SOA : L utilité organisationnelle, technique et financière de l architecture orientée service

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOA : L utilité organisationnelle, technique et financière de l architecture orientée service"

Transcription

1 Université de Fribourg, Suisse Département d informatique Systèmes d information Dr. Hüsemann Stefan SOA : L utilité organisationnelle, technique et financière de l architecture orientée service Emine Ulukütük Impasse de la Forêt 24, 1700 Fribourg No. d étudiant : Bachelor en Gestion d Entreprise Août 2013

2 Remerciements Je tiens à remercier toutes les personnes m ayant aidé et soutenu tout au long de l élaboration de ce mémoire de Bachelor. Mes sincères remerciements vont tout d abord à Monsieur le Professeur Stefan Hüsemann, d avoir accepté de superviser ce travail et pour sa précieuse aide tant au niveau de son encadrement qu au niveau de sa disponibilité qu il m a accordé dans la réalisation de ce travail. Je souhaite également remercier les entreprises ayant participées à la seconde partie et particulièrement mes interlocuteurs M. Philippe Savary ainsi que le responsable informatique de la 2 ème firme analysée. Sans leur précieuse collaboration, la partie pratique de ce travail n aurait pas été possible. Je tiens notamment à remercier Joel Rossier, étudiant-assistant d informatique à l EPFL et particulièrement M. Philippe Savary pour le temps qu ils ont consacré à la relecture de ce travail. Enfin, j adresse toute ma reconnaissance à ma famille, mes amis, mes professeurs et toutes les personnes externes pour leur soutien tout au long de ma formation universitaire à Fribourg, s achevant sur ce mémoire de Bachelor.

3 - 1 - TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction Description du thème Objectifs et questions centrales du travail Méthodologie et structure du travail Qu est-ce qu une architecture orientée service? Notion de base Le système d information L architecture informatique Concept de l architecture orientée service Histoire des systèmes d informations L entreprise orientée service : nécessité du SOA L architecture orientée service Composantes et principes de base L impact d une architecture orientée service dans l entreprise D un point de vue technique et financier Méthodologie à suivre pour implémenter une SOA Coûts de l approche...30

4 D un point de vue opérationnel et stratégique Changement dans l organisation Attentes de cette approche Avantages de l architecture orientée service Au niveau organisationnel : la flexibilité du système Au niveau technique : la réutilisabilité des ressources Au niveau financier : la baisse des coûts Etudes de cas Office de la Circulation et de la Navigation du canton de Fribourg Portrait de l organisation Présentation du système informatique de l établissement Description du projet SOA et dans son évolution au fil du temps Objectifs visés par l adoption de SOA et grille d auto-évaluation sur les attentes et les réalités de SOA L utilité réelle de SOA dans l entreprise Grande compagnie d assurance Présentation de la firme Objectifs visés par l introduction de SOA Description de la démarche SOA et dans son évolution au fil du temps Grille d auto-évaluation sur les attentes et les réalités de SOA...61

5 L utilité réelle de SOA dans l entreprise Résultats des études de cas : La réalité du SOA Les avantages de SOA Les lacunes de SOA Analyse globale de l utilité de SOA Conclusion Bibliographie Littérature Articles, documents, présentations Webographie Annexes Annexe 1: «SOA Infrastructures Costs»... 77

6 - 4 - TABLE DES FIGURES Figure 2-1: Historique du SI... 9 Figure 2-2: Fonctionnement en silo des SI Figure 2-3: Architecture traditionnelle vs SOA Figure 2-4: Architecture de base SOA Figure 2-5: Entreprise Service Bus Figure 2-6: SOA, liaison entre vue métier et vue technique Figure 2-7: Composition et interopérabilité Figure 2-8 : Le couplage faible entre consommateurs et logique métier Figure 3-1: Phase de la démarche SOA Figure 3-2: Stratégie d'intégration Figure 3-3: Comparaison de la structure des coûts des technologies de l information d'une approche traditionnelle et d'une SOA Figure 4-1: Motifs de choix lors de l'adoption de démarche SOA Figure 4-2 : Principales attentes des entreprises d'une démarche SOA Figure 4-3: Investissement initial et rendement à long terme des capitaux investis Figure 5-1: Fonctionnement du logiciel CARI Figure 5-2: Paysage applicatif de l'ocn Figure 5-3: Architecture des services en relation avec les activités d'assurance Figure 5-4 : Grille d'évaluation des attentes et des réalités du SOA de l'ocn Figure 5-5: Grille d'évaluation des attentes et des réalités du SOA de la compagnie d'assurance... 61

7 1. Introduction 1 1. Introduction Nous vivons actuellement dans une société de consommation orientée vers la technologie. Cette dernière est présente dans la vie de tous les jours autant pour les particuliers que pour les entreprises. Un des concepts clé de cette mutation technologique est l informatique, qui est devenu un des piliers d une bonne gestion organisationnelle. Toutes questions relatives à la communication et à la gestion d entreprise relèvent des systèmes d information dans la plus grande partie des firmes, surtout actuellement alors qu on se situe dans une économie de l information. Il est primordial pour chaque firme de savoir gérer ces multitudes d informations et d activités, d une manière organisée. Le système d informations s avère être la solution idéale pour remédier à ce besoin, et permet également à chaque firme de se démarquer de la concurrence en gagnant des avantages compétitifs. Les évolutions perpétuelles que connait l informatique de gestion, alliées au besoin grandissant de flexibilité des entreprises, rendent le thème des systèmes d informations toujours plus intéressant et actuel dans la gestion d entreprise. Basé sur ce fait, ce travail de Bachelor tente de connaître la réelle utilité que procure l implémentation d un SI via une architecture orientée service Description du thème Aujourd hui, nous vivons dans une société de consommation orientée technologie, dans laquelle l échange d information est primordial. Du point de vue de l entreprise, cela implique une bonne gestion des activités ainsi qu une bonne communication au sein de toute l organisation. Chaque entreprise doit se mettre à jour continuellement afin de suivre l évolution des technologies de mondialisation et de globalisation qui rendent la concurrence toujours plus féroce. Dans cette logique, les firmes doivent s adapter à ce contexte en étant toujours plus performantes et flexibles afin de réaliser leurs objectifs et se démarquer de la concurrence.

8 1. Introduction 2 D un point de vue informatique, une des méthodes d amélioration du fonctionnement de l organisation au sein d une firme sont les systèmes d informations (SI) qui permettent une meilleure communication, circulation et coordination des données au sein de l entreprise. Toutefois, ces systèmes relèvent d une complexité considérable au niveau de la structuration et engendrent des coûts élevés pour l entreprise. Afin de pallier à ces problèmes, il existe une architecture de conception et d implémentation de SI, nommé architecture orientée service (SOA) qui s avère être une solution adéquate. Le but de ce travail est de comprendre si ce type d architecture SOA répond réellement aux attentes des entreprises qui l adoptent comme elle est censée le faire Objectifs et questions centrales du travail L objectif principal de ce travail est d expliciter l architecture orientée services d un point de vue technique, organisationnel et financier et d en connaître la réelle utilité pour les entreprises, compte tenu de l évolution constante des technologies informatiques. Dans un premier temps, on étudiera l approche SOA d un point de vue théorique tout en explicitant cette notion, son impact dans les organisations l adoptant ainsi que les défis relevés par ce type d architecture. La deuxième partie de ce travail sera dédiée à l étude de deux entreprises afin de comprendre dans quelles mesures SOA comblent les attentes de celles-ci. De plus, ces études vont permettre de comprendre quels sont les objectifs visés et les attentes des entreprises quant à l implémentation de la SOA. Tout au long de la lecture de ce mémoire, le lecteur pourra récolter diverses réponses aux questions suivantes : Dans la première partie dédiée à l aspect théorique de la SOA, nous nous poserons les questions suivantes :

9 1. Introduction 3 Qu est-ce qu une architecture orientée service? Quel est l impact d une SOA sur les entreprises? Quelles sont les défis des SOA? Afin de répondre à ces questions, nous puiserons des informations dans la littérature adéquate et expliciterons les termes de système d informations et d architecture informatique. Nous analyserons également l impact et les défis relevés par les SOA d un point de vue technique, organisationnel et financier. A la suite de ces notions de base, nous nous intéresserons davantage à l aspect pratique de la SOA, en présentant deux entreprises ayant implémenté l architecture orientée service grâce à diverses questions faisant référence au début de l implémentation SOA, telles que : Quelles étaient les attentes des firmes au début de l implémentation de la SOA? Quels étaient les objectifs poursuivis par la mise en place de cette approche? Quelle était l utilité des SOA pour votre entreprise? Ensuite une autre série de questions sera discutée afin de voir si SOA a réellement pu répondre aux attentes des entreprises, telles que : Quelle est l utilité des SOA pour votre entreprise? SOA tient-elle ses promesses au niveau de la performance? Répond-telle réellement aux attentes? Quelles sont les lacunes à combler dans cette approche? Pour compléter la partie pratique, une analyse globale de la SOA sera réalisée pour évaluer les avantages et les lacunes de SOA dans l utilisation pratique de cette architecture.

10 1. Introduction Méthodologie et structure du travail Ce mémoire de Bachelor est divisé en deux grandes parties : une partie théorique basée sur un travail de recherche et une partie pratique axée sur des entretiens et interviews réalisés avec des tiers. La première partie met en lumière des concepts de la SOA en se référant à la littérature appropriée ainsi que sur des articles scientifiques, des sites web et sur le cours de Systèmes d Informations donné par le Professeur Hüsemann. La seconde partie, quant à elle, est orientée pratique et va soulever les questions relevant de l utilisation de la SOA dans plusieurs firmes. Ceci est réalisé grâce à des études de cas sur la base d entretiens et de questionnaires afin de connaître les réels avantages et inconvénients émanant de l implémentation de la SOA. Le chapitre 2 explicite les concepts théoriques de la SOA par l explication de la notion de SOA, ses principes et ses composantes ainsi que des défis poursuivis par cette architecture. L impact d une architecture orientée service au sein d une organisation est discutée de manière détaillée dans le chapitre 3. Cet impact est analysé d un point de vue technique ainsi que d un point de vue opérationnel et stratégique. Le chapitre 4 s intéresse plus particulièrement aux avantages émanant de la mise en place d une telle architecture en se focalisant sur trois angles spécifiques à savoir la technique, l organisation et les finances de la firme. Ce chapitre permet de comprendre pourquoi, comment et sous quelles contraintes financières, la SOA fait partie du système d information de l entreprise. Le chapitre 5 traite des études de cas de deux firmes, permettant ainsi de comprendre l utilité et l impact d une SOA dans la pratique en présentant le projet SOA et les objectifs poursuivis par la mise en place de ce projet. Sur la base de ces études de cas, une étude sera réalisée sur la réalité du SOA en discutant des avantages et des lacunes de SOA dans le chapitre 6. Enfin, ce mémoire s achève sur une synthèse en récapitulant les principales réponses émanant de ce travail de recherche.

11 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 5 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? Ce chapitre explicite les principales notions de base qu englobe l architecture orientée service. Il pose les principes de base théorique de ce type d architecture. Les questions qui vont être résolus dans ce chapitre sont les suivantes : Qu est-ce que un système d informations? Qu est-ce qu une architecture orientée service? Le premier sous-chapitre va introduire la notion de système d informations et d architecture informatique afin de faciliter la compréhension de ce mémoire. Par la suite, un bref historique de l avènement du SOA sera discuté dans le second sous-chapitre. Nous tenterons également de comprendre la place qu occupent les systèmes d informations dans les entreprises actuellement et les raisons pour lesquelles une architecture adéquate est primordiale au bon fonctionnement des SI. Enfin, dans la dernière partie de ce chapitre, une description détaillée de SOA suivra via la présentation des composantes de cette architecture Notion de base Le système d informations Le système d informations est une notion très vaste et très complexe dans le jargon informatique dans la mesure où elle englobe passablement d éléments. Il existe de multiples définitions dans la littérature informatique qui se complètent les unes et les autres. Le système d informations est un système indispensable pour une bonne gestion d organisation dans la mesure où le traitement de l information est une activité incontournable dans les entreprises modernes. Les activités de gestion relèvent

12 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 6 toutes du traitement et de l utilisation de l information comme par exemple tenir une comptabilité, construire des plans de budgets, gérer la relation client, faire des prévisions pour les trimestres futures, surveiller la production, etc. Toutes ces activités sont réalisées par la manipulation d applications et de composantes sur la base d informations gérées par des systèmes informatiques. Les systèmes d informations sont apparus vers la fin des années soixante dans le but d automatiser des travaux d ordres administratifs, opérationnelles, de gestion et d informatique [Grenier, Moine 2003, p.8-9]. L idée centrale émanant de toutes les définitions que l on peut lire dans la littérature informatique est de définir le SI comme un outil informatique facilitant la gestion des fonctionnalités des entreprises. Afin de comprendre cette notion, il est important de bien comprendre les deux sujets la constituant : le système et l information. Un système est une totalité organisée et identifiable, plus ou moins complexe, regroupant des sous-systèmes reliés entre eux et ayant un but commun. Il permet l action, la prise de décision et la mémorisation des informations [Hüsemann 2011]. L information est définie comme une représentation des «données transformées sous une forme significative pour la personne qui les reçoit ; elle a une valeur réelle (ou perçue) pour ses décisions et ses actions» [Gordon, Olson, Ajenstat, Peaucelle 1986, p. 116]. Le système d information peut ainsi être défini comme «un ensemble organisé de méthodes et de moyens humains et matériels destinés à collecter, mémoriser et transmettre les différents types de données nécessaires au fonctionnement d une entreprise» [Grenier, Moine, 2003, p. 10]. Les principaux objectifs poursuivis par l implémentation d un système d informations, sont l accès rapide et généralisé à l information que ce soit à l interne ou à l externe, de travailler avec un système ouvert et interactif avec l extérieur, le développement rapide d applications ainsi que la possibilité d une administration simplifiée [Ben Driss Khaled, 2007].

13 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? L architecture informatique L architecture informatique est à la base de tout système d information : elle va le structurer et l organiser par des fonctionnalités, des attributs et des composantes qui sont reliés entre eux. Dans cette logique, les composantes sont modélisées, les relations sont décrites et les attributs documentés [Hüsemann 2010]. Ainsi, l architecture informatique va définir les règles nécessaires à la construction et à l implémentation du SI. Dans la littérature informatique, une architecture software est définie telle que «a set of statements that describes software components and assigns the functionality of the system to these components.» [Krafzig, Banke, Slama 2006, p. 56]. Pour structurer les SI, il est nécessaire d utiliser des architectures d intégration qui permettent de couvrir tous les besoins avec une application construite de manière intégrée. Nous pouvons citer en exemple les Progiciels de Gestion Intégrés ERP/PGI, les Portails Web, les Data Warehousing et les Architectures Orientées Services SOA. Dans ce travail, nous allons nous concentrer sur la dernière architecture d intégration, la SOA. En somme, une architecture informatique doit décrire de manière précise tous les éléments constitutifs du SI afin de comprendre ce système ayant comme tâche principale le traitement d informations de manière flexible Concept de l architecture orientée service Histoire des systèmes d informations Afin de comprendre l émergence de cette nouvelle architecture software dans les années 1996, il est intéressant de tracer l évolution des systèmes d informations dans les technologies informatiques. Nous pouvons diviser l histoire des systèmes d informations en quatre grandes phases selon les auteurs Fournier-Morel, Grojean, Plouin et Rognon [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p. 3-7].

14 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 8 La première phase consiste à la période où le système informatique des entreprises était concentré et géré par un serveur unique appelé le mainframe. Ce type de serveur a l apparence d un ordinateur central qui gère l ensemble de l information circulant dans l entreprise. Ce type d architecture était extrêmement centralisé nécessitant le déplacement physique en vue de l utiliser. En dépit des coûts d acquisition et d exploitation exorbitants, le mainframe était un système cohérent et fiable procurant des services tels que l intégrité des données et une très haute disponibilité des informations. Ensuite avec le progrès technique et le développement des réseaux informatiques (et des protocoles associés) reliant les machines hétérogènes permettent l apparition des systèmes client/serveur. Ce type d architecture permet de transférer les composantes d interfaces sur les postes de travail tout en conservant les serveurs. Ces nouvelles applications s intègrent dans de nombreuses entreprises grâce aux faibles coûts qu elles engendrent. Les SI deviennent incontournables au sein des entreprises. Plus l informatique devient présente dans l entreprise, plus des problèmes de gestion de l information se posent. En effet, avec l avènement informatique, tous types de profils d une organisation sont confrontés à l utilisation des SI sans avoir une formation particulière dans cette branche. On observe alors une mauvaise gestion de l information : des duplications, des redondances, des erreurs ainsi qu une absence de communication entre les divers départements apparaissent dans le système. Ceci crée des incohérences dans les fonctionnalités des SI mais aussi une complexité non gérable par des utilisateurs lambda. C est alors que vers la fin des années 90, les limites du client/serveur ont été atteintes à la suite de nombreux problèmes émanant de cette architecture. On a pu constater l émergence d un nouveau type architectural : les applications web qui permettent de se connecter aux processus métier de l entreprise par un simple navigateur. Ainsi on permet aux clients et aux fournisseurs de s intégrer dans le parc informatique de l organisation et tout ceci à moindre coût. Les applications web favorisent également le développement du commerce électronique et offrent ainsi aux firmes des avantages concurrentiels. Dans les années 2000, une toutes nouvelle tendance dans les technologies des TIC a fait son apparition : le Cloud computing qui s avère être une opportunité importante

15 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 9 pour toutes les firmes souhaitant externaliser leur système informatique. Il consiste à déléguer la gestion de l informatique d entreprise à des entités et des personnes externes, qui sont spécialisées dans le domaine. Tout cela se gère sur demande de l entreprise. Toutefois cela pose quelques problèmes en termes de sécurité pour des données confidentielles ou encore une dépendance de la firme à des tiers étant donné le manque de maîtrises à l interne sur les questions d ordre de sécurité informatique. Toutes ces évolutions, ayant contribué au développement des systèmes d informations sont illustrés par la figure 2-1. Chaque évolution s intègre dans des environnements complexes et devant gérer indépendamment de multiples informations. De plus, l informatique est dès lors fortement utilisée dans toutes les entreprises et par de nombreux utilisateurs non spécialisés dans la branche. De ce fait, la nécessité d une nouvelle architecture accessible à l utilisation de tous et rationalisant la circulation des informations au sein de tout le système fut nécessaire. Figure 2-1: Historique du SI [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p. 6]

16 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 10 Le concept d architecture orientée service, décrit la première fois par le groupe américain de recherche en technologie Gartner Group en 1996, se présente comme étant la solution adéquate à la demande actuelle des entreprises. Pour la première fois, l architecture orientée service fut définie comme «client/server software design approach in which an application consists of software services and software service consumers (also known as clients or service requesters). SOA differs from the more general client/server model in its definitive emphasis on loose coupling between software components, and in its use of separately standing interfaces» [Gartner Group 2013] L entreprise orientée service : nécessité du SOA L activité principale d une entreprise est la création de la valeur par le traitement de l information. Comme vu précédemment, une bonne utilisation de l information dans les activités de gestion va permettre de meilleurs résultats à l entreprise. De plus, la quantité d information générée est si extraordinaire qu elle dépasse les compétences humaines et nécessite l intervention des ordinateurs. C est par la prise de conscience de ce fait, que les entreprises ont intégré les systèmes d informations dans leur stratégie d entreprise pour atteindre des objectifs d optimisation de la performance. Les systèmes d information poursuivent trois objectifs par leur intégration dans l environnement de l entreprise au niveau stratégique, tactique et opérationnel [Hüsemann 2010] : Objectif stratégique : le SI doit amener des renforcements au niveau des avantages stratégiques de la firme, pour la différencier et lui octroyer des avantages compétitifs vis-à-vis des concurrents. Objectif tactique : à ce niveau, le SI doit être un outil d aide à la décision. Grace aux informations détenues par le système, les décideurs doivent pouvoir choisir les solutions optimales en fonctions de la situation. Objectif opérationnel : le SI doit pouvoir soutenir les processus d entreprise en les développant. Il doit également permettre une utilisation efficace des

17 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 11 ressources de l entreprise dans le but d atteindre les objectifs visés par celleci. L introduction des systèmes d informations dans le monde entrepreneurial a modifié les techniques de gestion d entreprise en procurant à ces derniers des opportunités de développement remarquables. Nous avons pu observer des améliorations au niveau du stockage des données, une fluidité dans la communication des informations et une simplification dans les processus métiers [Bell, 2006, p. 29]. Pourtant avec l évolution des technologies de l information, les systèmes d informations construits sous formes d applications indépendantes deviennent de plus en plus rigides et de ce fait ne remplissent plus entièrement leur fonction [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p. 6]. L entreprise étant décomposée en plusieurs départements, correspondant à un silo du système d information comme dans la figure 2-2, les processus métiers y référants nécessitent d être multifonctionnels. En effet, chaque bloc du SI étant isolé en termes de processus, d intervenants humains ou matériels et d interfaces, plusieurs inconvénients apparaissent quant à l impossibilité de réutilisation des composantes, la duplication et les redondances d objets, la difficulté de mettre en place des processus métier transversaux, etc. [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p. 12 ] Le SI est alors confronté à de nouvelles exigences. Figure 2-2: Fonctionnement en silo des SI [Ben Driss Khaled, 2007]

18 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 12 De plus, la mondialisation favorise la concurrence et fait évoluer les stratégies d entreprise qui se complexifient et induisent des changements dans le système. L intégration de ces changements dans les systèmes devient de plus en plus difficile et provoque ainsi des désavantages concurrentiels pour les entreprises. Les systèmes d information sont alors dans l obligation de s adapter à ces changements sans perdre de temps et sans engendrer des coûts supplémentaires. Sur la base de ces faits, les entreprises ont pris conscience de la nécessité de l implémentation d une architecture durable et structurée, capable de s adapter à tout changement par la réutilisation et la modification des services existants afin de travailler. Les principales motivations sont la simplification et la suppression des redondances dans les processus métiers, une bonne intégration et un meilleur partage des informations grâce à une interface standardisée, et surtout un système de gestion de l information flexible [Holley, Dr. Arsanjani, 2011, p.43]. Parmi toutes les architectures de conception de SI, l architecture orientée service SOA est celle qui se rapproche des attentes des entreprises L architecture orientée service Le concept d architecture orientée service-soa, apparut déjà plus de 15 ans n a toujours pas de définition exacte et universelle. Cette approche a été développée par diverses entreprises de recherche en informatique telles qu IBM, BEA, Oracle ou Microsoft qui ont chacun leur propre concept et leur propre définition de cette architecture. Bien que toutes les définitions apparaissant dans la littérature se ressemblent, elles comportent, chacune, des divergences. Voici quelques manières de définir une SOA: «SOA is a software architecture that is based on the key concepts of an application frontend, service, service respository, and service bus.» [Krafzig, Banke, Slama 2006, p. 57].

19 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 13 «Service-oriented Architecture (SOA) is an architectural design pattern that concerns itself with defining loosely-coupled relationships between producers and consumers.» [Wikipedia, 2013]. «A service-oriented architecture is essentially a collection of services. These services communicate with each other. The communication can involve either simple data passing or it could involve two or more services coordinating some activity. Some means of connecting services to each other is needed.» [Barry, Barry & Associates, 2013]. Sur la base de ces écrits, nous pouvons décrire la SOA, au niveau de la gestion d entreprise, comme une approche de conception et de construction de système d informations qui utilise des interfaces services pour la création de SI. Cette architecture met à disposition des utilisateurs les fonctionnalités et les services proposés par une entreprise, via une interface standardisée soit à l interne soit sur Internet (pour le e-commerce par exemple). Cette architecture qui s avère être un modèle d intégration moderne a comme principal objectif l augmentation de la flexibilité, la réduction des coûts d intégration, la mise à disposition de services réutilisables, la modification et la réutilisation des fonctionnalités ainsi que la composition des processus de gestion par l utilisation de services déjà existants ou à créer. Grâce aux services modulaires interagissant entre eux, nous pouvons facilement exécuter des processus et ainsi répondre aux demandes et aux besoins des entreprises en matière de flexibilité. Nous pouvons observer dans la figure 2-3 la différence entre avant et après une intégration SOA explicitantt clairement le concept d architecture organisé avec des relations structurées. L approche SOA facilite la gestion de l interface entre les besoins métiers et l implémentation technique. L interopérabilité des services fait de SOA, une approche d intégration qui se définit comme une application composée.

20 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 14 Figure 2-3: Architecture traditionnelle vs SOA [Hüsemann 2010]. Dans la littérature, cette conception est souvent présentée comme une approche pour la refonte progressive des systèmes d information afin de les rendre durables et agiles [Bonnet, Detavernier, Vauquier 2008, p. 63]. La principale idée de cette approche est de construire une architecture logicielle avec des services composés et reliés entre eux, correspondant aux processus métiers de la firme. Contrairement aux communications entre des objets hétérogènes comme à l époque du client/serveur, ce nouveau style d architecture met en avant le concept de communication service passant par des interfaces et masquant ainsi les objets. Le but étant de rendre les systèmes d informations aptes et flexibles aux changements qui pourraient apparaitre par une modification de stratégie ou d organisation par exemple. [Erl 2008, p. 38]. L architecture orientée service est un style d architecture moderne qui suit des principes de modélisation modernes permettant la réutilisation des services ainsi que l exécution de processus d entreprise. Elle est découpée en plusieurs couches

21 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 15 composée de manière générale d une couche présentation, d une couche métiers et d une couche données. Les couches essentielles de ce type d architecture sont aux nombres de quatre : le système d intégration, les services, les processus et l interface. [Liebhart 2007, p. 67]. Figure 2-4: Architecture de base SOA [Microsoft Corporation 2009] En commençant par le bas de la figure 2-4, la première couche nommée «couche applications» se réfère au système d intégration qui permet les liaisons entre les données, les processus, les services, les bases de données ainsi que les applications. Tous ces éléments sont liés par le système d intégration, même s ils sont capables d interagir directement entre eux. La couche services correspond au deuxième niveau de l architecture. Le service étant un périmètre fonctionnel à caractère modulaire et autonome, représentent les fonctionnalités d un système qui sont exposés aux consommateurs par le biais d une interface. Étant donné, que ce composant met en relation direct l entreprise avec les

22 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 16 consommateurs, la couche service a comme fonction principale la gestion de ces services entres eux [Liebhart 2007, p. 26]. Les relations entre les services consommateurs dits consumer et les services producteurs dits provider, peuvent être reliés par un Entreprise Service Bus, présenté ci-dessous dans la figure 2-5. Cette technologie informatique, qui est l une des manières d implémenter la SOA, permet l interaction entre les applications à travers les services. Il facilite ainsi l échange entre l entreprise et ses partenaires internes et externes, plus précisément entre les services consommateurs et les services producteurs en reliant les applications les unes aux autres [Michoud, Abissa Informatique 2008]. Figure 2-5: Entreprise Service Bus [Michoud, Abissa Informatique 2008] La troisième couche processus se réfère aux processus métiers du concept SOA, qui consistent en des suites d activités réalisées par les services afin d apporter une valeur ajoutée à l entreprise. Ces activités, ayant comme fonction de décrire les métiers de l entreprise et non le système informatique, s appuient sur diverses structures et applications d une organisation [Softeam, Guide pratique Objectering, 2008, p.10]. Les processus métiers sont très souvent représentés en langage UML à l aide de diagrammes d activités.

23 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 17 La dernière couche de cette architecture correspond à l interface service, partie visible de l architecture par les utilisateurs. Définie comme un composant logiciel qui regroupe les opérations passées entre les utilisateurs et les fournisseurs de services, l interface ne détaille pas les fonctionnalités techniques de l implémentation [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon, 2011, p ]. Elle est transparente et standardisée afin de faciliter l accès des utilisateurs aux diverses fonctionnalités de l entreprise. Le consommateur peut alors exécuter les processus souhaités en ayant accès aux services via l interface Composantes et principes de base L architecture orientée service est un style d architecture moderne qui suit des principes de modélisations modernes. Elle est découpée en plusieurs couches composée d une dimension présentation, d une couche métiers et de données. Les propriétés de base de l architecture orientée service sont nombreuses et diffèrent en fonction des divers concepteurs de l approche SOA. Toutefois, les caractéristiques fondamentales nécessaires pour classer une architecture comme étant une SOA sont aux nombre de deux : l orientation service et le couplage faible. Par la suite, nous allons analyser en détail ces deux principes acceptés comme étant essentiels, par l ensemble de la littérature et des auteurs de ce domaine. L orientation service Défini comme étant la composante fondamentale de cette approche, le service permet de relier les consommateurs et les fournisseurs sur une même interface, partie visible de l architecture par les utilisateurs. Essentiel pour l architecture orientée service, le service peut se définir de la manière suivante : «Un service, au sens SOA, met à disposition d acteurs (humains ou logiciels) intervenants dans des processus métiers, un accès vers une ou plusieurs fonctions métiers. Un service concrétise le lien entre la couche métier

24 Technique Métier 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 18 (constituant le côté consommateur) et les implémentations dans le SI (constituant le côté fournisseur) en prenant à charge un contrat (réalisé par le pourvoyeur de service).» [Fournier-Morel, Grojean, Plouin, Rognon, 2011, p. 30]. Consommateurs Pourvoyeurs Fournisseurs Figure 2-6: SOA, liaison entre vue métier et vue technique [Reproduction réalisée à partir de Fournier- Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p. 3 ; Laftimi, CNAM 2009] Le graphe 2-6 démontre les liaisons entre les deux niveaux d architecture qui sont la vue métier et la vue informatique, découpée encore en quatre architectures : métier, fonctionnelle, applicative et technique qui correspondent respectivement aux processus métier de l entreprise, aux blocs fonctionnels et aux flux d informations, aux blocs applicatifs et finalement à l infrastructure physique qui supportera les blocs.

25 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 19 Le service est perçu différemment en fonction qu on soit un utilisateur ou un informaticien. Du point de vue de l utilisateur, le service constitue le résultat visible de la SOA, sur lequel il pourra travailler, faire des configurations, l exploiter, définir des contrats de services, etc. Le service métier est le produit que l utilisateur va consommer à travers une interface graphique pour exercer son activité. Un même service métier apparait simultanément dans plusieurs processus différents, ce qui permet une dynamique dans le système. Ce service doit être simple d emploi, doit revêtir le caractère de réutilisabilité et doit favoriser l interopérabilité entre ses composantes vu qu il va relier plusieurs acteurs sur une interface présente sur le web. [Bonnet, Detavernier, Vauquier 2008, p ]. Étant donné que l utilisateur lambda n est pas censé connaître toute la technique derrière le service qu il utilise, les résultats de la SOA doivent être normalisés donc compréhensibles par tous. Comme le service doit respecter un contrat de service, il doit offrir une garantie de qualité et exécuter sa tâche de manière simple et concise [Fournier-Morel, Grojean, Plouin, Rognon, 2011, p. 32]. Sous le regard de l informaticien, le service est une notion plus complexe qui s apparente à une composante logique de la SOA avec une fonction déterminée. Cette notion correspond à une application auto-descriptive présente via une interface (en langage SOAP/WSDL, REST, etc.), qui communique par message et indépendamment des autres services. Le service est modulaire, indépendant et neutre. Pouvant être reliée à d autres services, cette composante englobe les données et les informations du système et masque de ce fait l hétérogénéité du SI. On obtient ainsi une vue logique des données compréhensible par tous [Fournier- Morel, Grojean, Plouin, Rognon, 2011, p. 34]. Afin d atteindre des objectifs stratégiques, l entreprise est amener à flexibiliser ses systèmes d informations et ainsi développer des services. Afin de maximiser la flexibilité du système, les services doivent respecter quatre principes essentiels de construction tels que l autonomie, la réutilisabilité, l interopérabilité et la composition des services.

26 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 20 La réutilisation des services [Erl 2008, p ] Le principal but de l architecture orientée service est explicité par ce principe de réutilisation de services dans les processus du système. Le but étant de créer des architectures favorisant des modèles de systèmes ayant des composantes réutilisables. En effet, dans toute création de système, on tente de créer des fonctionnalités répondant à des critères précis. Chaque fonctionnalité est spécifique à une tâche précise. Dans cette logique, l utilisation d une fonctionnalité d un service pour une autre tâche est quasi impossible si l on tient compte également du manque de communication entre les services. L implémentation de la SOA offre au service, la possibilité d être utilisé plusieurs fois, pour des tâches différentes et des utilisateurs différents. Ainsi, les processus s exécutent de manière continue dans le système et permettent d atteindre les objectifs visés par la firme plus rapidement [Erl 2006, p. 292]. Ceci consiste à la création d un concept générique favorisant le paramétrage des services sans difficulté. Le but est de dissocier les services, auparavant dépendant des uns et des autres, afin de permettre des modifications rapides, sans passer par une programmation entière du système et sans perdre de temps [Bonnet, Detavernier, Vauquier 2008, p. 54]. De plus, avec la flexibilité véhiculée par ce principe, SOA offre aux organisations la possibilité d une performance conséquente avec une optimisation des ressources à disposition. L autonomie et l interopérabilité des services [Erl 2008, p ] Afin de favoriser la réutilisation des services, il est primordial que chacun de ces services soit autonomes et capables d interagir avec les autres composantes de l architecture du système. En général, les services sont très restreints au niveau de leurs champs d exécution. En dotant un service d une certaine autonomie, ce dernier devient capable de gérer ses ressources sans intervention externe [Erl 2006, p ]. L autonomie leur confère un contrôle significatif sur leurs champs d application. Les services métiers doivent être indépendants les uns des autres, donc faiblement couplés. [Bonnet, Detavernier, Vauquier 2008, p. 54]. Ainsi, ils deviennent en mesure d exécuter divers logiques métiers de manière indépendante.

27 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 21 Toutefois, les services ne sont que très faiblement reliés entre eux, empêchant ainsi une interaction au sein du système. Ceci engendre des problèmes de communication entre les diverses composantes et empêche le fonctionnement des processus en continu à cause des redondances, des duplications, des erreurs, etc. Pour pallier à ces problèmes, il est primordial d établir une communication entre les services, qui doivent interagir entre eux. Pour établir une communication cohérente, cette architecture implémente les services échangeant entre eux par messages et dans un langage standardisé (très souvent XML). L utilisation d un vocabulaire métier uniformisé pour chaque service permet l intégrité du système. [Bonnet, Detavernier, Vauquier 2008, p. 83]. Les échanges entre les différentes composantes du système, favorisent l autonomie de ces composantes et permettent plus de flexibilité au système. La composition des services [Erl 2008, pp ] Afin d augmenter la réutilisabilité des services, il faut les créer de manière composée. Chaque service, composé d unité modulaire, doit être regroupé par niveau d abstraction afin de séparer des logiques différentes telles que processus, métier ou présentation [Bonnet, Detavernier, Vauquier 2008, p. 54]. Construite de manière composée, donc par l assemblage de multitudes d unités modulaires et autonomes, les processus deviennent accessibles et compréhensibles par tous comme l illustre la figure 2-7 suivante. Une commande passée par un service est interconnectée à tous les autres services dont la présence est nécessaire pour accomplir la tâche en question. La composition des services crée la possibilité de flux d interactions entre les services. De cette manière, la flexibilité et l interaction règnent entre les composantes.

28 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 22 Figure 2-7: Composition et interopérabilité [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p. 36] En somme, les services, au cœur du concept d architecture orientée service, encourage la réutilisation des composantes grâce à son caractère mutualisé dans un environnement d applications consommatrices, favorise l interopérabilité grâce à des intermédiaires internes au SI, et induit une fluidité dans les processus métiers via le principe de composition. Afin d accéder aux fonctionnalités logicielles, les services d une architecture orientée service doivent passer par une interface standardisée. C est pourquoi, les services présents dans un tel concept se nomment les services web, application exposée par le biais d'une interface sur Internet ou intranet. La réorganisation des applications en ensembles cohérents encourage la communication entre des services dits producteurs et des services appelés consommateurs [Journal du Net, 2007]. L architecture orientée service a alors un rôle de courtier de service de ces différentes composantes. Le service web est l élément essentiel de la structure des SI orientée service. Ces services, comportant des fonctionnalités reliées entre elles, regroupent plusieurs opérations qui seront ensuite présentes sur une interface et directement accessibles

29 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 23 par les consommateurs. À caractère réutilisable, les services web consistent en des programmes permettant l échange de données entre des applications et des systèmes via intranet ou Internet et ceci sans intervention humaine. [Wikipedia 2013] Il est également important de relever qu un service est à portée de non seulement des systèmes d informations, des processus métier mais également des utilisateurs via des applications composées. Ces applications consistent en des compositions de processus de gestion par l utilisation de service nouveaux ou existants [Hüsemann 2010]. De ce fait, un service qui fait partie intégrante d une composition, se situe dans un contexte de partage et d échange avec les autres services. Il doit être pris en compte avec toutes les autres composantes de l application. Le couplage faible Le deuxième principe essentiel de la SOA est le couplage faible. Le couplage est une métrique, d intensité forte, moyenne ou faible, indiquant le niveau d'interaction entre deux ou plusieurs composants logiciels [Wikipedia 2013]. Il correspond au degré d échange d informations entre les composants d un système. À cause de la faible dépendance entre les services, l interopérabilité entre ceux-ci est limitée [Heutschi 2007, p. 33]. En vue de garder un haut niveau de flexibilité dans l architecture SI, le plus judicieux est de créer des services autonomes et indépendants les uns des autres. Ainsi, les services sont alors plus facilement maniables et modifiables en cas de dysfonctionnements. Toutefois afin que l ensemble du système fonctionne correctement, il est primordial de maintenir des liaisons entre les composantes. Pour cette raison, les services de la SOA sont reliés par un couplage faible : ils gardent leurs autonomies tout en étant reliés les uns aux autres mais de manière moindre comme nous pouvons l observer dans la figure 2-8 ci-dessous. Ce niveau de couplage est essentiel dans la mesure où les problèmes apparaissant dans une composante, n empêchent pas le fonctionnement de l ensemble du système.

30 2. Qu est-ce qu une architecture orientée service? 24 Figure 2-8 : Le couplage faible entre consommateurs et logique métier [Erl 2008, p. 188] De plus, le couplage faible comporte de nombreux avantages autant pour le consommateur que pour le pourvoyeur de services. En effet, afin de pouvoir utiliser un service, le consommateur envoie un message au système via un protocole de communication. Le pourvoyeur de service étant tenu par le contrat de service, répond alors à la requête de l utilisateur par le même ou un autre protocole de communication [Fournier-Morel, Grojean, Plouin, Rognon, 2011, p. 51]. Selon les auteurs Fournier-Morel, Grojean, Plouin et Rognon, les avantages suivants peuvent être détenus par les fournisseurs et les consommateurs grâce au faible couplage [Fournier-Morel, Grojean, Plouin, Rognon, 2011, p ] : POURVOYEUR DE SERVICES CONSOMMATEURS DE SERVICES Augmentation de la diversité de consommateurs Augmentation de la diversité de fournisseurs Maitrise de la garantie de la qualité de ses services Modification de l implémentation de ses services Facilité d utilisation sans besoin de connaître l implémentation Fiabilité de transaction avec un contrat de service explicite Changement possible de fournisseur en cas de nonsatisfaction

31 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise L impact d une architecture orientée service dans l entreprise Tenant compte des besoins des entreprises, la SOA est dans l obligation de raisonner en tant qu architecture d entreprise. L évolution technologique a favorisé l émergence et la présence de plus en plus importante des systèmes d informations au sein des organisations. Pourtant le SI procure non seulement des avantages colossaux aux entreprises, mais également une complexité significative au sein de l organisation. La manière de gérer l organisation de la firme va également se transformer. La SOA, définie dans cette logique comme une architecture d entreprise, s avère être la solution optimale face à la complexité des SI. Sans pour autant la simplifier, ce concept met de l ordre dans les systèmes d informations de l entreprise. Depuis son apparition, en 1996, cette démarche s est développée et occupe aujourd hui une place importante sur le marché des approches d intégration de systèmes. Adopté par de nombreuses entreprises, SOA démontre ses qualités encore aujourd hui. En effet malgré la montée fulgurante du «Cloud computing», cette démarche architecturale arrive à se démarquer de la concurrence. Lors de son lancement, la Gartner Group avait prédit à environ 75%, le nombre d entreprises ayant recours à SOA dans les années L étude réalisée en 2011 par le groupe de recherche américain Forrester Research, le nombre d entreprise ayant recours à cette approche s élevait à 80% (sur un échantillon de 1035 entreprises interviewées). L efficacité de cette architecture peut être vérifiée par les résultats de l étude : avec un taux de pénétration du marché de 60% en Amérique du Nord tout comme en Europe, la SOA est largement leader de son segment de marché. La satisfaction des consommateurs de cette approche s élève en pourcentage à 81 pour l Amérique du Nord, et à 73 pour l Europe [CIO UK, 2011]. Une étude plus récente, réalisée en 2012 par le groupe de recherche française dans les technologies de l information Jemm Research & Jemm Vision, souligne que 86%

32 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise 26 des entreprises analysés (sur un total de 21) ont engagé une démarche SOA, déjà complétement intégrée dans leur système. Cette dernière étude appuie les estimations de 1996 du Gartner Group [Jemm Vision & Jemm Research, 2012]. Avant d engager un projet SOA, il est primordial de s intéresser à trois principes fondamentaux : l aspect technique englobant la méthodologie nécessaire et les coûts supportés par la démarche, ainsi qu au point de vue organisationnel relié aux modifications qui découlent de cette implémentation. Ces trois aspects sont analysés dans la suite de manière regroupée D un point de vue technique et financier Méthodologie à suivre pour implémenter une SOA La décision de débuter une approche SOA se fait graduellement en fonction des besoins de l entreprise, de l évolution des technologies de l information, ainsi que des coûts émanant des systèmes actuels [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p. 43]. De plus, l intégration de la SOA dans l organisation va bouleverser la manière de travailler dans cette entreprise avec les moyens informatiques à disposition. C est pourquoi, une démarche SOA est séquencée en quatre phases : la planification, la définition, la construction et l implémentation ainsi que la supervision. Il existe actuellement de nombreux fournisseurs de conception d architectures orientée services telles que IBM, Oracle, Microsoft, etc. qui offrent une solution de base de cette approche. Toutefois, aucune des solutions proposées n est dans la capacité de répondre intégralement aux besoins des entreprises. Pour cette raison, il est important de suivre minutieusement chaque étape de l implémentation afin d atteindre les objectifs visés comme l illustre la figure 3-1.

33 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise 27 Figure 3-1: Phase de la démarche SOA [SOA Blog, 2010] La première étape consiste à l analyse des problèmes auxquels est confrontée l entreprise ainsi qu à la définition des besoins de l organisation. Le but étant d améliorer les lacunes dans le système pour gagner des avantages compétitifs face à la concurrence. C est à partir de la prise de conscience de ces problèmes et de ces besoins, que l on peut commencer une démarche SOA. Les potentiels de développement découverts dans cette phase et les objectifs visés par les SI permettront d élaborer une stratégie adéquate en se basant sur l évaluation des diverses alternatives. Cette période est consacrée à l élaboration des facteurs de succès d un projet SOA à savoir le budget consacré à la démarche, le programme de mise en œuvre du projet, les acteurs qui vont y prendre part et principalement le team de développement, les capitaux et les soutiens externes qui vont soutenir la réalisation du projet [Krafzig, Banke, Slama 2006, p. 263]. Plus précisément, des tâches telles que l analyse des dispositifs déjà en place, l identification des axes d amélioration et de progression, la définition des objectifs à atteindre et le choix des outils d évaluation d atteinte des objectifs sont planifiés durant cette première phase

34 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise 28 [SOA Blog, 2010]. On va identifier dans cette première partie comment une démarche SOA peut nous aider à atteindre nos objectifs de base. La seconde partie s intéresse à la définition du modèle de référence de gouvernance SOA (SGRM) à adopter afin de réaliser les objectifs définis dans la partie précédente. La gouvernance SOA est selon certains auteurs une discipline et selon d autre une pratique informatique, qui permet le cadrage et le pilotage d une démarche SOA afin de garantir son succès. Elle peut être définie comme «l ensemble des moyens et des indicateurs qui permettent de prendre les bonnes décisions au bon moment et de s adapter rapidement en tenant compte des risques» dans le cadre d une démarche SOA [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p. 219]. Les principaux piliers d une gouvernance sont l organisation (structures organisationnelles en place), les processus et la technologie. Chaque action réalisée dans cette logique, est en relation avec un de ces piliers. La phase de conception de l infrastructure informatique constitue la troisième partie. La création et le déploiement d une architecture SOA sont les activités principales de cette étape. Il existe trois techniques d intégration différentes: l intégration «top down», l intégration «bottom up» et l intégration «outside in» communément appelé «in the middle» illustré par le graphe 3-2 suivant [Liebhart 2007, p. 172]. Figure 3-2: Stratégie d'intégration [Xebia IT Architects, 2007

35 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise 29 L approche «top down» suit une logique descendante. Elle consiste à commencer l intégration par la définition des processus métiers et passer graduellement à la définition des services métiers nécessaire au fonctionnement des processus. Cette logique est poursuivie dans le but d aligner le système d information sur le métier de l entreprise [Erl 2006, p. 363]. Cette approche permet de piloter l architecture par les besoins métier tout en minimisant les redondances des services [Xebia IT Architects, 2007]. Toutefois les coûts engendrés par cette approche sont importants dans la mesure où elle nécessite une refonte du SI. La seconde stratégie d intégration, nommé «bottom up» opère dans le sens inverse de la précédente approche. Elle est réalisée dans les entreprises possédant déjà un système d information. La conception se déroule de manière ascendante en commençant par identifier les fonctions existantes du SI que l on peut réutiliser en tant que service [Erl 2006, p. 366]. En se basant sur un système déjà présent, l entreprise peut récolter un gain sur les coûts d implémentation. Ce type d intégration est meilleur marché qu une intégration top down, mais malheureusement pas plus profitable. En effet, elle consiste à une réutilisation différente d une fonction déjà existante d un système, ce qui ne permet pas une autonomie considérable des services qui restent encore très dépendants à leur système de base [Xebia IT Architects, 2007]. Enfin, il existe une troisième approche intitulée «in the middle» ou «outside in», qui se définit comme une combinaison des deux précédentes. Cette stratégie consiste à développer les approches «top down» et «bottom up» de manière parallèles pour obtenir des résultats plus pertinents, qui permettront de déterminer la manière optimale pour définir les processus métiers. Bien que risqué au moment de la réunion des deux approches, cette stratégie offre un pilotage efficace de la SOA et favorise la réutilisation des services.

36 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise 30 Une fois toutes les décisions prises quant à la planification et à la stratégie de conception, les solutions choisies sont alors appliquées. On se situe dès lors dans la dernière phase de cette démarche : l implémentation et la supervision. Durant cette phase, il est important de réaliser chaque étape de l implémentation en respectant le temps et le budget à disposition, afin de ne pas engendrér de coûts supplémentaires. Une fois l architecture complétement implémentée, le système devient alors fonctionnel. Cette dernière phase s achève sur la vérification de l efficacité du système, de la supervision de l atteinte des objectifs, du suivi des performances du projet et sur une formation fournie aux usagers du système pour une utilisation optimale [Debray,IBM Software Group, 2005] Coûts de l approche L adoption de tout nouveau système implique des coûts plus ou moins élevés. Dans les projets informatiques, ces coûts sont en général très élevés tenant compte des coûts de conception, de mise en place, d entretien, de maintenance ou encore d échec. Dans cette section, nous allons analyser les principaux frais émanant d une démarche SOA en exposant des chiffres tirées d études réalisées sur le coût de la SOA. Les principaux frais activés émanent surtout au niveau de l implémentation et de la maintenance du système. Il est difficile de quantifier exactement les montants nécessaires à une implémentation SOA sachant, qu ils dépendent de l ampleur du projet SOA et de ce fait, des moyens nécessaires à son élaboration. Afin de mieux cerner l importance du poids des coûts dans une démarche SOA, il est intéressant d analyser différentes études réalisées à ce jour. Une étude réalisée en 2006 par le GCR Gartner Custom Research, démontre les différences de stratégies de coûts SOA entre les USA et l Europe. En Europe, la tendance est plutôt de réaliser des économies sur les coûts SOA alors qu aux USA, les stratégies sont orientées vers le développement de l agilité SOA. Les principales dépenses de cette démarche sont dues aux ESB, aux logiciels de sécurité ainsi qu aux outils de gestion du système. Ces dépenses représentent selon l étude,

37 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise 31 environ 40% du budget alloué à la démarche alors que les dépenses liées aux ressources humaines constituent la part plus importante du budget, à savoir dans les alentours de 54% [Le Monde Informatique 2006]. En comparaison, une étude réalisée en 2008 par IBM estime à 20% le coût initial de développement et à 80% les coûts de maintenance du projet sur la base du cycle de vie du projet SOA [IBM Corporation 2008]. Selon des recherches menées conjointement par l Université de St-Gall et le groupe SAP en 2008, il existe une multitude de catégories de coûts engendrés par une implémentation SOA. Ces coûts sont détaillés à la page 77 dans l annexe 1, intitulée «SOA Infrastructures Costs». Les principaux coûts recensés sont en termes [SAP AG, University of St. Gallen, 2008, p.23] : D investissement dans les infrastructures hardwares et softwares comprenant les infrastructures physiques et les coûts de licence De dépenses d implémentation impliquant les coûts de gestion de projet ainsi que des tests Des coûts d opérations au niveau des services et des systèmes De gouvernance du concept De dépense en IT Change Management impliquant les coûts de changements organisationnels et de formation Bien entendu, il existe encore d autres coûts à ne pas négliger telque les coûts de sécurité informatique, de gestion des systèmes ou encore des coûts implicites d effort et de performance [Gartner Group 2008, p. 21] Vu le nombre croissant d entreprise ayant recours à cette architecture, les coûts engendrés deviennent un facteur décisif concernant l adoption de la SOA. Une étude menée en 2008 par le groupe de recherche américain IDC, sur les grandes entreprises ayant implémenté SOA souligne ce fait. Selon cette étude, le nombre d entreprises ayant engagés des démarches SOA s élevait à 53% et les dépenses annuelles moyennes de chacune de ces firmes approchaient les 1.4 millions de dollars [Le Monde Informatique 2008]. Lors d une conférence d IDC tenue en 2010,

38 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise 32 la progression des dépenses pour les architectures orientées services fut estimée à 25% entre 2008 et 2013, tout en soulignant que cette croissance sera tirée par la région Asie/Pacifique. Le vice-président d IDC, Ruediger Spies souligne tout de même que ces dépenses sont justifiées lorsqu on observe les effets de la SOA sur le long terme [Le Monde Informatique 2010]. Figure 3-3: Comparaison de la structure des coûts des technologies de l information d'une approche traditionnelle et d'une SOA [BEA SYSTEMS, 2005] En effet, un programme SOA se différencie des logiciels traditionnels par sa capacité de création de valeur de manière plus significative et importante que les projets logiciels [BEA SYSTEMS, 2005]. Les coûts initiaux élevés s amortissent au fil du temps, une fois que les infrastructures SOA sont parfaitement implémentées comme explicité dans la figure 3-3 ci-dessus. Bien que les coûts émanant d une initiative SOA soient élevés, les technologies de gouvernance SOA restent un des plus importants secteurs en croissance du marché des infrastructures et du middleware applicatif, générant des revenus de plus de 17.6 milliards de dollars en 2011 [Gartner Group 2011].

39 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise D un point de vue opérationnel et stratégique Changement dans l organisation L introduction d une architecture orientée service dans un système déjà existant va bouleverser son fonctionnement. Toute l organisation sera touchée par le phénomène et en sera profondément modifiée. Cette mutation concerne non seulement le fonctionnement organisationnel mais également la culture même de l entreprise. De part cette approche, on tente de casser les silos du système [Cf. Chapitre 2.2.1] pour créer une entité dans lequel tous les départements sont reliés et partagent les ressources à disposition. Par le partage d information, la SOA pose les principes de base d une organisation homogène sur la base d un système standardisé. Cela implique une vision globale de l organisation, qui est gérée par la gouvernance SOA. L infrastructure mise en place relie tous les acteurs de ce système qui peuvent désormais interagir de manière optimale. Ainsi la SOA optimise toutes les ressources de l entreprise. Les buts organisationnels poursuivis par l implémentation de cette approche sont [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011, p.170] : La mise en place d un cadre pour l accomplissement de projets SOA L amélioration de l alignement des besoins métiers et des réponses techniques La mise en place d un outil de communication entre les acteurs internes et externes du système La mise en place d un outil de planification des évolutions du système Les répercussions directes dans le mode de fonctionnement de l organisation sont nombreuses. On en peut relever quelques-unes. Le projet SOA permet par exemple une augmentation de l efficacité des systèmes, étant due à l adaptabilité des processus. Favorisant la réutilisabilité des composantes, on peut également observer des améliorations concernant la réduction des délais de mise en œuvre et de la diminution des coûts informatiques [Bonnet, Detavernier, Vanquier 2008, p. 50].

40 3. L impact d une architecture orientée service dans l entreprise 34 Toutefois, un changement aussi important dans l organisation nécessite du temps à sa mise en place et à son acceptation par tous. Les utilisateurs ont besoin d un temps d adaptation pour se familiariser avec le concept. Il est alors nécessaire de faire changer les mentalités des acteurs face à ce changement, en les formant à ce nouveau concept Attentes de cette approche Suite à l évolution fulgurante des technologies de l information et la concurrence de plus en plus rude, le besoin d agilité s est fait ressentir dans toutes les organisations. Il fut primordial de casser les silos des SI et créer des systèmes interopérables. L agilité, étant la capacité de réagir rapidement aux changements, est devenue le mot clé de toute évolution informatique. SOA est désormais considérée comme une «refonte intelligente du système d information, alignées sur les besoins métier, lissée dans le temps et permettant la cohabitation entre les anciens et nouveaux applicatifs» [Bonnet, Detavernier, Vanquier 2008, p. 43]. Avec de telles qualités, la SOA s inscrit à deux niveaux dans une entreprise : stratégique et opérationnel. Sur le plan stratégique, ce concept s inscrit dans la gouvernance des technologies de l information. L approche doit permettre la gestion d un portefeuille des solutions SOA (les applications composites) et d un portefeuille des services [IT- Expert Magazine, 2011]. Au niveau de la stratégie d entreprise, elle doit favoriser le déploiement d outils de mesures pour analyser le rapport coûts/bénéfices et promouvoir le partage et la compréhension de la stratégie générale [BEA Systems, 2005]. Ainsi les décisions stratégiques seront prises en tenant compte d un point de vue global. Sur le plan opérationnel, ce concept se réfère surtout aux phases de conception, de déploiement et d exécution de la mise en place d une démarche SOA. En effet, l opérationnel englobe l implémentation des processus de gestion des cycles de vie des services et des applications composées [IT- Expert Magazine, 2011]. À ce niveau, la SOA doit se définir comme un style architectural dynamique et standardisée, réduisant les redondances des fonctionnalités du système et favorisant la réutilisabilité des processus [BEA Systems, 2005].

41 4. Avantages de l architecture orientée service Avantages de l architecture orientée service Depuis la montée en puissance du Cloud computing durant ces dix dernières années, le concept d architecture orientée service est souvent remis en question dans le domaine informatique. On peut apercevoir une division entre les partisans de ce concept d un côté et les promoteurs du Cloud de l autre côté. Les articles scientifiques criant à la fin du SOA se multiplient. Pourtant les statistiques, comme vu précédemment, démontre le contraire. A ce niveau, la question se pose alors : SOA a-t-elle encore une utilité actuellement? Quelles sont les arguments favorisant l adoption de ce concept de nos jours? Pourquoi opter pour une démarche orientée service? Dans ce chapitre, nous allons analyser les principaux avantages d une architecture orientée service sur le plan organisationnel, technique et financier afin de souligner les avantages découlant de l adoption d une SOA dans les infrastructures informatiques actuellement. Pour cela, nous allons nous baser sur plusieurs études réalisées à ce jour tout en complétant avec la littérature existante Au niveau organisationnel : la flexibilité du système Le principal but poursuivi par les entreprises est de se démarquer de la concurrence pour gagner des parts de marchés et faire des profits. Toutes les théories économiques l ayant confirmée, seule une innovation continuelle peut amener à une position compétitive sur le marché. Pour ceci, il est primordial de s adapter facilement et rapidement aux évolutions du marché. Tout retard face aux changements coûte à l entreprise non seulement en terme financier mais également en matière de perte de clients. Dans cette logique, la flexibilité des entreprises face aux évolutions s avère être la clé de réussite pour maintenir la satisfaction des clients et le maintien des parts de marché. Sachant que la majorité des processus d entreprises sont informatisés, la flexibilité technologique devient alors un des sujets fondamentaux du bon fonctionnement de l organisation.

42 4. Avantages de l architecture orientée service 36 La flexibilité technologique se définit comme «la capacité de la technologie à se transformer et à s adapter au rythme des activités d une façon aisée et au moindre coût possible» [Soto, IBM Corporation, 2008, p. 2]. Dans cette optique, l architecture orientée service permet la possibilité de créer un environnement technologique flexible grâce à la standardisation des infrastructures et la décomposition des applications en services. En effet, ce concept favorise l agilité par le découpage des structures applicatives en des composantes, créant une division nécessaire au bon fonctionnement de l organisation. Ainsi, les métiers sont construits de manière alignée aux processus de l entreprise, qui deviennent automatisés [Raymond, Softeam, 2011, p. 5]. La standardisation des technologies de l information est alors à la base de l interopérabilité des composantes en favorisant la gestion des processus, désormais indépendants des services. Toute modification apportée à une composante du système n affecte que le service en question sans porter préjudice à toute autre composante. Toutefois, les systèmes d informations ne sont pas des blocs homogènes. Chaque système est composé de silos applicatifs, de progiciels, de services, etc. qui doivent interagir les uns avec les autres afin d être performants. L importante ampleur de la communication et du partage d informations entre ces entités, dote le système d une complexité non négligeable [Bonnet, Detavernier, Vauquier 2008, p. 259]. Afin de contrer la complexité, la SOA se présente comme une solution adéquate en cassant les silos (barrières organisationnelles). Cette démarche rationalise les échanges avec un langage commun et gère l augmentation des flux d informations grâce à une structure organisée et standardisée [Holley, Dr. Arsanjani, 2011, p.59]. D un point de vue économique, les attentes des entreprises de cette démarche sont diverses. Le graphe 4-1 suivant, tiré d une étude réalisée en 2009 par le groupe de recherche Wolfgang Martin Team, illustre les divers motifs de choix économiques lors de l adoption d une démarche SOA. Suivant l ordre d importance dans la prise de décision, nous pouvons citer la haute flexibilité du système, l optimisation des processus, la réduction du temps de développement, l accroissement du ratio d innovation et finalement l augmentation de la production.

43 4. Avantages de l architecture orientée service 37 Figure 4-1: Motifs de choix lors de l'adoption de démarche SOA [SAP AG, University of St. Gallen, Saat, Discher, 2009, p. 4] La transformation de l ensemble du réseau informatique de l entreprise en le dotant de la flexibilité, offre de nombreux avantages tels que l augmentation des bénéfices induit par une modification de la stratégie informatique, des marges de profits émanant de l accroissement de la production ou encore un gain sur le temps de développement des produits et des services [SAP AG, University of St. Gallen, Saat, Discher, 2009, p. 18]. Une technologie flexible comme le concept SOA, peut révolutionner le fonctionnement des systèmes et permettre ainsi aux entreprises de devenir plus compétitives Au niveau technique : la réutilisabilité des ressources D un point de vue technique, l implémentation SOA contribue amplement à la réduction de la complexité du système grâce à ses fonctionnalités réutilisables et ses services indépendants. En effet, le principe de base de la démarche SOA est de créer des services réutilisables afin d optimiser les ressources au sein de l ensemble du système. Lors de sa conception, les services métiers sont élaborés de manière à pouvoir être réutilisés d une part afin de simplifier les processus, d autre part pour réduire les coûts de développement des projets.

44 4. Avantages de l architecture orientée service 38 Par la possibilité de réutilisabilité des composantes déjà existantes, nous pouvons réaliser des économies en dépenses et en temps nécessaire à la réalisation de nouveaux projets [Erl, 2007, p.506]. Ainsi un service déjà existant pourra être invoqué à nouveau par lui-même pour réaliser des tâches déjà exécutées mais également d autres lignes de services pourront s y référer [Raymond, Softeam, 2011, p. 5]. De cette sorte, les tâches exécutées par les services métiers sont automatisées, et les services sont mutualisés et ceci en moins de temps que les autres types d architecture d intégration. Ainsi, par l augmentation de la capacité de réutilisabilité des services, la SOA diminue les redondances et les erreurs pouvant apparaitre dans le système tout en accélérant le temps d automatisation des processus. L orientation service des systèmes simplifie également les problèmes de maintenance grâce à sa structure organisée. Garantissant une intégration standardisée avec des composantes interopérables, l architecture SOA améliore l aptitude d exploitation du système [Bonnet, Detavernier, Vauquier 2008, p ]. En effet en assurant un maximum d indépendances entre les services, on peut empêcher par exemple les répercussions néfastes du dysfonctionnement d un service sur toutes les autres composantes du système. Le problème n affecte que le service concerné sans empêcher le fonctionnement des autres services. L interopérabilité permet d une part la standardisation des protocoles pour un meilleur échange entre les services, et d autre part la transformation des données entre les services consommateurs et les services producteurs [Bell 2006, p ]. L indépendance totale entre les composantes crée la neutralité technologique sans contrainte de technologies ou de localisation des services. Ainsi l échange d informations entre les divers services est exécuté de manière adéquate pour une meilleure communication dans l ensemble des composants du système.

45 4. Avantages de l architecture orientée service Au niveau financier : la baisse des coûts La plus importante valeur ajoutée du concept d architecture orientée service est sa capacité de réduction des coûts sur le plan financier. Une étude réalisée en 2008 aux États-Unis par le GCR Gartner Customer Research, démontre les attentes des entreprises vis-à-vis d un projet SOA [IBM Corporation 2008]. Il ressort de cette étude que le motif principal à la base d une adoption du concept SOA est d ordre financier. En effet dans un panel de 151 utilisateurs SOA, 30% ont indiqué avoir choisi ce concept dans le but de réaliser des économies sur les coûts IT comme explicité sur la figure 4-2. Nous pouvons en déduire l ampleur de l importance des coûts engendrés par des projets IT dans les organisations surtout lorsqu on travaille avec des concepts non agiles. Figure 4-2 Principales attentes des entreprises d'une démarche SOA [IBM Corporation 2008]

46 4. Avantages de l architecture orientée service 40 Ces dépenses IT souvent très élevées, englobent non seulement les coûts IT de la mise en place de nouvelles infrastructures informatiques et de changements qui suivent l implémentation, mais également les coûts d opportunité implicites dans le cas où le changement n opère pas en temps voulu [Soto, IBM Corporation, 2008, p. 2]. En effet, la mise en place de ce concept regorge des coûts initiaux exorbitants dus à l installation technique, qui seront amortis avec le temps. Sur le long terme, il est très probable de réaliser des économies sur les coûts essentiellement dus à la réutilisabilité des composantes. L approche SOA, se démarque des approches conventionnelles grâce aux fonctionnalités qu elle offre en termes de flexibilité et de baisse des coûts. La figure 4-3 met en relation la structure des coûts de maintenance d une approche orientée service et d une approche d intégration conventionnelle en accentuant leur évolution au fil du temps. Figure 4-3: Investissement initial et rendement à long terme des capitaux investis [Madsen, Loureiro, Groupe CGI, 2006] Nous pouvons observer qu au début du projet, les coûts engendrés par la SOA sont supérieurs aux coûts des approches traditionnelles mais qu avec le temps, la tendance s inverse. Sur le long terme, le concept d architecture orientée service est plus bénéfique au niveau de l amortissement des coûts de maintenance et permet

47 4. Avantages de l architecture orientée service 41 même de réaliser des marges importantes sur ces coûts par rapport aux méthodes traditionnelles d intégration. La baisse des coûts est notamment due à deux principes majeurs : la réutilisation et l interopérabilité des services. Le fait de pouvoir réutiliser les services à maintes reprises, offre des possibilités d épargne sur les quatre sources de dépenses IT : les coûts des projets, les coûts de maintenance, les éventuels changements futurs et le retour sur investissement. L utilisation d une approche orientée service dans des projets, réduit les coûts de ceux-ci dans la mesure où elle favorise une implémentation et un déploiement plus efficient que des approches conventionnelles. Nous pouvons ainsi réaliser des économies lors de la modification d un code, de l intégration de nouveaux modules, des tests de réussite de projets et lors de la configuration des processus d entreprises tout au long du projet, et ceci sans frais supplémentaires [Krafzig, Banke, Slama 2006, p ]. Au niveau de la maintenance, les coûts du système sont fortement diminués lorsque celui-ci est intégré avec une SOA. En effet, la recomposition des services modulaires et le couplage faible vont simplifier les processus. De ce fait, les dépenses engagées par la maintenance, les modifications et l entretien seront réduits [Krafzig, Banke, Slama 2006, p. 244]. Une autre source de dépenses de toute infrastructure informatique sont les frais émanant des changements et des évolutions du marché. Afin de faire face à ces changements, l entreprise a besoin d un certain temps d adaptation qui va coûter à l entreprise en termes de bénéfice net et de chiffre d affaire. SOA s avère être la solution adéquate à ce problème. Grâce à son infrastructure standardisée, la SOA supporte tous types de modifications au cours du temps. De plus, elle est facilement maniable grâce à la modularité des services réutilisables qu elle met à disposition. A long terme, la SOA s adapte aisément par une intégration facilitée de nouvelles composantes [Krafzig, Banke, Slama 2006, p. 244].

48 4. Avantages de l architecture orientée service 42 Enfin, il est possible d obtenir des retours sur investissements ROI (Return On Investment) importants avec ce type d architecture. En effet, sur le long terme, les coûts initiaux élevés sont amortis. La flexibilité offerte par la SOA est très souvent décrite comme la raison des possibilités de retour sur investissement [Holley, Dr. Arsanjani, 2011, p. 28]. Même si mesurer le ROI de la SOA reste une tâche complexe à réaliser, il existe tout de même des techniques de calculs de la valeur commerciale de SOA exprimé en valeur monétaire. Toutefois, lors du choix d une démarche SOA, les chiffres du ROI ne sont pas significatifs. Il est nécessaire de tenir compte la stratégie choisie et des objectifs visés pour parvenir à une décision avant d opter ce concept. En somme, les avantages de la SOA offrent à l entreprise une position compétitive sur le marché par la flexibilité et une meilleure profitabilité économique grâce à la réduction des coûts [Gartner Group 2008, p.12].

49 5. Etudes de cas Etudes de cas Cette seconde partie du mémoire, recense des expériences de la vie pratique concernant l architecture orientée service. Le principal objectif étant de prendre conscience de la réelle utilité du concept de SOA sur la base d expériences d utilisateurs de cette approche et de comprendre comment et pour quelles raisons cette démarche est appliquée par les entreprises. Même que cette approche a été élaborée, il y a déjà quelques années, elle reste malgré tout pas très commune sur le marché européen et particulièrement en Suisse. C est pourquoi, réaliser cette partie fut intéressant et enrichissant pour venir en appui à la partie théorique. Les expériences récoltées dans la suite du travail, permettent de prendre conscience de l application réelle de cette démarche ainsi que les vraies raisons à la base de son adoption. Deux difficultés majeures se sont réellement posée dans cette partie du travail. Premièrement, recenser des institutions utilisant ce type d architecture fut laborieux, dans la mesure où les substituts de ce concept sont nombreux. En effet, il existe plusieurs méthodes d intégration, et SOA en est une parmi d autres. Même si ses avantages sont nombreuses, moult entreprises préférèrent utiliser d autres types d architectures que SOA pour diverses raisons. Ensuite, la seconde difficulté fut l accès à l information. Bien entendu toutes les entreprises agissent dans le cadre de la confidentialité des données. De ce fait, certaines informations concernant les études de cas suivantes seront citées de manière anonyme surtout en ce qui concerne la seconde entreprise. Le principal but demeure dans l information ellemême et non dans l entreprise qui l a fourni. Nous pouvons encore relever un autre aspect qui est la collaboration avec les firmes rendus difficile soit à cause de la distance géographique soit à cause du manque de disponibilité, mais tout à fait compréhensible de la part des entreprises.

50 5. Etudes de cas 44 Ces études de cas portent d une part sur une entreprise privée qui est une grande compagnie d assurance et dont le nom ne sera pas cité pour cause de confidentialité, ainsi que sur une organisation autonome mais publique qui est l Office de la Circulation et de la Navigation du canton de Fribourg. Les divers éléments discutés dans la suite émanent d un questionnaire identique, traduit en français et en anglais, adressé à chacune des deux entreprises. J adresse ma reconnaissance à M. Philippe Savary, Chef du service IT de l OCN ainsi que la responsable IT de la compagnie d assurance pour leur collaboration et pour le temps qu ils ont consacré à la concrétisation de cette partie du travail. Les informations citées et utilisées dans la suite proviennent des études de cas réalisées avec les entreprises. Ces études de cas se sont déroulées en deux parties. Premièrement une série de question ouvertes, identiques pour les deux entreprises, ont été adressées aux interlocuteurs. Les réponses à ces questions ont été étudiées dans divers sous-chapitre, en faisant une synthèse de chacune. Ensuite, afin de comprendre les avantages procurés par l adoption de l architecture orientée service au sein des systèmes informatiques, les entreprises ont dû remplir une grille d évaluation. Les principaux avantages au niveau organisationnel, technique et financier d une implémentation SOA y étaient exposés. Chaque entreprise a été priée de remplir cette grille de manière la plus adaptée et réaliste en fonction de leur situation. Sur la base des résultats obtenus dans ces questionnaires, une analyse a été réalisée dans la dernière partie de chaque étude de cas.

51 5. Etudes de cas Office de la Circulation et de la Navigation du canton de Fribourg La première étude de cas repose sur une organisation autonome mais publique de l Etat de Fribourg, qui est l Office de la Circulation est de la Navigation, plus communément appelée l OCN. Ce sous-chapitre se concentre sur l expérience, en termes d architecture orientée service, dans le domaine de la sécurité routière. Les informations utilisées par la suite proviennent d une étroite collaboration avec le chef du service IT de l OCN, Monsieur Philippe Savary, sur la base d un questionnaire, lui étant destiné et d un échange par courriel électronique Portrait de l organisation L'Office de la Circulation et de la Navigation (OCN), dont le siège principal se situe à Fribourg, opère dans les activités liées à l admission des personnes et des véhicules à la circulation routière et à la navigation, aux autorisations nécessaires à toutes catégories de circulation et navigation, à la perception des impôts sur les véhicules et les bateaux, à l organisation de cours de prévention, ainsi qu aux diverses activités administratives [OCN 2013]. Avec un effectif de près de 100 collaborateurs, cet établissement autonome de droit public est géré selon les principes de l économie d entreprise. Les impôts prélevés sur les véhicules et les bateaux, s élevant à près de 90 millions de francs suisses, sont entièrement versés à l Etat de Fribourg. Cet établissement supervise la gestion de plus de de 220'000 conducteurs et véhicules dans le canton. La qualité des prestations offertes, qui est orientée selon les attentes de leur clientèle, est d importance capitale. D ailleurs la performance de leur service ainsi que la qualité de leurs prestations sont souvent certifiés par des accréditations.

52 5. Etudes de cas Présentation du système informatique de l établissement À l OCN, le domaine informatique ne fait pas partie intégrante du «Core Business Management» de l établissement. Toutefois, étant donné l ampleur et l importance des données informatiques, ce domaine demeure essentiel au bon fonctionnement de l ensemble du système. Ce domaine est géré par Monsieur Philippe Savary, chef du service IT. Le système informatique de l OCN se compose d un (pro)logiciel d entreprise nommé CARI ainsi que d une multitude d applications hébergées soit localement soit à l OFIT 1 étant donné qu elles sont exploités au niveau national. CARI est une application métier utilisée pour par quatorze services des automobiles et de la navigation dans l ensemble de la Suisse [Abraxas CARI 2011]. Elle fonctionne de manière simplifiée selon la figure suivante. Figure 5-1: Fonctionnement du logiciel CARI 1 L OFIT est l Office Fédéral de l Informatique et de la Télécommunication qui s avère être l'un des fournisseurs internes de prestations informatiques de l'administration fédérale [Confédération Suisse 2013].

53 5. Etudes de cas 47 Le logiciel CARI se caractérise par une série de processus standardisés permettant de relier plusieurs modules et les bases de données ainsi qu avec les partenaires internes et externes comme nous pouvons le voir dans la figure 5-1 [Abraxas CARI 2011]. De cette sorte, les services publiés sur Internet permettent d intégrer les clients et les partenaires externes directement dans les procédures internes. Le paysage applicatif de l entreprise se représente alors de la manière suivante : Figure 5-2: Paysage applicatif de l'ocn Comme le décrit la figure 5-2, le paysage applicatif de l OCN est constitué de divers logiciels et éléments reliés entre eux. Le logiciel principal CARI est en quelque sorte le socle de l ensemble du système. Il gère une multitude de modules à lui seul comme la comptabilité débitrice, les relations avec les partenaires internes et externes, les questions relatives à l administration, etc. L architecture orientée service apparait dans ce paysage au niveau de ce logiciel CARI. Elle est mise en œuvre à l intérieur même du logiciel et facilite toutes les relations présentées dans la figure 5-2 par des flèches. Il existe d autres logiciels plus spécifiques tels que CarD pour l impression des permis de conduire sous la forme de carte de crédit ou encore des logiciels de gestion comme Abacus. L OCN dispose également d une plateforme Internet comme moyen de communication. Elle est en constante collaboration avec d autres organisations externes grâces à divers applications telles que FABER,

54 5. Etudes de cas 48 ADMAS, RIPOL, MOFIS, TARGA, Sari, etc. qui sont hébergées soit par l OFIT (appelée BIT en allemand) ou soit par des serveurs locaux. Malgré son statut d autonomie, l OCN reste une entreprise de droit public et pour cette raison, elle collabore tout de même avec le service informatique de l Etat de Fribourg, nommé le SITEL, qui héberge pratiquement l ensemble des services utilisés Description du projet SOA et dans son évolution au fil du temps L architecture orientées service fait partie du l architecture logicielle de l OCN. Elle est mise en œuvre dans le logiciel CARI, spécifique pour les services automobiles de l ensemble de la Suisse (implémentées dans quatorze cantons). Ce type d architecture est le plus adapté aux besoins informatiques rencontrés dans ce domaine, grâce à sa couverture fonctionnelle. L architecture orientée service n a pas été introduite dans le système informatique de l Office en tant que projet à part entière. Elle n est exploitée que dans le service informatique de l établissement au niveau de l architecture logicielle. Cette démarche informatique est née dans la stratégie informatique de l Office de la Circulation et de la Navigation suite à plusieurs contraintes imposées par d autres organisations. D une part, l Office a du faire recours à ce type d architecture dans le prolongement des décisions prises par l'office Fédéral des Routes (OFROU) et l'office Fédéral de l'informatique et des Télécommunications (OFIT). Ces deux partenaires jugeaient nécessaire la mise en place d un support de centralisation des données de gestion au niveau national en ce qui concerne le domaine des permis de conduire avec l application FABER, celui des permis de circulation avec l application MOFIS et celui des mesures administratives avec l application ADMAS. Le principe consistant était de centralisé l information gérée au niveau cantonal directement au niveau fédéral. Toute information validée par un canton doit être communiquée et validée au niveau fédéral grâce à un processus actif en temps réel.

55 5. Etudes de cas 49 D autre part, l OCN fait partie d une association des services automobiles nommée asa. Cette association œuvre pour le respect des prescriptions sur la circulation routière de manière uniforme dans l ensemble du pays [ASA 2013]. Elle travaille continuellement sur des projets de développements informatiques et d échanges de données dans le but de standardiser les processus cantonaux pour assurer une uniformisation des applications utilisées. Par la standardisation des processus, il devient alors possible de réduire les coûts informatiques de l ensemble des membres de l association. Le meilleur exemple que l on peut citer dans cette étude de cas est celui de l application CarD développée pour permettre l impression des permis de conduire au format de carte de crédit directement dans les offices d automobiles. Cette application à elle seule permet une réduction importante des coûts de développements. De plus, elle a également lancée des projets d échanges de données, par exemple pour les questions d assurance de responsabilité civile, afin de simplifier les tâches administratives d une clientèle commune. Cet environnement nécessitant l intervention de différents acteurs a contraint l OCN a à restructurer son système grâce à une architecture plus flexible comme la SOA, afin de répondre à tous ces changements et ces obligations qui lui ont été imposées. Cette technologie orientée service, décrite par Monsieur Savary comme une «mise en place des services informatiques, à forte intégration mais avec un faible couplage au niveau de la maintenance, afin de garantir son optimisation» est exploitée à divers niveaux du système. Tout d abord, elle intervient notamment dans les communications qu entretient l OCN avec les applications informatiques fédérales telles que FABER, ADMAS ou MOFIS utilisées par d autres organisations. L intégration avec SOA, facilite les échanges avec ses partenaires externes. Ensuite, les relations informatiques entretenues avec les compagnies d assurance, qui délivrent les attestations d assurance de responsabilité civile RC pour l immatriculation des véhicules et également des bateaux sont améliorées. En guise d exemple, nous pouvons observer la figure 5-3 qui représente l architecture des services mises en place par une compagnie d assurance dans les activités de délivrance des attestations nécessaires pour autoriser l immatriculation ou la mise en circulation d un véhicule.

56 5. Etudes de cas 50 Figure 5-3: Architecture des services en relation avec les activités d'assurance La partie supérieure de la représentation explicite les quatre interfaces nécessaires apparaissant dans ce type d activités alors que la partie inférieure décrit les relations étapes par étapes pour la réalisation de cette activité. L architecture orientée service favorise la réalisation de ces relations. Les services utilisés via une architecture SOA permettent une communication claire entre les diverses composantes du système sachant que tous ces échanges d'informations sont basés sur des web services (en langage XML).

57 5. Etudes de cas 51 Enfin, l implémentation de la SOA dans cette infrastructure informatique permet à l OCN, une marge d indépendance dans la réalisation de certaines tâches directement dans leur système grâce au couplage faible. Par exemple, le système assure la production de permis de conduire au format de carte de crédit, et ceci grâce à la communication qu elle peut facilement entretenir avec des applications externes. L architecture orientée service facilite également la communication de la firme avec ses clients directement sur leur site internet via des quiz et des formulaires et services présents sur le web. L OCN ne développant pas directement ce type de services elle-même, ces derniers proviennent de sociétés de service externes spécialisées dans le développement informatique. En somme, l architecture orientée service n a pas été implémentée dans cette firme en tant que projet mais plutôt tel qu un prolongement informatique nécessaire face aux changements continuels des technologies de l information. Toutefois ceci ne signifie pas qu aucun coût a été engendré pour sa mise en œuvre. Depuis 2001, la mise en place de l architecture orientée service a activée des coûts d investissement dépassant plusieurs millions de francs suisses qui représentent des sommes considérables. De par son caractère d organisation publique, l OCN est tenu de respecter des exigences standardisées imposées par l Etat dans le but d uniformiser les systèmes. L Office est dès lors dans l obligation de se mettre à jour pour travailler sur la base d applications standardisées au niveau national Objectifs visés par l adoption de SOA et grille d auto-évaluation sur les attentes et les réalités de SOA Pour comprendre les attentes de l entreprise avant l implémentation de la SOA et la réalité après l implémentation pour chacun des avantages théoriques de ce concept, nous allons analyser la grille d évaluation suivante, complétée par Monsieur Savary.

58 5. Etudes de cas 52 Attentes Réalités ORGANISATIONNEL Flexibilité "Saint-Graal" Théorique Modification des services existants - Complexe avec une forte implication de tous les partenaires que cela soit du côté du "client" comme du "fournisseur" Intégration de nouveau processus Adaptation à de nouvelles exigences TECHNIQUE Favoriser le développement Augmentation des processus à disposition Réutilisation des ressources - idem - idem Pour éviter les difficultés d'évolution l'on a tendance à - démultiplier les services disponibles - idem - idem FINANCIER Coût de l implémentation Coût de la maintenance Coût de l infrastructure - Pas évaluer / comparer - Pas évaluer / comparer - Pas évaluer / comparer Figure 5-4 : Grille d'évaluation des attentes et des réalités du SOA de l'ocn

59 5. Etudes de cas 53 Comme vu précédemment, la démarche SOA n a pas été adoptée dans le cadre d un projet autonome. L OCN a dû adopter cette technologie à la suite des contraintes imposées par ses partenaires. L évolution des partenaires de l office vers ce type d architecture, en est la réelle raison. C est pourquoi, l OCN n a pas établit des objectifs à atteindre avec cette architecture. Elle a dû l admettre afin de suivre les évolutions de ses partenaires en matière de technologie des systèmes d informations. Pour cette raison, le département n avait pas des attentes particulières vis-à-vis de la SOA lors de son adoption. Une fois implémentée, les réels avantages et désavantages de cette architecture ont pu être dénombrés au niveau technique et organisationnel. Certaines parties du système ont connu des simplifications dans leurs processus grâce à la mise en place de services à forte intégration, reliés entre elle avec un faible couplage au niveau de la maintenance. De ce fait, le système utilisé est devenu plus flexible par endroit. Toutefois, Monsieur Savary juge le niveau de flexibilité amené avec la SOA positif. En effet, la modification des services existant ainsi que l intégration de nouveaux processus, qui auraient dû être améliorée avec l implémentation SOA, demeure tout de même complexe à mettre en pratique. Toute modification nécessite l implication de tous les partenaires clients ou fournisseurs. De ce fait, la marge d autonomie de l entreprise en termes de changements informatiques se rétrécit. Au niveau de la technique, le département informatique de l OCN n opte pas l option de réutilisabilité des services existants, mais plutôt préfère démultiplier les services disponibles. Certes, de cette manière les problèmes diminuent mais ceci aura comme conséquence d augmenter la complexité du système notamment à cause des redondances. Du fait que l Office est fortement relié à des partenaires externes, elle ne peut pas changer de stratégie informatique selon ses envies. Ceci explique les problèmes de manque de flexibilité ou de non utilisation optimale des ressources à disposition. Sur le plan financier, aucune évaluation intégrale des coûts engendrés n a été réalisée jusqu à ce jour par l établissement. En effet, la mise en place de cette architecture a été réalisée en plusieurs étapes moyennant des évolutions constantes dues aux extensions de services. Ceci s est déroulé sur plusieurs années. Depuis

60 5. Etudes de cas , l ensemble des coûts engendrés pour l implémentation et l adaptation se monte à la hauteur de plusieurs millions de francs suisses. Pourtant d autres avantages apparaissent comme la diminution des dépenses informatiques en termes de modifications nécessaires à l avenir. Même si dans ce cas, la SOA ne permet pas d avantages directs au niveau des coûts informatiques, elle offre tout de même des opportunités d épargne des coûts en cas de modification nécessaire du système dans le futur. Il est quasi irréaliste de dénombrer les avantages financiers selon Monsieur Savary, dans la mesure où elle nécessite des évolutions constantes et rapides, tout en sachant que ces évolutions engendrent elles aussi des coûts importants. Le plus efficace sera de comparer cette architecture aux autres solutions utilisées dans le département, pour connaitre les réelles épargnes réalisées avec SOA. Dans l ensemble, l architecture orientée service fut pour l office une contrainte imposée par ses partenaires, à laquelle elle a dû s y résoudre. Cette technologie informatique a tout de même apporté des avantages à l entreprise surtout en termes d organisation et d épargne des coûts informatiques pour les projets futurs. En somme, la SOA est perçue dans l Office comme une tentative importante à l urbanisation de leur système d information L utilité réelle de SOA dans l entreprise L architecture orientée service est décrite dans cette organisation comme une architecture naissant de plusieurs tentatives informatiques passées et présentes dans le but d aboutir à une véritable urbanisation des systèmes d information. La notion d urbanisation sous-entend l évolution continuelle du système d information en vue d anticiper les changements et transformations futurs. Cette discipline d ingénierie informatique a comme but de soutenir efficacement les objectifs et les missions des entreprises [Club Urba-EA 2010, p.3-6]. SOA est le fruit de la mutation de ces systèmes d informations qui vont encore continuer à évoluer, dans notre environnement et notre société bouleverser par le changement continuel. La démarche SOA garantit des perspectives effectives dans le but de réaliser cette

61 5. Etudes de cas 55 intention d urbanisation des systèmes. L utilité réelle de cette architecture pour la firme réside dans cette logique d évolution informatique afin d augmenter la performance continuellement. La mise en place de l architecture SOA fut longue mais son adaptation le fut encore plus. Il est difficile pour l établissement d estimer ce temps d adaptation au sein de toute l organisation. Toutefois, il est important de souligner que la mise en place d une architecture de ce genre nécessite un engagement sérieux de la part de tous les collaborateurs afin d en assurer la maîtrise complète. Une fois implémentée intégralement, l architecture orientée service a augmenté le potentiel de performance du système d informations. Une simplification s est installée à certains niveaux du système, tout en complexifiant d autres niveaux. Théoriquement parlant, le fait d adopter une telle architecture pouvait amener à des gains en avantages concurrentiels. Toutefois étant donné que l Office n opère pas sur un marché libre, cet argument théorique n est pas discutable pour le cas de cette entreprise. Ceci n empêchant pas le fait que la SOA a augmenté la performance du système en offrant de nombreuses améliorations techniques au niveau de l infrastructure logicielle. En somme, la réelle utilité de ce concept se calcule en termes d avantages organisationnels pour cette firme. Le gain en flexibilité du système s avère être la plus-value de l adoption de la démarche SOA, permettant ainsi à l organisation une marge d agilité.

62 5. Etudes de cas Grande compagnie d assurance La seconde étude de cas repose sur une très grande compagnie d assurance active dans le monde entier dont le nom ne sera pas divulgué explicitement dans ce travail pour des questions de confidentialité. Ce sous-chapitre se concentre sur l expérience, en termes d architecture orientée service, dans les domaines de l assurance, secteur dans lequel le service est l activité élémentaire. Les informations utilisées par la suite proviennent d une collaboration avec le responsable IT de la compagnie d assurance en Suisse, et sur la base d un questionnaire qui leur était destiné Présentation de la firme Avec un effectif de plus de employés dans le monde entier, dont 4000 en Suisse, et plus de 100 millions de clients, ce groupe d assurance occupe une place très importante sur le marché mondiale des assurances. Cette entreprise de service opère dans plusieurs domaines et plus particulièrement dans des activités telles que les solutions d épargne, la gestion de patrimoine avec des produits bancaires ainsi que dans tous les types d assurances que ce soit des personnes, des véhicules, des choses ou encore la responsabilité civile Objectifs visés par l introduction de SOA Avec de telles activités et une présence aussi importante sur le marché tant national qu international, l entreprise nécessite de détenir un vaste système informatique dans le but d uniformiser les applications partout dans le monde entier. Leur système IT, utilisant divers technologies dont SOA, s est principalement développé au cours des dernières années et gère actuellement plus de 300 applications différentes, dont certaines datent de plus de quarante ans et d autres sont plus récentes. Ces applications sont gérées par 6 différentes technologies de déploiement d applications dont une est l architecture orientée service. Cette structure donne lieu

63 5. Etudes de cas 57 à une infrastructure informatique complexe utilisant des technologies variées afin d opérer de manière optimale dans les services proposés par la firme. Adopter un nouveau concept informatique sous-entend toujours des améliorations de la situation actuelle tant sur un plan opérationnel que sur un plan stratégique. La compagnie en question a préféré opter cette démarche pour les avantages qu elle procure surtout au niveau organisationnel sans chercher à exploiter entièrement toutes les fonctionnalités dans l idée d optimiser l utilisation de cette technologie. L idée d origine de l adoption de cette architecture était de favoriser la réutilisabilité des composantes du système. Ceci ayant comme but de minimiser les erreurs et les redondances. De plus, par la réutilisabilité des ressources, l entreprise a réussi à développer leur système, pour le rendre plus homogène et efficace. La communication entre les composantes du système devient améliorée et procure au système plus de performance. Toutefois, la réutilisabilité des composantes n était pas le seul objectif poursuivi. En effet, avec un système d information aussi complexe nécessitant une performance continuelle et une homogénéité au niveau global dans tout son champ d exécution, il était et est toujours nécessaire d utiliser des technologies informatiques facilitant la réalisation de ces processus complexes. L entreprise décrit le principal but comme la hausse du potentiel de management du système d information constituée de nombreuses applications complexes. Que l on se trouve en Suisse, aux USA, ou dans n importe quel autre marché mondial, chacun des utilisateurs doit pouvoir accéder à l information de manière simple et compréhensible. SOA s avère être dans ce sens, une technologie facilitant l accès à l information par des utilisateurs lambda et permet ainsi un meilleur management du système dans son intégralité. Comme il s agit ici d une entreprise dont les activités sont majoritairement des services, il fut nécessaire pour la firme d adopter une méthode d intégration des applications permettant le découplage entre celles-ci afin de rendre les processus plus fluides et les fonctionnalités plus simple d utilisation. De ce fait, l ensemble des transactions réalisées dans le monde entier peuvent croître et permettre à l entreprise de renforcer sa position sur le marché grâce à un système d information plus flexible.

64 5. Etudes de cas 58 D une part, le découplage est important pour faire face aux différents changements technologiques que peuvent connaitre les technologies actuellement utilisées. En effet, l évolution technologique est un phénomène toujours plus important de nos jours. Il est primordial de réussir à faire face à quelconque mutation technologique afin de rester toujours à jour. Avec l architecture orientée service, la compagnie d assurance peut facilement réagir face à tous types de changements grâce à ses services modulables et son interface standardisée. Ainsi les fonctionnalités, les processus et les technologies utilisés ont plus de chance de remplir entièrement leur fonction en tout temps, dans ce monde heurté par la mutation technologique. D autre part, le découplage des composantes, permet une meilleure relation entre les fonctionnalités back end et l environnement front end du système d information. En effet, les fonctionnalités en arrière-plan du SI sont en général très lentes d exécution alors que les interactions sur l interface d utilisation doivent être rapides et efficaces. Le niveau de découplage offert par l architecture orientée service permet d homogénéiser cette relation pour obtenir en fin de compte un environnement dynamique et flexible. En plus de l augmentation de l agilité du système et la flexibilité face aux changements, la compagnie souhaitait également gagner des avantages au niveau financier par la réduction des coûts de maintenance toujours plus démesurés. En effet, comme vu précédemment dans le chapitre 4.3 aux pages 45-46, les coûts informatiques peuvent fortement être diminués, sur le long terme, lorsqu on intègre un SI avec une architecture SOA. Ce type d architecture va grâce à la modularité des services, la réutilisabilité des composantes et la simplification des processus, diminuer les coûts de maintenance et d entretien. Toutefois, il demeure difficile de les quantifier Description de la démarche SOA et dans son évolution au fil du temps Le concept d architecture orientée service n'a pas été introduit dans la stratégie informatique de la compagnie en tant que projet à part entière. Il fut nécessaire de l adopter à la suite des évolutions technologiques qu a connues le marché

65 5. Etudes de cas 59 informatique. Face au besoin grandissant d agilité dans cet environnement chamboulé par les changements technologiques, environnementaux, stratégiques, etc., la firme la introduite dans son infrastructure dans les années Depuis, cette méthode d intégration est en constant développement et joue aujourd hui un rôle important dans cette infrastructure. En effet, environ un tiers de l architecture logicielle est implémenter par la démarche orientée service. Cette intégration orientée service est perçue comme une pratique apparaissant dans le prolongement du développement de software réalisé par le département informatique de la firme, et dont il est devenu impossible de s en passer. L architecture orientée service a acquis le titre de très puissante gouvernance d architecture au sein de cette compagnie permettant ainsi un contrôle important sur l ensemble de ce système complexe. Les principes de la SOA sont acceptés et implémenter dans les valeurs des équipes de développements informatiques Dans les années 2000, la compagnie d assurance a lancé un projet informatique englobant l établissement des technologies d intégration à savoir les Enterprise Service Bus, vu précédemment au chapitre p. 16, afin de restructurer l ossature de leur système, sachant que l implémentation d une SOA par une ESB est la méthode la plus commune de nos jours. Par la suite, ils décident d implémenter des processus pour les SOA Services Development et les SOA Services Operations dans le but d harmoniser l architecture en place. Ces deux types de services sont mis en place pour favoriser le développement et la gestion des opérations du système. Enfin, la compagnie initie un référentiel de services d entreprise permettant un contrôle sur l ensemble des services et par conséquent une intégration standardisée de toutes les composantes du système. L architecture IT de cette compagnie d assurance est assez complexe. Afin de l expliciter, nous allons décrire de manière simplifiée certains éléments au niveau technique de l architecture. Tout d abord, il faut savoir que la firme dissocie les types de services en trois catégories. Il existe les Business Objects Services qui consistent aux services orientée objets, les Business Activity Services qui concernent les activités générées par le système (par exemple un service faisant appel à d autres services) et les Presentation Services qui s apparente surtout sur le visuel des informations affichées sur l interface d utilisation. Ils agissent sur la base de ces trois

66 5. Etudes de cas 60 différents niveaux de services qui respectent les principes de couplage faible, voire même de découplage dans certains cas, pour les données, les fonctionnalités, les interfaces utilisateurs, etc. Ensuite un Enterprise Service Bus rend possible le transfert de ces services là où des options d intégration prédéfinis sont présentes. Ces options autorisent les services à communiquer entre elles, favorisant l interaction de ces dernières. Ainsi l échange et la communication entre les composantes du système sont garantis. Enfin, afin d orchestrer ces services selon les situations demandées, l entreprise fait appel à une plateforme du Business Process Management (BPM). Le BPM, plus communément appelé gestion de processus métier, permet la modélisation des processus métier de la firme tant dans sa forme applicative ou humaine afin d automatiser au maximum les processus métiers [Madsen, Loureiro, Groupe CGI, 2006, p.4]. Toutefois cette orchestration peut aussi directement être réalisée par les composants utilisateurs du système sans faire appel au Business Process Management. La vision de l entreprise sur ce concept SOA se caractérise non pas comme une technique en elle-même, mais comme une pratique permanente dans le développement de leur système. Ils affirment suivre une forte approche contrat mettant en relation d une part une approche orientée entreprise et d autre part une plateforme indépendante. Cela signifie, selon les responsables questionnés, qu il faut définir le service SOA comme un service contrat en mettant toutes les informations dans le référentiel de service d entreprise alors que les plateformes restent indépendantes du service mais dépendantes des adaptateurs. En somme, l architecture orientée service n a pas été implémentée dans cette firme en tant que projet mais plutôt telle qu une pratique permanente dans le développement de software. De ce fait, le budget consacré à cette implémentation reste quasi impossible à quantifier même si l on peut estimer que les frais furent considérables dans la première phase de son implémentation. De par la complexité de son système d information, cette compagnie d assurance doit en tout temps développer son infrastructure informatique pour le rendre plus fonctionnel et simple d utilisation.

67 5. Etudes de cas Grille d auto-évaluation sur les attentes et les réalités de SOA La figure 5-5 ci-dessus a été complétée par un responsable informatique du département informatique de la compagnie. Elle met en évidence les attentes de l entreprise avant l implémentation de la SOA et la réalité après l implémentation pour chacun des avantages théoriques de ce concept. Attentes Réalités ORGANISATIONNEL Flexibilité High Quite high Modification des services existants Intégration de nouveau processus Easy Easy Sometimes tricky Only easy if the respective services are in place already Adaptation à de nouvelles exigences - - TECHNIQUE Favoriser le développement Augmentation des processus à disposition Réutilisation des ressources Yes Yes - - One of the principals reasons Yes FINANCIER Coût de l implémentation - - Coût de la maintenance Increase of costs Not quantified Coût de l infrastructure - - Figure 5-5: Grille d'évaluation des attentes et des réalités du SOA de la compagnie d'assurance

68 5. Etudes de cas 62 Comme discuté précédemment, la compagnie d assurance a opté cette méthode d intégration orientée service surtout pour ses avantages au niveau organisationnel. Nous pouvons d ailleurs le constater en observant la partie supérieure du tableau. Seule la partie concernant les attentes et les réalités de SOA au niveau organisationnel comportent des commentaires. Les deux autres catégories à savoir l aspect technique et l aspect financier ne sont pas pris en compte dans l analyse puisqu elles ne s avèrent pas faire partie des principaux critères de besoins de l entreprise. Au niveau organisationnel, les attentes de la compagnie étaient grandes. La forte pression concurrentielle oblige la firme à opter des positions avantageuses. Pour ceci, la compagnie d assurance avait des attentes de l approche SOA très élevés en termes de flexibilité. Plus un système est flexible, plus il devient facile de réagir rapidement à une quelconque évolution du marché. Ainsi, la flexibilité des technologies utilisées permet de gagner des positions intéressantes sur le marché lorsque celles-ci sont exploitées de manière optimale. L adoption de la démarche SOA a engendré certes, des améliorations dans le système et augmenter la flexibilité mais ceci n est toujours pas suffisant en rapport avec les attentes initiales. Par exemple, la firme juge que la modification des services existants ainsi que l intégration des nouveaux processus sont des deux principes qui demeurent assez complexes à mettre en pratique. Même si les principaux objectifs poursuivis sont au niveau organisationnel, la compagnie d assurance a tout de même observé des avantages en termes techniques et financiers. En effet, grâce à la SOA, il fut possible de réutiliser certaines ressources. Ce principe permettant une meilleure optimisation et une allocation efficace des ressources a permis la diminution des coûts de développement informatique lié à l architecture logicielle, qui est tout de même impossible à quantifier.

69 5. Etudes de cas L utilité réelle de SOA dans l entreprise Comme pour l exemple précèdent, cette étude a été réalisée dans le but de connaître la réelle utilité de la démarche d intégration orientée service. Dans le cas de cette compagnie d assurance, l accent est principalement mis sur l utilité organisationnelle que procure SOA. En effet, par cette architecture orientée service, l entreprise détient un système d information flexible et permettant d être plus performant à certains niveaux du système d information. Sachant que plus de 30% de l architecture logicielle de la firme est implémentée par les principes SOA, l importance de ce concept devient évidente. Ce type d architecture répond aux attentes de l entreprise au niveau de la performance. En effet, comme tous les services ne sont pas implémentés par l architecture orientée service et que le système fonctionne simultanément avec d autres architecture également, il est évident que SOA ne peut pas assurer une performance intégrale au système d information de l entreprise à elle seule. Même si toutes les attentes de la firme au niveau organisationnel ne sont pas entièrement comblées, elles ne demeurent pas pour autant insatisfaites. Le gain réalisé au niveau du changement possible grâce à l approche SOA est bien plus conséquente que le gain amené au niveau exécutif par la SOA. Ceci est généralement du au couplage faible même voir au découplage à certains niveaux. Ce type de couplage entre les services engendre une légère baisse de la performance à court terme, mais une diminution massive des efforts nécessaires face aux éventuels changements futurs. De ce fait, l utilisation d une telle architecture, même à raison d un tiers dans toute l architecture logicielle, offre à la firme des gains bénéfiques sur le long terme. Le système d information adopte un caractère plus agile et moins complexe. La firme n avait pas fixé d objectifs en termes financiers et techniques lors de l adoption de la démarche SOA. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant qu il n y a aucun avantage d ordre technique et financier. Bien entendu, SOA a simplifié la structure de leur complexe système en permettant la réutilisation des ressources. Le caractère de réutilisabilité des ressources à disposition fait de ce principe le plus

70 64 avantageux en termes de flexibilité apportée à l intérieur même du système. En terme financier, l implémentation de la SOA permet de réduire les efforts de développements futurs en cas de changements nécessaires. Il est évident que la baisse des coûts informatiques reste un argument majeur à l adoption de tout type de projet informatique. Toutefois, il est impossible pour la firme de quantifier ce gain sur le plan financier. La vision de cette grande compagnie d assurance tournée vers l innovation oblige la firme à défendre sa position de leader dans de nombreux domaines. De ce fait, le développement devient le mot d ordre de la stratégie d entreprise tant sur le plan stratégique qu opérationnel. Le développement informatique s inscrit alors dans cette stratégie d entreprise comme un incontournable outil de réussite. Comme l affirme le responsable IT de la compagnie, il n y a pas moyens d échapper à l utilisation de ce type d architecture surtout dans leur environnement orienté évolution, nécessitant de créer leurs applications eux-mêmes. Les changements et les modifications dans le système sont tellement fréquents qu aucune autre architecture ne pourrait leur permettre d y répondre aussi rapidement. De ce fait, la présence de ce type de technologie agile SOA dans leur architecture logicielle, leur est bénéfique en tout point.

71 6. Résultats des études de cas : La réalité du SOA Résultats des études de cas : La réalité du SOA Ce dernier chapitre se concentre sur les éléments précédents afin de synthétiser les réponses obtenus et les analyser en mettant en évidence les avantages de SOA ainsi que les lacunes de SOA afin d en mesurer l utilité réelle. Il est ici question de comparaison entre des arguments théoriques émanant de la littérature informatique et des expériences pratiques d utilisateurs directs pour réaliser le potentiel économique de la démarche SOA. Les études de cas réalisées auprès de deux entreprises en Suisse, ont démontré l existence de diverses raisons à l adoption de cette approche. Les entreprises sont amenés à adopter ce concept non pas seulement en fonction de leur besoin, mais également en fonction des contraintes imposées par leurs environnements et leur stratégie. L Office de la Circulation et de la Navigation fut dans l obligation de l opter à cause de ses relations avec divers partenaires, alors que la compagnie d assurance l a intégrer telle un outil nécessaire à la mise en place d un projet informatique. Dans cette logique, aucune des deux entreprises n ont été amené à fixer des objectifs à viser avec l adoption de la SOA. Toutefois, une fois intégrée, il est devenu essentiel aux firmes de retirer des gains de cette architecture sur le plan organisationnel, technique et financier Les avantages de SOA Malgré le fait que les deux entreprises analysées sont actives dans des secteurs différents, le principal avantage qu elles ont retirés de cette approche SOA reste le même : l augmentation de la flexibilité du système d information grâce à une architecture logicielle modulable. Cette constatation met en évidence l importance des aspects organisationnels et techniques lors de la mise en place d une telle technologie et vient confirmer l existence des avantages sous ces aspects, explicités dans la partie théorique du travail.

72 6. Résultats des études de cas : La réalité du SOA 66 En effet, la flexibilité est présentée comme le mot d ordre dans la littérature informatique. Cette nécessité s explique par la mutation technologique. Nous évoluons dans un monde compétitif, où la concurrence est de plus en plus rude sur le marché. Chaque acteur de cet ensemble, est dans l obligation de se démarquer des concurrents afin de protéger ou même d améliorer sa position. La pression est d une telle envergure qu elle crée à elle-même le changement. Les technologies de l information se diversifient tous en se complexifiant. La capacité de réaction des firmes face à ces transformations devient alors indispensable à leur réussite. Raison pour laquelle, la grande majorité des entreprises tente de se doter de technologies modulables et flexibles sur le plan informatique. Nous avons pu constater dans les études de cas que la technologie SOA est bénéfique pour les deux entreprises en termes de flexibilité. Elle permet à chacune des deux institutions de faire face aux changements rapidement grâce à la modularité de ses services. Toutefois, ce type d architecture ne réduit pas pour autant la complexité du système intégral et de ce fait contredit nos arguments théoriques sur ce point. D un point de vue technique, les avantages théoriques discutés dans la première partie du travail ne sont que partiellement obtenus. En effet, aucune des deux cas analysés ne poursuivaient des objectifs techniques par l implémentation de la SOA. Pourtant la réutilisation des ressources a permis aux deux entreprises d augmenter la performance de leur SI grâce au couplage faible mise en œuvre dans l architecture SOA. Même que la réutilisation des ressources reste complexe pour l OCN, elle demeure néanmoins un atout non négligeable pour la compagnie d assurance. Avec un tel avantage, l entreprise n est pas obligé de créer des nouveaux services pour chaque nouvelle requête sachant que ceux-ci existent déjà dans le système. Quant à l OCN, la complexité rencontrée pour la réutilisation des services existants s explique par l existence d un fort couplage entre certains services. Dans ces situations, il devient très complexe de faire appel à un service déjà existant. Ce principe détaillé dans le chapitre offre aux deux institutions des opportunités de développement en leur permettant de réduire leurs coûts informatiques.

73 6. Résultats des études de cas : La réalité du SOA 67 Théoriquement parlant, la réutilisation des composantes devrait permettre l augmentation des processus. Dans les études de cas, ceci ne s est confirmée que partiellement. En effet, pour la compagnie d assurance ce principe a largement contribué à l augmentation des processus et à la simplification des parties du système implémenté avec la SOA. En ce qui concerne l OCN, ce principe fut plus difficile à mettre en place à cause de la complexité de leur système. Pour contrer la complexité, ils préfèrent démultiplier les services pour favoriser l intégration des nouveaux processus. Le principe de réutilisabilité des composantes reste un avantage important même qu il soit mitigé en fonction des situations. En dépit du fait que les avantages théoriques en termes organisationnels et techniques ne sont pas entièrement réalisés dans la pratique, ils en demeurent néanmoins évidents. Les résultats rencontrés dans les études de cas sont surprenantes dans l optique financière de la démarche. En effet, dans la première partie du travail, nous avions affirmés le poids important des coûts dans ce type de démarche. Aucune des deux entreprises n a cherché à obtenir de manière directe la diminution des coûts informatiques. Cette constatation contredit les arguments financiers que nous avions exposés dans la première partie. La diminution des coûts informatiques n est de loin pas l argument principal à l adoption du concept orientée service. Toutefois, nous pouvons tout de même observer dans les deux cas, une diminution des coûts non quantifiable. Chacune des deux firmes ont vu des avantages financiers en termes d épargne des éventuels frais informatiques en cas de modifications nécessaires dans le futur. La SOA est en quelques sortes un outil d anticipation permettant aux entreprises de réaliser des gains sur les éventuels frais futurs dus aux évolutions technologies ou autres Les lacunes de SOA Les principales lacunes de la démarche SOA sont difficiles à déterminer sur la base de ces deux études de cas. En effet, aucune des deux firmes questionnées ne se sont explicitement prononcés sur le sujet. Ceci est dû au fait, qu aucune d entre elles n ont analysé les lacunes de leur architecture SOA. Toutefois, en se basant sur leurs expériences, nous pouvons en déterminer certaines.

74 6. Résultats des études de cas : La réalité du SOA 68 Une des difficultés majeures rencontrées fut la durée et les moyens nécessaires à la mise en place de cette architecture pour les deux cas analysés. En effet, le manque d expérience des collaborateurs dans ce domaine a induit à un prolongement de la durée de son adaptation sans compter les coûts d implémentation gigantesques qu a engendré l adoption de cette démarche. Il fut nécessaire de mettre en place des formations internes pour les utilisateurs. Le développement continu nécessaire dans les technologies de l information ont nécessité des coûts supplémentaires à la mise à jour continue des systèmes. De ce fait, la solution SOA n a pas permis une réduction des coûts comme promis théoriquement. Toutefois, la plus grande difficulté de l adoption d une telle architecture est l investissement personnel de chaque collaborateur concerné. Le réel engagement des collaborateurs fut incontournable à la réussite de la mise en place de ce concept surtout pour le cas de l OCN. Une des autres problèmes rencontrés est la part qu occupe la SOA dans toute l architecture logicielle des deux cas traités. En effet, les deux entreprises possèdent simultanément avec la SOA d autres types d architecture d intégration. La coexistence de plusieurs différentes architectures peut amener certains problèmes notamment dus à leurs divergences de fonctionnement. Moult processus fonctionnant différemment entrant en ligne de compte, complexifient les systèmes encore plus que ce qu ils ne le sont déjà. En somme, l'architecture SOA est un outil indispensable et nécessaire au développement de leur système d information. Monsieur Savary de l OCN le décrit comme «une parmi plusieurs tentatives passées et présentes afin d'aboutir à une véritable urbanisation des systèmes d'information». La SOA est une des meilleures perspectives permettant l accomplissement de cette urbanisation. Chez la compagnie d assurance, le bilan se décrit de la même manière : la SOA est une technologie incontournable même si des améliorations seront toujours nécessaires.

75 6. Résultats des études de cas : La réalité du SOA Analyse globale de l utilité de SOA Le principal but de ce travail de Bachelor est de connaître la réelle utilité de l architecture orientée service au sein des entreprises de nos jours. Au début de ce travail, plusieurs avantages ont été discutés d un point de vue théorique. Dans la seconde partie, l analyse pratique nous a démontré les divergences entre l expérience pratique et la littérature théorique sur la démarche SOA. Sur la base de ces deux parties, nous pouvons enfin synthétiser ce travail pour en déduire l utilité de ce concept dans les organisations l exploitant. Nous pouvons ressortir des deux précédentes parties trois conclusions fondamentales concernant l utilisation de la SOA au sein des entreprises aujourd hui. En premier lieu, nous avons pu remarquer que les utilisateurs SOA ont une bonne vision de ce concept. Il est tantôt perçu comme une solution optimale pour l évolution des systèmes d informations, et tantôt considéré comme un outil fondamental pour le bon fonctionnement de l infrastructure informatique. Toutefois, même si la SOA demeure une technologie qui tient sa place dans les politiques informatiques, elle nécessite tout de même des améliorations afin de répondre à tous les problèmes que l on pourrait rencontrer. En second lieu, nous remarquons que l approche SOA a autant d avantages que d inconvénients aux trois niveaux d analyse, à savoir organisationnel, technique et financier. D un point de vue organisationnel, elle permet plus de flexibilité donc plus de marge de manœuvre en cas de modification nécessaire ou face à un changement technologies. La maniabilité de cette architecture lui confère un caractère agile et de ce fait plus flexible. Sous un regard technique, la réutilisabilité des services est l atout majeur de la SOA. Par cette possibilité, le système se simplifie à certains niveaux et devient plus opérationnel. Quant aux avantages théoriques promis par la SOA au niveau financier, ils ne sont pas vérifiés dans la pratique. Aucune des entreprises n ont pu voir la réduction directe des coûts. Toutefois, nous avons pu observer dans le cas de la compagnie d assurance que cette technologie avait un énorme avantage financier dans le futur lorsqu une éventuelle modification devra être appliquée.

76 70 En dernier lieu, aucune des entreprises analysées n ont opté l approche SOA de manière complète. La solution SOA n a pas été implémentée intégralement et de ce fait analyser ce concept alors qu il n est que partiellement intégrée n en démontre pas les réelles opportunités. La seule réelle utilité de cette démarche qui est une évidence est sa capacité à augmenter la flexibilité des systèmes d informations. De manière générale, nous pouvons constater que les avantages promis au niveau théorique ne sont que partiellement réalisés dans la pratique. Ceci n empêche pas pour autant la vision positive que portent les utilisateurs à l égard de la SOA et justifient ainsi l adoption d une telle technologie dans les politiques informatiques des firmes.

77 7. Conclusion Conclusion L objectif de base de ce mémoire était de connaître l utilité organisationnelle, technique et financière de l architecture orientée service en comparant les dits théoriques avec les faits pratiques. Tout au long de ce travail nous avons tenté de donner une réponse claire à la question émanant de cette recherche : quelle est la réelle utilité de la SOA? Ce raisonnement qui fut présent tout au long de la rédaction de ce travail a abouti à plusieurs réponses, tantôt satisfaisantes et tantôt surprenantes. Nous avons pu constater que le concept au niveau théorique ne correspond pas toujours au concept dans la pratique. Ce travail qui nous a permis d étudier une technologie informatique spécifique dans les domaines de l informatique de gestion, fut divisé en deux grandes parties distinctes. La première partie portait sur le concept de la SOA d un point de vue théorique. Le but était de comprendre ce concept et les avantages qu il peut offrir. En 2013, ce sujet a été traité et analysé sous tous ses angles par des professionnels du domaine. Une quantité non négligeable d œuvres littéraires, d articles scientifiques et de recherches ont été élaborés à ce jour et dont certains ont été utilisés dans la rédaction de cette partie. Par contre, le nombre de firmes ayant adopté la démarche SOA en Suisse semble moins important, constaté dans la seconde partie du travail axée sur l expérience pratique de la SOA. Notre but était de voir jusqu à quel niveau, cette architecture est utile aux entreprises en Suisse, en présentant le cas de deux entreprises suisses du secteur privé et publique. Certes il est quasi impossible de donner une réponse à cette question sur la base de deux études de cas seulement, mais cela ne nous empêche pas d avoir une idée de son utilisation. Néanmoins, les résultats obtenus de ces cas, nous permettent de dire clairement que l architecture orientée service tient sa place dans toute architecture logicielle souhaitant agilité et flexibilité. Ce travail de Bachelor nous a démontré que ce concept, même que concurrencé aujourd hui par d autres technologies, garde un potentiel important de croissance et s avère être un outil fondamental dans la continuité de l optique d évolution des systèmes d informations.

78 8. Bibliographie Bibliographie 8.1. Littérature [Bell, 2006] Bell Marks: Service-Oriented Architecture: a planning and implementation guide for business and technology, Hoboken, John Wiley & Sohns, [Bonnet, Detavernier, Vanquier 2008] Bonnet Pierre; Detavernier Jean-Michel ; Vauquier Dominique : Le Système d information durable: la refonte progressive du SI avec SOA, Paris, Hèrmes Science, [Club Urba-EA 2010, p.3-6] Club Urba-EA, Urbanisme des SI et Gouvernance, Dunod, 2010 [Erl 2008] Erl Thomas: SOA principles of Service Design, Indiana, Prentice Hall, [Erl 2006] Erl Thomas: Service-Oriented Architecture, Concept, Technology, and Design, Indiana, Prentice Hall, [Fournier-Morel, Grosjean, Plouin, Rognon 2011] Fournier-Morel Xavier, Grosjean Pascal, Plouin Guillaume, Rognon Cyril : SOA Le guide de l architecte d un SI agile, Paris, Dunod, [Gordon, Olson, Ajenstat, Peaucelle 1986] Gordon, B. Davis ; Olson, Margrethe H.; Ajenstat, Jacques, Paucelle, Jean-Louis : Systèmes d information pour le management. Boucherville, Edition G. Vermette, [Grenier, Moine 2003] Grenier, Claude ; Moine, Camille : Construire le système d information de l entreprise. Paris, Foucher, [Heutschi 2007 ] Heutschi Roger: Serviceorientierte Architektur, Architekturprinzipen und Umsetzung in die Praxis, Berlin, Springer, 2007.

79 8. Bibliographie 73 [Holley, Dr. Arsanjani, 2011] Holley Kerrie, Dr. Arsanjani Ali: 100 SOA Questions Asked and Answered, Indiana, Prentice Hall, [Hüsemann 2011] Hüsemann, Stefan : Systèmes d information I. Université de Fribourg, Suisse, 2011 [Krafzig, Banke, Slama 2006] Krafzig Dirk; Banke Karl ; Slama Dirk : Enterprise SOA : Service-Oriented Architecture Best Practice, Prentice Hall, [Liebhart 2007] Liebhart Daniel: SOA goes real: Service-Orientierte Architekturen erfolgreich planen und einführen. München, Hanser, Articles, documents, présentations [BEA SYSTEMS, 2005] Méthodologie SOA en six domaines, Révéler les avantages métiers d une Architecture Orientée Services, BEA SYSTEMS, dsoa.pdf [Debray, IBM Software Group, 2005] De la modélisation Métier à l implémentation SOA, Séminaire Mettre en œuvre aujourd'hui une Architecture Orientée Services (SOA), Luc Debray, Paris, 2005 ftp://service.boulder.ibm.com/software/fr/event/soa/soa2juincbmtosoa-lucdebray- V2.pdf [Gartner Group 2008] Building an SOA Business Case: A Gartner Framework, Gartner Group, Anthony Bradley, W Schulte, Daniel Sholler, Paolo Malinverno, 2008 [Laftimi, CNAM 2009] SOA (Service Oriented Architecture) Architectures Orientées Services, Ahmed Laftimi, CNAM [Michoud, Abissa Informatique 2008] L approche SOA, Olivier Michoud, Abissa Informatique, 2008

80 8. Bibliographie 74 [Madsen, Loureiro, Groupe CGI, 2006] Exploitez la pleine puissance de l'architecture orientée services (SOA) en la combinant à la modélisation des processus d'affaires, Michael Madsen, Rodrigo Loureiro, Groupe CGI, [Raymond, Softeam, 2011] SOA: Architecture Logique : Principes, structures et bonnes pratiques, Raymond Gilbert, Softeam, Paris, SOA%20Architecture%20Logique.pdf [SAP AG, University of St. Gallen, 2008], SAP AG, University of St. Gallen, Economic Justification of Service-Oriented Architecture, Research Study: Experiences and Guidelines on Building SOA Business Cases, [SAP AG, University of St. Gallen, Saat, Discher, 2009] Economic Justification of SOA, Jan Saat, Institute of Information Management, University of St. Gallen, Stefan Discher, Global Platform Marketing, SAP AG, 2009 [Softeam, Guide pratique Objectering, 2008] Le Guide Pratique des Processus Métiers, Equipe Conseil Softeam, Paris, guide_fr.pdf [Soto, IBM Corporation, 2008] Augmenter la flexibilité de l entreprise grâce à l architecture orientée service, Soto David, IBM Corporation, SAP_FO_SOA_2009.pdf

81 8. Bibliographie Webographie [Abraxas Cari 2011] Juin df [Barry, Barry&Associates, 2013] Avril [Ben Driss Khaled, 2007] SOA: Démystification, Khaled Ben Driss, Février 2013 [CIO UK, 2011] Avril 2013 [Confédération Suisse 2013] Juillet [Gartner Group 2011] Mai [Gartner Group 2013] Février [IT- Expert Magazine, 2011] Mai [Jemm Vision & Jemm Research, 2012] Avril 2013

82 8. Bibliographie 76 [Le Monde Informatique 2006] Mai 2013 [Le Monde Informatique 2008] Mai 2013 [Le Monde Informatique 2010] Mai selon-idc html [Microsoft Corporation 2009] Mai 2013 [OCN 2013] Juillet [SOA Blog, 2010] Mars [Wikipedia, 2013] Février [Xebia IT Architects, 2007] Avril 2013

83 9. Annexes Annexes Annexe 1: «SOA Infrastructures Costs»

Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization)

Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization) Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization) Préparé par : Zeus Kerravala Les cinq raisons majeures pour déployer SDN et NFV NetworkWorld,

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Technologie cloud : Un modèle fondateur pour l entreprise en réseau L impact des plateformes supply chain cloud sur la fonction IT

Technologie cloud : Un modèle fondateur pour l entreprise en réseau L impact des plateformes supply chain cloud sur la fonction IT Technologie cloud : Un modèle fondateur pour l entreprise en réseau L impact des plateformes supply chain cloud sur la fonction IT Livre blanc GT Nexus Résumé L évolution des technologies est en train

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise IBM Janvier 2007 La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise Une étude de la série «Les implications pour le DSI» d après l enquête Dirigeants d entreprise 2006 Page 2 Sommaire

Plus en détail

(epc) Conformité avec les Global Trade

(epc) Conformité avec les Global Trade Des solutions de gestion des informations produit Pour vous aider à atteindre vos objectifs métier IBM WebSphere Product Center Points forts Offre une solution globale de gestion des informations produit

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

IBM Tivoli Service Desk

IBM Tivoli Service Desk Déployer des services de qualité tout en maîtrisant les coûts IBM Tivoli Service Desk Points forts Rationalise la gestion des problèmes et des incidents afin de permettre la restauration rapide et économique

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification

Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification des tâches sans agent Livre blanc rédigé pour BMC Software

Plus en détail

La reconquête de vos marges de manœuvre

La reconquête de vos marges de manœuvre La reconquête de vos marges de manœuvre Libérez vos applications critiques Bull ouvre de nouvelles portes à votre patrimoine applicatif. Bull LiberTP fait passer simplement vos applications transactionnelles

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014

Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014 Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014 Kemsley Design Limited Kemsley Design Limited www.kemsleydesign.com www.column2.com www.kemsleydesign.com www.column2.com Présentation

Plus en détail

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information S. Servigne Maître de Conférences, LIRIS, INSA-Lyon, F-69621 Villeurbanne Cedex e-mail: sylvie.servigne@insa-lyon.fr 1. Introduction

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI

Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI IAE Lyon 3 - DSCG / DUSCG 1 - Formation initiale 2015 - Semestre 1&2 Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI S1 - M4 - Urbanisation des SI Yves MEISTERMANN DSCG UE 5 - Bulletin

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

Architecture Logicielle

Architecture Logicielle Architecture Logicielle Chapitre 3: UML pour la description et la documentation d une architecture logicielle Année universitaire 2013/2014 Semestre 1 Rappel L architecture d un programme ou d un système

Plus en détail

Revue scientifique en ligne

Revue scientifique en ligne Revue scientifique en ligne Projet NTIC Cyril Nghiem Semestre de printemps 2014 Travail supervisé par Messieurs Luka Nerima et Asheesh Gulati Tables des matières Contenu Introduction... 2 Diagramme UML

Plus en détail

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS SECTION 5 BANQUE DE PROJETS INF 4018 BANQUE DE PROJETS - 1 - Banque de projets PROJET 2.1 : APPLICATION LOGICIELLE... 3 PROJET 2.2 : SITE WEB SÉMANTIQUE AVEC XML... 5 PROJET 2.3 : E-LEARNING ET FORMATION

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Utilitaire ConfigXpress dans CA IdentityMinder Ma solution de gestion des identités peut-elle rapidement s adapter à l évolution des besoins et des processus métier? agility made possible

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits SERVICES ET SUPPORT PROCESSUS ET INITIATIVES PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM PRODUITS LOGICIELS SOLUTIONS MÉTIER Tirer un maximum de plus-value de la gestion du cycle de vie des produits La gestion du cycle

Plus en détail

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre.

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre. UE Atelier B Deux groupes de stagiaires ont suivi les exposés sur les séquences pédagogiques. Les échanges ont principalement porté sur les apports notionnels (quelles notions aborder), le bornage (jusqu

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

Les bonnes pratiques d un PMO

Les bonnes pratiques d un PMO Livre Blanc Oracle Avril 2009 Les bonnes pratiques d un PMO Un plan évolutif pour construire et améliorer votre Bureau des Projets Une construction progressive La première étape consiste à déterminer les

Plus en détail

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise Lucid e-globalizer, solution globale de gestion de contenu multilingue. Ce document a pour objectif de vous présenter Lucid e-globalizer, la solution de gestion de contenu multilingue de Lucid i.t., ses

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution PPM de CA Clarity.

Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution PPM de CA Clarity. PRESENTATION DE LA TECHNOLOGIE : INNOVATION ET TRANSFORMATION DES ACTIVITES Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution

Plus en détail

Cloud Service Management

Cloud Service Management Cloud Service Management HEAT Help Desk SOLUTION BRIEF 1 MODERNISEZ LES OPERATIONS DE GESTION DES SERVICES ET OFFREZ PLUS DE VALEUR STRATEGIQUE A L ENTREPRISE HEAT Cloud Service Management est un ensemble

Plus en détail

Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques?

Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques? DOSSIER SOLUTION Programme de rationalisation des logiciels pour mainframe (MSRP) Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques? agility made possible Le programme

Plus en détail

Naturellement SaaS. trésorier du futur. Livre blanc. Le futur des trésoriers d entreprise peut-il se concevoir sans le SaaS?

Naturellement SaaS. trésorier du futur. Livre blanc. Le futur des trésoriers d entreprise peut-il se concevoir sans le SaaS? trésorier du futur Le futur des trésoriers d entreprise peut-il se concevoir sans le SaaS? Le futur des trésoriers d entreprise peut-il se concevoir sans le SaaS? Sommaire 1 Le SaaS : du service avant

Plus en détail

Comment initialiser une démarche SOA

Comment initialiser une démarche SOA Comment initialiser une démarche SOA Placer l approche l SOA au cœur c de la vie du Système d Informationd Olivier Dennery IT Architect IBM certified BCS Application Innovation Objectifs Objectifs - Rappeler

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Automatisation des décisions métier et réduction du délai de lancement de nouvelles initiatives IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Gestion

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit v 1.0.0 PD 20 mars 2008 Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit Fonctionnalités L application Gestion des mouvements d arrivée / départ de Requea permet la gestion collaborative

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Informatique de gestion BACHELOR OF SCIENCE HES-SO BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Plans d études et descriptifs des modules Filière à plein temps et à temps partiel Table des matières

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process AVANTAGE PRODUCTION Siège social : 15 rue ampère - 60800 Crépy en Valois Tel: + 33 (0)1 76 77 26 00 - info@avantageproduction.com SARL au

Plus en détail

Système d information VERSION : 4.00

Système d information VERSION : 4.00 METHODE ET ORGANISATION VERSION : 4.00 Jean-Michel Grandclément Confidentiel Reproduction Interdite Page 1 sur 21 Auteur Jean-Michel Grandclément Version / Date Version : 4.0 Date : 04/04/04 E-mail jean-michel.grandclement@grandclement.fr

Plus en détail

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté 25/07/06 JJ Mois Année Présentation générale & Présentation

Plus en détail

IBM Global Technology Services Service Management

IBM Global Technology Services Service Management IBM Global Technology Services La voie vers la transformation de l informatique L INFORMATIQUE, UN SOUTIEN AUX MÉTIERS DE L ENTREPRISE Les dirigeants considèrent aujourd hui l informatique comme un levier

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Evolutions des solutions d accès aux mainframes

Evolutions des solutions d accès aux mainframes Evolutions des solutions d accès aux mainframes Web Access 2 Sommaire Table des matières p 2 Essentiel p 3 Introduction p 4 1- Solutions d émulation d accès aux applications mainframe IBM (Emulation 3270)

Plus en détail

INSIGHT. L évolution des configurations organisationnelles et leur impact sur l évolution des plateformes applicatives métiers

INSIGHT. L évolution des configurations organisationnelles et leur impact sur l évolution des plateformes applicatives métiers NGR Service line ERP sélection et implémentation de solutions bancaires La collection Insight publiée par NGR Consulting vise à apporter au travers de documents analytiques courts un point de vue sur les

Plus en détail

La situation du Cloud Computing se clarifie.

La situation du Cloud Computing se clarifie. Résumé La situation du Cloud Computing se clarifie. Depuis peu, le Cloud Computing est devenu un sujet brûlant, et à juste titre. Il permet aux entreprises de bénéficier d avantages compétitifs qui leur

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation

AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation Laurent CORNU Partner, Customer Relationship Management Leader IBM Business Consulting Services Plus que tout autre canal, le centre de relation

Plus en détail

IBM Maximo Asset Management for IT

IBM Maximo Asset Management for IT Gérez de manière économique l ensemble du cycle de vie de vos équipements et ressources informatiques IBM Points forts Aide à contrôler les coûts et l impact financier des équipements informatiques avec

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

INTRODUCTION. Constats

INTRODUCTION. Constats INTRODUCTION Le dessein de cet ouvrage est de montrer l apport de nouvelles démarches qualité dans les systèmes d information. Elles s appliquent quelle que soit la structure concernée par exemple entreprise,

Plus en détail

Livre Blanc. L hébergement à l heure du Cloud. Comment faire son choix?

Livre Blanc. L hébergement à l heure du Cloud. Comment faire son choix? Comment faire son choix? Document conçu et rédigé par le cabinet de conseil et d études Pierre Audoin Consultants Mars 2014 www.pac-online.com blog.pac-online.com Sommaire Un nouveau paradigme... 3 L'hébergement

Plus en détail

Le Guide Pratique des Processus Métiers

Le Guide Pratique des Processus Métiers Guides Pratiques Objecteering Le Guide Pratique des Processus Métiers Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam 21 avenue Victor Hugo 75016

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Serghei Floricel et Eduardo Miranda Si vous réfléchissez encore à un moyen technique pour réaliser un produit qui fonctionne et

Plus en détail

Impact du choix du SGBD et de l architecture client-serveur pour garantir le service d un SGBD mis sous forte charge concurrente

Impact du choix du SGBD et de l architecture client-serveur pour garantir le service d un SGBD mis sous forte charge concurrente Impact du choix du SGBD et de l architecture client-serveur pour garantir le service d un SGBD mis sous forte charge Travail de diplôme réalisé en vue de l obtention du diplôme HES par : Muhammad Maqbool

Plus en détail

GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet. ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11. Mise en Œuvre UML version du 24 avril 2009

GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet. ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11. Mise en Œuvre UML version du 24 avril 2009 GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11 Mise en œuvre UML 1/ 25 Introduction Mise en œuvre d UML UML n est pas une méthode 2/ 25 1 UML n est qu un langage

Plus en détail

Modélisation des processus métiers et standardisation

Modélisation des processus métiers et standardisation Modélisation des processus métiers et standardisation Octobre 2004 Table des matières Introduction... 3 Processus métier : un même mot, plusieurs domaines d application... 4 Les critères pour un standard

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Notre offre, parfaitement adaptée aux besoins des ETI (de 50 à 800 M ), se décline sur 3 niveaux :

Notre offre, parfaitement adaptée aux besoins des ETI (de 50 à 800 M ), se décline sur 3 niveaux : IORGA EN RESUME Iorga Group (http://www.iorga.com) est un groupe d ingénierie informatique créé en 1999 par des professionnels du Conseil et de l Intégration. Iorga répond aujourd hui à l ensemble des

Plus en détail

LES AVANTAGES DU CLOUD

LES AVANTAGES DU CLOUD 1 INTRODUCTION Toutes les entreprises ont un point en commun : la volonté d accroître leurs revenus et leur productivité. Mais beaucoup d entreprises ne profitent pas des ressources à leur disposition

Plus en détail

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production Francis Chapelier Infogérance Sélective de Production 2 Programme Qu est ce que l infogérance sélective? Présentation de l Infogérance Sélective de Production (ISP) Quelques références Questions / réponses

Plus en détail

Tout sur le processus CPQ Configure Price Quote

Tout sur le processus CPQ Configure Price Quote Configure Price Quote Comment vendre plus et mieux vos produits et services complexes SOMMAIRE CPQ? Kézaco?. 2 Quand doit-on avoir recours à une solution CPQ? 4 Quelles sont les offres CPQ disponibles?

Plus en détail

Mettre en œuvre les processus

Mettre en œuvre les processus Plan du chapitre 1 Introduction Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 03 Définition et modélisation de l entreprise 2 Les motivations et la stratégie

Plus en détail

Montréal. New York. Les fournisseurs et utilisateurs des technologies de l'information et de communication

Montréal. New York. Les fournisseurs et utilisateurs des technologies de l'information et de communication BPM: état de l art Qui sommes-nous? PAC en bref Stockholm Une société européenne indépendante De notoriété internationale Reconnue par tous les acteurs du marché Offrant une grande variété de prestations

Plus en détail

Microsoft Office system 2007 16 Février 2006

Microsoft Office system 2007 16 Février 2006 Microsoft Office system 2007 16 Février 2006 Attendu d ici la fin de l année 2006, Microsoft Office system 2007 inclut des applications, serveurs et services innovants et perfectionnés. Il a été conçu

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail