Lombalgies chroniques non spécifiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lombalgies chroniques non spécifiques"

Transcription

1 Lombagies chroniques non spécifiques Dr Y.-A. 11 avri 2013 «La Gourmandine» Ciquez pour modifier e stye des sous-titres du masque

2 INTRODUCTION Probématique fréquente et compexe Enjeux humains parfois majeurs Impact sociéta et médico économique: Données épidémioogiques et économiques Approche médicae et para médicae compexe: Causes mutipes/ LS et LNS/ Mutidiscipinarité/ Méthodes thérapeutiques nombreuses «La théorie, c est quand on sait et que rien ne fonctionne. La pratique, c est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici nous avons réuni théorie et pratique: rien ne fonctionne et personne ne sait pourquoi» (Abert Einstein) «Conceptuaiser notre ignorance» (Pr Goupie)

3 Des chiffres. Incidence de a LNS = 60 à 90% dans a popuation française. 60 à 90% de LNS aigues s améiorent en 4 à 6 semaines.10% deviennent chroniques 10% de a popuation aura une ombagie de pus de 3 mois. 6% de pus de 6 mois. 2 miions de personnes actives entre 30 et 64ans. 7,9% d hommes et 7,5 % de femmes Sur représentation des professions ouvrières

4 Des chiffres La PEC de a ombagie est une des priorités nationaes des objectifs de Santé Pubique (2003) 6 m de consut./an.10 % en MG. Prés de 1/2 en rhumato. 30% des actes de kinésithérapie.5 à 10% des actes de radioogie.2,5% des prescriptions médicamenteuses. Les LNS chroniques représentent 80% des dépenses générées dans cette pathoogie. LNS= 1ere cause de TMS avec une prévaence de 2,9% LNS= 1ere cause d accident du travai.10,7miions de jours d arrêt de travai par an avec une durée moyenne de 55 jours. 2 e cause d invaidité. Pourcentage de possibiité de reprise du travai décroit vite avec a durée de arrêt. Cout tota: 2,7 miiard, soit 1,5% des dépenses de santé

5 INTRODUCTION Probématique fréquente et compexe Enjeux humains parfois majeurs Impact sociéta et médico économique: Données épidémioogiques et économiques Approche médicae et para médicae compexe: Causes mutipes/ LS et LNS/ Mutidiscipinarité/ Méthodes thérapeutiques nombreuses «La théorie, c est quand on sait et que rien ne fonctionne. La pratique, c est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici nous avons réuni théorie et pratique: rien ne fonctionne et personne ne sait pourquoi» (Abert Einstein) «Conceptuaiser notre ignorance» (Pr Goupie)

6 DEFINITIONS Doueur: Expérience sensoriee et émotion désagréabes iées à une ésion corporee LNS aigues (<4 semaines)_lns sub aigues (4-12 semaines)_lns chroniques (>3 mois)_lns récidivantes (2 épisodes aigus /an). 4 catégories de LNS (Task force) Lombagie ou dorso ombagie sans irradiation au deà du pi fessier et sans signe neuro. Lombagie avec irradiation au MI ne dépassant pas e genou et sans signe neuro. Lombagie avec irradiation au MI dépassant e genou et sans signe neuro. Lombagie avec irradiation au MI seon un dermatome précis et compet et/ou avec signe neuro.

7 DEFINITIONS La ombagie chronique: «Doueur ombo-sacrée à hauteur des crêtes iiaques ou pus bas, médiane ou atéraisée, avec possibiité d irradiations ne dépassant pas e genou mais avec une prédominance des doueurs ombo-sacrées, durant au moins trois mois, quasi-quotidiennes, sans tendance à améioration» (Samochi et a, 2005) Lombagie commune ou non spécifique (LNS): Doueur ombaire de adute sans rapport avec une cause infammatoire, traumatique, tumorae, ou infectieuse. On estime, sur a base de a pratique cinique, que a LNS représente 90% des cas de ombagies prises en charge par es professionnes de santé (HAS 2005)

8 Du modèe bio médica au modèe bio psycho socia et environnementa

9 MODELE BIO BIO MEDICAL è è Doueur = Lésion tissuaire Diagnostic ésionne Traitement de a cause Réduction des conséquences sur a fonction et humeur Modèe insuffisant et parfois nuisibe ØMécanismes physiopathoogiques incertains ØAbsence de paraèe anatomo-cinique ØMutipication des investigations ØPassage à a chronicité

10 Les imites du modèe bio Médica Physio pathoogie incertaine Impossibiité dans 80% des LNS chroniques d identifier a structure anatomique (Reve 2005; Le Bay 2011) IRM chez sujet asymptomatique: Bombement 52 %/ Protrusion 27%/ Extrusion 1%/ AIAP 8%/ hernie intra spongieuse 19% (Katzman 1999).Pour d autres 20% de hernie discae. Le cas particuier de a discopathie active avec aspect Modic 1 (Rannou 2007) Absence de paraéisme radio cinique ou TDM cinique. Être méfiant dans es indications thérapeutiques. L imagerie n est qu un examen compémentaire. Les données anatomiques ne sont pas des facteurs de chronicisation statistiquement prouvées. Piste de réfexion seon e profi rachidien (Roussouy 2003)

11 CLASSIFICATION MODIC Noth 29 janvier 2010

12 MODIC I Hypo T1 Hyper T2 Noth 29 janvier 2010

13 MODIC II Hyper T1 Hyper T2 Noth 29 janvier 2010

14 Hypo T1 MODIC III Hypo T2 Noth 29 janvier 2010

15 Noth 29 janvier 2010

16 EVOLUTION DEGENERATIVE SELON LE TYPE Type 1: Coonne non harmonieuse. Cyphose thoracoombaire. Hyper ordose basse courte. Risque de dégénérescence discae dans a cyphose Risque de rétroisthésis à a jonction cyphose ordose Haute pression facettaire dans hyper ordose basse et risque de spondyoisthésis de L5 Type 2: Dos pat avec pression discae maximum Risque de dégénérescence discae et de hernie discae précoce Type 3:Coonne harmonieuse et équiibrée Type 4:Coonne hyperordosée avec bassin horizonta et PI éevée Risque de spondyoisthésis par yse isthmique de L5 par mécanisme de gissement Noth 29 janvier 2010

17 Les imites du modèe bio Médica Physio pathoogie incertaine Techniques et méthodes de rééducation symptomatiques ou à visée bio mécaniques nombreuses et sans preuve réee d efficacité Des exempes/ Traitements physiques à action rapide: Manipuations et tractions Méthodes à dominante bio mécanique: Rééducation en cyphose (fexion ombaire) Rééducation en ordose (extension ombaire) Mac Kenzie Méthode Mézières Verrouiage ombaire en position intermédiaire.. Méthodes pus gobaes: Ecoes du dos Reconditionnement à effort (RFR)

18 Les imites du modèe bio Médica Des idées reçues. Des théories discordantes Des paroes,des comptes rendus,des actes peuvent anxiogènes et iatrogènes. Des intervenants mutipes,non coordonnés Ces imites peuvent favoriser a chronicisation

19 LE SYNDROME DE DECONDITIONNEMENT ØDéconditionnement physique. ØDéconditionnement psycho-socia. Le syndrome de déconditionnement (Tom Mayer) üraideur et défaut de mobiité ombo pevienne. üdiminution de a force (Extenseurs du tronc +++). üdiminution des capacités d endurance. üdiminution des capacités fonctionnees. Diminution des capacités de souèvement des charges. üretentissement psycho-socia. Augmentation score anxiété et dépression. Arrêt proongé du travai.

20 Facteurs psychosociaux de risque de chronicisation (Marty 2005; Poiraudeau 2009) üage 40 ans ücompensations attendues ülongue durée épisode actue üsaaire mensue bas üépisodes antérieurs de ombagie üantécédents d hospitaisations ou d arrêts de travai ügrand handicap initia üirradiation initiae sous e genou üfacteur émotionne üfaibe quaification üinsatisfaction au travai ü Comportement de peur avec évitement ücatastrophisme üsituation famiiae difficie ütravai perçu comme stressant üconfit médico-éga üaccident du travai

21 Techniques d améioration de a gestion de sa doueur par e patient (I) Doueur= Expérience sensoriee et émotion désagréabes Facteurs émotionnes, cognitifs et comportementaux. Importance des appréhensions, des évitements (Wadde, Pain 1993), des croyances (Fear Avoidance Beiefs Questionnaire) et du coping de a personne. «Rien n est en soi bon, ni mauvais, tout dépends de ce que on en pense» (Hamet)

22 EXEMPLES DE CROYANCES «ERRONEES» Porter n est pas bon pour e dos I faut éviter e sport Je risque de me retrouver dans un fauteui rouant Le ma de dos s aggrave avec âge Les médecins ne peuvent pas faire grand-chose. Le re p o s c e s t c e q u i y a d e m ie u x p o u r m o n d o s Avoir ma au dos signifie avoir de ong arrêt de travai S i a d o u e u r p e rs is te c e s t q u u n e m a a d ie g ra ve é vo u e I faut payer après un effort S i o n m a a u d o s c e s t p o u r a v ie Le ma de dos finit par vous empêcher de travaier I n y a pas de traitement pour e ma de dos Le s e ffo r ts o u e tra va i a g g ra ve n t m e s é s io n s

23 Techniques d améioration de a gestion de sa doueur par e patient (II). Le coping. Définition (Fokmann 1984) : Efforts cognitifs et comportementaux pour maîtriser, réduire ou toérer es exigences internes ou externes qui menacent ou dépassent nos ressources. Le choix de cette stratégie est ié Caractéristiques personnees de individu Aux variabes environnementaes Les 6 stratégies de coping: Distraction(?)/Réinterprétation des sensations(+)/ Auto encouragement(+)/ Ignorance de a doueur(+)/ Prière et espoir(-)/ Dramatisation(-).

24 Techniques d améioration de a gestion de sa doueur par e patient (III) Méthodes d évauation: Entretien individue/ Diagnostic éducatif/echees de mesure des peurs et croyances (FABQ),de a kinésiophobie (Tampa)/ Coping Stratégie Questionnaire (CSQ). Techniques d améioration de cette gestion : Discours médica et para médica Brochures et documents écrits «Guide du dos» (Coudeyre, Annaes MPR 2002) Séances d information et d ETP Entretiens dirigés type TCC Reaxation, hypnose,

25 Guide du dos Doc DU Rachis\guide du dos.htm

26 Évitement MODELE BIO-PSYCHO-SOCIAL (Wadde et Co 1993) Doueur Stratégies pour faire face (Coping) Détresse psychoogique Comportement de maade Incapacité physique Incapacité Isoement socia Perte d empoi

27 EVALUATION MULTIFACTORIELLE Ambitieuse, muti discipinaire Objectifs: -Réaiser une évauation bio médicae (diagnostic reevant d une thérapeutique spécifique), environnementae (travai-activités), psycho socio cuturee (CSQ, HAD, Evénements de a vie ) -Orienter es choix thérapeutiques -Etabir des ééments de suivi et de réinsertion Anayse des déficiences, de état d incapacité, du handicap, de a doueur, de a QDV, et du retentissement socio professionne.

28 EIFEL 1. Je reste pratiquement tout e temps à a maison à cause de mon dos.. 2. Je change souvent de position pour souager mon dos Je marche pus entement que d habitude à cause de mon dos A cause de mon dos, je n effectue aucune des tâches que j ai habitude de faire à a maison 5. A cause de mon dos, je m aide de a rampe pour monter es escaiers A cause de mon dos, je m aonge pus souvent pour me reposer. 7. A cause de mon dos, je suis obigé(e) de prendre un appui pour sortir d un fauteui A cause de mon dos, j essaie d obtenir que d autres fassent des choses à ma pace A cause de mon dos, je m habie pus entement que d habitude Je ne reste debout que de courts moments à cause de mon dos A cause de mon dos, j essaie de ne pas me baisser ni de m agenouier. 12. A cause de mon dos, j ai du ma à me ever d une chaise. 13. J ai ma au dos a pupart du temps. 14. A cause de mon dos, j ai des difficutés à me retourner dans mon it. 15. J ai moins d appétit à cause de mon ma de dos. 16. A cause de mon dos, j ai du ma à mettre mes chaussettes. (ou bas/coants) Je ne peux marcher que sur de courtes distances à cause de mon ma de dos 18. Je dors moins à cause de mon ma de dos A cause de mon dos, quequ un m aide pour m habier A cause de mon ma de dos, je reste assis(e) a pus grande partie de a journée 21. A cause de mon dos, j évite de faire de gros travaux à a maison A cause de mon ma de dos, je suis pus irritabe que d habitudes et de mauvaise humeur avec es gens A cause de mon dos, je monte es escaiers pus entement que d habitude.. A cause de mon dos, je reste au it a pupart du temps.

29 QUEBEC Eprouvez-vous de a difficuté aujourd hui à accompir es activités suivantes en raison de votre doueur au dos? Aucune difficuté (0) Très peu difficie (1) Un peu difficie (2) Difficie (3) Très difficie (4) Incapabe (5) 1. Sortir du it 2. Dormir toute a nuit 3. Vous retournez dans e it 4. Vous promenez en voiture 5. Rester debout durant 20 à 30 minutes 6. Rester assis sur une chaise durant pusieurs heures 7. Monter seu un étage à pied 8. Faire pusieurs pâtés de maisons ( m) 9. Marcher pusieurs kiomètres 10. Atteindre des objets sur des tabettes assez éevées 11. Lancer une bae 12. Courir à peu près 100 m 13. Sortir des aiments du réfrigérateur 14. Faire votre it 15. Mettre vos bas 16. Vous penchez pour aver e bain 17. Dépacer une chaise 18. Tirer ou pousser des portes ourdes 19. Transporter deux sacs d épicerie 20. Souever et transporter une grosse vaise Tota :

30 DALLAS I 1. La doueur et son intensité : Dans quee mesure avez-vous besoin de traitements contre a doueur pour vous sentir bien? Pas du tout Parfois Tout e temps 0% 100% 2. Les gestes de a vie quotidienne : Dans quee mesure votre doueur perturbe-t-ee es gestes de votre vie quotidienne (sortir du it, se brosser es dents, s habier, etc )? Pas du tout (pas de doueur) Moyennement Je ne peux pas sortir du it 0% 100% 3. La possibiité de souever queque chose : Dans quee mesure êtes-vous imité(e) pour souever queque chose? Pas du tout (comme avant) Moyennement Je ne peux rien souever 0% 100% 4. La marche : Dans quee mesure votre doueur imite-t-ee maintenant votre distance de marche par rapport à cee que vous pouviez parcourir avant votre probème de dos? Je marche comme avant Presque comme avant Presque pus Pus du tout 0% 100% 5. La position assise : Dans quee mesure votre doueur vous gêne-t-ee pour rester assis(e)? Pas du tout (pas d aggravation de doueur) Moyennement Je ne peux pas rester assis(e) 0% 100% 6. La position debout : Dans quee mesure votre doueur vous gêne-t-ee pour rester debout de façon proongée? Pas du tout (je reste debout comme avant) Moyennement Je ne peux rester debout 0% 100% 7. Le sommei : Dans quee mesure votre doueur gêne-t-ee votre sommei? Pas du tout (je dors comme avant) Moyennement Je ne peux pas sortir du it 0% 100% Tota x 3 = % de répercussion sur e rapport activités quotidiennes

31 DALLAS II 1. Activité sociae : Dans quee mesure votre doueur perturbe-t-ee votre vie sociae (danser, jeux et divertissemens ou soirées entre amis, sorties, etc )? Pas du tout (ma vie sociae est comme avant) Moyennement Je n ai pus aucune vie sociae 0% 100% 2. Les dépacements en voiture : Dans quee mesure votre doueur gêne-t-ee vos dépacements en voiture? Pas du tout (je me dépace comme avant) Moyennement Je ne peux pas me dépacer en voiture 0% 100% 3. Les activités professionnees : Dans quee mesure votre doueur perturbe-t-ee votre travai? Pas du tout (ee ne me gêne pas) Moyennement je ne peux pas travaier 0% 100% Tota x 5 : % de répercussion sur e rapport activités professionnees / oisirs 4. L anxiété / Le mora : Dans quee mesure estimez-vous que vous parvenez à faire face à ce que on exige de vous? Je fais entièrement face (pas de changement) Moyennement Je ne fais pas face 0% 100% 5. La maîtrise de soi : Dans quee mesure estimer-vous que vous arrivez à contrôer vos réactions émotionnees? Je fais entièrement face (pas de changement) Moyennement Je ne fais pas face 0% 100% 6. La dépression Dans quee mesure vous sentez-vous déprimé(e) depuis que vous avez ma? Je ne suis pas déprimé(e) Je suis compètement déprimé 0% 100% Tota x 5 : % de répercussion sur e rapport anxiété / dépression 7. Les reations avec es autres :

32 DALLAS III 1. Les reations avec es autres : Dans quee mesure pensez -vous que votre doueur a changé vos reations avec es autres? Pas de changement Changement radica 0% 100% 2. Le soutien dans a vie de tous es jours : Dans quee mesure avez-vous besoin du soutien des autres depuis que vous avez ma (travaux domestiques, préparations des repas, etc ) Aucun soutien nécessaire Soutien permanent 0% 100% 3. Les réactions défavorabes des proches : Dans quee mesure estimez-vous que votre doueur provoque, chez vos proches, de irritation, de agacement, préparation des repas, etc..) Pas du tout Parfois Tout e temps 0% 100% Tota x 5 : % de répercussion sur a sociabiité

33 Les recommandations pour a rééducation des LNS Les sources: HAS Fev 2000 / HAS Dec 2000 / HAS mai 2005 / Recommandations européennes du COST B 13 (Revue du rhumatisme, Fev 2006) La méthodoogie: A=preuves fortes. B=preuves modérées. C=preuves imitées. D=absence de preuves. Recommandé: A ou B et pas de motif de préoccupation. Peut être considéré comme recommandé: A ou B avec des motifs de préoccupation. Ne peut être recommandé: C ou D. Non recommandé car intervention inefficace avec un fort niveau de preuve: A ou B

34 Recommandations et LNS aigues(i) La cinique initiae doit identifier es «red fags». Le recours systématique à imagerie n est pas recommandé. I est recommandé de traiter a doueur: Paracétamo/AINS/Associations entre antagiques de paier II, AINS et ou myoreaxants. Prises réguières>ald. Les infitrations épiduraes, queque soit a technique, ne peuvent être recommandées dans e traitement des LNS aigues. Absence d étude pour es articuaires postérieures de voisinage à aveuge. Les manipuations vertébraes ont une efficacité > pacebo à court terme I n est pas recommandé de prescrire de repos au it. Si nécessaire, i ne doit pas excéder 2 à 3 jours Rester actif dans es AVQ et e travai DQP

35 Les «Red Fags» Age de début < 20 ans ou > 55 ans. Traumatisme récent vioent. Doueur croissante, permanente, non mécanique. Doueur thoracique. Antécédent de tumeur maigne. Utiisation proongée de corticoïdes. Toxicomanie, immunosuppression, VIH. AEG, fièvre, amaigrissement. Déformation rachidienne importante. Symptômes neuroogiques diffus.

36 Recommandations et LNS aigues (II) Informer, rassurer et sensibiiser à inutiité des examens compémentaires. Les séances de kinésithérapie ne sont pas recommandées. Exceptionneement 2 à 6 séances pour antagie, informations adaptées et reprise des activités. Ecoe du dos, tractions, éectrothérapie, TENS, acupuncture et thérapie comportementae ne sont pas recommandés. Pas d étude pour a banéothérapie. Pas de preuve pour recommander un type d exercice. I est recommandé de reprendre une activité physique e pus tôt possibe. I est recommandé de réévauer es patients qui ne s améiorent pas après 4 à 6 semaines avec a recherche de «Yeow fags», facteurs de chronicisation.

37 Les «Yeow Fags» Probèmes émotionnes :Dépression, anxiété, stress, conscience augmentée des sensations corporees, Stratégie de Coping, attitudes et représentations inappropriées. Comportement dououreux inadapté et un mauvais état de santé ressenti. Caractéres et conséquences de a doueur: Intensité, durée, incapacité fonctionnee, arrêt de travai, chirurgie ombaire, Probèmes iés au travai: Insatisfaction, AT, attente d indemnisation, environnement professionne hostie,

38

39 Recommandations et LNS chroniques Evauation et pronostic La démarche visant à excure une pathoogie spécifique, une radicuagie et à évauer es facteurs pronostiques est recommandée. Les test papatoires, mobiité, et autres ne peuvent être recommandés pour es diagnostic de a LNS chronique. L EMG ne peut pas être recommandé. L utiisation de imagerie (Rx/ TDM/ IRM/ Scinti/ Discographie/ Arthrographie post et boc facettaire ) n est pas recommandée sauf si une cause spécifique est suspectée. La Rx standard est recommandée pour anayse des anomaies structuraes. L IRM pour es autres cas: néopasie, discite, discopathie active, radicuagie, L évauation des facteurs de risque iés au travai, à a détresse psycho sociae, à humeur dépressive, à intensité de a doueur, aux conséquences fonctionnees, à ampification des symptômes et des attentes est recommandée.

40 Recommandations et LNS chroniques Traitements pharmacoogiques L utiisation d AINS et d opioïdes faibes à court terme peut être recommandée pour souager a doueur. Les antidépresseurs, es myoreaxants et a capsaicine sont des co médications utiisabes pour souager a doueur. L utiisation de a gabapentine dans es LNS chroniques ne peut être recommandée.

41 Recommandations et LNS chroniques Traitements conservateurs (I) Le repos au it n est pas recommandé. La physiothérapie ne peut pas être recommandée, y compris TENS. Les massages ne peuvent être recommandés mais accord professionne. La banéothérapie peut avoir un effet antagique et sur a fonction à court terme (c). Les exercices physiques sous supervision sont recommandés. Pas de recommandation sur e type d exercice à effectuer. Les changements observés sur a doueur ou e handicap ne sont pas iés aux modifications des performances physiques. Les tractions vertébraes ne peuvent être recommandées.

42 Recommandations et LNS chroniques Traitements conservateurs (II) Une PEC de courte durée de type manipuation ou mobiisations passives manuees peut être une option de traitement. L intérêt d une contention ombaire n est pas démontré. Le thermaisme peut être proposé. La neuro réfexothérapie et neuro acupuncture peuvent être considérées comme à recommander, si disponibes. La thérapie cognitivo comportementae est recommandée. Les interventions éducatives brèves qui encouragent au retour à une activité normae sont recommandées. Les PEC gobaes bio psycho sociaes muti discipinaires sont recommandées orsque es options mono discipinaires ont échoué. Les écoes du dos conventionnees n ont pas fait a preuve de eur efficacité. Les écoes du dos pour traiter es LNS chroniques avec recherche d effets à > 12 mois ne sont pas recommandées

43 Recommandations et LNS chroniques Traitements conservateurs (III) ) Emergence d un consensus quaitatif et quantitatif pour a PEC masso kinésithérapique. Réaisation d un Bian Diagnostic Kinésithérapique. Aspect quaitatif: Les techniques antagiques ne constituent pas essentie de a séance. Les exercices avec diverses dominantes sont recommandés : étirements, renforcement, condition physique générae, gymnastique, L information et éducation sont importantes. Aspect quantitatif: Prescription initiae de 15 séances Bian de suivi MKDE à a fin pouvant conduire à + 15 séances. Ne pas dépasser 30 séances sans une réévauation.

44 Recommandations et LNS chroniques Traitements invasifs Les corticostéroïdes épiduraux, es injections stéroïdiennes intra articuaires et es bocs facettaires, es injections de points gâchettes, a toxine botuique, a radiofréquence pusée des facettes, du disque ou du gangion dorsa, a thermo coaguation intra discae et a stimuation cordonae ne peuvent être recommandés. Les injections intra discaes et a proothérapie ne sont pas recommandées. L arthrodèse ombaire ne peut pas être recommandée sauf si échec de tous es traitements conservateurs, si déai > 2 ans, si atteinte discae dégénérative au maximum sur 2 étages, si séection soigneuse.

45 Recommandations en matière de prévention des LNS Pour a popuation générae L activité physique est recommandée. Une information sur e modèe bio psycho socia peut être recommandée. L écoe du dos de type suédoise n a pas d effet bénéfique sur a doueur et absentéisme. Le port de a contention n est pas un moyen de prévention. I ne peut pas être recommandé un type de chaise, mateas, chaussure, semee. En miieu de travai Les exercices physiques sur e ieu de travai sont recommandés. Les ceintures ombaires et semees ne sont pas recommandées. Les interventions ergonomiques portant excusivement sur environnement physique ne peuvent être recommandées. Les interventions ergonomiques doivent comporter une dimension organisationnee et impiquer es travaieurs Des adaptations du poste de travai une modification des conditions de travai peuvent être recommandées pour faciiter e retour à empoi.

46

47 Reconditionnement à effort. RFR / PRDPLC OBJECTIFS Ø Prendre conscience des iens entre doueur chronique et répercussions psycho- sociaes, Ø Améiorer ses capacités physiques ØAméiorer sa quaité de vie psycho- socio- professionnee Ø Modifier son comportement face à a doueur Restaurer es différents déterminants physiques,psychoogiques, sociaux et professionnes du handicap des patients ombagiques

48 Reconditionnement à effort. RFR / PRDPLC Principes Gobaité. Muti discipinarité avec interventions intriquées. Intensif. Des activités pusieurs par jour sur 3 à 6 semaines. Importance de a dimension physique mais non excusive. Progression physique par paier. Evauation pré thérapeutique et répétition des évauations. Patient acteur et actif. La doueur n est pas un critère obigatoire d arrêt de exercice. Programme avec différentes dominantes: Réactivation physique. Approche psycho corporee. Reaxation, gestion doueur et stress. Information et ETP Approche cognitivo comportementae. Expositions graduées aux situations redoutées. Approche socio professionnee.

49 Reconditionnement à effort. RFR / PRDPLC Indications: Patients ombagiques chroniques en situation de déconditionnement. Contre-indications: Affections cardio pumonaires ma équiibrées et /ou sévères. Certains états psychiatriques. Une chirurgie du rachis datant de moins de 6 mois. Nécessité d une information préaabe: RFR= approche paiative. Objectifs=Réduire e déconditionnement, incapacité et favoriser a reprise du travai. RFR est exigeante. Pas de corréation entre doueur et imagerie dans es LNS. La pratique d exercices physiques n est pas toxique dans a LNS chronique!

50 Object 1

A uto-questionnaire de Dallas (douleur du rachis)

A uto-questionnaire de Dallas (douleur du rachis) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient A uto-questionnaire de Dallas (douleur du rachis) À lire attentivement : ce questionnaire

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

Les douleurs pelviennes chez la femme en age de procréer. AC Jambon 25 février 2016 CH de Tourcoing

Les douleurs pelviennes chez la femme en age de procréer. AC Jambon 25 février 2016 CH de Tourcoing Les doueurs peviennes chez a femme en age de procréer AC Jambon 25 février 2016 CH de Tourcoing A quoi on pense. Ce qu'i faut toujours avoir en tête... En fonction de a tranche d'age En fonction de a présentation

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges La lombalgie du sujet jeune Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges Pré-test 1- quel(s) symptôme(s) vous font suspecter une lombalgie symptomatique? a- douleur importante b- perte de

Plus en détail

Dans le cadre de l Accord de libre-échange

Dans le cadre de l Accord de libre-échange Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Ernest B. Akyeampong Dans e cadre de Accord de ibre-échange nord-américain (ALÉNA), e Canada, es États-Unis et e Mexique ont adopté un nouveau système

Plus en détail

prévention collective santé travail 2015-2016

prévention collective santé travail 2015-2016 cedest Conseier Humain, prévenir pour demain Conseier Humain, prévenir pour demain prévention coective santé travai 2015-2016 évauation - consei - sensibiisation - formation Évaue Évaue Conseie Sensibiise

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE?

RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE? RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE? Dr S. Genevay, CC Responsable Consultation multidisciplinaire du dos Service de rhumatologie EBM 1 Garder l activité = règle

Plus en détail

METHODE DE CALCUL DES SCORES

METHODE DE CALCUL DES SCORES QUESTIONNAIRE RESPIRATOIRE du S t GEORGE'S HOSPITAL METHODE DE CALCUL DES SCORES RESUME Trois scores sont calculés pour les composantes : Symptômes ; Activités ; Impacts. Un score Total est également calculé.

Plus en détail

Pr Philippe Mairiaux Santé au travail et Education pour la santé Université de Liège

Pr Philippe Mairiaux Santé au travail et Education pour la santé Université de Liège Pr Philippe Mairiaux Santé au travail et Education pour la santé Université de Liège 6 e congrès UOAD, Ciney, 19 mars 2011 Comment éviter les incapacités de longue durée? Des métiers à risque? Les facteurs

Plus en détail

Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation

Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation E Coudeyre 1,2 Cours national DES/DIU de MPR, Rouen 2009 1 Service de Médecine Physique et Réadaptation, CHU Clermont-Ferrand, Université d

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

En quoi le syndrome du canal carpien constitue-t-il un message d alerte? Quels sont les signes à prendre en compte? Quels sont les impacts sur ma

En quoi le syndrome du canal carpien constitue-t-il un message d alerte? Quels sont les signes à prendre en compte? Quels sont les impacts sur ma En quoi le syndrome du canal carpien constitue-t-il un message d alerte? Quels sont les signes à prendre en compte? Quels sont les impacts sur ma santé? Qu est-ce que je peux faire? «Ma main est engourdie,

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Éducation thérapeutique du lombalgique chronique

Éducation thérapeutique du lombalgique chronique Éducation thérapeutique du lombalgique chronique B. Mazières Centre de Rhumatologie CHU Toulouse 7 e journée du CLUD Hôpitaux de Toulouse 14 novembre 2012 Prévalence lombalgies 80 % sur vie entière 7 %

Plus en détail

Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique souvent être amélioré ou soulagé

Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique souvent être amélioré ou soulagé Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique. Tout se passe comme si la peau se renouvelait trop vite. Il évolue par alternance de poussées et de rémissions. S il est rare que la maladie disparaisse

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 Service ALD et accords conventionnels - 1 - SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES I. INTRODUCTION Les lombalgies

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien

LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE Institut Du Rachis Parisien classification de Thompson spine, 1990 description anatomie macro sur coupes cadavériques I normal nucléus central

Plus en détail

L hypnose et ses applications : notamment en Médecine Générale

L hypnose et ses applications : notamment en Médecine Générale L hypnose et ses applications : notamment en Médecine Générale 25 Juin 2013 Dr Idrissa N DIAYE Dr Isabelle STIMEC Dr Elise LELARGE docteur.ndiaye@gmail.com i.stimec@citi44.com e.lelarge@citi44.com Plan

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Caractère complexe de la douleur Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Le patient est le seul expert pour évaluer sa douleur Une douleur exprimée doit toujours être prise en compte, même

Plus en détail

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant) CONSULTATION D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR AUTO-QUESTIONNAIRE (vaut courrier du médecin traitant) (Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Journée Régionale sur le Suicide et les Aînés de Laval Jeudi 6 Février 2014 Atelier de Sensibilisation offert en partenariat

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients Stimulation médullaire et douleur neuropathique Brochure d information destinée aux patients La douleur neuropathique et ses conséquences Cette brochure vous a été remise par votre médecin : Les différents

Plus en détail

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes La saisonnaité des zones touristiques de Rhône-Apes Bresse Pays de Gex Haut Chabais Rives du Léman Vaée verte Les Brasses Roanne Pays beaujoais Dombes Bugey Genevois- Abanais-Arve Aravis Bornes Giffre

Plus en détail

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Journées Santé au Travail dans le BTP -Limoges 27, 28 et 29 mai 2015 Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Dr Audrey

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

La radioprotection médicale Une priorité pour l ASN

La radioprotection médicale Une priorité pour l ASN La radioprotection médicae Une priorité pour ASN Lausanne - 17 mars 2006 Pr. Miche Bourguignon Directeur Généra Adjoint de a Sûreté Nucéaire et de a radioprotection Facuté de médecine Paris Îe de France

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE Aspects cliniques et radiologiques P. Guigui, Hôpital Beaujon Paris Introduction Affection fréquente 5% à 7% Homme 2% à 5% Femme Le plus souvent

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Table des matières Quoi savoir avant de débuter?... 3 Comment utiliser le plan d entraînement?... 4 Comment éviter

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE RÉDUCTION ET ARRÊT DU TABAC NOUVEAU FRUIT EXOTIQUE NICOTINE 2 mg GOMME À MÂCHER MÉDICAMENTEUSE PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE UNE MÉTHODE SIMPLE POUR RÉDUIRE À MON RYTHME Médicament réservé à l adulte

Plus en détail

Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux!

Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux! Capsule 9 Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux! QUE FAIRE? Joyce ne sait plus quoi faire. Son coordonnateur, Luc, a une drôle d attitude envers elle. Il vient la voir inutilement

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU SOMMAIRE 1/ Pourquoi cette démarche? 2/ Les TMS 3/ Les caractéristiques de la démarche 4/ Méthodologie :. Principes pris en compte.

Plus en détail

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Je me dépense pour soigner ma tension Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle La pratique régulière

Plus en détail

ormation en Art-thérapie

ormation en Art-thérapie Association Française de Recherches et Appications des Techniques Artistiques en Pédagogie et Médecine Association oi 1901 agréée par e Ministère de a Jeunesse Education Popuaire. AFRATAPEM ECOLE D ART-THÉRAPIE

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

ACOUPHENES. Comprendre la souffrance du patient Répondre à son questionnement. Dr RENAUD PICARD Service ORL-Audiophonologie C.H.U.

ACOUPHENES. Comprendre la souffrance du patient Répondre à son questionnement. Dr RENAUD PICARD Service ORL-Audiophonologie C.H.U. ACOUPHENES Comprendre la souffrance du patient Répondre à son questionnement Dr RENAUD PICARD Service ORL-Audiophonologie C.H.U. Besançon Prise en charge (PEC) souvent multidisciplinaire. ORL, MG, audioprothésiste,

Plus en détail

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels :

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : AIDE A DOMICILE Aide à domicile Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : L évaluation des risques (décret du 05 nov. 2001) doit être une démarche collective

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Présentation du programme régional «Bretagne Fibromyalgie Mieux Vivre»

Présentation du programme régional «Bretagne Fibromyalgie Mieux Vivre» Présentation du programme régional «Bretagne Fibromyalgie Mieux Vivre» Auteur : Christian MEIGNAN, Kinésithérapeute, Coordinateur régional du programme «Bretagne Fibromyalgie Mieux Vivre». 1. Historique

Plus en détail

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED Bilan pré-opératoire Questionnaire à remplir par le patient Dr. Aloïs ESPIÉ Nom : Prénom : Date de naissance : / / 19 Date de l examen : / / 201 A propos de votre pied : droit gauche Opéré le : / / 201

Plus en détail

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Avant le sevrage : Evaluation de la de la dépendance comportementale, psychologique ou physique, Autoobservation, test de Fagerstrom (Fagerstrom en annexe)

Plus en détail

Place de l arthroplastie (Prothèse totale de disque) dans le traitement de la hernie discale

Place de l arthroplastie (Prothèse totale de disque) dans le traitement de la hernie discale Place de l arthroplastie (Prothèse totale de disque) dans le traitement de la hernie discale Dr Lecomte Yves Chirurgie orthopédique Clinique de l Espérance CHC-Liège Replacer la hernie discale dans l histoire

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

J ARRÊTE. www.nicorette.be. c est décidé, Avec. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès.

J ARRÊTE. www.nicorette.be. c est décidé, Avec. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès. Avec c est décidé, J ARRÊTE. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès. nicorette contient de la nicotine et est un médicament pour adultes. Garder hors de portée des enfants. Pas d utilisation

Plus en détail

Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer?

Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer? Colloque «De la prévention des RPS à la performance en entreprises : comment agir?» - Lyon, 6 novembre 2014 Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer? Dominique Chouanière Direction Générale

Plus en détail

Mise en garde 418 523-1502

Mise en garde 418 523-1502 Mise en garde Afin de compléter ce questionnaire, nous te recommandons d être accompagné d un adulte afin de pouvoir valider certaines informations. Sinon, nous t invitons à contacter les intervenants

Plus en détail

Les lésions musculosquelettiques chez les éboueurs : des pistes de prévention à la gestion du retour au travail

Les lésions musculosquelettiques chez les éboueurs : des pistes de prévention à la gestion du retour au travail Les lésions musculosquelettiques chez les éboueurs : des pistes de prévention à la gestion du retour au travail Yvan Campbell, B.Éd. M.Sc. SRDC Kinésiologue Campbell, Y. (2015). Les lésions musculo-squelettiques

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE QUESTIONNAIRE SPORT SANTE NOM.... PRENOM..... AGE PROFESSION.... L objectif de ce questionnaire confidentiel est de vous aider à : - mieux vous positionner sur votre condition physique. - mieux évaluer

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : AGE : ADRESSE : MEDECIN TRAITANT : MEDECIN SPECIALISTE : nom nom

NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : AGE : ADRESSE : MEDECIN TRAITANT : MEDECIN SPECIALISTE : nom nom NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : AGE : ADRESSE : MEDECIN TRAITANT : MEDECIN SPECIALISTE : nom nom MOTIF DE LA CONSULTATION HISTOIRE DU CANCER type histologique :... classification TNM :... protocole

Plus en détail

INTERACTION HOMME-MACHINE 3. Madalina Croitoru IUT Montpellier 2 France croitoru@lirmm.fr

INTERACTION HOMME-MACHINE 3. Madalina Croitoru IUT Montpellier 2 France croitoru@lirmm.fr INTERACTION HOMME-MACHINE 3 Madaina Croitoru IUT Montpeier 2 France croitoru@irmm.fr Design d'information Pendant a phase de design d'information, es objets et actions possibes d'un système sont représentés

Plus en détail

UNICEF/98-10009/Pirozzi

UNICEF/98-10009/Pirozzi UNICEF/98-10009/Pirozzi Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur Le paudisme Le paudisme est une maadie grave transmise par es piqûres de moustiques. Chaque année environ

Plus en détail

Questionnaire Tampa (TSK) pour l évaluation de l indice de kinésiophobie

Questionnaire Tampa (TSK) pour l évaluation de l indice de kinésiophobie Questionnaire Tampa (TSK) pour l évaluation de l indice de kinésiophobie Questionnaire Tampa (TSK) pour l évaluation de l indice de kinésiophobie (Kori et al., 1990, traduite par French et Roach) Nom :

Plus en détail

Comment prévenir le syndrome du Burn-out?

Comment prévenir le syndrome du Burn-out? Comment prévenir le syndrome du Burn-out? 1 Qui suis-je? Je suis analyste transactionnel certifié, formateur et superviseur spécialisé en prévention et gestion des risques psychosociaux. Ma mission : «Etre

Plus en détail