INCIDENTALOMES RARES DES SURRENALES: CORRELATIONS RADIO-ANATOMOPATHOLOGIQUES ANATOMOPATHOLOGIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INCIDENTALOMES RARES DES SURRENALES: CORRELATIONS RADIO-ANATOMOPATHOLOGIQUES ANATOMOPATHOLOGIQUES"

Transcription

1 INCIDENTALOMES RARES DES SURRENALES: CORRELATIONS RADIO-ANATOMOPATHOLOGIQUES ANATOMOPATHOLOGIQUES A. Oudjit, S. Silvera, H. Bahurel, AE. Millischer; H. Gouya, C. Burckel, O. Vignaux, P. Legmann Université Paris 5, Hôpital COCHIN, Paris - France

2 OBJECTIF Incidentalome surrénalien: Masse surrénalienne découverte à l occasion d une imagerie abdominale faite dans le cadre d une pathologie ou de symptômes n évoquant pas une atteinte surrénalienne (3 à 5 % des scanners abdominaux). Incidentalomes surrénaliens les plus fréquents: Adénomes non hypersécrétants et métastases d un cancer pulmonaire. Il existe un vaste spectre d incidentalomes plus rares que nous allons présenter.

3 Incidentalomes de diagnostic facile en imagerie Myélolipome Kystes Hématomes spontanés

4 Myélolipome Tumeur bénigne constituée en proportion variable de tissu hématopoïétique de la lignée myéloïde ( )et de graisse ( ), taille variable, bien limitée.

5 Myélolipome * * axiale SE T1 sans saturation de la graisse axiale SE T1 avec saturation de la graisse Chute du signal de la graisse macroscopique dans le myélolipome * et dans l atmosphère périrénale * sur la séquence avec saturation de la graisse. axiale FSE T2

6 Myélolipome Critère de diagnostic TDM: présence d un foyer plus ou moins important de densité < -30 UH

7 Kystes Kystes épithéliaux, endothéliaux, parasitaires Taille très variable, paroi fine < 3 mm, homogène, liquidien, parfois calcification murales ou centrales ou cloisons, pas de PC nodulaire Diagnostic différentiel: lésion kystisée: métastase, phéochromocytome, corticosurrénalome.

8 Kystes Lésion kystique transsonore confirmée à l examen anatomopathologique

9 Kystes Densité spontanée = 8 UH Absence de prise contraste sur les différents temps après injection.

10 Kystes Sagittal SE T1 sans saturation de la graisse Coronale T2 avec saturation de la graisse Masse Kystique, sans cloison, en hyposignal T1, hypersignal T2

11 Kystes TDM sans injection : Kyste de la surrénale gauche axiale FSE T2 : hypersignal franc axiale SE T1 : hyposignal franc axiale SE T1 avec saturation de la graisse : absence de chute de signal

12 Kystes: diagnostic différentiel Phéochromocytome kystique gauche

13 Hématome Hématomes spontanés, diagnostiqués tardivement Évolution: Pseudokyste : Masse organisée fibreuse TDM : Masse > 3cm Densité tissulaire, non rehaussée IRM: Signal variable: souvent hypersignaux T1 et T2 périphériques Absence de prise de contraste

14 Hématome Axial T1 :hypersignal modéré et hétérogène Axial T2 sans saturation de graisse TDM: masse hypodense avec coque périphérique

15 Hématome TDM masse hyperdense T1 hyper signal périphérique

16 INCIDENTALOMES RARES DE DIAGNOSTIC DIFFICILE Adénome atypique: remanié Phéochromocytome non hypersécrétant Lymphome Tumeurs des tissus mous: Tumeurs nerveuses Tumeurs musculaires Tumeurs vasculaires (hémangiomes) Granulomatoses

17 Adénome Atypique TDM : adénomes remaniés par de l hémorragie ou par de la nécrose kystique IRM : lésions dont le signal chute de façon non caractéristique sur les séquences en opposition de phase

18 Adénome et remaniement hémorragique Adénome et nécrose kystique

19 Adénome Atypique En phase T2 sans saturation de graisse Opposition de phase T1 avec injection de gadolinium

20 Lésions Avec Chute De Signal Atypique En Opposition De Phase Lésions hétérogènes fréquentes (34 sur 142)*: lésions dont le signal s effondre sur les séquences en opposition de phase mais de façon hétérogène (analyse quantitative). Bénins dans tous les cas (adénomes ou hyperplasies nodulaires), deux seulement étaient <10 UH sur 12 TDM sans IV Attention aux foyers myélolipomateux et aux collisions tumours *J. Magn. Reson. Imaging 2004; 19:

21 En Phase: liseré hyper intense En opposition de Phase: chute du signal du liseré ADENOME NON SECRETANT T2 sans FAT SAT

22 Adénome Atypique En Phase En opposition de phase Les séquences de déplacement chimique ne montrent pas de chute du signal en oppositions de phase

23 Adénome Atypique En Phase En opposition de Phase: perte hétérogène du signal

24 Phéochromocytome Environ 7 % des phéochromocytomes sont non sécrétants ou sécrétants de façon intermittente. Taille variable, importance de l hypersignal en T2 qui doit suggérer la possibilité d un phéochromocytome alors même que le bilan biologique n est pas évocateur Suspicion à confirmer par scintigraphie à la MIBG.

25 Phéochromocytome TDM sans et avec injection (phase précoce): rehaussement modéré Hyper signal central en T2

26 Phéochromocytome T1 avant et après injection de Gadolinium: Nécrose centrale et rehaussement périphérique modéré Hyper signal central en T2

27 Lymphome Aspect aspécifique sauf lorsqu il existe une atteinte rétropéritonéale associée, rehaussement faible après Gadolinium Souvent bilatérale Diagnostic par biopsie

28 Lymphome Masses surrénaliennes bilatérales, noter la prise de contraste modérée, l aspect n est pas spécifique ( diagnostics différentiels: adénome, métastase, et granulomatose)

29 Lymphome Lymphome avant traitement Après chimiothérapie

30 NEUROFIBROME: rehaussement tardif, aspect aspécifique. TDM en phase portale Coupes tardives à 10 mn IRM T2

31 SCHWANNOME TDM: Calcifications avec rehaussement hétérogène et progressif IRM:Hyper signal hétérogène en T2, hypo en T1 et rehaussement inhomogène après Gadolinium, l aspect n est pas spécifique

32 HEMANGIOME Tumeur rare, bénigne Aspect hypodense et hétérogène avec des calcifications curvilignes en contraste spontané, les contours sont bien limités Après injection d iode, rehaussement périphérique persistante sur les coupes tardives, avec quelques plages nodulaires.

33 GRANULOMATOSE HISTOMPLASMOSE

34 CALCIFICATIONS Patiente aux antécédents de tuberculose

35 Lésions mixtes ou collision tumors adénome + myélolipome OU adénome+métastase Ex : adénome sécrétant + myélolipome, confirmé sur l examen histologique

36 EN CONCLUSION La découverte d un incidentalome surrénalien chez les patients sans contexte carcinologique connu place l imagerie en coupes (TDM et IRM) comme la méthode de choix pour le diagnostic, le suivi, et le bilan pré opératoire de ces tumeurs. Connaître les aspects typiques et atypiques de certaines lésions conduit à une meilleure prise en charge thérapeutique

Diagnostic et prise en charge thérapeutique des tumeurs bénignes non kystiques du foie

Diagnostic et prise en charge thérapeutique des tumeurs bénignes non kystiques du foie Diagnostic et prise en charge thérapeutique des tumeurs bénignes non kystiques du foie DESC / SCVO Rennes 15 et 16 janvier 2004 Marie-Line Barussaud (Nantes) Trois grands types de tumeurs bénignes Hémangiome

Plus en détail

Imagerie des masses spléniques

Imagerie des masses spléniques Imagerie des masses spléniques M Mahi, H En-nouali, M Benameur, S Chaouir. service de radiologie Hôpital Militaire d'instruction Mohamed V - Rabat Maroc Introduction - De nombreux processus inflammatoires,

Plus en détail

IMAGERIE DES SURRENALES

IMAGERIE DES SURRENALES IMAGERIE DES SURRENALES Au quotidien, les masses surrénaliennes sont découvertes sur un scanner réalisé pour d'autres raisons. ECHOGRAPHIE Voie intercostale, transhépatique et transsplénique. Visibles

Plus en détail

hématome spontané (non traumatique) de la surrénale droite Bilan étiologique négatif : origine idiopathique

hématome spontané (non traumatique) de la surrénale droite Bilan étiologique négatif : origine idiopathique Patient de 38 ans, sans ATCD, douleurs abdominales aiguës et fébricule. Décrivez les principales anomalies observées et formulez vos hypothèses diagnostiques À blanc Temps artériel Temps portal Temps portal

Plus en détail

Partie basse de la masse surrénalienne. deux ans auparavant, La. lésion était de taille et de. composition identiques. Artériel. Sans IV.

Partie basse de la masse surrénalienne. deux ans auparavant, La. lésion était de taille et de. composition identiques. Artériel. Sans IV. homme 68 ans,antécédent de polypose adénomateuse familiale traitée par colectomie totale et duodéno pancréatectomie. incidentalome surrénalien droit présent dès le début du suivi médical et depuis 3 ans.

Plus en détail

DIFFUSION ET TUMEURS PAROTIDIENNE

DIFFUSION ET TUMEURS PAROTIDIENNE DIFFUSION ET TUMEURS PAROTIDIENNE H. Tayari (1), M.A. Belhadj (1), B. Souissi (1), N.Toumi (1), M. Mnejja (2), M. Ghorbel (2), S. Haddar (1), K. Ben mahfoudh (1) (1) Service d imagerie médicale. CHU Habib

Plus en détail

Myélolipome : êtes vous sûrs de tout savoir? C.MICOL, D.LYONNET, O.ROUVIERE Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital Edouard Herriot LYON

Myélolipome : êtes vous sûrs de tout savoir? C.MICOL, D.LYONNET, O.ROUVIERE Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital Edouard Herriot LYON Myélolipome : êtes vous sûrs de tout savoir? C.MICOL, D.LYONNET, O.ROUVIERE Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital Edouard Herriot LYON Myélolipome : tumeur bénigne constituée de graisse

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS GRAISSEUSES DES PARTIES MOLLES

IMAGERIE DES TUMEURS GRAISSEUSES DES PARTIES MOLLES IMAGERIE DES TUMEURS GRAISSEUSES DES PARTIES MOLLES M. Maarouf, A. Daghfous, R. Ben Khelifa, S. Felah, L. Rezgui Marhoul, K. Gouia Service d Imagerie Médicale. Centre de Traumatologie et des Grands Brûlés.

Plus en détail

ASPECTS SÉMIOLOGIQUES EN ÉCHOGRAPHIE ET TOMODENSITOMÉTRIE FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS. Pr Claude Marcus Enseignement Dirigé PCEM2

ASPECTS SÉMIOLOGIQUES EN ÉCHOGRAPHIE ET TOMODENSITOMÉTRIE FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS. Pr Claude Marcus Enseignement Dirigé PCEM2 ASPECTS SÉMIOLOGIQUES EN ÉCHOGRAPHIE ET TOMODENSITOMÉTRIE FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS Pr Claude Marcus Enseignement Dirigé PCEM2 LISTE DES ITEMS ECN TRAITES 151. Tumeurs du foie, primitives et secondaires.

Plus en détail

Imagerie médicale de la surrénale

Imagerie médicale de la surrénale 24/03/2016 (10h-11h) CUEFF Clémence L3 (CR:SAIDI Sonia) Hormonologie Pr. Jacquier 12 pages Plan A. Caractéristiques I. Anatomie II. Physiologie III. Histologie IV. Radio-anatomie V. Technique d'exploration

Plus en détail

Imagerie médicale de la surrénale

Imagerie médicale de la surrénale 13/03/2014 BENLEFKI Harry L3 Hormonologie Pr. Jacquier Relecteur 11 14 pages Imagerie médicale de la surrénale Plan A. Caractéristiques I. Anatomie II. Physiologie III. Histologie IV. Radio-anatomie V.

Plus en détail

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS R. Salem (1), O. Essid (2), N. Bhouri (1), I. Khochtali (1), A. Zrig (1), W. Mnari (1), M. Golli (1) (1) Monastir - Tunisie,

Plus en détail

CARACTERISATION DES LESIONS SURRENALIENNES PAR LA TDM CHEZ LES PATIENTS PORTEURS D UN CANCER BRONCHO- PULMONAIRE

CARACTERISATION DES LESIONS SURRENALIENNES PAR LA TDM CHEZ LES PATIENTS PORTEURS D UN CANCER BRONCHO- PULMONAIRE CARACTERISATION DES LESIONS SURRENALIENNES PAR LA TDM CHEZ LES PATIENTS PORTEURS D UN CANCER BRONCHO- PULMONAIRE S. Hantous-Zannad, S. Bourkhris, I. Ridène, H. Romdhane, A. Zidi, I. Baccouche, K. Ben Miled

Plus en détail

Etat de l art de l imagerie des adénomes surrénaliens typiques et atypiques

Etat de l art de l imagerie des adénomes surrénaliens typiques et atypiques Etat de l art de l imagerie des adénomes surrénaliens typiques et atypiques N LAUNAY 1, S SILVERA 1, F TISSIER 3, L GROUSSIN 2, A OUDJIT 1, A SCHULL 1, D SZWARC 1, M.C VACHER-LAVENU 3, X BERTAGNA 2, P

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES CONDENSANTES: ORIENTATION DIAGNOSTIQUE ET DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS. d imagerie médicale Pr Railhac CHU Purpan

METASTASES OSSEUSES CONDENSANTES: ORIENTATION DIAGNOSTIQUE ET DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS. d imagerie médicale Pr Railhac CHU Purpan METASTASES OSSEUSES CONDENSANTES: ORIENTATION DIAGNOSTIQUE ET DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS Loustau O.,Sans N., Despeyroux M.L.,, Service d imagerie médicale Pr Railhac CHU Purpan METASTASES OSTEOCONDENSANTES

Plus en détail

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques Tuberculose hépatique h primitive: A propos de 10 cas. Nassar I*, Errabih I**, Hammani L*, Krami **H.Ouazzani** Imani F. *Service de radiologie. CHU Ibn Sina.. Rabat. Maroc ** Service de Médecine M B.

Plus en détail

4 Toujours dans la pyélonéphrite aiguë 5 La tuberculose L abcès est la conséquence de l évolution d un foyer de pyélonéphrite non traité chez un patie

4 Toujours dans la pyélonéphrite aiguë 5 La tuberculose L abcès est la conséquence de l évolution d un foyer de pyélonéphrite non traité chez un patie QCM PATHOLOGIE URINAIRE CORRECTION 1 L hyperplasie de la prostate peut retentir à trois niveaux Uretère étiré et col vésical soulevé Dégénérescence cancéreuse de la prostate Vessie épaissie par lutte contre

Plus en détail

Femme de 34ans Bilan de masse ovarienne droite

Femme de 34ans Bilan de masse ovarienne droite T1 FS T1 T1 gado Femme de 34ans Bilan de masse ovarienne droite T1 gado Anne Chanson IHN Volumineuse masse kystique multicloisonnée, à paroi fine, probablement d origine ovarienne gauche, mesurant 18.4

Plus en détail

Explorations hépatiques Lésions focales

Explorations hépatiques Lésions focales Explorations hépatiques Lésions focales Introduction -Pb fréquent -Découverte fortuite : échographie, anomalies bilan bio -Données de l imagerie : Conditionnent la stratégie thérapeutique : -Lésion bénigne

Plus en détail

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Méthodes d imagerie US, CT, MR Agents de contraste Iode : UIV, CT Toujours faire la balance entre le risque et le bénéfice

Plus en détail

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue Olivier Ernst Où trouver le cours sur Moodle? Différentiation TB TM : Le point de vue du radiologue

Plus en détail

SEMIOLOGIE EN COUPES

SEMIOLOGIE EN COUPES SEMIOLOGIE EN COUPES DU KYSTE HYDATIQUE DES PARTIES MOLLES M.CHENNOUFI, M.BEN-MESSAOUD, A.ABASSI, O.AZAIZ, H.MIZOUNI, I.TURKI, K. NOUIRA, E.MENIF Service d imagerie médicale Hôpital la Rabta Tunis, TUNISIE

Plus en détail

Beaulieu Anthony CHU Poitiers DESC Rennes janvier 2007. Lésions kystiques du foie anatomie pathologique et pronostic

Beaulieu Anthony CHU Poitiers DESC Rennes janvier 2007. Lésions kystiques du foie anatomie pathologique et pronostic Beaulieu Anthony CHU Poitiers DESC Rennes janvier 2007 Lésions kystiques du foie anatomie pathologique et pronostic Lésions kystiques du foie Kystes simples Polykystose hepato rénale Kystes hydatiques

Plus en détail

TUBERCULOSE CEREBRALE: A PROPOS DE 10 CAS

TUBERCULOSE CEREBRALE: A PROPOS DE 10 CAS TUBERCULOSE CEREBRALE: A PROPOS DE 10 CAS Introduction La tuberculose constitue encore un problème de santé publique majeur dans les pays en voie de développement. Le diagnostic des formes neurologiques

Plus en détail

Imageries non isotopique des surrénales

Imageries non isotopique des surrénales Imagrie des Surrénales 1 Imageries non isotopique des surrénales Pr Jérôme Bertherat, Service d Endocrinologie, Hôpital Cochin, 75014 Paris. L imagerie des glandes surrénales est principalement prescrite

Plus en détail

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

ENDOMÉTRIOSE DE LA PAROI ABDOMINALE :

ENDOMÉTRIOSE DE LA PAROI ABDOMINALE : ENDOMÉTRIOSE DE LA PAROI ABDOMINALE : ASPECTS EN IMAGERIE A Hassanin Negila; J-P Palot; V Ladam-Marcus; F Bonnet; B Menanteau; C Marcus Reims - France CHU REIMS OBJECTIFS Décrire les aspects observés en

Plus en détail

DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE DEVANT

DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE DEVANT DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE DEVANT UNE MASSE KYSTIQUE MÉSENTÉRIQUE K Fakhfakh, L Jarboui, Y Guermazi, W Turki, H Abid, S Haddar, E Daoud, C Dabbeche, Z Mnif, J Mnif. Services de radiologie Hedi Chaker et Habib

Plus en détail

Les lésions tissulaires pancréatiques en IRM. F.JAUSSET, Radiologie Brabois

Les lésions tissulaires pancréatiques en IRM. F.JAUSSET, Radiologie Brabois Les lésions tissulaires pancréatiques en IRM F.JAUSSET, Radiologie Brabois INTRODUCTION - Les lésions tissulaires du pancréas sont largement dominées par l adénocarcinome canalaire (75 à 92%). - Cependant

Plus en détail

IRM des tumeurs hépatiques bénignes solides: recueil de cas cliniques didactiques

IRM des tumeurs hépatiques bénignes solides: recueil de cas cliniques didactiques IRM des tumeurs hépatiques bénignes solides: recueil de cas cliniques didactiques Gaudon C., El Mouhadi S.,Garcia C., Colignon N., Arrivé L., Menu Y., Cazejust J. Hôpital Saint-Antoine Service de Radiologie

Plus en détail

Conduite à tenir devant une masse hépatique focale

Conduite à tenir devant une masse hépatique focale Conduite à tenir devant une masse hépatique focale N.El yousfi, H.El morabit, S.Belabbes, I.Nassar, S.Bouklata Service de Radiologie, CHU Ibn Sina, Rabat, Maroc Introduction La découverte d une masse focale

Plus en détail

TDM ET IRM DES LYMPHOMES ABDOMINAUX MALINS NON-HODGKINIENS

TDM ET IRM DES LYMPHOMES ABDOMINAUX MALINS NON-HODGKINIENS TDM ET IRM DES LYMPHOMES ABDOMINAUX MALINS NON-HODGKINIENS MD Marra, C Hoeffel, MD Crema, L Azizi, L Arrivé, JM Tubiana Hôpital Saint-Antoine, Paris INTRODUCTION Les lymphomes non-hodgkiniens (LNH) sont

Plus en détail

FMC - JFHOD 2009. Tumeurs Bénignes du Foie Hyperplasie Nodulaire Focale et Adénomes. Dominique-Charles VALLA

FMC - JFHOD 2009. Tumeurs Bénignes du Foie Hyperplasie Nodulaire Focale et Adénomes. Dominique-Charles VALLA FMC - JFHOD 2009 Tumeurs Bénignes du Foie Hyperplasie Nodulaire Focale et Adénomes Dominique-Charles VALLA Service d Hépatologie, Université Denis Diderot-Paris7, et INSERM U773 Hôpital Beaujon, Clichy

Plus en détail

Suivi en imagerie du carcinome hépatocellulaire après radiofréquence ou chimio-embolisation

Suivi en imagerie du carcinome hépatocellulaire après radiofréquence ou chimio-embolisation Suivi en imagerie du carcinome hépatocellulaire après radiofréquence ou chimio-embolisation Magaly Zappa, Maxime Ronot,Valérie Vilgrain Hôpital Beaujon SFR-IDF 2014 Evaluer la réponse tumorale Rôle prépondérant

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS BENIGNES DU FOIE. Dr J. COULIBALY Dr H. DEME

IMAGERIE DES TUMEURS BENIGNES DU FOIE. Dr J. COULIBALY Dr H. DEME IMAGERIE DES TUMEURS BENIGNES DU FOIE Dr J. COULIBALY Dr H. DEME OBJECTIFS Décrire les tumeurs bénignes hépatiques tissulaires (hémangiome, HNF, adénome) Décrire les tumeurs bénignes hépatiques kystiques

Plus en détail

LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR?

LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR? LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR? L. MOUTOUNET Université Paris 5 Hôpital cochin Radiologie B CAS N 1 Mr R. 60 ans Masse de la face dorsale de la

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur FLORES A, PROST S, LENOIR M, CHRU Besançon Société de Médecine de Franche-Comté Enfant de 5 ans adressé par son médecin traitant pour douleurs

Plus en détail

Lésion focale intra-hépatique incidentale sur foie non-cirrhotique

Lésion focale intra-hépatique incidentale sur foie non-cirrhotique Lésion focale intra-hépatique incidentale sur foie non-cirrhotique Dr Pauline RIES-GUYE Dr Guillaume LOUIS Pr Jean HARDWIGSEN Marseille 6 février 2009 Cours intensifs FFCD Histoire de la maladie Homme

Plus en détail

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques S.RAJI, N. Allali, F. Ounani, R. Dafiri Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants - Maternité CHU Rabat La pathologie

Plus en détail

157. Tumeurs du poumon, primitives et secondaires

157. Tumeurs du poumon, primitives et secondaires Sommaire 157. Tumeurs du poumon, primitives et secondaires diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Tumeurs primitives Adénocarcinome (dont bronchiolo alvéolaire) et carcinome épidermoïde = les plus

Plus en détail

Trouver le temps long en IRM et regarder le Survey

Trouver le temps long en IRM et regarder le Survey Trouver le temps long en IRM et regarder le Survey Rémi Duprès. (IHN) Patiente de 60ans, bilan de lombalgies chroniques 2009 T1 T2 STIR Outre la discopathie inflammatoire de type Modic 1 et les débords

Plus en détail

quelles sont, compte tenu du contexte, vos hypothèses diagnostiques

quelles sont, compte tenu du contexte, vos hypothèses diagnostiques Placage violent d un rugbyman de 26 ans, sans antécédent notable. Un scanner CTAP (réalisé en externe) conclue à des contusions cérébrales, pulmonaires et splénique. Devant la dégradation de l état cardiorespiratoire,

Plus en détail

IRM HYPOPHYSAIRE F. Castinetti, T. Brue

IRM HYPOPHYSAIRE F. Castinetti, T. Brue IRM HYPOPHYSAIRE F. Castinetti, T. Brue L IRM est actuellement l examen de référence pour l étude morphologique de la région hypothalamo-hypophysaire, après avoir supplanté le scanner hypophysaire et la

Plus en détail

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Examen de 1ère ligne, non-vulnérant et facilement disponible Détection des tumeurs Morphologie du foie : cirrhose Signes d hypertension portale Perméabilité

Plus en détail

kyste hydatique de la vésicule biliaire pris pour un kyste hydatique hépatique fistulisé dans la vésicule biliaire

kyste hydatique de la vésicule biliaire pris pour un kyste hydatique hépatique fistulisé dans la vésicule biliaire kyste hydatique de la vésicule biliaire pris pour un kyste hydatique hépatique fistulisé dans la vésicule biliaire H Jalal 1, A Benhaddou 1, K Rabbani 2, A Elidrissi Dafali 2, O Essadki 1, A Ousehal 1

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DES PARAGANGLIOMES DE LA TÊTE ET DU COU À PROPOS DE 15 CAS

APPORT DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DES PARAGANGLIOMES DE LA TÊTE ET DU COU À PROPOS DE 15 CAS APPORT DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DES PARAGANGLIOMES DE LA TÊTE ET DU COU À PROPOS DE 15 CAS H.Chahed, A.Mediouni, A.Ghorbel, M.Ayadi, R. Zainine, R.Bechraoui,, N.Belltaief, G.Besbes. Service d ORL

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

IRM des dilatations lymphatiques abdominales.

IRM des dilatations lymphatiques abdominales. IRM des dilatations lymphatiques abdominales. Du normal au pathologique. Derhy S, El Mouhadi S, Jolibert M, Chaillot P-F, Menu Y, Arrivé L Service de Radiologie Hôpital Saint-Antoine, Paris Objectifs Décrire

Plus en détail

Pathologie des glandes endocrines CORRIGE

Pathologie des glandes endocrines CORRIGE Module M2.2 Pathologie M. Bongiovanni Pathologie des glandes endocrines CORRIGE Hyperaldostéronisme primaire 60% 35%, S. Conn Env. 10% des causes d HTA Adénomes de Conn svt petits Coupe E Thyroïde: tissu

Plus en détail

Sémiologie radiologique des surrénales et du rétropéritoine

Sémiologie radiologique des surrénales et du rétropéritoine LAMAS Vincent LEMBLE Dorian Binôme 106 UE Rein et Voies urinaires Dr R. Loffroy Le 26/10 de 15h à 16h Semaine 7 Sémiologie radiologique des surrénales et du rétropéritoine (Certaines images du prof étant

Plus en détail

Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d

Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d une échographie. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ces coupes scanographiques L.LIAO (IHN) -avant

Plus en détail

panniculite homme 57ans, douleurs abdominales atypiques, pas de signes généraux, biologie sans particularités

panniculite homme 57ans, douleurs abdominales atypiques, pas de signes généraux, biologie sans particularités homme 57ans, douleurs abdominales atypiques, pas de signes généraux, biologie sans particularités -hyperdensité de la graisse mésentérique -effet de masse -nodules -fat ring sign -pseudo capsule fibreuse

Plus en détail

MASSES SURRENALIENNES : COMPARAISON SCANNER SANS INJECTION ET DEPLACEMENT CHIMIQUE EN IRM

MASSES SURRENALIENNES : COMPARAISON SCANNER SANS INJECTION ET DEPLACEMENT CHIMIQUE EN IRM MASSES SURRENALIENNES : COMPARAISON SCANNER SANS INJECTION ET DEPLACEMENT CHIMIQUE EN IRM S.SILVERA, O.VIGNAUX, H. BAHUREL-BARRERA, J. AUGUI, A. OUDJIT, G. ASSIE, X. BERTAGNA, P. LEGMANN Université Paris

Plus en détail

Imagerie des voies biliaires. Sémiologie DCEM1

Imagerie des voies biliaires. Sémiologie DCEM1 Imagerie des voies biliaires Sémiologie DCEM1 Drainage et stockage de la bile produite par le foie Amener les sels biliaires dans le tube digestif pour participer à la digestion des aliments Imagerie des

Plus en détail

LA MALADIE DE CROHN : INTERET DE LA TDM

LA MALADIE DE CROHN : INTERET DE LA TDM LA MALADIE DE CROHN : INTERET DE LA TDM A. JAZIRI, A. ELKHARRAS, S. BENKADA, M. JIDAL, D. BASSOU, S. CHAOUIR, T. AMIL, M. BENAMEUR. Services d Imagerie Médicale, H. M. I. Mohamed V. Rabat, Maroc INTRODUCTION

Plus en détail

Rappels. Fascia de Gerota

Rappels. Fascia de Gerota Le cancer du rein Rappels Rappels Fascia de Gerota Epidémiologie Incidence : Monde en 2012 : 14.5 / 100 000 personnes-années (poumon 51, prostate 99) chez l homme et 5.8/100 000 chez la femme France en

Plus en détail

Mieux caractériser les tumeurs rétropéritonéales pour mieux les prendre en charge : Biopsie? Chirurgie? Surveillance?

Mieux caractériser les tumeurs rétropéritonéales pour mieux les prendre en charge : Biopsie? Chirurgie? Surveillance? Mieux caractériser les tumeurs rétropéritonéales pour mieux les prendre en charge : Biopsie? Chirurgie? Surveillance? C. BALAJ (1), A. OLIVER (1), F. JAUSSET (1), C. SELLAL (1), V. LOMBARD (1), L. BRUNAUD

Plus en détail

IRM des lésions kystiques du pelvis féminin. LS Fournier, M Brisa, C Lefort, G Frija

IRM des lésions kystiques du pelvis féminin. LS Fournier, M Brisa, C Lefort, G Frija IRM des lésions kystiques du pelvis féminin LS Fournier, M Brisa, C Lefort, G Frija Définitions Kyste: Collection liquidienne avec une paroi A l IRM, ce sont des lésions en hypersignal T2 En fonction de

Plus en détail

Laureline.SIMON (IHN)

Laureline.SIMON (IHN) Femme 49 ans, non ménopausée, douleurs abdominales aiguës en fosse iliaque droite, discret syndrome inflammatoire biologique : suspicion d appendicite aiguë. Quels sont les principaux items sémiologiques

Plus en détail

Pathologies salivaires. M. Magremanne

Pathologies salivaires. M. Magremanne Pathologies salivaires M. Magremanne Pathologies salivaires 1. Pathologie infectieuse aigüe 2. Pathologie infectieuse chronique 3. Pathologie tumorale bénigne 4. Pathologie tumorale maligne 1. Lésions

Plus en détail

-par contre les contours sont discrètement polycycliques et surtout la paroi est trop épaisse pour ce type de lésion

-par contre les contours sont discrètement polycycliques et surtout la paroi est trop épaisse pour ce type de lésion Patiente de 68 ans. Bilan de lésions hépatiques kystiques découvertes lors d'une échographie pour douleurs abdominales aspécifiques. Quels éléments sémiologiques peut-on retenir pour la caractérisation

Plus en détail

L apport de l imagerie dans le diagnostic et le bilan d extension du cancer vésiculaire. À propos de70 cas

L apport de l imagerie dans le diagnostic et le bilan d extension du cancer vésiculaire. À propos de70 cas L apport de l imagerie dans le diagnostic et le bilan d extension du cancer vésiculaire. À propos de70 cas Hiroual MR1, Zougarhi A1, Idrissi Cherif Ganouni N1, Benhamidoun A 2, Bouras N2, Essadki O1, Ousehal

Plus en détail

Apport de l imagerie l tumeurs malignes des voies biliaires Étude de 14 cas

Apport de l imagerie l tumeurs malignes des voies biliaires Étude de 14 cas Apport de l imagerie l dans les tumeurs malignes des voies biliaires intra et extra hépatiques. h Étude de 14 cas I.Skiker, S.Semlali, H.En-nouali nouali, N.Aziz, M.Jidal, M.Benameur, S.Chaouir Services

Plus en détail

Echo Doppler des tumeurs du testicule. Laurent BRUNEREAU CHU Tours

Echo Doppler des tumeurs du testicule. Laurent BRUNEREAU CHU Tours Echo Doppler des tumeurs du testicule Laurent BRUNEREAU CHU Tours PREAMBULE TECHNIQUE INDISPENSABLE Echo haute résolution : sondes de fréquence variable et élevée (10 à 14 MHz) (=> Résolution spatiale

Plus en détail

ICONOGRAPHIE. Nora Frulio

ICONOGRAPHIE. Nora Frulio ICONOGRAPHIE Nora Frulio A B C D E F Figure 1: H-HCA typique en IRM La lésion est située dans le segment II. Elle apparait en discret hyper signal T1(A), et présente une chute homogène et diffuse du signal

Plus en détail

Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc

Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Introduction - Localisation orbitaire du kyste hydatique : rare

Plus en détail

LIPOME PARA-OSTEAL OSSIFIANT

LIPOME PARA-OSTEAL OSSIFIANT LIPOME PARA-OSTEAL OSSIFIANT A JAAFAR, D ZEITOUN, B MENDES, P LEVY, L BESSIS, P GRENIER, E DION Service de Radiologie polyvalente, diagnostique et interventionnelle HOPITAL PITIE SALPETRIERE - PARIS INTRODUCTION

Plus en détail

Cas 1. Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse

Cas 1. Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse Cas 1 Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse Cas 1 Patient de 72 ans. Pas d antécédent particulier. Bilan pré-thérapeutique d un adénocarcinome prostatique Gleason 7(4+3) base droite

Plus en détail

Séméiologie radiologique urinaire

Séméiologie radiologique urinaire Session 4 Séméiologie radiologique urinaire Urinaire K Chaumoitre PH Sce Imagerie Hôpital Nord CHU Marseille Cours étudiants session 4 Examens d imagerie Abdomen Sans Préparation Echographie Opacifications

Plus en détail

Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc

Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc Masses annexielles Déterminer la nature des lésions => Prise en charge optimale

Plus en détail

Savoir interpréter une IRM du foie. S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris

Savoir interpréter une IRM du foie. S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris Savoir interpréter une IRM du foie S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris Objectifs pédagogiques : savoir reconnaitre Les principaux artéfacts

Plus en détail

Cas 1. Homme de 53 ans. Douleur. 5 pts

Cas 1. Homme de 53 ans. Douleur. 5 pts Cas 1. Homme de 53 ans. Douleur. 5 pts Cas 1. Homme de 53 ans. Douleur. 1. Métastase 2. Plasmocytome 3. Ecchynococcose 4. Histiocytose à cellules de Langerhans Cas 1. Homme de 53 ans. Douleur. 1. Métastase

Plus en détail

LE CANCER. Il s agit d une division incontrôlée, la cellule est transformée et il y a une prolifération clonale.

LE CANCER. Il s agit d une division incontrôlée, la cellule est transformée et il y a une prolifération clonale. LE CANCER 1. CANCER La prolifération tumorale est à l origine de tumeur dont le pronostic dépend notamment de critères histologiques. Chaque cellule tumorale se divise de façon infinie. On dit que la cellule

Plus en détail

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN)

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN) Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant Simon RAVAUD (IHN) Cas 1 Petit garçon âgé de 16 mois. Syndrome de Wiedmann- Beckwith. Syndrome de croissance excessive associant ; macroglossie macrosomie

Plus en détail

KYSTES SYNOVIAUX TYPIQUES ET ATYPIQUES DU POIGNET

KYSTES SYNOVIAUX TYPIQUES ET ATYPIQUES DU POIGNET KYSTES SYNOVIAUX TYPIQUES ET ATYPIQUES DU POIGNET R Khayat, H Guerini, A Feydy, E Pluot, J Rousseau, D Richarme, R Campagna, A Chevrot,C Dumontier, JL Drapé Journées Françaises de Radiologie 2009 INTRODUCTION

Plus en détail

Imagerie des lésions tumorales de la paroi thoracique

Imagerie des lésions tumorales de la paroi thoracique Imagerie des lésions tumorales de la paroi thoracique Le Gallo J.(1), Brillet E.(1), Guillin R.(1), Duvauferrier R(1). (1) Service d imagerie médicale, Hôpial Sud, 16 rue de Bulgarie, 35000 Rennes France

Plus en détail

Tumeurs des tissus mous.

Tumeurs des tissus mous. Tumeurs des tissus mous. Vasiliki Perlepe, Jacques Malghem, Frédéric Lecouvet, Bruno Vande Berg CLINIQUES UNIVERSITAIRES SAINT-LUC ? T1 T2 Qu est ce? Qu est ce? Trois questions fondamentales Tumeurs des

Plus en détail

Les tumeurs des tissus mous de la main et du poignet : Apport de l IRM

Les tumeurs des tissus mous de la main et du poignet : Apport de l IRM Les tumeurs des tissus mous de la main et du poignet : Apport de l IRM NH KRAIEM, W TRIFI, H BEN SLIMA, B JEBALI, M JAMOUSSI Service d Imagerie Médicale Hôpital Aziza Othmana TUNIS - TUNISIE Journées Françaises

Plus en détail

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie INTRODUCTION Tumeur naso sinusienne rare : 0,5 à 4% de l ensemble des tumeurs naso sinusiennes

Plus en détail

Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai d'équilibre

Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai d'équilibre Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai 2009 Lésion rénale G solide, unique hypervascularisée, à la phase artérielle; "cicatrice" centrale, homogénéisation à la phase

Plus en détail

Comment je caractérise une masse rénale solide?

Comment je caractérise une masse rénale solide? Comment je caractérise une masse rénale solide? O.HELENON et al., Journal de Radiologie 2012 F.JAUSSET, radiologie Brabois Introduction Tumeurs épithéliales : bénignes vs malignes Tumeurs non épithéliales

Plus en détail

LES TUMEURS OSSEUSES DU PIED. Institut National M T Kassab.. Tunis. Tunisie

LES TUMEURS OSSEUSES DU PIED. Institut National M T Kassab.. Tunis. Tunisie LES TUMEURS OSSEUSES DU PIED M. Chelli Bouaziz,, T Sohun,, S Kallel,, M F Ladeb Institut National M T Kassab.. Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les tumeurs osseuses siègent rarement au pied Cette faible incidence,

Plus en détail

Bosniak or not Bosniak?

Bosniak or not Bosniak? Bosniak or not Bosniak? Séance d'interprétation interactive O. Rouvière, Service d'imagerie urinaire et vasculaire, HEH SFR - Rhône Alpes, 9 octobre 2008 Principe Dossiers de masses rénales solides et/ou

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL + IRM mammaire : Techniques, séquences, comment interpréter une IRM du sein C. Balleyguier Service de Radiologie, Institut Gustave Roussy, Villejuif + IRM DU SEIN L IRM est le souvent un outil diagnostique

Plus en détail

Kystes osseux. C.Bouvier, CHU Timone, Marseille

Kystes osseux. C.Bouvier, CHU Timone, Marseille Kystes osseux C.Bouvier, CHU Timone, Marseille Kyste osseux essentiel 2e décade Prédominance masculine Topo: os longs: humérus et fémur proximal (métaphyse, à distance du cartilage de croissance) Bassin,

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES PRIMITIVES DE LA VOUTE DU CRANE : Apport de l imagerie. A PROPOS DE 8 CAS

TUMEURS MALIGNES PRIMITIVES DE LA VOUTE DU CRANE : Apport de l imagerie. A PROPOS DE 8 CAS TUMEURS MALIGNES PRIMITIVES DE LA VOUTE DU CRANE : Apport de l imagerie. A PROPOS DE 8 CAS H En-nouali, M Mahi, H Boumdin, S Akjouj, J El Fenni, S Chaouir, A Hanine, M Benameur. Services d imagerie médicale.

Plus en détail

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE Objectif illustrer les aspects en imagerie de la neurofibromatose type

Plus en détail

IMAGERIE DE L OTITE L MALIGNE A PROPOS DE 23 CAS

IMAGERIE DE L OTITE L MALIGNE A PROPOS DE 23 CAS IMAGERIE DE L OTITE L EXTERNE MALIGNE A PROPOS DE 23 CAS SERVICE D IMAGERIE D MEDICALE. CHU FARHAT HACHED. SOUSSE H. ROMDHANE, I.HAMDI, L.TOULALI, D.BAKIR, H.AMARA, L. HARZALLAH, K. BOUZOUITA, C.KRAIEM

Plus en détail

Sémiologie TDM élémentaire des tumeurs abdominales

Sémiologie TDM élémentaire des tumeurs abdominales Sémiologie TDM élémentaire des tumeurs abdominales 5 C H A P I T R E La sémiologie TDM abdominale est excessivement riche et repose sur l'analyse des différents organes et constituants de la cavité abdominale.

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension N. Grenier Imagerie et Cancer L imagerie intervient à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - détection - Clinique : caractérisation

Plus en détail

Polypes du côlon et du rectum

Polypes du côlon et du rectum Polypes du côlon et du rectum «Polype»: un terme vague «Polype»: toute lésion en relief sur la muqueuse digestive Un terme macroscopique correspondant à de nombreuses entités anatomocliniques différentes,

Plus en détail

Nodule pulmonaire. 2 e cycle MIA Pneumologie Item 324 Nodule pulmonaire Année Universitaire 2008-2009. Item 324. Mai 2009

Nodule pulmonaire. 2 e cycle MIA Pneumologie Item 324 Nodule pulmonaire Année Universitaire 2008-2009. Item 324. Mai 2009 Vous voyez en consultation un homme de 79 ans, pour un crachat de sang rouge révélateur d'une image radiologique pulmonaire anormale. Histoire de la maladie Il y a 1 semaine, extériorisation de sang rouge

Plus en détail

Mai Isabelle Petit IHN

Mai Isabelle Petit IHN Homme 68 ans. Bilan étiologique et des complications d une pancréatite aiguë à 72 heures du début des douleurs Lipase = 1430 UI/L (normale à 60), amylase = 560 UI/L (normale à 95), CRP = 95 mg/l, bilan

Plus en détail

Imagerie des incidentalomes surrénaliens

Imagerie des incidentalomes surrénaliens Progrès en Urologie (2003), 13, 921-930 Chapitre III Imagerie des incidentalomes surrénaliens L Brunaud, L Bresler, JL Descotes, F. Joffre, J. Hubert A. INTRODUCTION Les incidentalomes surrénaliens sont

Plus en détail

Opacités rondes Intrapulmonaires

Opacités rondes Intrapulmonaires Opacités rondes Intrapulmonaires I. GÉNÉRALITÉS Opacité radiologique ronde, de diamètre supérieur à un centimètre, bien limitée sur les 3/4 au moins de sa circonférence. Elle peut être unique ou multiple.

Plus en détail

M.Bradai, C. Dabbèche, S. Mezghanni, H. Abid, E. Daoued, A. Ghorbel*, K. Ben Mahfoudh, J. Mnif

M.Bradai, C. Dabbèche, S. Mezghanni, H. Abid, E. Daoued, A. Ghorbel*, K. Ben Mahfoudh, J. Mnif APPORT DE L IMAGERIE DANS L ETUDE DU CYSTADENOLYMPHOME A PROPOS DE 9 CAS M.Bradai, C. Dabbèche, S. Mezghanni, H. Abid, E. Daoued, A. Ghorbel*, K. Ben Mahfoudh, J. Mnif Service d imagerie médicale CHU Habib

Plus en détail