Jérôme OSTALIER Gabor SAGI INSTITUT McKENZIE FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jérôme OSTALIER Gabor SAGI INSTITUT McKENZIE FRANCE"

Transcription

1 Jérôme OSTALIER Gabor SAGI INSTITUT McKENZIE FRANCE

2 IMPACT DE LA FLEXION ET DE L EXTENTION SUR LA DYNAMIQUE DISCALE: LE MODÈLE DISCAL LA FLEXION INDUIT UNE MIGRATION POSTÉRIEURE DU NUCLEUS L EXTENSION INDUIT UNE MIGRATION ANTÉRIEURE DU NUCLEUS ÉTUDES IN VITRO: SHAH JBJS 1978 ADAMS HUTTON Spine 1982 ADAMS HUTTON Spine 1985 KRAG Spine 1987 WILDER J Spinal Dis 1988 SEROUSSI J Orth Res 1989 SHEPPERD Ortho Trans 1990 et JBJS 1995 ÉTUDES IN VIVO: SCHNEBEL Spine 1988 BEATTIE Spine 1994 FENNEL Spine 1996 BRAULT Spine 1997 EDMONDSTON Man Ther 2000 ALEXANDER Spine 2007

3 CONCLUSIONS DES ÉTUDES BIOMÉCANIQUES SUR LA CONSTITUTION DES FISSURES DISCALES: UN PROCESSUS CENTRIFUGE LES FISSURES POSTERIEURES DU DISQUES SONT LE FRUIT D ACCUMULATION DE CONTRAINTES EN FLEXION Adams 1982 et 1985, Callaghan 2001, Aultman 2005, Tampier 2007, Scannel 2009

4 CONTINUUM PATHOLOGIQUE Deshydratation, Fragmentation du NUCLEUS Constitution de FISSURES ANNULAIRES MIGRATION d un fragment discal NOCICEPTION INTRADISCALE HERNIE DISCALE DOULEUR RADICULAIRE

5 DOULEUR RADICULAIRE Trajet précis, bien localisé, de distribution dermatomale Sensation «Electrique», «Décharges» Peut être associée à une radiculopathie=déficit sensitif,moteur,troubles des réflexes, signes duremériens (Lasègue,Léri) 2 mécanismes en cause: Mécanique Inflammatoire

6 METHODE McKENZIE Mechanical Diagnosis and Therapy (MDT) Robin McKENZIE, Physiothérapeute, Nouvelle Zélande

7 PRINCIPE: Classification par syndrome DERANGEMENT DYSFONCTION POSTURAL AUTRES

8 DÉRANGEMENT Conceptuellement: «Quelque chose se déplace. Ici, il s agit d un fragment de nucléus» La présentation symptomatique et mécanique peut changer rapidement: Les douleurs augmentent/diminuent, se «déplacent» Les amplitudes se «bloquent» et se «débloquent» Il y a des directions de mouvement qui produisent, augmentent, PÉRIPHÉRISENT les douleurs Il y a une direction de mouvement qui abolit, diminue, CENTRALISE les douleurs=preference DIRECTIONNELLE CENTRALISATION

9 CENTRALISATION La douleur la plus distale diminue puis disparait Peut s accompagner d une majoration de la douleur centrale Aina Man Ther 2004, Brotz J Neurol Med Surg 2003, Delitto Phys Ther 1993, Donelson Spine 1990, Donelson Spine 1991, Donelson Spine 1997, Erhard Phys Ther 1994, Fritz Spine 2000, Karas Phys Ther 1997, Kilby Physiother 1990, Kopp Clin Orth 1986, Laslett Spine 2005, Skytte Spine 2005, Sufka JOSPT 1998, Werneke Spine 1999, Werneke Spine 2001, Werneke Spine 2003, Werneke Spine 2005, Williams Spine 1991

10 CENTRALISATION DOULEUR SOMATIQUE IRRADIEE L ÉTANDUE DE L IRRADIATION EST PROPORTIONNELLE À LA NOCICEPTION INTRADISCALE (SCHWARTZER ET AL 1995, OHNMEISS ET AL 1997, O Neil 2002, HYUNG-GON KIM ET AL 2009) DOULEUR RADICULAIRE L ÉTANDUE DE L IRRADIATION EST PROPORTIONNELLE À LA DÉFORMATION DE LA RACINE (Kuslich, Smyth & Wright)

11 POINTS-CLES DE L EXAMEN CLINIQUE PREFERENCE DIRECTIONNELLE CLAIRE COMPOSANTE MECANIQUE DOMINANTE DERANGEMENT REDUCTIBLE

12 TRAITEMENT RÉDUIRE LE DÉRANGEMENT: Suivant la Préférence Directionnelle Auto-traitement+++ Suivre l évolution des marqueurs subjectifs et objectifs (signes neuro +++) MAINTENIR LA RÉDUCTION: Répétitions Correction posturale Eviter les facteurs aggravants RESTAURER LA FONCTION: Réintroduire les mouvements initialement aggravants PRÉVENIR LES RÉCURRENCES : Correction posturale débit-crédit (renforcement des spinaux, reconditionnement )

13 FICHE D EXAMEN INTERROGATOIRE EXAMEN PHYSIQUE

14 ÉTUDE DE CAS: Jacques F Patient âgé de 51 ans Maitre d œuvre dans le batiment Surtout debout, avec approx 2 hres de voiture par jour Loisirs: Course à pied, rando, bricolage La douleur a commencé il y a trois jours Suite à du bricolage intense, avec port de charges et flexion +++ Entre 5-8 sur EVA Le 03/09/2012 «Ankylose» «Engourdissement»

15 SECTION «MIEUX/EMPIRÉ» Pire en flexion et en cyphose Mais aussi aggravé pdt la marche, donc en lordose Pas de préférence directionnelle claire Le sommeil est le plus gros problème: le patient ne dort que quelques heures par nuit.

16 ANTÉCÉDENTS ET QUESTIONS SPÉCIFIQUES Pas de «drapeaux rouges» excepté la douleur nocturne Confirmation qu il faudra faire un examen neurologique

17 EXAMEN: RECHERCHE DES MARQUEURS OBJECTIFS Début de préférence directionnelle en lordose Déficit neurologique confirmé et documenté Extension= la perte de mvt la plus significative

18 TESTS DES MOUVEMENTS RÉPÉTÉS Pas de préférence directionnelle dans le plan sagittal Préférence directionnelle en rotation avec centralisation Progression des forces Autotraitement en rotation gauche Mobilisations en rotation gauche

19 CONCLUSIONS de l examen initial Syndrome de dérangement Préférence directionnelle en rotation gauche Programme d auto-traitement: Exercices en rotation lombaire gauche 6 x jour Correction posturale Le médecin prescripteur est prévenu du déficit neurologique. Utilisation d un coussin de soutien lombaire

20 SÉANCE 2: J2 ÉVOLUTION DES SYMPTÔMES: Douleur diminuée et Centralisation Dlr nocturne inchangée Début de 1 ère séance Début de 2 ème séance ÉVOLUTION DES SIGNES: N a plus de déficit sensitif Déficit moteur persiste «Ankylose» «Engourdissement» Le travail ds le plan sagittal périphérise tjs Des rotations modifiées, en latéro-cubitus abolissent la douleur dans l aine TRAITEMENT: Rotations en latérocubitus et continuer avec le maintien de lordose Ajout d un coussin

21 ÉVOLUTION: SÉANCE 3: J4 Presque plus de douleurs pendant la journée Douleurs dans l aine et un peu la cuisse persistent la nuit L extension majore et périphérise toujours la douleur dans l aine L extension en détente du nerf fémoral est indolore et améliore l amplitude d extension TRAITEMENT: A la maison: Rotations en latéro suivies d extensions modifiées Pendant la journée: Extensions debout modifiées Extensions en procubitus en détente du nerf fémoral droit Extensions debout en détente du nerf fémoral droit

22 SÉANCE 4: J11 INTERROGATOIRE: Mieux à plus de 90% pendant la journée Douleur très modérée et intermittente dans l aine Endurance normale à la station assise et à la marche Persistance d une importante gêne nocturne L IRM montre une hernie L3/L4 EXAMEN: Le signe de Léri est devenu négatif L extension debout est indolore Le patient est capable de faire les extensions en procubitus ss détente du nerf fémoral TRAITEMENT: Arrêt des rotations Extension simples Poursuivre la correction post Contacter le médecin: AINS? Extension en procubitus Extension debout Correction posturale

23 SÉANCE 5: J26 INTERROGATOIRE: Plus de douleurs la journée Douleurs mineures et très intermittentes la nuit EXAMEN: Test en flexion en décharge: pas de symptômes Conclusion: Patient est prêt pour la phase de restauration de fonction TRAITEMENT: Suivi de Flexion en décubitus Extension en procubitus Correction posturale Marcher +++, Reprise graduelle de la course à pied

24 SÉANCE 6: J33 INTERROGATOIRE: Plus de douleur la nuit Marche et course à pied (2 x 30 mn) bien tolérées Pas de réponse adverse à la flexion en décharge EXAMEN: Test en flexion assise: pas de douleur PROGRAMME D AUTOTRAITEMENT: Suivi de Flexion assise Extension en procubitus Extension debout

25 ETUDES CLINIQUES PREVALENCE D UNE PREFERENCE DIRECTIONNELLE: CHEZ 80 % DES PATIENTS AIGUS ET SUBAIGUS CHEZ 50 % DES PATIENTS CHRONIQUES ou RADICULALGIQUES 6 FOIS PLUS DE CHANCE DE SE FAIRE OPERER SI ABSENCE DE PREFERENCE DIRECTIONNELLE (Skytte L. Centralization: Its prognostic value in patients with referred symptoms and sciatica. Spine 2005) MEILLEURS RESULTATS EN RESPECTANT LA PREFERENCE DIRECTIONNELLE (dlr, fonction, signes neuro) ( Long A. Does it matter which exercise? Spine 2004/ Hanne BA, Manniche C. The efficacy of systematic active conservative treatment for patients with severe sciatica: A single-blind randomized clinical controlled trial. Spine 2011 Apr 7) NE PAS SE LAISSER IMPRESSIONNER PAR L IMAGERIE (Broëtz D. A prospective trial of mechanical physiotherapy for lumbar disk prolapsed. J.Neurol 2003) INTERET PARFOIS DE TRAITER D ABORD LA COMPOSANTE INFLAMMATOIRE (Schepers, Conférence MDT 2009)

26 CONCLUSIONS LA MÉTHODE MCKENZIE N EST PAS «QU UNE TECHNIQUE EN EXTENSION» C EST UNE MÉTHODE / UN MODE DE RAISONNEMENT CLINIQUE (CE N EST PAS UNE TECHNIQUE) CERTAINS PATIENTS DOIVENT INITIALEMENT TRAVAILLER EN DEHORS DU PLAN SAGITTAL MÊME QUAND LA PRÉFÉRENCE DIRECTIONNELLE EST EN EXTENSION, LA FLEXION EST RÉ-INTRODUITE EN FIN DE TRAITEMENT DANS LES RADICULOPATHIES, QUAND LA COMPOSANTE INFLAMMATOIRE EST IMPORTANTE, TTT ANTI- INFLAMMATOIRE PARFOIS INDISPENSABLE

27 MERCI DE VOTRE ATTENTION! POUR PLUS D INFO (site de l Institut Français) (site de l association nationale de praticiens) Sagi G. Evaluation et traitement mécanique des radiculopathies discales lombaires avec la méthode McKenzie (MDT). EMC (Elsevier Masson SAS,Paris), Kinésithérapie-Médecine physique-réadaptation, A-10,2012 Donelson R. Mechanical Diagnosis and Therapy for Radiculopathy. Phys Med Rehabil Clin N Am 22 (2011) 75-89

Evaluation et traitement des patients souffrant de Lombo- Sciatiques avec LA MÉTHODE McKENZIE

Evaluation et traitement des patients souffrant de Lombo- Sciatiques avec LA MÉTHODE McKENZIE Evaluation et traitement des patients souffrant de Lombo- Sciatiques avec LA MÉTHODE McKENZIE le 2 ème Printemps du rachis Poitiers 20 Mars 2014 Gabor SAGI, INSTITUT McKENZIE FRANCE «Certains hommes parlent

Plus en détail

UNE INTRODUCTION A LA METHODE McKENZIE

UNE INTRODUCTION A LA METHODE McKENZIE UNE INTRODUCTION A LA METHODE McKENZIE Gabor SAGI Kinésithérapeute Libéral Instructeur Méthode McKenzie 8/10 rue Honoré de Balzac, 31700 Blagnac Tel : 05 61 71 50 08 Email : gabsag@free.fr Les douleurs

Plus en détail

I N S T I T U T M c K E N Z I E F r a n c e

I N S T I T U T M c K E N Z I E F r a n c e PROGRAMME 1 DETAILLE DE LA FORMATION LONGUE McKENZIE COMPOSEE DES 4 MODULES A, B, C ET D DE 28H CHACUN SUR 4 JOURS SOIT 112 HEURES SUR 16 JOURS AU TOTAL : PROGRAMME 2 DETAILLE DU COURS McKENZIE A : Le

Plus en détail

Le mérite de Robin McKenzie est d avoir. Méthode McKenzie et hernie discale, pour une approche pragmatique RÉSUMÉ I SUMMARY MOTS CLÉS I KEYWORDS

Le mérite de Robin McKenzie est d avoir. Méthode McKenzie et hernie discale, pour une approche pragmatique RÉSUMÉ I SUMMARY MOTS CLÉS I KEYWORDS Méthode McKenzie et hernie discale, pour une approche pragmatique RÉSUMÉ I SUMMARY L'approche de la lombalgie d'origine discale s'appuie désormais essentiellement sur les principes techniques de la méthode

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE INTRODUCTION Hernie discale : débord disque Membre inférieur: Sciatique Cruralgie Membre supérieur Névralgie cervico-brachiale (NCB) RAPPELS ANATOMIQUES L5 Racine S1 S1 PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette "

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue Xavier Dufour Gilles Barette Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette " Définition" # Société Française de Rhumatologie! # Douleur allant de la charnière dorsolombaire au bassin pouvant irradier jusqu$au

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011 T. Sacroug L. Brulhart D. Nguyen Lombalgie, syndrome radiculaire: quelle imagerie pour qui et à quel moment? Patient de 67 ans En vacances à Genève, retour à Moscou prévu 15 jours après notre 1 ère consultation.

Plus en détail

LOMBALGIE ET THERAPIE MANUELLE UNE APPROCHE ÉTIOLOGIQUE

LOMBALGIE ET THERAPIE MANUELLE UNE APPROCHE ÉTIOLOGIQUE LOMBALGIE ET THERAPIE MANUELLE UNE APPROCHE ÉTIOLOGIQUE Matthieu Loubiere MKDE, Thérapeute manuel, DO 7e journée bourguignonne de rééducation Présentation disponible sur www.gem-k.com INTRODUCTION Définition

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

La Méthode McKenzie. Dossier paru dans la Revue de Médecine Orthopédique, n 60, Mars 2000. Sommaire. Introduction Jean-Yves Maigne

La Méthode McKenzie. Dossier paru dans la Revue de Médecine Orthopédique, n 60, Mars 2000. Sommaire. Introduction Jean-Yves Maigne La Méthode McKenzie Dossier paru dans la Revue de Médecine Orthopédique, n 60, Mars 2000 Sommaire Introduction Jean-Yves Maigne Nouveau : Intérêt et limites de la rééducation lombaire par la méthode McKenzie

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique

Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique Faculté de Médecine PARIS V- René Descartes Centre Hospitalier SAINTE-ANNE Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique G. Abi Lahoud M.D.,

Plus en détail

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil LA LOMBALGIE Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil 1. INTRODUCTION La pathologie dégénérative du rachis lombaire est fréquente : la majorité

Plus en détail

Cyphose posturale et pathologique

Cyphose posturale et pathologique Cyphose posturale et pathologique Brice Ilharreborde CHU Robert Debré Université Paris VII Introduction Verticalisation = antéversion du bassin Mise en place progressive des courbures 3 mois: port de tête

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Lors d un précédent article, nous avons

Lors d un précédent article, nous avons THÉRAPIE MANUELLE FOCUS Le traitement par mobilisation directe dans la lombo-dorsalgie Lors d un précédent article, nous avons décrit les tests de techniques directes avec des forces de direction postéroantérieure

Plus en détail

80 % 20 % 40 % 60 % 25 % Les plus lourds ont le moins d arthrose ou de discopathie!

80 % 20 % 40 % 60 % 25 % Les plus lourds ont le moins d arthrose ou de discopathie! http://prodige.hug-ge.ch/ Définition : Syndrome lombo-vertébral +/- irradiation dans le(s) membre(s) inférieur(s) Persistant depuis «un certain temps» ou récurrent Dr Stéphane Genevay Consultation du rachis

Plus en détail

Comment intégrer les données de la littérature scientifique en pratique courante?

Comment intégrer les données de la littérature scientifique en pratique courante? Comment intégrer les données de la littérature scientifique en pratique courante? Présentation Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique

Plus en détail

ALGORITHME DECISIONNEL

ALGORITHME DECISIONNEL ALGORITHME DECISIONNEL RACHIS LOMBAIRE SACRO ILIAQUES COXO FEMORALES BILAN 1 DIM RAS PATHOLOGIE LIMITEES TRAITEMENT 1 TNF LOMBAIRE NON TRAITE TNF SACRO ILIAQUE NON TRAITE BILAN CONTROLE 2 BIEN = DEBUT

Plus en détail

Prise en charge des douleurs lombo-sacrées

Prise en charge des douleurs lombo-sacrées Prise en charge des douleurs lombo-sacrées Du lumbago au FBSS Mélanie Laverdière Hôtel Dieu de Lévis 2 février 2012 Objectifs Établir les bases d une consultation chez un patient douloureux chronique Déterminer

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Dysfonctions et douleurs myofasciales. Par Dre Patricia Ringuette Anesthésiologiste

Dysfonctions et douleurs myofasciales. Par Dre Patricia Ringuette Anesthésiologiste Dysfonctions et douleurs myofasciales Par Dre Patricia Ringuette Anesthésiologiste Conflits d intérêt Conférencière pour Purdue et Pfizer Objectifs Définir le syndrome myofascial et ses principales causes.

Plus en détail

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE Aspects cliniques et radiologiques P. Guigui, Hôpital Beaujon Paris Introduction Affection fréquente 5% à 7% Homme 2% à 5% Femme Le plus souvent

Plus en détail

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 Définition Lombo : Syndrome rachidien Sciatique : Syndrome radiculaire Chronique

Plus en détail

Filière de formation Physiothérapeutes

Filière de formation Physiothérapeutes Thérapie manuelle Filière de formation Physiothérapeutes Jacques Guillermin Concept physio Réadaptation réhabilitation Thérapie Prévention Principes en TM Unité du corps (holisme) Autorégulation et équilibre

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Traumatismes du rachis. Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015

Traumatismes du rachis. Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015 Traumatismes du rachis Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015 Plan Epidémiologie - physiopathologie Rachis cervical supérieur Rachis cervical inférieur Rachis thoracolombaire

Plus en détail

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 ATCD : Cas clinique Mlle M. 29 ans Hernie discale lombaire ancienne (niveau indéterminé)

Plus en détail

Les infiltrations foraminales - Valence le 13-10-2011 - Michel Forgerit

Les infiltrations foraminales - Valence le 13-10-2011 - Michel Forgerit Les infiltrations foraminales - Valence le 13-10-2011 - Michel Forgerit Infiltration foraminale péri radiculaire de corticoïde Apporte le principe actif au plus près du site de souffrance : le ganglion

Plus en détail

RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE?

RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE? RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE? Dr S. Genevay, CC Responsable Consultation multidisciplinaire du dos Service de rhumatologie EBM 1 Garder l activité = règle

Plus en détail

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques AFU 2008 CUROPF Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques Jean Jacques LABAT et Jérôme RIGAUD Clinique Urologique CHU de Nantes 3 Analyser les différents types de

Plus en détail

Cas clinique. Les difficultés de la reprise ou du maintien dans l emploi des lombalgiques. Antécédents locomoteurs.

Cas clinique. Les difficultés de la reprise ou du maintien dans l emploi des lombalgiques. Antécédents locomoteurs. Cas clinique Les difficultés de la reprise ou du maintien dans l emploi des lombalgiques Monsieur C.., né dans le DOUBS en 1975 Célibataire, sans enfants BEP électrotechnique BAC Professionnel électrotechnique

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

ATELIER 3. Imputabilité, état antérieur, consolidation, rechute. 2 cas pratiques. 10èmes JNMA 21 Octobre 2011 NANTES

ATELIER 3. Imputabilité, état antérieur, consolidation, rechute. 2 cas pratiques. 10èmes JNMA 21 Octobre 2011 NANTES ATELIER 3 Imputabilité, état antérieur, consolidation, rechute 2 cas pratiques 10èmes JNMA 21 Octobre 2011 NANTES Docteur Pascal ARRIVE, animateur Docteur Jean-Michel MAUREL, expert Un agent de 48 ans

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI Institut Du Rachis Parisien SÉMANTIQUE canal lombaire étroit état / congénital canal rétréci / sténose canalaire évolution acquise / dégénératif NB : rétrécissement peu

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014

Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Introduction La lombalgie se définit comme «une douleur lombosacrée médiane ou latéralisée avec possibilité d irradiation

Plus en détail

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges La lombalgie du sujet jeune Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges Pré-test 1- quel(s) symptôme(s) vous font suspecter une lombalgie symptomatique? a- douleur importante b- perte de

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

Corrélation entre imagerie et examen physique : pathologie lombaire

Corrélation entre imagerie et examen physique : pathologie lombaire Corrélation entre imagerie et examen physique : pathologie lombaire Écrit par Dr Michèle Wessely, DC, DABCR Extrait de European Chiropractic Union(ECU) 2004, Helsink, Finlande. l'imagerie est un outil

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Centre Européen d Enseignement Supérieur d Ostéopathie de Lyon. Rapport de Stage. Observation Clinique à la Britisch School Of Osteopathy (BSO)

Centre Européen d Enseignement Supérieur d Ostéopathie de Lyon. Rapport de Stage. Observation Clinique à la Britisch School Of Osteopathy (BSO) Centre Européen d Enseignement Supérieur d Ostéopathie de Lyon Rapport de Stage Observation Clinique à la Britisch School Of Osteopathy (BSO) SOARES BENJAMIN, TROGER CAMILLE 5 D2, année universitaire 2012-2013

Plus en détail

ARRÊTONS DE SOIGNER LA LOMBALGIE...

ARRÊTONS DE SOIGNER LA LOMBALGIE... Xavier DUFOUR 1 Gilles BARETTE 2 Patrick GHOSSOUB 3 Mathieu LOUBIÈRE 4 1 Kinésithérapeute - Ostéopathe Enseignant IFMK Paris 2 Kinésithérapeute Enseignant ITMP Paris 3 Kinésithérapeute Enseignant ITMP

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

La lombalgie et les évaluations cliniques. Jérôme Pauls, PT CHL-Clinique d Eich

La lombalgie et les évaluations cliniques. Jérôme Pauls, PT CHL-Clinique d Eich La lombalgie et les évaluations cliniques Jérôme Pauls, PT CHL-Clinique d Eich Introduction Anamnèse Bilan clinique Traitement SOUS-GROUPES Nombreuses études démontrent: Effets trait > si Classification

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

Femmes; 101. Hommes; 14. Série 1 Série 2 Série 3

Femmes; 101. Hommes; 14. Série 1 Série 2 Série 3 Tenter de nous apporter des informations pour essayer de trouver «un dénominateur commun» à ces douleurs «Kyste de Tarlov». L objet de cette recherche est à visée épidémiologique. Si nos informations sont

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL

EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL P. Loriaut, H. Pascal Moussellard, J. Y. Lazennec, Y. Catonné Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

Plus en détail

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Françoise LAROCHE Centre Evaluation et Traitement de la Douleur Hôpital Saint-Antoine Paris 43 Rationnel dans la douleur chronique nécessité

Plus en détail

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite.

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite. Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson

Plus en détail

BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE Examen de l appareil locomoteur Données probantes

BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE Examen de l appareil locomoteur Données probantes BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE Examen de l appareil locomoteur Données probantes Simon Tinawi, MD, FRCPC Physiatre Centre universitaire de santé McGill 28 octobre 2010 Examen du rachis lombaire Données probantes

Plus en détail

La lombosciatalgie par hernie discale

La lombosciatalgie par hernie discale 1 La lombosciatalgie par hernie discale I. Généralités - Définition : Fléau moderne invalidant, les lombosciatalgies ont plusieurs étiologies possibles. Même si les lombosciatalgies évoquent pour la plupart

Plus en détail

LES PATHOLOGIES DU CYCLISTE

LES PATHOLOGIES DU CYCLISTE LES PATHOLOGIES DU CYCLISTE Présenté par : Axel HERSCHENDORFER Ostéopathe D.O MROF Diplômé du Centre Européen d Enseignement Supérieur de l Ostéopathie Membre du Registre des Ostéopathes de France. Sommaire

Plus en détail

Hernies discales. Session 7. Neuro Rachis. Hernies discales. Signes cliniques 19/02/2011. K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord

Hernies discales. Session 7. Neuro Rachis. Hernies discales. Signes cliniques 19/02/2011. K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord Session 7 Neuro Rachis Hernies discales K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord Cours étudiants session 7 Exploration d une lombosciatique résistante au traitement médical + repos Radio: rachis

Plus en détail

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco Névralgie Pudendale Pr. G. Amarenco Service de Rééducation Neurologique et d Explorations Périnéales Hôpital Rothschild AP HP. Unité INSERM U731 UPMC Bruxelles, le 4 octobre 2008, Société royale belge

Plus en détail

CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO.

CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. DEFINITION. - Cervicalgie : douleur susceptible d intéresser la région s étendant

Plus en détail

Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale

Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale 4 ème Rencontre Médico-Chirurgicale LE RACHIS Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale S.A. Amouzougan, Rhumatologue CHU de St Etienne & Hôpital Emile Roux, Le puy Quelques rappels anatomiques

Plus en détail

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Myélopathie cervicarthrosique MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE La myélopathie par cervicarthrose

Plus en détail

Un cas de DISHphagie

Un cas de DISHphagie Un cas de DISHphagie Homme de 69 ans Dysphagie haute non améliorée malgré une thyroïdectomie pour goitre. Gastroscopie : trajet en chicane de la région de la bouche de Killian, difficultés à l insertion

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

Sciatalgie : quelle imagerie en première intention?

Sciatalgie : quelle imagerie en première intention? IMAGERIE MEDICALE Sciatalgie : quelle imagerie en première intention? Sciatalgy : which imaging in first intention? L. Divano et C. Mabiglia Service d Imagerie Médicale, C.H.U. Brugmann RESUME Les lombosciatalgies

Plus en détail

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE H. de Labareyre Définition physiopathologique Etat dans lequel une augmentation de pression dans un espace limité,, compromet la circulation et la fonction des tissus situés

Plus en détail

Le terme de hernie discale est largement. Lombo-radiculalgies par hernie discale : le diagnostic et la prise en charge médicale RÉSUMÉ I SUMMARY

Le terme de hernie discale est largement. Lombo-radiculalgies par hernie discale : le diagnostic et la prise en charge médicale RÉSUMÉ I SUMMARY le diagnostic et la prise en charge médicale RÉSUMÉ I SUMMARY La hernie discale, saillie localisée, postérieure, plus ou moins latéralisée, est la cause lésionnelle la plus fréquente à l origine d une

Plus en détail

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

«Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur

«Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur «Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur Dr. Jean-Dominique Lavanchy méd. gén. FMH, méd. manuelle SAMM Médecin formateur ForOmNv et en médecine manuelle 1462 Yvonand

Plus en détail

Devenir du disque adjacent à une arthrodèse lombaire (et cervicale) Dr E. E FAVREUL Clinique saint Charles LYON

Devenir du disque adjacent à une arthrodèse lombaire (et cervicale) Dr E. E FAVREUL Clinique saint Charles LYON Devenir du disque adjacent à une arthrodèse lombaire (et cervicale) Dr E. E FAVREUL Clinique saint Charles LYON Certitudes et questions La fusion lombaire entraîne ne des modifications biomécaniques rachidiennes.

Plus en détail

Evaluation du coude OBSERVATION. Ne pas oublier d intégrer l observation globale du patient (voir évaluation de l épaule)

Evaluation du coude OBSERVATION. Ne pas oublier d intégrer l observation globale du patient (voir évaluation de l épaule) Evaluation du coude Examen subjectif Examen objectif 1. Observation du patient - Dynamique - Statique 2. Evaluation des mouvements actifs - Mvts fonctionnels - Goniométrie 3. Evaluation des mouvements

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES?

ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES? ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES? M. VANDERTHOMMEN, C. DEMOULIN et J.M. CRIELAARD Département des Sciences de la motricité, CHU,

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

SPONDYLOLYSE ET SPONDYLOLISTHESIS L L ENFANT ET L L ADOLESCENT

SPONDYLOLYSE ET SPONDYLOLISTHESIS L L ENFANT ET L L ADOLESCENT SPONDYLOLYSE ET SPONDYLOLISTHESIS L L ENFANT ET L L ADOLESCENT Jean-Luc JOUVE Hôpital La Timone Enfants - Marseille LIMITES DU SUJET Localisation lombo-sacrée Fréquence Possibilité de grand déplacementd

Plus en détail

Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014

Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Sommaire Généralités Définitions Épidémiologie qqs chiffres Rappel anatomique Physiopathologie Facteurs

Plus en détail

MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge

MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge Percival Pott 1779-1783 MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge Cours Collège 10 Avril 2013 Votre conduite? Mr H S, âgé de 20 ans consulte pour une AEG : anorexie et amaigrissement (6 mois) Température

Plus en détail

Anatomie descriptive du rachis

Anatomie descriptive du rachis Anatomie descriptive du rachis La colonne vertébrale comprend 26 os formant une structure souple et ondulée. La colonne vertébrale du fœtus et du bébé comprend 33 vertèbres. 9 d entre elles vont fusionner

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

(Tenseur du fascia lata)

(Tenseur du fascia lata) ABDUCTION DE LA HANCHE À PAR TIR D'UNE POSITION DE FLEXION (Tenseur du fascia lata) L4 Nerf glutéal supérieur Vers : Tenseur du fascia lata L4-S1 L5 S1 Tenseur du fascia lata Scia FIGURE 6-44 Tenseur du

Plus en détail