THE WORLD BANK. Modèle bottom-up de détermination des tarifs d interconnexion pour les régulateurs africains. Version 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THE WORLD BANK. Modèle bottom-up de détermination des tarifs d interconnexion pour les régulateurs africains. Version 3"

Transcription

1 THE WORLD BANK Modèle bottom-up de détermination des tarifs d interconnexion pour les régulateurs africains Version 3 Guide de présentation et d'utilisation Décembre 2004 Auteurs Laurent Gille ENST Paris Christophe Rudelle Consul TIC

2 VERSION 3 SOMMAIRE Avertissement Ce manuel d'utilisation est la troisième édition du manuel d'utilisation du modèle de détermination des coûts d'interconnexion initialement développé par la Banque Mondiale et le PPIAF pour les pays africains. Ce manuel a d'abord été publié par le Public-Private Infrastructure Advisory Facility (PPIAF). PPIAF est un organisme de don d'assistance technique formé pour aider les pays en développement à améliorer leurs infrastructures à travers l'implication du secteur privé. Pour plus d'informations sur PPIAF? Consulter leur site web: Ce modèle et manuel ont été préparés en 2000 par une équipe placé sous la coordination de Paul Noumba Um, de la Policy Division of the Global Information and Communications Technology Department de la Banque Mondiale. La première version a été construite par une équipe du BIPE (cf. Une deuxième version du modèle a vue le jour en 2003 sur un financement complémentaire de la Banque Mondiale accordé au Bipe. Cette troisième version a été mise au point à Télécom Paris en 2004 (www.enst.fr ). Malgré toutes les précautions apportées à la réalisation du modèle et du manuel, les auteurs ne portent aucune responsabilité quant aux calculs qui pourront en être issus et de toute conséquence qui peut résulter de leur utilisation. Les résultats doivent être considérés comme une aide à la décision et certainement pas comme des calculs exacts des coûts d'interconnexion compte tenu de l'incertitude qui affecte les hypothèses. Décembre

3 VERSION 3 SOMMAIRE Présentation Ce manuel accompagne la version 3 du modèle bottom-up de détermination des tarifs d'interconnexion pour les pays d'afrique sub-saharienne, développé initialement par le BIPE pour PPIAF et la Banque Mondiale, et enrichi de nouvelles fonctionnalités par Laurent Gille, de Telecom Paris et Christophe Rudelle, de la société Consul TIC. IMPORTANT : Afin de faciliter la lecture de cette nouvelle version du manuel du modèle, les ajouts par rapport à la version précédente sont identifiés en début de paragraphe par le symbole suivant :i. Ce manuel présente successivement: En partie 1, les principes des modèles bottom-up de détermination de tarifs En partie 2, un guide d'utilisation du modèle En partie 3, une description plus approfondie de la modélisation retenue Quelques annexes viennent compléter cette présentation. Le modèle construit par le BIPE a été dérivé du modèle construit par Europe Economics 1 (EE) à la demande de la Commission Européenne. Ce modèle et ses manuels sont disponibles à l'adresse URL suivante 2 : Pour faciliter l'appropriation du modèle par les régulateurs ayant déjà utilisé le modèle EE, la présentation et la structure du modèle Afrique s'inspirent très largement du modèle EE. Néanmoins, pour tenir compte des spécificités africaines, le modèle proposé a été entièrement reconstruit; il contient également une estimation des tarifs de collecte et de terminaison d'appels sur les réseaux mobiles, une réconciliation top-down, une estimation du coût des liaisons louées qui n'existent pas dans le modèle EE. Nous tenons ici à remercier les opérateurs, régulateurs, consultants et constructeurs du Burkina Faso, de Côte d'ivoire, du Sénégal et de France qui ont concouru à la bonne réalisation de ce travail. 1 Europe Economics peut être contacté à l'adresse suivante: Chancery House, Chancery Lane, London WC2A 1QU, Telephone: (+44) (0) , Fax: (+44) (0) Voir April Final Report on the Study of an adaptable "bottom-up" model capable of calculating the forwardlooking, long-run incremental costs of interconnection services for EU Member States, prepared for the European Commission by European Economic Research Ltd (Europe Economics). This Study has resulted in the production of a model spreadsheet in MS-Excel format [EN, 4 Mb] (with a voluminous User Guide) which is described in the Main Report [EN, 440 kb] and an Executive Summary [EN, 65kb] (both available here as Adobe Acrobat *.pdf files). Décembre

4

5 VERSION 3 SOMMAIRE Sommaire Synthèse 4 1 Les principes de la modélisation La régulation de l'interconnexion Les ressources essentielles La tarification des ressources essentielles L'orientation vers les coûts Les méthodes de détermination des coûts Les coûts génériques d une firme multiproduits Critères économiques d'appréciation des coûts Les notions de coût économique Les spécificités temporelles des coûts La méthode CMILT appliquée aux pays africains Le principe des CMILT La définition de l'incrément Définition de l'incrément Les spécificités des réseaux africains Principes et logique de la modélisation Les principes de la modélisation La logique de la modélisation La pratique de la modélisation 43 2 Guide d'utilisation Entrée des hypothèses Hypothèses de demande Hypothèses techniques sur le réseau Hypothèses sur les facteurs de routage Hypothèses sur les coûts Hypothèses sur le réseau mobile Les feuilles résultat Les résultats La gestion du modèle Modules optionnels Optimisation du réseau fixe Description du réseau de BTS Approche top-down et réconciliation avec l approche bottom-up Coût du réseau local 77 3 Le fonctionnement du modèle bottom-up Rappel des principes de base Logique des feuilles de calculs intermédiaires Les capacités ("Capa") Les capacités de transmission ("Capa ElTr") Les capacités en infrastructures ("Capa Infra") Les coûts Les coûts totaux ("Tot") Les calculs des réseaux mobiles Conclusion 92 Décembre

6 VERSION 3 SOMMAIRE 4 Annexes Annexe 1: Approche économique des coûts Calcul sans prise en compte du progrès technique Calcul avec prise en compte du progrès technique Partie récurrente et non récurrente du recouvrement des coûts Annexe 2 : Approche du coût du capital Valeurs comptables et valeurs de marché Effet de l'impôt sur les bénéfices Appréciation de re et de rd* Annexe 3 : Les solutions en concentrateurs radio Annexe 4 : Bibliographie 105 Décembre

7 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE Synthèse Objectifs généraux Les négociations entre opérateurs relatives aux coûts d'interconnexion dans les pays africains deviennent un enjeu majeur au fur et à mesure que les marchés s'ouvrent. Si la plupart des législations contiennent des obligations d'orientation vers les coûts des tarifs d'interconnexion, rares sont les régulateurs à pouvoir les mettre concrètement en œuvre. Disposant rarement de la référence que peuvent constituer les meilleures pratiques en la matière, les régulateurs ne disposent pas de l'information et des outils qui leur permettraient d'arbitrer les négociations sur les tarifs d'interconnexion et de juger de l'orientation vers les coûts des propositions qui sont faites par les opérateurs historiques. Les modèles construits pour les pays développés s'appliquent difficilement aux pays africains. En effet, les réseaux africains sont de petite taille quoique très étendus. Ils font appel à des architectures et des technologies spécifiques pour concilier un marché de faible importance et une desserte la plus large possible. C'est dans ce contexte qu'à la demande de la Banque Mondiale, le BIPE a développé en 2000 un modèle spécifique de détermination des coûts d'interconnexion pour les pays africains. Ce modèle appartient à la famille des modèles CMILT 3 de type bottom-up, c'est à dire qu'il vise la détermination des tarifs d'interconnexion en reconstruisant les coûts d'un réseau africain efficient avec les meilleures technologies et aux coûts actuels de ces technologies. De plus, ce modèle estime également les coûts d'interconnexion d'un réseau mobile. Ce modèle a été amélioré substantiellement à deux reprises: en 2003 par le Bipe pour la Banque Mondiale et en 2004 par Télécom Paris pour un certain nombre de régulateurs l'utilisant, notamment l'artel du Burkina Faso. Le modèle actuel, s'il reste bâti sur les mêmes principes que le modèle de 2000, offre des fonctionnalités supérieures. Les coûts de cinq catégories de services d'interconnexion sont estimés par le modèle pour le réseau fixe, ainsi que désormais une estimation du coût des liaisons louées. Si le modèle nécessite l'entrée des informations permettant de caractériser le réseau, il tente d'endogéneiser au maximum un certain nombre de paramètres cruciaux, tels les facteurs de routage, et propose de nombreuses valeurs par défaut, pour pallier de fréquentes lacunes des systèmes d'information de ces réseaux. Il est destiné à offrir aux régulateurs et aux opérateurs non seulement un outil d'aide à la décision, mais également un stimulant pour mieux appréhender les logiques de la régulation d'un secteur ouvert à la concurrence où subsistent de fortes positions dominantes. Les principes de la modélisation L'obligation d'interconnexion de réseaux en concurrence s'impose: il ne saurait être question de dupliquer une infrastructure dispendieuse et de contraindre les abonnés à souscrire autant de raccordements qu'il y aurait de réseau. Par ailleurs, dans une économie de marché, la liberté de négociation et de contractualisation doit s'exercer dans le cadre de cette obligation. Mais, une fois ces principes posés, il est nécessaire de tenir compte d'éventuelles disparités qui pourraient rendre ces négociations inéquitables: ce peut être le cas dès lors qu'une des parties est en situation dominante sur le marché considéré. 3 Coûts moyens incrémentaux de long terme Décembre

8 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE Dans ce cas, les réglementations des télécommunications prévoient un certain nombre de gardefous: d'une part, une intervention du régulateur pour avaliser des conditions équitables d'interconnexion, et d'autre part, un principe supplémentaire d'orientation vers les coûts des tarifs d'interconnexion. Il est donc nécessaire pour les régulateurs de pouvoir apprécier l'orientation vers les coûts des tarifs d'interconnexion qui sont proposés par l'opérateur historique, en situation de dominance incontestable quand s'ouvrent les marchés. Apprécier cette orientation vers les coûts nécessite de pouvoir maîtriser la formation des coûts des services d'interconnexion. Mais, un opérateur de télécommunication exerce une activité complexe. Il met en œuvre des réseaux formés d'investissements lourds et étalés dans le temps. Il offre un portefeuille de services qui sont plus ou moins interdépendants, c'est à dire font souvent appel aux mêmes ressources productives. De plus, certains services sont vendus au détail (sur le marché final) tandis que d'autres, tels les services d'interconnexion, sont vendus à d'autres opérateurs et forment ce que l'on pourrait appeler une offre de gros. Apprécier les coûts d'une gamme de services nécessite donc dans un tel contexte de pouvoir allouer les coûts encourus aux différentes activités de l'opérateur. Différentes méthodes d'allocation des coûts ont été proposés par les économistes. Certaines sont basées sur la comptabilité de l'opérateur et consistent à allouer les coûts historiques aux différents services selon des principes édictés par les régulateurs. D'autres, au contraire, estiment les coûts en reconstituant les réseaux à partir des technologies actuelles disponibles. Il est généralement considéré que ces dernières, dénommées méthodes des coûts moyens incrémentaux de long terme (CMILT) sont les plus indiquées pour estimer les coûts des services d'interconnexion. Plus précisément, on retient un modèle CMILT de type bottom-up. Les méthodes CMILT estiment les coûts engendrés par l'offre d'un sous-ensemble de services faisant appel aux mêmes éléments de réseau. Les coûts considérés sont ceux qui seraient évités si ces services n'étaient pas offerts. Pour comprendre et appliquer ces méthodes, un certain nombre de considérations relatives à la nature des coûts sont nécessaires. Elles sont rappelées dans la partie 1 de ce rapport. Notamment, il faut délimiter le sous-ensemble de l'activité dont on cherche à apprécier les coûts, sous-ensemble nommé incrément. Pour l'estimation du coût des services d'interconnexion, l'incrément retenu est formé des éléments de réseau appartenant au réseau dit général, c'est à dire partagés entre les utilisateurs à l'exception des éléments de réseau dédiés aux usagers dont le dimensionnement ne varie pas du fait des services d'interconnexion. Le modèle proposé tient compte de la spécificité des réseaux africains. Celle-ci s'exprime sur plusieurs points: Un faible volume de lignes déployés sur des territoires importants Une concentration du trafic sur un petit nombre d'agglomérations Un réseau de transit quasi-inexistant et un réseau de transmission de faible capacité La présence fréquente de systèmes de concentration rurale recourant à des systèmes radio de type AMRT La présence possible de réseaux domestiques par satellite Ces spécificités sont prises en compte dans le modèle. Notamment, les concentrateurs radio ruraux sont intégrés dans l'incrément. Décembre

9 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE Le modèle tient compte de 6 types de nœuds et 5 types d'artères entre ces nœuds que résume le tableau suivant: Nœuds CTI CT CAA URAD SC ST CTI CT CAA URAD SC ST Vers CTI CT-CT CT-CAA CAA-CAA URAD-CAA (Lien local) SC-ST Le modèle tient compte de deux niveaux de transit, le transit international (CTI) et le transit domestique, souvent absent. Les fonctions de transit sont en effet fréquemment assurées par les Commutateurs locaux (Commutateurs à Autonomie d'acheminement CAA) sur lesquels sont raccordés des abonnés. Sur les CAA, viennent se greffer des URAD (Unités de raccordement d'abonnés distantes). Enfin, les concentrateurs radio de technologie AMRT sont caractérisés par des stations centrales (SC) et des stations terminales (ST). La modélisation des coûts retient une approche: 1. de long terme, c'est à dire que tous les coûts sont rendus variables, y compris les investissements dimensionnés pour le trafic écoulé 2. prospective, c'est à dire que le modèle considère les coûts actuels et non les coûts historiques 3. efficiente, le modèle prenant en compte les meilleures techniques dans le cadre néanmoins d'une approche dite "scorched node" retenant la topologie existante des nœuds. 4. économique, et non comptable, consistant notamment à transformer en annuités constantes équivalentes les coûts d'investissements 5. bottom-up, consistant à reconstruire le réseau selon les principes précédents 6. basée sur une seule unité d'œuvre, la minute de communication. Le modèle se présente sous la forme d'un classeur Excel doté de 31 feuilles, dont 14 sont accessibles par une feuille Menu d'interface. Il donne les coûts d'interconnexion de cinq services d'interconnexion sur les réseaux fixes (interconnexion locale, interconnexion simple transit, interconnexion double transit, interconnexion transit, interconnexion transit international) et de deux services d'interconnexion sur réseaux mobiles (terminaison et collecte). Il a été construit en partant de la modélisation proposée par Europe Economics dans son étude pour la Commission Européenne. Toutefois, hormis une présentation voisine et la reprise de certains algorithmes, le modèle proposé est largement reconstruit pour tenir compte des spécificités africaines. Son élaboration doit beaucoup aux concours apportés par des opérateurs et régulateurs africains ainsi que par des constructeurs de matériels. Il a largement bénéficié de son utilisation concrète dans différents contextes africains qui ont permis d'améliorer ses fonctionnalités et sa robustesse. Décembre

10 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE Guide d'utilisation Le Guide d'utilisation qui est proposé en deuxième partie accompagne l'utilisateur, à partir du menu, dans l'alimentation du modèle et l'obtention des résultats. Ayant choisi une langue de travail (anglais ou français), l'utilisateur est d'abord invité à alimenter le modèle en inputs requis. Trois types d'hypothèses sont nécessaires: des hypothèses qui dépendent spécifiquement du réseau analysé et qui le caractérisent en terme de dimensionnement et de structure. Les valeurs correspondantes doivent être impérativement renseignées dans les cases bleues prévues à cet effet; des hypothèses pouvant être communes à plusieurs réseaux et qui sont renseignées par défaut; ces hypothèses peuvent être modifiées par l'utilisateur si il juge les valeurs par défaut non pertinentes; deux cas se présentent: o les valeurs par défaut sont des valeurs non calculées: elles sont présentes dans o des cases vert clair et peuvent être modifiées dans ces cases les valeurs par défaut sont des valeurs calculées à partir des inputs de l'utilisateur: elles sont alors présentées sous forme de tableau à droite de cellules bleu clair vierges qui sont prévues pour entrer des valeurs alternatives qui sont alors prises en compte. des données sur les coûts comptables (exploitation et immobilisations brutes) qui vont permettre d'une part d'encadrer la détermination des coûts communs, d'autre part de jauger les résultats des calculs bottom-up et enfin d'offrir quelques estimations des coûts de détail. Une fois l'ensemble des hypothèses renseignées ou validées, l'utilisateur peut prendre connaissance des résultats. Ceux-ci contiennent un certain nombre de tableaux: le premier tableau donne les coûts à la minute des différents éléments de réseau (nœuds et artères) le deuxième donne les résultats attendus, à savoir les coûts des services d'interconnexion, mais sous trois formes: o une première ligne fournit les coûts d'interconnexion moyens tels qu'ils résultent des facteurs de routage retenus en comprenant les coûts des concentrateurs radio o une deuxième ligne fournit les coûts d'interconnexion en éliminant les coûts des concentrateurs radio AMRT (ces coûts sont comparés aux meilleures pratiques africaines et européennes connues en monnaie locale et en euros) o Enfin, un tableau traduit ces coûts moyens en tarifs selon les niveaux tarifaires en vigueur (selon l'heure ou le jour) Puis, viennent des tableaux similaires simplifiés pour les réseaux mobiles. Sur les feuilles de réconciliation top-down et bottom-up, un certain nombre d'estimations des coûts de détail sont par ailleurs proposées. Ayant entré un ensemble de données, l'utilisateur peut tester leur sensibilité en sauvegardant différentes versions du modèle dotées d'hypothèses différentes. Décembre

11 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE Le modèle Le modèle est plus particulièrement décrit dans la troisième partie de ce rapport. La logique globale du modèle est assez simple: 1. le modèle part d'une nomenclature d'éléments de réseau (nœuds et artères) 2. chaque service utilise dans des proportions différentes ces éléments. Les facteurs de routage représentent le nombre moyen d'utilisation d'un élément donné par le service considéré. Grâce à ces facteurs de routage, le modèle calcule la charge totale supportée en minutes de trafic par chaque élément de réseau. 3. le modèle dimensionne certains éléments de réseaux (notamment de transmission) dans le cadre de la topologie saisie 4. le modèle agrége l'ensemble des coûts pour chaque élément de réseau et en déduit un coût à la minute. 5. le modèle calcule les coûts d'interconnexion en fonction de l'usage par les services d'interconnexion des différents éléments de réseau 6. le modèle utilise les données comptables pour estimer les ratios de coûts communs à appliquer Reprenons ces étapes. Le réseau est donc considéré comme constitué d'éléments de réseau: ceux-ci sont de deux types (des nœuds et des artères): toute communication ou tout service d'interconnexion (qui est une forme particulière de communication) emprunte en moyenne x fois chacun de ces éléments (x pouvant varier de 0 à quelques unités au maximum): ces facteurs x sont appelés les facteurs de routage. On peut ainsi déterminer combien de minutes de trafic (tous trafics confondus) ces éléments de réseau supportent. Par ailleurs, le modèle calcule le coût de l'investissement et de l'exploitation de ces élément de réseau. Ces coûts sont formés de quatre composantes: Coûts attribuables Coûts communs Coûts d'investissement Coûts d'exploitation Les coûts communs sont issus d'hypothèses exprimées en % des coûts attribuables, tant pour l'investissement que pour l'exploitation. Il s'agit là soit d'hypothèses posées par le régulateur, si aucune source ne permettant d'apprécier de façon fiable la proportion de coûts communs intervenant en mark-up, soit de ratios provenant de l'analyse des coûts comptables menée de façon top-down dans les feuilles prévues à cet effet. Les coûts attribuables sont calculés. Les coûts d'exploitation sont formés de deux termes: un coût proportionnel aux investissements qui est un coût de maintenance et d'exploitation directe en quelque sorte de l'élément de réseau (pièces détachées, part matérielle de la maintenance préventive et corrective, énergie consommée etc.) et un coût du personnel affecté à l'exploitation Sur de petits réseaux très étendus, le coût en personnel ne peut guère être évalué en % des coûts d'investissement. De plus, ceux-ci sont grevés de facteurs spécifiques très variables qui rendent difficiles cet assujettissement aux coûts d'exploitation. Il est donc demandé au titre des hypothèses le volume de personnel requis par un opérateur efficient pour exploiter le réseau et Décembre

12 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE le calcul des coûts salariaux de ce personnel est réparti sur les éléments de réseau en fonction des hypothèses fournies. Ce sont évidemment les coûts d'investissements qui font l'objet du maximum de calculs à partir de l'estimation du volume requis de chaque élément de réseau et du coût unitaire de chaque élément. Pour ce faire, le montant du trafic affecté à chaque élément de réseau à l'heure chargée sert de base à son dimensionnement, puis au décompte des volumes unitaires de chaque élément. Grâce aux données de prix unitaire de ces éléments, le coût total de l'investissement de chaque élément est calculé: les coûts d'exploitation, puis les coûts non attribuables lui sont alors affectés et un coût global à la minute écoulé par chaque élément est alors produit. Affectés au trafic d'interconnexion, ces coûts à la minute permettent de calculer le coût des services d'interconnexion. Ceux-ci sont alors modulés par le gradient horaire appliqué aux services de détail. Pour plus de lisibilité, le modèle construit les coûts sur trois étapes: les nœuds sont considérés comme des éléments de commutation et leurs coûts d'investissement sont régis avec des parts fixes et des parts variables au BHE (Business Hour Erlangs transformés en 2 Mbps) et à l'abonné. Les artères ou liaisons relient les nœuds. Elles sont donc d'abord caractérisées par la nature des nœuds qu'elles relient. Les artères font l'objet de calculs se situant à deux niveaux: un niveau dit transmission, qui permet notamment de déterminer les équipements électroniques de transmission, principalement sur les anneaux SDH un niveau dit infrastructure qui permet de déterminer le substrat des artères; les infrastructures comprennent trois types de technologies: des tranchées, des faisceaux hertziens (FH) et des liaisons par satellite. Les tranchées sont ventilées par géo-types (urbain, périurbain, rural) correspondant à différentes technologies d'enfouissement (enrobé, allégé, pleine terre). Les faisceaux sont caractérisées par la nature de leurs pylônes (légers, moyens ou lourds). Les artères sont dimensionnées par le trafic à l'heure chargée exprimée en capacité (Mbps). Elles sont dimensionnées pour le réseau téléphonique commuté et les liaisons louées que le réseau général supporte. Des hypothèses sur le partage de certains éléments infrastructurels avec d'autres réseaux (par exemple réseaux d'accès) permettent de partager des coûts qui ne sont pas entièrement supportés par le réseau général. Les feuilles de calcul du modèle sont ordonnées pour prendre en charge ces différentes étapes. Le modèle comprend 31 feuilles structurées ainsi: une feuille Menu pour la navigation de l'utilisateur 18 feuilles formant le cœur du modèle pour le réseau fixe explicitées ci-après (dont 5 pour le réseau d accès, module optionnel, et 2 feuilles pour l approche top-down, elle aussi optionnelle) 10 feuilles spécifiques aux réseaux mobiles 2 feuilles communes aux réseaux fixe et mobile, les facteurs de routage et les coûts Les 13 feuilles du cœur du modèle se répartissent ainsi: 4 feuilles recueillant les hypothèses 1 feuille permettant l optimisation des nœuds du réseau Décembre

13 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE 1 feuille calculant le trafic pour dimensionner les éléments de réseaux 2 autres feuilles dimensionnant la transmission et les infrastructures 3 feuilles de calcul des coûts (commutation, transmission et infrastructures) 1 feuille de récapitulation des coûts totaux (y compris les coûts communs) et de calcul des coûts unitaires par minute et par élément 1 feuille de présentation des résultats Le cœur du modèle est synthétisé sur le schéma suivant: Hypothèses Demande "Demand" Réseau "Tech" Facteurs Routage "FactRout" Coûts unitaires "UCosts" Trafic Trafic "Capa" Dimensionnement Transmission "Capa Eltr" Infrastructures "Capa Infra" Coûts Commutation "Costs Sw" Transmission "Costs Tr" Infrastructures "Costs Infra" Résultats Totaux "tot" Résultats "results" Conclusion L'analyse et l'utilisation de ce modèle apporte aux régulateurs et opérateurs africains: une meilleure compréhension des logiques économiques de l'interconnexion une appréciation des coûts d'interconnexion d'un réseau donné une possibilité d'estimer la sensibilité des coûts à un certain nombre de facteurs. une confrontation aux données comptables une estimation grossière des coûts de détail Un modèle n'est jamais parfait. Il simplifie et réduit de ce fait inévitablement une réalité toujours plus complexe qui résulte d'une suite de décisions et de contingences qu'un modèle, aussi complet soit-il, n'arrivera jamais à saisir en totalité. Mais, la réalité comptable n'est souvent pas plus satisfaisante. Aussi, ce modèle bottom-up de type CMILT doit-il constituer un outil d'aide à la décision. En l'absence fréquente de systèmes d'information technique et comptable appropriés, les régulateurs et les opérateurs africains ne disposent d'aucun outil leur permettant de valider l'orientation vers les coûts des tarifs d'interconnexion qui sont actuellement négociés. Ce modèle doit permettre de progresser dans cette voie en mettant à leur disposition un outil aisément appropriable et qui tient compte des spécificités des réseaux africains. Décembre

14 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE Par ailleurs, cette démarche peut avoir deux incidences fortes en matière de systèmes d'information réglementaires: aider à définir les informations que le régulateur doit absolument suivre, de façon à pouvoir renseigner ce type de modèle; cette exigence d'informations devrait aller jusqu'à la collecte d'informations comptables analytiques permettant d'apprécier un certain nombre de ratios clés (par exemple, la part des coûts communs affectables aux différents produits) reporter la charge du benchmarking sur un faisceau d'informations entrées en inputs de ce modèle. Si l'intérêt d'un benchmarking des tarifs d'interconnexion pratiqués en Afrique reste important, il est clair que celui-ci ne peut fournir que des fourchettes relativement larges compte tenu de la diversité des contextes socio-économiques et géographiques des Etats africains. Un modèle bottom-up reporte de facto la charge du benchmarking sur des hypothèses du modèle dont la variabilité doit être beaucoup moins forte (prix unitaire des équipements par exemple, ou proportion de coûts communs etc.). Un débat a récemment été ouvert sur la pertinence d'approches bottom-up en termes de coûts incrémentaux pour supporter la tarification de l'interconnexion. Ce débat illustre le fait qu'aucune solution miracle n'existe en la matière et que toutes révèlent à l'usage des imperfections. Néanmoins, ce type de méthode présente l'avantage d'aider opérateurs et régulateurs à mieux connaître la structure, le niveau et la dynamique des coûts des réseaux de façon à apprécier le "bon" niveau des tarifs d'interconnexion. Cette connaissance approfondie des coûts doit également permettre d'appréhender plus facilement d'autres questions importantes de la réglementation telles que le coût de l'accès universel, le coût des liaisons louées ou le niveau du facteur X représentant les gains en productivité à prendre en compte dans une régulation des prix de type price cap etc. Elle peut aussi grandement faciliter la résolution des conflits par les régulateurs. S'engager dans cette démarche, c'est au fond s'engager dans une démarche analytique des coûts qui ne peut qu'être profitable à tous ceux que préoccupe la dynamique des marchés et de l'industrie des télécommunications. Décembre

15 VERSION 3 PRESENTATION DE LA METHODE 1 Les principes de la modélisation 1.1 La régulation de l'interconnexion La plupart des pays africains ont adopté dans les 10 dernières années des législations ouvrant leur marché des télécommunications, ou en tout cas, certains segments de ces marchés, à la concurrence. Notamment, deux à cinq opérateurs mobiles ont été généralement autorisés à offrir leurs services. En ce qui concerne les réseaux fixes, la situation est plus variée et des licences exclusives temporaires ont été fréquemment accordées aux opérateurs historiques. Dans la plupart des pays africains, un régulateur indépendant a été mis en place. Parmi ses fonctions, la régulation de l'interconnexion apparaît à l'expérience comme une des principales, en tout cas, en phase d'ouverture des marchés. En effet, une fois autorisés, les nouveaux opérateurs doivent interconnecter leurs réseaux au moins avec l'opérateur historique: cette obligation est présente dans toutes les législations de façon à ce que deux abonnés téléphoniques puissent se joindre en toute circonstance. Cette obligation d'interconnexion soulève des questions de nature technique (comment réaliser concrètement l'interconnexion), juridique (quels types d'accord doivent être conclu) et économiques (à quel tarif le service d'interconnexion doit-il être rendu). Nous nous intéressons ici essentiellement au problème des tarifs d'interconnexion. La majeure partie des réglementations en vigueur prévoit que les accords d'interconnexion sont librement conclus entre les parties, sous réserve de la prise en compte d'exigences de droit public prévues dans la réglementation. Néanmoins, la régulation tient compte du fait qu'il existe fréquemment une très grande asymétrie entre les opérateurs, puisqu'on trouve d'un coté un opérateur historique, exploitant le réseau national fixe et souvent un réseau cellulaire, et qui sort progressivement d'une situation de monopole, et d'autre part, un nouvel entrant démarrant de zéro son activité Les ressources essentielles Quant existe un acteur dominant sur le marché (et il faut définir ce qu'est un acteur dominant), on considère que certaines ressources qu'il exploite sont des ressources essentielles. On entend par ressources essentielles des ressources qu'il serait inéconomique de dupliquer et qui doivent de ce fait être ouvertes à tout utilisateur qui en ferait la demande. Ce sont en quelque sorte des ressources qui doivent être mises en commun entre les acteurs économiques qui ont besoin d'y recourir. Dans certains secteurs infrastructurels, cette ouverture apparaît évidente. Ainsi, on ne saurait admettre qu'une compagnie aérienne exploite pour son seul compte un aéroport qu'elle détiendrait situé à proximité d'une ville: toute compagnie qui souhaite ouvrir une ligne sur cette ville, dès lors qu'elle a été autorisé par l'etat, doit pouvoir le faire sans construire un deuxième aéroport: d'une part pour des raisons publiques (il ne serait pas raisonnable d'ouvrir un second aéroport), d'autre part, parce que la concurrence serait extrêmement biaisée si la première compagnie peut exploiter son aéroport sur mettons 50 lignes et que la seconde doive amortir un aéroport dont la construction comprend beaucoup de coûts fixes indépendants du nombre de lignes à desservir disons sur 2 lignes aériennes. D'où en général l'existence d'un exploitant indépendant des compagnies qui gère les infrastructures aéroportuaires et les met à disposition de quiconque a le droit d'ouvrir des lignes aériennes. Décembre

www.anrt.net.ma la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant

www.anrt.net.ma la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant Plan : Introduction Objectifs

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Modèles récapitulatifs

Modèles récapitulatifs Modèles récapitulatifs LES MODELES DE COUTS Méthode de calcul Top Down Bottom Up Modèle hybride LES DIFFERENTS MODELES Modèles Bottom up Modèles Top down CMILT Bottom Up Reconstruire un réseau optimal

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 01 165 de l'autorité de régulation des télécommunications en date du 9 février 2001 sur les décisions tarifaires n 2000396 et n 2001423 relatives au prix des communications à destination de certains

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Décision 04/78/ILR du 6 juillet 2004

Décision 04/78/ILR du 6 juillet 2004 Décision 04/78/ILR du 6 juillet 2004 concernant les règles relatives à la solution technique pour l'introduction de la portabilité des numéros mobiles Vu la loi modifiée du 21 mars 1997 sur les télécommunications

Plus en détail

Décision 00/36/ILT du 23 mai 2000. Portabilité de numéros téléphoniques

Décision 00/36/ILT du 23 mai 2000. Portabilité de numéros téléphoniques Décision 00/36/ILT du 23 mai 2000 Portabilité de numéros téléphoniques Vu la loi du 21 mars 1997 sur les télécommunications et notamment l'article 33; Vu le règlement grand-ducal du 22 décembre 1997 fixant

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b)

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Le modèle de la Banque mondiale a été développé dans le souci de respecter cette législation.

Le modèle de la Banque mondiale a été développé dans le souci de respecter cette législation. CMILT BOTTOM UP Principes directeurs 1er principe : les coûts pris en compte doivent être pertinents, c està-dire liés par une forme de causalité directe ou indirecte au service rendu d interconnexion;

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 1 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 1 : Méthode de calcul des couts d une compagnie d

Plus en détail

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS Article 11.1 : Portée et champ d application 1. Le présent chapitre s applique : a) aux mesures adoptées ou maintenues par une Partie qui ont une incidence sur l accès

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence Portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe aux

Plus en détail

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Sylvain Géron Directeur Associé Polyconseil 22/05/2008 Polyconseil - sylvain.geron@polyconseil.fr Polyconseil Directeur associé : - ARCEP,

Plus en détail

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION TARIFICATION Page 1 de 29 Table des matières 1 INTRODUCTION... 5 2 HISTORIQUE DES CRÉDITS POUR ALIMENTATION

Plus en détail

Février 2005 MARCHES PERTINENTS DE LA TERMINAISON D APPELS SUR OBL TIERS FEVRIER 2005

Février 2005 MARCHES PERTINENTS DE LA TERMINAISON D APPELS SUR OBL TIERS FEVRIER 2005 Réponses de FREE à la consultation publique relative à l analyse du marché de la terminaison d appels sur les réseaux fixes tiers effectuée par l Autorité de régulation des télécommunications Février 2005

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Norme comptable relative aux Contrats de construction

Norme comptable relative aux Contrats de construction NC 09 Norme comptable relative aux Contrats de construction Objectif 01. Les contrats de construction portent généralement sur la construction d'immeubles, de barrages, de ponts, de bateaux ou d'autres

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DÉCISION DU CONSEIL DE L IBPT DU 20/11/2012 CONCERNANT LA LISTE DE PLAFONDS QUE LES OPÉRATEURS DOIVENT PROPOSER À LEURS CLIENTS TEL QUE PRÉVU

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS COLLEGE Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS 2/14 NORME N 8 LES STOCKS NORME N 8 LES STOCKS SOMMAIRE 3/14 EXPOSÉ DES MOTIFS...

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Ordonnance de télécom CRTC 2007-202

Ordonnance de télécom CRTC 2007-202 Ordonnance de télécom CRTC 2007-202 Ottawa, le 5 juin 2007 Société TELUS Communications Référence : Avis de modification tarifaire 439 et 439A Retrait du service de Mini messagerie vocale Dans la présente

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

2B La résolution de modèles linéaires par Excel 2010

2B La résolution de modèles linéaires par Excel 2010 2B La résolution de modèles linéaires par Excel 2010 Nous reprenons ici, de façon plus détaillée, la section où est indiqué comment utiliser le solveur d'excel 2010 pour résoudre un modèle linéaire (voir

Plus en détail

Modèle de calcul des paramètres économiques

Modèle de calcul des paramètres économiques Modèle de calcul des paramètres économiques selon norme SIA 480 Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment Version 3.2 1. Introduction 1.1 Version Excel Le modèle de calcul a été développé

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique S i d l S i i OBSERVATIONS SUR LES RECOMMANDATIONS DU GROUPE D'EXPERTS DES COMPTES NATIONAUX (GECN) DANS

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164 DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 modifiant la directive 91/440/CEE du Conseil relative au développement

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

L expérience tunisienne en matière de régulation tarifaire

L expérience tunisienne en matière de régulation tarifaire L expérience tunisienne en matière de régulation tarifaire Abdelkarim BEN ALI Direction de la Régulation et du Suivi des Opérateurs Instance Nationale des Télécommunications de Tunisie 16 et 17 juin 2009,

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVR1405019A Intitulé du texte : Projet d arrêté modifiant l arrêté du 7 février 2007 relatif aux profils et aux droits unitaires de stockage. Ministère

Plus en détail

Positions sur l article 28 LTECV

Positions sur l article 28 LTECV UFE Positions sur l article 28 LTECV o Position sur la mise en œuvre de l article 28 LTECV (novembre 2015) o Réponse de l UFE à la concertation de la DGEC sur le projet de décret (décembre 2015) Novembre-décembre

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe» Communications locales, interurbaines, vers mobiles, depuis un poste fixe.

Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe» Communications locales, interurbaines, vers mobiles, depuis un poste fixe. Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe» Communications locales, interurbaines, vers mobiles, depuis un poste fixe Mars 2006 Autorité de Régulation des Communications électroniques

Plus en détail

annexe 6.2.4 - description détaillée du service de Colocalisation Dédiée

annexe 6.2.4 - description détaillée du service de Colocalisation Dédiée annexe 6.2.4 - description détaillée du service de Colocalisation Dédiée 1. description technique du Service (voir schémas explicatifs en fin de document) 1.1 pré-requis : débit minimal par prestation

Plus en détail

Recommandations CCC/ INTERFEL Procédure de passation

Recommandations CCC/ INTERFEL Procédure de passation Recommandations CCC/ INTERFEL Procédure de passation 1. Rappel Recommandations pour la passation de marché de fournitures de fruits et légumes frais (en l état, préparés, tranchés, parés), 4 ème gamme

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire DOSSIER DE PRESSE Sommaire COMMUNIQUE FICHE 1 : L Etude personnalisée en ligne FICHE 2 : Les services d assistance et de conseil patrimonial pour aller plus loin FICHE 3 : Qui sommes nous? ANNEXES : -

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits 1. INTRODUCTION AU CONCEPT DE STRATEGIE GENERIQUE Chapitre 3 : LE CHOIX D'UNE STRATEGIE GÉNÉRIQUE La troisième étape (choix d'une stratégie générique) de la démarche classique de la réflexion stratégique

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Le 8 octobre 2002 N o du dossier : R-3491-2002 Demande de renseignements n o 1 de la Régie à Hydro-Québec-Distribution Page 1 de 12 QUESTION 1

Le 8 octobre 2002 N o du dossier : R-3491-2002 Demande de renseignements n o 1 de la Régie à Hydro-Québec-Distribution Page 1 de 12 QUESTION 1 Page 1 de 12 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) RELATIVE À LA DEMANDE D AUTORISATION DE RÉALISER LE PROJET SYSTÈME D INFORMATION CLIENTÈLE (SIC) FONCTIONNALITÉS QUESTION

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe»

Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe» Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe» Communications locales, interurbaines, vers mobiles, depuis un poste fixe 2007 Autorité de Régulation des Communications électroniques et

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

Arrêté n 2013-3271/GNC du 19 novembre 2013

Arrêté n 2013-3271/GNC du 19 novembre 2013 pris en application de l article 3 de la loi du pays n 2013-8 du 24 octobre 2013 relative à la concurrence concernant le communiqué et le contenu du dossier de notification d une opération de concentration

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution Nom de l Institution Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Nom du projet Base de données salaires et durée conventionnels de travail Acronyme CAO-CCT Description du projet et contexte

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA

Conformité aux exigences de la réglementation 21 CFR Part 11 de la FDA Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA Définition de la réglementation 21 CFR partie 11 Au cours de la dernière décennie, l'industrie pharmaceutique a très rapidement

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications et notamment ses articles D.99 23 à D.99 26 ;

Vu le code des postes et télécommunications et notamment ses articles D.99 23 à D.99 26 ; Décision n 01 355 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 avril 2001 demandant à France Télécom d apporter des modifications à son offre de référence pour l accès à la boucle locale

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs Au menu... Les marchés en chiffre La place des consommateurs La régulation symétrique Les bénéfices des consommateurs Les limites de la régulation symétrique 2 Au menu... Les marchés en chiffre La place

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange.

Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange. Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange. Période de la consultation : 23 mai 2012-14 juin 2012 Contacts :

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2013-217

Décision de télécom CRTC 2013-217 Décision de télécom CRTC 2013-217 Version PDF Ottawa, le 7 mai 2013 Bell Aliant Communications régionales, société en commandite et Bell Canada Nouveaux tarifs applicables à l espace de co-implantation

Plus en détail

Comment investir dans les télécommunications

Comment investir dans les télécommunications Comment investir dans les télécommunications La loi-cadre sur les télécommunications prévoit trois régimes d exploitation distincts s appliquant à des services et des activités également distincts : -

Plus en détail