10 rue de Turenne REIMS Fax :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10 rue de Turenne 51100 REIMS 03 26 50 72 64 Fax : 03 26 49 91 21 e-mail : sessad.imc51@numericable.fr"

Transcription

1 PROJET DE SERVICE JANVIER 2011 SESSAD - IMC VAL DE MURIGNY 10 rue de Turenne REIMS Fax :

2 INTRODUCTION La loi du 2 janvier 2002, rénovant l action sociale, fait obligation à toute structure de produire un projet de service ou d établissement. Néanmoins, le projet de service n est pas qu une obligation légale, il est surtout un outil de gestion et de référence, renouvelable tous les 5 ans. A travers l élaboration de ce projet de service, il s agit donc de construire une référence aussi bien interne qu externe (vis-à-vis des partenaires ou des organismes de contrôle) mais aussi de définir le sens des interventions de chaque membre de l équipe et de les situer dans une complémentarité. Ce document vise à être opérationnel, utilisable dans la pratique à travers des références concrètes pour conduire et analyser la pratique professionnelle au quotidien. La rédaction de ce projet s est appuyée sur : Les écrits et documents de travail préexistants La participation de l ensemble des professionnels à travers la constitution de réunions thématiques ou de réflexion commune depuis plusieurs mois. L analyse de pratiques actuelles, individuelles ou d équipe, et par la réflexion qu elle a entraîné sur leur cohérence et leur pertinence, ceci pouvant conduire à la recherche de nouveaux modes d accompagnement ou de fonctionnement. Ce projet de service doit favoriser la lisibilité du sens et du contenu de l action menée par les professionnels auprès des usagers, pour situer clairement la nature des prestations rendues par le service. Jean Paul GODON, Directeur Adjoint du SESSAD Agathe MANCEAUX, Responsable du SESSAD Janvier

3 SOMMAIRE 1 - PRESENTATION DU SERVICE P Localisation et secteur d intervention P5 1.2 Agrément P Présentation de l association gestionnaire P Organismes de contrôles P6 2 - HISTORIQUE DU SERVICE P6 3 - POPULATION BENEFICIAIRE DES PRESTATIONS DU SERVICE P7 3.1 Caractéristiques propres à la population accueillie P Les différentes pathologies P7 L Infirmité Motrice Cérébrale, les maladies neuromusculaires, les traumatismes crâniens, les lésions médullaires, l arthrogrypose, les neurofibromatoses, les autres pathologies La répartition des pathologies P Les troubles associés P MISSIONS ET OBJECTIF P Objectif P Les missions P11 5 LES PRESTATIONS P ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU SERVICE P Moyens du service P Moyens financiers P13 Dotation globale, nombre d actes Moyens humains P13 Tableau des différentes catégories de personnel, organigramme personnel, l équipe pluridisciplinaire, la formation du personnel Moyens matériels et logistiques P25 Conception des locaux, parc de véhicule, calendrier d ouverture Modalités d organisation et de fonctionnement P Organisation du parcours de l enfant et de l adolescent P27 Modalités d admission, élaboration et conduite du projet personnalisé, orientation et sortie, service de suite Organisation du suivi de l enfant et de l adolescent P30 Consultations médicales, rééducations, interventions dans le service Organisation des dispositifs de travail de l équipe P31 Les réunions institutionnelles, les écrits professionnels, le dossier du bénéficiaire 3

4 7 LE PARTENARIAT P Principaux partenaires du SESSAD P33 L éducation nationale, les différents lieux d accueil, les CAMSP, les thérapeutes libéraux. 7.2 Le réseau du SESSAD P34 Les SESSAD environnants, les structures spécialisées, les appareilleurs, les médecins spécialistes, les services sociaux, les associations et centres de loisirs adaptés. 8 LA SCOLARISATION P La loi du 11 février 2005 P Le parcours de scolarisation P L objectif de la scolarisation P L es moyens P38 9 LE TRAVAIL A DOMICILE ET AVEC LES FAMILLES P La place de la famille P L intimité des familles P Les difficultés parfois rencontrées P40 10 LES PERSPECTIVES D EVOLUTION P40 ANNEXES 4

5 1 - PRESENTATION DU SERVICE Le Service d Education Spéciale et de Soins A Domicile (SESSAD) du Val de Murigny est ouvert depuis le 29 janvier Localisation et secteur d intervention Le SESSAD est implanté dans le département de la Marne, dans la ville de Reims. Les locaux du service sont installés au rez-de-chaussée d un immeuble locatif de PLURIHABITAT, situé au 10 rue de Turenne, dans le quartier du Val de Murigny. Le SESSAD intervient principalement sur l agglomération rémoise et dans un rayon de 35 kilomètres maximum Agrément Au titre des annexes XXIV bis du décret du 27 octobre , le SESSAD accueille 40 enfants et adolescents handicapés moteurs, avec ou sans troubles des fonctions supérieures, âgés de 0 à 20 ans. Le service dépend administrativement du Centre de Rééducation Motrice (C.R.M.) du Val de Murigny, situé 42 bd Edmond Michelet à Reims (à 500 mètres du SESSAD) Présentation de l association gestionnaire : Le C.R.M et son SESSAD sont gérés par l Association d Aide aux Infirmes Moteurs Cérébraux de la région Champagne Ardenne (A.A.I.M.C.C.A.). L Association, de type loi 1901, existe depuis le 2 octobre Elle est administrée par des parents d enfants handicapés moteurs. Le siège se situe au 65 rue Edmond Rostand à Reims. L A.A.I.M.C.C.A. est affiliée à la Fédération Française d Association d Aide aux Infirmes Moteurs Cérébraux (F.F.A.A.I.M.C) reconnue d utilité publique, membre du Comité National Consultatif de la Personne Handicapée. (C.N.C.P.H.). Fin 2006, l Association accueillait 350 personnes handicapées dans 7 établissements et 7 services. (Annexe 1) L Association compte environ 400 salariés et gère, à ce jour, un budget annuel de Créés à l origine pour les personnes porteuses d I.M.C 2, les établissements de l Association se sont progressivement ouverts à d autres pathologies (traumatismes crâniens, maladies neuromusculaires évolutives ) 1.4 Organismes de contrôles En référence aux articles L313-11, L311-8 du code de l action sociale et des familles, des articles R et R relatifs à la budgétisation des établissements ou services spécialisés, la conclusion d un Contrat Pluri-Annuel d Objectifs et de Moyens (CPOM) vient fixer les conditions d évolution du projet d établissement et des services annexes. 1 Décret du 27/10/89 relatif aux conditions d agrément des établissements et services spécialisés. 2 Infirmité Motrice Cérébrale 5

6 Il est prévu que le CPOM concerne la Maison d Accueil Spécialisé de Cormontreuil, le C.R.M.- I.M.C et les SESSAD-IMC de Reims et de Soissons. La mise en œuvre des objectifs contenus dans le programme du CPOM durera 4 années à compter du 1 er janvier L année 2008 correspond au démarrage du contrat pluriannuel, l année 2012 en sera l année de finalisation du projet décliné. Le CPOM sera conclu entre l association gestionnaire et le Préfet de la région Champagne Ardenne. 3 phases préalables à la conclusion du CPOM se sont déroulées. La première phase est celle du diagnostic de la situation, la deuxième phase a consisté à dégager les orientations structurelles et budgétaires sur la durée du CPOM, la troisième à proposer une stratégie de mise en œuvre des transformations ou objectifs selon un calendrier. La traduction synthétique de ces phases est décrite ci-après : 2 - HISTORIQUE DU SERVICE Le SESSAD est né pour une grande part de la restructuration des moyens alloués au C.R.M. Sa création a permis de répondre aux besoins de jeunes handicapés moteurs ne nécessitant pas une admission en Institut d Education Motrice. Leur projet médico-éducatif et scolaire peut valablement s exprimer en s appuyant essentiellement sur les structures scolaires du milieu ordinaire ou sur les structures d accueil de la petite enfance. En 1993, le SESSAD est crée avec un agrément de 12 places. En 1998, sa capacité d accueil augmente et passe à 20 places. En 2002 une réflexion sur l évolution de l effectif du SESSAD montre une suractivité constante. L ouverture du CAMSP 1 de Reims, en janvier 2002 permet de restructurer et de développer la prévention, le diagnostic, l aide précoce et l orientation des soins sur le secteur. Ainsi, plusieurs jeunes enfants du SESSAD ont été orientés dans le service par l intermédiaire des CAMSP. Au même moment, l orientation des politiques sociales en faveur des dispositifs d accompagnement de l inclusion et de l insertion des personnes handicapées prône leur développement. La fermeture en cours d année 2003 de la section handicap moteur de l IRRSEM. 2 (devenu CRESVAL 3 ) accentue également le besoin d extension du SESSAD. En 2003 le SESSAD reçoit un agrément pour 5 places supplémentaires, augmentant sa capacité d accueil à 25 places. 1 Centre d Accueil Médico-Social Précoce 2 Institut Régional de Rééducation Sensorielle et Motrice 3 Centre de Rééducation et d Education Spécialisée pour la Vision, l Audition et le Langage 6

7 3 - POPULATION BENEFICIAIRE DES PRESTATIONS DU SERVICE Connaître les bénéficiaires du service constitue un préalable essentiel à toute action d accompagnement. C est en effet l existence d une population bénéficiaire qui rend légitime le service, son activité, et les modalités de mise en œuvre de celle-ci. La description de ses caractéristiques doit donc se faire d une manière rigoureuse et précise. Le SESSAD est habilité à recevoir des enfants et des adolescents, garçons et filles, âgés de 0 à 20 ans. Cependant, le service ne reçoit pratiquement pas de bébé ou de jeunes enfants, ainsi que de grands adolescents. La réalité se situe plus sur l accueil d enfants âgés de 2 à 16 ans. En 2009, La moyenne d âge des enfants du SESSAD est de 9 ans et la durée moyenne de séjour est de 3 ans et 6 mois. 80 % des enfants et adolescents accueillis au SESSAD présentent des séquelles d une Infirmité Motrice Cérébrale. Le domaine de compétence du SESSAD est donc centré sur ce type de population et par extension sur les personnes souffrant de lésions cérébrales avec des handicaps moteurs prédominants Caractéristiques propres à la population accueillie Les différents troubles moteurs L Infirmité Motrice Cérébrale : L I.M.C est plus largement désignée dans le monde et en Europe sous le terme de «cérébral palsy». Elle est généralement définie comme une déficience motrice non évolutive, résultant d une anomalie ou d une lésion du cerveau. Elle est liée à des événements survenus au cours de la grossesse, de l accouchement, voire des premières années de vie (hémorragies, anoxie ). Il en résulte une cicatrice cérébrale avec des séquelles motrices et neuro-cognitives d association et d intensité variable. L atteinte motrice peut apparaître sous différentes formes : - La diplégie ou maladie de LITTLE : l atteinte prédomine au niveau des membres inférieurs, les membres supérieurs n étant pratiquement pas atteints. Le langage est habituellement intact. Il existe souvent un strabisme. - La quadriplégie : tout le corps est atteint. Les membres supérieurs sont généralement plus touchés dans la quadriplégie athétosique. Les membres inférieurs peuvent être tout aussi atteints que les membres supérieurs dans la quadriplégie spastique. - L hémiplégie : seul un coté du corps est atteint. Elle est très fréquente. La commande et la régulation nerveuse sont lésées au niveau cérébral et entraînent des perturbations du tonus musculaire, de la régulation automatique des mouvements et de leur commande volontaire. L atteinte neurologique qui en résulte se manifeste par des troubles d intensité variable. On peut ainsi distinguer deux groupes de personnes : - celles dont les facultés d apprentissage sont préservées, - celles dont les facultés d apprentissage sont plus réduites, voire fortement altérées, en raison de troubles neuropsychologiques. 7

8 Les troubles neuropsychologiques, circonscrits à des domaines particuliers, ne doivent en aucun cas être compris comme l expression d une déficience intellectuelle. En effet, ils sont liés à des lésions de différentes zones du cerveau, elles-mêmes spécialisées dans le traitement de certaines fonctions cognitives. C est pourquoi les troubles dépendront, en grande partie, de la localisation de la lésion cérébrale. On citera : - les troubles praxiques, c'est-à-dire les troubles de l organisation du geste, - les troubles neurovisuels, portant sur la motricité oculaire et les stratégies du regard, - les troubles perceptivo-spatiaux, - les troubles du langage écrit et oral, - les troubles de la mémoire, - les troubles des fonctions exécutives, de type planification, attention Ces troubles, additionnés au handicap moteur peuvent perturber l évolution psychoaffective et cognitive de l enfant. Les maladies neuromusculaires Les maladies neuromusculaires regroupent plusieurs types de maladies répertoriées qui sont, dans leur grande majorité, d origine génétique. Ce sont des maladies évolutives qui entraînent une diminution progressive de la force contractile des muscles volontaires. On distingue : - les myopathies (atteinte du muscle) - les amyotrophies spinales infantiles (atteinte de la moelle épinière) - les maladies de Charcot Marie (atteinte du nerf) La plus connue et la plus fréquente est la myopathie de Duchenne de Boulogne. Cette maladie ne touche que les garçons. Il s agit d une maladie évolutive qui va progressivement entraîner : - Des difficultés motrices avec perte de la force musculaire, et perte de la marche entre 8 et 12 ans. - Des difficultés orthopédiques (liées à la perte musculaire) avec des rétractions au niveau des pieds (équin), des hanches, des genoux et des coudes (flexum), et une scoliose au niveau du rachis. - Des problèmes cardiaques, - Des problèmes respiratoires, - Des problèmes nutritionnels, - Des douleurs fréquentes et liées aux crampes, aux rétractions tendineuses et à l ostéoporose. Les traumatismes crâniens Le traumatisme crânien est souvent consécutif à un accident cérébral (de la circulation, du sport ou domestique). Il est le plus souvent le résultat d atteintes diffuses dues à l ébranlement de la masse encéphalique. Le pronostic de récupération varie en fonction de la gravité de chacune des lésions diffuses et de leur association, mais également de la durée et de la profondeur du coma. 8

9 Les séquelles neurologiques sont les mêmes que celles rencontrées chez l enfant I.M.C. : - troubles du langage, - troubles neuro visuels, - troubles praxiques, - troubles mnésiques, - troubles moteurs (hémiplégie, tétraplégie..), - troubles des fonctions exécutives, - troubles psychoaffectifs. Les lésions médullaires Les lésions médullaires peuvent résulter d un traumatisme de la moelle épinière, ou d une lésion due à des causes infectieuses, vasculaires ou tumorales, d une malformation (spina-bifida par exemple). Il en résulte des perturbations de la conduction de l influx nerveux moteur et sensitif, entraînant une paralysie des membres inférieurs totale ou incomplète selon la gravité et le niveau de l atteinte. On parle de paraplégie lorsqu il s agit de l atteinte de deux membres inférieurs. On parle de tétraplégie lorsqu il y a également une atteinte des membres supérieurs. Il existe une paralysie complète des muscles situés en dessous de la lésion. Des troubles sphinctériens au niveau de la vessie et au niveau recto-anal sont fréquents, nécessitant des sondages urinaires réguliers. L arthrogrypose L arthrogrypose est un syndrome existant dès la naissance. Il regroupe différentes maladies ayant en commun des raideurs articulaires, soit isolées soit associées à des anomalies viscérales, nerveuses ou intellectuelles. Les articulations touchées par les raideurs n ont pas leur amplitude de mobilité passive normale. Toutes les articulations peuvent être touchées ou seulement certaines. Les neurofibromatoses Leur origine est un dysfonctionnement du tissu ectodermique embryonnaire qui formera la peau, le système nerveux et l œil. Ces trois éléments seront donc atteints à des degrés divers dans cette maladie. La neurofibromatose la plus fréquente est la maladie de Recklinghausen ( 1 cas sur 3000 naissances) et se révèle le plus souvent à l adolescence. Elle correspond à la neurofibromatose du type I, soit 90 % des cas, et elle est due à une anomalie du chromosome 17. Cette pathologie est caractérisée par le développement de nombreuses tumeurs reparties sur tout le corps. Il s agit principalement de taches café au lait associées à des neurofibromes cutanés et sous-cutanés. Il existe de nombreuses formes cliniques, des plus bénignes au plus graves. Un retard mental plus ou moins important peut parfois être constaté. Les autres pathologies Il s agit de toutes autres pathologies entrant dans la classification des annexes XXIV bis. 9

10 3.1.2 La répartition des pathologies des bénéficiaires du service TYPES DE PATHOLOGIES Quadriplégie-Tétraplégie Diplégie Hémiplégie Hémiparésie Traumatisme crânien Myopathie Autres pathologies Les troubles associés au handicap moteur La dyspraxie L enfant dyspraxique est un enfant anormalement maladroit qui ne peut organiser les gestes que pourtant il conçoit bien et dont les réalisations motrices ou graphiques sont médiocres, informes, brouillonnes. En pratique, c est un enfant qui n aime pas jouer aux legos, puzzles ou divers jeux de construction où il se révèle totalement incompétent. Il doit être aidé pour s habiller bien au delà de l âge normal, et de même lors des repas, car il ne sait pas couper sa viande et mange particulièrement salement. Le retard graphique (dysgraphie) est constant, important, durable, constituant une gêne scolaire importante en dépit de progrès notables avec le temps (mais toujours insuffisants) : les dessins sont pauvres, souvent qualifiés à tort d immatures, il ne peut réaliser les figures attendues en fonction de son âge (il ne fait pas le rond vers 2 ans, la croix vers 3 ans, le carré vers 4 ans, le triangle à 5 ans), c est avec retard qu il apprend à lire son prénom et il préfère longtemps les majuscules d imprimerie ou les lettres bâtons, révélant des difficultés majeures pour arriver aux cursives (écriture liée). Le graphisme manuel est lent, malhabile, grossier, plus ou moins lisible (voire illisible). Quand il doit souligner ou entourer, il rature. Ses cahiers sont sales, brouillons, mal tenus, chiffonnés. Il ne sait pas utiliser une règle, ni des ciseaux, ni une gomme et encore moins une équerre ou un compas. Cependant, c est un enfant vif, curieux, intelligent. Il aime participer aux discussions de «grands», adore les récits et les histoires, connaît beaucoup de choses et a une culture générale étendue. Il a une excellente mémoire, apprend avec plaisir et efficacité. Il n affectionne pas particulièrement les mathématiques, la géométrie, les arts plastiques Une évaluation neuropsychologique permet de distinguer différentes formes : - Dyspraxie «pure» - Dyspraxie visuo-spatiale - Dyspraxie idéo-motrice Les dyspraxies sont des anomalies de la planification et de l automatisation des gestes volontaires. Les causes de la dyspraxie sont dues à des lésions cérébrales et différentes selon leur localisation (Infirmité Motrice Cérébrale, tumeur ou accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien). La dyspraxie peut également être constatée chez des enfants sans aucun antécédent pathologique, qui pour des raisons encore mal connues, ne construisent pas normalement leurs fonctions praxiques. 10

11 Il s agit alors de dyspraxie développementale qui rentre dans le cadre des troubles spécifiques des apprentissages. Les symptômes de ces enfants peuvent être améliorés par la prescription de rééducations en ergothérapie ou en psychomotricité. La mise en place d adaptation particulière et le recours à des aides techniques tels que l ordinateur peuvent éviter ou limiter les difficultés scolaires. 4 - MISSIONS ET OBJECTIF 4.1- Objectif L objectif principal du service vise le développement global de l enfant handicapé. Pour ce faire le S.E.S.S.A.D. s appuie sur cinq missions principales, décrites dans le chapitre suivant. L objectif permet d identifier les résultats attendus des effets de l action. Cet objectif est fondé et décrit dans le projet individualisé d accompagnement (P.I.A) de chaque bénéficiaire. Il est partagé avec la famille et l enfant. Il est conçu à partir d une approche globale des difficultés et des potentialités de l enfant et de sa famille. Cette approche globale associe : - un suivi médical, - un accompagnement familial, - un accompagnement et des bilans psychologiques, - des soins et des rééducations paramédicaux, - un accompagnement sur les lieux de vie de l enfant : domicile, crèche, halte-garderie, école, collège, lycée, centre de loisirs Missions Bien que la notion de mission s adresse globalement au service, il convient de souligner que c est bien l ensemble des professionnels qui concoure à la mise en œuvre des missions, chacun avec des compétences, des outils, des méthodes et techniques spécifiques à son champ d action propre. La notion de mission vise à définir et à borner le champ d action global du service. Elle renvoie au sens, à la nature et au type d actions à mettre en œuvre. Le SESSAD a pour missions de : Favoriser le développement psychomoteur de l enfant en vue d une autonomie motrice, sociale et psychique, Proposer une aide, la plus précoce possible (évolution, traitement), Soutenir les familles (parents, fratrie) dans les difficultés qu elles peuvent rencontrer en lien au handicap de l enfant, Soutenir l inclusion et la scolarisation, dans les différents lieux d accueil, par des actions auprès de l enfant handicapé mais aussi de l environnement scolaire, Accompagner l enfant et sa famille à la sortie du SESSAD quelque soit l orientation. 11

12 5 - LES PRESTATIONS Chaque membre de l équipe participe à l élaboration et à la mise en œuvre du P.I.A. de l enfant ou de l adolescent, dans un suivi global en assurant les prestations de service suivantes : Un suivi médical spécialisé : Le médecin de rééducation fonctionnelle évalue et coordonne le traitement médical et de rééducation de chaque enfant ou adolescent. Il fait appel aux spécialistes extérieurs si besoin. Au sein du SESSAD il est chargé de l élaboration et du suivi des prescriptions spécialisées. Il travaille en lien avec les éducatrices spécialisées au niveau de l accompagnement familial. Il s appuie sur des bilans psychologiques et cognitifs. Des rééducations paramédicales : Sur prescription du médecin du service, l équipe paramédicale assure des rééducations spécifiques adaptées au handicap et aux besoins de l enfant ou de l adolescent. Cette équipe a pour but de développer les aptitudes motrices et cognitives, en vue de l adaptation sociale et professionnelle. Elle concourt à limiter les incidences des séquelles de la lésion cérébrale ou celles des maladies évolutives. Des bilans et un accompagnement psychologique : Un psychologue évalue les potentialités cognitives des enfants et des adolescents. Il oriente, si besoin, le suivi psychologique vers des thérapeutes extérieurs. Un accompagnement familial : L ensemble de l équipe assure un soutien à la famille. Néanmoins, l éducateur spécialisé a un rôle plus spécifique dans l accompagnement des parents autour des situations liées au handicap et à ses conséquences. Dans un souci d écoute, l éducateur spécialisé soutient les parents dans la construction du projet de vie de leur enfant. - Un accompagnement social : est à la disposition des familles pour toutes informations législatives, administratives et financières. L assistante sociale a également pour mission d aider les familles dans la constitution des dossiers tels que ceux de la M.D.P.H., allocations diverses, séjours vacances pour enfant.. L animation de groupes d activité : Ils sont mis en place et animés par le psychologue, l éducateur spécialisé ou tout autre rééducateur en fonction du projet. Ces groupes sont un lieu de rencontre, d échange, de parole et d activités. Une aide à la scolarisation : L équipe intervient auprès de l enfant, des équipes enseignantes ou d accueil de la petite enfance. Un lien spécifique entre le SESSAD et l école est établi par l intermédiaire d un réfèrent scolaire. Elle peut aussi accompagner l enfant et sa famille dans l orientation vers un établissement spécialisé si celui-ci s avère nécessaire. Un accompagnement de l enfant et de sa famille à la sortie du SESSAD : Il s agit du service de suite. Celui-ci se décline en fonction des besoins des enfants ou des adolescents sortant du SESSAD. Il s agit de proposer un accompagnement de l enfant et de sa famille de façon dégressive pendant trois ans après la sortie du service. Le service de suite permet également de garder un lien avec les familles, d établir un partenariat avec les structures extérieures et d organiser des relais. 12

13 6 - ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU SERVICE Les moyens du service Cette partie du projet, concerne l ensemble des moyens dont dispose le service pour conduire ses missions Moyens financiers Dotation globale : Le financement de l activité est assuré en totalité par l assurance maladie sous forme de dotation globale (depuis 2002). Un budget prévisionnel est établi en octobre de l année précédente. Le budget exécutoire est arrêté par le Préfet sur proposition de l A.R.S 1, en référence à l enveloppe départementale dont elle dispose et de différents indicateurs nationaux, régionaux et départementaux. La dotation est versée mensuellement en fonction du nombre de places agréées. En retour, un récapitulatif du nombre d actes effectués par enfants est transmis chaque trimestre aux autorités de contrôle. Ces documents sont validés par le chef de service et signés par les parents. Nombres d actes : Le nombre d actes annuel est calculé sur la base de 3,5 actes médico-éducatifs hebdomadaires par enfant sur 42 semaines d activité, avec un taux d absentéisme de 10 %. La durée de l acte moyen comprenant le temps de transport est d environ 1 h 15 à 1 h Moyens humains L équipe du SESSAD est composée théoriquement de 18 personnes pour ETP. (En réalité, seulement 16 personnes sont actuellement salariées, tous les postes ne sont pas pourvus par manque de personnel qualifié dans les secteurs de kinésithérapie et d orthophonie). Le SESSAD fait alors appel à des Kinésithérapeutes et Orthophonistes libéraux pour palier à cette situation. Tableau des différentes catégories de personnel CATEGORIES DE PERSONNEL Nombre d agents Nombre d ETP DIRECTION / ENCADREMENT Chef de service Total ADMINISTRATION / GESTION Secrétaire Total 2 MEDICAL/PARAMEDICAL/PSYCHOLOGUE Médecin de rééducation Neuropédiatre Psychologue Ergothérapeute Kinésithérapeute Orthophoniste Psychomotricien Total 3 SOCIO-EDUCATIF Educateur spécialisé Total TOTAL Agence Régionale de la Santé

14 0rganigramme hiérarchique du SESSAD Val de Murigny ASSOCIATION DES IMC C-A président C.R.M directeur SESSAD/CRM directeur adjoint SESSAD chef de service Médecin de rééducation fonctionnelle médecin neuropédiatre psychologue assistante sociale ergothérapeute éducateur spécialisé secrétaire kinésithérapeute psychomotricien orthophoniste

15 Chaque membre du personnel détient un Diplôme d Etat professionnel. Certain travaille à temps partiel sur les deux structures (C.R.M et SESSAD) L équipe pluridisciplinaire Le changement dans les pratiques professionnelles ainsi que les nouvelles exigences légitimes des personnes handicapées, nous imposent de revoir en partie les rôles et les fonctions du personnel du SESSAD. Des fiches de postes sont élaborées avec les salariés, révisables des lors que les missions évoluent. Le personnel du SESSAD constitue une équipe de professionnels à vocation de soins et d éducation ambulatoires. Il développe des actions à domicile et sur les lieux de vie de l enfant ou de l adolescent. - Au domicile et dans la famille élargie. - Dans les locaux du SESSAD. - Dans les haltes-garderies. - Dans les crèches. - Dans les écoles, lycées ou collèges. - Dans les centres sociaux ou structures délivrant des actions sportives, culturelles ou de loisirs. Le suivi de l enfant en SESSAD fait appel à de multiples disciplines, compétences et qualifications qui se croisent et dont les champs d actions peuvent se superposer. Ceci nécessite une implication des différents professionnels afin que leurs interventions convergent vers les mêmes buts. Chaque professionnel, à partir de sa spécificité, de son métier, se trouve inscrit dans une démarche de «soins et d éducation» auprès de l enfant ; celle-ci se doit d être homogène, visant une approche globale de l enfant. Le Chef de service : Le chef de service est nommé par le Conseil d Administration de l Association sur proposition du directeur du C.R.M. Il exerce une responsabilité de gestion et d animation auprès du personnel du SESSAD. Placé sous l autorité du directeur, il exerce cette responsabilité avec un pouvoir hiérarchique et décisionnel sur le service. Par délégation du directeur du C.R.M, le chef de service assure : o Des missions de gestion du personnel : Participer au recrutement du personnel du service, Signaler tout manquement disciplinaire au directeur, Proposer les orientations du PAUF (Plan Annuel Unifié de Formation) du personnel du service et en assurer le suivi, Animer les réunions de l équipe et coordonner l intervention des personnels, Veiller au respect du règlement intérieur et de fonctionnement du service, Veiller à l application des règles d hygiène et de sécurité. 15

16 o Des missions de gestion financière : Établir tous les documents nécessaires à l élaboration des fiches de paie et aux divers remboursements des dépenses engagées par le personnel du service, Établir les documents nécessaires à la facturation des actes médico-éducatifs, Proposer et réaliser les dépenses de fonctionnement du service, dans le respect du budget alloué, Proposer les adaptations budgétaires nécessaires au bon fonctionnement du service, Proposer des travaux d entretiens et des investissements. o Des missions de relation et de coordination avec l environnement technique : Assurer la coordination et le suivi des actions impliquant un travail en partenariat ou en réseau avec la P.M.I., l Education Nationale, les services sociaux, les services d insertion et les autres services ou structures spécialisées ( CAMSP; C.M.P.P. ; I.M.E ). Tenir à jour les différentes conventions relatives à ce travail en partenariat et en réseau. o Des missions auprès des bénéficiaires du service : Proposer les admissions et orientations des enfants et des adolescents au directeur, après avis du médecin, S assurer de la réalisation des synthèses et de la mise en œuvre des P.I.A. en application des textes de lois ou réglementaires en vigueur, Coordonner les prestations délivrées dans un souci qualitatif, Veiller aux respects des droits et à la sécurité des bénéficiaires, Veiller à la cohérence des objectifs et des missions du service. Le chef de service est titulaire d un diplôme d état éducatif ou paramédical avec une qualification supplémentaire souhaitée de type CAFERUIS, cadre de santé, D.S.T.S. ou d un diplôme universitaire équivalent. Le médecin : En référence aux annexes XXIV bis, le médecin doit être spécialiste en médecine physique et de réadaptation ou Pédiatre. Le médecin veille à la mise en œuvre et à l adaptation du projet thérapeutique et rééducatif des bénéficiaires. Il assure la surveillance de la santé des enfants ou adolescents en coordination avec le médecin de famille et les autres spécialistes des problèmes liés au handicap.. Il intervient principalement : - Dans les locaux du SESSAD. - Dans les locaux de certains CAMSP lorsqu une convention de partenariat existe. 16

17 Les consultations médicales : Une consultation médicale est obligatoire avant toute admission d un enfant. Le médecin évalue cliniquement les troubles neuro-moteurs, praxiques et perceptifs de l enfant ou de l adolescent, ainsi que leurs évolutions dans le temps, par des consultations régulières (au minimum une fois par trimestre et plus si besoin). C est à l issue de ces consultations que le médecin prescrit les rééducations nécessaires à l enfant. Il associe les parents au projet de soins, et les informe régulièrement sur l évolution psychomotrice de leur enfant. Les prescriptions : les besoins des enfants en matière de rééducation sont évalués fréquemment lors des réunions de coordination, de service et lors des consultations. Il peut être amené à confectionner les plâtres ou les attelles des enfants du S.E.S.S.A.D. Le travail en partenariat : le médecin travaille avec les spécialistes hospitaliers, les médecins traitants choisis par les familles, les médecins des services de P.M.I., les médecins scolaires, les médecins des autres services d aide au traitement du diagnostic et de prévention du département et avec tout acteur médical de l environnement technique du service. Il peut également être amené à travailler en étroite collaboration avec le médecin de rééducation fonctionnelle du C.R.M : - consultations communes pour avis partagé, - consultations communes pour les enfants ou les adolescents nécessitant des injections de toxines botuliques (traitement local de la spasticité du muscle), - consultations communes pour le passage de certains enfants d une structure à l autre, (C.R.M. SESSAD). L équipe pluridisciplinaire : il coordonne l ensemble des actions médicales et paramédicales du service. Le médecin travaille en collaboration avec le chef de service en ce qui concerne les projets de l enfant et la planification de certaines réunions à visée médicales. Afin d optimiser sa pratique, le médecin utilise entre autre des techniques particulières telles que : L Analyse Qualitative de la Marche ou A.Q.M : L approche clinique et thérapeutique s est enrichie depuis quelques années d outils nouveaux qui permettent une meilleure appréciation des troubles de la marche de l enfant I.M.C. La simple analyse clinique de la marche ne suffit plus malgré toute l expérience acquise au fur et à mesure des années, au moment où apparaissent de nouvelles techniques thérapeutique en particulier dans le traitement de la spasticité et dans le domaine de la chirurgie orthopédique fonctionnelle. L analyse qualitative de la marche repose sur un système de camera vidéo. L objectif de ces A.Q.M est d améliorer le choix du traitement par une meilleure compréhension des diverses anomalies de la marche. Une meilleure stratégie thérapeutique est proposée : rééducation plus ciblée, injection de toxine botulique avec beaucoup plus de précision sur le choix des sites à injecter, chirurgie, choix de l appareillage plus adapté et surtout association des divers moyens en particulier toxines-chirurgie-appareillage. Ce type d analyse de la marche s adresse surtout à des enfants marchants, si possible sans aide technique. L analyse des résultats est idéalement pluridisciplinaire, chirurgien, médecin de rééducation et kinésithérapeute. Il s agit d une analyse non invasive et sans aucun danger. Les contre-indications sont liées au sujet : enfant ne marchant pas, trop jeune ou non coopérant. 17

18 Les injections de toxines botuliques : La toxine botulique est une toxine sécrétée par une bactérie. Injectée à dose infime dans un muscle, elle provoque le relâchement de celui-ci pendant une durée transitoire (quelques semaines en général). Cette propriété de relaxation musculaire est utilisée dans des indications variées. En ce qui concerne la spasticité, la toxine botulique bénéficie d une autorisation de mise sur le marché. L injection se fait par voie intramusculaire après dilution de la toxine dans du sérum physiologique. Les doses et sites d injections varient selon la gêne fonctionnelle à traiter et le poids de l enfant. Chez le jeune enfant, les injections sont effectuées sous sédation et pommade anesthésiante pour éviter toute douleur. La sédation est administrée sous la responsabilité d un médecin anesthésiste. L effet bénéfique n est jamais immédiat, et survient généralement dans un délai de 1 à 10 jours après l injection. L effet est efficace de 2 à 6 mois en moyenne en fonction des patients. Ceci explique la nécessité de répéter les injections à intervalles réguliers. Le kinésithérapeute : Titulaire d un Diplôme d Etat de kinésithérapie, le kinésithérapeute contribue à l éducation motrice et favorise l indépendance motrice du jeune et veille à son état orthopédique. Il établit un bilan, élabore un projet thérapeutique et procède à la rééducation à l aide de techniques diverses (concept BOBATH, méthode LEMETAYER ). Le bilan : le bilan moteur permet d évaluer les compétences motrices et les difficultés du jeune lors de l observation de l activité spontanée puis dirigée. Le bilan orthopédique permet d évaluer la spasticité, les rétractions musculo-tendineuses et les éventuelles déformations osseuses. Le bilan est nécessaire afin d établir un plan de rééducation. Le projet thérapeutique : avant toute rééducation le kinésithérapeute informe et explique à l enfant et ses parents le but de son intervention. L enfant doit être acteur de sa rééducation, pour ne pas la subir afin de lui donner une plus grande efficacité. Les rééducations : elles sont en général effectuées de façon individuelle. Le kinésithérapeute s inspire principalement pour la rééducation : - Du concept BOBATH. M. et Me BOBATH ont mis au point une approche sensori-motrice de la rééducation du développement de l enfant. Pour eux, il est nécessaire de mettre l enfant en condition pour qu il puisse bouger activement et automatiquement. La sensation (proprioception) du mouvement normal est donnée à l enfant pour qu il puisse le percevoir et le reproduire. - De la méthode LEMETAYER : pour cette méthode, les Niveaux d Evolution Motrice (NEM) représentent une suite d enchaînements de mouvements et de situations posturales à laquelle l enfant doit avoir recours pour parvenir à la station debout et à la marche. Les deux approches se rejoignent sur la notion de plasticité du cerveau et sa faculté de récupération lorsque l enfant est sollicité très tôt après la naissance. Ainsi, elles préconisent fortement une rééducation thérapeutique précoce. L objectif est d apporter à l enfant de manière précoce les sensations de schémas moteurs normaux. Ceci est fait dans le but de limiter l apparition de schémas moteurs anormaux, néanmoins, l enfant ne pouvant pas «guérir». L éducation thérapeutique a malheureusement ses limites liées aux lésions cérébrales irréversibles. Le kinésithérapeute utilise également les techniques de rééducation classique pour tous les autres troubles moteurs (étirements, méthode Mézières..). 18

19 Le travail pluridisciplinaire : le kinésithérapeute peut avoir un rôle de confident. En effet, la proximité permet à l enfant de se confier : Souvent la discussion débute sur ses douleurs physiques et continue sur l expression de son mal être. Le kinésithérapeute peut être amené à relayer les difficultés évoquées aux personnes compétentes pour aider l enfant. Le rééducateur prépare les consultations médicales avec l enfant l invitant ainsi à réfléchir sur son évolution et le prépare à poser des questions au médecin si besoin. Il peut être amené à filmer des enfants à différentes périodes, dans le but d affiner l observation médicale. Celle-ci permet un ajustement thérapeutique (intervention, toxines, rééducations.). Le kinésithérapeute peut apporter ses compétences techniques, lors de la réalisation de certaines attelles ou d installation de matériel adapté avec les ergothérapeutes. Il participe aux réunions de projet, de service et aux réunions à thèmes permettant une réflexion sur les pratiques professionnelles. Les échanges avec la famille : le kinésithérapeute peut être amené à donner des explications sur le type d appareillage et leur utilisation. Il montre aux familles la pose des appareils et les gestes facilitant ou correcteurs de mouvements pathogènes. Il peut faire du lien entre le médecin et la famille, notamment avant et après les consultations médicales. L ergothérapeute : Titulaire d un Diplôme d Etat d Ergothérapie, l ergothérapeute contribue à l éducation motrice et favorise l autonomie et l indépendance de l usager : il optimise les fonctions existantes et il offre les moyens de compenser le handicap dans les activités de la vie quotidienne L ergothérapeute établit un bilan ergothérapique et procède à la rééducation à l aide de techniques diverses (jeux, exercices spécifiques). Le bilan ergothérapique: il définit les capacités et les difficultés de l usager pour établir un plan de traitement adapté. Il permet d évaluer les capacités motrices, posturales et fonctionnelles. Il mesure aussi les capacités perceptives (visuelles, spatiales, sensori-motrices), praxiques (organisation du geste) et neurovisuelles. Les rééducations: elles peuvent être individuelles et /ou en groupe. Les rééducations individuelles se déroulent sur les lieux de vie du jeune et plus particulièrement en milieu scolaire afin de favoriser le lien avec l enseignant. Leur objectif est un travail sur les difficultés spécifiques de l enfant ou de l adolescent. En effet, la relation duelle permet de favoriser leur concentration. Certaines rééducations peuvent se dérouler au sein de la classe, pour mettre l enfant en situation. Les rééducations en groupe peuvent se faire avec les différents membres de l équipe. Leur objectif principal est de créer une dynamique entre les enfants ou les adolescents. Il peut s agir de groupe visant l autonomie et l indépendance de la vie quotidienne (organisation, déplacement ou travail de l habillage lors d un groupe piscine par exemple). Le travail pluridisciplinaire : le bilan ergothérapique permet de cerner les difficultés fonctionnelles du bénéficiaire. L ergothérapeute peut apporter des éléments plus précis au niveau du vécu scolaire du jeune. Il participe aux réunions de projet, de service et aux réunions à thèmes permettant une réflexion sur les pratiques professionnelles. Le travail de partenariat : l ergothérapeute est amené à travailler avec les différents prestataires afin de trouver la meilleure adaptation possible pour le jeune (matériel, aménagement ou service) enfant. Il collabore avec des instances telles que la M.D.P.H, ainsi qu avec des associations telles que l A.F.M en ce qui concerne l aménagement du domicile et les différents lieux de vie du bénéficiaire. Il affine sa rééducation en partageant des informations avec les orthoptistes, ou les différents services et hôpitaux qui peuvent suivre l enfant. 19

20 Le psychomotricien : Titulaire d un Diplôme d Etat de Psychomotricité, le psychomotricien rééduque, par l intermédiaire du corps, les fonctions mentales et motrices perturbées (troubles psychiques, neuropsychiques, psychosomatiques et psychoaffectifs). Il établit un bilan psychomoteur, élabore un projet thérapeutique et procède à la rééducation à l aide de techniques diverses (jeux, expression corporelle, relaxation ). Le bilan psychomoteur: il permet d évaluer les compétences et les difficultés du jeune, en proposant une observation de l activité spontanée ou des tests autour de différents domaines, tels que : l activité psychomotrice (équilibre, coordination, latéralité, tonus, schéma corporel, rythme, orientation temporo-spatiale, motricité fine, graphisme), le corps dans sa relation à l environnement, ou la capacité à se représenter son corps, l espace et le temps. Le bilan constitue un élément important pour déterminer un profil psychomoteur (instabilité ou inhibition psychomotrice par exemple). Le projet thérapeutique : il s appuie sur les conclusions du bilan. Ce projet vise à rétablir ou à permettre une meilleure adaptation du jeune à son environnement. Il vise également un meilleur investissement de son corps (tonus, adaptation posturale, sensorialité et gestualité). Le psychomotricien peut aussi intervenir auprès de la famille des jeunes enfants. Son action se situe alors dans l accompagnement de la relation «mère enfant», qui peut parfois être perturbée par la situation de handicap. Les rééducations : elles peuvent être individuelles et /ou en groupe. Les rééducations individuelles se déroulent sur les lieux de vie du jeune. Les rééducations en groupe peuvent se faire avec les différents membres de l équipe, au cours de groupes d activités proposés au sein du service ou à l extérieur. Le travail pluridisciplinaire : le bilan psychomoteur est un outil de travail qui permet de souligner de façon plus précise le suivi du jeune dans sa globalité, en soulignant les interactions entre les développements moteurs, affectifs et cognitifs du jeune. Le psychomotricien participe aux réunions de projet, de service et aux réunions à thèmes permettant une réflexion sur les pratiques professionnelles. L orthophoniste : L Orthophoniste est titulaire d un Diplôme d Etat d orthophonie, il éduque et rééduque le langage oral et écrit. L orthophoniste intervient également au niveau des troubles de la déglutition, de la respiration et sur les praxies bucco faciales. Il peut agir également sur la phonation. L orthophoniste établit un bilan orthophonique, élabore un projet thérapeutique et procède à la rééducation à l aide de techniques diverses. (jeux, relaxation et exercices spécifiques de la motricité bucco-faciale, codes palliatifs pictographiques.). Le bilan orthophonique: il permet d évaluer les compétences et les difficultés du jeune, en proposant une observation de l activité spontanée ou des tests autour de différents domaines, tels que : aspect lexical (vocabulaire), syntaxique (sens de la phrase) morpho-syntaxique (règle grammaticale), mémoire auditivo-verbale, conscience phonologique (phonème, syllabe), lecture, écriture. Le bilan permet aussi d évaluer la phonation, les praxies bucco-faciales et les logicomathématiques. Le bilan constitue un élément important pour établir un diagnostic orthophonique, en vue d établir les objectifs de travail et le projet thérapeutique. Il y a en général une observation qualitative et quantitative. 20

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

IMC Val de Murigny. Centre de Rééducation Motrice pour Infirmes Moteurs Cérébraux. C.R.M-I.M.C. Val de Murigny 51100 REIMS

IMC Val de Murigny. Centre de Rééducation Motrice pour Infirmes Moteurs Cérébraux. C.R.M-I.M.C. Val de Murigny 51100 REIMS CRM-IMC IMC Val de Murigny Centre de Rééducation Motrice pour Infirmes Moteurs Cérébraux C.R.M-I.M.C. Val de Murigny 42, Boulevard Edmond Michelet 51100 REIMS Tél. 03 26 36 08 08 Fax 03 26 49 91 21 crm51direction@wanadoo.fr

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL Directeur: Chef de Service Éducatif Assistante de Direction Accueil - Secrétariat

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

I - Les grandes lignes de la prise en charge

I - Les grandes lignes de la prise en charge I - Les grandes lignes de la prise en charge Lors de l annonce du diagnostic de la pathologie oculaire et/ou neurologique responsable de la déficience visuelle, la guidance de l enfant et de ses parents

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

L enfant handicapé : orientation et prise en charge

L enfant handicapé : orientation et prise en charge 1 ère partie : modules transdisciplinaires - Module 4 : Handicap. Incapacité. Dépendance - Objectif 51 : L enfant handicapé : orientation et prise en charge Rédaction : C Aussilloux, A Baghdadli - Actualisation

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE 12 rue aux raisins - 62600 BERCK SUR MER 03.21.89.44.01 - Fax : 03.21.89.44.82 Le mot d

Plus en détail

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes QUESTIONNAIRE D ENQUETE SUR LES BESOINS RELATIFS A L ACCUEIL DES ENFANTS DEFICIENTS INTELLECTUELS Ce

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés 2012 Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos La scolarisation des élèves handicapés constitue une priorité nationale. Dans ce domaine, des progrès considérables ont

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Définition de la dyspraxie

Définition de la dyspraxie E.BINTZ Définition de la dyspraxie Dys : manque en grec Praxie : action, mouvement, adaptation du mouvement au but recherché C est un trouble de la planification et de la coordination des mouvements qui

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Brochure d information destinée aux parents Bienvenue à Clairival Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Présentation Le service de psychiatrie de l enfant et de l adolescent des Hôpitaux

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs PARticuliers des élèves :

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs PARticuliers des élèves : Répondre aux besoins éducatifs PARticuliers des élèves : quel plan pour qui? _ Le projet d accueil individualisé (PAI) _ Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) _ Le plan d accompagnement personnalisé

Plus en détail

Troubles «dys» de l enfant. Guide ressources pour les parents

Troubles «dys» de l enfant. Guide ressources pour les parents Troubles «dys» de l enfant Guide ressources pour les parents Troubles «dys» de l enfant Guide ressources pour les parents Direction de la collection Thanh Le Luong Édition Jeanne Herr Institut national

Plus en détail

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT DIPLOME UNIVERSITAIRE - PARIS DIDEROT PROGRAMME COMPLET 2015-2016 VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT Vision, perception & action chez l'enfant ayant des troubles développementaux Responsables pédagogiques

Plus en détail

Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège

Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège Brigitte BRUNEL, professeur de SVT, collège Delalande (Athis Mons, 91) Bénédicte PONCHON, ergothérapeute, cabinet CABEX Essonne (Brétigny,

Plus en détail

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves :

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : quel plan pour qui? _ Le projet d accueil individualisé (PAI) _ Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) _ Le plan d accompagnement personnalisé

Plus en détail

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012 Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Anniversaire ASL Paris 26 mai 2012 Présentation de l'équipe

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Processus de dégradation orthopédique Déséquilibre des forces musculaires Maintient trop prolongé

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR?

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? BUJWID Alexandra Ergothérapeute SMPRE CRTLA CHU RENNES Octobre 2012 L écriture est un geste complexe L écriture est une

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

Scolarité et troubles des apprentissages

Scolarité et troubles des apprentissages Scolarité et troubles des apprentissages Présentation proposée par : Mlle CHEMIN, Neuropsychologue Mme LEGER, Enseignante spécialisée Mlle THOMAS, Ergothérapeute Plan Qu est-ce que le SESSAD Aloès? Les

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

Votre enfant est différent

Votre enfant est différent Votre enfant est différent Informations et conseils pratiques pour les parents d enfants ayant une déficience intellectuelle 0-6 ANS Ce livret a été réalisé avec le soutien de la SOCIÉTÉ GÉNÉRALE Ce livret

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan - Les Mureaux Direction des Soins - CAMPUS de Formation Site de Bécheville 1, rue Baptiste Marcet 78130

Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan - Les Mureaux Direction des Soins - CAMPUS de Formation Site de Bécheville 1, rue Baptiste Marcet 78130 Sommaire 1) Préambule...3 2) Le CAMPUS de formation...4 3) L Institut de Formation en Psychomotricité (I.F.P.)...5 4) Le statut des étudiants en psychomotricité...5 5) Les conditions d inscription aux

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

En souvenir du P r Olivier Dizien, décédé le 1 er juillet 2007

En souvenir du P r Olivier Dizien, décédé le 1 er juillet 2007 En hommage au D r Marc Maury, ancien médecin chef du CRM de Fontainebleau et ancien vice-président de l APF, pour son œuvre sur la paraplégie et son action au service du rapprochement associations / médecine

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

PROJET DE SERVICE. Service d Education Spéciale. Association Régionale Rhône-Alpes. et de Soins A Domicile. des Infirmes Moteurs Cérébraux

PROJET DE SERVICE. Service d Education Spéciale. Association Régionale Rhône-Alpes. et de Soins A Domicile. des Infirmes Moteurs Cérébraux Association Régionale Rhône-Alpes des Infirmes Moteurs Cérébraux Service d Education Spéciale et de Soins A Domicile N FINESS : 690800792 PROJET DE SERVICE Octobre 2003/Février 2004 2 SOMMAIRE I - PRESENTATION

Plus en détail

Dystrophie musculaire

Dystrophie musculaire Définition Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence et l affaiblissement progressif

Plus en détail

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 La stimulation électrique fonctionnelle chez l enfant marchant atteint de paralysie cérébrale: orthèse active ou éveil proprioceptif? Valérie Achache MK / thèse de doctorat

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS

LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS DE QUELS MOYENS DISPOSE-T-ON? EXAMEN CLINIQUE + QUESTIONS des grandes étapes du développement de l'enfant dans les domaines de : Acquisition

Plus en détail

EN GUISE D INTRODUCTION

EN GUISE D INTRODUCTION EN GUISE D INTRODUCTION "Nous sommes ce que le regard des autres fait de nous. Quand le regard des autres nous méprise, nous devenons méprisables. Et quand le regard des autres nous rend merveilleux, eh

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

TDAH et psychomotricité vendredi 11 Octobre 2013

TDAH et psychomotricité vendredi 11 Octobre 2013 TDAH et psychomotricité vendredi 11 Octobre 2013 Liza PUJOL, psychomotricienne CRTLA Sandrine DELHORBE, psychomotricienne SMPRe, CHU Pontchaillou RENNES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Implication

Plus en détail

Masseur Kinésithérapeute

Masseur Kinésithérapeute CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 700 h/an de septembre à mai Masseur Kinésithérapeute Le Métier de Masseur Kinésithérapeute Le kinésithérapeute assure la rééducation des personnes atteintes

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Ce questionnaire s inscrit dans le cadre d une démarche de travail collectif des services de la ville en charge de l accueil

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

Livret d accueil. Aux familles, aux enfants et aux adolescents

Livret d accueil. Aux familles, aux enfants et aux adolescents Livret d accueil S.E.M. - A.P.F 46, rue de la fuye - 53000 Laval 02 43 98 35 41 - Fax. 02 43 98 35 42 E-mail : apf.sem.53@wanadoo.fr La présentation 2 L emploi du temps du jeune 6 L accueil et l admission

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

J e commencerai par vous donner une définition de

J e commencerai par vous donner une définition de Les troubles du graphisme Les troubles du graphisme et de l écriture chez l enfant dyspraxique CLAIRE LE LOSTEC* Claire Le Lostec travaille comme ergothérapeute dans un service de soins à domicile de L

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

FILIERE TRAUMATISMES CRANIENS CEREBRO-LESIONS GRAVES

FILIERE TRAUMATISMES CRANIENS CEREBRO-LESIONS GRAVES Unité Mobile de Coordination Adultes des SSR du Bassin de St Etienne CHU HOPITAL NORD BATIMENT B NIVEAU 1 42055 SAINT ETIENNE cedex 2 Tél : 04 77 1 20316 Fax : 04 77 1 27661 Mail : umcssr@chu-st-etienne.fr

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC :

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC : Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC : L ORDRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

APPROCHE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DU SUIVI DE L ACTIVITÉ DES SESSAD DE LA RÉGION PAYS DE LA LOIRE

APPROCHE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DU SUIVI DE L ACTIVITÉ DES SESSAD DE LA RÉGION PAYS DE LA LOIRE APPROCHE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DU SUIVI DE L ACTIVITÉ DES SESSAD DE LA RÉGION PAYS DE LA LOIRE MARS 2013 «Le Sillon de Bretagne» 8 av. Thébaudières CP 30406-44804 SAINT-HERBLAIN CEDEX Tél. : 02 28

Plus en détail

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Enfants/Jeunes (0-20 ans)

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Enfants/Jeunes (0-20 ans) Tampon dateur de la Formulaire de demande(s) auprès de la Enfants/Jeunes (0-20 ans) Vous formulez une demande auprès de la pour votre enfant Nom de naissance : I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

Présentation MFAM 2013

Présentation MFAM 2013 Présentation MFAM 2013 1 Présentation générale 2 Qui sommes nous? une entreprise de droit privé un organisme mutualiste à but non lucratif implanté en Maine et Loire et en Mayenne siège à Angers / délégation

Plus en détail

Maladie neuromusculaire

Maladie neuromusculaire Définitions Maladie neuromusculaire Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence

Plus en détail

Rééducation gériatrique

Rééducation gériatrique Rééducation gériatrique Conjuguer l art du gériatre et du rééducateur! Formation spécifique de chacun Vision globale du patient Projet de vie tenant compte des fonctions retrouvées et des limitations Dr

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail