T.P.E. LA PHYLLOTAXIE: ASSOCIATION DES SPIRALES DANS LA CROISSANCE DES PLANTES. Juan Carlos Marroquin, T le S.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "T.P.E. LA PHYLLOTAXIE: ASSOCIATION DES SPIRALES DANS LA CROISSANCE DES PLANTES. Juan Carlos Marroquin, T le S."

Transcription

1 T.P.E. LA PHYLLOTAXIE: ASSOCIATION DES SPIRALES DANS LA CROISSANCE DES PLANTES. Juan Carlos Marroquin, T le S.

2 SOMMAIRE Introduction I Quelques spirales et leurs propriétés A. La spirale logarithmique est sa construction B. La spirale d Archimède et sa construction II La phyllotaxie: croissance chez les plantes A. Qu est ce que la phyllotaxie? B. Recherche d une disposition optimale Conclusion ANNEXE 1: LA SUITE DE FIBONACCI. BIBLIOGRAPHIE.

3 Introduction De la voie lactée au tournesol, une infinité d espèces dans la nature exprime une croissance en forme spiralée. Mais, à quoi se doit cette organisation, cet ordre tantôt numérique comme géométrique omniprésent dans le monde naturel? Dans ce travail nous étudierons plus exclusivement la croissance chez les plantes, dans le domaine de la botanique. Nous verrons en une première partie quelques exemples de types de spirales, tel que la spirale d Archimède et la spirale logarithmique, en détaillant surtout les enjeux de leur construction. Dans une seconde partie nous étudirons les facteurs clefs d une phyllotaxie, après l avoir définie, en mettant en jeu les spirales. Il faut rappeler que ce travail ne tient en compte que d expériences isolées des paramètres extérieurs de l environnement, ceux-ci posant des altérations dans la croissance de l objet étudié. De même on ne tiendras pas en compte certaines démonstrations mathématiques, celles-ci étant trop compliquées et n ayant pour but que de éclaircir un peu certaines notions d étude. I Quelques spirales et leurs propriétés Les spirales sont des courbes d un plan, à croissance infinie. Elles ont toutes un centre de rotation (jamais atteint), mais leurs paramètres varient selon la spirale concernée. Cette première partie a pour but de présenter sommairement deux spirales très répandues, possédant des paramètres de construction et des propriétés totalement différentes. Tout ceci pour se faire une idée sur la diversité de types de spirales, et non pour faire des démonstrations compliquées n affectant pas le but de ce travail qui est de présenter comment les spirales influent dans la phyllotaxie, entre autres conditions(seconde partie). A. La spirale logarithmique La spirale logarithmique est très certainement la spirale la plus connue de toutes, du à son esthétique. Il existe deux différentes méthodes pour faire sa construction graphique; toutes les deux à l aide des termes de la suite de fibonacci (voir ANNEXE 1) Dès le début de cette première construction nous voyons déjà apparaître cet te fameuse suite qui possède plusieurs relations avec les spirales et la croissance dans la nature (cette deuxième seras vue dans la seconde partie). Nous commençons par tracer deux carrés de côté 1, en partageant un de leurs côtés, puis un carré de côté 2 à partir de ces deux premiers carrés. De même nous construisons un quatrième carré de côté 3 à partir d un des carrés de carrés de côté 1 et celui de côté 2. Et ainsi nous construisons un carré de côté 5, puis un autre de côté 8, 15, 21, 34, etc (nous parlons de carrés de côté correspondant à un terme de la suite). Par la suite nous traçons la spirale en reliant une des extrémités de chaque carré. Il est plus facile de voir tout ceci grâce à la figure suivante:

4 FIGURE 1. Cette construction est équivalente avec ce que l on appel des "triangles d'or", car le rapport de leurs surfaces est environ égale au nombre d or. Nous pouvons préciser le nom de cette spirale: il vient d une de ces équations, à partir de la quelle on peut l exprimer. On l exprime en fonction d un logarithme décimal de la forme: log(p)=xm+k Avec X et k des constantes, et avec m la tangente à la courbe. FIGURE 2. B. La spirale d Archimède. Cette spirale est tracée à partir d une familles de cercles concentriques (de même centre) de rayons R, 2R, 3R, 4R La spirale d Archimède grandit d un angle constant donné initialement,

5 à partir du quel elle passera d un cercle à l autre. Son équation ne dépend que de cet angle y et de la distance du pôle à la courbe R, tel que: R=ky (avec k=cte) FIGURE 3. On remarque cette spirale est bien un exemple ne comportant de relations, ni avec le nombre d or, ni avec les termes de la suite de fibonacci, opposa ment à la spirale logarithmique. II La phyllotaxie: croissance en spirale chez les plantes. A. Qu est-ce que la phyllotaxie? La phyllotaxie est une théorie qui propose l idée d une croissance ordonnée dans le méristème de la tige d une plante. D après cette théorie les feuilles apparaissent suivant une séquence définissant divers types de disposition d ensemble. Il existe 3 grands critères caractérisant les phyllotaxies: 1- La valeur de la divergence séparant 2 feuilles successives (ou écart angulaire). 2- Parastiques de contact ou spirales le long desquelles les feuilles suivent leur croissance. 3- Les paramètres mathématiques qui expriment ce que l on appel les hélices foliaires. Mais en plus, il existe plusieurs types de phyllotaxies, par mis lesquelles on distingue deux grandes catégories (en omettant bien sur tous les intermédiaires entres elles) de dispositions: A-Orthosichie et spirosichie (spirales non continues sur la totalité de la tige, parallèles entre elles). B-Dispositions verticillées (feuilles naissent au même nœud de la tige, en anneau), absence de spirales dans ce type de croissance. Naguère, Marie et Robert Snow ont démontré que si l on incise l apex à une plante à croissance verticillée, on observe une croissance spiralée, C-Dispositions spiralées, les plus répandues et qui seront le type de phyllotaxie étudié dans ce T.P.E. En une idée résumée, des feuilles apparemment isolées peuvent être reliées par une spirale dite ontogénique (reliant les feuilles en ordre d apparition) et n spirales dites parastiques reliant les feuilles à n par n (exemple: 3spirales parastiques relient les feuilles de 3 en 3). Un de ces groupes de parastiques correspond aux hélices foliaires.

6 Remarque: il existe ce que l on appel l indice de phyllotaxie, qui correspond aux nombre n de tours en hélice que l on doit poursuivre pour retrouver un point à la même position par rapport à une droite donnée, parallèle à l axe de rotation de cette hélice (voir passage entre les points violets sur la FIGURE 7). B. Recherche d une disposition optimale. Lors de la croissance des bourgeons chez une plante, ceux-ci cherchent une position appelée position optimale, d où ils peuvent croître le plus indépendamment possible sans gêner les autres et sans être gêné (avoir accès à la lumière, les minéraux de l eau, etc ). Ils cherchent respecter les trois grands critères énoncés dans la définition sur la phyllotaxie. 1-Angle de divergence optimal. Pour trouver cet angle de divergence nous commençons par considérer un cercle déroulé en un segment [AB] de longueur 1 et tel que A est pour angle 0 et B est pour angle 360. Nous nommons C le premier organe naissant après A et B. Il est nécessaire que C apparaisse le plus loin des deux points, sans pouvoir le placer au milieu, car sinon les nouveaux bourgeons naisseraient sur A et B car l angle de divergence serait de180, ne laissant que ces 3 positions disponibles (voir remarque sur FIGURE 6). Pour éviter ce problème de symétrie il faut donc décaler C un peu vers A ou vers B. Soit alors D le point d une nouvelle naissance après C entre B et C, si nous avons décalé C en première instance vers A. D est tel que CD=CA (nous cherchons bien que les feuilles naissent le plus éloignées les unes des autres), tout en étant pas trop près de B. FIGURE 4. Pour que la disposition soit idéale, il faudrait que les 4 points soient équidistants les uns des autres, ce qui se traduit par le fait qu il nous faut que: BD/BC=AC/AB Puisque AC=AB-BC, on a: BD/BC=(AB-BC)/AB Et avec AB=1, on a: BD/BC=1-BC En sachant que BD=BC-DC et CA=CD: (BC-CA)/BC=1-BC AC=AB-BC, donc: (2BC-1)/BC= 1-BC 2-(1/BC)=1-BC BC+1-(1/BC9=0 On multiplie par BC: BC 2 +BC-1=O D où, nous cherchons les deux racines BC=0,61803, et BC =-1,61803 (nombre d or). Lorsque nous rapportons ceci au cercle dans le quel nous travaillons, on a deux angles complémentaires: 137,5 pour BC et 222,5 pour BC Ce calcul montre donc que l angle de divergence optimal pour la disposition des bourgeons en croissance chez une plante est de 137,5 environ. Il nous reste maintenant à trouver les facteurs qui influencent physiquement cet angle.

7 Pour expliquer comment chaque primordia (éléments botaniques non différenciés, pouvant donner naissance à une feuille, fleur, tige, etc ) sait où se trouve la plus grande place disponible dans la tige, le mathématicien Alan Turing à poser pour hypothèse le fait que chaque primordia produisait une substance empêchant la naissance d autres à sa périphérie. Nous pouvons donc penser qu un nouveau primordia n apparaît que lorsque la tige présente suffisamment d espace pour qu il ne se gêne pas avec d autres primordia, on voit encore l idée de disposition optimale. En simulant numériquement l apparition des primordia S. Douady et Y. Coudier ont démontré que l angle de divergence était très dépendant d un facteur qu ils ont nommé G, tel que: G=vT/Ro Avec: v=vitesse d éloignement des primordia par rapport à l apex T=période d apparition des primordia Ro=rayon d apparition des primordia Ils ont de même remarqué que G possédait une valeur limite à partir de laquelle l angle de divergence était égale à 180, c est lorsque G>0,7. Nous pouvons le voir dans le graphique cidessous, exprimant l angle de divergence en fonction de G: FIGURE 5. Nous avons: -Pour G>0,7; chaque nouveau primordia ne ressent l influence que d un autre primordia (angle de divergence de 180 ). -À partir de G=0,7; chaque nouveau primordia ressent l influence de deux autres primordia (angle de divergence<180 ). -Au fur et à mesure que G diminue, chaque nouveau primordia ressent l influence de plusieurs autres primordia (angle de divergence tend vers 137,5 lorsque l influence des primordia augmente). Nous pouvons résumer tout ceci avec l aide du schéma suivant:

8 FIGURE 6. Remarque: -le premier primordia est appelé primordium. -On observe que la première représentation correspond à l exemple du cercle déroulé démontrant la valeur optimale de l angle de divergence (voir FIGURE 4 ). Dans ce cas de figure on remarque bien que le point C du premier exemple ne pouvait se situer au milieu de [AB], car il s agit de l apex. C est ce que l on appel brisure de symétrie. De même on s est rendu compte que pour atteindre l angle de divergence optimale, il était nécessaire que G diminue graduellement et non brusquement. Dans de conditions normales ce phénomène de décroissance graduée a lieu, mais il est possible de trouver des exceptions. Ces exceptions sont liées à des facteurs de l environnement extérieur et non aux dispositions initiales de la plante elle-même. 2-Parastiques de contact ou spirales montrant la chronologie de la croissance des feuilles. Lorsque l on observe une plante l organisation des grains d une plante, on remarque deux grands réseaux d organisation de croissance, dextres ou sénestres, sans que ceci définisse la nature du réseau. Il est courant de dire que c est une phyllotaxie de type (p,q), p et q étant des réels correspondant aux nombres de parastiches (ou spirales) observés dans un sens comme dans l autre (p>q; on note toujours en premier le plus grand nombre de parastiches dans la notation). Dans chaque arrangement il y a toujours ce que l on appel la spirale fondamentale (ou spirale ontogénique) qui suit l apparition des primordia un par un, et plusieurs autres spirales dites parastiches, qui eux définissent d autres ordres de croissance en chronologie, bien sur en sautant des primordia. Les frères Bravais ont réussit à démontrer que puisque la divergence chez les grains d une plante était égale à la section d or, alors le nombre de parastiches correspondait à un des nombres appartenant à la suite de fibonacci. Encore une fois nous pouvons apprécier une relation entre cette fameuse suite et les spirales, peut être ceci soit lié aux constructions de plusieurs spirales grâce aux propriétés de la suite fibonaccienne.

9 FIGURE 7. Il faut dire que la nature des spirales prisent en compte varie d une plante à l autre, et rappeler qu il existe une équivalence mathématique entre les spirales (courbe dans un plan) et les hélices (courbe équivalente dans l espace), ce qui permet d étudier la phyllotaxie soit dans un plan ou dans l espace, selon l approche que l on a besoin. 3-parametres mathématiques exprimant les hélices foliaires. Les paramètres mathématiques ici concernés peuvent s apprécier dans les modèles mathématiques proposés pour expliquer les phyllotaxies. Ces modèles s emploient à expliquer la provenance des nombres de fibonacci et des spirales en botanique. Iles existe une très grande quantité modèles, dont nous n en étudierons que celui d Adler. Dans ce modèle Adler nous propose une répartition représentée par un treillis de n+1 points sur l hélice fondamentale s enroulant dans un cylindre. L auteur énonce divers paramètres pour la modernisation: -la divergence d. -la distance internodale (distance de montée) r entre deux points consécutifs. -le temps t. Il veut ainsi satisfaire deux conditions; le nombre n de points est croissant par rapport au temps, et la courbe de r en fonction de t est monotone décroissante, telle que lorsque t tend vers plus l infini, r(t) tend vers 0. On aurais une fonction ayant un peu près cette allure courbe (courbe hypothétique):

10 FIGURE 8. On voit comment Adler modélise les pressions de contact entre les graines (ou avec d autres parties de la plante). Il démontre que dès que les pressions de contact commencent à se produire chez la plante, celle-ci grandit sous forme de couples de phyllotaxie (p,q), p et q étant des paires de termes de la suite de fibonacci. Il dit que t et n croîts (logiquement puisque la plante grandie au cours du temps) et que r décroît, ce qui veut dire qu il reste moins d espace entre les grains lorsque la plante grandit. De même il trouve que la divergence d tend vers 137,5, comme nous en avions parlé précédemment. Mais ce qui est le plus intéressant est le fait qu il démontre que pour que les grains se positionnent avec la divergence idéale, il était nécessaire que p et q soient des termes consécutifs de la suite de fibonacci. Ceci est peut-être dû au fait que pour les plus grands termes de la suite, lorsque nous les multiplions par le nombre d or, ils tendent à être entiers (on peut compter les hélices). Nous remarquons que sur ce point, Adler s est aidé d un principe d étude basé sur les hélices (travail dans l espace), au lieu des spirales. Il faut aussi signalé que chez plusieurs autres plantes, leur croissance ne dépend pas des pressions de contact, et on observe un même plan d organisation. Il est alors impossible de trouver un modèle mathématique pouvant expliquer toutes les phyllotaxies (ce qui explique la grande quantité de modèles). Nous avons donc vu précisément les 3 grands points d une phyllotaxie spiralée dans cette partie. Mettant en jeu le nombre d or et les termes de la suites fibonacci, ainsi que d autres paramètres mathématiques. Conclusion Nous pouvons finalement conclure en disant que les plantes suivent bien une croissance ordonnée, déterminée par plusieurs paramètres mathématiques, dont se distingue très bien les manifestations des fameuses spirales, du nombre d or, et des termes de la suite de fibonacci. Nous avons également montré les 3 grands facteurs des phyllotaxies, et nous avons observé que

11 toutes les plantes, d une façon ou de l autre cherche la disposition la plus équirépartie entre ces grains le long de leur croissance, question de «coexistence» (espace pour recevoir de la lumière, des minéraux à travers l eau, pour germer dans le cas d une fleure, ou de subir une photosynthèse dans le cas d une feuille ). À présent nous pouvons proposer un intérêt sur l origine de cette nature ordonnée de croissance; est-elle inscrite dans les gènes? Quelles sont les raisons expliquant ce mystérieux ordre de croissance dans le monde de la botanique?

12 ANNEXE 1: LA SUITE DE FIBONACCI. Fibonacci (ou Leonard de Pise) publie en 1202 son livre Liber albaci, où il solutionne le «problème des lapins», fameux entre les mathématiciens de l époque. Il nous propose alors sa fameuse suite de fibonacci qui joue un rôle important dans ce T.P.E. Il s agit d une suite arithmétique de terme initial 1 et dont chacun de ses termes est obtenue à travers la somme de ses deux termes précédents. On a: Remarque: Les deux premiers termes de cette suite (Uo et Ui) sont égaux à 1. Nous en déduisons alors les premiers termes de la suite: 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144, 233, 377,, termes qui seront utilisés pour la construction de la spirale logarithmique (première partie), et qui définiront le nombre de parastiches dans le plan d organisation d une plante (seconde partie). De même cette suite a un détail particulier: le rapport entre deux termes consécutifs tend vers le nombre d or (environ 1, ), lorsque les deux termes tendent vers plus l infini. Ex: Il faut dire aussi que ce nombre d or intervient de même dans la construction de la spirale logarithmique et dans la recherche de l angle de divergence Mais ceci n est pas la seul propriété des termes de cette suite, il en existe bien d autres mais dont leur démonstration est complexe et sans un impact sur ce travail.

13 BIBLIOGRAPHIE Pages Internet: -http//:eglisedemeiller.chez.tiscali.fr/ -http//:pesro.club-internet.fr/den35 Encyclopédie Universalis: -Thesaurus Index, L-R: phyllotaxie. -Thesaurus Index, D-L: hélices folliaires.

LA PHYLLOTAXIE SPIRALE

LA PHYLLOTAXIE SPIRALE ALBERTIN Thierry - CAVALLARO Jean-Sébastien - MARCHESE Emilie 1 ère S 3 LA PHYLLOTAXIE SPIRALE Lycée Thierry MAULNIER Année Scolaire : 2004-2005 Professeurs : M. Gouy (S.V.T.) M. Martinez (Mathématiques)

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Par : Sonia Neas, 5 rue Principale, St-Thomas, G0W 1P0, 418-274-3615. France Thibeault, 1396, rue Roy, Normandin, G8M 3V3, 418-274-4598

Par : Sonia Neas, 5 rue Principale, St-Thomas, G0W 1P0, 418-274-3615. France Thibeault, 1396, rue Roy, Normandin, G8M 3V3, 418-274-4598 Par : Sonia Neas, 5 rue Principale, St-Thomas, G0W 1P0, 418-274-3615 France Thibeault, 1396, rue Roy, Normandin, G8M 3V3, 418-274-4598 RÉSUMÉ : Neas S. et Thibeault F., 2000, Les spirales inspirant la

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

La fonction carré Cours

La fonction carré Cours La fonction carré Cours CHAPITRE 1 : Définition CHAPITRE 2 : Sens de variation CHAPITRE 3 : Parité et symétrie CHAPITRE 4 : Représentation graphique CHAPITRE 5 : Equation du type CHAPITRE 6 : Inéquation

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

GEOGEBRA : Les indispensables

GEOGEBRA : Les indispensables Préambule GeoGebra est un logiciel de géométrie dynamique dans le plan qui permet de créer des figures dans lesquelles il sera possible de déplacer des objets afin de vérifier si certaines conjectures

Plus en détail

«Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement.

«Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement. «Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement.» Léonard de Vinci MATHEMATIQUES Les mathématiques revêtaient un caractère particulier

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011 Baccalauréat S Métropole 1 juin 011 EXERCICE 1 Les deux parties A et B peuvent être traitées indépendamment. 4 points Les résultats seront donnés sous forme décimale en arrondissant à 10 4. Dans un pays,

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

SYSTÈMES CENTRÉS DANS LES CONDITIONS

SYSTÈMES CENTRÉS DANS LES CONDITIONS YTÈME ENTRÉ DAN LE ONDITION DE GAU Table des matières 1 ystèmes centrés focaux 2 1.1 oyer image Plan focal image................................ 2 1.2 oyer objet Plan focal objet.................................

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2013. Série S

OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2013. Série S CLASSES DE PREMIERES GÉNÉRALES ET TECHNOLOGIQUES OLYMPIADES DE MATHÉMATIQUES Académie d AIX-MARSEILLE Session 2013 Durée : 4 heures Série S Les calculatrices sont autorisées. Ce sujet comporte 4 exercices

Plus en détail

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine Fonction affine ) Définition et Propriété caractéristique a) Activité introductive Une agence de location de voiture propose la formule de location suivante : forfait de 50 et 0,80 le km. Quel est le prix

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

CH1 : Langages de la continuité Limites

CH1 : Langages de la continuité Limites CH : Langages de la continuité Limites I. Continuité- Théorème des valeurs intermédiaires. Définition : Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R. Lorsque la courbe représentative de f ne présente

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

1 Comptage de solutions et escaliers

1 Comptage de solutions et escaliers Licence Informatique Systèmes polynomiaux, que signifie : résoudre? Feuille de TD numéro 11 1 Comptage de solutions et escaliers Question 1. On considère le système suivant p1 := 2*x*y^2 + 3*x^2-5*y^3

Plus en détail

Dans cet exercice, toutes les réponses seront données sous la forme la plus simple possible.

Dans cet exercice, toutes les réponses seront données sous la forme la plus simple possible. L orthographe, le soin, la qualité et la précision de la rédaction seront pris en compte à hauteur de 4 points sur 40 dans l évaluation de la copie. L utilisation de la calculatrice est autorisée. Les

Plus en détail

COLLÈGE NAZARETH. BREVET BLANC N 2-2005- MATHÉMATIQUES Durée : 2 heures.

COLLÈGE NAZARETH. BREVET BLANC N 2-2005- MATHÉMATIQUES Durée : 2 heures. 3 ème COLLÈGE NAZARETH BREVET BLANC N 2-2005- MATHÉMATIQUES Durée : 2 heures. EXERCICE 1 : ( /3) 1. Soit : A = 8 3 5 3 : 20 21. Les calculatrices sont autorisées ainsi que les instruments usuels de dessin.

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES BACCALAUREAT GENERAL FEVRIER 2014 MATHÉMATIQUES SERIE : ES Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) 7(spe ES) Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformement à la

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Exercice 2. Exercice 3

Exercice 2. Exercice 3 Feuille d eercices n 10 Eercice 1 Une voiture parcours 150 km. Elle effectue une première partie du trajet à la vitesse moyenne de 80 km/h. On notera la longueur de cette partie, eprimée en km Suite à

Plus en détail

Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège

Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège Propriété : Si un point est sur un segment et à égale distance de ses extrémités alors ce point est le milieu du segment. Si un point est

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS Jean Luc Bovet, Auvernier Notre merveilleuse manière d écrire les nombres, due, dit-on, aux Indiens via les Arabes, présente en

Plus en détail

Chapitre 1 - Suites. Suites géométriques. I.1 Définition et propriétés

Chapitre 1 - Suites. Suites géométriques. I.1 Définition et propriétés Chapitre 1 - Suites I Suites géométriques I.1 Définition et propriétés TD 1 : Évolutions de populations Le premier janvier 2011, une ville A compte 350 000 habitants. A la même date, une ville B compte

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Partie I : Automates et langages

Partie I : Automates et langages 2 Les calculatrices sont interdites. N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE LA PHYSIQUE DES MATERIAUX Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE Pr. A. Belayachi Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Département de Physique - L.P.M belayach@fsr.ac.ma 1 1.Le réseau

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Utilisation de l outil numérique via «géogébra» pour la pratique de la géométrie au cycle 3. Déroulement de l animation :

Utilisation de l outil numérique via «géogébra» pour la pratique de la géométrie au cycle 3. Déroulement de l animation : Utilisation de l outil numérique via «géogébra» pour la pratique de la géométrie au cycle 3 Déroulement de l animation : - 0] Préambule (30 min) a) Introduction b) Programme du cycle 3 - I] Première prise

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME

FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME 2012 FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME NOUS VOUS PRESENTONS ICI UN FORMULAIRE CONTENANT LES DEFINITIONS, PROPRIETES ET THEOREMES VUS EN COURS DE MATHEMATIQUES TOUT AU LONG DE VOTRE SCOLARITE

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com THEOREE DE THLES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Le théorème de Thalès? Thalès est un mathématicien grec qui aurait vécu au VI ème siècle avant Jésus hrist. ous ne le connaissons qu à travers les

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

TP01 IMAGE FORMEE PAR UNE LENTILLE MINCE CONVERGENTE

TP01 IMAGE FORMEE PAR UNE LENTILLE MINCE CONVERGENTE TP0 IMAGE FORMEE PAR UNE LENTILLE MINCE CONVERGENTE I. QU EST-CE QU UNE LENTILLE CONVERGENTE?. Caractéristiques des lentilles disponibles avec le matériel d optique: Définitions : Une lentille est un solide

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

OLYMPIADES ACADÉMIQUES DE MATHÉMATIQUES

OLYMPIADES ACADÉMIQUES DE MATHÉMATIQUES session 20 LYMPIADES ACADÉMIQUES DE MATHÉMATIQUES CLASSE DE PREMIÈRE MERCREDI 23 MARS 20 Durée de l épreuve : 4 heures Les quatre exercices sont indépendants. L usage de la calculatrice est autorisé. Ce

Plus en détail

Le trésor du pirate (4 e )

Le trésor du pirate (4 e ) Le trésor du pirate (4 e ) Cyril MICHAU Collège R. Descartes, 93 Le-Blanc-Mesnil. Niveau Concerné Quatrième. Modalité Il est possible de réaliser ce travail en salle informatique par binôme, ou bien en

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

BREVET BLANC *** MATHEMATIQUES *** Année 2015

BREVET BLANC *** MATHEMATIQUES *** Année 2015 BREVET BLANC *** MATHEMATIQUES *** Année 2015 L orthographe, le soin, la qualité, la clarté et la précision des raisonnements seront pris en compte à hauteur de 4 points sur 40 dans l appréciation de la

Plus en détail

O 2 Formation d images par un système optique.

O 2 Formation d images par un système optique. par un système optique. PCS 2015 2016 Définitions Système optique : un système optique est formé par une succession de milieux homogènes, transparents et isotropes (MHT) séparés par des dioptres (et /

Plus en détail

Niveau de la classe : troisième ou seconde

Niveau de la classe : troisième ou seconde Olivier PILORGET et Luc PONSONNET - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " PERIMETRE DE SECURITE AUTOUR D UNE PISCINE" Niveau de la classe : troisième ou seconde Testée avec une classe de seconde sur une

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Statistiques Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour des systèmes

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS

LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS 1 sur 10 LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS Activité conseillée p42 n 1 : Évolution du climat Activité conseillée p22 n 1 : Évolution du climat p61 n 5 p74 n 82 p61 n 7 p43 n 19 p44 n 20 p44 n 21

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle Une fonction est dite exponentielle s il y a la présence d un facteur multiplicatif dans l expression. Ex.: 4x5x5x5x5x5x5x5 : le facteur multiplicatif est 5 La fonction de base d

Plus en détail

Ce document regroupe les 6 devoirs à la maison proposés dans la progression.

Ce document regroupe les 6 devoirs à la maison proposés dans la progression. Ce document regroupe les 6 devoirs à la maison proposés dans la progression. Le document a été paginé de façon à ce que chaque devoir corresponde à une page pour en faciliter l impression. Page 2... Devoir

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 011 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire L3 Mag1 Phys. fond., cours C 15-16 Rep. des nbs. en binaire 25-09-05 23 :06 :02 page 1 1 Nombres entiers 1.1 Représentation binaire Représentation des nombres entiers et réels Tout entier positif n peut

Plus en détail

Procédure. Exemple OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL

Procédure. Exemple OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL Opérations dans un système positionnel OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL INTRODUCTION Dans tout système de numération positionnel, les symboles sont utilisés de façon cyclique et la longueur du correspond

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

x 8 = 0 3x - 6 = 2x + 2 3x² 6 = 2x² + 2

x 8 = 0 3x - 6 = 2x + 2 3x² 6 = 2x² + 2 Partie numérique : 16 points Exercice n 1 (4 points) : Pour chaque ligne du tableau ci-dessous, 3 réponses sont proposées, mais une seule est exacte. Aucune justification n'est demandée. Écrire le numéro

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

TURFI BOURSE. Voici le sommaire : DEFINITION SUPPORT ET RESISTANCE LE DOUBLE CREUX LA TETE EPAULE TRIANGLE LES MOYENNES MOBILES LE MACD

TURFI BOURSE. Voici le sommaire : DEFINITION SUPPORT ET RESISTANCE LE DOUBLE CREUX LA TETE EPAULE TRIANGLE LES MOYENNES MOBILES LE MACD TURFI BOURSE L objectif de cet ouvrage est de vous présenter comment analyser une courbe de réussite sur une sélection. Nous verrons les configurations types, les tendances et leur rupture, nous ferons

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Olympiade Mathématique internationale. Année 2015/2016. Tour 1 Problèmes pour le niveau R5

Olympiade Mathématique internationale. Année 2015/2016. Tour 1 Problèmes pour le niveau R5 Problèmes pour le niveau R5 1. Peter, Basil et Anatoly ont mis ensemble leurs économies pour s acheter un ballon. On sait que chacun a contribué pas plus que la moitié de ce que les deux autres ensemble.

Plus en détail

Nous allons détailler dans cette documentation les fonctionnalités pour créer un objet colonne.

Nous allons détailler dans cette documentation les fonctionnalités pour créer un objet colonne. Généralités Dans le générateur d états des logiciels Ciel pour Macintosh vous avez la possibilité de créer différents types d éléments (texte, rubrique, liste, graphiques, tableau, etc). Nous allons détailler

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006 ESSEC M B A CONCOURS D ADMISSION Option économique MATHEMATIQUES III Année 2006 La présentation, la lisibilité, l orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel)

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Octobre 2014 Table des matières Spectre électromagnétique... 3 Rayons lumineux... 3 Réflexion... 3 Réfraction... 3 Lentilles convergentes...

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

Activités numériques

Activités numériques Sujet et correction Stéphane PASQUET, 25 juillet 2008 2008 Activités numériques Exercice On donne le programme de calcul suivant : Choisir un nombre. a) Multiplier ce nombre pas 3. b) Ajouter le carré

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail