LA LOMBALGIE COMMUNE Définition-Epidémiologie-Prévention Diagnostic-Principes thérapeutiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA LOMBALGIE COMMUNE Définition-Epidémiologie-Prévention Diagnostic-Principes thérapeutiques"

Transcription

1 LA LOMBALGIE COMMUNE Définition-Epidémiologie-Prévention Diagnostic-Principes thérapeutiques Norbert TEISSEIRE - 20 C Rue Dupetit-Thouars ANGERS CHAPITRE Généralités. ** Définition. Le terme de lombalgie commune désigne le ressenti de douleurs de la région du bassin et du segment lombaire du rachis. La définition de la LOMBALGIE pour la section "Rachis" de la Société Française de Rhumatologie est la suivante : "douleur lombo-sacrée à hauteur des crêtes iliaques ou plus bas, médiane ou latéralisée, avec possibilité d'irradiation ne dépassant pas le genou, mais avec prédominance de la douleur lombo-sacrée pendant au moins trois mois, quasi quotidienne, sans tendance à l'amélioration". La LOMBALGIE COMMUNE répond a une définition d ordre étiologique. Elle ne peut être liée à un processus pathologique caractérisé et évolutif d ordre tumoral, infectieux, inflammatoire, traumatique sévère,dystrophique, pouvant intéresser le rachis lui-même ou des organes voisins (algies rapportées). Elle est habituellement en rapport avec des phénomènes microtraumatiques, ou des troubles posturaux, associés plus ou moins à des phénomènes dégénératifs (intéressant en diverses proportions le disque intervertébral, ou les articulaires postérieures, ou les structures ligamentaires péri vertébrales) et relève d une façon générale de la souffrance de tout ou partie des constituants du segment mobile. Des facteurs psycho-sociaux peuvent y participer. L expression clinique peut se faire schématiquement sur le mode aigu ou chronique (cf chapitre de la clinique) ** Epidémiologie. Diverses enquêtes révèlent que 60 à 70 % des français ont souffert ou souffriront d une lombalgie. Selon une étude du CREDES (1992), le nombre d épisodes lombalgiques a triplé en France entre 1982 et 1992.L incidence annuelle des lombalgies se situe entre 5 et 10% de la population générale adulte française. La prise en charge thérapeutique est insuffisament contrôlée. L obtention d un consensus est très difficile, ce qui augmente la morbidité des multiples thérapeutiques proposées, et alourdit considérablement la charge financière pour la collectivité, notamment en matière d examens complémentaires

2 inutiles ou mal utilisés, et de conséquences fâcheuses pour le patient (complications, séquelles éventuelles). La lombalgie serait responsable de 12 millions de journées d arrêt de travail en maladie et 3,6 millions en AT. Elle est responsable de13% des AT et constitue la troisième cause d entrée en invalidité. En 1991, 5600 assurés ont bénéficié d un taux d IPP moyen de 7,8% (5). ** Facteurs de risque Fondamentaux à individualiser pour mettre en place une prévention de qualité. Dès l enfance : dépistage des troubles posturaux, en particulier cyphoscoliose, troubles des axes des membres inférieurs, inégalité des membres inférieurs, sports exposant à un haut risque traumatique (judo, gymnastique, sauts, ) Durant toute la vie : qualité de l alimentation (prévention des carences en calcium et vitamine D), ergonomie au travail (qualité des sièges : enseignement primaire, secondaire, milieu professionnel), variation des activités (sport recommandés en fonction de l activité professionnelle plus ou moins sédentaire du sujet) Le cas de Maladies Professionnelles : définition MP 98 Les activités sportives ou de loisirs à risque : sports loisirs au long de l année, conséquences de traumatisme de sports saisonniers (Ski++), bricolage (réfection d une vieille demeure, heures supplémentaires chez les amis le week-end.mauvaise utilisation du repos répérateiur du week-end) Facteurs psycho-sociaux : tension neuro-musculaire, troubles du sommeil, 1.2 Les causes. a- Facteurs héréditaires b- Facteurs traumatiques enfance : chutes (spondylolyses) et leurs conséquences à distance c- Troubles musculo-squelettiques : insuffisance musculature de soutien, rétractions musculaires sous pelviennes (fléchisseurs, ischio-jambiers), voutes plantaires, dystrophies de croissance d- Facteurs professionnels : postures fixes et asymétriques, efforts de soulèvement, travail au froid, +/- tensions d origine psycho e- Surmenage : activité de loisir ou sport en supplément d un travail contraignant. 1.3 Symptomatologie -Topographie de la douleur :

3 Barre transversale tout en bas (évoque insuffisance discale), unilatérale (plutôt en faveur dérangement latéralisé dans un segment vertébral) +/- irradiation à la fesse, impression de douleur ascendante (association de DIM étagés : dérangement intervertébraux mineurs), douleurs à la base du thorax (problèmes dorsaux). - Type de la douleur : Brûlure intense (signe irritation de la dure-mère donc compression à priori discale), pesanteur, myalgies type courbatures + refroidissement (polyarthrose étagée et forte participation articulaire postérieure), impression d agacement voire de démangeaison (cellulalgies très installées). - Rythme (heure, impulsivité, rôle des mvts : redressement L horaire nocturne, classiquement «inflammatoire», signe en fait dans la lombalgie commune la participation du rachis dorsal inférieur et moyen. L impulsivité est «discale» : déchirure, protrusion +/- importante, hernie (+/- exclue). Lombalgie de piétinement (insuffisance discale, canal lombaire étroit..se surajoute alors une fatigabilité dans les membres inférieurs avec l impérieuse envie de s asseoir, ou s accroupir pour forcer la cyphose, d où soulagement très rapide). Influence des mouvements : 6 grands axes élémentaires d examen. Intérêt clinique : la recherche d un secteur libre (3 inflexions libres du schéma de Lesage et Maigne cf ci-dessous) susceptible de proposer un traitement manuel selon les recommandations de la SOFMMOO (société française de médecine manuelle orthopédique et ostéopathie). Une douleur au redressement (lever d un fauteuil, relever d une position penchée en avant) évoque un dysfonctionnement articulaire postérieur (lombaire ou dorsal inférieur) ou une insuffisance discale, surtout si l on observe à ce moment un mouvement d évitement latéral (baîonnette). - Signes fonctionnels associés : éveillent attention vers «lombalgies dite symptômatique» Les signes énoncés ci-après doivent rendre très prudents dans la qualification de «lombalgie commune» : - un amaigrissement inexpliquée ou une fatigue anormale - la présence de fièvre - des irradiations douloureuses intenses à distance (membres inférieurs, abdomen, petit bassin) - un syndrôme polyalgique - des troubles sphinctériens

4 - des antécédents de pathologie maligne (K, hémopathies notamment) doivent inciter à éliminer une récidive avant de porter le diagnostic de «lombalgie commune». - Signes d examen clinique. LE SCHÉMA EN ÉTOILE de LESAGE et MAIGNE (le patient est exploré de dos : ici la douleur est exacerbée en extension+ rotation gauche, et plus accesoirement en rotation droite) PRESSION CONTRARIÉE DES ÉPINEUSES : INDIQUE LE SENS DU CONFLIT DANS LE SEGMENT VERTÉBRAL LUI-MÊME (ici L3 sur L4 en rotation droite de L3 sur L4). schéma de l irritation des branches antérieure et postérieure de T12 à la manœuvre du palper rouler

5 recherche des signes cliniques correspondants (manœuvre du pincer-rouler) : ici la branche antérieure recherche des signes cliniques correspondants (manœuvre du pincer-rouler) : ici la branche postérieure. L examen doit obligatoirement avoir vérifié l absence de signes neurologiques déficitaires (réflexes ostéo-tendineux notamment), ou irritation du faisceau pyramidal (voie centrale : réflexe cutané plantaire). L étude des muscles fessiers et sous pelviens est fondamentale pour guider le traitement et mettre en évidence les signes d entretien (facilitant le passage à la chronicité). - Signes d examens complémentaires * Radiologie : le bilan standard devant une lombalgie d allure bénigne comprend un cliché du rachis lombaire face + profil debout incluant les têtes fémorales (incidence dite de De Sèze) et un cliché centré dans le plan du disque lombo-sacré (permettant entre autres de bien apprécier les sacro-iliaques)

