Malawi.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Malawi. www.africaneconomicoutlook.org"

Transcription

1 Malawi 2012

2 Malawi Overview Malawi s economic growth in 2011 slowed to 5.8% from 6.7% in 2010 due to reduced donor inflows and shortages of foreign exchange and essential commodities such as fuel and inputs for manufacturing. The economy is projected to slow further, with growth falling to 5.0% and 5.2% in 2012 and Malawi, one of the world s poorest countries, has faced growing macroeconomic management challenges for several years. In 2010, it secured an Extended Credit Facility (ECF) from the International Monetary Fund and the government adjusted fiscal and economic policy accordingly. However, the country was unable to meet the IMF targets at end-december 2010 and end-june 2011, with the ECF programme off track since then. Further measures taken by the government again failed to remedy the failings and donor countries suspended budget support.youth unemployment and underemployment remain major challenges in both the formal and informal sectors. Malawi s economy has performed well in recent years at the headline level, with growth of around 7.0%, well above the Sub-Saharan Africa average. Growth fell sharply in 2010 to 6.7% from 8.9% in 2009 after a poor agricultural season. In 2011, growth was estimated to have fallen further to 5.8%, hit by the problems with the IMF ECF programme that led to reduced donor inflows, foreign exchange difficulties and shortages of essential commodities such as fuel and inputs for manufacturing. The situation was made worse by disappointing earnings from tobacco, the country s top export earner. Agriculture continues to be the main economic activity, while mining and construction have recently begun to account for a larger share. The outlook is for a continued slowdown, with growth projected at 5.0% and 5.2% for 2012 and The government has managed to keep inflation in single-digits at an average 7.6% for 2011 but prices were rising faster at year-end with an increase of 9.8%. Food costs rose due to seasonal variations at the end of the year while fuel shortages -- in part due to foreign exchange problems -- added to the problem. For 2012, the prospect is of higher inflation still if the government cannot resolve the wider economic problems it faces although it may get some respite as domestic food production increases under the Farm Input Subsidy Programme (FISP). However, the government will struggle to control non-food components, which are driven by import prices, without the resumption of donor inflows. The government s new national development plan, the Malawi Growth and Development Strategy (MGDS II, ), identifies nine key priority areas -- Agriculture and Food Security; Energy, Industrial Development, Mining and Tourism; Transport Infrastructure and the Nsanje World Inland Port; Public Health, Sanitation, Malaria and HIV and AIDS Management; Integrated Rural Development; Education, Science and Technology; Green Belt Irrigation and Water development; Child and Youth development and Empowerment and; Climate Change Natural Resources and Environment Management. The current budget is based on the MGDS II plan, with allocations made to most of these nine areas but problems in the policy and institutional environment need to be addressed as well. The political context will continue to have a significant bearing on the macroeconomic outlook and policy making. Poor donor relations in 2011 due to differences over economic and political governance and social rights, coupled with the inability by the country to implement the IMF supported macroeconomic programme led to the suspension of the ECF and external budget support. This in turn impacted the government s ability to deliver on its development objectives. These problems largely drive the foreign exchange and fuel crises that undercut growth. This year is likely to see increased political and social discontent and much will depend on how the government manages those issues and their effect on the economy. Youth unemployment in particular remains a challenge in both the formal and informal sectors although official statistics show that only 2.7 percent of those aged years have no job. Officially, however, a person who works at least one hour per week is classified as employed and therefore the figures do not capture the real situation. Underemployment is prevalent, especially in the agricultural sector that accounts for 80% of the labour force, and working poverty is high due to low wages -- the minimum wage is less than USD1 per day. Those aged years comprise some 38.7% of the country s population and the majority of this category are engaged in farming. The unemployment problem is compounded by poor data, the absence of an up to date Youth Policy -- a revision of the 1996 framework has been under discussion since 2009 and a lack of coherent government action and weak institutional capacity for skills development. In addition, the economy fails to produce enough jobs for a fast growing population given its low manufacturing base and the low skills base of the labour force. 2 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

3 Figure 1: Real GDP growth (Southern) 10% 8% Real GDP Growth (%) 6% 4% 2% 0% -2% Real GDP growth (%) Southern Africa - Real GDP growth (%) Africa - Real GDP growth (%) Figures for 2010 are estimates; for 2011 and later are projections. Table 1: Macroeconomic Indicators Real GDP growth Real GDP per capita growth CPI inflation Budget balance % GDP Current account % GDP Figures for 2010 are estimates; for 2011 and later are projections. 3 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

4 Recent Developments & Prospects Table 2: GDP by Sector (percentage of GDP) Agriculture, forestry, fishing & hunting Agriculture, livestock, forestry and fisheries - - of which agriculture - - Mining and quarrying of which oil - - Manufacturing Electricity, gas and water Electricity, water and sewerage - - Construction Wholesale and retail trade, hotels and restaurants of which hotels and restaurants Transport, storage and communication Transport and storage, information and communication - - Finance, real estate and business services Financial intermediation, real estate services, business and other service activities - - General government services - - Public administration & defence; social security, education, health & social work - - Public administration, education, health Public administration, education, health & other social & personal services - - Other community, social & personal service activities - - Other services Gross domestic product at basic prices / factor cost Wholesale and retail trade, hotels and restaurants - - Figures for 2010 are estimates; for 2011 and later are projections. L économie du Malawi a continué à chuter au cours des deux dernières années, avec la croissance de 2011 estimée à 5.8 %, contre 6.7 % en Les faibles revenus du tabac résultant de la baisse des prix et d une récolte de mauvaise qualité, une contribution du secteur minier plus faible que prévu, des problèmes dans le secteur privé causés par les difficultés de change et les coûts élevés du carburant et d autres intrants ont tous contribué à une croissance plus faible en En 2012, l agriculture, l exploitation minière et la construction demeureront les principaux domaines d activité alors qu il est à espérer que les revenus du tabac s amélioreront grâce à une meilleure qualité et des prix mondiaux plus élevés. Les exportations minières devraient s améliorer à la suite de nouveaux investissements réalisés au début 2011 et à l achèvement des travaux de réhabilitation du projet d extraction minière d uranium de Kayelekera. Cependant, les goulets d étranglement des infrastructures et les pénuries continuelles d électricité ainsi que les défis macroéconomiques relevés en 2011 et 4 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

5 toujours présents en 2012 sont susceptibles de continuer à freiner la croissance, comme en témoignent les prévisions plus faibles pour 2012 et La croissance de la production agricole est estimée avoir remonté de 2 % en 2010 à 6 % en 2011 grâce à une amélioration de la culture de maïs avec pour résultat un excédent de 1.2 million de tonnes. Les estimations préliminaires pour 2012 suggèrent que la croissance du secteur agricole peut régresser à 5.6 % en raison du degré de couverture réduit du FISP de 1.6 million de familles à 1.4 million de familles. Le gouvernement a également tenté de réduire la dépendance au tabac en favorisant la diversification agricole dans d autres cultures comme le coton et les légumes secs. Le secteur minier et le secteur de l extraction en carrière vont croître fortement en 2012 à 18.9 % mais après deux années en forte baisse autour de 80.2 % en 2010 et de % en 2011, marquées par un approvisionnement en électricité insuffisant et une production d uranium réduite. Toutefois, le secteur minier continue de susciter des espoirs en tant que contributeur majeur de la croissance dans le futur car l exploitation minière d autres minéraux rares tels que le niobium a démarré. L industrie manufacturière et la construction devraient se redresser en 2012, augmentant respectivement de 5.9 % et 9 % suite à une progression de 2.1 % et 7.5 % en Le budget a été élaboré sur la base d un résultat équilibré, sans déficit, et a introduit une série de nouvelles mesures génératrices de recettes, telles que l augmentation des impôts et des recettes non fiscales tout en inversant certaines incitations fiscales du secteur privé. Le gouvernement a maintenu rigoureusement les dépenses et il est prévu qu il continue étant donné la question épineuse du soutien des donneurs. Les dépenses ordinaires ont été réduites de 310 milliards MWK en à 304 milliards MWK en alors que le budget de développement a été réduit de 78 milliards MWK à 68 milliards MWK. 5 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

6 Macroeconomic Policy Fiscal Policy Le Malawi est confronté à des défis de gestion macroéconomique depuis quelques années avec un pic en 2011 lorsque la FEC du FMI a été déclarée hors cadre suite à la défaillance du gouvernement à atteindre ses objectifs du FMI. Le gouvernement a fait des efforts pour remédier aux problèmes mais n a pas été en mesure de remettre le pays sur la bonne voie et par conséquent, les pays donneurs ont suspendu l aide budgétaire directe pour l année. La situation économique s est détériorée suite au ralentissement dans l agriculture et particulièrement de la chute des revenus de l exportation du tabac, et ces problèmes ont été aggravés en raison de fortes divergences avec le FMI en matière de politique de taux de change. Les réserves de change qui couvrent près de trois mois d importations en décembre 2010, ont chuté à près de 1.4 mois à la fin Il n y avait aucun signe d amélioration au début de l année 2012, le désaccord persistant entre le gouvernement et le FMI sur la reprise de la FEC. Les autorités ont tenté de contenir l augmentation des prix, avec une inflation moyenne annuelle de 7.6 % en 2011 mais elle a grimpé jusqu à 9.8 % à la fin de l année, bien au-dessus de la cible de 7 %. Le gouvernement devrait poursuivre ses efforts en matière de maitrise des dépenses et de l inflation. Il est prévu que les perspectives de croissance pour 2012 soient plus faibles que celles des deux années précédentes et l orientation de la politique demeure incertaine. La reprise du soutien du FMI et des donneurs reste une problématique majeure en Les finances publiques du Malawi pour 2010 et début 2011 se sont améliorées suite à une perception des recettes intérieures supérieure à celle prévue grâce à une plus grande efficacité de l administration fiscale. Il en a résulté une réduction de l emprunt net équivalent à 1.5 % du PIB. Après un taux de 18.7 % en 2009, les recettes fiscales intérieures ont augmenté pour atteindre 19.1 % du PIB en 2010 et 19.6 % en Les dépenses totales pour 2010 ont représenté 35 % du PIB, augmentant à 35.5 % en En anticipant la poursuite de faibles rentrées de fonds des donneurs en 2011 et 2012, le gouvernement a conçu le budget sur la base d un déficit nul avec toutes les dépenses ordinaires et les projets de développement clés financés par les ressources nationales. Pour 2012 et 2013, l impôt est estimé à 33.8 % puis à 33.3 % du PIB alors que les dépenses augmenteront pour atteindre 37.4 % et 36.3 % du PIB. Afin d obtenir davantage de ressources, la mobilisation des ressources nationales sera plus importante à l avenir. La plupart des recettes sont collectées à partir des taxes sur les biens et les services, en particulier la TVA et les droits d accise, qui représentent près de 48 % des recettes fiscales totales en Dans le cadre de ses efforts pour générer davantage de recettes, le gouvernement a introduit un certain nombre de mesures de recettes fiscales et non fiscales qui ont eu un impact important sur les petites entreprises et les petites sociétés, par exemple, des mesures incitatives pour encourager la formation et les programmes de promotion des exportations. Les recettes intérieures et les objectifs de dépense semblent ambitieux et en conséquence il est prévu qu il y ait un déficit global égal à 2 % du PIB pour 2011, à 3.6 % en 2012 avant de retomber à 3 % en Alors que le gouvernement tente d élargir l assiette fiscale par le biais de taxes et de charges plus élevées tout en retirant les allégements fiscaux pour le secteur privé, les entreprises sont susceptibles de trouver qu il est plus difficile d investir et de se développer, notamment compte tenu des défis auxquels elles sont actuellement confrontées. L effet final est que le gouvernement peut collecter moins de recettes que prévu, en exerçant une pression cette fois-ci sur le secteur public. Si le gouvernement cherche à emprunter pour combler le manque à gagner, cela va en outre nuire à la croissance tout comme au secteur privé qui est évincé de l accès au crédit. 6 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

7 Table 3: Public Finances (percentage of GDP) Total revenue and grants Tax revenue Oil revenue Grants Total expenditure and net lending (a) Current expenditure Excluding interest Wages and salaries Interest Primary balance Overall balance Figures for 2010 are estimates; for 2011 and later are projections. Monetary Policy Les politiques budgétaires et monétaires prudentes soutenues par les surplus alimentaires ont contribué à la tendance à la baisse de l inflation de 2005 à 2010, permettant à la Banque centrale d abaisser son taux d intérêt de référence de 15 % à 13 % en Depuis, ce taux est resté inchangé bien que l inflation ait augmenté. Les banques commerciales ont réduit leur taux d intérêt débiteur de % à une moyenne de %. L accélération de l inflation qui est passée de 7.4 % à la fin 2010 à 9.8 % à la fin 2011, a été largement entraînée par des augmentations des prix des produits non alimentaire pour la majeure partie de 2011 et puis par les augmentations des prix de l alimentaire. Le refus du gouvernement de changer le taux de change a conduit à une pénurie de devises et à des pénuries de carburant, mettant la pression sur les prix. Si le gouvernement décidait de libérer le taux de change, comme cela est recommandé par le FMI et les partenaires donneurs, et donc de dévaluer le Malawi Kwacha, l inflation serait susceptible d augmenter à un rythme plus rapide et pourrait atteindre un taux à deux chiffres. La politique monétaire en 2012 et 2013 dépendra de ces paramètres macroéconomiques fondamentaux, avec comme problème clé les relations entre le FMI et les donneurs. Economic Cooperation, Regional Integration & Trade Le secteur extérieur du Malawi continue à s appuyer sur le tabac en tant que principale culture à l exportation. Les recettes d exportation ont diminué en 2011 car les bénéfices nets du tabac ont chuté à 5.5 % à 410 millions USD. Il est prévu que la croissance des importations continue de chuter suite aux problèmes de change du pays, en particulier si la monnaie est autorisée à se déprécier. Le déficit des échanges courants s est visiblement creusé de 17.5 % du PIB en 2010 à 18.1 % en 2011 et une augmentation supplémentaire est prévue pour atteindre 18.5 % en Une forte baisse du déficit de 2013 à 12.1 % du PIB est prévue sur la base qu il n y aura pas d importation de services par rapport à un déficit de 5.8 % et 5.6 % en 2011 et 2012 alors qu il y aura peu de changements dans le commerce des biens en général. La position extérieure faible est à l origine d une chute brutale dans les réserves de change qui couvrent 1.4 mois d importation à la fin Face à des perspectives d exportations médiocres et aux faibles rentrées de fonds des donneurs, le pays sera confronté au défi d augmenter les réserves en AfDB, OECD, UNDP, UNECA

8 Table 4: Current Account (percentage of GDP) Trade balance Exports of goods (f.o.b.) Imports of goods (f.o.b.) Services Factor income Current transfers Current account balance Figures for 2010 are estimates; for 2011 and later are projections. Debt Policy La dette extérieure du Malawi s élève à millions USD (15 % du PIB) à la fin juin 2011, par rapport aux niveaux de 2006 atteignant 488 millions USD lorsque le Malawi s est qualifié pour un allégement de la dette dans le cadre de l initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et de l initiative de l allégement de la dette multilatérale (IADM). Une analyse de la soutenabilité de la dette réalisée en mai 2011 a conclu que la dette extérieure du Malawi était durable. La dette intérieure du pays a été estimée à 16.5 % du PIB à la fin juin 2011, dans la limite maximale de % considérée comme sûre. Depuis lors, cependant, le gouvernement subit une pression croissante pour augmenter les emprunts extérieurs de façon à financer les importations de carburant et à renforcer l offre de devises pour les autres importations. Figure 2: Stock of total external debt (percentage of GDP) and debt service (percentage of exports of goods and services) 300% 250% 200% Percentage 150% 100% 50% 0% Debt/GDP Debt service/exports Figures for 2010 are estimates; for 2011 and later are projections. 8 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

9 Economic & Political Governance Private Sector Le gouvernement reconnaît que le secteur privé est le moteur de la croissance du Malawi, comme indiqué dans les programmes Vision 2020 et MGDS II. Cependant, certains défis qui entravent la croissance du secteur privé demeurent comme les goulets d étranglement structurels les infrastructures médiocres et l approvisionnement en électricité inapproprié et la législation lourde ainsi que la faiblesse des institutions de soutien du secteur privé. Dans un effort pour remédier à ces problèmes, le gouvernement a mis en œuvre un projet d assistance technique pour le renforcement de l environnement des affaires (BESTAP) avec l aide de certains partenaires donneurs depuis 2006, visant à identifier les principaux obstacles structurels et législatifs qui doivent être levés afin d améliorer l environnement des affaires. Alors que le BESTAP a favorisé un forum d échanges de haut niveau entre le gouvernement et le secteur privé, la réforme législative a été freinée et la plupart des goulets d étranglement existent encore. Par exemple, il n y a pas eu d amélioration du nombre de procédures nécessaires pour enregistrer une entreprise, pour acquérir un permis de construire ou enregistrer une propriété au Malawi au cours des quatre dernières années. En conséquence, le Malawi perd quatre places dans le classement de l indice sur la facilité de faire des affaires pour 2012 (145 sur 183 pays). La stratégie de mobilisation du gouvernement pour les recettes en augmentant les taxes et les charges, et en réduisant ou en supprimant certaines mesures incitatives du secteur privé, peut aggraver la situation. Financial Sector Le système bancaire du Malawi est assez développé, détenant des actifs équivalents à près de 37 % du PIB en Le secteur des assurances est divisé entre l assurance vie et l assurance non-vie. Le secteur financier est resté largement stable, aidé par le fait qu il est en grande partie non intégré au système financier mondial. Le niveau des fonds propres reste satisfaisant dans les secteurs de la banque et des assurances mais un problème majeur est la concentration d actifs dans le marché boursier en raison des possibilités d investissement limitées disponibles aux sociétés d assurance vie. Les banques détiennent largement les titres à court terme (bons du Trésor) du gouvernement, bien que des efforts soient faits pour encourager l emprunt à long terme. Par exemple, la Banque centrale a lancé des obligations à trois ans en juin Seuls 19 % de la population adulte utilisent les services bancaires et le gouvernement a proposé des mesures incitatives pour encourager les services bancaires mobiles. Alors que le passage de la législation pour créer un bureau de crédit privé aurait dû aider à améliorer les informations sur les antécédents en matière de crédit, l accès au crédit demeure l un des défis les plus importants pour les entreprises, notamment pour les PME. Il existe toujours des écarts dans le secteur qui n est pas suffisamment concurrentiel. Les écarts sur les prêts bancaires et les dépôts sont très larges et ne réagissent pas aux instruments de politique monétaire. Dans l indice sur la facilité de faire des affaires pour 2012, le classement du Malawi sur l obtention d un crédit est descendu de 116 en 2011 à 126. Public Sector Management, Institutions & Reform Le Malawi dispose d un système de gouvernement tripartite exécutif, législatif et judiciaire. Les institutions et les pratiques sont en place pour la prestation de services au niveau national et à un niveau inférieur (sousnational) pour la plupart et il existe des cadres législatifs pour les soutenir. Un cadre juridique pour garantir les droits de propriété est disponible, et le nombre de procédures d enregistrement de propriétés est similaire aux moyennes d Afrique subsaharienne. Cependant, alors que la base juridique est disponible et relativement solide, il existe des faiblesses majeures en ce qui concerne le temps et le coût de l application. Le bureau du Président et Cabinet (OPC) est chargé de coordonner la réforme des politiques. Cependant, il a une capacité limitée de concevoir des politiques efficaces, des directives et des instructions, ou de les mettre en œuvre. De plus, l administration publique est de plus en plus caractérisée par la dominance des hommes politiques sur la fonction publique, affectant ainsi l efficacité de la gouvernance. Le gouvernement a modifié la loi de 1998 sur les gouvernements locaux et la Constitution en 2010 afin de reporter les élections à Depuis 1992, le Malawi a tenu une seule fois des élections des gouvernements locaux. La Direction de la gestion des services publics (DPSM) est chargée de la politique globale de la gestion des ressources humaines et tire son mandat de la loi sur la fonction publique de Tous les employés doivent se conformer aux règlements énoncés dans les instructions du Trésor mais le code de conduite éthique pour les employés de la fonction publique est faiblement contrôlé. La DPSM établit en conséquence un code de conduite et d éthique de la fonction publique, pour compléter les dispositions disciplinaires existantes. Les cadres institutionnels en matière de transparence, de responsabilité, et d anti-corruption se sont améliorés même si leur efficacité est entravée par une capacité limitée, à la fois humaine et financière. La capacité limitée est 9 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

10 évidente dans les institutions telles que la Cour de comptes (NAO), l unité centrale d audit interne (CIAU), le bureau du directeur des marchés publics (ODPP), le bureau anti-corruption (ACB), l Ombudsman et la Commission des droits de l homme du Malawi. Au cours de la dernière décennie, le Malawi s est bien positionné dans certains classements internationaux à l égard de la qualité des institutions. Par exemple, l indice Ibrahim de la gouvernance africaine a classé le Malawi 10 ème sur 53 pays en 2010 dans le respect de l État de droit. L indice mondial de la paix 2011 a classé le Malawi deuxième derrière le Botswana en tant que pays le plus pacifique d Afrique. Cependant en 2011, le pays a connu une intensification de l agitation sociale que l économie a mise sous pression. Les droits de la liberté d expression et les libertés civiles ont été mis à mal à la suite de violentes manifestations en juillet et en septembre. Natural Resource Management & Environment Il est peu probable que le Malawi atteigne les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) relatifs à la viabilité environnementale. Les principaux défis sont la dégradation continue des ressources qui s explique par la perte de la couverture forestière et la proportion élevée de la population utilisant du combustible solide comme forme d énergie près de 100 % de la population rurale et 85 % de la population urbaine. Cela a conduit à la disparition d environ 27 % des 9.4 millions d hectares de forêt du Malawi, avec près de 2.6 % perdus chaque année. Le défi est exacerbé par la croissance démographique, l insuffisance des moyens de subsistance alternatifs à l agriculture et le manque de sources d énergie alternatives abordables et fiables. Le Malawi a mis en place la loi sur la gestion environnementale de 1996 et une politique nationale de protection de l environnement (NEAP, 2004). En pratique cependant, le manque de participation communautaire dans la gestion environnementale et la gestion des ressources, l accès restreint aux moyens de subsistance alternatifs, le financement insuffisant et le manque de coordination institutionnelle rendent difficile l accomplissement de ces objectifs. Le gouvernement a tenté d améliorer la situation en offrant un financement aux agriculteurs pour planter des arbres et conserver la terre. Le programme MDGS II met la priorité sur les ressources naturelles, la gestion environnementale et le changement climatique. Political Context Le président Bingu wa Mutharika du parti démocrate-progressiste (DPP) a été réélu en 2009 pour un autre mandat de 5 ans et a formé un gouvernement majoritaire. Cependant, les problèmes économiques et de développement du pays, auxquels viennent s ajouter les préoccupations grandissantes soulevées par la société civile et les partenaires internationaux sur les problèmes de gouvernance politique et économique menacent désormais les résultats positifs obtenus par le Malawi au cours des dernières années. Les tensions ont atteint leur point culminant lors de violentes manifestations en juillet 2011 ayant entraîné des morts et endommagé les biens. Les retombées des protestations se poursuivent, avec des plaintes de harcèlement déposées contre le gouvernement et la victimisation. La situation est rendue plus difficile par la suspension de l aide des donneurs et l affrontement constant avec le FMI concernant le taux de change et le plus large le fonctionnement de l économie face à une population en croissance rapide, en particulier dans les centres-villes. Le gouvernement sera confronté à des élections en 2014, relativement lointaines, mais déjà les partis de l opposition ont commencé à lutter pour la première place. Certains observateurs estiment que si le gouvernement s isole davantage au niveau international, il devra commencer à faire des concessions aux opposants au niveau interne et surtout c est la manière dont il s acquittera de la gestion des problèmes économiques qui sera déterminante. En février 2012, le président Bingu a insisté sur le fait qu il n aboutirait pas à un compromis avec le FMI sur une dévaluation du Kwacha. 10 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

11 Social Context & Human Development Building Human Resources En termes de développement humain, il est peu probable que le Malawi atteigne les objectifs des OMD sur l éducation primaire universelle et sur l amélioration de la mortalité maternelle. Le pays devrait cependant atteindre ses objectifs sur la réduction de la mortalité infantile et sur la lutte contre le VIH, le SIDA, le paludisme et les autres maladies. Des indicateurs récents montrent une amélioration des résultats sanitaires. Selon l étude démographique et sanitaire du Malawi publiée récemment (MDHS 2010), la mortalité infantile a baissé de 76 à 66 décès pour naissances vivantes par rapport aux statistiques de Des progrès ont également été constatés dans la réduction du taux de mortalité maternelle de 984 décès pour naissances vivantes en 2004 à 635 en Malgré ces améliorations, il est toujours peu probable que le Malawi atteigne les OMD ciblés pour la mortalité maternelle. En outre, des différences persistent toujours à l égard des résultats urbains et ruraux à travers ces indicateurs. De même, dans l éducation, alors que les taux de scolarisation nets ont augmenté de 83 %, le taux pour le CM2 est de 76 % et l alphabétisation des jeunes est de 84 %, ces niveaux restent en deçà des cibles des OMD et il est peu probable que le pays atteigne l enseignement primaire universel. De plus, la fréquentation scolaire des filles est toujours en retard par rapport à celle des garçons. L un des défis visant à atteindre les objectifs de l enseignement primaire universel est que, bien que le pays applique une politique de gratuité de l enseignement primaire, les investissements adéquats en personnel ou en infrastructure sont insuffisants. Le Malawi est susceptible d atteindre les objectifs sur le traitement du VIH avec le taux de prévalence parmi les ans chutant de 12 % en 2004 à 11 % en Les décès causés par le paludisme sont passés de 4 % en 2008 à 3 % en 2010, la tuberculose a diminué de 19 % en 2005 à 8 % en 2010 car les nouveaux traitements ont prouvé leur efficacité. L amélioration du taux d incidence du VIH reflète probablement l augmentation de la sensibilisation à la maladie, une meilleure santé de la reproduction et des programmes de santé de l enfant, des diagnostics améliorés et un accès universel au traitement. Les défis demeurent à l égard du coût élevé des soins, du manque de fournitures essentielles et des problèmes sociaux-culturels et économiques. Poverty Reduction, Social Protection & Labour La stratégie de croissance et de développement du Malawi a fourni le cadre pour la réduction de la pauvreté de ces dernières années, réduisant le taux de pauvreté de 50.4 % en 2005 à 39 % en Les OMD ont identifié les différentes catégories de la population qui nécessitaient une protection sociale. Dans la lignée de son objectif de base de réduction de la pauvreté d assurer la sécurité alimentaire, 50 % du budget du gouvernement pour le secteur agricole en est alloué pour le FISP. Ces efforts ont cependant besoin d être soutenus par des améliorations de la législation. Pour ce qui concerne le travail, le Malawi a ratifié au total 29 conventions de l Organisation internationale du travail (OIT), y compris les 8 dispositions principales. Officiellement, le taux de chômage est très faible, mais cela ne reflète clairement pas l ampleur réelle du problème, étant donné, par exemple, qu une personne qui travaille une heure par semaine est considérée comme une personne avec emploi. Environ 80 % des travailleurs gagnent moins de 1.25 USD par jour. Gender Equality Le Malawi est peu susceptible d atteindre les cibles des OMD sur la promotion de l égalité hommes-femmes et sur l autonomisation des femmes. Sur les 5 cibles, il est peu probable que le pays en atteigne 3 à savoir la proportion filles-garçons à l école secondaire, l augmentation de la part des femmes dans l emploi salarié dans le secteur non agricole, et la hausse du nombre de sièges tenus par des femmes au Parlement. De plus, le pays est peu susceptible d atteindre d autres objectifs liés au genre, comme la promotion de l enseignement primaire universel et l amélioration de la mortalité maternelle. 11 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

12 Thematic analysis: Promoting Youth Employment Alors que le Malawi a enregistré une croissance économique plus forte que la plupart des pays à faibles revenus d Afrique au cours des 5 dernières années, cela n a pas été suffisant pour produire une amélioration de la situation de l emploi suffisante pour faire face à une population croissante. Le chômage des jeunes est une préoccupation majeure, avec le taux de chômage dans cette partie de la population dépassant les 57 % dans l ensemble et grimpant à plus de 70 % dans les zones urbaines. Le salaire minimum officiel est d environ 1 USD par jour. Il est difficile d établir des chiffres précis mais les données de 2008 suggèrent qu environ 3.6 % de la population active a travaillé dans le secteur privé (entreprises privées ou exploitations privées) et 3.6 % ( ) dans le secteur public. La lente croissance de l emploi est un problème majeur, le secteur formel de l économie estime être en mesure de créer seulement postes par an alors qu il y a nouveaux arrivants. Parallèlement, il y a une pénurie de la main-d œuvre qualifiée, avec près de deux tiers des jeunes demandeurs d emploi n ayant aucune qualification. Seuls 9 % peuvent prétendre au niveau de l enseignement secondaire ou de l enseignement supérieur. Le manque de main-d œuvre qualifiée est en partie dû à l incapacité du système éducatif d absorber le nombre d élèves potentiels. Par exemple, les instituts de formation techniques et professionnels peuvent prendre seulement 1 % de tous les candidats par an. Avec un ratio de 35 pour habitants, le Malawi a l un des plus faibles résultats dans le domaine de l enseignement technique dans la communauté de développement de l Afrique australe (SADC). Dans le même temps, le secteur privé se plaint que les diplômés des instituts techniques n ont pas les compétences requises à la sortie un problème dans le système éducatif au sens large. L agriculture demeure le secteur économique dominant au Malawi, en fournissant des emplois et un moyen de subsistance pour la plupart des gens. La loi rigide sur la propriété des terres, cependant, milite contre le changement et l innovation. En outre, une grande partie de l agriculture du Malawi est fondée sur le tabac, une culture qui produit généralement des emplois saisonniers à court terme. Le Malawi souffre d un manque critique d informations sur le marché du travail pour être en mesure de diriger l orientation des politiques. La dernière étude date de plus de 10 ans et la forte croissance démographique de 2.8 % rend ces chiffres complètement caducs aujourd hui. La banque africaine de développement a prévu de mener une étude sur le marché du travail en Un certain nombre d institutions gouvernementales ont des mandats qui se chevauchent, les responsabilités ne sont pas encore clairement définies et certains problèmes peuvent relever de deux structures décisionnaires, ce qui signifie qu ils ne reçoivent pas l attention ou les ressources nécessaires. Les initiatives d orientation sont lentes une politique de la jeunesse nationale a été en projet depuis 2009 alors qu une politique du travail et de l emploi est toujours en cours d élaboration. La politique économique ne fournit pas suffisamment de mesures incitatives pour l entrepreneuriat des jeunes, avec un accès au financement et à la propriété, des incitations fiscales pour la formation sur les lieux de travail et le manque de diversification économique constituent tous des obstacles au progrès. En 2011, un programme national en matière de travail décent (DWCP) a été conçu par l OIT, visant à aider le Malawi à réexaminer et à mettre à jour sa législation ainsi qu à améliorer les informations sur le marché du travail. 12 AfDB, OECD, UNDP, UNECA

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision.

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. SOURCES SOURCE Data Sources Population : Labour Force: Production: Social Indicators: United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. International Labour Organisation (ILO). LaborStat

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA Janvier 2015 Annulation de la dette extérieure pour les pays touchés par la maladie à virus Ébola ANNULATION DE LA

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT SPECIAL WARRANT LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL Pursuant to subsections 19(2) and (3) of the Financial Administration Act, the Commissioner in Executive Council hereby issues this

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉVALUER LE COÛT D ATTEINTE DE LA CIBLE 10 SUR L EAU ET L ASSAINISSEMENT Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la Cible 10 sur l eau et l assainissement A l occasion du Sommet du Millénaire

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao

Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao 1 sur 45 Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao Une approche d équilibre général Á propos du Programme de formation aux politiques de la FAO Ce programme a pour but

Plus en détail

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership:

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: Supporting policy dialogue on national health policies, strategies and plans and universal coverage Year 2 Report Jan. 2013 - - Dec. 2013 [Version

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Vers des règles budgétaires plus efficaces : Un rôle pour les conseils budgétaires?

Vers des règles budgétaires plus efficaces : Un rôle pour les conseils budgétaires? Vers des règles budgétaires plus efficaces : Un rôle pour les conseils budgétaires? Clause de non-responsabilité Les opinions exprimées dans cette présentation sont les miennes et ne reflètent pas nécessairement

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE

Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE Practitioners Handbook and Toolbox Meeting of the CEM Multilateral Working Group on Solar and Wind Energy Technologies, London, 03.05.2012

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy

Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy MPRA Munich Personal RePEc Archive Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy Jean Blaise Nlemfu Mukoko Departement d économie, Université de kinshasa, Groupe de

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Etude comparative des pratiques de l intelligence économique entre le Maroc, l Afrique du Sud et le Brésil Par: Mourad Oubrich 3 Plan de la présentation Contexte Cadre conceptuel de l IE Etude empirique

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST

LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST APPUI AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE BEI Bureau Régional Afrique de l Ouest Cotonou, 16 décembre 2014 1 1 La BEI Instruments et Conditions 2 Activité et portefeuille 3 Stratégie

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Le Micro Insurance Network

Le Micro Insurance Network Le Micro Insurance Network Seul réseau international pour la microassurance 70 membres institutionnels et 25 membres individuels dans plus de 40 pays Plusieurs Groupes de travail sur des thématiques importantes

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF DÉCRYPTECO LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF Denis Childs Responsable du Financement à Impact Positif et du Conseil Environnemental & Social, Société Générale Corporate & Investment Banking SOMMAIRE LES

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Sonatrach Headquarters 7 November 2006 Adam Shepherd, Associate, Baker & McKenzie Baker & McKenzie International is

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board 1 L élaboration de la norme IPSAS 32 Objectif : traitement comptable des «service concession arrangements»

Plus en détail

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America Wallonia-Belgium A continuous success story Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America I. ORGANISATION & STRATEGY II. FIGURES & RESULTS III.BELGIUM WALLONIA S ASSETS I. ORGANISATION

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Gestion des prestations Volontaire

Gestion des prestations Volontaire Gestion des prestations Volontaire Qu estce que l Income Management (Gestion des prestations)? La gestion des prestations est un moyen de vous aider à gérer votre argent pour couvrir vos nécessités et

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

affichage en français Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society

affichage en français Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society LIONS VILLAGE of Greater Edmonton Society affichage en français Informations sur l'employeur Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society Secteur d'activité de l'employeur *: Développement

Plus en détail

Bénin. www.africaneconomicoutlook.org

Bénin. www.africaneconomicoutlook.org Bénin 2012 www.africaneconomicoutlook.org Bénin L économie béninoise a connu une légère croissance, estimée à 3.0 % en 2011. Une tendance qui devrait se confirmer avec des projections de croissance de

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Bill 70 Projet de loi 70

Bill 70 Projet de loi 70 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 70 Projet de loi 70 An Act respecting protection for registered retirement

Plus en détail

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA Renewable Energy For a Better World Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities COMPANY PROFILE Haiti's only designer and MANUFACTURER of solar panels and solar appliances

Plus en détail

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 La question sociale globale et les migrations Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 1. Nous connaissons un moment sans précédent de victoire contre la pauvreté 2.

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 A REMPLIR

Plus en détail

Programme scientifique MUST

Programme scientifique MUST Programme scientifique MUST Management of Urban Smart Territories 03/06/2014 Claude Rochet - Florence Pinot 1 Qu est-ce qui fait qu une ville est «smart»? Ce n est pas une addition de «smarties»: smart

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

PART II - COUNTRY TABLES

PART II - COUNTRY TABLES PART II - COUNTRY TABLES PARTIE II - TABLEAUX PAR PAYS ALGERIA Item ADB / BAD COMPENDIUM OF STATISTICS Amounts in Millions of UA ADF / FAD 1967-2009 1974-2009 Total Approvals - 0.60-5.84 1 892.84 (37)

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN

PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN Présentation publique du jeudi 10 septembre, 2009 Public presentation of Thursday, September

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

LES BRIC: AU DELA DES TURBULENCES.

LES BRIC: AU DELA DES TURBULENCES. LES BRIC: AU DELA DES TURBULENCES. 27 janvier 2014 1 1)L émergence des BRIC dans les années 2000 2)Impact sur l économie mondiale 3)Le ralentissement de la croissance: facteurs cycliques et structurels

Plus en détail

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions.

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. Annexes sur l économie grecque Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. 1. L endettement des ménages 2. Le poids

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Rapport sur la Performance du Portefeuille

Rapport sur la Performance du Portefeuille 12 15 novembre 2012 Banjul, The Gambia 7ème Forum Régional des Projets financés par le FIDA Afrique de l Ouest et du Centre Rapport sur la Performance du Portefeuille Objectif à moyen terme du FIDA établi

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012 GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012-1 - Content REDUCING FLARING AND DEVELOPMENT OF GAS IN THE REPUBLIC OF CONGO REDUCTION DU TORCHAGE ET VALORISATION DU GAZ EN REPUBLIQUE DU CONGO - 2 - Content

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

HORIZON 2020. Nouveau programme-cadre de l Union européenne pour la recherche et l innovation 2014-2020

HORIZON 2020. Nouveau programme-cadre de l Union européenne pour la recherche et l innovation 2014-2020 HORIZON 2020 Nouveau programme-cadre de l Union européenne pour la recherche et l innovation 2014-2020 Nicolas Chéhanne ARII PACA - EEN France Méditerranée Panorama général des aides européennes Research,

Plus en détail

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis Cloud Computing: de la technologie à l usage final Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis ADOPTION DU CLOUD COMPUTING Craintes, moteurs, attentes et

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail