Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta"

Transcription

1 hermodynamque statstque Master Chme Unversté d Ax-Marselle Bogdan Kuchta

2 Plan: Rappel: thermodynamque phénoménologque (dscuter l entrope, l évoluton de gaz parfat,) Premer prncpe Deuxème prncpe (transformaton spontanée) Condtons de spontanété (F, G, µ) Equlbre chmque Objectves: Rappel des bases

3 Les bases de la thermodynamque statstque Cours objectves: Mneur: analyser le modèle statstque, dstrbuton d énerge parm les états otons mportantes : probablté, valeur moyen, répartton, l état mcroscopque et macroscopque, ensemble statstque Major: L nterprétaton d entrope, calculer foncton de partton, grandeurs thermodynamques, constant d équlbre (à partr de la foncton de partton) otons mportantes : foncton de partton, dstrbuton Boltzmann

4 Les bases de la thermodynamque statstque Phénomène macroscopque reflète le comportement collectf d objets élémentare (molécules, atomes, électrons, ) évoluant a l échelle mcroscopque (nm 10-9 m et fs s) leur nombre dans une stuaton typque est de l ordre du nombre d Avogadro ~ 10 3 hermodynamque statstque: l approche probablste, a pour but de proposer une théore moléculare des proprétés macroscopques d'un système à l'équlbre. Elle établt le pont entre le monde mcroscopque (quantque) et le monde observable Les probabltés sont engendrées par la dynamque

5 Les prncpes thermodynamques Premer prncpe : l'énerge d'un système solé (ex : Unvers) est constante. U Q + W Echanges de chaleur entre le système et son envronnement au cours d'une transformaton : à volume V constant : Q U avec U la foncton d'état énerge nterne à presson P constante : Q H avec H la foncton d'état enthalpe telle que H U + PV Capactés calorfques : à volume V constant : C V (U/) v à presson P constante : C P (H/) p U et H ne peuvent pas être détermnées expérmentalement, seules leurs varatons le sont!

6 Les prncpes thermodynamques Second prncpe : au cours d'une transformaton spontanée, l'entrope S d'un système solé augmente. Dans un système fermé à température constante, s la transformaton est réversble (déale) : S Q/ rosème prncpe : à 0 K, S 0 s le corps est pur. S > 0 pas très pratque à utlser car l faut consdérer le système et son envronnement autres fonctons d'état F U-S (énerge lbre de Helmholtz) ou GH-S (enthalpe lbre de Gbbs) jouent le rôle de potentel thermodynamque du système : à V constant, la condton de spontanété est df < 0 et la condton d'équlbre est df 0 à P constante, la condton de spontanété est dg < 0 et la condton d'équlbre est dg 0 Les fonctons thermodynamques U, H, F et G sont extensves : elles dépendent de la quantté de matère.

7 hermodynamque_ potentel chmque Rappel: Énoncé du premer prncpe du dq+ dw Le deuxème prncpe: ds dq/ ds dq/ - transformaton réversble dsdq/+ds - transformaton rréversble ds > 0 - producton d entrope Pour les transformatons réversbles: du dq+ dw ds pdv(-ds ) ( phase homogène!) H U + PV :Enthalpe dh du + PdV +VdP ds +VdP (-ds ) G H S : Enthalpe lbre dg dh ds Sd -Sd + VdP (-ds ) potentel chmque: µg m dµ dg m -S m d+ V m dp (-ds ) µ G,P F, V

8 L équlbre chmque Au cours d'une transformaton chmque, l y a changement des quanttés de matère. La condton de spontanété s'écrt : -ds µ dn < A l'équlbre, une transformaton chmque est caractérsée par une constante d'équlbre : Pour la réacton: aa + bb cc + dd 0 n(t) : n o (A) -aξ n o (B) -bξ n o (C) +cξ n o (D) +dξ (1) () µ dn µ νdζ µ ν dζ r Gdζ r G ν G m, ν µ ν [µ 0 + R ln(a )] r G ν µ 0 + R ν ln(a ) r G 0 + Rln[ a ν ]

9 L équlbre chmque r G En équlbre: r G 0 + R ln a ν,equl 0 rg + R ln K 0 K ν rg a exp,equl R 0 telle que a représente l'actvté de l'espèce, c'est-à-dre, selon les condtons expérmentales sa fracton molare x n /Σn ou sa concentraton [ ] n /V ou sa presson partelle p x P.

10 Plan ( séances): Répartton et la dstrbuton de Boltzmann - De la dynamque aux probabltés - Probablté, dstrbuton et les valeurs moyens: le pont entre le monde mcroscopque et le monde macroscopque (observable) - Hypothèse ergodque - problèmes de répartton Objectves: probablté, valeur moyen, l état mcroscopque et macroscopque

11 Les bases de la thermodynamque statstque Dynamque est défn par une foncton Hamltonenne H(q α,p α ): dq α /dt H/p α dx/dt p/m v dp α /dt -H/q α d(mv)/dt ma F On appelle degré de lberté la pare (q α,p α ), αx,y,z et 1,,, On représente l évoluton dans l espace des phase Γ (soustendu par l ensemble des varable {q α }, {p α })

12 Les bases de la thermodynamque statstque Exemple: l oscllateur harmonque H p /m + (k/)r const Au leu de trajectore: quelle est la probablté de passer a l ntéreur d un sous volume δγ k p Γ δγ k r Les dfférents ponts de δγ k représente un grand nombre de systèmes dentques et ne dfférant que par état mcroscopque. P k prob({q α }, {p α } dans δγ k ) k / tot

13 Exemple: Oscllateur harmonque Prncpe de correspondance p q 1 E + k n + h ν m Energe p q + k 1 ν 1 m n + h n + hν 1 Γn πab hn + δγ Γ Γ h n+ 1 n 1 Volume de l espace de phase p a (per degré de lberté translatonel) q + b 1 ombre des états dans le volume classque (contnue) Γ(volume) Γ( partcules) W Γ 3 h W Γ 3 h

14 Oscllateur harmonque quantque : f (E ) h 1! 3 f (E(q,p ) dγ p eq f(e) constante sur l hypersurfacehe Γ p eq dγ p eq Γ dγ1 p eq 1/ Γ (HE) p Γ Coeffcent addtonnel!! (plus tard) δγ k r p eq probablté a pror égale de trouver un système sole a l équlbre dans un sous-volume quelconque de l espace de phases. Estmaton de W: 1 molécule H dans une bot Vd 3 1mm 3 ayant une vtesse v1m/s: W x (mv d/h) (( 10-3 kg/ )(1m/s)(1m 10-3 )/h /

15 Les bases de la thermodynamque statstque Observatons: A A 1 + A + A 3 + A ( observatons) <A> ΣA / A partr de P k on peut en prncpe détermner la dstrbuton de dfférentes valeurs: <A> ΣP k A k Une dstrbuton P k fournra des nformaton sur l étendue de fluctuatons: ( δa) ( A A ) k k P k

16 Les bases de la thermodynamque statstque Hypothèse ergodque La moyenne temporelle (pour un temps très long) d'une varable mécanque b est égale à la moyenne d'ensemble de b (s tot ), dès lors que les systèmes de l'ensemble réplquent exactement l'état thermodynamque et l'envronnement du système étudé Un calcule de moyenne dans le temps est équvalent à moyenne de confguraton calculé avec l ensemble des états mcroscopque: < b > P b ou < b > tot < b > ens < b > 1 temps r r b(r(t),p(t))dt

17 Les bases de la thermodynamque statstque Probablté P A na S P A 1 détermnste P (AouBouC...ouE) p + p + p p A B C E na + nb + nc ne +... outes les événements possbles PA + PB + PC PE P (AetBetC...etE) p A p B p C... p E S les événements sont ndépendants

18 Exemples I.6: Bosons, en nombre ndétermné, réparts sur tros nveaux d énerge Soent tros nveaux ε 1 ε, ε ε, ε 3 3ε de dégénérescence g 1 1, g, g 3 3. Ces nveaux sont les nveaux d énerge d un ensemble de bosons (partcules ndscernables) dont le nombre n est pas détermné mas dont l énerge totale est U 3ε. Représenter les états macroscopques ans que les états mcroscopques correspondants. Quel est l état le plus probable? Exemples I.7 Répartton de tros électrons sur tros nveaux d énerge 1) Soent tros nveaux d énerge équdstants ε 0, ε 1, ε. ) Un électron se trouvant sur un de ces nveaux aura respectvement l énerge 0, ε ou ε. 3) Les dégénérescences des nveaux sont g 0 3, g 1 g. Le nombre total d électrons est tros et l énerge totale est U ε. 1. Représenter sur un schéma les dfférents états mcroscopques. Comben y a-t-l d états macroscopques? Vérfer que le nombre d états mcroscopques correspondant a chacun des états macroscopques est ben donne par la formule générale.. En admettant que les états mcroscopques ont une égale probablté de se réalser au cours du temps, détermnez au bout d une heure comben de temps chaque état macroscopque aura été réalsé.

19 Appendce A6 Statstque de Maxwell-Boltzmann, de Bose-Ensten et de Ferm-Drac 1. Calculer le nombre de manère de repartr les partcules dscernable sur nveaux d énerge en plaçant respectvement 1,,, sur ε 1,, ε, de dégénérescence g 1,, g,.. Quel est le nombre de manères de repartr partcules ndscernable sur des nveaux d énerge ε 1,, ε, de dégénérescence g 1,, g, en plaçant respectvement 1 partcules sur ε 1,, etc. 3. Quel est le nombre, W, de manère de repartr les partcules ndscernable sur g sous-nveaux, sachant que l on ne peut pas placer plus d une partcule par sous-nveau. Pourquo cette dscusson est mportante?

20 Problèmes de répartton Structure de la matere peut etre analyser sur deux nveaux: macroscopque and mcroscopque La noton de la température n exste pas dans l équaton de ewton, n dans l équaton de Schrödnger. Elle mesure la partage d énerge parm tous les états quantques accessbles. Il dot exster un len entre les deux approches: ce qu est mportant dans un échantllon macroscopque ces ne sont pas les atomes et molécules ndvduellement mas ses proprétés statstques.. Le len est donne par la mécanque statstque (thermodynamque).

21 Problèmes de répartton De temps en temps la dstrbuton n est pas unforme. Pourquo? (exemple: des)? ; ; +; ; +3; 3+; ; +4; 3+3; 4+; ; +5; 3+4; 4+3; 5+; Et après? On peut dédura les probabltés théorques en calculant le nombre de confguraton mcroscopques des évènement dentques.

22 Problèmes de répartton Calcule de complexons: exemple Exercce : Sot un jeu de 4 partcules rouges et de 4 partcules nores, placées dans une boîte rectangulare dvsée en partes. 1. Quelles sont les dstrbutons possbles?. Comben de complexons (façons dfférentes d'obtenr une même dstrbuton) possède chaque dstrbuton? 3. S la boîte est secouée pluseurs fos, quelle est la dstrbuton que l'on mesurera le plus souvent? 4. Reprendre pour 500 partcules pus 5000 partcules pus. 1. W ()!/(!!) W [!/n!(-n )!)] Conf_1: W 1 1 Conf_: W 16 Conf_3: + + W 3 36 p W /W Conf_4: W 4 16 Conf_1: W 5 1

23 Problèmes de répartton Calcule de complexons: exemple R W total W max W max / W total lnw max / lnw total 500, , ,05 0, , , ,015 1, , , ,003 1, , , , ,000 p

24 Problèmes de répartton Calcule de complexons: exemple Cet exercce a perms d'obtenr les résultats suvants : la probablté assocée à une dstrbuton est drectement proportonnelle à son nombre de complexons ; presque toutes les complexons d'un système sont assocées à très peu de dstrbutons, centrées sur la dstrbuton la plus probable ; lorsque le nombre de partcules d'un système est très grand (par exemple, une mole), la probablté pour détecter une dstrbuton dfférente de la dstrbuton la plus probable est extrêmement fable ; ln W max ln W total ce qu smplfera toute la sute! Parm toutes les dstrbutons acceptables (pour, V, et E tot donnés), quelle est celle qu donne W le plus grand?

25 Statstque de Maxwell-Boltzmann Problèmes de répartton E B,V,E const E ν,v, const (W ) Ω(,, E) E E B + E ν S k B ln Ω(,, E) S E 1

26 Statstque de Maxwell-Boltzmann Problèmes de répartton p p p ln ~ Ω(E Ω(E ~ Ω(E B E B ν ) ) ~ exp E ) Ω(E ν exp E ν ) ln Ω(E) ν [ ln Ω(E E )] ln Ω(E) E E ln Ω(E) E ν ~ exp [ βe ] ν p exp( βe ) exp( βe ) Cette relaton est a la base de la statstque de Maxwell-Boltzmann. Un des problèmes qu ntéressent les chmstes est la détermnaton des états d'équlbres. S cette statstque M-B est utlsable par les chmstes, l est ntéressant de calculer W max.

27 Exemple I.10 Le paramètre β est ndépendant de la nature des partcules Consdérons un mélange de deux sortes de partcules, du type A et du type B, en nombre et respectvement, reparts sur des nveaux d énerge ε 0, ε 1, ε, et ε 0, ε 1, ε,... Ces partcules sont supposées ne pas nteragr entre elles et être dscernables. L énerge de l ensemble de toutes les partcules est supposée constante. 1. Calculer le nombre moyen 0 de partcules A sur un nveau ε et le nombre moyen 0 de partcules B sur un nveau ε j. Monter que le paramètre β qu ntervent dans chacune des expressons précédentes est le même.. En dédure la sgnfcaton physque deβ, ndépendant de la nature des partcules consdérées. Multplcateurs de Lagrange

28 Plan : Probablté dans (V) - noton d entrope - Ensemble mcro-canonque - Ensemble canonque - Dstrbuton de Boltzmann - Fluctuatons : c v Objectves: Dstrbuton de Boltzmann L ntégral dans l espace de phases L nterprétaton de foncton de partton Entrope

29 Problèmes de répartton Imagons, molécules dscernable, chacune avec une schéma des états suvante: ε p ε 1 ε On analyse molécules dscernable, ou 1 sont dans l etat ε 1, p ; U 1 ε 1 + ε + + p ε p Au total le nombre de complexons possbles est égal a: Σ E g n Σ W n! ( 1)! ( 1 )! 1 g n...!! 1!( 1)!!( 1 ) 3!( 1 3 )! n n! W! 1 n n! n n! n n! n n (sot )! (sot ) g g S g >1 Cette relaton est a la base de la statstque de Maxwell-Boltzmann. Un des problèmes qu ntéressent les chmstes est la détermnaton des états d'équlbres. S cette statstque M-B est utlsable par les chmstes, l est ntéressant de calculer W max.

30 L ensemble canonque Calcule de complexons: exemple 4 systèmes ( tot ) dans 3 nveaux Sot E tot E 1 + E + E 3, l exste 1 réparttons possbles A B C D E1 E E E3 E1 E E3 E E1 E3 E E E E1 E E3 E E1 E3 E E3 E1 E E E E3 E1 E E3 E E1 E E E E1 E3 E E E3 E1 E E3 E E1 E3 E E E1 Généralement, le nombre total d'états mcroscopques du supersystème, W(n) également appelé le nombre de complexons, compatble avec une dstrbuton donnée est donné par la relaton : La probablté d'observer un système dans l'état d'énerge E est smplement Le calcul des probabltés P à partr des dstrbutons n'est pratque que lorsque le nombre d'états et le nombre de dstrbutons restent petts. Mas: p W (n n ) P n / tot! n! tot exp( βe ) exp( βe )

31 < E > βe 1 Q / βe P E E e e L énerge nterne n exp( βe ) p Q exp( βe ) exp( βe ) Calcule de Q ( Q / β),v ( ln Q β), V Q exp( β U ) Q Ω ( U k ) exp( β U k ) k ( levels ) Q Ω (E ) exp( β E )de Les systèmes avec dense dstrbuton des états

32 La défnton statstque de la capacté calorfque fluctuatons d'énerge σ E ( E < E > ) < E > < E > Q 1 P E P E ( ) Z / β Q ( Z / β),v,v ( ) ln Q / β ( < E > / β), V E ( δe) k k CV, V

33 L ensemble canonque Fluctuatons Dans l'ensemble canonque d'énerge moyenne E, comment se dspersent les E autour de E? Fluctuatons échanges thermques entre les systèmes de l'ensemble (ou entre le système et le ban calorque) Du pont de vue macroscopque, ces fluctuatons sont gnorées : pourquo? [ ] ( ) Sot la dévaton standard E : σe E E σ E E ( ) 1/ k C 1/ E V 1/ 1/

34 L nterprétaton de la somme d états Exemple : un système à nveaux dégénérés fos et d'énerge ε Q e βε 1e + (e βε βε + e + e βε βε + 3e ) + (e β3ε β3ε + 4e + e β4ε β3ε + e β3ε e ) +... βε

35 E k k Q Q L nterprétaton de la somme d états exp( βu ) Q g exp( βu ) exp( βu ) 1+ e E K U + e E 3 K e E t K 0 Q t Q 0 k ous les états sont accessble E k Unquement l état prncpale est accessble Q donne le nombre des états effectvement accessble Densté d états: p(e) 1 > 1 E

36 L entrope rôle prncpal dans la thermodynamque S S(E,V,)f(W) - W probablté thermodynamque S est un potentel thermodynamque, ds 0 à E, V constants et SS max à l état d équlbre S tot S I + S II Mcroscopque (à dscuter): f(w tot )S tot S I + S II f(w I )+f(w II ); W tot W I W II S k lnw Lorsque dmnue, le nombre d'états accessbles dmnue. W1 S0 W g 0 S 0 k lng 0

37 L entrope rôle prncpal dans la thermodynamque W(n 1,,n j, )!/(n 1!,,n j!,..) (Statstque M-B: tous les états) ln W ln! - Σ lnn! ln - - Σ (n ln n - n ) - Σ (n / )ln (n / ) - Σ p ln p S k B ln W S k B p ln p

38 L entrope ombre des paramètres: 3-4 (macro) ~10 3 (mcro) Une dstrbuton homogène est ndépendant du temps et correspond à l état d équlbre (t) /+ (gauche) emps de 0 ds e 0 (δq 0) Max lnw!!!!!

39 Plan: Proprétés thermodynamques: foncton de partton hermodynamque dans l ensemble canonque Energe nterne Entrope Energe lbre Enthalpe, enthalpe lbre, potentel chmque, presson, gaz parfat, Objectves: Calcule des fonctons thermodynamques

40 Des états quantques à l ntégral dans l espace de phase E 1 p m + Φ(q 1,q,,,q ) Q 1 1! h exp E dpdq k 3 B Q exp E k B Q 1! 1 h 3 exp 1 k B 1 p m + Φ(q 1,q,,,q 1 exp k B ) dpdq p x dp m x ( πmk ) 1/ B 1! 1 h 3 exp 1 k B 1 p m dp Φ exp k B dq

41 Des états quantques à l ntégral dans l espace de phase Q exp E k B 3 / 1 πmk B Φ Q exp dq! h k B Q deal Q excess Φ 3 / 1 πmk B 0 Q Q 1!! πmk h h 3/ B Q zt! deal

42 Exemple I.14 Cas partculer de deux nveaux en statstque de Maxwell-Boltzmann On consdère partcules dscernables et sans nteracton, placées sur deux nveaux d énerge. 1. Monterez que la populaton des deux nveaux est détermnée complètement en foncton de l énerge totale U et de nombre de partcules. Montrer qu l en est de même de l entrope.. Pour ntrodure la température on utlsera une relaton de thermodynamque macroscopque exprmant en foncton d une dérvée partelle de U par rapport à S. Calculer alors pour ce système U en foncton de et en dédure les populatons de deux nveaux en foncton de. le résultat obtenu est-l conforme à la formule générale de maxwell-boltzmann? Exemples: Schottky deux nveaux modèle ( partcules, ε 0, ε 0 ) Paramagnétsme (ε ±-µ 0 B)

43 Exemples II.1 Expresson des grandeurs thermodynamques à partr de la foncton de partton Q en statstque de Maxwell-Boltzmann (non corrgée) W MB!Π(g /!) la statstque M-B (les partcules dscernable) Quelle sont les expressons de l énerge nterne U et de la capacté calorfque a volume constant C v, exprmées a l ade de la foncton de partton Z? Calculer les expressons de l entrope S ans que de l énerge lbre F, toujours en foncton de Z. Pourquo la connassance de la foncton QQ(,V) est-elle suffsante pour décrre macroscopquement un système thermodynamque? On donnera en partculer en foncton de Q les expressons de la presson P, de l enthalpe H et de l enthalpe lbre G.

44 L entrope: encore une fos p exp ( βe ) Q S k B p lnp S k B p( βe lnq) kbβ E + k B lnq A U S k B lnq

45 L énerge nterne, fonctons thermodynamques * B * * * * * 0 Q E k E exp E P E U U B * * B B * k E exp E k 1 k E exp Q V B 0 Q Q k U U, B, V lnq k V A p, B, B V lnq V k A pv A G V lnq V k U pv U H

46 L énerge lbre et l entrope (une fos plus!) V, A S S; U A V, B, V lnq k U A S A A A lnq k A A B 0 lnq) d(k d lnq k A d B V, B V, V, A U A + V B Q Q k U lnq k lnq k S A U S B V, B +

47 Exemples II. Système de molécules a deux nveaux d énerge obéssant a la statstque de M-B On consdère un système compose d un grand nombre de molécules, chacune des molécules possédant deux nveaux d énerge ε 1 < ε de même pods statstque g. On posera ε ε - ε 1. Ce système obét a la statstque de M-B et en équlbre avec un thermostat a la température thermodynamque. Ecrre les expressons des nombres 1 et de molécules ayant respectvement les énerges ε 1, ε. En dédure les probabltés p 1 et p pour une molécule d être respectvement sur les nveaux ε 1, ε. Calculer 1 - Défnr une température caractérstque θ du système. Calculer les lmtes de 1,, 1 - dans les deux cas suvants : a) <<θ et b) >>θ. Retrouver les résultats précédents par des arguments physques smples. Etablr l expresson de l énerge nterne U du système consdéré. racer la courbe représentatve de U en foncton de /θ. Exemples II.3 ros nveaux équdstants On consdère tros nveaux équdstants, c est-a-dre tels que ε -ε 1 ε 3 -ε ε Les dégénérescences ou pods statstques des dfférents nveaux sont g 1 1, g, g 3 1. Par un chox convenable de l orgne des énerges, trouver une expresson smple de la foncton de partton Z. En dédure l énerge nterne U et la capacté calorfque C V

48 Plan: Calcule de foncton de partton (système sans nteracton) Approxmaton : sans nteracton, degrés de lberté ndépendants (systèmes sans nteracton: gaz parfat) ranslatons : gaz parfat atomque Rotatons : datomque, polyatomque Vbratons ranston entre les états électronques Objectves: Calcule de foncton de partton

49 Système sans nteracton H H 1 + H 3 + H 4 + H 5 +. U E 1 + E 3 + E 4 + E 5 +. Q Q 1 exp( βu ) exp( β(e1 + E + E 3 + E E )) exp( βe1 ) exp( βe )... exp( βe ) z z...z MAIS la théore quantque suppose que les partcules dentques sont ndscernables (rappel!!)! Q z!

50 Système sans nteracton - gaz parfat A partr de mantenant, on supposera toujours g >> dentque, ndscernable : z z t z r z v z et les partcules sont z Q! ε ε t + ε r + ε v + ε e g q g t g r g v g e - ndépendant degrés de lbertés e Foncton de partton de translaton (rappel) : z t 3 1 x k B 1 h exp p x dp m dr πmk h B 3/ V Ordre de grandeur : V 1 cm 3, M 100 g mol -1, 300 K, z t 10 5

51 Gaz parfat monoatomque Foncton de partton canonque : ln Q Energe lbre : F t ln z k ln Q t ln + z te k ln zte ln F est une foncton extensve, ne dépend que de V/ et de Remarque : le 0 des énerges correspond à la partcule au repos.

52 Gaz parfat monoatomque Presson: expresson statstque de la lo des gaz parfat s A alors k A k R 8,314 J K -1 mol -1 Energe nterne énerge cnétque, 1/k per dégrée de lberté Ordre de grandeur: Pour 300 K et A, U 3,7 kj mol -1 V k V! z ln k V F p, t B, k 3! z ln k ln Q k Q Q k U V t B V B V B t

53 Gaz parfat monoatomque En combnant les expressons précédentes : Entrope : S t PV U t 3 3 C V,t k 5 H t k 5 C P,t k C C k Reformulaton: relaton de Sackür-etrode: P,t U t Ft V,t z k ln t e 5 / 5 3 k ln ln P(atm ) + ln M (g / mol 1, 165 S t )

54 Potentel chmque : Gaz parfat monoatomque µ t F,V k z t ln! k ln en prenant l'expresson de z t étable précédemment :,V z t µ µ t t πmk k ln h (P, ) µ 0 t (P 0, ) + 3 / k ln k / P / P 0 P 0 + k ln P / P 0 tel que µ 0 représente le potentel chmque standard.

55 Gaz parfat monoatomque Autres degrés de lberté? 1 atome noyaux + électrons qu nteragssent Séparaton des degrés de lberté ; ( ) z t z e z Q! Aux températures ordnares : z n g n1 1 Aux températures ordnares : z e ge1 mas attenton aux cas partculers (halogènes) Chox du 0 des énerges? n

56 Gaz parfat monoatomque Autre formulaton : longueur d'onde de De Brogle λ V 3/ V zt ( πmk) 3 3 h λ tel que h λ ( πmk) 1/ λ peut être assocée à la largeur du paquet d'onde assocé à l'atome consdéré Exemple : les gaz rares à 500 o C e Ar Kr M(g/mol) 0,18 39,95 83,80 λ (m) 1, , ,9 10-1

57 Exemples II.7 Capacté calorfque molare de rotaton d un gaz parfat datomque En premère approxmaton, l énerge nterne d une molécule ε q et le pods statstque g q correspondant peuvent s écrre : ε q ε t + ε r + ε v + ε e g q g t g r g v g e désgnent les énerges et les pods statstque de translaton, de rotaton, de vbraton et électronques des molécules. 1. Montrer que la foncton de partton nterne peut se mettre sous la forme d un produt de fonctons de partton que l on défnra. En dédure que la contrbuton des dvers degrés de lberté des molécules a l énerge nterne et a la capacté calorfque molare s ajoutent. Ecrre l expresson de la foncton de partton de rotaton 3. Défnr une température caractérstque de rotaton θ rot. A l approxmaton ou >> θ rot calculer la foncton de partton de rotaton. En dédure, l énerge nterne molare de rotaton et la capacté calorfque molare de rotaton ( >> θ rot ) 4. Explquer pourquo la capacté calorfque molare de rotaton des gaz datomque non hydrogenodes a une valeur constante dans pratquement tout le domane de température d exstence du gaz (θ rot : 85,5K (H ), 7,5K (OH), 63K (HD),,8 (CO), 0,35 (Cl ) 0,08 (K ))

58 Exemples II.17 Grandeurs thermodynamque en statstque de Maxwell-Boltzmann «corrgée» W MB Π(g /!) la statstque M-B (les partcules ndscernable) la lmte commune des probabltés des statstques de BE et FD lorsque l occupaton des nveaux devent très fable, << g. Calculer l énerge nterne U et la capacté calorfque Cv a l ade de la foncton de partton Z. Pour quelles rasons ces expressons sont-elles dentques a celles de la statstque de M-B? Calculer l expresson de l entrope S a l équlbre thermque exprmée a l ade de Z, ou Z est consdère comme une foncton des varables ndépendantes et V. En dédure l expresson de l énerge lbre F. Calculer explctement P en foncton de et V dans le cas d un gaz. En dédure les expressons de l enthalpe lbre G en foncton de ZZ(,V). On consdéra mantenant Z comme une foncton de et P sot ZZ(,P). rouver les expressons de S et de H en varables et P. Calculer Cp capacté calorfque a presson constante.

59 Les varables: x,y,z, r, θ,ϕ z Gaz parfat datomque r θ y x ϕ x,y,z, -translatons r -vbraton V V(r) (k/)(r R AB ) θ,ϕ -rotatons rotateur rgde

60 Gaz parfat datomque Séparaton des degrés de lberté de translaton, de rotaton et de vbraton Hamltonen H H t + H r + H v + H e d'énerge E ε t + ε r + ε v + ε e Foncton de partton canonque : ( ztzrzvze ) Q! V ranslaton : z ( ) 3/ t π(m 3 A + mb) k h électronque : z e g e exp(- ε eo /k) g e exp(d e /k) s un seul état est accessble s l'orgne des énerges correspond à l'état dssocé, c est dfferent!

61 Rotaton et Vbraton Gaz parfat datomque Energe de rotateur lnéare: E j J(J+1)h /8π I J(J+1)kΘ r ; g j J+1 En posant Θ rot h /8π Ik (température caractérstque de rotaton) : z rot g e E j / k J J 0 (J + 1)e Θ J(J+ 1) r

62 Gaz parfat datomque Aux hautes températures Θ r / est suffsamment pett pour que la somme sot calculable par une ntégrale : Quelques valeurs de Θ rot et de moments d nerte sont suvantes : Molécule Moment d nerte empérature caractérstque z r 0 0 e J J 0 (J + 1)e (J + 1)e Θ J(J+ 1) r Θ J(J+ 1) Θ J(J+ 1) dj d[j(j + 1)] r r / Θ de rotaton H g cm 85 K O Cl I r HD 64 K HF 30,3 HCl 15, HBr 1.1 HI 9.0 CO,8 O,4 D 4,7 Molécule homonucléare Les atomes ne sont pas dscernables! z r /θ r

63 Rotaton et Vbraton Gaz parfat datomque L énerge d un oscllateur harmonque est E n (n+1/)hν Il y a un état quantque pour chaque nveau d énerge g n 1. D autre part, s nous posons que le nveau fondamental avat une énerge nulle, d où : Z vb exp(-θ v /) [1 + exp(-θ v /) + exp(-θ v /) + exp(-3θ v /) +...] avec hν/k Θ v (température caractérstque de vbraton)

64 Rotaton et Vbraton Gaz parfat datomque Orgne des énerges de vbraton : fond du puts V(r)(k/) )(r R AB ) Résoluton du problème de la partcule dans un oscllateur harmonque de fréquence: ν 1 k π µ 1/ θ ν h πk B k µ 1/

65 Gaz parfat datomque progresson géométrque nfne de rason exp(-θ v /) q < 1 D où : z v e Θv n e nhν k e Θv n e Θ n Lorsque >>Θ v : 1-exp(-Θ v /) Θ v / z v (Θ v /)exp(-θ v /) v z v e Θv 1 e Θ v Lorsque <<Θ v : 1-exp(-Θ v /) 1 z v exp(-θ v /) HCl CO O H Cl Br I O

66 Gaz parfat polyatomque Généralsaton du cas datomque : mêmes approxmatons Foncton de partton translatonnelle z t V π 3 h m k 3/ Cas de O 3 atomes, lasons chmques -O Z t Foncton de partton rotatonnelle Lorsque la molécule à pluseurs axes de rotaton, l faut défnr tros moments d nerte prncpaux I A, I B, I C. On montre lorsque θ rot << : Cas de O températures caractérstques θ r1 0,60 K, θ r 0,63 K, θ r3 11,4 K un axe de rotaton d'ordre σ Z r 194 Z r (π 1/ /σh 3 )(I A I B I C ) 1/ (8π k) 3/ (π 1/ /σ)( 3/ /(θ A θ B θ C ) 1/ )

67 Gaz parfat polyatomque En posent : θ h /(8π I k) Et en tenant compte de la symétre de la molécule grâce au nombre de symétre σ. S deux moments sont égaux : I C I B ou tros : I A I B I C Z r (π 1/ /σh 3 )(I A I B I B ) 1/ (8π k) 3/ (π 1/ /σ)( 3/ /(θ A θ B θ B ) 1/ ) Z r (π 1/ /σh 3 )I 3/ (8π k) 3/ (π 1/ /σ)(/θ) 3/ Le nombre de symétre qu ntervent dans ces formules dépend de la forme de la molécule. Par exemple: O-H-O σ (1 axe bnare) ; C 6 H 6 σ1 (6 axe bnare)

68 Foncton de partton vbratonnelle Gaz parfat polyatomque Chaque mode est ndépendant des autres! factorsaton de la foncton de partton Z vb k e Θ v,k 1 e Θ v,k 1 Cas de O molécule non-lnéare : 3 degrés de lberté de vbraton de nombres d'onde ν cm -1, ν 130 cm -1 et ν cm -1 températures caractérstques θ 1 39 K, θ 1901 K, θ K foncton de partton z v 1, ! P (n 1 0; n 0; n 3 0) 1

69 able. Quantum Effects n Lquds at ther ormal Bolng Pont Lqud /K θ v /K Λ*/(π*) 1/ θ r /K θ r / He e Ar H HF HCl H O CCl For polyatomcs θ v s the smallest θ v, and θ r s the largest value.

70 Exemples II.19 Contrbuton des nveaux d énerges électronque a l entrope Calculer l entrope «électronque» S d un gaz dont les molécules possèdent deux nveaux d énerge électronques de même dégénérescence g. Etuder la varaton de S avec la température et donner sa représentaton graphque. En dédure la capacté calorfque a volume constat C v.

71 Gaz parfat les états électronques D e D 0 s l'orgne des énerges correspond à l'état dssocé hν/ ε 0 z g e e e 0 ε0 /k e D g0e e D e/k z vze zvg 0e z g 0 v e e 0 /k e D /k 0 z v e Θv 1 e Θ v e Θv 1 1 e Θ v e Θv z 0 v Cas de O : D e (O + O) 6;6 ev D e (O O + O) 3;3 ev g e Foncton de partton: z e g e e D e /k

72 Plan: Equlbre chmque Mélange de gaz parfat Rappel : condton d équlbre Constant d équlbre Objectves: Calcule de constant d equlbre

73 Exemples II.4 Etude de l équlbre chmque entre gaz parfats 1. Calculer en foncton des Z la constate d équlbre.. Pour tenr compte de la conservaton de l énerge au cours de la réacton, l faut repérer les énerges des dverses molécules entrant dans la réacton a partr d une orgne commune. Les fonctons de partton Z sont calculées habtuellement en prenant égale a zéro l énerge du nveau fondamental. Soent ε 0 les énerges des nveaux fondamentaux des molécules A lorsque ceux-c sont mesures a partr d une orgne commune. 3. Exprmer K en foncton des Z et de ε 0. ν A ν' A' j j j.

74 Les équlbres chmques A l équlbre chmque G 0 j j j n n n ' ' G µ ν µ ν µ ν ous devons évaluer les potentels chmques d un mélange a pluseurs consttuants :! z Q,V,V z k ln! z ln k F µ ous avons montré : 0 z ln k z ln k G ν νµ ν donc :

75 Les équlbres chmques 0 z ln z ln ν ν K z ν ν En dvsant chaque terme par V c K c V V z ν ν ν En multplant chaque terme par k En dvsant chaque terme par p p K p V k V kz ν ν ν x K P p PV k PV kz ν ν ν ν ν ν K n P p K x

76 Les équlbres chmques Lorsqu on tent compte de l énerge du nveau fondamental, la foncton de partton z devent: K exp( ε dlnk d c 0 /k) dln z ν on retrouve la lo de Van't Hof z V dt ν ru k z ε dlnz d dlnz ν d ν U k 0 ν z V, V, exp( ε ν ε 0 0 /k) S la réacton étudée est : exothermque : K c quand endothermque : K c quand Lo de modératon de Le Chateler

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences REPUBLIQUE LERIEN DEMOCRTIQUE ET POPULIRE Mnstère de l ensegnement supéreur et de la recherche scentfque Unversté El-Hadj Lakhdar-BTN- MEMOIRE Présenté au département des scences de la matère Faculté des

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire Les méthodes numérques de la dynamque moléculare Chrstophe Chpot Equpe de chme et & bochme théorques, Unté Mxte de Recherche CNRS/UHP 7565, Insttut Nancéen de Chme Moléculare, Unversté Henr Poncaré, B.P.

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT.

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT. 87 DUCAPTEURAUXEANQUESDEDONNEES. TECHNQUES D'NSTRUMENTATON EN GEOPEY8QUE. J:M. CANTN Unversté Lous Pasteur (Strasbourg 1) nsttut de Physque du Globe de Strasbourg Ecole et Observatore de Physque du Globe.

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le frut d un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

SYSTEME FERME EN REACTION CHIMIQUE

SYSTEME FERME EN REACTION CHIMIQUE SYSTEME FERME EN REACTION CHIMIQUE I. DESCRIPTION D UN SYSTEME. Les dfférets types de système (ouvert, fermé, solé U système S est formé d u esemble de corps séparés du reste de l uvers (appelé mleu extéreur

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

THESE. Khalid LEKOUCH

THESE. Khalid LEKOUCH N d ordre : /2012 THESE Présentée à la FACULTE DES SCIENCES D AGADIR En vue de l obtenton du GRADE DE DOCTEUR EN PHYSIQUE (Spécalté : Energétque, Thermque et Métrologe) Par Khald LEKOUCH MODELISATION ET

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG)

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG) UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DES SCIENCES ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES MATÉRIAUX Année 2006 N attrbué par la bblothèque Méthodes d Extracton de Connassances à partr

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels 9 Nature & Technology Applcaton du système mmuntare artfcel ordnare et améloré pour la reconnassance des caractères artfcels Hba Khell a, Abdelkader Benyettou a a Laboratore Sgnal Image Parole SIMPA-,

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central

INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central Etude numérque de la consoldaton undmensonnelle en tenant compte des varatons de la perméablté et de la compressblté du sol, du fluage et de la non-saturaton Jean-Perre MAGNAN Chef de la secton des ouvrages

Plus en détail

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS ONSEVAOIE NAIONAL DES AS E MEIES ELEONIQUE ANALOGIQUE PH / ELE 4 / DU GEII ere année ------------------------- ------------------------- Dder LE UYE / Perre POVEN Janer ABLE DES MAIEES APPELS D ELEOINEIQUE...5.

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov.

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov. La théore classque de l nformaton. ère parte : le pont de vue de Kolmogorov. La sute de caractères comme outl de descrpton des systèmes. La scence peut être vue comme l art de compresser les données quelles

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Mécanique des Milieux Continus

Mécanique des Milieux Continus Mécanque des Mleux Contnus Golay Frédérc SEATECH MMC Golay MMC - - Ce cours de mécanque des mleux contnus est à la base de l ensegnement de mécanque à SEATECH. Les notons abordées c, transport de champs,

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone Applcaton de modèles grande échelle à la problématque régonale : cas de l ozone Laboratore Central de Survellance de la Qualté de l Ar Conventon n 115/03 Cécle HONORÉ, Laure MALHERBE Unté Modélsaton et

Plus en détail

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174)

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174) PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS Josane Confas (UPMC-ISUP) - Monque Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR874) e-mal : confas@ccr.jusseu.fr e-mal : monque.leguen@unv-pars.fr Résumé Ce tutorel accessble

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU DAPPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton à l analyse des données Samuel AMBAPOUR BAMSSI I BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton

Plus en détail

Calculs des convertisseurs en l'electronique de Puissance

Calculs des convertisseurs en l'electronique de Puissance Calculs des conertsseurs en l'electronque de Pussance Projet : PROGRAMMAON ate : 14 arl Auteur : herry EQUEU. EQUEU 1, rue Jules Massenet 37 OURS el 47 5 93 64 herry EQUEU Jun [V37] Fcher : ESGN.OC Calculs

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

1 Thermodynamique: première loi

1 Thermodynamique: première loi 1 hermodynamique: première loi 1.1 Énoncé L énergie d un système isolé est constante, L énergie de l univers est constante, de univers = de syst + de env. = 0 1 L énergie d un système est une fonction

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE UNIVERSITE MONTPELLIER 2 Département de Physque TRAVAUX PRATIQUES DE SPECTRO- COLORIMETRIE F. GENIET 2 INTRODUCTION Cet ensegnement de travaux pratques de seconde année se propose de revor rapdement l'aspect

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Bibliothèque thermodynamique des logiciels ProSim

Bibliothèque thermodynamique des logiciels ProSim Bblthèque thermdynamque des lgcels PrSm La mdélsatn d un système physque repse sur la cnnassance d'un certan nmbre de prprétés de crps purs et de bnares. Ces prprétés servent de base à la détermnatn des

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence Chaptre 1 Éulbre partel et optmalté en stuaton de concurrence Au terme de ce chaptre, vous saurez : calculer les prx et les uanttés d éulbre ; caractérser les dfférents surplus ; défnr la noton de perte

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL Bogdan HORBANIUC, Gheorghe DUMITRASCU, Andre DUMENCU UNIVERSITÉ TECHNIQUE GHEORGHE ASACHI, Iaș, Roumane

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P.

LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P. LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50 Année 004-005 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque JP DUBÈS 3 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS AVETISSEMENT Ce docuent est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et s à dsposton de l'enseble de la counauté unverstare élarge. Il est sous à la proprété ntellectuelle de l'auteur.

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail