Retrait préventif pour éviter la fécondation! Essai Agropomme 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retrait préventif pour éviter la fécondation! Essai Agropomme 2014"

Transcription

1 Retrait préventif pour éviter la fécondation! Essai Agropomme 2014

2 Intro But de l essai? Trouver la période de temps de butinage permettant d obtenir une charge fruitière et une qualité fruitière adéquates. Pourquoi? Limiter l éclaircissage chimique et/ou manuel Restreindre le temps de butinage des abeilles (vecteur de propagation du feu bactérien)

3 Intro Petits rappels sur la pollinisation des fleurs de pommiers Nécessite le travail d insectes pour le dépôt du pollen. On recommande 2 ruches / ha. Insectes pollinisateurs indigènes? les bords de boisés une diversité florale importante Souvent, population insuffisante pour polliniser fleurs de pommiers en QTÉ et en QLÉ.

4 Matériel et méthodes Objectif : Comparer 4 périodes de butinage (0 heures à 96 heures) avec un témoin (toujours accessible aux butineurs) dans 2 vergers: Traitement (= branche) T 0 h Ouverture des manchons (= temps de butinage) Toujours fermé T 24 h Ouvert 24 heures (22 mai 8h00-23 mai 8h00) T 72 h Ouvert 72 heures (22 mai 8h00-25 mai 8h00) T 96 h Ouvert 96 heures (22 mai 8h00-26 mai 8h00) T tjrs Toujours ouvert (sans manchon)

5 Matériel et méthodes Exemple de manchon fermé Exemple de manchon ouvert

6 Matériel et méthodes Dispositif expérimental : Verger 1 Spartan Traitement 0h Répétition 1 Répétition 2 Répétition 3 T 24h T 72h T 96h T tjrs T 0h T 24h T 72h T 96h T tjrs T 0h T 24h T 72h T 96h T tjrs Verger 2 Honeycrisp Traitement 0h Répétition 1 Répétition 2 Répétition 3 T 24h T 72h T 96h T tjrs T 0h T 24h T 72h T 96h T tjrs T 0h T 24h T 72h T 96h T tjrs Évidemment, il y avait des ruches à proximité des 2 sites d essais! Exemple de T tjrs (toujours accessible aux insectes)

7 Matériel et méthodes Une répétition avec les 5 traitements (T 0h, T 24h, T 72 h, T 96h et T tjrs)

8 Matériel et méthodes Prises de données après fécondation: 10 juin juin juillet 2014 Taux de fécondation : # fruits / bouquets floraux Taux de nouaison : Charge fruitière par rapport à Taux de pollinisation : - Loges carpellaires - Répartition des pépins Pour vérifier Quantité de fruits Quantité de fruits *Potentiel de difformité *Indice de conservation Loge carpellaire avec 1 pépin Loge carpellaire vide

9 Résultats Quelles sont les conditions abiotiques influençant la pollinisation des abeilles : La température Les radiations solaires L humidité relative & la pluie Les vents Pendant les premières 24 heures de notre essai, on enregistre: - les températures les + basses, - les radiations les + faibles - le taux d humidité le + élevé BREF conditions imparfaites de butinage

10 Résultats 100% Taux de fécondation : # de fruits / bouquets floraux Spartan % de bqts à : 0 fruit 1 fruit 2 fruits 3 fruits et + relevé du 10 juin 90% 80% 70% 70% 81% 60% 50% 54% 40% 30% 20% 21% 15% 24% 10% 0% 0% 0% 6% 2% T 0h T 24h T 72h T 96h T tjrs Traitements (avec période où les manchons sont ouverts)

11 Résultats 100% 90% 80% 70% 60% 50% Taux de fécondation : # de fruits / bouquets floraux Honeycrisp % de bqts à : relevé du 10 juin 0 fruit 1 fruit 2 fruits 3 fruits et + 64% 53% 49% POUR LES 2 VERGERS : - Alternance : à «T 24h», on est confortable avec le 40 % sans fruits comparé aux autres traitements. 40% 30% 20% 10% 0% 4% 0% 7% 7% T 0h T 24h T 72h T 96h T tjrs Traitements (avec période où les manchons sont ouverts) 19% 35% 16% - Puisqu on recherche 1 fruit/bouquet au final, «T 24h» est le meilleur entre tous les traitements.

12 Résultats 100% Taux de nouaison : charge fruitière Spartan % de bqts à : 0 fruit 1 fruit 2 fruits 3 fruits et + relevé du 26 juin 90% 80% 70% 60% 50% 40% 44% 45% 37% 36% 30% 22% 30% 20% 10% 0% 4 % 4 % T 24h T 72h T 96h T tjrs Traitements (avec période où les manchons sont ouverts)

13 Résultats 100% Taux de nouaison : charge fruitière Honeycrisp % de bqts à : 0 fruit 1 fruit 2 fruits 3 fruits et + relevé du 26 juin 90% 80% 70% «T 24h» : le nbre d inflorescences pollinisées par bouquets floraux est suffisant. 60% 50% 56% 56% 50% 40% 30% 20% 10% 7% 7% 23% 21% 13% 0% T 24h T 72h T 96h T tjrs Traitements (avec période où les manchons sont ouverts)

14 Résultats Taux de nouaison : charge fruitière par rapport à l Équilifruit Spartan, charge à 4 fruits/cm² relevé du 26 juin 120 Nbre fruits souhaités Nbre de fruits obtenus Nombre de fruits T 0h T 24h T 72h T 96h T tjrs Traitements (avec période où les manchons sont ouverts)

15 Résultats Taux de nouaison : charge fruitière par rapport à l Équilifruit 180 Honeycrisp, charge à 4 fruits/cm² (charge retenue vu la vigueur des arbres) Nbre fruits souhaités Nbre de fruits obtenus relevé du 26 juin POUR LES 2 VERGERS : Nombre de fruits Plus on augmente le temps de butinage, + on s éloigne de la charge fruitière voulue! T 24h = nbre suffisant de fruits - T 0h T 24h T 72h T 96h T tjrs Traitements (Période où les manchons sont ouverts)

16 Résultats Taux de pollinisation: loges vides vs loges occupées relevé du 26 aout Spartan % de fruits avec : 0 Loge vide 1 Loge vide 2 Loges vides 3 Loges vides 4 Loges vides 100% 90% 80% % du nbre de fruits 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% T 24h T 72h T 96h Traitements (avec période où les manchons sont ouverts)

17 Résultats Taux de pollinisation: loges vides vs loges occupées Honeycrisp % de fruits avec : 0 Loge vide 1 Loge vide 2 Loge vides 3 Loge vides 4 Loge vides relevé du 26 aout POUR LES 2 VERGERS : % du nbre de fruits 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% - Il n y a pas de différence entre les traitements. - Il ne semble pas avoir de corrélation directe entre : 1) le temps de butinage et 2) la présence de loges vides 10% 0% T 24h T 72h T 96h T Tjs Traitements (avec période où les manchons sont ouverts)

18 Résultats Taux de pollinisation: Nbre de pépins Spartan % de fruits avec relevé du 26 aout 2 pépins 3 pépins 4 pépins 5 pépins et + 100% 90% 80% 70% % du nbre de fruits 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% T 24h T 72h T 96h Traitements (avec période où les manchons sont ouverts)

19 Résultats Taux de pollinisation: Nbre de pépins Honeycrisp % de fruits avec 2 pépins 3 pépins 4 pépins 5 pépins et + relevé du 26 aout % du nbre de fruits 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% POUR LES 2 VERGERS : - Tous les traitements sont semblables. - Les différentes périodes de pollinisation n ont pas d incidence sur le nbre de pépins. 0% T 24h T 72h T 96h T tjs Traitements (avec période où les manchons sont ouverts)

20 Conclusion * 24 heures d accessibilité 24 heures de bunnage

21 Conclusion Pistes de réflexion? Est-ce qu il vaut mieux ne pas mettre de ruches? NON!!! Il faut en mettre afin d avoir une bonne pollinisation et avoir des résultats intéressants: Nbre de pépins (qui a une incidence sur le taux de Calcium qui influence grandement la conservation des pommes) Loges carpellaires pleines (qui influence le potentiel de difformité des pommes)

22 Conclusion Pistes de réflexion? - Pour les verger avec bcp de feu bactérien en 2014 il faut penser à «contrôler» la pollinisation : 4 ha avec BCP BCP feu bact Verger Total : 8 ha 4 ha avec très peu feu bact Pour 2015, on pourrait mettre 2 ruches/ha dans la zone «moins infestée» et 0 ruche dans la zone bcp infestée de feu l année précédente.

23 Questions?

BULLETIN D'INFORMATION TECHNIQUE C.P.P.R.Q. ÉCLAIRCISSAGE CHIMIQUE DU POMMIER 2014

BULLETIN D'INFORMATION TECHNIQUE C.P.P.R.Q. ÉCLAIRCISSAGE CHIMIQUE DU POMMIER 2014 BULLETIN D'INFORMATION TECHNIQUE C.P.P.R.Q. ÉCLAIRCISSAGE CHIMIQUE DU POMMIER 2014 La quantité n'est pas synonyme de qualité! Les raisons qui motivent l utilisation de produits éclaircissant sont multiples;

Plus en détail

la pollinisation, un procédé naturel capital pour les jardiniers et les arboriculteurs

la pollinisation, un procédé naturel capital pour les jardiniers et les arboriculteurs la pollinisation, un procédé naturel capital pour les jardiniers et les arboriculteurs Apparues il y a 200 millions d années, les fleurs qui couronnent de nombreuses plantes n ont trouvé d autre moyen

Plus en détail

ÉCLAIRCISSAGE et POLLINISATION

ÉCLAIRCISSAGE et POLLINISATION ÉCLAIRCISSAGE et POLLINISATION Journées Horticoles ÀSt Rémi, Qc, le 4 décembre 2013 Paul Emile Yelle, agronome, consultant en pomiculture ÉCLAIRCISSAGE et POLLINISATION Floraison et pollinisation Pourquoi

Plus en détail

Favoriser la pollinisation des canneberges par un nourrissage au sirop des colonies d abeilles. Georges Martin, M.Sc.

Favoriser la pollinisation des canneberges par un nourrissage au sirop des colonies d abeilles. Georges Martin, M.Sc. Favoriser la pollinisation des canneberges par un nourrissage au sirop des colonies d abeilles Georges Martin, M.Sc. Chargé de projets Centre de recherche en sciences animales de Deschambault (CRSAD) Collaborateur

Plus en détail

METHODE DE LUTTE ALTERNATIVE : TEST D HUILES ESSENTIELLES DILUEES EN CULTURE IN VITRO

METHODE DE LUTTE ALTERNATIVE : TEST D HUILES ESSENTIELLES DILUEES EN CULTURE IN VITRO ARBORICULTURE 2011 (fiche3.02.02.25 AB) A11PACA/04 METHODE DE LUTTE ALTERNATIVE : TEST D HUILES ESSENTIELLES DILUEES EN CULTURE IN VITRO POUR LIMITER LE DEVELOPPEMENT DE MONILIA LAXA Sophie-Joy ONDET,

Plus en détail

La production de semences maraîchères

La production de semences maraîchères La production de semences maraîchères RADHORT CENTRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L'HORTICULTURE CAMBÉRÈNE DAKAR ISRA Institut de Sénégalais de Recherches Agricoles CDH Centre pour le Développement de l Horticulture

Plus en détail

Bac blanc n o 3 Première L 2015 Partie 2 (6 points) Des eaux de différentes régions de la Terre

Bac blanc n o 3 Première L 2015 Partie 2 (6 points) Des eaux de différentes régions de la Terre Bac blanc n o 3 Première L 2015 Partie 2 (6 points) Des eaux de différentes régions de la Terre L eau, qualité et quantité (lundi 22 mars 2010) «Vous le savez, le 22 mars, c est la Journée mondiale de

Plus en détail

PROTOCOLE CADRE POUR L EVALUATION BIOLOGIQUE

PROTOCOLE CADRE POUR L EVALUATION BIOLOGIQUE COMITÉ PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SÉCHERESSE AU SAHEL COMITÉ SAHÉLIEN DES PESTICIDES (CSP) PROTOCOLE CADRE POUR L EVALUATION BIOLOGIQUE DES INSECTICIDES AU SAHEL LUTTE ANTIACRIDIENNE Champ

Plus en détail

Chapitre : Les végétaux colonisent le milieu

Chapitre : Les végétaux colonisent le milieu Chapitre : Les végétaux colonisent le milieu Accroche : observation des érables dans le collège. Ils n ont pas été apportés par l Homme. Comment les jeunes érables sont arrivés ici? Chapitre avec approche

Plus en détail

Pistes pour produire du miel : emplacement, environnement, matériel, bonnes pratiques. Etienne BRUNEAU - CARI asbl

Pistes pour produire du miel : emplacement, environnement, matériel, bonnes pratiques. Etienne BRUNEAU - CARI asbl Pistes pour produire du miel : emplacement, environnement, matériel, bonnes pratiques Etienne BRUNEAU - CARI asbl L apiculture wallonne Wallonnie U. E. Ruches 110.000 15.600.000 Apiculteurs 4.000 600.000

Plus en détail

Cerisier Comportement variétal St Laurent d Agny (Rhône) 2010

Cerisier Comportement variétal St Laurent d Agny (Rhône) 2010 Cerisier Comportement variétal St Laurent d Agny (Rhône) 1 Christophe GRATADOUR, Clémence BAZUS - CA ; Gérard CHARLOT - Ctifl I But de l essai Etudier le comportement et l'adaptation pédoclimatique de

Plus en détail

LA PRODUCTION ET LE STOCKAGE DES SEMENCES MARAICHERES. I. Introduction à la production de semences

LA PRODUCTION ET LE STOCKAGE DES SEMENCES MARAICHERES. I. Introduction à la production de semences Association APAD/Sanguié Pour la Promotion d une Agriculture Durable Agroécologie Tel : 70 48 43 41 / 76 29 72 25 E-mail : bacye_sam@yahoo.fr LA PRODUCTION ET LE STOCKAGE DES SEMENCES MARAICHERES I. Introduction

Plus en détail

Potentiel du Bourdon fébrile comme vecteur pollinique du Bleuetier nain

Potentiel du Bourdon fébrile comme vecteur pollinique du Bleuetier nain Potentiel du Bourdon fébrile comme vecteur pollinique du Bleuetier nain Réalisé par: Ève-Catherine Desjardins Sous la direction de: Domingos De Oliveira Contenu Introduction: Pollinisation chez le Bleuetier

Plus en détail

L éclaircissage des pommes selon Darwin

L éclaircissage des pommes selon Darwin L éclaircissage des pommes selon Darwin Par Paul Émile Yelle et Evelyne Barriault, agronomes Journée bilan pomme du Dura-club, Frelighsburg novembre 2016 IMPORTANCE DE L ÉCLAIRCISSAGE & POTENTIEL DE L

Plus en détail

LES CONDITIONS FAVORABLES AU DÉVELOPPEMENT

LES CONDITIONS FAVORABLES AU DÉVELOPPEMENT T SUR ABRICOT ET PÊCHE LES CONDITIONS FAVORABLES AU DÉVELOPPEMENT RÉSUMÉ Les monilioses sont une des maladies les plus préjudiciables pour la production des fruits à noyau. L efficacité des produits reste

Plus en détail

ARBORICULTURE 17.2008.02 A13 PACA / 03 et 04 Efficacité d insecticides naturels et du filet contre la mouche de la cerise et Drosophila suzukii

ARBORICULTURE 17.2008.02 A13 PACA / 03 et 04 Efficacité d insecticides naturels et du filet contre la mouche de la cerise et Drosophila suzukii ARBORICULTURE 17.2008.02 A13 PACA / 03 et 04 Efficacité d insecticides naturels et du filet contre la mouche de la cerise et Drosophila suzukii Salima Kharbachi, François Warlop - GRAB 1 -OBJECTIF Depuis

Plus en détail

La plante mellifère du mois : le saule marsault (Salix capraea) de la famille des salicacées

La plante mellifère du mois : le saule marsault (Salix capraea) de la famille des salicacées La plante mellifère du mois : le saule marsault (Salix capraea) de la famille des salicacées Jusqu à présent, les différentes floraisons qui se succèdent depuis le début de l année dans les parcs et les

Plus en détail

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Les grandes étapes de la vie d une plante 2. Page 1/10. Deux types de plantes 2

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Les grandes étapes de la vie d une plante 2. Page 1/10. Deux types de plantes 2 Sommaire Les Montagnes du Silence 2 Les grandes étapes de la vie d une plante 2 Deux types de plantes 2 La vie d une plante à fleurs 3 La vie d une plante sans fleur 7 Page 1/10 Les grandes étapes de la

Plus en détail

Mon prénom: Mon petit livre de la pomme

Mon prénom: Mon petit livre de la pomme Mon prénom: Mon petit livre de la pomme 1 HISTOIRE DE LA POMME AU CANADA Ce sont les premiers colons qui ont introduit le pommier et d autres arbres fruitiers de la France en Amérique du Nord. Selon les

Plus en détail

Floraison du canola (Crucifera: Brassicaceae) et le rendement des colonies. d abeilles domestiques (Hymenoptera: Apidae).

Floraison du canola (Crucifera: Brassicaceae) et le rendement des colonies. d abeilles domestiques (Hymenoptera: Apidae). Floraison du canola (Crucifera: Brassicaceae) et le rendement des colonies d abeilles domestiques (Hymenoptera: pidae). RCHID SBBHI¹, DOMINGOS DE OLIVEIR¹, JOCELYN MRCEU² et ÉMILE HOULE 3. ¹Université

Plus en détail

Désordres post-récolte de la Honeycrisp

Désordres post-récolte de la Honeycrisp Désordres post-récolte de la Honeycrisp Dominique Plouffe, B. Sc. (Bioclimatologie et modélisation) AAC, Centre de recherche et de développement, Saint-Jean-sur-Richelieu, QC Avec la contribution de: Jennifer

Plus en détail

http://laclassedestef.eklablog.com/ et http://www.ressourcespourcm2.fr/

http://laclassedestef.eklablog.com/ et http://www.ressourcespourcm2.fr/ Séance 2 La diversité des climats dans le monde: La présence de grandes masses d eau, de hautes montagnes ou de précipitations sont aussi des facteurs importants pour le climat. Ainsi, le climat est adouci

Plus en détail

Greffage. Introduction. Comment préparer un starter ouvert. Le finisseur. Le nuclei et la ruchette de fécondations. Annexes.

Greffage. Introduction. Comment préparer un starter ouvert. Le finisseur. Le nuclei et la ruchette de fécondations. Annexes. Greffage. Introduction. Comment préparer un starter ouvert. Le finisseur. Le nuclei et la ruchette de fécondations. Annexes. Michel GALUS GREFFAGE Date Heure Jour - Opérations observations familiarisation

Plus en détail

Appel d offre N 02/2016 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment

Appel d offre N 02/2016 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment Appel d Offres: Acquisition de matériel de Laboratoire Appel d offre N 02/206 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment Cahier des prescriptions

Plus en détail

Dossier d informations sur les températures eau des bassins - air de la piscine du Naye

Dossier d informations sur les températures eau des bassins - air de la piscine du Naye Dossier d informations sur les températures eau des bassins - air de la piscine du Naye Mai 2012 A B C D Explication du fonctionnement de la piscine construite en 1974 Relevés températures eau (piscine

Plus en détail

C.P.I.E de Gâtine Poitevine à Coutières Tel : 05 49 69 01 44

C.P.I.E de Gâtine Poitevine à Coutières Tel : 05 49 69 01 44 LES ATELIERS Eveil des sens au jardin Découvrir le jardin par des approches sensorielles Acquérir des connaissances sur les plantes S exprimer sur un vécu d animation La biodiversité au jardin Découverte

Plus en détail

ASPERGE BLANCHE ESSAI VARIETES 2012 3ème année de pousse

ASPERGE BLANCHE ESSAI VARIETES 2012 3ème année de pousse ASPERGE BLANCHE ESSAI VARIETES 2012 3ème année de pousse Rosalie DUTERTRE - Maëlle KRZYZANOWSKI CDDL ARELPAL Alain CHALINE 8 02 01 05 I- But de l essai Comparer 6 variétés d asperges, cultivées en plein

Plus en détail

AVERTISSEUR SONORE DES VÉHICULES D'INTÉRÊT GÉNÉRAL PRIORITAIRES

AVERTISSEUR SONORE DES VÉHICULES D'INTÉRÊT GÉNÉRAL PRIORITAIRES AVERTISSEUR SONORE DES VÉHICULES D'INTÉRÊT GÉNÉRAL PRIORITAIRES Capacité(s) contextualisée(s) mise(s) en jeu durant l'activité : Définir et mesurer quelques grandeurs physiques associées à une onde sonore

Plus en détail

Evolution de la filière depuis 20 ans. Enjeux pour la filière. Plan de l exposé prévision de qualité

Evolution de la filière depuis 20 ans. Enjeux pour la filière. Plan de l exposé prévision de qualité Plan de l exposé prévision de qualité Modélisation de la qualitéd une récolte : exemple de la filière Mirabelle de Lorraine Catherine Gigleux- Spitz Ingénieur Ctifl responsable prune Station régionale

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE : «Confiture : comparaison de la gélification si cuisson à 104 C ou à température inférieure»

FICHE PEDAGOGIQUE : «Confiture : comparaison de la gélification si cuisson à 104 C ou à température inférieure» FICHE PEDAGOGIQUE : «Confiture : comparaison de la gélification si cuisson à 104 C ou à température inférieure» Séminaire de précisions culinaires du 23/03/2015 Fiche pédagogique «Confiture» Précision

Plus en détail

Cerisier Comportement variétal St Laurent d Agny (Rhône) 2009

Cerisier Comportement variétal St Laurent d Agny (Rhône) 2009 Cerisier Comportement variétal St Laurent d Agny (Rhône) 9 Christophe GRATADOUR, Clémence BAZUS - CA 69 ; Gérard CHARLOT - Ctifl I But de l essai Etudier le comportement et l'adaptation pédoclimatique

Plus en détail

Comment protéger les abeilles de la dérive de pesticides dans les cannebergières. Madeleine Chagnon, Ph.D.

Comment protéger les abeilles de la dérive de pesticides dans les cannebergières. Madeleine Chagnon, Ph.D. Comment protéger les abeilles de la dérive de pesticides dans les cannebergières Madeleine Chagnon, Ph.D. Entomologiste, chercheure Professeure associée, Département des sciences biologiques, UQAM; Centre

Plus en détail

La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale!

La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale! La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale! Journée sur l innovation en agriculture Alma, le 1 décembre 215 Nadia Bergeron, agr., M. Sc., Ph. D. Chargée

Plus en détail

Le raisonnement de l irrigation en arboriculture fruitière

Le raisonnement de l irrigation en arboriculture fruitière Le raisonnement de l irrigation en arboriculture fruitière Gestion de l irrigation Les parcelles de références du bulletin irrigation en arboriculture fruitière Les différents systèmes d irrigation en

Plus en détail

Les abeilles et l'apiculteur. Rucher Expérimental et Pédagogique du Pays d'iroise Site : http://reppi.free.fr Courriel : reppi@laposte.

Les abeilles et l'apiculteur. Rucher Expérimental et Pédagogique du Pays d'iroise Site : http://reppi.free.fr Courriel : reppi@laposte. Les abeilles et l'apiculteur Rucher Expérimental et Pédagogique du Pays d'iroise Site : http://reppi.free.fr Courriel : reppi@laposte.net Un essaim vient de quitter une ruche Cet essaim comprend des milliers

Plus en détail

Cerisier 2014 STRATEGIES DE LUTTE / DROSOPHILA SUZUKII

Cerisier 2014 STRATEGIES DE LUTTE / DROSOPHILA SUZUKII Compte rendu d essai Cerisier 2014 STRTEGIES DE LUTTE / DROSOPHIL SUZUKII Date : Décembre 2014 Rédacteur : Valérie GLLI - Ch. D griculture du Gard / SERFEL En collaboration avec : Maider RREGUI - Ch. D

Plus en détail

Du cacao au chocolat. C est pas sorcier.

Du cacao au chocolat. C est pas sorcier. Du cacao au chocolat. C est pas sorcier. 1 Comment appelle-t-on le fruit du cacaoyer? 2 La particularité de la cabosse est qu elle pousse à même 3 Qu y a-t-il à l intérieur d une cabosse? 4 Combien de

Plus en détail

FILETS D EXCLUSION: peut-on produire des pommes sans pesticides dans l est du Canada?

FILETS D EXCLUSION: peut-on produire des pommes sans pesticides dans l est du Canada? FILETS D EXCLUSION: peut-on produire des pommes sans pesticides dans l est du Canada? G. Chouinard agr. Ph. D. Verger du mont Saint- Bruno, 1945 Production sous filets U"lisé couramment contre grêle et

Plus en détail

Miel Maya Honing asbl

Miel Maya Honing asbl Miel Maya Honing asbl Politique de Responsabilité Environnementale Miel Maya Honing Rue Sainte-Walburge 207 4000 Liège 04/ 380 06 18 www.maya.be Contenu Politique de responsabilité environnementale de

Plus en détail

Stratégies de contrôle de la drosophile àailes tachetées. Emilie Turcotte Côté, agronome Club agroenvironnemental de l Estrie

Stratégies de contrôle de la drosophile àailes tachetées. Emilie Turcotte Côté, agronome Club agroenvironnemental de l Estrie Stratégies de contrôle de la drosophile àailes tachetées Emilie Turcotte Côté, agronome Club agroenvironnemental de l Estrie Pourquoi contrôler la drosophile? Photo : Laboratoire de diagnostic en phytoprotection,

Plus en détail

Cerisier 2014 STRATEGIES DE LUTTE CONTRE RHAGOLETIS CERASI

Cerisier 2014 STRATEGIES DE LUTTE CONTRE RHAGOLETIS CERASI Compte rendu d essai Cerisier 214 STRATEGIES DE LUTTE CONTRE RHAGOLETIS CERASI Date : Décembre 214 Rédacteur : Valérie GALLIA - Ch. D Agriculture du Gard / SERFEL En collaboration avec : Maider ARREGUI

Plus en détail

La transformation de l argousier

La transformation de l argousier La transformation de l argousier De L arbre Du fruit Au produit fini prêt à la vente Mont Echo Naturels, Inc. Fabricant Québécois et distributeur de produits de spécialité d'argousier Siège social, ferme

Plus en détail

Chap.4 Miroirs sphériques

Chap.4 Miroirs sphériques Chap.4 Miroirs sphériques 1. Miroirs sphériques concaves ou convexes 2. Stigmatisme et aplanétisme 2.1. Stigmatisme rigoureux - Points particuliers 2.2. Stigmatisme et aplanétisme approchés dans les conditions

Plus en détail

Nichoirs à insectes. Domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture Concernés :

Nichoirs à insectes. Domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture Concernés : Nichoirs à insectes Enjeux Assurer la présence des insectes dans nos jardins. Difficulté technique : moyenne Niveau : à partir du cycle 3 Domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de

Plus en détail

Hypothèses à vérifier : Vous allez devoir réaliser des tests sur différentes maquettes (voir ci-contre), pour comprendre

Hypothèses à vérifier : Vous allez devoir réaliser des tests sur différentes maquettes (voir ci-contre), pour comprendre Problématique : Comment optimiser énergétiquement son isolation thermique? Travail la séquence : Nous avons vu en classe précémment, qu il est désormais essentiel construire autrement les habitations mornes!

Plus en détail

Formation apicole La mise en hivernage. Guy-Noël JAVAUDIN

Formation apicole La mise en hivernage. Guy-Noël JAVAUDIN Formation apicole La mise en hivernage Guy-Noël JAVAUDIN 1 Sommaire Introduction : les principes de base Le bilan sanitaire et contrôle de la reine Le nourrissement spéculatif et d amassage Le resserrement

Plus en détail

Problème : Quels mécanismes permettent la formation des graines contenant les embryons de nouveaux individus?

Problème : Quels mécanismes permettent la formation des graines contenant les embryons de nouveaux individus? Niveau : 4ème Intitulé de la partie du programme : Reproduction sexuée et maintien des espèces La reproduction sexuée chez la Margose Connaissances Capacités à travailler Attitudes La reproduction sexuée

Plus en détail

COLONISATION DU MILIEU PAR LES VÉGÉTAUX

COLONISATION DU MILIEU PAR LES VÉGÉTAUX Partie 3, Chapitre 7 COLONISATION DU MILIEU PAR LES VÉGÉTAUX Intro : Les plantes sont fixes, elles ne peuvent se déplacer. comment les végétaux, qui ne peuvent se déplacer, peuvent-ils alors coloniser

Plus en détail

Paysage lorrain en avril au moment de la floraison des nombreux représentants du genre Prunus ou pruniers au sens large

Paysage lorrain en avril au moment de la floraison des nombreux représentants du genre Prunus ou pruniers au sens large Paysage lorrain en avril au moment de la floraison des nombreux représentants du genre Prunus ou pruniers au sens large Les pruniers au sens large (Prunus sp.) de la famille des rosacées Le genre Prunus

Plus en détail

La production de panneaux en Rubberwood Photos et texte : db hardwoods (Belgique)

La production de panneaux en Rubberwood Photos et texte : db hardwoods (Belgique) La production de panneaux en Rubberwood Photos et texte : db hardwoods (Belgique) Rubberwood est le nom standard de l Hevea Brasiliensis. Les bois d HEVEA sont plantés en quantité dans les plantations

Plus en détail

Désherbage par occultation

Désherbage par occultation Désherbage par occultation Principe : - Couverture du sol avec un film opaque, avant mise en culture, pour réduire l'enherbement. - Les adventices germant sous le film sont détruites par absence de lumière.

Plus en détail

Les densités d élevage

Les densités d élevage Les densités d élevage «Espace vital» Chez le poulet de chair. Travail réalisé au niveau de la Ferme de Démonstration des Monogastriques «Baba Ali» Equipe : GRIBISSA K. TITAH F. SAIS M. SOUAMES A. MEBKHOUT

Plus en détail

Conduite d'un rucher en AB

Conduite d'un rucher en AB Conduite d'un rucher en AB Conduite d'un rucher en Bio - GUINTINI Nicolas, apiculteur bio, adhérent à l'adara: Conduire ses ruchers en Bio - D. vétérinaire Jean-Marie Barbançon GDS Apicole 26 Varroa varoose

Plus en détail

Grandes cultures et apiculture

Grandes cultures et apiculture Grandes cultures et apiculture la cohabitation est-elle encore possible? par Jean-Pierre Chapleau décembre 2013 Conséquences de la rareté des pollinisateurs Aliments plus rares et de moindre qualité (grosseur,

Plus en détail

Résultats et interprétations.

Résultats et interprétations. Introduction : Les échangeurs énergétiques verticaux sont des ouvrages dont le comportement thermique est assez complexe, à cause de l interaction avec le sol, qui ne peut pas être une science exacte,

Plus en détail

Exclusion par filets pour la production intensive de pommes Honeycrisp à haute valeur économique

Exclusion par filets pour la production intensive de pommes Honeycrisp à haute valeur économique Exclusion par filets pour la production intensive de pommes Honeycrisp à haute valeur économique Gérald Chouinard Journée technique Agropomme, 18 déc 2013 Filet d exclusion en arboriculture fruitière Utilisé

Plus en détail

Le ticket de caisse Classe de Dominique BERNASCHI CM2 octobre 2007 Ecole Sextius AIX en PROVENCE

Le ticket de caisse Classe de Dominique BERNASCHI CM2 octobre 2007 Ecole Sextius AIX en PROVENCE Le ticket de caisse Classe de Dominique BERNASCHI CM2 octobre 2007 Ecole Sextius AIX en PROVENCE Le ticket de caisse Classe de Dominique BERNASCHI Ecole Sextius AIX en PROVENCE Cette activité est issue

Plus en détail

C.P.I.E de Gâtine Poitevine à Coutières Tel :

C.P.I.E de Gâtine Poitevine à Coutières Tel : LES ATELIERS Eveil des sens au jardin Découvrir le jardin par des approches sensorielles Acquérir des connaissances sur les plantes S exprimer sur un vécu d animation La biodiversité au jardin Découverte

Plus en détail

Participe passé ou infinitif?

Participe passé ou infinitif? CM2 Étude de la langue Orthographe Participe passé ou infinitif? Compétences : - Écrire sans erreur les infinitifs de verbes du premier groupe après préposition (il me dit d aller). s : Savoir distinguer

Plus en détail

Réparations des réfractaires dans les bouilloires

Réparations des réfractaires dans les bouilloires Réparations des réfractaires dans les bouilloires Préparé par: Martin Desbiens, Directeur de Comptes Clients Sag-Lac et Nicolas Guy, Chargé de Projets Chantiers Sujets abordés dans cette présentation 1)

Plus en détail

Défi EDD 2014/15 : Expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles.

Défi EDD 2014/15 : Expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles. Défi EDD 2014/15 : Expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles. Démarche 1) Lancement du projet Lecture, explication et discussion autour de l extrait

Plus en détail

Les abeilles sont-elles en train de disparaître?

Les abeilles sont-elles en train de disparaître? Les abeilles sont-elles en train de disparaître? La pollinisation : l abeille au centre de la vie Albert Einstein (1879-1955), célèbre physicien allemand, a dit : «si les abeilles disparaissent, l humanité

Plus en détail

Le séchage artificiel du sapin (Abies alba) : une étape incontournable pour une meilleure valorisation

Le séchage artificiel du sapin (Abies alba) : une étape incontournable pour une meilleure valorisation Le séchage artificiel du sapin (Abies alba) : une étape incontournable pour une meilleure valorisation Le séchage du bois est une opération incontournable pour les scieries souhaitant se tourner vers la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Des ruches et des abeilles à l ARS Bourgogne-Franche-Comté! Dijon, le 17 mai 2016

DOSSIER DE PRESSE. Des ruches et des abeilles à l ARS Bourgogne-Franche-Comté! Dijon, le 17 mai 2016 DOSSIER DE PRESSE Dijon, le 17 mai 2016 Des ruches et des abeilles à l ARS Bourgogne-Franche-Comté! Contact Presse : Lauranne Cournault Tél. : 03.80.41.99.94 ARS Bourgogne-Franche-Comté Le Diapason, 2

Plus en détail

- Le contrôle du développement floral Comprendre la formation de la fleur p. 2. Activité complémentaire p. 6 à réaliser à la maison.

- Le contrôle du développement floral Comprendre la formation de la fleur p. 2. Activité complémentaire p. 6 à réaliser à la maison. Objectif : les particularités de l'organisation reproductrice des plantes, le résultat d'une évolution - dissection Observation : les plantes (angiospermes) sont en général fixées à l'interface air / sol.

Plus en détail

Intervenir tôt pour améliorer le taux de succès

Intervenir tôt pour améliorer le taux de succès CLINIQUE ÉCLAIRCISSAGE 2015 Intervenir tôt pour améliorer le taux de succès Présentée à Rockburn, le 12 mai 2015 par Paul Émile Yelle, agronome consultant en pomiculture Merci à Evelyne Barriault, MAPAQ

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Bulletin d information POMMIER No 07 1 er juin 2005 Version modifiée le 2 juin 2005 Errata : veuillez noter que contrairement à ce qui a été mentionné dans le communiqué original en page 4, à la section

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Efficacité de quelques champignons entomopathogènes Bernard GUERY DRAAF-SRAL Aquitaine François VILLENEUVE Ctifl, Centre de Lanxade Jean-Baptiste THIBORD ARVALIS, Montardon Quelques références historiques

Plus en détail

Sommaire. Introduction

Sommaire. Introduction Réactions à l entreposage et qualité post- récolte des pommes Cultivons l avenir d AAC / PICO- DPAI Analyse des résultats de la première année (2010-2011) Peter M.A. Toivonen Agriculture et Agroalimentaire

Plus en détail

Qualité d une eau : les ions sulfate TP SL 4

Qualité d une eau : les ions sulfate TP SL 4 Qualité d une eau : les ions sulfate TP SL Au cours d un travail dans un laboratoire de contrôle, il est demandé de vérifier si la concentration en ions sulfate dans une eau minérale correspond à l indication

Plus en détail

2.1 Votre hypothèse :

2.1 Votre hypothèse : Problématique : Comment optimiser énergétiquement son isolation thermique? Compétences du Socle commun Je sais regrouper dans un même document plusieurs éléments (texte, image, tableau, son, graphique,

Plus en détail

Analyses économiques en grandes cultures : le cas des fongicides foliaires et des engrais verts

Analyses économiques en grandes cultures : le cas des fongicides foliaires et des engrais verts Analyses économiques en grandes cultures : le cas des fongicides foliaires et des engrais verts Luc Belzile, agronome, économiste, M.Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement 11 février 2016, Drummondville

Plus en détail

Exercice pour : 1. mesurer votre compréhension de l analyse du rendement de votre portefeuille de placements; et

Exercice pour : 1. mesurer votre compréhension de l analyse du rendement de votre portefeuille de placements; et Exercice pour : 1. mesurer votre compréhension de l analyse du rendement de votre portefeuille de placements; et 2. connaître votre appréciation de notre rôle comme conseiller en placement. Les concepts

Plus en détail

TRAITEMENT DES DEMANDES DE MAJORATION D ASSURANCE POUR ENFANT

TRAITEMENT DES DEMANDES DE MAJORATION D ASSURANCE POUR ENFANT N 114 - SOCIAL n 33 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 TRAITEMENT DES DEMANDES DE MAJORATION D ASSURANCE POUR ENFANT L essentiel La loi de financement de la sécurité

Plus en détail

Stratégie de lutte contre la tavelure, le feu bactérien et la maladie des tâches de suie

Stratégie de lutte contre la tavelure, le feu bactérien et la maladie des tâches de suie Research Institute of Organic Agriculture Forschungsinstitut für biologischen Landbau Institut de recherche de l agriculture biologique Stratégie de lutte contre la tavelure, le feu bactérien et la maladie

Plus en détail

Découvrir les nombres et leurs utilisations. 1. Découverte de la situation

Découvrir les nombres et leurs utilisations. 1. Découverte de la situation SEANCE Les boîtes à compter Utiliser le dénombrement pour constituer une collection d une taille donnée Mobiliser des symboles analogiques pour donner des informations sur une quantité Savoir représenter

Plus en détail

Les enseignements du chantier expérimental de Montholier Jura

Les enseignements du chantier expérimental de Montholier Jura Les enseignements du chantier expérimental de Montholier Jura Aix en Provence Assises de la construction Paille - PACA 19 octobre 2007 Pour permettre à des techniques encore confidentielles de devenir

Plus en détail

Cerisier. Porte-greffe : Maxma

Cerisier. Porte-greffe : Maxma Porte-greffe : Maxma 1 Variétés Code GEVES Numéro de page Bigarreau Summit 3 3 Burlat 3 4 Coralise 3 5 Ferdouce F 6 Fertille F 7 Folfer F 8 Guigne Early Rivers Radiation en 2009 9 Primulat 4 10 Sunburst

Plus en détail

Explore le monde de l abeille

Explore le monde de l abeille Rubrique : Sur la piste Page : 6-7 Fiche pédagogique Magazine Les Explorateurs Mai 2016 Explore le monde de l abeille COMPÉTENCES Français : Lire des textes variés Sciences : Explorer le monde de la science

Plus en détail

Parcours de soins cancer du sein et. Dr Cédric NADEAU Service de chirurgie Gynécologique CHU de POITIERS

Parcours de soins cancer du sein et. Dr Cédric NADEAU Service de chirurgie Gynécologique CHU de POITIERS Parcours de soins cancer du sein et chirurgie ambulatoire Dr Cédric NADEAU Service de chirurgie Gynécologique CHU de POITIERS Cancer dépisté ou palpé De petite taille: autorise traitement conservateur

Plus en détail

Annexe 11 : Doses plafond de fertilisation

Annexe 11 : Doses plafond de fertilisation Annexe 11 : Doses plafond de fertilisation Cette fiche a été rédigée dans le cadre des travaux du groupe régional d expertise nitrates, à partir des références scientifiques disponibles en Poitou-Charentes.

Plus en détail

DEMANDE D ÉVALUATION DE PRODUITS IMMUNISANTS À LA SUITE D UN BRIS DE LA CHAÎNE DE FROID

DEMANDE D ÉVALUATION DE PRODUITS IMMUNISANTS À LA SUITE D UN BRIS DE LA CHAÎNE DE FROID FORMULAIRE A Retourner à : Mme Annie Demers Au 418-666-2776 (fax) ou AnnieDemers@ssss.gouv.qc.ca DEMANDE D ÉVALUATION DE PRODUITS IMMUNISANTS À LA SUITE D UN BRIS DE LA CHAÎNE DE FROID Date du signalement

Plus en détail

Oral 4. Une transformation biologique au service de l'alimentation humaine 6 ème. Exposé

Oral 4. Une transformation biologique au service de l'alimentation humaine 6 ème. Exposé Réflexion sur la leçon Oral 4 Une transformation biologique au service de l'alimentation humaine 6 ème Exposé Pourquoi s intéresser à des aliments issus de transformations biologiques Replacer les pratiques

Plus en détail

Fiche Technique. Abricot. Septembre 2008

Fiche Technique. Abricot. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Arboriculture Abricot Septembre 2008 Rédigée par : Eric HOSTALNOU Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

KAPTI CS. Lignée Colza d hiver «00» INSCRIT FRANCE 2008

KAPTI CS. Lignée Colza d hiver «00» INSCRIT FRANCE 2008 Lignée Colza d hiver «00» INSCRIT FRANCE 2008 Bon comportement face au complexe maladies Très riche en huile Très bonne régularité en en toutes conditions Productivité élevée , captez l or noir!, inscrite

Plus en détail

GDR Efficience des EHPAD

GDR Efficience des EHPAD GDR Efficience des EHPAD REUNION DEPARTEMENTALE MEURTHE ET MOSELLE 15 OCTOBRE 2014 THEMATIQUE INITIEE PAR LA DIRECTIVE DU 19 JUILLET 2010 Analyse de l efficience du fonctionnement des EHPAD en s appuyant

Plus en détail

TP5 Les Stocks de sécurité

TP5 Les Stocks de sécurité Stock de sécurité : TP5 Les Stocks de sécurité Le but de ce TP n étant pas de paraphraser inutilement le contenu du cours, mais bel et bien de le comprendre, après avoir relu le cours, nous avons fait

Plus en détail

UML. TD TP Du cerveau à la feuille De la feuille à l ordinateur

UML. TD TP Du cerveau à la feuille De la feuille à l ordinateur UML TD TP Du cerveau à la feuille De la feuille à l ordinateur Cas d utilisation Sokoban L objectif est de guider dans une usine un personnage qui doit positionner des caisses aux bons endroits de l entrepôt

Plus en détail

MONTÉRÉGIE OUEST - BILAN DE SAISON 2016

MONTÉRÉGIE OUEST - BILAN DE SAISON 2016 MONTÉRÉGIE OUEST - BILAN DE SAISON 2016 M.A.P.A.Q. Montérégie-Ouest, Club Producteurs Sud-Ouest, Paul-Émile Yelle consultant en pomiculture. Faits saillants de la saison 2016 : Épisodes de grêle dans certaines

Plus en détail

MÉMOIRE DE DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE VACCINOLOGIE TITRE

MÉMOIRE DE DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE VACCINOLOGIE TITRE UNIVERSITE BORDEAUX SEGALEN ECOLE DU VAL-DE-GRACE Paris MÉMOIRE DE DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE VACCINOLOGIE TITRE "EVALUATION DES EFFETS DE L INTRODUCTION DU NOUVEAU VACCIN CONJUGUE A (MENAFRIVAC ) A L ECHELLE

Plus en détail

Direction Santé Publique et Environnementale. Mise en place d un «Jardin Sen2nelle»

Direction Santé Publique et Environnementale. Mise en place d un «Jardin Sen2nelle» Direction Santé Publique et Environnementale Mise en place d un «Jardin Sen2nelle» Contexte Si les végétaux font partie du paysage naturel, du paysage modelé, de notre confort de vie, de l'agrément, certains

Plus en détail

Les exigences des pollinisateurs versus ceux du producteur : comment les concilier? La pollinisation : petit rappel

Les exigences des pollinisateurs versus ceux du producteur : comment les concilier? La pollinisation : petit rappel Les exigences des pollinisateurs versus ceux du producteur : comment les concilier? Par Marie-Pascale Beaudoin, conseillère horticole MAPAQ, Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean La pollinisation

Plus en détail

Présentation tournesol RTR 2013

Présentation tournesol RTR 2013 Présentation tournesol RTR 2013 l ANAMSO La production de semences oléagineuses en 2011 Les productions de semences de tournesol Réglementation technique de la production de semences de tournesol Conditions

Plus en détail

Régression pour les modèles autres que linéaires

Régression pour les modèles autres que linéaires Régression pour les modèles autres que linéaires Lorsqu on recueille des données expérimentales mettant en relation deux variables il est souvent intéressant de trouver le modèle mathématique sousjacent.

Plus en détail

DIVISION DE LA FORMATION ET DE L ÉTUDIANT (DIFE) Etude longitudinale ETUDIANTES, vague 2013 (n= 1'693) :

DIVISION DE LA FORMATION ET DE L ÉTUDIANT (DIFE) Etude longitudinale ETUDIANTES, vague 2013 (n= 1'693) : DIVISION DE LA FORMATION ET DE L ÉTUDIANT (DIFE) Etude longitudinale ETUDIANTES, vague 2013 (n= 1'693) : BAC L, BAC ES, BAC S, Maturité suisse : comparaisons du degré de préparation aux études universitaires.

Plus en détail

Sur la piste de l ABEILLE

Sur la piste de l ABEILLE Pour une cohabitation harmonieuse des hommes et des abeilles Sur la piste de l ABEILLE Support pédagogique pour les enfants (6-12 ans) Getty Image www.sauvonslesabeilles.com www.maisondesabeilles.fr LA

Plus en détail

Observatoire national interministériel de sécurité routière

Observatoire national interministériel de sécurité routière Observatoire national interministériel de sécurité routière Observatoire des vitesses deuxième quadrimestre 2008 1 N 19 21 octobre 2008 SYNTHESE Comparés à la situation un an auparavant, les résultats

Plus en détail

Chapitre 1: La lumière

Chapitre 1: La lumière Chapitre 1: La lumière A) La lumière, c est quoi? (Faire le Laboratoire 1: Phénomènes lumineux) 1) De quoi est fait la lumière? De rayonnement. 2) De quoi est fait ce rayonnement? 1 ) De particules appelées

Plus en détail

Une grille d analyse des situations de manutention

Une grille d analyse des situations de manutention La charge, on la partage! Colloque sur la manutention St-Hyacinthe 10 novembre 2010 Une grille d analyse des situations de manutention St-Vincent, M., Lortie, M., Gonella, M., Denis, D. Contexte Développée

Plus en détail

MAP433 Statistique. 10 et 17 octobre 2014

MAP433 Statistique. 10 et 17 octobre 2014 MAP433 Statistique PC 7 et 8: Test du χ 2 et régression linéaire 10 et 17 octobre 2014 1 Test d adéquation du χ 2 Une vaste enquête au sein d un central téléphonique a permis de déterminer que le nombre

Plus en détail