Une alliance internationale des territoires : entre le comment? et le pourquoi?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une alliance internationale des territoires : entre le comment? et le pourquoi?"

Transcription

1 RAPPORT DÉTAILLÉ Une alliance internationale des territoires : entre le comment? et le pourquoi? Groupe d étude Martine THEVENIAUT et Alain LAURENT avec la collaboration de Judith HITCHMAN Septembre 2005

2 Sommaire. 1. PRINCIPAUX CONSTATS DE L ÉTUDE. 1 Page 2. COMPARAISON ANGLOPHONE/FRANCOPHONE DE QUELQUES NOTIONS CLÉS Méthodologie d utilisation du moteur de recherche internet Google Le moteur de recherche Google Mode d emploi de Google spécifique à la mission Méthodologie adaptée au moteur Google Base d un thésaurus bilingue français/anglais des principales notions Quelle information, c est-à-dire quel objectif? Classement de l information Regroupement en huit ensembles simples pertinents pour l étude Contenu Notoriété des notions anglophones liées au mot «territoire» Notoriété comparée des notions anglophones et francophones Résultats quantitatifs La place respective du français et de l anglais sur internet L UNIVERS FRANCOPHONE DU MOT «TERRITOIRE» Audience du concept de territoire, «territorial» par accès internet Google «Territoire» Illustrations des références concernant le concept territoire, territorial Croisement de «théorie des réseaux» avec «territoire» par accès internet Google La théorie des réseaux Illustrations des références sur le croisement de «théorie des réseaux» avec «territoire» «Géographie économique» : de quel territoire parle t on? Comparaison Google-littérature grise Etat des lieux sur la géographie économique Illustrations des références sur la géographie économique : de quel territoire parle t on? Audience du concept de dialogue social territorial par accès internet Google Etat des lieux sur le dialogue social territorial Illustrations des références concernant le concept de dialogue social territorial RELIER LES NOTIONS AUX PERSONNES ET STRUCTURES RESSOURCES Première liste de personnes et structures pour une AIT Fiches organismes et structures La fiche organisme-type Liste des fiches organismes Contenus des fiches organismes. 156 AGRITERRA 156 AIMF : Association Internationale des Maires francophones 157 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire 158 APC : Association pour la Pensée complexe 159 APREIS : Acteurs, Pratiques, Recherches Européennes et Internationales pour le développement durable 160 ARBORUS 161 ASSEFA : Association for Sarva Seva Farms 162 ATOS : Alliances pour la Triarticulation de l Organisation Sociale 163 CARE ONG internationale 164 CBS Network 165 CDIF : Club des districts industriels français 166 Club National des Réseaux de Villes 167 Collectif pour une Economie Solidaire -Alsace 168 COMMACT : Commonwealth Association for Local Action and Economic Development 169 DATAR : Délégation à l Aménagement du Territoire et à l Action Régionale 170 RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 2/288

3 DIL : Décentralisation & Initiatives Locales 171 ECDPM : Centre Européen de Gestion des Politiques de Développement. 172 ENDA TM : Environnement et Développement du Tiers Monde 173 ESAN : European Social Action Network - Réseau européen d'action sociale 174 EUREXCTER : Association Européenne de l'excellence territoriale 175 FIM : Forum International de Montréal - Références via le site 176 France bénévolat 197 Globenet GPF : Global Policy Forum 199 INAISE International Association of Investors in the social economy 200 IOG : Institute On Governance (Institut sur la Gouvernance) 201 LEED : Développement économique et création d'emplois locaux 202 Local Livelihoods Ltd. 203 Maison de la Citoyenneté mondiale 204 Maison de la Géographie 205 MEDIATERRE (Système d information mondial francophone pour le développement durable) 206 PEKEA ONG internationale 207 Réseau Financement Alternatif 226 Réseaux 227 RITIMO, animateur du site RINOCEROS 228 ROI (Resource Optimization Initiative) 229 VRM : Villes et Régions du Monde. 230 YAMANA OUTILLER UNE MONTEE EN GENERALITE Le prototype de fiche de lecture territoriale (FLT) La FLT au banc d essai L Agenda 21 des Philippines (PA 21) : prototype de triarticulation économie-politique-société civile ASSEFA (Ass. for Sarva Seva Farms) : développement rural holistique d'inspiration gandhienne «La Société civile, troisième pouvoir» (Nicanor Perlas) : contribution à une autre mondialisation La Maison de la géographie : un lieu coopératif de production de connaissances sur le territoire La lutte contre la désertification au Maroc : bilan et perspectives du troisième rapport national (2004) Réseau International des ONG sur la Désertification (RIOD) : participation active des habitants La convention des NU sur la lutte contre la désertification : une action mondiale volontaire «La voie citoyenne, pour renouveler le modèle québécois» (Yvon Leclerc & Claude Béland) Le site internet Géoscopie : information et analyse sur les questions internationales Plate-forme européenne de dialogue politique et de promotion des initiatives éthiques et solidaires Le Réseau Canadien de Développement Économique Communautaire : sortir du conventionnel Conférence internationale «Socialising the Global Economy», Liverpool, septembre IIED (International Institute for Environment and Development) : les «communautés» pèsent-elles? Réseau Développement Durable et Territoires Fragiles (DDTF) : l articulation DD et territoires FIM Forum International de Montréal : une interface socité civile - institutions 277 RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 3/288

4 PARTIE 1 : principaux constats de l étude Principaux constats de l étude. Des différences de sens, d usage et de culture Il existe d importantes différences dans les contenus et dans l usage des contenus de la notion de «territoire» entre les langues anglaise et française : gouvernance d entreprise, patriotisme économique, diagnostic territorial, intelligence économique Ces différences peuvent être objets de malentendus. Mais aussi d enrichissement mutuel et de progrès. La première mesure d écarts réalisée par la mission d étude est indicative d un travail qui pourrait être poursuivi. En effet, que véhiculent les sept autres langues de portée internationale numériquement les plus importantes du monde - chinois, espagnol, arabe, bengali, hindi, portugais, russe? Il y a là un gisement de connaissances et d innovations que la mission n a fait qu effleurer. Le territoire, un mot-valise impossible à décontexualiser «Territoire» est un mot-valise dont le sens ne devient clair et opérationnel que lorsqu il est relié à un contexte, une situation, un environnement. Il reste référé pour l essentiel à l univers d un pouvoir qui se découpe pour se partager, appréhende avec difficulté les données qui parlent des interférences aux mêmes lieux, des interactions pour résoudre un problème, qui occulte les dimensions les plus novatrices dont la prise d initiative est porteuse, qui reste très franco-français. L ancrage sémantique d une vision d un territoire-acteur demeure à poursuivre. Comment? Le choix des mots pour l exprimer y contribue pour sa part. Les notions les plus pertinentes sont les plus marginales «Capital social territorial», «polycentrisme», «économie d archipel», «région apprenante», «gouvernance multi-perspective», «gouvernance environnementale», «économie géographique de la connaissance» sont quelques-uns des thèmes qui apparaissent comme marginaux dans l investigation menée par la mission. Emergents? Théoriques? Connotés culturellement? Peu miscibles dans l internet? Elitistes? Toujours est-il qu ils témoignent d un décloisonnement et d un éclatement des visions linéaires, monosémiques et catégorielles. Pour faire un pas de plus et être mis en lumière, ils ont besoin d être qualifiés, au sens grammatical de «qualificatif». Une fois cette opération de clarification réalisée, qu en est-il de l essaimage, du basculement d échelles et d objectifs, bref de la construction d une société de la connaissance holistique? La question de la compréhension et de la diffusion est essentielle La conviction de la mission est que le passage du confidentiel élitiste au reconnu, diffusé, diffusable, nouveaux «lieux communs» de la pensée et de l action nécessite de gérer parallèlement trois niveaux d action : la méthode, le processus, la capacitation. La méthode. Elle doit se rendre compte de leur nature profondément relationnelle et rendre compte des réalités concrètes de ce que sont et de comment fonctionnent les territoires. Le centre-ressoures «Territoire» et les prototypes de thesaurus bilingue, de «Fiches de Lectures Territoriales», de Fiche-Contact et de «Répertoire Territorial - Personnes et Organismes» que la mission a mis au point ont cette vocation. Ce sont autant des produits finis que des objets soumis à débat, critiques, enrichissements, pour peu que les finalités soient clarifiées et actées. Reste que l ampleur du possible est considérable, car le décloisonnement se travaille dans la plupart des champs thématiques, plus ou moins selon les collèges. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 4/288

5 Le processus. Si l approche par le «comment?» est structurante, elle ne dispense pas d une réflexion stratégique sur l objectif final - et partagé - énoncé au départ de la mission : Comment créer du pouvoir pour concevoir et réaliser les mutations vers un territoire-acteur et pour construire les systèmes d action adéquats? Sur cette question, le choix des dispositifs de travail est déterminant pour que les acquis soient cumulatifs dans le contenu, les forces réunies, et sur un temps assez long pour être visibles et faire école. C est le sens de la nature progressive de la proposition de la mission. La capacitation. Le vrai basculement se situe à ce niveau. Pour la mission, il est important de vulgariser outil, modes d emploi, situation d emploi et résultats à plusieurs niveaux. C est en grande partie le sens des propositions de la mission qui, à partir d une capacité humaine à la hauteur des enjeux - un groupeprojet, une équipe internationale et un réseau animé - orientent l action vers la constitution d outils ressources, déclinés dans les différents contextes géoculturels, pour rendre compte des réalités du territoire-acteur. Au final, quelle stratégie? Un vaste réseau de compétences faisant l exégèse des réalités territoriales préfigurant (illustrant) un changement de paradigme - l ancrage territorial du changement - ou une action ciblée, active, nourrie des leçons des terrains/territoires en direction des centres et des espaces de décision aux plans territorial (réseaux de régions et de villes) et international (structures internationales du répertoire)? Le portage de valeurs, qui plus est ancrée dans une réalité nouvelle portée à connaissance, peut-il se passer d une stratégie de partie prenante du changement? La dimension «politique», au sens organisation de la cité et choix de société, est-elle évitable? Pour le GE, cette question doit être posée et tranchée par le collectif AIT, quel qu en soit le contour. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 5/288

6 PARTIE 2 2. COMPARAISON ANGLOPHONE/FRANCOPHONE DE QUELQUES NOTIONS CLÉS. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 6/288

7 PARTIE 2 : comparaison anglophone / francophone de quelques notions clés Méthodologie d utilisation du moteur de recherche internet Google Le moteur de recherche Google. Comment fonctionne-t-il? Le premier mot de la question est considéré par le moteur comme le plus important. Il aura donc un poids plus important que les autres dans les résultats, en faisant par exemple remonter dans les premières réponses les pages web où ce mot est dans le titre de la page. «Ce point, non précisé dans l aide officielle de Google et la plupart des guides de recherche en ligne, peut avoir un effet très important sur le tri des résultats par Google, en amenant dans les dix premières réponses une page web jusque là "perdue" au delà des trente premières réponses.» (Emmanuel Barthe, documentaliste juridique Quelle est la pertinence du résultat de la recherche? Les résultats de la recherche par le moteur sont en principe classés par pertinence. La «pertinence selon Google» tient compte des liens pointant vers les pages web et de la qualité de ceux-ci (Google les considère comme autant de recommandations) et ensuite des mots contenus dans la page web, ceux du titre de la page et du nom du fichier étant les plus importants) «Cette pertinence est réelle : en règle générale, il suffit de consulter les 30, voire les 50, premiers résultats pour trouver sa réponse et avoir balayé l essentiel des sites.» (Emmanuel Barthe, documentaliste juridique Mode d emploi de Google spécifique à la mission. Google a été utilisé comme unique moteur de recherche internet pour la mission AIT. Les avancées méthodologiques concernant cet outil ont été définies au fur et à mesure de l avancée du travail et des priorités dégagées (notamment lors de l immersion dans le monde anglophone). Elles sont rassemblées cidessous Utilisation systématique des pages «En cache». Chaque fois que Google référence une page, il en enregistre une copie sur ses disques durs. C'est cette copie qui est ensuite consultable sous HTML ou, selon les cas, en.pdf,.doc ou.rtf. la consultation de l adresse sous la forme «En cache» permet de transformer toute l information en langage HTML et de visualiser par un surlignement coloré, dans le texte produit par Google, les mots clés utilisés lors de l interrogation. Les pages «En cache» permettent donc un repérage visuel rapide de deuxième niveau, interne aux documents ou aux sites sélectionnés, ce qui facilite la lecture rapide et la sélaction des passages importants. Utilisation systématique des synonymes et des définitions. Exemple : en anglais ou en français, la recherche puis les interrogations successives par les synonymes ou les définitions, souvent plus longues et détaillées en français (exemple de la traduction du mot anglais «governance») ont permis de multiplier les portes d entrée et donc les chances de voir apparaître les informations pertinentes. Priorité accordée aux fichiers PDF. Le type de mots clés utilisés et leurs nombre, entre 3 et 10 par interrogation, ont permis de privilégier la recherche de contenus notionnels, en grande majorité ceux des fichiers.pdf c est à dire des documents sérieux et fiables tels que documents officiels et articles (ceci élimine les sites personnels, ceux tournés vers le marketing, et les forums utilisent uniquement le HTML). RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 7/288

8 Gestion des onglets. Le logiciel utilisé logiciel libre Mozilla (équivalent à Firefox) permet de gérer simultanément plusieurs interfaces utilisateurs, appelées «onglets». Cette particularité permet de poursuivre plusieurs pistes d interrogation en même temps, ce qui facilite l historique de la recherche (et des résultats) mais aussi augmente la possibilité de croiser, à différents moments au cours de la recherche, des thèmes identiques ou proches. D une manière simple, la gestion de 3,4,5 onglets en même temps est une forme de décloisonnement de l outil en phase avec les interdépendances de toutes natures qui caractérisent les sous-thèmes «territoire» Méthodologie adaptée au moteur Google. Recherche des concepts émergents en capitalisant les capitalisations. Sur Google, recherche des documents d analyse et de synthèse SUR les notions, idées et concepts émergents et/ou innovants à partir des mots clés de base «territoire», «local» et «gouvernance». Les bibliographies abondantes ont été aussi utilisées, avec la méthode «en cache», pour visualiser les principaux thèmes de la littérature, partant de l hypothèse que les (le) mot(s) clé(s) principaux (al) figure(nt) le plus souvent dans les titres et/ou les sous-titres, voire les titres de revues. Exemple 1 : L interrogation «new concepts about territory» amène de pages sélectionnées, dont cinq sites pertinents dans les trois premières pages affichées par le moteur de recherche. Est recherché ici un niveau d agrégation, de recomposition et de traitement de l information factuelle, essentiellement par les chercheurs et les sites spécialisés. Exemple 2 : un seul article, choisi pour son approche transversale, offre par exemple 101 références sur la notion de capital social (Mourad Dakhli & J. Mack Robinson, «Human capital, social capital and innovation», Cette masse de référence constitue, en soi, un échantillonnage représentatif des grands notions du paysage technico-conceptuel des auteurs et, partant, du domaine de recherche traité. Recherche des problématiques de recherche identiques et voisines. Une fois l adresse pertinente repérée, il s est agi de faire une rapide analyse de contenu pour repérer les mots clés, les concepts clés et les passages importants. Exemple : La même interrogation que précédemment mène à une information abondante sur la globalisation («globalization», 2 adresses sur 6), l approche par système muti-acteurs («multi-agents system approach»), l ontologie («ontology»), les cartes conceptuelles/de la connaissance («knowledge maps») comme outil transversal de rapprochement entre l analyse et la conception, le programme MOST de l UNESCO sur les interfaces entre les sciences sociales et l environnement, la notion de territoire indigène («indigenous territory»), l immigration et l intégration, les nouveaux espaces régionaux/les nouvelles régionalisation spatiales («new regional spaces», «new spaces of regionalism») et le thème important de la résolution géographique des processus contradictoires de compétition et coopération («geographical resolution of contradictory processes of competition and co-operation»). Aller-Retour permanents anglais-français. Dans la pratique, il s est avéré que l aller-retour permanent français-anglais-français était indispensable pour tenter de valider les correspondances entre les deux langues ET les équivalences ou cousinages dans une même langue. Deux modes opératoires principaux ont été utilisés : Une interrogation en français du type «notions anglophones du mot territoire», produisant des résultats exploitables dans moins de 50% des cas. Un repérage de toutes les références anglophones situées dans un corps de textes ou d articles (citations, notes de base de page ou notes de fin, bibliographie) précisant les équivalences déjà repérées ou en apportant de nouvelles. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 8/288

9 La technique du jeu de piste : recherche par auteurs (chercheurs) ET thèmes récurrents. L interrogation sur les problématiques n aboutit pas forcément à un repérage satisfaisant en terme de contenu satisfaisant et accessible aux non spécialistes. Exemple : L interrogation «Transborder city-regions» mène en deuxième rang à un document.pdf répertoriant une série d articles mis en ligne par (Global Planning Education Education association Network) soumis au premier Worl Planning Schools Congress. Parmi les nombreux titres et auteurs cités, une étude faite à Taïwan est apparue intéressante (d après son intitulé) et sa localisation géographique. L article cité apparaissant rapidement comme indisponible, il a été procédé à une recherche par le nom de l auteure «Tse-Fong Tseng». La neuvième adresse proposée par Google à la suite de cette interrogation s est avérée exploitable (langue anglaise et format.pdf) mais sur un tout autre sujet : «Community-based Environmental Management and Sustainable Development». L abstract de cet article a été jugé pertinent et repris dans la section «Communauty» du thesaurus. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 9/288

10 PARTIE 2 : comparaison anglophone / francophone de quelques notions clés Base d un thesaurus bilingue français/anglais des principales notions. Vocabulaire, sens, notions, concepts, représentations & équivalences anglais/français Quelle information, c est-à-dire quel objectif? Mais, au final, c est plus la question de l objectif d une dynamique internationale à centre de gravité «territoire» qui se pose que celle des moyens ou du processus, sauf si ces derniers sont en eux-mêmes des buts et des résultats voulus et assumés. Mais, dans tous les cas, la définition de l objectif commun processus ou produit est incontournable. En un mot, la démarche d alliance est-elle un préalable ou une conséquence d une réflexion sur la notion de territoire, est-elle inductive ou déductive? Faute d éléments de réponse à cette question fondamentale, la mssion a considéré comme incontournable la tâche de mieux cerner la polysémie du mot «territoire» dans la masse d information disponible sur le net. L idée est simple : une clarification de l arborescence des sens possibles du mot permet de clarifier le paysage conceptuel et, partant, d en choisir les centres d intérêt, les nœuds, les congruences ou, à l inverse, les signaux faibles et les notions marginales. C est donc, fondamentalement, une aide à la décision (pour l action) que la mission AIT propose dans son rapport final. Cette décision appartient à la FPH et, dans une conception participative du projet, aux «parties prenantes» potentielles Classement de l information. Toutes les définitions, explications et correspondances français-anglais retenues dans ce document constituent une arboresecnce issue de trois mots clés : «territoire», «local/régional» et «gouvernance». A partir de ces éléments de base, il a été procédé à des requêtes intégrant deux, trois voire quatre notions reliées rétrecissant le champ initial. L attelage «élement de base notions complémentaires» forme systématiquement des concepts de nature intégrée ou intégratrice, très caractéristique de l explosion des déclinaisons possibles à partir de contenus à «contours flous» comme le sont les trois mots clés de base. Une fois les concepts repérés, un classement a été élaboré après une analyse du sens immédiat ou interprété. Trois niveaux de classement ont été finalement retenus dans un gradient de subjectivité : Niveau 1 : classement par mot-clé dominant dans l énoncé (compréhension) Exemple : «Système productif pluri-territorial». Le concept peut être classé dans la rubrique «Economics» (système productif) ou dans la rubrique «Type & scale/territorial» («pluri-territorial»), voire «Collective dynamics» (ou commun) («pluri»). La lecture de l article-source de la notion indique clairement l importance des aspects territoriaux par rapport à la logique de production et de système productif, considéré comme la toile de fond, point de départ des innovations et des changements traités dans l article. Niveau 2 : classement selon le sens déduit (déduction) Exemple : «Community-based environmental management». Les rubriques possibles pour cet enchaînement de concepts et mots clés sont : «Collaborative dynamics» («Community»), «Governance/type» («-based»), «Environment» et «Management». Dans un raisonnement par finalité, il a été considéré que le cœur de cible était l environnement, qu il s agissait de gérer («management») par l intermédiaire de la communauté (ou les habitants, ou la population). Niveau 3 : classement selon le sens interprété (interprétation) Exemple : «Community Land Trust» «A Community Land Trust (CLT) is a form of common land ownership with a charter based RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 10/288

11 on the principles of sustainable and ecologically-sound stewardship and use. The land in a CLT is held in trust by a democratically-governed group, while individuals own the buildings and the improvements created by their own labor and investment. Through an inheritable and renewable 99-year lease, the trust removes land from the speculative market and facilitates multiple uses such as affordable housing, agriculture, and open space preservation.» Le sens repéré s apparente plus à la notion de gouvernance, c est-à-dire de la régulation et de la gestion des inter- et intra-relations entre adminstrateurs et administrés, qu aux notions de territoire («land») ou d outils financiers («trust»). L article permet clairement de déduire que les CLT, tels que décrits, sont une forme de coopérative de gestion Regroupement en huit ensembles simples pertinents pour l étude. Sur la base d une double vision spatiale (aires) et fonctionnelle (acteurs et dimensions), les notions, thèmes, idées, concepts et représentations ont été rassemblés en huit ensembles, en forte interdépendance. Pour schématiser ce regroupement, la base cartographique choisie articule public - privé - société civile environnement de la façon suivante : Institutions, administration s, organisations Espaces, ressources, biens, privés Espaces, ressources, biens, publics/communs, Citoyens, habitants, consommateur s, Sur cette base ont été rapportés les quatre «piliers» de la représentation classique du développement durable : «Economics», «Environment», «Social, society» et «Governance». Un ensemble territorial sensu stricto permet de décrire la nature de la référence territoriale utilisée et de préciser les questions d échelles : «Type and scale». Les formes d organisation des/dans les territoires et quelques outils de gestion sont regroupées dans la section : «Actors and tools». Pour caractériser plus en détail la nature relationnelle et interconnectée du territoire, une section «Collaborative dynamics» a été créée. Enfin, un ensemble/exemple particulier, le milieu urbain, très complexe, caractéristique de notre époque, a été distingué : «Urban». RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 11/288

12 Le plan du thésaurus est le suivant : Type and scale Territory, territorial Local Regional Public sector dynamics (territorial) Authorities Management Finance Collaborative dynamics Immaterial community Material community Economics Environment (ecology) Governance Type (broad sense) Democratic process Institutions Society, social and culture Urban context Les regroupements thématiques du thésaurus des notions anglophones liées au territoire (vignettes) Democratic process Economics (territorial) Authorities Territory / Scale Institutions, administrations, organisations Espaces, ressources, biens, privés Governance / Institutional Territory / Type of Governance / Type of Collaborative dynamics Espaces, ressources, biens, publics/communs Citoyens, habitants, consommateurs Management & Finance Environment Society, social & culture Urban context RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 12/288

13 Contenu. Type and scale Territory, territorial Territory, Territorial Territoire, territorial. Mot-valise, notion fortement polysémique, principalement de sens écologique (Exemple : zone de peuplement d une espèce, milieu de vie), géographique (physique et humaine), sociologique (Exemple : identité culturelle, territorialité), économique (Exemple : une compétence économique spécifique à partir d'avantages naturels ou humains), politique (Exemple : portion de l'espace délimitée pour exercer un pouvoir, organisation spatiale pour conforter et agrandir un pouvoir), systémique (système de relation subies contraintes naturelles et choisies projet collectif -). Général : An area of knowledge or interest, the geographical area under the jurisdiction of a sovereign state, a region marked off for administrative or other purposes. (www.wordreference.com/definition/territory) An area (including land and waters), usually considered to be a possession of an animal, person, organization, or institution. - In biology, an organism which defends an area against intrusion (usually from members of its own species) is said to be territorial. For further details see territory (animal) - In politics, a territory is an area of land under the jurisdiction of a governmental authority. Territory can, though, include any geographical area under the jurisdiction of a sovereign and does not have a political division status. The remainder of this article deals with political territories. - In psychology, Environmentalists study Territorial Behaviour to understand which Territory an organism defends and why. Territorial Behaviour is defined as; «The actions or reactions of a person or animal in response to external threats towards the space that is defended by that person or animal.» (www.encyclopedia.laborlawtalk.com/territory) Exemple : développement rural. Dans les milieux concernés par le développement rural, au Nord comme au Sud, on note un très net accroissement de l'intérêt porté au territoire, en dépit de l'ambiguïté et du caractère polysémique que peut avoir cette notion. Cet intérêt peut se justifier par la reconnaissance de la dimension spatiale de l'activité agricole, la prise en compte de l'organisation sociale des modes d'exploitation du milieu et la persistance, malgré le progrès des équipements et des techniques, des contraintes du milieu physique. Mais tout cela n'est guère nouveau et ne suffit pas à justifier le regain d'intérêt que suscite l'approche territoriale du développement rural. Les perspectives de recherche ouvertes par l'intérêt porté au territoire sont nombreuses. Dans ce séminaire nous nous sommes intéressés plus particulièrement aux interactions entre, d'une part les dynamiques à l'oeuvre dans le milieu rural, d'autre part les modalités de gestion et la perception du territoire par les populations qui y vivent. Cette construction sociale du territoire est entendue ici comme la création ou le renforcement de relations structurées entre les différentes catégories d'usagers d'un espace géographique donné en vue de favoriser son développement. Cette organisation du territoire résulte d'actions et d'initiatives individuelles et collectives, privées, associatives ou publiques. Elles peut se traduire de différentes façons : reconnaissance d'une identité spécifique, définition des règles d'usage des ressources du territoire, qualification de ses productions etc., le tout pouvant être perçu comme constituant un bien collectif. (Philippe Jouve & Marie-Claude Cassé, «Dynamiques agraires et construction sociale du territoire»). Exemple : système territorial (cf aussi «Territorial system»). Le monde contemporain peut être considéré comme un système territorial complexe, articulé par des ensembles régionaux. Chacun de ces ensembles est à son tour le lieu de différences internes variant par degré, lesquelles dérivent de conditionnements historiques et ambiants dont l action se développe sur une longue période. Un tel conditionnement de longue durée ne donne pas lieu à des composantes territoriales nettement distinctes, et encore moins arrivent-elles à conclusion. Si on veut soumettre un ensemble régional à une procédure analytique, on doit, en ayant d abord repéré globalement les cadres territoriaux, procéder à l intérieur de ces derniers au repérage de situations territoriales spécifiques dont l articulation doit être reconstruite non pas à partir des éléments isolés appartenant au système, mais bien plutôt en partant des relations que ceux-ci entretiennent entre eux, ainsi qu avec l ensemble régional globalement considéré. Quand on dessine une typologie de situations territoriales, on les considère comme des "systèmes ouverts" et on souligne les relations externes et internes aux systèmes. En effet, les situations territoriales permettent de situer chaque contexte d insertion à l intersection d un espace relationnel et de le repérer à partir de trois types de relations: les relations "verticales" avec l environnement physique et socio-historique, les relations "horizontales" entre les RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 13/288

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS FOCUS GROUPE: Sociétés Privées qui Utilisent Services de Transport Terrestre et/ou PAD Groupe A Routes et Port Les questions de Sections

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

Projet Datalift : retour d expérience sur les standards

Projet Datalift : retour d expérience sur les standards ign.fr Les outils du web Sémantique comme supports des données et métadonnées géographiques Projet Datalift : retour d expérience sur les standards Forum Décryptagéo Marne La Vallée 8 avril 2014 Bénédicte

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Nouvelles tendances en agriculture et en sécurité alimentaire

Nouvelles tendances en agriculture et en sécurité alimentaire OCP Policy Center Seminar series Nouvelles tendances en agriculture et en sécurité alimentaire Omar Aloui 12 September 2014 Principales questions Sécurité alimentaire et agriculture Réponses passées Scénarios

Plus en détail

Conférences invitées

Conférences invitées Conférences invitées The Process of Process Modeling Barbara Weber University of Innsbruck, Austria Barbara.Weber@uibk.ac.at ABSTRACT. Business process models have gained significant importance due to

Plus en détail

PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN. Prof. IGUE A. M.

PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN. Prof. IGUE A. M. PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN Prof. IGUE A. M. ETAT DES SOLS AU BENIN Dégradation physique des sols Erosion en nappe et en rigole avec enlèvement des particules de terre Erosion en

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL With the support of: Flanders (Belgium), Italy, Slovenia Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie www.coe.int/ldpp

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Le management territorial à l ère des réseaux

Le management territorial à l ère des réseaux Collection service public dirigée par Geneviève Jouvenel Jean-Yves Prax Le management territorial à l ère des réseaux, 2002 ISBN : 2-7081-2802-7 TABLE DES MATIÈRES Guide de lecture.........................................................

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

WIKIM, renforcer la cohésion sociale par l apprentissage culturel et linguistique

WIKIM, renforcer la cohésion sociale par l apprentissage culturel et linguistique WIKIM, renforcer la cohésion sociale par l apprentissage culturel et linguistique Progress Report Public Part Project information Project acronym: Project title: Project number: Sub-programme or KA: Project

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Programme scientifique MUST

Programme scientifique MUST Programme scientifique MUST Management of Urban Smart Territories 03/06/2014 Claude Rochet - Florence Pinot 1 Qu est-ce qui fait qu une ville est «smart»? Ce n est pas une addition de «smarties»: smart

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux

Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux Marta Severo To cite this version: Marta Severo. Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Urbanisation de Système d'information

Urbanisation de Système d'information Urbanisation de Système d'information L'approche Togaf 2008 The Open Group 1 TOGAF : The Open Group Framework Architecture «The Open Group Architecture Framework, également connu sous l'acronyme Togaf,

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés :

Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés : Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés : PRESENTATION DE L ORGANISME D ACCUEIL Ressourcer le monde Clients : Collectivités/ Industriels/ Secteur Tertiaire

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE»

Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE» Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE» MASTER 2 PROFESSIONNEL Mention Economie & Société Spécialité : Entrepreneuriat Social et culturel Parcours Economie Sociale et Solidaire,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale Introduction à la notion d Intelligence Territoriale Copyright: La reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée sous réserve qu il soit fait référence à l auteur. Aurélien Gaucherand Consultant

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH L a b o r a t o i r e E u r o p é e n p o u r l a P h y s i q u e d e s P a r t i c u l e s E u r o p e a

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 APPRENTISSAGE INTERACTIF definition Contours encore assez flous dans le champ de l apprentissage automatique. Néanmoins,

Plus en détail

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS»

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» MASTER POLITICAL STUDIES AND INTERNATIONAL COOPERATION ETUDES POLITIQUES ET COOPERATION INTERNATIONALE entre : L Université des West

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015 Séminaire 2015 - avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes Relevé de conclusions 6 février 2015 Sémaphore - Cébazat sommaire I. Continuité sur la construction du projet stratégique II. Echanges entre

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER MARDI 19 FEVRIER

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine «L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine Par Eric Boespflug Préambule : cette journée de séminaire faisait état des résultats

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

«Je change, ça change tout!»

«Je change, ça change tout!» «Je change, ça change tout!» Campagne de mobilisation du Plan Climat-Energie de Rennes Métropole 1. Les objectifs de la mobilisation Pour atteindre l'objectif de la Convention des Maires, les collectivités

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Acheter ou louer: Acheter ou louer: du SIG propriétaire au SIG partagé et collaboratif

Acheter ou louer: Acheter ou louer: du SIG propriétaire au SIG partagé et collaboratif Acheter ou louer: Acheter ou louer: du SIG propriétaire au SIG partagé et collaboratif SOMMAIRE DE LA PRESENTATION Vocabulaire Le SIG propriétaire (local) La notion de partage Les enjeux du partage La

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Animateurs Myriam Le Goff-Pronost et Fabien Harel Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Dans une démarche d innovation ouverte, le Living Lab favorise de

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 EUDAT and CINES data preservation services Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 Le CINES Basé à Montpellier (Hérault, France) EPA créé en 1999, succédant au CNUSC (Centre National Universitaire

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail