Aix Marseille Université (Aix-Marseille I) Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels - UMR CNRS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aix Marseille Université (Aix-Marseille I) Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels - UMR CNRS 6595 -"

Transcription

1 Aix Marseille Université (Aix-Marseille I) Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels - UMR CNRS THÈSE pour obtenir le grade de DOCTEUR D AIX-MARSEILLE UNIVERSITÉ Discipline : Mécanique Énergétique École Doctorale 353, Sciences pour l Ingénieur présentée par Emmanuel Brun soutenue publiquement le 25 septembre 2009 DE L IMAGERIE 3D DES STRUCTURES A L ÉTUDE DES MÉCANISMES DE TRANSPORT EN MILIEUX CELLULAIRES JURY MM Gibou F., Associate Professor - UCSB Jeulin D., Directeur de recherche - CMM - ENSMP Bernard D., Maire E., Occelli R., Peyrin F., Topin F., Vicente. J., Tadrist. L., Dudon J.P, Directeur de recherche - CNRS - ICMCB. Directeur de recherche - CNRS - Mateis. Professeur - Université de Provence - IUSTI Directeur de recherche - Inserm - Creatis. Maître de conférence - Université de Provence - IUSTI Maître de conférence - Université de Provence -IUSTI Professeur - Université de Provence - IUSTI Docteur en sciences - Thales Alenia space.

2

3 Autrefois les physiciens répétaient les expériences de leurs collègues pour se rassurer. Aujourd hui ils adhèrent à FORTRAN et s échangent leurs programmes, bugs inclus. Edsger Dijkstra ( ) i

4 ii

5 Remerciements Les travaux présentés dans ce mémoire de thèse ont été réalisés dans l Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, UMR 6595, CNRS et Université de Provence. Je remercie les directeurs Roger Martin et Lounès Tadrist de m avoir successivement accueilli au sein de leur laboratoire. Je tiens particulièrement à remercier Dominique Jeulin du Centre de Morphologie Mathématique de Mines Paristech et Frédéric Gibou du département Mechanical Engineering de l UCSB qui ont accepté le rôle de rapporteur. Mes remerciements vont aussi aux membres du jury Dominique Bernard, Eric Maire et Françoise Peyrin. Un grand merci à mes directeurs de thèse René Occelli et Jérôme Vicente pour avoir dirigé ces travaux. Mention particulière à Jérôme avec qui travailler au quotidien fut un grand plaisir. Merci aussi à Fred qui bien qu il n ait pas été un de mes directeurs a encadré une bonne partie de ces travaux. Je remercie également toute l équipe de Transfert de Chaleur et de Masse pour m avoir donné des rudiments de thermique. Merci à toute l équipe du midi (Lionel, Jérôme, Jean Denis, David, Jean-Vincent..) qui savent débattre de tout et de rien. Un grand merci à tous les thésards qui sont passés par le bureau 336 et qui ont supporté ma musique pas toujours du meilleur goût. Merci donc à Aurika, Julie, JP, Damien, Guidu, Seb, Jonh, Loic, Jonathan, Jean-Mich, Jonh, Abdel. Merci aux autres thésards pour les nombreuses pauses-café prises ensemble, merci donc à Erwin, Nico, Fabien, Julien et Florent. Merci à toute l équipe du rugby de m avoir gentiment laissé marquer des essais. Un grand merci à Stéphane pour sa bonne humeur, Cyril pour ses (longues) explications, Mobylette et Brutus pour m avoir fait courir, Oliv pour m obliger à me mettre à 45, Benny pour sa mauvaise foi de footballeur, La Rosette pour son rythme si particulier, Machu Pichu pour les jooooonhy Wiiiiilkinson, Erwin, Laurent, les deux Jonh, Greg, Cédric, Gilles et puisque la liste serait trop longue tous ceux que j ai oublié et qui ont égayés les mardi et jeudi de ces trois ans de thèse. iii

6 iv À ma famille, à mes parents mes frères et soeur, qui m ont toujours soutenu dans mes choix. Enfin, last but not least, je remercie Élodie qui a accepté de partager ma vie mais qui surtout a su me supporter durant cette dernière année de thèse. Je la remercie pour son soutien et son travail de l ombre. Merci d avoir accepté mes sauts d humeur, une part importante de ce travail te revient.

7 Table des matières Introduction générale 1 1 Les Matériaux Cellulaires Définition Classification structurelle Fabrication Les mousses de réplication Métallurgie des poudres Applications Porosimètrie Porosité Définitions Porosité par analyse d images volumique Surface spécifique Estimation des Volumes Élémentaires Représentatifs Granulométrie Granulométrie sur les images Conclusion Segmentation et propagation Segmentation de la phase fluide Ligne de partage des eaux Extraction des marqueurs Algorithmes Morphométrie des cellules Calculs géodésiques Méthode Transformation en distance v

8 vi TABLE DES MATIÈRES Tortuosité géométrique Segmentation de la phase solide Squelettisation par la loi de Plateau Mesures structurelles Classification locale par propagation Morphomètrie des brins Conclusion Simulations des transferts de chaleur et de masse Étude bibliographique Conductivité thermique Introduction Définition Méthodes numériques Validation Analyse des résultats Impact de la structure sur la conductivité Conclusion Écoulement monophasique Introduction Méthodes numériques Montage expérimental Résultats VER Transfert radiatif Propriétés radiatives Fonctionnement d un spectrophotomètre Algorithme Résultats Conclusions Microstructure et pathologie osseuse Description du matériau Ostéoporose Microstructure osseuse Paramètres de caractérisation de la micro-architecture

9 TABLE DES MATIÈRES Discussion conclusion Conclusion Genérale 148 Bibliographie 161

10 2 TABLE DES MATIÈRES

11 Introduction générale 3

12

13 Introduction générale 5 Les structures tridimensionnelles cellulaires à forte porosité, telles que les mousses métalliques, permettent d obtenir des gains substantiels en termes d intensification de transferts de chaleur, de mélanges et de réactions chimiques. Ces matériaux peuvent assurer simultanément un rôle mécanique, thermique, catalytique etc. Ce qui permet des réductions importantes de coûts et de masse.ces matériaux offrent ainsi des opportunités d applications dans de nombreux domaines : automobile, spatial, piles à combustible, génie chimique, etc. Leur texture comme leurs propriétés effectives sont modulables sur de larges gammes. La caractérisation des propriétés de transport des mousses métalliques et leur dépendance aux propriétés géométriques et morphologiques constitue donc une étape indispensable à une utilisation rationnelle de ces matériaux. Pour faire évoluer ces matériaux il est nécessaire de mettre au point des techniques plus fines de mesure de la géométrie, mais également d optimiser les méthodes de mesure des propriétés de transport ; par exemple les mesures de coefficient de perte de charge de mousses apparemment identiques peuvent varier de plus de 500 % [Banh 01, Tadr 02, Boom 03, Bhat 02]. Des travaux antérieurs menés au laboratoire ont permis de mesurer expérimentalement et précisément les propriétés de transfert (chaleur et masse). Pour cela, différents bancs de mesure des propriétés d écoulement, des grandeurs thermophysiques ainsi que des lois d échange fluide-structure ont été mis en oeuvre. Les mesures (perméabilité, passabilité, dispersion hydrodynamique et thermique, conductivité thermique...) ont été réalisées sur la base de techniques optimisées pour ce type de matériaux (méthodes photothermique instationnaires, perméamétrie) [Tadr 02]. La détermination des lois de transfert au sein des mousses métalliques passe par une approche mêlant étroitement expérience et modélisation. L analyse quantitative de ces propriétés passe par la prise en compte de la géométrie réelle des matériaux étudiés. Les matériaux cellulaires restent à ce jour peu caractérisés géométriquement, les premières études de la morphologie de matériaux cellulaires à partir de tomogrammes sont assez récentes [Baru 00, Mair 01, Dill 05]. L effort de la recherche jusqu à maintenant s est porté dans le domaine de l imagerie médicale qui a fournit depuis plus longtemps et en plus grand nombre des image 3D à des résolutions insuffisantes pour caractériser la microstructure des matériaux. La nature des images et les besoins des médecins ont orienté les travaux sur la visualisation ou la segmentation de tissus mal contrastés. Les mesures de ces objets segmentés est de fait souvent assisté par l opérateur. La science des matériaux nécessite des mesures quantitatives des objets pour obtenir des statistiques significatives mais ce n est que récemment que les scanners ont permis d obtenir la résolution suffisante à la caractérisation de matériaux. De ce fait il n existe que peu de logiciels commerciaux de traitements d images 3D utiles à la caractérisation de matériaux (Avizo R de Mercury System, Mavi développé par l institut Fraunhofer ITWM de Kaiserslautern, Aphelion etc.). Nous avons développé lors de ce travail un logiciel libre nommé imorph pour obtenir des mesures morphologiques quantitatives de matériaux cellulaires. Nous présenterons dans les chapitres 2 et 3 de cette thèse les méthodes et algorithmes d imagerie, développés et implantés, pour une caractérisation géométrique, morphologique et topologique des matériaux

14 6 Introduction générale cellulaires à partir de coupes tomographiques. Le premier chapitre présente la caractérisation macroscopique des différentes phases au travers des mesures de porosimétrie, de surface spécifique et de granulomètrie. Le chapitre trois est consacré à une caractérisation à l échelle du pore des propriétés géométriques. Il présente les méthodes d extraction automatiques des cellules ou cavités permettant de mesurer les dimensions, les formes ainsi que les orientations de celles ci. Pour explorer la géométrie et comprendre l impact sur les propriétés il nous faut développer d autres approches. L analyse des géodésiques du milieu nous permet d extraire de la géométrie, des quantités plus directement liées aux propriétés physiques. Il s agit par exemple de quantifier la tortuosité géométrique, plus encore l extraction de plus court chemin selon des métriques adaptées aux propriétés physiques. De plus une méthode originale basée sur une analyses des moments d inertie locaux nous permet de classifier localement des voxels de l image en classes d objets structurant tels les plaques/coque, poutres/brin, sphères/noeuds.la topologie du matériau est, elle, décrite par son squelette dont on dégage les caractéristiques structurales telles que les longueurs, orientations des brins, et les connectivités. Les paramètres de texture du milieu (diamètres et forme des brins et pores) viennent compléter cette description schématique. Le chapitre 4 de cette thèse est consacré à la présentation de résultats concernant les transferts de chaleur et de masse à l échelle du pore dans ces milieux. Nous ne présentons pas une analyse approfondie des mécanismes physiques et de leur modélisation mais plutôt quelques illustrations de l intérêt de l utilisation de géométries réelles et de leur caractéristiques pour la compréhension de ces phénomènes. Il s agit de comparer quelques techniques de simulations pour modéliser les transferts et écoulement sur la base de géométries réelles digitalisées. Nous accédons ainsi à des grandeurs difficilement mesurables (champs de température, de flux, de vitesses etc.) qui nous conduisent aux propriétés effectives des matériaux. L approche numérique nous permet également d étudier séparément les contributions des différents modes de transferts. En particulier, les transferts radiatifs entre les éléments solides de la matrice peuvent être calculés et corrélés aux propriétés du milieu. L information locale est prépondérante au niveau de la compréhension des transferts et peut aussi expliquer le comportement global du matériau. Une analyse de sensibilité des transferts locaux permet de proposer des modèles simplifiés ne faisant intervenir qu un nombre minimum de propriétés géométriques de la structure. Sur la base de l extraction de la topologie (squelette de la structure) nous étudions l influence des paramètres de texture sur les phénomènes de transferts. Le couplage de ces différentes approches nous permet de dégager les critères géométriques caractéristiques des transferts et leurs conséquences sur les propriétés de transport. Le développement et l utilisation conjointe de modèles locaux (à l échelle du pore) des écoulements et des transferts dans un réseau modèle, et dans le réseau réel reconstitué, permettent d identifier les paramètres intrinsèques pertinents à prendre en compte pour définir correctement les interactions entre les lois macroscopiques et la topologie. Les outils de caractérisation dédiés à l analyse de microstructure osseuse en vue de diagnostic médical font l objet du chapitre 5. Nous détaillons ici les méthodes spécifiques ainsi

15 Introduction générale 7 que la transposition des outils développés pour les milieux manufacturés à cette application médicale. Nous analysons les paramètres classiques de diagnostic sur une large base de données d os trabéculaires (sains et malades) et les comparons aux indicateurs que nous avons mis au point. Ces derniers s appuient sur la classification locale par moment d inertie ainsi que sur les grandeurs présentées aux chapitres précédents. Notre technique conduit à une catégorisation efficace de ces os et semble une voie prometteuse pour l aide au diagnostic. Les études cliniques et mécaniques n étant pas, à l heure actuelle, disponibles.

16 8 Introduction générale

17 Chapitre 1 Les Matériaux Cellulaires Sommaire 1.1 Définition Classification structurelle Fabrication Les mousses de réplication Métallurgie des poudres Applications Nous allons dans ce chapitre donner une définition des matériaux cellulaires qui sont le sujet de cette thèse. Nous présenterons une classification structurelle de ces milieux, décrirons certains procédés de fabrication, et enfin nous montrerons le large champs d application de ces matériaux. 9

18 10 CHAPITRE 1. LES MATÉRIAUX CELLULAIRES 1.1 Définition Dans [Gibs 99, Jano 01] on peut trouver la définition suivante : definition (Matériaux Cellulaires). Solide constitué d un assemblage de cellules vides, chacune étant entourée par des arêtes ou des parois solides. De tels matériaux comme le bois, le liège ou l éponge existent dans la nature. Généralement, leur fonction biologique requiert une résistance mécanique pour un poids minimum. Beaucoup de ces matériaux cellulaires ont été directement utilisés par l homme et ce n est qu assez récemment qu il a pu fabriquer ses propres matériaux. Du milieu très organisé tel les nids d abeille au plus aléatoire comme les bétons cellulaires ces matériaux sont rentrés dans notre vie quotidienne. On peut citer par exemple les mousses de polymère qui se trouvent dans les tasses à café, les casques de moto ou bien encore les cockpits d avions. Les techniques ont évolué et on est maintenant capable de mousser d autres matériaux que le plastique comme les métaux, la céramique ou encore le verre. La figure 1.1 présente quelques matériaux cellulaires naturels et manufacturés. (a) Éponge (b) Os Trabéculaire (c) Ruche d abeille (d) Béton Celulaire (e) Mousse métallique (f) Sphère Creuses Figure 1.1 Quelques matériaux cellulaires

19 1.2. CLASSIFICATION STRUCTURELLE Classification structurelle La structure des cellules a fasciné philosophes, mathématiciens physiciens et biologistes pendant au moins 300 ans. On peut citer les travaux de Hooke en 1665 [Hook 65] qui examina leur forme et posa les premières pierres de la biologie cellulaire, et Kelvin [Kelv 87] qui analysa leur arrangement en L étude de la structure est nécessaire pour étudier l impact du milieu sur les propriétés effectives. De plus des caractéristiques de la géométrie à différentes échelles vont pouvoir intervenir plus particulièrement sur les propriétés de transport (chaleur et masse).si l espace poral est composé de volumes plus ou moins connectés, on peut cependant définir un solide cellulaire comme étant un matériau constitué d une seule phase continue solide, composée de poutres ou plaques qui forment les arêtes ou les faces de cellules. Gibson et Ashby dans [Gibs 99] divisent en trois familles les structures des matériaux cellulaires. La première, est un arrangement en deux dimensions de cellules polygonales, les structures en nids d abeilles sont donc à ranger dans cette catégorie. Les structures de type mousses forment la deuxième et troisième classe de solides cellulaires. Si le solide n est formé que de poutres et que les cellules sont arrangées entre elles en trois dimensions par des faces ouvertes, on dit que la mousse est ouverte. Si au contraire le solide est composé de plateaux ou cols fermés, les cellules ne communiquent pas et la mousse est dite fermée. La figure 1.2 illustre ces 3 types de structures. (a) Arrangement 2D (b) Mousse ouverte (c) Mousse à cellule fermée Figure 1.2 Les 3 catégories de structures proposées par [Gibs 99] Cependant il existe des matériaux qui présentent des cellules partiellement fermés ou ouvertes. La notion d ouverture ou de fermeture des cellules induit une notion de fenêtre (aussi appelé col ou constrictions). Une fenêtre est la surface de passage entre deux cellules. De telles fenêtres peuvent exister à différentes échelles : à l échelle de la cellule (Macro-porosité) à l échelle de la paroi entre les cellules (Meso-porosité)

20 12 CHAPITRE 1. LES MATÉRIAUX CELLULAIRES à l échelle des brins fissures dans la phase solide (micro-porosité) vides dans la phase solide (nano-porosité) Dans la littérature la première échelle distingue une mousse dite fermée d une ouverte. La figure 1.3 présente plusieurs mousses ouvertes à plusieurs échelles. Les deux premières mousses sont considérées dans la littérature comme ouvertes, la troisième fermée. Or on peut voir sur la figure 1.3(c) que les pores communiquent à une échelle de l ordre du µm. (a) Mousse à brin creux (micro et macro porosité) (b) Mousse metafoam R (c) PM route Figure 1.3 Mousses ouvertes à différentes échelles. Wadley dans [Wadl 02] établit une autre classification des solides cellulaires.il divise ces derniers en deux grandes familles : les matériaux stochastiques et les périodiques. Ainsi les mousses sont rangées dans la famille des stochastiques. Il divise ensuite la famille des périodiques en deux : les arrangements 2D, comme les structures en nid d abeilles et les arrangements en 3D comme les matériaux tissés. On peut proposer la fusion des deux classifications présentées, en divisant en deux la catégorie stochastique de Wadley en pores ouverts ou fermés, la mécanique des fluides demande de fait cette distinction. Mais l on sait tout de même que cette division a ses limites et que certaines mousses appartiennent aux deux sous catégories. La figure 1.4 schématise cette classification des matériaux cellulaires solides. La connaissance de la typologie du milieu doit orienter le choix des méthodes utilisées pour caractériser la géométrie du milieu ainsi que les techniques à mettre en oeuvre pour découper (segmenter) le milieu en éléments structurants (cellules). 1.3 Fabrication Nous allons nous intéresser, dans cette partie, à la fabrication des matériaux cellulaires métalliques puisque notre travail s est particulièrement attaché. Quelques études nous ont

21 1.3. FABRICATION 13 Matériaux Cellulaires Stochastique Périodique Pores ouverts Pores Fermés 2D 3D Mousses Ouvertes Empilement spheres Extrusions Nid d'abeille Matériaux tressés Figure 1.4 Classification des matériaux cellulaires amenés à travailler avec d autres types de matériaux bruts (céramique et plastique) mais certains modes de fabrication sont similaires. Les modes de fabrication des solides cellulaires sont très variés, certains sont semblables à ceux utilisés pour mousser les liquides, quand d autres tirent parti des propriétés spécifiques des métaux, comme leur possible électro déposition. Banhart dans [Banh 01] classifie les modes de productions en quatre familles selon la phase et l état de départ du métal. La figure 1.5 est l illustration de cette classification.

22 14 CHAPITRE 1. LES MATÉRIAUX CELLULAIRES cellular metals Liquid metal powdered metal metal vapour metal ions -direct foaming with gas -direct foaming with blowing agents -gasars -powder compact melting -casting -spray forming - sintering of hollow spheres - gas entrapment - slurry foaming - pressing around fillers - sintering of powders or fibres - extrusion of polymer/metal mixtures - reaction sintering - vapour deposition - electrochemical deposition Figure 1.5 Schéma des familles de modes de production des matériaux cellulaires métalliques (Source[Banh 01]) Le but de ce chapitre n étant pas de détailler toutes les méthodes de fabrications, nous nous limiterons aux modes de fabrication des matériaux pour lesquels nous ayons des échantillons. Il s agit de mousses métalliques stochastiques provenant soit de moussage direct soit de réplication de mousses Les mousses de réplication Les mousses de réplication que nous avons à notre disposition proviennent de deux techniques, le moulage par contre-moule et l électrodéposition. Dans les deux techniques la première étape consiste à obtenir une mousse de polymère (généralement par moussage direct) sur laquelle va s appuyer le métal. Cette mousse doit être ouverte, si ce n est pas le cas un traitement par réticulation peut être effectué. C est à cette étape que les deux techniques divergent. Dans l électrodéposition on va tout simplement électrodéposer le métal et ensuite éliminer le polymère par combustion, ceci aura pour conséquence de créer des brins creux. Si l on fait un moulage par contre-moule on va devoir remplir l espace libre de la mousse de polymère avec un troisième matériau résistant à la chaleur ; on utilise généralement du plâtre. La mousse de polymère est ensuite éliminée par combustion, on remplit par la suite l espace resté vide par le métal voulu. Enfin on élimine le moule par dilution et on obtient ainsi une mousse ouverte avec des brins pleins. Un exemple de mousse de réplication est visible sur la figure 1.1(e)

23 1.4. APPLICATIONS Métallurgie des poudres Ce type de mousse est obtenu à partir de poudre métallique. Le point de départ du procédé est le mélange entre le métal en poudre et l agent moussant. Le mélange est ensuite compressé afin d obtenir un précurseur dense. Puis, le précurseur est chauffé à une température proche de celle du changement de phase du métal, l agent de moussage va alors se décomposer et le gaz libéré va produire une expansion du précurseur et former la structure poreuse. Il est à noter que cette technique est propre au métal. Il en résulte une mousse quasiment fermée où les pores communiquent à l échelle du micron. De nombreux travaux sont consacrés à l étape critique de densification du précurseur. La figure 1.6 montre une telle mousse en 3D. Figure 1.6 Structure d une mousse PM route 1.4 Applications Les applications des matériaux cellulaires sont très variées, en effet, on peut trouver de telles structures dans des structures mécaniques, des échangeurs de chaleur, des supports de catalyse ou bien encore dans l industrie pharmaceutique. Banhart dans [Banh 01] propose un diagramme des applications des matériaux cellulaires en fonction de leur morphologie (cf figure 1.7). Le choix d un milieu cellulaire pour une application donnée se fera en partie sur la morphologie souhaitée, le type de matériau voulu (métallique, plastique..) mais aussi bien sûr en fonction de son coût de fabrication. Dans les applications visées par le laboratoire qui sont l intensification des transferts de chaleur et de masse, nous travaillons essentiellement sur les milieux cellulaires de type ouvert et plus précisément sur des mousses de réplication. Nous avons tout de même caractérisé d autres milieux plus complexes (moins réguliers). Les

24 16 CHAPITRE 1. LES MATÉRIAUX CELLULAIRES Structurelle mélangeurs Implants Biologiques Isolant Applications Support pour catalyse Structure mécanique Fonctionnelle Echangeur de chaleur Filtres Isolant accoustiques ouvert partiellement ouvert Types de Pores fermé Figure 1.7 Applications des milieux cellulaires résultats de ces caractérisations ainsi que ceux des mousses de réplication feront l objet des parties suivantes.

25 Chapitre 2 Porosimètrie Sommaire 2.1 Porosité Définitions Porosité par analyse d images volumique Surface spécifique Estimation des Volumes Élémentaires Représentatifs Granulométrie Granulométrie sur les images Conclusion Ce chapitre décrit les méthodes d imagerie 3D utilisées pour mesurer la porosimètrie des milieux cellulaires. La première partie présente les échantillons utilisés pour l étude ainsi que les techniques de segmentation des phases permettant l estimation des différents types de porosité. Une étude statistique permet de dégager la taille des volumes élémentaires représentatifs des grandeurs macroscopiques comme la porosité et la surface spécifique. La deuxième partie présente les algorithmes de granulométrie 3D permettant d obtenir la distribution des diamètres d ouvertures dans le milieu ainsi que leur optimisation. Ces mesures constituent par extension une première approximation du diamètre des cellules. 17

26 18 CHAPITRE 2. POROSIMÈTRIE 2.1 Porosité Définitions Le dictionnaire français d hydrogéologie donne la définition suivante de la porosité definition (Porosité). Propriété d un corps, d un milieu, de comporter des vides interconnectés ou non, exprimée quantitativement par le rapport du volume de ces vides au volume total du milieu (en pratique d un volume représentatif élémentaire de ce milieu). La porosité peut être ouverte ou fermée. La porosité est dite ouverte lorsque les vides ou pores communiquent entre-eux et avec l extérieur ce qui permet la circulation des fluides. Lorsque les pores ne communiquent pas avec l extérieur, nous avons à faire à de la porosité fermée. La porosité totale est la somme des ces différentes porosités. Usuellement la littérature divise les pores en 3 classes de taille, correspondant à des espaces de nature, et de comportements physiques différents vis-à-vis des transferts de fluides ou de gaz. Cette classification des échelles de porosité dépend des domaines et des phénomènes étudiés. En géologie par exemple, la macro porosité concerne les pores de diamètres 50 µm où les écoulements sont décrit par la diffusion classique. La Méso-porosité est associée aux pores de diamètres compris entre 2nm et 50nm où les écoulements sont décrits par la diffusion de Knudsen. Enfin la Micro porosité concerne les pores de taille inférieure à 2nm où les mouvements sont régis par la diffusion activée. Les matériaux cellulaires de cette étude possèdent des échelles de porosité comparables à celles utilisées en science des sols. En effet les cellules qui constituent nos matériaux sont à l échelle millimétrique et les applications envisagées concernent les écoulements fluides. À ces échelles, ces derniers sont régis par les équations de Navier Stockes. Nous proposons donc la classification des échelles de porosité suivante : La Macro porosité pour la porosité ouverte à l échelle de la cellule (300µm-5mm). La Méso porosité pour l espace intra-brins qui peut être accessible au fluide et qui se situe à l échelle micrométrique (µm-10µm) La Micro porosité ou porosité matricielle (500nm)de la phase solide. Caractérisations expérimentales de la porosité L expérimentateur dispose d un assez grand nombre de moyens de mesure de la porosité : Les méthodes volume/densité. Connaissant la masse sèche de l échantillon poreux, la mesure du volume de mercure récupéré lors de l immersion de l échantillon permet d en connaître le volume. La mise en rapport du volume et de la masse mesuré avec la masse volumique de la matière qui compose l échantillon (déterminée au pycnomètre) permet de calculer la porosité ouverte. Les méthodes par saturation ou évaporation de l eau.

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Analyse d images numériques en microscopie

Analyse d images numériques en microscopie Analyse d images numériques en microscopie Yves Usson Reconnaissance et Microscopie Quantitative, Laboratoire TIMC UMR5525 CNRS Institut d Ingénierie et d Information de Santé (IN3S), La Tronche Traitement

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE BAZEILLE Stéphane MOUGEL Baptiste IUP3 ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE EN Année 2003/2004 1 TABLE DES MATIERES Home... 3 Introduction.... 3 Marching Square... 4 Algorithme....4 Programmation...4

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Traitement bas-niveau

Traitement bas-niveau Plan Introduction L approche contour (frontière) Introduction Objectifs Les traitements ont pour but d extraire l information utile et pertinente contenue dans l image en regard de l application considérée.

Plus en détail

Matériaux à base de fibres de bois. Process/structure/fonctions

Matériaux à base de fibres de bois. Process/structure/fonctions Matériaux à base de fibres de bois Process/structure/fonctions Introduction 1. Les panneaux de fibres de bois Voie humide Voie sèche Thermisorel MDF 0,1 0,5 0,6 0,8 1,53 (paroi de la fibre) Bois/PES Non

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires BLOT Alexis BOULESTEIX Vincent DEGURSE Jean-François PRÉSENTATION ET ANALYSE DES TRAVAUX SUR

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine January 25, 2011 Ce n est le bon chemin que si la flèche vise le coeur, R.Hauser Intéraction Pastille/Gaine Fonctionnement

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600 Esiee 2008 Buzer Guide d utilisation Scanner LPX-600 Principes de base Scan à balayage rotatif L objet est placé sur un plateau rotatif. Le système de mesure se déplace uniquement en hauteur. L objet va

Plus en détail

Analyse d images, vision par ordinateur. Partie 6: Segmentation d images. Segmentation? Segmentation?

Analyse d images, vision par ordinateur. Partie 6: Segmentation d images. Segmentation? Segmentation? Analyse d images, vision par ordinateur Traitement d images Segmentation : partitionner l image en ses différentes parties. Reconnaissance : étiqueter les différentes parties Partie 6: Segmentation d images

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris

Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris TP Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris Étudiants : Besnier Alexandre Taforeau Julien Version 1.2 Janvier 2008 2008 Rapport TP - Version 1.2 i Table des matières Introduction 1 1 Objectif

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY Plan d'expériences TAGUCHI Nom Prénom Protocole d'expérimentation Date Indice PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY GROUPE D'EXPERIMENTATION Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Fonction Fonction

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013

PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013 Classe : 4 ème PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013 Section linguistique : toutes Matière : Sciences Physiques Nom de l'enseignant : Mme GOULARD Langue d enseignement : français Nombre d heures hebdomadaires

Plus en détail

Chapitre 1 Introduction

Chapitre 1 Introduction Chapitre 1 Introduction La réalité augmentée assistée par ordinateur est un domaine émergeant, qui progresse rapidement. Son principe est de mélanger le monde réel et le monde virtuel. De nombreuses applications

Plus en détail

La thermographie infrarouge et le bâtiment

La thermographie infrarouge et le bâtiment Patrick ROBE En thermographie depuis 25 ans Certifié Niveau 3 ITC (standard ASNT) Collaborateur de l Université de Liège Laboratoire de thermodynamique Formateur certifié ITC pour Niveaux 1 & 2 Consultant

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar Journée Green Testing Saint Louis 22 novembre 2012 Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications par Jean - Luc Bodnar Groupe de Recherche En Sciences

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique 2ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 2003-2004 But de l expérience Nous devions

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Mesure de température par radiométrie photothermique

Mesure de température par radiométrie photothermique Mesure de température par radiométrie photothermique Mesurexpo 17 octobre 2006 Jean-Charles CANDORE Jean-Luc BODNAR Laboratoire d Énergétique et d Optique, UFR sciences REIMS Sommaire I Présentation de

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech. L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.fr Cycle en V de développement d un produit Couts Délais Qualité

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux Assemblage des métaux La fonction principale d un assemblage est de transmettre correctement des efforts qui peuvent être très importants et qui sont le plus généralement statiques ou quasi-statiques (actions

Plus en détail

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Roberto Reyna 1, aniela ragomirescu 2,3 1-Freescale Toulouse 2 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil Toulouse cedex 4 3-LAAS-CNRS

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 Qualité acoustique et inertie thermique : étude d'un compromis Christophe Rougier 1, Catherine Guigou-Carter 1 1 Université Paris-Est, Centre

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Informatique visuelle - Vision par ordinateur. Pré-traitement d images

Informatique visuelle - Vision par ordinateur. Pré-traitement d images Informatique visuelle - Vision par ordinateur Pré-traitement d images Elise Arnaud elise.arnaud@imag.fr cours inspiré par X. Descombes, J. Ros, A. Boucher, A. Manzanera, E. Boyer, M Black, V. Gouet-Brunet

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

Analyse d images. L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

Analyse d images. L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : Analyse d images La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Journée de rencontres ANSES - IGN - INA - Labex Bézout

Journée de rencontres ANSES - IGN - INA - Labex Bézout Journée de rencontres ANSES - IGN - INA - Labex Bézout Présentation du LAMA Stéphane Sabourau 3 mars 2014 Présentation générale Le Laboratoire d Analyse et Mathématiques Appliquées (LAMA) est composé de

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Christine Graffigne Université René Descartes Traitement d'images Sciences pour l'ingénieur, informatique et mathématiques

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Nestaan Holland B.V. www.nestaan.nl. Quality insulation with a personal touch

Nestaan Holland B.V. www.nestaan.nl. Quality insulation with a personal touch Nestaan Holland B.V. www.nestaan.nl Quality insulation with a personal touch Nestaan Holland Nestaan Holland est une entreprise familiale fondée en 1968 spécialisée dans la mise au point et la production

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Cartographie 3D d intérieur et d extérieur

Cartographie 3D d intérieur et d extérieur Cartographie 3D d intérieur et d extérieur Séminaire MINES ParisTech PSA Peugeot Citroën Maillages et modèles 3D Pascal LEFEBVRE-ALBARET TECHNODIGIT Version Date: 24.08.13 Sommaire 01 02 03 04 05 L entreprise

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Mohamed filali*, Bruno Ladevie**, Fudym** Alain De Ryck**, Olivier * IUT Cherbourg-Manche, Antenne de Saint-Lô

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Comparaison d images binaires reposant sur une mesure locale des dissimilarités Application à la classification

Comparaison d images binaires reposant sur une mesure locale des dissimilarités Application à la classification 1/54 Comparaison d images binaires reposant sur une mesure locale des dissimilarités Application à la classification Étienne Baudrier CReSTIC vendredi 9 décembre 2005 2/54 Contexte programme national de

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail