Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta"

Transcription

1 hermodynamque statstque Master Chme Unversté d Ax-Marselle Bogdan Kuchta

2 Plan: Rappel: thermodynamque phénoménologque (dscuter l entrope, l évoluton de gaz parfat,) Premer prncpe Deuxème prncpe (transformaton spontanée) Condtons de spontanété (F, G, µ) Equlbre chmque Objectves: Rappel des bases

3 Les bases de la thermodynamque statstque Cours objectves: Mneur: analyser le modèle statstque, dstrbuton d énerge parm les états otons mportantes : probablté, valeur moyen, répartton, l état mcroscopque et macroscopque, ensemble statstque Major: L nterprétaton d entrope, calculer foncton de partton, grandeurs thermodynamques, constant d équlbre (à partr de la foncton de partton) otons mportantes : foncton de partton, dstrbuton Boltzmann

4 Les bases de la thermodynamque statstque Phénomène macroscopque reflète le comportement collectf d objets élémentare (molécules, atomes, électrons, ) évoluant a l échelle mcroscopque (nm 10-9 m et fs s) leur nombre dans une stuaton typque est de l ordre du nombre d Avogadro ~ 10 3 hermodynamque statstque: l approche probablste, a pour but de proposer une théore moléculare des proprétés macroscopques d'un système à l'équlbre. Elle établt le pont entre le monde mcroscopque (quantque) et le monde observable Les probabltés sont engendrées par la dynamque

5 Les prncpes thermodynamques Premer prncpe : l'énerge d'un système solé (ex : Unvers) est constante. U Q + W Echanges de chaleur entre le système et son envronnement au cours d'une transformaton : à volume V constant : Q U avec U la foncton d'état énerge nterne à presson P constante : Q H avec H la foncton d'état enthalpe telle que H U + PV Capactés calorfques : à volume V constant : C V (U/) v à presson P constante : C P (H/) p U et H ne peuvent pas être détermnées expérmentalement, seules leurs varatons le sont!

6 Les prncpes thermodynamques Second prncpe : au cours d'une transformaton spontanée, l'entrope S d'un système solé augmente. Dans un système fermé à température constante, s la transformaton est réversble (déale) : S Q/ rosème prncpe : à 0 K, S 0 s le corps est pur. S > 0 pas très pratque à utlser car l faut consdérer le système et son envronnement autres fonctons d'état F U-S (énerge lbre de Helmholtz) ou GH-S (enthalpe lbre de Gbbs) jouent le rôle de potentel thermodynamque du système : à V constant, la condton de spontanété est df < 0 et la condton d'équlbre est df 0 à P constante, la condton de spontanété est dg < 0 et la condton d'équlbre est dg 0 Les fonctons thermodynamques U, H, F et G sont extensves : elles dépendent de la quantté de matère.

7 hermodynamque_ potentel chmque Rappel: Énoncé du premer prncpe du dq+ dw Le deuxème prncpe: ds dq/ ds dq/ - transformaton réversble dsdq/+ds - transformaton rréversble ds > 0 - producton d entrope Pour les transformatons réversbles: du dq+ dw ds pdv(-ds ) ( phase homogène!) H U + PV :Enthalpe dh du + PdV +VdP ds +VdP (-ds ) G H S : Enthalpe lbre dg dh ds Sd -Sd + VdP (-ds ) potentel chmque: µg m dµ dg m -S m d+ V m dp (-ds ) µ G,P F, V

8 L équlbre chmque Au cours d'une transformaton chmque, l y a changement des quanttés de matère. La condton de spontanété s'écrt : -ds µ dn < A l'équlbre, une transformaton chmque est caractérsée par une constante d'équlbre : Pour la réacton: aa + bb cc + dd 0 n(t) : n o (A) -aξ n o (B) -bξ n o (C) +cξ n o (D) +dξ (1) () µ dn µ νdζ µ ν dζ r Gdζ r G ν G m, ν µ ν [µ 0 + R ln(a )] r G ν µ 0 + R ν ln(a ) r G 0 + Rln[ a ν ]

9 L équlbre chmque r G En équlbre: r G 0 + R ln a ν,equl 0 rg + R ln K 0 K ν rg a exp,equl R 0 telle que a représente l'actvté de l'espèce, c'est-à-dre, selon les condtons expérmentales sa fracton molare x n /Σn ou sa concentraton [ ] n /V ou sa presson partelle p x P.

10 Plan ( séances): Répartton et la dstrbuton de Boltzmann - De la dynamque aux probabltés - Probablté, dstrbuton et les valeurs moyens: le pont entre le monde mcroscopque et le monde macroscopque (observable) - Hypothèse ergodque - problèmes de répartton Objectves: probablté, valeur moyen, l état mcroscopque et macroscopque

11 Les bases de la thermodynamque statstque Dynamque est défn par une foncton Hamltonenne H(q α,p α ): dq α /dt H/p α dx/dt p/m v dp α /dt -H/q α d(mv)/dt ma F On appelle degré de lberté la pare (q α,p α ), αx,y,z et 1,,, On représente l évoluton dans l espace des phase Γ (soustendu par l ensemble des varable {q α }, {p α })

12 Les bases de la thermodynamque statstque Exemple: l oscllateur harmonque H p /m + (k/)r const Au leu de trajectore: quelle est la probablté de passer a l ntéreur d un sous volume δγ k p Γ δγ k r Les dfférents ponts de δγ k représente un grand nombre de systèmes dentques et ne dfférant que par état mcroscopque. P k prob({q α }, {p α } dans δγ k ) k / tot

13 Exemple: Oscllateur harmonque Prncpe de correspondance p q 1 E + k n + h ν m Energe p q + k 1 ν 1 m n + h n + hν 1 Γn πab hn + δγ Γ Γ h n+ 1 n 1 Volume de l espace de phase p a (per degré de lberté translatonel) q + b 1 ombre des états dans le volume classque (contnue) Γ(volume) Γ( partcules) W Γ 3 h W Γ 3 h

14 Oscllateur harmonque quantque : f (E ) h 1! 3 f (E(q,p ) dγ p eq f(e) constante sur l hypersurfacehe Γ p eq dγ p eq Γ dγ1 p eq 1/ Γ (HE) p Γ Coeffcent addtonnel!! (plus tard) δγ k r p eq probablté a pror égale de trouver un système sole a l équlbre dans un sous-volume quelconque de l espace de phases. Estmaton de W: 1 molécule H dans une bot Vd 3 1mm 3 ayant une vtesse v1m/s: W x (mv d/h) (( 10-3 kg/ )(1m/s)(1m 10-3 )/h /

15 Les bases de la thermodynamque statstque Observatons: A A 1 + A + A 3 + A ( observatons) <A> ΣA / A partr de P k on peut en prncpe détermner la dstrbuton de dfférentes valeurs: <A> ΣP k A k Une dstrbuton P k fournra des nformaton sur l étendue de fluctuatons: ( δa) ( A A ) k k P k

16 Les bases de la thermodynamque statstque Hypothèse ergodque La moyenne temporelle (pour un temps très long) d'une varable mécanque b est égale à la moyenne d'ensemble de b (s tot ), dès lors que les systèmes de l'ensemble réplquent exactement l'état thermodynamque et l'envronnement du système étudé Un calcule de moyenne dans le temps est équvalent à moyenne de confguraton calculé avec l ensemble des états mcroscopque: < b > P b ou < b > tot < b > ens < b > 1 temps r r b(r(t),p(t))dt

17 Les bases de la thermodynamque statstque Probablté P A na S P A 1 détermnste P (AouBouC...ouE) p + p + p p A B C E na + nb + nc ne +... outes les événements possbles PA + PB + PC PE P (AetBetC...etE) p A p B p C... p E S les événements sont ndépendants

18 Exemples I.6: Bosons, en nombre ndétermné, réparts sur tros nveaux d énerge Soent tros nveaux ε 1 ε, ε ε, ε 3 3ε de dégénérescence g 1 1, g, g 3 3. Ces nveaux sont les nveaux d énerge d un ensemble de bosons (partcules ndscernables) dont le nombre n est pas détermné mas dont l énerge totale est U 3ε. Représenter les états macroscopques ans que les états mcroscopques correspondants. Quel est l état le plus probable? Exemples I.7 Répartton de tros électrons sur tros nveaux d énerge 1) Soent tros nveaux d énerge équdstants ε 0, ε 1, ε. ) Un électron se trouvant sur un de ces nveaux aura respectvement l énerge 0, ε ou ε. 3) Les dégénérescences des nveaux sont g 0 3, g 1 g. Le nombre total d électrons est tros et l énerge totale est U ε. 1. Représenter sur un schéma les dfférents états mcroscopques. Comben y a-t-l d états macroscopques? Vérfer que le nombre d états mcroscopques correspondant a chacun des états macroscopques est ben donne par la formule générale.. En admettant que les états mcroscopques ont une égale probablté de se réalser au cours du temps, détermnez au bout d une heure comben de temps chaque état macroscopque aura été réalsé.

19 Appendce A6 Statstque de Maxwell-Boltzmann, de Bose-Ensten et de Ferm-Drac 1. Calculer le nombre de manère de repartr les partcules dscernable sur nveaux d énerge en plaçant respectvement 1,,, sur ε 1,, ε, de dégénérescence g 1,, g,.. Quel est le nombre de manères de repartr partcules ndscernable sur des nveaux d énerge ε 1,, ε, de dégénérescence g 1,, g, en plaçant respectvement 1 partcules sur ε 1,, etc. 3. Quel est le nombre, W, de manère de repartr les partcules ndscernable sur g sous-nveaux, sachant que l on ne peut pas placer plus d une partcule par sous-nveau. Pourquo cette dscusson est mportante?

20 Problèmes de répartton Structure de la matere peut etre analyser sur deux nveaux: macroscopque and mcroscopque La noton de la température n exste pas dans l équaton de ewton, n dans l équaton de Schrödnger. Elle mesure la partage d énerge parm tous les états quantques accessbles. Il dot exster un len entre les deux approches: ce qu est mportant dans un échantllon macroscopque ces ne sont pas les atomes et molécules ndvduellement mas ses proprétés statstques.. Le len est donne par la mécanque statstque (thermodynamque).

21 Problèmes de répartton De temps en temps la dstrbuton n est pas unforme. Pourquo? (exemple: des)? ; ; +; ; +3; 3+; ; +4; 3+3; 4+; ; +5; 3+4; 4+3; 5+; Et après? On peut dédura les probabltés théorques en calculant le nombre de confguraton mcroscopques des évènement dentques.

22 Problèmes de répartton Calcule de complexons: exemple Exercce : Sot un jeu de 4 partcules rouges et de 4 partcules nores, placées dans une boîte rectangulare dvsée en partes. 1. Quelles sont les dstrbutons possbles?. Comben de complexons (façons dfférentes d'obtenr une même dstrbuton) possède chaque dstrbuton? 3. S la boîte est secouée pluseurs fos, quelle est la dstrbuton que l'on mesurera le plus souvent? 4. Reprendre pour 500 partcules pus 5000 partcules pus. 1. W ()!/(!!) W [!/n!(-n )!)] Conf_1: W 1 1 Conf_: W 16 Conf_3: + + W 3 36 p W /W Conf_4: W 4 16 Conf_1: W 5 1

23 Problèmes de répartton Calcule de complexons: exemple R W total W max W max / W total lnw max / lnw total 500, , ,05 0, , , ,015 1, , , ,003 1, , , , ,000 p

24 Problèmes de répartton Calcule de complexons: exemple Cet exercce a perms d'obtenr les résultats suvants : la probablté assocée à une dstrbuton est drectement proportonnelle à son nombre de complexons ; presque toutes les complexons d'un système sont assocées à très peu de dstrbutons, centrées sur la dstrbuton la plus probable ; lorsque le nombre de partcules d'un système est très grand (par exemple, une mole), la probablté pour détecter une dstrbuton dfférente de la dstrbuton la plus probable est extrêmement fable ; ln W max ln W total ce qu smplfera toute la sute! Parm toutes les dstrbutons acceptables (pour, V, et E tot donnés), quelle est celle qu donne W le plus grand?

25 Statstque de Maxwell-Boltzmann Problèmes de répartton E B,V,E const E ν,v, const (W ) Ω(,, E) E E B + E ν S k B ln Ω(,, E) S E 1

26 Statstque de Maxwell-Boltzmann Problèmes de répartton p p p ln ~ Ω(E Ω(E ~ Ω(E B E B ν ) ) ~ exp E ) Ω(E ν exp E ν ) ln Ω(E) ν [ ln Ω(E E )] ln Ω(E) E E ln Ω(E) E ν ~ exp [ βe ] ν p exp( βe ) exp( βe ) Cette relaton est a la base de la statstque de Maxwell-Boltzmann. Un des problèmes qu ntéressent les chmstes est la détermnaton des états d'équlbres. S cette statstque M-B est utlsable par les chmstes, l est ntéressant de calculer W max.

27 Exemple I.10 Le paramètre β est ndépendant de la nature des partcules Consdérons un mélange de deux sortes de partcules, du type A et du type B, en nombre et respectvement, reparts sur des nveaux d énerge ε 0, ε 1, ε, et ε 0, ε 1, ε,... Ces partcules sont supposées ne pas nteragr entre elles et être dscernables. L énerge de l ensemble de toutes les partcules est supposée constante. 1. Calculer le nombre moyen 0 de partcules A sur un nveau ε et le nombre moyen 0 de partcules B sur un nveau ε j. Monter que le paramètre β qu ntervent dans chacune des expressons précédentes est le même.. En dédure la sgnfcaton physque deβ, ndépendant de la nature des partcules consdérées. Multplcateurs de Lagrange

28 Plan : Probablté dans (V) - noton d entrope - Ensemble mcro-canonque - Ensemble canonque - Dstrbuton de Boltzmann - Fluctuatons : c v Objectves: Dstrbuton de Boltzmann L ntégral dans l espace de phases L nterprétaton de foncton de partton Entrope

29 Problèmes de répartton Imagons, molécules dscernable, chacune avec une schéma des états suvante: ε p ε 1 ε On analyse molécules dscernable, ou 1 sont dans l etat ε 1, p ; U 1 ε 1 + ε + + p ε p Au total le nombre de complexons possbles est égal a: Σ E g n Σ W n! ( 1)! ( 1 )! 1 g n...!! 1!( 1)!!( 1 ) 3!( 1 3 )! n n! W! 1 n n! n n! n n! n n (sot )! (sot ) g g S g >1 Cette relaton est a la base de la statstque de Maxwell-Boltzmann. Un des problèmes qu ntéressent les chmstes est la détermnaton des états d'équlbres. S cette statstque M-B est utlsable par les chmstes, l est ntéressant de calculer W max.

30 L ensemble canonque Calcule de complexons: exemple 4 systèmes ( tot ) dans 3 nveaux Sot E tot E 1 + E + E 3, l exste 1 réparttons possbles A B C D E1 E E E3 E1 E E3 E E1 E3 E E E E1 E E3 E E1 E3 E E3 E1 E E E E3 E1 E E3 E E1 E E E E1 E3 E E E3 E1 E E3 E E1 E3 E E E1 Généralement, le nombre total d'états mcroscopques du supersystème, W(n) également appelé le nombre de complexons, compatble avec une dstrbuton donnée est donné par la relaton : La probablté d'observer un système dans l'état d'énerge E est smplement Le calcul des probabltés P à partr des dstrbutons n'est pratque que lorsque le nombre d'états et le nombre de dstrbutons restent petts. Mas: p W (n n ) P n / tot! n! tot exp( βe ) exp( βe )

31 < E > βe 1 Q / βe P E E e e L énerge nterne n exp( βe ) p Q exp( βe ) exp( βe ) Calcule de Q ( Q / β),v ( ln Q β), V Q exp( β U ) Q Ω ( U k ) exp( β U k ) k ( levels ) Q Ω (E ) exp( β E )de Les systèmes avec dense dstrbuton des états

32 La défnton statstque de la capacté calorfque fluctuatons d'énerge σ E ( E < E > ) < E > < E > Q 1 P E P E ( ) Z / β Q ( Z / β),v,v ( ) ln Q / β ( < E > / β), V E ( δe) k k CV, V

33 L ensemble canonque Fluctuatons Dans l'ensemble canonque d'énerge moyenne E, comment se dspersent les E autour de E? Fluctuatons échanges thermques entre les systèmes de l'ensemble (ou entre le système et le ban calorque) Du pont de vue macroscopque, ces fluctuatons sont gnorées : pourquo? [ ] ( ) Sot la dévaton standard E : σe E E σ E E ( ) 1/ k C 1/ E V 1/ 1/

34 L nterprétaton de la somme d états Exemple : un système à nveaux dégénérés fos et d'énerge ε Q e βε 1e + (e βε βε + e + e βε βε + 3e ) + (e β3ε β3ε + 4e + e β4ε β3ε + e β3ε e ) +... βε

35 E k k Q Q L nterprétaton de la somme d états exp( βu ) Q g exp( βu ) exp( βu ) 1+ e E K U + e E 3 K e E t K 0 Q t Q 0 k ous les états sont accessble E k Unquement l état prncpale est accessble Q donne le nombre des états effectvement accessble Densté d états: p(e) 1 > 1 E

36 L entrope rôle prncpal dans la thermodynamque S S(E,V,)f(W) - W probablté thermodynamque S est un potentel thermodynamque, ds 0 à E, V constants et SS max à l état d équlbre S tot S I + S II Mcroscopque (à dscuter): f(w tot )S tot S I + S II f(w I )+f(w II ); W tot W I W II S k lnw Lorsque dmnue, le nombre d'états accessbles dmnue. W1 S0 W g 0 S 0 k lng 0

37 L entrope rôle prncpal dans la thermodynamque W(n 1,,n j, )!/(n 1!,,n j!,..) (Statstque M-B: tous les états) ln W ln! - Σ lnn! ln - - Σ (n ln n - n ) - Σ (n / )ln (n / ) - Σ p ln p S k B ln W S k B p ln p

38 L entrope ombre des paramètres: 3-4 (macro) ~10 3 (mcro) Une dstrbuton homogène est ndépendant du temps et correspond à l état d équlbre (t) /+ (gauche) emps de 0 ds e 0 (δq 0) Max lnw!!!!!

39 Plan: Proprétés thermodynamques: foncton de partton hermodynamque dans l ensemble canonque Energe nterne Entrope Energe lbre Enthalpe, enthalpe lbre, potentel chmque, presson, gaz parfat, Objectves: Calcule des fonctons thermodynamques

40 Des états quantques à l ntégral dans l espace de phase E 1 p m + Φ(q 1,q,,,q ) Q 1 1! h exp E dpdq k 3 B Q exp E k B Q 1! 1 h 3 exp 1 k B 1 p m + Φ(q 1,q,,,q 1 exp k B ) dpdq p x dp m x ( πmk ) 1/ B 1! 1 h 3 exp 1 k B 1 p m dp Φ exp k B dq

41 Des états quantques à l ntégral dans l espace de phase Q exp E k B 3 / 1 πmk B Φ Q exp dq! h k B Q deal Q excess Φ 3 / 1 πmk B 0 Q Q 1!! πmk h h 3/ B Q zt! deal

42 Exemple I.14 Cas partculer de deux nveaux en statstque de Maxwell-Boltzmann On consdère partcules dscernables et sans nteracton, placées sur deux nveaux d énerge. 1. Monterez que la populaton des deux nveaux est détermnée complètement en foncton de l énerge totale U et de nombre de partcules. Montrer qu l en est de même de l entrope.. Pour ntrodure la température on utlsera une relaton de thermodynamque macroscopque exprmant en foncton d une dérvée partelle de U par rapport à S. Calculer alors pour ce système U en foncton de et en dédure les populatons de deux nveaux en foncton de. le résultat obtenu est-l conforme à la formule générale de maxwell-boltzmann? Exemples: Schottky deux nveaux modèle ( partcules, ε 0, ε 0 ) Paramagnétsme (ε ±-µ 0 B)

43 Exemples II.1 Expresson des grandeurs thermodynamques à partr de la foncton de partton Q en statstque de Maxwell-Boltzmann (non corrgée) W MB!Π(g /!) la statstque M-B (les partcules dscernable) Quelle sont les expressons de l énerge nterne U et de la capacté calorfque a volume constant C v, exprmées a l ade de la foncton de partton Z? Calculer les expressons de l entrope S ans que de l énerge lbre F, toujours en foncton de Z. Pourquo la connassance de la foncton QQ(,V) est-elle suffsante pour décrre macroscopquement un système thermodynamque? On donnera en partculer en foncton de Q les expressons de la presson P, de l enthalpe H et de l enthalpe lbre G.

44 L entrope: encore une fos p exp ( βe ) Q S k B p lnp S k B p( βe lnq) kbβ E + k B lnq A U S k B lnq

45 L énerge nterne, fonctons thermodynamques * B * * * * * 0 Q E k E exp E P E U U B * * B B * k E exp E k 1 k E exp Q V B 0 Q Q k U U, B, V lnq k V A p, B, B V lnq V k A pv A G V lnq V k U pv U H

46 L énerge lbre et l entrope (une fos plus!) V, A S S; U A V, B, V lnq k U A S A A A lnq k A A B 0 lnq) d(k d lnq k A d B V, B V, V, A U A + V B Q Q k U lnq k lnq k S A U S B V, B +

47 Exemples II. Système de molécules a deux nveaux d énerge obéssant a la statstque de M-B On consdère un système compose d un grand nombre de molécules, chacune des molécules possédant deux nveaux d énerge ε 1 < ε de même pods statstque g. On posera ε ε - ε 1. Ce système obét a la statstque de M-B et en équlbre avec un thermostat a la température thermodynamque. Ecrre les expressons des nombres 1 et de molécules ayant respectvement les énerges ε 1, ε. En dédure les probabltés p 1 et p pour une molécule d être respectvement sur les nveaux ε 1, ε. Calculer 1 - Défnr une température caractérstque θ du système. Calculer les lmtes de 1,, 1 - dans les deux cas suvants : a) <<θ et b) >>θ. Retrouver les résultats précédents par des arguments physques smples. Etablr l expresson de l énerge nterne U du système consdéré. racer la courbe représentatve de U en foncton de /θ. Exemples II.3 ros nveaux équdstants On consdère tros nveaux équdstants, c est-a-dre tels que ε -ε 1 ε 3 -ε ε Les dégénérescences ou pods statstques des dfférents nveaux sont g 1 1, g, g 3 1. Par un chox convenable de l orgne des énerges, trouver une expresson smple de la foncton de partton Z. En dédure l énerge nterne U et la capacté calorfque C V

48 Plan: Calcule de foncton de partton (système sans nteracton) Approxmaton : sans nteracton, degrés de lberté ndépendants (systèmes sans nteracton: gaz parfat) ranslatons : gaz parfat atomque Rotatons : datomque, polyatomque Vbratons ranston entre les états électronques Objectves: Calcule de foncton de partton

49 Système sans nteracton H H 1 + H 3 + H 4 + H 5 +. U E 1 + E 3 + E 4 + E 5 +. Q Q 1 exp( βu ) exp( β(e1 + E + E 3 + E E )) exp( βe1 ) exp( βe )... exp( βe ) z z...z MAIS la théore quantque suppose que les partcules dentques sont ndscernables (rappel!!)! Q z!

50 Système sans nteracton - gaz parfat A partr de mantenant, on supposera toujours g >> dentque, ndscernable : z z t z r z v z et les partcules sont z Q! ε ε t + ε r + ε v + ε e g q g t g r g v g e - ndépendant degrés de lbertés e Foncton de partton de translaton (rappel) : z t 3 1 x k B 1 h exp p x dp m dr πmk h B 3/ V Ordre de grandeur : V 1 cm 3, M 100 g mol -1, 300 K, z t 10 5

51 Gaz parfat monoatomque Foncton de partton canonque : ln Q Energe lbre : F t ln z k ln Q t ln + z te k ln zte ln F est une foncton extensve, ne dépend que de V/ et de Remarque : le 0 des énerges correspond à la partcule au repos.

52 Gaz parfat monoatomque Presson: expresson statstque de la lo des gaz parfat s A alors k A k R 8,314 J K -1 mol -1 Energe nterne énerge cnétque, 1/k per dégrée de lberté Ordre de grandeur: Pour 300 K et A, U 3,7 kj mol -1 V k V! z ln k V F p, t B, k 3! z ln k ln Q k Q Q k U V t B V B V B t

53 Gaz parfat monoatomque En combnant les expressons précédentes : Entrope : S t PV U t 3 3 C V,t k 5 H t k 5 C P,t k C C k Reformulaton: relaton de Sackür-etrode: P,t U t Ft V,t z k ln t e 5 / 5 3 k ln ln P(atm ) + ln M (g / mol 1, 165 S t )

54 Potentel chmque : Gaz parfat monoatomque µ t F,V k z t ln! k ln en prenant l'expresson de z t étable précédemment :,V z t µ µ t t πmk k ln h (P, ) µ 0 t (P 0, ) + 3 / k ln k / P / P 0 P 0 + k ln P / P 0 tel que µ 0 représente le potentel chmque standard.

55 Gaz parfat monoatomque Autres degrés de lberté? 1 atome noyaux + électrons qu nteragssent Séparaton des degrés de lberté ; ( ) z t z e z Q! Aux températures ordnares : z n g n1 1 Aux températures ordnares : z e ge1 mas attenton aux cas partculers (halogènes) Chox du 0 des énerges? n

56 Gaz parfat monoatomque Autre formulaton : longueur d'onde de De Brogle λ V 3/ V zt ( πmk) 3 3 h λ tel que h λ ( πmk) 1/ λ peut être assocée à la largeur du paquet d'onde assocé à l'atome consdéré Exemple : les gaz rares à 500 o C e Ar Kr M(g/mol) 0,18 39,95 83,80 λ (m) 1, , ,9 10-1

57 Exemples II.7 Capacté calorfque molare de rotaton d un gaz parfat datomque En premère approxmaton, l énerge nterne d une molécule ε q et le pods statstque g q correspondant peuvent s écrre : ε q ε t + ε r + ε v + ε e g q g t g r g v g e désgnent les énerges et les pods statstque de translaton, de rotaton, de vbraton et électronques des molécules. 1. Montrer que la foncton de partton nterne peut se mettre sous la forme d un produt de fonctons de partton que l on défnra. En dédure que la contrbuton des dvers degrés de lberté des molécules a l énerge nterne et a la capacté calorfque molare s ajoutent. Ecrre l expresson de la foncton de partton de rotaton 3. Défnr une température caractérstque de rotaton θ rot. A l approxmaton ou >> θ rot calculer la foncton de partton de rotaton. En dédure, l énerge nterne molare de rotaton et la capacté calorfque molare de rotaton ( >> θ rot ) 4. Explquer pourquo la capacté calorfque molare de rotaton des gaz datomque non hydrogenodes a une valeur constante dans pratquement tout le domane de température d exstence du gaz (θ rot : 85,5K (H ), 7,5K (OH), 63K (HD),,8 (CO), 0,35 (Cl ) 0,08 (K ))

58 Exemples II.17 Grandeurs thermodynamque en statstque de Maxwell-Boltzmann «corrgée» W MB Π(g /!) la statstque M-B (les partcules ndscernable) la lmte commune des probabltés des statstques de BE et FD lorsque l occupaton des nveaux devent très fable, << g. Calculer l énerge nterne U et la capacté calorfque Cv a l ade de la foncton de partton Z. Pour quelles rasons ces expressons sont-elles dentques a celles de la statstque de M-B? Calculer l expresson de l entrope S a l équlbre thermque exprmée a l ade de Z, ou Z est consdère comme une foncton des varables ndépendantes et V. En dédure l expresson de l énerge lbre F. Calculer explctement P en foncton de et V dans le cas d un gaz. En dédure les expressons de l enthalpe lbre G en foncton de ZZ(,V). On consdéra mantenant Z comme une foncton de et P sot ZZ(,P). rouver les expressons de S et de H en varables et P. Calculer Cp capacté calorfque a presson constante.

59 Les varables: x,y,z, r, θ,ϕ z Gaz parfat datomque r θ y x ϕ x,y,z, -translatons r -vbraton V V(r) (k/)(r R AB ) θ,ϕ -rotatons rotateur rgde

60 Gaz parfat datomque Séparaton des degrés de lberté de translaton, de rotaton et de vbraton Hamltonen H H t + H r + H v + H e d'énerge E ε t + ε r + ε v + ε e Foncton de partton canonque : ( ztzrzvze ) Q! V ranslaton : z ( ) 3/ t π(m 3 A + mb) k h électronque : z e g e exp(- ε eo /k) g e exp(d e /k) s un seul état est accessble s l'orgne des énerges correspond à l'état dssocé, c est dfferent!

61 Rotaton et Vbraton Gaz parfat datomque Energe de rotateur lnéare: E j J(J+1)h /8π I J(J+1)kΘ r ; g j J+1 En posant Θ rot h /8π Ik (température caractérstque de rotaton) : z rot g e E j / k J J 0 (J + 1)e Θ J(J+ 1) r

62 Gaz parfat datomque Aux hautes températures Θ r / est suffsamment pett pour que la somme sot calculable par une ntégrale : Quelques valeurs de Θ rot et de moments d nerte sont suvantes : Molécule Moment d nerte empérature caractérstque z r 0 0 e J J 0 (J + 1)e (J + 1)e Θ J(J+ 1) r Θ J(J+ 1) Θ J(J+ 1) dj d[j(j + 1)] r r / Θ de rotaton H g cm 85 K O Cl I r HD 64 K HF 30,3 HCl 15, HBr 1.1 HI 9.0 CO,8 O,4 D 4,7 Molécule homonucléare Les atomes ne sont pas dscernables! z r /θ r

63 Rotaton et Vbraton Gaz parfat datomque L énerge d un oscllateur harmonque est E n (n+1/)hν Il y a un état quantque pour chaque nveau d énerge g n 1. D autre part, s nous posons que le nveau fondamental avat une énerge nulle, d où : Z vb exp(-θ v /) [1 + exp(-θ v /) + exp(-θ v /) + exp(-3θ v /) +...] avec hν/k Θ v (température caractérstque de vbraton)

64 Rotaton et Vbraton Gaz parfat datomque Orgne des énerges de vbraton : fond du puts V(r)(k/) )(r R AB ) Résoluton du problème de la partcule dans un oscllateur harmonque de fréquence: ν 1 k π µ 1/ θ ν h πk B k µ 1/

65 Gaz parfat datomque progresson géométrque nfne de rason exp(-θ v /) q < 1 D où : z v e Θv n e nhν k e Θv n e Θ n Lorsque >>Θ v : 1-exp(-Θ v /) Θ v / z v (Θ v /)exp(-θ v /) v z v e Θv 1 e Θ v Lorsque <<Θ v : 1-exp(-Θ v /) 1 z v exp(-θ v /) HCl CO O H Cl Br I O

66 Gaz parfat polyatomque Généralsaton du cas datomque : mêmes approxmatons Foncton de partton translatonnelle z t V π 3 h m k 3/ Cas de O 3 atomes, lasons chmques -O Z t Foncton de partton rotatonnelle Lorsque la molécule à pluseurs axes de rotaton, l faut défnr tros moments d nerte prncpaux I A, I B, I C. On montre lorsque θ rot << : Cas de O températures caractérstques θ r1 0,60 K, θ r 0,63 K, θ r3 11,4 K un axe de rotaton d'ordre σ Z r 194 Z r (π 1/ /σh 3 )(I A I B I C ) 1/ (8π k) 3/ (π 1/ /σ)( 3/ /(θ A θ B θ C ) 1/ )

67 Gaz parfat polyatomque En posent : θ h /(8π I k) Et en tenant compte de la symétre de la molécule grâce au nombre de symétre σ. S deux moments sont égaux : I C I B ou tros : I A I B I C Z r (π 1/ /σh 3 )(I A I B I B ) 1/ (8π k) 3/ (π 1/ /σ)( 3/ /(θ A θ B θ B ) 1/ ) Z r (π 1/ /σh 3 )I 3/ (8π k) 3/ (π 1/ /σ)(/θ) 3/ Le nombre de symétre qu ntervent dans ces formules dépend de la forme de la molécule. Par exemple: O-H-O σ (1 axe bnare) ; C 6 H 6 σ1 (6 axe bnare)

68 Foncton de partton vbratonnelle Gaz parfat polyatomque Chaque mode est ndépendant des autres! factorsaton de la foncton de partton Z vb k e Θ v,k 1 e Θ v,k 1 Cas de O molécule non-lnéare : 3 degrés de lberté de vbraton de nombres d'onde ν cm -1, ν 130 cm -1 et ν cm -1 températures caractérstques θ 1 39 K, θ 1901 K, θ K foncton de partton z v 1, ! P (n 1 0; n 0; n 3 0) 1

69 able. Quantum Effects n Lquds at ther ormal Bolng Pont Lqud /K θ v /K Λ*/(π*) 1/ θ r /K θ r / He e Ar H HF HCl H O CCl For polyatomcs θ v s the smallest θ v, and θ r s the largest value.

70 Exemples II.19 Contrbuton des nveaux d énerges électronque a l entrope Calculer l entrope «électronque» S d un gaz dont les molécules possèdent deux nveaux d énerge électronques de même dégénérescence g. Etuder la varaton de S avec la température et donner sa représentaton graphque. En dédure la capacté calorfque a volume constat C v.

71 Gaz parfat les états électronques D e D 0 s l'orgne des énerges correspond à l'état dssocé hν/ ε 0 z g e e e 0 ε0 /k e D g0e e D e/k z vze zvg 0e z g 0 v e e 0 /k e D /k 0 z v e Θv 1 e Θ v e Θv 1 1 e Θ v e Θv z 0 v Cas de O : D e (O + O) 6;6 ev D e (O O + O) 3;3 ev g e Foncton de partton: z e g e e D e /k

72 Plan: Equlbre chmque Mélange de gaz parfat Rappel : condton d équlbre Constant d équlbre Objectves: Calcule de constant d equlbre

73 Exemples II.4 Etude de l équlbre chmque entre gaz parfats 1. Calculer en foncton des Z la constate d équlbre.. Pour tenr compte de la conservaton de l énerge au cours de la réacton, l faut repérer les énerges des dverses molécules entrant dans la réacton a partr d une orgne commune. Les fonctons de partton Z sont calculées habtuellement en prenant égale a zéro l énerge du nveau fondamental. Soent ε 0 les énerges des nveaux fondamentaux des molécules A lorsque ceux-c sont mesures a partr d une orgne commune. 3. Exprmer K en foncton des Z et de ε 0. ν A ν' A' j j j.

74 Les équlbres chmques A l équlbre chmque G 0 j j j n n n ' ' G µ ν µ ν µ ν ous devons évaluer les potentels chmques d un mélange a pluseurs consttuants :! z Q,V,V z k ln! z ln k F µ ous avons montré : 0 z ln k z ln k G ν νµ ν donc :

75 Les équlbres chmques 0 z ln z ln ν ν K z ν ν En dvsant chaque terme par V c K c V V z ν ν ν En multplant chaque terme par k En dvsant chaque terme par p p K p V k V kz ν ν ν x K P p PV k PV kz ν ν ν ν ν ν K n P p K x

76 Les équlbres chmques Lorsqu on tent compte de l énerge du nveau fondamental, la foncton de partton z devent: K exp( ε dlnk d c 0 /k) dln z ν on retrouve la lo de Van't Hof z V dt ν ru k z ε dlnz d dlnz ν d ν U k 0 ν z V, V, exp( ε ν ε 0 0 /k) S la réacton étudée est : exothermque : K c quand endothermque : K c quand Lo de modératon de Le Chateler

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Le Potentiel chimique

Le Potentiel chimique 44 Le Potentel chmque PIERRE DUHEM (1861 1916) 44.1 Grandeurs molares partelles 44.1.1 Varables de Gbbs Système polyphasé Nous étuderons dans la sute un système thermodynamque formé de pluseurs phases

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Thermodynamique Classique

Thermodynamique Classique hermodynamque Classque Quelques défntons utles hermodynamque Classque http://hebergement.u-psud.fr/rmn/thermo/thermo.html Julen obroff, Magstère de Physque d Orsay, 009 el : 0 69 5 53 36 emal : bobroff@lps.u-psud.fr

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous.

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous. Concours Centralesupélec TSI 2011 corrge sous reserves I L'élément soufre et les sources naturelles de soufre I.A.1. Les règles pour obtenr la confguraton électronque d un atome dans son état fondamental

Plus en détail

LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE

LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE N d ordre : 2173 THESE présentée pour obtenr LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE École doctorale : Scence des Procédés Spécalté : Géne des Procédés et de l envronnement

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Dans un mélange, tous les constituants ont le même statut thermodynamique.

Dans un mélange, tous les constituants ont le même statut thermodynamique. Mélanges et solutons I_ Défntons et composton. Défntons Dans un mélange, tous les consttuants ont le même statut thermodynamque. Lorsque dans un mélange solde ou lqude, un des consttuants, appelé solvant,

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

MECANISMES MODELISES

MECANISMES MODELISES MEANISMES MODELISES Les évaluatons de sûreté relatves aux nstallatons de stockage de déchets radoactfs en couche géologque profonde nécesstent la compréhenson et la modélsaton d une part des systèmes hydrogéologques

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM ère parte : Electrocnétque Chaptre ntroducton L Electrocnétque est la parte de l Electrcté qu étude les courants électrques. - Courant électrque -- Défntons Défnton : un courant électrque est un mouvement

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique Chaptre 5. Les s et l eet photoélectrque L ntensté d une onde électromagnétque n 884, le physcen brtannque John Henry Poyntng a démontré à partr des équatons de Maxwell que l ntensté d un champ électromagnétque

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Modélisation et simulation du démarrage d un véhicule à boite de vitesses automatique avec les bond graphs

Modélisation et simulation du démarrage d un véhicule à boite de vitesses automatique avec les bond graphs Modélsaton et smulaton du démarrage d un véhcule à bote de vtesses automatque avec les bond graphs Dragos N. CRUCERU, Andre N. MACIAC, Valeran CROIORESCU, Génevève DAUPHIN ANGUY Laboratore d Automatque,

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Chapitre III : Premier principe de la Thermodynamique. Système

Chapitre III : Premier principe de la Thermodynamique. Système Chaptre III : Premer prncpe de la Thermodynamque III.1. Langage thermodynamque Système : C est un corps ou un ensemble de corps de masse détermnée et délmtée dans l espace. Mleu extéreur : On consdère

Plus en détail

Le raisonnement incertain

Le raisonnement incertain 1 Plan général 2 Le rasonnement ncertan dans les systèmes experts I- Introducton aux systèmes experts II- Fondements : organsaton et fonctonnement des SE III- Le rasonnement ncertan Introducton Antone

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Soutien : Modèle de Potts mars 2015

Soutien : Modèle de Potts mars 2015 Année 04 05 Physque Statstque hors équlbre et transtons de phase Souten : Modèle de Potts mars 05 On onsdère une varante du modèle d Isng, dte de Potts, dans laquelle les N degrés de lberté (qu on appellera

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences REPUBLIQUE LERIEN DEMOCRTIQUE ET POPULIRE Mnstère de l ensegnement supéreur et de la recherche scentfque Unversté El-Hadj Lakhdar-BTN- MEMOIRE Présenté au département des scences de la matère Faculté des

Plus en détail

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance.

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance. Moblté des espèces en soluton I_ Les dfférents modes de transport En soluton, les molécules peuvent se déplacer selon tros modes dfférents : onvecton, la matère est déplacée par contrante mécanque (agtaton)

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe Algorthme approché d optmsaton d un modèle de Processus Décsonnel de Markov sur Graphe Nathale Peyrard Régs Sabbadn INRA-MIA Avgnon et Toulouse E-Mal: {peyrard,sabbadn}@toulouse.nra.fr Réseau MSTGA, Avgnon,

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

ASCENSEUR FLUVIAL FUNICULAIRE DE STREPY-THIEU

ASCENSEUR FLUVIAL FUNICULAIRE DE STREPY-THIEU ASCENSEUR FLUVIAL FUNICULAIRE DE STREPY-THIEU Le canddat est nvté à formuler toute hypothèse cohérente qu lu semblerat nécessare pour pouvor répondre aux questons posées. Page 1 sur 21 1. PRESENTATION

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

V2- Montage de chimie n 3 : Définition et mesure de ph. Titrages

V2- Montage de chimie n 3 : Définition et mesure de ph. Titrages V2- Montage de chme n 3 : Défnton et mesure de ph. Ttrages Nveau concerné : Term S oblgatore (ensegn. spé. auss mas non présenté dans cet eposé) Prérequs : noton d acde et de base au sens de Brönsted,

Plus en détail

Electricité II : Régimes sinusoïdaux et transitoires AC and transient circuit analysis Fascicule d'exercices de Travaux Dirigés

Electricité II : Régimes sinusoïdaux et transitoires AC and transient circuit analysis Fascicule d'exercices de Travaux Dirigés Electrcté II : égmes snusoïdaux et transtores and transent crcut analyss Fasccule d'exercces de Travaux Drgés 5 cours / Séances de TD / 5 séances de TP égmes snusoïdaux Nombre de séances de TD prévues

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

NIVEAUX D ENERGIE DE LA MOLECULE ISOLEE ET INTERACTION MATIERE RAYONNEMENT

NIVEAUX D ENERGIE DE LA MOLECULE ISOLEE ET INTERACTION MATIERE RAYONNEMENT NIVEAUX D ENERGIE DE LA MOLECULE ISOLEE ET INTERACTION MATIERE RAYONNEMENT INTRODUCTION A LA SPECTROSCOPIE MOLECULAIRE La spectroscope peut être défne comme l étude des nteractons entre la lumère et la

Plus en détail

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité Informaton mutuelle et partton optmale du support d une mesure de probablté Bernard Coln et Ernest Monga Département de Mathématques Unversté de Sherbrooke Sherbrooke JK-R (Québec) Canada bernard.coln@usherbrooke.ca

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA SPECTROMETRIE RMN

CHAPITRE 2 LA SPECTROMETRIE RMN .J. Ducauze et D.N. Rutledge groparstech PITRE L SPETRMETRIE RMN «Spectrométre RMN» veut dre qu on s ntéresse aux nformatons qu apportent les spectres, c est-à-dre à un ensemble d observatons effectuées

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003 DEA d physqu subatomqu Corrgé d l xamn d analys statstqu ds donnés t d modélsaton ssson d févrr - anné 22-23 Jérôm Baudot sur 45 ponts I- Errur sur la msur d un asymétr avant-arrèr ponts I-a La formul

Plus en détail

Mémento de théorie de l information

Mémento de théorie de l information Mémento de théore de l nformaton Glles Zémor 6 octobre 204 0 Rappels de probabltés Espaces probablsés. Un espace probablsé (Ω, P ) est un ensemble Ω mun d une mesure de probablté P qu est, lorsque Ω est

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

THESE présentée par. Assane THIAM

THESE présentée par. Assane THIAM N d ordre : 472GP THESE présentée par Assane THIAM Pour obtenr le grade de Docteur de l Ecole Natonale Supéreure des Mnes de Sant-Etenne Spécalté : Géne des Procédés ETUDE DES CONDITIONS THERMODYNAMIQUES

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

ThermodynamiqueChimique Appliquée

ThermodynamiqueChimique Appliquée Laboratore Laboratory Catalyss Catalyse && Spectrochemstry Spectrochme ThermodynamqueChmque Applquée 1M1AC1: CM+ TD = 14+ 14 Jean-erre GILSON Tél.: 02.31.45.28.15 emal: jean-perre.glson@enscaen.fr ENSICAEN,

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire Les méthodes numérques de la dynamque moléculare Chrstophe Chpot Equpe de chme et & bochme théorques, Unté Mxte de Recherche CNRS/UHP 7565, Insttut Nancéen de Chme Moléculare, Unversté Henr Poncaré, B.P.

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE A. Bahloul a, R. Gravel a, B. Roberge a et N. Goyer a M. Chavez b et M. Reggo b a Insttut de Recherche Robert-Sauvé en Santé et Sécurté du Traval

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Modélisation et simulation des efforts de coupe en fraisage 2.5 axes

Modélisation et simulation des efforts de coupe en fraisage 2.5 axes 18 ème Congrès Franças de Mécanque Grenoble, 7-31 août 007 Modélsaton et smulaton des efforts de coupe en frasage.5 axes Adel Amn AMMAR, Zouber BOUAZIZ & Al ZGHAL Unté de recherche de mécanque des soldes

Plus en détail

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire Les méthodes numérques de la dynamque moléculare Chrstophe Chpot Equpe de chme et & bochme théorques, Unté Mxte de Recherche CNRS/UHP 7565, Insttut Nancéen de Chme Moléculare, Unversté Henr Poncaré, B.P.

Plus en détail

MODELISATION ET SIMULATION NUMERIQUE DES SYSTEMES ANALOGIQUES

MODELISATION ET SIMULATION NUMERIQUE DES SYSTEMES ANALOGIQUES MODELISATION ET SIMULATION NUMERIQUE DES SYSTEMES ANALOGIQUES Hervé MOREL Drecteur de Recherche - CNRS Herve.Morel@nsa-lyon.fr AMPERE - INSA de LYON mard 2 octobre 24 Modélsaton et smulaton des systèmes

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S Les nombres premers ( Spécalté Maths) Termnale S Dernère mse à jour : Mercred 23 Avrl 2008 Vncent OBATON, Ensegnant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2007-2008) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document de

Plus en détail

Wireless Communications (WCO) Jean-Marie Gorce Dept Télécommunications, Services & Usages

Wireless Communications (WCO) Jean-Marie Gorce Dept Télécommunications, Services & Usages Wreless Communcatons (WCO) Jean-Mare Gorce Dept Télécommuncatons, Servces & Usages Chap.4 Propagaton en env. réel 1 : rappel : blan de lason en espace lbre : Les effets de propagaton élémentares 3 : Effets

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud IUT Bordeaux 1 2008-2009 Département Informatque ASR2-Réseaux TP Programmaton de protocoles de communcaton Basé sur un TP de M1- Master IST, Unversté Pars-Sud Ce TP a pour objectf d'nter à la programmaton

Plus en détail

Physique UE3 PACES. 4 e édition. Salah Belazreg

Physique UE3 PACES. 4 e édition. Salah Belazreg PACES Physque UE3 PACES Physque UE3 Salah Belazreg Professeur agrégé et docteur en physque, l ensegne au lycée Camlle Guérn à Poters. Il a ensegné la bophysque en classes préparatores aux concours de

Plus en détail

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (!

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (! Courant alternatf Dr F. Raemy La tenson alternatve et le courant alternatf ont la représentaton mathématque : U t = U 0 cos (! t + " U ) ; I ( t) = I 0 cos (! t + " I ) Une résstance dans un crcut à courant

Plus en détail

C Notice technique K-Réa v3 C. NOTICE TECHNIQUE

C Notice technique K-Réa v3 C. NOTICE TECHNIQUE C. NOTICE TECHNIQUE C.1. Introducton et grands prncpes... 5 C.1.1. Objet du calcul et champ d applcaton... 5 C.1.2. Introducton aux méthodes de calcul et vérfcatons proposées... 6 C.1.2.1. Présentaton

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

5- Analyse discriminante

5- Analyse discriminante 5. ANALYSE DISCRIMINANTE... 5. NOTATION ET FORMULATION DU PROBLÈME... 5. ASPECT DESCRIPTIF...3 5.. RECHERCHE DU VECTEUR SÉPARANT LE MIEUX POSSIBLE LES GROUPES...4 5.. Cas partculer de deu groupes...7 5.3

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX *

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * "W.J.M. LEVELT et R. PLOMP (Insttute for Percepton R.V.O.-T.N.O., SOESTERBERG, PAYS-BAS) Introducton Il est ntéressant de savor de quelle manère

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Thèse. l Université de Pau et des Pays de l Adour. Clovis DARRIGAN. Docteur

Thèse. l Université de Pau et des Pays de l Adour. Clovis DARRIGAN. Docteur Numéro d ordre : Académe de Bordeaux Thèse présentée à l Unversté de Pau et des Pays de l Adour École Doctorale des Scences Exactes et de Leurs Applcatons par Clovs DARRIGAN pour obtenr le rade de Docteur

Plus en détail