Etats-Unis. Le QE en 10 questions. 1. A quoi sert le Quantitative Easing (QE)? 2. Le Quantitative Easing (QE) est-il efficace?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etats-Unis. Le QE en 10 questions. 1. A quoi sert le Quantitative Easing (QE)? 2. Le Quantitative Easing (QE) est-il efficace?"

Transcription

1 Recherche économique et stratégies d'investissement Etats-Unis 19 novembre 2010 Etude Pierre-Olivier Beffy Le QE en 10 questions Amélie de Montchalin Jean-Baptiste Pethe Alors que le débat sur l utilité du Quantitative Easing américain s intensifie, tant dans les pays émergents qu aux Etats-Unis, nous revenons en 10 questions sur cet outil de politique monétaire non conventionnelle. 1. A quoi sert le Quantitative Easing (QE)? 2. Le Quantitative Easing (QE) est-il efficace? 3. Pourquoi la Fed a-t-elle annoncé une nouvelle vague de QE? 4. Doit-on s attendre à davantage de QE? 5. Quelles sont les conséquences du QE sur les marchés? 6. Quelles en sont les conséquences sur l inflation? 7. Quels en sont les effets à moyen terme sur le dollar? 8. Quelles sont les conséquences du QE pour les autres pays développés? 9. Quelles sont les conséquences du QE pour les pays émergents? 10. La dynamique mondiale est-elle instable? Please refer to important disclosures at the end of this report.

2 1. A quoi sert le Quantitative Easing (QE)? Les objectifs du QE sont multiples et dépendent des difficultés de l économie. Le premier objectif, essentiel, est d assurer la stabilité du système financier en fournissant les refinancements de court terme nécessaires lors d une crise de liquidité. Toutes les banques centrales des pays développés ont agi ainsi après la crise de confiance qui a succédé à la faillite de Lehman Brothers et qui a bloqué les marchés interbancaires. La BCE continue de jouer ce rôle en achetant des obligations d Etat de pays fragiles pour stabiliser les marchés de la dette. Le deuxième objectif est de contourner la contrainte de positivité des taux courts : en achetant des titres de maturité relativement longue, la banque centrale renforce la baisse des taux longs et soutient davantage l économie. Plus techniquement 1, l augmentation du bilan des banques centrales repousse les perspectives de hausse de taux court et fait ainsi baisser toute la courbe des taux nominaux. En outre, les investisseurs réagissent à cette politique d achat en ajustant le risque de duration 2 de leur portefeuille, conduisant ainsi à une réduction des primes de risque. Une étude de la Fed montrait par exemple que le QE1 a réduit par ce dernier effet les primes de risque d environ 30 à 100bp. Le troisième objectif, lié en partie au deuxième, est d abaisser les taux réels : le QE permet de maintenir les taux nominaux à des niveaux faibles, tout en soutenant les perspectives d inflation à moyen-terme (cf. graphique 1). L impact à court terme n est pas de relancer le crédit privé, mais de limiter l effet du désendettement sur les revenus des ménages, des banques et des entreprises. A plus long terme, l abaissement du coût du capital met en place les conditions d une nouvelle vague d investissements et d innovation qui permettra de passer d une économie tirée par la dette à une économie tirée par les gains de productivité. Enfin, la baisse des taux réels aide l Etat à se financer, un QE prolongé pouvant même être considéré une politique budgétaire implicite. Graphique 1 : Les taux réels sont à des niveaux très bas aux Etats-Unis Taux réels sur le marché des TIPS (%) (1.0) Source : Bloomberg 10 ans 5 ans 1 Cf. flash Le Quantitative Easing a déjà commencé du 8 octobre La Fed réduit le risque de duration en achetant des obligations longues financées par des réserves bancaires de courte maturité 2 Etats-Unis

3 2. Le Quantitative Easing (QE) est-il efficace? L exemple du Royaume-Uni montre que même dans un pays où les ménages sont particulièrement endettés, l activité économique et le marché de l emploi peuvent bénéficier d une relance monétaire ambitieuse. Le marché de l emploi y a beaucoup mieux résisté qu aux Etats-Unis, avec un taux de chômage qui n a pour l instant pas dépassé 8,0 %. Or, c est le pays qui a le plus monétisé sa dette publique (près de 14 % de PIB), abaissant le plus significativement ses taux réels et améliorant ainsi les conditions financières de l économie (graphiques 2 et 3). Graphique 2 : Le Royaume-Uni a le plus significativement abaissé ses taux réels Taux réels* selon la maturité (calculés en déflatant les taux nominaux de l inflation sous-jacente) 2% 1% 0% (1%) (2%) (3%) (4%) Source : Exane BNP Paribas Allemagne France Royaume-Uni Italie Espagne Etats-Unis Graphique 3 : La baisse des taux réels est une détente des conditions financières Indice de conditions financières (impact en point de PIB) (2.0) (4.0) (6.0) Etats-Unis Royaume-Uni Zone euro Japon Source : Exane BNP Paribas 3 Etats-Unis

4 Aux Etats-Unis, la baisse des taux hypothécaires n a pas permis de véritablement relancer le marché immobilier mais a tout de même joué positivement. D une part, elle a permis une vague de refinancement qui a conduit à une baisse des charges d intérêt (graphique 4). On estime ainsi que la baisse des taux depuis fin 2008 a redonné plus d un point de revenu aux ménages, soutenant le pouvoir d achat et les dépenses de consommation. D autre part, la baisse des taux hypothécaires augmente la capacité d achat immobilier des ménages, ce qui contribue à soutenir les prix immobiliers (graphique 5). La poursuite de l abaissement des taux réels aux Etats-Unis devrait donc finir par stimuler l emploi et l activité économique. Graphique 4 : Vague de refinancement hypothécaire aux Etats-Unis Indice de refinancement hypothécaire vs. taux hypothécaire Feb 07 Feb 08 Feb 09 Feb Indice de refinancement hypothécaire (-G) Taux hypothécaire (%, -D) Source : MBA Graphique 5 : La baisse des taux soutient les prix immobiliers Capacité d achat immobilier et prix immobiliers Indice de capacité d'achat immobilier Indice de prix immobilier CoreLogic Source : NAR, Corelogic 4 Etats-Unis

5 3. Pourquoi la Fed a-t-elle annoncé une nouvelle vague de QE? Cet été, deux éléments ont déclenché la réaction de la Fed : une inflation sous-jacente inférieure à 1 % en glissement annuel (cf. graphique 6) et la révision à la baisse des prévisions d inflation par la banque centrale pour Dès lors, Ben Bernanke a commencé à préparer les marchés à une intervention éventuelle, d autant que les peurs d un scénario à la Japonaise se faisaient plus pressantes. Les anticipations d inflation avaient en effet atteint un point bas depuis avril Graphique 6 : Inflation sous-jacente trop basse pour la Fed Inflation sous-jacente (glissement annuel, %) Core CPI Core PCE Source : BLS, BEA Les surprises économiques positives, telles que la hausse de l ISM non manufacturier en octobre, ou encore le redressement des prix de production, n ont pas dissuadé la Fed d agir en novembre pour deux raisons. D abord, car la Fed a été obligée de répondre aux attentes qu elle avait elle-même suscitées. Ensuite, et plus fondamentalement, car la Fed juge que le risque principal est celui d un régime d inflation faible ou négative dont il est très difficile de sortir. En agissant de manière préemptive, la Fed veut minimiser ce risque même s il ne constitue pas le scénario le plus probable au vu de l environnement économique actuel. 4. Doit-on s attendre à davantage de QE? Cela est probable à moyen terme. L économie américaine vient d entrer dans une période de 5 à 10 ans où le secteur privé se désendette (ménages et système financier essentiellement). Comme il deviendra inévitable d ancrer la crédibilité de la politique budgétaire, la seule arme durablement à disposition des Etats-Unis est l expansion monétaire. Le critère déterminant pour l extension ou l arrêt du QE sera les perspectives d inflation. La zone de confort d inflation sous-jacente de la Fed se situe entre 1,5 % et 2 %. L objectif d inflation est en pratique plus important que l objectif d emploi, même si la Fed a les deux mandats dans ses statuts. En effet, car le niveau de chômage structurel est difficile à estimer en temps réel ce fut l une des causes du problème inflationniste des années En outre, car les modèles néo-keynésiens, dont Ben Bernanke est un spécialiste, montrent que la stabilité des prix est une condition suffisante pour l optimisation de l activité. 5 Etats-Unis

6 Que l on juge l output gap élevé (pas de destruction de potentiel par la crise) ou la croissance potentielle durablement affaiblie par le désendettement (destruction de potentiel en niveau et en croissance) ne change d ailleurs pas fondamentalement la conclusion. Dans le premier cas, la stimulation monétaire doit être forte pour rapprocher l économie de son potentiel. Dans le second cas, le taux d intérêt d équilibre, i.e. celui qui permet d augmenter le rythme d inflation, est durablement affaibli. 5. Quelles sont les conséquences du QE sur les marchés? A horizon 12 mois, nous pensons que les marchés d actifs risqués devraient bénéficier du QE. D une part, le QE améliore les perspectives de croissance mondiale en abaissant le coût réel du capital. D autre part, la faiblesse des taux réels soutient la valorisation des cash flow actualisés. Les marchés émergents vont être en particulier soutenus par les afflux de capitaux, même si une certaine discrimination est nécessaire entre pays émergents. Les matières premières bénéficieront d une croissance mondiale soutenue, et d un attrait spéculatif lié aux peurs inflationnistes. De son côté, le marché obligataire pourrait être temporairement décorrélé du marché action. Cette situation est typique d une période d assouplissement monétaire dans un cycle de capitaux où la prime de risque est déflationniste 3. A ce stade, l évolution des taux et des marchés paraît similaire à celle de mars-avril 2009 (cf. graphique 7). Graphique 7 : Les phases d annonce de QE soutiennent les taux et les marchés actions S&P 500 et taux 10 ans américain (%) QE 1 QE Jan 07 Jul 07 Jan 08 Jul 08 Jan 09 Jul 09 Jan 10 Jul S&P 500 (-G) Taux 10 ans (-D, %) Source : Exane BNP Paribas 6. Quelles en sont les conséquences sur l inflation? D un point de vue purement monétariste, le QE se traduit par une augmentation très forte des réserves bancaires, qui font partie de la base monétaire (M0). Depuis le début de la crise, la base monétaire est passée d USD 800Mds à environ USD 2000Mds. Elle devrait atteindre USD 2600Mds en juin prochain si le QE est mené à son terme selon le programme annoncé. En revanche, la masse monétaire, telle que mesurée par M2, n a pas vraiment déviée de sa trajectoire initiale (graphique 8), car la réduction de la dette privée constitue une destruction monétaire. Comme la demande de crédit privé devrait rester atone à moyen terme, nous écartons le risque d une crise inflationniste (portée par la hausse des salaires) dans les pays développés dans les prochaines années. 3 Cf. étude Rallye obligataire, taux réels et marchés actions du 20 août Etats-Unis

7 En outre, rappelons que la relation entre l inflation et l évolution de la masse monétaire est très lâche. Elle se détecte relativement bien dans les cas extrêmes (forte déflation, hyperinflation). Mais dans le cas d une inflation modérée, l évolution des agrégats monétaires ne permet pas de prévoir l inflation précisément. Enfin, une forte augmentation des prix des matières premières constituerait une hausse de l inflation seulement temporaire selon nous D une part, la diffusion d une hausse du prix des matières premières aux prix finaux n a cessé de diminuer depuis les années 1970 (ancrage des anticipations, réduction du poids des matières premières dans la valeur ajoutée) 4. D autre part, la hausse du prix de certains biens ne constitue qu un changement de prix relatif et non pas une pression inflationniste durable tant que les salaires ne s ajustent pas à la hausse (effets de second tour), phénomène qui est très peu probable en situation de chômage élevé et d ancrage des anticipations 5. Graphique 8 : Aucun emballement de la masse monétaire Agrégats monétaires (USD Md) 10,000 9,000 8,000 7,000 6,000 5,000 4,000 3,000 2,000 1, Base monétaire (M 0) M asse monétaire (M 2) Source : Fed 7. Quels en sont les effets à moyen terme sur le dollar? 6 Même si la guerre des changes est niée par certains, dans les faits, elle est une conséquence logique du QE. Ben Bernanke a reconnu lui-même le rôle positif d une dévaluation dans la lutte contre la déflation dans un célèbre discours 7 : Although a policy of intervening to affect the exchange value of the dollar is nowhere on the horizon today, it's worth noting that there have been times when exchange rate policy has been an effective weapon against deflation. A striking example from U.S. history is Franklin Roosevelt's 40 percent devaluation of the dollar against gold in , enforced by a program of gold purchases and domestic money creation. The devaluation and the rapid increase in money supply it permitted ended the U.S. deflation remarkably quickly. Comme beaucoup de pays émergents refusent l appréciation de leur devise ou tolèrent au mieux une appréciation très graduelle, le QE met la pression sur les monnaies des pays sans véritable stratégie de change, comme l Euro, le Real ou le Rand. 4 Par exemple, une hausse durable de 10 % du prix de matières premières agricoles ne s est traduite que par une hausse de 1-1,3 % des prix alimentaires finaux dans les années La forte hausse des matières premières serait elle-même temporaire selon nous, voir question 10 6 Voir aussi pour plus de détails notre étude Sept questions sur la guerre des changes du 15 octobre Deflation: Making Sure It Doesn t Happen Here, B. Bernanke, 21 novembre Etats-Unis

8 Au sein des pays développés, il y a une limite à l appréciation à moyen terme de l euro par rapport au dollar. En effet, une trop forte appréciation de la monnaie européenne conduirait à une réduction des perspectives de croissance et d inflation en zone euro. D après nos estimations, une baisse de 10 % du dollar effectif réduit la croissance de plus de 0,5 point sur deux ans et réduit l inflation de près de 0,2 point. Cela constituerait dans un second temps une force de rappel sur l euro (graphique 9). Cette force de rappel est d autant plus probable que l affaiblissement des perspectives de croissance en zone euro pourrait remettre en cause la crédibilité de la consolidation budgétaire de ses pays membres. Au final, la situation de dévaluations concurrentes devrait conduire à une volatilité accrue des changes des économies développées. Si l euro peut être amené à s apprécier fortement, il ne pourra rester durablement surévalué. Graphique 9 : La réaction des changes n est pas synchrone Modération salariale en Europe Dévaluation brutale et volontaire de l USD et du GBP Dévaluation progressive de l EUR Source : Exane BNP Paribas 8. Quelles sont les conséquences du QE pour les autres pays développés? Le QE, comme toute autre forme d assouplissement monétaire des Etats-Unis, exerce une pression baissière sur la valeur du dollar. Or la plupart des pays développés misent sur les exportations pour stimuler leurs économies dans un contexte de demande domestique faible. Le risque est donc de voir une montée des tensions protectionnistes dans les prochaines années. Comme dans les années 1930, les pays qui ne pourront (ou ne voudront) dévaluer leur monnaie auront tendance à recourir à un protectionnisme plus traditionnel (graphique 10). Graphique 10 : Corrélation entre protectionnisme monétaire et protectionnisme douanier dans les années 1930 Evolution en log (1 + évolution droit douane) (0.05) Jap GB Arg Rus Por USA Dan Nor Afr Sud Suè Can Pas de dévaluation Aut Belg Tché Ita All Sui Fr PaysB Pol Hong Taux de change en 1935 (1929 = 100) Source: Eichengreen et Irwin 8 Etats-Unis

9 En outre, une divergence entre les tendances d inflation pourrait s opérer à plus long terme (une fois le secteur privé désendetté dans 5 à 10 ans). Les pays qui ont été plus agressifs dans la dévaluation, Etats-Unis et Royaume-Uni notamment, pourraient accepter un taux d inflation un peu plus élevé pour aider la sortie du régime de désendettement. A l inverse, la BCE devrait contrer toute hausse de l inflation, y compris celle d origine importée comme en Quelles sont les conséquences du QE pour les pays émergents? Plusieurs modèles coexistent dans le modèle émergent. Les pays asiatiques comme la Chine choisissent de ne pas laisser apprécier leurs devises pour préserver notamment une balance courante positive et financer ainsi leurs efforts en investissement de capacité et d infrastructure. Sans contrôle strict des capitaux, ces pays n ont plus l autonomie de leur politique monétaire et risquent une dérive inflationniste et/ou une mauvaise allocation de capital (triangle d incompatibilité de Mundell). Une plus grande liberté de circulation des capitaux sortants et un investissement davantage orienté vers les actifs risqués seraient sans doute des options pour ces pays. Cela leur permettrait de recycler leurs réserves monétaires tout en accélérant le transfert de technologie 8. D autres pays, comme le Brésil, laissent flotter leur monnaie et sont confrontés à un renchérissement marqué de leur change. Les contrôles de capitaux instaurés jusqu à présent n ont pas permis d enrayer l afflux de hot money. Le risque est de voir la balance commerciale se détériorer et, si la politique budgétaire n est pas assez contracyclique, de voir s installer pour longtemps des déficits jumeaux (budgétaire et balance courante). Cette situation, si elle est durable, porte les germes d une crise de change. 10. La dynamique mondiale est-elle instable? L absence de rééquilibrage mondial rapide ne permet pas aux pays développés de sortir de la crise par les exportations. Dans ce contexte, le QE est nécessaire pour éviter que les pays développés ne sombrent dans une déflation à la japonaise. Il a donc une conséquence stabilisatrice à court et moyen terme. Néanmoins, en l absence de progrès sur la sphère réelle (innovation, rééquilibrage), le QE est porteur d instabilité à plus long terme. Les liquidités vont rester abondantes à l échelle mondiale, ce qui pourrait favoriser une mauvaise allocation de capital (bulles, etc.). Par ailleurs, le maintien de déficits publics et courants élevés aux Etats-Unis continuera de rendre le système monétaire et financier mondial assez instable. Le risque d un scénario du crash du dollar sera donc toujours présent. 8 Toutefois, l acquisition d entreprises des pays développées ne serait pas sans provoquer des réactions protectionnistes de la part de ces pays développés 9 Etats-Unis

10 Graphique 11 : Forte croissance de la liquidité mondiale Réserves mondiales de change en % du PIB Q Q Q Q Q Q Q Source : Exane BNP Paribas Dans ce contexte, les matières premières pourraient continuer d être une classe d actifs très attractive pour les investisseurs. Difficiles à valoriser et couvrant le risque extrême d une crise du dollar, elles sont un candidat sérieux à la prochaine bulle. Si celle-ci intervenait alors que les économies développées n ont pas fini de se désendetter, elle heurterait fortement le pouvoir d achat des ménages et serait sans doute à même de faire rechuter les économies en récession. La hausse des matières premières serait alors compromise par la faiblesse de la demande finale. Au final, la dynamique mondiale nous paraît assez stable à court et moyen terme mais sujette à des ruptures qui peuvent s avérer extrêmement déstabilisantes à plus long terme. Les risques de rechute de l économie mondiale à un horizon de 3-4 ans nous paraissent donc non négligeables. 10 Etats-Unis

11 LONDON Exane Ltd 20 St. James s Street London SW1A 1ES UK Tel: (+44) Fax: (+44) / 9433 PARIS Exane S.A. 16 Avenue Matignon Paris France Tel: (+33) Fax: (+33) BRUSSELS Branch of Exane S.A. Ravenstein Brussels Belgium Tel: (+32) Fax: (+32) FRANKFURT Branch of Exane S.A. Bockenheimer Landstrasse Frankfurt am Main Germany Tel: (+49) Fax: (+49) GENEVA Branch of Exane S.A. Rue du Rhône Geneva Switzerland Tel: (+41) Fax: (+41) MADRID Branch of Exane S.A. Calle Serrano Madrid Spain Tel: (+34) Fax: (+34) MILAN Branch of Exane S.A. Via dei Bossi Milan Italy Tel: (+39) Fax: (+39) NEW YORK Exane Inc. 640 Fifth Avenue 15th Floor New York, NY USA Tel: (+1) Fax: (+1) SINGAPORE Branch of Exane Ltd 6 Battery Road #39-09 Singapore Tel: (+65) Fax: (+65) ZURICH Representative office of Exane S.A. Lintheschergasse Zurich Switzerland Tel: (+41) Fax: (+41) Localisation des analystes : L'indicatif situé devant les coordonnées téléphoniques permet de connaître à quel bureau sont rattachés les analystes : Londres R-U pour les numéros de téléphone débutant par +44; Paris, France +33; Bruxelles, Belgique +32; Frankfort, Allemagne +49; Genève, Suisse +41; Madrid, Espagne +34; Milan, Italie +39; New York, Etats-Unis +1; Singapour +65; Zurich, Suisse +41. Exane research is also available on the website (www.exanebnpparibas.com/strategy) as well as on Bloomberg (EXAS), First Call and Reuters. Important notice: Please refer to our complete disclosure notice available on This research is produced by EXANE SA and / or EXANE LTD ( EXANE ) on behalf of themselves. EXANE SA is regulated by the "Autorité des Marchés Financiers" (AMF) and EXANE LTD is regulated by the "Financial Services Authority" (FSA). In accordance with the requirements of FSA COB R and associated guidances Exane s policy for managing conflicts of interest in relation to investment research" is published on Exane s web site (www.exane.com). Exane also follows the guidelines described in the code of conduct of the AFEI (Association Francaise des Entreprises d'investissement) on "managing conflicts of interest in the field of investment research". This code of conduct is available on Exane s web site (www.exane.com). This research is solely for the private information of the recipients. All information contained in this research report has been compiled from sources believed to be reliable. However, no representation or warranty, express or implied, is made with respect to the completeness or accuracy of its contents, and it is not to be relied upon as such. Opinions contained in this research report represent Exane's current opinions on the date of the report only. Exane is not soliciting an action based upon it, and under no circumstances is it to be used or considered as an offer to sell, or a solicitation of any offer to buy. While Exane endeavours to update its research reports from time to time, there may be legal and/or other reasons why Exane cannot do so and, accordingly, Exane disclaims any obligation to do so. This report is provided solely for the information of professional investors who are expected to make their own investment decisions without undue reliance on this report and Exane accepts no liability whatsoever for any direct or consequential loss arising from any use of this report or its contents. ANALYST CERTIFICATION: all of the views expressed in the research report accurately reflect the research analyst's personal views about any and all of the subject securities or issuers of this research report. No part of the research analyst's compensation was, is, or will be, directly or indirectly, related to the specific recommendations or views expressed by the research analyst in this research report. This report may not be reproduced, distributed or published by any recipient for any purpose. Any United States person wishing to obtain further information or to effect a transaction in any security discussed in this report should do so only through Exane Inc., which has distributed this report in the United States and, subject to the above, accepts responsibility for its contents. BNP PARIBAS has acquired an interest in VERNER INVESTISSEMENTS the parent company of EXANE. VERNER INVESTISSEMENTS is controlled by the management of EXANE. BNP PARIBAS s voting rights as a shareholder of VERNER INVESTISSEMENTS will be limited to 40% of overall voting rights of VERNER INVESTISSEMENTS.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Ce document présente une approche visant à évaluer le risque de taux d intérêt propre à chaque investissement immobilier et propose

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Septembre 2015

Lettre Mensuelle. Septembre 2015 Lettre Mensuelle Septembre 2015 Aperçu des marchés financiers Performance d Août des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire La volatilité est de retour en août et, l or et le pétrole

Plus en détail

La problématique de l exécution sur les marchés financiers

La problématique de l exécution sur les marchés financiers La problématique de l exécution sur les marchés financiers Trading, performance et optimisation Février 2006 Marlène Denize Equity Program Trading +33 1 44 95 92 74 marlene.denize@exanebnpparibas.com Charles-Albert

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Janvier 2015

Lettre Mensuelle. Janvier 2015 Lettre Mensuelle Janvier 2015 Aperçu des marchés financiers Performance de Décembre des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire Alors que le mois de décembre est traditionnellement un

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

Zurich, le 15 novembre 2011. 3 e trimestre 2011

Zurich, le 15 novembre 2011. 3 e trimestre 2011 Zurich, le 15 novembre 2011 3 e trimestre 2011 Swiss Life annonce des recettes de primes de 13 milliards de francs et de nouvelles avancées dans les secteurs opérationnels pour les neuf premiers mois de

Plus en détail

Concept & Politique d investissement

Concept & Politique d investissement Concept & Politique d investissement Exposition maximale aux par compartiment Concept & Politique d investissement Comparaison de la des compartiments Exemple @ a Top Point 33% 22% -23% -34% @ Bottom Point

Plus en détail

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC asgaard.ca p. 1 OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY

Plus en détail

Sommes-nous condamnés à subir des taux faibles jusqu à la nuit des temps?

Sommes-nous condamnés à subir des taux faibles jusqu à la nuit des temps? Sommes-nous condamnés à subir des taux faibles jusqu à la nuit des temps? Monsieur Bernard KEPPENNE Chief Economist, CBC Banque & Assurance Monsieur Philippe LEDENT Senior Economist ING Bernard Keppenne,

Plus en détail

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR La lettre de gage suisse 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR 1 Agenda Désirs d'un investisseur: Sûreté Émetteur actif, un marché liquide, bon prix 2 La lettre de gage suisse n'est pas un covered bond

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur)

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) CONDITIONS DEFINITIVES POUR LES BONS D'OPTION SUR ACTION EN DATE DU 18 NOVEMBRE 2011 Bons d'option émis par SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) Les modalités applicables aux Bons d'option figurent

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire,

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, Laure Capron BNP Paribas Securities Services Responsable FATCA France 18 septembre 014 Table

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

la décision de taux de la BCE hier n'a rien donnné de nouveau, l'impact marché était quasi nul.

la décision de taux de la BCE hier n'a rien donnné de nouveau, l'impact marché était quasi nul. FX Daily Briefing Highlights Le taux de chômage américain est attendu en hausse aujourd'hui à 9.5%, la décision de taux de la BCE hier n'a rien donnné de nouveau, l'impact marché était quasi nul. Calendrier

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise ) Veuillez suivre

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

A l'issue de sa réunion de taux aujourd'hui la BoE a maintenu le statu quo au niveau des taux et du programme de rachat.

A l'issue de sa réunion de taux aujourd'hui la BoE a maintenu le statu quo au niveau des taux et du programme de rachat. FX Daily Briefing Highlights Le dollar a franchi la barre des 1.46. Le billet vert est toujours sous pression, A l'issue de sa réunion de taux aujourd'hui la BoE a maintenu le statu quo au niveau des taux

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise )

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Paying Taxes 2010 The Global Picture

Paying Taxes 2010 The Global Picture Paying Taxes 2010 The Global Picture Introduction : Les Intervenants Philippe Durand Avocat Associé Landwell & Associés Nicolas Jacquot Avocat Associé Landwell & Associés Arnaud Chastel Avocat Associé

Plus en détail

L'indice de confiance des consommateurs américains publié aujourd'hui est attendu en hausse.

L'indice de confiance des consommateurs américains publié aujourd'hui est attendu en hausse. FX Daily Briefing Highlights Le billet vert se maintient toujours en dessous du seuil de 1.43 face à l'euro, bien que la baisse de l'indice boursier chinois ait fourni un léger soutien au yen et au dollar,

Plus en détail

Forex Equities Options

Forex Equities Options La BCE devra se battre avec la déflation Comme nous l écrivions à plusieurs reprises dans nos analyses, nous estimons que le spread FRA permet de juger de l évolution et de la juste valeur du marché des

Plus en détail

Les perspetives ternes de croissance annoncent le retour d'un climat de méfiance et d'aversion au risque sur les marchés.

Les perspetives ternes de croissance annoncent le retour d'un climat de méfiance et d'aversion au risque sur les marchés. FX Daily Briefing Highlights Les perspetives ternes de croissance annoncent le retour d'un climat de méfiance et d'aversion au risque sur les marchés. L'euro est prévu en hausse d'ici la fin de l'année.

Plus en détail

Le rôle des monnaies et des dettes souveraines dans l émergence de nouveaux équilibres mondiaux suite à la crise financière

Le rôle des monnaies et des dettes souveraines dans l émergence de nouveaux équilibres mondiaux suite à la crise financière Le rôle des monnaies et des dettes souveraines dans l émergence de nouveaux équilibres mondiaux suite à la crise financière Philippe Ledent Economic Research 08/05/2009 www.ing.com En quelques mots 1.

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

AMOEBA PAR_20150707_05322_EUR DATE: 07/07/2015. Suite à l'avis PAR_20150624_04900_EUR A - RESULTAT DE L'OFFRE AU PUBLIC

AMOEBA PAR_20150707_05322_EUR DATE: 07/07/2015. Suite à l'avis PAR_20150624_04900_EUR A - RESULTAT DE L'OFFRE AU PUBLIC CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre au public AMOEBA PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150707_05322_EUR DATE: 07/07/2015 MARCHE: EURONEXT PARIS Suite à l'avis PAR_20150624_04900_EUR A - RESULTAT DE L'OFFRE

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

BNP Paribas Investment Partners

BNP Paribas Investment Partners FOR PROFESSIONAL INVESTORS BNP Paribas Investment Partners Conférence téléphonique - Gestion obligataire Jeudi 4 juillet 2013 2 Eurozone Fixed Income Performances à fin juin 2013 Eurozone main bond indices

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Finance durable et microfinance

Finance durable et microfinance Finance durable et microfinance Résultats du sondage fait auprès d investisseurs professionnels de Suisse Romande Janvier 2014 Copyright Symbiotics 2014 1 Disclaimer This document is meant for information

Plus en détail

Des franchises récompensées

Des franchises récompensées 1 N 4 Recherche Actions en Europe 18 secteurs dans le Top 5 européen des meilleures équipes de recherche N 1 Recherche Actions sur les petites et moyennes capitalisations en Europe Meilleure société de

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

This is a preview - click here to buy the full publication RAPPORT TECHNIQUE TECHNICAL REPORT. Instrumentation des véhicules électriques routiers

This is a preview - click here to buy the full publication RAPPORT TECHNIQUE TECHNICAL REPORT. Instrumentation des véhicules électriques routiers RAPPORT TECHNIQUE TECHNICAL REPORT CEI IEC 60784 Première édition First edition 1984-12 Instrumentation des véhicules électriques routiers Instrumentation for electric road vehicles IEC 1984 Droits de

Plus en détail

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire 1 Dans les coulisses d une décision de politique monétaire Yves Longchamp Conjoncture suisse Banque Nationale Suisse Université de Fribourg le 4 mai 2007 Plan de la présentation 2 Plan de la présentation

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Financement de Projets Photovoltaïques

Financement de Projets Photovoltaïques Financement de Projets Photovoltaïques EFE 27 et 28 janvier 2010 Romain TALAGRAND Responsable du secteur électrique Financements de Projets - Europe, Moyen-Orient, Afrique Sommaire 1. Le financement de

Plus en détail

La politique monétaire dans la zone euro

La politique monétaire dans la zone euro Rubric Benoît Cœuré Membre du directoire de la Banque centrale européenne La politique monétaire dans la zone euro Paris, le 12 mars 2015 Plan Rubric Situation économique dans la zone euro Réponse de la

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

La tendance de l'eurusd est stable à baissière aujourd'hui en l'absence d'indicateurs significatifs.

La tendance de l'eurusd est stable à baissière aujourd'hui en l'absence d'indicateurs significatifs. FX Daily Briefing Highlights La BoJ a maintenu inchangés ses taux directeurs à 0.1%, La tendance de l'eurusd est stable à baissière aujourd'hui en l'absence d'indicateurs significatifs. Calendrier économique

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée Jean François Bay, Directeur Général, Morningstar France 17 novembre 2011 Conférence QuantValley Ce document est réservé aux

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire GDF SUEZ

Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire GDF SUEZ CORPORATE EVENT NOTICE: Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire GDF SUEZ PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150603_04282_EUR DATE: 03/06/2015 MARCHE: EURONEXT PARIS GDF SUEZ (l' Initiateur de l'offre)

Plus en détail

Anticipations d inflation bien trop élevées en Europe! 16 Février 2010

Anticipations d inflation bien trop élevées en Europe! 16 Février 2010 Erwan MAHÉ +33 1 53 05 57 20 réponse Allocation d'actifs et Stratégies d'options La question est plus importante que la Anticipations d inflation bien trop élevées en Europe! 16 Février 2010 Les TIPS baissent

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE

IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE CAS DES POLITIQUES MONETAIRES NON CONVENTIONNELLES (Enseignements

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

Et ce que cela implique pour le marché du crédit

Et ce que cela implique pour le marché du crédit David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom ai.com Jérôme Legras +33 1 84 17 36 10 Jerome.legras@axiom ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR CORPORATE EVENT NOTICE: Emission avec maintien du droit préférentiel de souscription, d obligations convertibles en actions ordinaires nouvelles assorties de bons de souscription d action («OCABSA») -

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015 NOTE DE CONJONCTURE DE Sommaire Internationale Page 1 nationale Page 3 La conjoncture économique internationale Un PIB mondial revu à la baisse suite à l instabilité de la situation en Europe Les prévisions

Plus en détail