LE TOURNANT Informations sur la dépression et les troubles anxieux I Numéro 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE TOURNANT Informations sur la dépression et les troubles anxieux I Numéro 8"

Transcription

1 LE TOURNANT Informations sur la dépression et les troubles anxieux I Numéro 8 PAGE 3 I DÉPRESSION PAGE 8 I DÉPRESSION PAGE 10 I DÉPRESSION «Le GRAAP est ma seconde famille» Sylvianne Nydegger parle de sa vie «J essaie surtout de prendre du temps pour eux» Interview de Dr Jacques-Philippe Blanc Portrait de l Alliance genevoise contre la dépression Un entretien avec Dr Guido Bondolfi Lundbeck (Schweiz) AG Dokument letztmals geprüft:

2

3 Reprendre à nouveau contact avec lemonde DÉPRESSION PARTAGER DES MOMENTS AVEC D'AUTRES PERSONNES QUI TRAVERSENT DES DIFFICULTÉS SIMILAIRES AIDE SOU- VENT LES PERSONNES DÉPRESSIVES À SORTIR DE LEUR ISOLEMENT.ACTIF DANS LE CANTON DE VAUD DEPUIS 1987, LE GRAAP PROPOSE ÉCOUTE, ENTRAIDE ET SOLIDARITÉ, MAIS AUSSI DES GROUPES DE PAROLES ET UNE LARGE PALETTE D'ACTIVITÉS. SYLVIANNE NYDEGGER SE REND RÉGULIÈREMENT AU CENTRE D'YVERDON-LES- BAINS DEPUIS SEPT ANS. ELLE TÉMOIGNE DE CE QUE LUI APPORTE CETTE «SECONDE FAMILLE». «Je suis venue au GRAAP en 2002, sur conseil d'une psychologue du Centre médico-social», raconte Sylvianne Nydegger. «Au début, je me disais: qu'estce que je fais là avec tous ces gens malades? Je ne me sentais pas à ma place.» L'œil malicieux, elle ajoute: «Il faut bien le dire: on est un peu dans le déni de notre maladie.» Sylvianne, qui a alors cinquante ans, n'a pas été épargnée par la vie: une enfance marquée par un père alcoolique et abuseur, des douleurs incessantes dues à une malformation osseuse. «Jusque-là, j'avais toujours réussi à surmonter mes traumatismes grâce à ma foi.» En 1993, après deux opérations pour des hernies discales, la jeune femme doit se rendre à l'évidence: elle ne pourra pas reprendre son travail de vendeuse. «Pendant une année, je n'ai plus pu marcher sans aide. Etre dépendante, c'est pas facile à accepter. J'ai ensuite pris des béquilles pour retrouver mon autonomie.» Sylvianne plonge une première fois dans la dépression. Les soins médicaux se succèdent. En 2000, l'échec d'un traitement contre la douleur la pousse au désespoir. Elle avale des médicaments pour en finir. «On n'est plus soi-même à ces moments-là. On ne pense plus à sa famille. Pourtant, mes trois filles et mes six petitsenfants sont tout pour moi.» L'année suivante, son mari meurt brutalement. «C était agréable de retrouver un encadrement social» Sylvianne s'enfonce un peu plus dans la dépression. «Je ne sortais plus de chez moi. J'étais devenue agoraphobe, au point de faire de l'hyperventilation jusqu'à la crise de tétanie dans les grandes surfaces. En plus, j'avais l'impression que tout le monde me regardait et me jugeait.» «Se remettre avec du monde» en allant au GRAAP n'est donc pas une démarche facile. «Je restais dans mon coin. J'ai mis bien une année à m'intégrer.» Elle fréquente l'atelier de tricot et de couture, car elle a toujours bien aimé les travaux à l'aiguille. «Petit à petit, j'ai remarqué que personne ne parlait de sa maladie durant ces activités. C'était agréable d'être là, de retrouver un encadrement social.» Sylvianne participe aussi à des groupes de paroles. «Généralement, un thème est proposé par un animateur et chacun peut s'exprimer.» Dans les groupes ouverts aux proches de personnes en difficultés, «on essaie d'aider les autres par la connaissance que l'on a de notre maladie. Chacun peut apporter quelque chose de précieux.» Régulièrement, un intervenant extérieur est invité: un médecin viendra par exemple parler du trouble bipolaire ou des rechutes, un pharmacien des effets 3

4

5 DÉPRESSION Equilibrium L aide à l entraide Equilibrium existe depuis 15 ans. Fondée en 1994 à Zoug, cette association de lutte contre la dépression s est fixé pour objectif d aider les personnes atteintes, en premier lieu par l intermédiaire de groupes d entraide régionaux. «En complément de la thérapie, l entraide s est avérée une démarche extrêmement utile», souligne Sonja Laura Oesch, présidente d Equilibrium. Qu est-ce que l association Equilibrium et qu offre-t-elle à ses membres? Equilibrium signifie équilibre. Notre objectif est d aider les personnes affiliées à notre association à retrouver leur équilibre psychique, physique et social. Nos membres sont des personnes qui souffrent elles-mêmes d affections psychiques, ainsi que des proches et amis de personnes concernées. Nos objectifs sont uniquement d utilité publique. Nous sommes ouverts à tous et par ailleurs neutres, tant sur le plan politique que confessionnel. Notre gamme de prestations comporte deux volets, d une part le soutien aux groupes d'entraide et la collaboration à la fondation de nouveaux groupes pour les malades et pour les proches, d autre part, l organisation de manifestations, séminaires et exposés sur le thème de la dépression, ainsi que de semaines de cours pendant les vacances à l intention des malades et des proches. Les relations publiques font également partie de nos activités, notre but étant de contribuer à une meilleure compréhension de la maladie et de lever les tabous qui pèsent sur elle. Nous participons par ailleurs à des projets de recherche. Comment les groupes d entraide sont-ils organisés? Les groupes, qui doivent être composés de quatre personnes au minimum, se réunissent toutes les deux semaines dans un lieu neutre, centre associatif, maison paroissiale, restaurant, foyer pour personnes âgées, etc. Les groupes ne sont pas dirigés par des spécialistes. Ce ne sont donc pas des groupes de thérapie. Il va de soi que tout ce qui se dit au sein des réunions est strictement confidentiel. Tous les membres du groupe sont égaux en droits. L idéal est que chaque groupe dispose de deux ou trois personnes de contact qui assument certaines tâches telles que la publicité pour le groupe, les contacts avec l'extérieur (commune, réservation d'une salle), qui s occupent de recruter de nouveaux intéressés et garantissent le lien avec l association. Equilibrium a divisé la Suisse alémanique et italienne en six régions au total, chacune possédant son directeur régional. Pour les personnes de contact, Equilibrium organise une journée de formation par an. «Un groupe d entraide doit se composer de quatre membres au minimum» Quelles sont les attentes des participants aux réunions? Elles sont très diverses. Certains participants souhaitent en savoir davantage sur eux-mêmes et sur la maladie, et apprendre comment vivre avec leur affection. D autres cherchent un réseau de soutien pour les situations de crise ou des contacts pour l aménagement des loisirs. Beaucoup souhaitent apporter leur aide PORTRAIT en partageant leur expérience et s engager en public pour lever les tabous qui pèsent sur la maladie. Chaque groupe décide en son sein des programmes invitations d intervenants, réunions conviviales, réunions publiques d information, etc. Comment les groupes gèrent-ils les dissensions? Aucun groupe n est à l abri des dissensions absences répétées de certains membres, discours sans fin, caractère dominant et désir de donner des leçons. Ici, nous recommandons une discussion immédiate et franche des problèmes. En ce sens, le groupe est un champ d exercice pour la résolution des conflits. Il permet aux participants d apprendre à mieux les gérer dans d autres contextes. Les proches peuvent-ils également participer aux réunions? Non et ce, pour différentes raisons. Les personnes atteintes de dépression ne peuvent et ne veulent pas parler de leurs problèmes en présence de leurs proches. Elles veulent être entre elles et faire face par elles-mêmes. Mais il existe également des groupes dédiés à la famille. Actuellement, ils sont au nombre de sept. Des contacts peuvent être établis par l intermédiaire du secrétariat d Equilibrium. Sonja Laura Oesch est présidente d Equilibrium depuis Agée de 37 ans, elle est mariée et mère de deux enfants. Actuellement, elle occupe la fonction de manager familial; avant, elle travaillait comme avocate. Elle vit avec sa famille à Coire. 5

6

7

8 DÉPRESSION «En tant quemédeci famille, j assure patients dép LE MÉDECIN DE FAMILLE JOUE UN RÔLE TOUJOURS PLUS IMPORTANT DANS LA DÉTECTION ET LE SUIVI DES PATIENTS DÉPRESSIFS. DANS LES ZONES PÉRIURBAINES, EN PARTICULIER, LES MALADES FONT APPEL DE PRÉFÉRENCE AU GÉNÉRA- LISTE PLUTÔT QU'AU PSYCHIATRE. INTERNISTE À PONTE CAPRIASCA (TI), LE DR JACQUES-PHILIPPE BLANC REGRETTE QUE LES GROUPES D ENTRAIDE SOIENT PEU DÉVELOPPÉS ET PEU CONNUS DANS SON CANTON. Dr Blanc, avez-vous des contacts avec les organisations comme la Coordination des groupes d'entraide KOSCH, l'association suisse des psychothérapeutes, l'association des proches de personnes malades psychiques VASK ou Pro Mente Sana? Non, aucun! Ces associations font apparemment peu de publicité, du moins auprès des médecins. Le suivi de patients déprimés demande une grande écoute, alors que les généralistes manquent souvent de temps. De tels groupes pourraient être utiles pour jouer cette fonction. Cela dit, je pense que seuls 10 à 15 pour cent de mes patients seraient prêts à y aller. Pourquoi? C'est un effort, il faut y aller et parler de soi à des inconnus. Le bénéfice n'est pas évident. J'ai déjà essayé de monter de tels groupes, ça n'a pas fonctionné. Même en tabacologie, où j'ai organisé un groupe de coaching, les gens ne participent pas. Il faut beaucoup de persévérance jusqu'à ce que ces structures s'imposent et que les personnes intéressées viennent par le bouche à oreille. En arrivant au Tessin, j'ai trouvé une mentalité plus fermée que je ne le pensais. A mon avis parce que pendant des années, les conditions de vie ont été extrêmement dures et que les gens devaient s y adapter ou émigrer. En tant que généraliste, voyez-vous beaucoup de patients dépressifs? Oui. Les dépressions, les troubles anxieux et les troubles somatoformes constituent environ 80 pour cent de mes consultations. Comment expliquez-vous cette proportion très importante? D'une part, il y a relativement peu de psychiatres au Tessin. Le délai d'attente pour obtenir un rendez-vous est de un à trois mois en cas d'états dépressifs moyennement graves. D'autre part, le psychiatre n'est pas bien vu, ici. Les gens ont encore l'impression que «c'est pour les fous». Il faut vraiment qu'ils soient au fond du trou pour accepter d'en voir un. Il est un peu plus facile de les envoyer chez un psychothérapeute, qui exerce ici sous le nom de psicologo, ce qui impressionne moins. J'ai suivi dès son introduction au Tessin en 2001 la formation de médecine psychosomatique et psychosociale. Pour moi, il est important que le traitement soit centré sur le patient, pas sur la maladie, et qu'il suive les priorités du patient. Si je n'en tiens pas compte, c'est voué à l'échec. Il est clair qu avec cette manière de faire, on tend à sélectionner un certain type de clientèle qui désire une écoute active. Concrètement, que proposez-vous à vos patients dépressifs? J'essaie surtout de prendre du temps pour eux. Nous prévoyons un certain nombre de séances suffisamment longues pour pouvoir parler sans être dérangés. Certaines se passent même dans la petite cuisine du 8

9 nde DÉPRESSION le suivi de nombreux ressifs» cabinet, autour d'un café. C'est moins formel, les patients se dévoilent plus volontiers. Après une évaluation qui dure environ deux séances, je prescris souvent des antidépresseurs. Ce traitement facilite la prise en charge, bien qu il faille auparavant convaincre le patient de la nécessité d une thérapie médicamenteuse. Pourquoi est-ce si difficile pour ces patients d'envisager une médication? Oh, ils veulent bien prendre quelque chose, mais ils préfèrent des produits naturels. Ils ont peur des effets secondaires des antidépresseurs. Plutôt que de les contraindre, je négocie donc souvent la prise d une phytothérapie dans un premier temps, comme le millepertuis. Si cette substance ne produit pas l'effet escompté, les patients sont PORTRAIT en général d'accord de prendre des antidépresseurs. Quand les envoyez-vous chez le psychiatre ou le psychologue? Je fixe avec le patient des objectifs pas trop ambitieux à essayer d'atteindre dans un certain laps de temps. Evidemment, je ne peux pas leur proposer une psychothérapie proprement dite, je n'ai pas la formation nécessaire. Mais ils peuvent déjà partager leurs soucis avec moi et chercher des solutions à leurs problèmes. Au bout de ces quelques mois, si leur état n'a pas évolué de manière satisfaisante, j'essaie de les envoyer chez le psychiatre. Mais il n'est pas rare qu'ils refusent, même pour une évaluation. La maladie psychique est encore complètement tabou. A qui pouvez-vous vous adresser pour vous faire conseiller pour des cas difficiles? Il n'existe de supervision proprement dite que dans le cadre de la formation en médecine psychosociale. Pour le reste, je peux toujours téléphoner aux psychiatres que je connais. Quand un patient refuse d'aller consulter un psychothérapeute et que son état n'évolue pas, c'est un peu désespérant. Vous appuyez-vous sur les proches pour le suivi des patients dépressifs? Parfois, mais ce sont souvent ceux qui insistent le plus pour que je recoure à l aide d un spécialiste somatique pour trouver à tout prix une origine physique à la maladie. Par contre, j'intègre volontiers les amis. Mais mon principal appui, c'est mon aide médicale. C'est souvent elle qui me signale les personnes qui dépriment, qui prend le temps de les écouter au téléphone ou qui Né à Nyon (VD) il y a 54 ans, Jacques-Philippe Blanc étudie la médecine interne à Genève. Il passe ensuite deux ans en Afrique du Sud, dans une zone bantoue. De retour en Suisse, il choisit le Tessin pour son climat et ouvre en 1992 un cabinet de généraliste à Ponte Capriasca, au nord de Lugano. Il tient également une consultation de tabacologie à l'hôpital de Lugano. les invite à prendre un café. Je tiens à cette ambiance familiale. Les patients se sentent entourés et acceptés dans une équipe soudée. En l'absence de groupes d entraide actifs dans votre région, vers quoi renvoyezvous les patients qui souhaitent s'informer sur la maladie? Je leur donne des brochures qui expliquent les mécanismes chimiques du cerveau et leur rôle dans la dépression. Je suis aussi toujours preneur pour des publications qui informent sur la dépression, comme «Le tournant». «Lire des témoignages aide les patients à comprendre qu ilsne sont pas seuls dans leur cas» Il est important que les patients puissent lire des témoignages de personnes qui sont passées par là. Cela les aide à comprendre qu'ils souffrent réellement d'une maladie, pas seulement d'un problème de volonté. Comme les groupes d'entraide, ces témoignages permettent aux patients de prendre conscience qu'ils ne sont pas seuls dans leur cas. Comment voyez-vous l'évolution du rôle des médecins de famille? Le monde du travail devient de plus en plus dur, il faut être de plus en plus productif. Soumis à ces pressions socioéconomiques croissantes, on se réfugie dans la nourriture, la boisson ou d'autres comportements malsains. Le rôle du généraliste est alors de stimuler les ressources personnelles de résistance au stress de chacun et d accompagner ceux qui ont plus de difficultés. 9

10 DÉPRESSION L Alli genevois progress NÉE EN AVRIL 2008, L'ALLIANCE GENEVOISE CONTRE LA DÉPRESSION SE MET EN PLACE PROGRESSIVEMENT. UNE LIGNE TÉLÉPHONIQUE EST À L ÉTUDE POUR 2010 POUR ORIENTER PATIENTS ET PROFESSIONNELS. UNE ENQUÊTE EST EN COURS POUR DÉTERMINER LES BESOINS DE FORMATION DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES ET DE PREMIER RECOURS DANS CE DOMAINE. RESPONSABLE DU PROGRAMME DÉPRESSION À L HÔPITAL UNIVERSITAIRE DE GENÈVE (HUG), LE DOCTEUR GUIDO BONDOLFI REVIENT SUR LES OBJECTIFS À ATTEINDRE. Dr Bondolfi, expliquez-nous comment est née l'alliance genevoise contre la dépression. Une expérience pilote de prévention de la dépression a été menée à Nuremberg, en Allemagne, entre 2000 à Elle s'est révélée prometteuse, puisqu'en deux ans, le nombre de tentatives de suicides et de suicides a diminué d'un quart. Cette démarche a depuis été adoptée par 18 pays européens. En Suisse, le canton de Zoug a mis sur pied un programme analogue en 2004, également avec de bons résultats. En 2007, le conseiller d'etat genevois en charge de la santé, Pierre-François Unger, a décidé de faire de la dépression une des trois priorités du plan cantonal de promotion de la santé Un colloque a réuni en avril 2008 tous les partenaires susceptibles de participer à une Alliance genevoise. Leurs propositions ont été réunies dans un «livre blanc». Que contient ce «livre blanc»? Tous les participants y soulignent la nécessité de mieux coordonner le réseau des professionnels susceptibles de prendre en charge les personnes souffrant de dépression. Cela permet une meilleure efficacité pour des coûts égaux. La coopération entre les médecins de premier recours et les spécialistes doit aussi être améliorée. «C est un processus lent qui se réalise progressivement» Toutes les instances susceptibles d'être en contact avec des personnes en dépression doivent ensuite être recensées et informées pour qu'elles les orientent vers un médecin ou un psychologue. En plus des pharmaciens, des sages-femmes ou des centres médico-sociaux, on peut penser par exemple aux paroisses, aux associations de patients, aux offices du chômage, aux associations gay ou aux communautés étrangères. La population doit enfin pouvoir recevoir rapidement des informations et des conseils, et être orientée vers des soins appropriés. Nous avons donc besoin d'une interface. Ce sera dans un premier temps une ligne téléphonique. Où en est la mise en œuvre? Honnêtement, pas très loin! C'est un processus lent qui se réalise progressivement surtout en raison des moyens limités à disposition. La majorité du travail repose sur la bonne volonté des uns et des autres, en marge de l'activité quotidienne. Deux choses sont toutefois en train de se concrétiser: la ligne téléphonique d'information et d'orientation devrait voir le jour début Ce sera une petite structure de quelques professionnels. Je pense que 10

11

12 DÉPRESSION Tout savoir sur la dépression «La dépression est une vraie maladie, ce n'est pas un laisser-aller, un mal de vivre que vous auriez laissé se développer; vous ne l'avez pas voulue et vous n'en êtes pas responsable.» Les premières phrases du livre de la psychiatre française Christine Mirabel- Sarron donnent le ton. «La Dépression, comment en sortir» s'adresse aux personnes qui souffrent de cette maladie. En dix chapitres très accessibles, l'auteure fait le tour de la question, du diagnostic à la guérison, en passant par les traitements médicamenteux et les psychothérapies. «Onne guérit pas si onne se soigne pas» La doctoresse Mirabel-Sarron commence par expliquer en quoi la dépression n'est pas une maladie comme les autres. Encore trop souvent méconnue et vécue comme une maladie honteuse, la dépression peut prendre des visages très divers. Les signes communs à ces manifestations sont un changement net des comportements, des pensées et un moral modifiés, un ralentissement psychomoteur et la perturbation des fonctions de bases (sommeil, alimentation et sexualité). Après avoir passé en revue les différents types de dépression, la psychiatre aborde les causes de la maladie, les facteurs aggravants et ceux qui améliorent l'état du patient. Le fait d'être bien entouré, par exemple, augmente les chances de guérison complète. Les personnes dépressives trouveront dans ce livre des réponses à une multitude de questions: à qui et comment parler de son mal-être? Faut-il cesser de travailler ou au contraire y retourner au plus vite? Quelles sont les répercussions dans la vie intime? Le conjoint va-t-il aussi craquer? Les enfants vont-ils être traumatisés? Le livre aborde ensuite la question des antidépresseurs et leur mode d'action. Pour la Française, un traitement médicamenteux est un passage obligé pour une guérison aussi complète et rapide que possible. Elle insiste sur la patience nécessaire au début du traitement, puisque ces substances mettent entre huit et quinze jours à manifester leurs effets. Il est aussi nécessaire de poursuivre la médication suffisamment longtemps pour éviter tout risque de rechute. Après un tour d'horizon des psychothérapies existantes, Christine Mirabel- Sarron s'attarde sur sa spécialité: la thérapie comportementale. Elle propose des outils concrets pour agir sur les comportements modifiés par la dépression, en particulier les pensées négatives qu'elle induit. Celles-ci ne traduisent pas les faits réels, mais la perception qu'on en a à travers les «verres déformants» de la dépression. Les malades sont invités à repérer et à noter systématiquement «L amélioration de la dépression est lente et se fait par étapes» leurs émotions et leurs schémas de pensées négatives pour pouvoir ensuite les modifier. La guérison complète demande de la patience et de la persévérance, rappelle Christine Mirabel-Sarron. De nombreux encadrés ponctuent la lecture, résumant le propos sous forme de tableaux «A faire, à éviter» ou de listes comme «10 conseils pour l'entourage» et «les antidépresseurs en 10 points». Dans les chapitres expliquant comment combattre les pensées négatives, la psychiatre illustre ses propos par l'exemple de trois malades différents. Très complet, ce livre de poche est cependant d'une lecture aisée. Il intéressera les personnes concernées comme leurs proches et leur permettra de jouer un rôle actif dans leur guérison. «La Dépression, comment en sortir», Dr Christine Mirabel-Sarron, Collection Poche Odile Jacob pratique, Paris, ISBN-10: CIP490 - Le tournant 8/F

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

La dépression: personne n est à l abri

La dépression: personne n est à l abri La dépression: personne n est à l abri Facteurs de risque, test et interlocuteurs compétents «Je n arrive plus à prendre la moindre décision. Même lorsque je fais les courses. J ai toujours peur de me

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE

COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE MALA VOLERY COACH & THERAPEUTE J offre une formation ponctuelle ou continue pour chefs d'entreprise, cadres, enseignants, personnalités publiques. Le monde du

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

La guérison pour tous. - Tanya Barnett

La guérison pour tous. - Tanya Barnett La guérison pour tous - Tanya Barnett w w w.projectjessica.ca Elle est à 6 semaines de sa graduation, à 3 semaines de son bal de finissants. Cette jeune femme est à la porte de son avenir. Mais elle n

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale

Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale Doubs - Besançon Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent ce weekend leur 25è

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

INFORMER ET PERSUADER

INFORMER ET PERSUADER INFORMER ET PERSUADER IL EST EXTREMEMENT IMPORTANT DE LIMITER LES REFUS À UN MINIMUM POUR NE PAS METTRE EN DANGER LA FIABILITE DES RESULTATS DE L ETUDE. SI LES PERSONNES QUI N ONT PAS ENVIE, SONT MECONTANTES

Plus en détail

Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani Ummel et Joanne Schweizer Rodrigues Service de la santé publique, Neuchâtel

Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani Ummel et Joanne Schweizer Rodrigues Service de la santé publique, Neuchâtel Politique de santé mentale: exemple du canton de Neuchâtel Conférence Santé publique Suisse 2014 3 ème Rencontre Réseau Santé Psychique Suisse Olten, 22 août 2014 Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

Toi seul peux répondre à cette question.

Toi seul peux répondre à cette question. Suis-je dépendant ou dépendante? Traduction de littérature approuvée par la fraternité de NA. Copyright 1991 by Narcotics Anonymous World Services, Inc. Tous droits réservés. Toi seul peux répondre à cette

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Les pionniers du case management

Les pionniers du case management Activita Care Management AG info@activita.ch www.activita.ch Nos principaux bureaux: CH-8610 Uster Amtsstrasse 3 Case postale Téléphone +41 44 944 85 00 Téléfax +41 44 944 85 09 CH-4600 Olten Kirchgasse

Plus en détail

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande Vieillir et s épanouir en Pays de Redon AIDER UN PROCHE ÂGÉ Charteterritoriale En France, 3,4 millions de personnes apportent un soutien à un proche âgé. La présence d un aidant constitue souvent une condition

Plus en détail

Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme

Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme Le tabagisme est une habitude extrêmement coûteuse. Avez-vous déjà pensé aux montants dépensés pour satisfaire cette habitude? Faites le calcul

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

BIENVENUE Première rencontre autour de la précocité intellectuelle Collège Sylvain Menu - Marseille Lundi 16 janvier 2012 Nathalie Pérez-Wachowiak Aix-Marseille, IA-IPR référent académique pour les 9H

Plus en détail

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques Questionnaire patients Visite 11 Chère Madame, Cher Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue pour cette première consultation

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Document réalisé par le Dr Dominique Servant, Consultation stress et anxiété CHRU de Lille et MmeVanessa Delattre Psychologue clinicienne (Service de

Document réalisé par le Dr Dominique Servant, Consultation stress et anxiété CHRU de Lille et MmeVanessa Delattre Psychologue clinicienne (Service de B Document réalisé par le Dr Dominique Servant, Consultation stress et anxiété CHRU de Lille et MmeVanessa Delattre Psychologue clinicienne (Service de Santé au travail CHRU Lille) Le stress, c est : ce

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard Aides aux personnes concernées et à leurs proches Pour une consultation professionnelle, veuillez vous adresser à un centre de consultation ou à un groupe de parole proche de chez vous. Avec un carnet

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue Conseiller principal Bureau d éducation en santé mentale Institut Douglas 6 décembre, 2011 À l agenda C est

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

Appréciation du comportement critères d'évaluation:

Appréciation du comportement critères d'évaluation: Appréciation du comportement critères d'évaluation: 1. Méthodes de travail / traitement des informations J'utilise pour chaque situation de travail la méthode appropriée. Je choisis des informations et

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

L hypnose et ses applications : notamment en Médecine Générale

L hypnose et ses applications : notamment en Médecine Générale L hypnose et ses applications : notamment en Médecine Générale 25 Juin 2013 Dr Idrissa N DIAYE Dr Isabelle STIMEC Dr Elise LELARGE docteur.ndiaye@gmail.com i.stimec@citi44.com e.lelarge@citi44.com Plan

Plus en détail

Préambule. dynamiser = passif à actif, motiver = donner (trouver, affecter) du sens aux actions, manager = mobiliser des ressources autour d'un projet

Préambule. dynamiser = passif à actif, motiver = donner (trouver, affecter) du sens aux actions, manager = mobiliser des ressources autour d'un projet Préambule Ces fiches ont été réalisées comme supports de travail sur le thème : Produire avec plaisir contexte entreprise Je vous les propose gratuitement, pour un usage personnel. Si vous souhaitez les

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien

D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien www.drsaintlaurent.com RENSEIGNEMENTS CONFIDENTIELS SUR LE CLIENT Veuillez répondre de façon détaillée aux questions suivantes. N hésitez pas à m informer

Plus en détail

Le coin naturo. Lice onzales

Le coin naturo. Lice onzales Le coin naturo bioattitude.nc! A G Lice onzales «! ne plus subir mais vivre pleinement sa vie d a n s l e p o s i t i f e t l expérimentation de tout ce qui nous arrive et de tout ce que l on ressent!»

Plus en détail

Formation Coaching N 4

Formation Coaching N 4 Formation Coaching N 4 JOUIR DE SA VIE Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Aparté personnelle Il n y a pas de délai dans ce Coaching Chacun est libre de juger ce qui est bon pour lui Vous êtes

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr mutuelle mclr Bonne nouvelle! Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi Pour toi, un coach en recrutement!* (*) sous réserve du respect des conditions d accès à l offre Édito 40 ans d expérience à l

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires Comment favoriser la qualité de vie des professionnel-le-s dans les établissements scolaires? Marc Thiébaud Jürg Bichsel But de la présentation Présenter les pratiques développées en Suisse romande pour

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Helsana Case Management

Helsana Case Management «Après mon accident de voiture, j ai tout de suite su que mon avenir professionnel serait remis en question. Cela m a encore plus affecté que l accident lui-même. Helsana Case Management Grâce au case

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable)

STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable) STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable) B) COMMENT MIEUX FAIRE FACE AU STRESS? Institut Prévenir Guérir 1 1) OBJECTIF : MIEUX FAIRE FACE AU STRESS La finalité d une bonne «gestion» du stress -

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Colloque du mardi 30 septembre 2014

Colloque du mardi 30 septembre 2014 Colloque du mardi 30 septembre 2014 Accueil par Mme LE PIOUFF. Présentation des intervenants : - Mme TRIBBIA, chargée de mission à l ARACT Lorraine - Mme LAVOIVRE, psychologue du travail au CDG 54 - Mme

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse. Nicole Florentiny Psychologue

Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse. Nicole Florentiny Psychologue Evaluation et prise en charge psychologique de l'enfant obèse Quelques dessins... Dessinés par les enfants Lors des premières consultations Premier contact Dialogue amorcé par le dessin Son sens sa signification

Plus en détail

1. INDICATIONS GÉNÉRALES

1. INDICATIONS GÉNÉRALES La soutenance orale de mémoire 1.Indications générales...1 2.L'exposé oral...2 2.1 Présenter le thème de votre mémoire et la population cible (utiliser le "je" au DE)...2 2.2 Motivation pour ce thème :...2

Plus en détail

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés produit par L Association yukonnaise d éducation et d information juridiques janvier 2015 L Héritage de Jean Une production de

Plus en détail

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 La mission de la Société Parkinson du Québec (SPQ) est d apporter un appui immédiat aux personnes atteintes de la maladie et à leurs proches

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

Enquête prise de poste

Enquête prise de poste Enquête prise de poste Contacts : ANDRH - 01 56 88 18 27 - Nathalie Tran Atomos Conseil - 01 44 20 40 30 - Olivier Pleplé Septembre 2010 Sommaire I Données quantitatives générales... 3 II Qualité des prises

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

Bienvenue Corinne Dulac

Bienvenue Corinne Dulac Bienvenue Corinne Dulac Coach Certifiée ICI Paris Particuliers - Entreprises 11 rue Clos Aubert 45750 Saint-Pryvé-Saint-Mesmin 06.21.33.57.13 happy.attitude.coaching@gmail.fr @ happy-attitude-coaching.com

Plus en détail

Traite des êtres humains, que faire?

Traite des êtres humains, que faire? Traite des êtres humains, que faire? Conseils pour le personnel hospitalier InTRODUCTION Il arrive que le personnel hospitalier soit confronté à des situations liées à la traite des êtres humains. Ce sont

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

Le partage des responsabilités dans une équipe

Le partage des responsabilités dans une équipe Le partage des responsabilités dans une équipe Comment permettre à chacun d avoir des responsabilités et d être soutenu pour les mener à bien? Peut-on s appuyer sur la diversité (histoire, compétences,

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail