Les enjeux et problématiques juridiques des nouveaux usages de la téléphonie mobile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux et problématiques juridiques des nouveaux usages de la téléphonie mobile"

Transcription

1 Dossier Perein e-juristes.org En collaboration avec le M2 NTSI de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Les enjeux et problématiques juridiques des nouveaux usages de la téléphonie mobile Date : Juin 2010 Auteur : Fabien Kerbouci Contact :

2 Sommaire Introduction... 3 I. Vie privée des utilisateurs de téléphones mobiles... 4 A. Les données à caractère personnel... 4 B. Données de géo-localisation... 5 C. Obligations des opérateurs de téléphonie mobile... 7 II. Aspects juridiques du marketing mobile... 9 A. Le marketing mobile par SMS et MMS... 9 B. Activités de m-commerce C. La protection des mineurs D. Les logiciels téléchargés III. Autres aspects pénaux de la téléphonie mobile A. Atteinte à la vie privée B. Cybercriminalité Conclusion Bibliographie / 19

3 Introduction Selon l ARCEP, près de 90% des français possèdent un téléphone mobile. Dans cette tranche, 25% des ans ont déjà surfé sur Internet depuis leur téléphone. 1 Avec la possibilité d utiliser Internet, et avec l amélioration technologique des terminaux, ce sont de nouveaux types de biens et services qui sont aujourd hui proposés aux utilisateurs de téléphones mobiles. Ces nouveaux biens et services, les nouvelles capacités des terminaux, mais leurs limites aussi, font naitre de nouveaux enjeux juridiques pour la protection du consommateur. Si l on considère qu un smartphone est assimilable à un ordinateur traditionnel, alors l ensemble du droit régulant les pratiques du marketing sur Internet est applicable au marketing mobile nouvelle génération. Mais peut-il l être dans sa totalité? Notre droit actuel ne souffre-t-il pas de limites, et les fournisseurs de service ne doivent-ils pas prendre des dispositions spéciales pour se mettre en conformité? Pour l heure, de nombreuses dispositions réglementaires obligent déjà les acteurs du marketing mobile, qu il s agisse des opérateurs téléphoniques ou des fournisseurs de services. On peut voir, à ce titre, les nombreuses dispositions du Code des postes et des communications électroniques, mais encore, avec l avènement de l Internet sur téléphone mobile, tout le volet juridique relatif au droit de l Internet et de l e-commerce : la LCEN, la loi du 6 Janvier 1978, les lois Godfrain, le Code de la consommation pour la vente à distance, etc. On peut déterminer deux grands types de problématiques juridiques liés au développement du marketing mobile et à la protection du grand public : Celles liées à la protection de l utilisateur et du consommateur, en matière de vie privée ; Celles liées aux usages du marketing mobile, en matière de publicité, d achat en ligne, de protection des mineurs / 19

4 Ces problématiques, plus ou moins résolues, en droit, pour l Internet traditionnel, sont à mettre en perspective avec les nouvelles capacités des téléphones mobiles : Informations originales relatives à la vie privée - carnets de contacts téléphoniques, messageries mails et SMS, calendriers, relevés d appels, photos et vidéos, logiciels installés, géo-localisation, identifiants du téléphone et de la carte SIM Nouvelles capacités et limites des terminaux mobiles - composition automatique d appels et de SMS, téléchargement de logiciels, affichage de pages web, paiement sur opérateur, connexions bluetooth et Wi-Fi Avec, en contrepartie, l impossibilité d imprimer ou d enregistrer les documents, des tailles d écran réduites, des risques accrus de déconnexion du réseau, etc. Les enjeux sont donc multiples, et s entrecroisent. Nous verrons, dans un premier temps, ce que peuvent être les problématiques juridiques liées à la protection des utilisateurs de téléphone mobiles, et, dans un second temps, les problématiques liées au développement du marketing mobile, et du «m-commerce». I. Vie privée des utilisateurs de téléphones mobiles A. Les données à caractère personnel La loi du 6 Janvier 1978, dite «loi Informatique et libertés», nous rappelle, à l article 2, ce qu est une donnée à caractère personnel. Il s agit de «toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d'identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres». Sur l Internet traditionnel, on distingue déjà de nombreuses données à caractère personnel : les adresses les adresses IP 4 / 19

5 certains pseudonymes, selon l usage qui en est fait les informations saisies directement par les internautes les identifiants dans les logiciels enregistrés Avec l émergence de la téléphonie mobile intelligente, de nouvelles informations à caractère personnel font leur apparition : le numéro de téléphone et les informations d appels les identifiants du constructeur du téléphone certains contenus de la carte SIM (numéros de téléphones, SMS ) les carnets d adresses enrichis les coordonnées de géo-localisation certaines informations sur les calendriers ou agendas embarqués Les choses se compliquent lorsqu il est ajouté au téléphone des périphériques externes. Par exemple, la solution technologique «Square» 2, qui permet de transformer le téléphone en solution de paiement par carte de crédit, implique que le téléphone devienne l hébergeur, temporaire ou définitif, de données bancaires. Ces nouvelles données privées sont sous l autorité de la loi de 78. Ainsi, les traitements automatisés de données doivent être déclarés à la CNIL, et les utilisateurs doivent donner leur accord avant traitement. De même, le droit d accès et de rectification des données doit pouvoir être exercé. 3 B. Données de géo-localisation La géo-localisation est le procédé technologique par lequel l on détermine la position géographique d un appareil. Les téléphones de type smartphone incorporent des capacités de géo-localisation semblables aux GPS traditionnels. De nombreuses applications peuvent ensuite accéder à cette information, et fournir différents services aux utilisateurs. 2 https://squareup.com/ 3 Art. 6, 7 et 22, Loi n du 6 Janvier / 19

6 Les coordonnées de géo-localisation constituent manifestement des données à caractère personnel. D une part, elles permettent à certains employeurs de mettre en œuvre la surveillance de leurs employés (pour certains transports routiers sensibles par exemple), d autre part elles permettent aux sociétés de proposer des services spécialisés qui sont fonctions de l emplacement des mobinautes, et même, selon les algorithmes informatiques, de suivre ou reconnaitre un mobinaute particulier. Dans le monde du travail, pour pouvoir suivre un employé avec les données de géolocalisation de son téléphone, un employeur doit, d après la CNIL : déterminer quelles données spécifiques à la géo-localisation seront utilisées (emplacements, kilomètres parcourus, temps d arrêts, vitesse moyenne, etc.) informer les salariés de la mesure de suivi par géo-localisation déclarer le traitement à la CNIL, en justifiant la proportionnalité et l équilibre entre les moyens mis en œuvre, et les résultats attendus déterminer une durée de conservation, qui pourra être illimitée si les données de géo-localisation sont rendues anonymes La CNIL rappelle également, que malgré les opportunités offertes par les services de géolocalisation, il revient aux autorités judiciaires et non à l employeur de constater d éventuelles infractions au code de la route. De même, dans l hypothèse où la géolocalisation serait utilisée pour lutter contre le vol, seules les autorités de police sont habilitées à avoir connaissance des données collectée et non l employeur. 4 Pour les simples particuliers, la géo-localisation fait également courir des risques originaux. Le site PleaseRobMe.com («s il vous plait, cambriolez-moi»), a fait l expérience de diffuser l ensemble des messages courts du site tweeter, qui contenaient des informations sur la position de ses utilisateurs, tels même que les simples messages «parti de chez moi». Avec l utilisation conjointe des photographies GoogleMap, il devient ainsi possible de télé-préparer un cambriolage! Les informations relatives à la géo-localisation sont donc sensibles, et leur utilisation doit-être encadrée. A ce titre, la CNIL rappelle que les éditeurs de services mobiles doivent veiller à ce que : 4 6 / 19

7 l utilisateur soit informé des conditions d utilisation des informations de géolocalisation ; son accord soit obtenu préalablement à la géo-localisation ; l utilisateur puisse revenir et faire rectifier les données conservées. La Directive 2002/58/CE du Parlement européen précise également que, lorsque les utilisateurs ont donné leur consentement au traitement des données de localisation, autres que les données relatives au trafic, ils doivent garder la possibilité d'interdire temporairement, par un moyen simple et gratuit, le traitement de ces données pour chaque connexion au réseau ou pour chaque transmission de communication. Le responsable du traitement s expose à des sanctions pénales et civiles en cas de nondéclaration de son traitement préalablement à sa mise en œuvre. La non-déclaration de traitement à la CNIL est punie de 5 ans d emprisonnement et de d amende (article du code pénal). Sur le plan civil, la non-déclaration rend le dispositif inopposable aux tiers. C. Obligations des opérateurs de téléphonie mobile La Directive 2002/58/CE 5 précise de nombreuses obligations incombant aux opérateurs de téléphonie mobile, afin de faciliter la protection de la vie privée des utilisateurs. Elle a été complétée en 2006, par la Directive 2006/24/CE 6, qui impose aux opérateurs de téléphonie d enregistrer de nombreuses données personnelles relatives aux communications électroniques, «en vue de la prévention, de la recherche, de la détection et de la poursuite d'infractions pénales.» Au sens de ces directives, les États membres garantissent que l'utilisation des réseaux de communications électroniques, en vue de stocker des informations ou d'accéder à des informations stockées dans l'équipement terminal d'un utilisateur, ne soit permise qu'à condition que l'abonné ou l'utilisateur, soit muni d'une information claire et complète, entre autres sur les finalités du traitement, et que l'utilisateur ait le droit de refuser un tel traitement. L opérateur a également pour obligation : / 19

8 d offrir simplement et gratuitement un moyen d empêcher l identification de l utilisateur appelant ou appelé (Art. 8) d informer sur les modalités d inscriptions aux annuaires (Art. 12) Avec la Directive de 2006, l opérateur téléphonique se voit de plus contraint d enregistrer, pour une durée d au moins six mois, jusqu à 24 mois, et pour toute communication : Les noms, adresses et numéros des utilisateurs appelants Les noms et adresses des abonnés inscrits à une adresse IP L identification des destinataires des communications, que ces communications soient purement téléphoniques ou s établissent par des protocoles Internet Les dates, heures, et durées des télécommunications ou des relevés de messageries électroniques Les numéros d identification IMSI et IMEI Les données de géo-localisation des appareils Le législateur européen rappellera toutefois que, dans le cadre de cette Directive, aucune donnée révélant le contenu de la communication ne pourra être conservée par les opérateurs (ce qui, donc, ne fait pas préjudice aux dispositions relatives aux écoutes téléphoniques dans les autres textes réglementaires). Ces mesures sont denses, et strictes. Le Comité des Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures, du Parlement européen, avait recommandé en Novembre : de limiter la durée de conservation des données à un an ; de ne l'autoriser qu'en cas de mandat judiciaire et seulement pour des enquêtes visant des crimes assez importants, pouvant faire l'objet d'un mandat d'arrêt européen ; de ne transférer les données aux autorités nationales que sur demande expresse, et au cas par cas ; de permettre un opt-in pour les États-membres, leur permettant de ne pas conserver les données des appels sans réponse ; d'imposer des sanctions pénales à l'utilisation illégale de ces données ; 7 8 / 19

9 de compenser le coût de la conservation des données pour les opérateurs privés en les dédommageant. Mais ces recommandations n'ont pas été prises en compte par la Commission européenne. II. Aspects juridiques du marketing mobile A. Le marketing mobile par SMS et MMS Le télémarketing sur téléphones mobiles, par SMS et MMS, représente l une des premières formes d exploitation commerciale des téléphones mobiles. Plusieurs services sont réalisés par la voie des SMS et MMS : le téléchargement d images et de sonneries des quizz la souscription à des services des loteries gratuites Le SMS sert aussi de moyen de micro-paiement, un usage en forte croissance et utilisé sur de nombreux sites Internet pour le téléchargement de logiciels, de vidéos, etc. En droit, le SMS est assimilé à un moyen de communication électronique direct, semblable au courrier électronique traditionnel. Les règles relatives à la prospection commerciale par courrier électronique s appliquent pleinement aux activités de prospection par SMS. A ce titre, l article L34-5 du Code des postes et des communications électroniques précise, d une part, qu est interdite la prospection directe au moyen d'un automate utilisant les coordonnées d'une personne physique qui n'a pas exprimé son consentement préalable (opt-in). 9 / 19

10 L article précise, d autre part, que malgré l obtention de l accord de l utilisateur, il sera nécessaire de préciser des coordonnées valables pour faire cesser la réception des messages. En pratique, il peut s agit d un lien vers une adresse Internet, ou d un numéro de téléphone non surtaxé. Notons que les règles applicables à la vente à distance s appliquent également aux ventes conclues par SMS. Pour être valable, une procédure de contrat de vente par SMS doit donc être réalisée, en «double clic», de la façon suivante : L utilisateur envoie un premier SMS à un numéro pour passer sa commande et établir la relation commerciale; Un SMS lui est retourné. Ce SMS devra préciser les conditions de la commande, qui passe par l acceptation de conditions générales de vente 8. De plus, l utilisateur devra avoir un récapitulatif sur le produit ou service acheté, et sur tous les prix afférents : prix d achat du bien, frais de livraison, coûts des SMS, etc. ; L utilisateur renvoie un SMS d acceptation ; Le bien, ou le service, est délivré dans les conditions prévues. A noter que, dans biens des cas, les services ou produits délivrés par SMS sont virtuels, et donc immédiatement consomptibles. En pareilles circonstances, l utilisateur peut ne pas pouvoir se prévaloir de son droit de rétractation, conformément aux dispositions de l article L du Code de la consommation. Les conditions générales de vente devront faire mention de cette particularité. 8 pouvant être obtenues par Internet, téléphone, ou SMS 10 / 19

11 B. Activités de m-commerce L achat de biens et de services en ligne (e-commerce), appliqué au monde du téléphone mobile, se désigne sous l appellation de m-commerce. En droit, le secteur du m- commerce hérite des qualités juridiques applicables au secteur de l e-commerce. Pour pallier aux différences entre e-commerce et m-commerce, et à défaut de textes réglementaires, l association du marketing mobile aux Etats-Unis, la MMA, publie des guides de bonnes-pratiques 9, tandis qu en France, l antenne française de l association a publié un guide déontologique du marketing mobile, et un autre sur les formats publicitaires. 10 Les acteurs du marché sont invités à suivre ces pratiques car, si elles n ont pas force obligatoire, elles créent un référentiel des pratiques du métier, que le juge peut être amené à considérer dans un litige particulier. D ailleurs, sur certains points, ces guides facilitent l application des dispositions légales en matière de protection du consommateur. Par exemple, un message transmis à un usager, et retransmis à d autres usagers de son carnet d adresses, est qualifié de message viral. On dit de «marketing viral» les campagnes de communication qui utilisent ces procédés. Conformément aux recommandations de la MMA, les fournisseurs de service ne peuvent réaliser de campagne de marketing viral qu avec la seule participation consentante de l utilisateur, ce qui exclut l automatisation des processus de rediffusion par quelconque procédé. Cette recommandation est, en France, en conformité avec l article L34-5 du Code des postes et des communications électroniques. En matière de marketing mobile, il faut aussi compter sur les nouveaux moyens de paiement liés aux téléphones. Par exemple, la solution française de paiement dite «MPME», mise en place par les trois opérateurs historiques au début 2010, permet, pour l achat de biens ou de services, de débiter un utilisateur directement sur son forfait téléphonique, soit de manière ponctuelle, soit de manière permanente / 19

12 Pour les opérateurs, la mise en place d un tel service a demandé de nombreuses précautions pour minimiser les risques : Tout d abord, les utilisateurs sont clairement informés de la procédure de prélèvement, qui, passant par un portail officiel de l opérateur, est sans équivoque ; La procédure de paiement respecte le principe du «double clic» ; La somme maximale d un prélèvement est de 10 par transaction. Les utilisateurs ayant souscrit un prélèvement régulier peuvent à tout moment faire cesser celui-ci ; Les opérateurs vont ainsi jouer le rôle d intermédiaire financiers, ce qui, à terme, devrait les inciter à développer des activités bancaires en lien avec la communication mobile. Ce sont là des enjeux concurrentiels inédits, qui soulève également un vrai débat, qui ne sera pas abordé ici, sur la réalisation d opérations financières par des acteurs de téléphonie. Rappelons, enfin, que s imposent à tous les contenus web publiés pour téléphones mobiles les dispositions de la Loi pour la confiance en l économie numérique (LCEN), stipulant que doit pouvoir être identifié et contacté le responsable de tout site commercial en ligne. 11 C. La protection des mineurs La protection des mineurs sur les téléphones mobiles est une problématique qui suscite de plus en plus d intérêt. D après un sondage TNS-Sofres publié en octobre 2009, 73% des adolescents sont équipés d un téléphone portable 12. Nul doute que les opérateurs vont rapidement chercher à séduire cette clientèle, en proposant notamment des accès illimités à Internet comme ce fut le cas pour le SMS. Mais, les téléphones mobiles, contrairement au PC familial, sont sous la seule garde de l adolescent. C est d ailleurs bien souvent un objet intime, porteur d un lien affectif, et 11 Loi n du 21 juin 2004, Art. 6, III / 19

13 avec lequel l adolescent exerce une grande partie de sa vie privée. C est d ailleurs le côté «confidentiel» de la communication mobile qui rend, en partie, son usage attractif pour les jeunes générations. Le contrôle parental des outils de communication mobile est donc quasi-inexistant, les parents s engageant, tout au plus, à contrôler les débits du portefeuille. Libre de l utilisation qu il fait de son téléphone, le mineur peut être amené à de mauvaises rencontres, physiques ou virtuelles. Rappelons aussi que le contenu choquant pour le mineur pourra être transmis à d autres mineurs, par simple envoi de SMS. Le fond du problème, de la protection en ligne des mineurs, réside dans la difficulté qu ont les fournisseurs de contenu à discriminer les internautes mineurs et majeurs. A ce jour, les fournisseurs de contenus les plus diligents affichent un formulaire de saisie de date de naissance, car il n existe aucun procédé qui permette, depuis l adresse IP d un téléphone relié à Internet, de connaitre l âge du détenteur du téléphone ou de l abonnement téléphonique. Techniquement, cette solution serait possible. Rappelons que la Directive européenne 2006/24/CE impose aux opérateurs d enregistrer un certain nombre d informations sur les connexions effectuées sur leur réseau. L information d adresse IP, ou de numéro de téléphone, et l information de date de naissance comprise dans l identité du détenteur de la ligne, peuvent se croiser sans qu il ne soit fait préjudice à l anonymat de l utilisateur, et donc d atteinte injustifiée à sa vie privée. Une autre solution pour discriminer les mineurs serait de permettre aux fournisseurs de contenus de ne pas avoir à effectuer de vérification par eux-mêmes, mais de faire reposer cette responsabilité sur l opérateur. Il faudrait ici que l opérateur oblige le titulaire de la ligne, s il est mineur, à passer par un système de filtrage des adresses Internet considérées comme «sensibles» ; ce filtrage ne pourrait alors être levé qu avec l accord des parents. La protection des mineurs étant un enjeu d intérêt général, on ne peut que souhaiter la mise en place d instruments juridiques et techniques nouveaux, pour répondre aux nouveaux défis de la société numérique. 13 / 19

14 D. Les logiciels téléchargés Les logiciels installés et téléchargés sur les plates-formes des fabricants de téléphones mobiles (dits aussi «stores»), ne fabriquent pas d incertitude juridique nouvelle dans la façon dont ils sont amenés au grand public. Quelques dispositions doivent toutefois être prises par les éditeurs de logiciels, afin de permettre l évolution et les mises à jour de ces derniers sur les téléphones mobiles. Tout d abord, le logiciel devra être fourni par l éditeur avec une licence utilisateur, à défaut de quoi le distributeur impose une licence «par défaut», commune à tous les logiciels pour lesquels les éditeurs n ont pas fourni de licence. Les accords conclus entre l éditeur et le distributeur, avant diffusion du logiciel, permettent l application des ces conditions par défaut. 13 Ensuite, en cas de changement dans la licence d utilisation du logiciel, l utilisateur devra être amené à revalider à nouveau son accord pour la nouvelle licence, qui lui sera idéalement affichée en intégralité sur l écran du téléphone. Enfin, rappelons que les règles relatives à la contrefaçon de logiciels s appliquent de plein droit aux logiciels portés sur téléphones mobiles. III. Autres aspects pénaux de la téléphonie mobile A. Atteinte à la vie privée Si le téléphone mobile est créateur de nouveaux usages multimédias, il est aussi un formidable instrument d atteinte à la vie privée. 13 Voir par exemple les termes d Apple : 14 / 19

15 Rappelons-nous, par exemple, du «happy slapping», cette pratique qui consiste à humilier un individu, tout en filmant la scène avec un appareil portable, puis à rediffuser la scène sur Internet. En France, avant 2007, le fait d enregistrer une scène de «happy slapping» avec son téléphone n était pas clairement sanctionné. La Loi du 5 mars 2007 a clarifié les choses. L article du Code pénal stipule désormais qu est «constitutif d'un acte de complicité des atteintes volontaires à l'intégrité de la personne ( ) le fait d'enregistrer sciemment, par quelque moyen que ce soit, sur tout support que ce soit, des images relatives à la commission de ces infractions». A noter que, curieusement, le législateur a exclu, par ces termes, la complicité par enregistrement sonore de l acte incriminé Pour ce qui concerne l utilisation du téléphone mobile pour l enregistrement de conversations privées, ou le fait d espionner le contenu d un téléphone, il s agit là d atteintes à la vie privée caractérisées, relevant du régime juridique classique en la matière. Enfin, la géo-localisation permise par le téléphone est un sujet épineux. Elle peut se faire en obtenant le numéro de cellule de la borne auquel est relié le téléphone (par un SMS spécial par exemple), ou par un logiciel approprié installé sur le téléphone. Les particuliers ont-ils le droit de s informer sur la position d un téléphone, sans le consentement de son propriétaire? Cette information est-elle opposable à un tiers, en cas de divorce, par exemple? A ce jour, ces questions n ont pas encore trouvé de réponse, ni sous la plume du législateur, ni sous celle des juges. B. Cybercriminalité Les smartphones d aujourd hui sont de véritables ordinateurs, et les questions de sécurité de ces appareils sont bien réelles, surtout avec l accumulation des procédés de connexion aux réseaux privés ou publics : infrarouge, bluetooth, Wi-Fi, 3G 15 / 19

16 Au sens du code pénal, un téléphone mobile est un système de traitement automatisé de données (STAD), et toutes les infractions de cybercriminalité relatives aux STAD sont donc applicables à ces appareils. Le piratage d un téléphone mobile, le vol ou la corruption de données d un téléphone, par tout procédé, sont des délits passibles d emprisonnement 14. Par ailleurs, la carte SIM du téléphone forme, elle-même, un système de traitement automatisé de données à part entière et reconnu en tant que tel (cf. TGI Paris, 13 e chambre correctionnelle, jugement du 25 février 2000, affaire Serge Humpich sur les cartes à puce). 15 Le téléphone mobile fera-t-il naitre de nouvelles formes de cyber-délinquance? Assurément oui, et la tendance ira probablement en s accélérant avec le développement des systèmes de marketing mobiles : escroqueries inédites de type phishing, mise en exergue des vulnérabilités des moyens de paiement (en cas de vol du téléphone, par exemple), nouveaux modes de propagation de malwares, etc. Enfin, rappelons que les identifiants d appels téléphoniques, ainsi que les SMS, sont des informations facilement falsifiables sur les réseaux téléphoniques. Ainsi, des organisations proposent, sur Internet, des services spécialisés dans le «caller ID spoofing» ou le «sms spoofing», qui permettent de changer son numéro à volonté. Si n importe qui peut prendre le numéro de n importe qui, il importe de rappeler que l anonymisation des communications n est pas un délit en soi, mais que les opérations frauduleuses, ou préjudiciables, réalisées sous couvert d une fausse identité peuvent caractériser un délit. La fragilité de ces éléments d identification doit également amener le juge à s interroger sur la valeur probante des pièces de ce type. Conclusion Les nouveaux usages de la téléphonie mobile, et la convergence des technologies de connexion et de paiement, rendent plus étroits les liens entre économie, données privées et télécommunications. 14 Art du Code pénal, et suivants / 19

17 Se construisant sur des technologies qui sont bien connues depuis une vingtaine d années, le marketing mobile moderne est soumis aux dispositions réglementaires relatives au domaine de l Internet et de l e-commerce. Mais, l aspect très personnel du téléphone, son incorporation quotidienne dans nos déplacements, fait apparaitre des insuffisances dans l arsenal juridique visant à protéger l utilisateur ou le consommateur. Sur la protection de l utilisateur, on notera encore quelques incertitudes en matière d usage des outils de géo-localisation. La CNIL s est prononcée sur la question de la géolocalisation dans le cadre du travail, mais très peu sur la géo-localisation entre individus. Sur la protection du consommateur, on notera des flous relatifs aux activités de paiement par l intermédiaire des opérateurs téléphoniques, flou qui devrait s accentuer avec l émergence des moyens de paiement «sans contact», intégrés aux téléphones. De même, les solutions de paiement MPME des opérateurs historiques, ne semblent guère ouvertes à tous les acteurs du marché, en témoignent des contrats d adhésion contenant des clauses plus que douteuses sur le plan légal. Il serait bon, là aussi, que le législateur s interroge sur la régulation et l ouverture des accès aux moyens de paiement par téléphones mobiles. A ce jour, les opérateurs téléphoniques encaissent entre 20 et 30% d une transaction réalisée par MPME, taux astronomique qui est un véritable frein au développement effectif de micro-activités (le taux de reversement final est de 50%, l intermédiaire de paiement, relié à l opérateur, encaissant lui aussi une commission moyenne de 20%). 16 Egalement, il semble que le public soit peu sensibilisé aux enjeux et risques relatifs aux nouveaux usages des téléphones : atteinte à la vie privée, fraude, cybercriminalité, et contrefaçon de documents téléphoniques Ces problématiques sont à prendre en considération, et une formation des magistrats doit s effectuer en ce sens. Enfin, des lacunes restent flagrantes en matière de protection des mineurs. L isolement du jeune mineur face à son téléphone, avec, en filigrane la question de sa vie privée, est la réalité quotidienne de nombreux foyers. Or, cet aspect semble mésestimé par les 16 pdf 17 / 19

18 pouvoirs publics, qui n ont pas toujours pas adopté de solution visant à sécuriser l activité des mineurs sur les réseaux électroniques. Des efforts sont donc à poursuivre, pour renforcer la régulation des nouveaux usages de la téléphonie moderne. Pour ce domaine, le droit doit rester mobile. 18 / 19

19 Bibliographie Legifrance : Eur-Lex : Legalis : La CNIL : Chiffres clés Marketing Mobile SFR :http://www.via.sfr.fr/marketing-mobile/chiffres-cles/ Apple, licence utilisateur itunes : MMA Global & MMA France : Contrats Bouygues Telecom : Syndicat national de la communication directe : «SMS et protection du consommateur», Journal du Net : «Les adolescents ont un portable», Comment ça marche : «Navigating the legal aspects of mobile market», DMNews : Union française du marketing directe : 19 / 19

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

CHARTE WIFI ET INTERNET

CHARTE WIFI ET INTERNET PAVILLON BLANC MÈDIATHÉQUE CENTRE D ART DE COLOMIERS CHARTE WIFI ET INTERNET MISSION : Le Pavillon Blanc Médiathèque Centre d Art de Colomiers a pour mission de permettre à tous ses visiteurs d accéder

Plus en détail

ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES

ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES L Editeur ne peut adresser des SMS-MT ou MMS-MT surtaxés dans le cadre de son Service exclusivement qu en réponse à une requête d

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site Politique générale Vippass de Protection de la Vie privée et des données personnelles sur Internet Vippass respecte votre droit à la vie privée. Le présent documentent vise à identifier quels types de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC Seriez-vous concerné sans le savoir? LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Les bornes WiFi permettant d accéder à internet via les réseaux sans fil, se sont multipliées

Plus en détail

L abonné peut se désabonner à tout moment en suivant la procédure décrite ci-dessous à l art. 5 des

L abonné peut se désabonner à tout moment en suivant la procédure décrite ci-dessous à l art. 5 des Conditions d'utilisation SERVICE CLIENT Pour toutes questions ou réclamations, veuillez contacter le service client par email geny@geny.com ou par téléphone au 01 46 84 xx xx. Conditions générales d utilisation

Plus en détail

MÉDIATHÈQUE LE PASSE-MURAILLE

MÉDIATHÈQUE LE PASSE-MURAILLE MÉDIATHÈQUE LE PASSE-MURAILLE CHARTE D UTILISATION ET MODE D EMPLOI La Ville de Saint-Julien de Concelles met à disposition du public un accès à Internet par le réseau WiFi ( connexion Internet sans fil)

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

Marketing orienté Web

Marketing orienté Web Mickael DRCURT Thomas PTEL Florent GALTIER Lukas KELLER Marketing orienté Web Le marketing mobile Master 2 MIAGE - Année universitaire 2010-2011 Sommaire Introduction Les éléments et outils La stratégie

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE MEDIATHEQUE DU CHEVALET

CHARTE INFORMATIQUE MEDIATHEQUE DU CHEVALET CHARTE INFORMATIQUE MEDIATHEQUE DU CHEVALET Préambule Cette charte a pour objet de définir les conditions générales d utilisation des ressources informatiques mises à disposition du public par la médiathèque

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Guide pour e-commerçants

Guide pour e-commerçants Guide pour e-commerçants Explications claires des obligations légales des e-commerçants Conseils pratiques pour mettre votre site en conformité Modèles de textes faciles à adapter Mars 2015 Glynnis Makoundou

Plus en détail

Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015

Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015 Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015 Principales évolutions : Les principales évolutions par rapport aux versions précédentes ont été surlignées en jaune. Article modifié Charte de conception Article

Plus en détail

DROIT DE LA CONSOMMATION ET DROIT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

DROIT DE LA CONSOMMATION ET DROIT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DROIT DE LA CONSOMMATION ET DROIT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES PROTECTION RENFORCEE DES CONSOMMATEURS SUR INTERNET Flore FOYATIER Septembre 2011 La protection des consommateurs sur internet est renforcée

Plus en détail

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel;

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel; AVIS N 07 / 2003 du 27 février 2003. N. Réf. : 10 / Se / 2003 / 005 / 009 / ACL OBJET : Utilisation des moyens de communication électroniques à des fins de propagande électorale. La Commission de la protection

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL»

CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL» Article 1. Préambule CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL» Accor exploite un site web accessible au public à l adresse principale www.accorhotels.com, ainsi que le site mobile accorhotels.com et

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES Article 1 - Description de l abonnement 1.1 Champ d application L abonnement TER illico ENTREPRISES est souscrit par une

Plus en détail

Achats en ligne - 10 re flexes se curite

Achats en ligne - 10 re flexes se curite Achats en ligne - 10 re flexes se curite Attention : Donner ses coordonnées de compte bancaire sans vérification vous expose à des risques. Soyez vigilant! 1. Je vérifie que le site du commerçant est sûr

Plus en détail

ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+ L Editeur s engage à n adresser de SMS-MT ou MMS-MT surtaxés dans le cadre de son Service qu en réponse à une requête d un Utilisateur, formulée par

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques

Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques WIFI Le wifi est une technologie de réseau informatique sans fil mise en place pour fonctionner en réseau interne Utilisateur

Plus en détail

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin Publier des photos d élèves sur l internet Publier des photographies d élèves mineurs sur l internet doit toujours se faire avec l accord des parents. Ce document fait le point sur le sujet et fournit

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself CHARTE INFORMATIQUE Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself Ce texte, bien qu ayant un caractère réglementaire, est avant tout un code de bonne

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre utilisation du site http://www.assessfirst.com/ (ci-après

Plus en détail

LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT :

LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT : LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT : La réglementation sur les nouvelles technologies est dispersée, dans le code du travail, dans les lois, dans les

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Préambule En validant sa commande, le Client déclare accepter sans réserve les termes de ladite commande ainsi que l'intégralité des présentes conditions générales de vente.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le CONDITIONS GENERALES DE VENTE PREAMBULE La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le Chaintreau 44190 GORGES, immatriculée au RCS de NANTES sous le numéro

Plus en détail

Manuel d utilisation du terminal de paiement électronique virtuel

Manuel d utilisation du terminal de paiement électronique virtuel TPEV Manuel d utilisation du terminal de paiement électronique virtuel Version: 1.C Payline PROPRIETAIRE Page 1-1/29 Page des évolutions Le tableau ci-dessous liste les dernières modifications effectuées

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Mentions légales site internet

Mentions légales site internet Mentions légales site internet 1. Présentation du site et accès 1.1 Présentation En vertu de l article 6 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l économie numérique, il est précisé

Plus en détail

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Les enjeux réglementaires de la protection des informations en ligne Garance MATHIAS Avocat Dématérialisation des données et informations

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5 AMENDEMENT N 1 Après l alinéa 75, ajouter l alinéa suivant : Il est inséré dans le code de la consommation un article L 121-20-3 ainsi rédigé : «1 Tout centre d appels d une entreprise enregistrée au registre

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du site web

Conditions générales d utilisation du site web Conditions générales d utilisation du site web La société Royal Canin France SAS, société par action simplifiée, enregistrée au RCS de Nîmes sous le numéro B 380 824 888, dont le siège social est 650 avenue

Plus en détail

LA DELINQUANCE INFORMATIQUE

LA DELINQUANCE INFORMATIQUE LA DELINQUANCE INFORMATIQUE Aude LEVALOIS Gwenaëlle FRANCOIS 2013-2014 LA CYBERCRIMINALITE Qu est ce que la cybercriminalité? Des infractions pénales Ou sont elles commises? Via les réseaux informatiques

Plus en détail

SSI Sensibilisation à la sécurité de l'information**

SSI Sensibilisation à la sécurité de l'information** SSI Sensibilisation à la sécurité de l'information** Prérequis Compétence opérationnelle Objectifs d apprentissage Durée d apprentissage Connaissances de base en informatique Etre capable de comprendre

Plus en détail

Guide de connexion sur les bornes hot-post WIFI de la collectivité de Saint-Pierre

Guide de connexion sur les bornes hot-post WIFI de la collectivité de Saint-Pierre Guide de connexion sur les bornes hot-post WIFI de la collectivité de Saint-Pierre Afin de pouvoir avoir accès à l'ensemble des fonctionnalités des hot-spot WIFI de la Mairie de Saint-Pierre, nous vous

Plus en détail

10 RÉFLEXES SÉCURITÉ

10 RÉFLEXES SÉCURITÉ FÉVRIER 2015 ACHATS EN LIGNE 10 RÉFLEXES SÉCURITÉ N 2 LES GUIDES SÉCURITÉ BANCAIRE CE GUIDE VOUS EST OFFERT PAR Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com Le présent

Plus en détail

ACHATS EN LIGNE 10 RÉFLEXES SÉCURITÉ. www.aveclespme.fr Le site pratique pour les PME. www.lesclesdelabanque.com N 2 LES GUIDES SÉCURITÉ BANCAIRE

ACHATS EN LIGNE 10 RÉFLEXES SÉCURITÉ. www.aveclespme.fr Le site pratique pour les PME. www.lesclesdelabanque.com N 2 LES GUIDES SÉCURITÉ BANCAIRE FÉVRIER 2015 www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent ACHATS EN LIGNE 10 RÉFLEXES SÉCURITÉ www.aveclespme.fr Le site pratique pour les PME N 2 LES GUIDES SÉCURITÉ BANCAIRE

Plus en détail

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

«Ton assureur dans ta poche»

«Ton assureur dans ta poche» Séminaire Innovation «Ton assureur dans ta poche» - mars 2013-1 Sommaire Chiffres clés Le champ des possibles et les solutions existantes Ton assureur dans ta poche Déclinaison possible sur d autres offres

Plus en détail

Le droit d opposition à être sollicité

Le droit d opposition à être sollicité Le droit d opposition à être sollicité Comment en informer les personnes? Quand leur permettre de l exercer? Etienne Drouard Avocat à la Cour edrouard@morganlewis.com 01 53 30 43 00-06 07 83 33 81 Morgan,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC Article 1 Définitions L «Application» : il s agit de l application mise à disposition des Clients par COGELEC. La «Base de données» : il s agit de

Plus en détail

14.1. Paiements et achats en ligne

14.1. Paiements et achats en ligne Chapitre 14 Sécurité et Internet Si Internet vous permet de vous connecter et d accéder à des services et des sites du monde entier, il est important aussi de comprendre qu une fois connecté au Web votre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Domaine d application Le Vendeur est la société «COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME», association dont le siège social est situé à ALENCON (61000) 86 rue St Blaise. Le site

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES

CONDITIONS GENERALES DE VENTES CONDITIONS GENERALES DE VENTES 1. BILLETTERIE 1.1 Les tarifs de billetterie appliqués par l association Antipode MJC sont déterminés par son Conseil d Administration. 1.2 Les prix des billets sont indiqués

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES Article 1 - Description du produit 1.1 Champ d application Le carnet de billets TER illico ENTREPRISES est souscrit par

Plus en détail

RENTABILIWEB CONDITIONS GENERALES DE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE

RENTABILIWEB CONDITIONS GENERALES DE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE RENTABILIWEB CONDITIONS GENERALES DE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE 1. OBJET : Les présentes Conditions Générales de Paiement prévoient l ensemble des conditions de souscription au Service RENTABILIWEB de

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent

Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent Préambule L Espace Adhérent est un service offert par la Mutuelle du Ministère de la Justice (MMJ), Mutuelle régie par les dispositions du Livre

Plus en détail

Internet, mineurs et législation. Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015

Internet, mineurs et législation. Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015 Internet, mineurs et législation Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015 Introduction Les principales incriminations et l aggravation des peines liée à l usage des TIC La responsabilité

Plus en détail

Table des matières. INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15. PARTIE 1 La publicité

Table des matières. INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15. PARTIE 1 La publicité Table des matières Remerciements... 7 Préface... 9 Abréviations utilisées... 13 INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15 PARTIE 1 La publicité CHAPITRE 1 Définition

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques

Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques Mission de la DGCM du SPF Economie Contribuer à la création

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société., domiciliée, immatriculée SIRET., désigné comme le Vendeur ET

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES ARTICLE 1 : PRESENTATION GENERALE L accès à l Espace Entreprises permet l accès gratuit aux Services tels qu ils sont définis à l article

Plus en détail

SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES

SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre réponse aux questionnaires

Plus en détail

Promotion touristique et marketing électronique

Promotion touristique et marketing électronique Décoder le jargon juridique Promotion touristique et marketing électronique L approche juridique Julie TOMAS, Juriste TIC Aquitaine Europe Communication Décoder le jargon juridique I. L achat de mots-clés

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE CHARTE DES BONNES PRATIQUES INTERNET CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE PRÉAMBULE La Charte des bonnes pratiques

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE Définitions : Dernière version en date du 21 Avril 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter de la

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com

CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com Les présentes Conditions Particulières concernent l accès et l utilisation de l Espace Client sur le Site www.eau-en-ligne.com

Plus en détail

Charte régissant l usage des technologies de l information et de communication au sein de l Université de Lorraine

Charte régissant l usage des technologies de l information et de communication au sein de l Université de Lorraine Charte régissant l usage des technologies de l information et de communication au sein de l Université de Lorraine La présente charte définit les règles d usages et de sécurité que l Université de Lorraine

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE PRESTATION DE SERVICE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE PRESTATION DE SERVICE CONDITIONS GENERALES DE VENTE PRESTATION DE SERVICE ARTICLE 1 CHAMPS D'APPLICATION Les présentes conditions générales de vente s'appliquent aux clients abonnés non professionnels recourant aux prestations

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ Outre les présentes règles déontologiques, l Editeur de service par SMS/MMS, ci-après l Editeur, s'engage à respecter l ensemble

Plus en détail

Les Réunions Info Tonic. Etre en règle avec la CNIL Mardi 8 octobre 2013

Les Réunions Info Tonic. Etre en règle avec la CNIL Mardi 8 octobre 2013 Les Réunions Info Tonic Etre en règle avec la CNIL Mardi 8 octobre 2013 Etre en règle avec la CNIL : La loi CCI de Touraine 8 octobre 2013 Valérie BEL Consultante Valérie BEL Consultante Juriste à la CNIL

Plus en détail

La protection des données personnelles

La protection des données personnelles La protection des données personnelles Limites légales et moyens de protection Intervenants Delphine PRAMOTTON, Ingénieur, Ernst & Young Philippe WALLAERT, Avocat, Morvilliers Sentenac 22 novembre 2005

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet MENTIONS LEGALES Consonnances.fr a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Commission Nationale de l'informatique et des Libertés, sous le numéro 1595804. Conformément aux articles 39 et suivants de

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne

Conditions générales de vente en ligne Conditions générales de vente en ligne SAROFOT Impertinent.ph Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SAROFOT Impertinent. au capital de 11433,67 euro dont le siège social

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration L opérateur est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d exploiter,

Plus en détail

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct Conditions générales Banque des Mascareignes 1.1 Objet Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les Conditions Générales d accès et d utilisation

Plus en détail

2.3 Conditions d utilisation

2.3 Conditions d utilisation Conditions Générales d Utilisation de Paris fournisseurs, portail fournisseurs de la collectivité parisienne. En date du 15/05/2013, les présentes conditions générales du portail Paris fournisseurs ont

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION. Commission nationale de l informatique et des libertés

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION. Commission nationale de l informatique et des libertés ADMINISTRATION Autorités administratives indépendantes et établissements sous tutelle CNIL Commission nationale de l informatique et des libertés _ Délibération n o 2013-255 du 19 septembre 2013 portant

Plus en détail

Le téléphone portable: instrument sauveur ou diabolique?

Le téléphone portable: instrument sauveur ou diabolique? Le téléphone portable: instrument sauveur ou diabolique? Quel statut pour cet objet? droits et impairs allô Maman bobo!!! propriété réservés @ Cabinet LANDREAU, 2013 1 Le téléphone portable: un support

Plus en détail

Conditions Générales de vente de

Conditions Générales de vente de Conditions Générales de vente de 1 Article 1 - Définitions : Le CLIENT (VOUS) est la personne physique ou morale qui a passé commande d'une PRESTATION de services à, et de ce fait, à été informé des présentes

Plus en détail

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL FICHIERS INFORMATISES ET CNIL 17/11/2011 L intérêt actuel pour les entreprises de recueillir des informations précises sur leur clientèle potentielle n est plus à démontrer. Le «profiling» joue un rôle

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation NordNet 111, rue de Croix BP 60985 59510 HEM France Pour toutes questions, veuillez nous contacter au : (appel gratuit depuis un poste fixe, sous réserve des tarifs pratiqués par

Plus en détail

MENTIONS LEGALES. Siège social : SHOM 13 Rue du Chatelier - CS 92 803 29 228 BREST Cedex 2

MENTIONS LEGALES. Siège social : SHOM 13 Rue du Chatelier - CS 92 803 29 228 BREST Cedex 2 MENTIONS LEGALES En vertu de l article 19 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique, les informations suivantes sont portées à la connaissance des utilisateurs :

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation de l Espace Client Employeur La Banque Postale Assurance Santé La Banque Postale Assurance Santé a développé le site internet Espace Client Employeur (le Site) pour des

Plus en détail

Déclaration simplifiée à la CNIL. www.data-mobiles.com

Déclaration simplifiée à la CNIL. www.data-mobiles.com Déclaration simplifiée à la CNIL Informatique embarquée www.data-mobiles.com 2 La déclaration simplifiée à la CNIL se fait en se connectant sur le site de la CNIL : http://www.cnil.fr Pour faire votre

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS MISES A JOUR AU 1 ER JANVIER 2015 Europa Organisation SA («EUROPA») : Société spécialisée dans l organisation d évènements (congrès / salons

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Conditions Générales de prestations de services

Conditions Générales de prestations de services Conditions Générales de prestations de services applicables au 01 janvier 2012 et modifiables sans préavis ARTICLE 1 - DEFINITIONS : On entend par «ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE», ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail