Brève autopsie du «happy slapping», Christian Papilloud, Université de Lüneburg,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Brève autopsie du «happy slapping», Christian Papilloud, Université de Lüneburg, (papilloud@uni-lueneburg.de)"

Transcription

1 Brève autopsie du «happy slapping», Christian Papilloud, Université de Lüneburg, L expression «happy slapping» renvoie aux sémantiques de la photographie, de la sociabilité et de la cruauté adolescente : «Il semble que ce soit une variation sur happy snapping, qui référait au début du vingtième siècle au fait de prendre des photos et de conclure des rendez-vous. Happy slapping évoque également l adjectif slaphappy, définit par le dictionnaire Chambers comme l expression d une joie insolente ou impertinente. Généralement, un happy slap suppose une attaque contre un étranger par un groupe d adolescents. L incident est filmé avec un téléphone équipé d une caméra par un des happy slappers. Ensuite, la vidéo est mise en circulation et peut être regardée. Il semble que le phénomène soit apparu à Londres à l automne 2004» (Chambers Wordwatch, 2005) 1. I Le «happy slapping» souvent qualifié de phénomène typique de la «yob» culture, touche spécialement l Angleterre 2. Le terme anglo-australien «yob» signifie «voyou», voire «hooligan», qualifiant le goût prononcé des «slappers» pour la provocation sans nuance. Des séries télévisées ont souvent été pointées du doigt, ayant soit-disant favorisé ce phénomène qui consiste à développer des comportements absurdes et à s infliger à soi ou à autrui des châtiments corporels (p.ex. Jackass ou Dirty Sanchez diffusés sur une chaîne de télévision musicale). En pratique, le «happy slapping» va parfois plus loin. Certaines attaques dépassent la mise en scène de la violence, l exercice ludique de la brutalité ou le voie de fait : «des jeunes ont même violé une fillette de onze ans lors d une attaque happy slapping filmée au téléphone portable» (Anonyme, ) 3. Plus récemment, le «happy slapping» se décline en «happy burning»: «Quatre personnes de 17 à 18 ans sont soupçonnées d avoir mis le feu à une voiture au milieu du mois de juin et d avoir ensuite pris des photos avec leur téléphone portable» (Anonyme, ) 4. Dans un entretien pour la Süddeutsche Zeitung, Graham Barnfield nuance le nombre de cas de «happy slapping» : «Il n y a pas d analyse quantitative sur le sujet. Sur Internet on voit toujours circuler les mêmes 30 spots, dont la moitié sont quelque peu arrangés. Je ne veux naturellement pas minimiser le phénomène, mais je veux prévenir toute hystérie» (SZ, ). Toutefois, insiste Barnfield, il faut se montrer attentif à la signification, assez étrange, de cette pratique. Elle consiste en une atteinte corporelle dont l objectif est non seulement de vulnérabiliser la personne, mais encore la rencontre, la situation de face-à-face, la relation interpersonnelle : «Il n y a tout simplement plus de respect de ce que l on a en face de soi, plus d empathie, plus de solidarité» (idem). D une part, le «happy slapping» intègre les éléments de la situation du face-à-face (la rencontre avec autrui, les routines liées aux communications avec lui, etc.) sur le mode de l extraordinaire, de l éphémère et du fragmentaire du destructible. Cette pratique n est pas forcément préméditée (comme c est le cas de la violence urbaine habituelle, p.ex. lorsqu il y a confrontation de bandes, gangs ou milices, ou encore lorsqu il s agit de s acquérir un territoire réel ou symbolique, et plus simplement de voler un bien), ni réactive (p.ex. face à une menace). L acte est furtif. Il est exercé au hasard de l envie du «slapper» et des gens qu il croise. Il est peu élaboré techniquement (même si cette forme de violence peut supposer une sorte d esthétique). Aussi, le «happy slapping» se distingue des formes plus ritualisées de violence, qui supposent une pratique plus ou moins routinisée dont les phases et la planification sont assez strictement codées 5. D autre part, le «happy slapping» recourt à une socialité disponible par le biais d une technologie digitale de communication, 1 La remarque de Soanes permet de mieux comprendre la signification culturelle de «happy» dans l expression «happy slapping» pour les Anglais lorsqu elle dit: «Avant le début de cette année, quiconque en Grande-Bretagne ayant entendu l expression happy slapper pouvait s attendre à rencontre une belle et insolente femme à la réputation sulfureuse» (Soanes, ). Le contraire du «happy slapping» serait, nous dit-on encore, le «happy clappy» (Anonyme, ), un terme signifiant à peu près «Félicitations!» ou «Bien joué!», exprimant l enthousiasme, et qui est utilisé dans les gangs de voleurs de rues pour qualifier leur état d esprit fait de défiance et de fierté. 2 Pourquoi l Angleterre? Selon Barnfield, il s agirait d une réaction directe des jeunes à l Anti-Social Behaviour Order édicté en novembre 2002 et chargé de sanctionner les comportements anti-sociaux, en particulier ceux des jeunes gens (cf. SZ, ). Pour mémoire, rappelons que le Anti-Social Behaviour Order a un antécédent, le Crime and Desorder Act de 1998, et qu il a débouché sur l Anti-Social Behaviour Act de 2003, récemment réaménagé fin octobre 2004 par le gouvernement anglais. On peut trouver des réactions directes de la défiance exprimée par certains «slappers» à l encontre de membres du gouvernement anglais ayant participé ou soutenu l adoption de ces actes, notamment lorsqu ils ont failli être victimes de «happy slapping» (p.ex.: Anonyme, dès le ). 3 L exemple est célèbre, on le retrouve d ailleurs sur d autres sites Internet, comme ici <http://derstandard.at/?url=/?id= > (en date du ). On trouve d autres faits divers de ce type, comme le cas de la jeune Becky Smith, 16 ans, temporairement paralysée après avoir été attaquée par une autre jeune fille du même âge près de chez elle (cf. Anonyme, ). 4 Notons qu il s agit ici d un des rares cas de «happy slapping» en dehors d Angleterre et de la région londonienne, puisqu il s est produit en Suisse, dans le canton de Soleure. Des phénomènes similaires se sont également produits à Bâle, selon le site Internet neuch.ch (cf. Anonyme, ) et l article du du Journal l Alsace (cf. Anonyme, ), qui traduit «happy slapping» par «joyeuse dérouillée». Il semble également, mais les sources journalistiques ne sont pas unanimes sur ce point, que le «happy slapping» apparaisse progressivement aux Etats-Unis. 5 Un indicateur négatif de l originalité du «happy slapping» comme pratique sociale de la violence vient de la difficulté qu ont certains «slappers» à le légitimer autrement qu en le rapprochent des formes habituelles de violence. Le «happy slapping» est légitime s il est pratiqué entre initiés, où il répond de la routine groupale, des habitudes collectives. Exercé au hasard, il perd cette légitimité (p.ex. la discussion à ce propos sur <http://www.letssingit.com/?/topic html>; dès le ).

2 également qualifiée par certains de «technologie du contact interpersonnel» (cf. Spitzberg, Hooker, 2002: 72): le téléphone portable 6. «Slappers» et «non-slappers» profitent de cette socialité digitale, qui permet de ressourcer des pratiques sociales d initiés ou de s attirer les quidams qui s étonnent, s émeuvent ou s amusent de ce genre de phénomène. Le recours à l Internet comme dépositaire des expressions diverses de cette socialité de fait, pourvoyant les images et les vidéos que les «slappers» ont stockées dans leur téléphone portable, repose le problème de l idée même d une frontière entre les pratiques sociales violentes et non-violentes, le caractère légitime/non-légitime, amusant/non-amusant, etc. de ces pratiques. Le «happy slapping» est-il un acte criminel ou une simple provocation d adolescents? II Il est difficile de répondre à cette question. En effet, le «happy slapping» n a plus grand chose à voir avec un acte de contestation implicite ou explicite. Il ne s agit pas non plus d une espèce de dénonciation du pouvoir de surveillance (légalement institué ou non) des comportements des jeunes. Dans son article du 20 mai 2005, Chris Johnston notait d ailleurs : «Certaines écoles ont désormais interdit les téléphones avec appareils de photos dans l optique de stopper le phénomène, et d autres écoles ont identifié et suspendu les protagonistes de ce genre d acte. Une telle action est pourtant incapable de pouvoir faire infléchir la courbe de popularité du phénomène, si l on tient compte que la plupart de ces attaques se produisent dans des lieux publics» (Johnston, ). Sur un mode analogue, le Chicago Tribune insiste sur l impuissance du contrôle parental des jeunes «slappers», un thème largement repris par les forums de discussion anti-slapping (CT, ). Les autorités judiciaires anglaises reconnaissent également qu il est très difficile de surveiller et d agir contre les «slappers». Les actions se déroulent rapidement et il n est pas illégal de distribuer les films de «happy slapping» sur Internet. Enfin, il est bien difficile de trouver dans le «happy slapping» une revendication du besoin d intégration sociale par symbolisation négative, c est-à-dire par destruction/désintégration des hérauts de l intégration ou des personnes qui en portent les signes. Le «happy slapping» n a même pas les attributs traditionnels de la petite délinquance, bien qu il puisse en imiter les formes 7. L important est qu il soit aussi choquant que distrayant 8, sans mener pour autant au vol, au viol, ou au meurtre. Il semble également difficile de voir dans le «happy slapping» une forme de harcèlement (harassment) ou un exemple de tyrannie quotidienne (bullying), comme cela est parfois suggéré 9. L effet de la technologie médialique sur la violence urbaine crée d ailleurs un déplacement de l interrogation sur ce genre de pratique. Il est aussi difficile de la définir que d intervenir directement sur elle. Il faut alors procéder indirectement, en empêchant qu elle soit donnée en spectacle. III Pour enrayer le «happy slapping», il faut, nous disent les directives des associations contre la tyrannie quotidienne (cf. <http://www.antibullying.net/>), supprimer l usage des téléphones portables aux moins de 18 ans. Cette proposition se heurte pourtant à de nombreuses difficultés. Il est presque inimaginable qu on puisse empêcher aux jeunes l accès à la téléphonie portable. Il y a plusieurs raisons à cela. La première tombe sous le sens: empêcher l accès à une technologie de communication comme le téléphone portable serait inévitablement pris pour une atteinte à la liberté de s exprimer 10, surtout lorsque l on sait que presque tous les jeunes, dès ans, possèdent un téléphone portable 11. De plus, et c est un des effets pervers du «happy slapping», les parents acceptent assez bien que leurs enfants possèdent un téléphone portable. Ils voient dans cette technologie un garant de sécurité. Elle permet aux parents et à leurs enfants de pouvoir se contacter en temps voulu en cas de problème. Elle donne également à chacun la possibilité de mieux contrôler son quotidien, comme p.ex. de mieux coordonner vie individuelle et vie familiale. Enfin, le même téléphone portable utilisé pour pratiquer le «happy slapping» peut également prévenir un danger ou sauver des vies, comme par exemple celles des victimes de «happy slapping». Cet arbitrage complexe entre liberté, sécurité et contrôle visant à enrayer le phénomène du «happy slapping» connaît un nouveau prolongement. Pour contrôler la pratique du «happy slapping», il s agirait de 6 Comme Pavlik le rappelle, les premiers téléphones portables apparaissent aux Etats-Unis dès 1996 (Pavlik, 1996: 24). 7 Dans un registre analogue, certains «slappers» dérivent vers l imitation du suicide, par exemple en se faisant filmer en train de se jeter par une fenêtre du deuxième étage d un immeuble (cf. Anonyme, ). 8 Sur l ensemble de ces points qui permettent de distinguer le «happy slapping» des formes habituelles de criminalité, cf. l article de Akwagyiram (Akwagyiram, ). Pour un exemple de «happy slapping» comme forme de criminalité traditionnelle (ici, le racket), voire l article publié par Agenda Inc. (cf. Agenda Inc., ). 9 Le lien suivant donne un exemple de ce genre de rapprochement <http://www.sternfannetwork.com/forum/showthread/t html>. 10 L histoire récente du téléphone portable est liée à la liberté d expression, voire à la revendication politique. L usage de ces téléphones dans certains pays où la liberté d expression est limitée le montre bien, comme nous le dit Kirshenblatt-Gimblett : «Lorsque l armée coupe les lignes téléphoniques en Thaïlande, les gens répondent en utilisant leur téléphone cellulaire» (Kirshenblatt-Gimblett, 1996: 27). 11 Le dictionnaire Chambers avance le chiffre de 92% des jeunes britanniques entre 11 et 16 ans (cf. Chambers Wordwatch, 2005). On est loin du constat en demi-teinte de Pavlik, qui regrettait, il y a une dizaine d années environ, que les téléphones cellulaires pouvant envoyer des petits films vidéo n intéressaient pas le public des consommateurs (cf. Pavlik, 1996: 121).

3 développer des technologies visant à bloquer à distance une partie des fonctions d un téléphone portable (typiquement la caméra, équipant presque tous les téléphones contemporains) dans certains lieux donnés (p.ex. à l école), voire à certains moments privilégiés 12. Autrement dit, il ne s agit pas prioritairement de supprimer l usage du téléphone portable. Il faut intervenir de manière sélective pour contrôler l accès à l espace de socialité digitale où s échangent et se visionnent les courts-métrages des «slappers». IV La dimension «trans» de cette socialité (transition, transmission, transaction, transcription, transformation, etc.) se développe aux croisements des réseaux de la communication technologique. Il est le seul lieu où le divertissement transperce la violence, où le «slapping» devient «happy». L idée et la pratique de la violence qu elle dénote trouvant ici des contenus et des formes aux nouveaux effets de séduction. Cette nouveauté de la violence urbaine paraît être à la fois technologique et sociale, donnée dans: a) le téléphone portable, dit également mobile, cellulaire ou encore satellite, équipé d une caméra et susceptible de ménager des accès à un espace de socialité impersonnelle par le biais d une connexion à Internet ou à un autre réseau de communication (p.ex. un réseau intranet, un forum de discussion, etc.); b) cette socialité impersonnelle, cette «contactualité perpétuelle» (cf. Katz, Aakhus, 2002) entretenue par des machines et des media, une socialité qui n est explicitement désirée par personne mais potentiellement désirable par tous, constamment présente aux croisements des communications digitales, qui se reconnaît à sa dimension «trans», où les messages et les événements les plus divers se rencontrent, se pénètrent, mutent, s annihilent ou s évitent. Le téléphone portable donne de nombreux exemples, souvent négatifs, de la contactualité perpétuelle que pourvoit la socialité impersonnelle entretenue par les nouvelles technologies de communication. Ainsi, nombre d usagers de la téléphonie mobile n hésitent pas à éteindre leur téléphone ou à dévier les appels éventuels. Il s agit d éviter de devenir sujet de la contrainte réciprocitaire découlant de la contactualité perpétuelle dont le désir stimule en revanche chez les «slappers» l exercice de la violence-happening du «happy slapping». Néanmoins, il est très difficile de faire un relevé empirique même général de cette «nouveauté», de ces nouvelles pratiques que la technologie du téléphone mobile alliée à la socialité impersonnelle évoque à l exemple du «happy slapping». V Bien loin du contexte des études sur la violence urbaine, Caporael et Xie ont mené une enquête comparative sur l usage du téléphone mobile en Chine et aux Etats-Unis. Ils partent du principe que la téléphonie mobile et les assistants personnels digitaux (abrégés PDA pour Personal Digital Assistant) qui cumulent souvent les fonctions de base de la téléphonie et de l ordinateur, révolutionnent une idée reçue, à savoir: nos relations et nos communications s inscrivent dans un cadre spatio-temporel bien défini. Aujourd hui, nous disent les auteurs, ces technologies thématisent leur propre espace et leur propre temporalité. Elles sont donc susceptibles de déboucher sur des relations et des communications qui échappent aux catégories que nous utilisons habituellement, en particulier en sociologie et en psychologie sociale, pour penser ces phénomènes de relation et de communication. «Le téléphone mobile et le PDA ne sont pas seulement des machines devenues ce que nous sommes. Ce sont des machines à qui nous avons demandé de devenir ce que nous sommes» (Caporael, Xie, 2003: 219) 13. Est-ce bien le cas? Pour le savoir, les auteurs formulent deux hypothèses (sur les quatre initiales de leur enquête) pour interroger la manière dont les gens redéfinissent leurs espaces d activité et leur temps d occupation à travers l usage de leur téléphone portable et du PDA. Dans les deux cas, il s agit de savoir comment ceci influe sur leurs relations interpersonnelles. L enquête des auteurs indique qu il ne semble pas y avoir de changements significatifs impliqués par l usage du téléphone portable ou du PDA dans les relations interpersonnels que chinois et américains privilégient (idem: 226). Finalement, c est surtout l usage du téléphone portable chez les mères de famille qui semble influer sur les rapports interpersonnels. En s équipant d un mobile, la maman devient, selon l expression de Rakow et Navarro, une mère activable à distance (remote mothering; cf. Rakow, Navarro, 1993: ). En un sens, nous disent les auteurs, elle y trouve son compte, puisque le téléphone portable lui permet 12 Aux Etats-Unis, ce sont ce que l on appelle des «cellulars blockers», littéralement une technologie permettant de bloquer les téléphones cellulaires (cf. sur cette technologie, <http://www.ananova.com/news/story/sm_ html?menu>, publié en 2005). Ces «blockers» font également partie de la stratégie globale prônée par le gouvernement britannique pour lutter contre le «happy slapping» (cf. Anonyme, ). 13 Les auteurs reprennent ici l expression bien connue de James E. Katz qu il utilise dans son livre du même titre, Machines that become us (2003). Dans le contexte de leur enquête, les auteurs indiquent que cette expression réfère à la façon dont nous déléguons de plus en plus de tâches d organisation et de mémorisation à des machines ou des media qui nous rappellent en temps utile ce que nous ne devons pas oublier de faire. Les auteurs donnent un exemple extrême de ce phénomène en mentionnant les propos d une mère de famille qui leur parle de l utilisation de son assistant personnel pour se souvenir qu elle doit développer des relations romantiques: «Oui, c est vrai. Des relations romantiques. Comme si je pouvais me souvenir à quoi elles ressemblaient. Je sais bien que cela semble un peu étrange et un peu impersonnel d avoir quelque chose comme ça dont son système A Faire, mais j en ai besoin car je n ai pas une bonne mémoire et je ne veux pas manquer les choses importantes» (Caporael, Xie, 2003: 227).

4 de pouvoir coordonner la vie familiale et tend ainsi à adoucir les rapports entre les membres de la famille 14. Mais en un autre sens, le recours à la socialité impersonnelle permise par le téléphone portable donne un tour plus fonctionnel à l exercice des rapports sociaux quotidiens tout en contribuant à en redéfinir la pratique, c est-à-dire non seulement leurs frontières spatio-temporelles, mais également et peut-être surtout leur caractère de socialité, leur particularité, leurs signes distinctifs, etc. VI Le téléphone, ce «raccourci linguistique pour un ensemble d institutions, de technologies, de gens, de pratiques liés entre eux de manière adéquate et peut-être nécessairement oubliés lorsque nous passons un coup de fil» (Sterne, 2003: 182), pose dès son implantation à la fin du XIX siècle le problème auquel les nouvelles technologies de communication nous rendent attentifs aujourd hui, à savoir: la disparition des critères habituels de la distinction sociale et la reconfiguration complète du lien social: «Un problème des plus préoccupants fut celui de savoir comment défendre les distances sociales habituelles renforcées et maintenues par le face-à-face et que le téléphone et le télégraphe menaçaient de faire disparaître. Dit de manière un peu abrupte, les nouveaux media donnaient la possibilité aux mauvaises personnes de devenir familières» (Marvin, 1988: 88) 15. Un des grands soucis des autorités américaines de l époque et des premières compagnies de téléphone était de réglementer l usage de la parole lorsque l on téléphone de sorte à ce que les codes socio-langagiers utilisés au quotidien pour se parler ne se perdent pas (idem: 89). Ceci était d ailleurs d autant plus le cas que l arrivée du téléphone dans les foyers donnait à la femme une nouvelle importance au sein de la famille comme interlocutrice privilégiée des communications téléphoniques, à qui il s agissait de s adresser correctement (idem) 16. Voilà pourquoi certaines compagnies de téléphone, nous dit Marvin, «imposent des règles contre le langage impropre ou vulgaire dans les communications téléphoniques en enlevant les instruments des abonnés qui ne respectent pas cette règle de bienséance sociale. Lorsque un abonné poursuit une compagnie [de l Ohio; CP] devant la justice, le juge déclare à l issue du procès: Le téléphone pénètre de multiples cercles familiaux... Toutes les communications doivent se produire en langage châtié. De plus, dans la plupart des cas, les opérateurs de l échange sont des femmes raffinées, et au-delà, tout opérateur doit être protégé contre l insulte» (idem). De son côté, la femme y trouvait une indépendance jalousée des hommes, qui n hésitent pas à dire qu une femme passant trop de temps au téléphone souffre «de bêtise électrique» (electrical ineptitude; idem: 24). Comme dans le cas du «happy slapping», il s agissait de supprimer le téléphone aux femmes jugées trop bavardes ou trop savantes, et aux contrevenants à cet ensemble de règles exportées de la situation du face-à-face vers la situation de la communication téléphonique. Dans les deux cas, on ne craint pas un réel trouble de l ordre public sous prétexte de la menace directe exercée par la prolifération des discussions relâchées ou des actes de provocation juvénile. Il s agit plutôt de réinscrire ces phénomènes dans le cadre de frontières sociales connues, reposant sur des principes de classification et de classement également connus et pratiqués dans les autres domaines de la vie quotidienne. Il s agit de maintenir l ordre habituel des choses. C est pourquoi la provocation véritable du «happy slapping» est peut-être d abord d ordre socio-cognitive avant même d être politique: ce phénomène nous met brutalement face à certains principes fondamentaux à la base de l ordre social de demain qui heurtent nos certitudes à propos des garants de l ordre légitime d aujourd hui, et qui nous met face au fait de ne pas comprendre les nouvelles formes de la sociabilité en formation. Il laisse présager que la socialité impersonnelle, au premier plan dans l usage des technologies digitales de communication, renvoie à une manière fondamentalement différente d ordonner le monde quotidien, c est-à-dire de développer des pratiques et de les intégrer au sein d un style de vie. Références Caporael, L.R., Xie, B., 2003, «Breaking Time and Place: Mobile Technologies and Reconstituted Identities», James E. Katz (ed.), Machines that become us. The Social Context of Personal Communication Technology, New Brunswick, London: Transaction Publishers, Fischer, C., 1994, America Calling: A Social History of the Telephone to 1940, Berkeley: University of California Press. Katz, J.E., Aakhus, M., 2002, Perpetual Contact: Mobile Communication, Private Talk, Public Performance, Cambridge: Cambridge University Press. Katz, J.E. (ed.), 2003, Machines that become us. The Social Context of Personal Communication Technology, New Brunswick, London: Transaction Publishers. Krishenblatt-Gimblett, B., 1996, «The Electronic Vernacular», George E. Marcus (ed), Connected. Engagements with Media, Chicago and London, The University of Chicago Press: Ceci ne veut pas dire que les femmes sont plus intéressées que les hommes à cette forme de communication mobile, ce serait même le contraire précise Katz (cf. Katz, 2003: 20), qui y voit l oeuvre d un déterminant social du genre, l homme s intéressant plus à la technologie que la femme. 15 Notons que l étude empirique de Webster et Trevino sur le choix du media de communication selon la distance qui sépare les personnes en communication indique très clairement que le téléphone est un des rares media auquel on recourt indépendamment de la distance géographique et sociale qui peut exister entre les personnes en communication (cf. Webster, Trevino, 1995: 1564). 16 Les études de Fischer ont depuis insisté sur la permanence de ce phénomène jusqu à aujourd hui, où c est la femme qui s occupe du travail de répondre aux appels téléphoniques et de distribuer les communications téléphoniques dans la famille ou l entreprise (cf. Fischer, 1994). Sur ce point, cf. également le travail de Rakow (Rakow, 1992).

5 Marvin, C., 1988, When Old Technologies Were New. Thinking About Electric Communication in the Late Nineteenth Century, New York, Oxford: Oxford University Press. Pavlik, J.V. 1996, New Media Technology. Cultural and Commercial Perspectives, Boston, London, Toronto, Sydney, Tokyo, Singapore: Allyn and Bacon. Rakow, L., 1992, Gender on the line: Women, the telephone and community life, Urbana: University of Illinois Press. Rakow, L.F., Navarro, V., 1993, «Remote Mothering and the Parallel Shift: Women Meet the Cellular Phone», Critical Studies in Mass Communication, 10: Spitzberg, B.H., Hooker, G., 2002, «Cyberstalking and the Technologies of Interpersonal Terrorism», New Media & Society, 4, 1: Sterne, J., 2003, «Bourdieu, Technique and Technology», Cultural Studies, 17, 3/4: Webster, J., Trevino, L.K., 1995, «Rational and Social Theories as Complementary Explanations of Communication Media Choices: Two Policy-Capturing Studies», The Academy of Management Journal, 38, 6: Hyperliens Anonyme, <http://www.sternfannetwork.com/forum/showthread/t html>. Agenda Inc., , <http://news.agendainc.com/mt-agenda/content/archives/2005/05/happy_slapping.html>. Akwagyiram, A., , <http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/ stm>. Anonyme, 2005, <http://www.ananova.com/news/story/sm_ html?menu>. Anonyme, dès le , <http://chat.dailymail.co.uk/dailymail/threadnonind.jsp?forum=105&thread= &message= >. Anonyme, , <http://lair.xent.com/pipermail/fork/week-of-mon txt>. Anonyme, , <http://news.bbc.co.uk/1/hi/england/manchester/ stm>. Anonyme, dès le , <http://www.letssingit.com/?/topic html>. Anonyme, , <http://www.textually.org/picturephoning/archives/2005/05/ htm>. Anonyme, , <http://www.neuch.ch/ats.php?class=ats2&full=true&id=15758>. Anonyme, , <http://www.alsapresse.com/jdj/05/06/17/irf/4/article_19.html>. Anonyme, , <http://www.klamm.de/partner/unter_news.php?l_id=8&news_id=577570>. Anonyme, , <http://www.tiscali.co.uk/news/newswire.php/news/pa/2005/06/19/technology/ actionoverhappyslappingurged.html&template=/technology/templates/pa/technology_news_story.html>. Anonyme, , <http://www.klamm.de/partner/unter_news.php?l_id=8&news_id=578549>. Anonyme, , <http://derstandard.at/?url=/?id= >. Anti-Bullying Network, <http://www.antibullying.net/>. Johnston, C., , <http://www.timesonline.co.uk/article/0,, ,00.html>. Chambers Wordwatch, 2005: <http://www.chambersharrap.co.uk/chambers/features/wordwatch.php> CT, , <http://www.dailystar.com/dailystar/printds/80454.php>. Soanes, C., , <http://www.askoxford.com/worldofwords/bubblingunder/archive/0605/>. SZ, , <http://www.sueddeutsche.de/panorama/artikel/756/55701/>.

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

Nouveaux médias. Guide pour les écoles obligatoires. Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement

Nouveaux médias. Guide pour les écoles obligatoires. Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement Nouveaux médias Guide pour les écoles obligatoires Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement 1 Police cantonale bernoise Etat-major/Prévention Groupe nouveaux médias Case postale 7571, 3001

Plus en détail

GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE

GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE Juillet 2014 INDEX INTRODUCTION... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. LES SYSTEMES D'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ RÈGLES GÉNÉRALES... 3 3. UTILISATION DES ÉQUIPEMENTS

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires 1 Fiche technique Le quatrième baromètre et a été réalisé par Calysto

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation 1. Introduction Constat : La cour de récréation est explicitement désignée par la majorité des élèves comme le principal lieu d expression

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

Dossier pratique n 6

Dossier pratique n 6 Dossier pratique n 6 Internet, mineurs et législation Contributeurs : Action Innocence France et Maître Ségolène Rouillé-Mirza, Avocate au Barreau de Paris - Mai 2010 www.actioninnocence.org france@actioninnocence.org

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Synthèse enquête CESC 2010 2011 Pratique d'internet, du téléphone portable et des jeux vidéo

Synthèse enquête CESC 2010 2011 Pratique d'internet, du téléphone portable et des jeux vidéo Préambule Afin de prévenir des nouvelles pratiques d'internet, chez les adolescents, nous avons décidé de réaliser une enquête auprès de tous les élèves du collège. Cette enquête comporte 40 questions.

Plus en détail

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org Guide à l intention des parents sur 2014 ConnectSafely.org Les adolescents canadiens aiment socialiser en ligne et surtout partager des photos. L étude réalisée par MédiaSmarts en 2014, Jeunes Canadiens

Plus en détail

DIRECTIVE SUR L UTILISATION DES OUTILS INFORMATIQUES, D INTERNET, DE LA MESSAGERIE ELECTRONIQUE ET DU TELEPHONE ( JUIN 2005.-V.1.

DIRECTIVE SUR L UTILISATION DES OUTILS INFORMATIQUES, D INTERNET, DE LA MESSAGERIE ELECTRONIQUE ET DU TELEPHONE ( JUIN 2005.-V.1. 1 BUT 1.1 Le but de la présente directive est de définir les droits et les devoirs des utilisateurs à propos des moyens de communication (Internet, messagerie électronique, téléphonie) et des postes de

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

DOSSIER FLASH «ASK.FM»

DOSSIER FLASH «ASK.FM» DOSSIER FLASH «ASK.FM» Les élèves nous parlent de plus en plus de ce réseau social qui se nomme «Ask.fm», à ne pas confondre avec le moteur de recherche «Ask». Selon les dires des jeunes que nous rencontrons,

Plus en détail

Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise

Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise Vos droits juridiques au Danemark et quelques remarques sur la police danoise Ce qui suit est un court résumé de vos droits au Danemark et des us et coutumes de la police danoise. Il est utile à tous les

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

L AVOCAT ET LA PUBLICITE

L AVOCAT ET LA PUBLICITE L AVOCAT ET LA PUBLICITE L article 13 de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 relative à la consommation, autorise l avocat à recourir à la publicité ainsi qu à la sollicitation personnalisée. Selon l article

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine»

Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine» Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine» Les présentes Conditions Générales d Utilisation régissent l ensemble des différentes utilisations de l APPLICATION tablettes

Plus en détail

Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive?

Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive? Xavier Bébin Résumé Le placement sous surveillance électronique mobile (PSEM) est

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Freelancer, facturation pensée pour freelance pressé. freelancer CGU

Freelancer, facturation pensée pour freelance pressé. freelancer CGU Freelancer, facturation pensée pour freelance pressé freelancer CGU 1. Acceptation des Conditions d Utilisation Le site freelancer-app.fr permet à l Utilisateur d accéder a différents services (ci-après

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

PARAMÉTRER SON COMPTE

PARAMÉTRER SON COMPTE PARAMÉTRER SON COMPTE Petit rappel: Facebook, qu est-ce que c est? Un réseau social sur Internet qui permet de communiquer entre «amis». Sur Facebook, on peut : Se créer un réseau d amis Poster (publier)

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL. Droit du travail Droit des assurances sociales. Anne-Sylvie Dupont Avocate, chargée d enseignement

LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL. Droit du travail Droit des assurances sociales. Anne-Sylvie Dupont Avocate, chargée d enseignement LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL Droit du travail Droit des assurances sociales Anne-Sylvie Dupont 0 Avocate, chargée d enseignement SOMMAIRE 1. Arrêt 4A_553/2011 du 28 avril 2011 (Résiliation immédiate

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Services Aux Victimes

Services Aux Victimes Services Aux Victimes I n i t i a t i v e s Plan de sécurité personnel Directives à l intention des personnes victimes de relations abusives Plan de sécurité personnel Qu est-ce qu un plan de sécurité?

Plus en détail

Les adolescents, leur téléphone portable et l'internet mobile. Octobre 2009

Les adolescents, leur téléphone portable et l'internet mobile. Octobre 2009 Les adolescents, leur téléphone portable et l'internet mobile Octobre 2009 1. Quelle est la panoplie multi-média des adolescents en 2009? 2. Et le téléphone mobile en particulier, qui est équipé / qui

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Les prestations suivantes sont mises à la disposition gratuite des membres Basic par la direction de l école www.retrouvetaclasse.

Les prestations suivantes sont mises à la disposition gratuite des membres Basic par la direction de l école www.retrouvetaclasse. Règlement de l école Conditions générales d utilisation de www.retrouvetaclasse.ch 1 Généralités 1.1 www.retrouvetaclasse.ch est une plate-forme Internet pour retrouver des anciens copains et copines d

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT 11 CHAPITRE PREMIER LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT En moins d un siècle, le marketing direct a profondément évolué. Passant de la commande traditionnelle par courrier à la multiplication

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

La sécurité informatique, c est votre problème aussi!

La sécurité informatique, c est votre problème aussi! INFOSAFE Un certificat universitaire en management de la Sécurité des Systèmes d Information. Une approche pragmatique pour répondre aux besoins des entreprises et des administrations. La sécurité informatique,

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue «Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue 1. Est-ce que votre enfant sait ce qu est un inconnu? 2. Est-ce que votre enfant connaît la différence entre un bon et un mauvais inconnu? 3.

Plus en détail

Facebook pour les nuls

Facebook pour les nuls Facebook pour les nuls Véritable phénomène de société, le réseau social Facebook révolutionne la Toile. Aujourd hui, en Suisse, il y a plus d adolescents inscrits que non inscrits sur ce site. Décryptage

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

Le contrôle parental. Premier partenaire de votre réussite

Le contrôle parental. Premier partenaire de votre réussite Le contrôle parental Premier partenaire de votre réussite Table des matières 1 - Qu est-ce qu un logiciel de contrôle parental? 2 - Le contrôle parental «pas à pas» L onglet «Accueil» L onglet «administration»

Plus en détail

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Programme Ministériel 2015 de la GSMA : compte-rendu de session Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Lundi 2 mars 2015 Session animée par

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL»

CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL» Article 1. Préambule CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL» Accor exploite un site web accessible au public à l adresse principale www.accorhotels.com, ainsi que le site mobile accorhotels.com et

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Fiche métier : Le Community Manager

Fiche métier : Le Community Manager Fiche métier : Le Community Manager Le métier de Community Manager, en quoi cela consiste? 1) Un métier neuf La notion de community management étant relativement récente, il n en existe pas de véritable

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du service Livebox phone

Conditions générales d utilisation du service Livebox phone Conditions générales d utilisation du service Livebox phone Les présentes Conditions générales d utilisation relèvent, pour les clients d une offre Orange internet, des conditions générales et des conditions

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

Conditions de participation

Conditions de participation Conditions de participation Art. 1 Concours 1.1 Nestlé Suisse SA organise, du 11 mai 2015 au 31 juillet 2015 inclus, sur son site www.purina.ch/fr/passiondays un concours gratuit sans obligation d achat.

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Spot Achat d or CVA http://www.dailymotion.com/video/xj0ok6_cva- direct- achat- d- or_lifestyle

Spot Achat d or CVA http://www.dailymotion.com/video/xj0ok6_cva- direct- achat- d- or_lifestyle corinne collomb 31/5/15 22:45 Commentaire [1]: Il s agit d une agence publicitaire qui choisit un humour qui appartient au monde de l enfance Tirer la langue est une réaction «primaire» et souvent liée

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Mémento. A l usage des parents et de leurs enfants

Mémento. A l usage des parents et de leurs enfants Mémento A l usage des parents et de leurs enfants Quelques adresses utiles Département de l instruction publique, de la culture et du sport www.ge.ch/dip/ Centrale de la police www.ge.ch/police tél. 022

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

Logement équitable: Votre droit à la location ou à l achat d une maison

Logement équitable: Votre droit à la location ou à l achat d une maison Logement équitable: Votre droit à la location ou à l achat d une maison Trouvez plus de renseignements juridiques faciles à lire sur www.ptla.org Que signifie «Logement équitable»? Dans le Maine, il existe

Plus en détail

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Ville-École-Intégration, n 119, décembre 1999 LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Jean-Pierre ARCHAMBAULT (*) Les TICE favorisent le travail collectif et aident au travail individuel, ont l attrait de

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS Page 1 de 9 UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS CONTEXTE La Commission scolaire doit s assurer d un usage adéquat des ressources informatiques mises à la disposition des

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR POUVOIR CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA? Vous devez être âgé d au moins 16 ans et être détenteur d un permis de conduire valide. Il y a

Plus en détail

RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015

RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015 RÈGLEMENT MUZIK CASTING, édition 2015 (CASTING ET DÉPÔT DE MUSIQUE SUR INTERNET) ARTICLE 1 L ORGANISATEUR L association FÉDÉRATION RHÔNE ALPES DU CRÉDIT AGRICOLE, dont le siège social est situé 465 rue

Plus en détail

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement.

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement. Mentions légales Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société Il est édité par la société Développement, SAS au capital de 737 600 euros,

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Annule : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. 1. TITRE... 2 2. CONTEXTE...

Annule : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. 1. TITRE... 2 2. CONTEXTE... Approbation : CC-120424-3691 Amendement : Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S U J E T : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. TABLE

Plus en détail

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Accompagnez également vos enfants sur les réseaux sociaux! Mais que font donc les jeunes sur les réseaux sociaux? Ils socialisent comme l ont toujours fait les adolescents,

Plus en détail

C est quoi l intimidation?

C est quoi l intimidation? C est quoi l intimidation? Définition de l intimidation (Olweus, 1996) : «Un élève est intimidé ou victimisé lorsqu il est exposé de façon répétée et soutenue à des gestes négatifs de la part d un ou de

Plus en détail

LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES?

LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES? LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES? Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau Dans la dernière édition d espace Montréal, nous avons vu qu à l exception de certaines personnes

Plus en détail

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour A U S E R V I C E D E S C A N A D I E N S Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Kwing Hung, Ph. D. Conseiller en statistique et méthodologie

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail