infoligues RHUMATISME SANTÉ AU TRAVAIL Au volant de son bus et de sa santé TABAGISME Le journal d information des ligues de la santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "infoligues RHUMATISME SANTÉ AU TRAVAIL Au volant de son bus et de sa santé TABAGISME Le journal d information des ligues de la santé"

Transcription

1 infoligues Numéro 34 DÉCEMBRE 2013 Le journal d information des ligues de la santé RHUMATISME MAL AU DOS UN JOUR, MAL AU DOS TOUJOURS? SANTÉ AU TRAVAIL Au volant de son bus et de sa santé TABAGISME AIDE À L arrêt EN MILIEU PRÉCAIRE Infobrèves istockphoto Des chiffres et des émotions Dans le monde de la santé, plus que dans d autres secteurs, la publication de chiffres, de quelle que nature qu ils soient, provoque presque toujours son lot de réactions et surtout d émotions. Tantôt ce sont les médecins qui s estiment injustement attaqués quant à leurs revenus, tantôt ce sont les responsables d hôpitaux qui contestent que chaque franc investi dans les soins aigus n est pas forcément synonyme de gains de santé, tantôt ce sont les assureurs qui se défendent s agissant du rapport entre les coûts qu ils doivent rembourser et le montant des primes qu ils sont contraints de fixer. Dans tous les cas, les émotions sont au rendez-vous et la contestation permanente au sujet de la pertinence des chiffres illustre pleinement les énormes difficultés que rencontrent les acteurs du système de santé pour tirer tous à la même corde. Cela est probablement dû au statut particulier du patient qui est à la fois l objet de la prestation de soins et celui qui devra in fine s acquitter de la facture via ses primes d assurancemaladie, ses impôts et ses participations directes. Pourtant, dans le domaine du diabète, nous venons d assister à des réactions vives d un nombre significatif de patients souffrant de cette maladie à la suite de la médiatisation dont l étude du Professeur Claude Jeanrenaud de l Université de Neuchâtel a fait l objet. Après une analyse des coûts directs dans un premier temps, le second volet de son étude s est intéressé aux coûts indirects du diabète, en particulier aux effets sur la productivité en entreprise. Pour le seul canton de Vaud, des dizaines de millions de perte de productivité ont été identifiés. Parmi ces acteurs, les patients sont généralement moins souvent questionnés quant aux coûts qu ils engendrent. Suite en page 2...

2 infoligues n 34 Edito - suite Les réactions de personnes diabétiques, se sentant discriminées en plus des souffrances qu elles doivent endurer dans leur vie quotidienne, sont compréhensibles. Mais ces patients doivent être rassurés, car tant le commanditaire que l auteur de l étude ont surtout voulu démontrer le coût humain de cette maladie, et permettre aux responsables de la santé publique de disposer d éléments pour fixer des priorités. Lorsque l on fait des efforts de transparence, c est tout le contraire de la stigmatisation - par conséquent de l émotion - et de vrais débats peuvent alors être ouverts. La seule chose que l on puisse regretter est que l on ne dispose pas encore de comparaisons de coûts directs et indirects pour d autres maladies chroniques en particulier, et cela à l échelle des principaux cantons suisses. Dans le domaine du diabète, le canton de Vaud a fait œuvre de pionnier - au prix d avoir provoqué quelques émotions - mais les efforts permettant d éclairer avec précision l ensemble des coûts de santé sont chaque jour plus indispensables. L organisation future du système de santé en dépend; les priorités sanitaires que les autorités politiques doivent fixer et réorienter en permanence en dépendent; la nécessaire mobilité des ressources, même modeste, notamment entre les soins aigus et les actions de prévention, en dépend. Et les assurés-patients, afin qu ils comprennent et acceptent les charges financières importantes qu ils supportent, ont aussi besoin de cette transparence. Personne ne doit avoir peur de cet objectif, comme personne n a peur de rouler dans un tunnel parfaitement éclairé. HENRI ROTHEN Président exécutif des Ligues de la santé infobrèves Arrêter de fumer, la bonne résolution de janvier! Dans le cadre de la campagne nationale «Toux matinale? Et si c était une BPCO», la Ligue pulmonaire vaudoise propose une séance d information gratuite sur le tabac et la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) le 9 décembre à 18h30, dans ses locaux de l avenue de Provence 4 à Lausanne. Cette maladie est due à un rétrécissement progressif des voies respiratoires qui réduit les performances physiques. En principe, les fumeuses et les fumeurs de plus de 45 ans devraient faire mesurer leur fonction pulmonaire afin de s assurer que celle-ci n est pas altérée par un début de BPCO, car les dommages causés par celle-ci sont irréversibles. De premières indications peuvent déjà être fournies par le test de risque en ligne sur L arrêt du tabac reste le meilleur moyen d éviter de développer cette maladie sournoise, ou d enrayer sa progression. Le cours stop-tabac de la Ligue pulmonaire est une méthode concrète pour arrêter de fumer durablement. La prochaine session de cours a lieu du 21 janvier au 25 février Informations et inscriptions au cours stop-tabac : ou Plus de saveur au quotidien grâce aux Tables conviviales Pour que manger reste un plaisir, même lorsque l on vit seul à l âge de la retraite, Pro Senectute Vaud propose aux seniors de prendre de bons repas, dans une ambiance chaleureuse. Ainsi quatre types de Tables conviviales sont organisées par des animateurs bénévoles : - La Table d hôtes a lieu au domicile de l organisateur ou à proximité. - La Table familiale consiste à partager un repas habituel. - La Table à deux permet de déguster un plat élaboré ensemble. - La Table au bistrot rassemble Pro Senectute Vaud - Yves Leresche des seniors accompagnés d un bénévole au restaurant. En 2012, aînés ont savouré repas équilibrés dans le cadre de cette prestation, qui permet de rapprocher les habitants âgés d une commune ou d un quartier. Voyage créatif Partez à la rencontre de votre imaginaire! Un nouveau «groupe créatif», proposé par la Ligue vaudoise contre le cancer aux patients atteints de cette maladie et à leurs proches, prendra forme début 2014 à Lausanne. L occasion d explorer cinq techniques artistiques collage, peinture, argile, encre et craie dans une atmosphère chaleureuse. Informations pratiques : les mardis de 14h à 16h, dès le 21 janvier 2014 dans les locaux de la Ligue vaudoise contre le cancer, place Pépinet 1, à Lausanne. Renseignements: ou par tél. au /11. infobrèves : VB, CC, MB. Le passage du bus Bilan & Conseils Santé Janvier EPFL-Lausanne, Saint-Sulpice, Aigle Février Lausanne Bourdonnette, Yverdon, Lausanne Mars Bex, Gland, Rolle, Blonay, Cully, Lutry Info & inscription:

3 infoligues n 34 Santé au travail interview AU VOLANT DE SON BUS ET DE SA SANTÉ Les Transports publics de la région lausannoise (tl) ont mandaté les Ligues de la santé afin de former leurs 640 conducteurs sur des thèmes de promotion de la santé. Parmi ces collaborateurs, Patrick Witz, conducteur aux tl depuis 15 ans, nous fait part de ses impressions. M. Witz, pouvez-vous brièvement vous présenter et nous décrire votre journée type de travail? Mon nom est Patrick Witz et je suis conducteur de bus tl. Mes journées commencent généralement tôt, je me lève vers 3h30-4h00 et mon service débute entre 5h00 et 5h30. Ma journée de travail se termine entre 13h00 et 14h00. Il y a des tournus au niveau des horaires mais c est celui que je préfère, car je peux ainsi avoir mon après-midi de libre. J avoue que ça n était pas facile au début de se lever aussi tôt, j ai bien dû mettre une année pour m y habituer. Quelle a été votre première réaction lorsqu on vous a annoncé que vos formations continues porteraient cette année sur le thème de la santé? J ai applaudi car on en avait besoin. Vous savez, le métier de conducteur, avec ces horaires, n est pas un métier facile. Il faut déjà bien gérer son temps libre, au niveau des repas et du sommeil tout particulièrement, sinon ça ne pardonne pas. Si vous ajoutez à cela le stress du trafic, la position de conduite toute la journée et la concentration perpétuelle qu il faut avoir au volant, on le ressent clairement en fin de journée au niveau physique. Et qu en pensez-vous maintenant, de façon générale, après avoir suivi ces formations? Eh bien, je confirme que c était une bonne idée. À titre personnel, cela m a permis de changer certaines habitudes. Par exemple, avant, je ne déjeunais pas le matin. J essaie maintenant de partir au travail avec quelque chose dans le ventre. Pareil pour les moments de repos ; vous savez, je suis un bon vivant de nature, j attendais donc souvent la limite avant d aller me coucher. Le cours sur le sommeil m a permis de mieux gérer mes cycles de repos. Parmi les différents thèmes abordés lors de ces formations (alimentation, sommeilrepos, ergonomie, activité physique), quels conseils santé avez-vous de la peine à appliquer au quotidien? Je dirais tout ce qui concerne l activité physique. Le matin c est un peu difficile pour vous dire la vérité, on préfère attaquer la journée avec un café bien noir. L après-midi après le travail, je préfère commencer par une sieste. J aimerais bien bouger davantage mais mes horaires ne me donnent pas cette opportunité malheureusement. J ai par contre bien gardé les fascicules distribués lors des cours avec les exemples d exercices à faire chez soi. Je les trouve intéressants même si je ne les ai pas encore mis en pratique. Et quel a été celui, ou ceux, qui vous a le plus marqué et pourquoi? Comme j en ai parlé, le thème du sommeil est central pour notre métier. Ça n était d ailleurs pas la première fois que les tl nous proposaient une formation dans ce domaine. Cela m a donc permis de creuser un peu plus le sujet. Je citerais aussi le thème de l ergonomie pour ce qui est de la position au volant. On croit souvent qu on a une bonne position mais j ai bien vu que j avais encore une bonne marge d amélioration dans ce domaine. Propos recueillis par ALM Prestations à la carte Contenant une dizaine de fiches thématiques, la plaquette «la santé dans votre entreprise» présente l ensemble des prestations proposées par les Ligues de la santé en matière de prévention alcool, alimentation, activité physique, bilan santé, tabagisme, promotion de la santé, prévention des maux de dos, prévention du stress et sommeil. Olivier Eliasz Cette plaquette peut être commandée au ou téléchargée sur Patrick Witz est conducteur de bus tl depuis 15 ans. 3

4 infoligues n 34 TABAGISME Aide à l arrêt en milieu précaire Il est courant de penser que les fumeurs en situation de précarité économique et sociale vivent dans un contexte trop difficile pour imaginer arrêter de fumer. Une recherche-action menée par le CIPRET-Vaud au Point d Eau de Lausanne déconstruit cette idée : les usagers de cette institution d accueil à bas seuil ont manifesté leur intérêt en participant au projet d aide à l arrêt mené dès juillet istockphoto Le CIPRET-Vaud a pour mandat de prévenir le tabagisme auprès de l ensemble de la population vaudoise, y compris parmi les personnes à faible statut socio-économique. Ces dernières, qui cumulent bas niveau de formation, emplois peu qualifiés et peu rémunérés, fument plus souvent que la population générale et il leur est plus difficile d arrêter de fumer. Elles sont également difficiles à atteindre directement ; une collaboration avec les lieux qu elles fréquentent est indispensable pour y parvenir. C est dans ce contexte que le Point d Eau de Lausanne (PEL) a été approché. Cette institution a pour but d accueillir des personnes démunies ou défavorisées, sans distinction d âge, de nationalité ou de statut légal en Suisse. Elle leur offre des prestations dans les domaines de l hygiène corporelle et de la santé. Les professionnels du PEL ont manifesté dès les premiers contacts leur intérêt à développer la thématique du tabac auprès des usagers, qui comptent un grand nombre de fumeurs. Une aide pratique à l arrêt Le CIPRET a d abord animé deux permanences au PEL, afin de récolter les besoins des personnes fréquentant ce lieu. Cette première approche a intéressé les usagers qui avaient de nombreuses questions sur le tabac et les risques liés à sa consommation. Les différents échanges ont clairement fait émerger la demande d une aide pratique à l arrêt ; or les aides existantes leur étaient de facto inaccessibles puisque la plupart de ces personnes ne dispose pas d une assurance-maladie, ni des moyens financiers nécessaires à l achat d un traitement de substitution nicotinique (patchs ou autre). Le CIPRET, en étroite collaboration avec le PEL et la Policlinique médicale universitaire de Lausanne (PMU) a donc décidé d expérimenter un projet d aide à l arrêt auprès des usagers du PEL. Une séance d information/formation sur le tabagisme et les méthodes d arrêt a été suivie par les professionnels du PEL, afin qu ils puissent motiver et soutenir les personnes intéressées. Ces dernières ont ensuite pu bénéficier, contre une somme très modique, d un programme d aide à l arrêt de trois mois, avec une consultation donnée directement au PEL par un médecinassistant de l Unité de tabacologie de la PMU et la remise de substituts nicotiniques. Conçu comme une recherche-action, ce projet n a pas de visée scientifique ; il cherche cependant à tester l intérêt de personnes vulnérables à parler de leur tabagisme et à déterminer de quelle manière elles s approprient la possibilité d arrêter de fumer. Le projet a débuté au mois de juillet et se poursuivra jusqu à fin Il est déjà possible d affirmer qu il a reçu un bon accueil. Les 20 places prévues ont trouvé preneur, ce qui montre que l aide à l arrêt peut potentiellement intéresser tous les fumeurs prêts à arrêter, y compris ceux qui vivent dans une grande précarité. Cette expérience indique également que ce type d aide doit être très souple dans son organisation afin d être en phase avec les contraintes que vivent les usagers. Cela n est possible que dans un contexte institutionnel porteur, ce qui est le cas du PEL qui fait vivre le projet de manière exemplaire. Le projet a tablé sur la convergence entre besoins des utilisateurs et intérêt des professionnels pour développer une offre spécifique. Il n a pas encore livré toutes ses conclusions, mais il encourage le CIPRET à continuer dans cette voie de collaboration avec les institutions en lien avec les populations précarisées. BS 4

5 Pantone 3278 C infoligues n 34 RHUMATISME Mal au dos un JOUR, mal au dos toujours? Inutile de rappeler que le mal de dos est le mal du siècle. Mais est-on certain qu un seul épisode douloureux va faire de nous un malade chronique? Les récentes études montrent que prendre un certain nombre de dispositions personnelles permet de gérer une fragilité de l espace lombaire. La Ligue vaudoise contre le rhumatisme s engage depuis de nombreuses années dans la prévention des maux de dos en proposant des cours Active Backademy au public. Un jour ou l autre, chacun d entre nous va expérimenter le mal de dos à l occasion d un «tour de rein», en changeant les pneus de sa voiture ou lors d un banal geste de la vie quotidienne. Mais moins de 10% des victimes vont récidiver. Est-on certain qu un seul épisode de lombalgie va faire de nous un «douloureux chronique»? Les symptômes ont souvent une origine inconnue et les lésions anatomiques et radiologiques (hernie discale, arthrose) ne sont pas corrélées avec l importance et la pérennité des douleurs. L absence d étiologie précise rend souvent difficile un traitement spécifique et curatif. Les croyances erronées des lombalgiques sont des facteurs de chronicisation des douleurs, un frein à la guérison et un terrain propice à la récidive. Les troubles cognitifs face au mal de dos sont classiques : «je ne pourrai jamais reprendre mon travail dans cet état», «pour moi, les randonnées en montagne, c est fini à tout jamais», «aucun traitement n est efficace». L expérience négative aboutit à une conduite d évitement (peur du mouvement et de la douleur) contribuant au déconditionnement physique. De récentes études démontrent que prendre des dispositions personnelles aide à contrôler la fragilité du rachis. La reprise d une activité physique adaptée après le premier épisode de lombalgie fait partie des recommandations pour limiter la chronicisation. La compréhension du problème, grâce à une information prodiguée par des professionnels compétents, à l aide de schémas et de documentation, participe aussi à une meilleure gestion de la lombalgie. Les personnes qui ont expérimenté le mal de dos, celles bienheureuses qui n en ont jamais souffert et toutes celles qui souhaitent être les acteurs de leur propre santé font le bon choix en suivant une activité physique régulière qui leur est adaptée. AMC La LVR s engage depuis de nombreuses années dans la prévention des maux de dos en proposant des cours Active Backademy au public. istockphoto Ces cours en groupe d une heure sont hebdomadaires et dispensés par un/e physiothérapeute. Ils peuvent être le prolongement d une prise en charge en physiothérapie, un retour à l activité ou une activité en toute sécurité. Ils s articulent autour d exercices actifs visant l amélioration des fonctions musculaires et articulaires, sans oublier la perception du corps. Lors des cours, le/a physiothérapeute aide les participants à être critiques face à l hygiène de leur dos au quotidien, mais aussi à la reprise d une activité sportive et professionnelle. Grâce à cette démarche, les participants reprennent confiance en leur dos. L activité physique est essentielle à une évolution positive des douleurs de dos ; les participants réguliers soulignent souvent que leurs douleurs habituelles sont moins intenses et les épisodes aigus plus espacés. Les cours Active Backademy dispensés en groupe aident les participants à réaliser qu ils ne sont pas seuls à souffrir de leur dos. Ils peuvent partager leurs expériences et même lier de nouveaux contacts amicaux. Ces cours permettent ainsi à tout un chacun de décider de se prendre en main et de contracter en quelque sorte un abonnement avec son dos. GV Renseignements : tél ou 5

6 PP 1000 Lausanne Ligues de la santé Qui sommes-nous? Les Ligues de la santé ont été créées en 1979 par la Ligue vaudoise contre les maladies cardiovasculaires, la Ligue pulmonaire vaudoise et la Ligue vaudoise contre le rhumatisme, sous l impulsion du Service de la santé publique du canton de Vaud. Le but était alors de coordonner et de fédérer les actions de prévention des différentes ligues et associations actives dans ce secteur. Constituées aujourd hui sous forme d association, les Ligues de la santé rassemblent douze institutions membres et gèrent presque autant de programmes. Elles sont ainsi devenues la référence vaudoise dans plusieurs domaines de prévention et de promotion de la santé comme le dépistage des risques de maladies cardiovasculaires, la promotion de l activité physique et de l alimentation équilibrée, la lutte contre le tabagisme ou encore la prévention des risques liés à la consommation d alcool. Nos membres Ligue vaudoise contre le rhumatisme T Ligue pulmonaire vaudoise T Nos programmes PAPRICA PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE Allez Hop Romandie T CIPRET-Vaud T Fourchette verte Vaud T Bilan & Conseils Santé T Ça marche! Bouger plus, manger mieux T Pipad es T Santé en entreprise T Paprica T Fondation vaudoise contre l alcoolisme T Ligue vaudoise contre les maladies cardiovasculaires T Des partenaires Fondation de la Mucoviscidose T Association vaudoise du diabète T Pro Senectute Vaud T Policlinique Médicale Universitaire T Fondation vaudoise pour le dépistage du cancer du sein T Institut de médecine sociale et préventive T Ligue vaudoise contre le cancer T Fondation Profa T Espaces Prévention Les Ligues de la santé vous souhaitent de joyeuses fêtes et une bonne année 2014 recevez l infoligues gratuitement Informez-vous régulièrement sur les principales thématiques de promotion de la santé à l échelle du canton de Vaud. CONTACT T LiGuEs DE La santé Impressum Édition Ligues de la santé - Av. de Provence Lausanne T Responsable éditorial Mise en page Franco Genovese T tessa Gerster Ont collaboré à ce numéro : Virginie Bréhier (VB), Marie Bertholet (MB), Dr Anne-Marie Chamot (AMC), Charlotte Christeler (CC), Anouck Luini Macchi (ALM), Béatrice Salla (BS), Gaëlle Vonlanthen (GV). La prévention des maladies et la promotion de la santé ont besoin de votre soutien! CCP :

Le coût humain des maladies chroniques

Le coût humain des maladies chroniques Annexe 1 Le coût humain des maladies chroniques «3four50», trois chiffres, un message simple et puissant qui met en lumière un des principaux enjeux sanitaires de notre époque. Elaborée par l Oxford Health

Plus en détail

Pawel Gaul. d activité

Pawel Gaul. d activité Pawel Gaul Rapport d activité 2011 2 Rapport d activité 2011 A chaque génération sa prévention! C est sous ce slogan que l Association des Ligues de la santé s est présentée au public du Comptoir Suisse

Plus en détail

TABAC ET ALCOOL INFORMATIONS, CONSEILS ET AIDES À L ARRÊT DU TABAC

TABAC ET ALCOOL INFORMATIONS, CONSEILS ET AIDES À L ARRÊT DU TABAC TABAC ET ALCOOL INFORMATIONS, CONSEILS ET AIDES À L ARRÊT DU TABAC TABAC ET ALCOOL QUELS SONT LES LIENS ENTRE CES DEUX CONSOMMATIONS? La consommation de tabac et la consommation problématique d alcool

Plus en détail

La santé dans votre entreprise

La santé dans votre entreprise Alcool Alimentation Activité physique Bilan et Conseils Santé Promotion de la santé en entreprise La santé dans votre entreprise Protection des non fumeurs Prévention des maux de dos Stress Sommeil LIGUES

Plus en détail

La vie sans fumée ça s apprend. Cours stop-tabac de la Ligue pulmonaire

La vie sans fumée ça s apprend. Cours stop-tabac de la Ligue pulmonaire La vie sans fumée ça s apprend Cours stop-tabac de la Ligue pulmonaire La vie sans fumée ça s apprend «Rien de plus simple que d arrêter de fumer, j y suis parvenu des centaines de fois.» Mark Twain Cesser

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne.

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne. 10ISP 5.4 Clinique universitaire de cardiologie Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Inselspital Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne CH-3010 Berne

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee. Arrêter, c est possible!

UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee. Arrêter, c est possible! UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee Arrêter, c est possible! Pour en finir avec la cigarette Un pari difficile L Université de Genève est déclarée territoire

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Forum PSLA - 6 mars 2014 Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Karin Zürcher, Claudia Véron Chargées de projet CIPRET-Vaud Ligues de la santé Un

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

ASAD. parce qu on est bien à la maison

ASAD. parce qu on est bien à la maison ASAD parce qu on est bien à la maison 01 L ASAD qui sommes-nous? Parce qu on est bien à la maison, l ASAD met tout en œuvre pour que chacune et chacun, selon sa propre histoire, puisse y rester le plus

Plus en détail

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage LES ACCOMPAGNEMENTS PROPOSÉS As trame propose différentes formes de soutien aux familles concernées par une situation de deuil. Pour les enfants et les adolescents : suivis en groupe, en individuel, en

Plus en détail

JEUNES ET TABAC Etat de la situation

JEUNES ET TABAC Etat de la situation JEUNES ET TABAC Etat de la situation Etat des lieux au 01.06.2015 1- A quel âge les jeunes commencent-ils à fumer? Différents facteurs et raisons peuvent amener les jeunes à commencer à fumer. Si les jeunes

Plus en détail

Tabac. Ouvrons le dial O gue. Pour faire le point

Tabac. Ouvrons le dial O gue. Pour faire le point le dial O gue Tabac Pour faire le point Réalisation : Callichrome - Illustrations : R. Rublon - Illustration de couverture : A. Gingembre - Maquette couveture : O. Mayer Pour faire le point Votre médecin

Plus en détail

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants Formation Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants A qui s adressent ces formations? Cours de sensibilisation Ces cours s adressent à vous, proches aidants, qui consacrez temps et énergie

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Avoir une activité physique régulière, de marcher, de sortir tous les jours, de faire. fonctionner ses membres, ses muscles et sa

Avoir une activité physique régulière, de marcher, de sortir tous les jours, de faire. fonctionner ses membres, ses muscles et sa Avoir une activité physique régulière, c est avant tout continuer de bouger au quotidien, de marcher, de sortir tous les jours, de faire fonctionner ses membres, ses muscles et sa tête. Alors profitez

Plus en détail

Intégration dans le Programme cantonal vaudois de projets de prévention menés conjointement dans plusieurs cantons

Intégration dans le Programme cantonal vaudois de projets de prévention menés conjointement dans plusieurs cantons Ligue pulmonaire vaudoise Thérapies. Prévention. Conseil social 1 Intégration dans le Programme cantonal vaudois de projets de prévention menés conjointement dans plusieurs cantons Grégoire Vittoz Responsable

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE QUESTIONNAIRE SPORT SANTE NOM.... PRENOM..... AGE PROFESSION.... L objectif de ce questionnaire confidentiel est de vous aider à : - mieux vous positionner sur votre condition physique. - mieux évaluer

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin

Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin Programme vaudois de dépistage du cancer du colon Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin Dépistage du cancer du colon Canton de Vaud Table des matières Aide à la décision et

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

ARRÊTER DE FUMER POUR COMPRENDRE

ARRÊTER DE FUMER POUR COMPRENDRE ARRÊTER DE FUMER POUR COMPRENDRE Sommaire Pourquoi arrêter de fumer? 4 Comment arrêter de fumer? 14 J arrête de fumer parce que je veux un enfant 20 J arrête de fumer sans grossir et sans stress 24 À qui

Plus en détail

Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL

Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL LEIN SOLEIL Plein Soleil Fort d une expérience et d une expertise de plus de 35 ans dans le traitement des atteintes neurologiques, Plein Soleil est un centre unique

Plus en détail

Prévenir... le mal de dos

Prévenir... le mal de dos Prévenir... le mal de dos 5 Mal de dos mal du siècle Qui n a pas un jour souffert du mal de dos? 8 personnes sur 10 souffrent ou souffriront du dos Plus d un français sur trois déclare avoir souffert du

Plus en détail

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Je me dépense pour soigner ma tension Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle La pratique régulière

Plus en détail

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention Réduction du Risque Tabac des Publics Précaires: collaboration médico sociale au sein d une structure d accueil Ou comment

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic

Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic ÉDITION //// 1/2013 Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic Faits relatifs à l apnée du sommeil En Suisse, env. 150 000 personnes souffrent d apnée du sommeil. Symptômes les plus

Plus en détail

Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique

Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique Expérience à HNP St Martin DAVE Bruxelles, SPF 10 décembre 2010 Dr A.DAVAUX HNP St Martin - DAVE 1807:Fondation de la Congrégation des FC: FPJTriest:

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

L éducation thérapeutique en addictologie

L éducation thérapeutique en addictologie L éducation thérapeutique en addictologie Dr Philippe DUMAS Dr Bernard STEFANI Praticiens hospitaliers Addictologues CSAPA La caravelle Hôpital de Grasse Qu est ce que l ETP? Un processus continu dont

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

La psychiatrie dans le cinéma

La psychiatrie dans le cinéma La psychiatrie dans le cinéma Plaisir de voir, plaisir de critiquer, plaisir de débattre Stephane Rothen Gerard Calzada Tabac Classification des substances Dépresseurs du SNC Stimulants du SNC Perturbateurs

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Pourquoi un salon sur la santé?

Pourquoi un salon sur la santé? Pourquoi un salon sur la santé? Face au développement technologique continu, le besoin d informations et de connaissances dans le domaine de la santé ne cesse de croître dans la population. En réponse

Plus en détail

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?»

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Forum œcuménique Monde du travail, Yverdon 27 octobre 2012 «Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Introduction Deux questions avaient été envoyées aux participants pour préparer la discussion

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations?

Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations? «Colloque Scientifique des Assises Sport Prévention Santé 2014» Session 1 «Performance : préparation mentale et santé du sportif» Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations? ü Jean Fournier

Plus en détail

Les clés de la maladie de Verneuil

Les clés de la maladie de Verneuil Adresses utiles pour plus d informations : Association Française pour la Recherche sur l Hidrosadénite (AFRH) 772 avenue du Professeur Louis Ravas 34080 Montpellier http://www.afrh.fr - http://ados.afrh.fr

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

La santé en entreprise :

La santé en entreprise : avenue du marché gare 34070 Montpellier Repas offert à Montpellier Restaurant La Table de Cana Découverte Partage Convivialité Cuisine ou au 04 99 58 88 90 ou par mail : accueil@mflr.fr sur inscription

Plus en détail

Évaluer sa préparation à cesser de fumer

Évaluer sa préparation à cesser de fumer MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Évaluer sa préparation à cesser de fumer Aperçu de la trousse Vous songez à cesser de fumer? Félicitations! En tant

Plus en détail

H. Tiffou a, F. Lardillon b. Atelier santé ville Marseille, France ; b Association «Université du Citoyen», Marseille, France

H. Tiffou a, F. Lardillon b. Atelier santé ville Marseille, France ; b Association «Université du Citoyen», Marseille, France Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 I2 - Les ateliers santé citoyenneté, une expérience innovante de promotion de la santé

Plus en détail

LES BONS PLANS MOBILITE. Plan de mobilite de l administration lausannoise

LES BONS PLANS MOBILITE. Plan de mobilite de l administration lausannoise LES BONS PLANS MOBILITE Plan de mobilite de l administration lausannoise Un plan de mobilite d entreprise pour limiter les deplacements en voiture Chères collaboratrices, Chers collaborateurs de la Ville

Plus en détail

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective Les forces du changement en assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective La pénurie de main-d œuvre ralentira la croissance D ici 2030, il manquera 363 000 travailleurs

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

La valeur économique de la physiothérapie. Présenté à la FPPPQ Mai 2013

La valeur économique de la physiothérapie. Présenté à la FPPPQ Mai 2013 Présenté à la FPPPQ Mai 2013 Contenu de la présentation 1. Les coûts de la santé au Québec p. 3 2. Le virage dans la prestation des soins de santé p. 4 3. La valeur économique de la physiothérapie p.5

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés

Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés Dossier de presse La Ligue contre le cancer publie le quatrième rapport de l Observatoire sociétal des cancers Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés 54% des femmes interrogées

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

A propos de la relance de la lutte contre la tabagisme Loi, réglementation, normes : outils de régulation

A propos de la relance de la lutte contre la tabagisme Loi, réglementation, normes : outils de régulation Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Département de biostatistiques, santé publique et information médicale A propos de la relance de la lutte contre la tabagisme Loi, réglementation, normes : outils de

Plus en détail

LA MALADIE PROFESSIONNELLE

LA MALADIE PROFESSIONNELLE LA MALADIE PROFESSIONNELLE Une maladie est dite "professionnelle" si elle est la conséquence directe de l'exposition d'un travailleur à un risque physique, chimique, biologique, ou résulte des conditions

Plus en détail

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE RÉDUCTION ET ARRÊT DU TABAC NOUVEAU FRUIT EXOTIQUE NICOTINE 2 mg GOMME À MÂCHER MÉDICAMENTEUSE PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE UNE MÉTHODE SIMPLE POUR RÉDUIRE À MON RYTHME Médicament réservé à l adulte

Plus en détail

n 2 GÉRER LE SYNDROME DE SEVRAGE J ai décidé d arrêter de fumer FASCICULE 1 CdG44/Service Médecine Professionnelle/Mars 2006

n 2 GÉRER LE SYNDROME DE SEVRAGE J ai décidé d arrêter de fumer FASCICULE 1 CdG44/Service Médecine Professionnelle/Mars 2006 J ai décidé d arrêter de fumer n 2 FASCICULE 1 GÉRER LE SYNDROME DE SEVRAGE CdG44/Service Médecine Professionnelle/Mars 2006 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LOIRE-ATLANTIQUE 10

Plus en détail

Infos. Édito N 26. «Seul, on va plus vite mais ensemble nous irons beaucoup plus loin». Dr Serge TCHERAKIAN Président Tab agir

Infos. Édito N 26. «Seul, on va plus vite mais ensemble nous irons beaucoup plus loin». Dr Serge TCHERAKIAN Président Tab agir Infos N 26 Édito En cette période de l année où l activité est très dense, nous relayons la Journée Mondiale Sans Tabac sur 10 sites de la région grâce aux hôpitaux partenaires de Montceau-Les- Mines,

Plus en détail

PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches

PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches 1. Qu est-ce que le jeu problématique? Lorsque le jeu occasionnel et récréatif devient plus qu un simple divertissement, on parle de jeu problématique.

Plus en détail

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim.

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim. Marquez des points, mangez mieux! Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts reunica-interim.com Regles du jeu Garder votre cœur en bonne santé sera

Plus en détail

Via Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées Cours de prévention des chutes

Via Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées Cours de prévention des chutes Via Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées Cours de prévention des chutes Check-list 2014 Contexte Le projet Via Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées vise

Plus en détail

Tabac Alcool - Cancer

Tabac Alcool - Cancer Tabac Alcool - Cancer Relation soignant-soigné Dr Lila Simon-Rendu Médecin coordonateur du réseau Oncovannes Médecin en oncologie médicale CHBA (Ex-Tabacologue - CHU de Nantes) Avec la collaboration du

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

Moi et Mes addictions

Moi et Mes addictions Hygiène de vie Moi et Mes addictions Je m évalue Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR Professeur Gérard Dubois Membre de l Académie Nationale de Médecine Service Santé Publique - CHU Amiens. Membre

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION La présente demande d assurance comprend deux formulaires : Preuve d assurabilité Description de la protection et Questionnaire relatif aux renseignements

Plus en détail

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION La présente demande d assurance comprend deux formulaires : Preuve d assurabilité Description de la protection et Questionnaire relatif aux renseignements

Plus en détail

Cycle de Formation 2014-2016. à la Yogathérapie. Formation sous la direction du Docteur Lionel Coudron à la faculté de Médecine Paris Diderot

Cycle de Formation 2014-2016. à la Yogathérapie. Formation sous la direction du Docteur Lionel Coudron à la faculté de Médecine Paris Diderot Institut deyogathé itut deyogathérapie Cycle de Formation à la Yogathérapie 2014-2016 Formation sous la direction du Docteur Lionel Coudron à la faculté de Médecine Paris Diderot 60 av. d Iena, 75116 Paris

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO CONFÉRENCE DE PRESSE Campagne de sensibilisation à la BPCO Sion, jeudi 18 novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 18 NOVEMBRE 2010 Ensemble contre la BPCO : des partenaires valaisans unissent leur force

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Prévoyance. Prévenir et aider Guide sur les successions de fonds de prévoyance

Prévoyance. Prévenir et aider Guide sur les successions de fonds de prévoyance Dons Prévoyance Prévenir et aider Guide sur les successions de fonds de prévoyance Impressum Rédaction: Ligue pulmonaire suisse Concept: in flagranti Werbeagentur bsw, Lyss Maquette: Typopress Bern AG,

Plus en détail

Ça marche! Bouger plus, manger mieux. Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008

Ça marche! Bouger plus, manger mieux. Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008 Ça marche! Bouger plus, manger mieux Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008 Le contexte du programme cantonal Pierre-Yves Maillard, Chef du département de la santé Image:

Plus en détail

ÂGE Et conduite AutoMoBiLE

ÂGE Et conduite AutoMoBiLE ÂGE Et conduite AutoMoBiLE Des conseils pour votre sécurité asa, Association des services des automobiles bpa Bureau de prévention des accidents asa ASSOCIATION DES SERVICES DES AUTOMOBILES VEREINIGUNG

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

2011 Informer, sensibiliser, dépister

2011 Informer, sensibiliser, dépister 2011 Informer, sensibiliser, dépister Le plan d actions Prévention plandeprevention4.indd 1 01/12/2010 15:06:23 Edito L a Mutualité Française Aquitaine est convaincue de la nécessité de prévenir, dépister

Plus en détail

Conférence de presse du 24 février. Présentation du Programme cantonal de prévention du tabagisme 2014-2017 (PCT II) Fonds de prévention du tabagisme

Conférence de presse du 24 février. Présentation du Programme cantonal de prévention du tabagisme 2014-2017 (PCT II) Fonds de prévention du tabagisme Conférence de presse du 24 février Présentation du Programme cantonal de prévention du tabagisme 2014-2017 (PCT II) Fonds de prévention du tabagisme Plan de la présentation Thèmes présentés Les besoins

Plus en détail

La santé. GAGNE l entreprise. Rendez-vous prévention. Catalogue de formations. www.lasantegagnelentreprise.fr

La santé. GAGNE l entreprise. Rendez-vous prévention. Catalogue de formations. www.lasantegagnelentreprise.fr La santé GAGNE l entreprise Rendez-vous prévention Catalogue de formations www.lasantegagnelentreprise.fr 2 Édito Harmonie Mutuelle a pour volonté d accompagner ses adhérents tout au long de la vie et

Plus en détail

A uto-questionnaire de Dallas (douleur du rachis)

A uto-questionnaire de Dallas (douleur du rachis) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient A uto-questionnaire de Dallas (douleur du rachis) À lire attentivement : ce questionnaire

Plus en détail

LES ACTIONS PREVENTION-SANTÉ EN ENTREPRISES

LES ACTIONS PREVENTION-SANTÉ EN ENTREPRISES Aujourd hui, pour une entreprise «responsable», la santé de tous ses collaborateurs présente un enjeu primordial. Pour la bonne marche de l entreprise, il est évident que des salariés en meilleure santé

Plus en détail

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Bruxelles, juillet 2014 La nouvelle enquête de la concernant le comportement des fumeurs montre que la cigarette électronique n a pas connu

Plus en détail

Service de la. Petite. Enfance. Ville de Vernier

Service de la. Petite. Enfance. Ville de Vernier Service de la Petite Enfance Ville de Vernier Préface de Thierry Apothéloz Pour Vernier, il y a 10 ans, municipaliser le secteur de la petite enfance a été une décision ambitieuse, visionnaire et un acte

Plus en détail

Dossier de presse. Contacts presse

Dossier de presse. Contacts presse Dossier de presse Contacts presse Sylvie MULLER Chargée de communication 21 avenue Foch 57018 METZ Tél. 03 87 39 40 61 Portable 06 34 46 73 52 sylvie.muller@secumines.org Stéphanie FIRETTO Responsable

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

Service de Formation à la Vie Autonome

Service de Formation à la Vie Autonome Service de Formation à la Vie Autonome Une formation qui s adresse à des jeunes adultes ayant une déficience intellectuelle, qui souhaitent apprendre à vivre de manière plus autonome au quotidien Pro infirmis

Plus en détail

Etude auprès de la population suisse concernant les médecines complémentaires. réalisée pour la Fondation ASCA

Etude auprès de la population suisse concernant les médecines complémentaires. réalisée pour la Fondation ASCA Etude auprès de la population suisse concernant les médecines complémentaires réalisée pour la Fondation ASCA Octobre 01 1. Descriptif de la recherche Contexte & objectifs de l enquête Pionnière en Suisse

Plus en détail