Memorandum d investissement Gabonaise de la Microfinance GAMIFI SA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Memorandum d investissement Gabonaise de la Microfinance GAMIFI SA"

Transcription

1 Memorandum d investissement Gabonaise de la Microfinance GAMIFI SA Assistance technique de PlaNet Finance Advisory Services Février 2010

2 Sommaire Présentation de GAMIFI SA Le secteur de la microfinance au Gabon I. Le cadre réglementaire du Gabon: loi COBAC II. La dimension relativement limitée de l offre de microfinance III. La demande en services de microcrédit IV. La demande en services d épargne et d autres produits V. L analyse quantitative et qualitative du secteur de la microfinance B. La stratégie de développement de GAMIFI SA I. La structure de capital et la gouvernance de GAMIFI SA II. Les produits et services offerts par GAMIFI III. Les caractéristiques et méthodologies IV. La stratégie de marketing de GAMIFI V. L organigramme de GAMIFI en Janvier 2010 VI. Les procédures et outils de gestion interne VII. Le site de GAMIFI pour la visibilité VIII. Le Bilan 2009 IX. Les résultats de l étude de satisfaction des services X. Le Modèle de développement XI. Les projections financières C. Programme d assistance technique I. L appui au management de GAMIFI par PlaNet Finance II. Le Partenariat PlaNet Finance GAMIFI III. L équipe de Contrôle qualité et de supervision au siège de PlaNet Finance IV. La présentation du Groupe PlaNet Finance Synthèse des points clé pour l investisseur 22 Page 2

3 Présentation de GAMIFI SA Mission : l activité principale de GAMIFI s inscrit à long terme dans le cadre de la lutte contre la pauvreté au Gabon en facilitant l accès aux services financiers pour les microentrepreneurs et personnes à faibles revenus (exclus du système bancaire traditionnel) afin de développer leurs microentreprises. Vision : créée avec le soutien technique de PlaNet Finance Advisory Services, GAMIFI SA a pour ambition de devenir une institution professionnelle, dynamique et leader dans l offre de services financiers de proximité tout en respectant les bonnes pratiques de microfinance. Statut : afin de mieux remplir ses missions (sociale et commerciale), GAMIFI a un statut d un EMF de catégorie 2 sous forme de Société Anonyme (capital social initial de 524 millions FCFA soit ) sous le Numéro d agrément N 122/CI/09/CNC conformément au règlement n 01/02/CEMAC/UMAC/COBAC. Valeurs fondatrices : - Professionalisme et qualité des services - - Transparence - Indépendance et bonne gouvernance - Confiance - Proximité Ethique Résultats : En 2013, GAMIFI disposera de 5 grandes agences qui serviront 7916 emprunteurs actifs, épargnants pour des encours de portefeuille et de dépôt estimés respectivement à 4,4 milliards de FCFA ( ) et 1,122 milliard de FCFA ( ). Création de la société fev 2009 Agrément COBAC 30 Juin 2009 Premier deboursement de crédit 10 sept 2009 Actionnaires - Capital (FCFA) février-09 septembre-09 septembre-09 (FCFA) (FCFA) ( ) PLANET FINANCE TOTAL GABON PETRO GABON AXA GABON BICIG TOTAL Grâce à l appui technique de PFAS, GAMIFI deviendra rapidement un acteur national de la microfinance disposant d atouts forts pour atteindre une rentabilité financière attractive associée à un impact social. 3 3

4 A. Le secteur de la microfinance au Gabon I. Le cadre réglementaire du Gabon: loi COBAC II. La dimension relativement limitée de l offre de microfinance III. La demande en services de microcrédit IV. La demande en services d épargne et d autres produits V. L analyse quantitative et qualitative du secteur de la microfinance 44 Page 2

5 I Le cadre réglementaire du Gabon: la loi COBAC La réglementation fixée par la COBAC définit 3 catégories d EMF : Catégorie 1 : les établissements qui procèdent à la collecte de l épargne de leurs membres, qu ils emploient en opérations de crédit exclusivement au profit de ceux-ci. Catégorie 2 : les établissements qui collectent l épargne et accordent des crédits aux tiers. Selon la réglementation les EMF de deuxième catégorie ne peuvent adopter que la forme juridique de société anonyme. Catégorie 3 : les établissements qui accordent des crédits aux tiers, sans exercer l activité de collecte de l épargne. Les EMF agréés sont autorisés pour pratiquer les opérations principales suivantes : - La collecte de l épargne : - L octroi de crédits - Les placements financiers - Autres services à titre accessoire comme la location de coffre fort, le crédit bail, l émission de moyens de paiement etc. GAMIFI a obtenu son agrément COBAC comme Etablissement de Microfinance de Catégorie 2 depuis le 30 Juin Dirigeants de l EMF Schéma du processus d agrément des EMF Dépôt de dossier 1 4 Délivrance de l agrément Ministère des Finances Cellule de la microfinance Rôle - élaborer la stratégie nationale de la microfinance - surveiller et superviser les activités de l ensemble des EMF - vulgariser et former tous les acteurs pour le respect de la réglementation - mesurer les performances des EMF - promouvoir les bonnes pratiques de la microfinance auprès des EMF Transmission pour avis conforme 2 3 Avis de conformité COBAC à Yaoundé La procédure peut durer entre 3 à 6mois Rôle -fixer les normes réglementaires prudentielles et non prudentielles du secteur de la microfinance - inspecter les EMF et superviser le respect de l application du dispositif réglementaire 5 5

6 II La dimension relativement limitée de l offre de microfinance Une offre encore très limitée mais en constante croissance avec l arrivée de nouveaux acteurs dont GAMIFI EMF operationnels avant l arrivée de GAMIFI 2 petites structures de Catégorie 1 - CFEC - FEMO Les concurrents de catégorie 2 - FINAM (Financière Africaine de Microprojets) agréée en SODEC (Société d Epargne et de Crédit) agréée en Excillis Finances qui a obtenu son agrément en 2007 Les données du secteur Nouveaux entrants..de même dimension que GAMIFI - Loxia détenu par BGFI est en cours de lancement D autres banques commerciales Ecobank et UBA se positionnent..moins capitalistique - Union Express en installation - GEC. Positionnement recherché - Le secteur est composé de plusieurs structures non agréées (pour des raisons d insuffisance de fonds propres requis par la COBAC) - 1 Association Professionnelle APEMFG qui connaitra un dynamisme avec l arrivée de ces nouveaux acteurs clients bénéficiaires mais un marché avec un potentiel de (soit 26% de taux de couverture actuellement) - Les taux d intérêt appliqués se situent entre 3% et 10% par mois - des montants de crédits distribués variant entre et FCFA pour les EMF de catégorie 1 et entre et FCFA pour les EMF de catégorie 2. - une durée des crédits variant entre 3 et 24 mois - un taux de remboursement sectoriel de 96% 1 = 656 FCFA Clientèle Micro Notre nouvel EMF Autres EMF de catégorie 1 et association FINAM Clientèle TPE Professionnalisme/ Bonne gestion de l organisation, viabilité Faible efficacité/ FAGA FODEX etc Clientèle PME Ce sont des structures publiques de financement des PME 6 6

7 III L étude de la demande en services de microcrédit L activité dominante est le commerce et 79% des microentrepreneurs exercent ce métier. La grande majorité c est à dire 58 % n utilisent pas de comptabilité. La demande potentielle immédiate est estimée à micro-entrepreneurs. clients actuels par rapport à la demande potentielle Facteur de croissance 5x Nombre de clients Secteurs d'activités % 1% 2% 0% Commerce Services Petit artisanat/industrie Agricultures Autres 10% coûts mensuels d'exploitation en FCFA 2% 1% 26% <= > demande potentielle immédiate clients d'emf actuellement servis 17% > > % > > % 24% > Taille Microentreprise ( employés) Chiffre d'affaire mensuel en FCFA Microentreprise > 5 employés Microentreprise 1 à 4 employés 1 % 1 8 % 81 % des micro-entrepreneurs exercent individuellement ( sans employés) En moyenne ils ont 8 ans d expérience dans leur secteur d activité. > > > > > > <= ,6% 3,6% 5,0% 12,6% 20,0% 27,7% 28,4% Microentrepreneur seul 8 1 % 56,1% des micro-entrepreneurs font un chiffre d affaire compris entre FCFA et FCFA par mois. La microfinance a un très fort potentiel de croissance au Gabon 7 7

8 III L étude de la demande en services de microcrédit Besoin de crédit Pas besoin de crédit 1% 99% 99 % des micro-entrepreneurs demandent des microcrédits 98 % préfèrent des prêts individuels 66% des demandeurs de crédit souhaitent l utiliser pour développer leur activité actuelle 23% des demandeurs souhaitent utiliser le crédit pour commencer une nouvelle activité Le Taux d intérêt moyen annuel est de 34,45 % 75 % des micro-entrepreneurs demandent des montants inférieurs à FCFA et 25% veulent un montant supérieur à FCFA. 80% des crédits demandés sont des crédits dont l échéance est inférieure à 12 mois Montant désiré selon Chiffre d'affaire mensuel en FCFA Durée désirée pour le microcrédit en % 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% <=100 K >100K K >250 K K >500K K >1000 K K >3000K- 6000K >6000K > K >500 K K >150K K < 150 K Autres mois 24 mois 18 mois 12 mois 6 mois 3 mois 1 mois Montant des prêts demandés > % 25% 39% Méthode préférée de crédit Prêts collectifs 2% Analyse des taux d'interêt en % sur une base mensuelle 37,00% 31,26% 23,77% ,85% inférieur à % Prêts individuels 98% 0,12% tranche 0-15 tranche tranche tranche tranche

9 IV. L analyse de la demande en services d épargne et autres produits Possession de com ptes Demande de services d'épargne Oui 35% Non 65% Oui 96% Non 4% > % Dépôts mensuels estimés en FCFA 65% des micro-entrepreneurs ne disposent pas de comptes d épargne > > % 9% 96% des micro-entrepreneurs sont prêts à ouvrir un compte dans un EMF > > % 37% 57% des personnes interrogées canalisent leur épargne dans les circuits informels comme les associations ou tontines. < % La thésaurisation reste relativement forte (46%) Demande de nouveaux produits Les Institutions financières sont sollicitées très faiblement pour l épargne: Banque et Poste (27%); EMF ( 7%) 48% 49% 36% 76% des micro-entrepreneurs sont prêts à déposer mensuellement moins de FCFA Le montant moyen qu ils sont prêts à déposer est de FCFA. Assurance Transfert d'argent Crédits sociaux Autres produits 2% 49% des micro-entrepreneurs souhaitent bénéficier des services de transfert, 46% pour la micro-assurance et 35% de crédits sociaux 9 9

10 V. L Analyse quantitative et qualitative du secteur de la microfinance Analyse quantitative - Le secteur a connu un essor considérable à la fois au niveau de la constitution des fonds propres, de la distribution du crédit, de la collecte de l épargne et enfin du nombre de clients actifs. Indicateurs Fonds propres en FCFA Dépôts collectés en FCFA Encours de crédit en FCFA Nombre de clients Fonds propres en FCFA Dépôts collectés en FCFA Encours de crédit en FCFA Nombre de clients emprunteurs actifs Diagnostic qualitatif - Problèmes de gestion et manque de professionnalisme des EMF existants - Demande élevée impossible à satisfaire avec le faible niveau de l offre - Manque de systèmes d information et de gestion adaptés - Problèmes liés à la délocalisation des EMF dans les zones rurales - Faiblesse de la culture de l épargne et de crédit au niveau des populations etc. Perspectives prometteuses - Mise en place d un corpus juridique et fiscal incitatif - Perspectives de diversification des activités économiques (hors pétrolières) - Renforcement du Contrôle et de la Supervision au niveau sectorielle - Arrivées de nouveaux acteurs promouvant les bonnes pratiques de la microfinance - Définition d une stratégie d appui sectoriel 10 10

11 B. La stratégie de développement de GAMIFI SA I. La structure de capital et la gouvernance de GAMIFI SA II. Les produits et services offerts par GAMIFI III. Les caractéristiques et méthodologies IV. La stratégie de marketing de GAMIFI V. L organigramme de GAMIFI en Janvier 2010 VI. Les procédures et outils de gestion interne VII. Le site de GAMIFI pour la visibilité VIII. Bilan 2009 IX. Les résultats de l étude de satisfaction des services X. Le Modèle de développement XI. Les projections financières Page 2

12 I La structure du capital et la gouvernance de GAMIFI SA - Assemblée Générale Constitutive tenue le 27 Janvier Conseil d Administration composé de 8 membres - Mr Jean Varret Conseiller Afrique du Président PlaNet Finance assure actuellement la présidence du Conseil d administration - Le Conseil d Administration se réunit au moins une fois par trimestre soit 4 réunions par an. Son rôle : - Guider le management sur les options stratégiques qui, ellesmêmes doivent être en phase avec la mission de GAMIFI - Superviser la performance du management dans la mise en œuvre du plan stratégique - Garantir la mise en œuvre des meilleures pratiques en termes de transparence des activités et droits des actionnaires. Présentation de l'actionnariat GAMIFI 25,00% 12,50% 25,00% 12,50% Capital: KCFA 25,00% IMPACT SOCIAL VIABILITE FINANCIERE Actionnaires Capital (FCFA) Capital en Euro Actions A Actions B % capital Administrateur PLANET FINANCE ,5% 4 (dont PCA) TOTAL GABON ,0% 1 PETRO GABON ,0% 1 AXA GABON ,0% 1 BICIG ,5% 1 TOTAL ,0% 8 Point d équilibre stratégique visée par les actionnaires de GAMIFI. Une bonne gouvernance est indispensable pour atteindre la pérennité - Capital prévu à la convention : Capital souscrit : actionnaires solides de renommée mondiale :Recherche d un actionnaire à hauteur de

13 II Les produits et services financiers offerts par GAMIFI - GAMIFI a ouvert sa première agence à Libreville en Septembre 2009, après l obtention de l agrément COBAC. - Depuis le démarrage, GAMIFI offre un produit unique de microcrédit sous la forme d un crédit individuel et un produit d épargne sous la forme d un dépôt à vue. Zone 4 - A partir du 2 ème trimestre de 2010, GAMIFI offrira de nouveaux produits de microfinance comme les crédits solidaires, le plan d épargne et les dépôts à terme. - GAMIFI souhaite aussi ouvrir 3 autres grandes agences à Libreville et dans les autres provinces du Gabon entre Avril 2010 et Janvier Zone 1 Zone 2 Cette stratégie devrait permettre : - de réduire et de maîtriser considérablement tous les risques opérationnels liés au démarrage de l activité dans les zones urbaines - d avoir une bonne connaissance des clients de GAMIFI avant de leur proposer d autres services financiers - de maintenir un portefeuille à risque faible - d asseoir l avantage comparatif de GAMIFI sur les crédits individuels avant la diversification des services Zone 3 La zonification optimale de Libreville en 9 sous zones a permis d effectuer un meilleur quadrillage des 25 sites réputés à forte densité de micro-entrepreneurs L approche commerciale fondée sur la promotion directe permet aux 10 agents de crédit titulaires de mieux évaluer les besoins financiers des clients et de satisfaire la demande des clients tout en limitant les risques d impayés

14 III Les caractéristiques et méthodologies- 1 Les caractéristiques du produit «crédit individuel» Objet Montant Min FCFA Montant Max FCFA Taux d Intérêt Mensuel Commissions Maturité & Remb Garantie demandé e Fonds de roulement / investissement productif (soit 75 ) (soit 3000 ) 3,5 % en linéaire 5000 FCFA + 1% du capital emprunté 3 à 12 mois Remb mensuel Biens / garant Epargne à vue non rémunérée qui permettra aux clients d effectuer des dépôts, de leurs économies journalières ou mensuelles, qui seront disponibles à tout moment au niveau des guichets des agences sans commissions et autres frais. Montant Min FCFA Montant Max FCFA Taux d intérêt annuel Commissions Documents exigés (soit 7.5 ) indéfini 0% - pas de commission -pas de frais de dossier Pièce d identité valide Entreprises Petites et moyennes entreprises Cibles des banques commerciales et autres structures de financement Très petites entreprises Cible audessous du seuil de pauvreté Microentreprises et autres activités génératrices de revenus Cibles de GAMIFI 14 14

15 III Les caractéristiques et méthodologies- 2 Une évaluation économique de qualité et la sélection des clients solvables constituent les principaux facteurs de réduction du risque dans l octroi des prêts individuels, l agent de crédit s assurant que la capacité de remboursement du client correspond au montant du prêt sollicité. Evaluation Le Comité de Crédit prend la décision sur l octroi ou non du crédit. Le processus suivant est alors suivi. Quantitative Qualitative Convocation au au Comité de de Crédit Présentation des Dossiers en en comité Activité Détermine la capacité Unité familiale Activité Unité familiale Détermine la volonté et la réputation Ordre Ordre de de présentation présentation : : Définir Définir précisément précisément l utilisation l utilisation du du crédit crédit Terme Terme et et objet objet du du crédit crédit Type Type de de microentreprise microentreprise Environnement Environnement familial familial Environnement Environnement de de la la microentreprise microentreprise Analyse Analyse des des indicateurs indicateurs financiers financiers et et de de la la viabilité viabilité Références Références 5. Saisie du Dossier dans le système Session de Discussion en en Comité Conclusions, Approbation et et Signature 15 15

16 IV La stratégie Marketing de GAMIFI SA En terme de stratégie marketing et communication, GAMIFI s appuie sur : La promotion directe des agents de crédits auprès des clients potentiels. Ces derniers seront responsables d un travail de proximité, base de la communication de GAMIFI. (rencontre sur le lieu de travail) Une campagne de communication et de publicité au niveau de Libreville tout d abord, puis élargi par la suite. Une campagne spécifique pourra être lancée en s appuyant sur différents vecteurs, déclinés selon la cible et leur localisation : affiches, spots radios, télévisions, Face à une clientèle peu ou pas informée sur les possibilités de financement, GAMIFI devra développer une communication adaptée : o o o Accent mis sur l information (type de produis proposés / détail de l offre) Transparence sur les conditions d accès au crédit Sensibilisation au risque de surendettement 16 16

17 V L organigramme de GAMIFI SA en Janvier 2010 Administrateurs PF au CA Jean Varret PCA Arnaud Ventura Vice Président Sebastien Duquet DG PlaNis Ruben Dieudonné DG Microcred Sénégal DG Patrick Lelong DGA Flore Obame Supervision directe & Assistance Technique PlaNet Finance Siège: Ivana Damjanov Jean Varret Directeur des Opérations Amadou BA Directrice Administratif et Financier Lucile Rogations Implantation Système Informatique et SIG: Enzo Cicchirillo Cedric Roquette Bruno Lhoste 1 contrôleur des dossiers et clients 1 Chef d'agence 1 Chargé Comptable et Budget 1 Chargée Adminitsratif, RH et Trésorie Resp Juridique 1 Logisticien Coursier 1 Resp informatique 1 Resp SIG 3 Agent de securité en sous traitance 2 caissieres 10 Agents de Crédits 3 Chargés de clientèles 1 Menagere 1 Hotesse d'accueil Assistant ADmin Comptable 4 Agents de Crédits en formation Personnel en contrat Local Total : 23 Assistance technique PlaNet Finance en local Total: 3 Personnel en poste Total: 29 Recrutement prévu La Direction de GAMIFI est assurée par une équipe expérimentée de PlaNet Finance qui apporte toute son expertise par la mise en application des meilleures pratiques de la microfinance. La formation d une équipe locale permettra de développer une expertise locale pour assurer rapidement la pérennité de GAMIFI.

18 VI Les procédures et outils de gestion interne Pour mieux gérer les risques, GAMIFI s est doté d un système de contrôle interne exhaustif afin de prévenir les fraudes et d assurer le respect des procédures internes de GAMIFI. Le système de contrôle interne comprendra les éléments suivants : Gestion des Risques et Contrôle interne ( appui du cabinet International Deloitte) Audit Externe, Commissaire aux Comptes Comité de Crédit Procédures d anti-blanchiment d argent «Principe de surveillance mutuelle» pour l ensemble des transactions financières : l ensemble des transactions financières devront être réalisées en présence d une seconde personne afin de réduire le nombre d erreurs et de prévenir la fraude. Reporting pour les investisseurs: Les investisseurs recoivent des reporting détaillés de la part de l équipe dirigeante : Chaque mois, un reporting mensuel ( complété par un mini reporting de quinzaine purement opérationnel) Chaque trimestre, des informations financières et sur les activités sont fournies au travers d une newsletter. Chaque semestre, un rapport d activité sera établi et transmis incluant un rapport financier pour la COBAC Chaque année, un rapport d audit avec les comptes certifiés par un cabinet externe sera transmis ainsi qu un rapport sur l impact social de GAMIFI et un plan d action détaillé pour l année suivante. Périodiquement, des rapports de missions et /ou d évaluation sont/seront établis et diffusés. GAMIFI sera doté d un système de contrôle interne et de reporting efficace pour limiter et gérer les risques financiers et opérationnels

19 VI Les procédures et outils de gestion interne ( liste des procédures de GAMIFI) Procédures administratives, comptables, financières et juridiques procédures budgétaires procédures anti blanchiment d argent manuels de contrôle interne et audit manuel de gestion des risques procédures de reporting et rapports standards statuts et documents d investissement règlement intérieur documents légaux des autorités locales enregistrement commercial de la marque Procédures sur crédit et l épargne manuel de crédit processus de crédit contrat de crédit contrat pour l ouverture de comptes manuel pour les opérations d épargne manuel de gestion d une agence manuel de marketing Procédures sur l application du système d information et de gestion procédures générales du SIG manuel d utilisateur de Microfit plan d urgence en cas de dysfonctionnement du système Procédures de gestion des ressources humaines package de bienvenue procédures d évaluation du personnel système de motivation et d intéressement du personnel organisation interne et manuel de fonction modèles des contrats de travail Procédures pour les formations programmes de formation formation générale formation spécifique pour les agents de crédit formation spécifique pour les utilisateurs du système manuels de formation attestation de participation 19 19

20 VII Le site pour la visibilité Deux fenêtres du site gamifi.org Le site de GAMIFI SA permet aussi de renforcer la transparence et surtout de mettre à la disposition du public tous les reporting, newsletters, autres rapports d études conçus par la Direction et la vie de l entreprise

21 VIII Le Bilan Points positifs Croissance très rapide en termes de montant des décaissements et de mobilisation d épargne Les objectifs opérationnels ont été dépassés (en termes d encours de crédit et de dépôt ) Bonne maitrise des risques opérationnels ( risques d impayés, risques de fraudes etc.) Bonne stratégie de zonification des lieux d activité Bonne connaissance de GAMIFI de la part des clients cibles Points identifiés en 2009 à améliorer Améliorer les opérations de contrôle Meilleure connaissance de GAMIFI par les clients cibles Nouer des relations avec les associations pour une bonne pénétration sur le marché Améliorer ou changer le SIG pour une meilleure gestion des opérations et de la croissance Après le lancement des activités le 10 Septembre emprunteurs 372 épargnants Montant décaissé: Encours de PFT: Dépôts : ADI souscrits (assurances décès) Données 31 Decembre2009 Compte de résultat en KFCFA Encours de crédit Emprunteur actifs cumulés Dépassement d objectifs Objectif du Business plan sept-09 oct-09 nov-09 déc-09 Encours de dépôts d'épargne à vue FCFA Dépassement d objectif Epargnants Objectif du Business plan sept-09 oct-09 nov-09 déc COMPTE DE RESULTAT 2009 pré démarra ge Sept Oct Nov Déc Total 2009 Budget 2009 Produits financiers intêrets commissions et autres frais facturés autres produits financiers Charges Financières Produit net bancaire Dot. aux prov. pr créan. dout Marge financière nette Siège : Charges d'exploitations frais de personnel autres charges d'exploitations Agence : Charges d'exploitations frais de personnel autres charges d'exploitations Autres produits Résultat net d'exploitation Produits exceptionnels et reprise Charges exceptionnelles et autres DAP Résultat net de l'exercice

22 VIII Le Bilan BILAN 2009 en KFCFA ACTIF NET Budget Ecart / budget PASSIF NET Budget Ecart / budget IMMOBILISATIONS FONDS PROPRES * Immobilisations corporelles et incorporelles Capitaux propres actionnaires Frais d'établissement Subventions Resultat de l'exercice CREDITS CLIENTELE DEPOT CLIENTELE Crédits Sains Epargne àvue Crédits en souffrance 0 0 -Epargne àterme 0 0 -Autres Comptes de la Clientèle COMPTES DE TRESORERIE EMPRUNTS Avoirs en banque et cash COMPTES DE TIERS Placement TOTAL ACTIF TOTAL PASSIF sept-09 oct-09 nov-09 déc-09 Mois 30/09/ /10/ /11/ /12/2009 Obj fin décembre Obj 09fin Dec PTF de crédit et Epargne les sommes sont en FCFA Dec 09 en FCFA Obj en euro Emprunteur actifs cumulés Montants de crédit décaissés en FCFA Encours de crédit Montant moyen du crédit Epargnants Encours de dépôts d'épargne à vue FCFA Dépôt moyen Ratio de qualité PAR > 0 jour 0% 0% 0% (PAR>1J) 0% <2% (PAR 30j) Taux de rempboursement 100% 100% 100% 100% 98% 22 22

23 IX. Les résultats de l étude de satisfaction des services de GAMIFI SA ( Décembre 2009) Utilisation du crédit de GAMIFI 10% 2% FDR Microinvestissement Mixte - Les microcrédits de GAMIFI servent en grande majorité pour le renforcement des fonds de roulement. 88% Perception du processus d'ouverture de compte -95,37% des clients sont satisfaits de la simplicité des procédures d octroi de crédit Rien à signaler Perception du processus d'octroi du crédit 2,78 0% Compliqué 1,85 100% souple compliqué rien à signaler -100% des clients apprécient la souplesse des procédures lors de l ouverture de compte 50,00 45,00 40,00 35,00 30,00 25,00 20,00 15,00 10,00 5,00 0,00 Bouche à oreille Visite d'un agent de crédit Connaissance de GAMIFI Presse Radio Télé Enseigne agence - Le «bouche à oreille» et les visites de prospection des agents de crédit demeurent les principaux vecteurs de vulgarisation du programme de GAMIFI -92% des clients sont satisfaits des aménagements au niveau de l agence Autre Simple 95,37 0,00 20,00 40,00 60,00 80,00 100,00 Satisfaction sur l'aménagement de l'agence bien 8% mauvais 0% très bien 92% passable 0% 23 23

24 X Le modèle de développement En vue de répondre aux besoins des clients et pour mieux asseoir son avantage concurrentiel, GAMIFI mettra en place les politiques suivantes: développement d une gamme de produits à partir de la fin du premier trimestre 2010 crédits 4-12 mois pour les gros commerçants d un montant maximum de FCFA (6100 ) Crédits solidaires à des groupements économiques Plan d épargne investissement sur mois Dépôt à terme Promotion d une politique active de mobilisation d épargne volontaire pour l accumulation du capital des clients recrutement et formation de nouveaux agents de crédit et conseillers client lancement de la deuxième agence à Libreville plus précisément au marché Mont Bouet ( prévue avril 2010). mise en place d un mécanisme de contrôle direct et de suivi des opérations amélioration de la productivité des agents de crédit tout en maitrisant les risques opérationnels mise en œuvre d une politique de communication bien ciblée fondée sur l organisation périodique de kiosques d animation sur les zones cibles GAMIFI doit devenir compétitive dans un marché de plus en plus concurrentiel A la fin de l année 2010 GAMIFI doit atteindre les résultats suivants: 2 agences à Libreville 17 agents de crédit 1917 emprunteurs 1818 petits épargnants Encours de PFT: 1,03milliard FCFA Dépôt : 101 millions FCFA PAR30j< 2% A la fin de l année 2013 GAMIFI doit pouvoir atteindre les résultats suivants: 5 agences ( Libreville et province) 51 agents de crédit 6483 emprunteurs 8782 petits épargnants Encours de PFT: 3,8 milliards FCFA Dépôt : 0,7milliard FCFA PAR30J< 2,6% 24 24

Etude de marché pour GAMIFI

Etude de marché pour GAMIFI Etude de marché pour GAMIFI 0ctobre- Décembre 2008 Sommaire A. Résumé exécutif B. Cadre méthodologique C. Caractéristiques des microentrepreneurs D. L orientation de la demande de crédit E. Demande de

Plus en détail

Problématique de l accès aux services financiers pour la toute petite entreprise au Gabon

Problématique de l accès aux services financiers pour la toute petite entreprise au Gabon Problématique de l accès aux services financiers pour la toute petite entreprise au Gabon Auteur Amadou BA 1 Directeur des Opérations de GAMIFI Expert de PlaNet Finance Email : aba@planetfinance.org Août

Plus en détail

Je suis personnellement joignable, en dehors du contact de notre siège, au 06362633.

Je suis personnellement joignable, en dehors du contact de notre siège, au 06362633. SUSCRIPTIN DE DEPT A TERME CHEZ GAMIFI SA La Gabonaise de Microfinance Etablissement de 2ème catégorie Agrément N 122/CI/09 /CNC Libreville, le.. mars 2010 bjet : Proposition de placements en dépôts à

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL 2 A PRÉSENTATION DE PLANET GUARANTEE I. Présentation de PlaNet Guarantee L'objectif de PlaNet Guarantee est de permettre aux populations exclues des systèmes

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC REGULER L ECONOMIE SOUS-REGIONALE : QUELS PRODUITS FINANCIERS ADAPTES POUR REDUIRE LA SITUATION DE SURLIQUIDITE ET DRAINER L EPARGNE INTERIEURE? FONDS SOUVERAINS, OPCVM,. Djimadoum MANDEKOR Directeur du

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

LE FONDS DE GARANTIE

LE FONDS DE GARANTIE CENTRE DE RECHERCHES, D ETUDES ET D APPUI A L ANALYSE ECONOMIQUE À MADAGASCAR LE FONDS DE GARANTIE Auteur Version date Maholy RAKOTOARISOA - Assistant chercheur finale Octobre 2003 Critère de diffusion

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE)

Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE) Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE) Thème : la formation initiale et continue des enseignants du primaire et du collège (ou du fondamental)

Plus en détail

Proposition visant à définir une stratégie pour le renforcement du rôle de la Banque dans le secteur de la microfinance

Proposition visant à définir une stratégie pour le renforcement du rôle de la Banque dans le secteur de la microfinance Proposition visant à définir une stratégie pour le renforcement du rôle de la Banque dans le secteur de la microfinance Le document de politique en objet définit une stratégie renforcée pour la Banque

Plus en détail

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE»

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE» Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone Yaoundé, le 06

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

ARIZ : LE DISPOSITIF DE PARTAGE DE RISQUE DE L AFD

ARIZ : LE DISPOSITIF DE PARTAGE DE RISQUE DE L AFD ARIZ : LE DISPOSITIF DE PARTAGE DE RISQUE DE L AFD Chargement de coton AFD Mélanie Canet Ciment du Sahel, Sénégal AFD Éric Bureau E. Binson-Socas Pour faciliter le financement des PME ARIZ est un dispositif

Plus en détail

A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC

A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC Etude exploratoire à partir du cas du Bénin Marc Labie, Ilere Ngongang,Marthe Nyssens, Pascal Wele Plan Micro-finance

Plus en détail

Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires. Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010

Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires. Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010 Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010 Sommaire 1. Définition des «fonds solidaires» et des entreprises solidaires

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

Dossier de présentation en Comité d agrément de

Dossier de présentation en Comité d agrément de Dossier de présentation en Comité d agrément de Immeuble Consulaire du Puy Pinçon 19000 Tulle Tel : 05 55 18 94 42 Mail : initiativecorreze@correze.cci.fr De : Entreprise : Activité : Adresse de l entreprise

Plus en détail

RÉSUMÉ. Particulièrement adaptée à des institutions opérant en front office. Logiciel utilisé essentiellement en Afrique de l Ouest.

RÉSUMÉ. Particulièrement adaptée à des institutions opérant en front office. Logiciel utilisé essentiellement en Afrique de l Ouest. NOM DU PRODUIT PERFECT v6.1 NOM DU FOURNISSEUR CAGECFI Évaluation 2009* Novembre 2009 Évaluations précédentes Sans objet RÉSUMÉ Impression générale Solution intégrant une couverture fonctionnelle complète

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

2ème. Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc

2ème. Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc 2ème Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc DÉVELOPPEMENT DES NOUVEAUX PRODUITS & TRANSPARENCE FINANCIÈRE : PRINCIPAUX LEVIERS DE DÉVELOPPEMENT DE LA MICRO FINANCE LA 2ÈME

Plus en détail

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE Le plan CO.RAIL (Contrat de Reprise d Activité et d Initiative Locale) a été initié fin mars 2009 par le Secrétariat d Etat chargé de l Outre-mer (SEOM),

Plus en détail

Manuel de formation des formateurs pour le Crédit Mutuelle du Sénégal «CMS» Préparé par: Tamaris Mwabala

Manuel de formation des formateurs pour le Crédit Mutuelle du Sénégal «CMS» Préparé par: Tamaris Mwabala Manuel de formation des formateurs pour le Crédit Mutuelle du Sénégal «CMS» Préparé par: Tamaris Mwabala Frankfurt School of Finance & Management Sonnemannstrasse 9-11 60314 Frankfurt a.m. Tel. +49-69-154008-0

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

Panorama des missions de bénévolat

Panorama des missions de bénévolat Panorama des missions de bénévolat de compétences Bénévolat de Compétences et Solidarité (BCS) MicroFinance Sans Frontières (MFSF) Février 2015 CONTACTS contact@microfinancesansfrontieres.org bcs@bnpparibas.com

Plus en détail

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit.

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Annexe 2 : MICROCREDIT Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Les expressions utilisées ci-dessous doivent avoir le même sens que celles utilisées dans l Appel à Manifestation

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n.

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Présentation de Tunisie Leasing Nos métiers: 1/ Crédit Bail : Tunisie : Tunisie Leasing (TL) (1984) Algérie

Plus en détail

Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique. La démarche de l AFD

Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique. La démarche de l AFD Mobiliser les banques pour l Inclusion Financière en Afrique La démarche de l AFD Positionnement AFD et Proparco Rôle moteur des politiques publiques Sensibilisation + R&D Démonstration Industrialisation

Plus en détail

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Fonds Commun de Placement dans l Innovation Fcpi innovation pluriel 2 Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Qu est-ce qu un FCPI? Créé par la Loi de finances de 1997, le Fonds

Plus en détail

Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008

Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008 Involvement of Social investors in promoting SPM L expérience de la SIDI Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008 1 Sommaire de la présentation 1) La

Plus en détail

AQUADEV asbl (Belgique)

AQUADEV asbl (Belgique) NOM DU PRODUIT ADBanking Version 3.0.4 NOM DU FOURNISSEUR AQUADEV asbl (Belgique) Évaluation 2009* Septembre 2009 Évaluations précédentes 2005 RÉSUMÉ Impression générale Logiciel transactionnel intégré

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Atelier du Forum économique et financier Hanoï, 10 et

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Institut de Microfinance Créa-Sol 26 rue Montgrand - 13006 Marseille 04 91 57 72 15

Plus en détail

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises»

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises» «Les aides financières à la création et au développement d entreprises» par Dominique DETHY Responsable PME-Service Union des Classes Moyennes 1 Les aides financières à la préparation du projet Les aides

Plus en détail

LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES. Novembre 2012

LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES. Novembre 2012 LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES Novembre 2012 QUI SOMMES-NOUS? Une famille de véhicules financiers appartenant à l impact investment Nous attachons une importance particulière

Plus en détail

Rendez-vous de Casablanca de l Assurance --- Le rôle d un courtier en Microassurance: étude de cas au Guatemala --- 17 avril 2014

Rendez-vous de Casablanca de l Assurance --- Le rôle d un courtier en Microassurance: étude de cas au Guatemala --- 17 avril 2014 Rendez-vous de Casablanca de l Assurance --- Le rôle d un courtier en Microassurance: étude de cas au Guatemala --- 17 avril 2014 Sommaire 1. Planet Guarantee Faits et chiffres Produits et objectifs 2.

Plus en détail

P.4 P.6 P.9 P.13 P.19. Préambule. I- Enjeux de la Microfinance : pauvreté, vulnérabilité et secteur informel dans l économie nationale.

P.4 P.6 P.9 P.13 P.19. Préambule. I- Enjeux de la Microfinance : pauvreté, vulnérabilité et secteur informel dans l économie nationale. P.4 P.6 Préambule I- Enjeux de la Microfinance : pauvreté, vulnérabilité et secteur informel dans l économie nationale. P.9 P.13 P.19 II- Le Microcrédit : un modèle économique spécifique. III- Réalisations

Plus en détail

La «Venture Philanthropy» est une approche innovante de la philanthropie, qui s inspire des pratiques du «Private Equity» en les adaptant au secteur

La «Venture Philanthropy» est une approche innovante de la philanthropie, qui s inspire des pratiques du «Private Equity» en les adaptant au secteur C R E A T I N G S O C I A L V A L U E B C La «Venture Philanthropy» est une approche innovante de la philanthropie, qui s inspire des pratiques du «Private Equity» en les adaptant au secteur caritatif.

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

FINANCER ET SECURISER VOTRE DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL. En partenariat avec :

FINANCER ET SECURISER VOTRE DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL. En partenariat avec : FINANCER ET SECURISER VOTRE DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL En partenariat avec : INTERVENANTS Claudine ATTANASIO, Responsable du Programme Relations Internationales CCIT de la Savoie Chantal GARNIER,

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT

STRATEGIE D INVESTISSEMENT EVALUATION EX-ANTE RELATIVE AU SOUTIEN ACCORDÉ À DES INSTRUMENTS FINANCIERS DANS LE CADRE DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE LORRAINE ET MASSIF DES VOSGES 2014-2020 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 0 INTRODUCTION

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Paris, le 22 septembre 2010 Communiqué de presse Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Le deuxième rapport annuel de l Observatoire de la microfinance met en relief des évolutions notables

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank BIM n 114-3 avril 2001 Karin BARLET Le crédit-bail ou leasing est une opération simple, pratiquée depuis longtemps dans de nombreux pays. Aujourd hui

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau

n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau n 7 F é v r i e r 2 0 1 3 Note d information sur le Credit Bureau Sommaire Le Credit Bureau I-Contexte et Objectifs 5 II-Cadre Légal et

Plus en détail

LEADER PANAFRICAIN DE L

LEADER PANAFRICAIN DE L LEADER PANAFRICAIN DE L assurance sommaire Mot du directeur général...5 indicateurs clés 2014...7 pays de présence...8 nos pôles d activités...9 indicateurs financiers...13 SAHAM Finances a confirmé

Plus en détail