Outliers et anomalies saisonnières dans les données financières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Outliers et anomalies saisonnières dans les données financières"

Transcription

1 Outliers et anomalies saisonnières dans les données financières Amélie CHARLES et Olivier DARNÉ Résumé Dans ce papier, nous étudions le lien (éventuel) entre la présence d outliers dans les chroniques financières et l existence d anomalies saisonnières tel que l effet jour de la semaine. Nous montrons par des simulations de Monte Carlo que les points aberrants de type additive outlier biaisent de manière significative les tests sur les variables dichotomiques saisonnières, notamment pour des échantillons de grandes tailles. En effet, lorsque la taille d échantillon est importante, ce qui augmente la présence (possible) d outliers dans la série, le risque de détecter une anomalie saisonnière spécieuse est grand. Les données financières sont souvent affectées par des chocs occasionnés par des crises financières, des fusions d entreprises, des rachats, etc. Ces chocs peuvent être détectés par le biais des outliers. Nous avons appliqué la méthode développée par Chen et Liu (1993) sur plusieurs indices boursiers européens et sur des actions du CAC40. La comparaison des données ajustées et non ajustées confirment les résultats obtenus par simulation. De plus, ces points atypiques perturbent les caractéristiques de normalité des séries, notamment le skewness et le Jarque- Bera. Il s avère donc important, lorsque l on étudie l éventuelle existence d effets saisonniers dans les chroniques économiques, d identifier et de corriger ces outliers. En effet, sans un pré-traitement des données, les résultats peuvent être erronés. LAMETA-CNRS, Faculté des Sciences Economiques, Espace Richter, Avenue de la Mer, BP 9606, Montpellier cedex 1, France. et 1

2 Outliers et anomalies saisonnières dans les données financières Résumé Dans ce papier, nous étudions le lien (éventuel) entre la présence d outliers dans les chroniques financières et l existence d anomalies saisonnières tel que l effet jour de la semaine. Nous montrons par des simulations de Monte Carlo que les points aberrants de type additive outlier biaisent de manière significative les tests sur les variables dichotomiques saisonnières, notamment pour des échantillons de grandes tailles. Nous appliquons également une procédure de détection et de correction des outliers sur plusieurs indices boursiers européens et sur des actions de l indice français CAC40. La comparaison des données ajustées et non ajustées confirment les résultats obtenus par simulation. Outliers and seasonal anomalies in financial data Abstract In this paper, we study the (possible) relationship between the presence of outliers and the seasonal anomalies such as day-of-the-week effect, in financial time series. We show that the outliers as additive outliers disturb the seasonal dummies tests, specially for large sizes, from Monte Carlo simulations. We also apply a procedure to detect and correct the outliers for some european stock exchange indexes and some stocks of the CAC40 french index. The comparison of adjusted and non-adjusted data confirm the results obtained from simulations. 2

3 1 Introduction Depuis les années 80, de nombreux travaux s intéressent à la présence, sur les marchés financiers, d anomalies saisonnières. Selon Mills et Coutts (1995), l existence de ces anomalies va à l encontre même de la théorie de l efficience. En effet, d après ce concept, les marchés anticipent rationnellement les événements susceptibles d affecter les cours boursiers, ils sont donc informationnellement efficients. Or, selon des études récentes, diverses anomalies portant sur les rentabilités demeurent inexpliquées. Elles concernent la taille des firmes, les volumes de transactions relatifs en période de fermeture et d ouverture des marchés financiers et l évolution des cours boursiers, entre autres. Une place importante dans les travaux empiriques est accordée aux irrégularités observées dans les rentabilités et plus particulièrement celles qui ont trait à la saisonnalité : l effet janvier (Rozzef et Kinney, 1976, Keim, 1983, Roll, 1983, Durham, 2001, et Choudrhy, 2001, inter alia), l effet changement de mois (Ariel, 1987, et Lakonishok et Smidt, 1988), l effet jour férié (Fields, 1934, Ariel, 1990, et Agrawal et Tandom, 1994) ou bien encore l effet week-end (Cross, 1973, French, 1980, Gibbons et Hess, 1981, Solnik, 1990, Hamon et Jacquillat, 1992, et Charles et alii, 2002). L effet jour qui recouvre à la fois l effet week-end, l effet lundi et l effet d un autre jour a suscité un intérêt certain. De nombreuses études révèlent un effet jour à la bourse caractérisé par un rendement moyen journalier différent. De manière générale, le lundi admettrait un rendement moyen faible, voire négatif, alors que le rendement moyen quotidien le plus élevé surviendrait le mercredi ou le vendredi. Cet effet se traduit dans tous les cas par une rentabilité faible ou négative en début de semaine compensée par une rentabilité plus importante en milieu ou fin de semaine. Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, diverses études menées par Cross (1973), Gibbons et Hess (1981), Keim et Stambaugh (1984), Jaffe et Westerfield (1985), Harris (1986) et Smirlock et Starks (1986), entre autres, soulignent la présence de rentabilités négatives le lundi et de rentabilités positives le vendredi. Ces mêmes effets sont observés sur le marché français avec les travaux de Condoyanni et alii (1987), Solnik et Bousquet (1990), Hamon et Jacquillat (1992), Louvet et Taramasco (1992) et Barinci (1994), inter alia, et sur les marchés australien et japonais par Athanassakos et Robinson (1994) et Jaffe et Westerfield (1985). Aggarwal et Rivoli (1989) étudient la présence de ces irrégularités dans les marchés émergents tels que les marchés de Hong-Kong, 3

4 de Singapour, de la Malaisie ou des Philippines. Deux hypothèses sont formulées pour expliquer l effet jour : l hypothèse de temps calendaire et celle du temps d échange. La première stipule que les rendements boursiers sont en moyenne proportionnels à la durée de détention, ce qui implique une rentabilité le lundi trois fois supérieure à celle des autres jours 1. Selon la seconde, si les rendements sont proportionnels à la durée de négociation des valeurs alors la rentabilité du lundi doit être identique à celle des autres jours. Cependant, aucune de ces hypothèses ne semble correspondre aux observations empiriques, elles permettent seulement de donner une base parfaitement rationnelle à certaines irrégularités. Diverses explications visant à éclairer le débat sont avancées pour justifier ces anomalies saisonnières dans les rentabilités boursières. Ainsi, certaines imputent ces résultats à des erreurs de mesure (Connolly, 1989), à des erreurs dans les données (Cornell, 1985, et Dyl et Maberly, 1986), d autres associent ces anomalies à la nature et à la chronologie de l information diffusée par les firmes (Penman, 1987, Damodoran, 1989 et Lakonishok et Maberly, 1990) ou bien encore à une instabilité de l environnement (Fortin, 1990, et Lakonishok et Levi, 1982). Toutefois, aucune de ces explications ne semblent complètement satisfaisantes. Parallèlement, de plus en plus travaux se consacrent à l étude des événements économiques majeurs, qualifiés d outliers, tels que les chocs pétroliers, les guerres, les crises financières, les changements de régime politique, les catastrophes naturelles, etc., qui affectent les séries temporelles. Il apparaît ainsi que ces valeurs atypiques peuvent biaiser l estimation et la prévision des modèles ARMA linéaires (Ledolter, 1989, Deutsh et alii, 1990, Hotta, 1993, et Chen et Liu, 1993a). Plus récemment, Chen (1997), Gabr (1998), Van Dijk et alii (1999a, 1999b) et Franses et Ghijsels (1999) se sont intéressés aux effets des points aberrants sur les modèles non linéaires 2. Ces valeurs, d après les travaux de Franses et Haldrup (1994), Hoek et alii (1995) et Shin et alii (1996) affectent également les tests de racine unitaire et ceux de cointégration. Les séries financières sont susceptibles de contenir un certain nombre de valeurs extrêmes associées à des crashs boursiers ou à des fusions, par exemple. Ainsi, toute étude portant sur l existence éventuelle d un effet jour dans la série temporelle 1. Sous réserve de mesurer le rendement à partir du cours de clôture. 2. Tolvi (2000) a également étudié la robustesse des tests non linéaires en présence de ce type de points. 4

5 nécessite une analyse parallèle de la présence possible de points atypiques dans la chronique. Dans cet article, nous proposons d étudier l effet jour sur quatre indices boursiers européens et sur quatre actions cotées à la Bourse de Paris. Nous montrons que la présence de certaines irrégularités peut être imputable aux événements exceptionnels. Dans la section 2, nous présentons brièvement la méthode développée par Chen et Liu (1993) pour détecter et corriger les outliers. Dans la section 3, nous étudions les effets des outliers sur le test des variables dichotomiques saisonnières à partir de simulations de Monte Carlo. Nous testons, dans la section 4, la présence d un effet jour sur plusieurs séries financières journalières, et nous vérifions si cette anomalie saisonnière est réelle ou bien fallacieuse. La section 5 conclut ce papier. 2 Méthodologie des outliers Soit une série temporelle univariée yt ARIMA(p,d,q): (t = 1,...,n) décrite par un modèle α(b)φ(b)y t = θ(b)ε t où α(b), φ(b) et θ(b) sont des polynômes de retard d ordre respectif d, p et q, et ε t est un bruit blanc de moyenne zéro et de variance σ 2. Les outliers sont modélisés par des polynômes de régression de la manière suivante : y t = yt + ω i ν i (B)I t (τ) (1) I où ν i (B) est le polynôme caractérisant l outlier au temps τ, ω i est son impact sur la série, et I t (T) est un indicateur prenant la valeur un si t = τ et zéro sinon. Les outliers sont généralement classés selon quatre grandes catégories : les Additive Outliers (AO) affectent uniquement une observation de la série et non ses valeurs futures. En termes de polynômes de régression, les AO sont modélisés en posant : ν 1 (B)=1; 5

6 les Innovational Outliers (IO) affectent la série de manière temporaire avec la même dynamique qu une innovation. Le polynôme est alors : ν 2 (B) = θ(b)/α(b)φ(b) ; les Level Shifts (LS) augmentent ou diminuent toutes les observations en un certain point de la série par une constante. Dans ce cas, le polynôme est : ν 3 (B)=1/(1 B) ; les Temporary Changes (TC) augmentent ou diminuent de manière abrupte le niveau de la série qui retourne rapidement à son niveau initiale de manière exponentielle. Le polynôme est : ν 4 (B) =1/(1 δb), δ (compris entre 0 et 1) représente la rapidité de retour. En général, les AO et les IO sont considérés comme des points atypiques tandis que les TC et les LS comme des changements structurels. Les TC représentent un changement éphémère dans une série temporelle, et les LS sont plus le reflet d un choc permanent. La procédure de Chen et Liu (1993) pour identifier et corriger les différents types d outliers dans une série temporelle est la suivante : un modèle ARIMA est ajusté à la série y t dans (1), et les résidus sont estimés : ˆε t = π(b)y t (2) où π(b)=α(b)φ(b)/θ(b)=1 π 1 B π 2 B 2... Pour les quatre types d outliers, nous avons : AO : IO : LS : TC : ˆε t = ε t + ω 1 π(b)i t (τ) ˆε t = ε t + ω 2 I t (τ) ˆε t = ε t + ω 3 [π(b)/(1 B)]I t (τ) ˆε t = ε t + ω 4 [π(b)/(1 δb)]i t (τ) Ces expressions peuvent être vues comme un modèle de régression pour ˆε t, c està-dire : ˆε t = ω i x i,t + ε t 6

7 avec x i,t = 0 pour tout i et t < τ x i,t = 1 pour tout i et t = τ et pour t > τ et k 1 AO : x 1,t+k = π k IO : x 2,t+k = 0 LS : TC : x 3,t+k = 1 k π j j=1 x 4,t+k = δ k k 1 j=1 δ k j π j π k L impact ω i d un outlier sur la série au temps t = τ peut alors être estimé : AO : IO : LS : TC : ˆω 1 (τ)= n t=τ ˆω 2 (τ)=ˆε τ ˆω 3 (τ)= ˆω 4 (τ)= n t=τ n t=τ ˆε t x 1,t / ˆε t x 3,t / ˆε t x 4,t / n x 2 1,t t=τ n x 2 3,t t=τ n x 2 4,t t=τ A l instar de Chang et alii (1988), les ˆω i sont standardisées afin de tester la significativité d un outlier. Cette standardisation nécessite une estimation de l écarttype des résidus 3, notée ˆσ a. AO : IO : LS : TC : ˆτ 1 (τ)=[ˆω 1 (τ)/ ˆσ a ]/ ( n x 2 ) 1/2 1,t t=τ ˆτ 2 (τ)= ˆω 2 (τ)/ ˆσ a ˆτ 3 (τ)=[ˆω 3 (τ)/ ˆσ a ]/ ( n x 2 3,t t=τ ) 1/2 ˆτ 4 (τ)=[ˆω 4 (τ)/ ˆσ a ]/ ( n x 2 ) 1/2 4,t t=τ 3. Chen et Liu (1993) suggèrent trois méthodes pour estimer un écart-type d erreur robuste : l écart absolu médian, la méthode de la réduction à α%, et celle appelée «omission d une observation». 7

8 On pose ensuite η τ = max{ ˆτ i } (i = 1,2,3,4). Si η τ > C, oùc est une valeur critique pré-déterminée, alors l impact d un outlier est significatif. Dans ce cas, on ajuste l observation y t en t = τ pour obtenir une série corrigée de l outlier identifié via l équation (1), c est-à-dire yt = y t ˆω i ν i (B)I t (τ). On recommence cette procédure jusqu à ce que plus aucun outlier ne soit détecté. Dans notre étude, nous utilisons le programme TRAMO proposé par Gómez et Maravall (1997, 2000) 4 qui est fondé sur l approche de Chen et Liu (1993). 3 Simulations Les effets des outliers de type AO sur le test des variables dichotomiques saisonnières (pour des données journalières, s = 5) sont examinés dans cette section. Nous étudions uniquement l effet des additives outliers car leur structure est très proche de celle des variables dichotomiques saisonnières puisqu ils affectent une seule observation. Ces points 5 sont, par conséquent, susceptibles de créer une anomalie saisonnière fallacieuse. 3.1 Méthodologie Tous les résultats sont basés sur réplications de Monte Carlo avec des tailles d échantillon T = 200, 500, 1000 et Les 100 premières observations de chaque réplication sont supprimées pour éviter la dépendance des valeurs initiales. Nous simulons des bruits blancs de moyenne zéro et d écart-type un, auxquels nous ajoutons des valeurs aberrantes. L ajout de points atypiques aux séries simulées nous permet de mesurer leur effet sur celles-ci. Pour mieux étudier cet impact, nous considérons des outliers d amplitudes différentes (ω = 0, 3, 5, 7 et 9) également employés dans d autres études (Franses et Ghijsels, 1999, et Tolvi, 2000). Dans un premier temps, nous ajoutons un seul AO au milieu de la série. Ensuite, nous introduisons deux AO sur des jours différents (par exemple, un le lundi et 4. Dans TRAMO, la valeur critique est déterminée en fonction du nombre d observations de la série. 5. Par ailleurs, d après de nombreux travaux empiriques, les additives outliers semblent avoir des effets plus nuisibles que les autres types de points aberrants (voir, par exemple, Tolvi, 2001). 8

9 un le mardi), puis sur le même jour (par exemple, le lundi) ceci afin de vérifier si deux événements extrêmes peuvent induire une saisonnalité qui serait spécieuse. Finalement, nous ajoutons plusieurs AO de telle sorte que la probabilité d occurrence d un point aberrant ne dépasse pas Ainsi, sur un échantillon de 200 observations, la série comprendra en moyenne deux outliers. Cette proportion est en accord avec le fait que ces types de points sont considérés comme des événements rares. Nous testons enfin la présence éventuelle d anomalies saisonnières en régressant par les Moindres Carrés Ordinaires le modèle suivant : R t = 5 i=1 β i D it + u t (3) où les variables dichotomiques D it prennent la valeur un si le rendement correspond au jour i et zéro sinon, et où u t est assimilé à un bruit blanc. La statistique de Student nous permet de valider ou non, pour chaque jour i, l hypothèse de nullité des coefficients β i. Pour cela, nous comparons la statistique de test à sa valeur critique au seuil de 5% (soit 1.96). Dans l objectif d étudier l impact d une saisonnalité spécieuse, nous calculons également le pourcentage de statistiques significatives 6. Les calculs sont réalisés avec le logiciel GAUSS Résultats De manière générale, la probabilité de significativité du test sur les variables dichotomiques saisonnières augmente quand l amplitude croît, et ce quelque soit la taille d échantillon. De plus, cette même probabilité diminue avec l augmentation de la taille d échantillon. Ce résultat est attendu dans la mesure où la proportion d occurrence d un outlier (p) décroît. Le tableau 1 présente l effet d un unique AO sur le test des dichotomiques saisonnières. Lorsque l amplitude est nulle, c est-à-dire lorsqu il n y a pas de point atypique, nous observons une probabilité d environ 12.5% de détecter une anomalie saisonnière, alors que la série est un bruit blanc, ce qui est assez surprenant. Par ailleurs, cette probabilité reste relativement faible, même en augmentant l amplitude de la valeur aberrante. 6. Ce pourcentage est déterminé pour toutes les statistiques confondues. 9

10 TAB. 1 Effet d un unique AO. ω T p T est la taille de l échantillon, ω est l amplitude de l outlier, et p est la proportion d observations considérées comme des outliers. Les résultats en présence de deux AO sont donnés dans le tableau 2. Si les points aberrants sont positionnés sur deux jours différents, alors la probabilité de significativité du test ne diffère que très légèrement par rapport au cas où un seul AO est présent. Par contre, si ces deux points correspondent aux mêmes jours, une très nette augmentation de la significativité est observée, notamment lorsque la taille d échantillon est de 200 et de 500. En effet, pour T = 200 (p = 0.01), la probabilité de détecter de la saisonnalité est de 44% et de 61% lorsque l amplitude des AO est respectivement de 7 et 9. Ces probabilités sont encore de 25% et de 34% pour T = 500 (p = 0.004). Pour des échantillons de taille 1000 et 1500, la significativité des dichotomiques varie dans une moindre mesure. Si l on introduit plusieurs AO, les résultats présentés dans le tableau 3 sont intéressants. En effet, pour T = 500 et p = 0.01, la probabilité est relativement importante. Pour les deux autres tailles d échantillon (T = 1000 et 1500), la significativité du test croît lorsque la proportion d occurrence des outliers augmente. Ceci est très marqué pour T = 1500 et p = 0.01, avec une significativité des variables de l ordre de 34%, de 44% et de 53% pour une amplitude (ω) respectivement égale à 5, 7 et 9. Dans ce cas, la probabilité que plusieurs points atypiques se retrouvent sur un même jour est plus importante (puisque 15 AO sont présents dans la série). 10

11 TAB. 2 Effet de deux AO. ω T p Sur des jours différents Sur des mêmes jours T est la taille de l échantillon, ω est l amplitude de l outlier, et p est la proportion d observations considérées comme des outliers. Une corrélation positive entre la taille de l échantillon et le nombre d outliers peut être observée. Il existe donc un risque non négligeable de détecter une saisonnalité fallacieuse. 4 Applications empiriques Nous proposons dans le cadre de cette section, d une part, de tester la présence éventuelle d un effet jour sur plusieurs séries financières journalières et d autre part, de vérifier si cette saisonnalité est bien réelle et non de type spécieuse. La détection et la correction des quatre types de points aberrants à partir de TRAMO nous permet de déterminer la "vraie nature" des irrégularités saisonnières. Les données utilisées correspondent aux rendements boursiers calculés sur le cours de clôture de trois indices européens : l indice Affarsvarlden de la Bourse de Stockholm 11

12 TAB. 3 Effet de multiples AO. ω T p T est la taille de l échantillon, ω est l amplitude de l outlier, et p est la proportion d observations considérées comme des outliers. (Affwall), l indice général de la Bourse de Finlande (Hexindx) et le Dax 30 de Francfort (Daxindx). Nous retenons également les rentabilités de quatre titres cotés à la Bourse de Paris et appartenant à l indice CAC 40 : Alcatel, Peugeot, Schneider et Vivendi. La période d étude s étend du 1er janvier 1999 au 14 mars 2001 (soit 574 observations). Nous testons l effet jour en estimant l équation (3). Un rejet de l hypothèse de nullité des coefficients β i suggérerait l existence d une irrégularité saisonnière dans les données journalières. Toutes les séries sont caractérisées par la présence d une saisonnalité (tableau 4, Annexe). Un effet mercredi est identifié pour les séries Affwall, Hexindx, Alcatel et Vivendi, une anomalie saisonnière est observée le jeudi pour Alcatel et Peugeot, et Daxindx, Hexindx et Schneider admettent un effet vendredi. Cependant, il faut être prudent dans l interprétation des résultats. En effet, dans la section précédente, nous avons émis l hypothèse selon laquelle la présence éventuelle de points atypiques pouvait biaiser l estimation des paramètres statistiques et de fait induire une fausse saisonnalité. Or, les séries financières sont à même de contenir un grand nombre d outliers 7 (crash boursier, fusion, etc.). Il nous semble donc intéressant 7. Balke and Fomby (1991, 1994), Bradley et Jansen (1995), Aggarwal et alii (1999) et Tolvi (2001) 12

13 d effectuer une correction des données à partir de TRAMO afin de déterminer la présence d un effet jour. Le tableau 5 (donné en Annexe) présente le nombre et le type de points atypiques identifiés dans chaque série. En moyenne deux outliers, soit une proportion d occurrence d environ 0.04, sont détectés dans les séries, à l exception de Daxindex et Peugeot. Il est possible de donner une interprétation économique à certains de ces points. Ainsi, le 04 janvier 2001, les équipementiers européens décrochent dans le sillage du Nasdaq (qui chute depuis quelques jours). Certaines valeurs, comme Ericsson, avaient bien résisté à cette crise, mais la chute de grandes firmes américaines, comme Cisco et Nortel, a pénalisé leurs cours. Par conséquent, la baisse d Ericsson a affecté la Bourse de Stockholm (AO: ). Cette même entreprise est à l origine du level shift (LS) identifié le 13 mars En effet, Ericsson a révisé à la baisse ses résultats pour le premier semestre 2001, ce qui a entraîné une forte diminution de son cours (-22.1%). De même, la chute de la Bourse de Francfort (IO: ) le 13 janvier 1999 peut s expliquer par le fort recul des places latino-américaines, notamment celle du Brésil. Le 28 juillet 2000, l équipementier finlandais Nokia a déçu les investisseurs en annonçant une faible demande pour les terminaux mobiles. Cette baisse a donc fait chuter la Bourse d Helsinki (LS: ). Pour Schneider, l outlier détecté le 04 avril 2000 (AO) peut s expliquer par le lancement d une offre public d achat de Schneider Electric sur Infra+. Celui du 16 janvier 2001 (IO) résulte de la fusion de Schneider et Legrand dont l objectif est de devenir le numéro un mondial de la basse tension. Mais, cet achat a fait chuté Schneider en bourse (-8.97). En effet, si l intérêt stratégique et le bien-fondé de l opération ne sont pas contestés, ce n est qu en 2003 que la fusion créera de la valeur (du fait des synergies et de la réduction des coûts). L outlier observé le 10 février 2000 (AO) pour Vivendi serait causé par la cession de 40% du groupe Société Générale d Entreprise 8. L annonce d un possible accord de fusion entre la société canadienne Seagram (possédant Universal) et Vivendi le 14 juin 2000 peut expliquer l innovative outlier identifié. Enfin, l officialisation du ont également employé ce type d approche sur plusieurs séries financières et macro-économiques en détectant un certain nombre d outliers. Cette méthode fournit des informations concernant la nature et la magnitude de ces chocs. 8. En avril 2000, le groupe SGE change de nom et devient Vinci. 13

14 «mariage à trois», Vivendi, Seagram et Canal+ (création de Vivendi-Universal), peut être à l origine du changement temporaire (TC) qui a affecté le cours de l action de Vivendi. Dans ce cas, nous observons une concentration des chocs, effet de clustering, suite à cet événement. De nombreux événements macro ou micro-économiques ont affectés le cours boursier des séries étudiées. Il est possible, au vue des résultats précédents, que ces événements rares contribuent de manière plus ou moins forte à la significativité des variables dichotomiques saisonnières. Pour vérifier cette hypothèse, nous régressons les rendements corrigées de chacune des séries comme le suggère l équation (3). Les anomalies saisonnières détectées sur les séries corrigées sont présentées dans le tableau 4. Nous constatons que lorsque les séries Affwall et Vivendi sont ajustées, leur anomalie saisonnière ne sont plus significatives au seuil de 5%. En effet, les points aberrants détectés le mercredi pour ces deux séries ont dû créer un effet jour fallacieux. Les autres variables sont également affectées par cette correction, notamment pour Vivendi. Hexindx, Alcatel et Peugeot sont affectées uniquement par un changement de niveau (LS) qui semble avoir peu d effet sur la significativité des variables dichotomiques saisonnières dans la mesure où leur statistique de test ne sont pratiquement pas modifiées. En ce qui concerne Schneider, la présence de deux additive outliers semble avoir sérieusement affecté les statistiques de test, sans pour autant supprimer l effet vendredi identifié sur la série non ajustée. Par contre, la correction de l impact négatif de l AO (-4.48) identifié le vendredi a augmenté la significativité de cet effet jour. Nous présentons également dans le tableau 6 les caractéristiques des séries, à savoir le skewness, le kurtosis et le Jarque-Bera. Toutes les séries corrigées des points aberrants ont leur kurtosis et Jarque-Bera qui diminuent fortement par rapport aux séries non ajustées. En particulier, Daxindx a un Jarque-Bera qui devient non significatif (5.93) après correction des valeurs atypiques. Dans ce cas, la non normalité présente dans cette série est certainement liée à la présence d outliers. Ce résultat est en accord avec ceux obtenus par Balke et Fomby (1994), Van Dijk et alii (1999), Franses et Ghijsels (1999) et Tolvi (2001). 14

15 5 Conclusion Dans ce papier, nous montrons via des simulations de Monte Carlo que les points aberrants de type additive outlier biaisent de manière significative les tests sur les variables dichotomiques saisonnières. En effet, lorsque la taille d échantillon est importante, ce qui augmente la présence (possible) d outliers dans la série, le risque de détecter une anomalie saisonnière spécieuse est grand. Les données financières sont souvent affectées par des chocs occasionnés par des crises financières, des fusions d entreprises, des rachats, etc. Ces chocs peuvent être détectés par le biais des outliers. Nous avons appliqué la méthode développée par Chen et Liu (1993) sur plusieurs indices boursiers européens et sur des actions du CAC40. La comparaison des données ajustées et non ajustées confirment les résultats obtenus par simulation. De plus, ces points atypiques perturbent les caractéristiques de normalité des séries, notamment le skewness et le Jarque-Bera. Au vue de ces résultats, il s avère donc important, lorsque l on étudie l éventuelle existence d effets saisonniers dans les chroniques économiques, d identifier et de corriger ces outliers. En effet, sans un pré-traitement des données, les résultats peuvent être erronés. 15

16 TAB. 4 Estimation des anomalies saisonnières. Séries type D1 D2 D3 D4 D5 Affwall initiale corrigée Daxindx initiale corrigée Hexindx initiale corrigée Alcatel initiale corrigée Peugeot initiale corrigée Schneider initiale corrigée Vivendi initiale corrigée Significatif au niveau de 5%. 16

17 TAB. 5 Détection des outliers sur des séries financières. Séries Date Jour Type valeur t-stat Evénements Affwall 04/01/2001 mercredi AO chute du Nasdaq 13/03/2001 lundi LS baisse de Ericsson Daxindx 13/01/1999 mercredi IO chute des places latino-américaines Hexindx 28/07/2000 jeudi LS baisse de Nokia 21/10/2000 vendredi LS Alcatel 04/01/2001 mercredi LS chute du Nasdaq Peugeot 09/02/2000 mercredi LS Schneider 25/02/2000 vendredi AO /04/2000 mardi AO OPA sur Infra+ 16/01/2001 mardi IO fusion de Schneider et Legrand Vivendi 10/01/2000 lundi IO /02/2000 jeudi AO cession de 40% de SGE 14/06/2000 mercredi IO négociation du rachat de Seagram 20/06/2000 mardi TC création de Vivendi-Universal 17

18 TAB. 6 Caractéristiques des séries. Séries type Skewness Kurtosis Jarque-Bera Affwall initiale corrigée Daxindx initiale corrigée Hexindx initiale corrigée Alcatel initiale corrigée Peugeot initiale corrigée Schneider initiale corrigée Vivendi initiale corrigée Significatif au niveau de 5%. 18

19 Bibliographie Aggarwal R. et Rivoli P. (1989), "Seasonal and day of the week effect in four emerging stock markets", Financial Review, 24, Aggarwal R., Inclan C. et Leal R. (1999), "Volatility in emerging stock markets", Journal of Financial and Quantitative Analysis, 34, Agrawal A. et Tandom K. (1994), "Anomalies or the illusions? Evidence from stock markets in eighteen countries", Journal of International Money and Finance, 13, Ariel R.A. (1987), "A monthly effect in stock returns", Journal of Financial Economics, 18, Ariel R.A. (1990), "High stock returns before holidays: existence and evidence on possible causes", Journal of Finance, 45, Athanassakos G. et Robinson M.J. (1994), "The day of the week anomaly: The Toronto stock exchange experience", Journal of Business Finance and Accounting, 21, Balke N.S. et Fomby T.B. (1991), "Shifting trends, segmented trends, and infrequent permanent shocks", Journal of Monetary Economics, 28, Balke N.S. et Fomby T.B. (1994), "Large shocks, small shocks, and economic fluctuations: Outliers in macroeconomic time series", Journal of Applied Econometrics, 9, Barinci JP. (1994), "L effet jour de la semaine à la bourse de Paris : une approche par l inférence bayésienne", Finance, 15,

20 Bradley M.D. et Jansen D.W. (1995), "Unit roots and infrequent large shocks: New international evidence on output growth", Journal of Money, Credit, and Banking, 27, Chang I., Tiao G.C. et Chen C. (1988), "Estimation of time series parameters in the presence of outliers", Technometrics, 30, Charles A., Lesourd JB., Terraza M. et Thiéblemont R. (2002), "Weekend effect and seasonal volatility: The case of the CAC40 index", The International Journal of Finance, à paraître. Chen C. et Liu L.M. (1993), "Joint estimation of model parameters and outlier effects in time series", Journal of the American Statistical Association, 88, Chen C.W.S. (1997), "Detection of additive outliers in bilinear time series", Computational Statistics and Data Analysis, 24, Choudhry T. (2001), "Month of the year effect and january effect in pre-wwi stock returns: Evidence from a non-linear GARCH model", International Journal of Finance and Economics, 6, Condoyanni L., O Hanlon J. et Ward C.W.R. (1987), "Day of the week effects on stock returns: International evidence", Journal of Business Finance and Accounting, 14, Connolly R.A. (1989), "An examination of the robustess of the weekend effect", Journal of Financial and Quantitative Analysis, 24, Cornell B. (1985), "The weekly pattern in stock returns: Crash versus futures: A note", Journal of Finance, 40, Cross F. (1973), "The behavior of stock prices on fridays and mondays", Financial Analysts Journal,

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

NOTE SUR L EFFET JOUR

NOTE SUR L EFFET JOUR NOTE SUR L EFFET JOUR NOTE SUR L EFFET JOUR Robert Mathieu (Wilfrid Laurier University) 1 et Suzanne Paquette (Université Laval et CRÉFA) Résumé. Nous réexaminons l effet jour sur le rendement des actions

Plus en détail

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ?

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? Les recherches présentées dans cet article, qui couvrent dix pays, suggèrent que la maturité du marché de l'immobilier titrisé

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX Vêlayoudom MARIMOUTOU Laboratoire d Analyse et de Recherche Economiques Université de Bordeaux IV Avenue. Leon Duguit, 33608 PESSAC, France tel. 05 56 84 85 77 e-mail

Plus en détail

Réaction de la volatilité boursière aux annonces macro-économiques: cas de la Bourse de Paris. Sami GHARBI 1

Réaction de la volatilité boursière aux annonces macro-économiques: cas de la Bourse de Paris. Sami GHARBI 1 Réaction de la volatilité boursière aux annonces macro-économiques: cas de la Bourse de Paris Sami GHARBI Laboratoire BESTMOD, Université de Tunis, Institut Supérieur de Gestion Résumé : Les travaux sur

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

FORMATION ET DIPLOMES OBTENUS

FORMATION ET DIPLOMES OBTENUS Jean Gabriel Cousin Faculté de Finance, Banque et Comptabilité Université Lille Nord de France né le 27/01/1976 1, Place Déliot 2 enfants 59000 Lille tél. : 03.20.90.76.06 courriel : jgcousin@univ-lille2.fr

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs

Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs Plus le taux de versement des dividendes est élevé, plus les anticipations de croissance des bénéfices sont soutenues. Voir

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. CHAMP DE SPÉCIALISATION Économie financière. Économétrie financière. Économétrie.

CURRICULUM VITAE. CHAMP DE SPÉCIALISATION Économie financière. Économétrie financière. Économétrie. CURRICULUM VITAE Nom: Bruno Feunou Citoyenneté: Canadien Langues: Bangam, Bandjoun, Français, Anglais Adresse: Duke University Department of Economics 213 Social Sciences Building Durham, NC 27708, US

Plus en détail

EXISTE-IL UN EFFET PER REALISE ET PREVISIONNEL? * RESUME

EXISTE-IL UN EFFET PER REALISE ET PREVISIONNEL? * RESUME EXISTE-IL UN EFFET PER REALISE ET PREVISIONNEL? * RESUME La plupart des études récentes détectent la présence d un effet PER sur les grands marchés boursiers dans le monde. Cependant, certaines études

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002 Département d économie politique DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS Semestre d hiver 2001-2002 Professeurs Marc Chesney et François Quittard-Pinon Séance

Plus en détail

COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE

COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE UNIVERSITE PROTESTANTE AU CONGO CENTRE CONGOLAIS-ALLEMAND DE MICROFINANCE COURS DE STATISTIQUE APPLIQUÉE Professeur Daniel MUKOKO Samba daniel_mukoko@yahoo.fr Quelques références Droesbeke, Jean-Jacques,

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor. gaelle.le_fol@dauphine.fr

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor. gaelle.le_fol@dauphine.fr Le Fol Gaëlle Full professor gaelle.le_fol@dauphine.fr Current Position - Status Head of an education program : Master 203 - Financial Markets Department of attachment : MSO Centre of Research : Dauphine

Plus en détail

TRANSMISSION DES CHOCS DE RENDEMENT ET DE VOLATILITE

TRANSMISSION DES CHOCS DE RENDEMENT ET DE VOLATILITE TRANSMISSION DES CHOCS DE RENDEMENT ET DE VOLATILITE ENTRE MARCHES BOURSIERS : APPLICATION DE MODELES GARCH MULTIVARIES * Ahmed El Ghini 1 & Youssef Saidi 2 1 Département d Economie et de Gestion, Université

Plus en détail

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs P R O D U I T S Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs MEMBRE DE L'ASSOCIATION SUISSE DES BANQUIERS L environnement économique mondial actuel et ses modifications structurelles

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

L efficience des marchés financiers des pays émergents : l exemple de la bourse de Casablanca

L efficience des marchés financiers des pays émergents : l exemple de la bourse de Casablanca L efficience des marchés financiers des pays émergents : l exemple de la bourse de Casablanca Khalid BAKIR Université d Orléans Laboratoire d Economie d Orléans Faculté de Droit, d Economie et de Gestion

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Livre des règlements de l Indice Québec Banque Nationale Morningstar

Livre des règlements de l Indice Québec Banque Nationale Morningstar Livre des règlements de l Indice Québec Banque Nationale Morningstar Document de Méthodologie Morningstar 02 Mai 2011 Introduction L Indice Québec Banque Nationale Morningstar («l Indice») est un indice

Plus en détail

4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés

4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés 4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés Mishkin (2007), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. 7 1- Évaluer le prix d'une

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Table des matières Introduction 3 Évaluation des options 4 Exemples 6 Évaluation d une option de style américain

Plus en détail

Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production

Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production Revue des Sciences et de la Technologie RST- Volume 4 N 1 /janvier 2013 Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production A.F. Bernate Lara 1, F. Entzmann 2, F. Yalaoui

Plus en détail

TESTS PORTMANTEAU D ADÉQUATION DE MODÈLES ARMA FAIBLES : UNE APPROCHE BASÉE SUR L AUTO-NORMALISATION

TESTS PORTMANTEAU D ADÉQUATION DE MODÈLES ARMA FAIBLES : UNE APPROCHE BASÉE SUR L AUTO-NORMALISATION TESTS PORTMANTEAU D ADÉQUATION DE MODÈLES ARMA FAIBLES : UNE APPROCHE BASÉE SUR L AUTO-NORMALISATION Bruno Saussereau Laboratoire de Mathématiques de Besançon Université de Franche-Comté Travail en commun

Plus en détail

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque Gestion de Portefeuille Mesures de Performance Ajustées du Risque Le Ratio de Sharpe La mesure de performance (ajustée du risque) la plus utilisée Rappel: Propriétés du ratio de Sharpe Mesure de la stratégie:

Plus en détail

Thèmes de recherche. Projets en cours

Thèmes de recherche. Projets en cours Formation Michel Baroni Professeur, Département Finance Responsable Pédagogique des Mastères Spécialisés en Techniques Financières et Finance & Asset Management Habilitation à Diriger des Recherches, Université

Plus en détail

BACHELOR'S DEGREE IN ECONOMICS AND MANAGEMENT

BACHELOR'S DEGREE IN ECONOMICS AND MANAGEMENT BACHELOR'S DEGREE IN ECONOMICS AND MANAGEMENT ECTS CM TD Volume horaire Semester 1 30 161 109 288 UE1 Economics 9 48 32 80 Microeconomics 1: Central/Essential/Major Principles 24 16 40 Macroeconomics 1:

Plus en détail

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options Stéphane VILLENEUVE Né le 25 Février 1971 Marié, 2 enfants GREMAQ Université des Sciences Sociales Manufacture des Tabacs 21 allée de Brienne 31000 TOULOUSE Tél: 05-61-12-85-67 e-mail: stephane.villeneuve@univ-tlse1.fr

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL. N 73 Mars 2004

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL. N 73 Mars 2004 Lab.RII UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL N 73 Mars 24 La Bourse en Chine : éléments clés Peng YANG 1 La Bourse en Chine : éléments

Plus en détail

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Ce sont GM et Verizon qui ont ouvert le marché des rachats d engagements

Plus en détail

Chapitre 3 : Le budget des ventes. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 3

Chapitre 3 : Le budget des ventes. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 3 Chapitre 3 : Le budget des ventes Introduction 2 Rappel des différents budgets opérationnels - budget des ventes (chapitre 3) - budget de production (chapitre 4) - budget des approvisionnements et des

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie.

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie. 09/09/2015 08:30-10:30 Analyse Financière Auditing Comparative Management System Economie Bancaire Financial Analysis Macro-économie Approfondie Marketing Direct Méthodologie de Contrôle Accounting II

Plus en détail

L INTéGRATION BOURSIèRE INTERNATIONALE : TESTS ET EFFETS SUR LA DIVERSIFICATION

L INTéGRATION BOURSIèRE INTERNATIONALE : TESTS ET EFFETS SUR LA DIVERSIFICATION annales d économie et de statistique. N 85 2007 L INTéGRATION BOURSIèRE INTERNATIONALE : TESTS ET EFFETS SUR LA DIVERSIFICATION AROURI Mohamed El Hedi* RÉSUMÉ. Cet article étudie l intégration boursière

Plus en détail

La prévision est un art difficile de manière générale, mais c est

La prévision est un art difficile de manière générale, mais c est Noémie Jess Dorian Roucher Département de la conjoncture Jean-Baptiste Bernard Guillaume Cléaud Département des études économiques La prévision est un art difficile de manière générale, mais c est particulièrement

Plus en détail

Value at Risk. CNAM GFN 206 Gestion d actifs et des risques. Grégory Taillard. 27 février & 13 mars 20061

Value at Risk. CNAM GFN 206 Gestion d actifs et des risques. Grégory Taillard. 27 février & 13 mars 20061 Value at Risk 27 février & 13 mars 20061 CNAM Gréory Taillard CNAM Master Finance de marché et estion de capitaux 2 Value at Risk Biblioraphie Jorion, Philippe, «Value at Risk: The New Benchmark for Manain

Plus en détail

Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité

Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité LIVRE BLANC 2015 Document destiné aux investisseurs professionnels uniquement Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité David Blitz, PhD Matthias Hanauer, PhD, CFA Pim van Vliet, PhD

Plus en détail

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital STRATÉGIE P. 2 BNP Paribas - s adresse à l investisseur expérimenté qui souhaite un coupon brut annuel potentiel de 8% même en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 et qui accepte un risque en

Plus en détail

Les inquiétudes sur les dettes souveraines européennes se sont brusquement

Les inquiétudes sur les dettes souveraines européennes se sont brusquement Adrien Zakhartchouk Division Synthèses conjoncturelles Les inquiétudes sur les dettes souveraines européennes se sont brusquement accrues début août 2011, provoquant un véritable «choc d incertitude» dans

Plus en détail

LES MODÈLES D ÉVALUATION DES ACTIFS FINANCIERS ET LES CO-MOMENTS D ORDRES TROIS ET QUATRE

LES MODÈLES D ÉVALUATION DES ACTIFS FINANCIERS ET LES CO-MOMENTS D ORDRES TROIS ET QUATRE LES MODÈLES D ÉVALUATION DES ACTIFS FINANCIERS ET LES CO-MOMENTS D ORDRES TROIS ET QUATRE SOUAD LAJILI Résumé. L étude du modèle à trois facteurs en présence des co-moments d ordres trois et quatre dans

Plus en détail

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES OBSERVATOIRE SKEMA DE LA FEMINISATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES RESISTENT-ELLES MIEUX A LA CRISE BOURSIERE? Professeur Michel Ferrary SKEMA Business School 1 Michel

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Notes de l Institut d émission Établissement public Dotation - SIRET 78 APE 65 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598 Paris cedex Tél. : + 5 Fax : + 87 99 6 Croissance de la masse monétaire et

Plus en détail

Prévoir la croissance économique

Prévoir la croissance économique Prévoir la croissance économique Clément Marsilli Prix A Doc 2013 de la jeune recherche en Franche-Comté Article paru à ce titre aux Presses Universitaires de Franche-Comté, Numéro spécial Prix A Doc 2013,

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Modèles GARCH et à volatilité stochastique Université de Montréal 14 mars 2007

Modèles GARCH et à volatilité stochastique Université de Montréal 14 mars 2007 Université de Montréal 14 mars 2007 Christian FRANCQ GREMARS-EQUIPPE, Université Lille 3 Propriétés statistiques des modèles GARCH Outline 1 Identification 2 Test de bruit blanc faible Test d homoscédaticité

Plus en détail

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES Christophe Mianné, Luc François Sommaire Notre activité Nos atouts La gestion du risque Conclusion 2 Notre activité 3 Les métiers Distribution de produits dérivés actions

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

Normalité des rendements?

Normalité des rendements? Normalité des rendements? Daniel Herlemont 31 mars 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 Test de Normalité des rendements 2 3 Graphiques quantile-quantile 2 4 Estimation par maximum de vraisemblance

Plus en détail

Le comportement mimétique sur le marché Financier Tunisien avant et après la révolution

Le comportement mimétique sur le marché Financier Tunisien avant et après la révolution International Journal Economics & Strategic Management of Business Process International Conference on Business, Economics, Marketing & Management Research (BEMM 4) Vol.5, 04 Le comportement mimétique

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

Réévaluation des modèles d estimation précoce de la croissance

Réévaluation des modèles d estimation précoce de la croissance Réévaluation des modèles d estimation précoce de la croissance Françoise Charpin OFCE, Centre de recherche en économie de Sciences Po, Université Paris II La Revue de l OFCE est ouverte aux chercheurs

Plus en détail

1 Définition de la non stationnarité

1 Définition de la non stationnarité Chapitre 2: La non stationnarité -Testsdedétection Quelques notes de cours (non exhaustives) 1 Définition de la non stationnarité La plupart des séries économiques sont non stationnaires, c est-à-direqueleprocessusquiles

Plus en détail

Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe. Février 2015 2 ème partie

Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe. Février 2015 2 ème partie Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe Février 2015 2 ème partie Préambule Le suivi des performances et du comportement des différentes classes

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIE PAR MATHIEU SISTO NOVEMBRE

Plus en détail

Cours 7 : Exemples. I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques

Cours 7 : Exemples. I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques Cours 7 : Exemples I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques Exemple 1 : On cherche à expliquer les variations de y par celles d une fonction linéaire de

Plus en détail

Problématiques dans trading à haute fréquence

Problématiques dans trading à haute fréquence Extrait de la présentation de Charles-Albert Lehalle, Atelier Trading & Micro-structure, Collège de France, 10 Décembre 2008. mdang@cheuvreux.com Recherche Quantitative, Séminaire de la finance, VNFinance

Plus en détail

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics 3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics Résumé-Abstracts Organization: Ghislain Léveillé Co-organization:

Plus en détail

Les matières premières : une classe d actifs à part entière?

Les matières premières : une classe d actifs à part entière? Les matières premières : une classe d actifs à part entière? PHILIPPE MONGARS, CHRISTOPHE MARCHAL-DOMBRAT Direction des Opérations de marché Service de Suivi et d Animation des marchés L intérêt des investisseurs

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

Curriculum Vitae détaillé

Curriculum Vitae détaillé Curriculum Vitae détaillé Situation personnelle Nom Patronymique : HURLIN Prénom : Christophe Date et lieu de naissance : né le 06 mars 1973 à Montluçon (03) Adresse personnelle : 4bis Avenue Jean Zay

Plus en détail

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas Le 15 juin 2015 Leslie Rose Avocate-conseil principale, Financement des sociétés British Columbia Security Commission C.P. 10142, Pacific Centre 701, rue West Georgia Vancouver, Colombie-Britannique V7Y

Plus en détail

La nouvelle façon d investir sur les marchés

La nouvelle façon d investir sur les marchés Holdings plc La nouvelle façon d investir sur les marchés Accédez aux CFD IG Markets 17 Avenue George V 75008 Paris Appel gratuit : 0805 111 366 * Tel : +33 (0) 1 70 70 81 18 Fax : +33 (0) 1 56 68 90 50

Plus en détail

«Microstructure du marché des changes interbancaire tunisien : les déterminants de la fourchette des prix»

«Microstructure du marché des changes interbancaire tunisien : les déterminants de la fourchette des prix» Article «Microstructure du marché des changes interbancaire tunisien : les déterminants de la fourchette des prix» Chokri Mamoghli et Hanène Henchiri L'Actualité économique, vol. 78, n 2, 2002, p. 207-220.

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Modification des services d administration

Modification des services d administration Informations importantes Aucune démarche n est nécessaire Introduction Afin de pouvoir offrir aux investisseurs un service client de premier ordre, nous avons désigné International Financial Data Services

Plus en détail

couverture du risque de change sur les obligations étrangères

couverture du risque de change sur les obligations étrangères The Comprendre buck stops le «here: rendement Vanguard de couverture money» : L impact market funds de la couverture du risque de change sur les obligations étrangères Une étude menée par Vanguard Juillet

Plus en détail

«Spéculateurs hétérogènes et volatilité excessive dans le prix du pétrole : une approche dynamique non linéaire»

«Spéculateurs hétérogènes et volatilité excessive dans le prix du pétrole : une approche dynamique non linéaire» «Spéculateurs hétérogènes et volatilité excessive dans le prix du pétrole : une approche dynamique non linéaire» Sadek MELHEM Mahmoud MELHEM DR n 2012-16 Spéculateurs hétérogènes et volatilité Excessive

Plus en détail

Modèle GARCH Application à la prévision de la volatilité

Modèle GARCH Application à la prévision de la volatilité Modèle GARCH Application à la prévision de la volatilité Olivier Roustant Ecole des Mines de St-Etienne 3A - Finance Quantitative Décembre 2007 1 Objectifs Améliorer la modélisation de Black et Scholes

Plus en détail

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Emma Alfonsi, Xavier Milhaud - M2R SAF Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Sous la direction de M. Pierre Alain Patard ISFA - Mars 2008 . 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Un

Plus en détail

Évaluation de la régression bornée

Évaluation de la régression bornée Thierry Foucart UMR 6086, Université de Poitiers, S P 2 M I, bd 3 téléport 2 BP 179, 86960 Futuroscope, Cedex FRANCE Résumé. le modèle linéaire est très fréquemment utilisé en statistique et particulièrement

Plus en détail

Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise?

Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise? Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise? Grégory Verdugo Direction des Études microéconomiques et structurelles Service des Analyses microéconomiques

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

Les variables financières sont-elles utiles pour anticiper la croissance économique?

Les variables financières sont-elles utiles pour anticiper la croissance économique? Les variables financières sont-elles utiles pour anticiper la croissance économique? Quelques évidences économétriques 1 Laurent Ferrara * Dans la littérature économétrique récente, le rôle des variables

Plus en détail

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE BOUTIN MARIO Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM), 550, rue Sherbrooke Ouest, Bureau 100,

Plus en détail

PORTEFEUILLES SYMÉTRIE. Solution de placement façon fonds de pension

PORTEFEUILLES SYMÉTRIE. Solution de placement façon fonds de pension PORTEFEUILLES SYMÉTRIE Solution de placement façon fonds de pension MOINS ÉLEVÉ POTENTIEL DE RENDEMENT PLUS ÉLEVÉ PORTEFEUILLES SYMÉTRIE Portefeuille croissance Symétrie Portefeuille croissance modérée

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Intégration des marchés boursiers : Analyse de la volatilité et du volume intra journaliers des blue chips Françaises. Mohamed MEHANAOUI 1

Intégration des marchés boursiers : Analyse de la volatilité et du volume intra journaliers des blue chips Françaises. Mohamed MEHANAOUI 1 Intégration des marchés boursiers : Analyse de la volatilité et du volume intra journaliers des blue chips Françaises Abstract Mohamed MEHANAOUI 1 It has been well documented that intraday volatility and

Plus en détail