Captives: l auto-financement des entreprises; Face aux réductions de capacités et de «

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Captives: l auto-financement des entreprises; Face aux réductions de capacités et de «"

Transcription

1 Atelier B5 Captives: l auto-financement des entreprises; Face aux réductions de capacités et de «prise de risques» des assureurs : l étude de l'auto-assurance, malgré un encadrement plus strict, n'est-elle pas finalement une bonne idée?

2 Intervenants Anne-Marie FOURNIER Risk Manager Rémy MASSOL Multinational Director Continental Europe Laurent BONNET Modérateur Stéphane YVON Responsable du Pôle Financements Alternatifs Directeur Adjoint/Optimisation des Transferts de Risque

3 Les limites de l assurabilité

4 Produit totalement inexistant 1 - Oui le marché peut ne pas répondre à certaines attentes des assurés: ou non existant / difficile pour certaines activités ou produit existant mais pas entièrement en adéquation avec les besoins Exemples : RC. risques pharmaceutiques RC Pro.. établissements financiers (banque d investissement) Image de marque / atteintes à la réputation Chaîne d approvisionnement / supply chain

5 Un besoin important de la part des assurés L exemple chaîne d approvisionnement: Des réponses apportées par les courtiers et assureurs Mais un produit qui ne décolle pas. et ce pour 3 raisons principales : Un coût jugé trop important Le niveau d information de souscription demandé Le manque de clarté des conditions déclenchant la couverture Source : rapport AIRMIC 12/2012 (1)

6 2 - Mais. le marché propose des solutions: Des cas où le produit coïncide avec les attentes du marché même si parfois les capacités disponibles ne sont pas au niveau des besoins des assurés les plus grands et même si parfois l offre marché est adossée à un mécanisme gouvernemental (pool,..) Quelques exemples anciens et récents de nouveaux produits : Pollution terrorisme / violences politiques contamination de produits (accidentelle / criminelle) Risques sur les certificats d émission de CO2 Risques liés aux énergies renouvelables Violation de données (cyber-assurance)

7 La difficulté d analyser le risque Préservation du capital est primordiale Nature asymétrique des nouveaux risques 3 - comment expliquer ce décalage? Pression financière divergente assurés /assureurs Assurés : pression sur les coûts Assureurs : réduction rendements financiers accroissement exigences fonds propres La nature des nouveaux risques complexité processus production (technologie / organisation) migration des problématiques vers des risques d entreprise Note : voir slides complémentaires 3.1, 3.2 et 3.3

8 4 Utilisation de captives : un bon compromis Décalage besoins des assurés / offre du marché Pro-cyclicité perçue de la contraction de l offre assurantielle Développement d une offre alternative : ART Preneurs de risque (marchés financiers / titres assurantiels) Structures d auto assurance (captives) Captiver un risque : une meilleure option que le garder non assuré - Impact moindre du sinistre sur le compte de résultat de l entité locale - Utilisation des réserves accumulées de la captive - Diversification des risques pris par la captive - Financement du risque sur plusieurs années - Facilite la participation éventuelle des marchés sur un XS - Permet de bâtir une expérience (sinistre) sur le risque afin de faciliter un placement éventuel en assurance traditionnelle

9 Les captives: des outils à maîtriser

10 Des Entreprises réactives et créatives Il convient alors d étudier toutes les solutions possibles pour répondre aux objectifs/besoins du risk manager. Les pistes de réflexion doivent alors intégrer, au-delà de la qualification de l opportunité opérationnelle, les intérêts stratégiques et financiers, ainsi que les avantages et contraintes réglementaires. Dans le cas d une captive, il convient donc schématiquement d analyser les avantages et contraintes sachant que : une captive est une entreprise d assurance ou de réassurance répondant à une définition légale précise, disposant de fonds propres suffisants pour souscrire un risque, dans un environnement juridique et/ou fiscal défini.

11 L environnement réglementaire La réglementation relative au secteur de l assurance et de la réassurance est, depuis les années 70 pour l assurance et 2005 pour la réassurance, pilotée au niveau européen. Ces différentes directives qui vont être fusionnées au sein de la directive, dite Solvabilité II, énoncent les règles applicables aux entreprises d assurance et de réassurance tout en laissant aux autorités de contrôle locales la possibilité d opérer des ajustements.

12 Ainsi une captive est définie comme étant : une entreprise d assurance ou de réassurance détenue par : Une définition précise de la captive (1/2) soit une entreprise financière, autre qu une entreprise d assurance ou de réassurance ou qu un groupe d entreprises d assurance ou de réassurance, au sens de l article 212, paragraphe 1, point c), soit une entreprise non financière qui a pour objet la fourniture d une couverture d assurance ou de réassurance portant exclusivement sur : les risques de l entreprise ou des entreprises auxquelles elle appartient, Ou les risques d une ou plusieurs autres entreprises du groupe dont elle fait partie

13 Une définition précise de la captive (2/2) La qualification de captive a pour effet principal de réduire l exigence de capital minimum (1) en réassurance. Pas d effet pour la captive d assurance (entre 2,2 et 3,2 millions d euros) Pour une captive de réassurance le capital minimum est de 1 million d euros contre 3,2 millions d euros pour les entreprises de réassurance. En dehors de cet ajustement, la réglementation applicable est identique même si les autorités de contrôle peuvent accorder aux captives des dérogations ou allègements dans les process internes ou reporting. Avec notamment l application à venir du principe de proportionnalité dans le cadre de Solvabilité 2. (1) Directive 2009/138/CE

14 Une réglementation qui évolue (1/2) L arrivée prochaine de Solvabilité 2 (réforme lancée en 2007 et dont l application prévue pour 2014 devrait être repoussée à 2016) va modifier en profondeur les contraintes auxquelles doivent faire face les captives. Pour rappel elle s'articule autour de trois piliers : Pilier I Exigences quantitatives Exigences de capital (SCR,MCR) Qualité des fond Propres Valorisation des actifs et des passifs en valeur de Marché Qualité des données Provisions techniques Pilier II Exigences qualitatives Système de Gouvernance Supervision et fonction de contrôle interne Externalisation Contrôle interne ORSA : Evaluation interne des risques et de la solvabilité Pilier III Transparence et Communication Discipline de marché Transparence Reporting comptables et prudentiels Publications annuelles Aligné avec normes IFRS

15 Une réglementation qui évolue (2/2) L enjeu qui cristallise toutes les préoccupations est celui relatif à l effet sur les fonds propres : Si aujourd hui les conséquences de la souscription d un risque sont évidentes à déterminer : maximum entre 16% et 18% des primes 23% et 25% des sinistres des 3 derniers exercices (taux majorés de 50% pour les risques de Responsabilité Civile), Avec Solvabilité 2, tous les facteurs de risques seront pris en compte et impacteront directement les besoins en fonds propres pour couvrir un risque (Pilier 1) Risque relatif aux primes et réserves Risque catastrophique Risques de marché Risque de défaut,

16 Un environnement à plusieurs facettes Au-delà de cet environnement «assurance» la captive est soumise comme ses sociétés sœurs notamment à l ensemble des réglementations fiscales tant dans le domicile d établissement que dans celui de la maison mère. Ainsi il convient d appréhender notamment lors du choix du domicile, le traitement fiscal des résultats générés et les liens juridiques avec le pays de la maison mère. Et de faire en sorte de pouvoir Démontrer la substance localement de la captive (prises de décisions locales, vie juridique locale voire salarié local) Justifier la réalité des prix de transfert (la cotation des primes doit être détaillée et correspondre à un prix de marché).

17 Mais une solution pour répondre à des besoins Pourquoi l utilisation d une captive est pertinente pour faire face aux réductions de capacités et de "prises de risques" des assureurs? Seuil de transfert imposé inapproprié à la surface financière des entités opérationnelles Incapacité à appréhender et souscrire un risque nouveau sans modélisation préalable Allocation fonds propres non rentable

18 Le point de vue du Risk Manager

19 Le Recours à une captive : Une réponse (partielle) Une réponse partielle à l absence, aux insuffisances et aux contraintes du marché pour : Trouver des couvertures qui ne sont pas délivrées sur le marché : mais dans les limites de l assurabilité Racheter des exclusions du marché : valoriser les primes y afférentes? Parer à des manques de capacité dans certains secteurs d activité : pharmacie mais sous réserve de mobiliser des fonds importants dans la Captive Parer à des manques de capacité pour certains types de risques : événements naturels US ou Japon mais sous réserve d accepter une très grande volatilité des résultats de sa Captive

20 Le Recours à une captive : Une réponse (partielle) Une réponse partielle à l absence, aux insuffisances et aux contraintes du marché pour : Compléter des couvertures du marché : rachats de franchises hautes? apport de capacités complémentaires? oui mais les capacités des captives sont limitées donc il faut y adjoindre des mécanismes de stop /réassurance etc qui rendent tributaires d un marché de réassurance, à ce jour pas forcément plus compétitif que le marché d assurance direct En «concurrence» du marché commercial : mais il faut être sûr que la moyenne de ses propres risques est meilleure que la moyenne des risques des assureurs d une part et calculer ses coûts de gestion internes (plus les éventuels frontings incontournables sur les risques hors UE, les frais et taxes etc ) comparés aux coûts de gestion des assureurs. En résumé il faut avoir au niveau de la Société Mère de la Captive un Appétit aux Risques et une volonté d investir dans une Captive pour des raisons autres que la réalisation d un profit certain et régulier

21 La captive permet : L outil a cependant un intérêt certain pour les Sociétés D instaurer des mutualisations de risques entre filiales, par exemple en finançant de hautes franchises en PD /BI, notamment sur les événements naturels objet de toutes les peurs des Assureurs aujourd hui la démarche prévention prend alors un autre sens en interne et devient plus axée sur la protection de nos propres actifs et de nos revenus plutôt qu uniquement la mise en œuvre de mesures imposées par un Assureur De mettre en place des couvertures au niveau des holdings susceptibles d intervenir au profit des filiales en cas d événement majeur : le coût de ces protections «parapluie» restant à la charge de la holding et lui apportant une certaine sécurité sur les éventuels «trous» de garantie des entités du groupe

22 L outil a cependant un intérêt certain pour les Sociétés Enfin, les diversifications dans les secteurs de l assurance crédit viennent aussi compléter les retraits forts des assureurs en période de crise financière. Là aussi il peut y avoir une vertu d incitation à une meilleure gestion des risques dès lors qu ils sont «auto-assurés» par le biais d une captive dans un Groupe. A noter également l usage des captives dans le cadre des assurances de personnes où certains Groupes utilisent le levier de la Captive pour la gestion de pools internationaux afin de peser sur les tarifications locales des réseaux d assureurs. (sous réserve des réglementations locales sur les définitions des captives)

23 Chez PPR Nous utilisons les captives pour plusieurs types de situations : Franchise PD/BI événements naturels Franchise garanties «Brand protection», atteintes aux marques Pertes pécuniaires globales en cas d insuffisance de nos programmes d assurance et en complément sur certains sujets non assurés ou incomplètement assurés à ce jour et garanties type insuccès commerciaux Garanties de passif dans le cas des cessions/acquisitions

24 Cas pratiques

25 Cas pratique n 1 Inadéquation entre franchise et besoin des filiales Seuil de transfert imposé inapproprié à la surface financière des entités opérationnelles Contexte Renouvellement d un programme responsabilité civile Groupe Mais point d attachement fixé par les assureurs à 15Meuros Nécessité de mutualiser la charge d une telle franchise en cas de sinistre Structure utilisée Captive de réassurance en Irlande Solution mise en place Mise en place d un police rachat de franchise financée par l ensemble des filiales avec allocation des réserves constituées au sein de la captive. Captive Assureur RC Assuré A B J Filiales

26 Cas pratique n 2 Mise en place d une garantie sur mesure malgré les lacunes du marché Incapacité à appréhender et souscrire un risque nouveau sans modélisation préalable Contexte Exposition significative de l activité aux aléas climatiques Besoin de disposer d une garantie monde entier Aucun assureur capable de souscrire le risque sous forme indemnitaire Structure utilisée Captive de réassurance en Irlande Solution mise en place Mise en place d une police pertes pécuniaires réassurée par la captive de réassurance. Cette dernière rétrocédant une partie du risque sous forme paramétrique auprès d un réassureur. Réassureur Captive Assureur Pertes Pécuniaires Assuré F A P Filiales par pays

27 Cas pratique n 3 Optimisation des fonds propres de l assureur Allocation fonds propres non rentable Contexte Distribution depuis de nombreuses années d un produit d assurance désormais mature avec une très forte rentabilité (fortes commission et Participation aux Bénéfices) Refus de l assureur de maintenir le schéma sans une révision significative de sa rémunération (rémunération de ses fonds propres) Structure utilisée Cell dans un Protected Cell Company à Malte Solution mise en place Création d un Cell venant réassurer l assureur allégeant les besoins de fonds propres de ce dernier et transférant une partie des profits dans le cell. PCC Cell Assureur Affinitaire Souscripteur A1 A2 Ax Assurés

28 Cas pratique n 4 Risque de perte de données personnelles Environnement législatif de + en + contraignant (France + U.E.) Problématique : perte ou vol ou mauvaise utilisation de données personnelles conséquences : alerte des autorités notification individuelle perte de CA / image frais de reconstitution données / réparation de la cause Des réponses apportées par le marché. mais des options restreintes «au Royaume Uni 9 assureurs ont une offre cyber» (source ENISA (5)) «seuls 25% des RM participants à l étude FERMA 2012 pensent que leur risque cyber est correctement assuré (et 47% qu il est correctement identifié)» (source FERMA (6))

29 Cas pratique n 4 Risque de perte de données personnelles Un environnement favorable à la mise en place d un programme captive Source : Captive review magazine du mois de décembre (4)

30 Le produit d assurance Cas pratique n 4 Risque de perte de données personnelles risque Atteinte aux données du Système d Information Volet 2 Volet 3 Volet 1 couverture Dommage Immatériel Faille Responsabilité Civile données toutes données du S.I. données personnelles / confidentielles données personnelles / confidentielles déclencheur Introduction, altération, destruction des données du S.I. Détection faille de sécurité (*) et non respect réglementation (**) Mise en cause de l assuré par un tiers suite à divulgation d une donnée personnelle / confidentielle. (*) : pouvant donner lieu à divulgation de données personnelles. (**) : en matière de protection de données personnelles)

31 Cas pratique n 4 Risque de perte de données personnelles Le point de départ Objectifs de l assuré implication de la captive limite de couverture importante prime de transfert réduite couverture large Offre de l assureur Volet Dommage : limite 30m Volet RC : limite 10m Volet détection de faille : limite 5m franchises minimum : 1% limite Disparités Volet Dommage : limite 30m Volet RC : limite 20m Volet détection de faille : limite 15m OK gap = 10m gap = 10m

32 Rétention Assureur Dom. Immat Cas pratique n 4 Risque de perte de données personnelles Dom. Immat Police 20m XS 10m Faille 5m XS 10m RC 10m XS 10m Faille RC 30m 15m 20m Rétention Captive Dom. Immat Faille RC 10m 10m 10m

33 Merci Questions de l audience

34 Informations complémentaires

35 3.1 la possibilité d analyser le risque la préservation du capital est primordiale pour garantir les engagements futurs vis-à-vis des assurés Expérience malheureuse : risque pollution et amiante aux USA nature asymétrique du gain : gain moyen pour une perte potentiellement très élevée si l estimation du risque est sous-évaluée Expérience : assurance production cinéma ou valeurs résiduelles risques nouveaux = peu d information et manque de recul / expérience = grande incertitude sur la probabilité ET sur l ampleur la complexité des risques émergents rend leur analyse très difficile décalage entre : information nécessaire pour les assureurs et information disponible ou pouvant être partagée par les assurés Exemple actuel : risque des nanotechnologies

36 3.2 pression financière divergente assurés/assureurs Assurés : pression sur la réduction des coûts Assureurs : réduction des rendements financiers + exigences en fonds propres accrues besoin d un résultat de souscription plus élevé «une baisse du rendement des investissement d un point de pourcentage nécessite une diminution de quatre points du ratio combiné pour obtenir le même ROE» Source : Swiss Re sigma n 5/2012 (2)

37 SOLVE FOR COMBINED RATIO TO EARN 12% A/T ROE today Premium New Money p/t Yield to Surplus 1.5% 2.0% 2.5% 3.0% 3.5% 4.0% 5.0% 6.0% 7.0% 8.0% 9.0% 70% 80.7% 81.9% 83.2% 84.4% 85.7% 86.9% 89.5% 92.2% 94.9% 97.6% 100.5% 80% 83.4% 84.5% 85.7% 86.8% 88,0% 89.2% 91.6% 94.1% 96.7% 99.3% 101.9% 90% 85.5% 86.5% 87.6% 88.7% 89.9% 91,0% 93.3% 95.7% 98.1% 100.5% 103.0% 100% 87.1% 88.1% 89.2% 90.3% 91.3% 92.4% 94.6% 96.9% 99.2% 101.6% 104.0% 110% 88.5% 89.5% 90.5% 91.5% 92.5% 93.6% 95.7% 97.9% 100.1% 102.4% 104.7% 120% 89.6% 90.6% 91.5% 92.5% 93.6% 94.6% 96.6% 98.7% 100.9% 103.1% 10.3% 130% 90.5% 91.5% 92.4% 93.4% 94.4% 95.4% 97.4% 99.5% 101.5% 103.7% 105.8% 140% 91.3% 92.3% 93.2% 94.2% 95.1% 96.1% 98.1% 100.1% 102.1% 104.2% 106.3% 150% 92.1% 93,0% 93.9% 94.8% 95.8% 96.7% 98.6% 100.6% 102.6% 104.6% 106.7% 160% 92.7% 93.6% 94.5% 95.4% 96.3% 97.2% 99.1% 101.0% 103.0% 105.0% 107.0% 170% 93.2% 94.1% 95,0% 95.9% 96.8% 97.7% 99.6% 101.5% 103.4% 105.3% 107.3% 180% 93.7% 94.6% 95.5% 96.3% 97.2% 98.1% 100.0% 101.8% 103.7% 105.6% 107.6% 190% 94.1% 95,0% 95.9% 96.7% 97.6% 98.5% 100.3% 102.1% 104.0% 105.9% 107.8% 200% 94.5% 95.4% 96.2% 97.1% 98,0% 98.8% 100.6% 102.4% 104.3% 106.1% 108.0% Assumptions : Expense Ratio = 28%, Surplus yield (p-tax) =2.5%, Tax rate = 35%, Duration 1.8 Years; Source : D&P Analysis Source : Dowling & Partners Securities LLC (3)

38 3.3 la nature des nouveaux risques plus grande complexité de nos processus de production : - avancées technologiques - évolutions organisationnelles (sous-traitance, délocalisation en pays émergents, flux tendu, ) consolidation des groupes autour de marques mondiales : vulnérabilité sur un incident isolé réaction des marchés financiers lors d impact inattendu sur le compte de résultat risques plus importants / difficiles à appréhender une aversion au risque plus grande migration vers des risques d entreprises

39 Source : Swiss Re sigma n 5/2012 (2)

40 Sources : (1) : risk managers say supply chain insurance products fail to meet their needs 3/12/2012 AIRMIC - (2) : Assurer des risques d entreprise en constante évolution Swiss Re sigma n 5/ /09/ (3) : Dowling & Partners Securities LLC IBNR Insurance Weekly #46 Vol. XVIV 05/11/ (4) : Captive Review magazine N 110 December (5) : European Network and Information Security Agency incentives and barriers of the cyber insurance market in Europe juin (6) : FERMA - Benchmarking Survey

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local

Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local < Picture to go here > Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local Lloyd s France Guy-Antoine de La Rochefoucauld, Directeur Général Gloria Rolland, Responsable du Développement et des Relations de Marché

Plus en détail

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES 1 2 INTERVENANTS Cédric LENOIRE Manager Business Risk Consulting Frédéric DUROT Directeur Technique Dommages

Plus en détail

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here >

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here > < Picture to go here > travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 Gloria Rolland, Responsable développement & Relations de marché, Lloyd s

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

FANAF 2015 Cyber criminalité et assurance LE 17/02/2015. Philippe Randon

FANAF 2015 Cyber criminalité et assurance LE 17/02/2015. Philippe Randon FANAF 2015 Cyber criminalité et assurance LE 17/02/2015 Philippe Randon Sommaire Le risque Les solutions assurantielles (garantie, services) Exemples de capacités Argumentaire MARSH Cyber risques Quelques

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance Le 3 juin 2014 Gérard GUENDAFA Risques Supply Chain Vulnérabilité dans la chaîne d approvisionnement

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE

JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE «LES EVENEMENTS NATURELS» AMRAE JOURNEE DES COMMISSIONS- 20/05/2011 Partie 1 : Evénements

Plus en détail

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Risk Manager Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Avant - Propos Chers Membres de l Amrae, Nous réfléchissons depuis quelques temps à la manière de

Plus en détail

Catastrophes naturelles : prévention et assurance

Catastrophes naturelles : prévention et assurance CDRNM 10 octobre 2013 Préfecture de Lille Catastrophes naturelles : prévention et assurance Philippe HERREYRE TOURNEMAINE MRN Sommaire 2 1. Les CATastrophes NATurelles en chiffres 1. La composante assurance

Plus en détail

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe La disponibilité au regard de Données et programmes Equipements

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE. Projet de stratégie 2015-2020. Mai 2015

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE. Projet de stratégie 2015-2020. Mai 2015 PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE Projet de stratégie 2015-2020 Mai 2015 1 SOMMAIRE Introduction Place internationale assurance/réassurance Diagnostic de place Plan de développement

Plus en détail

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI Atelier B8 La gestion des risques et des assurances dans les ETI Intervenants Hélène DUVIVIER Philippe LABEY Responsable Régional Lyon SET Risques et Assurances Xavier MARY Bernard DURAND Modérateur Nicolas

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Une opération sui generis : La Réassurance «Finite»

Une opération sui generis : La Réassurance «Finite» 1 COLLOQUE AIDA-AJAR JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012 Une opération sui generis : La Réassurance «Finite» ASSURANCES ET BANQUES LE SECTEUR FINANCIER ENTRE COHERENCE ET CONFUSION Bénédicte DOLLFUS 2 REASSURANCE

Plus en détail

Atelier B 06. Les nouveaux risques de la cybercriminalité

Atelier B 06. Les nouveaux risques de la cybercriminalité Atelier B 06 Les nouveaux risques de la cybercriminalité 1 Atelier Cybercriminalité Intervenants Eric Freyssinet Etienne de Séréville Luc Vignancour Guillaume de Chatellus Modérateur Laurent Barbagli Pôle

Plus en détail

Note Conflagration. Janvier 2010

Note Conflagration. Janvier 2010 Janvier 2010 Note Conflagration De nombreux sinistres de caractère événementiel dans le monde mettent en jeu plusieurs risques en Dommages, sans qu il s agisse d évènements naturels. On parle en général

Plus en détail

Les outils de couverture des risques majeurs alternatifs à l assurance et à la réassurance conventionnelles

Les outils de couverture des risques majeurs alternatifs à l assurance et à la réassurance conventionnelles Les outils de couverture des risques majeurs alternatifs à l assurance et à la réassurance conventionnelles André SCHMITT et Sandrine SPAETER BETA, Université de Strasbourg HEC Paris, 25 octobre 2013 Couverture

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière?

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière? Ce document doit être considéré comme un support de présentation commerciale n ayant aucune valeur contractuelle 2013 02 06 Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération

Plus en détail

Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance

Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance PROGRAMME DE MISE EN CONFORMITE SOLVABILITE 2 Disposer d un délégataire

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement www.pwc.com Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement Reims 31 mars 2011 Agenda Section Description 1 Une compagnie d assurance peut-elle faire faillite?

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien Les assurances multirisques au Canada Aperçu Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assurances multirisques couvre les risques de toutes les branches d assurance,

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Atelier A 12. Rémunération des courtiers : jusqu où faut-il aller dans la transparence dans l intérêt de l assuré?

Atelier A 12. Rémunération des courtiers : jusqu où faut-il aller dans la transparence dans l intérêt de l assuré? Atelier A 12 Rémunération des courtiers : jusqu où faut-il aller dans la transparence dans l intérêt de l assuré? Intervenants Philippe JOUVELOT Directeur IARD AXA Corporate Solutions philippe.jouvelot@axa-corporatesolutions.com

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Premier trimestre 2006. Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com

Premier trimestre 2006. Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com Premier trimestre 2006 1 Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com Toronto (Ontario) Le 11 mai 2006 ING Canada affiche de solides résultats pour le

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER HEPTA CONSULT S.A. 5, ZAI de Bourmicht L-8070 BERTRANGE Introduction 1. Qu est ce qu un produit d assurance? Définition intrinsèque : ses caractéristiques.

Plus en détail

Prise de Position de L AMRAE concernant le livre vert sur les assurances contre les catastrophes d origine naturelle et humaine.

Prise de Position de L AMRAE concernant le livre vert sur les assurances contre les catastrophes d origine naturelle et humaine. L Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise rassemble 820 membres appartenant à 520 entreprises françaises publiques et privées (dont 38 des 40 entreprises du CAC 40).

Plus en détail

GRAS SAVOYE FINEX Lignes Financières ANIA. Les Cyber Risques. 13 avril 2015

GRAS SAVOYE FINEX Lignes Financières ANIA. Les Cyber Risques. 13 avril 2015 GRAS SAVOYE FINE Lignes Financières ANIA Les Cyber Risques 13 avril 2015 Contexte Les Principaux facteurs : Aujourd hui, envoyer un mail, créer des fichiers et les enregistrer dans un répertoire, surfer

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE NOS ATOUTS UN PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ POUR VOTRE GESTION ASSURANTIELLE CANDRIAM

Plus en détail

Les cybermenaces : que peut-on assurer?

Les cybermenaces : que peut-on assurer? Paris, le 21 mai 2013 Les cybermenaces : que peut-on assurer? Alexandra Gavarone, Directeur du developpement de Beazley France D où viennent les risques? 2 Les failles de nos assurés, reflet des statistiques

Plus en détail

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012 L assurabilité des risques Club APREF 1 er mars 2012 Introduction : (1/2) Les conséquences des problèmes d assurabilité sont connues : Protection des biens des individus, difficultés d entreprendre, d

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire 16 juin 2006 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent des prévisions qui portent notamment sur des

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol 17 Mars 2010 Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance Présentation Intersol Dans quelles situations? Problématique Redéveloppement > Pression continue sur le foncier

Plus en détail

GRAS SAVOYE FINEX Lignes Financières. Forum des Compétences. Protéger l entreprise : le transfert des cyber risques à l assurance 27/03/2015

GRAS SAVOYE FINEX Lignes Financières. Forum des Compétences. Protéger l entreprise : le transfert des cyber risques à l assurance 27/03/2015 GRAS SAVOYE FINEX Lignes Financières Forum des Compétences Protéger l entreprise : le transfert des cyber risques à l assurance 27/03/2015 Contexte Les Principaux facteurs : Aujourd hui, envoyer un mail,

Plus en détail

Protection du budget. Prévoyance

Protection du budget. Prévoyance L offre CACI Forte de son expertise acquise sur son cœur de métier historique, l assurance, Caci a développé une gamme complète de produits d assurance à tination de ses partenaires et de leurs clients

Plus en détail

Assurance Cyber NetProtect

Assurance Cyber NetProtect Des polices d assurance conçues pour se protéger contre les risques liés aux données et aux réseaux Assurance Cyber NetProtect www.cnaeurope.com Votre assureur spécialiste Risques d Entreprises en Europe

Plus en détail

PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV. Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1

PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV. Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1 PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1 METHODOLOGIE Notre position de courtier spécialisé sur les risques encourus par

Plus en détail

Nouveaux Risques pour les Entreprises Comment les identifier?

Nouveaux Risques pour les Entreprises Comment les identifier? Nouveaux Risques pour les Entreprises Comment les identifier? RISK MANAGEMENT & INSURANCE WHAT? WHERE? WHO? 2 RISK MANAGEMENT & INSURANCE 3 Agenda: 1. Définition 2. Processus standard 3. Scénario du risque

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe EXCESS RC PME - PMI Georges BORKOWSKI Février 2006 ACE Europe ACE Group Début des années 1980, crise de la Responsabilité Civile aux USA 1985 : création d ACE, Assureur spécialisé en Excess 1999 : acquisition

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Auto / Habitation assurance franchise

CONDITIONS GENERALES Auto / Habitation assurance franchise CONDITIONS GENERALES Auto / Habitation assurance franchise Table des matières Table des matières 2 Introduction 3 DSA Europe 3 Assureur 3 En quoi consiste cette police? 3 Limites monétaires 3 Période de

Plus en détail

Atelier C06. Cyber résilience : Protéger ses données et celles de ses clients

Atelier C06. Cyber résilience : Protéger ses données et celles de ses clients 1 Atelier C06 Cyber résilience : Protéger ses données et celles de ses clients Atelier C06 Cyber résilience : Protéger ses données et celles de ses clients Intervenants Jérôme GOSSÉ Anne MAGNAN Hubert

Plus en détail

L opération d assurance

L opération d assurance Fiche 1 L opération d assurance I. Distinctions II. La mutualisation III. La sélection des risques Définition Opération d assurance : opération par laquelle un assureur organise en une mutualité une multitude

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD Table des matières Introduction... 2 Processus... 2 Approche et méthodologie... 3 Notions de base... 3 Approche fondée sur l actif total

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE (adoptée par le Conseil lors de sa 921ème session, le 25 mars 1998 [C/M(98)7/PROV]) 1 LE CONSEIL, Vu l article 5 b) de la Convention

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient»

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» C est sans surprise que dans la dernière enquête «CEO» de PwC, les dirigeants font état de leurs préoccupations

Plus en détail

ING Canada Inc. Résultats financiers et d exploitation du premier trimestre 2005. 12 mai 2005 PRELIMINARY DRAFT. www.ingcanada.com

ING Canada Inc. Résultats financiers et d exploitation du premier trimestre 2005. 12 mai 2005 PRELIMINARY DRAFT. www.ingcanada.com ING Canada Inc. Résultats financiers et d exploitation du premier trimestre 2005 12 mai 2005 PRELIMINARY DRAFT www.ingcanada.com Mise en garde - énoncés prospectifs Certains énoncés contenus dans cette

Plus en détail

Intact Corporation financière

Intact Corporation financière Intact Corporation financière (TSX : IFC) Un enthousiasme incessant à bâtir une société d assurance de dommages de classe mondiale Revue de la performance du T4-2013 Le mercredi 5 février 2014 Charles

Plus en détail

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN 25 juin 2015 - Merlimont Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN Eléments d introduction La Mission Risques Naturels association entre FFSA et GEMA 2 www.mrn.asso.fr 3 Les

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

Devenir partenaire du Lloyd s

Devenir partenaire du Lloyd s Devenir partenaire du Lloyd s Gloria Rolland, Responsable du développement et des relations de marché, Lloyd s France Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché - Paris, le 28 mai 2015 Lloyd s 1 Introduction

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Placements au Lloyd s: la gestion des sinistres: quels défis? 5ème édition

Placements au Lloyd s: la gestion des sinistres: quels défis? 5ème édition < Picture to go here > Placements au Lloyd s: la gestion des sinistres: quels défis? 5ème édition Lyon, le 4 novembre 2014 Intervenants Guy-Antoine de La Rochefoucauld Directeur Général, Lloyd s France

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

CONCLUSION... 89 5 RÉPERTOIRE... 91 REMERCIEMENTS...125 REFERENCES UTILES...139

CONCLUSION... 89 5 RÉPERTOIRE... 91 REMERCIEMENTS...125 REFERENCES UTILES...139 SOMMAIRE 7 1 - LE RÉGIME JURIDIQUE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE DU FAIT DES PRODUITS DÉFECTUEUX AUX ETATS-UNIS... 11 1.1 Les règles régissant la responsabilité du fait des produits défectueux...11 1.1.1

Plus en détail

Secure Advantage Revenus Garantis

Secure Advantage Revenus Garantis GUIDE QUESTIONS / REPONSES DOCUMENT NON CONTRACTUEL RÉSERVÉ À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS FINANCIERS Avril 2015 Secure Advantage Revenus Garantis Pour envisager l avenir en toute sérénité, assurez-vous

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

SECTION III. Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés.

SECTION III. Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés. SECTION III Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés en assurance et en

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Par Jacques Labat, Directeur BU Gestion d Actifs 13 Le compte à rebours a commencé. Les sociétés de gestion ont jusqu au 22 juillet

Plus en détail

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France)

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) MACIF le 12 mai 2013 1 Rôle de la réassurance fractionner les risques afin de

Plus en détail

Magasins Filière BIO Assurément Durable

Magasins Filière BIO Assurément Durable Magasins Filière BIO Assurément Durable 1 Madame, Monsieur, Voil{ maintenant plus de 15 ans qu un certain nombre d entre vous, ont osé développer leurs activités dans le domaine des produits naturels,

Plus en détail

SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS

SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS Pilier 1 (hors aspects purement quantitatifs) (44) Comme les bénéfices attendus inclus dans les primes futures de contrats d assurance et de réassurance non-vie

Plus en détail

Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles

Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles Juin 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute

Plus en détail

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Février 2015 Un comité du conseil d administration (le «conseil») du commandité (le «commandité») de Brookfield Renewable

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Partie 3 : Deuxième pilier Processus de surveillance prudentielle

Partie 3 : Deuxième pilier Processus de surveillance prudentielle Partie 3 : Deuxième pilier Processus de surveillance prudentielle 719. Cette partie examine les principes essentiels de la surveillance prudentielle et comporte des recommandations concernant la gestion

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail