REUNION SCIENTIFIQUE ANNUELLE DES MEDECINS FEDERAUX COCHIN LE 8 DECEMBRE Approche physiopathologique de l accident de désaturation médullaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REUNION SCIENTIFIQUE ANNUELLE DES MEDECINS FEDERAUX COCHIN LE 8 DECEMBRE 2012. 1. Approche physiopathologique de l accident de désaturation médullaire"

Transcription

1 REUNION SCIENTIFIQUE ANNUELLE DES MEDECINS FEDERAUX COCHIN LE 8 DECEMBRE 2012 Résumé par dr Laure BRET 1. Approche physiopathologique de l accident de désaturation médullaire Présentation faite par le dr Jebira neurochirurgien 1.1 EPIDÉMIOLOGIE ADD les plus fréquents des accidents de plongée: 40 A 45% des accidents de plongée 120 à 130 cas par an en France 70% pas de séquelles neuro 20% de séquelles non invalidantes 10% de séquelles invalidantes: troubles sphinctériens et ataxie proprioceptive 1.2 PROBLEMATIQUE Polymorphisme clinique: symptomatologie trompeuse : douleur dans le dos; nombreuses formes atypiques mineurs: simple fourmillements Evolution imprévisible 1.3 TROIS HYPOTHESES C est une ischémie médullaire aiguë dont l origine est discutée: a/ artériel : + aéroembolisme avec ischémie d aval + shunt droit/gauche avec embolie paradoxale b/bulle in situ dans le cordon médullaire c/stase veineuse avec bulle obstructive entraînant une ischémie d amont et un infarcissement médullaire Cette dernière hypothèse est privilégiée par le Dr Jebira La formation de bulle dans là l intérieur de la substance blanche comprime les structure et entraîne un infarcissment veineux (le plus probable) un engorgement veineux bullaire au niveau des plexus épiduraux une stase sanguine et une ischémie d amont 1.4 ANATOMIE Il existe 4 axes de circulation veineux de retour vers l oreillette droite A/ le système cave avec VCI ET VCS B/ le système porte (qui crée un shunt portocave) C/ le système azygos (qui crée un shunt entre VCI et VCS) D/ le plexus veineux vertébral qui crée également un shunt

2 La plongée entraîne une augmentation de pression dans ses différents système que l axe vertebroveineux supporte mal s il se déséquilibre. La circulation veineuse vertébrale participe au drainage veineux des organes appartenant au système cave et porte via le système azygos correspondant aux membres inférieurs/ organes pelviens/organes susmésocolique et cérébral.. Cette répartition anatomique avec tous les shunt font dire au Dr Jebira qu il ne faut pas hésiter à faire un IRM cérébral en cas add médullaire 1.5 ARGUMENTS EN FAVEUR DE INFARCISSMENT VEINEUX DANS L ADD MEDULLAIRE Argument histopathologique: lésions disséminées dans la substance blanche traduisant par les troubles sensitifs avec des fourmillements disparates dans les jambes. L azote aime se fixer dans la myéline du cordon postérieur riche en lipides. Le blocage de la circulation veineuse épidurale par des bulles entraîne un infarcissment médullaire de la zone correspondant Argument hémodynamique dans la circulation du plexus veineux vertébral par diminution de pression. Les ADD augmentent avec âge du plongeur par augmentation de la stase vasculaire Argument clinique: syndrome lésionnel : douleur rachidienne aiguë chronologie de l installation du sd sous lésionnel: La thrombose veineuse s étend en hauteur et en largeur évoluant en tâche d huile. formes cliniques incomplètes avec des fourmillements du gros orteil Lésions dégénératives discovertebrales au contact de la moelle épinière favorise la stase veineuse médullaire. Chez les patients âgés ou porteuse de hernie discale ou d arthrose sévère le Dr Jebira conseille d éviter tout effort de toux ou valsalva qui entraîne des compressions veineuses supplémentaires et pourrait expliquer des ADD immérités NB en cas d arthrose sévère le Dr JEBIRA conseille de prévenir les patients du risque d ADD et de limiter les plongées à 30m:une plongée par jour et de plonger dans la courbe de sécurité Fistules médullaires: symptomatologie pathologie médullaire vasculaire par surcharge 2. ADD LABYRINTHIQUE ET FOP par DR SORIANO ORL Recueil sur 3 années de données 94% ADD à Lyon dont 22% ADDL (23%) 10 FPO sur 20 ADDL avec 8 ADD vestibulaire tous ont eu récupération complète 10 ADD cochléaire avec récupération partielle 4 ADD mixte cochleovestibulaire avec récupération partielle Dans littérature 20 à 25% ADDL âge moyen élevé 45 ans

3 FOP positif dans 50% des cas mais avec stat c est NON SIGNIFICATIF Les séquelles cochléaires sont élevée 50% On explique la récupération complète des atteintes vestibulaires par le retour a l equilibre par une reprogrammation des centres: on restitue l equilibre en développant davantage les effecteurs proprioceptif et la vison LA classification des ADD est anatomique et pas pathogénique: ADD de type 1 osteo arthrocutane par bulles intratissulaires ADD2 neurosensoriel centraux et cardiothoracique par embolie paradoxal et infarcissment veineux Pour les ADDL shunt D/G versus dégazage in situ La relation entre ADD de type 2 et FOP est établi dans plusieurs études mais elle n explique pas la surpresentation des ADDL Pour les ADD centraux les bulles ont un trajet naturel direct qui monte plus haut que le VG ventricule gauche ce qui n est pas le cas pour les ADDL. D un point de vue rhéologique ça ne s explique pas Pour les ADD il faut 2 conditions: saturation/desaturation des gaz inertes (loi de Haldane) des noyaux gazeux extracellulaire Au niveau du liquide labyrinthique l augmentation et la coalition des bulles est favorise. La désaturaion endolymphatique est soumise à une double période : la courbe de desaturation est bcp plus longue. Il ne faut pas oublier que c est une circulation terminale par ailleurs Les ADDL sont en contre diffusion isobare IMPLICATIONS PRATIQUES Il faut faire un bilan audiometrique et une VMG (videonystagmugraphie) dans les 15 j qui suivent l ADDL et le recontroler à 6 mois. Pendant ces 6 mois CI à la plongée Au bout des 6 mois si perte de 20db en professionnel (ou 40db en loisir) et/ou hyporeflexie vestibulaire supr à 50% (seuil encore discuté) qu il y ait ou pas FOP on ci la plongée nb : en plongée l equilibre ne peut pas être compensé par le système proprioceptif ; et la vision n aide pas tjs si l eau est trouble (mieux vaut plongée en haut claire et tropicale!) d ou l intérêt de refaire VGM même si impression d equilibre sur terre Si au bout de six mois qu on est ou pas un fop, si le plongeur n a pas de séquelle il peut reprendre la plongée mais dans des conditions non saturantes. Il faut limiter les FdR des ADD (plonger dans la courbe de sécurité, faire attention au froid, à l effort à l age..) 1 Mécanisme de dégazage intralabyrinthique en recompression privilégié 2 Pronostic fonctionnel médiocre: lésion irréversible au niveau membraneux? 3 Faire IRM labyrinthique précoce

4 3 EFFETS PROTECTEURS DE L O2 LORS DE LA DECOMPRESSION EN PLONGEE SUR LE PHENOMENE BULLAIRE Par le dr PONTIER de la marine nationale 400 ADD en France 1 ADD pour 5000 plongées fede ADD médullaire 45% des cas Mauvais pronostic 25% 3 théories: théorie artérielle théorie des bulles autochtones entraînant des ischémies focales théorie veineuse La maladie de décompression au niveau biologique: ACTIVATION PLAQUETTAIRE ++++ Extravasation plasmatique Hémoconcentration Vasoconstriction Réaction immunologique Réaction inflammatoire La chute du nombre de plaquettes est corrélée à la sévérité de l ADD L agregation plaquettaire est un marqueur biologique de stress en plongée; un index de la sévérité de la décompression On a une agrégation bulloleucoplaquettaire Hyp: le phénomène bullaire entraîne un événement thrombotique l accident bullaire initial entraîne un couplage thrombose/inflammation et cela aboutit a l accident de décompression Effet de l O2 au pallier (versus pallier à l air) diminution du score de KISS (sur le nb de bulles circulantes) diminution des microparticules plaquettaire plasmatiques diminution des microparticules endotheliales Action évidente de l O2 sur diminution du phénomène bullaire: DÉNITROGENATION DENUCLEATION EFFET RHEOLOGIQUE microcirculatoire avec VC mais effet sur no L O2 avant plongée pd 25 minutes a un effet protecteur et diminue le nombre de bulles circulantes L O2 après le décompression: diminue les nombres de bulles circulantes si O2 donnée en surface disparition si O2 donné à 6M DISCUSSION 1_ DIMINUTION DE INTERACTION BULLES PLAQUETTES diminution adhésion plaquettes aux bulles

5 diminution de la sécrétion de plaquettes activées diminution de la libération de ADP par degranulation 2_EFFET ANTIINFLAMMATOIRE LEUCOCYTAIRE par diminution de l interraction bulles/leucocytes 3_PREVENTION DE LA FONCTION ENDOTHELIALE par diminution de l interraction bulles/endothélium 1 Effet protecteur de l O2 pendant le décompression sur le phénomène bullaire 2 Effet préventif sur risque de survenue des ADD 3 Mécanisme d action de l O2 sur + la population des noyaux gazeux + sur rhéologie microcirculatoire sanguine + sur la cinétique d elimination des bulles circulantes NB Dans la marine sur les plongées saturantes ils font faire à leur plongeur des paliers à l O2 à 6 mètres. La règle de diminution d un tiers temps des paliers à l 02 par rapport aux paliers à l air s applique bien Faire 25 minutes d O2 avant la 1ère plongée permet de diminuer les bulles sur la 1ère plongée et a un effet remanant sur la 2ème plongee Quant à choisir il vaut mieux faire sa 1ère plongée au nitrox et la 2éme à l air que le contraire. 4.LA RESPIRATION EN PLONGEE Par le DR LEMMENS peumologue MECANISMES EN PLONGEE 1 augmentation de la pression hydrostatique 2augmentation de la densité des gaz 3augmentation des résistances aériennes 4augmentation de l espace mort 5afflux du sang intrathoracique avec diminution de la compliance pulmonaire et diminution de la capacité vitale de 10à15% 6diminution de la compliance thoracique 7 différentiel de pression hydrostatique (en fonction de la position de la tête vers le lhaut ou le bas la respiration dans le détendeur facilitera l inspiration ou l expiration ) 8 modification des rapports ventilations perfusion CONSEQUENCES 1diminution de la CV et CT (10% à 40m) modification des volumes liée à l immersion par redistribution du volume sanguin circulant 2diminution des débits expiratoires avec diminution du VEMS en profondeur 3sur la ventilation + le détendeur entraîne une résistance. Il y a donc une precharge thoracique qui permet d emmagasiner de l energie en inspiratoire. En plongée le travail respiratoire est plus important + on a une inversion des cycles respiratoires puisque on a une apnée inspiratoire et une expiration active + réflexe «pavlovien l utilisation du détendeur 4sur les gaz respires

6 + PaCO2 principal régulateur de la respiration reste stable + PaO2 augmente avec la pression, et ne baisse pas à l effort L essoufflement vient d une production de CO2 qui entraîne une hyperventilation e +en + superficielle et de_ en _ efficace (CAT remonter de qq. mètres) Le plongeur est un INSUFFISANT RESPIRATOIRE avec diminution des volumes diminution des débit augmentation des contraintes diminution de la ventilation max. diminution de la capacité à l effort MAIS EN HYPEROXIE!!! 5.ACCIDENT EN PLONGEE PLONGEE SOUTERRAINE DR LANDON Toulouse Etude jan 2000 à juin 2012 dans le LOT 80 sites de plongées dans le lot plongées par an 34 accidents déclarés moy 39 ans 32 hommes 2 femmes Type ADD 58% Biochimiques 30% CardiaquesOAP d immersion 3% Noyade 6% Trauma 3% Etio 27% incident technique 23% erreur de procédure (pb de palier ; successives..) 23% lie au froid la fatigue alcool repas 6% pb de formation 21% erreur de formation Les plongeurs ont été traites en caisson (comex 18 ou comex 30) Récupération excellente 18/21 Speleo 2,7 accident par an soit pour plongées Mer 1/6000 à 1/10000 NB il y a plus d accidents de ski... Accidents biochimiques plus fréquents car plus de plongées au mélanges Prise en charge des accidentes Transfert supérieur a 5H au caisson, recompression 5à7 heure après accident Véhicules perso dans 2/3 et samu 1/3

7 Pb a bord véhicule perso pas d O2 Solution pour diminuer le temps de transfert appeler le 15 faire une régulation par un médecin hyperbare pour faire évacuation vers le caisson de Toulouse et éviter les pertes de temps en passant par les urgences des hôpitaux locaux faire le choix du vecteur le plus rapide svt héliporté +2,7/10000 accident en souterraine versus 1/10000 en mer +accident biochimiques plus grave avec 75% de décès +insister sur la formation des plongeurs: utilisation matériel /procedure/entrainement +procédure avec coordination samu/medecin hyperbare 6.PHENOMENE GAZEUX SUR IMPLANT INTRAOCULAIRE Dr Poncin cas clinique avec très belles photos du premier visible de bulle d azote intraoculaire directement observe chez un homme 7.DIABETE ET PLONGEE 2012 Dr LORMEAU Depuis l autorisation de plonger au DID aucun cas d accident lié à une hypoglycemie n a ete declare Depuis 2004 possibilite pour did de plongee dans des conditions restreintes, avec un protocole de controle des dextros et de resucrage avant la plongee, et deux courriers un du diabetologue et un du medecin federal (cf site FFESSM) Plongeées dans les courbe de securite max 30 minutes max 20 m pas d autonomie diminution de 1/3 des doses d insuline lente depuis la veille au soir et la rapide controle des dextro et resucrage avant la plongee existence d un site un etude a ete faite pour recontroler ses parametres et voir l utilisation du nitrox chez les diabetiques remarques nitrox 32% baisse de 0,4g de sucre par plongée prise moy de 20G de glucides avant la plongee taux de depart dextro 2G diminution de insuline de 25% la prise de glucides etaient plus importante chez les jeunes que chez les seniors; chez les jeunes diabetiques que les vieux diabetiques et qd il y avait une faible dose d insuline pas d influence de le profondeur max

8 NITROX possible d utilisation chez did NITROS est une bonne alternative à air pour rester dans la courbe de securite La diminution de la glycemie pd plongee au nitrox est comparable à air Protocole d adaptation de l insuline valable au nitrox Les besoins glycemiques sont superieurs chez les jeunes;les jeunes DID et qd il y a besoin de faibles doses d insuline Chez le plongeur confirmé on peut modifier le protocole de mise à l eau qui est tres contraignant Il va y avoir une reevaluation de la reglementation federale à suivre 8.ACCIDENTS DE PLONGEE DR GRANJEAN 324 EN 2012 VERSUS 258 EN 2011 déclarés à la fédé Age 45 ans (1467 ans) 15 femmes/59 hommes Niveau 1 12% Niveau 2 20% Niveau % Moniteur 16% profondeur 5/25 m 30.5% 25/45m 47.5% 40/60 17% plongée exercice 22% (8 élèves 5 moniteurs) explo faute technique 27% Facteur Favorisant 43% fatigue mauvaise condition physique 41% effort 3% froid 10% yoyo ADD médullaire 37% des accidents ADD cérébraux 22% ADD labyrinthique 20% Bens 3/4% Barotraumatisme pulmonaire otite 5% O2 15 LITRES/MINUTES pour avoir FIO2 proche de EST MAL ADMINISTRE DANS 30% DES CAS!!! ASPIRINE DONNER L ALERTE +++ DELAI SUPERIEUR A 30 MINUTES entre le diagnostique et le coup de téléphone CE N EST PAS NORMAL séquelles 10% des accidents 4 à 5 % de séquelles invalidantes TOUS LES TOPOS DEVRAIENT ETRE SUR LE SITE DE LA FEDERATION DNAS UN DELAI RAISONNABLE...

9

Enquête Nationale Accidents de plongée sportive. -------- Année 2012

Enquête Nationale Accidents de plongée sportive. -------- Année 2012 Enquête Nationale Accidents de plongée sportive en scaphandre autonome -------- Année 2012 Rapporteur : Dr Bruno GRANDJEAN Centre Hospitalier d Ajaccio.Service de Médecine Hyperbare Avenue Impératrice

Plus en détail

Plongée scaphandre autonome et seniors de 60 ans et plus. Dr Beauplet Bérengère Caen le 14 mars 2008

Plongée scaphandre autonome et seniors de 60 ans et plus. Dr Beauplet Bérengère Caen le 14 mars 2008 Plongée scaphandre autonome et seniors de 60 ans et plus Dr Beauplet Bérengère Caen le 14 mars 2008 PLAN Introduction et épidémiologie 1ère partie: Augmentation des risques en plongée liés au vieillissement

Plus en détail

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression Dissolution des Gaz & Accidents de décompression 1 Plan du cours Introduction Rappels Pression Composition de l air Pression partielle Courbe de sécurité Anatomie Dissolution des Gaz (Loi de Henry) Mise

Plus en détail

La plongée autonome chez l enfant : Aspects physiologiques

La plongée autonome chez l enfant : Aspects physiologiques La plongée autonome chez l enfant : Aspects physiologiques Bernard Schittly Objectifs de cet exposé L'essor des fédérations sportives passe par les jeunes. Pour la plongée, on se heurte à des barrières

Plus en détail

THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents

THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents 1 Les différents types d accidents Les barotraumatismes L essoufflement L accident de décompression Le froid 2 Les différents types d accidents de plongée 1

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes :

La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes : PRESSION ATMOSPHERIQUE ET PIO 2 La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes : altitude Arcachon (0 m)

Plus en détail

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux Mécanismes des maladies Les échanges gazeux Pourquoi les patients sont-ils hypoxémiques? Le shunt Les malades atteints d œdème pulmonaire (OAP, SDRA) sont hypoxémiques du fait d un shunt intrapulmonaire.

Plus en détail

Cours 4. Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il faut connaître! L ordinateur de plongée L ADD. Xavier LAUNOIS. Yann LEGROS.

Cours 4. Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il faut connaître! L ordinateur de plongée L ADD. Xavier LAUNOIS. Yann LEGROS. Xavier LAUNOIS E3 n 23013 E3 n 25061 L ordinateur de plongée L ADD 58 Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il faut connaître! o L ordinateur de plongée L'ordinateur de plongée Le plongeur N2

Plus en détail

Noyade. Rémy HELLER MF2

Noyade. Rémy HELLER MF2 Noyade Rémy HELLER MF2 12 février 2014 Plan Définition Mécanismes Classification CAT Prévention Définition La noyade est une asphyxie aiguë consécutive à l irruption de liquide dans l arbre respiratoire

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Connaissances théoriques élémentaires

Connaissances théoriques élémentaires NIVEAU 1 Théorie Connaissances théoriques élémentaires Principe des barotraumatismes et prévention. L'essoufflement. Le froid, les dangers du milieu naturel. Le principe de l'accident de décompression,

Plus en détail

P* CMAS.CH. CMAS.CH Formation selon CMAS International

P* CMAS.CH. CMAS.CH Formation selon CMAS International P* CMAS.CH CMAS.CH Formation selon CMAS International TABLE DES MATIÈRES 1 BUT... 3 2 DÉFINITION... 3 Organisation et durée de la formation... 3 Admission au cours... 3 Clôture et certification... 3 3

Plus en détail

SWISS UNDERWATER AND HYPERBARIC MEDICAL SOCIETY. Le foramen ovale perméable

SWISS UNDERWATER AND HYPERBARIC MEDICAL SOCIETY. Le foramen ovale perméable SUHMS SWISS UNDERWATER AND HYPERBARIC MEDICAL SOCIETY FOP Le foramen ovale perméable RECOMMANDATIONS 2012-2015 DE LA SOCIÉTÉ SUISSE DE MÉDECINE SUBAQUATIQUE ET HYPERBARE "SUHMS" Société suisse de médecine

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Dr Jean-Eric Blatteau, Jean-Michel Pontier, Van Mui Nguyen, Van Than Nguyen, & Philippe Cavenel. Coordinateur du programme : Dr Jean Ruffez

Dr Jean-Eric Blatteau, Jean-Michel Pontier, Van Mui Nguyen, Van Than Nguyen, & Philippe Cavenel. Coordinateur du programme : Dr Jean Ruffez Prévenir et traiter les accidents de décompression en situation d isolement: expérience et enseignements de l aide apportée aux plongeurs-pêcheurs vietnamiens. Dr Jean-Eric Blatteau, Jean-Michel Pontier,

Plus en détail

1. Les barotraumatismes

1. Les barotraumatismes Dans le cadre de votre formation niveau 3 de plongeur subaquatique, nous allons traiter les accidents de plongée. Pourquoi commencer par ce cours? Ce n est pas pour vous faire peur, mais plutôt pour vous

Plus en détail

BREVET 2 * Accidents mécaniques et toxiques

BREVET 2 * Accidents mécaniques et toxiques BREVET 2 * Accidents mécaniques et toxiques Objectif du cours Comprendre et connaître les accidents de plongée et les facteurs favorisants, savoir les prévenir, les identifier et les traiter Plan du cours

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

Travail en milieu hyperbare. Dr Philippe Barré Centre médical subaquatique Expertis cmsbarre@aol.com

Travail en milieu hyperbare. Dr Philippe Barré Centre médical subaquatique Expertis cmsbarre@aol.com Travail en milieu hyperbare Dr Philippe Barré Centre médical subaquatique Expertis cmsbarre@aol.com 1 Principes de base On ne peut se protéger du milieu hyperbare 2 Principes de base On est soumis à la

Plus en détail

Cours Tables - Niveau 2

Cours Tables - Niveau 2 Cours Tables - Niveau 2 Pourquoi ce cours? Historique des tables Rappels : Décompression Courbe de sécurité Utilisation des tables : Limites Profils Paramètres Sommaire Partie 1 Présentation des tables

Plus en détail

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES F TOULGOAT Neuroradiologie diagnostique et interventionnelle CHU NANTES DES NEUROLOGIE 29 MARS 2013 MENINGES Même agencement qu à l étage encéphalique

Plus en détail

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons III. LES 1 Les accidents barotraumatiques (voir annexes page A4). En plongée, du fait de l augmentation de la pression (Loi de Mariotte), les cavités remplies d air peuvent nous poser des problèmes : La

Plus en détail

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES...

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES... Cours prépa niveau 1 La Pression et ses effets sur l'organisme (Les barotraumatismes et la surpression pulmonaire) SITUATION : début de formation N1, 3 ème cours théorique. Cours n 1 : Le matériel de plongée

Plus en détail

Introduction aux tables de plongées - Prérogatives

Introduction aux tables de plongées - Prérogatives Introduction aux tables de plongées - Prérogatives Cours théorique PP1 BBTB Sophie Mieszkin Introduction aux tables de plongée Lors de la plongée l azote n est pas éliminé par l organisme Pour l éliminer

Plus en détail

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes :

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes : Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée Physiologie et barotraumatismes La physiologie et les barotraumatismes : Physiologie : L oreille La petite et la grande circulation Les accidents barotraumatiques La surpression

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

GESTION DE LA DECOMPRESSION L ORDINATEUR DE PLONGEE

GESTION DE LA DECOMPRESSION L ORDINATEUR DE PLONGEE USB Subaquatique 2013/2014 1/4 COURS THEORIQUES N II GESTION DE LA DECOMPRESSION L ORDINATEUR DE PLONGEE Après son binôme, le plongeur Autonome doit avoir 2 soucis majeurs : la Gestion de sa Consommation

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

Cours Niveau 2. Tables MN 90. BRASSART Eric (E2) Création : janvier 2005 Modification : Décembre 2005. Tables MN 90

Cours Niveau 2. Tables MN 90. BRASSART Eric (E2) Création : janvier 2005 Modification : Décembre 2005. Tables MN 90 Tables Type de Plongées Simple Remontée lente Successive Consécutive Procédures de rattrapages Remontée rapide Palier interrompu - E.B- Cours Niveau 2 Tables MN 90 BRASSART Eric (E2) Création : janvier

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE PLONGEE SOUTERRAINE DE 2000 À 2014

LES ACCIDENTS DE PLONGEE SOUTERRAINE DE 2000 À 2014 DIU de Medecine subaquatique et hyperbare LES ACCIDENTS DE PLONGEE SOUTERRAINE DE 2000 À 2014 Techniques de recompression par immersion en milieu isolé appliquées à ce type de plongée Dr Sarah THOMAS Novembre

Plus en détail

Michel Lyœn DIU médecine subaquatique et hyperbare. 10 février 2012 D.I.U Lyon 1

Michel Lyœn DIU médecine subaquatique et hyperbare. 10 février 2012 D.I.U Lyon 1 Michel Lyœn DIU médecine subaquatique et hyperbare 10 février 2012 D.I.U Lyon 1 Physiopathologie Généralités sur les ADD Les ADD immédiats Les ADD à manifestation retardée Traitement Évolution 10 février

Plus en détail

Anat-Physio : divers. Question 1

Anat-Physio : divers. Question 1 Question 1 05ANA-DI-4-01(1) Pourquoi avez-vous besoin d uriner pendant ou après une plongée? Expliquez le mécanisme. L'augmentation de pression sur l'organisme d'une part, les vasoconstrictions périphériques

Plus en détail

A la fin de cette séance vous serrez capable: -D énumérer les principaux risques d accidents pouvant survenirs à un plongeur loisir.

A la fin de cette séance vous serrez capable: -D énumérer les principaux risques d accidents pouvant survenirs à un plongeur loisir. A la fin de cette séance vous serrez capable: -D énumérer les principaux risques d accidents pouvant survenirs à un plongeur loisir. - De repérer les signes d accident et d agir efficacement. -D éviter

Plus en détail

Prévention des risques

Prévention des risques Prévention des risques INTRODUCTION 1 Les barotraumatismes 2 La toxicité de l oxygène 3 La narcose 4 L essoufflement 5 Le froid CONCLUSION INTRODUCTION Ce cours n a pas pour objectif de vous effrayer sur

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

LES ORDINATEURS DE PLONGEE

LES ORDINATEURS DE PLONGEE LES ORDINATEURS DE PLONGEE Les ordinateurs de plongée sont des calculateurs qui utilisent un algorithme (basé sur un modèle mathématique de charge et décharge du corps en azote) afin de déterminer les

Plus en détail

TITRE Ier DÉFINITIONS TITRE II DISPOSITIONS COMMUNES AUX DIFFÉRENTES MÉTHODES D INTERVENTION EN MILIEU HYPERBARE

TITRE Ier DÉFINITIONS TITRE II DISPOSITIONS COMMUNES AUX DIFFÉRENTES MÉTHODES D INTERVENTION EN MILIEU HYPERBARE .. L employeur Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 30 octobre 2012 définissant les procédures

Plus en détail

Le BAROTRAUMATISME est un accident touchant les tissus du corps humain, il est causé par un le changement de pression des gaz contenus dans le corps.

Le BAROTRAUMATISME est un accident touchant les tissus du corps humain, il est causé par un le changement de pression des gaz contenus dans le corps. Saison 12/1 SOMMAIRE Définition Principaux organes à risque des barotraumatismes DEFINITION Le BAROTRAUMATISME est un accident touchant les tissus du corps humain, il est causé par un le changement de

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

Cours 2. Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il faut connaître! Les barotraumatismes, le froid, l hydratation, l essoufflement, la narcose

Cours 2. Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il faut connaître! Les barotraumatismes, le froid, l hydratation, l essoufflement, la narcose Xavier LAUNOIS E3 n 23013 E3 n 25061 Les barotraumatismes, le froid, l hydratation, l essoufflement, la narcose La décompression, les tables MN90 (1) 22 Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il

Plus en détail

INITIATION À L APNÉE

INITIATION À L APNÉE F I C H E P R I N C I P A U X G E S T E S T E C H N I Q U E S À E N S E I G N E R FICHE N INITIATION À L APNÉE «Apprendre à respirer et à se relaxer ( ) est le meilleur moyen de se préparer à retenir le

Plus en détail

UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES

UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES 1 HISTORIQUE DES TABLES DE PLONGÉES... 2 2 LES TABLES MN90... 3 3 QUELQUES DÉFINITIONS... 4 4 PLONGÉE ISOLÉE (INTERVALLE > 12 H)... 6 5 REMONTÉE LENTE JUSQU AU PREMIER

Plus en détail

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Myélopathie cervicarthrosique MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE La myélopathie par cervicarthrose

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Dr Christophe Ridel et Jean-Marc Dorget Urgences néphrologiques et transplantation rénale Fresenius Medical Care Hôpital Tenon Impossible d'afficher

Plus en détail

LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ

LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ FICHE N LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ Les termes «remontée gilet», «assistance gilet», «sauvetage gilet» sont désormais remplacés par «remontée d un plongeur en difficulté». Description du geste

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

PLONGEUR 2* (P2) Plongeur CMAS 2* Plongeur Autonome NBN EN 14153-2 STANDARDS

PLONGEUR 2* (P2) Plongeur CMAS 2* Plongeur Autonome NBN EN 14153-2 STANDARDS PLONGEUR 2* (P2) Plongeur CMAS 2* Plongeur Autonome NBN EN 14153-2 STANDARDS (Version 2012/05_web) Table des matières 1 Généralités... 3 1.1 Compétences du plongeur 2*... 3 1.2 Prérogatives du plongeur

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé 1 Décompression II. REVOD Plongée à l ordinateur Septembre 2010 Plan de l exposé Introduction Typologie de la décompression: No déco Déco légère Déco Lourde La planification Les profils de plongée Le palier

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

Fistules péri-lymphatiques consécutives à un traumatisme pressionnel

Fistules péri-lymphatiques consécutives à un traumatisme pressionnel Fistules péri-lymphatiques consécutives à un traumatisme pressionnel à propos de 3 cas O.CATHELINAUD, A.BIZEAU, P.RESCHE-RIGON, F.BOUSQUET, P.VERDALLE SERVICE ORL et Chirurgie Cervico-Faciale Hôpital d

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Stéphane Mandigout, Maître de Conférences Universitaire, Faculté des Sciences et Techniques, Département STAPS, 123 Avenue Albert Thomas 87060

Stéphane Mandigout, Maître de Conférences Universitaire, Faculté des Sciences et Techniques, Département STAPS, 123 Avenue Albert Thomas 87060 téphane Mandigout, Maître de Conférences Universitaire, Faculté des ciences et Techniques, Département TAP, 123 Avenue Albert Thomas 87060 Limoges Cedex. tephane.mandigout@unilim.fr. 1- Introduction L

Plus en détail

Réunion du 18 janvier 2014 Saint Étienne

Réunion du 18 janvier 2014 Saint Étienne Réunion du 18 janvier 2014 Saint Étienne Commission médicale et de Prévention Comité Interrégional RABA 1 Bonne année 2014! 2 Plan Dossiers médicaux Informations régionales Informations nationales Interventions

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Dissolution des gaz Loi Henry

Dissolution des gaz Loi Henry Dissolution des gaz Loi Henry William HENRY ( 1775 1836) En 1803, William Henry, physicien et chimiste Anglais, présente la loi qui porte désormais son nom. Selon cette loi, en l absence de réaction chimique

Plus en détail

Préparation au Niveau 4. Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8

Préparation au Niveau 4. Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8 Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8 Plan du cours. 1. Les termes savants utilisés! 1.1 La Force. 1.2 La Température. 1.3 La Pression. 1.4 Le Volume. 2. Variations de volumes et de pression. 2.1

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts mètres (feet) 16 150 53 000 Altitude Le 1er problème c est

Plus en détail

Réanimation Médicale. place un protocole?

Réanimation Médicale. place un protocole? Insulinothérapie intensive e en Réanimation Médicale Comment élaborer et mettre en place un protocole? L expérience nancéienne Sarah Tincelin - Isabelle Robinet Martine Lesny - Claire Méjean Service de

Plus en détail

TABAC et GROSSESSE. GEN 10 mai 2007

TABAC et GROSSESSE. GEN 10 mai 2007 TABAC et GROSSESSE GEN 10 mai 2007 17% à 25%des femmes fument pendant leur grossesse 125 000 à 200000 foetus /an exposés aux effets nocifs du tabac. Principaux constituants du tabac + 4 000 substances

Plus en détail

Livret de Certification. Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2

Livret de Certification. Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2 Livret de Certification Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2 Nom du stagiaire : Nom de la structure :.. Tampon PLONGEUR NIVEAU 2 CMAS** / NF-EN 14153-2 / ISO 24801-2 I DÉFINITION DU NIVEAU Plongeur confirmé qui

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Modes Standards. Modes Avancés

Modes Standards. Modes Avancés Modes Standards VC-VAC Lors de la disparition de la sédation, afin d éviter une désadaptation du patient, HORUS 4 adapte le débit insufflé à la demande du patient. VACI Ce mode associe cycles contrôlés

Plus en détail

Programme de formation infirmier (1/8)

Programme de formation infirmier (1/8) Programme de formation infirmier (1/8) Semaine 1 Objectifs : acquisition des bases du diabète => physiopathologie et traitement Lundi Mardi Ø Accueil par délégant/délégués Ø Présentation de l équipe des

Plus en détail

Physiologie. Physiologie. Physiologie. Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions.

Physiologie. Physiologie. Physiologie. Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions. Contenu du cours Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions. Buts Etre conscient du phénomène de la saturation des tissus. Connaître les conséquences de la saturation sur la

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE H. de Labareyre Définition physiopathologique Etat dans lequel une augmentation de pression dans un espace limité,, compromet la circulation et la fonction des tissus situés

Plus en détail

RE-ACTUALISATION DES CONNAISSANCES SUR LA BONNE GESTION DES ACCIDENTS DE PLONGEE EN APNEE

RE-ACTUALISATION DES CONNAISSANCES SUR LA BONNE GESTION DES ACCIDENTS DE PLONGEE EN APNEE RE-ACTUALISATION DES CONNAISSANCES SUR LA BONNE GESTION DES ACCIDENTS DE PLONGEE EN APNEE Docteur Pierre Dusein Plongeur, Médecin du Sport, Médecin Fédéral FFESSM Conflans-Ste-Honorine, RIFA Apnée; décembre

Plus en détail

L ENTRAINEMENT EN APNEE

L ENTRAINEMENT EN APNEE L ENTRAINEMENT EN APNEE par Frédéric Lemaître, docteur en physiologie du sport 1 ) effets de l entraînement a) durée de l apnée b) volumes pulmonaires c) chémosensibilité au CO2 d) bradycardie e) aspects

Plus en détail

Les ordinateurs de plongée

Les ordinateurs de plongée NIVEAU 3 Les ordinateurs de plongée Tout le monde l utilise L arrivée des ordinateurs marque un progrès majeur dans la pratique de la plongée en scaphandre. Plus de calculs fastidieux d intervalles de

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES

UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES NIVEAUX 2, 3 et 4 1 HISTORIQUE DES TABLES DE PLONGÉES... 2 2 LES TABLES MN90... 3 3 QUELQUES DÉFINITIONS... 4 4 PLONGÉE ISOLÉE (INTERVALLE > 12 H)... 6 5 REMONTÉE LENTE

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Paris Mise à jour 10-04-09

Paris Mise à jour 10-04-09 Rééducation du Coronarien et Sports en Montagne Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour 10-04-09 Les réactions de l organisme àl altitude Définition biologique de l altitude 8000

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

Centre de médecine hyperbare

Centre de médecine hyperbare Centre de médecine hyperbare Inauguration du caisson hyperbare hôpital Purpan mercredi 19 octobre 2011 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE Contenu Historique... 2 Genèse du nouveau projet... 2

Plus en détail

Les accidents dans le cadre des activités de plongée. Le 30 avril 2015

Les accidents dans le cadre des activités de plongée. Le 30 avril 2015 Les accidents dans le cadre des activités de plongée. Le 30 avril 2015 Emmanuel PETIT MF1 n 22358 Introduction Sujets : les accidents dans le cadre des activités de plongée du niveau 3. Objectif du cours

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale TP1 : Le système cardio-vasculaire et respiratoire FONTAINE Lionel RADONDY Yoan Groupe :

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010 Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Pré-requis Notions de ph, acides, bases, ampholytes Mesure du ph, Physiologie des échanges gazeux respiratoire,

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Livret de Certification Plongeur niveau 1

Livret de Certification Plongeur niveau 1 Livret de Certification Plongeur niveau 1 Supervised Diver 20m ISO 24801-1 Nom du stagiaire : Nom de la structure :.. Tampon PLONGEUR NIVEAU 1 Supervised Diver 20m ISO 24801-1 I DÉFINITION DU NIVEAU Plongeur

Plus en détail

A. Transport du dioxygène B. Transport du dioxyde de carbone

A. Transport du dioxygène B. Transport du dioxyde de carbone A. Transport du dioxygène B. Transport du dioxyde de carbone Dissolution de l O2 dans les liquides est faible : 1.5 % dans le sang 98.5 % fixé à une protéine de transport : hém 100 ml de sang transporte

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE FORMATION INITIATEUR PISCINE FNPSA (IP)

RÉFÉRENTIEL DE FORMATION INITIATEUR PISCINE FNPSA (IP) RÉFÉRENTIEL DE FORMATION INITIATEUR PISCINE FNPSA (IP) 1 - Prérogatives de l initiateur piscine - enseignement de l'apnée (cours en salle), - encadrement d entraînements piscine (nombre de binômes laissé

Plus en détail

Cours N2 : Dissolution des gaz

Cours N2 : Dissolution des gaz Sommaire Cours N2 : Dissolution des gaz Justification ADD et tables de décompression Rappels Physique : la pression Composition de l air Mise en évidence Ennoncé de la loi de Henri Application à la plongée

Plus en détail

Tables MT92. SJacquet 1/42

Tables MT92. SJacquet 1/42 Tables MT92 SJacquet 1/42 Stage de plongée scientifique 2011 Plan de l exposé Un peu d histoire Législation / Réglementation Conditions d utilisation / Procédures Exercices Les tablettes immergeables 2/42

Plus en détail

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs cours N2 2006-2007 Jérôme Farinas jerome.farinas@irit.fr Amis de la Mer FFESSM 08 31 0184 6 décembre 2006 Jérôme Farinas (ADLM) MN90 et ordinateur

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

Réaction et Intervention Face à un Accident d Apnée de.. Plongée 26 Avril 2015

Réaction et Intervention Face à un Accident d Apnée de.. Plongée 26 Avril 2015 Réaction et Intervention Face à un Accident d Apnée de.. Plongée 26 Avril 2015 RIFAA - RIFAP But et conditions d accès Pourquoi? Et maintient Spécificité CAPACITES Capacités 1 à 7 Divers AGENDA - ATELIERS

Plus en détail

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES INTRODUCTION Le corps humain est composé : de solides (les os) de liquides (le sang et les tissus) de cavités replies de gaz (oreilles, sinus, tubes digestifs, poumons )

Plus en détail

Détresse respiratoire aiguë

Détresse respiratoire aiguë Détresse respiratoire aiguë 1 I. PHYSIOPATHOLOGIE DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË II. DIAGNOSTIC, BILAN ET RECHERCHE D UNE ÉTIOLOGIE III. CONDUITE À TENIR INITIALE DEVANT UNE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail