LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION"

Transcription

1 LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION

2 FEB ASBL Rue Ravenstein 4, 1000 Bruxelles T F RÉDACTION: Stijn Rocher CONCEPTION: Vanessa Solymosi, IMPRESSION: Geers Offset EDITEUR RESPONSABLE: Stefan Maes Rue Ravenstein 4, 1000 Bruxelles DÉPÔT LÉGAL: D/0140/2012/11 Le contenu de cette brochure est disponible sur le site Deze brochure is ook verkrijgbaar in het Nederlands.

3 Bruxelles, octobre 2012 Cher lecteur, La FEB a pris l'habitude de communiquer aux responsables politiques, à ses fédérations sectorielles et leurs plus de membres, ainsi qu'à l'opinion publique, les chiffres et faits utiles dans le cadre de débats socio-économiques importants. Notre Livret statistique sur des thèmes sociaux ainsi que notre Livret Compétitivité (voir > Publications > Brochures gratuites) en sont deux beaux exemples. Dans la perspective des discussions budgétaires ardues qui s'annoncent, nous avons jugé utile de publier aussi, pour la première fois, un Livret fiscal. Le principal message de ce livret est que la pression fiscale en Belgique a atteint des niveaux sans précédent. Et, ce que l'on ignore généralement, c'est que cela ne vaut pas seulement pour le travail, mais aussi pour le capital et la consommation. Toute nouvelle hausse fiscale risque dès lors d'affecter le potentiel de croissance de notre économie et la création d'emplois. Lorsque les recettes ont atteint leur plafond, il faut oser s'attaquer au rythme des dépenses, en misant par exemple pleinement sur des pouvoirs publics plus efficaces et sur une sécurité sociale plus performante. Vous pouvez adresser vos questions ou suggestions d'amélioration à Stijn Rocher Je vous souhaite bonne lecture! Meilleures salutations. Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB

4 TABLE DES MATIÈRES PRESSION FISCALE TOTALE p. 6 La pression fiscale la plus élevée de la zone euro p. 7 Une forte hausse de la pression fiscale en 2012 p. 8 La taxation du travail est la principale source de recettes des pouvoirs publics p. 9 La pression fiscale est élevée non seulement sur le travail, mais également sur la consommation et sur le capital FISCALITÉ DU TRAVAIL p. 12 Plus de la moitié des coûts salariaux vont au fisc et à la sécurité sociale p. 13 Le coin fiscal est le plus important pour les salaires élevés p. 14 Les travailleurs belges sont rapidement confrontés à des taux marginaux élevés p. 15 Les épaules les plus solides supportent déjà de lourdes charges FISCALITÉ DU CAPITAL p. 18 L'impôt des sociétés connaît une évolution nettement plus volatile que l'impôt des personnes physiques p. 19 La Belgique perçoit beaucoup d'impôt des sociétés p. 20 La taxation du capital a sensiblement augmenté en 2012 p. 21 La Belgique taxe le patrimoine, et pas qu un peu FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION p. 24 La TVA est élevée en Belgique p. 25 Par le biais de l'indexation, une hausse de la TVA serait destructrice d'emplois p. 26 Les taxes environnementales sont plus élevées qu'on ne le pense généralement 4

5 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION

6 PRESSION FISCALE TOTALE LA PRESSION FISCALE LA PLUS ÉLEVÉE DE LA ZONE EURO Selon la Commission européenne, l'état belge a, en 2011, perçu 171,1 milliards EUR d'impôts et de cotisations à la sécurité sociale, soit 46,4% du PIB. La Belgique a ainsi le taux d'imposition le plus élevé de la zone euro, où la pression fiscale moyenne n'est que de 40,7% du PIB. En d'autres termes, cela signifie qu'elle ne dispose plus d'aucune marge pour accroître davantage sa pression fiscale totale Pression fiscale totale dans la zone euro en 2011 (en % du PIB ; source : CE) SK IE ES EE GR MT PT CY LU SI NL DE IT FI AT FR BE 6

7 PRESSION FISCALE TOTALE UNE FORTE HAUSSE DE LA PRESSION FISCALE EN 2012 Malgré cela, notre pression fiscale totale a encore fortement augmenté en Ainsi, le gouvernement Di Rupo I a annoncé en décembre 2011 de nouvelles mesures budgétaires, à la suite desquelles la pression fiscale devrait, cette année, dépasser le niveau record atteint en 1998! Bien que la plupart des pays de la zone euro aient récemment procédé à des hausses d impôts pour assainir leurs finances publiques, la pression fiscale totale de la Belgique croîtra quand même plus vite (+2,5%) que celle de nos trois principaux partenaires commerciaux : la France (+2,2%), les Pays-Bas (+1,0%) et l'allemagne (+0,6%) Évolution de la pression fiscale totale (en % du PIB ; source : CE) Zone euro(17) BE MOY 3 DE FR NL MOY 3 = moyenne de nos trois pays voisins ; p = prévision 7

8 PRESSION FISCALE TOTALE LA TAXATION DU TRAVAIL EST LA PRINCIPALE SOURCE DE RECETTES DES POUVOIRS PUBLICS Pour avoir un meilleur aperçu de la structure des impôts, la pression fiscale totale peut être décomposée en impôts sur le travail, sur le capital et sur la consommation. Selon Eurostat, les autorités belges ont, en 2010, perçu 84,2 milliards EUR d'impôts sur le travail, ce qui représente plus de la moitié de la totalité de leurs recettes fiscales. L'impôt sur le travail est aussi la principale source de recettes publiques dans la grande majorité des autres pays de la zone euro. Bien que les impôts sur le capital et sur la consommation génèrent moins de recettes, cela ne signifie pas pour autant que la pression fiscale sur le capital et sur la consommation est faible. Part des recettes fiscales provenant du travail, du capital et de la consommation en 2010 (en % des recettes totales ; source : Eurostat) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Travail Consommation Capital 8

9 PRESSION FISCALE TOTALE LA PRESSION FISCALE EST ÉLEVÉE NON SEULEMENT SUR LE TRAVAIL, MAIS ÉGALEMENT SUR LA CONSOMMATION ET SUR LE CAPITAL Le taux d'imposition implicite (= le rapport entre la taxation totale et la base imposable) constitue un bon indicateur de la pression fiscale moyenne effective. Nul n'ignore que le travail est lourdement imposé en Belgique : le taux d'imposition implicite de 42,5% sur le travail appliqué dans notre pays est en effet nettement plus élevé que chez nos voisins. Même si la pression fiscale sur le capital et sur la consommation est moins élevée que celle sur le travail, elle est néanmoins, elle aussi, nettement plus importante que dans d'autres pays. Il ne semble donc pas évident de réaliser des glissements d impôts (par ex. du travail vers le capital ou la consommation). Il faut au contraire s'atteler à une diminution générale de la pression fiscale Taux d imposition implicite sur le travail, le capital et la consommation en 2010 (en % de la base imposable ; source : Eurostat) Travail Capital Consommation Belgique MOY 3 Zone euro 9

10

11 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION

12 FISCALITÉ DU TRAVAIL PLUS DE LA MOITIÉ DES COÛTS SALARIAUX VONT AU FISC ET À LA SÉCURITÉ SOCIALE La différence entre le coût salarial total pour l'entreprise et le salaire net que touche en fin de compte le travailleur est le coin fiscal. Cet indicateur de la pression (para)fiscale sur le travail se compose de l'impôt des personnes physiques et des cotisations sociales versées tant par le travailleur que par l'employeur. L'importance du coin fiscal est essentiellement déterminée par le niveau des revenus et par la composition familiale. Si l'on prend un travailleur isolé sans enfants qui perçoit un salaire moyen, on constate que le coin fiscal représente en Belgique plus de la moitié des coûts salariaux totaux. C'est de loin le niveau le plus élevé de tous les pays européens. La différence de coin fiscal est énorme en comparaison avec nos trois pays voisins, et plus particulièrement avec les Pays-Bas Coin fiscal pour un isolé sans enfants avec un salaire moyen en 2011 (en % du coût salarial ; source : OCDE) 26,8 36,0 37,8 38,9 39,0 39,9 40,1 42,6 42,7 47,6 48,4 49,4 49,8 IE LU NL SK PT ES EE SL FI IT AT FR DE BE 55,5 12

13 FISCALITÉ DU TRAVAIL LE COIN FISCAL EST LE PLUS IMPORTANT POUR LES SALAIRES ÉLEVÉS Le coin fiscal dépend largement du niveau des revenus, les revenus plus faibles étant moins taxés (surtout au niveau des cotisations sociales à verser par le travailleur, ce qui s'explique par le bonus à l'emploi). À tous les niveaux de salaire, le coin fiscal se situe en Belgique au-dessus de la moyenne des trois pays voisins. Mais cette différence augmente avec le salaire. Ainsi, un travailleur belge dont le salaire est 2,5 fois supérieur au salaire moyen en cède 63,4% aux pouvoirs publics, soit 12,1 point de pour cent de plus que la moyenne de nos trois principaux partenaires commerciaux. Ce coin fiscal important pour les salaires élevés s'explique principalement par les cotisations patronales et l'impôt des personnes physiques Coin fiscal pour un isolé sans enfants pour différents niveaux de salaire en 2011 (en % du coût salarial ; source : OCDE) 2,7 7,3 BE MOY3 DE FR NL BE MOY3 DE FR NL BE MOY3 DE FR NL 50% salaire moyen 100% salaire moyen 250% salaire moyen IPP Cotisations sociales personnelles Cotisations sociales patronales 12,1 13

14 FISCALITÉ DU TRAVAIL LES TRAVAILLEURS BELGES SONT RAPIDEMENT CONFRONTÉS À DES TAUX MARGINAUX ÉLEVÉS Le taux marginal de l'impôt des personnes physiques indique à quel point un euro supplémentaire de revenus imposables est taxé. En raison de la progressivité de l'impôt des personnes physiques, le taux marginal augmente en fonction des revenus imposables. Mais les travailleurs belges sont très vite confrontés à un taux marginal élevé. Ainsi, un travailleur avec des revenus annuels imposables de EUR est déjà taxé à 45% pour chaque euro supplémentaire de revenus imposables, alors que le taux d'imposition marginal aux Pays-Bas est d'à peine 10,8% pour ce niveau de revenus Taux d imposition marginal selon le niveau des revenus imposables en 2012 (source : OCDE) Revenu annuel net imposable (EUR) 14

15 FISCALITÉ DU TRAVAIL LES ÉPAULES LES PLUS SOLIDES SUPPORTENT DÉJÀ DE LOURDES CHARGES Le système fiscal belge a un important effet redistributif. L'impôt des personnes physiques réellement perçu par le fisc indique que les 10% de salaires les plus élevés paient près de la moitié des impôts, alors que leur part dans les revenus nets imposables totaux est d'environ 30%. Les épaules les plus solides supportent donc effectivement les charges les plus lourdes. 100% 90% 80% 70% 60% 50% Revenu imposable et IPP par classe de revenus en 2009 (cumulatif ; en % du total ; source : SPF Économie) 40% 30% 20% 10% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Nombre de redevables (en % du total) Part de l impôt total Part du revenu imposable net total 15

16

17 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION

18 FISCALITÉ DU CAPITAL L'IMPÔT DES SOCIÉTÉS CONNAÎT UNE ÉVOLUTION NETTEMENT PLUS VOLATILE QUE L'IMPÔT DES PERSONNES PHYSIQUES Contrairement à la masse salariale, les bénéfices des entreprises sont largement tributaires du climat économique. En période de haute conjoncture, bon nombre d'entreprises génèrent habituellement des bénéfices importants. En revanche, lorsque le climat économique se détériore, leurs bénéfices se réduisent substantiellement (ou se transforment parfois même en pertes). En raison de cela, les recettes issues de l'impôt des sociétés connaissent une évolution nettement plus volatile que celles provenant de l'impôt des personnes physiques. Sur une période plus longue, les deux impôts enregistrent cependant une évolution plus ou moins similaire Évolution de l impôt des sociétés et de l IPP en Belgique (2000 = 100 ; source : CE) Impôt des sociétés p IPP 18

