Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 Compétences du bébé, compétences des parents, le point de vue du pédopsychiatre Dr Julie MARCOU Hôpital St Joseph

2 Plan: Introduction 1- Compétences du bébé -compétences des parents 2- Canaux de communication utilisés dans l interaction parent- bébé: regard, cris, dialogue tonique, paroles 3- Niveaux d interaction parents-bébé: comportemental, affectif, fantasmatique Conclusion

3 Introduction L étude des interactions i parents-nourrisson nourrisson est un domaine d intérêt récent, qui connaît un développement important depuis une trentaine d années Deux découvertes fondamentales et complémentaires ont permis l évolution l de la clinique du bébé : l expérimentation (étonnante précocité des compétences du nourrisson) et l observation directe, montrant comment ces compétences sont articulées aux compétences parentales Le bébé a un besoin fondamental de se sentir actif dès ses premiers échanges avec ses partenaires Processus bidirectionnel; chacun des partenaires influence de façon dynamique l autre: parent <->nourrisson Spirale transactionnelle

4 1- Compétences du bébé, compétences des parents: Compétences du bébé: capacité active de celui-ci ci à utiliser ses aptitudes sensorielles et motrices pour agir ou tenter d agir sur son environnement (Brazelton) Compétences des parents : sensibilité, disponibilité, régularité, continuité; - Préoccupation maternelle primaire i (Winnicott) i - Rôle plus spécifique du père

5 2- Canaux de communication utilisés dans l interaction parent-bébé Regard Cris, pleurs Dialogue tonique, contact peau à peau Paroles,échanges langagiers

6 3- Niveaux d interaction parent-bébé Les interactions i comportementales peuvent être corporelles, vocales, visuelles, et permettent les divers ajustements posturaux ainsi que la mise en phase d un certain nombre de rythmes biologiques Les interactions i affectives concernent l influence réciproque de la vie émotionnelle du nourrisson et de celle du parent et son harmonisation Les interactions fantasmatiques concernent la manière dont les fantasmes des partenaires trouvent leur expression dans l interaction

7 CONCLUSION : Evaluations des relations parents-enfantenfant : Quand: existence de facteurs de risque, de symptômes ou de troubles constitués Pourquoi : dépister et prendre en charge de façon précoce et adaptée les dysfonctionnements interactifs ; prévenir l apparition de troubles psychiques et/ou de développement chez l enfant ; prendre en charge la maman ; la recherche Comment : observation directe en cabinet, en unité d hospitalisation, à domicile ; observation expérimentale; existence d échelles guidant l observation des interactions ; utilisation d enregistrements video ;

8 Merci de votre attention!

9 GEN : 21 mai 2011, Aix-en-Provence Compétences du bébé, compétences des parents, le point de vue du pédopsychiatre Dr Julie MARCOU INTRODUCTION : Nous allons aborder ici la rencontre entre le bébé et ses parents, comment les liens se tissent, comment la relation qui s instaure et le support du développement du bébé et de la parentalité. Il n y a bien sur pas d un coté les compétences du bb et de l autre celles des parents ; approche artificielle ; les compétences de l un repose sur celles des autres dans un processus dynamique. L étude des interactions parents-nourrisson est un domaine d intérêt récent, qui connaît un développement important depuis une trentaine d années. La représentation du bébé tel un être passif, quasi-végétatif, subissant les influences en provenance de son environnement, et dépourvu de toute intentionnalité sociale (Cramer, 1997) est désormais obsolète. Deux découvertes fondamentales et complémentaires ont permis l évolution de la clinique du bébé : l expérimentation, mettant en évidence l étonnante précocité des compétences du nourrisson, et l observation directe, montrant comment ces compétences sont articulées aux compétences parentales, et attribuant à l interaction une importance essentielle (Rosemblum et Danon, 1999).

10 L étude des interactions mère-nourrisson a été entreprise pour répondre à des questions autour des interactions humaines, la naissance de la vie psychique, le développement du langage, la communication non verbale, ainsi que la prévention des désordres relationnels précoces reconnus comme facteurs de risque de troubles psychiques ultérieurs (Robert- Tissot et Rusconi Serpa, 2000). De nombreux travaux récents ont montré, au-delà des capacités du bébé à l interaction interpersonnelle ou sociale, le besoin et la volonté de celuici à communiquer, à partager des expériences émotionnelles et cognitives avec ses donneurs de soins, et à acquérir des états d intersubjectivité (Mazet et Stoléru, 2003). Le bébé a un besoin fondamental de se sentir actif dès ses premiers échanges avec ses partenaires. On peut penser que la satisfaction de ce besoin fondamental est une des sources essentielles de l organisation narcissique du bébé, de ce sentiment de soi qui va lui permettre d acquérir la confiance en soi et l estime de soi nécessaires à la réussite de ses apprentissages de la petite enfance et de l enfance, et à un développement affectif et relationnel harmonieux. En effet, le très jeune enfant est sensible à son environnement et établit précocement avec lui des relations transactionnelles. Il ne se développe donc pas de façon linéaire mais dans un processus continu de développement et de changement où l environnement et le nourrisson s influencent l un l autre. Ainsi, actuellement, la relation parentsnourrisson est envisagée tel un processus bidirectionnel, où le bébé est non seulement soumis aux influences de ses parents mais également à l origine de modifications essentielles chez ces derniers. Par ses cris, par ses sourires, par l ensemble des signaux de communication qu il leur adresse, il influence considérablement leur vécu, leurs satisfactions, leurs angoisses, leur culpabilité, et leur estime d eux-mêmes en tant que

11 parents. On peut ainsi dire, d une certaine manière, que le bébé contribue à la qualité et la quantité des soins qu il reçoit. Ainsi l harmonie, l accordage et la réciprocité sont fonction de différents facteurs liés à la fois aux deux partenaires :du coté de la mère, la disponibilité au moment de l interaction, son état psychologique actuel, les modalités de soins au bébé, sa personnalité, du coté du bébé, la vigilance, l attention et la disponibilité au moment de l intéraction, sa réactivité personnelles aux sollicitations et aux stimulis du partenaire, son état psychologique actuel, son tempérament,. Le modèle théorique qui prévaut est donc celui d une spirale transactionnelle ou interactionnelle (Mazet et Stoléru, 2003). I Compétences du bébé ; compétences des parents : Ce terme d apparition relativement récente dans les études psychologiques du nourrisson, désigne la capacité active de celui-ci à utiliser ses aptitudes sensorielles et motrices pour agir ou tenter d agir sur son environnement. Brazelton a participé a les mettre en évidence en créant une échelle d évaluation des comportements néonatals qui apprécie la motricité du bébé, ses états de vigilance, les réactions d orientation visuelle vers de stimuli,. Compétences des parents : Sensibilité, disponibilité, régularité, continuité sont des qualités primordiales pour établir des liens parents-enfant de bonne qualité ; elles concernent aussi bien la mère que le père. préoccupation maternelle primaire (Winnicott pédiatre et psychanalyste anglais,) : état psychique particulier, quasi-psychotique, de la femme pendant sa grossesse et quelques mois après l accouchement, la

12 rendant extrêmement sensibles aux besoins de son enfant et à même d y répondre de façon adaptée (Hervé et Visier, 1999). Il considère que «le potentiel inné d un enfant ne peut devenir un enfant que s il est couplé à des soins maternels» (Winnicott, 1989). Winnicott distingue dans la fonction maternelle 3 rôles : holding, handling et objectpresenting : le holding correspond au soutien de l enfant non seulement physique mais aussi psychique ; le handling correspond aux manipulations du corps : soins de toilette, habillage, caresses l object présenting caractérise la capacité de la mère à mettre à disposition de son bébé l objet au moment précis où celui-ci en a besoin, ni trop tot ni trop tard, de telle sorte que l enfant a le sentiment tout puissant d avoir crée l objet (phase essentielle avant de pouvoir supporter la frustration). (exemple du sein) Rôle du père : Le père intervient de 2 manières : d une part sous la forme d une interaction directe avec le bébé, d autre part sous une forme indirecte au travers de la relation de couple et du soutien qu il offre à la mère. De nombreuses caractéristiques de l interaction mère-nourrisson se retrouvent dans l interaction père-nourrisson, en particulier, la réciprocité. D autres sont plus spécifiques : caractère plus «physique» (points de contact différents sur le corps du bb, soulever le bb en l air), plus stimulant, amenant le nourrisson à un état d éveil et d attention intenses et plus encore avec les bébés garçons que les bébés filles. Il joue un rôle important dans la différenciation psychosexuelle du bb, dans la sublimation de l agressivité au moyen du jeu, dans les capacités du nourrisson à entrer en relation avec le monde extérieur (personnes étrangères a la famille, autres jeunes enfants). ;

13 II - LES CANAUX DE COMMUNICATION UTILISÉS DANS L INTERACTION MÈRE-BÉBÉ : L interaction parents-nourrisson emprunte certains canaux, et notamment le regard, la voix et la parole, ainsi que le contact physique. Le regard : L interaction par le regard est essentiellement constituée par le regard mutuel ou «contact œil à œil». L observation du nouveau-né âgé de 15 jours, au cours de la tétée (sein ou biberon), montre qu il tend à fixer des yeux le visage de sa mère pendant une fraction de temps significative. Le regard du bébé a des effets importants sur la mère, et représente un exemple particulièrement illustratif des processus bidirectionnels de l interaction. Réciproquement, la plupart des mères regardent leur bébé pendant qu elles le nourrissent (70% du temps de l allaitement, Stern, 1981), en établissant avec lui des épisodes de regard mutuel. Il semble d ailleurs que le regard réciproque de la mère augmente la tendance du bébé à fixer les yeux sur le visage de celle-ci. Certains épisodes de regard mutuel intense donnent parfois l impression que mère et enfant «se noient» dans le regard l un de l autre. Du point de vue maternel, le regard du bébé est souvent ressenti comme gratifiant et même valorisant ; il contribue grandement à donner au bébé une dimension de personne et pas seulement réduit à une fonction digestive. Quand les mères évoquent l émergence de leurs sentiments d amour pour le bébé, c est fréquemment en évoquant le regard de ce dernier. A partir du moment où le bébé est capable de fixer le regard de sa mère, le comportement de la mère devient nettement plus social sur le plan verbal, sur le plan des expressions faciales, etc, et de véritables interactions ludiques apparaissent.

14 Cependant, alors que certains nourrissons s engagent très activement dans des épisodes de regard mutuel, d autres établissent un contact visuel moins prolongé et moins intense ; certains tendent même à l éviter. Les mères jouent un rôle important dans la qualité et la durée de ces épisodes. Elles aussi répondent avec de grandes différences interindividuelles au regard de leur bébé ; alors que certaines peuvent y trouver plaisir et gratification, d autres peuvent éprouver de l angoisse et de la culpabilité. Le regard comporte une caractéristique tout à fait inhabituelle en tant que mode d interaction avec le monde extérieur, du fait qu il possède deux composantes distinctes : la vue, et l acte moteur qui consiste en un mouvement des yeux, s accompagnant généralement d un mouvement de la tête ; ceci implique que notre regard peut se poser sur un objet et s en détourner, et faire disparaître l objet en fermant les paupières, contrairement à l ouie. Ainsi, dès 3 mois, le nourrisson est capable de contrôler la direction de son regard et il peut donc contrôler ce qu il voit. La qualité de l interaction par le regard est donc, pour l observateur extérieur, une indication sur le climat affectif et la communication émotionnelle qui caractérisent une dyade mère-enfant à une période du développement de leur relation. Les cris du nourrisson : Les cris du bébé et les réponses apportées par la mère représentent l une des modalités interactives les plus fréquentes, en particulier chez le jeune nourrisson. Les cris des bébés suscitent généralement chez l adulte (parent ou pas) des affects intenses et un sentiment «d urgence» qui poussent à agir et à mettre un terme à l état de détresse qu ils peuvent transmettre. Aussi, malgré le vécu pénible qu ils entraînent chez l adulte, les cris du bébé

15 s avèrent extrêmement utiles : en l absence de ce signal, la tâche des parents serait encore plus compliquée, puisqu ils devraient eux-mêmes rechercher de manière répétée et aléatoire si le bébé a besoin de leurs soins. Ce signal, qui est donc fréquemment à l origine de séquences d interaction parents-nourrisson, représente une bonne illustration du rôle actif du bébé dans les épisodes interactifs, en l occurrence en tant qu agent déclenchant de ces épisodes (Mazet et al., 2003). Dans la perspective de la théorie de l attachement, les cris apparaissent comme un signal favorisant la proximité de la mère et du bébé. Selon si la mère répond de façon régulière et que sa réponse est adéquate (en terme de délai, de compréhension des besoins du bb, des moyens mis en œuvre pour le consoler) le bébé développera une sécurité interne ; il fera l expérience qu il est compétent pour mobiliser son entourage (estime de soi positive) et que son entourage est sensible à ses besoins et disponible pour y répondre (estime des autres positive). Les nourrissons présentent de grandes différences individuelles dans la fréquence et la durée de leurs cris ; le vécu parental est bien sûr très influencé par ces caractéristiques ; des cris fréquents et longs dans la durée peuvent amener les parents à douter de leurs compétences en tant que parents et susciter agacement, colère, agréssivité ou desespoir, culpabilité. Les précoces ne s établiront pas de la même façon entre une mère déprimée et son bébé selon qu il est plutot facile (à comprendre, à consoler) ou plutot irritable, exigent Le dialogue tonique et contact peau à peau : La notion de dialogue tonique (de Wallon et développée par Ajuriaguerra) désigne l ensemble des échanges médiatisés par la manière dont le bébé est tenu, soutenu, maintenu par le parent et dont le

16 bébé y répond ; il y a ainsi une véritable interaction à travers l adaptation réciproque des postures existant entre le bébé et le parent. La dynamique de ce dialogue apparaît dans la manière dont le parent est sensible aux manifestations de confort ou d inconfort du bébé et dans la réponse qu il leur donne : changement de position, bercement, caresses, portage, etc. Le bébé participe activement à ce dialogue puisque dès la période néonatale, certains bébés paraissent davantage rechercher le contact et manifester de nombreux comportement de blottissement, ainsi qu une détente corporelle quand ils sont tenus dans les bras ; à l autre extrême, certains paraissent se raidir, voire repousser le parent, ou alors «glisse» lorsqu ils sont tenus. L étude de telles réactions constitue d ailleurs l un des items de l échelle d évaluation du comportement néonatal (Brazelton, 1981). Paroles et échanges langagiers : Les recherches de Stern (1989, 1981) notamment, ont mis l accent sur l importance de la prosodie du langage maternel ; les intonations et le rythme des phrases apparaissant dans un premier temps plus stimulants et informatifs que le contenu sémantique propre des paroles. Leur étude permet de rechercher certaines caractéristiques interactives chez l enfant (attention, initiation, vocalisation, repli, etc) et chez l adulte (imitation, enthousiasme, élaboration, hostilité, etc.) et ainsi de définir des styles ou patterns interactifs. III Les 3 niveaux d interaction parents-enfant : Il existe au moins 3 niveaux à considérer lorsqu on étudie les interactions parents-enfant : les interactions comportementales, les interactions affectives et fantasmatiques.

17 Les interactions comportementales peuvent être corporelles, vocales, visuelles, et permettent les divers ajustements posturaux ainsi que la mise en phase d un certain nombre de rythmes biologiques ; elles suivent des cycles dépendant de la disponibilité du bébé, de la sensibilité de la mère et répondent à des critères de synchronie, de continuité, de niveaux de stimulation, etc (Glatigny-Dallay et al., 2005). Par exemple l étude des cris du bébé et des réponses maternelles peut en grande partie être effectuée en tenant compte d indices comportementaux ; ce type d étude utilise comme données les cris des bébés (durée, intensité, fréquence, etc) et certaines caractéristiques du comportement maternel, telles que le délai de réponse, la distance qui la sépare du bébé, la fréquence de la mise en œuvre de soins corporels ou de contacts physiques avec le bébé à la suite des cris, etc. Les interactions affectives concernent l influence réciproque de la vie émotionnelle du nourrisson et de celle de sa mère (ou du père) et son harmonisation. L étude de ces interactions s interesse aux affects qui se dégagent de la relation, au travers des paroles, des expressions du visage, des regards et des comportements ; Par exemple, la mère pourrait dire, après avoir changé le bébé et constater que celui-ci s est arrêté de pleurer : «tu es content d être tout propre maintenant, bébé» ; elle a fait appel à ses capacités d empathie pour percevoir l état affectif de son bébé. Le plus souvent, la mère regarde le bébé, perçoit l affect ou imagine percevoir l affect que ressent le bébé, et lui propose une sorte d «interprétation». Ainsi les troubles psychiques dont souffrent certaines mères peuvent perturber la sensibilité maternelle, modifier la perception qu elle a de ce qu exprime son bébé, entrainer un malentendu dans la partage émotionnel : des babillages peuvent ainsi être perçus comme des

18 geignements de plainte, des pleurs de détresse comme un caprice, un regard intense comme persécutoire. Le phénomène de social referencing observé chez le nourrisson est un exemple du rôle ultérieur de la communication affective. Dans l expérience de la «falaise visuelle», le dispositif expérimental crée l illusion optique pour le nourrisson que le support où il est placé (en verre transparent) se termine par une «falaise» élevée. Lors d une telle expérience, les nourrissons de 1 an étaient donc séparés de leur mère par ce «précipice» et évitaient de s en approcher en dépit de leur désir de rejoindre leur mère. Si la hauteur de la «falaise» était diminuée de telle sorte qu elle reste source de peur mais pas au point d empêcher toute velléité de la traverser, les nourrissons regardaient d abord leur mère et utilisaient l expression mimique de celle-ci pour décider s ils traverseraient ou non. Si le visage de la mère exprimait la peur, les bébés ne traversaient jamais le «précipice» ; si la mère adoptait une mimique de consentement, presque tous les nourrissons se décidaient à traverser. Dans l interaction affective, les indices perceptifs sur lesquels se basent le bébé pour saisir l état émotionnel de sa mère sont contenus en partie dans l intonation, le rythme, le timbre du discours maternel, sur les mouvements et le tonus moteurs, sur l attention, la disponibilité et la cohérence des réponses maternelles, etc (Mazet et al., 2003). Les interactions affectives reposent sur des mécanismes essentiels qui sont l harmonie, la mutualité et la réciprocité entre la mère et le nourrisson ; Stern parle d «accordage affectif» et de transmodalité des états affectifs. c est-à-dire que le moyen d expression utilisé par la mère dans cette correspondance est différent du moyen ou de la modalité expressive utilisé par l enfant. Le partenaire reproduit la qualité des états affectifs ou des signaux du nourrisson sur un autre canal sensorimoteur :

19 à des gestes du nourrisson correspondent par exemple des vocalisations maternelles, l amplitude et la durée des gestes étant traduites par l amplitude et la durée des vocalisations (Robert-Tissot et Rusconi Serpa, 2000). Ainsi, les bébés utilisent un code «supramodal» qui leur permet d unifier l information venant de modalités perceptives séparées pour en faire un seul cadre (Meltzoff, 2002). Ce qui fait l objet de la correspondance n est pas le comportement en soi mais plutôt l état affectif ou émotionnel interne de chacun des partenaires, la manifestation comportementale n ayant qu une valeur de vérification du partage de cet état affectif. Murray et Trevarthen (1985) ont étudié les effets de la desynchronisation des interactions entre mère et bébé agé de 2 mois, à l aide d un système vidéo particulier : mère et bébé sont filmés et interagissent en face à face par écrans vidéo interposés. Au début de la séquence, mère et bébé sont en direct : on observe les habituelles interactions sous forme d échange de la mimique, du regard, de la prosodie, à travers ce que Stern a nommé accordage affectif. Dans un second temps, et dans la continuité de l interaction, le bébé reçoit sur l écran, non plus sa mère interagissant en direct, mais une séquence de la mère préenregistrée ; il s agit donc d une mère inaccessible, déconnectée ; la gestualité du bébé se modifie : il présente une réaction de retrait, semble inquiet. Cela montre que le bébé est sensible à la qualité dynamique de sa mimique, en particulier son aspect «accordé» et sa capacité à interagir dans l instant de l échange ; il perçoit bien quand une mère est présente physiquement mais «ailleurs», c'est-à-dire non disponible pour< l interaction. Ce modèle relève l importance de l»accessibilité» de la mère pour son bébé ; il est probable pour le bébé, que le premier critère d accessibilitéréside dans la capacité à établir aisément un accordage dans l interaction en face à face.

20 Dans les interactions fantasmatiques, les deux partenaires ne sont plus considérés seulement en tant que sujets présentant des comportements observables ou des expressions manifestant leurs états affectifs ; ils sont étudiés en tant que sujets dont la vie psychique comporte des scénarios imaginaires. L interaction fantasmatique concerne la manière dont les fantasmes des partenaires trouvent leur expression dans l interaction (Mazet et al., 2003). L activité fantasmatique de la jeune mère, habituellement maintenue loin de la conscience par un système défensif, est réactivée par la présence du bébé et ses représentations de celui-ci ; sa façon d interagir avec lui sera teintée du bébé qu elle a été, des soins que ses propres parents lui ont prodigué, des relations qu ils ont tissé ensemble, bien avant sa naissance l enfant est déjà pour la future mère un enfant fantasmatiques ; c est l enfant que petite fille, elle désirait obtenir de son père et à propos duquel elle est rentrée en rivalité avec sa mère, On voit que l activité fantasmatique maternelle s enracine dans les couches infantiles et inconscientes de la vie psychique. Ex angoisse de séparation p 121/il est plus difficile de savoir en quoi consiste précisément l activité fantasmatique du bébé du fait qu elle s organise dans une grande proximité et en interaction avec celle de la mère. Ces 3 niveaux d interaction ne sont dans la réalité pas si distinctes et souvent intriquées. Depuis plusieurs années maintenant, apparaissent des tentatives d intégration de ces deux approches (Stoléru, Stern, Fonagy ), et se développent de nombreux travaux sur les émotions, l empathie, l intersubjectivité, etc, ayant recours à des méthodes d évaluations. En effet, il est nécessaire de se référer aux diverses formes d interaction, observables et inconscientes, pour approcher de façon la plus complète possible la pathogenèse des interactions (Kreisler et Cramer, 2004).

21 CONCLUSION : Evaluations des relations parents-enfants : Quand : Il est important de pouvoir évaluer les relations parents-enfant quand il existe un ensemble de facteurs de risque pouvant perturber l établissement des premiers liens (évènement de vie négatif, prématurité, précarité, isolement socio-affectif, ), quand il existe des troubles psychiques chez les parents, surtout la mère (troubles réactionnels ou pathologies chroniques), quand il existe des signes d appel chez le bébé (troubles somatiques, sommeil, alimentation, retrait, pleurs inconsolables, ) Pourquoi : pour dépister et prendre en charge de façon précoce et adaptée les dysfonctionnements interactifs ; prévenir l apparition de troubles psychiques et/ou de développement chez l enfant ; prendre en charge la maman ; la recherche ; Comment : L observation directe en cabinet, en unité d hospitalisation, a domicile ; l observation expérimentale (strange situation) : Existence d échelles guidant l observation des interactions ; utilisation de videos ; Complexité de ces évaluations Service de néonatologie de St Joseph - Marseille., dépistage, entretien systématique, possibilité de consultations parents-enfant après la sortie.

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Développement affectif du nourrisson. L installation précoce de la relation mère-enfant et son importance

Développement affectif du nourrisson. L installation précoce de la relation mère-enfant et son importance 1 ère partie : Modules transdisciplinaires - Module 3 : Maturation et vulnérabilité - Objectif 32(b) : Développement affectif du nourrisson. L installation précoce de la relation mère-enfant et son importance

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS

LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS DE QUELS MOYENS DISPOSE-T-ON? EXAMEN CLINIQUE + QUESTIONS des grandes étapes du développement de l'enfant dans les domaines de : Acquisition

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Unité de guidance infantile Consultation multidisciplinaire du psycho-développement Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Pour qui? En âge préscolaire La consultation multidisciplinaire du psycho-développement

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

Parler Bambin Guide pratique

Parler Bambin Guide pratique Parler Bambin Guide pratique Parler Bambin Les effets du programme Performances verbales (QD, QI) aux pré-test et post-test Le suivi de 65 enfants entre 18 à 36 mois dans le cadre du programme Parler Bambin

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison Sortie de maternité préparez votre retour à la maison Sommaire 1 Préparez votre retour à la maison avant l accouchement 3 2 Qui solliciter pour assurer mon suivi et celui de mon bébé? 3 3 Combien de jours

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Ces enfants ont des besoins spécifiques

Ces enfants ont des besoins spécifiques L Enfant Qui? Par Adoptons-Nous association neuchâteloise de familles adoptantes Les enfants adoptés sont des enfants comme les autres. C est leur histoire qui fait d eux des enfants ayant des besoins

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Maternité, interaction mère-enfant et toxicomanie

Maternité, interaction mère-enfant et toxicomanie Maternité, interaction mère-enfant et toxicomanie CENTRE HORIZONS Sous la direction du Dr Jean EBERT MATERNITE, INTERACTIONS MERE-ENFANT ET TOXICOMANIE CONNAISSANCE DES POPULATIONS ET TRAJECTOIRES Recherche

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Rodica AILINCAI, doctorante, Laboratoire «Éducation et Apprentissages», Université Paris 5 René Descartes Annick WEIL-BARAIS,

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Guide Pratique Protection de l enfance PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

AT & PNL au service de la NEGOCIATION

AT & PNL au service de la NEGOCIATION COMMUNICATION ANALYSE AT & PNL au service de la NEGOCIATION Par COMPORTEMENT NEGOCIATION Plan: L analyse transactionnelle (AT) Définition Les états du moi L AT pour contrôler les difficultés nous empêchant

Plus en détail

Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1

Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1 Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1 !! Période entre la naissance et la sixième semaine. mais remaniements physiques

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant Ellen Moss Nos projets d études Suivi de 20 ans auprès de 200 familles Mesures des caractéristiques familiales, du développement

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES 2015 MATERNELLES CYCLE I / PS - MS ESSOURCES PÉDAGOGIQUES Introduction Je découvre par les sens MODULES À DÉCOUVRIR PENDANT LA VISITE La Cité des enfants de Vulcania est un lieu d éveil, de découvertes

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

d évaluation de la toux chez l enfant

d évaluation de la toux chez l enfant Validation d un questionnaire d évaluation de la toux chez l enfant Mémoire présenté par Caroline TROCCY Pour l obtention du diplôme de master(e) en kinésithérapie Promoteur: Monsieur G. Reychler Année

Plus en détail

SYSTEME D AMBIANCE LUMINEUSE: INTERÊT DANS LE SCANNER DE LA MERE ET DE L ENFANT. JFR 2008 Hôpital Robert Debré - Imagerie Pédiatrique

SYSTEME D AMBIANCE LUMINEUSE: INTERÊT DANS LE SCANNER DE LA MERE ET DE L ENFANT. JFR 2008 Hôpital Robert Debré - Imagerie Pédiatrique SYSTEME D AMBIANCE LUMINEUSE: INTERÊT DANS LE SCANNER DE LA MERE ET DE L ENFANT NOS PATIENTS Futures mamans : Pelvimétries au terme > 35 SA supportent mal le décubitus dorsal inquiètes Enfants : Nouveaux-

Plus en détail

EN HARMONIE. L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique

EN HARMONIE. L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique EN HARMONIE L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique Le développement moteur de l enfant Dans les deux premières années

Plus en détail

Tests de dépistage chez le nouveau-né. Informations générales pour les parents. Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité

Tests de dépistage chez le nouveau-né. Informations générales pour les parents. Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité Tests de dépistage chez le nouveau-né Informations générales pour les parents Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité La brochure vous fournit des informations sur le test de Guthrie (hielprik

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Petite Enfance. Livret accueil

Petite Enfance. Livret accueil 1 Petite Enfance Livret accueil Les préinscriptions Les préinscriptions à la crèche des rives, à la crèche des Ferrayonnes et à la crèche familiale se font tout au long de l année. Les femmes enceintes

Plus en détail

Le comportement verbal

Le comportement verbal Le comportement verbal Charlotte GAMARD Orthophoniste - Formatrice Colloque Autisme Dijon 1-2 - 3 avril 2015 Plan Historique et définition de l ABA Le courant ABA-VB Les opérants verbaux : définitions

Plus en détail

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture Les tests utilisés par les RH : le D5D et le Big Five Extraversion Agréabilité Stabilité émotionnelle Conscience Ouverture Renvoie à la quantité et à l intensité des relations avec l environnement, elle

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

Ateliers Conférences. Interventions. Sandrine LE FLEM. Formatrice et consultante petite enfance 06.95.18.75.38.

Ateliers Conférences. Interventions. Sandrine LE FLEM. Formatrice et consultante petite enfance 06.95.18.75.38. Sandrine LE FLEM Formatrice et consultante petite enfance Ateliers Conférences 06.95.18.75.38. sandrineleflem@hotmail.fr www.sandrineleflem.fr Interventions 2015 Page 1 sur 5 La formatrice intervenante

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes «Une association de l analyse des réseaux sociaux à une perspective clinique des histoires et du contexte de

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

LE SYNDROME D ASPERGER ou AUTISME DE HAUT NIVEAU TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES

LE SYNDROME D ASPERGER ou AUTISME DE HAUT NIVEAU TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES TROUBLES PSYCHOPATHOLOGIQUES ET TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES Dyslexie Dyscalculie Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre, Marseille david.dafonseca@ap-hm

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

PériNatalité et petite enfance

PériNatalité et petite enfance Périnatalité et petite enfance Comment naître dans le 19 e arrondissement? L inscription à la maternité Il est important de s inscrire à la maternité le plus tôt possible pour assurer un suivi de grossesse

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 5 LA COMMUNICATION 1 5. 1 ANALYSE de la COMMUNICATION 2 LE DIT ANALYSE DE LA COMMUNICATION La formulation ( clarté, objectivité maximale ou manipulation ) L écoute (concentration et acceptation de l Autre

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

En route vers FORMATIONS RAPTCCQ 2015

En route vers FORMATIONS RAPTCCQ 2015 En route vers Lac-Delage FORMATIONS RAPTCCQ 2015 23 AU 25 SEPTEMBRE 2015 Manoir du Lac Delage 40, avenue du Lac, Lac Delage, Québec G3C 5C4 418-848-2551 FORMATIONS RAPTCCQ 2015 DU 23 AU 25 SEPTEMBRE Manoir

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

Professeur Thierry BOUGEROL

Professeur Thierry BOUGEROL UE7 - Santé Humanité Société Chapitre 2 : Développement psychologique : personnalité et tempérament Professeur Thierry BOUGEROL Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison D après LES DEVOIRS ET LES LEÇONS de Marie-Claude Béliveau 1 1 Rappels et définitions. Officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 1956 2 à l école primaire mais leur pratique reste très

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Quand le corps devient objet de l autre

Quand le corps devient objet de l autre Quand le corps devient objet de l autre (Hypersexualisation, pornographie, prostitution à l heure des technologies de l information et de la communication) Robert Courtois Clinique Psychiatrique Universitaire

Plus en détail

Contribuer à l évaluation des pratiques professionnelles en matière d allaitement Offrir des outils pour l amélioration des savoirs et savoir-faire

Contribuer à l évaluation des pratiques professionnelles en matière d allaitement Offrir des outils pour l amélioration des savoirs et savoir-faire Lactation : Périnatalité et premiers mois Formation de 2015 AOÛT 2014-1 Le CREFAM, Centre de Recherche, d Évaluation et de Formation à l Allaitement Maternel : est un organisme de formation continue enregistré

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI La formation continue du Centre d Ouverture Psychologique Et Sociale (Copes) s adresse à tous les acteurs du champ médical, psychologique,

Plus en détail

QUELS SONT LES MOTIFS DE CONSULTATTIONS? Quelle est votre demande?

QUELS SONT LES MOTIFS DE CONSULTATTIONS? Quelle est votre demande? L IDENTITÉ DE VOTRE ENFANT Son nom : Son prénom : Sa date de naissance : Sa classe actuelle? At il redoublé ou sauté une classe? LA SITUATION FAMILIALE Quel est le contexte familial? Votre enfant at il

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail