Aix Marseille Université (Aix-Marseille I) Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels - UMR CNRS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aix Marseille Université (Aix-Marseille I) Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels - UMR CNRS 6595 -"

Transcription

1 Aix Marseille Université (Aix-Marseille I) Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels - UMR CNRS THÈSE pour obtenir le grade de DOCTEUR D AIX-MARSEILLE UNIVERSITÉ Discipline : Mécanique Énergétique École Doctorale 353, Sciences pour l Ingénieur présentée par Emmanuel Brun soutenue publiquement le 25 septembre 2009 DE L IMAGERIE 3D DES STRUCTURES A L ÉTUDE DES MÉCANISMES DE TRANSPORT EN MILIEUX CELLULAIRES JURY MM Gibou F., Associate Professor - UCSB Jeulin D., Directeur de recherche - CMM - ENSMP Bernard D., Maire E., Occelli R., Peyrin F., Topin F., Vicente. J., Tadrist. L., Dudon J.P, Directeur de recherche - CNRS - ICMCB. Directeur de recherche - CNRS - Mateis. Professeur - Université de Provence - IUSTI Directeur de recherche - Inserm - Creatis. Maître de conférence - Université de Provence - IUSTI Maître de conférence - Université de Provence -IUSTI Professeur - Université de Provence - IUSTI Docteur en sciences - Thales Alenia space.

2

3 Autrefois les physiciens répétaient les expériences de leurs collègues pour se rassurer. Aujourd hui ils adhèrent à FORTRAN et s échangent leurs programmes, bugs inclus. Edsger Dijkstra ( ) i

4 ii

5 Remerciements Les travaux présentés dans ce mémoire de thèse ont été réalisés dans l Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, UMR 6595, CNRS et Université de Provence. Je remercie les directeurs Roger Martin et Lounès Tadrist de m avoir successivement accueilli au sein de leur laboratoire. Je tiens particulièrement à remercier Dominique Jeulin du Centre de Morphologie Mathématique de Mines Paristech et Frédéric Gibou du département Mechanical Engineering de l UCSB qui ont accepté le rôle de rapporteur. Mes remerciements vont aussi aux membres du jury Dominique Bernard, Eric Maire et Françoise Peyrin. Un grand merci à mes directeurs de thèse René Occelli et Jérôme Vicente pour avoir dirigé ces travaux. Mention particulière à Jérôme avec qui travailler au quotidien fut un grand plaisir. Merci aussi à Fred qui bien qu il n ait pas été un de mes directeurs a encadré une bonne partie de ces travaux. Je remercie également toute l équipe de Transfert de Chaleur et de Masse pour m avoir donné des rudiments de thermique. Merci à toute l équipe du midi (Lionel, Jérôme, Jean Denis, David, Jean-Vincent..) qui savent débattre de tout et de rien. Un grand merci à tous les thésards qui sont passés par le bureau 336 et qui ont supporté ma musique pas toujours du meilleur goût. Merci donc à Aurika, Julie, JP, Damien, Guidu, Seb, Jonh, Loic, Jonathan, Jean-Mich, Jonh, Abdel. Merci aux autres thésards pour les nombreuses pauses-café prises ensemble, merci donc à Erwin, Nico, Fabien, Julien et Florent. Merci à toute l équipe du rugby de m avoir gentiment laissé marquer des essais. Un grand merci à Stéphane pour sa bonne humeur, Cyril pour ses (longues) explications, Mobylette et Brutus pour m avoir fait courir, Oliv pour m obliger à me mettre à 45, Benny pour sa mauvaise foi de footballeur, La Rosette pour son rythme si particulier, Machu Pichu pour les jooooonhy Wiiiiilkinson, Erwin, Laurent, les deux Jonh, Greg, Cédric, Gilles et puisque la liste serait trop longue tous ceux que j ai oublié et qui ont égayés les mardi et jeudi de ces trois ans de thèse. iii

6 iv À ma famille, à mes parents mes frères et soeur, qui m ont toujours soutenu dans mes choix. Enfin, last but not least, je remercie Élodie qui a accepté de partager ma vie mais qui surtout a su me supporter durant cette dernière année de thèse. Je la remercie pour son soutien et son travail de l ombre. Merci d avoir accepté mes sauts d humeur, une part importante de ce travail te revient.

7 Table des matières Introduction générale 1 1 Les Matériaux Cellulaires Définition Classification structurelle Fabrication Les mousses de réplication Métallurgie des poudres Applications Porosimètrie Porosité Définitions Porosité par analyse d images volumique Surface spécifique Estimation des Volumes Élémentaires Représentatifs Granulométrie Granulométrie sur les images Conclusion Segmentation et propagation Segmentation de la phase fluide Ligne de partage des eaux Extraction des marqueurs Algorithmes Morphométrie des cellules Calculs géodésiques Méthode Transformation en distance v

8 vi TABLE DES MATIÈRES Tortuosité géométrique Segmentation de la phase solide Squelettisation par la loi de Plateau Mesures structurelles Classification locale par propagation Morphomètrie des brins Conclusion Simulations des transferts de chaleur et de masse Étude bibliographique Conductivité thermique Introduction Définition Méthodes numériques Validation Analyse des résultats Impact de la structure sur la conductivité Conclusion Écoulement monophasique Introduction Méthodes numériques Montage expérimental Résultats VER Transfert radiatif Propriétés radiatives Fonctionnement d un spectrophotomètre Algorithme Résultats Conclusions Microstructure et pathologie osseuse Description du matériau Ostéoporose Microstructure osseuse Paramètres de caractérisation de la micro-architecture

9 TABLE DES MATIÈRES Discussion conclusion Conclusion Genérale 148 Bibliographie 161

10 2 TABLE DES MATIÈRES

11 Introduction générale 3

12

13 Introduction générale 5 Les structures tridimensionnelles cellulaires à forte porosité, telles que les mousses métalliques, permettent d obtenir des gains substantiels en termes d intensification de transferts de chaleur, de mélanges et de réactions chimiques. Ces matériaux peuvent assurer simultanément un rôle mécanique, thermique, catalytique etc. Ce qui permet des réductions importantes de coûts et de masse.ces matériaux offrent ainsi des opportunités d applications dans de nombreux domaines : automobile, spatial, piles à combustible, génie chimique, etc. Leur texture comme leurs propriétés effectives sont modulables sur de larges gammes. La caractérisation des propriétés de transport des mousses métalliques et leur dépendance aux propriétés géométriques et morphologiques constitue donc une étape indispensable à une utilisation rationnelle de ces matériaux. Pour faire évoluer ces matériaux il est nécessaire de mettre au point des techniques plus fines de mesure de la géométrie, mais également d optimiser les méthodes de mesure des propriétés de transport ; par exemple les mesures de coefficient de perte de charge de mousses apparemment identiques peuvent varier de plus de 500 % [Banh 01, Tadr 02, Boom 03, Bhat 02]. Des travaux antérieurs menés au laboratoire ont permis de mesurer expérimentalement et précisément les propriétés de transfert (chaleur et masse). Pour cela, différents bancs de mesure des propriétés d écoulement, des grandeurs thermophysiques ainsi que des lois d échange fluide-structure ont été mis en oeuvre. Les mesures (perméabilité, passabilité, dispersion hydrodynamique et thermique, conductivité thermique...) ont été réalisées sur la base de techniques optimisées pour ce type de matériaux (méthodes photothermique instationnaires, perméamétrie) [Tadr 02]. La détermination des lois de transfert au sein des mousses métalliques passe par une approche mêlant étroitement expérience et modélisation. L analyse quantitative de ces propriétés passe par la prise en compte de la géométrie réelle des matériaux étudiés. Les matériaux cellulaires restent à ce jour peu caractérisés géométriquement, les premières études de la morphologie de matériaux cellulaires à partir de tomogrammes sont assez récentes [Baru 00, Mair 01, Dill 05]. L effort de la recherche jusqu à maintenant s est porté dans le domaine de l imagerie médicale qui a fournit depuis plus longtemps et en plus grand nombre des image 3D à des résolutions insuffisantes pour caractériser la microstructure des matériaux. La nature des images et les besoins des médecins ont orienté les travaux sur la visualisation ou la segmentation de tissus mal contrastés. Les mesures de ces objets segmentés est de fait souvent assisté par l opérateur. La science des matériaux nécessite des mesures quantitatives des objets pour obtenir des statistiques significatives mais ce n est que récemment que les scanners ont permis d obtenir la résolution suffisante à la caractérisation de matériaux. De ce fait il n existe que peu de logiciels commerciaux de traitements d images 3D utiles à la caractérisation de matériaux (Avizo R de Mercury System, Mavi développé par l institut Fraunhofer ITWM de Kaiserslautern, Aphelion etc.). Nous avons développé lors de ce travail un logiciel libre nommé imorph pour obtenir des mesures morphologiques quantitatives de matériaux cellulaires. Nous présenterons dans les chapitres 2 et 3 de cette thèse les méthodes et algorithmes d imagerie, développés et implantés, pour une caractérisation géométrique, morphologique et topologique des matériaux

14 6 Introduction générale cellulaires à partir de coupes tomographiques. Le premier chapitre présente la caractérisation macroscopique des différentes phases au travers des mesures de porosimétrie, de surface spécifique et de granulomètrie. Le chapitre trois est consacré à une caractérisation à l échelle du pore des propriétés géométriques. Il présente les méthodes d extraction automatiques des cellules ou cavités permettant de mesurer les dimensions, les formes ainsi que les orientations de celles ci. Pour explorer la géométrie et comprendre l impact sur les propriétés il nous faut développer d autres approches. L analyse des géodésiques du milieu nous permet d extraire de la géométrie, des quantités plus directement liées aux propriétés physiques. Il s agit par exemple de quantifier la tortuosité géométrique, plus encore l extraction de plus court chemin selon des métriques adaptées aux propriétés physiques. De plus une méthode originale basée sur une analyses des moments d inertie locaux nous permet de classifier localement des voxels de l image en classes d objets structurant tels les plaques/coque, poutres/brin, sphères/noeuds.la topologie du matériau est, elle, décrite par son squelette dont on dégage les caractéristiques structurales telles que les longueurs, orientations des brins, et les connectivités. Les paramètres de texture du milieu (diamètres et forme des brins et pores) viennent compléter cette description schématique. Le chapitre 4 de cette thèse est consacré à la présentation de résultats concernant les transferts de chaleur et de masse à l échelle du pore dans ces milieux. Nous ne présentons pas une analyse approfondie des mécanismes physiques et de leur modélisation mais plutôt quelques illustrations de l intérêt de l utilisation de géométries réelles et de leur caractéristiques pour la compréhension de ces phénomènes. Il s agit de comparer quelques techniques de simulations pour modéliser les transferts et écoulement sur la base de géométries réelles digitalisées. Nous accédons ainsi à des grandeurs difficilement mesurables (champs de température, de flux, de vitesses etc.) qui nous conduisent aux propriétés effectives des matériaux. L approche numérique nous permet également d étudier séparément les contributions des différents modes de transferts. En particulier, les transferts radiatifs entre les éléments solides de la matrice peuvent être calculés et corrélés aux propriétés du milieu. L information locale est prépondérante au niveau de la compréhension des transferts et peut aussi expliquer le comportement global du matériau. Une analyse de sensibilité des transferts locaux permet de proposer des modèles simplifiés ne faisant intervenir qu un nombre minimum de propriétés géométriques de la structure. Sur la base de l extraction de la topologie (squelette de la structure) nous étudions l influence des paramètres de texture sur les phénomènes de transferts. Le couplage de ces différentes approches nous permet de dégager les critères géométriques caractéristiques des transferts et leurs conséquences sur les propriétés de transport. Le développement et l utilisation conjointe de modèles locaux (à l échelle du pore) des écoulements et des transferts dans un réseau modèle, et dans le réseau réel reconstitué, permettent d identifier les paramètres intrinsèques pertinents à prendre en compte pour définir correctement les interactions entre les lois macroscopiques et la topologie. Les outils de caractérisation dédiés à l analyse de microstructure osseuse en vue de diagnostic médical font l objet du chapitre 5. Nous détaillons ici les méthodes spécifiques ainsi

15 Introduction générale 7 que la transposition des outils développés pour les milieux manufacturés à cette application médicale. Nous analysons les paramètres classiques de diagnostic sur une large base de données d os trabéculaires (sains et malades) et les comparons aux indicateurs que nous avons mis au point. Ces derniers s appuient sur la classification locale par moment d inertie ainsi que sur les grandeurs présentées aux chapitres précédents. Notre technique conduit à une catégorisation efficace de ces os et semble une voie prometteuse pour l aide au diagnostic. Les études cliniques et mécaniques n étant pas, à l heure actuelle, disponibles.

16 8 Introduction générale

17 Chapitre 1 Les Matériaux Cellulaires Sommaire 1.1 Définition Classification structurelle Fabrication Les mousses de réplication Métallurgie des poudres Applications Nous allons dans ce chapitre donner une définition des matériaux cellulaires qui sont le sujet de cette thèse. Nous présenterons une classification structurelle de ces milieux, décrirons certains procédés de fabrication, et enfin nous montrerons le large champs d application de ces matériaux. 9

18 10 CHAPITRE 1. LES MATÉRIAUX CELLULAIRES 1.1 Définition Dans [Gibs 99, Jano 01] on peut trouver la définition suivante : definition (Matériaux Cellulaires). Solide constitué d un assemblage de cellules vides, chacune étant entourée par des arêtes ou des parois solides. De tels matériaux comme le bois, le liège ou l éponge existent dans la nature. Généralement, leur fonction biologique requiert une résistance mécanique pour un poids minimum. Beaucoup de ces matériaux cellulaires ont été directement utilisés par l homme et ce n est qu assez récemment qu il a pu fabriquer ses propres matériaux. Du milieu très organisé tel les nids d abeille au plus aléatoire comme les bétons cellulaires ces matériaux sont rentrés dans notre vie quotidienne. On peut citer par exemple les mousses de polymère qui se trouvent dans les tasses à café, les casques de moto ou bien encore les cockpits d avions. Les techniques ont évolué et on est maintenant capable de mousser d autres matériaux que le plastique comme les métaux, la céramique ou encore le verre. La figure 1.1 présente quelques matériaux cellulaires naturels et manufacturés. (a) Éponge (b) Os Trabéculaire (c) Ruche d abeille (d) Béton Celulaire (e) Mousse métallique (f) Sphère Creuses Figure 1.1 Quelques matériaux cellulaires

19 1.2. CLASSIFICATION STRUCTURELLE Classification structurelle La structure des cellules a fasciné philosophes, mathématiciens physiciens et biologistes pendant au moins 300 ans. On peut citer les travaux de Hooke en 1665 [Hook 65] qui examina leur forme et posa les premières pierres de la biologie cellulaire, et Kelvin [Kelv 87] qui analysa leur arrangement en L étude de la structure est nécessaire pour étudier l impact du milieu sur les propriétés effectives. De plus des caractéristiques de la géométrie à différentes échelles vont pouvoir intervenir plus particulièrement sur les propriétés de transport (chaleur et masse).si l espace poral est composé de volumes plus ou moins connectés, on peut cependant définir un solide cellulaire comme étant un matériau constitué d une seule phase continue solide, composée de poutres ou plaques qui forment les arêtes ou les faces de cellules. Gibson et Ashby dans [Gibs 99] divisent en trois familles les structures des matériaux cellulaires. La première, est un arrangement en deux dimensions de cellules polygonales, les structures en nids d abeilles sont donc à ranger dans cette catégorie. Les structures de type mousses forment la deuxième et troisième classe de solides cellulaires. Si le solide n est formé que de poutres et que les cellules sont arrangées entre elles en trois dimensions par des faces ouvertes, on dit que la mousse est ouverte. Si au contraire le solide est composé de plateaux ou cols fermés, les cellules ne communiquent pas et la mousse est dite fermée. La figure 1.2 illustre ces 3 types de structures. (a) Arrangement 2D (b) Mousse ouverte (c) Mousse à cellule fermée Figure 1.2 Les 3 catégories de structures proposées par [Gibs 99] Cependant il existe des matériaux qui présentent des cellules partiellement fermés ou ouvertes. La notion d ouverture ou de fermeture des cellules induit une notion de fenêtre (aussi appelé col ou constrictions). Une fenêtre est la surface de passage entre deux cellules. De telles fenêtres peuvent exister à différentes échelles : à l échelle de la cellule (Macro-porosité) à l échelle de la paroi entre les cellules (Meso-porosité)

20 12 CHAPITRE 1. LES MATÉRIAUX CELLULAIRES à l échelle des brins fissures dans la phase solide (micro-porosité) vides dans la phase solide (nano-porosité) Dans la littérature la première échelle distingue une mousse dite fermée d une ouverte. La figure 1.3 présente plusieurs mousses ouvertes à plusieurs échelles. Les deux premières mousses sont considérées dans la littérature comme ouvertes, la troisième fermée. Or on peut voir sur la figure 1.3(c) que les pores communiquent à une échelle de l ordre du µm. (a) Mousse à brin creux (micro et macro porosité) (b) Mousse metafoam R (c) PM route Figure 1.3 Mousses ouvertes à différentes échelles. Wadley dans [Wadl 02] établit une autre classification des solides cellulaires.il divise ces derniers en deux grandes familles : les matériaux stochastiques et les périodiques. Ainsi les mousses sont rangées dans la famille des stochastiques. Il divise ensuite la famille des périodiques en deux : les arrangements 2D, comme les structures en nid d abeilles et les arrangements en 3D comme les matériaux tissés. On peut proposer la fusion des deux classifications présentées, en divisant en deux la catégorie stochastique de Wadley en pores ouverts ou fermés, la mécanique des fluides demande de fait cette distinction. Mais l on sait tout de même que cette division a ses limites et que certaines mousses appartiennent aux deux sous catégories. La figure 1.4 schématise cette classification des matériaux cellulaires solides. La connaissance de la typologie du milieu doit orienter le choix des méthodes utilisées pour caractériser la géométrie du milieu ainsi que les techniques à mettre en oeuvre pour découper (segmenter) le milieu en éléments structurants (cellules). 1.3 Fabrication Nous allons nous intéresser, dans cette partie, à la fabrication des matériaux cellulaires métalliques puisque notre travail s est particulièrement attaché. Quelques études nous ont

21 1.3. FABRICATION 13 Matériaux Cellulaires Stochastique Périodique Pores ouverts Pores Fermés 2D 3D Mousses Ouvertes Empilement spheres Extrusions Nid d'abeille Matériaux tressés Figure 1.4 Classification des matériaux cellulaires amenés à travailler avec d autres types de matériaux bruts (céramique et plastique) mais certains modes de fabrication sont similaires. Les modes de fabrication des solides cellulaires sont très variés, certains sont semblables à ceux utilisés pour mousser les liquides, quand d autres tirent parti des propriétés spécifiques des métaux, comme leur possible électro déposition. Banhart dans [Banh 01] classifie les modes de productions en quatre familles selon la phase et l état de départ du métal. La figure 1.5 est l illustration de cette classification.

22 14 CHAPITRE 1. LES MATÉRIAUX CELLULAIRES cellular metals Liquid metal powdered metal metal vapour metal ions -direct foaming with gas -direct foaming with blowing agents -gasars -powder compact melting -casting -spray forming - sintering of hollow spheres - gas entrapment - slurry foaming - pressing around fillers - sintering of powders or fibres - extrusion of polymer/metal mixtures - reaction sintering - vapour deposition - electrochemical deposition Figure 1.5 Schéma des familles de modes de production des matériaux cellulaires métalliques (Source[Banh 01]) Le but de ce chapitre n étant pas de détailler toutes les méthodes de fabrications, nous nous limiterons aux modes de fabrication des matériaux pour lesquels nous ayons des échantillons. Il s agit de mousses métalliques stochastiques provenant soit de moussage direct soit de réplication de mousses Les mousses de réplication Les mousses de réplication que nous avons à notre disposition proviennent de deux techniques, le moulage par contre-moule et l électrodéposition. Dans les deux techniques la première étape consiste à obtenir une mousse de polymère (généralement par moussage direct) sur laquelle va s appuyer le métal. Cette mousse doit être ouverte, si ce n est pas le cas un traitement par réticulation peut être effectué. C est à cette étape que les deux techniques divergent. Dans l électrodéposition on va tout simplement électrodéposer le métal et ensuite éliminer le polymère par combustion, ceci aura pour conséquence de créer des brins creux. Si l on fait un moulage par contre-moule on va devoir remplir l espace libre de la mousse de polymère avec un troisième matériau résistant à la chaleur ; on utilise généralement du plâtre. La mousse de polymère est ensuite éliminée par combustion, on remplit par la suite l espace resté vide par le métal voulu. Enfin on élimine le moule par dilution et on obtient ainsi une mousse ouverte avec des brins pleins. Un exemple de mousse de réplication est visible sur la figure 1.1(e)

23 1.4. APPLICATIONS Métallurgie des poudres Ce type de mousse est obtenu à partir de poudre métallique. Le point de départ du procédé est le mélange entre le métal en poudre et l agent moussant. Le mélange est ensuite compressé afin d obtenir un précurseur dense. Puis, le précurseur est chauffé à une température proche de celle du changement de phase du métal, l agent de moussage va alors se décomposer et le gaz libéré va produire une expansion du précurseur et former la structure poreuse. Il est à noter que cette technique est propre au métal. Il en résulte une mousse quasiment fermée où les pores communiquent à l échelle du micron. De nombreux travaux sont consacrés à l étape critique de densification du précurseur. La figure 1.6 montre une telle mousse en 3D. Figure 1.6 Structure d une mousse PM route 1.4 Applications Les applications des matériaux cellulaires sont très variées, en effet, on peut trouver de telles structures dans des structures mécaniques, des échangeurs de chaleur, des supports de catalyse ou bien encore dans l industrie pharmaceutique. Banhart dans [Banh 01] propose un diagramme des applications des matériaux cellulaires en fonction de leur morphologie (cf figure 1.7). Le choix d un milieu cellulaire pour une application donnée se fera en partie sur la morphologie souhaitée, le type de matériau voulu (métallique, plastique..) mais aussi bien sûr en fonction de son coût de fabrication. Dans les applications visées par le laboratoire qui sont l intensification des transferts de chaleur et de masse, nous travaillons essentiellement sur les milieux cellulaires de type ouvert et plus précisément sur des mousses de réplication. Nous avons tout de même caractérisé d autres milieux plus complexes (moins réguliers). Les

24 16 CHAPITRE 1. LES MATÉRIAUX CELLULAIRES Structurelle mélangeurs Implants Biologiques Isolant Applications Support pour catalyse Structure mécanique Fonctionnelle Echangeur de chaleur Filtres Isolant accoustiques ouvert partiellement ouvert Types de Pores fermé Figure 1.7 Applications des milieux cellulaires résultats de ces caractérisations ainsi que ceux des mousses de réplication feront l objet des parties suivantes.

25 Chapitre 2 Porosimètrie Sommaire 2.1 Porosité Définitions Porosité par analyse d images volumique Surface spécifique Estimation des Volumes Élémentaires Représentatifs Granulométrie Granulométrie sur les images Conclusion Ce chapitre décrit les méthodes d imagerie 3D utilisées pour mesurer la porosimètrie des milieux cellulaires. La première partie présente les échantillons utilisés pour l étude ainsi que les techniques de segmentation des phases permettant l estimation des différents types de porosité. Une étude statistique permet de dégager la taille des volumes élémentaires représentatifs des grandeurs macroscopiques comme la porosité et la surface spécifique. La deuxième partie présente les algorithmes de granulométrie 3D permettant d obtenir la distribution des diamètres d ouvertures dans le milieu ainsi que leur optimisation. Ces mesures constituent par extension une première approximation du diamètre des cellules. 17

26 18 CHAPITRE 2. POROSIMÈTRIE 2.1 Porosité Définitions Le dictionnaire français d hydrogéologie donne la définition suivante de la porosité definition (Porosité). Propriété d un corps, d un milieu, de comporter des vides interconnectés ou non, exprimée quantitativement par le rapport du volume de ces vides au volume total du milieu (en pratique d un volume représentatif élémentaire de ce milieu). La porosité peut être ouverte ou fermée. La porosité est dite ouverte lorsque les vides ou pores communiquent entre-eux et avec l extérieur ce qui permet la circulation des fluides. Lorsque les pores ne communiquent pas avec l extérieur, nous avons à faire à de la porosité fermée. La porosité totale est la somme des ces différentes porosités. Usuellement la littérature divise les pores en 3 classes de taille, correspondant à des espaces de nature, et de comportements physiques différents vis-à-vis des transferts de fluides ou de gaz. Cette classification des échelles de porosité dépend des domaines et des phénomènes étudiés. En géologie par exemple, la macro porosité concerne les pores de diamètres 50 µm où les écoulements sont décrit par la diffusion classique. La Méso-porosité est associée aux pores de diamètres compris entre 2nm et 50nm où les écoulements sont décrits par la diffusion de Knudsen. Enfin la Micro porosité concerne les pores de taille inférieure à 2nm où les mouvements sont régis par la diffusion activée. Les matériaux cellulaires de cette étude possèdent des échelles de porosité comparables à celles utilisées en science des sols. En effet les cellules qui constituent nos matériaux sont à l échelle millimétrique et les applications envisagées concernent les écoulements fluides. À ces échelles, ces derniers sont régis par les équations de Navier Stockes. Nous proposons donc la classification des échelles de porosité suivante : La Macro porosité pour la porosité ouverte à l échelle de la cellule (300µm-5mm). La Méso porosité pour l espace intra-brins qui peut être accessible au fluide et qui se situe à l échelle micrométrique (µm-10µm) La Micro porosité ou porosité matricielle (500nm)de la phase solide. Caractérisations expérimentales de la porosité L expérimentateur dispose d un assez grand nombre de moyens de mesure de la porosité : Les méthodes volume/densité. Connaissant la masse sèche de l échantillon poreux, la mesure du volume de mercure récupéré lors de l immersion de l échantillon permet d en connaître le volume. La mise en rapport du volume et de la masse mesuré avec la masse volumique de la matière qui compose l échantillon (déterminée au pycnomètre) permet de calculer la porosité ouverte. Les méthodes par saturation ou évaporation de l eau.

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE BAZEILLE Stéphane MOUGEL Baptiste IUP3 ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE EN Année 2003/2004 1 TABLE DES MATIERES Home... 3 Introduction.... 3 Marching Square... 4 Algorithme....4 Programmation...4

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Traitement bas-niveau

Traitement bas-niveau Plan Introduction L approche contour (frontière) Introduction Objectifs Les traitements ont pour but d extraire l information utile et pertinente contenue dans l image en regard de l application considérée.

Plus en détail

Imagerie 3d des milieux cellulaires : de la morphologie aux propriétés effectives Jerome Vicente (MCF), Emmanuel Brun (post Doc ESRF)

Imagerie 3d des milieux cellulaires : de la morphologie aux propriétés effectives Jerome Vicente (MCF), Emmanuel Brun (post Doc ESRF) Imagerie 3d des milieux cellulaires : de la morphologie aux propriétés effectives Jerome Vicente (MCF), Emmanuel Brun (post Doc ESRF) Laboratoire IUSTI, CNRS UMR 6595 Polytech Marseille - Dpt Mechanical

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 Analyse de la vidéo Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet 10 mars 2015 Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 La représentation d objets Plan de la présentation 1 La représentation

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

III Caractérisation d'image binaire

III Caractérisation d'image binaire III Caractérisation d'image binaire 1. Généralités Les images binaires codent l'information sur deux valeurs. Rarement le résultat direct d'un capteur, mais facilement obtenues par seuillage dans certains

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Hartwig M. Künzel, Andreas Holm (Fraunhofer Institut Bauphysik, Holzkirchen) 1. Introduction L apparition de l humidité dans

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT ROLES OF MICROSTRUCTURE AND MINERALOGICAL COMPOSITION OF CLAY

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE

RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE Fabien Ferrero (1), Cyril Luxey (2), Gregory Sauder (1), Philippe Lorenzini (1), Gilles Jacquemod (1) (1) Ecole Polytechnique Universitaire l Université

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation M.LOUYS, Traitement d images et problèmes inverses Master Astrophysique, Observatoire de Strasbourg, 2013 Propriétés générales d une image

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris La laine de roche Les couleurs Les couleurs standard disponibles sont les suivantes : RAL 1015 ivoire claire RAL 7015 gris ardoise RAL 5008 bleu gris RAL 7022 gris terre d ombre RAL 7032 gris silex RAL

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Fouille de données orientée motifs, méthodes et usages.

Fouille de données orientée motifs, méthodes et usages. Fouille de données orientée motifs, méthodes et usages. François RIOULT GREYC - Équipe Données-Documents-Langues CNRS UMR 6072 Université de Caen Basse-Normandie France Résumé La fouille de données orientée

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Formation 3DS Partie 2. Fascicule 3DS. Partie 2 : Modélisation

Formation 3DS Partie 2. Fascicule 3DS. Partie 2 : Modélisation Fascicule 3DS Partie 2 : Modélisation Formation CIREVE 2007 1 Introduction sur l utilisation de formes 2D...3 1. Avant propos...4 2. Utilisation des splines (formes 2D)...4 3. Les types de sommet...5 4.

Plus en détail

Opérations de base sur ImageJ

Opérations de base sur ImageJ Opérations de base sur ImageJ TPs d hydrodynamique de l ESPCI, J. Bico, M. Reyssat, M. Fermigier ImageJ est un logiciel libre, qui fonctionne aussi bien sous plate-forme Windows, Mac ou Linux. Initialement

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Fiche technique de l USM TK 005

Fiche technique de l USM TK 005 1 Fiche technique de l USM TK 005 Percements de membranes de toits Union Suisse du Métal Association professionnelle construction métallique, Seestrasse 105, Case postale, 8027 Zurich Tél. 044 285 77 77,

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement LES MATÉRIAUX UTILISÉS EN ISOLATION ACOUSTIQUE Sophie MERSCH, Ir arch. CENTRE URBAIN 25 avril 2013 Formation mise en œuvre par le Centre

Plus en détail

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Mickaël Bergem 25 juin 2014 Maillages et applications 1 Table des matières Introduction 3 1 La modélisation numérique de milieux urbains

Plus en détail

Géométrie discrète Chapitre V

Géométrie discrète Chapitre V Géométrie discrète Chapitre V Introduction au traitement d'images Géométrie euclidienne : espace continu Géométrie discrète (GD) : espace discrétisé notamment en grille de pixels GD définition des objets

Plus en détail

Introduction au maillage pour le calcul scientifique

Introduction au maillage pour le calcul scientifique Introduction au maillage pour le calcul scientifique CEA DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel franck.ledoux@cea.fr Présentation adaptée du tutorial de Steve Owen, Sandia National Laboratories, Albuquerque,

Plus en détail

Visibilité polygone à polygone :

Visibilité polygone à polygone : Introduction Visibilité polygone à polygone : calcul, représentation, applications Frédéric Mora Université de Poitiers - Laboratoire SIC 10 juillet 2006 1 La visibilité Introduction Contexte L espace

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY LE NOUVEL EQUIPEMENT DE MESURE OPTIMAP TM MARQUE LE DEBUT D UNE REVOLUTION

Plus en détail

Matériaux d'isolation

Matériaux d'isolation Produits d'étanchéité et d'isolation Matériaux d'isolation Definition Caractéristiques Fabrication Références normatives Spécifications Marquage C.E Certifications Acquis environnementaux Définition :

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR

TRANSFERT DE CHALEUR TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

Systèmes de supportage. Systèmes coupe-feu. Hilti. Performance. Fiabilité.

Systèmes de supportage. Systèmes coupe-feu. Hilti. Performance. Fiabilité. Systèmes de supportage Systèmes coupe-feu Hilti. Performance. Fiabilité. Mastics coupe-feu Mastic coupe-feu silicone CFS-S SIL page 252 Mastic coupe-feu acrylique CFS-S ACR page 253 Mastic coupe-feu intumescent

Plus en détail

Méthode d extraction des signaux faibles

Méthode d extraction des signaux faibles Méthode d extraction des signaux faibles Cristelle ROUX GFI Bénélux, Luxembourg cristelle.roux@gfi.be 1. Introduction Au début d une analyse stratégique, la première question posée est très souvent la

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE

SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE Sébastien LALLECHERE - Pierre BONNET - Fatou DIOUF - Françoise PALADIAN LASMEA / UMR6602, 24 avenue des landais, 63177 Aubière pierre.bonnet@lasmea.univ-bpclermont.fr

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Utilisation du logiciel ImageJ gratuit

Utilisation du logiciel ImageJ gratuit Utilisation du logiciel ImageJ gratuit on peut récupérer sur le lien suivant : http://rsbweb.nih.gov/ij/ à partir duquel ce résumé très bref (!!) a été élaboré Lancer ImageJ Vous avez une fenêtre qui s'ouvre

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Propriétés électriques des semiconducteurs

Propriétés électriques des semiconducteurs Chapitre 1 Propriétés électriques des semiconducteurs De nombreux composants électroniques mettent à profit les propriétés de conduction électrique des semiconducteurs. Ce chapitre décrit comment un semiconducteur

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 IOLEMENT AU BRUIT AERIEN IN ITU INCERTITUDE QUANT AUX METHODE PREVIIONNELLE Julien COENCA 1, Christophe EJOURNE 1 1 Acoustique & Conseil, 17/19

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D TITRE : ETUDE DE L'ETAT DE SURFACE DES TEXTILES Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury

Plus en détail

STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique

STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique Bing Fabrice, Darsaut Tim, Tieu Tai, Salazkin Igor, Guylaine Gevry, Guilbert François, Roy Daniel, Weill Alain, Raymond

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs UTC A2006 1. Introduction 1.1 Présentation de l'uv Objectifs Bases de l infographie et Images de synthèse savoir se repérer dans l espace, comprendre les principaux algorithmes d infographie (leur puissance

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique Chimie Analytique II Microscopie à force atomique Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 144 Groupe 4 29 décembre 2008 Résumé Les résultats

Plus en détail