Le Pli Pourpre Thomas Lorson Concours Encre Vagabonde organisé par la ville de Castres en partenariat avec la revue L Encrier Renversé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Pli Pourpre Thomas Lorson Concours Encre Vagabonde organisé par la ville de Castres en partenariat avec la revue L Encrier Renversé"

Transcription

1 Le Pli Pourpre Thomas Lorson Concours Encre Vagabonde organisé par la ville de Castres en partenariat avec la revue L Encrier Renversé Un bruit strident transperça les bureaux calmes de la compagnie. C'était la sonnerie de sept heures quarante-cinq, qui annonçait aux employés le commencement de leur labeur journalier. Barry Brugnon, comprimé dans son costume trop petit pour son corps gras, courait aussi vite qu'il le pouvait. D'un œil, il fixait sa montre ; de l'autre, il observait la fenêtre du bureau de M. le Directeur Adjoint, dont les stores s'écartaient subrepticement pour laisser apparaître un visage austère. Enfin, la sonnerie n'avait pas terminé de fendre les airs de son cri insupportable que Barry s élança dans son bureau et en ferma précipitamment la porte. En matière de bureau, celui de Barry Brugnon tenait plutôt du cagibi : il mesurait tout au plus deux mètres cinquante de largeur, et trois de longueur. De plus, il ne disposait d'aucune fenêtre et seule une bouche d'aération bruyante le ventilait. La pièce était meublée d'une chaise de bois, sur laquelle trônait Barry, et d'une multitude de petits casiers métalliques qui, empilés, s'élevaient jusqu'au plafond. Sur chacun de ces casiers figurait le nom d'un des employés de la compagnie, qui tous étaient plus ou moins directement les supérieurs hiérarchiques de Barry. Il avait pour tâche de trier le courrier qui parvenait à la compagnie par le service des postes. Chaque matin, il triait une à une les enveloppes que contenaient de grands sacs de toile, et les redistribuait dans les casiers, à la lumière d'une ampoule nue qui pendait du plafond. Ce mur de casiers formait une barrière entre le bureau de Barry et une autre salle, mitoyenne, occupée par des commis qui portaient ensuite le courrier à leur destinataire final. Barry se mit aussitôt au travail dans l'air déjà lourd de son minuscule bureau. Cette large enveloppe blanche était destinée à M. le Fondé de Pouvoir. Celle-ci, petite et brune, serait lue par la secrétaire de M. le Directeur. Ce soigneux pli, lui, allait à M. le Chef des Services d'ordre. Des enveloppes par milliers passaient sous les yeux de Barry dans un flot continu de papier, de timbres et d'encre. Au fil du temps, il avait acquis une méthode des plus efficaces. D'un geste mécanique, Barry s'emparait du pli, déchiffrait du premier coup d œil le nom du destinataire et l'expédiait aussitôt dans le casier approprié, dont il connaissait l'emplacement précis pour chaque salarié de la compagnie. Barry était un de ces employés ponctuels, méticuleux à remplir leur tâche. En triant inexorablement cette multitude de plis, Barry se sentait d'une utilité primordiale ; aussi en tirait-il une grande fierté. Et, malgré des conditions de travail difficiles, et bien que ses collègues le molestassent sans cesse, Barry menait une vie somme toute heureuse dans la compagnie. D'ailleurs, le phare de son existence ne résidait qu'en ce misérable emploi ; car non seulement il s'y sentait indispensable, mais c'était aussi l'unique lien qui le rattachait à la vie en communauté. De plus, les seuls plaisirs qui ponctuaient sa vie provenaient de ses journées de labeur : le café chaud et noir de la pause de neuf heures cinquante ; Mlle Bianca, la charmante secrétaire aux cheveux blonds du directeur adjoint ; ou la vue depuis la grande fenêtre du corridor, qui dominait les immeubles alentours. Cependant, ce jour-là un événement extraordinaire devait bouleverser la monotonie de l'existence de Barry. La sonnerie de dix heures trente avait déjà retenti quand, au milieu du défilé incessant des lettres, il trouva entre ses mains une large enveloppe de couleur pourpre.

2 Barry s'arrêta, stupéfait : aucune adresse, ni aucun nom ne figurait sur le pli. C'était la première fois, en vingt-quatre ans de tri du courrier, qu'il faisait face à un tel imprévu ; si bien que Barry ne savait que faire de cette mystérieuse enveloppe. Barry tenta de trouver quelque indice par transparence, à la lueur électrique de l'ampoule ; mais en vain : le papier pourpre était très épais. Abasourdi, il se leva, tourna en rond dans son bureau rectangulaire, puis se rassit pendant de longues minutes pour réfléchir. Au travers du mur métallique que formaient les casiers, il appela ses collègues de sa petite voix. Hélas, personne ne lui répondit ; mais Barry crut bien entendre quelques rires étouffés venant de l'autre côté. Après cet échec, Barry prit la décision de demander conseil à M. le Chef des Services de Liaisons. Il parcourut une courte distance dans les corridors, et, lorsqu'il frappa à la porte du bureau de son supérieur, un «entrez» autoritaire en provint. Barry Brugnon pénétra timidement dans la salle. Derrière son bureau, le jeune et charismatique chef de service regardait ironiquement le petit employé moustachu : «Ce cher Prognon. Brugnon, Monsieur, Brugnon. Que voulez- vous? Monsieur, voilà... Il devait être aux alentours de... Abrégez, Prognon. Monsieur, j'ai trouvé dans le sac une enveloppe anonyme... Aucune adresse n'est dessus et je ne sais pas quoi en faire, débita Barry.» M. le Chef des Services de Liaisons jugea l'anecdote d'un air pensif. Ses yeux bleus se fixaient tour à tour sur le visage de Barry et sur l'enveloppe pourpre qu'il tenait entre ses mains grasses. Son supérieur, après mûre réflexion, interrompit le silence. Dans un froncement de sourcils, il dit enfin qu'il n'en savait rien, Prognon, et qu'il fallait pour cela s'adresser à quelqu'un d'autre. En somme, la fonction de chef des services de liaisons ne consistait pas à régler ce genre de problème. «Mais Monsieur, justement... Prognon, coupa M. le Chef des Services de Liaisons, j'ai, je crois, amplement répondu à votre question. Maintenant, sortez : j'ai terriblement à faire.» Il n'y avait dans son ton rien qui pût permettre à Barry une quelconque objection. Avant de refermer la porte du bureau de son supérieur, il le vit se servir un verre d'eau-de-vie d'une main et caresser le visage de sa secrétaire de l'autre. Cependant, le chef de service n'avait pas répondu à la question qui occupait l'esprit de Barry tout entier : que faire de ce pli? Barry, un instant, resta bredouille dans le couloir. Il pensa alors à demander conseil auprès de M. le Recteur du Règlement, qui, lui, saurait certainement clarifier la situation. Barry escalada d'interminables escaliers avant de se trouver devant la porte du bureau, qui se situait au dernier étage de l'immeuble de la compagnie. Après qu'il eut frappé, une voix étouffée et lointaine lui répondit. Barry poussa la porte et entra dans la pièce, plongée dans une épaisse fumée et une chaleur insupportable. D'immenses bibliothèques, dont les rayons étaient encombrés de lourds volumes reliés de rouge, surgissaient comme des spectres du brouillard ambiant. Plus d'une fois, Barry se cogna au front, ou trébucha sur le coin d'une d'elles. Il entendait, quelque part dans la longue pièce, le grattement caractéristique d'une plume qui macule le papier. Barry avançait dans la chaleur, qui semblait s'être déjà accrue depuis son entrée. Nageant dans sa chemise humide, il enleva et son veston et son gilet. Enfin, une vague lueur conduisit Barry jusqu'à M. le Recteur du Règlement. Derrière d'épaisses lunettes, ses yeux étaient rivés sur un des nombreux volumes vermeils. Après s'être

3 raclé la gorge pour attirer l'attention du recteur, Barry dit : «Bonjour, Monsieur. Je suis, Monsieur, Barry Brugnon, du service des courriers, et je voudrais vous demander quelque chose. Bien, mais allez à l'essentiel, soupira le recteur. J'aime les choses claires et précises. Voilà Monsieur, répondit Barry. J'ai reçu ce matin cette enveloppe dont j'ignore le destinataire... Pourquoi donc? Questionna l'autre en grattant sa barbe taillée en pointe. Parce que, Monsieur, parce qu'aucune adresse n'est dessus! Voyons ce qu'en dit le règlement, dit l'homme aux lunettes.» Il se volatilisa en s'enfonçant dans la fumée opaque. Barry devait presque courir pour le suivre dans le dédale de bibliothèques. A deux reprises, il perdit son homme, mais il le retrouva heureusement. Enfin, M. le Recteur s'arrêta brusquement, saisit un des registres, qu'il feuilleta longuement avant de s'arrêter à une page titrée de la sorte : «Section de tri du courrier». «Voici, dit-il, le règlement qui vous concerne tout particulièrement. Tout d'abord, l'article premier, paragraphe A), deuxième alinéa... M'interdit d'ouvrir un seul pli, coupa Barry. J'ai, Monsieur, je vous le jure, toujours suivi cette règle..» Le recteur s'arrêta un instant et dévisagea Barry. Il n'avait certainement pas l'habitude que quelqu'un l'interrompît ; aussi serra-t-il ses lèvres minces avec amertume. Barry, lui, n'en pouvait plus de cette chaleur, et son front était labouré de grosses gouttes de sueur. «Toutefois, reprit le recteur, vous devez obligatoirement faire parvenir cette enveloppe à son destinataire. C'est ce que stipule le paragraphe B), septième alinéa du même article. Mais comment faire, Monsieur, implora Barry, comme le règlement m'interdit d'ouvrir l'enveloppe et qu'il n'y a dessus aucun nom? Certainement...» Les vapeurs et la chaleur embuaient les pensées de Barry. Il épongea son visage avec un mouchoir qu'il essora ensuite : une flaque visqueuse se forma à ses pieds. Le recteur, impassible, continuait de tourner inlassablement les pages à la recherche d'un nouvel article. «Je suis désolé : je ne trouve aucun autre paragraphe mentionnant le tri du courrier. Encore navré, mais je ne puis vous aider davantage, Monsieur... Brugnon, murmura Barry dans un souffle de déception. Bonne journée, Monsieur Brugnon.» Si M. le Recteur du Règlement avait eu plus de sympathies que M. le Chef des Services de Liaisons, il n'en demeurait pas moins que Barry était à nouveau congédié sans aucune avancée dans ses recherches. Il quitta sans plus tarder la pièce à l'atmosphère moite. L'air froid de l'hiver naissant, apporté en grandes bourrasques par de larges baies ouvertes, glaça brusquement son cerveau, et Barry sentit sa tête tourner dans un manège infernal d'articles et d'alinéas. Titubant, la cervelle pleine encore de vapeurs surchauffées et d'air frigorifié, Barry Brugnon dévala péniblement les escaliers pour rejoindre son bureau. Voilà déjà plusieurs heures qu'il ne s'occupait plus que de cette mystérieuse missive pourpre. Pendant son absence, le service des postes avait porté plusieurs sacs de toile, déjà éventrés, qui vomissaient dans la pièce une masse grouillante d'enveloppes qui semblait prendre vie et se mouvoir, et qui engloutissait déjà Barry jusqu'à la taille. Affolé, il sortit promptement du cagibi et ferma la porte pour échapper au monstre de papier qui y demeurait. Barry perdait tous ses repères. Personne ne pouvait-il donc lui répondre? Que faire de cette enveloppe, qui semblait désormais s'engluer à ses mains et se fondre avec ses chairs rougies et transpirantes? C'est alors que, dans sa folie, Barry prit la décision ultime :

4 demander à être reçu par M. le Directeur de la compagnie. Tous ses collègues, bien qu'ils aimassent à le malmener, tentèrent vivement de l'en dissuader. Oser déranger le directeur, dans l'imaginaire des employés, constituait la plus grande bravade à la sainte autorité hiérarchique ; et les rares qui s'y fussent essayé avaient, selon les rumeurs, très mal terminé. Mais Barry ne tint aucunement compte de toutes ces remarques : pour trouver une réponse à la question de l'enveloppe qui l'obsédait, il était prêt à remuer ciel et terre. Après avoir longuement insisté auprès d'une vieille secrétaire revêche, Barry parvint à obtenir une entrevue avec le directeur pour dix-huit heures. Dans la chambre d'attente, il tournait en formant des cercles vagues et infinis, et songeait à cette terrible missive qu'il ne pouvait plus lâcher, ni des mains, ni des yeux, et qui hantait son esprit tout entier. La pénombre violacée envahissait déjà l'antichambre lorsqu'un petit homme apparut dans l'embrasure d'une des portes : «Brugnon Barry», dit-il d'une voix aiguë, sèche et tout à fait désagréable. Barry suivit péniblement, chancelant, le minuscule secrétaire. Ils traversèrent un interminable labyrinthe de salles, certaines complètement vides, d'autres pleines du cliquetis angoissant des machines à écrire. Enfin, l'homme s'arrêta devant une immense porte de bois noir et en ouvrit l'un des battants : «M. le Directeur vous attend». A peine Barry s'était-il avancé d'un pas dans le bureau que les portes se refermèrent derrière lui dans un bruit de caveau. Barry ne put voir cette débauche de luxe, ce foisonnement de cigares, de services à bourbon en cristal, de dorures, de moquettes soyeuses et de plantes luxuriantes qui dégoulinait de la salle, tant il était obsédé par sa missive. Tout au fond de la pièce, le directeur était assis sur un haut fauteuil, derrière un bureau monolithique. Sa grosse tête rouge était penchée sur une pile de documents qu'il examinait avec attention. Les jambes tremblantes, Barry s'avança lentement vers le bureau du directeur, et se demandait à chaque pas s'il ne valait pas mieux faire machine arrière. Mais M. le Directeur leva ses yeux porcins vers le petit employé et fronça sévèrement ses épais sourcils blancs. «Brugnon Barry? C'est... c'est bien moi, M. le Directeur, répondit-il en bégayant. Pourrais-je connaître la raison qui vous pousse à me déranger? J'espère pour vous qu'elle est justifiée, car je croule sous les dossiers à remplir et les contrats à signer. Eh bien?» Barry inspira longuement en fermant les paupières. Après avoir rassemblé le peu de courage qu'il lui restait, il arracha ces mots de sa gorge : «M. le Directeur, je suis venu vous consulter car personne n'a pu résoudre mon problème... Ni mes collègues, ni mon chef de service, ni même M. le Recteur du Règlement. Je suis, M. le Directeur, sous-délégué... subalterne... en charge de la transmission du courrier. J'ai toujours tâché de remplir comme je pouvais mon travail... Mais ce matin, j'ai trouvé dans un sac cette enveloppe qui n'a ni nom, ni adresse... Cependant, le règlement me dit deux choses : la première, c'est que je ne peux pas ouvrir ce pli pour y trouver un ou deux indices, la deuxième est que je dois justement l'amener à son destinataire... Et pourquoi donc venir me consulter? rétorqua le directeur après un court silence. Eh bien... Pour... Mais pour remplir mon travail, M. le Directeur... Vous n'avez pas bien compris ma question : pourquoi me soucierais-je de cette enveloppe? Mais... Mais vous êtes le directeur, et la lettre... Je me fiche bien de la lettre, de l'enveloppe et tout autant de son destinataire. Rendez-vous compte que vous venez me déranger pour une stupide histoire de pli anonyme dont je n'ai que faire? Il s'agirait tout aussi bien d'une farce d'un de vos collègues car, au dire de M. le Chef du Service des Liaisons, ils ne vous portent pas dans leur cœur.» Ces paroles, dites sur le ton le plus impitoyable, blessèrent profondément Barry, et un voile de larmes se forma devant ses yeux. «Il faut comprendre, poursuivit le directeur, qu'à

5 notre époque, seuls les profits sont importants ; et non les détails insignifiants comme cette vulgaire enveloppe. D'ailleurs, il y a bien longtemps que les compagnies concurrentes utilisent des machines pour trier le courrier.» Il marqua une pause, en profita pour ouvrir un tiroir et en sortir une feuille blanche dactylographiée qu'il posa sur le bureau. «Voici un document qui officialiserait votre remplacement par un simple amas d'engrenages. De par ma magnanimité toute naturelle, plusieurs fois j'ai renoncé à l'utiliser. Mais vous devenez un mauvais élément, Brugnon ; vous perdez de votre compétence. Et perturbateur, aux dires de votre chef de service. Dans ces conditions, vous me voyez navré de ne plus trouver de raisons pour ne pas inscrire votre nom sur cette feuille...» De grosses gouttes salées coulèrent lentement sur les joues blafardes et ravagées de tics de Barry. Toutes ses pensées se mêlèrent, et l'épuisante journée qu'il venait de vivre défila dans sa tête comme un film brouillé de larmes. Tout à coup, un régiment d'huissiers, avec leurs jaquettes noires et leurs cols cassés, fit irruption dans le bureau dans un claquement de portes..ils signèrent tous, l'un après l'autre, le document maudit, dans une danse macabre de stylographes, de papier froissé, et de paroles brumeuses que Barry ne comprenait pas, comme s'il était plongé dans une cuve d'eau. Deux des hommes saisirent les bras de Barry, les yeux hagards, épuisé d'oppression, et l'emmenèrent loin du directeur, tandis que les huissiers qui l'entouraient buvaient de grands verres de bourbon dans de cruels éclats de rires. Le lendemain matin, on découvrit Barry dans son bureau, retenu au plafond par sa cravate, qu'il avait solidement nouée autour de son cou. Dans une poche de son veston, on trouva une large enveloppe de couleur pourpre. On la décacheta. Elle était vide

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage».

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». EPISODE 1- Le Piège. Internet : sûrement le plus fabuleux réseau qui relie les hommes. Des continents entiers peuvent être reliés entre eux. Mais

Plus en détail

CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN

CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN CELINE CHELS LE CYCLE DES POLYMORPHES TOME 1 L IMMATURE CHAPITRE 0 : SPECIMEN Texte 2013, Céline CHELS Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu, par quelque procédé que ce soit

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle commence sa crise d éternuements, il faut que je m arrache.

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

Comment créer votre propre lampes LED

Comment créer votre propre lampes LED Comment créer votre propre lampes LED Intro Un tutorial pour faire fabriqué des ampoules LED comme à l usine. Après de nombreuses tentatives pour faire toutes sortes de conversions LED, j ai enfin trouvé

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Octave MIRBEAU LA BAGUE

Octave MIRBEAU LA BAGUE Octave MIRBEAU LA BAGUE LA BAGUE Un matin, le vieux baron vint chez moi. Et, sans préambule, il me demanda : Est-ce vrai, docteur, qu il y a du fer dans le sang? C est vrai Ah! je ne voulais pas le croire

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Acte 1 Acte 1 Scène 1 : Rebecca, Victor Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Victor (se laissant tomber dans un fauteuil): Ouf! Il se relève et fait un

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe.

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. Une belle rencontre La vie d'elise Chapitre 1 Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. J'habite à Lyon dans un appartement à deux kilomètres du

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie»

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» J'ai cinquante-quatre ans, je me prénomme Will et je suis un passionné d'écriture. Je suis un écrivain. Aujourd'hui, si j'essayais

Plus en détail

Voix Off: " Le noir le noir est à l'origine " Voix Off: " de toutes les formes "

Voix Off:  Le noir le noir est à l'origine  Voix Off:  de toutes les formes Séquence 1/ Intérieur Nuit : L'écran est tout noir. " Le noir le noir est à l'origine " Les nuages s écartent, laissant apparaître la Pleine Lune. " de toutes les formes " Des silhouettes noires apparaissent

Plus en détail

La reine des gourmandes et Natsu

La reine des gourmandes et Natsu La reine des gourmandes et Natsu Au loin, brillaient une multitude de petites lumières jaunes et violettes, la mégapole multicolore se découpait dans le paysage. Une atmosphère magique s en dégageait,

Plus en détail

J'aime les fossettes qui creusent votre joue et aussi les petites imperfections autour de votre bouche Je me sens bien en votre compagnie

J'aime les fossettes qui creusent votre joue et aussi les petites imperfections autour de votre bouche Je me sens bien en votre compagnie Je suis contente de vous voir ici Vous êtes beaux Vous me faîtes du bien Vous avez la FORCE vous êtes distingué Vous m accueillez avec bienveillance Vous êtes souriants Votre présence est merveilleuse

Plus en détail

elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise

elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise Un film de Elizabeth RICHARD 4 rue Parmentier 94130 NOGENT

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

Guide pratique : l entretien d un canapé cuir

Guide pratique : l entretien d un canapé cuir Guide pratique : l entretien d un canapé cuir Contenu A- Nettoyez régulièrement votre canapé recouvert... 3 1. Le nettoyage annuel d un canapé cuir... 3 2. Nettoyer une tache difficile sur un canapé en

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

Alice s'est fait cambrioler

Alice s'est fait cambrioler Alice s'est fait cambrioler Un beau jour, à Saint-Amand, Alice se réveille dans un hôtel cinq étoiles (elle était en congés). Ce jour-là, elle était très heureuse car elle était venue spécialement ici

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux Episode 1 Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux. Un matin, elle voulut aller chercher de la nourriture pour elle et ses petits dans la pairie. Elle les rassembla tous les sept

Plus en détail

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR Quelqu un glisse une lettre sous la porte d entrée du salon. Jake se précipite pour la ramasser. Jake retourne l enveloppe : elle est adressée à «Finn». Chouette,

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

la droite, puis vers la gauche, cherchant les murs afin de me guider, mais mes mains ne rencontrèrent que l espace. J insistai plus avant : en vain,

la droite, puis vers la gauche, cherchant les murs afin de me guider, mais mes mains ne rencontrèrent que l espace. J insistai plus avant : en vain, Le Grand Escalier En écrivant cette histoire, mon histoire! j ignore entre quelles mains elle tombera, ni même si elle sera lue un jour! S il devait s agir des responsables de mon calvaire, à quelque niveau

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Histoire de Manuel Arenas

Histoire de Manuel Arenas Histoire de Manuel Arenas Dieu est le seul Dieu vivant nous pouvons Lui faire entièrement confiance! Source : Hugh Steven, «Manuel» ( 1970 Wycliffe Bible Translators) En français : «Manuel le Totonac»

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Paul Fournel. La Liseuse. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e

Paul Fournel. La Liseuse. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e Paul Fournel La Liseuse P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e Il y a une foule de livres qu il faut avoir lus, que tout le monde a lus, que je n ai pas lus, estimant sans doute qu ils avaient été

Plus en détail

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1...

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1... SOMMAIRE PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3 PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5 MS 1 : L odorat en M.S. 1... 7 MS 2 : La semaine des 5 sens en Moyenne Section... 8 MS 3 : La

Plus en détail

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information Filtrer ce qui est important Filtrer les informations au regard de sa mission Transformer l'information

Plus en détail

Par. Sophianne Pierre-Louis. Cassandra Sauvé. Sabrina Turmel

Par. Sophianne Pierre-Louis. Cassandra Sauvé. Sabrina Turmel Par Sophianne Pierre-Louis Cassandra Sauvé Sabrina Turmel - 1 - Au Pôle Nord, en ce jour du 24 décembre, le Père Noël était bien occupé à fabriquer de beaux jouets. Les rennes gambadaient ou se reposaient.

Plus en détail

ERGU ALOUETTE. C'est un lieu de calme et de paix. Un lieu d'harmonies.

ERGU ALOUETTE. C'est un lieu de calme et de paix. Un lieu d'harmonies. ERGU ALOUETTE Tout est blanc. Les murs sont blancs. On les lave tous les deux jours et repeint tous les mois. Pour qu'ils restent immaculés. Intacts. La moquette est blanche, épaisse, soyeuse, douce pour

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER?

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? 1 PRÉPARATION GÉNÉRALE : Bien connaître son C.V. et en amener des copies supplémentaires (si plusieurs employeurs ou si celui-ci l a perdu). Ne pas plier son

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Charte de vie de la section fondamentale. Centre Scolaire de Ma Campagne. Confucius

Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Charte de vie de la section fondamentale. Centre Scolaire de Ma Campagne. Confucius 2015 2016 Charte de vie de la section fondamentale Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Confucius Centre Scolaire de Ma Campagne Rue Africaine, 3 1050 Bruxelles Pour vivre en groupe correctement

Plus en détail

DECOUVRIR UNE ŒUVRE D ART. ARBLADE Le HAUT cycle III TABLEAU de l artothèque de l ADPL : REIN BRIL SANS TITRE

DECOUVRIR UNE ŒUVRE D ART. ARBLADE Le HAUT cycle III TABLEAU de l artothèque de l ADPL : REIN BRIL SANS TITRE DECOUVRIR UNE ŒUVRE D ART. ARBLADE Le HAUT cycle III TABLEAU de l artothèque de l ADPL : REIN BRIL SANS TITRE http://adpl.32.free.fr/ Séance 1 A quelques mètres du tableau, le rideau se lève, la toile

Plus en détail

Oolong. La tombe. dixième partie

Oolong. La tombe. dixième partie Oolong La tombe dixième partie Et O parlait aussi de serrures feuilletonné pour Le Terrier www.le-terrier.net du 9 février au 26 juillet 2004 Et O disait que la pensée par rapport à l'art ressemblait à

Plus en détail

Résumé des principales dispositions à respecter lors de l'aménagement de locaux de travail

Résumé des principales dispositions à respecter lors de l'aménagement de locaux de travail DEEE - Etat de Genève Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Résumé des principales dispositions à respecter lors de l'aménagement de locaux de travail (Loi sur le travail et ordonnances

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Après votre chirurgie à la rétine

Après votre chirurgie à la rétine 2011 Après votre chirurgie à la rétine Le Eye Care Centre Veuillez apporter la présente brochure à l hôpital le jour de votre opération. Après votre chirurgie à la rétine Après la chirurgie...2 Injection

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!»

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Musette s est lassée. Sous son plancher, «cric, crac, croc», Des enfants grignotent, gigotent et se font des croques. Alors un matin, elle

Plus en détail

CONSTRUCTION ET AMENAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL

CONSTRUCTION ET AMENAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL CONSTRUCTION ET AMENAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL Résumé des principales dispositions à respecter lors de l'aménagement de locaux de travail A. PROCEDURE DE SOUMISSION DES PLANS L'employeur qui projette

Plus en détail

اللغة العربي ة المعاصرة

اللغة العربي ة المعاصرة AMBASSADE DE FRANCE EN REPUBLIQUE ARABE D EGYPTE قسم تدريس اللغة العربي ة المعاصرة DEAC n MEA2108315 ATELIER DE TRADUCTION DU DEPARTEMENT D ENSEIGNEMENT DE L ARABE CONTEMPORAIN Session d été 2013 Supervision

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Tranche d'age Durée Lieux Partie

Tranche d'age Durée Lieux Partie Voici le déroulement du Lip Dub dans son intégralité. On reprends ici les paroles, la durée et les différents lieux. La chanson choisie est Je veux de ZAZ car le clip finira par la chanson du Mas Eloi

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 Séries : TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNELLE CONSEILS AUX CANDIDATS

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 Séries : TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNELLE CONSEILS AUX CANDIDATS DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 NOTATION SUR 40 Durée : 3 heures Epreuve : FRANÇAIS Code : CONSEILS AUX CANDIDATS L épreuve se déroule en deux parties séparées par une pause. Rappel : PREMIERE

Plus en détail

PROTOCOLE DE SÉCURITÉ ET DE SURVEILLANCE DE L ÉCOLE PIERRE RÉMY 2013

PROTOCOLE DE SÉCURITÉ ET DE SURVEILLANCE DE L ÉCOLE PIERRE RÉMY 2013 SÉCURITÉ 1. Il est interdit de laisser entrer qui que ce soit dans l école. Si vous laissez entrer quelqu un, vous devez l accompagner au secrétariat ou au service de garde. Vous êtes responsable de toutes

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES. 1.- Écris le nom des parties du corps que les flèches indiquent :

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES. 1.- Écris le nom des parties du corps que les flèches indiquent : EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Écris le nom des parties du corps que les flèches indiquent : 2.- Regarde les deux dessins et ensuite choisis la description correcte pour chacun d entre eux. a) C'est une

Plus en détail

Édito. Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas.

Édito. Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas. Édito Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas. Depuis janvier 2011, le Syndicat Emeraude s est engagé résolument dans un programme local de prévention. Ne nous limitons pas à l objectif

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site

AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN QUE SIGNIFIE "ÊTRE CENTRÉ"? Etre centré signifie être aligné entre Ciel et Terre. C'est-à-dire connecté à l'énergie du Ciel et ancré dans l énergie de la Terre;

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie)

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Raconté par Lisa Ann Marsoli Illustrations de Mario Cortes, Valeria Turati et des Disney Storybook Artists Jean-Christophe a une chambre remplie

Plus en détail

Pauses réparatrices. Votre santé avant tout

Pauses réparatrices. Votre santé avant tout Pauses réparatrices Votre santé avant tout Accordez davantage de place à l activité physique et à la détente dans votre journée de travail, vous augmenterez ainsi votre bienêtre et votre performance. Vous

Plus en détail

TACHES N 1. Escalier : Taper des pieds en faisant le crocodile, souffler, immerger le visage... S asseoir au fond de l eau, tête hors de l eau

TACHES N 1. Escalier : Taper des pieds en faisant le crocodile, souffler, immerger le visage... S asseoir au fond de l eau, tête hors de l eau Taper des pieds en faisant le crocodile, souffler, immerger le visage... S asseoir au fond de l eau, tête hors de l eau TACHES N 1 Descendre les marches Marcher le long de la ligne S appuyer sur les deux

Plus en détail

Isabella et l important défilé de mode

Isabella et l important défilé de mode Isabella Isabella et l important défilé de mode 1er Juillet Cher journal, Ca fait longtemps que je n ai pas écrit dans un journal intime, mais quand je suis passée devant la librairie l autre jour et

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

TOP 1 ARI ET INVESTIGATION. ARI et investigation

TOP 1 ARI ET INVESTIGATION. ARI et investigation ARI ET INVESTIGATION Le binôme. 2 Sommaire Rôle du binôme (grand volume). Rôle de l équipier. Rôle du chef d équipe. La progression du binôme. 3 Rôle du binôme (grand volume) RAPPEL : 1 binôme = 1 mission

Plus en détail

IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze,

IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze, IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze, il avait les désillusions d un vieillard de soixante-dix-sept

Plus en détail

Le prisonnier de l'eau

Le prisonnier de l'eau 1 Un tunnel temporel en 1320? e professeur Auvernaux fit entrer ses quatre visiteurs dans l appartement et leur montra l entrée du salon. En même temps, il s excusa en quelques mots. L«C est gentil à vous

Plus en détail

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 LE BRAQUEUR DU Crédit Lyonnais C est un matin comme tous les jours pierrent après un petit déjeuner vite pris part pour le journal où il travaille et comme

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Le relooking de Sabrina

Le relooking de Sabrina Le relooking de Sabrina 29/01/2008 16:45 Sabrina a 27 ans, habite Genk avec son mari et ses 3 enfants (7 ans, 6 ans et 18 mois) et travaille pour les Magasins du monde. Physiquement, elle a les yeux verts,

Plus en détail

Activité 3. Peux-tu répéter? Compression de texte. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériels

Activité 3. Peux-tu répéter? Compression de texte. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériels Activité 3 Peux-tu répéter? Compression de texte Résumé Puisque les ordinateurs disposent d un espace limité pour contenir les informations, ils doivent les représenter d une manière aussi efficace que

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

Les caractéristiques d'une bonne cave à vin

Les caractéristiques d'une bonne cave à vin L'aération Une bonne cave est une cave aérée. Pour éviter un taux d'humidité trop important et le développement de champignons un léger courant d'air suffit, mais trop d'aération peut aussi nuire à la

Plus en détail

Dossier table tactile - 11/04/2010

Dossier table tactile - 11/04/2010 Dossier table tactile - 11/04/2010 Intro Je vais brièvement exposer dans ce document: Ce que j'ai fait, comment je l'ai fait, combien ça m'a couté, et combien de temps j'ai mis à fabriquer, dans le cadre

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble A MORTAGNE-SUR-SÈVRE (85 - VENDÉE) AUTOUR DE TROIS PEINTRES CONTEMPORAINS AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble des classes des écoles maternelle et primaire qui est concerné par la création artistique.

Plus en détail

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2010 FRANÇAIS. Séries Technologique et Professionnelle. Coefficient : 2

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2010 FRANÇAIS. Séries Technologique et Professionnelle. Coefficient : 2 DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2010 FRANÇAIS Séries Technologique et Professionnelle Coefficient : 2 Première partie : 1 h 30 - Questions (15 points) et réécriture (5 points) 1 h 15 - Dictée (5 points)

Plus en détail

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture Le journal des CE1 et CE2 Vendredi 13 mars 2003 Une nouvelle maîtresse Après les vacances de février (c est à dire depuis le lundi 24 février 2003), nous avons eu une nouvelle maîtresse qui s appelle Aurélie.

Plus en détail

DOSSIER D'ACTIVITES SUR TUXPAINT Dessiner avec Tuxpaint. Objectifs :

DOSSIER D'ACTIVITES SUR TUXPAINT Dessiner avec Tuxpaint. Objectifs : DOSSIER D'ACTIVITES SUR TUXPAINT Dessiner avec Tuxpaint Objectifs : Apprendre à l apprenant à connaître l'ordinateur Apprendre à l'apprenant à allumer l'ordinateur Faire découvrir à l'apprenant Linux Faire

Plus en détail

Guide pédagogique. L ADEME contribue à la lutte contre le bruit. Collection Planète Précieuse

Guide pédagogique. L ADEME contribue à la lutte contre le bruit. Collection Planète Précieuse 5165 Août 2004 Réalisation France Conseil - Imprimerie Edgar. Guide pédagogique L ADEME contribue à la lutte contre le bruit Collection Planète Précieuse PUBLIC Enseignants du cycle 3 (CE2, CM1 et CM2).

Plus en détail

Dans cette banque, cette expérience peut varier selon les personnes. La relation de la même demande par une autre enquêtrice vaut le déplacement

Dans cette banque, cette expérience peut varier selon les personnes. La relation de la même demande par une autre enquêtrice vaut le déplacement A la recherche des conditions générales de compte Cette enquête ne serait pas complète si nous n avions pas pris le soin de savoir dans quelles conditions les conventions bancaires sont restituées aux

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail