Le Pli Pourpre Thomas Lorson Concours Encre Vagabonde organisé par la ville de Castres en partenariat avec la revue L Encrier Renversé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Pli Pourpre Thomas Lorson Concours Encre Vagabonde organisé par la ville de Castres en partenariat avec la revue L Encrier Renversé"

Transcription

1 Le Pli Pourpre Thomas Lorson Concours Encre Vagabonde organisé par la ville de Castres en partenariat avec la revue L Encrier Renversé Un bruit strident transperça les bureaux calmes de la compagnie. C'était la sonnerie de sept heures quarante-cinq, qui annonçait aux employés le commencement de leur labeur journalier. Barry Brugnon, comprimé dans son costume trop petit pour son corps gras, courait aussi vite qu'il le pouvait. D'un œil, il fixait sa montre ; de l'autre, il observait la fenêtre du bureau de M. le Directeur Adjoint, dont les stores s'écartaient subrepticement pour laisser apparaître un visage austère. Enfin, la sonnerie n'avait pas terminé de fendre les airs de son cri insupportable que Barry s élança dans son bureau et en ferma précipitamment la porte. En matière de bureau, celui de Barry Brugnon tenait plutôt du cagibi : il mesurait tout au plus deux mètres cinquante de largeur, et trois de longueur. De plus, il ne disposait d'aucune fenêtre et seule une bouche d'aération bruyante le ventilait. La pièce était meublée d'une chaise de bois, sur laquelle trônait Barry, et d'une multitude de petits casiers métalliques qui, empilés, s'élevaient jusqu'au plafond. Sur chacun de ces casiers figurait le nom d'un des employés de la compagnie, qui tous étaient plus ou moins directement les supérieurs hiérarchiques de Barry. Il avait pour tâche de trier le courrier qui parvenait à la compagnie par le service des postes. Chaque matin, il triait une à une les enveloppes que contenaient de grands sacs de toile, et les redistribuait dans les casiers, à la lumière d'une ampoule nue qui pendait du plafond. Ce mur de casiers formait une barrière entre le bureau de Barry et une autre salle, mitoyenne, occupée par des commis qui portaient ensuite le courrier à leur destinataire final. Barry se mit aussitôt au travail dans l'air déjà lourd de son minuscule bureau. Cette large enveloppe blanche était destinée à M. le Fondé de Pouvoir. Celle-ci, petite et brune, serait lue par la secrétaire de M. le Directeur. Ce soigneux pli, lui, allait à M. le Chef des Services d'ordre. Des enveloppes par milliers passaient sous les yeux de Barry dans un flot continu de papier, de timbres et d'encre. Au fil du temps, il avait acquis une méthode des plus efficaces. D'un geste mécanique, Barry s'emparait du pli, déchiffrait du premier coup d œil le nom du destinataire et l'expédiait aussitôt dans le casier approprié, dont il connaissait l'emplacement précis pour chaque salarié de la compagnie. Barry était un de ces employés ponctuels, méticuleux à remplir leur tâche. En triant inexorablement cette multitude de plis, Barry se sentait d'une utilité primordiale ; aussi en tirait-il une grande fierté. Et, malgré des conditions de travail difficiles, et bien que ses collègues le molestassent sans cesse, Barry menait une vie somme toute heureuse dans la compagnie. D'ailleurs, le phare de son existence ne résidait qu'en ce misérable emploi ; car non seulement il s'y sentait indispensable, mais c'était aussi l'unique lien qui le rattachait à la vie en communauté. De plus, les seuls plaisirs qui ponctuaient sa vie provenaient de ses journées de labeur : le café chaud et noir de la pause de neuf heures cinquante ; Mlle Bianca, la charmante secrétaire aux cheveux blonds du directeur adjoint ; ou la vue depuis la grande fenêtre du corridor, qui dominait les immeubles alentours. Cependant, ce jour-là un événement extraordinaire devait bouleverser la monotonie de l'existence de Barry. La sonnerie de dix heures trente avait déjà retenti quand, au milieu du défilé incessant des lettres, il trouva entre ses mains une large enveloppe de couleur pourpre.

2 Barry s'arrêta, stupéfait : aucune adresse, ni aucun nom ne figurait sur le pli. C'était la première fois, en vingt-quatre ans de tri du courrier, qu'il faisait face à un tel imprévu ; si bien que Barry ne savait que faire de cette mystérieuse enveloppe. Barry tenta de trouver quelque indice par transparence, à la lueur électrique de l'ampoule ; mais en vain : le papier pourpre était très épais. Abasourdi, il se leva, tourna en rond dans son bureau rectangulaire, puis se rassit pendant de longues minutes pour réfléchir. Au travers du mur métallique que formaient les casiers, il appela ses collègues de sa petite voix. Hélas, personne ne lui répondit ; mais Barry crut bien entendre quelques rires étouffés venant de l'autre côté. Après cet échec, Barry prit la décision de demander conseil à M. le Chef des Services de Liaisons. Il parcourut une courte distance dans les corridors, et, lorsqu'il frappa à la porte du bureau de son supérieur, un «entrez» autoritaire en provint. Barry Brugnon pénétra timidement dans la salle. Derrière son bureau, le jeune et charismatique chef de service regardait ironiquement le petit employé moustachu : «Ce cher Prognon. Brugnon, Monsieur, Brugnon. Que voulez- vous? Monsieur, voilà... Il devait être aux alentours de... Abrégez, Prognon. Monsieur, j'ai trouvé dans le sac une enveloppe anonyme... Aucune adresse n'est dessus et je ne sais pas quoi en faire, débita Barry.» M. le Chef des Services de Liaisons jugea l'anecdote d'un air pensif. Ses yeux bleus se fixaient tour à tour sur le visage de Barry et sur l'enveloppe pourpre qu'il tenait entre ses mains grasses. Son supérieur, après mûre réflexion, interrompit le silence. Dans un froncement de sourcils, il dit enfin qu'il n'en savait rien, Prognon, et qu'il fallait pour cela s'adresser à quelqu'un d'autre. En somme, la fonction de chef des services de liaisons ne consistait pas à régler ce genre de problème. «Mais Monsieur, justement... Prognon, coupa M. le Chef des Services de Liaisons, j'ai, je crois, amplement répondu à votre question. Maintenant, sortez : j'ai terriblement à faire.» Il n'y avait dans son ton rien qui pût permettre à Barry une quelconque objection. Avant de refermer la porte du bureau de son supérieur, il le vit se servir un verre d'eau-de-vie d'une main et caresser le visage de sa secrétaire de l'autre. Cependant, le chef de service n'avait pas répondu à la question qui occupait l'esprit de Barry tout entier : que faire de ce pli? Barry, un instant, resta bredouille dans le couloir. Il pensa alors à demander conseil auprès de M. le Recteur du Règlement, qui, lui, saurait certainement clarifier la situation. Barry escalada d'interminables escaliers avant de se trouver devant la porte du bureau, qui se situait au dernier étage de l'immeuble de la compagnie. Après qu'il eut frappé, une voix étouffée et lointaine lui répondit. Barry poussa la porte et entra dans la pièce, plongée dans une épaisse fumée et une chaleur insupportable. D'immenses bibliothèques, dont les rayons étaient encombrés de lourds volumes reliés de rouge, surgissaient comme des spectres du brouillard ambiant. Plus d'une fois, Barry se cogna au front, ou trébucha sur le coin d'une d'elles. Il entendait, quelque part dans la longue pièce, le grattement caractéristique d'une plume qui macule le papier. Barry avançait dans la chaleur, qui semblait s'être déjà accrue depuis son entrée. Nageant dans sa chemise humide, il enleva et son veston et son gilet. Enfin, une vague lueur conduisit Barry jusqu'à M. le Recteur du Règlement. Derrière d'épaisses lunettes, ses yeux étaient rivés sur un des nombreux volumes vermeils. Après s'être

3 raclé la gorge pour attirer l'attention du recteur, Barry dit : «Bonjour, Monsieur. Je suis, Monsieur, Barry Brugnon, du service des courriers, et je voudrais vous demander quelque chose. Bien, mais allez à l'essentiel, soupira le recteur. J'aime les choses claires et précises. Voilà Monsieur, répondit Barry. J'ai reçu ce matin cette enveloppe dont j'ignore le destinataire... Pourquoi donc? Questionna l'autre en grattant sa barbe taillée en pointe. Parce que, Monsieur, parce qu'aucune adresse n'est dessus! Voyons ce qu'en dit le règlement, dit l'homme aux lunettes.» Il se volatilisa en s'enfonçant dans la fumée opaque. Barry devait presque courir pour le suivre dans le dédale de bibliothèques. A deux reprises, il perdit son homme, mais il le retrouva heureusement. Enfin, M. le Recteur s'arrêta brusquement, saisit un des registres, qu'il feuilleta longuement avant de s'arrêter à une page titrée de la sorte : «Section de tri du courrier». «Voici, dit-il, le règlement qui vous concerne tout particulièrement. Tout d'abord, l'article premier, paragraphe A), deuxième alinéa... M'interdit d'ouvrir un seul pli, coupa Barry. J'ai, Monsieur, je vous le jure, toujours suivi cette règle..» Le recteur s'arrêta un instant et dévisagea Barry. Il n'avait certainement pas l'habitude que quelqu'un l'interrompît ; aussi serra-t-il ses lèvres minces avec amertume. Barry, lui, n'en pouvait plus de cette chaleur, et son front était labouré de grosses gouttes de sueur. «Toutefois, reprit le recteur, vous devez obligatoirement faire parvenir cette enveloppe à son destinataire. C'est ce que stipule le paragraphe B), septième alinéa du même article. Mais comment faire, Monsieur, implora Barry, comme le règlement m'interdit d'ouvrir l'enveloppe et qu'il n'y a dessus aucun nom? Certainement...» Les vapeurs et la chaleur embuaient les pensées de Barry. Il épongea son visage avec un mouchoir qu'il essora ensuite : une flaque visqueuse se forma à ses pieds. Le recteur, impassible, continuait de tourner inlassablement les pages à la recherche d'un nouvel article. «Je suis désolé : je ne trouve aucun autre paragraphe mentionnant le tri du courrier. Encore navré, mais je ne puis vous aider davantage, Monsieur... Brugnon, murmura Barry dans un souffle de déception. Bonne journée, Monsieur Brugnon.» Si M. le Recteur du Règlement avait eu plus de sympathies que M. le Chef des Services de Liaisons, il n'en demeurait pas moins que Barry était à nouveau congédié sans aucune avancée dans ses recherches. Il quitta sans plus tarder la pièce à l'atmosphère moite. L'air froid de l'hiver naissant, apporté en grandes bourrasques par de larges baies ouvertes, glaça brusquement son cerveau, et Barry sentit sa tête tourner dans un manège infernal d'articles et d'alinéas. Titubant, la cervelle pleine encore de vapeurs surchauffées et d'air frigorifié, Barry Brugnon dévala péniblement les escaliers pour rejoindre son bureau. Voilà déjà plusieurs heures qu'il ne s'occupait plus que de cette mystérieuse missive pourpre. Pendant son absence, le service des postes avait porté plusieurs sacs de toile, déjà éventrés, qui vomissaient dans la pièce une masse grouillante d'enveloppes qui semblait prendre vie et se mouvoir, et qui engloutissait déjà Barry jusqu'à la taille. Affolé, il sortit promptement du cagibi et ferma la porte pour échapper au monstre de papier qui y demeurait. Barry perdait tous ses repères. Personne ne pouvait-il donc lui répondre? Que faire de cette enveloppe, qui semblait désormais s'engluer à ses mains et se fondre avec ses chairs rougies et transpirantes? C'est alors que, dans sa folie, Barry prit la décision ultime :

4 demander à être reçu par M. le Directeur de la compagnie. Tous ses collègues, bien qu'ils aimassent à le malmener, tentèrent vivement de l'en dissuader. Oser déranger le directeur, dans l'imaginaire des employés, constituait la plus grande bravade à la sainte autorité hiérarchique ; et les rares qui s'y fussent essayé avaient, selon les rumeurs, très mal terminé. Mais Barry ne tint aucunement compte de toutes ces remarques : pour trouver une réponse à la question de l'enveloppe qui l'obsédait, il était prêt à remuer ciel et terre. Après avoir longuement insisté auprès d'une vieille secrétaire revêche, Barry parvint à obtenir une entrevue avec le directeur pour dix-huit heures. Dans la chambre d'attente, il tournait en formant des cercles vagues et infinis, et songeait à cette terrible missive qu'il ne pouvait plus lâcher, ni des mains, ni des yeux, et qui hantait son esprit tout entier. La pénombre violacée envahissait déjà l'antichambre lorsqu'un petit homme apparut dans l'embrasure d'une des portes : «Brugnon Barry», dit-il d'une voix aiguë, sèche et tout à fait désagréable. Barry suivit péniblement, chancelant, le minuscule secrétaire. Ils traversèrent un interminable labyrinthe de salles, certaines complètement vides, d'autres pleines du cliquetis angoissant des machines à écrire. Enfin, l'homme s'arrêta devant une immense porte de bois noir et en ouvrit l'un des battants : «M. le Directeur vous attend». A peine Barry s'était-il avancé d'un pas dans le bureau que les portes se refermèrent derrière lui dans un bruit de caveau. Barry ne put voir cette débauche de luxe, ce foisonnement de cigares, de services à bourbon en cristal, de dorures, de moquettes soyeuses et de plantes luxuriantes qui dégoulinait de la salle, tant il était obsédé par sa missive. Tout au fond de la pièce, le directeur était assis sur un haut fauteuil, derrière un bureau monolithique. Sa grosse tête rouge était penchée sur une pile de documents qu'il examinait avec attention. Les jambes tremblantes, Barry s'avança lentement vers le bureau du directeur, et se demandait à chaque pas s'il ne valait pas mieux faire machine arrière. Mais M. le Directeur leva ses yeux porcins vers le petit employé et fronça sévèrement ses épais sourcils blancs. «Brugnon Barry? C'est... c'est bien moi, M. le Directeur, répondit-il en bégayant. Pourrais-je connaître la raison qui vous pousse à me déranger? J'espère pour vous qu'elle est justifiée, car je croule sous les dossiers à remplir et les contrats à signer. Eh bien?» Barry inspira longuement en fermant les paupières. Après avoir rassemblé le peu de courage qu'il lui restait, il arracha ces mots de sa gorge : «M. le Directeur, je suis venu vous consulter car personne n'a pu résoudre mon problème... Ni mes collègues, ni mon chef de service, ni même M. le Recteur du Règlement. Je suis, M. le Directeur, sous-délégué... subalterne... en charge de la transmission du courrier. J'ai toujours tâché de remplir comme je pouvais mon travail... Mais ce matin, j'ai trouvé dans un sac cette enveloppe qui n'a ni nom, ni adresse... Cependant, le règlement me dit deux choses : la première, c'est que je ne peux pas ouvrir ce pli pour y trouver un ou deux indices, la deuxième est que je dois justement l'amener à son destinataire... Et pourquoi donc venir me consulter? rétorqua le directeur après un court silence. Eh bien... Pour... Mais pour remplir mon travail, M. le Directeur... Vous n'avez pas bien compris ma question : pourquoi me soucierais-je de cette enveloppe? Mais... Mais vous êtes le directeur, et la lettre... Je me fiche bien de la lettre, de l'enveloppe et tout autant de son destinataire. Rendez-vous compte que vous venez me déranger pour une stupide histoire de pli anonyme dont je n'ai que faire? Il s'agirait tout aussi bien d'une farce d'un de vos collègues car, au dire de M. le Chef du Service des Liaisons, ils ne vous portent pas dans leur cœur.» Ces paroles, dites sur le ton le plus impitoyable, blessèrent profondément Barry, et un voile de larmes se forma devant ses yeux. «Il faut comprendre, poursuivit le directeur, qu'à

5 notre époque, seuls les profits sont importants ; et non les détails insignifiants comme cette vulgaire enveloppe. D'ailleurs, il y a bien longtemps que les compagnies concurrentes utilisent des machines pour trier le courrier.» Il marqua une pause, en profita pour ouvrir un tiroir et en sortir une feuille blanche dactylographiée qu'il posa sur le bureau. «Voici un document qui officialiserait votre remplacement par un simple amas d'engrenages. De par ma magnanimité toute naturelle, plusieurs fois j'ai renoncé à l'utiliser. Mais vous devenez un mauvais élément, Brugnon ; vous perdez de votre compétence. Et perturbateur, aux dires de votre chef de service. Dans ces conditions, vous me voyez navré de ne plus trouver de raisons pour ne pas inscrire votre nom sur cette feuille...» De grosses gouttes salées coulèrent lentement sur les joues blafardes et ravagées de tics de Barry. Toutes ses pensées se mêlèrent, et l'épuisante journée qu'il venait de vivre défila dans sa tête comme un film brouillé de larmes. Tout à coup, un régiment d'huissiers, avec leurs jaquettes noires et leurs cols cassés, fit irruption dans le bureau dans un claquement de portes..ils signèrent tous, l'un après l'autre, le document maudit, dans une danse macabre de stylographes, de papier froissé, et de paroles brumeuses que Barry ne comprenait pas, comme s'il était plongé dans une cuve d'eau. Deux des hommes saisirent les bras de Barry, les yeux hagards, épuisé d'oppression, et l'emmenèrent loin du directeur, tandis que les huissiers qui l'entouraient buvaient de grands verres de bourbon dans de cruels éclats de rires. Le lendemain matin, on découvrit Barry dans son bureau, retenu au plafond par sa cravate, qu'il avait solidement nouée autour de son cou. Dans une poche de son veston, on trouva une large enveloppe de couleur pourpre. On la décacheta. Elle était vide

L écrivain. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route.

L écrivain. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route. L écrivain Il se trouvait devant la porte. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route. Faire demi-tour il ne le pouvait! Pourquoi?

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre.

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Gö r l i t z La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Pouvait-il l avoir raté? Il s était pourtant caché dès

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait 13 Zic et tim Où est encore passé Zic? La mère de Zic appuya sur un bouton et la maison se mit à pivoter doucement; ainsi, elle pouvait, d un coup d œil, visualiser le parc qui entourait la villa. Quelle

Plus en détail

CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN

CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN Texte 2013, Céline CHELS Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu, par quelque procédé que ce soit

Plus en détail

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage».

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». EPISODE 1- Le Piège. Internet : sûrement le plus fabuleux réseau qui relie les hommes. Des continents entiers peuvent être reliés entre eux. Mais

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

...C est à cet instant que la terrible explosion se produisit. Le terroriste qui avait placé la bombe appartenait à une secte millénariste qui

...C est à cet instant que la terrible explosion se produisit. Le terroriste qui avait placé la bombe appartenait à une secte millénariste qui ...C est à cet instant que la terrible explosion se produisit. Le terroriste qui avait placé la bombe appartenait à une secte millénariste qui prêchait le retour au désert et considérait le moindre circuit

Plus en détail

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle commence sa crise d éternuements, il faut que je m arrache.

Plus en détail

Venise, troisième chant - Regard sur Venise -

Venise, troisième chant - Regard sur Venise - Venise, troisième chant - Regard sur Venise - Ce qui retenait le plus, dans ces petites rues que les touristes ne fréquentaient que peu, c étaient les enfants et les chats. Ils faisaient bon voisinage.

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

Au centre, dans sa cage, Victor se balançait nerveusement depuis qu il avait sans doute reconnu Mrs Withers. Oscar, je te présente Victor, le canari

Au centre, dans sa cage, Victor se balançait nerveusement depuis qu il avait sans doute reconnu Mrs Withers. Oscar, je te présente Victor, le canari Au centre, dans sa cage, Victor se balançait nerveusement depuis qu il avait sans doute reconnu Mrs Withers. Oscar, je te présente Victor, le canari du Bengale de Winston Brave. Il y tient beaucoup, précisa

Plus en détail

C est beau la vie Jean Ferrat

C est beau la vie Jean Ferrat C est beau la vie Jean Ferrat Le vent dans tes cheveux blonds Le soleil à l'horizon Quelques mots d'une chanson Que c'est beau, c'est beau la vie Un oiseau qui fait la roue Sur un arbre déjà roux Et son

Plus en détail

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS SESSION 2011 Brevet d Études Professionnelles «rénové» FRANÇAIS L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Le sujet comporte 5 pages numérotées de 1 à 5. Examen : BEP «rénové» Spécialité : toutes spécialités

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

même geste qui la balance sur le ventre, la tête plongée dans l oreiller, la tignasse à portée de main. Il relève la jupe vite fait.

même geste qui la balance sur le ventre, la tête plongée dans l oreiller, la tignasse à portée de main. Il relève la jupe vite fait. ANSELME JETTE CÉLESTE SUR LE MATELAS, chaque fois le même geste qui la balance sur le ventre, la tête plongée dans l oreiller, la tignasse à portée de main. Il relève la jupe vite fait. Elle ne résiste

Plus en détail

ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT

ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT Un rêve aventureux du détective Paul X UNE PIÈCE DE THÉÂTRE POUR LA JEUNESSE DE JEAN-PIERRE DURU PRÉSENTATION DE LA PIÈCE «ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT» Le détective privé

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

La malentenderie. Une surdité de perception

La malentenderie. Une surdité de perception La malentenderie Une surdité de perception Je suis affecté d une surdité bilatérale de perception avec recrutement assez prononcé du côté droit. «Surdité : affaiblissement ou abolition complète du sens

Plus en détail

UNE INSPECTION DU 3ème TYPE

UNE INSPECTION DU 3ème TYPE UNE INSPECTION DU 3ème TYPE Déroulé de la situation 1 Envoi d'avis d'inspection de l'ien à mon encontre 2 Retour de courrier de ma part refusant dorénavant l'inspection avec le courrier argumenté joint

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Le mur. Mais qu'est ce que c'est que ça? Qu'est ce que je fais là?

Le mur. Mais qu'est ce que c'est que ça? Qu'est ce que je fais là? Le mur «Le pire, c'est que ça a marché.» Et pendant que tout tournait autour de moi, que l'immense mur se floutait, que ma voix résonnait encore, ses paroles me martelaient la tête : «Quoi qu'il arrive,

Plus en détail

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité Le vent bohème Ça m a pris du temps pour me libérer De cette prison d incertitude Mes craintes étaient prises au dépourvu Et tous mes doutes ont disparu J ai trouvé mon bateau sur les pierres J ai refait

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Islande. Description et informations pratiques :

Islande. Description et informations pratiques : Description et informations pratiques : Islande Le massif de Kerlingarfjöll est un endroit somptueux, situé au centre du pays, au sud de l'immense glacier du Hofsjökull, le long de la piste de la Kjölur

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Masser chaque orteil :

Masser chaque orteil : Laurence Niclaes Page 1 Cours massage bébé massage-bebe.be Cours 1 Comptines pour pieds Voici mon petit jardin (masser plante du pied du talon vers les orteils) J y sème, j y sème des petits grains (petites

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

C est une bouche, à demi ouverte, qui respire, mais les yeux, le nez, le menton, ne sont plus là. C est une bouche plus grande que toutes les bouches

C est une bouche, à demi ouverte, qui respire, mais les yeux, le nez, le menton, ne sont plus là. C est une bouche plus grande que toutes les bouches I C est une bouche, à demi ouverte, qui respire, mais les yeux, le nez, le menton, ne sont plus là. C est une bouche plus grande que toutes les bouches imaginables, et qui fend l espace en deux, l élargissant,

Plus en détail

Comment créer votre propre lampes LED

Comment créer votre propre lampes LED Comment créer votre propre lampes LED Intro Un tutorial pour faire fabriqué des ampoules LED comme à l usine. Après de nombreuses tentatives pour faire toutes sortes de conversions LED, j ai enfin trouvé

Plus en détail

Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher)

Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher) Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher) Avant-propos : Chaque soir, je raconte une histoire à mon fils pour qu il s endorme. Il a 2 ans. Habituellement, c est les 3 petits cochons.

Plus en détail

Travail significatif de français 6P

Travail significatif de français 6P Etablissement primaire Payerne et environs Nom : Date : Travail significatif de français 6P L1:21 Lire de manière autonome des textes variés et développer son efficacité en lecture. Progression des apprentissages:

Plus en détail

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin.

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin. Réécriture Réécriture Réécriture La nouvelle fantastique Au XIX ème siècle, un genre nouveau naît et se développe : la nouvelle fantastique. La nouvelle est un récit bref, présentant des personnages peu

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

IEAN,YVES MASSON. Neuvains de la sagess et du sommeil

IEAN,YVES MASSON. Neuvains de la sagess et du sommeil IEAN,YVES MASSON Neuvains de la sagess et du sommeil Pour Ph. Raymond-Thimonga XXVIII Ardente nuit riche d'éclairs, allonge-toi sur ces collines qui t'attendent et qui désirent I'orage : il faut du temps

Plus en détail

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P Année scolaire 2015-2016 Mme Sicot 1 Préambule : Les élèves de la classe de 6 ème P ont d'abord rédigé diverses situations initiales à partir de cartes

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée.

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. 26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. L Océane est immobilisée 5, car le commandant ne veut pas risquer de heurter 6 les récifs 7. Nous ne savons plus quoi faire. Lucas et Maxime

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Alors comme ça, tu vas à une soirée de speed dating? La question surprit Lucy alors qu elle était sur le point d entrer dans la salle de réunion pour

Alors comme ça, tu vas à une soirée de speed dating? La question surprit Lucy alors qu elle était sur le point d entrer dans la salle de réunion pour 1. Alors comme ça, tu vas à une soirée de speed dating? La question surprit Lucy alors qu elle était sur le point d entrer dans la salle de réunion pour présenter l un des exposés les plus importants de

Plus en détail

Article. «Ravir les lieux» Hélène Dorion. Liberté, vol. 41, n 6, (246) 1999, p. 55-59. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante :

Article. «Ravir les lieux» Hélène Dorion. Liberté, vol. 41, n 6, (246) 1999, p. 55-59. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : Article «Ravir les lieux» Hélène Dorion Liberté, vol. 41, n 6, (246) 1999, p. 55-59. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/32625ac Note : les règles d'écriture

Plus en détail

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU Projet Comenius Regio Fiches réalisées par les élèves de 4 ème de l Enseignement Agricole Promotions 2011-2012 / 2012-2013 Expériences amusantes sur L EAU 1 Table des matières

Plus en détail

Octave MIRBEAU LA BAGUE

Octave MIRBEAU LA BAGUE Octave MIRBEAU LA BAGUE LA BAGUE Un matin, le vieux baron vint chez moi. Et, sans préambule, il me demanda : Est-ce vrai, docteur, qu il y a du fer dans le sang? C est vrai Ah! je ne voulais pas le croire

Plus en détail

Aussitôt dit, aussitôt fait! - En avant pour le concert de la star Jérémy... COOL!

Aussitôt dit, aussitôt fait! - En avant pour le concert de la star Jérémy... COOL! Il était une fois un ours blanc qui s appelait Rocky. Ses parents lui avaient donné ce nom parce qu ils aimaient le rock and roll. Durant toute son enfance et toute son adolescence, il écoutait cette musique

Plus en détail

Qui est-ce? Associez les avatars à leur description. Ecole Libre du Mont-à-Leux

Qui est-ce? Associez les avatars à leur description. Ecole Libre du Mont-à-Leux Qui est-ce? Associez les avatars à leur description Ecole Libre du Mont-à-Leux Il porte des lunettes. Il a des yeux bleus. Il a des taches de rousseur. Son visage est rond. Ses lèvres sont très fines.

Plus en détail

«Café rédaco» Premier café

«Café rédaco» Premier café «Café rédaco» Premier café Lorna Applegate n avait pas beaucoup dormi cette nuit, ni les autres d ailleurs. Depuis près de trois mois la jeune femme réfléchissait sur une série de décisions et de projets

Plus en détail

émerveillement n'est pas terminé, il n'est pas prêt de descendre de son petit nuage. Elle comme moi sommes heureux de le voir ainsi, sa candeur comme

émerveillement n'est pas terminé, il n'est pas prêt de descendre de son petit nuage. Elle comme moi sommes heureux de le voir ainsi, sa candeur comme Joyeux anniversaire A la première heure du jour de ses huit ans, David dévale les escaliers, surexcité, dans son plus beau costume de Iron Man. Aujourd'hui, il reçoit ses amis à l'appartement puis ils

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

SA700LLCE - DAAF. avec bouton de pause et pile scellée longue durée garantie 10 ans. DAAF DAACO Extinguishers

SA700LLCE - DAAF. avec bouton de pause et pile scellée longue durée garantie 10 ans. DAAF DAACO Extinguishers SA700LLCE - DAAF avec bouton de pause et pile scellée longue durée garantie 10 ans DAAF DAACO Extinguishers Description du produit Idéal pour toutes les pièces de la maison (á l'exception des espaces humides

Plus en détail

LE PÈRE NOËL EST MÉCONTENT

LE PÈRE NOËL EST MÉCONTENT LE PÈRE NOËL EST MÉCONTENT Le Père Noël est mécontent Voilà bientôt plus de mille ans Que nul jamais près de ses bottes N a mis la moindre papillote On n offre rien au Père Noël Une souris dans son placard

Plus en détail

AUTODIAGNOSTIC DE VOTRE GESTION

AUTODIAGNOSTIC DE VOTRE GESTION AUTODIAGNOSTIC DE VOTRE GESTION DU TEMPS AU QUOTIDIEN Voici un questionnaire qui passe en revue plusieurs situations concrètes dans lesquelles il peut vous arriver de vous retrouver au quotidien. Pour

Plus en détail

CLIP-VIDÉO : BREF, NORMANFAITDESVIDEOS, C'EST PAS SORCIER... SYNOPSIS Groupe : TITRE Bref : encore un exam' à gérer

CLIP-VIDÉO : BREF, NORMANFAITDESVIDEOS, C'EST PAS SORCIER... SYNOPSIS Groupe : TITRE Bref : encore un exam' à gérer SYNOPSIS Groupe : TITRE Bref : encore un exam' à gérer Synopsis : Dylan est en examen de maths. Il y a toujours son prof qui le stresse, «Plus que 10 minutes, tic tac tic tac» et il n'aime pas. S'il pouvait,

Plus en détail

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS ACADÉMIE DE STRASBOURG COLLÈGE FRANÇOIS TRUFFAUT CLASSE DE 3 e Entreprise BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS TEXTE D ÉTUDE Alex, un adolescent sans histoire,

Plus en détail

mode d emploi facile facile facile

mode d emploi facile facile facile LES SERVICES PREMIÈRE CLASSE ET LES SERVICES DE GESTION DES APPELS mode d emploi facile facile facile AVANT-PROPOS Bienvenue aux Services Première Classe et aux Services de gestion des appels de Sogetel.

Plus en détail

Les figurines de Manuel

Les figurines de Manuel Comme chaque matin, Manuel était assis sur son bout de trottoir poussiéreux. Complètement indifférent à ce qui se passait autour de lui, il était occupé à sculpter une petite figurine dans du bois de merisier.

Plus en détail

Au secours! La voiture est cassée

Au secours! La voiture est cassée Sara Au secours! La voiture est cassée! 1 Au secours! La voiture est cassée Personnages : Le chien, la voiture, le marin, l'ours. Décors : La forêt Scène 1 Le chien, la voiture Le chien marche dans la

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe.

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. Une belle rencontre La vie d'elise Chapitre 1 Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. J'habite à Lyon dans un appartement à deux kilomètres du

Plus en détail

Ray Celestin. Carnaval TRADUIT DE L ANGLAIS PAR JEAN SZLAMOWICZ COLLECTION THRILLERS. Carnaval_BAT.indd 5 27/03/15 15:44

Ray Celestin. Carnaval TRADUIT DE L ANGLAIS PAR JEAN SZLAMOWICZ COLLECTION THRILLERS. Carnaval_BAT.indd 5 27/03/15 15:44 Ray Celestin Carnaval TRADUIT DE L ANGLAIS PAR JEAN SZLAMOWICZ COLLECTION THRILLERS Carnaval_BAT.indd 5 27/03/15 15:44 Vous aimez les thrillers? Inscrivez-vous à notre newsletter pour suivre en avant-première

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le CHAPITRE 1 Un million d euros dans un sac Le commissaire s approche du sac de sport contenant le million, et demande au garçon de décliner son identité. Jérôme Forestier. Jérôme Forestier Il y a un rapport

Plus en détail

La vengeance de Cornebidouille

La vengeance de Cornebidouille La vengeance de Cornebidouille Nom : Tu as déjà réfléchi à la façon dont Cornebidouille pouvait se venger. Explique la réelle vengeance de la sorcière racontée dans l album. Es-tu d accord avec Cornebidouille

Plus en détail

Portraits. Trouvez l objet

Portraits. Trouvez l objet unité Portraits 5 Trouvez l objet grammaire 1 Répondez comme dans l exemple. Qu est-ce que c est? Exemple : Ce sont des vases. 1 3 4 1 3 3 vocabulaire Barrez l intrus. 1 un vase des fleurs une chaise une

Plus en détail

Andrea. CORINTO Inès

Andrea. CORINTO Inès Andrea CORINTO Inès Quand Andrea rencontre Alessia ça donne ça... Episode 1 Journal de Alessia. C Cher journal, Comme tu le sais je suis étudiante en université et je dois prendre le train tous les jours.tu

Plus en détail

Les appareils auditifs

Les appareils auditifs 219 ANNEXE A Les appareils auditifs Un appareil auditif est un petit équipement qui rend un son plus fort. Beaucoup de gens pensent qu un appareil auditif guérit le problème d audition d un enfant et lui

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

Tu dois. Tu viens de faire une inférence

Tu dois. Tu viens de faire une inférence La réponse n est pas écrite Ce que tu cherches est invisible Découvrir les idées qui se cachent derrière la phrase en utilisant les indices du texte Tu dois et Utiliser les connaissances que tu as dans

Plus en détail

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Acte 1 Acte 1 Scène 1 : Rebecca, Victor Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Victor (se laissant tomber dans un fauteuil): Ouf! Il se relève et fait un

Plus en détail

Portage en écharpe. Quelques sites internet de référence sur le sujet :

Portage en écharpe. Quelques sites internet de référence sur le sujet : Portage en écharpe Voici en quelques mots et images mes impressions concernant le portage en écharpe que j ai commencé avec Enzo quand il avait 13 mois (et si j avais su, je m y serais mise avant!!). J

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

Descriptions. Descriptions. Qui suis-je? Qui suis-je? Nom :

Descriptions. Descriptions. Qui suis-je? Qui suis-je? Nom : J ai deux petits yeux ronds, noirs et bleus. J ai une bouche arrondie avec un trait noir. Je détiens une barrette en forme de feuille. Je porte un foulard en laine. J ai une petite robe et un petit voile.

Plus en détail

Des métaphores pour appréhender la résurrection

Des métaphores pour appréhender la résurrection Des métaphores pour appréhender la résurrection J ai longtemps tenté de me représenter «la résurrection», mais en vain. Il me manquait une métaphore quelque peu convaincante. La mue du papillon fut pour

Plus en détail

LE SCENARIO. 1. Quelques repères pour aborder l écriture scénaristique.

LE SCENARIO. 1. Quelques repères pour aborder l écriture scénaristique. Sofia Norlin Scénariste-réalisatrice. LE SCENARIO 1. Quelques repères pour aborder l écriture scénaristique. Quand on pense faire un film, on le voit probablement déjà dans la tête. Quand on écrit le scénario,

Plus en détail

JOHAN THEORIN. Le Sang des pierres ROMAN TRADUIT DU SUÉDOIS PAR RÉMI CASSAIGNE ALBIN MICHEL

JOHAN THEORIN. Le Sang des pierres ROMAN TRADUIT DU SUÉDOIS PAR RÉMI CASSAIGNE ALBIN MICHEL JOHAN THEORIN Le Sang des pierres ROMAN TRADUIT DU SUÉDOIS PAR RÉMI CASSAIGNE ALBIN MICHEL Titre original : BLODLÄGE Publié en 2010 par Wahlström & Widstrand, Stockholm, Suède. Johan Theorin, 2010. Publié

Plus en détail

Les étoiles amoureuses

Les étoiles amoureuses Les étoiles amoureuses L Empereur du Ciel avait sept filles. Chacune était si belle que, toutes les sept réunies autour de leur père, elles illuminaient le ciel comme des étoiles. La plus jolie d entre

Plus en détail

Semaine du vendredi 24 juin au vendredi 1er juillet

Semaine du vendredi 24 juin au vendredi 1er juillet T T E E Z! A M Semaine du vendredi 24 juin au vendredi 1er juillet FUITE AU BAC S CONCOURS VACANCES EN VUE...! Ça sent les vacances pour tous les élèves, collégiens ou lycéens. Découvrez notre reportage

Plus en détail

Indications pédagogiques D1 / 35

Indications pédagogiques D1 / 35 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques D1 / 35 D : REALISER UN MESSAGE A L'ECRIT Degré de difficulté 1 Objectif intermédiaire 3 Rédiger un message Objectif opérationnel 5 Décrire

Plus en détail

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet la tendresse Jacques Ancet est né à Lyon en 1942. Il vit et travaille près d Annecy. Il est l auteur d une imposante œuvre poétique, et un des traducteurs essentiels de la poésie espagnole. son site :

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

SPOT INTITULÉ PAGE(S) TIMING (estimatif)

SPOT INTITULÉ PAGE(S) TIMING (estimatif) SPOT PUBLICITAIRE OPPOSITES/ATTRACT SPOT INTITULÉ PAGE(S) TIMING (estimatif) 1 La DOUCHE FINLANDAISE (Version XS) B (Version XL) 3 à 4 5 à 6 45 60 SPOT original de Reynald BOURDON 5, rue Marcel Paul /

Plus en détail

1. INT./EXT. SUPERMARCHÉ - PARKING / FIN DE JOURNÉE

1. INT./EXT. SUPERMARCHÉ - PARKING / FIN DE JOURNÉE 1. INT./EXT. SUPERMARCHÉ - PARKING / FIN DE JOURNÉE Dans une travée marche un adolescent, entre 12 et 14 ans, pas bien grand, maigre, de grands yeux sombres. Il est vêtu d un short de sport, d un marcel

Plus en détail

les ongles le coude les doigts le nez la cuisse le dos l'orteil le sourcil l'oreille les ongles le coude les doigts le nez la cuisse le dos l'orteil

les ongles le coude les doigts le nez la cuisse le dos l'orteil le sourcil l'oreille les ongles le coude les doigts le nez la cuisse le dos l'orteil Le corps humain Identifier un Intrus Retrouve dans chaque colonne, le mot "intrus". Liste 1 Liste 2 Liste 3 l'oeil le sourcil la cheville la jambe la cuisse l'orteil le bras les doigts les ongles le coude

Plus en détail

L AMOUR NE DISPARAÎT JAMAIS

L AMOUR NE DISPARAÎT JAMAIS 1 L AMOUR NE DISPARAÎT JAMAIS La mort n est rien. Je suis seulement passé dans la pièce d à côté. Je suis moi, vous êtes vous. Ce que nous étions les uns pour les autres, Nous le sommes toujours. Donnez-moi

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko en Afrique, les monts de la Terre ronde Objectifs : Les animaux. Les parties du corps d un animal. Les chiffres jusqu à 4. Age : 4-6 ans Niveau : Débutants, A1 Moko en Afrique : Les monts de la Terre

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail