Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 Compétences du bébé, compétences des parents, le point de vue du pédopsychiatre Dr Julie MARCOU Hôpital St Joseph

2 Plan: Introduction 1- Compétences du bébé -compétences des parents 2- Canaux de communication utilisés dans l interaction parent- bébé: regard, cris, dialogue tonique, paroles 3- Niveaux d interaction parents-bébé: comportemental, affectif, fantasmatique Conclusion

3 Introduction L étude des interactions i parents-nourrisson nourrisson est un domaine d intérêt récent, qui connaît un développement important depuis une trentaine d années Deux découvertes fondamentales et complémentaires ont permis l évolution l de la clinique du bébé : l expérimentation (étonnante précocité des compétences du nourrisson) et l observation directe, montrant comment ces compétences sont articulées aux compétences parentales Le bébé a un besoin fondamental de se sentir actif dès ses premiers échanges avec ses partenaires Processus bidirectionnel; chacun des partenaires influence de façon dynamique l autre: parent <->nourrisson Spirale transactionnelle

4 1- Compétences du bébé, compétences des parents: Compétences du bébé: capacité active de celui-ci ci à utiliser ses aptitudes sensorielles et motrices pour agir ou tenter d agir sur son environnement (Brazelton) Compétences des parents : sensibilité, disponibilité, régularité, continuité; - Préoccupation maternelle primaire i (Winnicott) i - Rôle plus spécifique du père

5 2- Canaux de communication utilisés dans l interaction parent-bébé Regard Cris, pleurs Dialogue tonique, contact peau à peau Paroles,échanges langagiers

6 3- Niveaux d interaction parent-bébé Les interactions i comportementales peuvent être corporelles, vocales, visuelles, et permettent les divers ajustements posturaux ainsi que la mise en phase d un certain nombre de rythmes biologiques Les interactions i affectives concernent l influence réciproque de la vie émotionnelle du nourrisson et de celle du parent et son harmonisation Les interactions fantasmatiques concernent la manière dont les fantasmes des partenaires trouvent leur expression dans l interaction

7 CONCLUSION : Evaluations des relations parents-enfantenfant : Quand: existence de facteurs de risque, de symptômes ou de troubles constitués Pourquoi : dépister et prendre en charge de façon précoce et adaptée les dysfonctionnements interactifs ; prévenir l apparition de troubles psychiques et/ou de développement chez l enfant ; prendre en charge la maman ; la recherche Comment : observation directe en cabinet, en unité d hospitalisation, à domicile ; observation expérimentale; existence d échelles guidant l observation des interactions ; utilisation d enregistrements video ;

8 Merci de votre attention!

9 GEN : 21 mai 2011, Aix-en-Provence Compétences du bébé, compétences des parents, le point de vue du pédopsychiatre Dr Julie MARCOU INTRODUCTION : Nous allons aborder ici la rencontre entre le bébé et ses parents, comment les liens se tissent, comment la relation qui s instaure et le support du développement du bébé et de la parentalité. Il n y a bien sur pas d un coté les compétences du bb et de l autre celles des parents ; approche artificielle ; les compétences de l un repose sur celles des autres dans un processus dynamique. L étude des interactions parents-nourrisson est un domaine d intérêt récent, qui connaît un développement important depuis une trentaine d années. La représentation du bébé tel un être passif, quasi-végétatif, subissant les influences en provenance de son environnement, et dépourvu de toute intentionnalité sociale (Cramer, 1997) est désormais obsolète. Deux découvertes fondamentales et complémentaires ont permis l évolution de la clinique du bébé : l expérimentation, mettant en évidence l étonnante précocité des compétences du nourrisson, et l observation directe, montrant comment ces compétences sont articulées aux compétences parentales, et attribuant à l interaction une importance essentielle (Rosemblum et Danon, 1999).

10 L étude des interactions mère-nourrisson a été entreprise pour répondre à des questions autour des interactions humaines, la naissance de la vie psychique, le développement du langage, la communication non verbale, ainsi que la prévention des désordres relationnels précoces reconnus comme facteurs de risque de troubles psychiques ultérieurs (Robert- Tissot et Rusconi Serpa, 2000). De nombreux travaux récents ont montré, au-delà des capacités du bébé à l interaction interpersonnelle ou sociale, le besoin et la volonté de celuici à communiquer, à partager des expériences émotionnelles et cognitives avec ses donneurs de soins, et à acquérir des états d intersubjectivité (Mazet et Stoléru, 2003). Le bébé a un besoin fondamental de se sentir actif dès ses premiers échanges avec ses partenaires. On peut penser que la satisfaction de ce besoin fondamental est une des sources essentielles de l organisation narcissique du bébé, de ce sentiment de soi qui va lui permettre d acquérir la confiance en soi et l estime de soi nécessaires à la réussite de ses apprentissages de la petite enfance et de l enfance, et à un développement affectif et relationnel harmonieux. En effet, le très jeune enfant est sensible à son environnement et établit précocement avec lui des relations transactionnelles. Il ne se développe donc pas de façon linéaire mais dans un processus continu de développement et de changement où l environnement et le nourrisson s influencent l un l autre. Ainsi, actuellement, la relation parentsnourrisson est envisagée tel un processus bidirectionnel, où le bébé est non seulement soumis aux influences de ses parents mais également à l origine de modifications essentielles chez ces derniers. Par ses cris, par ses sourires, par l ensemble des signaux de communication qu il leur adresse, il influence considérablement leur vécu, leurs satisfactions, leurs angoisses, leur culpabilité, et leur estime d eux-mêmes en tant que

11 parents. On peut ainsi dire, d une certaine manière, que le bébé contribue à la qualité et la quantité des soins qu il reçoit. Ainsi l harmonie, l accordage et la réciprocité sont fonction de différents facteurs liés à la fois aux deux partenaires :du coté de la mère, la disponibilité au moment de l interaction, son état psychologique actuel, les modalités de soins au bébé, sa personnalité, du coté du bébé, la vigilance, l attention et la disponibilité au moment de l intéraction, sa réactivité personnelles aux sollicitations et aux stimulis du partenaire, son état psychologique actuel, son tempérament,. Le modèle théorique qui prévaut est donc celui d une spirale transactionnelle ou interactionnelle (Mazet et Stoléru, 2003). I Compétences du bébé ; compétences des parents : Ce terme d apparition relativement récente dans les études psychologiques du nourrisson, désigne la capacité active de celui-ci à utiliser ses aptitudes sensorielles et motrices pour agir ou tenter d agir sur son environnement. Brazelton a participé a les mettre en évidence en créant une échelle d évaluation des comportements néonatals qui apprécie la motricité du bébé, ses états de vigilance, les réactions d orientation visuelle vers de stimuli,. Compétences des parents : Sensibilité, disponibilité, régularité, continuité sont des qualités primordiales pour établir des liens parents-enfant de bonne qualité ; elles concernent aussi bien la mère que le père. préoccupation maternelle primaire (Winnicott pédiatre et psychanalyste anglais,) : état psychique particulier, quasi-psychotique, de la femme pendant sa grossesse et quelques mois après l accouchement, la

12 rendant extrêmement sensibles aux besoins de son enfant et à même d y répondre de façon adaptée (Hervé et Visier, 1999). Il considère que «le potentiel inné d un enfant ne peut devenir un enfant que s il est couplé à des soins maternels» (Winnicott, 1989). Winnicott distingue dans la fonction maternelle 3 rôles : holding, handling et objectpresenting : le holding correspond au soutien de l enfant non seulement physique mais aussi psychique ; le handling correspond aux manipulations du corps : soins de toilette, habillage, caresses l object présenting caractérise la capacité de la mère à mettre à disposition de son bébé l objet au moment précis où celui-ci en a besoin, ni trop tot ni trop tard, de telle sorte que l enfant a le sentiment tout puissant d avoir crée l objet (phase essentielle avant de pouvoir supporter la frustration). (exemple du sein) Rôle du père : Le père intervient de 2 manières : d une part sous la forme d une interaction directe avec le bébé, d autre part sous une forme indirecte au travers de la relation de couple et du soutien qu il offre à la mère. De nombreuses caractéristiques de l interaction mère-nourrisson se retrouvent dans l interaction père-nourrisson, en particulier, la réciprocité. D autres sont plus spécifiques : caractère plus «physique» (points de contact différents sur le corps du bb, soulever le bb en l air), plus stimulant, amenant le nourrisson à un état d éveil et d attention intenses et plus encore avec les bébés garçons que les bébés filles. Il joue un rôle important dans la différenciation psychosexuelle du bb, dans la sublimation de l agressivité au moyen du jeu, dans les capacités du nourrisson à entrer en relation avec le monde extérieur (personnes étrangères a la famille, autres jeunes enfants). ;

13 II - LES CANAUX DE COMMUNICATION UTILISÉS DANS L INTERACTION MÈRE-BÉBÉ : L interaction parents-nourrisson emprunte certains canaux, et notamment le regard, la voix et la parole, ainsi que le contact physique. Le regard : L interaction par le regard est essentiellement constituée par le regard mutuel ou «contact œil à œil». L observation du nouveau-né âgé de 15 jours, au cours de la tétée (sein ou biberon), montre qu il tend à fixer des yeux le visage de sa mère pendant une fraction de temps significative. Le regard du bébé a des effets importants sur la mère, et représente un exemple particulièrement illustratif des processus bidirectionnels de l interaction. Réciproquement, la plupart des mères regardent leur bébé pendant qu elles le nourrissent (70% du temps de l allaitement, Stern, 1981), en établissant avec lui des épisodes de regard mutuel. Il semble d ailleurs que le regard réciproque de la mère augmente la tendance du bébé à fixer les yeux sur le visage de celle-ci. Certains épisodes de regard mutuel intense donnent parfois l impression que mère et enfant «se noient» dans le regard l un de l autre. Du point de vue maternel, le regard du bébé est souvent ressenti comme gratifiant et même valorisant ; il contribue grandement à donner au bébé une dimension de personne et pas seulement réduit à une fonction digestive. Quand les mères évoquent l émergence de leurs sentiments d amour pour le bébé, c est fréquemment en évoquant le regard de ce dernier. A partir du moment où le bébé est capable de fixer le regard de sa mère, le comportement de la mère devient nettement plus social sur le plan verbal, sur le plan des expressions faciales, etc, et de véritables interactions ludiques apparaissent.

14 Cependant, alors que certains nourrissons s engagent très activement dans des épisodes de regard mutuel, d autres établissent un contact visuel moins prolongé et moins intense ; certains tendent même à l éviter. Les mères jouent un rôle important dans la qualité et la durée de ces épisodes. Elles aussi répondent avec de grandes différences interindividuelles au regard de leur bébé ; alors que certaines peuvent y trouver plaisir et gratification, d autres peuvent éprouver de l angoisse et de la culpabilité. Le regard comporte une caractéristique tout à fait inhabituelle en tant que mode d interaction avec le monde extérieur, du fait qu il possède deux composantes distinctes : la vue, et l acte moteur qui consiste en un mouvement des yeux, s accompagnant généralement d un mouvement de la tête ; ceci implique que notre regard peut se poser sur un objet et s en détourner, et faire disparaître l objet en fermant les paupières, contrairement à l ouie. Ainsi, dès 3 mois, le nourrisson est capable de contrôler la direction de son regard et il peut donc contrôler ce qu il voit. La qualité de l interaction par le regard est donc, pour l observateur extérieur, une indication sur le climat affectif et la communication émotionnelle qui caractérisent une dyade mère-enfant à une période du développement de leur relation. Les cris du nourrisson : Les cris du bébé et les réponses apportées par la mère représentent l une des modalités interactives les plus fréquentes, en particulier chez le jeune nourrisson. Les cris des bébés suscitent généralement chez l adulte (parent ou pas) des affects intenses et un sentiment «d urgence» qui poussent à agir et à mettre un terme à l état de détresse qu ils peuvent transmettre. Aussi, malgré le vécu pénible qu ils entraînent chez l adulte, les cris du bébé

15 s avèrent extrêmement utiles : en l absence de ce signal, la tâche des parents serait encore plus compliquée, puisqu ils devraient eux-mêmes rechercher de manière répétée et aléatoire si le bébé a besoin de leurs soins. Ce signal, qui est donc fréquemment à l origine de séquences d interaction parents-nourrisson, représente une bonne illustration du rôle actif du bébé dans les épisodes interactifs, en l occurrence en tant qu agent déclenchant de ces épisodes (Mazet et al., 2003). Dans la perspective de la théorie de l attachement, les cris apparaissent comme un signal favorisant la proximité de la mère et du bébé. Selon si la mère répond de façon régulière et que sa réponse est adéquate (en terme de délai, de compréhension des besoins du bb, des moyens mis en œuvre pour le consoler) le bébé développera une sécurité interne ; il fera l expérience qu il est compétent pour mobiliser son entourage (estime de soi positive) et que son entourage est sensible à ses besoins et disponible pour y répondre (estime des autres positive). Les nourrissons présentent de grandes différences individuelles dans la fréquence et la durée de leurs cris ; le vécu parental est bien sûr très influencé par ces caractéristiques ; des cris fréquents et longs dans la durée peuvent amener les parents à douter de leurs compétences en tant que parents et susciter agacement, colère, agréssivité ou desespoir, culpabilité. Les précoces ne s établiront pas de la même façon entre une mère déprimée et son bébé selon qu il est plutot facile (à comprendre, à consoler) ou plutot irritable, exigent Le dialogue tonique et contact peau à peau : La notion de dialogue tonique (de Wallon et développée par Ajuriaguerra) désigne l ensemble des échanges médiatisés par la manière dont le bébé est tenu, soutenu, maintenu par le parent et dont le

16 bébé y répond ; il y a ainsi une véritable interaction à travers l adaptation réciproque des postures existant entre le bébé et le parent. La dynamique de ce dialogue apparaît dans la manière dont le parent est sensible aux manifestations de confort ou d inconfort du bébé et dans la réponse qu il leur donne : changement de position, bercement, caresses, portage, etc. Le bébé participe activement à ce dialogue puisque dès la période néonatale, certains bébés paraissent davantage rechercher le contact et manifester de nombreux comportement de blottissement, ainsi qu une détente corporelle quand ils sont tenus dans les bras ; à l autre extrême, certains paraissent se raidir, voire repousser le parent, ou alors «glisse» lorsqu ils sont tenus. L étude de telles réactions constitue d ailleurs l un des items de l échelle d évaluation du comportement néonatal (Brazelton, 1981). Paroles et échanges langagiers : Les recherches de Stern (1989, 1981) notamment, ont mis l accent sur l importance de la prosodie du langage maternel ; les intonations et le rythme des phrases apparaissant dans un premier temps plus stimulants et informatifs que le contenu sémantique propre des paroles. Leur étude permet de rechercher certaines caractéristiques interactives chez l enfant (attention, initiation, vocalisation, repli, etc) et chez l adulte (imitation, enthousiasme, élaboration, hostilité, etc.) et ainsi de définir des styles ou patterns interactifs. III Les 3 niveaux d interaction parents-enfant : Il existe au moins 3 niveaux à considérer lorsqu on étudie les interactions parents-enfant : les interactions comportementales, les interactions affectives et fantasmatiques.

17 Les interactions comportementales peuvent être corporelles, vocales, visuelles, et permettent les divers ajustements posturaux ainsi que la mise en phase d un certain nombre de rythmes biologiques ; elles suivent des cycles dépendant de la disponibilité du bébé, de la sensibilité de la mère et répondent à des critères de synchronie, de continuité, de niveaux de stimulation, etc (Glatigny-Dallay et al., 2005). Par exemple l étude des cris du bébé et des réponses maternelles peut en grande partie être effectuée en tenant compte d indices comportementaux ; ce type d étude utilise comme données les cris des bébés (durée, intensité, fréquence, etc) et certaines caractéristiques du comportement maternel, telles que le délai de réponse, la distance qui la sépare du bébé, la fréquence de la mise en œuvre de soins corporels ou de contacts physiques avec le bébé à la suite des cris, etc. Les interactions affectives concernent l influence réciproque de la vie émotionnelle du nourrisson et de celle de sa mère (ou du père) et son harmonisation. L étude de ces interactions s interesse aux affects qui se dégagent de la relation, au travers des paroles, des expressions du visage, des regards et des comportements ; Par exemple, la mère pourrait dire, après avoir changé le bébé et constater que celui-ci s est arrêté de pleurer : «tu es content d être tout propre maintenant, bébé» ; elle a fait appel à ses capacités d empathie pour percevoir l état affectif de son bébé. Le plus souvent, la mère regarde le bébé, perçoit l affect ou imagine percevoir l affect que ressent le bébé, et lui propose une sorte d «interprétation». Ainsi les troubles psychiques dont souffrent certaines mères peuvent perturber la sensibilité maternelle, modifier la perception qu elle a de ce qu exprime son bébé, entrainer un malentendu dans la partage émotionnel : des babillages peuvent ainsi être perçus comme des

18 geignements de plainte, des pleurs de détresse comme un caprice, un regard intense comme persécutoire. Le phénomène de social referencing observé chez le nourrisson est un exemple du rôle ultérieur de la communication affective. Dans l expérience de la «falaise visuelle», le dispositif expérimental crée l illusion optique pour le nourrisson que le support où il est placé (en verre transparent) se termine par une «falaise» élevée. Lors d une telle expérience, les nourrissons de 1 an étaient donc séparés de leur mère par ce «précipice» et évitaient de s en approcher en dépit de leur désir de rejoindre leur mère. Si la hauteur de la «falaise» était diminuée de telle sorte qu elle reste source de peur mais pas au point d empêcher toute velléité de la traverser, les nourrissons regardaient d abord leur mère et utilisaient l expression mimique de celle-ci pour décider s ils traverseraient ou non. Si le visage de la mère exprimait la peur, les bébés ne traversaient jamais le «précipice» ; si la mère adoptait une mimique de consentement, presque tous les nourrissons se décidaient à traverser. Dans l interaction affective, les indices perceptifs sur lesquels se basent le bébé pour saisir l état émotionnel de sa mère sont contenus en partie dans l intonation, le rythme, le timbre du discours maternel, sur les mouvements et le tonus moteurs, sur l attention, la disponibilité et la cohérence des réponses maternelles, etc (Mazet et al., 2003). Les interactions affectives reposent sur des mécanismes essentiels qui sont l harmonie, la mutualité et la réciprocité entre la mère et le nourrisson ; Stern parle d «accordage affectif» et de transmodalité des états affectifs. c est-à-dire que le moyen d expression utilisé par la mère dans cette correspondance est différent du moyen ou de la modalité expressive utilisé par l enfant. Le partenaire reproduit la qualité des états affectifs ou des signaux du nourrisson sur un autre canal sensorimoteur :

19 à des gestes du nourrisson correspondent par exemple des vocalisations maternelles, l amplitude et la durée des gestes étant traduites par l amplitude et la durée des vocalisations (Robert-Tissot et Rusconi Serpa, 2000). Ainsi, les bébés utilisent un code «supramodal» qui leur permet d unifier l information venant de modalités perceptives séparées pour en faire un seul cadre (Meltzoff, 2002). Ce qui fait l objet de la correspondance n est pas le comportement en soi mais plutôt l état affectif ou émotionnel interne de chacun des partenaires, la manifestation comportementale n ayant qu une valeur de vérification du partage de cet état affectif. Murray et Trevarthen (1985) ont étudié les effets de la desynchronisation des interactions entre mère et bébé agé de 2 mois, à l aide d un système vidéo particulier : mère et bébé sont filmés et interagissent en face à face par écrans vidéo interposés. Au début de la séquence, mère et bébé sont en direct : on observe les habituelles interactions sous forme d échange de la mimique, du regard, de la prosodie, à travers ce que Stern a nommé accordage affectif. Dans un second temps, et dans la continuité de l interaction, le bébé reçoit sur l écran, non plus sa mère interagissant en direct, mais une séquence de la mère préenregistrée ; il s agit donc d une mère inaccessible, déconnectée ; la gestualité du bébé se modifie : il présente une réaction de retrait, semble inquiet. Cela montre que le bébé est sensible à la qualité dynamique de sa mimique, en particulier son aspect «accordé» et sa capacité à interagir dans l instant de l échange ; il perçoit bien quand une mère est présente physiquement mais «ailleurs», c'est-à-dire non disponible pour< l interaction. Ce modèle relève l importance de l»accessibilité» de la mère pour son bébé ; il est probable pour le bébé, que le premier critère d accessibilitéréside dans la capacité à établir aisément un accordage dans l interaction en face à face.

20 Dans les interactions fantasmatiques, les deux partenaires ne sont plus considérés seulement en tant que sujets présentant des comportements observables ou des expressions manifestant leurs états affectifs ; ils sont étudiés en tant que sujets dont la vie psychique comporte des scénarios imaginaires. L interaction fantasmatique concerne la manière dont les fantasmes des partenaires trouvent leur expression dans l interaction (Mazet et al., 2003). L activité fantasmatique de la jeune mère, habituellement maintenue loin de la conscience par un système défensif, est réactivée par la présence du bébé et ses représentations de celui-ci ; sa façon d interagir avec lui sera teintée du bébé qu elle a été, des soins que ses propres parents lui ont prodigué, des relations qu ils ont tissé ensemble, bien avant sa naissance l enfant est déjà pour la future mère un enfant fantasmatiques ; c est l enfant que petite fille, elle désirait obtenir de son père et à propos duquel elle est rentrée en rivalité avec sa mère, On voit que l activité fantasmatique maternelle s enracine dans les couches infantiles et inconscientes de la vie psychique. Ex angoisse de séparation p 121/il est plus difficile de savoir en quoi consiste précisément l activité fantasmatique du bébé du fait qu elle s organise dans une grande proximité et en interaction avec celle de la mère. Ces 3 niveaux d interaction ne sont dans la réalité pas si distinctes et souvent intriquées. Depuis plusieurs années maintenant, apparaissent des tentatives d intégration de ces deux approches (Stoléru, Stern, Fonagy ), et se développent de nombreux travaux sur les émotions, l empathie, l intersubjectivité, etc, ayant recours à des méthodes d évaluations. En effet, il est nécessaire de se référer aux diverses formes d interaction, observables et inconscientes, pour approcher de façon la plus complète possible la pathogenèse des interactions (Kreisler et Cramer, 2004).

21 CONCLUSION : Evaluations des relations parents-enfants : Quand : Il est important de pouvoir évaluer les relations parents-enfant quand il existe un ensemble de facteurs de risque pouvant perturber l établissement des premiers liens (évènement de vie négatif, prématurité, précarité, isolement socio-affectif, ), quand il existe des troubles psychiques chez les parents, surtout la mère (troubles réactionnels ou pathologies chroniques), quand il existe des signes d appel chez le bébé (troubles somatiques, sommeil, alimentation, retrait, pleurs inconsolables, ) Pourquoi : pour dépister et prendre en charge de façon précoce et adaptée les dysfonctionnements interactifs ; prévenir l apparition de troubles psychiques et/ou de développement chez l enfant ; prendre en charge la maman ; la recherche ; Comment : L observation directe en cabinet, en unité d hospitalisation, a domicile ; l observation expérimentale (strange situation) : Existence d échelles guidant l observation des interactions ; utilisation de videos ; Complexité de ces évaluations Service de néonatologie de St Joseph - Marseille., dépistage, entretien systématique, possibilité de consultations parents-enfant après la sortie.

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES MOTRICITÉ AFFECTIVITÉ SOCIALISATION COMMUNICATION CONNAISSANCE Agir efficacement sur le plan sensorimoteur

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

PSYCHOLOGIE MEDICALE

PSYCHOLOGIE MEDICALE PSYCHOLOGIE MEDICALE La pratique médicale s appuie sur : La technique : connaissance, expérience, formation initiale et continue. La relation : médecin/patient, médecin/famille, médecin/équipe soignante.

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Introduction Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Le développement psychologique du bébé C est un développement extraordinaire, en vitesse et en ampleur, en moins de 3 ans avec un programme

Plus en détail

Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot

Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot Le développement psychologique I: de 0 à3 ans Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot Plan 1. Les définitions et les

Plus en détail

Le portage «Comment me porter, me consoler et me regarder?»

Le portage «Comment me porter, me consoler et me regarder?» Le portage «Comment me porter, me consoler et me regarder?» Définition Le portage c est : - Un maintien physique et psychique - Un savoir-faire de l adulte, à la fois corporel et psychique - Une manière

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Formations Co-naître. www.co-naitre.net. Ecoute et communication autour de la naissance. Accueil du nouveau-né

Formations Co-naître. www.co-naitre.net. Ecoute et communication autour de la naissance. Accueil du nouveau-né Formations Co-naître Accueil du nouveau-né Ecoute et communication autour de la naissance Soins centrés sur l enfant et sa famille Soins en néonatologie Sensorialité Allaitement maternel Sommeil, éveil

Plus en détail

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD URP/SCLS Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD Faculdade de Psicologia 12, rue Goethe 67000, Strasbourg France Claude SCHAUDER Professor Assistente

Plus en détail

SIGNES D ALERTE ET PRISES EN CHARGE DES TROUBLES PRECOCES DU DEVELOPPEMENT PSYCHIQUE DE L ENFANT

SIGNES D ALERTE ET PRISES EN CHARGE DES TROUBLES PRECOCES DU DEVELOPPEMENT PSYCHIQUE DE L ENFANT SIGNES D ALERTE ET PRISES EN CHARGE DES TROUBLES PRECOCES DU DEVELOPPEMENT PSYCHIQUE DE L ENFANT Docteur Laurence CARPENTIER, Pédopsychiatre, Médecin Chef de Secteur Pôle Sanitaire ARSEAA Centre de Guidance

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011

PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011 PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011 Table des matières Introduction... 1 L approche éducative... 2 Les valeurs éducatives... 2 L estime de soi... 2 L autonomie... 2 La créativité et l imagination... 3 L affection...

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Le Développement Psychomoteur. Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr

Le Développement Psychomoteur. Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr Le Développement Psychomoteur Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr Associe: Développement moteur La marche La préhension La motricité «fine» Développement des fonctions cognitives

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Unité de guidance infantile Consultation multidisciplinaire du psycho-développement Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Pour qui? En âge préscolaire La consultation multidisciplinaire du psycho-développement

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

LE COMPORTEMENT DES BÉBÉS NOUS PARLE DE LEUR ADAPTATION. Vers la personnalisation des politiques de protection de l enfance France-Québec

LE COMPORTEMENT DES BÉBÉS NOUS PARLE DE LEUR ADAPTATION. Vers la personnalisation des politiques de protection de l enfance France-Québec LE COMPORTEMENT DES BÉBÉS NOUS PARLE DE LEUR ADAPTATION Vers la personnalisation des politiques de protection de l enfance France-Québec Edwige DUCREUX Pre Odile TESSIER Pre Guadalupe PUENTÈS-NEUMAN Pr

Plus en détail

Développement affectif du nourrisson. L installation précoce de la relation mère-enfant et son importance

Développement affectif du nourrisson. L installation précoce de la relation mère-enfant et son importance 1 ère partie : Modules transdisciplinaires - Module 3 : Maturation et vulnérabilité - Objectif 32(b) : Développement affectif du nourrisson. L installation précoce de la relation mère-enfant et son importance

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

Acquisition et développement du langage

Acquisition et développement du langage Acquisition et développement du langage I- Introduction In utero le bébé grandit dans un bain sonore. Dès 5 mois de grossesse les bruits extérieurs lui parviennent. Le fœtus peut mémoriser des sons. La

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Plan. Interactions précoces. 1. Définitions. 2. Du côté de la mère (1) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 14/110/09 LIPCOM-RM)

Plan. Interactions précoces. 1. Définitions. 2. Du côté de la mère (1) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 14/110/09 LIPCOM-RM) Interactions précoces 1. Définitions - Relation mère enfant - Lien mère-enfant - Attachement 2. Du côté de la mère - Préoccupation maternelle primaire - Caregiving et style d attachement - Sensibilité

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Les formes de communication

Les formes de communication 12. Les formes de communication On distingue deux grandes formes de communication : la communication verbale et la communication non verbale. La communication verbale Elle est constituée des signaux linguistiques

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

Ces enfants ont des besoins spécifiques

Ces enfants ont des besoins spécifiques L Enfant Qui? Par Adoptons-Nous association neuchâteloise de familles adoptantes Les enfants adoptés sont des enfants comme les autres. C est leur histoire qui fait d eux des enfants ayant des besoins

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

PROJET EDUCATIF. Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin. CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN

PROJET EDUCATIF. Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin. CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN PROJET EDUCATIF Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN Révisé en décembre 2013 Le projet éducatif est un outil nécessaire au travail d équipe. Il permet d élaborer

Plus en détail

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants Formation Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants A qui s adressent ces formations? Cours de sensibilisation Ces cours s adressent à vous, proches aidants, qui consacrez temps et énergie

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons

La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons Le processus de création est une activité intellectuelle complexe qui nécessite

Plus en détail

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux?

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale Toulouse 28 mars 2015 JOURNEE ACADEMIQUE AGEEM «Nouveaux programmes»?

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 23/11/2010

Compte rendu de la réunion du 23/11/2010 Compte rendu de la réunion du 23/11/2010 La motricité et le developpement du jeune enfant : «le développement psychique et affectif du bébé prend ancrage dans sa vie quotidienne au travers des soins fondamentaux»

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 Développement des cycles de sommeil... 19 Phases de sommeil... 20 Prévention...

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Développement physique du trottineur

Développement physique du trottineur 4.1 Formatif 1- Lecture et faire un résumé d UN sujet : o Ouïe et vision p.105 et 106 o o Réflexes p.110-111 p.111-113 2- SANS les notes de cours, échanger l information comprise avec un autre élève de

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN Premier Service de soins de suite périnatals à Paris Etablissement privéparticipant au service public hospitalier. Organisme gestionnaire: Association HORIZONS Siège

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT Présentation Céline psychologue clinicienne installée en libéral aux Pennes-Mirabeau Diplômée de l Université de

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Avant l attachement, Se séparer pour mieux se rencontrer.

Avant l attachement, Se séparer pour mieux se rencontrer. Avant l attachement, la séparation. Se séparer pour mieux se rencontrer. Trois psy(s), une rencontre Andrée Thauvette Poupart Maryse Crevier Marie Normandin Un lieu: la Maison buissonnière La Maison buissonnière

Plus en détail

4èmes Rencontres d'education Thérapeutique SeFor Lyon, 14 novembre 2014

4èmes Rencontres d'education Thérapeutique SeFor Lyon, 14 novembre 2014 4èmes Rencontres d'education Thérapeutique SeFor Lyon, 14 novembre 2014 Hôpital TROUSSEAU (AP-HP) Alexia CHALLAN-BELVAL, Service de pneumologie Françoise LEFEVRE, Centre de l Asthme et des Allergies et

Plus en détail

Formation professionnelle. Pédagogie perceptive et accompagnement des apprentissages, du changement et des projets (par module)

Formation professionnelle. Pédagogie perceptive et accompagnement des apprentissages, du changement et des projets (par module) Formation professionnelle Pédagogie perceptive et accompagnement des apprentissages, du changement et des projets (par module) Module 1. Comprendre et mettre en œuvre le sens corporel interne en situation

Plus en détail

LE TEMPS DE LA CONCEPTION. Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille

LE TEMPS DE LA CONCEPTION. Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille LE TEMPS DE LA CONCEPTION Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille Le parcours pour devenir parents peut parfois être éprouvant psychologiquement pour vous et votre

Plus en détail

MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS.

MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS. MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS. Responsables : Alejandro Rojas- Urrego et Catherine Krähenbühl Module ouvert 30 heures Dates : 21 et 28 mai, 4, 11,18 et 25

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) 1- dépistage individuel

Plus en détail

TECHNIQUES DE COMMUNICATION INTERPERSONNELLE

TECHNIQUES DE COMMUNICATION INTERPERSONNELLE Michel JOSIEN TECHNIQUES DE COMMUNICATION INTERPERSONNELLE Analyse transactionnelle École de Palo Alto PNL Troisième tirage 2007 142 Savoir utiliser les techniques de communication interpersonnelle locuteur

Plus en détail

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie 1. Anxiété de séparation 2. Phobie spécifique 3. Phobie sociale 4. Anxiété généralisée 5.

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1.

Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1. Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1. DÉFINITION GÉNÉRALE. La communication est l ensemble des processus physiques et psychologiques par lesquels

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Modalités d observation et d évaluation des fonctions psychomotrices aux différents âges de la vie

Modalités d observation et d évaluation des fonctions psychomotrices aux différents âges de la vie Université Pierre et Marie Curie Modalités d observation et d évaluation des fonctions psychomotrices aux différents âges de la vie Psychomotricité première année 2003-2004 Nelly Thomas Mise à jour : 6

Plus en détail

Intervention d une PDE en GRE

Intervention d une PDE en GRE Intervention d une PDE en GRE Baizid Myriam PDE Costeseque Grace PDE Constat : Les points clés de notre travail de recherche Mémoire = l impact des représentations parentales du nouveau né prématuré de

Plus en détail

sommaire Introduction...11

sommaire Introduction...11 Titre partie sommaire Introduction..............................11 Le bébé dans l histoire «L amour maternel est un sentiment récent.»..........15 «L enfant est naturellement bon.»...................21

Plus en détail

«COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1

«COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1 «COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1 Pour tout soignant le toucher est omniprésent, geste et toucher sont au centre de la relation avec la personne soignée : Sensibiliser

Plus en détail

Pour une gestion des comportements difficiles à l école

Pour une gestion des comportements difficiles à l école Pour une gestion des comportements difficiles à l école INTRODUCTION Lorsqu on pense à un élève qui a des difficultés de comportement, on le définit comme celui qui ne suit pas les consignes, ne respecte

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

Maîtrise mentale et comportementale

Maîtrise mentale et comportementale Maîtrise mentale et comportementale Conception et animation Fabrice De Ré Formation, coaching Maîtrise mentale et comportementale +33 (0) 618 951 340 - contact@aikievolutis.com Formation pour les métiers

Plus en détail

IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard

IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard Un médiateur est habituellement une personne physique qui intervient pour faciliter une communication, une relation, le transfert d'un savoir ou d'une connaissance.

Plus en détail

Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance

Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance Conception : Régis PEYRARD Educateur de Jeunes Enfants - intervenant musical indépendant

Plus en détail

Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie

Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie Stéphane Martin MK-O Bastien Djidel Hennenfent :Psychomotricien Pourquoi Mobiliser? Pourquoi Mobiliser? Prévenir les décompensations de décubitus Limiter les

Plus en détail

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Centre Hospitalier Pontoise Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Chef de service : Dr Philippe BOIZE Cadre de santé puéricultrice : Mme Ana GRIMBERT Standard Centre Hospitalier : 01.30.75.40.40

Plus en détail

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Manon Fabi, inf. M.Sc. Coach professionnelle certifiée PNL Présentation Un peu de définition Objectifs Réalité quotidienne Stratégie d intervention

Plus en détail