L INFLUENCE DU PARRAINAGE SPORTIF SUR LE COURS DE BOURSE DES PARRAINS : UNE ETUDE D EVENEMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INFLUENCE DU PARRAINAGE SPORTIF SUR LE COURS DE BOURSE DES PARRAINS : UNE ETUDE D EVENEMENTS"

Transcription

1 L INFLUENCE DU PARRAINAGE SPORTIF SUR LE COURS DE BOURSE DES PARRAINS : UNE ETUDE D EVENEMENTS Sébastien SOULEZ Maître de Conférences Université de Haute-Alsace IUT de Colmar - Département TC 34 rue du Grillenbreit Colmar Université de Lorraine CEREFIGE Cahier de Recherche n CEREFIGE Université Nancy 2 13 rue Maréchal Ney Nancy France Téléphone : Fax : n ISSN

2 L influence du parrainage sportif sur le cours de Bourse des parrains : une étude d événements Sébastien SOULEZ Maître de Conférences Université de Haute-Alsace Laboratoire CEREFIGE IUT de Colmar - Département TC 34 rue du Grillenbreit Colmar Tél :

3 L influence du parrainage sportif sur le cours de Bourse des parrains : une étude d événements. Résumé : L objectif de cet article est de mesurer l influence du parrainage sportif sur le cours de Bourse du parrain. Une étude d événements révèle que, globalement, ni l annonce d un contrat de parrainage ni l annonce du non renouvellement d un contrat de parrainage n affectent significativement le cours de Bourse du parrain. En revanche, l annonce d un contrat de parrainage avec une équipe sportive engendre des rendements anormaux de +1,60% sur la fenêtre [-5 ; 5] alors que l annonce d un contrat de parrainage d un événement engendre des rendements anormaux de -0,48% sur la fenêtre [0 ; 1]. Les résultats montrent également que le parrainage de sports ayant une bonne image (rugby, voile) engendre des rendements anormaux positifs alors que le parrainage de sports ayant une image dégradée (football, cyclisme) aboutit à des rendements anormaux négatifs. Enfin, une stratégie de parrainage mono-sport est valorisée par les marchés (rendement anormal de +1,09% sur la fenêtre [-5 ; 5]). Ces résultats, qui approfondissent et remettent parfois en cause les résultats des recherches précédentes, permettent de discuter de l efficacité du parrainage sportif d un point de vue financier. Mots clés : parrainage sportif, marketing du sport, études d événements, cours boursier, valorisation financière du marketing. The relationship between sports sponsorship announcements and the stock prices of sponsors: an event study Abstract: The aim of this paper is to measure the relationship between sports sponsorship announcements and the stock prices of sponsors. The results of an event study show that, overall, the announcement of a sponsorship agreement, as well as the announcement of the non-renewal of a sponsorship agreement, do not significantly affect the stock prices of sponsors. However, the announcement of a sponsorship agreement with a sports team generates abnormal returns of 1.60% over the [-5; 5] window while the announcement of a sponsorship agreement for an event generates abnormal returns of -0.48% over the [0; 1] window. The results also show that the sponsorship of sports with a good image (rugby, sailing) generates positive abnormal returns while the sponsorship of sports with a poor image (football, cycling) results in negative abnormal returns. Finally, a strategy of single-sport sponsorship is valued by the market (RAMC of 1.09% on the [-5, 5] window). These findings, which deepen and sometimes challenge the results of previous research, can discuss the effectiveness of sports sponsorship from a financial point of view. Keywords: sports sponsorship, sports marketing, event studies, stock prices, financial value of marketing. 3

4 L influence du parrainage sportif sur le cours de Bourse des parrains : une étude d événements. Introduction Le sport constitue aujourd hui une véritable activité économique se traduisant dans les économies nationales par la récurrence d événements qui se déroulent en quasi continuité au cours de l année et qui génèrent annuellement en France, selon les statistiques du Ministère des Sports, plus de 33 milliards d euros de chiffre d affaires. Le marché du sport représente en outre un excellent moyen, pour les entreprises, de communiquer autour de leurs valeurs et de toucher des consommateurs a priori réceptifs. Les chercheurs en marketing s intéressent donc depuis longtemps, au sein des outils de communication, à la notion de sponsoring, ou parrainage sportif. Le parrainage peut être défini comme un outil de communication qui consiste, pour une organisation, une marque ou un produit, à créer ou à soutenir directement une activité socio culturellement indépendante d elle-même et à s y associer médiatiquement, en vue d atteindre des objectifs de communication marketing (Derbaix, Gérard et Lardinoit, 1994 ; Ganassali et Didellon, 1996). Ce champ a suscité un grand nombre de recherches ces dernières années (Cornwell et Maignan, 1998 ; Walliser, 2003). Celles-ci se concentrent surtout sur l évaluation de l influence du parrainage, soit sur la notoriété, soit sur l image de marque (Walliser, 2003 ; Cornwell, Weeks et Roy, 2005). Une autre approche, financière, consiste à étudier l influence du parrainage sur le cours de Bourse du parrain. La valeur économique et financière des décisions de marketing stratégique occupe en effet de plus en plus de place dans la littérature en marketing (Agrawal et Kamakura, 1995 ; Srivastava, Shervani et Fahey, 1998). Le parrainage représentant des dépenses importantes pour les entreprises, la question de la rentabilité de cette forme de communication se pose avec acuité. Cet article s intéresse donc à l influence du parrainage sportif sur le cours de Bourse des parrains. En effet, la rentabilité directe des opérations de communication et leur effet sur les ventes étant difficiles à mesurer, une alternative est de chercher à évaluer les profits espérés liés au parrainage qui sont reflétés dans un rendement anormal du cours de Bourse du parrain. Ces rendements anormaux peuvent être calculés grâce à la méthodologie des études d événements (Delattre, 2007). Cette méthodologie permet ici d évaluer les effets financiers d une décision stratégique particulière en marketing, la stratégie de communication et, en son sein, des dépenses de parrainage. Cet article n est pas le premier à s intéresser à cette problématique. Néanmoins, les recherches sur ce thème, presque toutes anglo-saxonnes, souffrent de nombreuses limites. Tout d abord, la fiabilité de la plupart de ces études peut être discutée du fait de la faible taille des échantillons ou des sous-échantillons utilisés. Ainsi, c est à partir d un échantillon restreint (53 annonces) que Cornwell, Pruitt et Clark (2005) observent un rendement anormal significatif consécutif à l annonce d un contrat de parrainage. La mise en lumière d effets significatifs par type de fédération parrainée ne peut donc se faire, dans cet article, que sur des sous-échantillons très faibles (entre 8 et 14 annonces). Certaines recherches, par exemple celle de Spais et Filis (2008) ou celle de Kim (2010), sont en outre très critiquables en ce qu elles utilisent la méthodologie des études d événements pour ne traiter qu un seul événement, ce qui semble peu à même de fournir des résultats fiables. Toutes ces recherches sont également difficilement comparables entre elles car elles ne s intéressent pas toutes au même type de parrainage. Il est donc difficile de savoir quel est, globalement, l influence du parrainage en tant 4

5 que stratégie de communication. En outre, même lorsque les études se concentrent sur un même type de parrainage, les résultats observés sont parfois contradictoires. Ainsi, concernant le parrainage des Jeux Olympiques, Farrell et Frame (1997) et Tsiotsou et Lalountas (2005) mettent en lumière un rendement anormal négatif important (entre - 0,43% et -2,13% selon l étude) alors que Miyazaki et Morgan (2001) ne trouvent pas d effet significatif et que Kinney et Bell (2003) trouvent un rendement anormal de +1,39% sur une fenêtre comparable. Une autre limite dont souffrent ces recherches est qu à l intérieur d une même étude, des formes très variables de parrainage, voire même du mécénat, peuvent être prises en considération. Par exemple, Mishra, Bobinski and Bhabra (1997) ont mélangé le parrainage de différents sports avec celui de stades, des Jeux Olympiques ainsi que différentes formes de mécénat (exhibitions, opérations de charité et concerts). Enfin, la stratégie de parrainage mise en œuvre ou le statut de l annonce sont rarement étudiés. Cette recherche vise donc à pallier ces différentes limites et à vérifier et compléter les résultats des études précédentes sur le sujet. L étude de l influence du parrainage sportif sur le cours de Bourse des parrains, problématique centrale de l article, conduit en outre à s intéresser à d autres questions connexes non abordées dans la littérature : quelle est l influence de l annonce du non renouvellement d un contrat de parrainage? L effet de l annonce d un contrat de parrainage dépend-il du type de parrainage (une fédération, une équipe ou un événement), du statut de l annonce (première annonce ou renouvellement), de la stratégie de parrainage (sport unique ou multisports) ou encore du sport parrainé? Dans un premier temps, une revue de la littérature sur l influence financière du parrainage fournira un support théorique et empirique aux hypothèses de recherche. La méthodologie des études d événements, ainsi que les choix méthodologiques retenus pour cette recherche, seront détaillés dans un second temps. Enfin, dans un troisième temps, les résultats seront présentés avant d être discutés. 1. Revue de la littérature et hypothèses de recherche Les objectifs du parrainage sont divers : développement de la notoriété, amélioration de l image de marque ou encore accroissement des ventes (Cornwell et Maignan, 1998). On peut ajouter également un objectif financier de retour sur investissement. Les parrains souhaitent en effet, davantage que par le passé, obtenir des preuves tangibles de l efficacité du parrainage (Meenaghan, 1998). L étude de la performance du parrainage passe donc par plusieurs approches, en particulier des approches liées au consommateur (Cornwell, Weeks et Roy, 2005). La première approche quantifie ainsi l audience obtenue par l opération de parrainage. La seconde approche étudie son effet sur les attitudes et comportements des consommateurs. Il est également possible d étudier l influence du parrainage sur les ventes. Mesurer l influence du seul parrainage sur ces variables marketing est toutefois difficile (Calderón-Martínez, Más-Ruiz et Nicolau- Gonzálbez, 2005) et, en tout état de cause, insuffisant (Cornwell, Weeks et Roy, 2005). La pression des indicateurs financiers sur les services marketing des entreprises est, en effet, de plus en plus prégnante. Plusieurs études récentes ont donc choisi une approche innovante qui consiste à se concentrer sur les aspects financiers du parrainage (Walliser, 2003), étudiés par le biais de la méthodologie des études d événements (Delattre, 2007). D un point de vue théorique, il s agit de comprendre comment la politique de parrainage peut influencer la valeur financière d une entreprise. La littérature en marketing a mis en évidence un effet de la politique de marketing sur le cours de Bourse des entreprises. Par exemple, les stratégies de marque sont vues comme une source de valeur pour les actionnaires et le capital marque se reflète dans le cours de Bourse de 5

6 l entreprise (Changeur, 2004). Le mécanisme théorique est alors que la marque est à même de générer des flux financiers additionnels car les ventes de produits portant la marque seront supérieures aux ventes des mêmes produits sans marque (Simon et Sullivan, 1993). Ces flux financiers représentent la valeur financière de la marque qui fait partie intégrante de la valeur de l entreprise. Par extension, il est possible d adopter le même type de raisonnement pour toutes les stratégies de marketing, en particulier la stratégie de communication. Ainsi, le parrainage ayant, notamment, pour objectifs d accroître la notoriété et d améliorer l image d une marque (Cornwell et Maignan, 1998), les dépenses de parrainage sont susceptibles, via ces variables médiatrices, de provoquer des ventes supplémentaires et donc d améliorer la valeur financière de l entreprise. Ces flux financiers supplémentaires peuvent se refléter dans le cours de Bourse de l entreprise car les investisseurs interprètent chaque nouvelle information susceptible d affecter les profits futurs de l entreprise et réagissent en procédant à des achats ou des ventes de titres. La modification du cours de Bourse reflète alors l analyse, de la part des investisseurs, de l influence de la nouvelle information sur la richesse des actionnaires (Brown et Warner, 1980 et 1985). D un point de vue méthodologique, le recours aux études d événements permet d appréhender l influence d une information marketing sur la valeur financière de l entreprise. Cette méthodologie a en effet déjà été appliquée pour vérifier l influence sur les cours de Bourse de diverses activités marketing, comme la communication média (Bobinski et Ramirez, 1994 ; Mathur et Mathur, 1995 ; Kim et Morris, 2003), le lancement de nouveaux produits (Chaney, Devinney et Winer, 1991 ; Kelm, Narayanan et Pinches, 1995 ; Hendricks et Singhal, 1997), les stratégies de marque (Lane and Jacobson, 1995 ; Changeur, 2004) ou les partenariats avec des célébrités (Agrawal and Kamakura, 1995 ; Russell, Mahar et Drewniak, 2005). En termes de communication hors média, il a été montré que le mécénat n avait aucun effet significatif sur le cours de Bourse du mécène alors que l annonce d un contrat de parrainage provoquait une hausse du cours de Bourse du parrain (Calderón-Martínez, Más-Ruiz et Nicolau- Gonzálbez, 2005). Par rapport au parrainage sportif, plusieurs recherches ont examiné son effet sur le cours de Bourse des parrains en appliquant la méthodologie des études d événements. La majorité de ces études a trouvé des effets positifs significatifs (Mishra, Bobinski et Bhabra, 1997 ; Clark, Cornwell et Pruitt, 2002 ; Pruitt, Cornwell et Clark, 2004 ; Cornwell, Pruitt et Clark, 2005 ; Spais et Filis, 2008). Certaines recherches ont cependant mis en lumière des effets négatifs significatifs (Farrell et Frame, 1997 ; Tsiotsou et Lalountas, 2005) alors que d autres n ont trouvé aucun effet global significatif (Cornwell, Pruitt et Van Ness, 2001 ; Miyazaki et Morgan, 2001 ; Kinney et Bell, 2003). Il semble donc que les marchés considèrent globalement le parrainage comme un bon investissement. Cette assertion semble d autant plus vérifiée que les deux seules études ayant trouvé des rendements anormaux négatifs concernaient le parrainage d un type d événement particulier : les Jeux Olympiques. Outre le fait que le parrainage des Jeux Olympiques ait fourni des résultats contradictoires, cela signifie surtout que le parrainage d autres événements conduise à des rendements anormaux positifs. Enfin, lorsque l on étudie en même temps le parrainage des Jeux Olympiques et d autres types de parrainage, comme l ont fait Mishra, Bobinski and Bhabra (1997) par exemple, le résultat global est positif. Nous établissons donc la première hypothèse suivante : H1 : L annonce d un contrat de parrainage est liée positivement à des rendements de marché anormaux pour le parrain. 6

7 Aucune recherche n a pour le moment étudié l effet de l annonce de la rupture d un contrat de parrainage ou de son non renouvellement. Si les marchés valorisent globalement le parrainage, il pourrait sembler logique que, symétriquement, ils sanctionnent l arrêt du parrainage. De plus, dans le domaine de la communication média, des recherches empiriques ont montré que le cours de Bourse a tendance à diminuer lors de la rupture des relations entre un annonceur et une agence de publicité (Hozier et Schatzberg, 2000) et lors du choix d une nouvelle agence (Mathur et Mathur, 1996). De telles annonces pourraient, selon ces chercheurs, constituer un signal de discontinuité ou d échec de la stratégie de communication. Le même raisonnement semble pouvoir être tenu pour la stratégie de parrainage. D où l hypothèse 2 : H2 : L annonce de l arrêt ou du non renouvellement du parrainage est liée négativement à des rendements de marché anormaux pour le parrain. Les recherches menées dans le passé ont parfois abusivement mélangé des types de parrainage pourtant fort différents. En effet, il existe trois types de parrainage sportif : l événement sportif, le sportif individuel ou l équipe (Moinier, 2005). On peut y ajouter le parrainage des fédérations sportives, sous la forme d un fournisseur ou partenaire officiel ou d un produit officiel (Cornwell, Pruitt et Clark, 2005). Si ce mélange peut paraître logique lorsque l on souhaite étudier l influence globale du parrainage, pris dans son acception la plus large, cette manière de procéder empêche d observer d éventuels effets contradictoires selon le type de parrainage. Elle contrevient en outre aux recommandations méthodologiques que l on observe dans la littérature (Delattre, 2007). La majorité des recherches s est cependant centrée sur un type de parrainage particulier. Par exemple, Cornwell, Pruitt et Clark (2005) ont étudié l influence du parrainage de fédérations sportives. Ils trouvent un rendement anormal moyen cumulé de +1,11% sur la fenêtre [-2 ; 2]. D autres recherches ont également trouvé un effet positif du parrainage de fédérations sportives (Pruitt, Cornwell et Clark, 2004). Le parrainage d équipes sportives semble aussi valorisé par les marchés financiers. Ainsi, Clark, Cornwell et Pruitt (2002) ont montré que le parrainage de stades appartenant à une équipe sportive donnait lieu à des rendements anormaux de +1,65% sur la fenêtre [-1 ; 1]. Concernant le parrainage d événements, les résultats sont plus mitigés puisque les études produisant des résultats négatifs (Farrell et Frame, 1997 ; Tsiotsou et Lalountas, 2005), qui concernent cependant exclusivement les Jeux Olympiques, côtoient des études ne trouvant aucun résultat significatif (Cornwell, Pruitt et van Ness, 2001 ; Miyazaki et Morgan, 2001). Les résultats observés dans la littérature permettent donc d établir les hypothèses suivantes : H3a : L annonce d un contrat de parrainage avec une fédération est liée positivement à des rendements de marché anormaux pour le parrain. H3b : L annonce d un contrat de parrainage avec une équipe est liée positivement à des rendements de marché anormaux pour le parrain. H3c : L annonce d un contrat de parrainage pour un événement est liée négativement à des rendements de marché anormaux pour le parrain. A ce jour, aucune recherche n a étudié l effet de l annonce d un contrat de parrainage selon qu il s agisse du premier contrat signé par le parrain ou du simple renouvellement d un contrat antérieur. Pourtant, le risque associé à ces statuts différents semble clairement très dissemblable. Le renouvellement d un contrat qui fonctionne ne devrait pas être vu par les marchés comme un événement majeur, les retombées espérées pouvant même être anticipées de longue date. A l inverse, la signature d un tout nouveau contrat constitue un événement risqué. Dans le domaine de la communication 7

8 média, Kim et Morris (2003) ont d ailleurs montré que les nouvelles publicités diffusées pendant le Super Bowl aux États-Unis sont davantage perçues par les investisseurs comme des dépenses excessives plutôt que comme des investissements efficaces. D où les hypothèses suivantes : H4a : L annonce d un premier contrat de parrainage est liée négativement à des rendements de marché anormaux pour le parrain. H4b : L annonce du renouvellement d un contrat de parrainage n est pas liée à des rendements de marché anormaux pour le parrain. La question du sport dans lequel investir concerne tout responsable de la communication qui souhaite engager de l argent dans du parrainage. Or, si des études ont été menées aux Etats-Unis sur l influence du parrainage de tel ou tel sport sur le cours de Bourse du parrain, aucun équivalent ne peut être trouvé en Europe. Sur données américaines, Cornwell, Pruitt et Clark (2005) trouvent un effet positif du parrainage du golf, du basket-ball et du hockey. Le football américain et le base-ball ne donnent lieu à aucun effet significatif. Leurs échantillons sont cependant très restreints (entre 8 et 14 annonces). Selon Kinney et Bell (2003), il existe un effet positif pour le baseball, pas d effet significatif pour les courses automobiles, le basket-ball, le hockey et le golf, un effet négatif non significatif pour le football américain et le tennis et, enfin, un effet négatif significatif pour le football (soccer). L influence, positive ou négative, du parrainage de sports semble devoir dépendre d au moins deux facteurs (Cornwell, Weeks et Roy, 2005) : d un côté, l efficacité du sport parrainé en termes d atteinte des objectifs quantitatifs du parrain, en particulier l amélioration de la notoriété, qui passe par la plus grande exposition possible. Selon ce premier argument, le football par exemple devrait générer des rendements anormaux positifs car il demeure de loin le sport le plus diffusé en Europe. D un autre côté, l un des objectifs majeurs des parrains concerne l image de marque. Or, les différents sports qui peuvent fournir le support à un parrainage ne sont pas équivalents, ni sur l image intrinsèque du sport qui peut être transférée sur le parrain (Ganassali et Didellon, 1996 ; Gwinner, Larson et Swanson, 2009), ni sur la cible touchée par différents sports qui peut plus ou moins convenir à la stratégie de ciblage du parrain. Ainsi, le football, pris dans divers scandales, possède une image dégradée face à des sports comme le rugby ou la voile. En outre, il est le sport populaire par excellence, là où d autres sports (golf, tennis) sont plus élitistes. Comme le coût du parrainage est généralement lié à l exposition médiatique, et comme les investisseurs développent un raisonnement patrimonial, ils devraient plutôt se méfier des sports nécessitant de lourds investissements en parrainage pour une amélioration de l image de marque incertaine lorsque l image du sport est dégradée, d autant plus si le parrain possède déjà un taux de notoriété élevé. Les marchés pourraient donc privilégier des contrats de parrainage dans des sports ayant une bonne image, surtout si le parrain peut améliorer son image de marque en investissant dans des sports peu coûteux, Ces arguments, ainsi que les résultats observés dans la littérature, permettent de poser les deux hypothèses suivantes : H5a : L annonce d un contrat de parrainage dans un sport ayant une bonne image (voile, rugby, tennis, golf) est liée positivement à des rendements de marché anormaux pour le parrain. H5b : L annonce d un contrat de parrainage dans un sport ayant une image dégradée (football, cyclisme) est liée négativement à des rendements de marché anormaux pour le parrain. 8

9 La stratégie de parrainage a fait l objet de nombreuses recherches (Cornwell, Weeks et Roy, 2005). Celles-ci intègrent diverses variables explicatives, en termes d entreprise (taille, fréquence des activités de parrainage, etc.) ou d événement (importance de l événement, couverture médiatique, lien avec l activité de l entreprise, etc.). Cette recherche s est intéressée à la question stratégique de l association entre parrain et événement. Le postulat du parrainage est en effet que le parrain (son nom, sa marque et/ou ses produits) va bénéficier de son association avec un événement, qui peut être lié à un sport (Fleck et Quester, 2007). Dans ce cadre, une entreprise, pour atteindre ses objectifs de marketing, pourrait avoir intérêt à être fortement associé à un seul événement, à un seul type de parrainage ou à un seul sport, plutôt que de multiplier ses efforts sur différents événements, types de parrainage ou sports (Cornwell, Weeks et Roy, 2005 ; Fleck-Dousteyssier, 2007). D où les hypothèses suivantes : H6a : L annonce d un contrat de parrainage par un parrain qui adopte une stratégie mono-sport est liée positivement à des rendements de marché anormaux pour ce parrain. H6b : L annonce d un contrat de parrainage par un parrain qui adopte une stratégie multisports est liée négativement à des rendements de marché anormaux pour ce parrain. Cette recherche cherche donc à répondre à ces diverses hypothèses par la mise en œuvre d une méthodologie d étude d événements qui est présentée dans la partie suivante. 2. Méthodologie 2.1. Les études d événements Les études d événements ont pour but de mesurer l influence spécifique d événements sur le cours de Bourse des entreprises (Delattre, 2007). Le modèle des études d événements est fondé sur trois hypothèses théoriques majeures (Brown et Warner, 1980 et 1985) : l efficience des marchés, la non anticipation des événements mesurés et l absence d autres événements venant polluer l influence de l événement mesuré. Le cours boursier est supposé refléter la valeur réelle de l entreprise parce qu il traduit la valeur actualisée des cash-flows futurs et qu il incorpore toute l information pertinente. L hypothèse centrale qui supporte la méthodologie des études d événements reste celle de l efficience des marchés en ce que le cours boursier à l instant t incorpore toute l information pertinente nécessaire aux acteurs du marché dans leurs procédures d arbitrage (McWilliams et Siegel, 1997). Cependant la fiabilité des études d événements suppose, en sus des hypothèses mentionnées, de porter toute son attention sur quatre points principaux (McWilliams et Siegel, 1997) : la taille de l échantillon, les tests statistiques, la durée de la fenêtre d événement et sa justification, les éventuels effets polluants. Si ces hypothèses sont correctement remplies, il est possible de définir le rendement normal et le rendement anormal d un titre. Par rendement normal, on entend celui qui aurait été observé si aucun événement n était survenu pendant la période étudiée et par rendement anormal, la différence entre le rendement effectif constaté et le rendement normal calculé, le plus souvent, à l aide d un modèle de marché (Delattre, 2007). Pour chaque événement (i.e. toute chose qui correspondrait à une nouvelle information pertinente) sont donc calculés, sur une fenêtre d événement spécifique, des rendements anormaux qui représentent l écart entre le cours de Bourse constaté de l entreprise i le jour t et un cours de Bourse théorique calculé dans cet article sur la base du modèle de marché (MEDAF), le modèle le plus utilisé pour les études d événements (Delattre, 2007). Les α et les β du modèle ont été estimés à partir de cours de clôture quotidien sur 9

10 une période de 160 jours qui précède la fenêtre d événement. Le modèle de marché est de la forme classique : R it = α i + β i. Rm t + ε it où R it et Rm t sont respectivement le rendement du titre i et le rendement moyen du marché sur la période t. Le rendement anormal permet d estimer la réaction non anticipée du marché (par le biais de l évolution du cours des actions) générée par un événement. Ce rendement anormal est alors la différence entre le rendement observé du titre sur une période et son rendement normal, correspondant au rendement qui aurait été celui de ce titre sur cette période si l événement n était pas survenu. Le rendement normal, pour chaque titre et sur chaque période de la fenêtre de l événement, est le rendement du titre évalué à l aide du modèle de marché précédemment estimé. On a ainsi pour chaque titre i et chaque période t de la fenêtre de l événement : RA it = RO it RN it avec : RN it = R it = α i + β i. Rm t où RA it, RN it et RO it sont respectivement le rendement anormal, le rendement normal et le rendement observé du titre i sur la période t. Il faut ensuite définir une fenêtre de l événement à prendre en compte, période de temps entourant la date de l événement durant laquelle sera recherchée l influence de l événement sur les cours. Les résultats sont ici analysés sur la fenêtre [T = 0], c est-àdire le cours de clôture du titre le jour de l événement, mais aussi [0 ; 1], [ 2 ; 2] et [ 5 ; 5] pour tenir compte des éventuelles fuites de l information et du fait que l impact d un événement se concentre rarement sur une seule séance de Bourse. Ce choix suit la recommandation de Delattre (2007) de choisir de préférence des fenêtres d événements étroites. Des rendements anormaux moyens (RAM t ) sont alors calculés par la moyenne des rendements anormaux des différents événements de l échantillon pour chaque type d événements à chaque période t de la fenêtre de l événement. Ces rendements anormaux moyens mesurent la variation moyenne des cours due à l événement à une distance donnée t de la date de l événement. Ces rendements anormaux moyens sont ensuite cumulés sur la fenêtre de l événement. La significativité de ces rendements anormaux moyens cumulés est ensuite testée, suivant la méthodologie adoptée par Hubler, Meschi et Schmidt (2001). On peut conclure à l existence d une influence d un événement sur le cours boursier d une entreprise lorsque le rendement effectif est différent du rendement normal au cours de la fenêtre d événement retenue Données de la recherche Les événements étudiés dans cette recherche sont l annonce du contrat de parrainage et l annonce de l arrêt du parrainage par des entreprises françaises cotés en Bourse. Plus précisément, cette recherche étudie le parrainage d équipes, de fédérations ou d événements sportifs de 1998 à 2010 sur le marché français. Le choix de cette durée s explique par la nécessité de recueillir un grand nombre d événements pour pouvoir obtenir des résultats valides statistiquement. D autres recherches sur le même thème ont fait un choix similaire (par exemple, Agrawal et Kamakura (1995) ont travaillé sur des annonces faites entre 1980 et 1992, soit sur treize années). Le choix du début de la période d étude s explique par le fait que l année 1998 marque un tournant dans le parrainage sportif en France suite à la victoire de l équipe de France de football lors de la Coupe du Monde (Walliser et Nanopoulos, 2002). Une base de données comprenant, pour chaque événement, les variables susceptibles d influencer le cours de Bourse des parrains, a été constituée. Outre la date de 10

11 l événement et le nom du parrain, quatre variables ont été prises en compte : le sport parrainé, le statut de l annonce (première annonce ou pas), l entité parrainée (fédération, équipe ou événement sportif) et la stratégie de parrainage (sport unique ou multisports). D autres variables testées préalablement dans la littérature ont également été recueillies: il s agit de la taille et du secteur d activité du parrain et, lorsque l information était disponible, du montant investi. Conformément à la recommandation de Delattre (2007), plusieurs sources d information ont été utilisées pour déterminer les dates d annonce : des sources internes à l entreprise (communiqués de presse), des sources issues de la presse et des médias (le journal Les Echos) et des sources professionnelles (les sites Internet des associations sportives concernées). La date d annonce retenue est la première des dates où l événement est évoqué publiquement. Les cours de Bourse, collectés sur la période d étude, soit de 1998 à 2010, sont issus de deux bases de données : Datastream et JCF Quant. Ce recours à deux bases de données différentes a permis de valider la définition des données nécessaires (il s agit pour chaque jour des cours de clôture) et de nous assurer de la qualité et de la pertinence des données collectées. L indice SBF250, qui est couramment utilisé dans les études d événements sur données françaises (Changeur, 2004 ; Delattre, 2007), a été retenu comme indice de marché. La base de données élaborée à l occasion de cette recherche contient les informations sur 294 événements, à savoir 262 annonces de contrats de parrainage et 32 annonces de retrait ou de non renouvellement d un contrat de parrainage, concernant 67 entreprises françaises cotées à la Bourse de Paris. Afin de respecter, au plus près, les règles établies par McWilliams et Siegel (1997), la dépollution de la base a été entreprise pour éviter les effets croisés (amplification ou contraction des rendements anormaux) liés au recouvrement de plus d un événement au cours de la fenêtre d événement retenue : tout événement, par exemple l annonce de résultats financiers, survenant dans les cinq jours qui précèdent et qui suivent un événement retenu a ainsi conduit à retirer ce dernier de la base. En définitive sont conservés pour les traitements statistiques les seuls événements qui n entrent pas en concurrence avec d autres événements concernant la même entité parrainée dans un délai de cinq jours avant et après l événement observé : 152 événements (132 annonces de contrats de parrainage et 20 annonces de retrait) sont finalement utilisés pour tester les deux premières hypothèses (soit la moitié de la totalité des événements recueillis au départ). Afin de tester les hypothèses 3 à 6, l échantillon d annonces de contrat de parrainage a été divisé en sous-échantillons pour lesquels la recherche d un rendement anormal a été effectuée, comme pour l échantillon dans sa globalité. En effet, il ne s agit pas ici de comparer les modalités de variables explicatives mais bien d observer l influence de ces modalités, prises indépendamment, sur le cours de Bourse du parrain. Ces tests ne concernent pas l échantillon d annonces de non renouvellement d un contrat de parrainage, ce dernier étant trop petit pour être divisé en sous échantillons. Les résultats, présentés dans la section suivante, concernent donc, pour les quatre fenêtres testées, des rendements anormaux moyens cumulés (RAMC) destinés à estimer l influence globale de chaque type d événements sur l ensemble de la période considérée. L hypothèse de normalité de la distribution de ces RAMC ne pouvant être rejetée, leur significativité statistique a été systématiquement testée à partir de tests paramétriques (test t de Student). Des tests non paramétriques, parfois utilisés dans ce type de recherche (Changeur, 2004), ont toutefois été réalisés mais, ne fournissant pas des résultats différents des précédents, ils ne sont pas présentés. 11

12 3. Résultats Le tableau 1 indique l effet global de l annonce d un contrat de parrainage sur le cours de Bourse des parrains, à partir des 132 événements retenus. Les rendements anormaux sont très faibles et aucun résultat significatif ne peut être relevé, quelle que soit la fenêtre retenue. Ce résultat, qui conduit à rejeter l hypothèse H1, correspond aux résultats des études menées sur des types de parrainage divers, ce qui est le cas ici puisque nous mélangeons le parrainage d événements, de fédérations et d équipes sportives. Globalement, il est donc impossible d affirmer que le parrainage possède un effet positif sur le cours de Bourse des parrains et la valorisation par les marchés financiers de ce type d événements semble négligeable. Tableau 1 : Effet global de l annonce d un contrat de parrainage Annonce d un contrat de parrainage * P < 0.1 ; ** P < 0.05 ; *** P < 0.01 [0] [0 ; 1] [-2 ; 2] [-5 ; 5] N RAMC (%) -0,17 % -0,17 % -0,28 % 0,53 % 132 T-test -1,2692-1,0288 0,9756 1,3639 Symétriquement, l hypothèse 2 s intéresse à l influence de l annonce d un retrait ou du non renouvellement d un contrat de parrainage. Le tableau 2 montre que les rendements anormaux demeurent non significatifs, comme pour les annonces de contrats de parrainage. Ce résultat semble logique compte tenu du résultat précédant et conduit à rejeter l hypothèse H2. L influence financière du parrainage, en termes d annonce de nouveau contrat ou de retrait, s avère donc limitée. Tableau 2 : Effet global de l annonce du non renouvellement d un parrainage Annonce du retrait du parrainage * P < 0.1 ; ** P < 0.05 ; *** P < 0.01 [0] [0 ; 1] [-2 ; 2] [-5 ; 5] N RAMC (%) -0,05 % -0,39 % 0,67 % 1,71 % 20 T-test -0,1084-0,5183 0,5245 1,1465 L hypothèse 3 porte sur l effet de l annonce d un contrat de parrainage selon le type de parrainage : parrainage d une fédération sportive, d une équipe ou d un événement (cf. Tableau 3). Tableau 3 : Effet de l annonce d un contrat de parrainage selon le type de parrainage Parrainage d une fédération Parrainage d une équipe Parrainage d un événement dont parrainage des JO * P < 0.1 ; ** P < 0.05 ; *** P < 0.01 [0] [0 ; 1] [-2 ; 2] [-5 ; 5] N RAMC (%) -0,12 % -0,10 % -0,40 % -0,19 % 34 T-test 0,4075-0,3828-0,8606-0,2650 RAMC (%) -0,24 % 0,07 % -0,00 % 1,60 % T-test -1,0249 0,1965-0,0003 2,1983** RAMC (%) -0,31 % -0,48 % -0,50 % -0,11 % T-test -1,7108* -2,2376** -1,0894-0,2114 RAMC (%) -0,28 % -0,53 % -1,43 % -1,95 % T-test -0,8724-1,5315-1,7137-2,2358** Conformément aux hypothèses émises, l annonce d un contrat de parrainage pour un événement engendre bien des rendements anormaux négatifs significatifs (-0,48% sur la fenêtre [0 ; 1]) alors que l annonce d un contrat de parrainage d une équipe sportive

13 provoque des rendements anormaux positifs significatifs importants (+1,60% sur la fenêtre [-5 ; 5]). On peut en outre remarquer que, sur la fenêtre [-5 ; 5], le parrainage d une équipe est le seul type de parrainage qui engendre des rendements anormaux positifs. Contrairement à l hypothèse émise, le parrainage d une fédération provoque des rendements anormaux négatifs mais non significatifs. Les hypothèses H3b et H3c sont donc validées alors que l hypothèse H3a est rejetée. Enfin, on notera que, conformément à la majorité des résultats observés dans la littérature, le parrainage des Jeux Olympiques, un type d événement particulier, provoque des rendements anormaux négatifs significatifs, ici de -1,95% sur la fenêtre [- 5 ; 5]. L hypothèse 4 porte sur l effet de l annonce d un contrat de parrainage selon qu il s agisse d un premier contrat ou d un simple renouvellement. Les résultats, synthétisés dans le tableau 4, montrent que l effet est négatif (rendement anormal de -0,33% le jour de l annonce) et significatif au seuil de 10% pour l annonce d un premier contrat alors qu il est non significatif pour le renouvellement d un contrat de parrainage. Les hypothèses H4a et H4b sont donc validées. Tableau 4 : Effet de l annonce d un contrat de parrainage selon le statut de l annonce Premier contrat de parrainage Renouvellement d un contrat * P < 0.1 ; ** P < 0.05 ; *** P < 0.01 [0] [0 ; 1] [-2 ; 2] [-5 ; 5] N RAMC (%) -0,33 % -0,15 % -0,34 % 0,56 % 81 T-test -1,8829* -0,6426-0,8644 1,0427 RAMC (%) 0,07 % -0,20 % -0,19 % 0,49 % T-test 0,3391-0,9319-0,4581 0,8900 L effet de l annonce d un contrat de parrainage selon le sport parrainé constitue le socle de l hypothèse 5. Cinq sports ont été testés : le football, le rugby, le tennis, la voile et le cyclisme (cf. Tableau 5). D autres sports, comme le golf ou le basket-ball, sont parrainés par des entreprises françaises mais les échantillons étaient trop faibles pour pouvoir fournir des résultats fiables. Tableau 5 : Effet de l annonce d un contrat de parrainage selon le sport parrainé Football Rugby Tennis Voile Cyclisme * P < 0.1 ; ** P < 0.05 ; *** P < 0.01 [0] [0 ; 1] [-2 ; 2] [-5 ; 5] N RAMC (%) -0,48 % -0,80 % -1,01 % 0,63 % 25 T-test -1,0160-2,5225** -1,1968 0,5013 RAMC (%) 0,31 % 0,34 % 1,17 % 1,69 % T-test 0,8354 0,8151 1,7828* 2,1403** RAMC (%) -0,42 % -0,36 % -0,41 % -0,19 % T-test -1,2440-0,9113-0,4711-0,1724 RAMC (%) 0,16 % 0,60 % 0,41 % 1,71 % T-test 0,5885 1,9752* 0,8194 2,5592** RAMC (%) -0,37 % -0,44 % -0,49 % -1,02 % T-test -1,5870-1,8917* -0,5030-0,7335 Conformément à l hypothèse H5a, les sports qui possèdent une bonne image auprès du public et des investisseurs génèrent des rendements anormaux positifs significatifs : +1,69% pour le rugby et +1,71% pour la voile sur la fenêtre [-5 ; 5]. A contrario, les

14 sports qui possèdent une image dégradée auprès du public et des investisseurs génèrent des rendements anormaux négatifs significatifs : -0,80% pour le football et -0,44% pour le cyclisme sur la fenêtre [0 ; 1]. Seul le tennis ne génère aucun rendement anormal significatif. Les hypothèses H5a et H5b sont donc validées. Enfin, l hypothèse 6 s intéresse à l effet de l annonce d un contrat de parrainage selon la stratégie de parrainage. Si la stratégie multisports n engendre pas de rendements anormaux significatifs, une stratégie mono-sport provoque bien des rendements anormaux positifs significatifs, de +1,09% sur la fenêtre [-5 ; 5] (cf. Tableau 6). H6a est donc validée alors que H6b est rejetée. Tableau 6 : Effet de l annonce d un contrat de parrainage selon la stratégie de parrainage Stratégie mono-sport Stratégie multisports * P < 0.1 ; ** P < 0.05 ; *** P < 0.01 [0] [0 ; 1] [-2 ; 2] [-5 ; 5] N RAMC (%) 0,22 % 0,61 % 0,16 % 1,09 % 14 T-test 0,8609 1,6843 0,2939 1,8378* RAMC (%) -0,22 % -0,26 % -0,34 % 0,46 % T-test -1,4764-1,4750-1,0553 1,0809 D autres variables ont été testées sur les 132 événements constituant la base d annonces de contrats de parrainage. En effet, les résultats présentés plus haut pourraient dépendre de la date de l annonce, de la taille ou du secteur d activité du parrain ou encore du montant investi. Ces quatre variables ont été testées et il s avère qu elles ne possèdent pas (ou peu pour la taille du parrain) d influence. L effet de l annonce d un contrat de parrainage est faible et non significatif pour des annonces anciennes comme pour des annonces plus récentes, pour des annonces faites par des entreprises de divers secteurs ou pour différents montants investis. Seule la taille du parrain semble avoir une influence puisque, si les résultats sont très faibles et non significatifs pour les entreprises du CAC40, il est possible de mettre en lumière des rendements anormaux négatifs (-0,96%) et faiblement significatifs (au seuil de 10%) sur la fenêtre [-2 ; +2] pour les plus petites entreprises de notre échantillon. Les implications de ces résultats sont à présents discutées au regard de la littérature. Ils permettent d affiner la connaissance de l efficacité du parrainage et de fournir des recommandations managériales à destination des gestionnaires de la politique de communication de l entreprise. 4. Discussion Les implications, théoriques et managériales, des résultats de cette recherche concernent tout à la fois l efficacité du parrainage au sein des outils de communication hors média, le choix du sport dans lequel une entreprise peut avoir intérêt à investir une partie de son budget de parrainage et les stratégies de parrainage les plus appréciées par les investisseurs La performance financière du parrainage Les décisions marketing en général ne sont pas sans conséquences sur les marchés financiers. Les décisions liées à l innovation, à la communication et à la stratégie de marque sont plus particulièrement susceptibles de faire évoluer le cours de Bourse d une entreprise (Delattre, 2007). La littérature en marketing a ainsi mis en évidence que le parrainage sportif avait globalement tendance à améliorer le cours de Bourse du parrain. Cependant, les résultats obtenus dans cet article remettent en question cette assertion, puisque des résultats de faible ampleur et, en tout état de cause, non

15 significatifs, ont été mis en lumière pour les annonces de contrats de parrainage comme pour l arrêt du parrainage ou le non-renouvellement d un contrat. Plusieurs explications peuvent être données à ces résultats. Tout d abord, certaines annonces de contrat de parrainage pourraient paraître trop peu importantes aux yeux des investisseurs pour qu ils les prennent en considération dans leurs arbitrages financiers. Dans ce cas, la valeur du parrainage ne se reflète tout simplement pas dans le cours de Bourse du parrain. Le parrainage pourrait ainsi pâtir de son image de «danseuse du président» aux yeux des marchés financiers (Fleck-Dousteyssier, 2007). Ensuite, l efficacité du parrainage pourrait paraître trop incertaine pour faire varier la valeur d une entreprise, et donc son cours de Bourse. En effet, le parrainage est une tâche secondaire (peu d attention accordée au parrain), dotée d un message implicite (simple association entre parrain et entité parrainée) et ce dans cadre non commercial (Fleck et Quester, 2007). En outre, le nombre de parrains parfois trop élevé nuit à leur visibilité (Fleck- Dousteyssier, 2007). D un point de vue méthodologique, le décalage entre la date de l annonce d un contrat et le début d un événement pourrait conduire les marchés financiers à ne pas valoriser tout de suite cette information dans le cours de Bourse du parrain, en attendant de savoir si l événement permettra, ou pas, d atteindre les objectifs du parrainage. Dans ce cas, la méthodologie des études d événements est démunie et ne permet pas de mesurer l effet du parrainage sur le cours de Bourse. Enfin, la façon d annoncer une information aux investisseurs peut influencer la manière dont elle est analysée, et donc le cours de Bourse (Mathur et Mathur, 1996). Or, l annonce de contrats de parrainage est rarement une information traitée de manière expansive dans les médias, ce qui peut réduire son impact sur les investisseurs. Pourtant, plusieurs recherches ont montré qu il pouvait exister un lien positif entre annonce d un contrat de parrainage et évolution du cours de Bourse du parrain (Mishra, Bobinski et Bhabra, 1997 ; Clark, Cornwell et Pruitt, 2002 ; Pruitt, Cornwell et Clark, 2004 ; Cornwell, Pruitt et Clark, 2005 ; Spais et Filis, 2008). Il faut cependant peut-être tenir compte des études qui «restent dans le tiroir» du fait de leur absence de résultats significatifs (Rosenthal, 1979). Selon cet argument, il pourrait exister des recherches prouvant que le parrainage ne modifie pas la valorisation boursière d une entreprise mais qui ne seraient pas publiées du fait de résultats non significatifs. L explication que nous retenons est cependant d une autre nature : la plupart de ces recherches ont porté sur un type de parrainage particulier. Or, le parrainage est divers. Seul le choix d évènements homogènes est pourtant à même de mettre en lumière des réactions boursières significatives (Delattre, 2007). Comme l indiquent les résultats de cette recherche, c est donc bien le type de parrainage qui constitue la bonne unité d analyse. Le parrainage d événements (y compris celui des Jeux Olympiques) fournit des rendements anormaux négatifs alors que l on observe le résultat inverse pour le parrainage d équipes sportives : l absence d effet significatif global du parrainage est donc due à des effets contradictoires selon le type de parrainage. Il reste à comprendre pourquoi parrainer une équipe est davantage valorisé par les investisseurs que parrainer un événement. Tout d abord, on observe un effet temporel très différent entre ces deux types de parrainage : il existe un effet à plus long terme pour le parrainage d équipes (au moins une saison sportive pour le parrainage d une équipe, alors que l événement a lieu dans un temps limité). Or, les objectifs de notoriété et d image de marque dépendent de la durée d exposition du message (Walliser, 2003). En outre, l effet sur les ventes est a priori favorisé par le long terme. Une autre explication serait également que des montants plus élevés sont souvent engagés pour parrainer un événement, ce qui correspond à un risque plus élevé pris par le parrain. 15

16 Il faut insister sur le fait que la méthodologie des études d événements permet de mesurer les perceptions des investisseurs. Or, ces derniers peuvent se tromper ou être mal informés. Ainsi, la valorisation du parrainage d équipe et, surtout, la dévalorisation du parrainage d événements, peuvent-elle sembler excessives au regard des résultats de la littérature en marketing. En effet, si la performance du parrainage d événements apparaît relativement faible, notamment en termes de mémorisation (Quester, 1997 ; Johar et Pham, 1999 ; Walliser et Nanopoulos, 2002 ; Johar, Pham et Wakefield, 2006), cette mémorisation est également faible pour le parrainage d équipes sportives (Cornwell, Maignan et Irwin, 1997). Quant au parrainage de fédérations sportives, qui ne donne pas de résultats significatifs dans cet article, il procède pourtant des mêmes ressorts que le parrainage d équipes (parrainage à long terme notamment). Néanmoins, il semble plus facile pour une marque d'être associée à un club qu à une fédération car cette dernière ne permet pas toujours d'utiliser l'image d un joueur. Or les acteurs du terrain sont les meilleurs représentants des valeurs d un sport. Il n en reste pas moins que, s il est impossible d affirmer que le parrainage améliore la valorisation boursière du parrain, certaines formes de parrainage peuvent significativement améliorer ou dégrader cette valorisation boursière, ce dont les décideurs marketing se doivent de tenir compte Le choix du sport à parrainer Les résultats de cet article démontrent que tous les sports ne sont pas analysés de la même manière par les investisseurs. Certains sports génèrent des rendements anormaux positifs (rugby, voile) alors que d autres génèrent des rendements anormaux négatifs (football, cyclisme). Ces résultats correspondent à certains résultats fournis dans la littérature en marketing, en particulier ceux de Kinney et Bell (2003) pour qui il existe un effet négatif significatif sur le cours de Bourse du parrain pour le parrainage du football. Le fait que Cornwell, Pruitt et Clark (2005) trouvent un effet positif du parrainage du golf sur la valorisation boursière du parrain est également cohérent avec l hypothèse testée dans cet article, à savoir la prééminence de l image de marque sur la simple exposition médiatique (qui influence la notoriété) du point de vue des investisseurs. Cette hypothèse se trouve vérifiée par notre recherche. Il est possible de l expliquer par la théorie du transfert d image via le parrainage (Ganassali et Didellon, 1996 ; Gwinner, Larson et Swanson, 2009) : mieux vaut en effet que le sport parrainé ait une bonne image pour que celle-ci se transfère sur le parrain. Il apparaît donc que l objectif d image domine celui de notoriété du point de vue financier : le football ou le cyclisme (Tour de France) sont ainsi plus médiatisés que les autres sports et donc plus à même d accroître la notoriété du parrain. Ce sont pourtant des sports un peu moins médiatisés, comme le rugby ou la voile qui permettent de valoriser le cours de Bourse du parrain. Cette hypothèse semble logique dans la mesure où la plupart des parrains sont des grandes entreprises cotées en Bourse et déjà connues du grand public (Fleck- Dousteyssier, 2007). De ce fait, on peut imaginer que l effet éventuel du parrainage sur les ventes, et donc sur la valeur financière de l entreprise, passe davantage par l image que par la notoriété. En sus, il se pourrait que les résultats de cette recherche ne reflètent que la simple rationalité des investisseurs : en effet, les droits de parrainage versés par les entreprises sont beaucoup plus élevés pour le football que pour le rugby par exemple. Compte tenu de la notoriété et de de l image des différents sports, les investisseurs pourraient considérer que le parrainage du rugby est tout simplement plus rentable que celui du football. Dans une logique purement financière, ce dernier présente en effet différents défauts : le football n'apparaît pas comme le meilleur support de communication pour 16

17 les entreprises car il attire trop d'annonceurs, ce qui affecte la part de voix de chaque parrain. En outre, peu de marques arrivent à être mémorisées comme le parrain du football du fait de l éparpillement du parrainage entre de nombreuses compétitions. Par exemple, les trois opérateurs de téléphonie (Orange, SFR et Bouygues Telecom) parrainent le championnat de France pour le premier, l équipe de France pour le deuxième et la Coupe de la Ligue pour le dernier. Le parrainage de sports moins exposés médiatiquement mais également moins chers et possédant une image forte et positive semble donc un choix rationnel pour les managers en charge du parrainage Le choix de la stratégie de parrainage La stratégie de parrainage peut s entendre de diverses façons. Dans cet article sont traitées deux décisions stratégiques : lancer un contrat de parrainage avec une entité nouvelle ou bien prolonger le parrainage d entité déjà parrainées, d une part, et ne parrainer qu un seul sport ou plusieurs sports à la fois, d autre part. D après les résultats de cette recherche, il apparait tout d abord que lancer un nouveau contrat de parrainage est une stratégie vue comme risquée par les marchés financiers puisqu elle génère des rendements anormaux négatifs. Ce résultat peut s expliquer de plusieurs manières : un contrat de parrainage totalement nouveau induit, tout d abord, une forte incertitude sur les résultats, ce qui est rarement apprécié par les marchés financiers. Un nouveau contrat de parrainage constitue en effet une opération risquée car, compte tenu des montants en jeu, un échec serait couteux pour l entreprise Les investisseurs peuvent ensuite éprouver une inquiétude sur la pertinence des dépenses de parrainage par rapport à d autres outils de communication. Les simples renouvellements de contrats de parrainage apparaissent, quant à eux, comme des informations de moindre importance puisque leur annonce ne provoque pas de modification de la valorisation boursière des parrains, sans doute du fait d un risque d échec moindre. Ensuite, cette recherche permet d établir qu une stratégie de parrainage mono-sport est valorisée par les marchés financiers. Celle-ci permet en effet une meilleure association de l image du sport et du parrain, et donne en outre une image de fidélité au parrain, image probablement valorisée par les consommateurs. L exemple typique est celui de BNP Paribas avec le tennis : c est le parrain français de loin le mieux mémorisé. Avec un partenariat vieux de 30 ans, la BNP est clairement vue comme le sponsor du tennis en France. Cette stratégie qui consiste à concentrer les budgets de parrainage sur un seul sport apparaît donc, d un point de vue financier comme d un point de vue marketing, comme une stratégie cohérente, d autant plus si elle est développée sur la durée. En revanche, la stratégie multisports n est pas attaquée par les investisseurs qui se contentent de ne pas survaloriser le cours de Bourse du parrain (rendements anormaux non significatifs). Finalement, cette vision financière de la politique de communication hors média, via la politique de parrainage, à laquelle le marketing a de plus en plus recours, apparaît comme relativement rationnelle et davantage attachée à des critères financiers que marketing. Ainsi, c est le retour sur investissement probable qui semble être calculé par les investisseurs, ceux-ci valorisant le parrainage d équipes sportives dans des sports dont le parrainage est peu cher du fait de leur moindre médiatisation mais qui peuvent améliorer l image de marque via le transfert des valeurs de ces sports sur les parrains, ce qui peut avoir des conséquences bénéfiques sur les ventes et donc sur la valeur de l entreprise. 17

18 Conclusion Cette recherche est la première à mesurer la valorisation financière du parrainage sportif dans un contexte français. Elle établit qu il existe bien une influence du parrainage sur le cours de Bourse du parrain, différente selon le type de parrainage, le sport parrainé, le statut de l annonce et la stratégie de parrainage. Ces résultats fournissent un moyen inédit aux investisseurs et aux responsables de marketing de confronter leurs points de vue. Du point de vue du marketing, l efficacité du parrainage est largement analysée via l atteinte d objectifs tels que la notoriété et l image de marque. Du point de vue financier, l idée d un retour sur investissement strictement monétaire semble primer. Ces deux visions sont néanmoins complémentaires, et non concurrentes, et les responsables de marketing devraient pouvoir s appuyer sur cette recherche pour justifier leurs dépenses de communication hors média. Cette recherche présente, comme toute recherche, des limites qu il convient d exposer. Tout d abord, les entreprises présentes dans l échantillon sont toutes, compte tenu de la méthodologie d étude d événements employée, des entreprises cotées en Bourse, en majorité des très grandes entreprises, ce qui limite la validité externe des résultats présentés. Ensuite, le petit nombre d annonces de retraits ou de non renouvellement de contrats de parrainage ne permet pas d approfondir les résultats sur ce point. Il serait également pertinent d approfondir la façon dont les investisseurs évaluent les signaux que constituent les annonces liées à la politique de marketing. Enfin, cette recherche n a pas pu étudier tous les sports parrainés par des entreprises françaises, du fait de l échantillon limité d annonces. Il a donc fallu se restreindre à l analyse de cinq sports, qui représentent tout de même les sports les plus pratiqués, et parrainés, en Europe. De nouvelles recherches sont donc souhaitables sur ce thème, en particulier par rapport aux arbitrages réalisés dans les budgets des entreprises : en termes de communication hors média, elles peuvent, notamment, choisir de parrainer des équipes ou des fédérations. Mais ces mêmes entreprises pourraient également investir dans des clubs sportifs, soit en achetant des actions de clubs cotés en Bourse (Allouche et Soulez, 2008), soit en achetant le droit de donner leur nom à un stade (Clark, Cornwell et Pruitt, 2002). Dans le premier cas, il s agit d une opération financière (espérer gagner des dividendes et faire un profit en revendant les actions) et marketing (faire savoir que l on est actionnaire d un club permet, comme le parrainage, d opérer un transfert d image entre le club et le parrain). Dans le second cas, il s agit d une forme particulière de parrainage à long terme qui permet d accroître la notoriété et d améliorer l image du parrain. Des recherches dans ces deux voies seraient certainement fructueuses. Une autre voie de recherche pourrait consister à analyser le parrainage d événements pris individuellement. En effet, même si le parrainage du tennis en général ne génère pas de rendements anormaux significatifs dans cette recherche, il se pourrait que le parrainage de certains tournois de tennis soit valorisé par les investisseurs. Les études d événements constituent un des moyens d évaluer la stratégie marketing de l entreprise du point de vue des marchés financiers. Ce type de mesures, qui permet de prouver l efficacité de la politique de marketing aux financiers, est sans doute nécessaire pour que le marketing conserve un certain pouvoir décisionnel dans les entreprises, et doit donc être encouragé dans les recherches françaises en marketing. 18

19 Références bibliographiques Agrawal J. et Kamakura W.A. (1995), The economic worth of celebrity endorsers: an event study analysis, Journal of Marketing, 59, 2, Allouche J. et Soulez S. (2008), Determinants of share price variations of listed football clubs: Reference to English clubs, in Myths and facts about football: The economics and psychology of the world's greatest sport, P. Andersson, P. Ayton, and C. Schmidt (Eds.), Cambridge Scholars Press, Bobinski G.S. et Ramirez G.G. (1994), Advertising to investors: the effect of financialrelations advertising on stock volume and price, Journal of Advertising, 23, 4, Brown S.J. et Warner J.B. (1980), Measuring security price performance, Journal of Financial Economics, 8, 3, Brown S.J. et Warner J.B. (1985), Using daily stock returns: the case of event studies, Journal of Financial Economics, 14, 1, Calderón-Martínez A., Más-Ruiz F.J. et Nicolau-Gonzálbez J.L. (2005), Commercial and philanthropic sponsorship: direct and interaction effects on company performance, International Journal of Market Research, 47, 1, Chaney P.K., Devinney T.M. et Winer R.S. (1991), The impact of new product introduction on the market value of firms, Journal of Business, 64, 4, Changeur S. (2004), Stratégies de marque et richesse des actionnaires : une approche financière du capital-marque, Recherche et Applications en Marketing, 19, 4, Clark J.M., Cornwell T.B. et Pruitt S.W. (2002), Corporate stadium sponsorships, signaling theory, agency conflicts, and shareholder wealth, Journal of Advertising Research, 42, 6, Cornwell T.B. et Maignan I. (1998), An international review of sponsorship research, Journal of Advertising, 27, 1, Cornwell T.B., Maignan I. et Irwin R. (1997), Long-term recall of sponsorship sources: an empirical investigation of stadium and sport cafe audiences, Asia-Australia Marketing Journal, 5, 1, Cornwell T.B., Pruitt S.W. et Clark J.M. (2005), The relationship between major-league sports official sponsorship announcements and the stock prices of sponsoring firms, Journal of the Academy of Marketing Science, 33, 4, Cornwell T.B., Pruitt S.W. et Van Ness R. (2001), The value of wining in motorsports: sponsorship-linked marketing, Journal of Advertising Research, 41, 1, Cornwell T.B., Weeks C.S. et Roy D.P. (2005), Sponsorship-linked marketing: opening the black box, Journal of Advertising, 34, 2, Delattre E. (2007), La méthodologie des études d événements en marketing, Recherche et Applications en Marketing, 22, 2, Derbaix C., Gérard P. et Lardinoit T. (1994), Essai de conceptualisation d une activité éminemment pratique : le parrainage, Recherche et Applications en Marketing, 9, 2, Farrell K.A. et Frame W.S. (1997), The value of Olympic sponsorships: who is capturing the gold?, Journal of Market Focused Management, 2, 2,

20 Fleck N. et Quester P. (2007), Birds of a feather flock together Definition, role and measure of congruence: an application to sponsorship, Psychology and Marketing, 24, 11, Fleck-Dousteyssier N. (2007), Le parrainage : d une intuition à une stratégie de communication, Décisions Marketing, 47, Ganassali S. et Didellon L. (1996), Le transfert comme principe central du parrainage, Recherche et Applications en Marketing, 11, 1, Gwinner K.P., Larson B.V. et Swanson S.R. (2009), Image transfer in corporate event sponsorship: assessing the impact of team identification and event-sponsor fit, International Journal of Management & Marketing Research, 2, 1, Hendricks K.B. et Singhal V.R. (1997), Delays in new product introductions and the market value of the firm: the consequences of being late to the market, Management Science, 43, 4, Hozier G.C. et Schatzberg J.D. (2000), Advertising agency terminations and reviews: stock returns and firm performance, Journal of Business Research, 50, 2, Hubler J., Meschi P.X. et Schmidt G. (2001), Annonce de suppressions d emplois et valeur boursière des entreprises, in La gestion des Sureffectifs Enjeux et pratiques, G. Schmidt (Ed.), Economica, Paris. Johar G.V. et Pham M.T. (1999), Relatedness, prominence, and constructive sponsor identification, Journal of Marketing Research, 36, 3, Johar G.V., Pham M.T. et Wakefield K.L. (2006), How event sponsors are really identified: a (baseball) field analysis, Journal of Advertising Research, 46, 2, Kelm K.M., Narayanan V.K. et Pinches G.E. (1995), Shareholder value creation during R&D innovation and commercialization stages, Academy of Management Journal, 38, 3, Kim J.W. (2010), The worth of sport event sponsorship: an event study, Journal of Management and Marketing Research, 5, Kim J. et Morris J.D. (2003), The effect of advertising on the market value of firms: empirical evidence from the Super Bowl ads, Journal of Targeting, Measurement and Analysis for Marketing, 12, 1, Kinney L. et Bell G. (2004), Do sports sponsorship announcements influence firm stock prices?, in Sports Marketing and the Psychology of Marketing Communication, L.R. Kahle et C. Riley (Eds.), Lawrence Erlbaum Associates, Mahwah, New Jersey. Lane V. et Jacobson R. (1995), Stock market reactions to brand extensions announcements: the effect of brand attitude and familiarity, Journal of Marketing, 59, 1, Mathur L.K. et Mathur I. (1995), The effect of advertising slogan changes on the market value of firms, Journal of Advertising Research, 35, 1, Mathur L.K. et Mathur I. (1996), Is value associated with initiating new advertising agency-client relations?, Journal of Advertising, 25, 3, McWilliams A. et Siegel D. (1997), Event studies in management research: theoretical and empirical issues, Academy of Management Journal, 40, 3,

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur

Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur par Bruno LUNDI Le gouvernement est en passe de renoncer à ouvrir une quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération en France.

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Chapitre 1 : Le plan média (media planning)

Chapitre 1 : Le plan média (media planning) Chapitre 1 : Le plan média (media planning) Introduction Cela consiste à sélectionner les médias et à définir leurs modes d utilisation. Objectif : rechercher l efficacité maximum des médias dans la contrainte

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 3 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international H AAUUTTEESS ÉÉTTUUDEESS COMMEERRCCIIAALLEESS RRUUEE LLOUUVVRREEXX 144 44000000 LII ÈÈGEESS Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Canicule et business, quand la météo fait l économie!

Canicule et business, quand la météo fait l économie! Canicule et business, quand la météo fait l économie! La canicule actuelle, par conséquent la meteo en général, a de nombreuses conséquences sur le business des entreprises : 70 % environ des entreprises

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 1 er trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les opérateurs

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal?

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? 2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? Qui ne s est pas un jour posé la question de savoir à quel moment son entreprise fera l objet d un contrôle? Voilà une question à laquelle il est bien difficile

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS Réalité, tendances et comparaisons des marchés publicitaires espagnols et français en. ETUDE 2005 REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS - 1 -

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente La communication en magasin purement tournée vers la promotion

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Résumé et conclusions

Résumé et conclusions Résumé et conclusions La première étude sur la performance de la prospection IKO System a réalisé, en septembre 2014, la première étude à grande échelle pour comprendre comment les entreprises françaises

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 07/10/ à 08:46:40 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

EXPOSE EN MARKETING EVENEMENTIEL THEME : LE SPONSORING

EXPOSE EN MARKETING EVENEMENTIEL THEME : LE SPONSORING UNIVERSITE FRANCAISE D ABIDJAN MASTER EN MARKETING &COMMERCE EXPOSE EN MARKETING EVENEMENTIEL THEME : LE SPONSORING EXPOSANTS : - Mlle TCHIEUBOU WELADJI JEANNE IRNE - Mlle BERTE KATIE Exposé sur le sponsoring

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com

PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com PRESENTE PAR http://rugby-amateur.com MECENAT ET SPONSORING TRAITEMENT JURIDIQUE ET FINANCIER / UCRAF 2012 Page 1 TRAITEMENT JURIQUE FINANCIER Dans l esprit du public, mécénat et sponsoring se confondent,

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Guide de l évaluation des entreprises et des titres des sociétés

Guide de l évaluation des entreprises et des titres des sociétés 1 Guide de l évaluation des entreprises et des titres des sociétés * * * Commentaires de la Société Française des Evaluateurs * * * Remarques préalables : La Société Française des Evaluateurs (SFEV) a

Plus en détail

Retour sur l expérience Marketing live Lexik/Yatooprint 2 ème partie

Retour sur l expérience Marketing live Lexik/Yatooprint 2 ème partie Retour sur l expérience Marketing live Lexik/Yatooprint 2 ème partie Dans le cadre du salon Connec sud Lexik et sa filiale Yatooprint se sont associés pour réaliser une expérience marketing en direct afin

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91 c est-à-dire des relations qui sont inattendues ou contradictoires avec des éléments probants obtenus par d autres voies, le réviseur devra procéder à leur étude. Cette étude commencera habituellement

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Fiche 1 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS

RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS Guide à l attention des parents des jeunes compétiteurs 1 - FFT Ce guide a pour objet de présenter la réforme fédérale de la formation des jeunes de moins de 12 ans et notamment

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Fiche Pratique. Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques ITIL. Club des Responsables d Infrastructures et de Production

Fiche Pratique. Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques ITIL. Club des Responsables d Infrastructures et de Production Fiche Pratique ITIL Club des Responsables d Infrastructures et de Production Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques Les Opérations Informatiques sont sensibilisées depuis plusieurs années aux

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année

Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année 1er partenaire du sport français TITRE DE LA PRÉSENTATION, AUTRE INFORMATION (DIRECTION, SERVICE,...) jj mmmm aaaa 2 Une stratégie, Reflet de la «culture»

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail