RFDA 1995 p Service public, services publics : déclin ou renouveau? (1) Marceau Long, Vice-Président du Conseil d'etat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RFDA 1995 p. 497. Service public, services publics : déclin ou renouveau? (1) Marceau Long, Vice-Président du Conseil d'etat"

Transcription

1 RFDA 1995 p. 497 Service public, services publics : déclin ou renouveau? (1) Marceau Long, Vice-Président du Conseil d'etat Dans la théorie juridique française, l'etat est d'abord apparu comme dépositaire de la souveraineté et, à ce titre, titulaire de prérogatives de puissance publique dont il n'incombait qu'à lui, ou à ses organes, tels que définis par la Constitution, de définir l'étendue et les limites. C'est sur le fondement de cette théorie que s'est originellement construit le droit administratif, droit de la puissance publique, dont les différentes catégories d'intervention ne pouvaient, dès lors, qu'être soustraites au droit commun et au juge de droit commun. L'apparition de la théorie du service public lui coïncide avec les progrès du libéralisme politique et des idéologies solidaristes a profondément modifié ces données. La notion de service public est devenue le fondement du droit administratif, tandis qu'émergeait une nouvelle représentation des rapports de l'etat et du droit : un Etat pour qui le droit n'est pas seulement un instrument de la puissance publique, mais aussi un instrument pour mener à bien les missions dont il est investi au service de la collectivité. Le service public face aux mutations économiques, sociales et idéologiques Les services publics ont connu une irrésistible progression. Aux services publics traditionnels régaliens ou de souveraineté sont venus s'ajouter les services économiques, puis les services publics sociaux et socioculturels. Pour mener à bien le développement de ces différentes catégories, l'ensemble des collectivités publiques et singulièrement l'etat ont, selon les secteurs et selon les périodes, eu recours à des méthodes extrêmement diversifiées, allant de la création de tels services avec gestion soit en régie, soit sous le statut d'établissement public, soit sous un statut de droit privé, ou encore d'économie mixte, en passant par la concession et autres formes de délégation de service public, sans exclure la combinaison des méthodes. De plus, aux côtés d'activités autorisées par les textes législatifs ou les décisions de la puissance publique, on a assisté au développement des activités dites accessoires, dont la législation de la concurrence, introduite sous l'influence du droit communautaire, a cependant marqué les limites. Le service public en procès En dépit - ou en fonction - de cette progression, le service public a fait l'objet de critiques de divers ordres, au point que l'on a pu parler de «service public en procès». Critique économique d'abord : contestation de la légitimité de réserver au service public, en les soustraignant au marché, certaines activités à partir d'un usage abusif de l'idée de monopole naturel, ou de procédés de tarification peu favorables à certaines catégories de consommateurs, poids excessif sur l'économie des appels des entreprises publiques au marché financier ou des subventions budgétaires qui leur sont consenties, mise en cause de l'efficacité économique elle-même des services publics. Critique juridique ; la critique est double : d'une part et notamment en ce qui concerne les services publics industriels et commerciaux, la mise en oeuvre des grands principes de base du service public - principes d'égalité, de continuité, d'adaptation - ne suffit plus à apporter aux usagers de réelles garanties et joue parfois à leur détriment (suppression de services au nom de l'adaptation), d'autre part une certaine confusion entre ce qui relève simplement de l'intérêt général et ce qui relève du service public, ou l'appel à l'idée de «service public virtuel», aboutissent à la fois à une extension indue de la sphère publique, et aussi à un

2 chevauchement qui conduit à parler dans le même temps du risque de mainmise publique sur l'initiative privée et du risque de contrôle privé sur le service public. Critique des citoyens-usagers, qui rejoint d'ailleurs sur plusieurs points les critiques précédentes ; il ressort de diverses enquêtes que «les Français sont à la fois fortement attachés à leurs services publics, et très sévères quant au fonctionnement de beaucoup d'entre eux». Critique interne, enfin, émanant des agents qui, «confrontés, du fait de la désaffection ambiante pour le service public, à une réelle dévalorisation de leur statut moral, en même temps que de leur statut matériel, redoutent une aggravation du phénomène en relation avec l'effacement de l'etat et de l'éthique publique». La nouvelle donne européenne La «nouvelle donne européenne» affecte le service public de différentes façons, étant d'abord noté que les termes mêmes de «service public» sont pratiquement absents des textes européens, qui utilisent, à l'article 90-2 du Traité de Rome, le concept des «entreprises chargées de la gestion de services d'intérêt économique général ou présentant le caractère d'un monopole fiscal». Ces entreprises sont soumises aux règles du Traité et, notamment, aux règles de la concurrence, mais peuvent y déroger si, d'une part, l'application de ces règles fait échec à l'accomplissement de leur mission et si, d'autre part, la dérogation envisagée n'affecte pas le développement des échanges d'une façon contraire à l'intérêt de la communauté. La jurisprudence de la Cour de justice des Communautés est assez restrictive, à la fois dans la reconnaissance du caractère de «service économique d'intérêt général» et dans l'admission de la légitimité des dérogations. Toutefois, deux importantes décisions de la Cour, rendues en 1993 et 1994, amorcent peut-être une évolution plus favorable, qui irait dans le sens d'un élargissement des possibilités de dérogation. La décision du 19 mai 1993, Corbeau, a admis, à propos de la poste belge, qu'une certaine limitation de la concurrence destinée à protéger des activités spécifiques rentables, dissociables de la mission d'intérêt général de la poste, pouvait être admise dès lors que l'obligation où était ce service d'intérêt général d'assurer des activités non rentables impliquait une compensation avec des activités rentables ; l'un des intérêts de cette décision est de reconnaître le droit à l'etat de déroger à l'article 90-1 qui lui fait interdiction de prendre en faveur des entreprises publiques des mesures limitatives de la concurrence. La décision du 27 avril 1994, Commune d'almelo, admet, à propos de la distribution d'électricité aux Pays-Bas, la validité d'une clause d'achat exclusif interdisant à un distributeur local d'importer de l'électricité, clause contraire aux articles 85 et 86 du Traité, dès lors que ces restrictions apparaîtraient nécessaires pour permettre à une entreprise investie d'une mission d'intérêt général d'accomplir celle-ci. Les décisions Corbeau et Commune d'almelo sont remarquables sur deux points : d'une part, elles paraissent relever d'une lecture nouvelle des articles 90-1 et 90-2 du Traité, la possibilité de dérogation ouverte par l'article 90-2 aux entreprises gérant des services économiques d'intérêt général étant interprétée comme concernant également les Etats, qui peuvent ainsi s'affranchir de l'interdiction de l'article 90-1 ; d'autre part, la recherche des critères de l'entreprise économique d'intérêt général à laquelle elles procèdent débouche sur des critères relativement voisins de nos critères du service public. En dépit de ces tendances, il reste que les institutions communautaires éprouvent une certaine suspicion à l'égard des structures de statut public : c'est ce que montre l'analyse d'un certain nombre de directives. Elles le manifestent notamment par le concept de «transparence», qui impose certaines mesures de publicité en matière de passation des marchés et par l'obligation faite aux Etats de communiquer à la Commission un nombre croissant de documents concernant leurs relations avec les entreprises publiques de leur pays ou l'activité de ces entreprises. Clarifier les enjeux Face à cette remise en cause du service public, il convient de mieux distinguer les genres et de réexaminer les liens existant entre le service public et d'autres concepts ou institutions de

3 droit public ; il est clair qu'aujourd'hui le service public ne se confond pas avec le monopole de droit ou de fait, pas plus qu'il n'existe de coïncidence générale entre service public et fonction publique, service public et domaine public, ou entre service public et régulation publique ; pour autant les liens entre le service public et ces différents concepts n'ont pas disparu et ils doivent, en certaines hypothèses, être maintenus. Et s'il est par exemple concevable que le statut du travail au sein des services publics ou services d'intérêt économique général emprunte à la fois au droit public et au droit privé, ce statut devra «prendre en compte les contraintes déontologiques particulières rendues nécessaires par le caractère du service employeur : continuité, qualification, indépendance, transparence, responsabilité». Il convient ainsi de mieux cerner le champ du service public. Une première démarche est d'analyser les limites et les risques que comporte le libre jeu du marché du point de vue de la satisfaction optimale des besoins au sein de la collectivité ; on peut citer la mauvaise satisfaction dans le cadre du marché des besoins individuels non solvables ou de besoins de la société - comme le maintien de la cohésion sociale (lutte contre l'exclusion), ou certains risques inhérents à une économie régie par une pure logique de marché (épuisement des ressources rares, destruction des milieux). Il semble en tout cas que ne saurait être mise en cause «la légitimité d'une gestion sous le signe du service public, et même sous statut public, à tout le moins des services traditionnellement décrits comme de souveraineté, de l'éducation ou de la protection sociale, vraisemblablement aussi d'un certain nombre de services industriels et commerciaux». Cette approche par les limites du marché rejoint d'ailleurs la jurisprudence du Conseil d'etat face au développement du socialisme municipal et des interventions économiques des collectivités locales. Une seconde démarche se situe sur le plan juridique. Elle consiste à réfléchir sur les liens entre service public, loi et constitution. L'émergence progressive de normes constitutionnelles et européennes peut faire naître la tentation de dégager, en rupture avec le fameux «existentialisme juridique» prôné naguère, une conception «essentialiste» du service public ; il faut résister à cette tentation, car le service public - dans sa notion comme dans son champ et ses procédés d'action - a besoin d'une certaine plasticité. En revanche, un minimum de stabilité dans le partage des charges, des rôles ou des compétences est nécessaire pour garantir aux utilisateurs, et aux opérateurs, la sécurité juridique, ou la sécurité tout court auxquelles les uns et les autres aspirent légitimement. Création, suppression ou transformation de services publics relèvent normalement de la compétence du législateur, sous le contrôle du juge constitutionnel, réserve étant faite des compétences déléguées en la matière par le législateur aux autorités décentralisées. Tout cela étant dit, une question importante reste posée : jusqu'à quel point la notion d'intérêt général peut-elle justifier des avancées, non seulement du service public, mais encore du secteur public, au vu des considérations tirées des limites du marché, mais aussi au vu de critères tirés de l'exigence de rentabilité ou de compétitivité des opérateurs? C'est le problème de la diversification des activités des entreprises publiques de service public, de leurs activités accessoires, qui ont fait en 1994, à propos d'electricité de France-Gaz de France, l'objet d'un important avis du Conseil d'etat (avis n du 7 juill. 1994). Elucider et enrichir les principes du service public est tout à fait nécessaire aujourd'hui. Dès que s'est élaborée la théorie du service public ont été dégagés certains principes fondamentaux, auxquels le fonctionnement du service public était soumis : principe d'égalité, principe de continuité, complété par le principe d'adaptation, principe de neutralité et de laïcité. Au fil des ans, l'évolution économique et sociale, ainsi que le développement des services publics de nature industrielle et commerciale n'ont pas manqué d'affecter la portée et le contenu concret de ces principes fondamentaux, suscitant de nouvelles interrogations pour le juriste. Dans quelle mesure, par exemple, la tarification diversifiée pratiquée par de grands services industriels et commerciaux est-elle compatible avec le principe d'égalité des usagers? C'est le problème traité par l'avis que le Conseil d'etat a rendu le 24 juin 1993 à propos du tarif expérimental du TGV Nord-Europe. Comment concilier avec le principe de continuité, soit

4 les suppressions de services, qu'entraîné la prise en compte croissante des impératifs de rentabilité, soit l'exercice du droit de grève, dont l'encadrement législatif demeure très fragmentaire? Derrière le problème juridique, ce sont bien entendu des débats très concrets qui apparaissent, les exigences ou les mécontentements des usagers s'exprimant de façon plus vigoureuse et organisée que naguère. Comment concilier la neutralité et la laïcité du service public, et particulièrement du service de l'enseignement, avec la revendication de certains groupes de pouvoir affirmer, y compris en milieu scolaire, leurs convictions religieuses? Il suffit d'évoquer le problème des «foulards islamiques», qui a donné lieu, dans l'esprit de l'avis rendu par le Conseil d'etat le 27 novembre 1989, à une jurisprudence nuancée qu'illustrent la décision du 2 novembre 1992, Kherouaa et autres (Rec. p. 389), ainsi que de toutes récentes décisions rendues par le Conseil d'etat au début de A côté de ces principes fondamentaux au contenu renouvelé sont apparus ce que la charte des services publics adoptée le 18 mars 1992 appelait des «principes d'action» : principes de participation, de transparence et de responsabilité, de simplicité et d'accessibilité. Certains de ces principes impliquent la poursuite d'efforts antérieurs : même si le bilan de l'association des usagers à la gestion des entreprises nationalisées ou de la sécurité sociale n'est pas pleinement satisfaisant, il subsiste sur ce point une forte demande des usagers, à laquelle des entreprises comme Electricité de France, la Société nationale des chemins de fer ou la Régie autonome des transports parisiens ont tenté de répondre en organisant une certaine concertation avec eux. Le principe de transparence a trouvé sa traduction juridique par les importantes lois des 6 janvier dite «informatique et libertés» -, 17 juillet 1978, organisant notamment l'accès aux documents administratifs, et 11 juillet 1979, qui a imposé dans de très nombreux cas la motivation expresse des décisions administratives. Les lois des 17 juillet 1978 et 11 juillet 1979 ont donné lieu et continuent de donner lieu à un contentieux abondant, qui en précise la portée. Par ailleurs, le droit communautaire impose aux Etats membres et à leurs collectivités publiques des obligations précises de transparence, en ce qui concerne notamment la passation des marchés. Ce réexamen des principes débouche sur une réflexion sur les liens entre sens de l'etat, sens du service public et déontologie. La diversification des services publics, de leur vocation ou de leur forme juridique ne doit pas aboutir à un chevauchement entre la sphère du service public, la sphère de l'économie marchande et la sphère politique. Les services publics ne doivent perdre de vue ni qu'ils sont au service de l'intérêt général, que l'etat a pour mission de garantir, ni que la satisfaction des besoins des usagers doit rester pour eux un objectif primordial. D'où sans doute la nécessité de promouvoir l'idée d'une déontologie propre à ceux qui font associés à l'action publique, tant en matière de rapports à l'argent - avec notamment les problèmes des cumuls d'activités ou du «pantouflage» - que de rapports à l'usager. Politiques nationales et politique communautaire du service public Lorsqu'on examine la situation et les concepts dans les autres pays membres de la Communauté européenne, on aboutit à des constatations surprenantes. C'est une idée assez généralement répandue que la plupart des biens et services fournis en France par des «services publics» ou des opérateurs appartenant à la mouvante du secteur public ne le seraient pas chez nos voisins et partenaires européens. Certes, les notions britannique de public services, italienne de servici pubblici, espagnole de servicios publicos, ne sont pas superposables à la notion française de service public, et moins encore n'y sont superposables les concepts allemands d'öffentlicher Dienst ou d'öffentliche Wirtschaft. Mais un examen plus approfondi révèle, malgré les différences des concepts ou du concept juridique et constitutionnel, la profondeur des convergences entre ces différents pays et la France, qu'il s'agisse de la place du secteur public dans la desserte en services, des principes qui régissent le fonctionnement des services publics, ou la nature du débat public auquel donnent lien les services publics (appréciation de leurs performances, égalité d'accès, place à faire aux opérateurs privés, rôle des collectivités locales).

5 L'Europe et le service public La construction économique européenne est essentiellement orientée vers le jeu de la concurrence. Le Traité de Maastricht n'en contient pas moins un certain nombre de dispositions, qui, évoquant une action de la Communauté «tendant au renforcement de sa cohésion économique et sociale», ou «des actions spécifiques en vue de protéger la santé, la sécurité et les intérêts économiques (des consommateurs)», ou la contribution de la Communauté à l'établissement et au développement de réseaux transeuropéens, ainsi qu'à l'interconnexion et l'interopérabilité des réseaux nationaux, font apparaître un certain nombre de préoccupations qui vont bien au-delà du seul idéal concurrentiel. Certains ont vu dans ces dispositions les bases de services publics à l'échelle européenne ou en tout cas d'une conception européenne du service public. Cela a fait naître chez certains le projet d'une charte européenne des services publics. C'est une voie qui doit cependant être explorée avec beaucoup de prudence. En effet, si les premiers travaux menés par le secrétariat général de la Commission pour répondre aux suggestions - notamment françaises - de charte européenne font apparaître un certain nombre de convergences, les orientations envisagées n'en sont pas moins, sur des points essentiels, très différentes des conceptions françaises. Elles le sont, notamment, par l'importance qu'elles attachent à la notion de service universel, conçu comme un «service de base offert à tous dans l'ensemble de la Communauté à des conditions tarifaires abordables, et avec un niveau de qualité standard». C'est au fond la conception d'un service public minimal dans un environnement concurrentiel, sans doute peu à même de remplir le rôle d'instrument de cohésion sociale et de lutte contre l'exclusion que l'on attend du service public dans la conception française. Faire prévaloir au niveau européen une reconnaissance du rôle des services publics suppose de la part de ceux qui le souhaitent un effort important. Pour que cet effort soit couronné de succès trois conditions sont requises : qu'il n'apparaisse pas comme trop exclusivement mené dans un souci corporatiste par les grandes entreprises publiques des différents pays, qu'il soit dégagé de toute confusion entre la notion de service public et celle de secteur public, enfin «que la défense du service public soit comprise en termes suffisamment larges, incluant certes les services en réseaux, mais aussi l'enseignement, la santé et la protection sociale». Dans cette action de défense du service public, deux voies paraissent ouvertes : interprétation des traités ou réforme institutionnelle. Elles correspondent à deux démarches qui, à l'évidence, doivent être combinées. En ce qui concerne l'interprétation des traités, on dispose de trois moyens : contribuer à obtenir de la Cour de justice qu'elle confirme - dans la ligne des décisions Corbeau et Commune d'almelo - les tendances récentes de sa jurisprudence, en ce qui concerne notamment la portée de l'article 90-2 du Traité de Rome ; freiner la publication des directives générales ou sectorielles, qui tendent à amplifier les exigences du Traité ; faire approuver un document qui affirme expressément le rôle des services publics comme complément nécessaire du marché pour la satisfaction de certains besoins. En ce qui concerne la modification du Traité, il s'agirait de faire apparaître dans le corps même du Traité - et à égalité avec les règles de concurrence, de manière à sortir du registre dérogatoire - le principe selon lequel, en matière de services publics, le marché ne peut être le seul recours ou la seule référence. On peut, bien entendu, discuter de la meilleure place d'insertion dans le Traité de ces dispositions, ainsi que leur contenu exact qui devrait en tout cas comporter l'affirmation de la compétence des Etats membres pour mettre en place des services d'intérêt économique général lorsque certaines conditions sont réunies. La France dans l'europe Il est clair que la seule invocation du principe de subsidiarité ne suffirait pas, en l'état actuel des nonnes européennes, à assurer aux Etats un espace de liberté suffisant en matière de définition du champ du service public ou de choix des procédés. Trois couples de notions

6 permettent de saisir les conditions de la sauvegarde d'une vraie capacité d'initiative nationale en matière de services publics. Initiative nationale et stratégies communautaires Pour s'en tenir au champ du service public, s'il fait peu de doutes que les transports nationaux aériens ou ferroviaires et les «autoroutes de la communication» constitueraient un terrain normal de développement pour les services publics organisés au niveau communautaire, il n'y a apparemment guère d'urgence à passer d'une gestion nationale à une gestion trans ou supranationale dans d'autres secteurs, comme l'électricité, où d'importantes étapes ont déjà été franchies en matière d'interconnexion et d'interopérabilité des réseaux mis en place dans le cadre national. Participation et territoires C'est le problème des rapports de l'échelle d'intervention des opérateurs et régulateurs avec la possibilité de participation effective des usagers, qui s'est déjà révélée difficile à assurer sur le plan national. Efficacité économique et cohésion sociale Le souci d'efficacité économique et le souci de cohésion sociale sont difficiles à concilier, les problèmes de tarification en sont l'illustration. Il est en tout cas essentiel d'éviter un démantèlement systématique des stratégies de péréquation. Et les ouvertures que paraît comporter désormais la jurisprudence de la Cour de justice devraient être utilisées pour ne pas limiter au seul «service universel», abusivement isolé, le jeu de la péréquation. Conclusion Sans doute doit-on admettre qu'aujourd'hui, compte tenu de l'évolution des conceptions économiques et sociales, ainsi que de l'évolution du cadre juridique national et européen, ne doivent être placées sous le signe du service public que les activités «indispensables à la réalisation et au développement de l'interdépendance sociale», pour reprendre l'expression par laquelle Léon Duguit définissait en 1928 le champ naturel du service public. D'autres activités utiles à la réalisation de cet idéal peuvent être poursuivies dans un autre cadre, que ce soit celui du marché ou celui de l'activité privée d'intérêt général. Si cela implique un certain retrait de l'etat, la délimitation du périmètre du service public, la définition de ses enjeux et des règles régissant son fonctionnement continuent à être une responsabilité de l'etat, puissance publique. Il ne saurait y renoncer au profit des autorités européennes ou des autorités locales. C'est à lui qu'il incombe d'assurer la sauvegarde et l'adaptation des principes du service public, la promotion d'une conception plus exigeante et plus concrète des principes d'égalité et de continuité, la mise en place de stratégies de participation, l'amélioration de l'accueil des usagers et de la transparence du service, enfin le maintien et - là où c'est nécessaire - la restauration chez les agents chargés d'assurer le service d'un sens authentique du service public, avec les exigences déontologiques que cela comporte. Tous ces efforts à accomplir sur le plan national doivent s'accompagner d'un effort permanent, sans manquer aux impératifs de la construction européenne, en vue d'assouplir la contrainte résultant du droit communautaire, pour ne pas enfermer les services publics industriels et commerciaux dans le statut dérogatoire auquel les réduirait le primat européen de la concurrence, et de ne pas aligner le service public sur les normes minimales du «service universel». Tels sont les principes de pensée et d'action que ce rapport a tenté d'analyser. C'est, semble-t-il, par le recours simultané à l'ensemble d'entre eux que pourra être assuré le renouveau du service public français. Et qu'il pourra être mis fin au risque de déclin que

7 comportent pour notre conception du service public et pour certains services publics l'influence d'idées prévalant dans l'ensemble européen dont la France fait partie, mais aussi le sentiment d'insatisfaction parfois éprouvé par les citoyens-usagers. Mots clés : SERVICE PUBLIC * Droit communautaire * Compatibilité (1) La Revue a publié sur le thème du service public et la construction européenne, un dossier comprenant, outre le présent documents, les articles suivants : Présentation, par Louis Dubouis, p L'appréhension des services publics par le droit communautaire, par Michel Bazex, p Le service public autrement. De quelques effets du droit communautaire sur le droit français des services publics industriels et commerciaux, par Michèle Voisset, p; 304. Concept communautaire de service public et services publics locaux, par Claudie Boiteau, p Comment intégrer les principes du service public dans le droit positif communautaire. Quelques propositions, par Stéphane Rodrigues, p La régulation des télécommunications, changements et perspectives, par Herbert Maisl, p Les modes de gestion des services publics locaux en Allemagne et le problème de l'ouverture à la concurrence, par Gérard Marcou, p RFDA Editions Dalloz 2009

L action administrative

L action administrative L action administrative Auteur(s) : Jean Marie PONTIER Présentation(s) : Professeur à Aix-Marseille Université (Concours 1980).Professeur a l'université de Paris I (depuis septembre 2007) Leçon 1 : Introduction

Plus en détail

DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE. Autre Point de vue

DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE. Autre Point de vue Fondation Concorde DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE Autre Point de vue Eléments de Réflexion sur une Eventuelle Fusion EDF/GDF Juillet 2003 Préambule L'avenir de nos grandes entreprises est un sujet de préoccupations

Plus en détail

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Adoptée par la Conférence générale de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

1) Assistants de prévention et conseillers de prévention

1) Assistants de prévention et conseillers de prévention Résumé du décret n 2012-170 du 3 février 2012 modifiant le décret n 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

PROJET SOCIAL ET CULTUREL

PROJET SOCIAL ET CULTUREL PROJET SOCIAL ET CULTUREL ALFA3A " Association pour le Logement, la Formation et l'animation - Accueillir, Associer, Accompagner ", organisme créé en 1971, est une association à vocation sociale et culturelle,

Plus en détail

Qualité de la justice pénale dans l'union européenne

Qualité de la justice pénale dans l'union européenne P6_TA(2005)0030 Qualité de la justice pénale dans l'union européenne Recommandation du Parlement européen à l'intention du Conseil sur la qualité de la justice pénale et l'harmonisation de la législation

Plus en détail

Consultation publique sur les conditions d exercice de l éligibilité pour l achat d électricité et de gaz naturel

Consultation publique sur les conditions d exercice de l éligibilité pour l achat d électricité et de gaz naturel Le 25 octobre 2004 Consultation publique sur les conditions d exercice de l éligibilité pour l achat d électricité et de gaz naturel Note de consultation La CRE est saisie depuis le 1 er juillet 2004,

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

QUESTION 80. Les marques et la protection du consommateur

QUESTION 80. Les marques et la protection du consommateur QUESTION 80 Les marques et la protection du consommateur Annuaire 1984/I, pages 81-84 32 e Congrès de Paris 1983, 22-27 mai 1983 Q80 QUESTION Q80 Les marques et la protection du consommateur Résolution

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

CONFERENCE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE DE SUISSE ROMANDE

CONFERENCE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE DE SUISSE ROMANDE CONFERENCE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE DE SUISSE ROMANDE Convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Article premier. Le concordat du 18 octobre 1996 sur

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

Jean-Marie SEEVAGEN Avocat au Barreau de PARIS

Jean-Marie SEEVAGEN Avocat au Barreau de PARIS EDITORIAL I SECURITE JURIDIQUE II REGIME DES CONTRATS 1- Loi du 11 décembre 2001 2. Contrats entre personnes publiques III TECHNIQUES ET SAVOIR FAIRE 1. Externalisation de la production de chaleur 2. Les

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, 12.5.2004 COM(2004) 374 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES

Plus en détail

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine Page 12 La décentralisation dans le domaine du patrimoine 1 / Les objectifs poursuivis et les principes qui fondent les propositions de décentralisation 2 / Une nouvelle répartition des rôles entre les

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

LA CONFERENCE LATINE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE (CLDJP) Concordat

LA CONFERENCE LATINE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE (CLDJP) Concordat LA CONFERENCE LATINE DES CHEFS DES DEPARTEMENTS DE JUSTICE ET POLICE (CLDJP) Concordat du 8 octobre 996 sur les entreprises de sécurité ) I. Généralités Art. Parties Sont parties au concordat les cantons

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Master 2 professionnel Droit des Assurances Université Paris Assas Note obtenue 11,5/20 Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Le contrat tel que défini par l article 1101 du Code Civil est

Plus en détail

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du vendredi 30 décembre 2011. Société Stanley International Betting Limited

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du vendredi 30 décembre 2011. Société Stanley International Betting Limited Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies Lecture du vendredi 30 décembre 2011 Société Stanley International Betting Limited Sources : N 330604 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Références

Plus en détail

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ...

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ... CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 326332 REPUBLIQUE FRANÇAISE REGION CENTRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Emilie Bokdam-Tognetti Rapporteur Le Conseil d'etat statuant au contentieux (Section du

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

NEGOCIATION COLLECTIVE ET DROIT CONSTITUTIONNEL

NEGOCIATION COLLECTIVE ET DROIT CONSTITUTIONNEL Fondée par Paul Durand t Professeur honoraire à la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris BIBLIOTHÈQUE DE DROIT SOCIAL 59 Dirigée par Antoine Professeur à l'université Panthéon-Assas (Paris

Plus en détail

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE TD 01 GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE I/ LA GESTION BUDGETAIRE EST UN OUTIL DE PREVISION : Pour souligner l'importance de la gestion budgétaire et de la gestion prévisionnelle d une façon plus large,

Plus en détail

La loi no 2008-789 du 20 août

La loi no 2008-789 du 20 août Le représentant de la section syndicale : mode d emploi Les DRH doivent se familiariser avec un nouvel acteur de la représentation du personnel et du paysage syndical : le représentant de la section syndicale.

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique

Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique Foyer de jour Soubeyran 39, rue Louis-Favre 1201 Genève Tél. 022 345 96 35 Fax : 022 345 96 40 E-mail : info@soubeyran.ch www.soubeyran.ch

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

Notion de droit administratif.

Notion de droit administratif. Introduction 1 Notion de droit administratif. De prime abord, le droit administratif peut se définir comme l ensemble des règles relatives à l organisation et à l action de l administration, la branche

Plus en détail

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T Numéro du rôle : 367 Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 7 de la loi du 20 juillet 1991 portant des dispositions budgétaires, introduit par Bertrand

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED.

CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED. 1 CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED Requête n 330604 MOTS CLEFS : monopole liberté d établissement liberté de prestation

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR L ATTRIBUTION DES CONTRATS DE CONCESSION Mars 2012 Maison européenne

Plus en détail

Contrôle de conventionnalité et contrôle de constitutionnalité en France

Contrôle de conventionnalité et contrôle de constitutionnalité en France Visite au Tribunal Constitutionnel espagnol Madrid, 2-4 avril 2009 Contrôle de conventionnalité et contrôle de constitutionnalité en France Olivier Dutheillet de Lamothe Membre du Conseil constitutionnel

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz.

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz. REPUBLIQUE FRANÇAISE DEPARTEMENT DU BAS-RHIN COMMUNE DE SOULTZ-LES- BAINS Délégation de service public de distribution de gaz sous la forme d'une concession de travaux et de service publics Le Conseil

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES 1. INTRODUCTION La directive 96/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 décembre 1996

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Note de présentation du projet de réforme du régime des obligations et des quasi-contrats

Note de présentation du projet de réforme du régime des obligations et des quasi-contrats Note de présentation du projet de réforme du régime des obligations et des quasi-contrats Le projet de texte sur le régime des obligations et sur les quasi-contrats a vocation à s insérer dans la réforme

Plus en détail

Syndicat des Médecins d Eure et Loir

Syndicat des Médecins d Eure et Loir Syndicat des Médecins d Eure et Loir Président : Dr Gérald GALLIOT Danou Rupture de la relation médecin clinique en l absence de contrat Il faut tout d'abord rappeler que la clinique a l'obligation de

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

COMMENT FAIRE UN CAPITAL? Quelques éléments de conclusions et de rappels suite à l intervention du 25 mars dernier.

COMMENT FAIRE UN CAPITAL? Quelques éléments de conclusions et de rappels suite à l intervention du 25 mars dernier. LE CONTRAT D'AGENT COMMERCIAL : COMMENT FAIRE UN CAPITAL? Quelques éléments de conclusions et de rappels suite à l intervention du 25 mars dernier. Partant du principe pour les raisons développées et exposées

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année :

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année : Classes préparatoires - nature des classes composant les classes préparatoires économiques et commerciales aux grandes écoles Arrêté du 23-03-1995 http://mentor.adc.education.fr/exl-doc/scanbo/resk9500106a.pdf

Plus en détail

Sources : Inédit au recueil Lebon

Sources : Inédit au recueil Lebon Conseil d état 28 novembre 2012 ECLI:FR:CEORD:2011:353554.20111128 Juge des référés M. Philippe Martin, rapporteur SCP LYON-CAEN, THIRIEZ, avocats Sources : Inédit au recueil Lebon Références au greffe

Plus en détail

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs Mobilières du Québec (CVMQ) ;

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs Mobilières du Québec (CVMQ) ; 1992-07 REPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION DES OPERATIONS DE BOURSE COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DU QUEBEC ACCORD ADMINISTRATIF La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs

Plus en détail

LE NOUVEL "ASTER" Jean-Pierre Astolfi

LE NOUVEL ASTER Jean-Pierre Astolfi LE NUVEL "ASTER" Jean-Pierre Astolfi Cette nouvelle revue Aster résulte de la transformation du bulletin interne aux équipes de didactique des sciences expérimentales de l'inrp. Elle vise à fournir aux

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen

La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen Par deux jurisprudences estivales significatives, le Conseil d'etat est venu d'une part, annuler

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique La présente circulaire porte sur les contrats qui suivent : 1. Marchés publics Au sens de l article 1 er du code des marchés publics

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes (exposé présenté lors de la visite au Conseil constitutionnel, en juillet 1998, de représentants de la Cour

Plus en détail

Évolution 2008 de l'iso 9001

Évolution 2008 de l'iso 9001 Évolution 2008 de l'iso 9001 accueil offre de services me contacter dossiers téléchargements liens plan du site La Norme ISO 9001 évolue C'est une étape normale, qui aurait même pu intervenir avant (la

Plus en détail

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Le panorama institutionnel en matière de protection des

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 PAR LA TERRITORIALITÉ TITRE 1 UNE TERRITORIALITÉ SOUS EMPRISE ÉTATIQUE

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 PAR LA TERRITORIALITÉ TITRE 1 UNE TERRITORIALITÉ SOUS EMPRISE ÉTATIQUE TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................. 13 REMARQUE..................................................... 15 LISTE DES ABRÉVIATIONS..........................................

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Externalisation d activité : la sous-traitance

Externalisation d activité : la sous-traitance Mois AAAA Mois AAAA En bref Cette fiche a pour objectif de présenter les réflexions que l employeur doit engager lorsqu il envisage de sous-traiter l une des activités de son association. Mots clés Etablissements

Plus en détail

République Algérienne. Démocratique et Populaire. Cour des comptes. Plan Stratégique

République Algérienne. Démocratique et Populaire. Cour des comptes. Plan Stratégique République Algérienne Démocratique et Populaire Cour des comptes Plan Stratégique 2011-2013 Plan Stratégique 2011-2013 3 Table des Matières Mot du Président de la Cour des comptes... 5 Introduction...

Plus en détail

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre :

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre : Urssaf de Paris-région parisienne \\_. U R S S A F DE PARIS REGION PARISIENNE Docteur Notre référence : DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES TEL: 01.56 93 67 24 446/06 PRIMB Montreuil, le 0 7 JUIN 2006 Docteur,

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

Droit de la protection de la propriété industrielle et commerciale :

Droit de la protection de la propriété industrielle et commerciale : Droit de la protection de la propriété industrielle et commerciale : Chapitre I La théorie des droits privatifs de la propriété industrielle et commerciale : Section 1 La notion de la propriété industrielle

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

La charte de l'a.r.c.h.e.

La charte de l'a.r.c.h.e. La charte de l'a.r.c.h.e. Ethique Conscients de disposer de clefs d'accès efficaces aux ressources de l'inconscient et de la responsabilité de promouvoir une définition et une perception originales des

Plus en détail

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice Intervention de Monsieur Jean-Marie CAVADA, Président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, devant le séminaire de travail des membres

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004)

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) adoptés par le CDCJ lors de sa 79 e plénière (11-14 mai 2004) INTRODUCTION Les comités du Conseil

Plus en détail

Fiche pratique. Document rédigé par l Institut Fédéral de l Emploi et de la Formation. Fédération Française de Tennis de Table

Fiche pratique. Document rédigé par l Institut Fédéral de l Emploi et de la Formation. Fédération Française de Tennis de Table Fiche pratique Les avantages acquis (Article 1.3 de la CCNS) Document rédigé par l Institut Fédéral de l Emploi et de la Formation Fédération Française de Tennis de Table Fiche pratique Les avantages acquis

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail

HARCELEMENT MORAL. Un cadre et des mesures sont également proposés dans l Accord Cadre Européen sur le Harcèlement et la Violence au Travail de 2007.

HARCELEMENT MORAL. Un cadre et des mesures sont également proposés dans l Accord Cadre Européen sur le Harcèlement et la Violence au Travail de 2007. 1. Définition et Législation HARCELEMENT MORAL Le Harcèlement Moral est un terme juridique, faisant l objet d un cadre et d une définition précis dans le paysage législatif français. Le Harcèlement Moral

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Les rapports avec La Poste

Les rapports avec La Poste Défense des intérêts matériels des familles Informer-Conseiller Concilier Mouvement national d utilité publique Sommaire Les rapports avec La Poste... 1 Pourquoi cette fiche... 1 1- Les clients des opérateurs

Plus en détail

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND MAI 2015 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63;

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63; Annexe 2 241 Annexe 2 Accord de coopération entre l'etat fédéral, les Communautés et les Régions relatif à la continuité de la politique en matière de pauvreté L'accord de coopération entre l'etat fédéral,

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS A L'EGARD DE LA SURVEILLANCE PAR CAMERAS SUR LE LIEU DE TRAVAIL -----------------------

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES ET DES MANUELS SCOLAIRES PAR LA COMMUNE

LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES ET DES MANUELS SCOLAIRES PAR LA COMMUNE LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES ET DES MANUELS SCOLAIRES PAR LA COMMUNE 1. LES PRINCIPES DES CHARGES OBLIGATOIRES L'article L 221-2 du Code des Collectivités Territoriales stipule que sont obligatoires

Plus en détail

NOTE DE REFLEXION SUR LA MISSION DU REVISEUR DANS UN PLAN DE STOCK OPTION DECEMBRE 1999

NOTE DE REFLEXION SUR LA MISSION DU REVISEUR DANS UN PLAN DE STOCK OPTION DECEMBRE 1999 NOTE DE REFLEXION SUR LA MISSION DU REVISEUR DANS UN PLAN DE STOCK OPTION DECEMBRE 1999 Le statut fiscal des options sur actions ou parts bénéficiaires octroyées en raison ou à l'occasion de l'activité

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20 Convention collective nationale des cabinets ou entreprises d'expertises en automobiles du 20 novembre 1996 Etendue par arrêté du 8 avril 1998 JORF 24 avril 1998.

Plus en détail

Arrêté du fixant les modalités d organisation des concours du certificat d aptitude aux fonctions de conseiller principal d éducation

Arrêté du fixant les modalités d organisation des concours du certificat d aptitude aux fonctions de conseiller principal d éducation RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l éducation nationale Arrêté du fixant les modalités d organisation des concours du certificat d aptitude aux fonctions de conseiller principal d éducation NOR : MENH1310117A

Plus en détail

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 RÈGLEMENT (UE) N o 360/2012 DE LA COMMISSION du 25 avril 2012 relatif à l application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de

Plus en détail

La vidéo surveillance : LA VIDEOSURVEILLANCE DOIT CONCILIER 2 PRINCIPES FONDAMENTAUX

La vidéo surveillance : LA VIDEOSURVEILLANCE DOIT CONCILIER 2 PRINCIPES FONDAMENTAUX La vidéo surveillance : LA VIDEOSURVEILLANCE DOIT CONCILIER 2 PRINCIPES FONDAMENTAUX La sécurité des personnes et des biens et la liberté individuelle La mise en place de la vidéosurveillance est guidée

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/11/070 DELIBERATION N 09/029 DU 2 JUIN 2009, MODIFIÉE LE 7 JUIN 2011, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

Cumuls d'emplois NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS

Cumuls d'emplois NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS Cumuls d'emplois Références : NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (article 25), modifiée

Plus en détail

Le Secrétariat Exécutif

Le Secrétariat Exécutif REPUBLIQUE DU SENEGAL N MEF/CAB/SE/PCRBF Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES --------- Dakar, le Projet de Coordination des Réformes Budgétaires et Financières

Plus en détail