Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté ÉVALUATION DU PROGRAMME DE PAYS. République du Niger

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté ÉVALUATION DU PROGRAMME DE PAYS. République du Niger"

Transcription

1 Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté ÉVALUATION DU PROGRAMME DE PAYS République du Niger Mai 2011

2

3 Document du Fonds international de développement agricole République du Niger Évaluation du programme de pays Mai 2011 Rapport No NE

4 Photos de couverture : Projet de promotion de l initiative locale pour le développement à Aguié 1. Village de Dan Bako : réunion des villageois avec des représentants communautaires régionaux. 2. Le puits du village de Nakikarhi. Source : David Rose (FIDA)

5 République du Niger Évaluation du programme de pays Table des matières Unité monétaire Évolution du taux de change Sigles et acronymes Cartes des zones d'intervention des projets FIDA Avant-propos Foreword Remerciements Aknowledgements Résumé exécutif Executive Summary Accord conclusif Agreement at Completion Point iii iii iii v vii viii xi xiii xv xxi xxvii xxxi I. INTRODUCTION 1 A. Aperçu de l assistance du FIDA au Niger 1 B. Objectifs, méthodologie et processus de l évaluation 1 II. CONTEXTE NATIONAL 4 A. Aperçu général du pays 4 B. Contexte politique et économique 4 C. Le secteur agricole et rural 6 D. Le secteur privé et la société civile 10 E. La pauvreté au Niger 10 F. Politiques nationales de réduction de la pauvreté rurale 12 G. Aide publique au développement 13 III. DESCRIPTION DES COSOP ET DES OPÉRATEURS DU FIDA AU NIGER 16 A. Les COSOP 16 B. Gestion du programme de pays 17 C. Palette d instruments prévus dans le cadre du programme de pays 18 IV. ÉVALUATION DU PORTEFEUILLE DE PAYS 20 A. Pertinence 20 B. Efficacité 24 C. Efficience 32 D. Impact sur la pauvreté rurale 34 E. Autres critères de performance 42 F. Appréciation globale du portefeuille 45 V. PERFORMANCE DES PARTENAIRES 47 A. Gouvernement et organismes publics d exécution 47 B. FIDA 48 C. Institutions coopérantes 50 D. Prestataires de services 51 E. Résumé de la performance des partenaires 52

6 VI. PERFORMANCE DES ACTIVITÉS HORS PRÊTS 53 VII. PERFORMANCE DES COSOP 55 A. Pertinence des COSOP 55 B. Efficacité des COSOP 57 C. Utilité des COSOP pour le Niger 59 VIII. APPRÉCIATION GLOBALE DU PARTENARIAT ENTRE LE FIDA ET LE GOUVERNEMENT 60 IX. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS 61 A. Conclusions 61 B. Recommandations 63 TABLEAUX 1. Principaux indicateurs macroéconomiques du Niger ( ) 6 2. Organisations de base promues par les projets du portefeuille du FIDA au Niger Coût par bénéficiaire des projets du FIDA au Niger Évolution du capital humain et du savoir-faire des ménages Récapitulatif des performances du portefeuille Récapitulatif des scores attribués à la performance des partenaires dans les projets du portefeuille du FIDA Efficacité du programme du FIDA dans la réalisation de ses objectifs stratégiques Notes attribuées à l issue de l Évaluation du programme de pays pour le Niger 61 FIGURE Rendement des principales cultures (kg/ha) 7 ENCADRÉS 1. Points essentiels du chapitre I 4 2. Points essentiels du chapitre II Points essentiels du chapitre III Points essentiels de l évaluation du portefeuille Points essentiels concernant la performance des partenaires Points essentiels concernant la performance des activités hors prêts Points essentiels concernant la performance des COSOP 59 APPENDICES 1. Cadre de l évaluation Auto-évaluation par la Division Afrique de l Ouest et du Centre Département gestion des Programmes Programme de la mission principale de l Évaluation du programme de pays pour le Niger du 25 avril au 22 mai Récapitulatif des projets financés par le FIDA au Niger Récapitulatif des dons financés par le FIDA au Niger Description des principaux éléments des deux COSOP pour le Niger Méthodologie d évaluation du programme de pays Définition des critères d évaluation appliqués par le Bureau indépendant de l évaluation Coût des différentes composantes des projets financés par le FIDA Liste non exhaustive des personnes rencontrées par la mission Bibliographie 103 ii

7 Unité monétaire Franc communauté financière africaine (FCFA) Évolution du taux de change Année USD = 582,2 FCFA 529,1 FCFA 480,4 FCFA 470 FCFA Source : Institut national de la statistique du Niger AGR ANIP-MF ARRDI-ISC BAD BOAD CALI CES-DRS CIRAF COSOP CPP DAT DSRP DTS EPI EPP FAO FBSA FEM FENU FIDA FMI FNUAP GRN GTZ IC IMF Initiative PPTE INRAN INS IOR IRDAR IRDAR-RCI Sigles et acronymes Activités génératrices de revenus Association nigérienne des institutions professionnelles de la microfiance Agricultural and Rural Rehabilitation and Development Initiative Project Institutional Strengthening Component Banque africaine de développement Banque ouest-africaine de développement Action de collaboration sur les questions foncières Conservation des eaux et du sol et défense et restauration des sols Centre mondial d'agroforesterie Programme d'options stratégiques pour le pays Chargé de programme de pays Don d assistance technique Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté Droits de tirage spéciaux Étude de performance et d'impact Évaluation du programme de pays Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture Fonds belge de sécurité alimentaire Fonds pour l'environnement mondial Fonds d'équipement des Nations Unies Fonds international de développement agricole Fonds monétaire international Fonds des Nations Unies pour la population Gestion des ressources naturelles Agence allemande de coopération technique Institution coopérante Institution de microfinancement Initiative pour la réduction de la dette des pays pauvres très endettés Institut national de recherche agronomique du Niger Institut national de la statistique Instances et organisations rurales Initiative de réhabilitation et de développement agricole et rurale Initiative de réhabilitation et de développement agricole et rural Renforcement des capacités institutionnelles Ministère de l aménagement du territoire et du développement communautaire Ministère du développement agricole Ministère de l économie et des finances Organisation de coopération et de développement économiques Office national des aménagements hydro-agricoles Organisation professionnelle agropastorale Organisation des pays producteurs de pétrole MATDC MDA MEF OCDE ONAHA OPA OPEP PAC II Programme d actions communautaires phase 2 PAM Programme alimentaire mondial iii

8 PARCOF PDRAA PDSFR PIB PNUAD PNUD PPILDA PSN I PSN II PTA PTBA PTF RNA S&E SAFP SCAC SDR SDRP SRP UGP UNICEF UNOPS USD WCA Projet de renforcement des capacités de représentation et d'offre de services aux organisations paysannes du Niger Projet de développement rural de la région d Aguié Programme de développement des services financiers ruraux Produit intérieur brut Plan-cadre des Nations Unies pour l aide au développement Programme des Nations Unies pour le développement Projet de promotion de l initiative locale pour le développement à Aguié Programme spécial pour le Niger Programme spécial de pays phase II Division du conseil technique et des politiques opérationnelles Plan de travail et budget annuel Partenaire technique et financier Régénération naturelle assistée Suivi et évaluation Système d allocation fondé sur la performance Service de coopération et d actions culturelles Stratégie de développement rural Stratégie de développement accéléré et de réduction de la pauvreté Stratégie de réduction de la pauvreté Unité de gestion de projet Fonds des Nations Unies pour l enfance Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets Dollar des États-Unis Division Afrique de l Ouest et du Centre (FIDA) Liste des projets couverts par l évaluation du programme de pays PDRAA Projet de développement rural de la région d Aguié PSN I Programme spécial pour le Niger PSN II Programme spécial de pays phase II PDSFR Programme de développement des services financiers ruraux PPILDA Projet de promotion de l initiative locale pour le développement à Aguié IRDAR Initiative de réhabilitation et de développement agricole et rural IRDAR-RCI Initiative de réhabilitation et de développement agricole et rural Renforcement des capacités institutionnelles iv

9 v

10 vi

11 Avant-propos Depuis 1980, date du démarrage de ses opérations au Niger, le FIDA a contribué au financement de huit projets et programmes d un coût total de 234,6 millions d USD couvert à hauteur de 45% par les prêts du FIDA. Au cours des dernières années, le FIDA a fourni environ 8,5% du montant total de l aide publique au développement destinée aux secteurs rural et agricole du Niger. Outre les prêts, le Niger a bénéficié d un certain nombre de dons d assistance technique. Deux Programmes d options stratégiques pour le pays (COSOP), préparés respectivement en 1999 et en 2006, ont guidé les interventions du FIDA. Sur le plan sous-sectoriel, le COSOP de 1999 a concerné principalement le développement agricole et la gestion des ressources naturelles, le renforcement des capacités locales et le développement institutionnel, l appui aux services financiers ruraux et la création de fonds d investissement locaux, et l appui aux infrastructures et services ruraux. Pour le COSOP de 2006, le FIDA et le Gouvernement ont convenu de concentrer les interventions financées par le FIDA sur la région de Maradi, où vivent 20% de la population du pays et qui a été la région la plus touchée par la crise alimentaire de Les interventions financées jusqu à présent par le FIDA ont contribué de façon assez significative, mais limitée dans l espace, à améliorer les revenus et la sécurité alimentaire des ménages ruraux. Cette amélioration est due principalement au succès des interventions innovantes, telles que la régénération naturelle assistée, (qui consiste à préserver et entretenir dans les champs une faible densité d arbres et d arbustes), la remise en valeur des terres et la petite irrigation maraichère. Cependant, dans de nombreux cas, cette amélioration reste fragile face aux chocs extérieurs et la diffusion des innovations se heurte souvent au manque de moyens ou à des obstacles institutionnels. Les activités du FIDA ont contribué de façon significative à l élaboration de la Stratégie nationale de microfinance, la régionalisation de la Stratégie de développement rural et la Stratégie nationale de gestion des banques céréalières. Le portefeuille a également eu un impact modeste sur le capital humain, notamment en matière d éducation et de santé, sur le capital social et l autonomisation, en particulier pour les femmes, et sur les institutions et politiques rurales. En revanche, l attention portée à l agriculture irriguée, à l élevage, aux activités extra-agricoles et à l accès des ruraux pauvres aux marchés a été trop faible, alors que les perspectives sont importantes dans ces domaines. Dans la perspective de l élaboration du nouveau COSOP du FIDA au Niger, l évaluation a notamment formulé les recommandations stratégiques suivantes : i) continuer d axer les interventions sur le renforcement des capacités institutionnelles locales et sur la diversification des revenus ruraux ; ii) favoriser l adoption d une approche-programme au sein de la Stratégie régionale de développement rural dans la région de Maradi ; et iii) procéder à des ajustements du modèle opérationnel du FIDA - tel que le renforcement de l appui du Fonds à la mise en œuvre - en fonction du contexte particulier du Niger, le pays étant confronté aux difficultés que connaissent les pays les plus pauvres. Ce rapport d évaluation comprend un Accord conclusif résumant les principaux constats issus de l évaluation et exposant les recommandations discutées et agréées par le Gouvernement du Niger et le FIDA, assorties de propositions concernant les modalités et les responsables de la mise en œuvre de ces mêmes recommandations. Luciano Lavizzari Directeur, Bureau indépendant de l évaluation vii

12 viii

13 Foreword Since 1980, when it first launched operations in Niger, IFAD has contributed to the financing of eight projects and programmes in the country for a total cost of US$234.6 million, 45 per cent of which was covered by IFAD loans. During the last ten years, IFAD has also provided a number of grants, and has contributed about 8.5 per cent of the overall official development aid to the country s rural and agricultural sectors. Two country strategic opportunities programmes (COSOPs), prepared in 1999 and 2006 respectively, have guided the Fund s activities in Niger. In terms of sub-sectors, the 1999 COSOP focused mainly on: agricultural development; natural resources management; local capacity-building and institutional development; support for rural financial services; creation of local investment funds; and establishment of rural infrastructure and services. With the 2006 COSOP, it was agreed with the Government of Niger that IFAD-financed activities would be targeted to the Maradi region, where 20 per cent of the country s population is located and which was the region that experienced the strongest degree of hardship during the food crises. To date, activities financed by IFAD have contributed significantly - albeit within a limited area - to improving the incomes and food security of rural families. This improvement has been due to the success of innovative interventions, such as farmer-managed natural resources regeneration (which consists of protecting and managing the re-growth of trees and shrubs in fields); rehabilitation of degraded land; and small-scale irrigation for market gardens. However, in many cases, the improvements are vulnerable to external shocks and replication of innovations is often hampered by institutional obstacles or a lack of means. IFAD s activities have made a significant contribution towards the preparation of the national microfinance and cereal bank management strategies and to the decentralization of Niger s national rural development strategy. The Fund s activities have also produced a moderate impact on human capital development, especially in education and health; social capital and empowerment, particularly for women; and rural institutions and policies. Nevertheless, insufficient attention has been paid to irrigated agriculture, livestock husbandry, offfarm activities and market access for the rural poor, despite the considerable potential in these areas. Anticipating the preparation of a new COSOP for Niger, the evaluation has formulated a number of strategic recommendations. Among these, the need to continue to target interventions for building up the capacity of local institutions and diversifying rural incomes; promoting the adoption of a programme approach as part of the regional rural development strategy in Maradi; and adapting IFAD s operating model to the context of Niger given the difficulties it faces as one of the world s poorest countries, such as by strengthening the implementation support provided by the Fund. The present evaluation report includes an agreement at completion point summarizing the main findings. The agreement also presents the recommendations that were discussed and agreed to by IFAD and the Government of Niger, together with proposals as to how and by whom they should be implemented. Luciano Lavizzari Director, Independent Office of Evaluation ix

14 x

15 Remerciements Cette évaluation du programme de pays a été dirigée par M. Majid Benabdellah, Évaluateur principal et M. Michael Carbon*, Chargé d évaluation, avec la collaboration de Mme Oanh Nguyen, Analyste de recherche en évaluation et de Mme Liesbeth Kellens, Chargée d évaluation associée. Le chef d équipe des consultants M. Ali Abaab, a reçu la collaboration de Mme Aminata Ba, M. Ibrahim Amoukou, M. André Damiba, M. Boubacar Yamba et M. Amor Bayouli. L évaluation a bénéficié tout au long du processus des observations et commentaires pertinents de M. Seydou Traoré, conseiller principal indépendant et ancien ministre, et de personnes ressources : M. Larbi Zagdouni et M. Jean Pierre Olivier de Sardan. Les membres de l examen interne du Bureau indépendant de l évaluation du FIDA (Ashwani Muthoo, Paul André Rochon et Michael Carbon) ont apporté des commentaires et directives tout au long du processus de l évaluation y compris pour l ébauche du rapport final. Mmes Marie Louise Ndiaye et Mary Netto, Assistantes d évaluation, ont fourni l assistance administrative. Le Bureau indépendant de l évaluation du FIDA remercie la Division de l Afrique de l Ouest et du Centre du FIDA pour leurs observations et commentaires pertinents durant les différentes étapes de l évaluation. Le Bureau indépendant de l évaluation présente ses remerciements au Gouvernement du Niger pour ses précieux commentaires et son soutien tout au long du processus de l évaluation. Nos remerciements vont également au personnel et bénéficiaires des projets visités pour l excellence de leur appui et collaboration avec la mission d évaluation. Directeur, Bureau indépendant de l évaluation : Luciano Lavizzari Chargé de l évaluation : Majid Benabdellah Chef d équipe des consultants : Ali Abaab * Michael Carbon a collaboré à la rédaction du rapport d évaluation principal et a conduit le processus de l évaluation à partir de février xi

16 xii

17 Acknowledgments This country programme evaluation was led by Majid Benabdellah, Senior Evaluation Officer and Michael Carbon,* Evaluation Officer; Oanh Nguyen, Evaluation Research Analyst and Liesbeth Kellens, Associate Evaluation Officer. The evaluation consultants team leader Ali Abaab, received contributions from Aminata Ba, Ibrahim Amoukou, André Damiba, Boubacar Yamba and Amor Bayouli. The evaluation benefited throughout the process from insightful inputs and comments Seydou Traoré, Senior Independent Advisor and former minister, and from Larbi Zagdouni and Jean Pierre Olivier de Sardan, resource persons. The internal peer reviewers from the Independent Office of Evaluation of IFAD (IOE) - Ashwani Muthoo, Paul André Rochon, and Michael Carbon - provided guidance and comments on key deliverables produced during the evaluation, including the draft final report. Marie Louise Ndiaye and Mary Netto, Evaluation Assistants, provided administrative assistance. IOE is grateful to IFAD s West and Central Africa Division for their insightful inputs and comments at various stages throughout the evaluation process. Appreciation is due to the Government of Niger for the valuable comments and support throughout the evaluation process. Appreciation is expressed also to staff and beneficiaries of the projects visited for the excellent support and collaboration to the evaluation mission. Director, IOE: Luciano Lavizzari Lead Evaluator, IOE: Majid Benabdellah Consultants Team Leader, IOE: Ali Abaab * Michael Carbon collaborated to the draft final report and led the evaluation process from February 2010 onwards. xiii

18 xiv

19 République du Niger Évaluation du programme de pays Résumé exécutif 1. Objectifs et grands axes de l évaluation. En 2009, le Bureau indépendant de l évaluation du Fonds international de développement agricole (FIDA) a été chargé d entreprendre une première évaluation du programme de pays (EPP) du FIDA au Niger. Cette évaluation, conduite dans l esprit de la Politique du FIDA en matière d évaluation et du manuel méthodologique élaboré par le Bureau, a pour objectifs principaux d évaluer la performance et l impact des opérations du FIDA au Niger et de générer une série de conclusions et de recommandations de nature à alimenter la formulation du futur programme stratégique du FIDA pour le Niger. Afin d atteindre ces objectifs, l évaluation apprécie la performance des trois composantes du partenariat entre le Gouvernement nigérien et le FIDA, qui se renforcent mutuellement, à savoir : le portefeuille de projets et de programmes, les activités hors prêts et les deux Programmes d options stratégiques pour le pays (COSOP) concernant le Niger. L évaluation du portefeuille, qui comprend sept projets et programmes, couvre la période allant de 1997 à Contexte national. Le Niger est un pays sahélien enclavé dont les deux tiers de la superficie sont désertiques. En 2007, 62% de la population vivaient encore en dessous du seuil de pauvreté, dont les deux tiers en milieu rural. Les autres indicateurs socioéconomiques du Niger sont aussi très faibles. Les femmes et les jeunes sont particulièrement touchés par la pauvreté. Environ 82% de la population est rurale, cette population se concentrant dans la frange sud du pays. La croissance démographique du Niger, l une des plus élevées au monde, constitue un défi considérable pour le développement du pays. Le paysage sociopolitique du pays a régulièrement été marqué par des troubles sociaux, conflits armés internes et crises politico-institutionnelles. Le cadre macroéconomique du Niger s est toutefois amélioré ces dix dernières années, notamment grâce à des réformes structurelles et une réduction significative de la dette extérieure. La gouvernance au Niger reste pourtant affectée par une forte dépendance à l égard de l aide extérieure, l instabilité des institutions et de leurs cadres, l insuffisance des moyens dont disposent les services techniques déconcentrés et les communes, et l importance de la corruption au sein de l administration. Ces problèmes de gouvernance freinent la mise en œuvre des stratégies visant à réduire la pauvreté. L aide extérieure en faveur de l agriculture et du développement rural au Niger a connu une croissance notable de 1998 à 2007 (553,4 millions d USD sur dix ans), mais les effets de cette aide pâtissent de la faible capacité d absorption du pays. Le niveau d investissement dans les infrastructures socioéconomiques reste très faible. Le secteur privé et les organisations de la société civile sont peu développés et vivent également dans une large mesure de l aide au développement. 3. La domination de l agriculture et de l élevage et la faible diversification intra-sectorielle rendent l économie du Niger très vulnérable aux aléas climatiques et aux marchés. Le secteur informel compte pour 70% du produit intérieur brut, ce qui explique en partie l étroitesse de l'assiette fiscale du pays. L agriculture de subsistance traditionnelle est en crise sous l effet combiné de la pression démographique et de la forte dégradation des ressources naturelles. Par conséquence, les ménages ruraux doivent recourir aux marchés pour s approvisionner en vivres produits localement ou importés. Ils sont donc obligés de diversifier leurs sources de revenu. Le Niger dispose d un important potentiel en eau dont moins d un tiers est actuellement exploité. L accès limité à la terre des ménages agricoles vulnérables, les femmes en particulier, est un obstacle important à l amélioration de leurs revenus et de leur sécurité alimentaire. 4. Le FIDA au Niger. Le FIDA a élaboré deux COSOP pour le Niger (en 1999 et 2006). Les objectifs stratégiques du COSOP de 1999 concernaient l amélioration de l accès des pauvres aux services financiers, la gestion des ressources naturelles, l utilisation des débouchés offerts par le marché régional, l adoption d une approche participative pour le développement des organisations de base, et l amélioration de l accès aux services sociaux de base. Le COSOP de 2006 renonce à xv

20 l objectif lié aux services financiers ruraux, mais rajoute, dans le contexte de la crise alimentaire de , un objectif stratégique de réduction de la vulnérabilité et de renforcement de la sécurité alimentaire des ménages ruraux. Pour le COSOP de 2006, le FIDA et le gouvernement ont convenu de concentrer les interventions financées par le FIDA sur la région de Maradi, où vivent 20% de la population du pays et qui a été la région la plus touchée par la crise alimentaire de Sur le plan sous-sectoriel, les deux COSOP sont principalement axés sur le développement agricole et la gestion des ressources naturelles, le renforcement des capacités locales et le développement institutionnel, l appui aux services financiers ruraux et la création de fonds d investissement locaux, et l appui aux infrastructures et services ruraux. Les groupes cibles des interventions du FIDA sont les petits producteurs (agriculteurs et pasteurs), les femmes les plus vulnérables et les jeunes ruraux sans emploi. 5. Depuis 1980, le FIDA a contribué au financement de huit projets et programmes au Niger, pour un coût total de 234,6 millions d USD couvert à hauteur de 45% par les prêts du FIDA. Ainsi, ces dix dernières années, le FIDA a fourni environ 8,5% du montant total de l aide aux secteurs rural et agricole du Niger. Le budget alloué au Niger en application du Système d allocation fondé sur la performance (SAFP) mis en place par le FIDA est passé de 4 millions d USD à 6,2 millions d USD par an entre 2005 et L allocation fixée pour le cycle du SAFP était de 16,65 millions d USD et ce montant sera doublé pour le cycle Dans l ensemble, les projets visent à améliorer les revenus et les conditions de vie des populations rurales pauvres. Les objectifs spécifiques du portefeuille évalué concernent principalement la gestion des ressources naturelles, le développement des institutions de base et le renforcement des capacités, l amélioration de l accès aux services financiers ruraux, les progrès de la productivité de l agriculture et de l élevage, et l amélioration de l accès aux services sociaux de base en zone rurale. Les dons d assistance technique appuient des domaines divers tels que la recherche-développement, l innovation et la diffusion de technologies agricoles améliorées, les infrastructures, la gestion des ressources naturelles et le développement agricole. Le montant total des dons généralement couplés à un projet financé par le FIDA, s élève à environ 1,62 million d USD. 7. Les interventions du FIDA au Niger sont exécutées par les institutions gouvernementales. Toutefois, en application du principe d externalisation, la mise en œuvre d une grande partie des activités est déléguée à des ONG, des bureaux d études et des services techniques déconcentrés, en vue de favoriser le développement de l offre de services locaux. Des partenariats avec d autres partenaires techniques et financiers sont prévus pour le financement et la mise en œuvre des projets, en partie dans le cadre des mécanismes de coordination entre le Gouvernement et les donateurs déjà en place. Les projets financés par le FIDA au Niger ont été cofinancés principalement par la Banque mondiale, l Agence française de développement, le Programme alimentaire mondial, la Banque ouestafricaine de développement, le Programme des Nations Unies pour le développement et le Fonds belge de sécurité alimentaire. 8. Appréciation du portefeuille. Dans l ensemble, les objectifs des projets concordent avec les politiques et stratégies du Gouvernement et du FIDA. Le portefeuille répond assez bien aux besoins des populations rurales pauvres, et il a fait preuve d une souplesse satisfaisante lorsqu il s est agi de faire face aux urgences et à l évolution de la situation. Alors que les objectifs et l envergure des premiers projets dépassaient la capacité de gestion des équipes de projet, on constate ces derniers temps une évolution vers une plus forte implication des institutions locales et une plus forte concentration géographique des interventions. En revanche, l attention portée à l agriculture irriguée, à l élevage, aux activités extra-agricoles et à l accès des populations rurales pauvres aux marchés a été trop faible, alors que les perspectives sont importantes dans ces domaines. Le partenariat avec les services techniques déconcentrés et les communes (dont la création ne date que de 2004) n a pas été suffisamment développé, mais il sera au cœur du prochain projet cofinancé par le FIDA (Initiative de réhabilitation et de développement agricole et rural Renforcement des capacités institutionnelles). Ainsi, la pertinence du portefeuille est jugée modérément satisfaisante. 9. Pour ce qui est de l efficacité du portefeuille, des résultats probants ont été obtenus dans le domaine de la remise en valeur des terres au niveau des exploitations agricoles et, dans une moindre xvi

21 mesure, au niveau de la gestion de l eau pour l irrigation à petite échelle. Sur le plan local, ces résultats ont contribué à l essor de la productivité de l'agriculture et de l élevage. On constate aussi une amélioration modeste de l accès des populations aux services financiers ruraux, mais celle-ci n a généralement pas perduré une fois le projet achevé. La construction et la remise en état de pistes rurales ont dépassé les prévisions. Globalement, pourtant, les résultats n ont pas été à la hauteur des prévisions et des besoins. Les projets n ont pas contribué de manière significative à la mise en place d une gestion effective des ressources naturelles communautaires, ni au développement de services financiers accessibles aux populations rurales pauvres. Par ailleurs, la mise en place d infrastructures hydrauliques, éducatives et sanitaires est très inférieure aux prévisions. C est la raison pour laquelle l efficacité du portefeuille est jugée modérément insatisfaisante. 10. Les processus de démarrage et de gestion, auparavant relativement lents, semblent s être améliorés considérablement depuis quelques années. Le rapport entre le taux de réalisation matérielle et le taux des dépenses de fonctionnement des projets est systématiquement très bas, ce qui s explique, entre autres, par la faible capacité des Unités de gestion de projet (UGP), les fréquentes ruptures de financement et la prolongation d au moins une année de tous les projets menés à terme au Niger. Le coût des réalisations matérielles des projets est généralement inférieur au coût standard au Niger, notamment grâce à une bonne implication des communautés et des services de l État dans les travaux et à des conditions topographiques et climatiques favorables. La rentabilité des investissements est cependant assez variable, en fonction des possibilités et des difficultés de valorisation. Les volets des projets relatifs au financement rural ont généralement donné lieu à des pertes de fonds importantes, au détriment de l efficience du portefeuille. En conséquence, celle-ci est jugée modérément insatisfaisante. 11. L appréciation de l impact sur la pauvreté rurale montre que les projets ont contribué de façon assez significative, mais limitée dans l espace, à améliorer les revenus et la sécurité alimentaire des ménages ruraux, grâce aux interventions menées dans les domaines de la production agricole, de la Gestion des ressources naturelles (GRN) et du développement des activités extra-agricoles. Cependant, dans de nombreux cas, cette amélioration reste fragile face aux chocs extérieurs. Le portefeuille a également eu un impact modeste sur le capital humain, notamment en matière d éducation et de santé, sur le capital social et l autonomisation, en particulier pour les femmes, et sur les institutions et politiques rurales. Aussi l impact du portefeuille sur la pauvreté rurale est-il jugé modérément satisfaisant. 12. Pour assurer la durabilité des acquis, les projets prévoyaient des stratégies de désengagement reposant essentiellement sur la participation des organisations de base et le renforcement de leurs capacités, deux aspects qui présentent en eux-mêmes une durabilité très variable. La durabilité des acquis en matière de GRN et de production agricole est assez bonne, grâce à la simplicité des aménagements et à la forte implication des populations, mais l insécurité foncière, la faible maîtrise de l eau et la dégradation des terres sont autant de menaces qui pèsent sur leur durabilité. La durabilité des infrastructures socioéconomiques varie en fonction de la qualité de leur construction et de la compétence des services de l État qui les prennent en charge. Les services de formation et de conseil apportés aux populations bénéficiaires dans le cadre des projets sont condamnés à disparaître à la clôture des projets. En effet, peu d efforts sont consacrés au renforcement des capacités des services techniques déconcentrés et la valorisation des services locaux dont les projets ont encouragé le développement est insuffisante lorsque les apports de fonds extérieurs s achèvent. En conséquence, la durabilité des acquis des projets du portefeuille du FIDA est jugée modérément insatisfaisante. 13. Le portefeuille du FIDA au Niger a favorisé de nombreuses innovations agroécologiques, sociales, institutionnelles et méthodologiques, grâce à la relation tripartite entre les projets, les institutions de recherche et les groupes de bénéficiaires. La diffusion des innovations d ordre agroécologique est pratiquement spontanée, du moment qu il s agit de technologies simples et utiles. Pour les innovations institutionnelles et méthodologiques en revanche, la diffusion se heurte souvent au manque de moyens ou à des obstacles institutionnels. Compte tenu de ce qui précède, la performance du portefeuille en matière d innovation est jugée satisfaisante. xvii

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Rapport sur la Performance du Portefeuille

Rapport sur la Performance du Portefeuille 12 15 novembre 2012 Banjul, The Gambia 7ème Forum Régional des Projets financés par le FIDA Afrique de l Ouest et du Centre Rapport sur la Performance du Portefeuille Objectif à moyen terme du FIDA établi

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

RÉVISION DE LA PORTÉE DU PROGRAMME D'APPUI AUX ACTIVITÉS DE

RÉVISION DE LA PORTÉE DU PROGRAMME D'APPUI AUX ACTIVITÉS DE Distribution: Restreinte EB 200/79/R.21 2 juillet 200 Original: Anglais Point 12 b) ii) de l ordre du jour Français FIDA Conseil d administration soixantedixneuvième session Rome, 11 septembre 200 RÉPUBLIQUE

Plus en détail

ORIENTER LES TRANSFERTS DE FONDS DE LA DIASPORA DANS LES SECTEURS PRODUCTIFS : L EXPERIENCE DU SENEGAL

ORIENTER LES TRANSFERTS DE FONDS DE LA DIASPORA DANS LES SECTEURS PRODUCTIFS : L EXPERIENCE DU SENEGAL SINGLE YEAR EXPERT MEETING ON MAXIMIZING THE DEVELOPMENT IMPACT OF REMITTANCES Geneva, 14 15 February 2011 ORIENTER LES TRANSFERTS DE FONDS DE LA DIASPORA DANS LES SECTEURS PRODUCTIFS : L EXPERIENCE DU

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ------------------ SECRETARIAT GENERAL -------------------- DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE ----------------------

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ PRÉPARATION DE LA STRATÉGIE DE PROTECTION SOCIALE AU SÉNÉGAL

Plus en détail

1. Administration et exécution des opérations financières du programme

1. Administration et exécution des opérations financières du programme UNITED NATIONS ENTITY FOR GENDER EQUALITY AND THE EMPOWERMENT OF WOMEN DESCRIPTION DE POSTE I. Information sur le poste Titre du poste: Assistant(e) aux Opérations Type de Contrat : Contrat de Service

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options stratégiques Lahcen Achy Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Point de départ Le Maroc a enregistré une baisse significative

Plus en détail

2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET

2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET 2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET Le programme conjoint MDG-F Culture et développement au Sénégal dont l objectif est d appuyer la mise en œuvre des

Plus en détail

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004.

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004. BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004 13 janvier 2003 1. Le présent document expose le programme de travail du BIE pour

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après :

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après : TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET-CONSEIL CHARGE DE L APPUI-ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA DANS LE CADRE DE LA MOBILISATION DES RESSURCES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DEUXIEME

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM. NOTE D INFORMATION sur le GAFSP

GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM. NOTE D INFORMATION sur le GAFSP GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM NOTE D INFORMATION sur le GAFSP Présentée par Ndiogou Fall Comité de pilotage GAFSP Aout 2010 1 La crise alimentaire de 2008 a relancé le débat sur la situation

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du

Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du Fonds pour l Environnement Mondial. Décembre 2014 1 1.

Plus en détail

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT 30 mars - 1 er avril 2015 ESPACE LATRILLE EVENTS, ABIDJAN RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE La 4 ème session plénière

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP

RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP Mission menée par M. Djibo Bagna, PCA du ROPPA et membre du Comité de pilotage du GAFSP Du 08 au 11 septembre 2012 1 PLAN DU RAPPORT ABREVIATIONS...

Plus en détail

Sécuriser la mobilité du pastoralisme dans les zones. Bertrand Guibert (IRAM)

Sécuriser la mobilité du pastoralisme dans les zones. Bertrand Guibert (IRAM) Sécuriser la mobilité du pastoralisme dans les zones fragiles en temps de crise Bertrand Guibert (IRAM) Contexte du Pastoralisme Le pastoralisme : un mode de vie et de production Phénomène mondial et sahélien

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/69/20 11 mars 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Les principes de la Déclaration

Les principes de la Déclaration LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE Comment l aide peut-elle être sensible au genre dans le contexte des nouvelles modalités d aide? Leçons tirées des efforts de budgétisation sensible au genre Les principes

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche P a g e 1 LES PERSPECTIVES DU MECANISME AFRICAIN D EVALUATION PAR LES PAIRS A LA LUMIERE DE DIX ANS D EXPERIENCE : RELEVER NEUF DEFIS MAJEURS Présentation de Dr Mustapha Mekideche Nations Unies, New York

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt Recrutement d

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail