La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative"

Transcription

1 La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative 1

2 2

3 La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative {impression sur papier FSC}

4 4

5 sommaire / sommaire 1 / présentation de la coopérative le manioc le contexte la coopérative les agriculteurs les ouvriers agricoles les ouvriers du conditionnement activités complémentaires les pôles d approvisionnement les équipements la situation financière conclusion 2 / membres de la coopérative

6 6

7 1 / notre colonie 1 / Présentation de la Coopérative Le manioc Le manioc est un féculent consommé dans plusieurs pays tropicaux, dont l Afrique subsaharienne. Il est l aliment de base de 80% de la population d Afrique. Pour sa consommation, le manioc est réduit en farine ou préparé sous différentes formes, dont la Chicouangue (bâton de purée de manioc), (Kuanga) ainsi consommée en Afrique centrale. Le manioc est également la troisième source de calories dans les tropiques derrière le riz et le maïs. Comme cité précédemment, des millions de personnes, en Asie, en Afrique et en Amérique latine dépendent de ce dernier. Cultivé la plupart du temps par des familles pauvres, cet aliment est vital à la fois pour la sécurité alimentaire et comme sources de revenus. Dans ses activités, la Coopérative de Production de Chicouangue encourage la culture du manioc, qui est exploité dans sa totalité, de la feuille au tubercule. Le contexte En 2001, après avoir fait le constat sur le conditionnement inadéquat des denrées alimentaires en provenance d Afrique subsaharienne, nous avons eu l idée de reprendre certains produits traditionnels et de les adapter aux normes d hygiène et de sécurité sanitaire européennes. D où la création de BTM, qui fût la phase expérimentale de la révision du processus de fabrication et de mise en conditionnement de la Chicouangue. En 2009, Essaim (incubateur de la Chambre d économie sociale et solidaire après-ge), dans son rôle de valoriser les idées et motivations, nous a aidé à rendre ce projet viable, en nous donnant les outils nécessaires à un bon fonctionnement et à une organisation pointue. Nous avons reçu un soutien financier du Service solidarité internationale de la Ville de Genève et optenu un crédit de la Banque alternative Suisse (BAS). En 2010, après une période de prospection pour la réalisation du projet, le processus de fabrication et de mise en conditionnement de la Chicouangue a été mis en place en RDC. De juillet 2011 à ce jour, la Chicouangue est fabriquée et conditionnée aux normes d hygiène et de sécurité sanitaire européenne et exportée en Suisse. 7

8 8

9 La coopérative La coopérative de production de Chicouangue (SCPC) a été constituée en Un contrat de bail a été signé entre son représentant, M. Dédé Diangienda Biku, et la famille Biku, propriétaire des lieux, et légalisé le 11 février Le lieu de production, situé au No A/52, rue Luozi, quartier Matonge, Commune de Kalamu, Kinshasa, est opérationnel depuis le 20 août Les locaux ont dû être sécurisés contre les vols et autres déprédations. La coopérative poursuit les buts suivants : Procurer des revenus réguliers aux agriculteurs ainsi qu au personnel chargé de la fabrication des bâtons de purée de Manioc et du conditionnement. Approvisionner le marché local en produits alimentaires locaux issus de l agriculture biologique, garantissant ainsi la sécurité alimentaire et le respect de l environnement. Servir de pont culturel entre les autochtones et les populations d Afrique subsaharienne immigrées en Europe. 9

10 10

11 Les agriculteurs Mise à part, quelques exceptions, les agriculteurs sont issus de familles de paysans qui cultivent quelques hectares de manioc sur leur terre d origine pour leur propre consommation. Les surplus des récoltes sont vendus dans le but d obtenir d autres denrées alimentaires ou d autres biens de première nécessité. En les regroupant, la coopérative leur offre d augmenter leur production et leur assure la vente des surplus à un prix correct et régulier du marché. Cela assure une stabilité des revenus et une réelle possibilité d investir pour de meilleures conditions de vie. Les ouvriers agricoles Les ouvriers agricoles sont des autochtones qui travaillent temporairement chez les agriculteurs qui possèdent plusieurs hectares de terres. Certains de ces agriculteurs font partie de la coopérative et nous fournissent le surplus des récoltes. Les ouvriers du conditionnement Les ouvriers du conditionnement sont en majorité des femmes sans emploi, ni formation que l on a initié à la fabrication des bâtons de purée de manioc. Activités complémentaires En tant que grande agglomération, Kinshasa n est pas épargnée des maux d ordre économique et social que connaissent les grandes métropoles. Notre structure permet aux jeunes sans formation de suivre un cursus de formation professionnelle en emploi financé par la Coopérative. Pour continuer à développer et ouvrir la formation à plus de jeunes, un fond «formation» est nécessaire. Les pôles d approvisionnement Pour assurer une fourniture régulière de Manioc, il a été indispensable de créer différents pôles d approvisionnement dans différentes régions situées à proximité de Kinshasa. Ces derniers se trouvent à Kinsuka Lutendele (nord de Kinshasa), à Menkao Mbokapolo (plateau de Bateke au nord de Kinshasa) et à Ngombe Kinsuka Nsala (dans le bas Congo). Les équipements Dès 2001, avec des fonds propres, nous avons peu à peu acquis le matériel nécessaire pour expérimenter le processus de fabrication de bâtons de purée de manioc et l avons stocké en Suisse. Neuf ans plus tard, la viabilité du modèle d affaire étant approuvée par ESSAIM (incubateur de la Chambre d économie sociale et solidaire après-ge ) un projet a été mis en place et financé par nos fonds propres, par un don du Service solidarité internationale de la Ville de Genève et par un crédit de la Banque alternative Suisse. Ce financement nous a permis de compléter le matériel acquis depuis 2001 et d acheminer le tout en RDC. A ce jour, cet équipement composé d un malaxeur, de deux vacuums sous vide, d un filtre à eau et de deux frigos nous permet uniquement de répondre à une demande limitée. Il n est pas suffisant pour augmenter la production et ainsi, répondre à la demande locale et exporter d avantage. Pour pouvoir adapter notre production à la demande, nous devons acquérir un deuxième malaxeur capable d effectuer plusieurs opérations entrant dans la fabrication de la Chicouangue, un groupe électrogène plus conséquent, un véhicule adéquat pour le transport des récoltes, une chambre frigorifique avec une capacité de stockage importante, ainsi qu un raccordement électrique individuel qui éviterait des coupures de courant régulières. 11

12 12

13 La situation financière Apports initiaux Affectation des fonds Somme CHF Prêt privé 1 Fonds, machine et matériels estimé Prêt privé 2 Financement voyage, préparation et rajout matériel Prêt privé 3 Financement, transport matériel, port Kinshasa et frais manutention Prêt privé 4 Financement complément frais de rénovation des locaux Prêt privé 5 Financement des achats en produit brut Service de la Solidarité internationale Matériel et rénovation Crédit de la Banque Alternative Fond de roulement Total Ces apports nous ont permis de mettre sur pied le projet, de démarrer la production et de terminer la phase réalisation. Les fonds nécessaires pour l exploitation du projet ou fond de roulement ont été principalement absorbés par ces frais liés à la réalisation. Afin de concrétiser l exploitation, il est nécessaire d augmenter la production et d atteindre l objectif de production mensuelle de pièces de bâtons de purée de manioc. Aujourd hui donc, les recettes nous permettent d assumer le paiement des recoltes aux agriculteurs, les salaires des ouvriers de conditionnement et les frais de l exploitation. Elles ne nous permettent pas de développer nos activités de manière à produire d avantage pour répondre à la demande tant local qu étrangère. L augmentation de notre production artisanale est liée aussi à l engagement d un nombre plus conséquent de femmes, qui, dans la situation économique actuelle, sont pour la majorité d entre elles, des piliers sur lesquelles reposent leurs familles. Afin de consolider la structure mise en place et de garantir une production mensuelle de pièces, trois éléments essentiels ont été identifiés. Il s agit : 1 d acquérir un deuxième malaxeur, 2 d acquérir un groupe électrogène capable d alimenter les installations lors de coupures d électricité très fréquentes, 3 d acheter un véhicule tout terrain, indispensable pour l acheminement de la matière première de la plantation au laboratoire. Ceci résoudrait un des problèmes majeurs d évacuation des récoltes que connaissent les paysans et la coopérative, 4 d acquérir une chambre frigorifique pour la conservation du produit du fait de l augmentation de la production. Conclusion L innovation, réalisée au niveau de la production, mérite à elle seule de continuer l aventure. L attention portée à la création et le maintien d emplois pour les paysans (producteur de manioc), à l engagement prioritaire de femmes cheffes de famille (ouvrières dans la préparation et le conditionnement du manioc) ainsi qu à l encadrement des jeunes dans leur apprentissage, pousse cette aventure à relever un formidable défi, celui de contribuer à l éveil en RDC d une production éthique et responsable. 13

14 14

15 15

16 16

17 3/ Membres de la Coopérative 1. Madame Lusongadio Biku Lina de nationalité Congolaise, né à Kinshasa le 9 janvier Residant à Kinshasa A/52 Luozi Matonge Kalamu. 2. Madame Lumuenidio Kimbangu Sidonie de nationalité Congolaise né le 14 juin 1956 à Kinshasa. Résidant à Ngombe Kinsuka, territoire de Mbanza ngungu, district de Cataractes, province du Bas-Congo. 3. Madame Kalukatukiko Angélique de nationalité Congolaise née à Kinshasa le 30 décembre Résidant à Ngombe Kinsuka, territoire de mbanza ngungu, district de Cataractes, province du Bas-Congo. 4. Madame Kimasi Matondo Mimi de nationalité Congolaise née à Matadi le 10 avril Résidant à Kinshasa 54 avenue Biabu, quartier Adoula, commune de Bandalugwa. 5. Monsieur Manda Kwadeba Jean de nationalité Congolaise, né à Kinshasa le 19 mars Résidant à Kinshasa 54 avenue Biabu, quartier Adoula, commune de Bandalugwa. 17

18 18

19 nous contacter : Représentant délégué de la coopérative : Philippe Biku 8, chemin Frisco, 1208 Genève, tél / /

20 20

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Définition de la souveraineté alimentaire par La Via Campesina

Définition de la souveraineté alimentaire par La Via Campesina Définition de la souveraineté alimentaire par La Via Campesina Forum suisse souveraineté alimentaire Berne, 3 novembre 2009 Valentina Hemmeler Maïga, Uniterre 1 La Via Campesina La Via Campesina est un

Plus en détail

Optimiser le dispositif des AMM

Optimiser le dispositif des AMM Avril 2010 RECONNAISSANCE MUTUELLE EUROPEENNE Optimiser le dispositif des AMM Légumes de France Légumes de France : Syndicat national majoritaire des producteurs de Légumes de France. Représente l ensemble

Plus en détail

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy Marché de restauration collective Vandoeuvre les Nancy Mise en place du nouveau marché Public concerné par le marché Cantines Scolaires Foyer des Personnes Agées Portage à domicile Choix politique des

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Un projet novateur en Suisse, inspiré des bonnes pratiques internationales, en lien étroit avec les autres acteurs publics

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu Fiche technique 1.1 Étude de faisabilité page 1 Nous savons qu il y a une abondance de connaissances et de savoir-faire à la portée de chaque communauté agricole, agroalimentaire et rurale franco-ontarienne.

Plus en détail

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural 2012 Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Les coopératives jouent un rôle

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Best practice. Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall. pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage.

Best practice. Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall. pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage. Best practice Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage Sommaire 1 Quelques aires exemplaires 2 Procédure pour la création de nouvelles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes

DOSSIER DE PRESSE. En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes DOSSIER DE PRESSE SIFCA au Salon International de l Agriculture de Paris Du 21 Février au 01 er mars 2015 En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes 1 Le palmier à huile

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

PROJET AFRIQUE AGRI INDUSTRIE (2AI)

PROJET AFRIQUE AGRI INDUSTRIE (2AI) PROJET AFRIQUE AGRI INDUSTRIE (2AI) EXPOSÉ RÉSUMÉ DU PROJET Description du projet et de l activité Afrique Agri Industrie CI (2AI-CI) est une jeune PME qui a pour objet principal l exportation de noix

Plus en détail

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 LE SOMMAIRE EXÉCUTIF DE MON PROJET D AFFAIRES préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 Téléphone : 450 834-5222 Sans frais

Plus en détail

Devenir maraîcher en Picardie

Devenir maraîcher en Picardie Devenir maraîcher en Picardie Vous envisagez une reconversion professionnelle en agriculture, Vous voulez créer, reprendre une entreprise ou vous associer, Venez tester votre projet dans un cadre sécurisé.

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale

Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale ---------------------------------------------------------------------------------------------------- Programme de Promotion de Coton Biologique

Plus en détail

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE Une personne vulnérable est une personne dotée de ressources ou non et qui vit

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014 concernant l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne Au Conseil communal de Lutry Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Plus en détail

Title of presentation

Title of presentation Title of presentation Guy-Robert LUKAMA, Administrateur délégué, Ashanti Goldfields Kilo (AGK),Ituri, République Démocratique du Congo Le projet Mongbwalu, un catalyseur d investissement à long terme en

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

Introduction. A quelles conditions les scenarios proposés sont-ils possibles? Seul le scenario 1 semble acceptable Conditions pointées par L.

Introduction. A quelles conditions les scenarios proposés sont-ils possibles? Seul le scenario 1 semble acceptable Conditions pointées par L. 31 Janvier- MAAPRAT Centre d Etude et de Prospective Paris Obstacles à la mise en culture générale des terres disponibles à partir d exemples Ouest-Africains Contributions au séminaire "Terres cultivées,

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

S T A T U T S. Le Projet Faim Suisse

S T A T U T S. Le Projet Faim Suisse S T A T U T S Le Projet Faim Suisse Préambule Le Projet Faim Suisse est une association indépendante avec siège en Suisse. Elle utilise les cotisations de ses membres, les contributions bénévoles de ses

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie

Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie Signature de l accord-cadre sur les pesticides utilisés par des professionnels en zones non agricoles Mesdames et Messieurs Je suis

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation Mur des préjugés Idée reçue Réalité Argumentation 1 Une idée reçue très courante consiste à croire que les gens souffrent de la faim seulement en situation de famine ; or derrière le mot faim se cache

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE

OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE Monsieur le Ministre, Madame la Présidente du Comité organisateur, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

souveraineté alimentaire

souveraineté alimentaire Pour la souveraineté alimentaire L agriculture nous concerne toutes et tous. Définition : La souveraineté alimentaire est le droit des populations à définir leur politique agricole et alimentaire. Elle

Plus en détail

Fabrication de confitures de dattes : organisation et communication Coopérative Agricole AFRA

Fabrication de confitures de dattes : organisation et communication Coopérative Agricole AFRA Septembre 2010 Fabrication de confitures de dattes : organisation et communication Coopérative Agricole AFRA Douar TAOURIRT, TATA Présentation de projet, AG, JBC Le projet de la coopérative agricole Afra

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL

PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : UNE PRÉSENTATION À L INTENTION DES GOUVERNEMENTS D ACCUEIL Arrière-plan et objectifs Atelier de formation, le 4 novembre 2014 Montreux, Suisse Les zones

Plus en détail

Autoconsommation d énergie photovoltaïque

Autoconsommation d énergie photovoltaïque Autoconsommation d énergie photovoltaïque Principe et intérêt de l autoconsommation de l électricité photovoltaïque Atelier technique PV-NET Mardi 3 décembre 2013 Marc Niell Ingénieur chargé d affaires

Plus en détail

Rapport positionnement MW Line

Rapport positionnement MW Line Rapport positionnement MW Line Notre client est la société MW Line qui doit être en mesure de proposer un modèle stable et présentant une location acceptable pour que l affaire puisse se concrétiser (développement

Plus en détail

PRESENTATION SOMMAIRE DE NOTRE PROJET «VILLE VERTE»

PRESENTATION SOMMAIRE DE NOTRE PROJET «VILLE VERTE» PRESENTATION SOMMAIRE DE NOTRE PROJET «VILLE VERTE» FINAXO ENVIRONNEMENT est une société impliquée dans la recherche et le développement de nouvelles technologies pour répondre aux problèmes actuels concernant

Plus en détail

Responsable Ressources Humaines, Finances et Logistique

Responsable Ressources Humaines, Finances et Logistique Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus»

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus» DESCRIPTION DU POSTE Titre du poste Sous les ordres du Responsabilités opérationnelles Site Grade et niveau Salaire mensuel Durée du contrat Coordinateur/coordinatrice des opérations Directeur pays Encadrement

Plus en détail

Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS. Évaluation de l exploitation agricole

Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS. Évaluation de l exploitation agricole Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS Évaluation de l exploitation agricole Dernière mise à jour : le 3 novembre, 2006 Le Programme canadien d options pour les

Plus en détail

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional et ainsi créer de l emploi Développer l agriculture à taille humaine et durable Développer la production alimentaire

Plus en détail

MODELE PLAN D AFFAIRES

MODELE PLAN D AFFAIRES MODELE PLAN D AFFAIRES NOM DE L ENTREPRISE : MUNICIPALITÉ : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : COURRIER ELECTRONIQUE : TABLE DES MATIÈRES Module 1 : Projet d entreprise Module 2 : Promoteur(s) & gestion Module

Plus en détail

Province de Québec Municipalité de Saint Samuel Mardi, le 7 mai 2013

Province de Québec Municipalité de Saint Samuel Mardi, le 7 mai 2013 Province de Québec Municipalité de Saint Samuel Mardi, le 7 mai 2013 Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil municipal, tenue mardi, le 7 mai à 19h00 au 140, rue de l Église à Saint Samuel. Sont

Plus en détail

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS. Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS. Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013 PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013 Table des matières NMB en bref Structure du service agrinégoce Contexte agricole en Tanzanie Approche de NMB du

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Groupe de travail «Dynamiser la prévention»

Groupe de travail «Dynamiser la prévention» Plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux Groupe de travail «Dynamiser la prévention» 15 octobre 2014 Réunion du 15 octobre Déroulement de la réunion : - Don alimentaire

Plus en détail

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Synthèse des conclusions Décembre 2009 avec le soutien du Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille,

Plus en détail

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs Note conceptuelle de la conférence PQIP/DCTP de Kigali sur «Encourager l investissement des pays dans l acquisition des compétences des formateurs et entrepreneurs» Introduction La conférence de Kigali

Plus en détail

FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES

FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES Améliorer la nutrition grâce aux jardins potagers 45 FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES OBJECTIF A la fin de cette session, les agents de terrain devront être

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire)

L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire) L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire) Partenaires : Un opérateur engagé dans la production et la commercialisation de briquettes de biocharbon à partir

Plus en détail

LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE

LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE QUESTION 1 : MONTRER QUE LA CULTURE DU SOJA EST UNE AGRICULTURE MODÉRÉE ET MÉCANISÉE. La culture du soja est une agriculture moderne et mécanisée car sur l image du document

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice Loi n 022/2008 Portant Code Agricole en République Gabonaise. L Assemblée Nationale et le Sénat ont délibéré et adopté ; Le Président

Plus en détail

THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS

THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS 1 THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS A. Les avantages B. Les rémunérations C. La sécurité 2 2 Un secteur qui recrute Les Travaux Publics ont besoin

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES. Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES. Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda PRÊTS AUX COOPÉRATIVES AGRICOLES Maina Ndirangu Responsable agrinégoce CO-OPERATIVE BANK OF KENYA AgriFin-Conférence-Ouganda Qui est la Co-opBank? Démarrée par des coopératives de commercialisation agricoles

Plus en détail

Études de bachelor en agronomie Agriculture internationale

Études de bachelor en agronomie Agriculture internationale Études de bachelor en agronomie Agriculture internationale Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL Des études porteuses d avenir Croissance urbaine, modification des habitudes

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Adoptée par le Conseil de la Ville de Trois-Rivières le 14 décembre 2015 au moyen de la résolution n C-2015-1357 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 1 1. Projets et secteurs

Plus en détail

International Featured Standard. Champs obligatoires à compléter dans le rapport d audit IFS

International Featured Standard. Champs obligatoires à compléter dans le rapport d audit IFS International Featured Standard Champs obligatoires à compléter dans le IFS Champs obligatoires à compléter dans le IFS Avril 2009 Préface Les exigences suivantes, à compléter de manière systématique par

Plus en détail

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 1 RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 Les consultations Régionales sur la Réactualisation de la

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

ANNEXE 1 Profil de projet d'investissement (Résumé)

ANNEXE 1 Profil de projet d'investissement (Résumé) ANNEE 1 Profil de projet d'investissement (Résumé) Titre du projet: ETUDE DE FAISABILITE D UN PROJET D ATELIER DE PRODUCTION DE TETILE ARTISANAL DU MALI Projet No. 1. Résumé du projet: -Objet Le projet

Plus en détail

UNIVERSITE DU BURUNDI

UNIVERSITE DU BURUNDI UNIVERSITE DU BURUNDI EVALUATION DE L IMPACT DE L INNOVATION DES PETITES PARCELLES DANS LA MULTIPLICATION RAPIDE DES SEMENCES DE POMME DE TERRE : cas des communes Mugongo- Manga et Muruta. Par NIYOYANKUNZE

Plus en détail

RÔLES DES ETATS DANS LE PROCESSUS DE CERTIFICATION DES CONCESSIONS FORESTIERES DANS LE BASSIN DU CONGO: Cas du Congo-Brazzaville

RÔLES DES ETATS DANS LE PROCESSUS DE CERTIFICATION DES CONCESSIONS FORESTIERES DANS LE BASSIN DU CONGO: Cas du Congo-Brazzaville MADRID +5 COMMERCE RESPONSABLE DES PRODUITS FORESTIERS SEMINAIRE INTERNATIONAL : GESTION DES FORETS COMME OUTIL DE COOPERATION ET DE DEVELOPPEMENT RURAL EN AFRIQUE CENTRALE RÔLES DES ETATS DANS LE PROCESSUS

Plus en détail

Objectif Coopération territoriale européenne France-Italie (Alpes) 2007-2013

Objectif Coopération territoriale européenne France-Italie (Alpes) 2007-2013 Objectif Coopération territoriale européenne France-Italie (Alpes) 2007-2013 17 Avril 2014, Cahier des charges pour la création d un packaging pour une gamme cosmétique pilote à la rose centifolia du pays

Plus en détail

PLUS DE 180 FORMATIONS AUX MÉTIERS DES SERVICES DE L AGRICULTURE ET DE LA NATURE

PLUS DE 180 FORMATIONS AUX MÉTIERS DES SERVICES DE L AGRICULTURE ET DE LA NATURE A B C D PLUS DE 180 FORMATIONS AUX MÉTIERS DES SERVICES DE L AGRICULTURE ET DE LA NATURE E FORMATION SCOLAIRE OU PAR APPRENTISSAGE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE LA FORCE D UN RÉSEAU D ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation durable Présenté par : CHALHOUB Habib Directeur de thèse : P. BELOT Robert Co-encadrante : Mme

Plus en détail