RESUMES DES POSTERS. Cas cliniques..pages 2 à 36. Travaux originaux expérimentaux ou cliniques...pages 37 à 186

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUMES DES POSTERS. Cas cliniques..pages 2 à 36. Travaux originaux expérimentaux ou cliniques...pages 37 à 186"

Transcription

1 RESUMES DES POSTERS Cas cliniques..pages 2 à 36 Travaux originaux expérimentaux ou cliniques...pages 37 à 186 Expériences et actions de formation, d évaluation ou de création de structure.pages 187 à 288 1

2 Poster (Référence finale : CC07) Analgésie intrathécale avec Ziconotide rattrapant un échappement thérapeutique d une stimulation corticale: Case Report Auteur Dr Jimmy VOIRIN Service de Neurochirurgie - Hôpital PasteurCOLMAR CEDEXFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - Jimmy VOIRIN - Service de Neurochirurgie - Hôpital Pasteur - COLMAR CEDEX - France 2 - Co-auteur - Ioana DARIE - Service de Neurochirurgie - Hôpital de Hautepierre - CHU Strasbourg - STRASBOURG - France 3 - Co-auteur - Anna Simon - Centre de la douleur - Clinique de la Toussaint - STRASBOURG - France 4 - Co-auteur - Isabelle ROHMER-HEITZ - Centre de la douleur - Clinique de la Toussaint - STRASBOURG - France 5 - Co-auteur - Pierre KEHRLI - Service de neurochirurgie, Hôpital de Hautepierre, CHU Strasbourg - STRASBOURG - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Douleurs neuropahtiques Communication Présentation du cas : La stimulation du cortex moteur à titre antalgique peut être proposée pour des douleurs neuropathiques réfractaires. Cependant, quelques cas d échappement thérapeutique à cette technique ont été décrits et les alternatives thérapeutiques sont alors rares. Nous décrivons le cas d un patient, ayant bénéficié pendant 6 ans d une stimulation corticale implantée efficace. Le patient a été opéré en 1997 d une hernie discale cervicale, suivie d une syringomyélie traité chirurgicalement en 2003 sans résultats sur ses douleurs neuropathiques résiduelles du membre supérieur droit. Après test par rtms permettant d obtenir un soulagement significatif, une stimulation corticale est implantée en 2004, avec une franche efficacité. En 2010, 2

3 les douleurs réapparaissent de façon identique à la période pré-opératoire. La topographie était au niveau du membre supérieur droit avec une EVA moyenne à 82/100 avec une composante neuropathique nette (DN4=8/10). Le stimulateur est changé au profit d une nouvelle génération (Prime Advanced) et les réglages sont ajustés régulièrement pendant 8 mois sans soulagement. Une pompe intrathécale (Synchromed II) est implantée le 14/11/2011. L extrémité du cathéter est positionnée à la jonction cervicothoracique. Les suites opératoires sont simples. Une bithérapie est instaurée à la dose de 165µg/24h de Morphine et de 1,1µg/24h de Ziconotide, stable depuis Août Avec un recul de 18 mois, l EVA moyenne est à 21/100 sur une semaine. Le patient reprend une activité quotidienne de marche (environ 5km/j) et de loisirs alors qu il en était incapable avant thérapie intrathécale, sans reprise d activité professionnelle. Conclusion : Le Ziconotide Intrathécal associé à la Morphine Intrathécale a permis de rattraper un patient en échappement à la neurostimulation corticale. Il s'agit ainsi d'une alternative thérapeutique au long cours. Il est rappelé que dans la conférence de consensus internationale de 2012, le ziconotide est indiqué par voie intrathécale en première intention de traitement des douleurs rebelles neuropathiques. 3

4 Poster (Référence finale : CC18) Les soignants face aux hospitalisations itératives en Unité d'evaluation et de Traitement de la Douleur Auteur Mme Soline ROUSSEAU Equipe paramédicale UETD Centre Catherine De SienneNANTESFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - Soline ROUSSEAU - Equipe paramédicale UETD Centre Catherine De Sienne - NANTES - France 2 - Co-auteur - Marie LE RUYET - Equipe paramédicale UETD Centre Catherine de Sienne - NANTES - France 3 - Co-auteur - Marc PICARD DESTELAN - Equipe paramédicale UETD Centre Catherine de Sienne - NANTES - France 4 - Co-auteur - Ounissa BLAIS - Equipe paramédicale UETD Centre Catherine de Sienne - NANTES - France 5 - Co-auteur - Isabelle JAHAN LAINE - Equipe paramédicale UETD Centre Catherine de Sienne - NANTES - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Autres Communication Présentation du cas : LES SOIGNANTS FACE AUX HOSPITALISATIONS ITERATIVES EN UNITE D'EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR Objectif : nous partons du constat d'une lassitude des soignants face aux patients revenant en hospitalisation régulière sans évolution perçue. Il s'agit d'élaborer une réflexion d'équipe à partir de ce constat dans le but de soutenir les soignants confrontés à cette situation. Description : les concepteurs du poster se sont réunis régulièrement depuis un an pour réfléchir et déterminer une méthode de réflexion. Après un remue-méninge sur la notion de lassitude chez les soignants, nous avons fait le choix de sélectionner trois cas pour lesquels la lassitude des soignants était patente. Les critères de choix, 4

5 à l'unanimité, se sont portés sur la prise en charge dans le temps (plus de sept ans), la répétition des hospitalisations par année, le manque d'évolution positive voire l'aggravation (évaluation de la douleur, qualité de vie, objectif de vie,...) Nous avons étudié les dossiers de leurs séjours depuis leur première hospitalisation, ce qui nous permet de présenter les points saillants de leurs parcours. Chacun a ainsi exprimé son ressenti et son attitude face à ces patients (sentiment d'être manipulé, évitement du patient, attitude conciliante...) A partir de quoi des questions et des réflexions ont émergé sur la qualité de notre accompagnement. (Est-il utile de poursuivre ces hospitalisations? Entre-t-on dans une dépendance réciproque? La notion de lien familial est-elle remplacée par le lien équipe/soigné?...) Conclusion : Conclusion : il est évident qu'une certaine lassitude est inhérente à l'accompagnement des personnes douloureuses chroniques. Cependant, pour prévenir les effets délétères de la lassitude des soignants nous proposons des pistes (travail sur les objectifs, staff spécifique,...) Au delà, comme l'expérience nous l'a déjà montrée : quand le soignant n'y croit plus, le patient nous surprend. 5

6 Poster (Référence finale : CC14) EFFET ANTALGIQUE DE LA KYPHOPLASTIE PAR BALLONNET DANS LE TRAITEMENT DES TASSEMENTS OSTEOPOROTIQUES : SERIE CONTINUE DE 150 PATIENTS, 186 NIVEAUX, RESULTATS POST-OPERATOIRES IMMEDIATS, SUIVI SUR 1AN Auteur Dr francois xavier hostalrich Service de Chirurgie Orthopédique et traumatologiebagnols sur CèzeFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - francois xavier hostalrich - Service de Chirurgie Orthopédique et traumatologie - Bagnols sur Cèze - France 2 - Co-auteur - Amine Barkia - CHG Louis Pasteur - Bagnols sur Cèze - France 3 - Co-auteur - andrei zaporojanu - CHG louis Pasteur - Bagnols sur Cèze - France 4 - Co-auteur - Ahmed figuira - CHG Louis Pasteur - bagnols sur Cèze - France 5 - Co-auteur - régine hostalrich-jaunier - EHPAD les 7 Sources - Bagnols sur Cèze - France 6 - Co-auteur - jean pierre fourquet - CHG louis pasteur - Bagnols sur Cèze - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Autres Communication Présentation du cas : Critères d inclusion : tous les patients admis dans le service pour un ou plusieurs tassements ostéoporotiques, angulation en cyphose de 10 et/ou vide centrocorporéal TDM, très algiques à hyperalgiques avec un risque anesthésique faible à modéré. Série : continue de 150 patients, 186 niveaux de janvier 2011 à janvier Suivi de J0 à J1, J8, J90, et A1 126 femmes/34 hommes Age moyen : 74 ans ( 58 à 98 ans) Lésions : A1 94% A2 6% (classification AO) 186 niveaux Charnière thoraco- lombaire :82% Délai de prise en charge : 2 à 120 jours post traumatiques Technique opératoire : kyphoplastie percutanée sous anesthésique générale en décubitus ventral en décyphose thoraco-lombaire (matériel KYPHON Medtronic) 6

7 sous contrôle par amplificateur de brillance permettant une réduction de la déformation, une fixation stable immédiate, le comblement de la perte de substance osseuse, un effet antalgique du métacrylate de méthyle Evaluation de la douleur pré et post opératoire : échelles EVA et Dolopus : effet antalgique immédiat durable dans le temps durant tout le suivi. Evaluation des traitements antalgiques pré et post opératoires : chute immédiate des antalgique surtout des paliers 3 morphiniques Complications : Médicales/ anesthésiques : 0 Complications neurologiques : 0 Fuites de ciment intra-canalaire : 0 fuites extra-corporéales : 5/186 sans retentissement clinique Conclusion : Conclusion : technique chirurgicale mini-invasive fiable donnant une indolence immédiate durable dans le temps avec une chute massive de la consommation des antalgiques. 7

8 Poster (Référence finale : CC04) Evaluation de l efficacité d un traitement topique par amitriptyline 1% et kétamine 2% chez une patiente atteinte d érythermalgie. Auteur Mr Pierre Gantner Service Pharmacie-Stérilisation, Hôpitaux Universitaires de StrasbourgSTRASBOURGFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - Pierre Gantner - Service Pharmacie-Stérilisation, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg - STRASBOURG - France 2 - Co-auteur - Florence Gass-Jégu - Service Pharmacie-Stérilisation, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg - STRASBOURG - France 3 - Co-auteur - Anne Gairard-Dory - Service Pharmacie-Stérilisation, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg - STRASBOURG - France 4 - Co-auteur - Dan Lipsker - Service de Dermatologie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg - STRASBOURG - France 5 - Co-auteur - Bénédicte Gourieux - Service Pharmacie-Stérilisation, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg - STRASBOURG - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Douleurs neuropahtiques Communication Présentation du cas : L érythermalgie est caractérisée par des épisodes intermittents de brûlure, rougeur et chaleur des extrémités et son traitement antalgique est problématique. Une adolescente de 18 ans présente un acrosyndrome associant une maladie de Raynaud et une érythermalgie primaire depuis l âge de 11 et 13 ans respectivement. L érythermalgie se caractérise par des douleurs paroxystiques invalidantes en particulier lors de l exposition à la chaleur, au niveau du deuxième orteil du pied droit. Cette douleur persiste après l exérèse d un névrome du deuxième espace inter-orteil en Plusieurs traitements à visée antalgique : aspirine, énalapril, amitriptyline, tramadol (jusqu à 400 mg par jour) et gabapentine (jusqu à 2,7 g par 8

9 jour) par voie orale, un gel de capsaïcine et des injections de lidocaïne et de phénol n ont pas permis de contrôler les douleurs. Un traitement par application de crème d amitriptyline à 1% et de kétamine à 2% (préparation magistrale) a été instauré, à raison d une application journalière sur la cicatrice du névrome. La douleur de type neuropathique (DN4 à 5) a été évaluée avant et 6 mois après le début des applications par la forme abrégée du Questionnaire de la Douleur de Saint-Antoine (QDSA) et l Échelle Visuelle Analogique (EVA). Le Questionnaire Concis sur les Douleurs (QCD) a permis d estimer la qualité de vie. Dès 5 semaines de traitement, la patiente a ressenti une diminution des douleurs (EVA moyenne passant de 6 à 3 et QDSA de 33 à 13), qui ne requièrent quasiment plus la prise d antalgiques per os. La qualité de vie a été améliorée (QCD passant de 39 à 9). Conclusion : Un traitement par amitriptyline à 1% et kétamine à 2% en crème a permis de diminuer l intensité des douleurs, d améliorer la qualité de vie et de réduire les traitements antalgiques systémiques, ce traitement a été poursuivi. 9

10 Poster (Référence finale : CC19) DIVERS CONCEPTS INFIRMIERS PAR AU SERVICE D UNE PATIENTE DIABETIQUE PRESENTANT UNE DOULEUR INDUITE LORS DE LA REFECTION DE PANSEMENTS EN ENDOCRINOLOGIE Auteur Mme ADELINE TAINMONT CETD CENTRE HOSPITALIERVALENCIENNESFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - ADELINE TAINMONT - CETD CENTRE HOSPITALIER - VALENCIENNES - France 2 - Co-auteur - Séverine DUVIVIER - CETD Centre Hospitalier - VALENCIENNES - France 3 - Co-auteur - AMANDINE JOLY - ENDOCRINOLOGIE CENTRE HOSPITALIER - VALENCIENNES - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Autres Communication Présentation du cas : La douleur induite lors de la réfection d un pansement se chronicisant est facteur d anxiété. Nous présenterons une patiente de 31 ans, diabétique, présentant une nécrobiose lipoïdique des membres inférieurs depuis un an. La douleur est qualifiée d insupportable (échelle numérique à 9/10) lors de la réfection des pansements, elle présente une anticipation anxieuse avant la réfection, accompagnée de pleurs. La patiente préfère faire ses pansements seule au domicile annulant le passage de l infirmière libérale. Le passage de l infirmière ressource douleur est demandé par l équipe pluridisciplinaire. Suivant le modèle Caplan, une consultation infirmière de première ligne ainsi qu une consultation de seconde ligne avec l équipe pluridisciplinaire sont réalisées. L école des 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson permet le recueil de données, en concomitance avec une approche systémique en soins infirmiers (croyances concernant les antalgiques), le modèle 10

11 explicatif issu de la psychologie de la santé (coping) a permis l analyse du niveau d adaptation de la patiente face à cette situation douloureuse. Les diagnostics infirmiers sont : peur, douleur chronique. Les actions sont menées en partenariat avec l équipe soignante et la patiente : décalage du pansement au lendemain (avec accord médical), adaptation d un traitement prophylactique, enseignement du toucher détente à l aide-soignante, organisation de la réfection du pansement coïncidant avec le rythme de travail du service de soins, conseils de bonnes pratiques avec un plan de soins personnalisé pour le retour au domicile. L utilisation des méthodes psychocorporelles comme la respiration accompagnée, la relaxation, le toucher détente et le détournement d attention sont bénéfiques. L évaluation par échelle numérique est de 5/10 lors de la réalisation du pansement. Conclusion : Nous avons repensé notre dossier d évaluation de la douleur en transversalité. Les soignants ont demandé la formation MEOPA. Ce cas clinique a permis de redynamiser le groupe institutionnel «douleur et pansement» avec l élaboration d un audit, des outils de bonnes pratiques 11

12 Poster (Référence finale : CC16) Et si c'était l'épilepsie? Auteur Mlle Marie-Eva Pickering Service de Neurologie et Sommeil, Centre Hospitalier Lyon-Sud, Hospices Civils de LyonLyonFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - Marie-Eva Pickering - Service de Neurologie et Sommeil, Centre Hospitalier Lyon-Sud, Hospices Civils de Lyon - Lyon - France 2 - Co-auteur - Laurence Kocher - Service de Neurologie et Sommeil, Centre Hospitalier Lyon-Sud, Hospices Civils de Lyon - Lyon - France 3 - Co-auteur - Adrien Didelot - Service de Neurologie et Sommeil, Centre Hospitalier Lyon-Sud, Hospices Civils de Lyon - Lyon - France 4 - Co-auteur - Sylvain Rheims - Service de Neurologie Fonctionnelle et d'epileptologie, Hôpital Pierre Wertheimer, Hospices Civils de Lyon - Lyon - France 5 - Co-auteur - Sylvette Claudel-Bonvoisin - Service d'hépato-gastro-entérologie, Centre Hospitalier Lyon-Sud, Hospices Civils de Lyon - Lyon - France 6 - Co-auteur - Pierre-Marie Gonnaud - Service de Neurologie et Sommeil, Centre Hospitalier Lyon-Sud, Hospices Civils de Lyon - Lyon - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Autres Communication Présentation du cas : Nous rapportons deux observations de patients, sans antécédent notable, présentant une épilepsie partielle avec manifestations critiques douloureuses. Monsieur B, 35 ans, présente depuis plus de 10 ans des crises douloureuses paroxystiques pluriquotidiennes à type de décharge électrique, à prédominance nocturne, d apparition brutale au niveau de la fosse iliaque gauche, d environ 10 secondes, suivies de mouvements désordonnés des membres inférieurs. Les crises diurnes semblent quelquefois favorisées par l activation motrice du membre inférieur gauche. Un bilan exhaustif au niveau digestif et rachidien n a pas montré 12

13 d anomalie. La Vidéo-EEG révèle des crises épileptiques hypermotrices nocturnes mais sans argument clinique ou électrique localisateur. La TDM et l IRM 3T cérébrales sont normales (absence de dysplasie notamment). Le PET-Scan met en évidence un hypométabolisme temporal interne droit n atteignant pas le seuil de significativité. Les traitements antiépileptiques échouent à contrôler complètement les crises. Madame B, 32 ans, présente depuis 7 ans des crises stéréotypées d environ 20 secondes, jusqu à 7 fois par nuit, apparaissant dans les premières minutes de sommeil, s accompagnant parfois de pertes d urines. Elles débutent par une douleur à type de décharge électrique des extrémités, avec progression rapidement ascendante vers la tête, le cou et le dos, sièges d intenses douleurs, accompagnées d importantes manifestations végétatives et d une sensation de peur. Au cours de ces crises, la patiente ressent une crispation des membres supérieurs. La vidéo-eeg témoigne de séquences cliniques très brèves et stéréotypées qui font porter le diagnostic de crises épileptiques. La réponse au traitement (carbamazépine) est spectaculaire avec une disparition complète des crises. L IRM 3T cérébrale est normale. Conclusion : Ainsi, devant des manifestations douloureuses paroxystiques intenses, stéréotypées, de brève durée, résistantes aux antalgiques classiques, il est licite d évoquer une épilepsie partielle. 13

14 Poster (Référence finale : CC03) Spondylodiscite post opératoire à Propionibacterium acnes : une cause de lombalgie post opératoire à ne pas négliger. Auteur Dr Luc Brun Centre Hospitalier de NouméaNouméa cedex 03New Caledonia Co-auteurs 1 - Présentateur - Luc Brun - Centre Hospitalier de Nouméa - Nouméa cedex 3 - New Caledonia 2 - Co-auteur - Olivier Peres - CHT Nouméa - Nouméa - New Caledonia 3 - Co-auteur - Pierre Verschoore - Centre Mutualiste de Réeducation et de Réadaptation Fonctionnelle de KERPAPE - Ploemeur - France 4 - Co-auteur - Laurence Gracia - CH Nouméa - Nouméa - New Caledonia 5 - Co-auteur - Catherine Sureau - CH Nouméa - Nouméa - New Caledonia 6 - Co-auteur - Eric Tempelgof - Cabinet de rhumatologie - Nouméa - New Caledonia 7 - Co-auteur - Maelle Deniaud - CHT nouméa - Nouméa - New Caledonia Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Douleurs neuropahtiques Communication Présentation du cas : Un homme de 41 ans est opéré le 22/11/2011 d une hernie discale L4L5 avec lombosciatique L5 gauche déficitaire. La sciatalgie guérit un mois plus tard, le patient est sevré de prégabaline et amitryptiline. Le 20/01, en se penchant en avant, une douleur fulgurante survient. Elle est mécanique avec EVA entre 3 et 8.5 (DN4=0). L examen clinique retrouve une amyotrophie du mollet gauche, une attitude vicieuse avec contracture lombaire prédominant à gauche, une douleur à la palpation paravertébrale gauche L4 et L5. L IRM du 22/02/2012 montre une inflammation des IAP en L4L5, une absence de récidive herniaire. La biologie: aucun syndrome infectieux. On évoque une discopathie chronique avec syndrome facettaire post chirurgie. Le traitement associe AINS, décontracturant, tramadol 14

15 300mg/j, mésothérapie, TENS et port d une ceinture lombaire. Le 5/03, on rajoute morphine et amitryptiline 25 mg. Le 21/03, les IAP sont infiltrées. Avant d envisager une arthrodèse L4L5, on propose une rééducation de type réadaptation fonctionnelle du rachis. Une nouvelle IRM montre enfin une spondylodiscite L4L5. Le bilan sanguin est toujours strictement normal, le patient apyrétique. Une ponction biopsie sous scanner conduit au diagnostic : spondylodiscite à Propionibacterium acnes. Après traitement adapté (amoxicilline-acide clavulanique 12g/j IV et clindamycine 2400 mg/j IV puis clindamycine per os), la symptomatologie douloureuse guérit, l examen clinique se normalise, le patient peut même reprendre le sport. Conclusion : La spondylodiscite infectieuse est classique mais rare en post opératoire de chirurgie du rachis (Gerometta A, Int Orthop 2012). Le cas présenté ici a la particularité d'être pauci symptomatique sur le plan infectieux. La répétition de l IRM avec injection a permis de rectifier le diagnostic. La présence de P. Acnes est surement responsable du caractère torpide de l'infection. Ce germe est de plus en plus incriminé dans les processus de lombosciatalgie chronique. Sa pathogénicité reste à découvrir(albert H, Eur Spine J 2013). 15

16 Poster (Référence finale : CC05) «Docteur, ma rotule s est envolée!» A propos de douleurs neuropathiques chez un patient cocaïnomane co-infecté par le VIH et le VHC. Auteur Dr Christine LEVEQUE Equipe Mobile d'accompagnement et Soins Palliatifs, Hôpital Max-FourestierNanterreFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - Christine LEVEQUE - Equipe Mobile d'accompagnement et Soins Palliatifs, Hôpital Max-Fourestier - Nanterre - France 2 - Co-auteur - Vincent DANELUZZI - Service de Médecine interne, Hôpital Max- Fourestier - Nanterre - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Douleurs neuropahtiques Communication Présentation du cas : Homme de 46 ans, ancien éthylique, toxicomane à l'héroïne, substitué par 40 mg/j de méthadone, poursuit des injections IV de cocaïne. Infection VIH bien contrôlée par antirétroviraux, a suivi une bithérapie anti-vhc pendant presque un an. Hospitalisé pour endocardite tricuspidienne à SAMS. Appel pour "douleurs diffuses" mal contrôlées malgré méthadone 60 mg/j et interdoses de morphine orale. A l'examen : douleurs thoraciques et scapulaires nociceptives à la toux (infarctus pulmonaires septiques multiples) ; paresthésies bilatérales, décharges électriques nocturnes (EVA 3-4) dans le territoire des nerfs fibulaires avec troubles de sensibilité superficielle (DN4 6/10) et amyotrophie des mollets, évoquant une neuropathie périphérique[1]. Mise en évidence à l'interrogatoire d'une anesthésie douloureuse isolée de la rotule gauche, avec à l examen troubles sensitifs objectifs à tous les modes (chaleur, tact, piqûre, diapason ; DN4 : 5/10) sans amyotrophie associée, d'apparition récente, avec douleurs intenses (EVA 8). Le patient rapporte alors l extravasation d une injection de cocaïne dans une veine superficielle non perméable croisant le trajet du nerf cutané antérieur médial de la cuisse : a eu «16

17 l impression que sa rotule s envolait», depuis «ne la sent plus» mais éprouve brûlures continues, décharges électriques, ne supporte plus le contact (DN4 5/10). Recherche de cryoglobulinémie en cours, pas d EMG (thrombopénie profonde, état général précaire). La neurotoxicité directe de la cocaïne[2] (cause de son abandon en anesthésie locale) est suspectée. L introduction de gabapentine a permis de diminuer paresthésies distales et douleurs du genou. Conclusion : Chez ce patient toxicomane, avec co-infection VIH-VHC traitée, existence de signes de neuropathie distale d étiologie multifactorielle probable (infection VIH, traitements antirétroviraux, éthylisme), et mise en évidence d une atteinte du nerf cutané antérieur médial de la cuisse gauche probablement secondaire à une injection tronculaire directe accidentelle de cocaïne. [1] AIDS, 2005, 19(Suppl 3) : S135-9 [2] Brain Res, 1991, 565(1) :

18 Poster (Référence finale : CC01) RÉVEILLER LA PEAU POUR ENDORMIR LES DOULEURS NEUROPATHIQUES : Rééducation sensitive d'une douleur neuropathique au niveau lésionnel chez un tétraparésique C4- c6 Auteur Mme Isabelle BETTENS IndividuellePONT DE METZFrance Co-auteurs 1 - Co-auteur - Isabelle BETTENS - Individuelle - PONT DE METZ - France 2 - Présentateur - vincent soriot - centre hospitalier d'abbeville - abbeville - France 3 - Co-auteur - sandrine Soriot-Thomas - centre hospitalier universitaire - Amiens - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Douleurs neuropahtiques Communication Présentation du cas : Mr B.,âgé de 43 ans a été victime en 2010,d'une chute responsable d' un hématome médullaire C4-C6 entrainant une téraplégie (ASIA B).Il présente une allodynie segmentaire C6 symétrique en lien avec le niveau lésionnel sensitif. Plusieurs traitements neurotropes restent en échec. Seule l'association de Lamictal à 100mg matin et soir couplée à une neurostimulation transcutanée (NSTC) sur le segment C6, apporte un soulagement partiel de la douleur neuropathique. Il est proposé lors de la consultation en 2012, à la structure douleur chronique (SDC) du centre hospitalier (CH) d'abbeville, une prise en charge par rééducation sensitive. Le patient est reçu une fois par semaine, pour surveillance de l évolution somesthésique, couplée à une séance de stimulation vibro-tactile et adaptation d un programme d exercices de stimulations cutanées tactiles quotidiennes, à domicile. Nous observons une amélioration symétrique de l allodynie jusqu à sa disparition. Dans un second temps, nous pouvons réduire puis interrompre son Lamictal ainsi que la NSTC. Le temps thérapeutique aura été de 18 semaines. 18

19 Conclusion : Cette technique décrite et élaborée par Claude Spicher permet de définir avec précision les limites de la zone allodynique, ainsi que son seuil de déclenchement en utilisant les monofilaments de pression de Semmes- Weinstein. Au décours du bilan, elle permet par le biais de stimulations tactiles et vibratoires localisées selon une classification des douleurs neuropathiques qui en comportent cinq, d améliorer les troubles somesthésiques et donc de réduire l intensité des douleurs neuropathiques. Cette méthode non médicamenteuse ne peut s effectuer sans une réelle implication du patient et du thérapeute. Le caractère chronophage peut rendre difficile cette approche. L expérience acquise depuis deux ans à la SDC du CH d Abbeville et les résultats obtenus confortent l équipe soignante à poursuivre cette nouvelle méthode non médicamenteuse qui permet d enrichir l arsenal thérapeutique contre les douleurs neuropathiques. 19

20 Poster (Référence finale : CC17) Douleur chronique rebelle traitée par antalgie intrathécale chez une femme de 25 ans: en illustration des Recommandations Formalisés d Experts (RFE) de la SFAR-SFETD (2013) Auteur Dr Sylvie ROSTAING-RIGATTIERI CETD Hôpital Saint-AntoineParisFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - Sylvie ROSTAING-RIGATTIERI - CETD Hôpital Saint-Antoine - Paris - France 2 - Co-auteur - Philippe DECQ - Service de Neurochirurgie Hôpital Beaujon - Paris - France 3 - Co-auteur - Colette GOUJON - Service de Neurochirurgie Hôpital Henri Mondor - Créteil - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Autres Communication Présentation du cas : Madame B., 25 ans, atteinte de Polypose Adénomateuse Familiale, est opérée en février 2004 d une coloprotectomie totale. Des douleurs épigastriques et pelviennes apparaissent fin 2007 en lien avec deux tumeurs desmoïdes, épigastrique et pararectale, chirurgicalement inextirpables, résistant à 3 lignes de chimiothérapie successives. Madame B. est prise en charge par l équipe mobile à partir de septembre 2010 pour des douleurs instables, puis réfractaires, malgré des associations multiples et des doses considérables de morphine ou sufentanil injectable, par pompe PCA (consommation de mg/jour d équivalent-morphine IV). Après concertation pluridisciplinaire, une antalgie intrathécale par cathéter externe est débutée en mai 2011, associant 4 produits (morphine, ropivacaïne, ziconotide, clonidine), puis 3 (clonidine arrêtée). Une pompe Medtronic est implantée chirurgicalement le 6 juillet La patiente retourne à domicile le 13 juillet 2011, soulagée. Elle est suivie en HDJ (CETD) 2 fois par mois, pour recharge 20

21 de pompe, évaluation des douleurs, évaluation des effets indésirables, adaptation des doses. Les douleurs abdomino-pelviennes de fond ont disparu. En activité, il persiste des douleurs jugées tolérables par la patiente qui a repris une vie presque normale. Le soulagement persiste après 2 ans, sans tachyphylaxie. Au contraire, la consommation journalière de morphine a diminué de 25,2 mg à 2,96 mg (réduction de 88,2%), celle de ropivacaïne s est stabilisée autour de 12 mg, et la posologie du ziconotide, progressivement augmentée de 0,5 mcg à 3,6 mcg/jour (titration lente) est stable depuis plus d un an. Le traitement par ziconotide n a engendré aucune complication. Le traitement spécifique repose sur des injections trimestrielles IM de Triptoréline : la tumeur épigastrique a diminué, la tumeur para-rectale est globalement stable. Conclusion : Ce cas clinique souligne l intérêt des associations intrathécales, notamment du ziconotide associé aux anesthésiques locaux et à la morphine, dans l arsenal thérapeutique des douleurs rebelles, comme stipulé dans les recommandations de

22 Poster (Référence finale : CC02) Sevrage de haute dose de morphine intrathecale par association de méthadone orale et de PRIALT intrathecal. Auteur Mr Andrei BRINZEU Hopital Neurologique LyonBronFrance Co-auteurs 1 - Présentateur - Andrei BRINZEU - Hopital Neurologique Lyon - Bron - France 2 - Co-auteur - Jean Bernard Caillet - CETD Hopital Neurologique - Lyon - France 3 - Co-auteur - Hussein Naous - CETD Hopital Neurologique - Lyon - France 4 - Co-auteur - Patrick Mertens - CETD Hopital Neurologique - Lyon - France Type d étude et thème Sous thème Cas Cliniques Douleurs neuropahtiques Communication Présentation du cas : Objectif: Faisabilité d un sevrage de haute dose de morphine et Prialt intrathécale par l association méthadone orale et Prialt intrathecal. Cas clinique: Patient de 58 ans souffrant de douleurs neuropathiques radiculaires dans un membre inférieur, liées à de multiples interventions pour hernies discales lombaires récidivantes effectuées 30 ans auparavant. Face à l inefficacité de tout autre traitement pharmacologique oral classique, l introduction en 1993 d un traitement morphinique intrathécal est proposé, aportant une diminution de l'eva de 60%, mais au prix d'une augmentation rapide des doses avec constitution de tolérance et dépendance. L association Prialt/morphine intrathécal a été effectuée il y a 2 ans lors d un premier essai de sevrage. Cette tentative n a pas été concluante: la dose totale quotidienne de morphine intrathécale restant très élevée : 12 mg/jour associee a 360 mg/jour per os. En 2013 devant des signes manifestes de dependance sévère un sevrage avec méthadone a été décidé. Auparavant la dose de Prialt a été augmentée progressivement à 7,5 µg/jour. Le patient a été hospitalisé et une voie centrale posée. Un relai immédiat de la dose de morphine intrathécale par administration intraveineuse continue a été effectuée (dose quotidienne initiale à 1000 mg/jour). 22

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30 TABLE DES MATIÈRES Contributeurs...11 Remerciements...12 Préface de cette 2 ème édition : Ronald Melzack...13 Préface de l édition anglaise : A. Lee Dellon...15 Préface de la 1 ère édition : Jean-Pierre

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE TABLE DES MATIERES Contributeurs 11 Remerciements 12 de la edition : Serge 13 Preface de la edition : Ronald 15 Glossaire 17 Table des abreviations 20 INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE Troubles

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON

AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON Douleurs neuropathiques périphériques de l adulte non diabétique : De l étiologie au rôle de l infirmier AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON La douleur neuropathique Définition [1] C est est une douleur

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique.

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique. MIGRAINES Diagnostic Critères IHS de la migraine SANS AURA : 5 crises 4-72 heures sans traitement 2 caractéristiques suivantes : Unilatérales Pulsatiles Modérées ou sévères Aggravation par activités physiques

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT!

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! Douleur induite Douleur induite Douleur de courte durée, causée par le soignant ou une thérapeutique dans des circonstances de survenue prévisibles et susceptibles

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP)

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) Réponses à vos inquiétudes Pour vous, pour la vie Quel est le principe de l ACP? La technique d analgésie contrôlée par le patient (ACP) que vous propose votre

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

La synthèse argumenté

La synthèse argumenté La synthèse argumenté Présenter la situation de plusieurs personnes sous forme de synthèse argumenté afin d'assurer la continuité des soins et dispenser des soins de qualité : sécurisés, adaptés, individualisés,

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la Mme C. Toulouse, Centre Huguenin- St Cloud 1. Présentation du geste

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon LIVRET D INFORMATIONS CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon 04.72.17.26.26 Accès bus : C6, 89, C14, 66, 19 RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE Accès

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital!

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital! Secrétariat du Grand Conseil M 1795 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Gabriel Barrillier, Michèle Ducret, Michel Ducret, Pierre Kunz et Jean- Marc Odier Date de dépôt

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

La marche de l infirme moteur cérébral enfant et adulte

La marche de l infirme moteur cérébral enfant et adulte La marche de l infirme moteur cérébral enfant et adulte Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Jean-Claude Bernard La marche de l infirme moteur cérébral enfant et adulte

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 Hôpital Cochin - Service Médecine Interne du Pr Le Jeunne 27, rue du Faubourg Saint Jacques - 75014 PARIS

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail