Une alliance internationale des territoires : entre le comment? et le pourquoi?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une alliance internationale des territoires : entre le comment? et le pourquoi?"

Transcription

1 RAPPORT DÉTAILLÉ Une alliance internationale des territoires : entre le comment? et le pourquoi? Groupe d étude Martine THEVENIAUT et Alain LAURENT avec la collaboration de Judith HITCHMAN Septembre 2005

2 Sommaire. 1. PRINCIPAUX CONSTATS DE L ÉTUDE. 1 Page 2. COMPARAISON ANGLOPHONE/FRANCOPHONE DE QUELQUES NOTIONS CLÉS Méthodologie d utilisation du moteur de recherche internet Google Le moteur de recherche Google Mode d emploi de Google spécifique à la mission Méthodologie adaptée au moteur Google Base d un thésaurus bilingue français/anglais des principales notions Quelle information, c est-à-dire quel objectif? Classement de l information Regroupement en huit ensembles simples pertinents pour l étude Contenu Notoriété des notions anglophones liées au mot «territoire» Notoriété comparée des notions anglophones et francophones Résultats quantitatifs La place respective du français et de l anglais sur internet L UNIVERS FRANCOPHONE DU MOT «TERRITOIRE» Audience du concept de territoire, «territorial» par accès internet Google «Territoire» Illustrations des références concernant le concept territoire, territorial Croisement de «théorie des réseaux» avec «territoire» par accès internet Google La théorie des réseaux Illustrations des références sur le croisement de «théorie des réseaux» avec «territoire» «Géographie économique» : de quel territoire parle t on? Comparaison Google-littérature grise Etat des lieux sur la géographie économique Illustrations des références sur la géographie économique : de quel territoire parle t on? Audience du concept de dialogue social territorial par accès internet Google Etat des lieux sur le dialogue social territorial Illustrations des références concernant le concept de dialogue social territorial RELIER LES NOTIONS AUX PERSONNES ET STRUCTURES RESSOURCES Première liste de personnes et structures pour une AIT Fiches organismes et structures La fiche organisme-type Liste des fiches organismes Contenus des fiches organismes. 156 AGRITERRA 156 AIMF : Association Internationale des Maires francophones 157 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire 158 APC : Association pour la Pensée complexe 159 APREIS : Acteurs, Pratiques, Recherches Européennes et Internationales pour le développement durable 160 ARBORUS 161 ASSEFA : Association for Sarva Seva Farms 162 ATOS : Alliances pour la Triarticulation de l Organisation Sociale 163 CARE ONG internationale 164 CBS Network 165 CDIF : Club des districts industriels français 166 Club National des Réseaux de Villes 167 Collectif pour une Economie Solidaire -Alsace 168 COMMACT : Commonwealth Association for Local Action and Economic Development 169 DATAR : Délégation à l Aménagement du Territoire et à l Action Régionale 170 RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 2/288

3 DIL : Décentralisation & Initiatives Locales 171 ECDPM : Centre Européen de Gestion des Politiques de Développement. 172 ENDA TM : Environnement et Développement du Tiers Monde 173 ESAN : European Social Action Network - Réseau européen d'action sociale 174 EUREXCTER : Association Européenne de l'excellence territoriale 175 FIM : Forum International de Montréal - Références via le site 176 France bénévolat 197 Globenet GPF : Global Policy Forum 199 INAISE International Association of Investors in the social economy 200 IOG : Institute On Governance (Institut sur la Gouvernance) 201 LEED : Développement économique et création d'emplois locaux 202 Local Livelihoods Ltd. 203 Maison de la Citoyenneté mondiale 204 Maison de la Géographie 205 MEDIATERRE (Système d information mondial francophone pour le développement durable) 206 PEKEA ONG internationale 207 Réseau Financement Alternatif 226 Réseaux 227 RITIMO, animateur du site RINOCEROS 228 ROI (Resource Optimization Initiative) 229 VRM : Villes et Régions du Monde. 230 YAMANA OUTILLER UNE MONTEE EN GENERALITE Le prototype de fiche de lecture territoriale (FLT) La FLT au banc d essai L Agenda 21 des Philippines (PA 21) : prototype de triarticulation économie-politique-société civile ASSEFA (Ass. for Sarva Seva Farms) : développement rural holistique d'inspiration gandhienne «La Société civile, troisième pouvoir» (Nicanor Perlas) : contribution à une autre mondialisation La Maison de la géographie : un lieu coopératif de production de connaissances sur le territoire La lutte contre la désertification au Maroc : bilan et perspectives du troisième rapport national (2004) Réseau International des ONG sur la Désertification (RIOD) : participation active des habitants La convention des NU sur la lutte contre la désertification : une action mondiale volontaire «La voie citoyenne, pour renouveler le modèle québécois» (Yvon Leclerc & Claude Béland) Le site internet Géoscopie : information et analyse sur les questions internationales Plate-forme européenne de dialogue politique et de promotion des initiatives éthiques et solidaires Le Réseau Canadien de Développement Économique Communautaire : sortir du conventionnel Conférence internationale «Socialising the Global Economy», Liverpool, septembre IIED (International Institute for Environment and Development) : les «communautés» pèsent-elles? Réseau Développement Durable et Territoires Fragiles (DDTF) : l articulation DD et territoires FIM Forum International de Montréal : une interface socité civile - institutions 277 RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 3/288

4 PARTIE 1 : principaux constats de l étude Principaux constats de l étude. Des différences de sens, d usage et de culture Il existe d importantes différences dans les contenus et dans l usage des contenus de la notion de «territoire» entre les langues anglaise et française : gouvernance d entreprise, patriotisme économique, diagnostic territorial, intelligence économique Ces différences peuvent être objets de malentendus. Mais aussi d enrichissement mutuel et de progrès. La première mesure d écarts réalisée par la mission d étude est indicative d un travail qui pourrait être poursuivi. En effet, que véhiculent les sept autres langues de portée internationale numériquement les plus importantes du monde - chinois, espagnol, arabe, bengali, hindi, portugais, russe? Il y a là un gisement de connaissances et d innovations que la mission n a fait qu effleurer. Le territoire, un mot-valise impossible à décontexualiser «Territoire» est un mot-valise dont le sens ne devient clair et opérationnel que lorsqu il est relié à un contexte, une situation, un environnement. Il reste référé pour l essentiel à l univers d un pouvoir qui se découpe pour se partager, appréhende avec difficulté les données qui parlent des interférences aux mêmes lieux, des interactions pour résoudre un problème, qui occulte les dimensions les plus novatrices dont la prise d initiative est porteuse, qui reste très franco-français. L ancrage sémantique d une vision d un territoire-acteur demeure à poursuivre. Comment? Le choix des mots pour l exprimer y contribue pour sa part. Les notions les plus pertinentes sont les plus marginales «Capital social territorial», «polycentrisme», «économie d archipel», «région apprenante», «gouvernance multi-perspective», «gouvernance environnementale», «économie géographique de la connaissance» sont quelques-uns des thèmes qui apparaissent comme marginaux dans l investigation menée par la mission. Emergents? Théoriques? Connotés culturellement? Peu miscibles dans l internet? Elitistes? Toujours est-il qu ils témoignent d un décloisonnement et d un éclatement des visions linéaires, monosémiques et catégorielles. Pour faire un pas de plus et être mis en lumière, ils ont besoin d être qualifiés, au sens grammatical de «qualificatif». Une fois cette opération de clarification réalisée, qu en est-il de l essaimage, du basculement d échelles et d objectifs, bref de la construction d une société de la connaissance holistique? La question de la compréhension et de la diffusion est essentielle La conviction de la mission est que le passage du confidentiel élitiste au reconnu, diffusé, diffusable, nouveaux «lieux communs» de la pensée et de l action nécessite de gérer parallèlement trois niveaux d action : la méthode, le processus, la capacitation. La méthode. Elle doit se rendre compte de leur nature profondément relationnelle et rendre compte des réalités concrètes de ce que sont et de comment fonctionnent les territoires. Le centre-ressoures «Territoire» et les prototypes de thesaurus bilingue, de «Fiches de Lectures Territoriales», de Fiche-Contact et de «Répertoire Territorial - Personnes et Organismes» que la mission a mis au point ont cette vocation. Ce sont autant des produits finis que des objets soumis à débat, critiques, enrichissements, pour peu que les finalités soient clarifiées et actées. Reste que l ampleur du possible est considérable, car le décloisonnement se travaille dans la plupart des champs thématiques, plus ou moins selon les collèges. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 4/288

5 Le processus. Si l approche par le «comment?» est structurante, elle ne dispense pas d une réflexion stratégique sur l objectif final - et partagé - énoncé au départ de la mission : Comment créer du pouvoir pour concevoir et réaliser les mutations vers un territoire-acteur et pour construire les systèmes d action adéquats? Sur cette question, le choix des dispositifs de travail est déterminant pour que les acquis soient cumulatifs dans le contenu, les forces réunies, et sur un temps assez long pour être visibles et faire école. C est le sens de la nature progressive de la proposition de la mission. La capacitation. Le vrai basculement se situe à ce niveau. Pour la mission, il est important de vulgariser outil, modes d emploi, situation d emploi et résultats à plusieurs niveaux. C est en grande partie le sens des propositions de la mission qui, à partir d une capacité humaine à la hauteur des enjeux - un groupeprojet, une équipe internationale et un réseau animé - orientent l action vers la constitution d outils ressources, déclinés dans les différents contextes géoculturels, pour rendre compte des réalités du territoire-acteur. Au final, quelle stratégie? Un vaste réseau de compétences faisant l exégèse des réalités territoriales préfigurant (illustrant) un changement de paradigme - l ancrage territorial du changement - ou une action ciblée, active, nourrie des leçons des terrains/territoires en direction des centres et des espaces de décision aux plans territorial (réseaux de régions et de villes) et international (structures internationales du répertoire)? Le portage de valeurs, qui plus est ancrée dans une réalité nouvelle portée à connaissance, peut-il se passer d une stratégie de partie prenante du changement? La dimension «politique», au sens organisation de la cité et choix de société, est-elle évitable? Pour le GE, cette question doit être posée et tranchée par le collectif AIT, quel qu en soit le contour. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 5/288

6 PARTIE 2 2. COMPARAISON ANGLOPHONE/FRANCOPHONE DE QUELQUES NOTIONS CLÉS. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 6/288

7 PARTIE 2 : comparaison anglophone / francophone de quelques notions clés Méthodologie d utilisation du moteur de recherche internet Google Le moteur de recherche Google. Comment fonctionne-t-il? Le premier mot de la question est considéré par le moteur comme le plus important. Il aura donc un poids plus important que les autres dans les résultats, en faisant par exemple remonter dans les premières réponses les pages web où ce mot est dans le titre de la page. «Ce point, non précisé dans l aide officielle de Google et la plupart des guides de recherche en ligne, peut avoir un effet très important sur le tri des résultats par Google, en amenant dans les dix premières réponses une page web jusque là "perdue" au delà des trente premières réponses.» (Emmanuel Barthe, documentaliste juridique Quelle est la pertinence du résultat de la recherche? Les résultats de la recherche par le moteur sont en principe classés par pertinence. La «pertinence selon Google» tient compte des liens pointant vers les pages web et de la qualité de ceux-ci (Google les considère comme autant de recommandations) et ensuite des mots contenus dans la page web, ceux du titre de la page et du nom du fichier étant les plus importants) «Cette pertinence est réelle : en règle générale, il suffit de consulter les 30, voire les 50, premiers résultats pour trouver sa réponse et avoir balayé l essentiel des sites.» (Emmanuel Barthe, documentaliste juridique Mode d emploi de Google spécifique à la mission. Google a été utilisé comme unique moteur de recherche internet pour la mission AIT. Les avancées méthodologiques concernant cet outil ont été définies au fur et à mesure de l avancée du travail et des priorités dégagées (notamment lors de l immersion dans le monde anglophone). Elles sont rassemblées cidessous Utilisation systématique des pages «En cache». Chaque fois que Google référence une page, il en enregistre une copie sur ses disques durs. C'est cette copie qui est ensuite consultable sous HTML ou, selon les cas, en.pdf,.doc ou.rtf. la consultation de l adresse sous la forme «En cache» permet de transformer toute l information en langage HTML et de visualiser par un surlignement coloré, dans le texte produit par Google, les mots clés utilisés lors de l interrogation. Les pages «En cache» permettent donc un repérage visuel rapide de deuxième niveau, interne aux documents ou aux sites sélectionnés, ce qui facilite la lecture rapide et la sélaction des passages importants. Utilisation systématique des synonymes et des définitions. Exemple : en anglais ou en français, la recherche puis les interrogations successives par les synonymes ou les définitions, souvent plus longues et détaillées en français (exemple de la traduction du mot anglais «governance») ont permis de multiplier les portes d entrée et donc les chances de voir apparaître les informations pertinentes. Priorité accordée aux fichiers PDF. Le type de mots clés utilisés et leurs nombre, entre 3 et 10 par interrogation, ont permis de privilégier la recherche de contenus notionnels, en grande majorité ceux des fichiers.pdf c est à dire des documents sérieux et fiables tels que documents officiels et articles (ceci élimine les sites personnels, ceux tournés vers le marketing, et les forums utilisent uniquement le HTML). RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 7/288

8 Gestion des onglets. Le logiciel utilisé logiciel libre Mozilla (équivalent à Firefox) permet de gérer simultanément plusieurs interfaces utilisateurs, appelées «onglets». Cette particularité permet de poursuivre plusieurs pistes d interrogation en même temps, ce qui facilite l historique de la recherche (et des résultats) mais aussi augmente la possibilité de croiser, à différents moments au cours de la recherche, des thèmes identiques ou proches. D une manière simple, la gestion de 3,4,5 onglets en même temps est une forme de décloisonnement de l outil en phase avec les interdépendances de toutes natures qui caractérisent les sous-thèmes «territoire» Méthodologie adaptée au moteur Google. Recherche des concepts émergents en capitalisant les capitalisations. Sur Google, recherche des documents d analyse et de synthèse SUR les notions, idées et concepts émergents et/ou innovants à partir des mots clés de base «territoire», «local» et «gouvernance». Les bibliographies abondantes ont été aussi utilisées, avec la méthode «en cache», pour visualiser les principaux thèmes de la littérature, partant de l hypothèse que les (le) mot(s) clé(s) principaux (al) figure(nt) le plus souvent dans les titres et/ou les sous-titres, voire les titres de revues. Exemple 1 : L interrogation «new concepts about territory» amène de pages sélectionnées, dont cinq sites pertinents dans les trois premières pages affichées par le moteur de recherche. Est recherché ici un niveau d agrégation, de recomposition et de traitement de l information factuelle, essentiellement par les chercheurs et les sites spécialisés. Exemple 2 : un seul article, choisi pour son approche transversale, offre par exemple 101 références sur la notion de capital social (Mourad Dakhli & J. Mack Robinson, «Human capital, social capital and innovation», Cette masse de référence constitue, en soi, un échantillonnage représentatif des grands notions du paysage technico-conceptuel des auteurs et, partant, du domaine de recherche traité. Recherche des problématiques de recherche identiques et voisines. Une fois l adresse pertinente repérée, il s est agi de faire une rapide analyse de contenu pour repérer les mots clés, les concepts clés et les passages importants. Exemple : La même interrogation que précédemment mène à une information abondante sur la globalisation («globalization», 2 adresses sur 6), l approche par système muti-acteurs («multi-agents system approach»), l ontologie («ontology»), les cartes conceptuelles/de la connaissance («knowledge maps») comme outil transversal de rapprochement entre l analyse et la conception, le programme MOST de l UNESCO sur les interfaces entre les sciences sociales et l environnement, la notion de territoire indigène («indigenous territory»), l immigration et l intégration, les nouveaux espaces régionaux/les nouvelles régionalisation spatiales («new regional spaces», «new spaces of regionalism») et le thème important de la résolution géographique des processus contradictoires de compétition et coopération («geographical resolution of contradictory processes of competition and co-operation»). Aller-Retour permanents anglais-français. Dans la pratique, il s est avéré que l aller-retour permanent français-anglais-français était indispensable pour tenter de valider les correspondances entre les deux langues ET les équivalences ou cousinages dans une même langue. Deux modes opératoires principaux ont été utilisés : Une interrogation en français du type «notions anglophones du mot territoire», produisant des résultats exploitables dans moins de 50% des cas. Un repérage de toutes les références anglophones situées dans un corps de textes ou d articles (citations, notes de base de page ou notes de fin, bibliographie) précisant les équivalences déjà repérées ou en apportant de nouvelles. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 8/288

9 La technique du jeu de piste : recherche par auteurs (chercheurs) ET thèmes récurrents. L interrogation sur les problématiques n aboutit pas forcément à un repérage satisfaisant en terme de contenu satisfaisant et accessible aux non spécialistes. Exemple : L interrogation «Transborder city-regions» mène en deuxième rang à un document.pdf répertoriant une série d articles mis en ligne par (Global Planning Education Education association Network) soumis au premier Worl Planning Schools Congress. Parmi les nombreux titres et auteurs cités, une étude faite à Taïwan est apparue intéressante (d après son intitulé) et sa localisation géographique. L article cité apparaissant rapidement comme indisponible, il a été procédé à une recherche par le nom de l auteure «Tse-Fong Tseng». La neuvième adresse proposée par Google à la suite de cette interrogation s est avérée exploitable (langue anglaise et format.pdf) mais sur un tout autre sujet : «Community-based Environmental Management and Sustainable Development». L abstract de cet article a été jugé pertinent et repris dans la section «Communauty» du thesaurus. RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 9/288

10 PARTIE 2 : comparaison anglophone / francophone de quelques notions clés Base d un thesaurus bilingue français/anglais des principales notions. Vocabulaire, sens, notions, concepts, représentations & équivalences anglais/français Quelle information, c est-à-dire quel objectif? Mais, au final, c est plus la question de l objectif d une dynamique internationale à centre de gravité «territoire» qui se pose que celle des moyens ou du processus, sauf si ces derniers sont en eux-mêmes des buts et des résultats voulus et assumés. Mais, dans tous les cas, la définition de l objectif commun processus ou produit est incontournable. En un mot, la démarche d alliance est-elle un préalable ou une conséquence d une réflexion sur la notion de territoire, est-elle inductive ou déductive? Faute d éléments de réponse à cette question fondamentale, la mssion a considéré comme incontournable la tâche de mieux cerner la polysémie du mot «territoire» dans la masse d information disponible sur le net. L idée est simple : une clarification de l arborescence des sens possibles du mot permet de clarifier le paysage conceptuel et, partant, d en choisir les centres d intérêt, les nœuds, les congruences ou, à l inverse, les signaux faibles et les notions marginales. C est donc, fondamentalement, une aide à la décision (pour l action) que la mission AIT propose dans son rapport final. Cette décision appartient à la FPH et, dans une conception participative du projet, aux «parties prenantes» potentielles Classement de l information. Toutes les définitions, explications et correspondances français-anglais retenues dans ce document constituent une arboresecnce issue de trois mots clés : «territoire», «local/régional» et «gouvernance». A partir de ces éléments de base, il a été procédé à des requêtes intégrant deux, trois voire quatre notions reliées rétrecissant le champ initial. L attelage «élement de base notions complémentaires» forme systématiquement des concepts de nature intégrée ou intégratrice, très caractéristique de l explosion des déclinaisons possibles à partir de contenus à «contours flous» comme le sont les trois mots clés de base. Une fois les concepts repérés, un classement a été élaboré après une analyse du sens immédiat ou interprété. Trois niveaux de classement ont été finalement retenus dans un gradient de subjectivité : Niveau 1 : classement par mot-clé dominant dans l énoncé (compréhension) Exemple : «Système productif pluri-territorial». Le concept peut être classé dans la rubrique «Economics» (système productif) ou dans la rubrique «Type & scale/territorial» («pluri-territorial»), voire «Collective dynamics» (ou commun) («pluri»). La lecture de l article-source de la notion indique clairement l importance des aspects territoriaux par rapport à la logique de production et de système productif, considéré comme la toile de fond, point de départ des innovations et des changements traités dans l article. Niveau 2 : classement selon le sens déduit (déduction) Exemple : «Community-based environmental management». Les rubriques possibles pour cet enchaînement de concepts et mots clés sont : «Collaborative dynamics» («Community»), «Governance/type» («-based»), «Environment» et «Management». Dans un raisonnement par finalité, il a été considéré que le cœur de cible était l environnement, qu il s agissait de gérer («management») par l intermédiaire de la communauté (ou les habitants, ou la population). Niveau 3 : classement selon le sens interprété (interprétation) Exemple : «Community Land Trust» «A Community Land Trust (CLT) is a form of common land ownership with a charter based RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 10/288

11 on the principles of sustainable and ecologically-sound stewardship and use. The land in a CLT is held in trust by a democratically-governed group, while individuals own the buildings and the improvements created by their own labor and investment. Through an inheritable and renewable 99-year lease, the trust removes land from the speculative market and facilitates multiple uses such as affordable housing, agriculture, and open space preservation.» Le sens repéré s apparente plus à la notion de gouvernance, c est-à-dire de la régulation et de la gestion des inter- et intra-relations entre adminstrateurs et administrés, qu aux notions de territoire («land») ou d outils financiers («trust»). L article permet clairement de déduire que les CLT, tels que décrits, sont une forme de coopérative de gestion Regroupement en huit ensembles simples pertinents pour l étude. Sur la base d une double vision spatiale (aires) et fonctionnelle (acteurs et dimensions), les notions, thèmes, idées, concepts et représentations ont été rassemblés en huit ensembles, en forte interdépendance. Pour schématiser ce regroupement, la base cartographique choisie articule public - privé - société civile environnement de la façon suivante : Institutions, administration s, organisations Espaces, ressources, biens, privés Espaces, ressources, biens, publics/communs, Citoyens, habitants, consommateur s, Sur cette base ont été rapportés les quatre «piliers» de la représentation classique du développement durable : «Economics», «Environment», «Social, society» et «Governance». Un ensemble territorial sensu stricto permet de décrire la nature de la référence territoriale utilisée et de préciser les questions d échelles : «Type and scale». Les formes d organisation des/dans les territoires et quelques outils de gestion sont regroupées dans la section : «Actors and tools». Pour caractériser plus en détail la nature relationnelle et interconnectée du territoire, une section «Collaborative dynamics» a été créée. Enfin, un ensemble/exemple particulier, le milieu urbain, très complexe, caractéristique de notre époque, a été distingué : «Urban». RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 11/288

12 Le plan du thésaurus est le suivant : Type and scale Territory, territorial Local Regional Public sector dynamics (territorial) Authorities Management Finance Collaborative dynamics Immaterial community Material community Economics Environment (ecology) Governance Type (broad sense) Democratic process Institutions Society, social and culture Urban context Les regroupements thématiques du thésaurus des notions anglophones liées au territoire (vignettes) Democratic process Economics (territorial) Authorities Territory / Scale Institutions, administrations, organisations Espaces, ressources, biens, privés Governance / Institutional Territory / Type of Governance / Type of Collaborative dynamics Espaces, ressources, biens, publics/communs Citoyens, habitants, consommateurs Management & Finance Environment Society, social & culture Urban context RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 12/288

13 Contenu. Type and scale Territory, territorial Territory, Territorial Territoire, territorial. Mot-valise, notion fortement polysémique, principalement de sens écologique (Exemple : zone de peuplement d une espèce, milieu de vie), géographique (physique et humaine), sociologique (Exemple : identité culturelle, territorialité), économique (Exemple : une compétence économique spécifique à partir d'avantages naturels ou humains), politique (Exemple : portion de l'espace délimitée pour exercer un pouvoir, organisation spatiale pour conforter et agrandir un pouvoir), systémique (système de relation subies contraintes naturelles et choisies projet collectif -). Général : An area of knowledge or interest, the geographical area under the jurisdiction of a sovereign state, a region marked off for administrative or other purposes. (www.wordreference.com/definition/territory) An area (including land and waters), usually considered to be a possession of an animal, person, organization, or institution. - In biology, an organism which defends an area against intrusion (usually from members of its own species) is said to be territorial. For further details see territory (animal) - In politics, a territory is an area of land under the jurisdiction of a governmental authority. Territory can, though, include any geographical area under the jurisdiction of a sovereign and does not have a political division status. The remainder of this article deals with political territories. - In psychology, Environmentalists study Territorial Behaviour to understand which Territory an organism defends and why. Territorial Behaviour is defined as; «The actions or reactions of a person or animal in response to external threats towards the space that is defended by that person or animal.» (www.encyclopedia.laborlawtalk.com/territory) Exemple : développement rural. Dans les milieux concernés par le développement rural, au Nord comme au Sud, on note un très net accroissement de l'intérêt porté au territoire, en dépit de l'ambiguïté et du caractère polysémique que peut avoir cette notion. Cet intérêt peut se justifier par la reconnaissance de la dimension spatiale de l'activité agricole, la prise en compte de l'organisation sociale des modes d'exploitation du milieu et la persistance, malgré le progrès des équipements et des techniques, des contraintes du milieu physique. Mais tout cela n'est guère nouveau et ne suffit pas à justifier le regain d'intérêt que suscite l'approche territoriale du développement rural. Les perspectives de recherche ouvertes par l'intérêt porté au territoire sont nombreuses. Dans ce séminaire nous nous sommes intéressés plus particulièrement aux interactions entre, d'une part les dynamiques à l'oeuvre dans le milieu rural, d'autre part les modalités de gestion et la perception du territoire par les populations qui y vivent. Cette construction sociale du territoire est entendue ici comme la création ou le renforcement de relations structurées entre les différentes catégories d'usagers d'un espace géographique donné en vue de favoriser son développement. Cette organisation du territoire résulte d'actions et d'initiatives individuelles et collectives, privées, associatives ou publiques. Elles peut se traduire de différentes façons : reconnaissance d'une identité spécifique, définition des règles d'usage des ressources du territoire, qualification de ses productions etc., le tout pouvant être perçu comme constituant un bien collectif. (Philippe Jouve & Marie-Claude Cassé, «Dynamiques agraires et construction sociale du territoire»). Exemple : système territorial (cf aussi «Territorial system»). Le monde contemporain peut être considéré comme un système territorial complexe, articulé par des ensembles régionaux. Chacun de ces ensembles est à son tour le lieu de différences internes variant par degré, lesquelles dérivent de conditionnements historiques et ambiants dont l action se développe sur une longue période. Un tel conditionnement de longue durée ne donne pas lieu à des composantes territoriales nettement distinctes, et encore moins arrivent-elles à conclusion. Si on veut soumettre un ensemble régional à une procédure analytique, on doit, en ayant d abord repéré globalement les cadres territoriaux, procéder à l intérieur de ces derniers au repérage de situations territoriales spécifiques dont l articulation doit être reconstruite non pas à partir des éléments isolés appartenant au système, mais bien plutôt en partant des relations que ceux-ci entretiennent entre eux, ainsi qu avec l ensemble régional globalement considéré. Quand on dessine une typologie de situations territoriales, on les considère comme des "systèmes ouverts" et on souligne les relations externes et internes aux systèmes. En effet, les situations territoriales permettent de situer chaque contexte d insertion à l intersection d un espace relationnel et de le repérer à partir de trois types de relations: les relations "verticales" avec l environnement physique et socio-historique, les relations "horizontales" entre les RAPPORT DÉTAILLÉ du Groupe d étude AIT- septembre 2005 Page 13/288

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL With the support of: Flanders (Belgium), Italy, Slovenia Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie www.coe.int/ldpp

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Conférences invitées

Conférences invitées Conférences invitées The Process of Process Modeling Barbara Weber University of Innsbruck, Austria Barbara.Weber@uibk.ac.at ABSTRACT. Business process models have gained significant importance due to

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions Technical Capability in SANRAL Les compétences et capacités techniques du SANRAL Solutions Les solutions 2 3 2007 SANRAL 2007 SANRAL Continuous change Integrated, systemic solutions Global focus Multiple

Plus en détail

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine European Union Union Europeenne African Union Union Africaine WHY LAUNCH a Virtual Campus in AFRICA? UNESCO and the African Union: In the response to the request from the African Union (AU) Heads of State

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention mission The Collaborating Centre seeks to contribute at the international level to research, development and the dissemination

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de l agriculture OFAG Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy, Federal Office

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Programme scientifique MUST

Programme scientifique MUST Programme scientifique MUST Management of Urban Smart Territories 03/06/2014 Claude Rochet - Florence Pinot 1 Qu est-ce qui fait qu une ville est «smart»? Ce n est pas une addition de «smarties»: smart

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Projet Datalift : retour d expérience sur les standards

Projet Datalift : retour d expérience sur les standards ign.fr Les outils du web Sémantique comme supports des données et métadonnées géographiques Projet Datalift : retour d expérience sur les standards Forum Décryptagéo Marne La Vallée 8 avril 2014 Bénédicte

Plus en détail

2. What do you think is the significance, purpose and scope of enhanced cooperation as per the Tunis Agenda? a) Significance b) Purpose c) Scope

2. What do you think is the significance, purpose and scope of enhanced cooperation as per the Tunis Agenda? a) Significance b) Purpose c) Scope Timestamp The information solicited through this questionnaire will only be used in aggregate form, unless otherwise authorised by the respondent. Do you authorise us to cite/share your views individually?

Plus en détail

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH L a b o r a t o i r e E u r o p é e n p o u r l a P h y s i q u e d e s P a r t i c u l e s E u r o p e a

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Capacity Development for Local Authorities

Capacity Development for Local Authorities Implemented by Capacity Development for Local Authorities Virtual cooperation for capacity development in solid waste management in Morocco and Tunisia Seite 1 Implemented by Background and objectives

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences THÈSE N O 4536 (2009) PRÉSENTÉE le 4 décembre 2009 À LA FACULTé SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency)

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency) Appel à Présentations de PMEs «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014 En présence de la GSA (European GNSS Agency) 1. TOULOUSE SPACE SHOW Le Toulouse Space Show 2014 se tiendra du 30 Juin

Plus en détail

Software Design Description

Software Design Description Software Design Description ABSTRACT: KEYWORDS: APPROVED: AUTHOR PROJECT MANAGER PRODUCT OWNER General information/recommendations A SDD provides a representation of a software system created to facilitate

Plus en détail

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 ACTION INTERSECTORIELLE SUR L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET LES JEUNES Le 14 aôut, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN

Plus en détail

Le nouveau référentiel Européen Eric Froment,

Le nouveau référentiel Européen Eric Froment, Le nouveau référentiel Européen Eric Froment, Président du Comité du Registre Européen des Agences d évaluation de l enseignement supérieur -EQAR Workshop on the development of the IEAQA Tunis, 13 June

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 EUDAT and CINES data preservation services Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 Le CINES Basé à Montpellier (Hérault, France) EPA créé en 1999, succédant au CNUSC (Centre National Universitaire

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

Corporate Strategy Partie 1

Corporate Strategy Partie 1 Corporate Strategy Partie 1 Nadhir LAGGOUNE Alger, Janvier 2014 1 AGENDA 0 Introductions 1 Introduction de la Stratégie d entreprise et discussion 2 Le Management stratégique ou la démarche stratégique

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ. s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ

CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ. s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ Le Centre de recherche sur la compétitivité de l Université de Fribourg

Plus en détail

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels AUTEURS Fabienne PICARD, Nathalie RODET-KROICHVILI, Nafaa HAMZA-SFAXI RÉSUMÉ L objectif de cette

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns.

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns. Manager, McGill Office of Sustainability, MR7256 Position Summary: McGill University seeks a Sustainability Manager to lead the McGill Office of Sustainability (MOOS). The Sustainability Manager will play

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Marie Curie Individual Fellowships Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Deux Soumissions de Projet Marie Curie International Incoming Fellowship Finance

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

Building Local Climate Zones by using socio-economic and topographic vectorial databases

Building Local Climate Zones by using socio-economic and topographic vectorial databases Recherche portant la référence Building Local Climate Zones by using socio-economic and topographic vectorial databases C. Plumejeaud, C. Poitevin, C. Pignon-Mussaud, N. Long UMR 7266 LIENSs, Littoral

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Educational planning school census by mobile phone technology PPP-EMIS AFRICA PROJECT. Ilona Genevois & Khadim Sylla

Educational planning school census by mobile phone technology PPP-EMIS AFRICA PROJECT. Ilona Genevois & Khadim Sylla Educational planning school census by mobile phone technology PPP-EMIS AFRICA PROJECT Ilona Genevois & Khadim Sylla Summary of presentation I. Background of the project II. Implementation process of data

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Courses on Internal Control and Risk Management. September 2010

Courses on Internal Control and Risk Management. September 2010 Courses on Internal Control and Risk Management Page 1/5 September 2010 EN VERSION 1. Internal Control Standards for Effective Management - Introduction to Internal Control for all staff This introductory

Plus en détail

La méthodologie DEEP CITY ou comment le souterrain peut rendre service à la ville

La méthodologie DEEP CITY ou comment le souterrain peut rendre service à la ville Association Ecoparc La méthodologie DEEP CITY ou comment le souterrain peut rendre service à la ville Prof. Aurèle Parriaux Directeur du projet DEEP CITY EPFL - École polytechnique fédérale de Lausanne

Plus en détail

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How The ISIA Minimum Standard Why, What, How Budapest 10-11 October 2011 Vittorio CAFFI 1 Questions to address Why a Minimum Standard? Who is concerned? When has to be implemented? What is it? How can it be

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

Science dans la société. Priorités thématiques du programme coopération

Science dans la société. Priorités thématiques du programme coopération Science dans la société Priorités thématiques du programme coopération Science dans la société dans le 7ème PCRD Science dans la société dans le 7ème PCRD Coopération 63% 32 365 M * Idées 15% 7 460 M *

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

GRAPHIC STANDARDS MANUAL

GRAPHIC STANDARDS MANUAL GRAPHIC STANDARDS MANUAL CHARTE GRAPHIQUE This Graphic Standards Manual is aimed at the relays of the Europe Direct information network. They are members of a single family dedicated to the same aim: the

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Please complete Part I of this application form and submit it to the Department of the Environment at the address or fax number provided below.

Please complete Part I of this application form and submit it to the Department of the Environment at the address or fax number provided below. Requesting Approval of a Source Air Quality Regulation - Clean Air Act Water Quality Regulation - Clean Environment Act Used Oil Regulation - Clean Environment Act d agrément pour une source Règlement

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques

Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques 9 Plateformes technologiques européennes sur l Energie (ETP) Industrie + Recherche Association

Plus en détail

950-1-IPG-026. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Scope 1 2. Portée. 3. Issue 2 3. Sujet

950-1-IPG-026. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Scope 1 2. Portée. 3. Issue 2 3. Sujet 950-1-IPG-026 Fire Protection Systems in Primary Grain Elevators Part III, Canada Labour Code Les réseaux de protection contre l'incendie dans les élévateurs à grain primaires Partie II, Code canadien

Plus en détail

AUX AGENTS IMMOBILIERS QUALIFICATIONS OF AGENTS AND SALESPERSONS REGULATIONS

AUX AGENTS IMMOBILIERS QUALIFICATIONS OF AGENTS AND SALESPERSONS REGULATIONS REAL ESTATE AGENTS LICENSING ACT QUALIFICATIONS OF AGENTS AND SALESPERSONS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.15(Supp.) In force September 15, 1992; SI-013-92 LOI SUR LA DÉLIVRANCE DE LICENCES AUX AGENTS IMMOBILIERS

Plus en détail

TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502. Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA

TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502. Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502 DEFENSE Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA and FRANCE Effected by Exchange of Notes Dated at Paris April 15 and May 2, 2002 NOTE BY THE DEPARTMENT

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

The French capacity market: on-going consultation on explicit XB participation. Chloé Latour Markets Department

The French capacity market: on-going consultation on explicit XB participation. Chloé Latour Markets Department The French capacity market: on-going consultation on explicit XB participation Chloé Latour Markets Department The French capacity market in a nutshell A market-based solution SUPPLIERS - Demand for Certificates

Plus en détail

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles RESUME Le projet MITECH propose une offre globale pour traiter l enveloppe des maisons construites entre 1949 et 1974 afin de

Plus en détail

Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE

Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE Practitioners Handbook and Toolbox Meeting of the CEM Multilateral Working Group on Solar and Wind Energy Technologies, London, 03.05.2012

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

LABORATOIRE DES ETUDES EN FINANCE, COMPTABILTE ET GESTION «LEFCG» ENCG. laboratoires. LM2CE et LAMSAD (FSJES) (ESTB)

LABORATOIRE DES ETUDES EN FINANCE, COMPTABILTE ET GESTION «LEFCG» ENCG. laboratoires. LM2CE et LAMSAD (FSJES) (ESTB) Laboratoire LABORATOIRE DES ETUDES EN FINANCE, COMPTABILTE ET GESTION «LEFCG» ENCG laboratoires LM2CE et LAMSAD () (ESTB) Axes de Recherche 1. Quelles innovations financières au service de l innovation

Plus en détail

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 APPRENTISSAGE INTERACTIF definition Contours encore assez flous dans le champ de l apprentissage automatique. Néanmoins,

Plus en détail

Contrôle Interne et Gouvernance IT avec Lotus Business Control and Reporting. Olivier Elluin

Contrôle Interne et Gouvernance IT avec Lotus Business Control and Reporting. Olivier Elluin Contrôle Interne et Gouvernance IT avec Lotus Business Control and Reporting Olivier Elluin Agenda Contrôle Interne et Gouvernance IT Lotus Business Control and Reporting Besoins Fonctions Générales Présentation

Plus en détail

LOI SUR L AMÉNAGEMENT AGRICOLE AGRICULTURE DEVELOPMENT ACT. 1 In this Act, lands means properties to which the Lands Act applies. R.S., c.4, s.1.

LOI SUR L AMÉNAGEMENT AGRICOLE AGRICULTURE DEVELOPMENT ACT. 1 In this Act, lands means properties to which the Lands Act applies. R.S., c.4, s.1. AGRICULTURE DEVELOPMENT ACT LOI SUR L AMÉNAGEMENT AGRICOLE Interpretation 1 In this Act, lands means properties to which the Lands Act applies. R.S., c.4, s.1. Agriculture Development Council 2 The Commissioner

Plus en détail