QUI ÊTES-VOUS? participants-recherches

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUI ÊTES-VOUS? http://www.plusqu1souvenir.ca/ce-quest-un-trauma/ participants-recherches"

Transcription

1 Juin 2013!

2 QUI ÊTES-VOUS? participants-recherches

3 QUI ÊTES-VOUS?? article html lescyberquetes5_fichiers/loterie5.html

4 PLAN DE LA RENCONTRE Ø Mise en contexte Ø Une grille de première génération Ø Une grille de 2 e et 3 e génération Pistes à explorer Quelques mots sur la notation Ø Une grille pour demain La grille intégratrice des 3P

5 MISE EN CONTEXTE Pourquoi des grilles à échelles descriptives?

6 MISE EN CONTEXTE compétences

7 MISE EN CONTEXTE Concept de compétence Savoir-agir complexe prenant appui sur la mobilisation et la combinaison efficaces d une variété de ressources internes et externes à l intérieur d une famille de situations. Jacques Tardif, 2006 Objets différents pas factuel nuancé complexe multidimensionnel varié diversifié Nous devons rendre explicites plusieurs considérations pour être en mesure d apprécier ces manifestations diversifiées de compétence

8 MISE EN CONTEXTE Mesurer ou évaluer Évaluer n équivaut pas à enregistrer de manière externe et objective des acquis, comme le thermomètre indique la température, sans l intervention de l homme, Au contraire, évaluer des acquis revient à construire un point de vue sur des performances censées représenter des acquis. Romainville 2012.

9 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Première étape : Élaborer une tâche et un contexte. Deuxième étape : Apprécier le produit, le processus ou le propos. Troisième étape : Identifier les indicateurs prédominants. Quatrième étape Formuler adéquatement les critères d évaluation. Cinquième étape : Effectuer une vérification taxonomique. Sixième étape : Choisir le type de grille approprié. Septième étape : Combien de niveaux de performance? Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Neuvième étape : Éviter les pièges. Dixième étape : Valider l outil.

10 MISE EN CONTEXTE Question préalable Les grilles d évaluation à échelles descriptives se prêtent-elles à toutes les sauces? Est-il opportun de bâtir une grille d évaluation à échelles descriptives dans votre cours?

11 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Première étape : Élaborer une tâche et un contexte. Déterminer la tâche complexe, représentative de la compétence attendue, qui sera demandée à l étudiant. Élaborer une mise en situation contextualisée Indiquer la tâche Rédiger les consignes

12 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Première étape : Élaborer une tâche et un contexte. Vous suivez un cours crédité sur l évaluation des apprentissages. La compétence est d évaluer les apprentissages à l aide d outils de jugement appropriés. Le TP1 est d élaborer un portfolio qui documente les étapes de construction d une grille à échelle descriptive pour l épreuve finale d un de vos cours.

13 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Deuxième étape : Apprécier le produit, le processus, ou le propos. Pour mieux apprécier la manifestation d une compétence, il faut porter des regards pluriels sur ce qui est démontré : 3P - produit (production, performance) - processus (comment il s y est pris, progression) - propos (discours, justification)

14 APPRÉCIER LE PRODUIT https://www.utbm.fr/formations-dingenieur/ingenieure-parapprentissage/ingenieure-genieelectrique/projet-suprakart.html langage=1&maindossier=21&page=17 http : id_2 //ma-p la 6 DEV 694/t nete.co it ENU -OEU le_bou m/blog/ TS v VRE S-D- -DE-PA iew/ PIER ART / S-

15 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Deuxième étape : Apprécier le produit, le processus, ou le propos. il convient de s assurer que la situation dans laquelle un élève est placé pour démontrer telle ou telle compétence l incite vraiment à cette mobilisation. Il n existe pas une infinité de moyens pour s en assurer. La réponse produite ou le fait que la tâche ait été accomplie avec succès ne suffisent pas. Il faut observer des indices du cheminement de l élève. Scallon, 2004

16 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Deuxième étape : Apprécier le produit, le processus, ou le propos. Traditionnellement, c est la performance observée qui compte, si bien qu on a presque toujours ignoré le cheminement suivi ou la démarche empruntée par l individu pour répondre à une question ou résoudre un problème. Beaucoup d Informations sont perdues dans une situation d observation où seul compte le produit Rien ne prouve qu une mauvaise réponse est un signe d ignorance ou d incompétence. Rien ne prouve non plus qu une bonne réponse est le fruit d un savoir et d un savoir-faire accomplis. D où l Intérêt, dans le cadre de l appréciation d une performance de s intéresser au chemin parcouru par l individu pour arriver à la solution du problème. Scallon, 2004

17 APPRÉCIER LE PROCESSUS monsite.php?id=216 L étudiant doit nous laisser des traces

18 APPRÉCIER LE PROCESSUS JOURNAL DE BORD DOSSIER DE PRESSE https://www.manilla.com/what-is-manilla/ document-storage/ m/index.php/cpath/598_598 DOSSIER D ÉTUDE

19 APPRÉCIER LE PROCESSUS Maquette des sources d inspiration mu monsite.c siqueamapor tee.eom/ Cahier de croquis ile_inconnue 48_/index.html / pot.ca s g o l b ff. alako e.html m j d e hiv /m 03_01_arc _ 2012

20 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Deuxième étape : Apprécier le produit, le processus, ou le propos. validité

21 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Deuxième étape : Apprécier le produit, le processus, ou le propos. Validité : Capacité d un instrument à mesurer réellement ce qu il doit mesurer, selon l utilisation que l on veut en faire. (Legendre R., Dictionnaire actuel de l éducation, 2005) Validité de contenu : Tâche représentative de la compétence Validité de construit : Accumulation progressive de données que l épreuve mesure ce qu elle prétend mesures Observer le cheminement de l élève (son processus) afin de s assurer que la situation a provoqué un effort de mobilisation validité de construit Comment? observation directe, rapport écrit de l élève sur sa démarche, justification via un journal de bord, portfolio Inspiré de Scallon 2004

22 APPRÉCIER LE PROPOS

23 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Deuxième étape : Apprécier le produit, le processus, ou le propos. Sur quelles dimensions s arrête votre choix? Dans le cadre de l exemple du TP1 (portfolio), je choisis le processus et le propos.

24 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Troisième étape : Identifier les indicateurs prédominants. Sélectionner rigoureusement les indicateurs prédominants qui témoigneront de la maîtrise des apprentissages dans une perspective de tâche complexe, intégratrice et globalisante tout en étant prudent quant au nombre d indicateurs mis de l avant.

25 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Troisième étape : Identifier les indicateurs prédominants. La tâche : Élaborer un portfolio qui documente les étapes de construction d une grille à échelle descriptive pour l épreuve finale d un de vos cours. 1- Traces de chacune des étapes du processus; 2- Formulation des critères d évaluation sur lesquels s appuient la grille; 3- Description des échelons proposés pour baliser le jugement. 4- Identification des pistes d amélioration

26 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Quatrième étape : Formuler adéquatement les critères d évaluation. Exercice chocolat J /ce-quest-un-trauma/ participants-recherches

27 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Quatrième étape : Formuler adéquatement les critères d évaluation. Observable Pertinent Univoque En lien avec le produit, le processus ou le propos

28 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Quatrième étape : Formuler adéquatement les critères d évaluation. Un indicateur est une manifestation observable des apprentissages (production, comportement, geste, démarche...). Concret. Un critère est une qualité qui correspond à ce que l on attend de cette production, de ce comportement, Abstrait.

29 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Quatrième étape : Formuler adéquatement les critères d évaluation. EXEMPLE DE CRITÈRE D ÉVALUATION CONSTITUÉ D UN INDICATEUR ET D UNE QUALITÉ Rédaction claire de la tâche complexe

30 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Quatrième étape : Formuler adéquatement les critères d évaluation. 1. Documentation claire des étapes du processus de construction d une grille à échelle descriptive 2. Formulation adéquate des critères d évaluation 3. Description évolutive des échelons proposés pour baliser le jugement 4. Identification des pistes d amélioration pertinentes

31 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Quatrième étape : Formuler adéquatement les critères d évaluation. 1. Documentation claire des étapes du processus de construction d une grille à échelle descriptive 2. Formulation adéquate des critères d évaluation 3. Description évolutive des échelons proposés pour baliser le jugement 4. Identification des pistes d amélioration pertinentes ble a v r e? Obs t n e n i t? Per ue q o v i? Un os p o r p t e s u s es c o r P?

32 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Cinquième étape : Effectuer une vérification taxonomique Le niveau d exigence de la tâche doit correspondre au niveau d exigence des critères.

33 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Cinquième étape : Effectuer une vérification taxonomique Le TP1 : élaborer un portfolio qui documente les étapes de construction d une grille à échelle descriptive APPLICATION

34 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Sixième étape : Choisir le type de grille approprié Il y a des grilles à échelles descriptives analytiques Il y a des grilles à échelle descriptive globale Il y a des grilles hybrides

35 UNE ÉCHELLE DESCRIPTIVE ANALYTIQUE Critère 1 / pondération Supérieur Satisfaisant Suf/isant Note de passage Insuf/isant Critère 2 / pondération Critère 3 / pondération Critère 4 / pondération

36 UNE ÉCHELLE DESCRIPTIVE ANALYTIQUE Tâche : Réaliser un dossier d étude (portfolio) qui témoigne d une capacité d analyse et de résolution des histoires de cas, qui documente les pathologies à l étude et qui présente des textes provenant d Internet sur lesquels l étudiant a porté un regard critique.

37 UNE ÉCHELLE DESCRIPTIVE ANALYTIQUE

38 UNE ÉCHELLE DESCRIPTIVE ANALYTIQUE Tâche : Réaliser un dossier d étude (portfolio) qui témoigne d une capacité d analyse et de résolution des histoires de cas, qui documente les pathologies à l étude et qui présente des textes provenant d Internet sur lesquels l étudiant a porté un regard critique. Avantages Inconvénients Ajustements possibles Utile

39 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Sixième étape : Choisir le type de grille approprié Il y a des grilles à échelles descriptives analytiques Il y a des grilles à échelle descriptive globale Il y a des grilles hybrides

40 UNE ÉCHELLE DESCRIPTIVE GLOBALE Critères d évaluation Supérieur Satisfaisant Suf/isant- Note de passage Insuf/isant E

41 UNE ÉCHELLE DESCRIPTIVE GLOBALE Grille d évaluation globale avec échelle descriptive Critères d évaluation 1. Raisonnement clinique approprié à travers les décisions, les justifications et les actions lors de la prise en charge d un bénéficiaire. 2. Application conforme, efficace et sécuritaire des techniques en lien avec la collecte de données évaluatives et le traitement. 3. Communication adéquate avec le bénéficiaire Supérieur (100%) Satisfaisant (80%) Suffisant (60%) En fin de parcours, l élève a été en mesure de démontrer qu il est capable de prendre en charge un des bénéficiaires confiés, de manière à favoriser sa rééducation. Bien que le choix des interventions ne soit pas toujours varié, les techniques proposées sont pertinentes et s appuient sur un raisonnement clinique de base. L étudiant a besoin d être encadré par un questionnement plus soutenu mais parvient à faire des choix bénéfiques pour le patient. La justification n est pas toujours celle attendue mais démontre une capacité à faire certains liens. L application des techniques (bilans et traitement) permet d obtenir des résultats. Si l élève a rencontré des difficultés sur ce plan, il a appris de ses erreurs et il ne répète plus la même erreur lorsqu il se retrouve avec un nouveau patient. La capacité d adaptation n est pas toujours à point mais l élève voit la nécessité de s ajuster. Quant aux habiletés de communication, certains élèves peuvent être déjà très habiles alors que certains autres doivent poursuivre leur progression quant à leur approche, leurs consignes, etc. Insuffisant Echec

42 UNE ÉCHELLE DESCRIPTIVE GLOBALE Suffisant (60 %) En fin de parcours, l élève a été en mesure de démontrer qu il est capable de prendre en charge un des bénéficiaires confiés, de manière à favoriser sa rééducation. Bien que le choix des interventions ne soit pas toujours varié, les techniques proposées sont pertinentes et s appuient sur un raisonnement clinique de base. L étudiant a besoin d être encadré par un questionnement plus soutenu mais parvient à faire des choix bénéfiques pour le patient. La justification n est pas toujours celle attendue mais démontre une capacité à faire certains liens. L application des techniques (bilans et traitement) permet d obtenir des résultats. Si l élève a rencontré des difficultés sur ce plan, il a appris de ses erreurs et il ne répète plus la même erreur lorsqu il se retrouve avec un nouveau patient. La capacité d adaptation n est pas toujours à point mais l élève voit la nécessité de s ajuster. Quant aux habiletés de communication, certains élèves peuvent être déjà très habiles alors que certains autres doivent poursuivre leur progression quant à leur approche, leurs consignes, etc.

43 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Sixième étape : Choisir le type de grille approprié Il y a des grilles à échelles descriptives analytiques Il y a des grilles à échelle descriptive globale Il y a des grilles hybrides

44 UNE GRILLE HYBRIDE POURQUOI PAS? Ø La grille hybride alliant la liste de vérification et l échelle globale Ø La grille hybride combinant des échelles de types variés Ø La grille hybride alliant une échelle uniforme avec l ébauche d un descripteur

45 LA GRILLE HYBRIDE ALLIANT LA LISTE DE VÉRIFICATION ET L ÉCHELLE GLOBALE Tâche Critères d évaluation Histoires de cas : Arthrose: Oui Non Hernie discale : Oui Non Entorse : Oui Non Sténose spinale: Oui Non Spondylolisthésis : Oui Non Fractures : Oui Non Documenter les Pathologies : Arthrose : Oui Non Hernie discale: Oui Non Entorse : Oui Non Sténose spinale : Oui Non Spondylolisthésis : Oui Non Fractures : Oui Non

46 LA GRILLE HYBRIDE COMBINANT DES ÉCHELLES DE TYPES VARIÉS

47 LA GRILLE HYBRIDE ALLIANT UNE ÉCHELLE UNIFORME AVEC L ÉBAUCHE D UN DESCRIPTEUR Critères d Évaluation Adaptation appropriée des pratiques d évaluation formative Les adaptations proposées sont décrites clairement. Elles sont cohérentes avec les objectifs visés. Elles favorisent la participation de l élève. Elles s appuient sur des références. Excellent Satisfaisant Suffisant Insuffisant Excellent : adéquat pour tous les points Satisfaisant : ajustements mineurs Suffisant : sommaire, en progression Insuffisant : pas de traces observables Cet exemple est inspiré des travaux de Angela Mastracci, cégep Marie-Victorin

48 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Sixième étape : Choisir le type de grille approprié Il y a des grilles à échelles descriptives analytiques Il y a des grilles à échelle descriptive globale Il y a des grilles hybrides

49 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Septième étape : Combien de niveaux de performance?? 3 à 6 échelons

50 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. En s appuyant sur les critères d évaluation, quelle est la description qui correspond aux attentes? Il est souvent plus facile de rédiger d abord le niveau supérieur, puis le niveau insuffisant. L enjeu le plus important est d identifier le standard de performance correspondant au seuil minimal de performance (seuil de réussite)

51 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Critères d évaluation 1. Documentation claire des étapes du processus de construction d une grille à échelle descriptive 2. Formulation adéquate des critères d évaluation 3. Description évolutive des échelons proposés pour baliser le jugement 4. Identification des pistes d amélioration pertinentes

52 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Supérieur : le portfolio documente clairement plusieurs essais revus et améliorés en lien avec chacune des 10 étapes du processus de construction d une grille à échelle descriptive. Les étapes ont été appliquées adéquatement à un cours du collégial notamment sur le plan de la formulation des critères d évaluation qui sont constitués d un indicateur et d une qualité. Un travail a été amorcé sur le plan de la progression des échelons d un niveau à l autre et les traces de différentes versions permettent d en apprécier l évolution. Des pistes d améliorations pertinentes ont été identifiées.

53 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Insuffisant : le portfolio documente clairement quelques étapes du processus de construction d une grille à échelle descriptive. Les étapes ont été appliquées à un cours du collégial. Certaines étapes n ont aucune trace pour témoigner du travail accompli ou encore des erreurs conceptuelles sont observables sur le plan de la formulation des critères ou de la progression des échelons d un niveau à l autre.

54 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Seuil de réussite : le portfolio documente clairement chacune des étapes du processus de construction d une grille à échelle descriptive en présentant au moins une tentative pour chacune d entre elles. Les étapes ont été appliquées à un cours du collégial. Certaines étapes du processus devront être revues et ajustées. Les critères d évaluation sont constitués d un indicateur et d une qualité.

55 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Supérieur Satisfaisant Minimal (60%) Insuffisant

56 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Satisfaisant: le portfolio documente clairement chacune des étapes du processus de construction d une grille à échelle descriptive en présentant au moins une tentative pour chacune d entre elles. Les étapes ont été appliquées adéquatement à un cours du collégial. notamment sur le plan de la formulation des critères d évaluation qui sont constitués d un indicateur et d une qualité. Un travail a été amorcé sur le plan de la progression des échelons d un niveau à l autre et les traces de différentes versions permettent d en apprécier l évolution. Des pistes d améliorations pertinentes ont été identifiées.

57 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Supérieur Satisfaisant Minimal (60%) Insuffisant

58 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Neuvième étape : Éviter les pièges. Critères d évaluation trop nombreux Le quantitatif déguisé en qualitatif L étudiant plutôt que le travail de l étudiant La formulation négative La gradation maladroite Ne pas chercher à tout prévoir wp-content/uploads/2010/10/ PiegeParPapa jpg

59 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Neuvième étape : Éviter les pièges. Le quantitatif déguisé en qualitatif Supérieur 20 Très satisfaisant 17 Satisfaisant 14 Suffisant 12 Insuffisant Présentation de tous les éléments obligatoires, plus des éléments complémentaires pour toutes les pathologies et ce en faisant preuve de créativité. Présentation de tous les éléments obligatoires, plus des éléments complémentaires pour la majorité des pathologies. Présentation de la majorité des éléments obligatoires, plus des éléments complémentaire s pour la majorité des pathologies. Présentation de tous les éléments obligatoires ou présentation des éléments complémentaires pour la majorité des pathologies. Ne présente pas les documents obligatoires et peu d éléments complémentaires.

60 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Neuvième étape : Éviter les pièges. Éviter les formulations débutant par : L étudiant est Remplacer par : Le travail de l étudiant

61 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Neuvième étape : Éviter les pièges. Éviter les formulations négatives, surtout au niveau insuffisant. Tenter de décrire ce qui est fait plutôt que ce qui n est pas fait.

62 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Neuvième étape : Éviter les pièges. La gradation maladroite d un échelon à l autre

63 La gradation maladroite Excellent 19/20 20/20 L étudiant élabore un dossier d étude très bien structuré dans lequel il insère toutes les activités d'apprentissage qu il effectue en dehors du cours. Il y a plusieurs éléments de recherche exploités efficacement. Les informations présentées sont exactes, pertinentes, variées et en quantité suffisante (3 activités par cours) pour favoriser l apprentissage des notions essentielles de chacun des cours. L étudiant se démarque en intégrant à son dossier plusieurs initiatives qui vont au-delà des exercices d appropriation proposés en classe. Très bien 16/20 17/20 18/20 L étudiant élabore un dossier d étude très bien structuré dans lequel il insère toutes les activités d'apprentissage qu il effectue en dehors du cours. Il y a plusieurs éléments de recherche exploités efficacement. Les informations présentées sont exactes, pertinentes, variées et en quantité suffisante (2 à 3 activités par cours) pour favoriser l apprentissage des notions essentielles de chacun des cours. L étudiant intègre essentiellement les exercices d appropriation proposés en classe. Bien 14/20 15/20 L étudiant élabore un dossier d étude très bien structuré dans lequel il insère toutes les activités d'apprentissage qu il effectue en dehors du cours. Il y a plusieurs éléments de recherche exploités efficacement. Les informations présentées sont assez exactes, pertinentes, variées et en quantité suffisante (2 activités par cours) pour favoriser l apprentissage des notions essentielles de la majorité des cours. L étudiant intègre essentiellement les exercices d appropriation proposés en classe. Suffisant 12/20 13/20 L étudiant élabore un dossier d étude structuré dans lequel il insère toutes les activités d'apprentissage qu il effectue en dehors du cours. Il y a quelques éléments de recherche exploités efficacement. Les informations présentées sont pertinentes, variées mais la quantité est minimale (1 activité) pour favoriser l apprentissage des notions essentielles de chacun des cours. Quelques activités peuvent contenir des erreurs. Insuffisant Inférieur à 8/20 9/20 11/20 L étudiant élabore un dossier d étude dans lequel il insère toutes les activités d'apprentissage qu il effectue en dehors du cours. Il y a peu d éléments de recherche exploités. Les informations présentées sont pertinentes, mais elles sont en quantité insuffisante pour favoriser l apprentissage des notions essentielles de chacun des cours. Plusieurs activités peuvent contenir des erreurs. Commentaires additionnels au besoin :

64 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Neuvième étape : Éviter les pièges. La gradation : identifier les zones de tolérance Raisonnement clinique approprié Application conforme et sécuritaire des techniques Communication et relations interpersonnelles adéquates Rédaction d un dossier qui respecte les normes établies Manifestation d attitudes professionnelles appropriées

65 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Neuvième étape : Éviter les pièges. Ne pas chercher à tout prévoir Le flou des échelles d appréciation est le jeu de l engrenage pour éviter que la machine ne se bloque. PERRENOUD, 1984

66 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Neuvième étape : Éviter les pièges. Critères d évaluation trop nombreux (4) Le quantitatif déguisé en qualitatif L étudiant plutôt que le travail de l étudiant La formulation négative La gradation maladroite Ne pas chercher à tout prévoir Seuil de réussite : le portfolio documente clairement chacune des étapes du processus de construction d une grille à échelle descriptive en présentant au moins une tentative pour chacune d entre elles. Les étapes ont été appliquées à un cours du collégial. Certaines étapes du processus devront être revues et ajustées. Les critères d évaluation sont constitués d un indicateur et d une qualité.

67 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Dixième étape : Valider la grille. Collègues... Étudiants... Recherche...

68 UNE GRILLE DE PREMIÈRE GÉNÉRATION Première étape : Élaborer une tâche et un contexte. Deuxième étape : Apprécier le produit, le processus ou le propos. Troisième étape : Identifier les indicateurs prédominants. Quatrième étape Formuler adéquatement les critères d évaluation. Cinquième étape : Effectuer une vérification taxonomique. Sixième étape : Choisir le type de grille approprié Septième étape : Combien de niveaux de performance? Huitième étape : Procéder à une description détaillée des résultats attendus à chacun des niveaux. Neuvième étape : Éviter les pièges. Dixième étape : Valider l outil.

69 UNE GRILLE DE 2 E ET 3 E GÉNÉRATION Pistes à explorer Préciser les concepts francais.html

70 UNE GRILLE DE 2E ET 3E GÉNÉRATION Pistes à explorer Revoir le nombre d échelons Supérieur Satisfaisant Minimal (60%) Insuffisant

71 UNE GRILLE DE 2 E ET 3 E GÉNÉRATION Pistes à explorer Rédiger plus d un niveau insuffisant Excellent 100% Très bien 85% Bien 70% Minimal 60% Insuffisant 50 % Pauvre 25 % et -

72 UNE GRILLE DE 2 E ET 3 E GÉNÉRATION Quelques mots sur la notation Excellent 100% Très bien 85% Bien 70% Minimal 60% Insuffisant 50 % Pauvre 25 % et - Excellent Très bien Bien Minimal Insuffisant Pauvre 39 et - Supérieur Satisfaisant Minimal 60 Insuffisant Pauvre 20 et -

73 UNE GRILLE POUR DEMAIN La grille intégratrice des 3P Supérieur Procède par lui-même à une rééducation efficace (démarche rééducative complète) d une condition cervicale ou dorsale en utilisant un raisonnement clinique approprié c est-à-dire qu en regard de la pathologie et du portrait global du bénéficiaire fictif, il génère plusieurs idées pertinentes qu il peut justifier tout en étant capable de les mettre en œuvre adéquatement, en s adaptant au besoin. De plus, l élève a fait la démonstration dans son dossier d étude qu il est apte à rééduquer plusieurs autres pathologies. Son cahier témoigne d une réflexion approfondie sur chacune des histoires de cas. Satisfaisant Procède à une rééducation efficace (démarche rééducative complète) d une condition cervicale ou dorsale en utilisant un raisonnement clinique valable. Il peut avoir besoin d être pisté mais en regard de la pathologie et du portrait global du bénéficiaire fictif, il est capable de générer certaines idées pertinentes qu il peut justifier tout en étant capable de les mettre en œuvre adéquatement, en s adaptant au besoin. Les interventions peuvent nécessiter des ajustements mineurs mais les interventions donnent des résultats acceptables. De plus, l élève a fait la démonstration dans son dossier d étude qu il est apte à rééduquer plusieurs autres pathologies. Son cahier, plus ou moins étoffé, témoigne d une réflexion qui cible les éléments essentiels de chacune des histoires de cas. Suffisant 60 Procède à une rééducation (démarche rééducative complète) d une condition cervicale ou dorsale en utilisant un raisonnement clinique partiel. Il a besoin d être encadré par un questionnement plus soutenu mais en regard de la pathologie et du portrait global du bénéficiaire fictif, il génère des éléments qui, sans nécessairement être les meilleurs, sont pertinents. La justification n est pas celle attendue mais démontre une capacité à faire certains liens. Les interventions et les ajustements manquent parfois d efficacité et les résultats obtenus sont minimaux. Malgré tout, l élève a fait la démonstration dans son dossier d étude qu il est apte à rééduquer plusieurs autres pathologies. Son cahier, plus ou moins étoffé, témoigne d une réflexion qui cible les éléments essentiels de chacune des histoires de cas.

74 EN TERMINANT Ce qu il est nécessaire d éviter n est pas la subjectivité de l évaluation, mais bien l arbitraire. Gérard Plus que changer ses outils, c est changer son regard qui importe. Gérard 2009

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE Version préliminaire Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et dans le seul but d alléger le texte.

Plus en détail

Élaboration d une grille d évaluation Atelier. Étudiants. pédagogique

Élaboration d une grille d évaluation Atelier. Étudiants. pédagogique Élaboration d une grille d évaluation Atelier Étudiants pédagogique Élaboration d une grille d évaluation Atelier pédagogique à l intention des enseignants universitaires Réjeanne Côté Jacinthe Tardif

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES

APPROCHE PAR COMPÉTENCES APPROCHE PAR COMPÉTENCES GUIDE D ÉLABORATION DES ACTIVITÉS D APPRENTISSAGE Phase I Élaboration du programme d études local Louise Savard Conseillère pédagogique Hiver 2004 Table des matières 1. PROCÉDURE

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015

CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 Dans le but d alléger le texte et d en faciliter la lecture, le masculin a été utilisé comme genre neutre pour désigner aussi bien

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1 Programme d études Vie sociale et politique Novembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Création informatique INF-2102-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine d évaluation

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

CAHIER DE PROGRAMME SOINS INFIRMIERS (180.A0)

CAHIER DE PROGRAMME SOINS INFIRMIERS (180.A0) CAHIER DE PROGRAMME SOINS INFIRMIERS (180.A0) DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pour obtenir un diplôme d études collégiales, vous devez avoir satisfait aux trois conditions suivantes : 1. Avoir réussi

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Règles d élaboration d une évaluation par Questions à Choix Multiple Joël LECHEVALLIER 1

Règles d élaboration d une évaluation par Questions à Choix Multiple Joël LECHEVALLIER 1 Règles d élaboration d une évaluation par Questions à Choix Multiple Joël LECHEVALLIER 1 Préambule Les questions à choix multiple (QCM) sont une méthode à la fois fiable, objective, valide et rentable

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Attestation d études collégiales Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Le programme d attestation d études collégiales (AEC) Courtage immobilier résidentiel est d une durée de 570 heures L'objectif

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.)

Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.) 5100 Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.) 5100.01 Titre I : Dispositions générales Art. 1 - Le Diplôme Européen de Compétences Professionnelles

Plus en détail

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques Outil d autoévaluation LPRPDE Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques table des matières Utilité de cet outil... 3 Utilisation de cet outil... 4 PARTIE 1 : Guide

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Référentiel d évaluation. de l option de base groupée (O.B.G.)

Référentiel d évaluation. de l option de base groupée (O.B.G.) Référentiel d évaluation de l option de base groupée (O.B.G.) Intitulé du profil de formation (section) Technicien-Technicienne en comptabilité Code: 7124 TQ 5 e 6 e Date d approbation par la commission

Plus en détail

Le présent document se trouve dans le site du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport [http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/de/docinfosec.htm].

Le présent document se trouve dans le site du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport [http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/de/docinfosec.htm]. Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2012 ISSN : 1927-8527 (en ligne) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 Le présent document se trouve

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Document d accompagnement. de la 1 re à la 8 e année. Exemples de tâches et corrigés. 1 re année Tâche 1... 5 Corrigé... 7 Tâche 2... 8 Corrigé...

Document d accompagnement. de la 1 re à la 8 e année. Exemples de tâches et corrigés. 1 re année Tâche 1... 5 Corrigé... 7 Tâche 2... 8 Corrigé... Normes de performance de la Colombie-Britannique Document d accompagnement Mathématiques de la 1 re à la 8 e année Exemples de tâches et corrigés 1 re année Tâche 1... 5 Corrigé... 7 Tâche 2... 8 Corrigé...

Plus en détail

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Entreprise formatrice Candidat/-e Téléphone: Téléphone: Ce document ne doit en aucun cas être montré au candidat après l attribution des points. Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Documentation

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information OFFICE DES NATIONS UNIES A GENEVE UNITED NATIONS OFFICE AT GENEVA Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006 Note d information 1. Un concours de recrutement de professeurs de français

Plus en détail

Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires

Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires 2955, boulevard de l Université, Sherbrooke (Québec) J1K 2Y3 Téléphone : 819 822-5540 Télécopieur : 819 822-5286 Le concept de besoin Dans

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

DOCUMENT D'INFORMATION

DOCUMENT D'INFORMATION DOCUMENT D'INFORMATION ÉPREUVES UNIQUES Mathématique 436 068-436 de quatrième année du secondaire Mathématique 514 068-514 de cinquième année du secondaire Juin 2003 Août 2003 Janvier 2004 Ce document

Plus en détail

PLAN DE COURS. Département de sociologie Université du Québec à Montréal

PLAN DE COURS. Département de sociologie Université du Québec à Montréal PLAN DE COURS Département de sociologie Université du Québec à Montréal Sigle : SOC 1011 Groupe : 10 Titre : Méthodes de recherche en sociologie I Session : Hiver 2015 Enseignant : Romain Paumier Téléphone

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

LA BATTERIE DU PORTABLE

LA BATTERIE DU PORTABLE LA BATTERIE DU PORTABLE Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 4 Narration de séance et productions d élèves... 5 1 Fiche professeur LA BATTERIE DU PORTABLE Niveaux et objectifs pédagogiques

Plus en détail

Comment faire avancer un engin roulant le plus loin possible sans le toucher?

Comment faire avancer un engin roulant le plus loin possible sans le toucher? Défi n 6 Cycle 2 Comment faire avancer un engin roulant le plus loin possible sans le toucher? En quoi consiste ce défi?? En la réalisation d un engin roulant doté d un système de propulsion, la présentation

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC)

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) au Collège O Sullivan de Québec Décembre 2007 Introduction L évaluation

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

A.E.C. - Gestion des Applications, TI LEA.BW

A.E.C. - Gestion des Applications, TI LEA.BW A.E.C. - Gestion des Applications, TI LEA.BW Groupe : 00051 Sécurité 420-PKF-SL (2-1-1) Quatrième étape Plan de cours Professeur Nom : Marcel Aubin Courrier électronique : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

CORRECTION BANQUE DUPONT-DURAND

CORRECTION BANQUE DUPONT-DURAND CORRECTION BANQUE DUPONT-DURAND DOSSIER A : GESTION DES COMPTES 20 points A.1 Conservation des relevés de compte 2 A.2 Démarche en cas d anomalie sur relevé 3 A.3 Calcul montant des agios (annexe A) 7

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes Alarme et sécurité Sous Epreuve E12 Travaux pratiques scientifiques sur systèmes 1 ACADEMIE DE REIMS Baccalauréat Professionnel Systèmes Electroniques Numériques C.C.F. de Mathématiques et Sciences Physiques

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Définition 6.1 : Compétences (1/2)

Définition 6.1 : Compétences (1/2) Définition 6.1 : Compétences (1/2) «Caractéristique positive d'un individu témoignant de sa capacité à accomplir certaines tâches. Les compétences sont d'une très grande diversité. ( ) Certaines compétences

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE Règlement Procédure Politique Directive CA CE CG Direction générale Résolution : CA-13-365-7.02.01 Direction : Nouveau document Remplace le document

Plus en détail

GESTION DE LA PRODUCTION EN HABILLEMENT TABLEAUX D ANALYSE ET DE PLANIFICATION FICHES D ÉVALUATION DESCRIPTIONS DES ÉPREUVES

GESTION DE LA PRODUCTION EN HABILLEMENT TABLEAUX D ANALYSE ET DE PLANIFICATION FICHES D ÉVALUATION DESCRIPTIONS DES ÉPREUVES Ministère de l Emploi, de la Formation Professionnelle, du Développement Social et de la Solidarité Département de la Formation Professionnelle SECTEUR TEXTILE HABILLEMENT GESTION DE LA PRODUCTION EN HABILLEMENT

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Carré parfait et son côté

Carré parfait et son côté LE NOMBRE Carré parfait et son côté Résultat d apprentissage Description 8 e année, Le nombre, n 1 Démontrer une compréhension des carrés parfaits et des racines carrées (se limitant aux nombres entiers

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation L évaluation d unités académiques à l Université de Genève Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation Programmes de formation de base, approfondie et continue Bureau qualité Guide pour la rédaction

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B L information suivante est organisée de façon à aider les organismes de bienfaisance à indiquer les dépenses

Plus en détail

Technologie 9 e année (ébauche)

Technologie 9 e année (ébauche) Conseil scolaire acadien provincial École secondaire du Sommet Élaboré par M. J. Saldaña T., BPhB, BEd, MSc Année scolaire 2014 2015 Technologie 9 e année (ébauche) DESCRIPTION DU COURS Pour réussir dans

Plus en détail

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES (PROGRAMME EN ATTENTE) AEC en ASSURANCE DE DOMMAGES DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière T 1 888 758-3654 -

Plus en détail

Tout dépend de ce qu on veut évaluer

Tout dépend de ce qu on veut évaluer Tout dépend de ce qu on veut évaluer François-Marie GERARD 1 Parent d élèves, je m interroge souvent lors de la remise d interrogations ou de bulletins. Mes enfants sont crédités d une «note» plus ou moins

Plus en détail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Présentation en soutien au webinaire réalisé dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE?

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE? Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 3 www.optigede.ademe.fr CONSTRUIRE UNE ET ELABORER UN NAIRE? Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités locales

Plus en détail

Plan de cours. Chiffriers et bases de données en gestion commerciale

Plan de cours. Chiffriers et bases de données en gestion commerciale Collège Lionel-Groulx 100, rue Duquet Sainte-Thérèse, (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 430-2783 Site Internet : http://www.clg.qc.ca Session : Hiver 2009 No de cours : 420-CJ0-LG

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE

Plus en détail

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES Les enjeux : L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES La réalisation de l étude de gestion va se faire dans le cadre d un travail collaboratif et va vous amener à découvrir ce qu est le travail

Plus en détail

Créer un compte personnel ou professionnel Facebook

Créer un compte personnel ou professionnel Facebook Créer un compte personnel ou professionnel Facebook Introduction: Facebook est un réseau social populaire gratuit qui permet d être en lien avec ses amis, partager des centres d intérêts, créer des évènements

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

N 1762 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1762 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1762 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 juillet 2004. PROPOSITION DE LOI tendant à redonner au salarié la

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets?

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Résumé Christine Jacqmot et Elie Milgrom FA2L scrl «Mon cours intéresse-t-il

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis Avis n 2010/05-10 relatif à l habilitation de l École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) à délivrer des titres d ingénieur diplômé admis par l état Objet : G : accréditation et admission par l'état

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

FICHES D ÉVALUATION FORMATIVE

FICHES D ÉVALUATION FORMATIVE COMPOSANTE ENFANTS VULNERABLES FICHES D ÉVALUATION FORMATIVE RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ENFANTS DANS LE DAARA Domaines «Langue et Communication» «Mathématiques» «Compétence de Vie courante» «Découverte du

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Fiche pédagogique du projet DACEFI-2

Fiche pédagogique du projet DACEFI-2 pédagogique du projet DACEFI-2 Fiche pédagogique N 2D Module 2 Renforcement des entités de gestion --- La création et la gestion d un compte en banque Contexte de la réunion Le projet DACEFI 2 développe

Plus en détail

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Jacinthe Savard, inf. M. Sc. Andrée-Anne Picard, inf. B. Sc. AEESICQ St-Jean-sur-Richelieu 2009 Plan de présentation Activités d apprentissage et

Plus en détail

Grilles d évaluations

Grilles d évaluations Grilles d évaluations 1) Quelques définitions Evaluer (De Ketele 1 ) signifie : Recueillir un ensemble d informations suffisamment pertinentes, valides et fiables Et examiner le degré d adéquation entre

Plus en détail

>> TECHNIQUES DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION 410.B0

>> TECHNIQUES DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION 410.B0 Pondération : le 1 er chiffre représente le nombre d heures de théorie, le 2 e chiffre représente le nombre d heures de laboratoire et le 3 e chiffre représente le nombre d heures de travail personnel.

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Patronage: veb.ch, Société suisse des employés de commerce Règlement d examen Applicable

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique

Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Spécialité Energie et Environnement Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique Thème

Plus en détail

UM iéë=j~ëíéêë=bìêçé Éåë=EjbF ÇÉ=åáîÉ~ì=HR

UM iéë=j~ëíéêë=bìêçé Éåë=EjbF ÇÉ=åáîÉ~ì=HR UM iéë=j~ëíéêë=bìêçé Éåë=EjbF ÇÉ=åáîÉ~ì=HR UMNM o ÖäÉãÉåí=ëé ÅáÑáèìÉ=ÇÉë=Éñ~ãÉåë=ÇÉë j~ëíéêë=bìêçé Éåë=EjbF UMOM ^êåüáíéåíìêé=d å ê~äé=çéë=j~ëíéêë=bìêçé Éåë UMPM o Ñ êéåíáéäë=é~ê=råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí UMNM

Plus en détail

Utiliser les calculatrices en classe

Utiliser les calculatrices en classe Les nouveaux programmes de l école primaire Mathématiques Document d accompagnement Utiliser les calculatrices en classe Cycles des apprentissages fondamentaux Cycles des approfondissements Direction de

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MAÎTRISE EN SCIENCES INFIRMIÈRES Profil avec essai UNIVERSITÉ DU QUÉBEC GUIDE DU MODULE D INTÉGRATION PROFIL AVEC ESSAI UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI UNIVERSITÉ

Plus en détail

Principes de mathématiques 12 SÉRIE DE PROBLÈMES. Septembre 2001. Student Assessment and Program Evaluation Branch

Principes de mathématiques 12 SÉRIE DE PROBLÈMES. Septembre 2001. Student Assessment and Program Evaluation Branch Principes de mathématiques 12 SÉRIE DE PROBLÈMES Septembre 2001 Student Assessment and Program Evaluation Branch REMERCIEMENTS Le Ministère de l Éducation tient à remercier chaleureusement les professionnels

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail