DEDICACE. A mes chers enfants, pour tant d amour et de soutien moral, voici. un bel exemple.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEDICACE. A mes chers enfants, pour tant d amour et de soutien moral, voici. un bel exemple."

Transcription

1 1 DEDICACE A ma chère épouse, NDOMBA MUTUAYA Vichy pour tant de tendresse, d affection, de sacrifice et d encouragement. Quelque soit la durée de la nuit, le jour apparaitra. un bel exemple. A mes chers enfants, pour tant d amour et de soutien moral, voici

2 2 REMERCIEMENTS Dans ce tableau traduisant notre gratitude envers tous, nous ne pouvons manquer de souligner l apport combien louable de nos frères et neveux MAYOMBO MBILIA Castro, MBONDO MAYOMBO Juif, MAFUTA MONGA ALONDO Espé et MBONDO Bruno pour votre soutien moral et matériel à la réussite de cette œuvre. Qu ils trouvent ici la plénitude de notre gratitude. Nous n oublierons jamais, le professeur ordinaire MVIBUDULU KALUYIT qui nous a changés de vocation, en nous introduisant dans le milieu universitaire en qualité d enseignant, après que nous ayons tiré la révérence à notre longue carrière d officier militaire. Nous exprimons une reconnaissance particulière au professeur MBANGALA MAPAPA, coordonateur du programme de Master ISC ULG, pour la formation si riche qu il nous a donnée et qui a laissée des empreintes indélébiles pour la suite de notre carrière scientifique. Nous vous remercions aussi de la façon dont vous avez coordonné les aspects pédagogiques et administratifs de la démarche du mémoire projet. Nous remercions particulièrement le professeur KOLA GONZE, promoteur de notre mémoire- projet pour les remarques qu il nous a faites parvenir et toute aide sur le plan des connaissances, de la méthodologie qui nous ont servies à enrichir ce mémoire projet. Cette quête des connaissances en gestion et droit de l entreprise, nous l avons aiguisée avec notre voisin de classe, l inséparable PHANZU

3 3 LUSALA Hippolyte. Nous lui exprimons toute notre gratitude et nos sincères amitiés. A tous mes collègues, auditeurs de la 1 ère promotion du programme de Master ISC ULG, va notre reconnaissance pour leurs préoccupations et interrogations qui nous ont permis d entreprendre la réalisation de cette œuvre. Que tous ceux qui de près ou de loin nous ont assistés du succès de cette carrière combien noble sachent qu ils ont place de choix dans notre cœur. MAYOMBO MONDIO SOMMAIRE

4 4 En République Démocratique du Congo, la fiscalité directe n est pas rentable parce que son champ d application est limité et à cause de l économie informelle. Il s agit donc de regarder du coté de la fiscalité indirecte si l on veut lever l impôt sur cette économie informelle congolaise. L application de la TVA dans les autres pays d Europe comme d Afrique ayant fait bonne figure, a poussé la RDC par l entremise de son Administration fiscale à introduire, depuis le 1 er décembre 2012 la TVA dans le système fiscal congolais en remplacement de l ICA qui était moins performant. La création d un nouvel impôt dans le milieu des affaires pose toujours au départ de sérieux problèmes d adaptation. Toutes ces mauvaises pratiques ayant élues domiciles dans notre pays influencent l homme d affaires congolais ou étranger et l Administration fiscale elle-même. Dans cette étude, nous avons tenté de répondre aux questions suivantes, une année après la mise en œuvre de la TVA : - La TVA telle qu instituée, est-elle facilement acceptée dans le monde des affaires en République Démocratique du Congo? - Les mécanismes et les principes de la TVA sont-ils compris dans le milieu des affaires? - Etant donné la limitation des assujettis par la loi, la TVA répond-elle au défi de la sous mobilisation des recettes reprochées à l ICA? C est pourquoi nous nous proposons, dans cette étude d analyser les dispositions relatives à l introduction de la TVA dans le système fiscal congolais et d étudier l incidence dans sa mise en œuvre dans le monde des affaires pour déterminer s il s agit, entre les opérateurs économiques, collecteurs de la TVA et l Administration fiscale centrale, percepteur de la TVA, d un mariage ou le début des controverses.

5 5 EXECUTIVE SUMMARY Nowadays, the resources tax and non-tax dues and taxes are the main sources of income in most developing countries. They are composed of direct taxation which sits on constant data, income or capital. In the Democratic Republic of Congo direct taxation is not profitable because its scope is limited. Also, the incomes of developing State like the DRC are relatively small and professional activities in the formal sector are not flourishing. It is therefore to look at the side of indirect taxes if it wants to raise the tax on the Congolese informal economy that many economists estimate that more than half of GIP. Indirect taxation is one that strikes the expense or consumption which is the main Value Added Tax. The application of the tax on the value added in other European countries such as Africa with a good figure is for the Democratic Republic of Congo through its tax administration to be introduced since 01/12/2012, tax on the value added; tax system in Congo replacing the tax on sales, was less efficient. The creation of a new tax in the business community is always at the start of serious problems of adaptation. These bad practices, which took place in our country, Influencing Congolese or foreign businessmen and tax administration itself. In this study, we attempted to answer the following questions, one year after the implementation of the Value Added Tax: The value added tax is it easily accepted in the business in Democratic Republic of Congo? The mechanisms and the principles of value added tax are they included in the business?

6 6 Given the limitation of the subject by law accountable to 6000, the tax on the added value does it respond to the challenge of mobilizing revenue under the tax charged on sales and expectations of economic operators in DRC. That is why we propose in this study to analyze the provisions relating to the introduction of the tax on the value added tax in the Congolese system of tax, and study the impact on its implementation in the business world to determine if it is between economic operators, collectors of the tax value and the central Administration, the tax collector, marriage or early controversies.

7 7 INTRODUCTION Problématique La force d une nation est aussi fonction de la force ou de la puissance de son économie. Car, celle-ci bien structurée et avec plusieurs activités diversifiées dans les différents secteurs industriels, commerciaux et de services, est source de beaucoup de ressources pour les Etats qui prélèvent les impôts sur les revenus générés par ces activités en vue de la couverture des charges publiques pour des fins d interventions dans la vie économique et sociale. En effet, pour faire face aux diverses interventions, les Etats modernes recourent généralement aux ressources fiscales pour financer les dépenses publiques parce qu elles sont sans contrepartie et n alourdissent pas le poids de la dette publique. Les ressources fiscales et non fiscales qui sont les impôts et taxes constituent, de nos jours, les principales sources de revenus dans la plupart des Etats en développement. Elles sont à la base de la souveraineté des nations et sont des instruments de régulation des activités socio économiques capables d influencer la production et la consommation des biens et des services d encourager l épargne et l investissement voire d orienter le mode d organisation d entreprises. Le prélèvement des ressources fiscales par l Etat congolais est opéré sur les personnes physiques ou des personnes morales soit sur les biens qu elles possèdent, soit sur les revenus qu elles gagent ou soit sur les dépenses qu elles effectuent. Le nombre élevé des membres d une communauté constitue un potentiel sur lequel l Etat, à travers son Administration fiscale, peut prélever des ressources pour pouvoir couvrir ses besoins de fonctionnement et atteindre ses objectifs de développement. Au regard du potentiel fiscal de la République Démocratique du Congo, la configuration actuelle du système fiscal ne permet pas une mobilisation optimale des ressources fiscales qui peuvent provenir de la fiscalité directe ou de la fiscalité indirecte.

8 8 La fiscalité directe est celle qui est assise sur des données constantes, revenus ou capitaux, permettant la perception de l impôt à des intervalles réguliers. 1 En ce qui concerne les biens, la législation fiscale congolaise prévoit le prélèvement de l impôt sur les biens immeubles (terrains et bâtiments), sur les véhicules et sur les droits de concession octroyés par l Etat sur les terrains disposant des mines ou des hydrocarbures. L imposition du revenu étant cédulaire et non global, il ne frappe que les revenus provenant de la location des bâtiments et terrains, des capitaux mobiliers et des activités professionnelles. La fiscalité directe n est pas rentable en République Démocratique du Congo parce que son champ d application est limité. Aussi, les revenus des populations d un Etat en développement comme la RDC, sont relativement faibles et les activités professionnelles du secteur formel. Ne sont pas florissantes. Une bonne partie de la population dispose des revenus qui sont insaisissables par l Administration fiscal du fait qu elle évolue dans le secteur informel. Ces revenus peuvent néanmoins être frappés lors de leur consommation. Il s agit donc de regarder du côté de la fiscalité indirecte si l on veut lever l impôt sur cette économie informelle congolaise, que plusieurs économistes évaluent à plus de la moitié du produit intérieur Brut (PIB). 2 La fiscalité indirecte est celle qui frappe la dépense ou la consommation. Elle saisit les revenus mais ne les frappent pas en tant que tels c'est-à-dire qu elle n atteint pas directement les revenus, mais seulement lorsqu ils sont dépensés pour l achat des biens ou des services ou même de leur consommation. De ce fait, les impôts indirects présentent une rentabilité élevée car assis sur les consommations ; faits intermittents, leur perception se réalisant tout au long de l année, à la différence des impôts directs qui sont prélevés à des intervalles réguliers. Cependant, il sied de relever que malgré le rendement élevé des impôts indirects, ceux-ci n arrivent toujours pas à fournir des recettes suffisantes au budget de l Etat au regard du potentiel fiscal de la République Démocratique du Congo. 1 CONZIAN, Précis de fiscalité des entreprises, 18 e éd, LITEC, Paris, 1994, P3. 2 BAKANDEJA WA MPUNGU, Les Finances Publiques, éd. Afrique Larcie, Paris,2006

9 9 La réforme de 1969 par le biais de l Ordonnance-Loi n 069/58 du 5 décembre 1969 avait institué un impôt sur la dépense, avec comme modalité de prélèvement une taxe cumulative ou en cascade, dénommée «impôt sur le chiffres d affaires (ICA)» qui est perçu à trois niveau : à l importation, à l exportation ainsi qu à l intérieur du pays. Si aujourd hui, l impôt sur le chiffre d affaires à l exportation a été supprimé par la loi n 04/013 du 15 juillet 2004, l impôt sur le chiffre d affaires à l intérieur qui frappe les ventes des produits de fabrication locale, les prestations de services et les travaux immobiliers, ainsi que l impôt sur le chiffre d affaire à l importation qui est assis sur les marchandises franchissant la frontière nationale en provenance de l extérieur, ont néanmoins été maintenus. 3 En raison de son caractère cumulatif et de l étroitesse de son champ d application, cet impôt sur le chiffre d affaires présente l inconvénient d avoir une rentabilité faible, d engendrer des distorsions dans le commerce et de rendre moins compétitifs les produits destinés à l exportation à cause de la rémanence fiscale qu il engendre. 4 Aussi, en dépit des améliorations introduites par la loi n 008/2003 du 18 mars 2003 portant modification de l Ordonnance-Loi n 69/058 du 5 décembre 1969 relative à l impôt sur le chiffre d affaires, notamment à travers la possibilité de déduction de l impôt sur le chiffre d affaires supporté en amont lors d acquisition des matières premières et des biens intermédiaires, tant à l importation qu à l intérieur, lors de la réalisation du chiffre d affaires. 5 Ce dispositif n a pas permis d atteindre une meilleure rentabilité de cet impôt malgré les nouvelles dispositions prises. Ce qui a conduit à un foisonnement des régimes d exceptions sous forme d exonération diverses, totales ou partielles, soutenues notamment par le Code des Investissements, le Code Minier, etc. Depuis 2001, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo s était engagé auprès des partenaires multilatéraux, essentiellement le Fonds Monétaires International (FMI) et la Banque Mondiale, dans un programme dont le volet fiscal comporte la réforme et la modernisation qui s articule autour de deux axes principaux, à savoir : 3 Codes des Impôts en RDC, mis à jour au 30 septembre Banque Centrale du Congo, Rapport annuel Loi n 008/2003, du 18/03/2003, portant modification de l O-L n 69/058 du 5/12/1969 relative à l ICA

10 10 - La réforme des structures ; - La réforme de la législation. La réforme des structures visait la mise en place de nouveaux services de gestion de l impôt en fonction de la taille des contribuables pour jouer le rôle d interlocuteur fiscal unique. Ainsi, la Direction des Grandes Entreprises (DGE) est chargée de la gestion des gros contribuables, les Centres des Impôts (CDI) sont chargés de la gestion des contribuables de taille moyenne et les Centres d Impôts Synthétiques (CIS) se chargent de la gestion des contribuables de petite taille. La réforme de législation, quant à elle, visait l introduction de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) comme impôt sur la dépense en remplacement de l impôt sur le chiffre d affaires (ICA) avec comme objectif majeurs poursuivis : - L accroissement sensible des recettes fiscales du fait de l élargissement du champ d application de l impôt sur la dépense ; - L attrait des investissements économiques et la relance de la production nationale en raison de sa neutralité ; - La réduction des activités informelles par le drainage de ces dernières vers le secteur structuré du fait de l importance des affaires visées ainsi que des obligations comptables qui découlent de sa gestion ; - La facilitation de l harmonisation de la fiscalité indirecte dans le contexte des regroupements régionaux, et des accords de coopération bi ou multinationale. 6 Après un long processus pour sa mise en œuvre, la TVA est introduite dans le système fiscal congolais, par l Ordonnance-Loi n 001/10 du 20 août 2010 portant introduction de la Taxe sur la Valeur Ajoutée. L introduction ou la création d un nouvel impôt dans le milieu des affaires pose toujours au départ de sérieux problèmes d adaptation. La notion du paradoxe fiscal nous fait savoir que face à l impôt, l homme a toujours développé des réflexes pour se soustraire au paiement de 6 Loi n 06/002 du 27 février 2006 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n 04/013 du 15 juillet 2004 relative ICA.

11 11 l impôt ou encore l éviter simplement par la fraude soit dans la minoration des bases ou encore dans les fausses déclarations et aussi par l évasion fiscale. Toutes ces mauvaises pratiques ayant élues domiciles dans notre pays (incivisme fiscal, corruption, concussion, interférences politiques) influencent l homme d affaires congolais ou l agent économique (congolais ou étranger) et l administration fiscale elle-même. 7 Nous nous posons aujourd hui, les questions suivantes : - La Taxe sur la valeur ajoutée telle qu instituée, est-t-elle facilement acceptée dans le monde des affaires en RDC? - Les mécanismes et les principes de la TVA sont-ils compris dans le milieu des affaires? - Etant donné la limitation des assujettis par la loi, ceux étant sous la gestion de la Direction des Grandes Entreprises (DGE) et du Centre des Impôts (CDI) ne représentant aujourd hui que moins de 6000 redevables. 8 La TVA répondra-t-elle au défit de la sous mobilisation des recettes reprochées à l ICA et aux attentes des opérateurs économiques de la RDC? C est pourquoi, nous nous proposons, dans cette étude, d analyser les dispositions relatives à l introduction de la TVA dans le système fiscal congolais et d étudier l incidence dans sa mise en œuvre dans le monde des affaires pour déterminer s il s agit, entre les opérateurs économiques, collecteurs de la TVA et l Administration fiscale centrale, percepteur de ce nouvel impôt, d un mariage ou le début des controverses. hypothèse. Pour réaliser cette étude, il est nécessaire de se fonder sur une 7 BOUGON P, Audit de gestion fiscale, Tome 1, éd. Atol, Paris, MABIALA UMBA Laurent, Gestion de procédures fiscales, 1 ère Licence, Fiscalité ISC-KIN,

12 12 Hypothèse Le souci de l amélioration des recettes fiscales pour la participation efficiente de l Administration fiscale au budget de l Etat a poussé cette dernière à proposer différentes reformes fiscales notamment l introduction de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) en remplacement de l impôt sur le chiffre d affaires (ICA) longtemps d application en RDC. L application de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) dans les autres pays d Europe comme d Afrique ayant fait bonne figure quant bien même que le départ à toujours été difficile, a poussé la RDC par l entremise de son administration fiscale à tenter l expérience de ce nouvel impôt dans son système fiscal. Toutefois l impôt sur le chiffre d affaires (ICA) entant qu impôt indirect avec effets de cascade, n a pas fait piètre figure dans sa participation aux recettes fiscales de la DGI. Malgré les différents taux qu il nous présente avec les différentes modifications qui sont intervenues jusqu à l introduction de la procédure de déductibilité en matières de production, cela ne parait toujours pas suffisant par rapport aux attentes du fait de la limitation du champ d application de l impôt sur le chiffre d affaires et aussi bien du mauvais comportement des certains redevables légaux qui se permettent de s autofinancer avec l ICA collecté auprès de leurs clients qui sont des redevables réels sans pour autant les reverser à temps au Trésor ou encore ne reversent même pas la totalité des sommes collectées. Tout ceci constitue des insuffisances ou des manquements qui peuvent être corrigés si la taxe sur la valeur ajoutée arrive à gagner de l espace du monde des affaires de la République Démocratique du Congo étant donné l étendue de son champ d application. Et l Administration fiscale mobiliserait beaucoup de recettes pour couvrir ses assignations budgétaires. Cela sera conditionné par un mariage dans le meilleur et non dans le pire entre les opérateurs économiques et le nouvel impôt.

13 13 Intérêt du Sujet L intérêt qui est porté à ce sujet se trouve être dans le souci de voir comment la TVA se comporte dans le monde des affaires de la RDC et surtout en terme des recettes des impôts indirects dans l ensemble des recettes à générer par l Administration fiscale congolaise étant donné certains paramètres économiques socio politiques de notre pays. 4. Délimitation du Sujet Le présent travail s assigne un champ d investigation précis : il se limitera essentiellement à l étude de la TVA, introduite dans le système fiscal congolais en 2010 par l ordonnance-loi n 001/10 du 20 août 2010 et sa mise en œuvre dans le monde des affaires. Pour préciser les contours d un sujet, il nous paraît utile d adopter une méthodologie de travail. 5. Méthodes et Techniques Utilisées Pour réaliser cette étude, il nous a plu de recourir à trois méthodes de travail à savoir : la méthode comparative, la méthode juridique et la méthode sociologique. 6. Annonce du Plan Outre l introduction et la conclusion, la présente étude comprend deux parties. La première partie consistera à l étude des considérations théoriques sur la TVA et expériences des autres Administrations fiscales. Subdivisée en deux chapitres, le premier chapitre parlera des considérations théoriques sur la TVA et le second, des expériences de la TVA dans les autres administrations fiscales. La deuxième quant à elle, abordera la mise en œuvre de la TVA dans le système fiscal de la RDC et son incidence dans le monde des affaires congolais. Subdivisée, elle aussi, en deux chapitres, le premier traitera de la TVA face aux opérateurs économiques et le second sera consacré sur la mise en œuvre de la TVA en RDC, mariage ou controverse.

14 14 1 ère Partie : CONSIDERATIONS THEORIQUES ET EXPERIENCES DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DANS LES AUTRES ADMINISTRATIONS FISCALES Il sera question, dans cette partie, de l histoire de la taxe sur la valeur ajourée (TVA), de l analyse des principes généraux, du champ d application et des caractéristiques des impôts indirects. Le premier chapitre sera relatif aux considérations théoriques et le second analysera les expériences des administrations fiscales autres que celle RDC sur l instauration de la TVA dans leurs systèmes fiscaux et la part des recettes de la TVA dans leurs budgets.

15 15 Chapitre I : CONSIDERATIONS THEORIQUES SUR LA TVA Section I : HISTORIQUE DE LA TVA L option de la création d un nouvel impôt sur la consommation qui devait éliminer les inconvénients de l ICA, élargir le champ d application et générer beaucoup de recettes a été suscitée en France. C est alors en France où a été inventée la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) par l inspecteur des impôts, Monsieur Maurice LAURE en 1954 alors directeur adjoint de la Direction Générale des Impôts 9. Son idée a convaincu les dirigeants politiques sur son efficacité : la TVA est levée sur chaque entreprise au fur et à mesure du processus de production. Le système de Maurice Laure fut mis en place le 10 avril 1954 et toucha d abord les grandes entreprises. Le 06 janvier 1966, sur proposition de Valery Giscard d Estaing alors ministre des finances, la TVA est étendue au commerce de détail. Le taux normal initialement fixé à 17,6% est en suite passé à 18,6%, puis 20,6% à compter du 1 er août 1995 pour redescendre à 19,6% à compter du 1 er avril Aussi, à partir du milieu des années 1960, le succès de la TVA incite de nombreux autres Etats et notamment les Etats membres du marché commun à adopter la TVA pour remplacer les systèmes de taxes indirects sur les biens et services existants dans chaque pays. 10 Dans le monde, la TVA. S est progressivement imposée dans de nombreux pays comme le mécanisme de taxation préféré pour les biens et services. Toute fois, actuellement les Etats- Unis n ont pas adopté la TVA préférant un système proche de «sales taxes» (taxes sur la vente ; de même que le canada). Par contre, au niveau de l union Européenne, les grandes directives de la TVA ont été prises. La 1 ère directive du 11 avril 1967 consacrant l adoption de la TVA dans tous les états membres en matière 9 LAURE.M, Traité de politique fiscale, PUF, Paris, 1956, page TAYAYE TONDA, De l introduction de la TVA dans le système fiscal congolais en remplacement de l ICA, Article in Revue congolaise de gestion et de développement, Vol XL, CRIGED, 2011.

16 16 définition des opérations imposables de règles de territoriale, d assiette, d exemptions. Tandis que la 6 ème directive du 17 mai 1977 qui constitue encore à l heure actuelle le texte de référence en matière de TVA a été modifié avec l instauration de la TVA intra communautaire. 11 C est enfin le 1 er janvier 1993, date à laquelle on a assisté à l avènement du marché unique qui a abolie les contrôles douaniers aux frontières pour le trafic intra-communautaire de marchandises afin de faciliter l harmonisation de la TVA. Pour l histoire de la RDC, nous pouvons dire qu elle est le 145 ème Etat du monde qui prit le courage d introduire la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) dans son système fiscal. De tous les temps, son système fiscal en ce qui concerne les impôts indirects, plus précisément l imposition de la dépense ou de la consommation, était basée sur le modèle de taxation unique du chiffre d affaires prélevé à l étape de la production ou de la vente des biens et des services, produisant ainsi des effets de cascade dans la chaîne économique jusqu au consommateur final. Aussi, pour faire face à cet effet de «cascade jugée antiéconomique», il a été introduit la loi n 008 du 18 mars 2003 portant modification de l O-L n 69/058 du 05/12/1969 relative à l ICA, une disposition permettant la déductibilité de l ICA ayant grevé les matières premières ainsi que les biens intermédiaires lors de leur importation ou acquisition sur le montant du chiffre d affaires collecté à l occasion des ventes des produits transformés. Ce mécanisme de déductibilité qui est appliqué seulement sur les ventes est l émanation du principe de déductibilité applicable à l imposition de la TVA qui vient d être introduite dans notre système fiscal à partir de l OL n 001/10 du 20/08/2010 dont la mise en application a eu lieu en janvier Section II : PRINCIPES GENERAUX ET CHAMP D APPLICATION DE LA TVA 12 En parlant des principes généraux, il est question d épingler la notion de la base d imposition de la TVA, de la territorialité, du fait générateur et de l exigibilité, du taux et de la base d imposition de la TVA. Sans oublier 11 GALAVIELLE J.P, TVA, impôt moderne, PUF, Paris LEFEBVRE F, Mémento pratique de fiscalité, Edition Francis Lefebvre, Paris, 2008

17 17 que dans l application de la TVA, il ya le régime de droit à déduction et du remboursement qui constituent une spécificité pour cet impôt Le Premier principe de l imposition de la TVA Sont imposables à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) les livraisons de biens, les prestations de services, les acquisitions intracommunautaire effectuées à titre onéreux par un assujetti agissant en tant que tel. De par ce principe, nous retrouvons même le champ d application de cet impôt. Aussi pouvons-nous définir «un champ d application», comme les domaines ou les matières ou encore les opérations sur lesquels un impôt est assis. En ce qui concerne l impôt sur le chiffre d affaires (ICA) depuis son origine, c est un impôt qui a un champ d application réduit comme le cas pour la République Démocratique du Congo «RDC», dont le champ d application est limité à trois affaires imposables seulement à savoir : les ventes des produits fabriqués localement, les prestations de services que les travaux immobiliers. C est pourquoi l idée de création d un impôt qui devait s étendre à toutes les activités économiques relatives à titre onéreux était née en France avec l instauration de la TVA afin de l élargissement du champ d application et de l amélioration du niveau de recettes. Dans l imposition de la TVA, il ya lieu d épingler aussi la notion d assujetti que l on définit comme toute personne qui effectue d une manière indépendante une activité économique quels que soient : - Son statut juridique, - Sa situation au regard des autres impôts - La forme ou la nature de son intervention. 13 Et sont réputées agir de manière indépendante, les personnes qui exercent une activité sous leur propre responsabilité et jouissent d une totale liberté dans l organisation et l exécution des opérations qu elles réalisent. Ne sont donc pas considérées comme assujetti à la TVA toutes les personnes qui n agissent pas de manière indépendante. Tel que : 13 Code général des impôts, livre de procédures, France, 2003

18 18 - Les salariés et autres personnes qui sont liées par un contrat de travail ou par tout autre rapport juridique créant des liens de subordination en ce qui concerne les conditions de travail, les modalités de rémunération et responsabilité de l employeur. - les travailleurs à domicile dont les gains sont considérés comme des salaires. - les voyageurs, représentants et placiers (VRP) statuaires ou salariés. Notons qu il ya quelque part là, la notion de la permanence de l activité car une personne qui réalise à titre occasionnel une opération économique n a en principe pas la qualité d assujetti. Ne sont pas également assujetties les personnes morales de droit public pour les opérations ou activités qu elles accomplissent entant qu autorité publique si leur non assujettissement conduit à des distorsions de concurrence Du principe de la territorialité de la TVA La notion de la territorialité d un impôt implique donc la notion du lieu où un impôt doit être perçu ou encore le lieu où les activités économiques ou les opérations sont réalisées pour y rechercher son imposition. En ce qui concerne la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) telle qu instaurée depuis son origine en France, la notion du territoire comprend : - La France continentale y compris les zones franches du pays de Gex - La Corse, - La principauté de Monaco où la législation française est introduite, sous réserve des adaptations nécessaires par ordonnances princières, - Les eaux territoriales, - Le plateau continental - Les départements de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion. Tandis que pour la RDC, le territoire de l imposition de la TVA, c est la RDC, même si le domicile, la résidence de la personne physique ou le siège social de la personne morale assujetti est située hors des limites territoriales de la RDC (voir article 21 de l ordonnance Loi n 001/10).

19 Principe du fait Générateur Le fait générateur d un impôt est défini comme l acte ou l événement qui donne naissance à la créance fiscale du Trésor. C est aussi le fait lequel sont réalisées les conditions légales pour l exigibilité d un impôt Principe d exigibilité de la TVA L exigibilité de l impôt c est le droit que le Trésor public peut faire valoir, à partir d un moment donné pour obtenir le paiement de l impôt auprès du redevable. C est le moment que le fisc encaisse l impôt. C est ainsi que pour la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), la notion d exigibilité présente un intérêt essentiel dans son fonctionnement. Elle peut déterminer. - La période (mois, trimestre, année) au titre de laquelle les opérations imposables doivent être déclarées par l entreprise assujetti redevable. - La date à laquelle le droit à déduction prend naissance chez le client, dès lors qu il a la qualité de redevable. Il ya lieu de noter que pour les livraisons des biens, le fait générateur et l exigibilité se coïncident ; tandis que pour les prestations de services, ces deux événements n interviennent pas au même moment c est àdire le fait générateur c est la prestation rendue et l exigibilité, c est le moment de l encaissement du prix, des avances ou acomptes Du principe de la base d imposition et du taux La TVA telle que définit par le professeur Mabiala, est un impôt indirect de quotité perçu au moment de la vente et qui ne frappe qu une seule fois le produit quelle que soit la longueur du cycle de commercialisation. Par quotité, on comprend qu elle est calculée en pourcentage de la valeur hors taxe des biens et services. Ce pourcentage s identifié par les taux. 14 Pour la France, actuellement, il ya deux taux qui sont d application - Un taux réduit de 5,5% ; - Un taux normal de 19,6% à compter du 1 er avril Bien entendu le taux zéro pour les exportations MABIALA UMBA, Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), cédularité et reformes fiscales dans les Etats d Afrique noire, Ed. CRIGED, Kinshasa, Code général des impôts, livres des procédures fiscales, Ministère des Finances et de l Industrie, France, 2000

20 20 La République Démocratique du Congo (RDC) quant à elle, à institué un taux de 16% pour toutes les opérations imposables. Le taux Zéro (0%) étant prévu pour les exportations. Pour appliquer alors cette TVA, il faut utiliser une base de calcul. Celle-ci est constituée pour les livraisons de biens, les prestations de services et les acquisitions intracommunautaires, de toutes les sommes, valeurs, biens ou services reçus ou à recevoir par le fournisseur ou le prestataire en contrepartie de ces opérations, de la part de l acheteur, du preneur ou d un tiers, y compris les subventions directement liées au prix de ces opérations. Elle comprend donc l ensemble des paiements en espèces, ou en nature qui incombent au client en contrepartie de la livraison ou la prestation qui lui est faite, à l exclusion de la partie du prix qui représente le TVA. Dans la base d impositions, on retrouve : 1. Les éléments qui sont compris dans la base ; tels que : - Des impôts, taxes, droits et prélèvements de toute nature à l exception de la TVA elle même et notamment les droits indirects et les taxes spéciales ou parafiscales et perçues selon les mêmes règles que la TVA. Par exemple : les taxes forestières - Des compléments de prix acquittés par l acquéreur des titres divers. A ce sujet, il ya lieu de comprendre qu il s agit de toutes sommes réglées au fournisseur ou à une autre personne dès lors qu elles se rattachent au contrat (commissions, primes pour rapidité d exécution, majoration pour faibles factures, frais d emballage, d assurance, droit d entrée, etc.) - Des indemnités n ayant pas le caractère de dommages et d intérêts. - Certaines subventions. 2. Les éléments réduisant la base d impositions. Il s agit des rabais, remises, ristournes, escomptes de règlement. Pour être admis en déduction de la base imposable ces rabais, remises, ristournes, escomptes de règlement doivent bénéficier effectivement au client et ne pas constituer la contrepartie d une prestation quelconque.

Réforme TVA et Déclaration d échange de services

Réforme TVA et Déclaration d échange de services Réforme TVA et Déclaration d échange de services La loi de finances pour 2010 a prévu qu à compter du 1 er janvier 2010, les règles de territorialité de la TVA seraient modifiées et qu un assujetti établi

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE

L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE Partie 1 L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE L imposition de la dépense, si l on se place du côté du consommateur ou sur le chiffre d affaires, si l on retient les entreprises imposables, dans son

Plus en détail

64 Présentation du régime

64 Présentation du régime OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES 64 Présentation du régime Les règles applicables en matière de TVA immobilière Règles applicables depuis le 11 mars 2010... 6000 Champ immobilière... 6001 Règles de territorialité...

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE Université de Metz Année Universitaire 2010/2011 UFR Droit - AES TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES Cours de Mme Corinne BOISMAIN TD de Maître Romain LANCIA TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes Expert Comptable Commissaire Aux Comptes 07/12/2015 Opérations sur les biens Généralités Acquisitions intracommunautaires : L acquisition par un assujetti d un Etat membre, d un bien meuble corporel qui

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE LES OPERATIONS COURANTES CONNAISSANCES Les produits d exploitation les obligations relatives aux ventes La ventilation

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Lexique en matière de TVA

Lexique en matière de TVA Lexique en matière de TVA A titre liminaire, il convient de préciser les caractéristiques de la taxe sur la valeur ajoutée. La TVA est un impôt : sur la consommation : elle frappe l utilisation des ressources,

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965 SOMMAIRE I. LÉGISLATION SPECIALE Loi modifiant le régime des sociétés en matière d impôts sur les revenus et instituant un système de décision anticipée en matière fiscale 24 décembre 2002 Arrêté royal

Plus en détail

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE Les résultats de toute activité industrielle et commerciale sont soumis à imposition. Ces impôts servent notamment à financer les charges de l Etat et des

Plus en détail

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com Comptabilité, TVA Nouvelle réglementation et gestion du risque www.vat-solutions.com Gestion du risque en matière de TVA Le risque est l effet de l incertitude sur les objectifs* Les risques en matière

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER Le 1 er juillet 2015, la réforme de la réglementation fiscale relative à l octroi de mer doit entrer en vigueur. Elle s inscrit dans le cadre de

Plus en détail

Note commune N 27/ 2014

Note commune N 27/ 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 27/ 2014 Objet : Régime fiscal des opérations de distribution et de promotion des

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Comptabilité. + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Comptabilité. + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Comptabilité 2 e ÉDITION Madeleine Deck-Michon Emmanuelle Plot-Vicard L essentiel + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode d'emploi.........................................................

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail

TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES

TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES Ici ne sont abordés que les situations relatives à un professionnel français, tantôt, tantôt preneur. En qualité de libéral français, donc d, tout professionnel,

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Les impôts et taxes. Exemple : Le 10/04/98 payé par chèque note d'honoraires du 09/03/98 pour 1.100 D TTC, retenue 5% :

Les impôts et taxes. Exemple : Le 10/04/98 payé par chèque note d'honoraires du 09/03/98 pour 1.100 D TTC, retenue 5% : peuvent être classés en 5 types : - Les impôts retenus par l'entreprise lors des versements effectués au profit des tiers en relation avec l'entreprise. - La TVA. - Les autres taxes sur le chiffre d'affaires

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

COURS DE FISCALITÉ DES AFFAIRES 3ème ANNÉE (LICENCE) Année 2011 / 2012 UNIVERSITÉ GASTON BERGER SÉNÉGAL

COURS DE FISCALITÉ DES AFFAIRES 3ème ANNÉE (LICENCE) Année 2011 / 2012 UNIVERSITÉ GASTON BERGER SÉNÉGAL LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE LE RÉGIME GÉNÉRAL DU MÉCANISME DE DÉDUCTION Section 1 : Généralités sur le droit à déduction I L objet et la portée du droit de déduction D après un des principes fondamentaux

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

FICHE. La présentation du système fiscal français 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT

FICHE. La présentation du système fiscal français 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT La présentation du système fiscal français FICHE 1 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT L impôt constitue un prélèvement pécuniaire obligatoire effectué par l État et les collectivités publiques

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

Sommaire 1. CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS...9. Titre 1 - Impôt sur les revenus...9. Section 1 - Impôt sur les bénéfices...9

Sommaire 1. CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS...9. Titre 1 - Impôt sur les revenus...9. Section 1 - Impôt sur les bénéfices...9 Sommaire 1. CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS...9 Titre 1 - Impôt sur les revenus...9 Section 1 - Impôt sur les bénéfices...9 Section 2 - Impôt sur les BNC (Abrogé)...25 Section 3 - Impôt unique sur les

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ----000----

NOTE DE SERVICE ----000---- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- N 0019/MEF/DGI-DLCD

Plus en détail

Chapitre 3. Les achats de biens et de services

Chapitre 3. Les achats de biens et de services Chapitre 3 de biens et de services de biens de services Les réductions sur achats de biens et de services, nécessaires à l exploitation, s enregistrent sur la base des pièces justificatives (factures).

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

1. Quelles prestations ouvrent droit à réduction ou crédit d impôts?

1. Quelles prestations ouvrent droit à réduction ou crédit d impôts? Pourquoi une réduction ou un crédit d impôts? Le Gouvernement français, dans le cadre de sa politique de développement des services à la personne, a mis en place des incitations fiscales pour les personnes

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. Avis du 19 mai 2010 L article 15 opère une distinction, sur la base du chiffre d affaires annuel, du total

Plus en détail

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 Unité 2 Thème 2 Unité 2 COURS Thème 2 THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 SÉQUENCE 1... 3 Les opérations de vente complexes et leur comptabilisation...

Plus en détail

Mémento de Droit fiscal général

Mémento de Droit fiscal général Jean-Philippe Baur Mémento de Droit fiscal général Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016

PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 1 NOS SOURCES Le Discours Royal du 20 août 2014 «l économie marocaine a enregistré un retard significatif en la matière, en raison de l éparpillement

Plus en détail

Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours)

Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours) Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Les livraisons de biens entre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-12-06 N 125 du 25 JUILLET 2006 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. EXONERATION. OPERATIONS REALISEES PAR LES PROTHESISTES DENTAIRES. (CGI, art. 261-4-1

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC Genève du 1-2 Sept 2011 Romain CIZA /ARPTC romain.ciza@arptc.cd 1 Caneva I. Brève présentation de la RDC II. Cadre réglementaire

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

La réforme de l administration fiscale au Cameroun

La réforme de l administration fiscale au Cameroun Conférence sur la mobilisation des recettes fiscales dans les pays en développement Washington, 17-19 avril 2011 La réforme de l administration fiscale au Cameroun Alfred Bagueka ASSOBO Introduction (02)

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. n 14/2 Objet : Traitement fiscal d une personne physique exploitant une installation photovoltaïque.

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. Deuxième session. Enseignants responsables :

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. Deuxième session. Enseignants responsables : UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité II Corrigé Auditoire : 3 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1999/2000 Deuxième session Enseignants responsables : Madame

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil La fiscalité des associations Sommaire 2 Pages Rappel des fondamentaux 3 Critères de non lucrativité 5 Franchise des activités lucratives 10 Sectorisation des activités 12 Exonérations de taxe sur la valeur

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

«CAS DES SOCIETES MINIERES»

«CAS DES SOCIETES MINIERES» LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE EN RDC «CAS DES SOCIETES MINIERES» I. LIMINAIRES La taxe sur la valeur ajoutée, ou TVA, est l'impôt sur la dépense que la plupart des pays ont intégré dans leur législation,

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE

CHAPITRE 4 LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE COMPTABILITÉ FINANCIÈRE A1 A MODULE : les opérations courantes Chapitre 4 : La taxe sur la valeur ajoutée (Formateur) Chapitre 5 : Les achats et les ventes Chapitre 6 : Les charges de personnel Chapitre

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 16 /2016

NOTE COMMUNE N 16 /2016 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES NOTE COMMUNE N 16 /2016 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 23 et 27 de la loi

Plus en détail

LA TAXE SUR LA CONSOMMATION FINALE D ÉLECTRICITÉ

LA TAXE SUR LA CONSOMMATION FINALE D ÉLECTRICITÉ LA TAXE SUR LA CONSOMMATION FINALE D ÉLECTRICITÉ SOMMAIRE Le contexte historique Le contexte européen La Loi n 2010-1488 du 7 décembre 2010 portant nouvelle organisation du marché de l électricité Les

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX ENTREPRISES NATIONALES D EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES Le présent questionnaire a été conçu pour recueillir des informations

Plus en détail

PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com

PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com MECENAT ET SPONSORING TRAITEMENT JURIDIQUE ET FINANCIER / UCRAF 2012 Page 1 TRAITEMENT JURIQUE FINANCIER Dans l esprit du public, mécénat et sponsoring se confondent,

Plus en détail

Piscines et centres aquatiques

Piscines et centres aquatiques Collectivités locales et TVA Piscines et centres aquatiques Les communes peuvent être amenées, notamment pour promouvoir le développement social, culturel et sportif de leur territoire, à animer des activités

Plus en détail

Code de déontologie de l auto-entrepreneur

Code de déontologie de l auto-entrepreneur Code de déontologie de l auto-entrepreneur Ce code a été rédigé par Monsieur HABI Hacène, créateur de Habi Consultant International (HCI), pour offrir aux entrepreneurs et aux organismes un support de

Plus en détail