RFDA 1995 p Service public, services publics : déclin ou renouveau? (1) Marceau Long, Vice-Président du Conseil d'etat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RFDA 1995 p. 497. Service public, services publics : déclin ou renouveau? (1) Marceau Long, Vice-Président du Conseil d'etat"

Transcription

1 RFDA 1995 p. 497 Service public, services publics : déclin ou renouveau? (1) Marceau Long, Vice-Président du Conseil d'etat Dans la théorie juridique française, l'etat est d'abord apparu comme dépositaire de la souveraineté et, à ce titre, titulaire de prérogatives de puissance publique dont il n'incombait qu'à lui, ou à ses organes, tels que définis par la Constitution, de définir l'étendue et les limites. C'est sur le fondement de cette théorie que s'est originellement construit le droit administratif, droit de la puissance publique, dont les différentes catégories d'intervention ne pouvaient, dès lors, qu'être soustraites au droit commun et au juge de droit commun. L'apparition de la théorie du service public lui coïncide avec les progrès du libéralisme politique et des idéologies solidaristes a profondément modifié ces données. La notion de service public est devenue le fondement du droit administratif, tandis qu'émergeait une nouvelle représentation des rapports de l'etat et du droit : un Etat pour qui le droit n'est pas seulement un instrument de la puissance publique, mais aussi un instrument pour mener à bien les missions dont il est investi au service de la collectivité. Le service public face aux mutations économiques, sociales et idéologiques Les services publics ont connu une irrésistible progression. Aux services publics traditionnels régaliens ou de souveraineté sont venus s'ajouter les services économiques, puis les services publics sociaux et socioculturels. Pour mener à bien le développement de ces différentes catégories, l'ensemble des collectivités publiques et singulièrement l'etat ont, selon les secteurs et selon les périodes, eu recours à des méthodes extrêmement diversifiées, allant de la création de tels services avec gestion soit en régie, soit sous le statut d'établissement public, soit sous un statut de droit privé, ou encore d'économie mixte, en passant par la concession et autres formes de délégation de service public, sans exclure la combinaison des méthodes. De plus, aux côtés d'activités autorisées par les textes législatifs ou les décisions de la puissance publique, on a assisté au développement des activités dites accessoires, dont la législation de la concurrence, introduite sous l'influence du droit communautaire, a cependant marqué les limites. Le service public en procès En dépit - ou en fonction - de cette progression, le service public a fait l'objet de critiques de divers ordres, au point que l'on a pu parler de «service public en procès». Critique économique d'abord : contestation de la légitimité de réserver au service public, en les soustraignant au marché, certaines activités à partir d'un usage abusif de l'idée de monopole naturel, ou de procédés de tarification peu favorables à certaines catégories de consommateurs, poids excessif sur l'économie des appels des entreprises publiques au marché financier ou des subventions budgétaires qui leur sont consenties, mise en cause de l'efficacité économique elle-même des services publics. Critique juridique ; la critique est double : d'une part et notamment en ce qui concerne les services publics industriels et commerciaux, la mise en oeuvre des grands principes de base du service public - principes d'égalité, de continuité, d'adaptation - ne suffit plus à apporter aux usagers de réelles garanties et joue parfois à leur détriment (suppression de services au nom de l'adaptation), d'autre part une certaine confusion entre ce qui relève simplement de l'intérêt général et ce qui relève du service public, ou l'appel à l'idée de «service public virtuel», aboutissent à la fois à une extension indue de la sphère publique, et aussi à un

2 chevauchement qui conduit à parler dans le même temps du risque de mainmise publique sur l'initiative privée et du risque de contrôle privé sur le service public. Critique des citoyens-usagers, qui rejoint d'ailleurs sur plusieurs points les critiques précédentes ; il ressort de diverses enquêtes que «les Français sont à la fois fortement attachés à leurs services publics, et très sévères quant au fonctionnement de beaucoup d'entre eux». Critique interne, enfin, émanant des agents qui, «confrontés, du fait de la désaffection ambiante pour le service public, à une réelle dévalorisation de leur statut moral, en même temps que de leur statut matériel, redoutent une aggravation du phénomène en relation avec l'effacement de l'etat et de l'éthique publique». La nouvelle donne européenne La «nouvelle donne européenne» affecte le service public de différentes façons, étant d'abord noté que les termes mêmes de «service public» sont pratiquement absents des textes européens, qui utilisent, à l'article 90-2 du Traité de Rome, le concept des «entreprises chargées de la gestion de services d'intérêt économique général ou présentant le caractère d'un monopole fiscal». Ces entreprises sont soumises aux règles du Traité et, notamment, aux règles de la concurrence, mais peuvent y déroger si, d'une part, l'application de ces règles fait échec à l'accomplissement de leur mission et si, d'autre part, la dérogation envisagée n'affecte pas le développement des échanges d'une façon contraire à l'intérêt de la communauté. La jurisprudence de la Cour de justice des Communautés est assez restrictive, à la fois dans la reconnaissance du caractère de «service économique d'intérêt général» et dans l'admission de la légitimité des dérogations. Toutefois, deux importantes décisions de la Cour, rendues en 1993 et 1994, amorcent peut-être une évolution plus favorable, qui irait dans le sens d'un élargissement des possibilités de dérogation. La décision du 19 mai 1993, Corbeau, a admis, à propos de la poste belge, qu'une certaine limitation de la concurrence destinée à protéger des activités spécifiques rentables, dissociables de la mission d'intérêt général de la poste, pouvait être admise dès lors que l'obligation où était ce service d'intérêt général d'assurer des activités non rentables impliquait une compensation avec des activités rentables ; l'un des intérêts de cette décision est de reconnaître le droit à l'etat de déroger à l'article 90-1 qui lui fait interdiction de prendre en faveur des entreprises publiques des mesures limitatives de la concurrence. La décision du 27 avril 1994, Commune d'almelo, admet, à propos de la distribution d'électricité aux Pays-Bas, la validité d'une clause d'achat exclusif interdisant à un distributeur local d'importer de l'électricité, clause contraire aux articles 85 et 86 du Traité, dès lors que ces restrictions apparaîtraient nécessaires pour permettre à une entreprise investie d'une mission d'intérêt général d'accomplir celle-ci. Les décisions Corbeau et Commune d'almelo sont remarquables sur deux points : d'une part, elles paraissent relever d'une lecture nouvelle des articles 90-1 et 90-2 du Traité, la possibilité de dérogation ouverte par l'article 90-2 aux entreprises gérant des services économiques d'intérêt général étant interprétée comme concernant également les Etats, qui peuvent ainsi s'affranchir de l'interdiction de l'article 90-1 ; d'autre part, la recherche des critères de l'entreprise économique d'intérêt général à laquelle elles procèdent débouche sur des critères relativement voisins de nos critères du service public. En dépit de ces tendances, il reste que les institutions communautaires éprouvent une certaine suspicion à l'égard des structures de statut public : c'est ce que montre l'analyse d'un certain nombre de directives. Elles le manifestent notamment par le concept de «transparence», qui impose certaines mesures de publicité en matière de passation des marchés et par l'obligation faite aux Etats de communiquer à la Commission un nombre croissant de documents concernant leurs relations avec les entreprises publiques de leur pays ou l'activité de ces entreprises. Clarifier les enjeux Face à cette remise en cause du service public, il convient de mieux distinguer les genres et de réexaminer les liens existant entre le service public et d'autres concepts ou institutions de

3 droit public ; il est clair qu'aujourd'hui le service public ne se confond pas avec le monopole de droit ou de fait, pas plus qu'il n'existe de coïncidence générale entre service public et fonction publique, service public et domaine public, ou entre service public et régulation publique ; pour autant les liens entre le service public et ces différents concepts n'ont pas disparu et ils doivent, en certaines hypothèses, être maintenus. Et s'il est par exemple concevable que le statut du travail au sein des services publics ou services d'intérêt économique général emprunte à la fois au droit public et au droit privé, ce statut devra «prendre en compte les contraintes déontologiques particulières rendues nécessaires par le caractère du service employeur : continuité, qualification, indépendance, transparence, responsabilité». Il convient ainsi de mieux cerner le champ du service public. Une première démarche est d'analyser les limites et les risques que comporte le libre jeu du marché du point de vue de la satisfaction optimale des besoins au sein de la collectivité ; on peut citer la mauvaise satisfaction dans le cadre du marché des besoins individuels non solvables ou de besoins de la société - comme le maintien de la cohésion sociale (lutte contre l'exclusion), ou certains risques inhérents à une économie régie par une pure logique de marché (épuisement des ressources rares, destruction des milieux). Il semble en tout cas que ne saurait être mise en cause «la légitimité d'une gestion sous le signe du service public, et même sous statut public, à tout le moins des services traditionnellement décrits comme de souveraineté, de l'éducation ou de la protection sociale, vraisemblablement aussi d'un certain nombre de services industriels et commerciaux». Cette approche par les limites du marché rejoint d'ailleurs la jurisprudence du Conseil d'etat face au développement du socialisme municipal et des interventions économiques des collectivités locales. Une seconde démarche se situe sur le plan juridique. Elle consiste à réfléchir sur les liens entre service public, loi et constitution. L'émergence progressive de normes constitutionnelles et européennes peut faire naître la tentation de dégager, en rupture avec le fameux «existentialisme juridique» prôné naguère, une conception «essentialiste» du service public ; il faut résister à cette tentation, car le service public - dans sa notion comme dans son champ et ses procédés d'action - a besoin d'une certaine plasticité. En revanche, un minimum de stabilité dans le partage des charges, des rôles ou des compétences est nécessaire pour garantir aux utilisateurs, et aux opérateurs, la sécurité juridique, ou la sécurité tout court auxquelles les uns et les autres aspirent légitimement. Création, suppression ou transformation de services publics relèvent normalement de la compétence du législateur, sous le contrôle du juge constitutionnel, réserve étant faite des compétences déléguées en la matière par le législateur aux autorités décentralisées. Tout cela étant dit, une question importante reste posée : jusqu'à quel point la notion d'intérêt général peut-elle justifier des avancées, non seulement du service public, mais encore du secteur public, au vu des considérations tirées des limites du marché, mais aussi au vu de critères tirés de l'exigence de rentabilité ou de compétitivité des opérateurs? C'est le problème de la diversification des activités des entreprises publiques de service public, de leurs activités accessoires, qui ont fait en 1994, à propos d'electricité de France-Gaz de France, l'objet d'un important avis du Conseil d'etat (avis n du 7 juill. 1994). Elucider et enrichir les principes du service public est tout à fait nécessaire aujourd'hui. Dès que s'est élaborée la théorie du service public ont été dégagés certains principes fondamentaux, auxquels le fonctionnement du service public était soumis : principe d'égalité, principe de continuité, complété par le principe d'adaptation, principe de neutralité et de laïcité. Au fil des ans, l'évolution économique et sociale, ainsi que le développement des services publics de nature industrielle et commerciale n'ont pas manqué d'affecter la portée et le contenu concret de ces principes fondamentaux, suscitant de nouvelles interrogations pour le juriste. Dans quelle mesure, par exemple, la tarification diversifiée pratiquée par de grands services industriels et commerciaux est-elle compatible avec le principe d'égalité des usagers? C'est le problème traité par l'avis que le Conseil d'etat a rendu le 24 juin 1993 à propos du tarif expérimental du TGV Nord-Europe. Comment concilier avec le principe de continuité, soit

4 les suppressions de services, qu'entraîné la prise en compte croissante des impératifs de rentabilité, soit l'exercice du droit de grève, dont l'encadrement législatif demeure très fragmentaire? Derrière le problème juridique, ce sont bien entendu des débats très concrets qui apparaissent, les exigences ou les mécontentements des usagers s'exprimant de façon plus vigoureuse et organisée que naguère. Comment concilier la neutralité et la laïcité du service public, et particulièrement du service de l'enseignement, avec la revendication de certains groupes de pouvoir affirmer, y compris en milieu scolaire, leurs convictions religieuses? Il suffit d'évoquer le problème des «foulards islamiques», qui a donné lieu, dans l'esprit de l'avis rendu par le Conseil d'etat le 27 novembre 1989, à une jurisprudence nuancée qu'illustrent la décision du 2 novembre 1992, Kherouaa et autres (Rec. p. 389), ainsi que de toutes récentes décisions rendues par le Conseil d'etat au début de A côté de ces principes fondamentaux au contenu renouvelé sont apparus ce que la charte des services publics adoptée le 18 mars 1992 appelait des «principes d'action» : principes de participation, de transparence et de responsabilité, de simplicité et d'accessibilité. Certains de ces principes impliquent la poursuite d'efforts antérieurs : même si le bilan de l'association des usagers à la gestion des entreprises nationalisées ou de la sécurité sociale n'est pas pleinement satisfaisant, il subsiste sur ce point une forte demande des usagers, à laquelle des entreprises comme Electricité de France, la Société nationale des chemins de fer ou la Régie autonome des transports parisiens ont tenté de répondre en organisant une certaine concertation avec eux. Le principe de transparence a trouvé sa traduction juridique par les importantes lois des 6 janvier dite «informatique et libertés» -, 17 juillet 1978, organisant notamment l'accès aux documents administratifs, et 11 juillet 1979, qui a imposé dans de très nombreux cas la motivation expresse des décisions administratives. Les lois des 17 juillet 1978 et 11 juillet 1979 ont donné lieu et continuent de donner lieu à un contentieux abondant, qui en précise la portée. Par ailleurs, le droit communautaire impose aux Etats membres et à leurs collectivités publiques des obligations précises de transparence, en ce qui concerne notamment la passation des marchés. Ce réexamen des principes débouche sur une réflexion sur les liens entre sens de l'etat, sens du service public et déontologie. La diversification des services publics, de leur vocation ou de leur forme juridique ne doit pas aboutir à un chevauchement entre la sphère du service public, la sphère de l'économie marchande et la sphère politique. Les services publics ne doivent perdre de vue ni qu'ils sont au service de l'intérêt général, que l'etat a pour mission de garantir, ni que la satisfaction des besoins des usagers doit rester pour eux un objectif primordial. D'où sans doute la nécessité de promouvoir l'idée d'une déontologie propre à ceux qui font associés à l'action publique, tant en matière de rapports à l'argent - avec notamment les problèmes des cumuls d'activités ou du «pantouflage» - que de rapports à l'usager. Politiques nationales et politique communautaire du service public Lorsqu'on examine la situation et les concepts dans les autres pays membres de la Communauté européenne, on aboutit à des constatations surprenantes. C'est une idée assez généralement répandue que la plupart des biens et services fournis en France par des «services publics» ou des opérateurs appartenant à la mouvante du secteur public ne le seraient pas chez nos voisins et partenaires européens. Certes, les notions britannique de public services, italienne de servici pubblici, espagnole de servicios publicos, ne sont pas superposables à la notion française de service public, et moins encore n'y sont superposables les concepts allemands d'öffentlicher Dienst ou d'öffentliche Wirtschaft. Mais un examen plus approfondi révèle, malgré les différences des concepts ou du concept juridique et constitutionnel, la profondeur des convergences entre ces différents pays et la France, qu'il s'agisse de la place du secteur public dans la desserte en services, des principes qui régissent le fonctionnement des services publics, ou la nature du débat public auquel donnent lien les services publics (appréciation de leurs performances, égalité d'accès, place à faire aux opérateurs privés, rôle des collectivités locales).

5 L'Europe et le service public La construction économique européenne est essentiellement orientée vers le jeu de la concurrence. Le Traité de Maastricht n'en contient pas moins un certain nombre de dispositions, qui, évoquant une action de la Communauté «tendant au renforcement de sa cohésion économique et sociale», ou «des actions spécifiques en vue de protéger la santé, la sécurité et les intérêts économiques (des consommateurs)», ou la contribution de la Communauté à l'établissement et au développement de réseaux transeuropéens, ainsi qu'à l'interconnexion et l'interopérabilité des réseaux nationaux, font apparaître un certain nombre de préoccupations qui vont bien au-delà du seul idéal concurrentiel. Certains ont vu dans ces dispositions les bases de services publics à l'échelle européenne ou en tout cas d'une conception européenne du service public. Cela a fait naître chez certains le projet d'une charte européenne des services publics. C'est une voie qui doit cependant être explorée avec beaucoup de prudence. En effet, si les premiers travaux menés par le secrétariat général de la Commission pour répondre aux suggestions - notamment françaises - de charte européenne font apparaître un certain nombre de convergences, les orientations envisagées n'en sont pas moins, sur des points essentiels, très différentes des conceptions françaises. Elles le sont, notamment, par l'importance qu'elles attachent à la notion de service universel, conçu comme un «service de base offert à tous dans l'ensemble de la Communauté à des conditions tarifaires abordables, et avec un niveau de qualité standard». C'est au fond la conception d'un service public minimal dans un environnement concurrentiel, sans doute peu à même de remplir le rôle d'instrument de cohésion sociale et de lutte contre l'exclusion que l'on attend du service public dans la conception française. Faire prévaloir au niveau européen une reconnaissance du rôle des services publics suppose de la part de ceux qui le souhaitent un effort important. Pour que cet effort soit couronné de succès trois conditions sont requises : qu'il n'apparaisse pas comme trop exclusivement mené dans un souci corporatiste par les grandes entreprises publiques des différents pays, qu'il soit dégagé de toute confusion entre la notion de service public et celle de secteur public, enfin «que la défense du service public soit comprise en termes suffisamment larges, incluant certes les services en réseaux, mais aussi l'enseignement, la santé et la protection sociale». Dans cette action de défense du service public, deux voies paraissent ouvertes : interprétation des traités ou réforme institutionnelle. Elles correspondent à deux démarches qui, à l'évidence, doivent être combinées. En ce qui concerne l'interprétation des traités, on dispose de trois moyens : contribuer à obtenir de la Cour de justice qu'elle confirme - dans la ligne des décisions Corbeau et Commune d'almelo - les tendances récentes de sa jurisprudence, en ce qui concerne notamment la portée de l'article 90-2 du Traité de Rome ; freiner la publication des directives générales ou sectorielles, qui tendent à amplifier les exigences du Traité ; faire approuver un document qui affirme expressément le rôle des services publics comme complément nécessaire du marché pour la satisfaction de certains besoins. En ce qui concerne la modification du Traité, il s'agirait de faire apparaître dans le corps même du Traité - et à égalité avec les règles de concurrence, de manière à sortir du registre dérogatoire - le principe selon lequel, en matière de services publics, le marché ne peut être le seul recours ou la seule référence. On peut, bien entendu, discuter de la meilleure place d'insertion dans le Traité de ces dispositions, ainsi que leur contenu exact qui devrait en tout cas comporter l'affirmation de la compétence des Etats membres pour mettre en place des services d'intérêt économique général lorsque certaines conditions sont réunies. La France dans l'europe Il est clair que la seule invocation du principe de subsidiarité ne suffirait pas, en l'état actuel des nonnes européennes, à assurer aux Etats un espace de liberté suffisant en matière de définition du champ du service public ou de choix des procédés. Trois couples de notions

6 permettent de saisir les conditions de la sauvegarde d'une vraie capacité d'initiative nationale en matière de services publics. Initiative nationale et stratégies communautaires Pour s'en tenir au champ du service public, s'il fait peu de doutes que les transports nationaux aériens ou ferroviaires et les «autoroutes de la communication» constitueraient un terrain normal de développement pour les services publics organisés au niveau communautaire, il n'y a apparemment guère d'urgence à passer d'une gestion nationale à une gestion trans ou supranationale dans d'autres secteurs, comme l'électricité, où d'importantes étapes ont déjà été franchies en matière d'interconnexion et d'interopérabilité des réseaux mis en place dans le cadre national. Participation et territoires C'est le problème des rapports de l'échelle d'intervention des opérateurs et régulateurs avec la possibilité de participation effective des usagers, qui s'est déjà révélée difficile à assurer sur le plan national. Efficacité économique et cohésion sociale Le souci d'efficacité économique et le souci de cohésion sociale sont difficiles à concilier, les problèmes de tarification en sont l'illustration. Il est en tout cas essentiel d'éviter un démantèlement systématique des stratégies de péréquation. Et les ouvertures que paraît comporter désormais la jurisprudence de la Cour de justice devraient être utilisées pour ne pas limiter au seul «service universel», abusivement isolé, le jeu de la péréquation. Conclusion Sans doute doit-on admettre qu'aujourd'hui, compte tenu de l'évolution des conceptions économiques et sociales, ainsi que de l'évolution du cadre juridique national et européen, ne doivent être placées sous le signe du service public que les activités «indispensables à la réalisation et au développement de l'interdépendance sociale», pour reprendre l'expression par laquelle Léon Duguit définissait en 1928 le champ naturel du service public. D'autres activités utiles à la réalisation de cet idéal peuvent être poursuivies dans un autre cadre, que ce soit celui du marché ou celui de l'activité privée d'intérêt général. Si cela implique un certain retrait de l'etat, la délimitation du périmètre du service public, la définition de ses enjeux et des règles régissant son fonctionnement continuent à être une responsabilité de l'etat, puissance publique. Il ne saurait y renoncer au profit des autorités européennes ou des autorités locales. C'est à lui qu'il incombe d'assurer la sauvegarde et l'adaptation des principes du service public, la promotion d'une conception plus exigeante et plus concrète des principes d'égalité et de continuité, la mise en place de stratégies de participation, l'amélioration de l'accueil des usagers et de la transparence du service, enfin le maintien et - là où c'est nécessaire - la restauration chez les agents chargés d'assurer le service d'un sens authentique du service public, avec les exigences déontologiques que cela comporte. Tous ces efforts à accomplir sur le plan national doivent s'accompagner d'un effort permanent, sans manquer aux impératifs de la construction européenne, en vue d'assouplir la contrainte résultant du droit communautaire, pour ne pas enfermer les services publics industriels et commerciaux dans le statut dérogatoire auquel les réduirait le primat européen de la concurrence, et de ne pas aligner le service public sur les normes minimales du «service universel». Tels sont les principes de pensée et d'action que ce rapport a tenté d'analyser. C'est, semble-t-il, par le recours simultané à l'ensemble d'entre eux que pourra être assuré le renouveau du service public français. Et qu'il pourra être mis fin au risque de déclin que

7 comportent pour notre conception du service public et pour certains services publics l'influence d'idées prévalant dans l'ensemble européen dont la France fait partie, mais aussi le sentiment d'insatisfaction parfois éprouvé par les citoyens-usagers. Mots clés : SERVICE PUBLIC * Droit communautaire * Compatibilité (1) La Revue a publié sur le thème du service public et la construction européenne, un dossier comprenant, outre le présent documents, les articles suivants : Présentation, par Louis Dubouis, p L'appréhension des services publics par le droit communautaire, par Michel Bazex, p Le service public autrement. De quelques effets du droit communautaire sur le droit français des services publics industriels et commerciaux, par Michèle Voisset, p; 304. Concept communautaire de service public et services publics locaux, par Claudie Boiteau, p Comment intégrer les principes du service public dans le droit positif communautaire. Quelques propositions, par Stéphane Rodrigues, p La régulation des télécommunications, changements et perspectives, par Herbert Maisl, p Les modes de gestion des services publics locaux en Allemagne et le problème de l'ouverture à la concurrence, par Gérard Marcou, p RFDA Editions Dalloz 2009

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

L action administrative

L action administrative L action administrative Auteur(s) : Jean Marie PONTIER Présentation(s) : Professeur à Aix-Marseille Université (Concours 1980).Professeur a l'université de Paris I (depuis septembre 2007) Leçon 1 : Introduction

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164 DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 modifiant la directive 91/440/CEE du Conseil relative au développement

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005 Secrétariat du Grand Conseil RD 643 Date de dépôt: 14 août 2006 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005 Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

communications électroniques (CO-A-2015-064)

communications électroniques (CO-A-2015-064) 1/8 Avis 54/2015 du 16 décembre 2015 Objet : demande d'avis concernant l'avant-projet de loi modifiant la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques (CO-A-2015-064) La Commission de

Plus en détail

Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle. Commentaires. Fédération française de la franchise

Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle. Commentaires. Fédération française de la franchise Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle Commentaires Fédération française de la franchise 1 / 5 1. La Fédération française de la franchise a pour mission de promouvoir,

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

Document mis en distribution le 14 novembre 2000 N 2695 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 novembre 2000 PROPOSITION

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général

Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général Droits fondamentaux versus marché intérieur? Préface de Vladimir Špidla Une contribution au débat communautaire Editions Bruylant, Bruxelles, novembre

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF-Accueillant(e) auto. d'enfant A08 Bruxelles, le 25.06.2009 MH/BL/JP A V I S sur UN ARRETE ROYAL RELATIF A L'EXCLUSION DE L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE

LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE PRATIQUE DES AFFAIRES LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE L'ORGANISATION DES POUVOIRS Pierre-Louis PÉRIN Avocat à la Cour Préface de Michel GERMAIN Professeur à l'université Panthéon-Assas Paris II Table

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 1 >> L ÉCRITURE DE L ARTICLE 12 DU RÈGLEMENT DES PLU Yves Pittard, avocat honoraire Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 Au nombre des préoccupations que les PLU doivent prendre en

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires Les particularités des rémunérations des réservistes militaires PRESENTATION Pour favoriser le développement et l attractivité de la réserve militaire, les rémunérations versées aux réservistes sont exonérées

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 81 -

TABLEAU COMPARATIF - 81 - - 81 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l'article 88-4 de la Constitution, européen et du Conseil sur les produits dérivés négociés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux

Plus en détail

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités Orig. FR Fiche explicative directive secteurs 1 Marchés concernant plusieurs activités 1. QUELS CAS SONT VISES? 1. L article 9 et le considérant 29 de la nouvelle directive secteurs - directive 2004/17/CE

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins sur le document intitulé : présenté au Ministère des Finances du Québec Février 2011 Introduction Le Mouvement des caisses Desjardins (MCD) remercie le Groupe

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

AVIS N 22 / 2000 du 28 juin 2000

AVIS N 22 / 2000 du 28 juin 2000 AVIS N 22 / 2000 du 28 juin 2000 N. Réf. : 10 / SE / 2000 / 012 OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données personnelles par certaines sociétés de renseignement commercial à partir des informations

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Acte constitutif DU DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE APPROUVÉ LE 18 DÉCEMBRE 2012 PAR LE COMITÉ D ADMINISTRATION DU SIGEIF 6 4

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016.

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016. Aux Pouvoirs Organisateurs, Aux Chefs d'etablissements de l'enseignement Fondamental de l'enseignement Secondaire ordinaire et spécialisé de l Enseignement de Promotion Sociale de l Enseignement Supérieur

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points)

Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points) PREPARATION REDACTEUR EPREUVE DE REPONSES A QUESTIONS / SUJET 2 Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points) NB : des développements présentés sous forme

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Langues d Europe. Méditerranée

Langues d Europe. Méditerranée Colloque international Langues d Europe et de la Méditerranée http://www.portal-lem.com Nice 31 mars 2 avril 2005 La protection juridique de la diversité linguistique en Europe Jean-Marie WOEHRLING *

Plus en détail

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse Formation préparatoire à la prise de fonction RUE 7ème promotion Présentation du dispositif de formation ENPJJ 16, rue du Curoir-BP 90114 59052 ROUBAIX

Plus en détail

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous Nations Unies A/59/2005/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 23 mai 2005 Français Original: anglais Cinquante-neuvième session Points 45 et 55 de l ordre du jour Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

Created by Neevia Personal Converter trial version http://www.neevia.com Created by Neevia Personal Converter trial version

Created by Neevia Personal Converter trial version http://www.neevia.com Created by Neevia Personal Converter trial version PREMIER MINISTRE Conseil National de la Vie Associative AVIS RELATIF AU PROJET D'INSTRUCTION FISCALE DE SYNTHESE Adopté en séance plénière Le 6 octobre 2005 Created by Neevia Personal Converter trial version

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

Données sur l'entreprise

Données sur l'entreprise Données sur l'entreprise VDl & Interass, est une société anonyme, entreprise d assurance de droit belge ayant son siège social, Brusselsesteenweg 346 C, 9090 Melle, RPR Gand 0431.686.127 et le numéro CBFA

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES RENCONTRES DÉPARTEMENTALES DÉPARTEMENT (en toutes lettres): MEURTHE ET MOSELLE (à écrire également en bas de cette page en double-cliquant sur le mot «département» puis cliquer sur «fermer» dans la barre

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social LE DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES PETITES ENTREPRISES ET LES ARTISANS. La notion de Développement Durable est une thématique à la mode. Elle est largement reprise dans les médias et devient une donnée

Plus en détail

*** Observations du MEDEF

*** Observations du MEDEF Consultation de la Commission européenne sur les projets de communication et de règlement relatifs aux «procédures de transaction engagées dans les affaires d ententes». *** Observations du MEDEF En vue

Plus en détail

TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203

TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203 TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203 TRAITEMENT DIFFERENCIE ET PLUS FAVORABLE, RECIPROCITE ET PARTICIPATION PLUS COMPLETE DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT Décision du 28 novembre 1979 (L/4903)

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail