Cluster High Performance Computing. Dr. Andreas Koch, Cluster Specialist

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cluster High Performance Computing. Dr. Andreas Koch, Cluster Specialist"

Transcription

1 Cluster High Performance Computing Dr. Andreas Koch, Cluster Specialist

2 TABLE DES MATIÈRES 1 RÉSUMÉ INTRODUCTION STRUCTURE D UN CLUSTER HPC INTRODUCTION MONTAGE SIMPLE LES TYPES D EXPLOITATION Gestion de batchs Exploitation parallèle GESTION DES TÂCHES ET CONTRÔLE DES NOEUDS LES DIFFÉRENTS TYPES D INSTALLATION LES DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX TAILLE DU FRONTEND ARCHITECTURE DE NOEUDS OPTIMALE LES DIFFÉRENTES TECHNIQUES D INSTALLATION CARACTÉRISTIQUES D APPROVISIONNEMENT L APPEL D OFFRE ENTRETIEN EXTENSION DU CLUSTER EXEMPLES D INTÉGRATION CONCLUSION ET PERSPECTIVES...20 Ce document appartient à la propriété de transtec AG. Il ne peut être en aucun cas et sans accord préalable de son auteur, copié, publié ou encore polycopié sous quelque forme que ce soit. Toutes les informations contenues dans ce document ont été rassemblées avec le plus grand soin. Cependant, il n est pas exclu que certaines informations soient erronées. transtec AG et l auteur de ce document ne peuvent être tenus responsables pour d éventuelles erreurs et les conséquences qui pourraient en découler. Dans la présente, la dénomination de logiciels et matériel informatique sont indiqués par des marques déposées. Ils sont utilisés sans accord préalable de l entreprise. L utilisation de marques déposées dans les pages suivantes ne signifie en aucun cas l acceptation d une utilisation libre de ces noms, dans le respect de la protection des marques déposées. transtec AG page 2/2

3 1 RÉSUMÉ Ce rapport vous donne un aperçu des différents systèmes de clusters High Performance Computing (HPC). Il vous explique les principes et les différentes possibilités d une installation ainsi que ses composants, et l influence de chacun d eux dans l infrastructure informatique. De plus, nous vous indiquerons quelques données sur le rapport prix/performance. Afin de faciliter l acquisition à l utilisateur, nous reverrons tous les aspects à prendre en compte pour évaluer la taille de l infrastructure et nous vous expliquerons les bases pour une introduction réussie d un cluster HPC. transtec AG page 3/3

4 2 INTRODUCTION La question de l intégration d un supercalculateur se pose en général pour les trois raisons suivantes : Le problème ne peut être résolu sur un système unique à cause de sa complexité. L utilisateur souhaite obtenir un résultat plus précis L utilisateur souhaite gagner du temps et obtenir des résultats plus rapides. Dans le domaine du HPC, les solutions de mainframe sont les plus courantes, que ce soit des systèmes SMP (symmetric multi-processor) ou MPP (massively parallel processing). Ceux-ci sont constitués avec du matériel informatique de série limitée et incompatible, optimisé pour les besoins de l installation et disponible en général à partir d un seul fournisseur. Typiquement, le «Big-Iron» est une architecture à mémoire partagée, et tous les processeurs ont accès à une mémoire principale commune. Le matériel informatique est flexible et peut soutenir divers systèmes d exploitation. Un des avantages est la transparence de la charge de répartition, qui distribue de manière dynamique les ressources sans l intervention d un utilisateur. L utilisateur ne considère pas le mainframe dans son ensemble, mais simplement la tâche en cours. Au contraire, une solution de cluster HPC est considérée comme une multiplicité de systèmes informatiques usuels, qui n ont pas été installés dans un but particulier (on parle de matériel informatique COTS common-off-the-shelf). L origine de cette idée remonte aux recherches de Thomas Sterling et de Don Becker en Ces deux employés du centre d excellence de la NASA cherchaient des alternatives pour atteindre une performance informatique élevée, et ont suivi la stratégie «divide and conquer». Le résultat de leurs recherches a donné naissance au cluster Beowulf. Généralement, ce sont des structures de mémoire distribuée, à partir desquelles la mémoire principale décentralisée se trouve dans les nœuds individuels et peut être interrogée à partir du CPU local. Le cluster est géré au minimum par un système d administration, et les performances du système sont mis à la disposition de l utilisateur à l aide d un programme additionnel. Les avantages d une solution cluster par rapport à la technique d un mainframe sont les suivantes : Une amélioration considérable du rapport prix/performance Une très bonne modularité Une gestion simplifiée Des coûts de services peu élevés le matériel informatique du cluster peut être réutilisé à d autres fins transtec AG page 4/4

5 La sécurité élevée en cas de panne est au moins aussi bonne que pour les mainframes. Grâce aux modules d instructions et exécutions doubles, le résultat est calculé deux fois de manière totalement indépendante. En plus du très bon rapport prix/performance, la possibilité d extension très simple est un argument classique pour les budgets de départ plutôt minimes. L administrateur peut allouer chaque année une partie de son budget pour acheter le matériel supplémentaire, sans avoir à déduire des investissements sur du matériel plus ancien. La part de marché des clusters HPC dans le domaine des supercalculateurs augmente de manière continue. Par exemple, la part des clusters dans la liste du top 500 des calculateurs les plus puissants au monde représentait 2% seulement au premier semestre 2000 alors qu elle se situait au premier semestre 2003 autour des 30%. transtec AG page 5/5

6 3 STRUCTURE D UN CLUSTER HPC 3.1 Introduction Du point de vue des utilisateurs, un cluster représente une interface de logiciels, qui permet de répartir les applications sur les différentes ressources. Ces programmes, appelés également middleware, se reposent sur un système d exploitation. Les tâches du calculateur sont reparties sur les différents processeurs sur le réseau dédié. Nous allons étudier dans ce document tous les aspects à prendre en compte lors de l acquisition d un cluster. Schéma 1: Montage classique d un système de cluster HPC 3.2 Montage simple Un cluster HPC est en principe composé d une multitude de noeuds et d un ou plusieurs calculateurs reliés. En général, le matériel informatique nécessaire est bon marché et provient du segment IA32, aussi connu dans le domaine des PC (Personal Computer). Le nombre de nœuds varie en règle générale entre 8 et 256 nœuds, mais certains clusters en possèdent des milliers. Le centre d accès est qualifié de frontend, serveur de nœuds ou encore nœud principal (Head Node). Les nœuds de calculs sont des nœuds informatiques (Compute Nodes). transtec AG page 6/6

7 Dans certains cas particuliers, le centre de nœuds peut prendre le rôle du frontend («entraîneur de jeux»). Cependant, cette situation n est à conseiller que dans de petites installations, et le cluster ne devrait être utilisé que dans des gestions de batchs (voir cidessous). 3.3 Les types d exploitation Un cluster peut être installé en batch ou dans une exploitation parallèle Gestion de batchs Dans le premier cas, tous les nœuds fonctionnent à partir d un programme unique. Différentes tâches ou données sont livrées vers les nœuds à partir du frontend. Une fois exécutés, les résultats sont envoyés au frontend, qui va les archiver en ordre correct suite à un examen rapide de plausibilité. Dès que le résultat est livré, la tâche suivante est distribuée. Un exemple de ces modes d exploitation est le calcul des séquences de film (Rendering Farm). Le calcul d images qui disposent du même raytracing (technique de rendu qui calcule l image d une scène en simulant le déplacement des rayons lumineux) s effectue sur tous les nœuds, mais chaque nœud individuel calcule une autre partie d image. La durée du calcul pour une image dépend du contenu de l information, et le résultat n est pas forcément envoyé dans le bon ordre. Le classement et la sauvegarde dans un ordre correct sont pris en charge par le frontend Exploitation parallèle Dans une exploitation parallèle, tous les nœuds calculent en même temps un résultat commun. Pour reprendre l exemple du raytracing, on pourrait imaginer que dans un cluster à 4 nœuds, le premier calcule le contenu du quart de l image en haut à gauche, le deuxième le quart de l image en haut à droite, etc. Dans ce cas, plusieurs surfaces identiques sont calculées par différents nœuds en même temps et une harmonisation est nécessaire afin de synchroniser les données. Faute de quoi, dans l exemple ci-dessus, on verrait dans la transmission une partie d image après l autre, ce qui créerait des cicatrices. L installation d un cluster en exploitation parallèle requiert des conditions techniques particulières, qui doivent être détaillées. Vous trouverez des exemples supplémentaires à propos de l installation dans le chapitre 4. Une amélioration de la performance significative dans ces deux types d exploitation est prévue avec l installation de compilateurs spéciaux. Dans ce cas, les performances de plusieurs alternatives de compilateurs doivent être comparées. Comme possibilité, on peut envisager l installation du compilateur choisi dans l optimisation de l architecture et provenant du fabricant de processeurs. transtec AG page 7/7

8 3.4 Gestion des tâches et contrôle des noeuds Le calculateur central calcule l exploitation des noeuds. C est le seul à avoir des contacts directs avec le reste du réseau. L utilisateur se connecte uniquement au frontend, en général en remote. Les centres de nœuds vont attribuer des adresses IP du domaine privé. L accès contrôlé est possible pour l administrateur uniquement à partir du frontend. Un système de files d attentes réglemente l arrivée des tâches vers les nœuds. La demande de l utilisateur est inscrite sur la liste d attente et est traitée par le système automatiquement. L administrateur peut attribuer des préférences. Par exemple, l utilisateur peut limiter le nombre de nœuds. Il peut aussi accorder des périodes de temps, dans lesquelles des tâches interactives sont réservées. Comme systèmes typiques de files d attentes, on trouve OpenPBS ou Sun GridEngine. 1 Si un noeud tombe en panne, la dernière demande à traiter sera envoyée sur un autre noeud et l administrateur recevra par un avertissement à propos de la panne. Les paramètres d exploitation des nœuds comme la température, le nombre de rotations des ventilateurs ou les tensions du système sont traités à l aide de modules comme LMSensors. Le cas échéant, des mesures préventives peuvent être prises. 3.5 Les différents types d installation Plusieurs possibilités peuvent être choisies pour l installation et la configuration de systèmes d exploitation sur un cluster. Ces choix sont influencés par le degré d information de l administrateur ou par la flexibilité de l utilisation. Dans tous les cas, les adresses MAC des nœuds disponibles sont déposées pour la détermination des ressources dans un tableau Look up dans le frontend. La version classique est l installation locale du système d exploitation dans le frontend mais aussi dans les nœuds. L utilisation est relativement simple et de grandes connaissances ne sont pas nécessaires. L inconvénient de cette solution est l énorme administration qu elle représente. Par exemple, dans le cadre de la maintenance du système d exploitation, pour la mise à jour (kernel update), il faut procéder à une mise à jour de chacun des nœuds. 1 En comparaison, le terme Gridcomputing se réfère à un calculateur décentralisé, et réparti sur un système d emplacement unique ou un centre informatique complet, mis à disposition des utilisateurs lors de temps creux de fonctionnement. Dans l ensemble, ces clusters peuvent aussi atteindre une grande valeur. Un exemple type est le projet Avec le programme Boinc (Berkerly Open Infrastructure for Networking Computing), les ressources sont entièrement utilisées. transtec AG page 8/8

9 Le concept du Boot-from-LAN peut être une solution. Dans ce cas, les images correspondantes sont enregistrées sur le frontend, qui les charge au démarrage sur les cartes réseau. Le nœud doit seulement être compatible PXE (PXE = Pre-Execution Environment). Le disque dur en place sert uniquement à livrer les résultats intermédiaires. Dans ce cas, un disque dur IDE de 40 Go est suffisant. Si les performances d exportation doivent être importantes (Scratchen), on peut envisager deux disques durs dans un RAID 0, ou encore un disque dur SCSI rapide. Une optimisation supplémentaire de l installation est possible avec un classement permanent du système d exploitation après le redémarrage en RAM. Dans ce cas, le trafic inutile sur le réseau est réduit, ce qui pourrait provoquer une surcharge du LAN. Dans la pratique, on peut renoncer facilement à un CDROM ou à un FDD, même si on donnait la priorité à une installation locale sur les nœuds. Chaque changement effectué sur le logiciel est facile à intégrer sur les lecteurs correspondant au frontend. Le contrôle du statut des nœuds sur un moniteur, connecté généralement sur un KVM (Keyboard- Video-Mouse), et par conséquent à la carte graphique, n est pas nécessaire. Il existe des solutions alternatives bon marché avec une interface RS 232, soit avec un serveur de terminal, soit à l aide de câbles d un modem zéro. En règle générale, les clusters fonctionnent sous Linux. L installation avec Windows 2000 Server est inhabituelle et nécessite une extension MPI particulière (pour comparer voir Microsoft commence à s intéresser au cluster HPC et a déjà amélioré la version Windows 2003 Server dans le domaine des HPC. Le choix du distributeur Linux dépend entièrement des préférences de l administrateur. RedHat détient une grande part de marché, SuSe est leader au niveau européen et largement distribué, et Debian est plus sûr avec la livraison de Kernel. Les économies qui peuvent être réalisées avec l installation d un cluster à la place d un mainframe, proviennent essentiellement du système d exploitation bien meilleur marché. Les coûts d une version RedHat Linux pour un IBM S/390 représentent environ $ par CPU (sans les coûts d installation). D un autre côté, un RedHat standard coûte moins de 200 $. Pour le système de base pour cluster, des paquets Open Source sont disponibles gratuitement. Mais, il existe aussi de nombreux programmes en vente sur le marché. Les différents types de logiciels pour une installation de cluster, vont faire l objet d un rapport séparé. transtec AG page 9/9

10 3.6 Les différents types de réseaux Le réseau, qui relie les différents noeuds individuels, est déterminé par l application qui fonctionne sur le cluster. Si l échange de données est faible, une connexion Fast Ethernet (largeur de bande max 100 Mbit/s) est suffisante. Cet exemple est valable, par exemple, dans le cas d un programme qui enverrait vers les nœuds une série de paramètres de démarrage dans un fonctionnement en batch, et qui retournerait après quelques minutes ou quelques heures un résultat d une taille de plusieurs pages A4. Le risque d une surcharge du réseau sur une longue période est qu un nœud ne pourra ne pas recevoir de nouvelles tâches et restera inutilisé. Mais, ce risque est éliminé si le nombre de nœuds est important. Ce type de structure s appelle aussi structure à gros grains. Si cette condition ne peut être garantie, ou si le cluster doit être utilisé régulièrement dans une exploitation parallèle, il vaut mieux envisager un réseau d au moins un Gigabit Ethernet (1 Gbit/s). Le prix de cette technologie est relativement faible et une adaptation du cluster est à prendre en compte. Par ailleurs, outre le matériel informatique, l échange de données joue un rôle important dans le protocole en place. L Ethernet avec une connexion TCP/IP est la solution classique la plus répandue et parfaitement standardisée. Mais, la latence reste la même autour de 80 µs. Avec des modifications dans le TCP/IP, on peut atteindre une latence de moins de 30 µs dans le Gigabit Ethernet. L intégration d un autre protocole implique cependant une nouvelle compilation du programme, à prendre en compte dans les bibliothèques connectées entre elles. Une connexion Myrinet n est pas forcément plus rapide à cause de la largeur de bande de 2 Gbit/s. Avec des temps de latence réduits et l utilisation d un protocole GM (Grand Message) parfaitement adapté au matériel informatique, le transfert de données pour de petits blocs est plus important. Comme point de repère, les coûts d une connexion Myrinet sont de l ordre des prix des nœuds. Des performances réseaux comparables sont aussi possibles avec une interface modulable cohérente (SCI) comme l adaptateur SCI de Dolphin. De même, la technique de connexion rapide avec l adaptateur de réseaux Quadrics QsNet, est installé, surtout dans des domaines de haute performance à cause de la latence réduite. Parmi les dix systèmes les plus rapides au monde, six d entre eux possèdent cette interface. transtec AG page 10/10

11 Interconnect Largeur de bande Coût par port Latence [µs] [MByte/s] Fast Ethernet 100Base-T Gigabit Ethernet 1000Base-T Myrinet Dolphin SCI Quadrics QsNet InfiniBand 4x Tab. 1: Aperçu de la latence et de la largeur de bande pour des tailles de paquets similaires (64 Bytes pour la latence, 64 ko pour la largeur de bande). Les coûts des ports en comprennent les investissements pour le commutateur ainsi que le câblage. Ces prix vous donnent simplement une idée, ils ont été arrondis. À long terme, une amélioration du taux de transfert de mémoire est à prévoir. Pour éviter des goulets d étranglement dans le réseau avec un Dual Opteron ou un cluster Itanium, l installation d InfiniBand peut s avérer nécessaire. Le taux de transfert de données maximum correspond approximativement à 10 Gbit/s pour 4xInfiniBand, mais il devrait atteindre 30 Gbit/s avec 12x InfiniBand d ici la fin La latence ne pouvait plus être réduite pour les petits paquets. Avec de gros paquets, elle devrait être réduite de moitié par rapport aux meilleures performances actuellement atteintes. 2 La technologie de réseau à installer dépend de l application prévue. Ainsi, l acquisition du système par l administrateur doit être validée avec les utilisateurs. Si une application doit fonctionner en exploitation parallèle, il est important de savoir si celle-ci peut fonctionner avec une version précédente, si on peut acheter une version parallèle chez le fabricant de logiciel, ou quelles sont les conditions de fonctionnement d une application parallèle développée en interne. Les spécialistes du centre de compétence chez transtec sont là pour vous aider à répondre à ce genre de problématique. Une extension des nœuds pour augmenter la performance dans une exploitation parallèle s avère inefficace. Le Speedup, c est-à-dire l amélioration de la performance reste faible, mais cela dépend du degré de parallélisme.. Par exemple, un cluster de 10 nœuds qui détient une rapidité de neuf fois un nœud, atteint un Speedup de facteur 9. La même application avec une installation de 100 nœuds atteindrait une rapidité de 48 fois un nœud. L augmentation de la performance arrive à saturation, dans l exemple du schéma 2 (α, la portion de la part séquentielle de l application dans l exemple est de 1%). L administration des parts identiques pour tous les nœuds détermine la rapidité maximum qui peut être atteinte. 2 Dans certains domaines, cette technologie est déjà bien établie. Le leader sur le marché, Mellanox,a réalisé au 3 ème trimestre 2003 une livraison de ports approximativement. transtec AG page 11/11

12 Schéma 2: Dépendance entre l augmentation de la performance et le nombre de nœuds où α=0, Taille du frontend Le rôle du frontend est l utilisation optimale des centres de nœuds, mais aussi l archivage des résultats. De ce fait, le système de stockage doit être au minimum d un RAID IDE de niveau 5. 3 Le frontend peut être sécurisé de manière différente contre une panne totale du système. Un disque dur de démarrage est à prévoir dans un RAID 1. Une solution de sauvegarde doit être rajoutée, lorsque ce service n est pas proposé dans l installation centrale d un centre informatique. En plus des blocs d alimentation redondants, un USV doit être pré-installé pour réduire le risque de pertes de données. Si le frontend tombe en panne, les nouvelles tâches ne seront plus attribuées et les résultats ne seront plus livrés par les nœuds. Ainsi, le cluster peut se trouver rapidement bloqué. Dans de grosses infrastructures, il peut être judicieux d installer le calculateur d accès comme cluster HA (Les clusters High Availability font l objet d un autre rapport). Si les deux systèmes sont actifs, les tâches peuvent être réparties de manière logique dans le cadre d un Load Balancing. Par exemple, on peut en installer un pour gérer le stockage et les utilisateurs. Il servirait de serveur NFS, disposerait d un firewall et représenterait le cluster sur internet. Le deuxième serait responsable pour les services 3 Le système RAID SCSI-to-IDE est une solution avantageuse. En utilisant 16 disques durs à 300 Go, il faut prévoir 4 To sur un RAID 5 redondant. transtec AG page 12/12

13 de réseau du cluster (DHCP, DNS, NTP, NIS), sauvegarderait la configuration de chaque nœud et contrôlerait l état d exploitation des nœuds informatiques. De même, il prendrait en compte l installation des programmes fonctionnant à partir du cluster. 3.8 Architecture de noeuds optimale Une autre problématique est l architecture optimale des processeurs pour les applications respectives. En général, l utilisateur a déjà fait des expériences sur des stations de travail individuelles. Les avantages et les inconvénients sur un cluster peuvent être transférés sur les nœuds installés de manière identique. Si aucune expérience n a été réalisée, il suffit d obtenir la connaissance grâce à une acquisition expérimentale. En effet, il est possible de tester des environnements Dual Athlon et Dual Xeon ainsi que des systèmes individuels P4/RIMM, des solutions Dual Opteron et Dual Itanium. Les clusters de test fournissent en général toutes les connections possibles. Ces connexions peuvent être activées facilement à l aide d un logiciel. Le cluster dispose au minimum de deux nœuds similaires. L objectif de cette enquête est de trouver le rapport prix/performance idéal pour l application. Le résultat peut aussi être vérifié à l aide d un configurateur de cluster sur une base mathématique. L externalisation des données sur le disque dur (swap) de la mémoire principale est à éviter impérativement. La mémoire de travail des nœuds doit toujours être d une taille suffisante. 3.9 Les différentes techniques d installation Des tours midi classiques ou des versions rack 19 peuvent être utilisées. L avantage des tours midi est leur prix avantageux. Si la place est disponible et si un système de refroidissement est en place, on peut les ranger sur de simples étagères. Si on choisit une solution 19, la densité du paquet d environ 0,5 CPU/1 U pour les tours midi sera augmentée à 2 CPU/1 U. Ainsi, lors de l installation du système de température, aussi pour les nœuds supérieurs, il faudra maintenir une température pouvant aller jusqu à 10 C pour les étagères ouvertes. Pour calculer la circulation d air nécessaire, on peut utiliser la formule suivante. Courant d air = 3* émission de chaleur des noeuds température de noeuds température d aspiration d air transtec AG page 13/13

14 Un augmentation de la densité est possible avec l utilisation d un système blade. Dans ce cas, on peut atteindre jusqu à 4 CPU/ 1U. 4 De plus, on peut ainsi améliorer les performances de refroidissement avec un montage perpendiculaire du blade. Avec l utilisation générale des éléments de l infrastructure centrale, un cluster basé sur un blade apporte une grande fiabilité et permet un plus grand nombre de nœuds qu une solution Rackmount classique de 19. La température du cluster ne doit pas être sous-évaluée. Il peut produire plusieurs kw d énergie et cette chaleur pourrait suffire pour chauffer une maison selon le dernier standard d énergie. 5 Ce système, adéquat pour le maintien à température d une série de boîtiers avec un standard d économie d énergie, est efficace pour une superficie inférieure à 1 m_. Pour une installation professionnelle, une climatisation suffisamment puissante est à prévoir. 4 Un exemple est le rack blade RLX de transtec 5 Pour les systèmes Dual Xeon en particulier, il faut prendre en compte la difference entre le mode Idle et la charge complète transtec AG page 14/14

15 4 CARACTERISTIQUES D APPROVISIONNEMENT 4.1 L appel d offre Un cluster devrait être considéré comme une solution, déjà dans la phase d acquisition. La livraison des nœuds, emballés un à un, est seulement recommandée à des utilisateurs confirmés. L appel d offre devrait aussi comprendre un test de durée d une semaine à la livraison, ainsi qu une livraison avec montage sur site et prise en main du système avec formation pour l utilisation. Un support pour l installation des applications sur le cluster peut aussi être prévu, idéalement avant le test de durée. 4.2 Entretien L entretien en cas de dommage est beaucoup plus facile pour l administrateur. Comme tous les nœuds sont en général similaires, on peut remédier à des problèmes simples, comme le changement d un ventilateur défectueux, d une mémoire, d un disque dur ou d un composant du réseau. Pour des problèmes plus importants, comme le remplacement d un nœud, on peut envisager un service express sur site. La panne d un nœud n a pas d impact lorsque le nombre de nœuds est important. Exception : certaines applications particulières nécessitent plusieurs nœuds standards (en général 8), pour fonctionner de manière efficace en système parallèle. 4.3 Extension du cluster Le gros avantage du High Performance Computers sur la base d un cluster est l extraordinaire modularité. Une amélioration de la performance peut être remise à plus tard sans trop de problèmes. Des nœuds supplémentaires ne doivent pas offrir nécessairement les mêmes performances. Dans un système en gestion de batchs, une augmentation du rendement natif est intégrée sans pertes. Dans un système d exploitation parallèle, un nœud plus rapide ne fonctionne pas à plein régime mais à une vitesse effective, adaptée au nœud le plus lent du système. Dans la pratique, l administrateur définit un sous-cluster, uniforme au niveau des performances. Il est important de penser lors de l installation de l infrastructure prévue, à une extension du nombre de nœuds dans l avenir. Elle est peut être prévue par exemple avec la réduction du nombre de nœuds et l acquisition de commutateurs modulables, qui peuvent être élargis plus tard avec une insertion supplémentaire, sans créer de goulet d étranglement dans le Backbone. transtec AG page 15/15

16 L amélioration des performances du réseau peut être effectuée plus tard, lorsque les emplacements sont déjà existants. Avec l installation d un cluster, il faut prendre en considération l augmentation du rendement, qui nécessite par exemple une carte réseau Myrinet. transtec AG page 16/16

17 5 EXEMPLES D INTEGRATION Les clusters HPC sont installés pour de nombreuses raisons. L installation classique pour un calcul de chiffres en système parallèle joue un rôle beaucoup moins important que ce que l on pourrait imaginer. La plupart des systèmes de clusters fonctionnent en gestion de batchs. On peut donc considérer qu un investissement dans un adaptateur de réseau onéreux est inutile, et qu une interface Gigabit sera uniquement nécessaire. De ce fait, l adaptation de l application sur une exploitation parallèle ne se fera pas. Ceci pourrait être très cher pour les programmes commerciaux, et, pour les applications développées en interne (code interne), uniquement possibles avec un gros budget. Les installations courantes d un cluster ou d un mainframe se font pour des applications complexes qui ont une séquence comme résultat. Dans la plupart des cas, les données séquentielles proposent après exécution, un résultat en trois dimensions avec le temps comme troisième dimension. Le développement ou la modification de la situation est documentée et la conclusion claire. Des exemples typiques sont : Simulation de crash tests Représentation de la déformation Calcul des courants Représentation des tourbillons Calcul des vibrations Analyse des propriétés des structures Analyse des duretés Examen d usures des matériaux Analyse des séismes Représentation des mouvements Calcul des trajets Interprétation des trajectoires par exemple Météorologie développement de la météo dans le temps Animations 3-D Représentation d objets comme les molécules Calculs astronomiques Simulation des développements de l espace Planification de constructions Visite virtuelle d une nouvelle construction Rendering Fabrication d une séquence de film Pour adapter une application dans une gestion de batchs, il suffit de subdiviser simplement le résultat en plusieurs images, qui sont ensuite rangées dans un ordre défini au préalable. En principe, les applications de logiciels s en chargent, car la rectification des images est un point essentiel de la programmation. Ainsi, de gros problèmes peuvent être répartis en plusieurs petites tâches faciles à réaliser. Si les résultats sont calculés par différents CPUs, cela n a aucune conséquence pour l application. transtec AG page 17/17

18 D autres applications pour lesquelles des problématiques sont calculées dans une boucle, ont pour objectif une représentation différente (stochastique). Dans ce cas, l utilisateur souhaite apporter une plus grande sécurité dans la fiabilité des résultats obtenus. Par exemple, un fabricant automobile qui simulerait un crash test à l aide d un logiciel, et trouverait un résultat différent à celui du test réel, devrait chercher la raison de cette différence. Une erreur dans le modèle mathématique pourrait être envisageable. Mais, on pourrait aussi se demander la production de la carrosserie est exactement la même pour la série de test et pour la série réelle. 6 Souvent, le problème se situe dans des paramètres expérimentaux qui ne peuvent être reproduits pour l expérience. Par exemple, la rapidité du choc peut s éloigner de la base de référence, ou l offset du choc sur la barrière de crash ne serait pas tout à fait le même. Dans ce cas, l administrateur va définir des paramètres de démarrage légèrement différents. On peut résoudre ainsi un plus grand nombre de problèmes. On obtient de cette façon une multitude de résultats similaires, qui concordent avec le test réel. Ci-dessous, vous trouverez d autres exemples qui peuvent être résolus dans une boucle et qui se prêtent bien à une gestion de batchs : Optimisation des pièces de montage Économie de matériel avec CAD/CAM Recherche médicale analyse de structure Technique de Gand Mapping DNA Économie et banques Datamining Sociétés d assurances analyse des risques Analyses scientifiques Simulations de Monte Carlo Jeux d échecs Variation des calculs Jusqu en mai 2003, environ processeurs de clusters ont été installés dans l industrie allemande. Dans le schéma 2, vous trouverez une répartition des branches d activité. Le plus grand nombre de processeurs a été installé jusqu à présent dans l industrie automobile. 6 Dans l exemple utilisé, la tôle fabriquée à la main pourrait être trop fine transtec AG page 18/18

19 Installation de processeurs de clusters dans l'industrie allemande Industrie automobile 1258 Biologie industrie des puces Industrie aéronautique industrie automobile industrie automobile Fourn. Industrie automobile Industrie automobile Industrie automobile Biologie aéronotique- et espace Industrie des puces Industrie automobile Production Fourn. Industrie automobile Biologie Biologie Industrie des logiciels industrie des logiciels Industrie automobile Schéma. 2: Analyse de marché Installation de processeurs de clusters HPC dans l industrie allemande, source : transtec AG page 19/19

20 6 CONCLUSION ET PERSPECTIVES Les racines du cluster HPC proviennent du domaine de la science. La mise au point, la maintenance et le développement ont nécessité un engagement personnel régulier, ce qui était inacceptable pour des utilisateurs professionnels. Depuis, la technologie des clusters a évolué. Les systèmes ont déposé leurs marques et sont devenus fiables. Ils sont aujourd hui une alternative bon marché par rapport aux mainframes. Dans l industrie aussi, les solutions connaissent une large reconnaissance. Et, la technologie de cluster HPC permet souvent à l utilisateur d envisager l installation d un propre centre informatique, plutôt que de racheter le temps d utilisation d une installation externe. Grâce au développement de l architecture IA32, les installations Gflop sont devenues bon marché, et les systèmes Tflop sont accessibles. Les coûts par GigaFlop/s se situent aux alentours de 500. Une performance informatique du même ordre est 10 fois plus chère avec un mainframe. Bien que les installations soient devenues plus simples, le montage d un cluster nécessite beaucoup d expérience. Il faut une bonne connaissance des applications, ainsi qu une connaissance approfondie des réseaux et un bon savoir-faire de Linux. L optimisation de l utilisation exige un matériel informatique assez large. L objectif est d atteindre une charge du processeur maximale. Les processeurs 64 bit d AMD actuels, qui peuvent aussi être en code 32 bit, vont trouver une large utilisation dans les clusters. InfiniBand, la nouvelle technique de réseau rapide en standard ouvert, va devenir bientôt attrayante au niveau du prix et va permettre de réduire les goulets d étranglements avec Interconnect. Les développements futurs de Linux-Kernel et les nouveaux paquets basés sur l open Source vont encore améliorer l efficacité et élargir les champs d utilisation. Certaines différences existent encore avec les mainframes, comme les groupes d instructions et d exécutions doubles ou les processeurs de réserve en stand-by, mais, ces différences vont à l avenir s estomper car des solutions similaires vont être trouvées pour les clusters. Pour plus d informations sur les clusters, vous pouvez consulter les pages internet suivantes: transtec AG page 20/20

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist Cluster High Availability Holger Hennig, HA-Cluster Specialist TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ...3 2. INTRODUCTION...4 2.1 GÉNÉRALITÉS...4 2.2 LE CONCEPT DES CLUSTERS HA...4 2.3 AVANTAGES D UNE SOLUTION DE

Plus en détail

Consolidation de stockage

Consolidation de stockage (Information sur la technologie Sto-2003-2) Wolfgang K. Bauer Spécialiste stockage Centre de compétence transtec AG Waldhörnlestraße 18 D-72072 Tübingen Allemagne TABLE DES MATIÈRES 1 RÉSUMÉ...3 2 INTRODUCTION...4

Plus en détail

Version de novembre 2012, valable jusqu en avril 2013

Version de novembre 2012, valable jusqu en avril 2013 Pré requis techniques pour l installation du logiciel complet de gestion commerciale WIN GSM en version hyper File en configuration Windows Terminal Serveur Version de novembre 2012, valable jusqu en avril

Plus en détail

DESCRIPTION DE LA TECHNOLOGIE

DESCRIPTION DE LA TECHNOLOGIE P INFORMATIONS TECHNIQUES www.sviesolutions.com - 690, Saint-Joseph Est - Québec G1K 3B9 Sans frais : 1 866 843-4848 Tél.: (418) 948.4848 - Téléc.: (418) 948.4849 L ENVIRONNEMENT INFORMATIQUE L installation

Plus en détail

Accédez au test ici http://myspeed.visualware.com/index.php

Accédez au test ici http://myspeed.visualware.com/index.php Test de vitesse VoIP Pourquoi faire le test? Un test de vitesse VoIP est un moyen efficace d évaluer la capacité de votre connexion Internet à prendre en charge un système de téléphonie VoIP. D autres

Plus en détail

Serveurs dédiés. Trafic et performances

Serveurs dédiés. Trafic et performances Serveurs dédiés Trafic et performances Nos services sont destinés aux entreprises et particuliers exigeants en terme de fiabilité, de sécurité et de disponibilité. Nous sommes également à même de fournir

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux autres

DOSSIER SPÉCIAL Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux autres Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux AUCUN DATACENTER n est à l abri d un éventuel problème, d une indisponibilité ou d un imprévu! La question est de savoir que faire pour protéger votre Datacenter

Plus en détail

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager Alcatel-Lucent Appliance Manager Solution complète de gestion des adresses IP et de bout en bout basée sur des appliances Rationalisez vos processus de gestion et réduisez vos coûts d administration avec

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP Version 6 Etabli par DCSI Vérifié par Validé par Destinataires Pour information Création

Plus en détail

Utilisation du RAID logiciel Sur un serveur Windows 2000

Utilisation du RAID logiciel Sur un serveur Windows 2000 BTS INFORMATIQUE DE GESTION Option Administrateur de réseaux développement d applications COMPTE-RENDU D ACTIVITE ACTIVITE N 6 Nom et Prénom : Casanova Grégory Identification (objectif) de l activité Utilisation

Plus en détail

Etude d architecture de consolidation et virtualisation

Etude d architecture de consolidation et virtualisation BOUILLAUD Martin Stagiaire BTS Services Informatiques aux Organisations Janvier 2015 Etude d architecture de consolidation et virtualisation Projet : DDPP Table des matières 1. Objet du projet... 3 2.

Plus en détail

Guide des solutions 2X

Guide des solutions 2X Guide des solutions 2X Page 1/22 Sommaire Les solutions d infrastructures d accès 2X... 3 2X Application Server/LoadBalancer... 4 Solution pour un seul Terminal Server... 4 Solution pour deux Terminal

Plus en détail

Acheter au plus prêt de vos besoins! CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières)

Acheter au plus prêt de vos besoins! CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières) Acheter au plus prêt de vos besoins! CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières) règlementation Appel d offre si budget supérieur à 135 000 Contacter la cellule des marchés (Entité Financière) au

Plus en détail

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 FileMaker Pro 13 Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 2007-2013 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054

Plus en détail

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre La tendance actuelle vers une conception distribuée de l entreprise, avec des agences, des centres de

Plus en détail

Activité professionnelle N

Activité professionnelle N BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Option SISR Session 2015 Kissley POUNGA Activité professionnelle N 12 Nature de l activité Objectifs ÉTUDE DU RENOUVELLEMENT DU MATÉRIEL INFORMATIQUE Remise

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE 1 Introduction ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Atelier «pour approfondir» Sauvegarder ses données à domicile ou sur Internet Qui n a jamais perdu des photos ou documents suite à une panne

Plus en détail

Détection d'intrusions en environnement haute performance

Détection d'intrusions en environnement haute performance Symposium sur la Sécurité des Technologies de l'information et des Communications '05 Détection d'intrusions en environnement haute performance Clusters HPC Fabrice Gadaud (fabrice.gadaud@cea.fr) 1 Sommaire

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

Contrôleur de domaine serveur d applications

Contrôleur de domaine serveur d applications Contrôleur de domaine serveur d applications Optimisation du serveur existant et installation d un serveur de secours Michel Galka-Cortes I - Présentation de l activité - Compétences nécessaires C21 Installer

Plus en détail

Systèmes d exploitation

Systèmes d exploitation Systèmes d exploitation Module UE2 : administration de systèmes Licence professionnelle Pierre Nerzic IUT de Lannion 1 LP/UE2 v2 2005-07 Mise en service des postes de travail Ce chapitre présente rapidement

Plus en détail

Présentation du déploiement des serveurs

Présentation du déploiement des serveurs Présentation du déploiement des serveurs OpenText Exceed ondemand Solutions de gestion de l accès aux applications pour l entreprise OpenText Connectivity Solutions Group Février 2011 Sommaire Aucun environnement

Plus en détail

SERVICES ABACUS. Avril 2005 / EMO v.2005.1. Ce support est protégé par des droits d auteur.

SERVICES ABACUS. Avril 2005 / EMO v.2005.1. Ce support est protégé par des droits d auteur. SERVICES ABACUS Avril 2005 / EMO v.2005.1 Ce support est protégé par des droits d auteur. Tous droits réservés, y compris ceux de la traduction, de la réimpression et de la reproduction de la documentation

Plus en détail

Fiche d identité produit

Fiche d identité produit Fiche d identité produit Référence DNS-313 Désignation Boîtier de stockage réseau SATA à 1 baie Clientèle cible Particuliers Accroche marketing Proposé à un prix défiant toute concurrence, le boîtier de

Plus en détail

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs METAIS Cédric 2 ème année Informatique et réseaux Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs Cédric METAIS ISMRa - 1 - LES DIFFERENTS SYSTEMES RAID SOMMAIRE INTRODUCTION I LES DIFFERENTS RAID I.1 Le

Plus en détail

Cours 13. RAID et SAN. 2004, Marc-André Léger

Cours 13. RAID et SAN. 2004, Marc-André Léger Cours 13 RAID et SAN Plan Mise en contexte Storage Area Networks Architecture Fibre Channel Network Attached Storage Exemple d un serveur NAS EMC2 Celerra Conclusion Démonstration Questions - Réponses

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3 CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3 Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP V3 Version 42 Etabli par Département Accompagnement des Logiciels Vérifié

Plus en détail

Communications performantes par passage de message entre machines virtuelles co-hébergées

Communications performantes par passage de message entre machines virtuelles co-hébergées Communications performantes par passage de message entre machines virtuelles co-hébergées François Diakhaté1,2 1 CEA/DAM Île de France 2 INRIA Bordeaux Sud Ouest, équipe RUNTIME Renpar 2009 1 Plan Introduction

Plus en détail

WHITE PAPER. Présentation d Acronis Backup & Recovery 10 Overview

WHITE PAPER. Présentation d Acronis Backup & Recovery 10 Overview Présentation d Acronis Backup & Recovery 10 Overview Copyright Acronis, Inc., 2000 2009 Table des matières Résumé... 3 La solution nouvelle génération de sauvegarde et de restauration signée Acronis. 4

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

MICROPROCESSEUR. Nous prendrons comme exemple les processeurs Intel (qui sont le plus souvent utilisés dans les machines actuelles).

MICROPROCESSEUR. Nous prendrons comme exemple les processeurs Intel (qui sont le plus souvent utilisés dans les machines actuelles). MICROPROCESSEUR Le cerveau d un ordinateur est le microprocesseur, parfois appelé CPU ou tout simplement processeur. Le processeur effectue les calculs nécessaires au fonctionnement de l ordinateur et

Plus en détail

Présentation OPT-NC. Stockage et virtualisation de serveurs. Club DSI Réunion du 05/12/2007 Version 1.0

Présentation OPT-NC. Stockage et virtualisation de serveurs. Club DSI Réunion du 05/12/2007 Version 1.0 Présentation OPT-NC Stockage et virtualisation de serveurs Club DSI Réunion du 05/12/2007 Version 1.0 1 Agenda Historique Infrastructure actuelle Pourquoi une virtualisation de serveurs? Solution technique

Plus en détail

LA VIRTUALISATION. Etude de la virtualisation, ses concepts et ses apports dans les infrastructures informatiques. 18/01/2010.

LA VIRTUALISATION. Etude de la virtualisation, ses concepts et ses apports dans les infrastructures informatiques. 18/01/2010. Guillaume ANSEL M2 ISIDIS 2009-2010 / ULCO Dossier d étude sur la virtualisation LA VIRTUALISATION 18/01/2010 Etude de la virtualisation, ses concepts et ses apports dans les infrastructures informatiques.

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Cegid Business/Expert

Cegid Business/Expert Cegid Business/Expert Pré-requis sur Plate-forme Windows Service d'assistance Téléphonique 0 826 888 488 Pré-requis sur Plate-forme Windows Sommaire 1. PREAMBULE... 3 Précision de terminologie concernant

Plus en détail

ERP Service Negoce. Pré-requis CEGID Business version 2008. sur Plate-forme Windows. Mise à jour Novembre 2009

ERP Service Negoce. Pré-requis CEGID Business version 2008. sur Plate-forme Windows. Mise à jour Novembre 2009 ERP Service Negoce Pré-requis CEGID Business version 2008 sur Plate-forme Windows Mise à jour Novembre 2009 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Pré-requis Sommaire 1. PREAMBULE... 3 Précision

Plus en détail

Sauvegarde des données au LAAS

Sauvegarde des données au LAAS Sauvegarde des données au LAAS Laurent Blain, LAAS-CNRS 1 Configuration Technique 1 Serveur de sauvegarde connecté à une bibliothèque de bandes 1 bibliothèque Qualstar 88132 3 lecteurs LTO-2 100 bandes

Plus en détail

FileMaker Pro 12. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 12

FileMaker Pro 12. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 12 FileMaker Pro 12 Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 12 2007-2012 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, California 95054

Plus en détail

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl Dynamic Computing Services solution de backup White Paper Stefan Ruckstuhl Résumé pour les décideurs Contenu de ce White Paper Description de solutions de backup faciles à réaliser pour des serveurs virtuels

Plus en détail

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Les Clusters Les Mainframes Les Terminal Services Server La virtualisation De point de vue naturelle, c est le fait de regrouper

Plus en détail

Installation de Bâtiment en version réseau

Installation de Bâtiment en version réseau Installation de Bâtiment en version réseau 1. CONFIGURATION LOGICIEL ET MATERIELS Version du logiciel : Systèmes validés : Protocoles validés : Bâtiment 2009 V10.0.0 et supérieure Sur le serveur : Windows

Plus en détail

ProCurve Manager Plus 2.2

ProCurve Manager Plus 2.2 ProCurve Manager Plus 2.2 ProCurve Manager Plus 2.2 est une plate-forme de gestion de réseau avancée basée sur Windows qui fournit à l administrateur des écrans simples à utiliser et détaillés pour configurer,

Plus en détail

A propos de PC MACLAN pour Windows 95

A propos de PC MACLAN pour Windows 95 About PC MACLAN for Windows 95 A propos de PC MACLAN pour Windows 95 Ce chapitre explique ce qu est un réseau, les éléments qui le composent et les fonctions uniques de PC MACLAN for Windows 95. Les sujets

Plus en détail

Qu est ce que le RAID?

Qu est ce que le RAID? LES SYSTEMES RAID PLAN Introduction : Qu est ce que le RAID? Quels sont les différents niveaux de RAID? Comment installer une solution RAID? Conclusion : Quelle solution RAID doit-on choisir? Qu est ce

Plus en détail

PRÉCONISATIONS TECHNIQUES WITHTIME SÉCURITÉ

PRÉCONISATIONS TECHNIQUES WITHTIME SÉCURITÉ Version Withtime Sécurité 9.7 Décembre 2011 Page - 1 - PRÉCONISATIONS TECHNIQUES WITHTIME SÉCURITÉ Table des matières 1) PRÉAMBULE :... p- 2-2) PRÉCONISATIONS TECHNIQUES POUR INSTALLATION WITHTIME MONOPOSTE...

Plus en détail

Notions sur les réseaux TCP/IP, avec et sans fil

Notions sur les réseaux TCP/IP, avec et sans fil 5 Notions sur les réseaux TCP/IP, avec et sans fil Chapitre Au sommaire de ce chapitre Principe du réseau Internet Termes basiques du paramétrage de TCP/IP Principe des ports TCP et UDP Et les VPN? Dans

Plus en détail

Cahier de charges Projet 24

Cahier de charges Projet 24 Cahier de charges Projet 24 Répartition automatique de surcharge sur serveur web virtualisé Etudiants : KAOUACHI Youssef ELFELLAH Amine Encadré par : M. HAYEL Yezekael Année universitaire : 2008/2009 I-

Plus en détail

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS ESIEE Unité d'informatique IN101 Albin Morelle (et Denis Bureau) QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS 1- ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT D UN ORDINATEUR Processeur Mémoire centrale Clavier Unité d échange BUS

Plus en détail

Migration NT4 vers Windows 2003 Server

Migration NT4 vers Windows 2003 Server Migration NT4 vers Windows 2003 Server Networking Intelligence Agency 07 janvier 2007-1 - 1. INTRODUCTION...- 3-2. DEFINITION...- 4-2.1. ANALYSE DE L EXISTANT... - 4-2.2. OBJECTIFS DE LA MIGRATION... -

Plus en détail

LIVRE BLANC : Architectures OXYGENE++ version 6.50. MEMSOFT Page 1 sur 18 Livre Blanc Architectures Oxygène++

LIVRE BLANC : Architectures OXYGENE++ version 6.50. MEMSOFT Page 1 sur 18 Livre Blanc Architectures Oxygène++ LIVRE BLANC : Architectures OXYGENE++ version 6.50 MEMSOFT Page 1 sur 18 Livre Blanc Architectures Oxygène++ Date du document : 17 novembre 2005 Ce livre blanc est destiné à l'information des professionnels

Plus en détail

Manuel de l utilisateur. Logiciel SmartGUI. Dallmeier electronic GmbH & Co.KG. DK 200.004.000 F / Rev. 1.2.6 / 031222

Manuel de l utilisateur. Logiciel SmartGUI. Dallmeier electronic GmbH & Co.KG. DK 200.004.000 F / Rev. 1.2.6 / 031222 Manuel de l utilisateur Logiciel SmartGUI 1 DK 200.004.000 F / Rev. 1.2.6 / 031222 Software SmartGUI Copyright Tous droits réservés. Ce document ne doit ni être copié, photocopié, reproduit, traduit, transmis

Plus en détail

PROCEDURE INSTALLATION ET PARAMETRAGE D UN SERVEUR TSE

PROCEDURE INSTALLATION ET PARAMETRAGE D UN SERVEUR TSE PROCEDURE INSTALLATION ET PARAMETRAGE D UN SERVEUR TSE Table des matières 1) Un serveur TSE, c est quoi?... 1 2) Prérequis technique... 1 3) Comment louer un serveur?... 1 4) Ou acheter des licences?...

Plus en détail

Architectures d implémentation de Click&DECiDE NSI

Architectures d implémentation de Click&DECiDE NSI Architectures d implémentation de Click&DECiDE NSI de 1 à 300 millions de ligne de log par jour Dans ce document, nous allons étudier les différentes architectures à mettre en place pour Click&DECiDE NSI.

Plus en détail

OSSIR Septembre 2007. Retour d expérience sur un déploiement VMWARE à grande échelle après 18 mois d utilisation

OSSIR Septembre 2007. Retour d expérience sur un déploiement VMWARE à grande échelle après 18 mois d utilisation OSSIR Septembre 2007 Retour d expérience sur un déploiement VMWARE à grande échelle après 18 mois d utilisation PLAN Présentation de CLS Introduction Principes Principales versions de VMWARE L architecture

Plus en détail

2 disques en Raid 0,5 ou 10 SAS

2 disques en Raid 0,5 ou 10 SAS Serveur GED: INFO EN + Afin d obtenir des performances optimales il est préférable que le serveur soit dédié. Matériel : Processeur Jusqu à 10 utilisateurs 2.0 Ghz environ Jusqu à 30 utilisateurs 2.6 Ghz

Plus en détail

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID 1. Guide pour l Installation des Disques Durs SATA... 2 1.1 Installation de disques durs Série ATA (SATA)... 2 2. Guide de Configurations

Plus en détail

Chap. III : Le système d exploitation

Chap. III : Le système d exploitation UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Le système d exploitation (ou O.S. de l anglais Operating System ) d un ordinateur est le programme qui permet d accéder

Plus en détail

NAS SAN Les nouvelles solutions de stockage

NAS SAN Les nouvelles solutions de stockage Exposé réseau du 11 janvier 2006 NAS SAN Les nouvelles solutions de stockage David Komar Guillaume Le Cam Mathieu Mancel Sommaire Ħ Introduction Ħ La solution NAS Ħ La solution SAN Ħ Comparaison Ħ Cohabitation

Plus en détail

Positionnement produit

Positionnement produit DNS-323-2TB Boîtier de stockage réseau à 2 baies avec 2 disques durs 1 téraoctet (2 x 1 To) Cas de figure d'utilisation Garantie 2 ans Sauvegarde du système permettant la récupération en cas de panne grave

Plus en détail

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel Les VLAN Sommaire 1.Concept des VLAN 1.1.Introduction au VLAN virtuel 1.2.Domaines de broadcast avec VLAN et routeurs 1.3.Fonctionnement d un VLAN 1.4.Avantages des LAN virtuels (VLAN) 1.5.Types de VLAN

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle

VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle 212 VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle Quoi qu'il en soit, gardez à l esprit que nous n avons pas voulu favoriser une technologie en particulier. Cependant, nous

Plus en détail

Hotline: +49-6103/9308-355 ou hotline-fr@carat-online.com (Autilisateurs) Vente: +49-6103/9308-360 oder info-intl@carat-online.com (nouveaux clients)

Hotline: +49-6103/9308-355 ou hotline-fr@carat-online.com (Autilisateurs) Vente: +49-6103/9308-360 oder info-intl@carat-online.com (nouveaux clients) CONDITIONS SYSTEME CARAT GENERALITES Avec ces informations techniques, nous voulons aider nos clients-carat et les marchandsmatériel lors de l assemblage du nouveau matériel. Il est par contre recommandable

Plus en détail

Serveur processeur Uni compact. Serveur MAXDATA PLATINUM 820 R

Serveur processeur Uni compact. Serveur MAXDATA PLATINUM 820 R Serveur processeur Uni compact Serveur MAXDATA PLATINUM 820 R MAXDATA PLATINUM 820 R: Serveur processeur Uni compact Equipement standard Le MAXDATA PLATINUM 820 R est serveur optimisé pour rack qui trouvera

Plus en détail

Architecture des calculateurs

Architecture des calculateurs Chapitre 1 Architecture des calculateurs 1.1 Introduction Ce paragraphe n a pas la prétention de présenter un cours d informatique. D une manière générale, seuls les caractéristiques architecturales qui

Plus en détail

CONFIGURATION MINIMALE POUR SERVEUR ET POSTE DE TRAVAIL

CONFIGURATION MINIMALE POUR SERVEUR ET POSTE DE TRAVAIL CONFIGURATION MINIMALE POUR SERVEUR ET POSTE DE TRAVAIL Révision Mars 2015 CES INFORMATIONS SONT D UNE GRANDE IMPORTANCE. PORTEZY UNE ATTENTION PARTICULIÈRE. TABLE DES MATIÈRES Serveur dédié ou non dédié

Plus en détail

Contrôleur de domaine et serveur de fichiers

Contrôleur de domaine et serveur de fichiers Contrôleur de domaine et serveur de fichiers Mise en place d un contrôleur de domaine et d un serveur de fichier dans le cadre de la création d un nouveau réseau TCP/IP. Michel Galka-Cortes I - Présentation

Plus en détail

FileMaker Pro 14. Utilisation d'une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 14

FileMaker Pro 14. Utilisation d'une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 14 FileMaker Pro 14 Utilisation d'une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 14 2007-2015 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054

Plus en détail

Les premiers pas d utilisation

Les premiers pas d utilisation Suite infrastructure cloud Les premiers pas d utilisation 1 SOMMAIRE : Les premiers pas Les principes de l interface La création de votre premier serveur Le démarrage L administration de votre serveur

Plus en détail

FRANÇAIS PHONE-VS. Guide d installation et utilisation

FRANÇAIS PHONE-VS. Guide d installation et utilisation FRANÇAIS PHONE-VS Guide d installation et utilisation INDEX 1 INTRODUCTION... 1 2 INSTALLATION ET MISE EN SERVICE... 1 3 REGISTRER L APPLICATION... 4 4 CONFIGURATION DES CONNEXIONS... 6 5 CONNEXION...

Plus en détail

Spécifications techniques. pour. Serveurs et bases de données

Spécifications techniques. pour. Serveurs et bases de données Spécifications techniques pour Serveurs et bases de données Révisé : 2012-11-26 Spécifications de base Avant toute installation de logiciels Komutel mc, SVP assurez-vous que toutes les mises à jour «Windows

Plus en détail

T PRODUCT SPACE GUIDE DE DEMARRAGE RAPIDE. Version du 22 avril 2014

T PRODUCT SPACE GUIDE DE DEMARRAGE RAPIDE. Version du 22 avril 2014 T PRODUCT SPACE GUIDE DE DEMARRAGE RAPIDE Version du 22 avril 2014 Table des matières I. Généralités... 4 A. Qu est-ce que T Product Space?... 4 B. Prérequis à l utilisation de T Product Space... 4 1.

Plus en détail

Cluster de stockage NAS sur SYRHANO. TutoJRES 14 / Stockage - 01/12/2010 Alain BIDAUD - CRIHAN

Cluster de stockage NAS sur SYRHANO. TutoJRES 14 / Stockage - 01/12/2010 Alain BIDAUD - CRIHAN Cluster de stockage NAS sur SYRHANO TutoJRES 14 / Stockage - 01/12/2010 Alain BIDAUD - CRIHAN Service de stockage SYRANO Plan Contexte utilisateur bref historique besoins exprimés Cluster de stockage ISILON

Plus en détail

Pré-requis et Procédure d installation

Pré-requis et Procédure d installation Pégase 3 Pré-requis et Procédure d installation Dernière révision le 11/07/2007 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Introduction... 3 Pré-requis «systèmes d exploitation»... 3 Pré-requis

Plus en détail

MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/

MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/ MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/ SANTE RESEAU développe en 2012, une filiale, VIRTUAL SR, spécialisée dans l'hébergement PRIVÉ de Machines Virtuelles. Spécialisée dans Les Architectures Virtuelles

Plus en détail

Réseaux CPL par la pratique

Réseaux CPL par la pratique x CPL par la pratique X a v i e r C a r c e l l e A v e c l a c o n t r i b u t i o n d e D a v o r M a l e s e t G u y P u j o l l e, e t l a c o l l a b o r a t i o n d e O l i v i e r S a l v a t o

Plus en détail

Ces cartes sont aussi appelées : NIC (Network Interface Card). Les cartes réseaux les plus courantes sont de type Ethernet.

Ces cartes sont aussi appelées : NIC (Network Interface Card). Les cartes réseaux les plus courantes sont de type Ethernet. 1. Introduction La connexion entre ordinateurs nécessite une carte réseau implantée dans chaque ordinateur (PC ou autre) et éléments de réseau (commutateur, routeurs,...). Ces cartes sont aussi appelées

Plus en détail

Manuel du logiciel PrestaTest.

Manuel du logiciel PrestaTest. Manuel du logiciel. Ce document décrit les différents tests que permet le logiciel, il liste également les informations nécessaires à chacun d entre eux. Table des matières Prérequis de PrestaConnect :...2

Plus en détail

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Microsoft France Division DPE Table des matières Présentation... 2 Objectifs... 2 Pré requis... 2 Quelles sont les principales

Plus en détail

Rapports d évaluation professionnels

Rapports d évaluation professionnels Rapports d évaluation professionnels Extrayez des informations significatives de vos données immotiques archivées et prenez des décisions opérationnelles les plus appropriées en toute connaissance de cause

Plus en détail

Logiciel de gestion de parc TOUTES LES INFORMATIONS POUR GÉRER VOTRE PARC EFFICACEMENT.

Logiciel de gestion de parc TOUTES LES INFORMATIONS POUR GÉRER VOTRE PARC EFFICACEMENT. Logiciel de gestion de parc TOUTES LES INFORMATIONS POUR GÉRER VOTRE PARC EFFICACEMENT. CONTRÔLEZ PARFAITEMENT VOTRE PARC. Combien de pages votre entreprise imprime-t-elle chaque mois? Tous vos périphériques

Plus en détail

Réseaux CPL par la pratique

Réseaux CPL par la pratique Réseaux CPL par la pratique X a v i e r C a r c e l l e A v e c l a c o n t r i b u t i o n d e D a v o r M a l e s e t G u y P u j o l l e, e t l a c o l l a b o r a t i o n d e O l i v i e r S a l v

Plus en détail

Migration de Microsoft Exchange vers MDaemon. Alt-N Technologies

Migration de Microsoft Exchange vers MDaemon. Alt-N Technologies Migration de Microsoft Exchange vers MDaemon Alt-N Technologies Table des matières Pourquoi choisir MDaemon?... 2 MDaemon vs. Microsoft Exchange... 2 Sécurité... 3 Principales fonctionnalités... 3 Remplacer

Plus en détail

Procédure d installation pour WinEUR PROCÉDURE D INSTALLATION POUR WINEUR. Copyright GIT SA 2015 Page 1/16

Procédure d installation pour WinEUR PROCÉDURE D INSTALLATION POUR WINEUR. Copyright GIT SA 2015 Page 1/16 PROCÉDURE D INSTALLATION POUR WINEUR Copyright GIT SA 2015 Page 1/16 Table des matières Procédure d installation pour WinEUR PROCÉDURE D INSTALLATION POUR WINEUR... 1 Configuration système... 3 Configuration

Plus en détail

Windows 2008 server -Introduction-

Windows 2008 server -Introduction- Windows 2008 server -Introduction- Rappel sur les systèmes d exploitation Un système d exploitation (Operating System) est un ensemble de programmes responsables de la liaison entre les ressources matérielles

Plus en détail

Un concept multi-centre de données traditionnel basé sur le DNS

Un concept multi-centre de données traditionnel basé sur le DNS Confiez vos activités critiques à un expert S il est crucial pour vos activités commerciales que vos serveurs soient disponibles en continu, vous devez demander à votre hébergeur de vous fournir une solution

Plus en détail

IN SYSTEM. Préconisations techniques pour Sage 100 Windows, MAC/OS, et pour Sage 100 pour SQL Server V16. Objectif :

IN SYSTEM. Préconisations techniques pour Sage 100 Windows, MAC/OS, et pour Sage 100 pour SQL Server V16. Objectif : IN SYSTEM Préconisations techniques pour Sage 100 Windows, MAC/OS, et pour Sage 100 pour SQL V16 Objectif : En synthèse des manuels de référence de Sage Ligne 100, ce document vous présente les préconisations,

Plus en détail

* Un flux TCP/UDP est une communication (plusieurs sessions TCP ou UDP) entre deux machines IP pendant un intervalle de

* Un flux TCP/UDP est une communication (plusieurs sessions TCP ou UDP) entre deux machines IP pendant un intervalle de Plateforme de Surveillance réseau et sécurité Solution SecurActive NSS SecurActive NSS est une plateforme de surveillance réseau et sécurité basée sur un moteur d analyse innovant. SecurActive NSS capture

Plus en détail

EMC Data Domain Boost for

EMC Data Domain Boost for EMC Data Domain Boost for Symantec Backup Exec Augmentez vos performances de sauvegarde grâce à une intégration avancée dans OpenStorage Avantages clés Sauvegardes plus rapides et meilleure utilisation

Plus en détail

INSTALLATION ET DÉMARRAGE DE. Wasatch SoftRIP

INSTALLATION ET DÉMARRAGE DE. Wasatch SoftRIP INSTALLATION ET DÉMARRAGE DE Wasatch SoftRIP CONTENU Exigences du Système... 02 Connexions Réseau... 03 Installation... 04 Wasatch ImageNET... 10 (Système de transfert et de gestion des images) www.wasatch.com

Plus en détail

Installation de Linux sur une grappe de PC

Installation de Linux sur une grappe de PC Installation de Linux sur une grappe de PC Simon Derr ID-IMAG Équipe Apache Grappes 2001 Plan Problématique Diffusion des données Automatisation de l installation Notes sur les performances Conclusion

Plus en détail

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007 Rapport d activité Mathieu Souchaud Juin 2007 Ce document fait la synthèse des réalisations accomplies durant les sept premiers mois de ma mission (de novembre 2006 à juin 2007) au sein de l équipe ScAlApplix

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 9 01 Convertissez le nombre binaire 10111010 en son équivalent hexadécimal. Sélectionnez la réponse correcte dans la

Plus en détail

Gestion de clusters de calcul avec Rocks

Gestion de clusters de calcul avec Rocks Gestion de clusters de calcul avec Laboratoire de Chimie et Physique Quantiques / IRSAMC, Toulouse scemama@irsamc.ups-tlse.fr 26 Avril 2012 Gestion de clusters de calcul avec Outline Contexte 1 Contexte

Plus en détail

10 conseils pour réussir votre projet de virtualisation de serveurs

10 conseils pour réussir votre projet de virtualisation de serveurs 10 conseils pour réussir votre projet de virtualisation de serveurs Réalisé pour Microsoft France par Introduction La mise en œuvre d un projet de virtualisation de serveurs présente de nombreux avantages

Plus en détail

Active CRM. Solution intégrée de téléprospection. www.aliendoit.com 04/10/2011

Active CRM. Solution intégrée de téléprospection. www.aliendoit.com 04/10/2011 www.aliendoit.com Active CRM Solution intégrée de téléprospection 04/10/2011 Alien Technology 3E Locaux Professionnels Km 2.5 Route de Kénitra 11005 SALÉ MAROC Tél. : +212 537 84 38 82 Fax : +212 537 88

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile. Cet accès distant est facilité si la messagerie

Plus en détail

10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2. 1. Migration des systèmes virtuels sans interruption de service

10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2. 1. Migration des systèmes virtuels sans interruption de service 10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2 Faire plus avec moins. C est l obsession depuis plusieurs années de tous les administrateurs de serveurs mais cette quête prend encore

Plus en détail