19 FISCALITÉ DU CAPITAL LA BELGIQUE PERÇOIT BEAUCOUP D'IMPÔT DES SOCIÉTÉS La crise économique, qui a débuté en septembre 2008, a fortement réduit les bénéfices des entreprises, et partant les recettes de l'impôt des sociétés. Malgré cela, notre pays a, tant avant que pendant la crise, perçu nettement plus de recettes issues de l'impôt des sociétés que ses trois pays voisins et que la moyenne de la zone euro. Malgré tout le tapage que le sujet suscite parfois, la contribution de l'impôt des sociétés aux recettes publiques ne semble donc pas vraiment poser problème. 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 Recettes de l impôt des sociétés en % du PIB (source : Eurostat) 0, zone euro BE NL DE FR 19

20 FISCALITÉ DU CAPITAL LA TAXATION DU CAPITAL A SENSIBLEMENT AUGMENTÉ EN 2012 Dans le cadre des discussions budgétaires menées à la fin de 2011, le gouvernement a décidé d'augmenter plusieurs impôts. Des modifications ont entre autres été apportées au système de la déduction des intérêts notionnels, le précompte mobilier a (à quelques exceptions près) été harmonisé à 21%, le traitement fiscal des véhicules de société a été rendu moins intéressant,... Au total, le gouvernement prévoit que cela rapportera 3,5 milliards EUR de recettes fiscales addi - tionnelles, dont la majeure partie (80,6%) proviendra du capital. Nouvelles recettes fiscales attendues en 2012, approuvées par Di Rupo I (source : tableau budgétaire gouvernement fédéral) Capital Travail Consommation 20

21 FISCALITÉ DU CAPITAL LA BELGIQUE TAXE LE PATRIMOINE, ET PAS QU UN PEU Même si la Belgique n'applique pas d'impôt sur la fortune officiel comme c'est le cas en France, le patrimoine est bel et bien taxé. Les prélèvements lors de l'achat d'une habitation (par ex. droits d'enregistrement) comptent même parmi les plus élevés de la zone euro. Les recettes totales issues des taxes sur le patrimoine, qui se montent à 3,7% du PIB, sont elles aussi sensiblement supérieures à la moyenne de la zone euro, qui ne s élève qu à 2,3%. 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 Impôt sur le patrimoine en % du PIB en 2010 (source : Eurostat) GR DE AT SL SK FI MT CY NL IE zone euro PT EE IT ES LU BE FR 21

22

23 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION

24 FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION LA TVA EST ÉLEVÉE EN BELGIQUE La TVA génère deux tiers des recettes fiscales provenant de la consommation. Chez nos voisins aussi, elle représente de loin le principal impôt sur la consommation. Elle a un impact direct sur les prix et influence dès lors le comportement d'achat du consommateur. Étant donné que la Belgique applique toujours le tarif le plus élevé en comparaison avec ses voisins, cela favorise les achats à l'étranger, ce qui nuit à la fois aux entreprises et au fisc belges Taux standard nominal de la TVA en 2011 (en % ; source : Eurostat) 5 0 LU DE NL FR BE 24

25 FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION PAR LE BIAIS DE L'INDEXATION, UNE HAUSSE DE LA TVA SERAIT DESTRUCTRICE D'EMPLOIS Une hausse de la TVA fait croître le niveau général des prix. Suite à l'in - dexation automatique des salaires, une telle mesure budgétaire est destructrice d'emplois : selon une étude de la Banque nationale, une hausse de la TVA de 0,5% du PIB engendrerait une perte de emplois sur une pé - riode de 7 ans. Cumulatif % Les effets d une augmentation de la TVA à hauteur de 0,5% du PIB (source : BNB) 2,5 35 2,0 1,5 1,0 0, Nombre cumulatif (x1.000) 0,0 année de l introduction 3 ans après l introduction période 7 ans après l introduction 0 Indice-santé Destruction d emplois (échelle de droite) 25

26 FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION LES TAXES ENVIRONNEMENTALES SONT PLUS ÉLEVÉES QU'ON NE LE PENSE GÉNÉRALEMENT Selon des chiffres européens, les taxes environnementales génèrent relativement peu de recettes en Belgique : avec 2,1% du PIB, notre pays est bien en deçà de la moyenne de la zone euro. Il convient toutefois de nuancer quelque peu ces chiffres. Prenons par exemple les taxes et prélèvements sur l'électricité à payer par les ménages. En raison de l'existence de nombreuses taxes environnementales cachées non reprises dans les chiffres européens (comme par ex. le système belge de certificats verts d'électricité) et de taxes sur l'électricité autres que les taxes environnementales, le bureau d'études Frontier Economics a, à la demande de la CREG, calculé la pression fiscale totale sur l'électricité. Il en ressort que ces impôts et prélèvements sont en réalité nettement plus élevés que ne le laissent présumer les chiffres européens. Ainsi, un ménage belge moyen paie Taxes environnementales en % du PIB en 2010 (source : Eurostat) 1,7 1,9 1,9 2,1 ES FR SK BE DE zone euro AT 2,2 2,3 plus de taxes sur la consommation d'électricité que ses voisins limitrophes (à l'exception de l'allemagne). 2,4 2,4 2,4 2,4 2,5 IE GR LU 2,6 PT IT FI CY EE 2,8 2,9 3,0 3,1 MT 3,6 SL NL 4,0 26

27 FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION 12 Taxes et prélèvements sur l électricité pour les ménages en 2011 (source : Frontier Economics) 10 eurocent/kwh Bruxelles Flandre Wallonie France Allemagne Pays-Bas Grande-Bretagne 27

28 Fédération des Entreprises de Belgique ASBL rue Ravenstein Bruxelles T F

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Analyse : Les inégalités de revenus en Belgique

Analyse : Les inégalités de revenus en Belgique Collection CEPESS Analyse : Les inégalités de revenus en Belgique Editeurs responsables : Eric PONCIN, Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation En collaboration avec : Antoine de BORMAN

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

L expérience belge. Christian VALENDUC Service d études SPF Finances, Belgique

L expérience belge. Christian VALENDUC Service d études SPF Finances, Belgique Evaluation des dépenses fiscales L expérience belge Christian VALENDUC Service d études SPF Finances, Belgique Evaluation des dépenses fiscales L expérience belge Historique Définitions de base et contenu

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

Annexe 2 : Informations statistiques

Annexe 2 : Informations statistiques Annexe 2 : Informations statistiques Pour une analyse détaillée et des données récentes sur les tendances en matière d emploi en Europe, voir Commission européenne (23), Emploi en Europe 23 (http://europa.eu.int/comm/employment_social/employment_analysis/employ_23_fr.htm)

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Pour une justice sociale et fiscale. 29 septembre 2015 Garcia Lorca F.Gobbe Kairos Europe www.kairoswb.com

Pour une justice sociale et fiscale. 29 septembre 2015 Garcia Lorca F.Gobbe Kairos Europe www.kairoswb.com Pour une justice sociale et fiscale 29 septembre 2015 Garcia Lorca F.Gobbe Kairos Europe www.kairoswb.com La «sauce belge» fiscale Le «Tax shift» = allègement d impôt sur les cotisations sociales payées

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Chiffres clés de l'économie

Chiffres clés de l'économie Chiffres clés de l'économie Tous les chiffres présentés ici ont été calculés à partir des données d'eurostat telles qu'elles sont disponibles sur son site : http://ec.europa.eu/eurostat/fr Toutefois, seules

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Cumul d activités & protection sociale

Cumul d activités & protection sociale Cumul d activités & protection sociale Avec le soutien financier de EURES Contributeurs CUMUL D ACTIVITéS ET PROTECTION SOCIALE EURES est un réseau européen créé en 1993 par la Commission européenne avec

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Résumé Les coûts

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27

Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27 Janvier 2009 Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27 Données pour la France 2 Le secteur privé français compte, près de 1,5 millions d entreprises. Poids des entreprises selon leur taille

Plus en détail

Un tax shift équitable et raisonnable : l alternative de la CGSLB. 1. Les raisons pour lesquelles une alternative s impose

Un tax shift équitable et raisonnable : l alternative de la CGSLB. 1. Les raisons pour lesquelles une alternative s impose Un tax shift équitable et raisonnable : l alternative de la CGSLB 1. Les raisons pour lesquelles une alternative s impose En tant qu organisation syndicale, nous avons attendu le tax shift annoncé par

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance 2014 Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP

Plus en détail

Une présentation du rapport de la Cour des comptes : «Les prélèvements fiscaux et sociaux en France et en Allemagne»

Une présentation du rapport de la Cour des comptes : «Les prélèvements fiscaux et sociaux en France et en Allemagne» Analyse Une présentation du rapport de la Cour des comptes : «Les prélèvements fiscaux et sociaux en France et en Allemagne» Nous reproduisons ci-après l article paru dans les Nouvelles Fiscales (2011,

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 -

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES Travail des étudiants Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - J ai travaillé

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS

VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION 30.30.014/00 09/08 Vous êtes dirigeant d entreprise et vous souhaitez octroyer à vous-même ou un avantage extra-légal de pension

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Conférence de presse 15 novembre 2011 1 Une compétitivité française qui se dégrade 2 La France a perdu des parts de marché depuis 2000 Part

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique Perspectives économiques 1999-2004 Annexe statistique Avril 1999 Le Bureau fédéral du Plan Le Bureau fédéral du Plan (BFP) est un organisme d intérêt public. Le BFP réalise des études sur les questions

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

IMPOSITION DES FRONTALIERS

IMPOSITION DES FRONTALIERS Union Démocratique du Centre du canton du Jura Case postale 88 2822 Courroux IMPOSITION DES FRONTALIERS COMPARAISON DES MODÈLES GENEVOIS ET JURASSIENS PRÉAMBULE Dans le domaine de la taxation des frontaliers,

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Quelle est la contribution de nos entreprises au Trésor public et à la sécurité sociale?

Quelle est la contribution de nos entreprises au Trésor public et à la sécurité sociale? analyse FEB Quelle est la contribution de nos entreprises au Trésor public et à la sécurité sociale? Septembre 2014 I Raf Van Bulck 39,2 % II Pourcentage de la valeur ajoutée nette générée par les entreprises

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE?

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE? LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE? NOTE 1 : L activité des Développeurs et Sponsors au sein de FARKLI Online est une activité professionnelle.

Plus en détail

CIRCULAIRE. Relance : réduction des charges fiscales et parafiscales

CIRCULAIRE. Relance : réduction des charges fiscales et parafiscales Anneleen Bettens Conseiller adjoint Departement sociale zaken T +32 2 515 09 27 F +32 2 515 09 13 ab@vbo-feb.be CIRCULAIRE CI13/056F.AB-VvE Relance : réduction des charges fiscales et parafiscales 23 décembre

Plus en détail

MODIFICATIONS AU 1 ER JANVIER 2013

MODIFICATIONS AU 1 ER JANVIER 2013 MODIFICATIONS AU 1 ER JANVIER 2013 SMIC (SMIC) Plafond Sécurité Sociale (PLAFOSOC) Minimum Garanti (MINGARANTI) 9.43 3086 3,49 Plafond de sécurité sociale 2013 Même si l arrêté confirmant le plafond de

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Pour une fiscalité au service du développement des villes

Pour une fiscalité au service du développement des villes 1 Pour une fiscalité au service du développement des villes Force est de constater que la fiscalité actuelle en Belgique connaît un certain nombre de mécanismes qui sont défavorables au développement des

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value?

Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value? Imposition des plus-values immobilières Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value? Appelons «période transitoire»

Plus en détail

Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations

Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations Séminaire pour les enseignants, 5 octobre 2016 Bruno Eugène Ruben Schoonackers INTERN Département des Études Groupe Finances publiques Structure

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Baromètre de la société de l information

Baromètre de la société de l information Baromètre de la société de l information BAROMÈTRE DE LA SOCIETE DE L INFORMATION (2014) http://economie.fgov.be L édition 2014 du Baromètre de la société de l information est disponible sur le site web

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

«Comment et pourquoi. avec l assurance vie?»

«Comment et pourquoi. avec l assurance vie?» «Comment et pourquoi diversifier son patrimoine avec l assurance vie?» Car dans «ASSURANCE VIE», il y a le mot «PLACEMENT» «Pourquoi vous intéresser dès aujourd hui à ce mode de placement?» Parce que :

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

L engagement individuel de pension s'applique-t-il aussi à votre personnel?... 2

L engagement individuel de pension s'applique-t-il aussi à votre personnel?... 2 Publication trimestrielle Information de KBC Banque & Assurance Publication trimestrielle 2e année Numéro 3 juin 2005 Dans cette lettre d information de KBC Employee Benefits L engagement individuel de

Plus en détail

PARTIE I Contexte démographique et socio-économique

PARTIE I Contexte démographique et socio-économique PARTIE I Contexte démographique et socio-économique La Fédération -Bruxelles en chiffres 2014 13 graphie Démographie Démographie 1 Démographie Démographie Démographie Démographie Démographie Démographie

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE

DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE Etienne de Callataÿ UWE Liège, le 28 octobre 2010 LES DEFIS 1. La croissance économique durable 2. La cohésion sociale 3. Les finances publiques 4. La structure

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

SYNTHESE. Structure des prélèvements, tax shifting et réforme fiscale : les termes du débat

SYNTHESE. Structure des prélèvements, tax shifting et réforme fiscale : les termes du débat SYNTHESE En novembre 2012, le Ministre des Finances a chargé la Section «Fiscalité et Parafiscalité» (ciaprès «La Section») de s engager dans une réflexion profonde sur «la façon dont la règlementation

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique annexe annexe B B Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique. Vue d ensemble La contribution cumulée des produits pétroliers (essence, diesel et mazout de chauffage) à l inflation totale

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 -

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 - L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES Travail des étudiants Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 - J ai travaillé

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE Pour mieux comprendre COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE LE GOUVERNEMENT S ENGAGE L agriculture est un secteur stratégique pour l économie française et dispose d atouts considérables. Avec ses 450 000

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Capital Life est une assurance-vie de la branche 23 dont le rendement est lié à des fonds d investissement internes.

Capital Life est une assurance-vie de la branche 23 dont le rendement est lié à des fonds d investissement internes. Fiche Info Financière Assurance-Vie branche 23 Capital Life 1 1 Cette "fiche info financière assurance-vie" décrit les modalités du produit qui s appliquent à partir du 15 décembre 2014. Type d assurance-vie

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

Taxe CO 2 et hausse de la charge fiscale sur les carburants: Une catastrophe économique et sociale! OFA/GME, 10.08.2011

Taxe CO 2 et hausse de la charge fiscale sur les carburants: Une catastrophe économique et sociale! OFA/GME, 10.08.2011 Taxe CO 2 et hausse de la charge fiscale sur les carburants: Une catastrophe économique et sociale! OFA/GME, 10.08.2011 1. Conséquences économiques désastreuses a. Risque de hausse généralisée des coûts

Plus en détail

Les principes et propositions d une fiscalité juste et leurs effets sur les finances de l Etat Fédéral et des Entités Fédérées

Les principes et propositions d une fiscalité juste et leurs effets sur les finances de l Etat Fédéral et des Entités Fédérées Annexe 1 (doc. IW/13/CM.08) Beez, le 4 octobre 2012 IW/12/NB.040 TB/MM/GI/AK A u x m e m b r e s d u B u r e a u d e l I W Les principes et propositions d une fiscalité juste et leurs effets sur les finances

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L ENERGIE. Chiffres clés 2010 60%

OBSERVATOIRE DE L ENERGIE. Chiffres clés 2010 60% OBSERVATOIRE DE L ENERGIE Chiffres clés 2010 20% 80% 60% 40% Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès 50 1210 BRUXELLES N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique»

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Session de formation du lundi 18 janvier 2010 Première séance, «Décrypter les prélèvements obligatoires»» PSE 48 boulevard Jourdan Grande salle

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE. Une étude d Alliance 46.2. Entreprendre en France pour le tourisme

IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE. Une étude d Alliance 46.2. Entreprendre en France pour le tourisme IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE Une étude d Entreprendre en France pour le tourisme Données et calculs par MKG Hospitality CONTEXTE L Assemblée Nationale a

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail