Pathologie Lombaire Mécanique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pathologie Lombaire Mécanique"

Transcription

1 Pathologie Lombaire Mécanique 10 fiches pour Authentifier Éliminer Classer Connaître Évaluer Traiter Présentation de Christian Mansat

2

3 BIOMÉCANIQUE VERTÉBRALE - FICHE 1 BIOMÉCANIQUE VERTÉBRALE La compréhension du fonctionnement vertébral permet de mieux appréhender le mécanisme et la prise en charge des lombalgies. Il est nécessaire d intégrer à l unité fonctionnelle vertèbre, disque zygapophyse, un concept global lombo-sacro-pelvien. Le premier étant considéré comme la conséquence d une anomalie et le second comme la cause possible, un peu comparable aux lésions du compartiment interne du genou observé dans le genu varum. Le rachis lombaire apparaît comme surchargé sur le plan mécanique et fonctionnel. Il doit assumer une triple fonction : stabilité/mobilité/ protection. L unité fonctionnelle est assurée par l espace de mobilité vertébral disque, système zygapophysaire et structures capsulo-ligamentaires et musculaires. Le disque intervertébral très hydraté, en équilibre précontraint, est un amortisseur élasto-hydrodynamique. Le haut niveau d hydratation et son mode de fonctionnement voir sa dégénérescence est en rapport avec la matrice extracellulaire (glycoaminoglycans et collagènes) qui gèrent le contenu hydrique. Toute altération de ces structures aboutit à une dégénérescence discale avec instabilité du couple vertébral adjacent (R. Zanasi). La notion de courbure est l élément essentiel du comportement mécanique de la colonne lombaire et de ses rapports avec l ensemble lombo-sacro-pelvien. Les courbures vertébrales et leur évolution sont, en partie, liées au passage de l homme à la station debout. Elles sont définies par des angles dont l importance est liée à l orientation du plateau sacré (Duval, Beaupère). La pente sacrée est corrélée à l angle de lordose lombaire. Cette orientation dépend de la morphologie du bassin (angle d incidence pelvienne) et de son inclinaison par rapport à la verticale en position repos (version pelvienne). Ces trois paramètres (F. Bonnel, J.-M. Privat, P. Kouyoumdjian) sont liés par la relation : incidence = pente sacrée + version pelvienne. La version pelvienne, en position de repos est constante ( 20 ), donc incidence pelvienne, pente sacrée et lordose lombaire varient dans le

4 FICHE 1 - BIOMÉCANIQUE VERTÉBRALE - PAGE 2 FICHE 1 - BIOMÉCANIQUE VERTÉBRALE - PAGE 3 même sens. Plus l incidence est forte, plus le sacrum est incliné sur l horizontale, plus l angle de lordose nécessaire pour redresser la colonne vertébrale est forte. L étude des sujets asymptomatiques permet de définir des corrélations entre les paramètres pelviens et vertébraux. Il existe 4 types de dos au compartiment mécanique différent : - dans le type II, III, IV, les courbures sont harmonieuses, la lordose se répartit sur 4-6 vertèbres avec un apex sur L3, - la pente sacrée est croissante du type II au type IV, - la pente sacrée est faible dans le type I, mais la lordose est courte, - le déjettement postérieur de la colonne vertébrale doit être compensé par une longue cyphose. La stabilité de la colonne lombaire doit résister aux forces de compression (cisaillement, torsion, flexion). Outre les facteurs osseux, la stabilisation du rachis est assurée par les structures ligamentaires passives et musculaires actives. La stabilité intrinsèque passive est le fait des éléments disco-ligamentaires. La résistance du disque est directement liée à son taux d hydratation donc à la qualité de la matrice extracellulaire qui peut se dégrader avec l âge et dans certaines conditions de fonctionnement. Les ligaments longitudinaux verticaux et dorsaux sont satellite de l ensemble discocorporel. Les autres sont amarrés à l arc neural. Ils sont nombreux : ligaments jaunes, inter-épineux, sus-épineux, intra-transversaux, fascia-thoracolombaires qui renforcent les structures ligamentaires des articulations zygapophysaires. Colonne et ligaments doivent être assimilés à une tige élastique. Les éléments musculo-aponévrotiques assurent la stabilité extrinsèque du rachis. Ils se répartissent en muscle court inter-segmentaire et par des muscles longs superficiels aux attaches complexes (muscles latéro-vertébraux, parois musculaires antérieures abdominales). Les mouvements sont de trois ordres : flexion/extension ( ), inclinaison latérale (35 à 40 au niveau lombaire), rotation (10 au niveau lombaire). Au total, l organisation générale du rachis repose sur une triple finalité : - stabilité et mobilité assurée par le disque intervertébral, les différentes structures ligamentaires et musculaires, - et protection du système nerveux dans le canal rachidien. La moelle s arrête au niveau de l2 et se prolonge par le plexus lombaire. À l étage lombaire, la charge sur le disque intervertébral est importante. Elle représente 60 % du poids du corps au niveau de L4 en position debout. Elle double en position assise et en flexion antérieure. Classification de Roussouly (2003)

5 FICHE 1 - BIOMÉCANIQUE VERTÉBRALE - PAGE 4 C est un équilibre précontraint assuré par un amortisseur élastohydrodynamique. Cet ensemble est adapté à la transmission, l amortissement et la répartition des pressions. Toute anomalie au niveau de la fonction pelvo-rachidienne va modifier cet équilibre entraînant une surcharge fonctionnelle et donc une dégénérescence prématurée de ces structures. La lombalgie chronique non-constante dans ce dérèglement fonctionnel et non corrélée aux lésions observées reste le symptôme majeur d une grande fréquence. Elle peut se présenter sur plusieurs aspects, simple plus ou moins intense, compliquée par atteinte des racines nerveuses ou de la queue de cheval.

6 PHYSIOPATHOLOGIE DE LA LOMBALGIE CHRONIQUE - FICHE 2 PHYSIOPATHOLOGIE DE LA LOMBALGIE CHRONIQUE La lombalgie chronique exprime une souffrance de l espace de mobilité vertébrale (disque intervertébral, articulations zygoapophysaires, différents ligaments perivertébraux de l arc antérieur et postérieur). Si le plus souvent le disque est concerné en premier, bien que son absence d innervation pose problème, chacune des autres structures du segment mobile peut être à l origine de ces phénomènes lombalgiques. Disque, cartilage, plateau vertébral et os sous-cortical, ligaments, capsule articulaire postérieure, muscles forment un ensemble mécanique assurant la mobilité avec absorption et redistribution des contraintes. Lors de mouvements, la précontrainte stabilisante se fait principalement par le disque (pression osmotique du nucleus et résistance à l étirement et à la torsion de l annulus) moins par les structures ligamentaires et musculaires que par les articulaires postérieures. Le vieillissement donc l altération des capacités mécaniques commence très tôt au niveau du disque, puis s étend par surcharge fonctionnelle à l ensemble des autres structures. Le vieillissement progressif et harmonieux n est généralement pas symptomatique (perte de l élasticité tissulaire, de la souplesse et de l amplitude articulaire), les douleurs sont rares. Le vieillissement plus rapide ou disharmonieux touchant un ou plusieurs de ces éléments peut entraîner des douleurs mécaniques, par inadaptation entre souplesse et aptitude du mouvement, défaut d absorption et de redistribution des contraintes. La physiopathologie de la dégénérescence discale est proche de l arthrose. Elle se caractérise par une déshydratation avec diminution des protéoglycanes et donc de leur hydrophilie. Les images de Modic au niveau des vertèbres adjacentes en sont la preuve. La déshydrations, la dégénérescence discale avec affaissement, l instabilité du couple vertébral avec dysfonctionnement des articulaires postérieurs d abord réductible puis irréductible sont

7 FICHE 2 - PHYSIOPATHOLOGIE DE LA LOMBALGIE CHRONIQUE - PAGE 2 FICHE 2 - PHYSIOPATHOLOGIE DE LA LOMBALGIE CHRONIQUE - PAGE 3 Protusions et hernies Sous l effet des contraintes majorées par la fragilisation discale, les fissurations discales et la fragilisation de l annulus fibrosus peuvent entraîner la migration du matériel discal (hernie sous ou trans-ligamentaire). les différentes phases évolutives de ce processus qui précèdent l arthrose. La hernie discale doit être considérée comme un accident aigu survenant sur un disque dégénératif. Les fissures de l anneau fibreux avec pénétration d éléments vasculo-nerveux expliquent l apparition des phénomènes douloureux (intérêt de la discographie). Zanasi et Chiandussi (Institut Zizzoli) ont parfaitement décrit ce phénomène de dégénérescence discale avec instabilité et subluxation antérieure en flexion et postérieure en extension et surcharge des articulations postérieures. Nous devons garder en mémoire ces différentes phases de l altération discale (J. Prère). Arthrose évoluée La progression des lésions dégénératives discales et articulaires va s accompagner d une fibrose discale, d ostéophytose avec perte de mobilité (stade III de Zanazi) avec apparition de déformations axiales voir de sténose canalaire pouvant expliquer l évolution de la symptomatologie (lombalgie simple, lombo-sciatique, rétrécissement du canal lombaire). Le classement de la dégénérescence du couple intervertébral s effectue en 4 étapes : - stade 0 : pas d anomalies - stade I : ostéophytose sans véritable pincement - stade II : pincement intersomatique avec ostéophytose antérieure - stade III : pincement plus franc avec ostéophytose et sclérose osseuse sous-chondrale - stade IV : affaissement discal et érosion des plateaux avec arthrose interapophysaire postérieure. Retenons que la corrélation avec la douleur n est pas obligatoire. Il y a plus d altérations morphologiques et de pincements intersomatiques chez le lombalgique que chez le non-lombalgique (60 % contre 40 %). Œdème osseux réactionnel par surcharge mécanique Vieillissement discal normal Discopathie dégénérative disharmonieuse et instabilité avec déshydratation et perte de concentration de protéoglycanes. Les fissurations circonférentielles et radiaires permettent l apparition intra-discale d une innervation nociceptive. À cela s ajoute un remaniement du tissu spongieux évolutif (Modic 1, 2 et 3). Ces remaniements osseux s accompagnent d ostéophytose et des érosions corticales géodiques.

8 FICHE 2 - PHYSIOPATHOLOGIE DE LA LOMBALGIE CHRONIQUE - PAGE 4

9 BILAN CLINIQUE - FICHE 3 BILAN CLINIQUE La lombalgie chronique dite aussi commune est un syndrome douloureux chronique (continu ou récurrent) de la région lombaire qui évolue depuis plus de 3 mois avec ou sans radiculalgie. Elle doit être prise en compte compte tenu des coûts humains et socio-économiques qu elle engendre (B. Auvinet). L examen clinique bien conduit est le premier temps de sa prise en charge. Il doit : - authentifier la lombalgie chronique mécanique - éliminer une possible lombalgie symptomatique (red flag) - classer la lombalgie en fonction de certains paramètres (profession, âge, obésité, sexe, troubles statiques, anomalies congénitales ou acquises). - Connaître l existence de formes simples et compliquées, hyperalgiques récidivantes, avec irradiation, avec troubles moteurs (sciatique paralysante), avec canal lombaire étroit et possible syndrome de la queue de cheval. - Evaluer la lombalgie chronique mécanique : - Importante de la douleur, - Echelle de la force musculaire, - Echelle de raideur (indice de Schober), - Echelle fonctionnelle, - Echelle de qualité de vie, - Echelle de passage à la chronicité (échelle de Valat). L examen du malade débute par un interrogatoire : - localisation de la douleur - son caractère permanent ou intermittent - son aggravation progressive ou non - son intensité - son rythme mécanique, inflammatoire ou mixte - ses conditions d aggravation ou de déclenchement - l impulsion à la toux, l éternuement et la défécation Cet interrogatoire doit également préciser l anamnèse de la douleur, le degré de handicap, les antécédents familiaux ou personnels à la recherche de traumatismes physiques, psychiques ou socioprofessionnels.

10 FICHE 3 - BILAN CLINIQUE - PAGE 2 FICHE 3 - BILAN CLINIQUE - PAGE 3 Il ne faut pas omettre l évolution de la maladie et les différents traitements proposés. L évaluation des troubles algo-fonctionnels par un auto-questionnaire type Dallas est intéressant. L examen clinique du lombalgique chronique se déroule en trois temps : - étude de la statique et de la mobilité rachidienne - recherche des points douloureux - évaluation de la mobilité Etude de la statique doit être réalisée en position debout (de dos et de profil) : - de dos, apprécier les repères osseux (épineux, crête iliaque, épines iliaques), évaluer une inégalité de longueur des membres inférieurs, une scoliose ou attitude scoliotique, son degré de correctibilité - de profil, évaluer la lordose, la cyphose et l état musculaire en particulier de la paroi abdominale. Recherche de points douloureux sur le sujet débout ou couché, sur la ligne des épineuses ou dans la zone para-vertébrale parfois à distance dans le tissu cellulaire sous-cutané (manœuvre du pincerrouler de Maigne). Se méfier des patients poly-algiques (j ai mal partout!). La recherche de la douleur provoquée au niveau des sacro-iliaques est parfois intéressante. Etude de la mobilité dans le plan sagittal (flexion-extension) : évaluer l indice de Schober, dans le plan frontal (inclinaison latérale droite et gauche) et dans l axe vertical (rotation droite-gauche). Ne pas oublier que la flexion est la somme des mouvements rachidiens et des coxo-fémorales. Courbures antéro-postérieures Flexion-extension du rachis dorso-lombaire Extension 30 Flexion 60 Rotation gauche 75 Rotation du rachis dorso-lombaire 0 Rotation droite 75 Examen physique du rachis Bilan neurologique - en décubitus dorsal, évaluer l irradiation de la douleur - étude des réflexes rotuliens et achilléens - troubles moteurs pointe du pied (S1) ou talon (L5) - Manœuvre de Lasegue (élévation du membre inférieur genou tendu) - Etude de la sensibilité objective. Au terme de cet examen clinique, le clinicien aura orienté le diagnostic : lombalgie mécanique, lombalgie viscérale ou inflammatoire ou d une autre nature, ce qui lui permettra de choisir les différents examens cliniques, radiologiques ou biologiques et de juger d un éventuel problème mécanique, socioprofessionnel ou psychologique. Bien noter l absence de corrélation anatomo-clinique chez le patient lombalgique : 7% de hernies discales dans la lombalgie dont 55% seulement douloureuses.

11 FICHE 3 - BILAN CLINIQUE - PAGE 4 n Lombalgies «banales» - classer : plus ou moins aiguës, récidivantes avec ou sans irradiation (lombosciatique) - lombalgie discale (discopathie dégénérative) avec atteinte ou non des articulaires postérieures - hernie discale avec lombo-sciatique. n À part : - spondylolisthésis avec lyse isthmique, - pseudo-spondylolisthésis avec arthrose inter-apophyse postérieure, - sténose lombaire. n Rachis lombaire et sport (surtout plongeur, patineur artistique, skieur, gymnaste, danseur, golfeur, etc.) (ne pas oublier le cartable trop lourd) - lombalgie et dorsolombalgie fréquentes avec dégénérescence discale parfois hernie - spondylolyse et spondylolisthésis (>50% dans certains sports, <10 % dans la population générale). - Séquelles de la maladie de Scheuermann (cyphose non réductible, hernie intra-spongieuse et aspect feuilleté des corps vertébraux dorsaux souvent lombaires).

12 BILAN RADIOGRAPHIQUE STANDARD - FICHE 4 BILAN RADIOGRAPHIQUE STANDARD Le bilan radiographique standard reste l examen de première intention devant une lombalgie chronique. Les recommandations de bonne pratique professionnelle conseillant, devant toute lombalgie chronique sans radiculalgie, sans trouble moteur, sans suspicion clinique de possible cause symptomatique, de réaliser une simple radiographie de la colonne lombaire de face et de profil. L imagerie ne modifie pas le traitement symptomatique médical ou physique. Les lésions arthrosiques, la dégénérescence discale sont aussi fréquentes chez le patient lombalgique et non lombalgique. Cette participation discale, l atteinte des autres structures de l espace de mobilité vertébrale est aussi fréquente chez les lombalgiques et les non lombalgiques. Cette dégénérescence discale et ses conséquences sur les articulations zygapophysaires peuvent être évaluées sur des échelles validées (gradation de Lane et échelle de Wilke). Le bilan radiographique lombaire statique permet d évaluer l espace inter somatique, l éversion des plateaux vertébraux, l ostéophytose, la sclérose osseuse sous-chondrale, l arthrose zygaphophysaire : - stade 0 : absence d anomalie - stade I : début des ostéophytes sans pincement inter somatique - stade II : pincement inter somatique modéré et ostéophytose antérieure - stade III : pincement inter somatique franc avec ostéophytose et sclérose osseuse sous-corticale - stade IV : affaissement discal et érosion des plateaux. Précisons que les mêmes altérations sont retrouvées chez le patient lombalgique et non lombalgique.

13 FICHE 4 - BILAN RADIOGRAPHIQUE STANDARD - PAGE 2 FICHE 4 - BILAN RADIOGRAPHIQUE STANDARD - PAGE 3 Le bilan radiographie lombaire dynamique met en évidence une instabilité avec en flexion un glissement de la vertèbre sus-jacente à la discopathie qui se réduit plus ou moins complètement en extension. À un stade plus évolué, le glissement vertébral devient permanent et donc non réductible. La participation des articulaires postérieures est obligatoire. Un certain nombre d anomalies peuvent être trouvé sur les clichés standards, spondylolyse, spondylolisthèsis, anomalie transitionnelle, maladie de Baastrup, etc. Il peut être nécessaire de préciser les liens qui existent entre l espace de mobilité vertébral et la statique lombo-sacro-pelvienne. Les courbures des rachis sont plus ou moins adaptées. Elles sont définies par des angles dont l importance liée à l orientation du plateau sacré et donc aux courbures vertébrales en particulier la lordose lombaire. Au stade de la lombalgie chronique invalidante avec retentissement psychologique et socio-professionnelle, il faut dépasser la vision segmentaire de l unité fonctionnelle (V.D.Z.) Vertèbre, Disque, Zygapophyse et par un bilan radiographique plus complet avec une bonne évaluation du concept global (L.S.P.) Lombo Sacro Pelvien. Toute altération de ces structures est responsable d instabilité plus ou moins réversible. La dégénérescence discale liée à l âge diminue la lordose lombaire qui est compensée par l horizontalisation du plateau sacré. Les considérations biomécaniques doivent aussi bien influencer la rééducation que la chirurgie du rachis lombaire. Cette analyse sur un cliché de l ensemble de la colonne lombaire est importante dans des formes invalidantes posant le problème d une arthrodèse vertébrale ou d une prothèse. Le cliché radiographique doit aller de C2 au fémur proximal (J.-C. Le Huec). La forme du bassin est caractérisée par l angle d incidente (PI), qui est constant, par la version pelvienne (PT) et par la pente sacrée (SS): PI = PT + SS La forme du rachis dans le plan sagittal change au cours du vieillissement. Une analyse de ces paramètres est nécessaire avant tout geste chirurgical, ce qui permet de corriger en partie ces troubles statiques. Cela nécessite d être en mesure de répondre à trois questions : quel est l angle d incidence? l équilibre global est-il satisfaisant? (mesure de l angle spino-sacral), existe-t-il des phénomènes de compensation? Complément scanner ou IRM si nécessaire mais toujours priorité à la radiographie standard. Restaurer une morphologie normale

14 FICHE 4 - BILAN RADIOGRAPHIQUE STANDARD - PAGE 4 Fissures radiaires de l annulus. Discograhie et IRM Perte de rigidité : subluxation Hernie discale. Prise de contraste périherniaire en IRM

15 LOMBALGIE SYMPTOMATIQUE - FICHE 5 Signes d alertes («Red Flags») selon le groupe CostB13 [2,3] LOMBALGIE SYMPTOMATIQUE Âge du début des symptômes inférieur à 20 ans ou de plus de 55 ans Antécédent récent de traumatisme violent Douleur permanente, progressivement croissante Douleur non mécanique (non soulagée par le repos au lit, douleur supérieure le matin par rapport au soir) Douleur thoracique Antécédents médicaux de tumeur maligne Utilisation prolongée de corticoïdes Toxicomanie, immunosuppression, infection HIV Altération de l état général Perte de poids inexpliquée Syndromes neurologiques diffus (incluant le syndrome de la queue de cheval) Déformation rachidienne importante Fièvre La lombalgie chronique dite commune peut être considérée, bien qu il n y ait pas toujours de corrélation entre la clinique et les lésions anatomiques, en particulier de l espace de mobilité vertébral, comme une conséquence d un dysfonctionnement de ce système lié à des phénomènes dégénératifs d une ou plusieurs structures (disque, système ligamentaire, articulations zygoapophysaires postérieures, éléments tendino-musculaires). Un certain nombre de symptômes cliniques ou biologiques peuvent orienter vers des lombalgies spécifiques ou secondaires (alerte rouge ou red flag). Ces signes d alerte nécessitent une prise en charge spécifique et une nouvelle orientation des examens complémentaires. - âge de début des symptômes (avant 20 ans et après 55 ans) - antécédent de maladie néoplasique - toxicomanie immunodépression (UIH, traitement immunosuppresseur) - corticothérapie générale - traumatisme violent - douleur non mécanique douleur du matin ou du soir raideur matinale (> à 15 minutes) réveils nocturnes non liés au changement de positions altération de l état général amaigrissement fièvre sueurs nocturnes raideur lombaire persistante, déformation rachidienne signes neurologiques dépassant le métamère atteint, atteinte bilatérale, troubles sphinctériens, signes pyramidaux signes faisant suspecter une pathologie vasculaire, terrain, douleur thoracique, notion de pathologie anévrysmal. Ces différents symptômes permettent d évoquer une lombalgie symptomatique de nature infectieuse, inflammatoire, tumorale ou fracturaire.

16 FICHE 5 - LOMBALGIE SYMPTOMATIQUE - PAGE 2 FICHE 5 - LOMBALGIE SYMPTOMATIQUE - PAGE 3 Au moindre doute, une numération formule sanguine avec VS et CRP doivent être demandés en première intention. Il en est de même d un bilan radiographique du rachis lombaire de face et de profil complété d une radiographie du bassin et des sacro-iliaques. En cas de doute sur le caractère symptomatique de la lombalgie, l imagerie de deuxième intention (IRM) voir une scintigraphie ou une scanographie. Doivent être recherchés : - infection (spondylodiscite) - atteinte inflammatoire polyarthrite spondylarthropathie - lésion tumorale primitive ou métastatique, myélome - lésion fracturaire consécutive à l évolution d un processus ostéoporotique - pseudo-lombalgie viscérale ou anévrysmale. Lombalgie non mécanique : importance du bilan clinique 1- Rachis tumoral 2- Tumeurs bégnines Adulte - Angiome agressif Enfant adolescent jeune ostéome ostéoïde scanner seulement après IRM 3- Rachis tumoral + tassement Métastases Myélome diffus Métastase + tassement Myélome + tassement

17 FICHE 5 - LOMBALGIE SYMPTOMATIQUE - PAGE 4 4- Rachis infectieux Spondylite tuberculeuse torpide 5- Rhumatisme inflammatoire niveau dorsolombaire Début = 2 discites de PSR (Pelvi Spondylite Rhumatismal)

18 SCANNER & IRM - FICHE 6 SCANNER ET IRM L imagerie noble (J. Prère) ne s intéresse habituellement qu aux lombalgies symptomatiques, tumorales, infectieuses, inflammatoires, traumatiques et aux radiculalgies, sciatiques ou crurales (conflit disco-radiculaire ou ostéo-articulaire) à la claudication médullaire ou radiculaire (sténose canalaire ou radiculaire). LE SCANNER Caractéristiques du signal osseux des plateaux vertébraux encadrant une discopathie dégénérative. Type normal (A) et Types I (B), II (C) et III (D) de Modic et al. Il analyse mieux que la radiographie le pincement discal, les plateaux vertébraux et l arthrose articulaire postérieure. Le scanner est plus intéressant pour la radiculalgie que pour la lombalgie. Les protrusions discales antérieures et postérieures sont sans intérêt majeur. Il est présent chez 60 % des lombalgiques symptomatiques contre 40 % des asymptomatiques. La taille de la hernie discale est supérieure chez les patients lombalgiques et non lombalgiques. L intérêt du scanner est la sciatique ou la claudication intermittente douloureuse des membres inférieurs. Il a peu d intérêt dans la lombalgie banale. Il analyse par contre avec beaucoup de précision l atteinte des articulations postérieures. L EXAMEN PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE Différents aspects du signe de Modic L IRM apporte des données pratiques intéressantes en particulier le Modic I corrélé à la lombalgie dans près de 90 % des cas. Il peut évoluer comme la symptomatologie clinique. Les arthroses interapophyses postérieures, la bursite inter-épineuse (Baastrup). L altération des muscles para-vertébraux, atrophie, involution graisseuse sont bien apparentes.

19 FICHE 6 - SCANNER & IRM - PAGE 2 FICHE 6 - SCANNER & IRM - PAGE 3 Elle peut être la cause ou la conséquence d un dysfonctionnement lombaire : L altération du centre discal (hypo-signal T2) par déshydratation liée à la dégradation des protéoglycanes avec perte de leur hydrophilie. C est le mode de vieillissement habituel du disque comparable à l altération du cartilage dans l arthrose. Dans le disque, le contenu hydrique est de 90 % à 20 ans, 70 % à 60 ans. La différence entre les symptomatiques et les non symptomatiques est liée à la rapidité de la perte hydrique du signal centro-discal. Les fissurations circonférentielles et tangentielles de l annulus interne ne sont visibles que lorsque le signal discal est élevé. Chez les personnes âgées, seule la discographie les met en évidence. Dégénérescence graisseuse par les charges électronégatives des protéoglycanes du disque. Le disque n est ni vascularisé ni innervé. Précisons que 96 % des lombalgies ont un Modic type I. L évolution du Modic I se fait en 2 ou 3 ans vers le Modic II ou III. Cette image n est pas constante, elle ne s observe que dans 15 % des lombalgiques (surtout le petit Modic de faible surface). L IRM permet également de préciser l état des articulations postérieures avec parfois une hydarthrose avec kyste synovial. Des lésions musculaires sont également observées, elles peuvent être considérées comme la cause ou la conséquence du dysfonctionnement de l espace de mobilité vertébrale. Il y a plus d atrophie musculaire, plus de dégénérescences graisseuses chez le lombalgique que chez le non lombalgique. C est un signe de vieillissement normal du disque commun aux lombalgiques et aux non lombalgiques. Ces fissurations permettent la pénétration intra-discale à partir de la périphérie de vaisseaux et de nerfs normalement absents dans le disque. Les fissurations avec pénétration intra-discale d éléments conjonctivo-vasculaires sont plus fréquentes chez les lombalgiques que chez les non lombalgiques. Les modifications de l os sous-chrondral des plateaux vertébraux, un peu comparable à ce que l on observe dans l arthrose et qui est corrélé le plus souvent à la douleur (Felton) sont à la base d une classification des discopathies dégénératives proposée par Modic : Type I signal de type oedemateux (hyposignal T1 hypersignal T2) Type II signal de type graisseux (hypersignal T1 isosignal T2) Type III signal de type ostéocléreux (hyposignal T1 et T2) Les images peuvent être la conséquence d un mauvais fonctionnement du système visco-élastique du disque intervertébral avec altération des plaques cartilagineuses et perturbation des mouvements de l eau. En charge le nucléus se déshydrate, en décharge l eau réintègre le disque ce qui a une action nutritive et biomécanique. Ce phénomène de va et vient du contenu hydrique est en partie géré Au total l imagerie est riche dans la pathologie dégénérative du rachis, mais reste peu significative. La radiographie et le scanner sont de peu d intérêt pour déterminer la cause de la lombalgie. Ce qui est le plus significatif, c est la vitesse de l altération dégénérative. Il faut se contenter d une radiographie standard de face et de profil, le plus souvent statique, parfois dynamique et d une IRM pour ces deux éléments spécifiques (fissures et Modic I et II).

20 FICHE 6 - SCANNER & IRM - PAGE 4 Déshydratation commune et pincement discal en IRM Modic 1 large Fissure radiaire de l annulus. Discographie et IRM Fissure radiaire de l annulus en IRM avec produit de contraste Hernie discale. Prise de contraste périherniaire en IRM

21 FACTEURS DE RISQUE DU PASSAGE À LA CHRONICITÉ - FICHE 7 Travail insatisfaction professionnelle perception que le travail est dommageable manque de soutien du milieu du travail antécédents professionnels FACTEURS DE RISQUE DU PASSAGE À LA CHRONICITÉ Comportements repos prolongé mauvaise compliance ou suivi irrégulier des exercices activités réduites avec diminution marquée des activités de la vie quotidienne évitement des activités normales sommeil perturbé par la douleur augmentation de la consommation d alcool ou de substances semblables depuis l apparition de la douleur Attitudes et croyances à propos du mal au dos croyance que la douleur est dommageable ou qu elle est indicatrice d une lésion/maladie grave croyance que la douleur doit avoir disparu avant le retour au travail ou à des activités normales anticipation ou crainte d une augmentation de la douleur avec l activité ou le travail catastrophisme mauvaise interprétation des symptômes organiques croyance que la douleur est impossible à maîtriser attitude passive face à la réadaptation attentes irréalistes d une modalité thérapeutique Facteurs psychologiques dépression sentiment d inutilité irritabilité anxiété à (conscience accrue de) la symptomatologie désintérêt pour les activités sociales attitude surprotectrice du conjoint attitude punitive du conjoint manque de soutien pour verbaliser ses problèmes La lombalgie chronique se définit comme une douleur lombaire ou lombo-sacrée médiane ou latéralisée évoluant depuis plus de 3 mois (A. Constant et Y. Lazorthes). La guérison est l évolution habituelle de la lombalgie aigüe, elle survient dans 90 % avant la fin de la deuxième semaine. La récidive est fréquence, 40 % dans les six premiers mois. La prévalence de la chronicité varie selon les différentes séries publiées. Plusieurs facteurs ont été individualisés : facteurs individuels, socio-professionnels et psychologiques. Il semble important de les détecter pour essayer de prévenir cette évolution vers la chronicité avec toutes les conséquences que cela peut entraîner en raison en particulier des coûts directs et indirects que cela entraîne : - âge supérieur à 45 ans - antécédents de lombalgie et de chirurgie lombaire - présentation initiale de la lombalgie - contexte socio-professionnel - contexte psychologique - contexte médico-légal. Les «Yellow flags». Ces alertes jaunes sont des facteurs de risques psychosociaux de passage à la chronicité. Précisons l intérêt de l indice de Valat permettant d évaluer la probabilité d évolution chronique (cohorte de 2487 patients). - Nature de la lombalgie Lombalgie aigüe isolée Exacerbation de lombalgie chronique... 2 Lombo-sciatique... 4

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014

Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Sommaire Généralités Définitions Épidémiologie qqs chiffres Rappel anatomique Physiopathologie Facteurs

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges La lombalgie du sujet jeune Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges Pré-test 1- quel(s) symptôme(s) vous font suspecter une lombalgie symptomatique? a- douleur importante b- perte de

Plus en détail

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil LA LOMBALGIE Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil 1. INTRODUCTION La pathologie dégénérative du rachis lombaire est fréquente : la majorité

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale

Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale 4 ème Rencontre Médico-Chirurgicale LE RACHIS Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale S.A. Amouzougan, Rhumatologue CHU de St Etienne & Hôpital Emile Roux, Le puy Quelques rappels anatomiques

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011 T. Sacroug L. Brulhart D. Nguyen Lombalgie, syndrome radiculaire: quelle imagerie pour qui et à quel moment? Patient de 67 ans En vacances à Genève, retour à Moscou prévu 15 jours après notre 1 ère consultation.

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Gymnastique du dos. Introduction Anatomie du dos Les pathologies du dos Les causes Influence de la posture La prévention. Plan du cours.

Gymnastique du dos. Introduction Anatomie du dos Les pathologies du dos Les causes Influence de la posture La prévention. Plan du cours. Gymnastique du dos Plan du cours Introduction Anatomie du dos Les pathologies du dos Les causes Influence de la posture La prévention Introduction LE DOS est la 1ère cause d invalidité chez les moins de

Plus en détail

ALGORITHME DECISIONNEL

ALGORITHME DECISIONNEL ALGORITHME DECISIONNEL RACHIS LOMBAIRE SACRO ILIAQUES COXO FEMORALES BILAN 1 DIM RAS PATHOLOGIE LIMITEES TRAITEMENT 1 TNF LOMBAIRE NON TRAITE TNF SACRO ILIAQUE NON TRAITE BILAN CONTROLE 2 BIEN = DEBUT

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

Pour quelles raisons avons-nous, ainsi que plus de 100 kinésithérapeutes belges, choisi Mastercare la table thérapeutique suédoise?

Pour quelles raisons avons-nous, ainsi que plus de 100 kinésithérapeutes belges, choisi Mastercare la table thérapeutique suédoise? Article rédigé par Madame Karin Timmermans (en 2003), directrice du centre du dos 'Mastercare Rugcentrum' près d Anvers où elle exerce la profession de kinésithérapeute. Madame Timmermans a près de 20

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 Définition Lombo : Syndrome rachidien Sciatique : Syndrome radiculaire Chronique

Plus en détail

La maladie discale lombalgie et radiculalgie. Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset

La maladie discale lombalgie et radiculalgie. Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset La maladie discale lombalgie et radiculalgie Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset Invitation téléphonique du Dr Benoit COURSIMAULT Dr Benoit COURSIMAULT Chir. Orthopédique Haguenau

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Myélopathie cervicarthrosique MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE La myélopathie par cervicarthrose

Plus en détail

Imagerie médicale. Pathologie Rachis

Imagerie médicale. Pathologie Rachis Imagerie médicale Pathologie Rachis Rachis Rachis cervical 7 vertèbres Rachis thoracique 12 vertèbres Rachis lombaire 5 vertèbres Sacrum / Coccyx I- Rappels Vertèbre anatomiques type 1 Pédicule 2 Processus

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE Aspects cliniques et radiologiques P. Guigui, Hôpital Beaujon Paris Introduction Affection fréquente 5% à 7% Homme 2% à 5% Femme Le plus souvent

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI Institut Du Rachis Parisien SÉMANTIQUE canal lombaire étroit état / congénital canal rétréci / sténose canalaire évolution acquise / dégénératif NB : rétrécissement peu

Plus en détail

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE INTRODUCTION Hernie discale : débord disque Membre inférieur: Sciatique Cruralgie Membre supérieur Névralgie cervico-brachiale (NCB) RAPPELS ANATOMIQUES L5 Racine S1 S1 PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique

Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique Faculté de Médecine PARIS V- René Descartes Centre Hospitalier SAINTE-ANNE Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique G. Abi Lahoud M.D.,

Plus en détail

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette "

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue Xavier Dufour Gilles Barette Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette " Définition" # Société Française de Rhumatologie! # Douleur allant de la charnière dorsolombaire au bassin pouvant irradier jusqu$au

Plus en détail

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite.

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite. Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE?

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE? Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

LES DOULEURS RACHIDIENNES

LES DOULEURS RACHIDIENNES LOMBALGIES ET CERVICALGIES janvier 2013 LES DOULEURS RACHIDIENNES 1 LOMBALGIES CERVICALGIES MAIS ATTENTION : DORSALGIES 2 PATHOLOGIE LOMBAIRE 3 SOURCES DE LA DOULEUR LOMBAIRE (1) Corps vertébral : périoste

Plus en détail

Cyphose posturale et pathologique

Cyphose posturale et pathologique Cyphose posturale et pathologique Brice Ilharreborde CHU Robert Debré Université Paris VII Introduction Verticalisation = antéversion du bassin Mise en place progressive des courbures 3 mois: port de tête

Plus en détail

Prise en charge des douleurs lombo-sacrées

Prise en charge des douleurs lombo-sacrées Prise en charge des douleurs lombo-sacrées Du lumbago au FBSS Mélanie Laverdière Hôtel Dieu de Lévis 2 février 2012 Objectifs Établir les bases d une consultation chez un patient douloureux chronique Déterminer

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

LES LOMBOSCIATIQUES AIGUES ET CHRONIQUES

LES LOMBOSCIATIQUES AIGUES ET CHRONIQUES Rabat le 12 avril 2011 LES LOMBOSCIATIQUES AIGUES ET CHRONIQUES en cas cliniques Pr. A. EL MAGHRAOUI www.rhumato.info Introduction Lombosciatique = symptôme et non un diagnostic Lombalgie= douleur de la

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014

Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Introduction La lombalgie se définit comme «une douleur lombosacrée médiane ou latéralisée avec possibilité d irradiation

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Objec&fs. Hugues De Lachevrotière Janvier 2012. Savoir faire un examen du rachis dorsolombaire. Savoir reconnaître les principales pathologies

Objec&fs. Hugues De Lachevrotière Janvier 2012. Savoir faire un examen du rachis dorsolombaire. Savoir reconnaître les principales pathologies Hugues De Lachevrotière Janvier 2012 Objec&fs Savoir faire un examen du rachis dorsolombaire Et comprendre ce que l on fait! Savoir reconnaître les principales pathologies 1 Plan Anatomie Examen physique

Plus en détail

RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE?

RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE? RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE? Dr S. Genevay, CC Responsable Consultation multidisciplinaire du dos Service de rhumatologie EBM 1 Garder l activité = règle

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

Informations pour le patient sur la prothèse de disque intervertébral Prodisc-L pour vertèbres lombaires.

Informations pour le patient sur la prothèse de disque intervertébral Prodisc-L pour vertèbres lombaires. Informations pour le patient sur la prothèse de disque intervertébral Prodisc-L pour vertèbres lombaires. Fonctions de la colonne vertébrale Stabilité La colonne vertébrale humaine forme le squelette axial

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE. Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge. Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre

TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE. Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge. Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre Rappels anatomiques Rachis dorsal Charnière cervico-dorsale C7-T1

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 Service ALD et accords conventionnels - 1 - SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES I. INTRODUCTION Les lombalgies

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Maladie dégénérative de l articulation due à une dégradation progressive

Plus en détail

La lombosciatalgie par hernie discale

La lombosciatalgie par hernie discale 1 La lombosciatalgie par hernie discale I. Généralités - Définition : Fléau moderne invalidant, les lombosciatalgies ont plusieurs étiologies possibles. Même si les lombosciatalgies évoquent pour la plupart

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME»

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» E. GOZLAN, Paris Congrès GIEDA, Bruxelles- déc. 2008 En cas de résultat

Plus en détail

Prévenir... le mal de dos

Prévenir... le mal de dos Prévenir... le mal de dos 5 Mal de dos mal du siècle Qui n a pas un jour souffert du mal de dos? 8 personnes sur 10 souffrent ou souffriront du dos Plus d un français sur trois déclare avoir souffert du

Plus en détail

CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO.

CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. DEFINITION. - Cervicalgie : douleur susceptible d intéresser la région s étendant

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Contenu de formation kinésithérapie Collège des Masso-Kinésithérapeutes du Québec

Contenu de formation kinésithérapie Collège des Masso-Kinésithérapeutes du Québec 1. Système Crânio-sacrée 1.1 Théorie 1.2 Structure et anatomie 1.3 Mouvement du MRP 1.4 Phase du MRP 1.5 Rôle du MRP 1.6 Perturbation du MRP 1.7 Cause 1.8 Traitement clinique 1.9 Bio-mécanique Contenu

Plus en détail

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie)

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) Le diagnostic d une douleur du genou est sans doute l un des plus délicats à poser, si l on

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

Hernies discales. Session 7. Neuro Rachis. Hernies discales. Signes cliniques 19/02/2011. K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord

Hernies discales. Session 7. Neuro Rachis. Hernies discales. Signes cliniques 19/02/2011. K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord Session 7 Neuro Rachis Hernies discales K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord Cours étudiants session 7 Exploration d une lombosciatique résistante au traitement médical + repos Radio: rachis

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis.

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Étude clinique prospective randomisée et multicentrique. Prothèse discale lombaire totale. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Table des matières Introduction Indications, contre-indications

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Démembrement des lombalgies des sportifs

Démembrement des lombalgies des sportifs Démembrement des lombalgies des sportifs Docteur Rhumatologue INSEP Les rhumatologues ont été malheureusement surpris d apprendre après études multicentriques à grande échelle que la plupart des traitements

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

Item 215 : Rachialgies (Évaluations)

Item 215 : Rachialgies (Évaluations) Item 215 : Rachialgies (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 4 Scénario : Madame D., soixante-huit ans, est lombalgique chronique depuis quinze ans, mais elle

Plus en détail

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE?

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE? QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien.

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Introduction F. Proust, O. Langlois,

Plus en détail

Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144. 1. Examen clinique. Société Française de Rhumatologie. Les Publications sélectionnées.

Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144. 1. Examen clinique. Société Française de Rhumatologie. Les Publications sélectionnées. Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144 Catherine Marty Service de neuro-orthopédie, hôpital Raymond-Poincaré, 104, boulevard Raymond-Poincaré,

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES?

ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES? ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES? M. VANDERTHOMMEN, C. DEMOULIN et J.M. CRIELAARD Département des Sciences de la motricité, CHU,

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Laminectomie lombaire avec arthrodèse pour spondylolisthesis dégénératif

Laminectomie lombaire avec arthrodèse pour spondylolisthesis dégénératif Laminectomie lombaire avec arthrodèse pour spondylolisthesis dégénératif Fiche réalisée à partir de la fiche d'information de la SFCR QU EST CE QU UN CANAL LOMBAIRE ETROIT? La colonne vertébrale (ou rachis)

Plus en détail

VIBRATIONS CORPS TOTAL

VIBRATIONS CORPS TOTAL VIBRATIONS CORPS TOTAL FICHE AMBIANCES PHYSIQUES Sommaire : 1. Rappel automatique et physiologique de la colonne vertébrale 2. Analyse des contraintes : la posture assise 3. Définition des vibrations et

Plus en détail

La colonne vertébrale (organisation générale et bases biomécaniques)

La colonne vertébrale (organisation générale et bases biomécaniques) FICHE 1 La colonne vertébrale (organisation générale et bases biomécaniques) La colonne vertébrale est un axe souple, composé de vertèbres étagées les unes au dessus des autres, articulées entre elles

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

Femmes; 101. Hommes; 14. Série 1 Série 2 Série 3

Femmes; 101. Hommes; 14. Série 1 Série 2 Série 3 Tenter de nous apporter des informations pour essayer de trouver «un dénominateur commun» à ces douleurs «Kyste de Tarlov». L objet de cette recherche est à visée épidémiologique. Si nos informations sont

Plus en détail

L appareil locomoteur :

L appareil locomoteur : L appareil locomoteur : Constitué du squelette (les os), des muscles squelettiques permettant la locomotion et tous les mouvements La fonction locomotrice : - Intervient dans le maintien de la posture

Plus en détail

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs Carrière et mal de dos, la nécessaire prévention Les professionnels des métiers de la petite enfance sont particulièrement confrontés au fléau social qu est le mal de dos. Touchant près de 80 % de la population

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la

Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la rétraction des ischio-jambiers et des tendons profonds de

Plus en détail

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE La colonne vertébrale présente des courbures normales (physiologiques) : lordoses et cyphoses qu'il convient de différencier de courbures pathologiques (cyphose accentuée,

Plus en détail