6 En cas de douleurs un peu plus basses (fesses cuisses), un cliché du bassin de face est indispensable. Le délai de demande de ces examens est en général de 3 semaines ou davantage. La demande de radiologie plus poussée (scanner, IRM) doit être du domaine du spécialiste. * Biologie : devant la moindre altération de l état général, ou du caractère anormalement invalidant d une lombalgie en apparence «commune», un bilan biologique sera demandé, comprenant : VS, NFS-plaquettes, bilan phosphocalcique (PO4-Ca-P.alcalines). Si fièvre.. un ECBU en complément est indispensable. Pour des examens plus poussés, l avis du rhumatologue est souhaitable (électrophorèse des protides, Protéinurie, Radiographie pulmonaire, échographie abdomino-pelvienne et vasculaire ) 1.3 Evolution spontanée Le mode d évolution est déterminant pour l appréciation du caractère plus ou moins grave de la lombalgie. Une lombalgie aigüe qui ne s est pas amendée en 1 semaine sous traitement antalgique simple (+/- contention lombaire) est déjà suspecte. En cas d irradiation à distance (fesses et cuisses) l on se situe dans le domaine du diagnostic de sciatique, et si ces douleurs sont impulsives à la toux ou la défécation, l hypothèse d une hernie discale (ou pour le moins d une déchirure franche du disque) doit être soulevée sans tarder. Un examen neurologique soigneux (membres et orifices uro-génitaux externes) est la règle. En cas de lésion anatomique caractérisée (d origine dégénérative le plus souvent), une fois l épisode aigu passé, le passage à la chronicité est souvent la règle. Il faut toutefois ici faire la différence entre guérison apparente (le patient ne se plaint plus ou peu), et guérison réelle (même cadre mais un examen rhumatologique complet doit affirmer l absence de signes de souffrance persistante). L expérience de spécialistes très orientés comme les médecins diplômés en médecine manuelle et ostéopathie, montre que de très nombreux patients en apparence peu invalidés, conservent des contractures rachidiennes ou fessières, ou sous pelviennes autres, et des signes de

7 dérangement étagés (dorsaux et même cervicaux) qui feront le lit de rechutes plus ou moins aigües, et favorisent la dégénérescence accélérée des éléments anatomiques du segment vertébral. C est tout le problème de la décision, pour le médecin généraliste traitant, du bon moment pour «passer la main» au spécialiste le plus adapté pour prendre en charge son patient, sur un mode curatif immédiat, et sur un mode préventif. 1.4 Complications. Par définition, la lombalgie commune ne se complique pas, si les mesures précédentes ont été prises. Il est permis toutefois de considérer l éventualité de complications : - spontanées : il ne s agit pas d une lombalgie commune, et c est le profil évolutif atypique qui fera parler de complications : par exemple une cruralgie progressive compliquant une lombalgie à l occasion d un anévrysme de l aorte abdominale ; ou une tumeur rénale ou colique extensive. C est dire si le diagnostic de lombalgie commune répond à la fois à des règles cliniques rigoureuses, mais surtout à un profil évolutif simple («non compliqué» précisément). - liées aux traitement : elles sont fréquentes, mais un grand nombre peut et doit être évité. Les prescriptions abusives d AINS (effets directs : digestifs-rénauxvasculaires-hématologiques ; ou indirects : interactions médicamenteuses++ Les corticoïdes par voie générale : effets directs (digestifspsychiatriques), ou indirects (si prolongés : ostéoporose postcortisonique, ou par interactions médicamenteuses : hypertension artérielle, association à AINS). Les myorelaxants : ils devraient être proscrits dans toute lombalgie commune. La contracture réflexe est une défense, et par essence doit être respectée. La mise au repos des muscles surmenés doit suffire à soulager les algies dues aux contractures excessives. Double ZERO aux prescripteurs de benzodiazepines.

8 La kinésithérapie «à tout va», et surtout de première intention, sans que le caractère commun de la lombalgie ne soit certifié. La posture sur la table du kinésithérapeute est souvent le premier facteur toxique pour un rachis qui souffre (procubitus). Sans parler du facteur dépendance («çà me fait du bien, mais çà ne dure pas». Et surtout ceci finit par coûter cher.. pour un rendement à démontrer). Les manipulations vertébrales : tout a été dit, et rien n a été prouvé. Les non manipulateurs pensent qu elles sont utiles chez le lombalgique aigü ; les manipulateurs pensent et savent que ce sont les lombalgies chroniques qui sont les meilleures répondeuses. En vérité, il faut savoir les utiliser, lorsque l on découvre des signes de souffrance régionale voire plus à distance, susceptible de faire passer le patient dans une situation de chronicité. La chirurgie : voir chapitre précédent. Les indications concernent le lombalgique chronique exclusivement, et bien souvent les résultats ne sont pas à la hauteur des espoirs car le passage à la chronicité résulte d une prise en charge médicale défaillante donc le problème restera posé en post-opératoire. Se méfier +++ de l arthrodèse chirurgicale - Liées à la pratique d examens inutiles : L errance diagnostique du praticien qui se réfugie derrière une multitude d examens, traduit un certain désarroi que le patient perçoit très vite.. «on ne trouve pas la source de mon mal».

9 La découverte d images non symptômatiques (hernies discales anciennes parfaitement cicatrisées, hernies intra spongieuses.. parfaitement inoffensives, même si le segment qui en est le siège peut être douloureux). Une interprétation parfois abusive de certains signes radiologiques amenant à proposer une solution interventionnelle trop rapide. Chapitre 2 : Stratégie thérapeutique 2.1 Conseils de prévention. a-idéalement. Dès l enfance, des conseils posturaux simples, acquis sous forme de jeux, ou tout simplement dans la cour de l école avec le professeur, devraient permettre de prévenir au mieux les lombalgies communes. La pratique de certains sports, trop jeunes, conduit plus rapidement à une instabilité du rachis (chute en gymnastique ou sports de combat. lyses isthmiques, contusions discales, désinsertions d annulus, ). La prévention passera par l acquisition d une bonne posture, avec des sports en décharge relative ou en traction ( vélo, piscine, grimper de corde.). L usage de mobiliers stimulant de la musculature axiale de soutien, et ne favorisant pas l avachissement des haubans para vertébraux et abdominaux (chaises dures, à assise stable, pieds posés au sol, plutôt assis-debout qu assis bien au fond de son siège..). b-dans la pratique habituelle. Une fois la période douloureuse passée, et le retour aux activités quotidiennes normales, toutes les mesures du précédent chapitre restent valables. Toutefois chez l adulte au travail, l on pourra être amené à conseiller une limitation du port de charge (1/3 du poids du corps sans ceinture), ou l aide intermittente d une ceinture de contention (d autant plus efficace qu utilisée à l effort, et qui permet ainsi un authentique renforcement de la musculature et non pas l inverse comme l on entend trop souvent dire ). Le meilleur conseil restant la pratique régulière d une activité physique, allant de la marche quotidienne (1 H au moins), à la pratique du vélo (2 fois 1H à 1 H 30 par semaine), la musculation «douce» associée à la natation, Mesures non médicamenteuses

10 - Mobilier de travail : voir ci-dessus - véhicules de transport : privilégier une assise haute -contentions : L étiologie principale des lombalgies dites communes est représentée par des dysfonctionnements du segment vertébral, réversible, et en l absence de lésions anatomiques sévères (traumatiques, ou tumorales, ou infectieuses notamment). Dans ces conditions, l on peut parler d instabilité transitoire intervertébrale, et tout ce qui concourt à l amélioration de la stabilité concourt à la résolution du problème. En ce sens, l usage d une contention semi-rigide est un élément essentiel du traitement à la phase précoce. L usage de ceinture de contention à double réglage est préférable.parmi les modèles bien acceptés, citons la lombacross activity, la lombostrap Axmed. Signalons que si la hauteur habituelle est de 26 cms, l on peut obtenir des hauteurs de 32 cms, en particulier chez des sujets de plus grande taille. Par ailleurs, l intérêt de ce type de ceinture est qu après avoir positionné globalement la ceinture («bord à bord» peut-on dire), l on dispose de deux bandes latérales (avec passe-main), permettant de compléter beaucoup plus fortement le serrage au moment d un effort plus intense (notamment port de charge). L intérêt, même si aucune étude statistiquement significative n a été réalisée sur le sujet, est que la ceinture permet d augmenter la charge abdominale (caisson antérieur) de façon significative, et par ailleurs elle diminue indiscutablement les mouvements latéraux (particulièrement nocifs pour le disque intervertébral). - Médecine manuelle et ostéopathie (MMO). La plupart des publications concernant médecine manuelle et ostéopathie dans la lombalgie commune, sont d origine anglo-saxonne, et ces études sont particulièrement imprécises sur les syndrômes cliniques rencontrés. Ceci explique les résultats extrêmement divergents, et très souvent opposés, car les auteurs des travaux étudient sous un même générique des processus physiopathologiques très différents. L école française, sous l impulsion de Robert MAIGNE dès le milieu des années 60, a essayé d individualiser divers tableaux, afin de mieux poser les indications des techniques manuelles au sens large, et des manipulations vertébrales (MV) plus spécifiquement.

11 Schématiquement, l on peut distinguer dans les syndrômes aigus les bonnes indications (résultat favorable dès la première ou au maximum en deux séances de MV) correspondant à des atteintes discales mineures ou des syndrômes articulaires postérieurs, et les mauvaises indications (connotation clinique discale aigüe avec important syndrôme rachidien et notamment en cyphose, mauvais résultat ou récidive très rapide après deux MV). Mais il faut savoir que le MMO dispose de toute une panoplie de techniques et notamment musculaires, permettant d obtenir des résultats favorables sans MV, au moins au départ dans la phase très aigüe où le patient est très tendu et moins «conciliant». Quand proposer au patient le recours au MMO? Inutile par principe durant les 4-5 premiers jours, puisque la résolution est le plus souvent spontanément favorable. Lorsque s installe un syndrôme rachidien tenace, malgré des prescriptions médicamenteuses correctes, c est-à-dire à partir du 8-10 jour par exemple, l indication de principe d une intervention manuelle doit se discuter. auprès d un praticien titulaire d un Diplôme Inter Universitaire de MMO. - gymnastique médicale ou pas : n y a-t-il pas une seule gymnastique? La prescription d une gymnastique dirigée par un MK peut avoir des indications, en cas de rétractions musculaires étagées (ischio-jambiers, psoas, carré des lombes, masses para vertébrales) au moins pour rendre plus réalisables des exercices d auto-entretien de la souplesse musculaire et en bonne connaissance de soi. Ceci implique que le patient, après quelques séances «assistées» dispose d un programme personnel (enseigné par le MK) à effectuer quotidiennement (15 suffisent le plus souvent). C est un point faible de la chaîne de soins concernant les rachialgies dans notre pays. 2.3 Traitements médicamenteux disponibles à l'officine Drogues de première intention : ANTALGIQUES de PALIER I. a- Objectif : l évolution habituelle de la lombalgie commune, notamment des premiers épisodes, réputée simple avec résolution de l accès sur quelques jours (< 1 semaine), et très souvent sans traitement,

12 impose un recours à des antalgiques de palier I mais à bonnes doses (Paracétamol 3-4 g ou Aspirine 2 à 3 g) b- Efficacité : constante, mais comme il s agit souvent de la conséquence d un dysfonctionnement, c est le règlement de ce dernier qui résoudra totalement le problème... donc ne pas laisser espérer que les drogues doivent résoudre tout c est cette vision idyllique qui pousse certains praticiens à proposer des antalgiques majeurs : ceci est une faute, le rapport bénéfice-risque étant très faible. La non-efficacité des antalgiques de palier 1, ne doit pas induire à priori de passer à des drogues plus «incisives» sans remettre en cause le diagnostic de «lombalgie commune». c- Risque : très modeste. Quelles sont les contre-indications : Absolues : les allergies authentiques au paracétamol, ou autres molécules (floctafenine), les syndrôme de Widal (aspirine) Relatives : allaitement (hors paracetamol et sans abuser), hépatopathies, associations à certains bétabloquants d- critères de choix : une pathologie bénigne, rapidement résolutive en général, n implique pas le recours à des drogues autres qu antalgiques de palier 1. L enquête sur les allergies est incontournable. Ainsi que le récapitulatif des drogues associées. e- conseils associés : Avertir le patients des signes d alerte d une intolérance et avant tout le prurit, malaise général, et fièvre. Une hydratation correcte s impose (1500 ml par jour). f- Posologie. - paracetamol : 3 à 4 grammes par jour jusqu à 1 semaine. Si besoin au-delà revoir le diagnostic - Floctafenine : 3 par jour, bien boire, attention aux insuffisants cardiaques, insuffisants rénaux, et patients sous diurétiques. Ne pas hésiter à contacter le médecin traitant Drogues de seconde intention. : AINS, infiltrations, antalgiques majeurs.. A- Anti-inflammatoires non stéroïdiens. a- Objectif : éviter le développement d une réaction inflammatoire trop intense, susceptible d irriter les racines rachidiennes et de faire basculer le patient au stade de lombo-sciatique. Par ailleurs toujours avoir en tête qu une lombalgie commune n est pas forcément la conséquence d un banal dysfonctionnement mécanique, mais peut designer la phase

13 initiale d une poussée de lombarthrose, dont il est toujours difficile de prévoir la durée. b- Efficacité : doit être quasi immédiate : dans les 24 heures, à doses suffisantes bien entendu. L inefficacité d un AINS après 4-5 jours, doit faire remettre en question l indication, et envisager à priori, si cela est possible le recours à un traitement local plus incisif (infiltration) donc le recours au spécialiste (rhumatologue au premier rang) c- Risque : l on traite ici sur des durées courtes en principe : les effets secondaires sont donc classés en fonction du risque de survenue par ordre décroissant *allergies : syndrômes généraux, ou respiratoires (O. de Quincke, asthme) *digestifs : antécédents de gastrite, mais surtout ulcère gastro-duodénal, RGO, diverticulite sigmoïdienne. Au moindre doute associer les anti-acides ou anti-sécrétoires. * rénaux : négligeables sur cures < 10 jours. Se méfier d une infection urinaire associée, car effets très délétères des AINS, et l infection urinaire fait mal à la région lombaire.. enquêter sur dysurie ou pollakiurie, et fièvre. *vasculaires : poussée d HTA : si régime peu salé, sur courtes périodes quasiment pas de risque. Attention aux cardiopathies congestives (regarder les jambes du patient : oedèmes ) *hématologiques : hors réaction immuno-allergique ; pas de risque sur courtes périodes. d- critères de choix : âge x antécédents pathologiques x thérapeutiques associées AGE :Au-delà de 65 ans, privilégier systématiquement les demivies courtes. Pour les pouvoirs publics, la lombalgie commune échappe désormais au cadre de prescription des Oxicams. GROSSESSE : pas d AINS (risque placentaire, risques directs sur embryon ATCD PATHOLOGIQUES: Essentiellement digestifs, hématologiques, rénaux, cardiovasculaires. Deux facteurs doivent être pris en compte : la demi-vie du produit, et la durée présumée du traitement. Plus le patient est «à risque», plus la demi-vie sera courte, et plus on discutera le recours aux traitements locaux (infiltrations). THERAPEUTIQUES ASSOCIEES :

14 - Anticoagulants : risque majeur : implique si besoin impératif petites doses de produits à ½ vie courte et surveillance tous les deux jours de plaquettes et INR. - Lithium : attention chez patients psychiatrique mal stabilisés : c est une contre indication assez forte. - Corticoïdes : même considérations que ci-dessus. L association de corticoïdes et AINS augmente considérablement le risque de perforation digestive et d autant plus que le sujet est âgé. Globalement bannir ce type d association après 70 ans. CONSIDERATIONS PHARMACOLOGIQUES : Les grands classiques : Diclofenac, Ketoprofene, naproxene, dans l ordre des ½ vies croissantes (écarts de 1 à 7 entre diclofenac et Naproxene tout de même). Problème des dérivés à libération prolongée (à ne pas privilégier, au début en tout cas dans ce type d indication). Problème des anti cox 2 : Celecoxib en pratique ( problème de l efficacité réelle à 200 mg par jour). Peut être considéré comme molécule de référence chez le sujet âgé. Nabumetone : demi-vie longue, mais tolérance rénale réputée excellente. Molécule intéressante avant ans. Nimesulide : bonne tolérance rénale également. Même problème que le précédent. e- modalités de mise en route du traitement : Au mieux drogues à libération «immédiate», et demi-vies aussi courtes que possible : meilleur moyen pour le patient d adapter la prise médicamenteuse au profil évolutif de sa lombalgie. Quand les prescrire? Lorsque les antalgiques de palier I à bonnes doses n ont pas permis de soulager correctement le patient en 4-5 jours. Conserver les antalgiques, ce qui va permettre d apprécier l apport des AINS. En toute logique dès les premières 48 H, le niveau de consommation des antalgiques doit avoir diminuer sensiblement (> 50%). Posologie : pour les classiques : 150 mg de Diclofenac en l absence de contre indication relative, 150 à 200 mg de Ketoprofene, 1 g de Naproxene. Pour les autres : ne plus conseiller d emblée les Oxicams (recommandations récentes ) ; Celecoxib (200 mg), Nabumetone (2 G en 2 prises et on module dès que possible à la baisse grâce à l apport du dosage à 500 mg), Nimesulide (2 x 100mg)

15 Prise aux repas ; pour mémoire meilleure disponibilité de la Nabumétone avec apport lacté. Quand les arrêter : en cas d inefficacité au-delà de 10 jours.. reconsidérer le diagnostic passer la main au spécialiste B- Infiltrations Principes d indication : lombalgie rebelle (> 10 jours), avec syndrôme rachidien bien caractérisé (en cyphose + inclinaison latérale), et ne répondant pas à la prescription concommitante d antalgiques et AINS. Qui doit la réaliser : dans le contexte actuel le rhumatologue est le mieux placé. La voie para vertébrale (donc extra rachidienne) est la voie habituelle..au contact des articulaires postérieures. On associe en général quelques cc de xylocaïne à 1%. La dose de corticoïdes doit être suffisante : la référence est le flacon d hydrocortancyl 125 mg. Résultat : l absence totale d effet à 5 jours, sans interdire de renouveler le geste fait poser la question soit du niveau d injection, soit du site (intra rachidien : épidurale par exemple). Quoiqu il en soit l on se situe alors à la limite de la lombalgie dite commune, et plus vraisemblablement dans le cadre de la fissure discale avérée voire de la hernie discale. Effets secondaires : en général indolore ou presque. Pas de réaction douloureuse secondaire. Rares effets indésirables à type de flush cutané (rougeur du visage sans hyperthermie, de déclenchement retardé de quelques heures, spontanément résolutif en 24 à 48 heures) ; ces effets ne préjugent pas de l effet thérapeutique. L absence de résultat après 2 infiltrations imposent le recours à des explorations complémentaires. C- Antalgiques majeurs. Pas d indication de principe dans la lombalgie commune. Malheureusement les antalgiques majeurs sont quelque peu galvaudés, d où plus d effets secondaires que de bénéfices.. les caisses ont, à ce niveau un rôle d information, à reprendre en main. Toutefois, en cas d effet insuffisant mais constant des antalgiques palier I, la prescription de courte durée de Tramadol peut être indiquée, ou de dérivés codéinés (mais chez des sujets n utilisant pas de véhicule de transport). Ne pas dépasser à notre avis 1 semaine : au-delà l on est hors du cadre de la lombalgie commune.

16 2.3.3 Drogues à éviter : MYORELAXANTS Pourquoi? Parce-que les myorelaxants «centraux» lèvent le tonus de posture, donc un mécanisme de défense. Donc les diazepines sont systématiquement à proscrire (à titre de comparaison, l effet est encore plus délétère dans les syndômes de névralgies cervico-brachiales). Concernant les myorelaxants à effets «périphériques» (Thiocolchicoside), les réserver à la rigueur le soir au coucher, et sous couvert de lombostat. Avertir le patient des effets secondaires digestifs : tendance diarrhéique. Quand les proposer néanmoins (thiocolchicoside) En fin de phase aigûe, lorsque le syndrôme rachidien est levé : le patient n a plus d attitude antalgique, souffre moins, ne présente pas de radiculalgie (sciatique, cruralgie), mais plutôt une raideur marquée au lever qui tend à céder dans la journée, mais reste désagréable. Egalement en complément d une kinésithérapie douce, si elle a été prescrite, mais ces myorelaxants ne devront pas être délivrés au-delà de deux à 3 semaines de traitement. Chapitre 3 : Patients à risques 3.1 En raison d une pathologie associé : déminéralisation Ce chapitre n est pas étudié dans la littérature mondiale. C est pourquoi le SOFMMOO (Société Française de Médecine Manuelle Orthopédique et Ostéopathique) lance cette année une étude, dont les premiers éléments seront développés au cours du Congrès annuel d Olivet à la fin du mois de Mai 2008, avec préparation de la publication de Recommandations officielles qui seront exposées au cours du Congrès de la SOFMMOO en D ores et déjà, et en regard du problème évident du vieillissement général de la population, il est nécessaire de considérer que tout(e) patient(e) âgé de plus de 60 ans, présentant une lombalgie d allure commune, et d autant qu elle est inaugurale de l histoire lombaire de ce patient, doit faire l objet d une enquête diagnostique particulièrement soigneuse, et qu aucun geste manuel ne doit être proposé sans contrôle radiographique préalable... l avis du spécialiste s impose. 3.2 En raison de traitements déjà instaurés et au long cours

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie)

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) Le diagnostic d une douleur du genou est sans doute l un des plus délicats à poser, si l on

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Démembrement des lombalgies des sportifs

Démembrement des lombalgies des sportifs Démembrement des lombalgies des sportifs Docteur Rhumatologue INSEP Les rhumatologues ont été malheureusement surpris d apprendre après études multicentriques à grande échelle que la plupart des traitements

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 La chiropraxie pour les seniors : Pathologies, prévention et traitement Avec une espérance de vie qui ne cesse de croître, les chiropracteurs sont de plus en plus confrontés

Plus en détail

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs Carrière et mal de dos, la nécessaire prévention Les professionnels des métiers de la petite enfance sont particulièrement confrontés au fléau social qu est le mal de dos. Touchant près de 80 % de la population

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE Pascal Canciani, Philippe Couture, Pierre Grenet Novembre 2006 DEMI SQUAT ET SQUAT 1. Demi squat et squat complet bras tendus 1. Position de départ 2.

Plus en détail

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 10 RÈGLES D'OR POUR ÉVITER LE «MAL DE DOS» PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 1. TON DOS TE SUPPORTE, PRENDS-EN SOIN 2. SOLLICITE-LE FRÉQUEMMENT,

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) constituent un enjeu en Santé au Travail. En France, les TMS sont la première cause de reconnaissance de Maladie

Plus en détail

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos 1 2 3 4 Des causes diverses, souvent liées au travail Plaintes et lésions Prévention: mieux vaut

Plus en détail

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi?

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Généralités : Pour exécuter un geste efficace, au «Imaginons un bateau à voile handball ou ailleurs, il faut d abord être qui prépare sa course : le bien placé,

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien CRF Bretegnier Centre de Réadaptation Fonctionnelle - Héricourt Apprendre à vivre avec son dos au quotidien Ce livret est destiné aux personnes souhaitant prendre soin de leur dos. CRF Bretegnier 14 rue

Plus en détail

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps...

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... Gestes et Postures À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... INTRODUCTION La compétence que vous avez développé pendant ce stage et qui s affinera avec le temps s inscrit dans le cadre

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS Le mal de dos? Nous sommes pratiquement tous concernés! En effet, plus de 80% de la population

Plus en détail

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements pour faciliter le relâchement et l ouverture du bassin Lors d une séance d étirements, beaucoup de coureurs à pied auront tendance à privilégier surtout certaines

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation 1 1 Contexte - Public ciblé 1/3 des accidents du travail sont dus à des manutentions. Coût annuel : 1,5 milliards d euros. Les lombalgies représentent

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

Livret participant. Prévention. Ouest. Kiné

Livret participant. Prévention. Ouest. Kiné Livret participant 1 Objectifs : Atelier «La santé du dos» Permettre aux participants d évaluer leurs facteurs de risques personnels et environnementaux de rachialgies Permettre aux participants d acquérir

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

K I N é S I T H é R A P I E & D B C

K I N é S I T H é R A P I E & D B C KINéSITHéRAPIE & DBC KINéSITHéRAPIE & DBC Informations T (+352) 23 666-810 kine@mondorf.lu Rééducation Individuelle Le service de de Mondorf Domaine Thermal propose une gamme complète de traitements individuels

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

QUESTION N 1 QUESTION N 2 QUESTION N 3 QUESTION N 4

QUESTION N 1 QUESTION N 2 QUESTION N 3 QUESTION N 4 DOSSIER 1 Une patiente âgée de 82 ans est hospitalisée pour une fracture du col fémoral droit, survenue à l'occasion d'une chute de sa hauteur en se prenant les pieds dans son tapis. Elle a pu se relever

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3

Plus en détail

CAT devant un traumatisme du pied

CAT devant un traumatisme du pied CAT devant un traumatisme du pied Entorse de la cheville du ligament latéral externe (LLE) : Important : Il vaut mieux faire une radio pour rien, que passer à côté d une fracture. Traitement chirurgical

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

Claude Karger Anne Sophie Kesseler

Claude Karger Anne Sophie Kesseler Claude Karger Anne Sophie Kesseler Docteur, j ai mal au dos!! Faites de la natation, ça va passer Mythe ou réalité? Les poissons souffrent-ils du dos? A priori, non. Pourquoi? Ne sont pas soumis à la pesanteur!!

Plus en détail

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Étirement Fessiers 1/2 p.02 Fessiers 2/2 p.03 Ischio-jambiers 1/3 p.04 Ischio-jambiers 2/3 p.05 Ischio-jambiers 3/3 p.06 Quadriceps 1/2 p.07 Quadriceps

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 Objectifs pédagogiques : 1 ) Connaître les mécanismes d action des AINS

Plus en détail

RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE URGENCES CHIR +++ Clinique. Cotation déficit neuro. Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci

RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE URGENCES CHIR +++ Clinique. Cotation déficit neuro. Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE COMMUNE Symptomatique Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci - Inf - Tumorale Clinique - Mono-radiculaire = L5 ou S1 - Mécanique - Lombalgies

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2

Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2 Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2 Objectif Les apprenants soulèvent et portent des charges correctement. Public-cible - Des apprenants

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

En pleine forme toute l année! Programme de gymnastique pour tous au bureau.

En pleine forme toute l année! Programme de gymnastique pour tous au bureau. En pleine forme toute l année! Programme de gymnastique pour tous au bureau. Introduction Que l'on travaille assis ou debout, le manque de mouvement lié à une posture statique prolongée peut, à la longue,

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 MOUVEMENTS DE BASE (global) EN. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 Squat Développé Couché Traction Traction bphiver2013 Hamrouni Samy 2 Un travail de ces mouvements sur appareils guidés est plus sécurisant mais

Plus en détail

Rachialgies de l enfant

Rachialgies de l enfant 1 Rachialgies de l enfant Cottalorda Jérôme 1, Chadli Lamine 2 Service d'orthopédie infantile - Hôpital Lapeyronie - 34295 Montpellier Cedex 5 Item n 92 : Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie Argumenter

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL

SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL Co-fondateur de la spécialité de Rééducation et Réadaptation fonctionnelle, et membre permanent du jury parisien. Ancien chef de service de MPR à l hôpital Foch (Suresnes).

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos des instruments ayant une très faible efficacité. Le Nubax Trio est maintenant soutenu par de nombreux brevets et distributeurs à travers le monde. Cet appareil

Plus en détail