en détail

La continuité des entreprises dans la pratique

La continuité des entreprises dans la pratique La continuité des entreprises dans la pratique 1 Plan de la présentation Titre 1 : dispositions générales I. Échec du concordat judiciaire II. La prévention III. L'accord amiable (sans procédure) IV. La

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2005-57

Décision de télécom CRTC 2005-57 Décision de télécom CRTC 2005-57 Ottawa, le 5 octobre 2005 Demande présentée en vertu de la partie VII par YP Corp. contre Bell Canada Référence : 8622-Y2-200508731 Le Conseil conclut que le service de

Plus en détail

comparante par Me MILLIARD, Avocat au Barreau de Nouméa,

comparante par Me MILLIARD, Avocat au Barreau de Nouméa, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 08/00010 Présidente : Mme ANDRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Corinne LEROUX Jugement du 17 Octobre 2008 PARTIES EN CAUSE: DEMANDEUR: -M. X,

Plus en détail

)Ii APPELANT. COUR D'l\PPEL M. VERSAI]~ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. 3ème chambre R.G. N 98/07806 AFFAIRE:

)Ii APPELANT. COUR D'l\PPEL M. VERSAI]~ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. 3ème chambre R.G. N 98/07806 AFFAIRE: COUR D'l\PPEL M. VERSAI]~ 3ème chambre RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE DOUZE JANVIER DEUX MILLE UN. ARRÊT N )Ii DU 12 JANVIER 2001 R.G. N 98/07806 AFFAIRE: :/ M La cour d'appel de VERSAILLES,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

LES CONSOMMATEURS MIEUX PROTÉGÉS d'après un document produit par l'acef Estrie, que nous remercions chaleureusement Juillet 2010

LES CONSOMMATEURS MIEUX PROTÉGÉS d'après un document produit par l'acef Estrie, que nous remercions chaleureusement Juillet 2010 LES CONSOMMATEURS MIEUX PROTÉGÉS d'après un document produit par l'acef Estrie, que nous remercions chaleureusement Juillet 2010 D importantes modifications à la Loi sur la protection du consommateur sont

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : D. B. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 603 N o d appel : AD-15-210 ENTRE : D. B. Demandeur et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

«SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!»

«SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!» «SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!» PRINCIPE JURIDIQUE PERTINENT EN MATIÈRE DE FAUTE INTENTIONNELLE ET SES RÉPERCUSSIONS AU QUÉBEC LE PRINCIPE JURIDIQUE PERTINENT L'article 2464 du Code civil est la source

Plus en détail

Formulaire de demande de crédit

Formulaire de demande de crédit Formulaire de demande de crédit Bienvenue chez Wolseley Canada Inc. À propos de Wolseley Canada Inc. Wolseley Canada est le leader national du marché de la distribution en gros de produits de plomberie,

Plus en détail

Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg

Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg La présente charte a pour objet de définir les conditions et modalités d'exploitation de la marque Hosted in Luxembourg ci-après désignée «Le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre commerciale Audience publique du 15 mai 2007 Rejet N de pourvoi : 06-11845 Inédit Président : M. TRICOT AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

' '(!)('( ' #$%&'# ! '! " #$%&

' '(!)('( ' #$%&'# ! '!  #$%& ATTAQUER LE LISTING DU SOUTIEN AU TERRORISME DE NOUVELLES OPTIONS JURIDIQUES? UN RESUME DES JUGEMENTS RECENTS DE LA COUR DE JUSTICE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES Dès les arrêts Yusuf 1 et Kadi 2, d une part,

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 Cass. civ. 2, 3 octobre 2013, n 12-24957 Assurance vie ; Fiscalité ; Droits de succession (CGI, art. 757 B) ; Information

Plus en détail

Cour d appel de Colmar

Cour d appel de Colmar CISG online 2593 GSL REPUBLIQUEFRANCAISE AUNOMDUPEUPLEFRANCAIS COURD'APPELDECOLMAR PREMIÈRECHAMBRECIVILE SECTIONA ARRÊTDU23NOVEMBRE2010 Courd appeldecolmar [SellervsBuyer] 1A09/03661 23/11/2010 Numérod'inscriptionaurépertoiregénéral:1A09/03661

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif Le 30 mars 2010 Le 15 mars 2010, le juge Cullity de la Cour supérieur de justice de l

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES Page 1 TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES I. OBJET ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de gouvernance d entreprise et des ressources humaines (le «Comité») de

Plus en détail

POLICE D'ASSURANCE CONDITIONS PARTICULIÈRES

POLICE D'ASSURANCE CONDITIONS PARTICULIÈRES POLICE D'ASSURANCE CONDITIONS PARTICULIÈRES 1 - Assuré désigné : 2 - Adresse : 3 - Période d'assurance : 4 - Limites de garantie par Sinistre : Garanties A et B : 10 000 000 $ sous réserve d une limitation

Plus en détail

Loi sur les topographies de circuits intégrés*

Loi sur les topographies de circuits intégrés* Loi sur les topographies de circuits intégrés* (S.C. 1990, ch. 37, modifiée par S.C. 1992, ch. 1; 1993, ch. 15; 1994, ch. 47; 1995, ch. 1) TABLE DES MATIÈRES** Titre abrégé Titre abrégé... Articles Définitions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du jeudi 22 octobre 2015 N de pourvoi: 14-19.655 Non publié au bulletin Rejet M. Chauvin (président), président Me Bertrand, SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 02 11 60 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. SSQ, GROUPE FINANCIER Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le demandeur conteste la décision

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail