Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique"

Transcription

1 RÉsultats Printemps 2012 Baromètre Atradius des pratiques Etude internationale sur les comportements en B2B Principaux résultats - Belgique

2 Copyright Atradius N.V Avertissement Ce rapport fournit des informations à titre indicatif uniquement, et ne cherche pas à énoncer de recommandation au lecteur concernant des transactions, stratégies ou investissements particuliers d aucune façon. Les lecteurs formeront leur propre opinion et pourront prendre leurs décisions de façon indépendante, de nature e ou autre, en fonction des informations fournies. Même si nous avons fait notre possible pour garantir que les informations présentées dans ce rapport ont bien été obtenues auprès de sources fiables, Atradius ne pourra être tenu pour responsable de toute erreur, omission ou des résultats de l utilisation des informations. Toutes les informations de ce rapport sont présentées «telles quelles», sans garantir qu elles sont complètes, exactes, opportunes ou les résultats obtenus par leur utilisation, ni sans garantie d aucune sorte, explicite ou implicite. En aucun cas Atradius, ni ses partenaires ou sociétés associées, filiales, agents ou employés ne pourront être tenus pour responsables de décisions ou d actions entreprises en fonction des informations fournies par ce rapport ou de tout dommage indirect, particulier ou similaire, même en ayant été consultés sur la possibilité de tels dommages. 2

3 Rapport national BELGIQUE 1 Résumé 1.1 Introduction Conclusions Principaux résultats Belgique Utilisation du crédit 2.1 Ventes à crédit Facteurs déterminants du crédit Conditions 3.1 Délais moyens (domestique/export) Escompte pour paiement anticipé Tendance dans l utilisation des outils de credit management Comportement des clients 4.1 Factures B2B impayées (domestique/export) - Délais Principales raisons de retard de la part des clients Créances irrécouvrables (domestique/export) Tendance des risques de non-paiement pour les six prochains mois Suivi des délais réels 5.1 Délais moyens de recouvrement (DSO) second semestre Tendance du DSO l année dernière Conception de l enquête 6.1 Contexte général de l enquête Objectifs de l enquête Structure de l enquête Étendue de l enquête Aperçu de l échantillonnage Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de 3

4 1 Resume Table des matières Resume 1.1 Introduction Ce rapport fait partie de la 11ème édition du Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement. Il se concentre sur la Belgique et étudie les principaux aspects de l offre et du credit management du pays ainsi que le comportement des entreprises sur le marché domestique et à l international. Les objectifs de ce rapport consacré à la Belgique visent à fournir aux entreprises exportatrices une meilleure analyse des pratiques des entreprises des pays avec lesquelles elles travaillent ou envisagent de travailler. Sans cette meilleure compréhension des pratiques, elles pourraient rencontrer de sérieux problèmes de trésorerie. Le rapport examine ainsi une série de domaines clés en matière de crédit et de credit management dans les entreprises belges, ainsi que les conditions accordées aux clients, les conséquences des retards ou des impayés, et les actions prises pour limiter les risques de retards. Le Baromètre des Pratiques de Paiement du printemps 2012 est disponible sur le site internet d Atradius, n Conditions Comportement de du credit Conception de l enquete 4Utilisation 1.2 Conclusions Les résultats de cette enquête montrent que parmi les personnes interrogées belges, contrairement à leurs homologues dans d autres pays d Europe occidentale, il n existe aucun consensus clair quant à l évolution du risque crédit au cours des six prochains mois. L économie est clairement en conflit, beaucoup estiment que la situation restera inchangée, quelques-uns craignent une dégradation mais d autres y voient la lumière au bout du tunnel. Bien que le pourcentage des factures irrécouvrables reste relativement stable pour les micros, moyennes et grandes entreprises, des petites PME belges expérimentent clairement une évolution négative. Par rapport à la dernière enquête, le nombre de créances B2B irrécouvrables sur les clients domestiques a augmenté de 17% pour atteindre un chiffre total de 3,5% et nous notons que le pourcentage en valeur des créances B2B irrécouvrables sur les clients étrangers a augmenté de 40% pour atteindre 2,8%. Cette évolution doit amener les sondés belges, qui sont apparemment plus enclins à prêter aux clients B2B étrangers (36,6%) qu aux clients B2B domestiques, à se poser des questions. Il est frappant de constater que la 2e raison principale du retard évoquée par les clients étrangers est la complexité de la procédure. Sachant que les inefficacités dans le système bancaire sont reprises très souvent comme raison du retard, cela vaut peut être la peine pour l entrepreneur belge de revoir les procédures et d en parler clairement au début d une relation e. Nous notons que dans cette période économique difficile, le sondé belge réussit à garder son DSO quasi stable. 74,8% des répondants belges ont évoqué cette stabilité contre 67% pour la moyenne de l Europe occidentale. Le nombre de jours a évolué de 49 au cours de la dernière enquête à 50,5, ce qui correspond à la moyenne de l Europe occidentale. On constate que la micro-entreprise (40 jours vs 46,3), la moyenne entreprise (40 jours vs 51) et même la grande entreprise (36,8 jours vs 45,5) ont enregistré un DSO inférieur à la moyenne générale de l enquête. Mais malheureusement, encore une fois, les petites entreprises belges ont enregistré le DSO le plus élevé, supérieur à la moyenne de l Europe occidentale (74,3 jours vs 57,4). C est interpellant quand nous constatons que les mêmes petites entreprises ont été assez strictes en imposant des délais à leurs clients. La grande entreprise avance un chiffre de 58,3 jours en moyenne à compter de la date de la facture, les petites entreprises se situent entre 23 et 36 jours. Doit-on conclure que la petite entreprise belge a été moins rigoureuse qu auparavant dans le suivi de ses factures? n

5 1 Resume 1.3 Principaux résultats Belgique Ventes à crédit (2.1) En moyenne, 47,4% des ventes que les sondés belges ont enregistrées avec les clients business-to-business (B2B) ont été conclues à crédit. Ce chiffre est sensiblement inférieur à la moyenne pour l'europe occidentale (64,6%). Les clients B2B étrangers étaient plus susceptibles que les clients nationaux de se voir accorder un crédit (39,6% des ventes B2B étrangères ont été réalisées à crédit contre 29% des ventes B2B nationales). Ces deux chiffres sont très loin des moyennes de l'étude pour l'europe occidentale (52,5% des ventes B2B nationales et 46% des ventes B2B étrangères étaient à crédit). Le secteur industriel était le plus enclin aux ventes B2B à crédit. En ce qui concerne l'utilisation du crédit dans les transactions B2B nationales et internationales, le secteur des services financiers se démarquait notablement des autres secteurs d'activités étudiés. Les micro-entreprises étaient les plus hésitantes par rapport à la vente à crédit à leurs clients B2B. Les grandes entreprises ont affiché l'attitude la plus ouverte par rapport à l'utilisation du crédit dans les marchés internationaux. Facteurs déterminants du crédit (2.2) Dans la même lignée que les résultats de l'étude, le désir d'établir des relations es à long terme avec les clients B2B a également motivé la vente à crédit pour les sondés belges. 42,2% des sondés ont cité ce facteur déterminant par rapport aux clients nationaux, contre 37,9% pour les clients étrangers. Accorder un délai pour vérifier la qualité du produit avant le paiement était la seconde raison la plus importante expliquant l'octroi d'un crédit B2B. 25,3% des sondés ont proposé cette option à leurs clients export, contre 24% des sondés qui ont fait de même pour leurs clients nationaux. Le secteur industriel a accordé la priorité au crédit en tant qu'outil destiné à établir des relations es à long terme avec les clients B2B. Le secteur des services a quant à lui proposé le crédit aux clients export, principalement en tant que source de financement à court terme. Les micro-entreprises étaient les plus enclines à proposer le crédit B2B en tant qu'outil destiné à établir des relations es à long terme avec les clients. Délais moyens (domestique/ export) (3.1) Le délai moyen pour les clients B2B était de 32,6 jours, ce qui est un peu plus court que la moyenne de l'étude pour l'europe occidentale (38 jours). Contrairement aux tendances de l'étude, les sondés belges ont accordé aux clients B2B nationaux des délais de paiement plus courts que pour les clients étrangers (en moyenne 31,9 jours contre 38,7 jours respectivement). Cette constatation, et la propension relativement plus forte des sondés belges à proposer des crédits commerciaux aux clients étrangers par rapport aux clients nationaux, suggèrent que les sondés belges ont appliqué une politique de crédit sensiblement plus prudente sur le marché domestique plutôt que sur les marchés d exportation. Le secteur des services financiers a fixé les délais les plus longs par rapport aux autres secteurs commerciaux sondés. Les grandes entreprises ont fixé les délais les plus longs et les micro-entreprises les plus courts. Escompte pour paiement anticipé (3.2) Moins d'un quart (23,4%) des sondés en Belgique (contre 33,8% en Europe occidentale) ont offert des escomptes à leurs clients B2B pour encourager le paiement anticipé des factures. Les clients nationaux étaient plus enclins à réaliser des paiements anticipés que les clients étrangers (en moyenne 28% et 18,6% respectivement), ce qui s'inscrit pratiquement dans la même lignée que les moyennes pour l'europe occidentale (25% au niveau national et 21,8% au niveau étranger). Les secteurs de la distribution/vente en gros/vente au détail étaient les plus enclins à proposer des escomptes pour paiement anticipé aux clients B2B (32,1% des sondés). Le secteur le moins actif à ce niveau était celui des services, avec à peine 15,6% des sondés proposant des escomptes pour paiement anticipé aux clients % des sondés des moyennes/grandes entreprises ont proposé des escomptes pour paiement anticipé aux clients B2B. Les sondés appartenant au secteur des microentreprises étaient les moins actifs à ce niveau (à peine 14,3%). Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de 5

6 1 Resume Table des matières Resume Use of trade credit Conditions Comportement de du credit Conception de l enquete 6Utilisation Tendance dans l utilisation des outils de credit management (3.3) La moitié des sondés belges prévoient une augmentation de leur contrôle du risque de crédit des acheteurs dans les six prochains mois. La vérification des antécédents de l'acheteur et de leur solvabilité augmentera également (45% des sondés), avec une augmentation des provisions pour créances douteuses (45,9%). C'est probablement le secteur industriel qui augmentera le plus ses provisions pour créances douteuses dans les six prochains mois. Les grandes entreprises prévoient une augmentation des activités de suivi du risque de crédit, tandis que les microentreprises envisagent une augmentation des ventes au comptant aux clients B2B. Factures B2B impayées (domestique/ export) - Délais (4.1) La proportion de factures B2B impayées (en moyenne 28,6% des factures impayées à l'échéance pour le marché domestique et 27% à l export) s'alignait avec les moyennes enregistrées pour l'europe occidentale (30,6% pour le marché domestique et 27% à l export). En moyenne, 75% des factures impayées à l'échéance ont été payées dans les 30 jours. Ces chiffres sont légèrement supérieurs aux moyennes de l'europe occidentale (68,3% au niveau national et 69,4% au niveau étranger). Le secteur des services financiers a enregistré un pourcentage sensiblement supérieur à la moyenne (40%) en ce qui concerne les factures B2B impayées à l export. Les moyennes/grandes entreprises ont enregistré un pourcentage supérieur à la moyenne en ce qui concerne les factures B2B impayées des clients étrangers. Principales raisons de retard de la part des clients (4.2) Les problèmes de trésorerie étaient la raison la plus fréquemment citée pour expliquer les retards des clients B2B. 68,1% et 56,8% ont cité cette raison pour les retards nationaux et étrangers respectivement. Les litiges relatifs à la qualité des marchandises livrées ou des services prestés étaient la seconde raison la plus citée pour expliquer les retards des clients nationaux (25% des sondés). Pour ce qui est des clients étrangers, la seconde raison la plus fréquemment citée pour expliquer les retards était la complexité des procédures de règlement (36,5%). Le secteur industriel a enregistré des retards principalement dus à des litiges relatifs à la qualité des marchandises fournies. Les grandes entreprises ont enregistré des retards de étrangers qui étaient principalement dus à la complexité des procédures de règlement. Créances irrécouvrables (domestique/ export) (4.3) En termes de valeur, un plus grand pourcentage de créances domestiques que de créances export a été considéré comme irrécouvrable. Le secteur des services financiers a enregistré le pourcentage le plus élevé (5.3%) de créances B2B nationales considérées comme irrécouvrables. 7 7 Les petites entreprises ont enregistré la proportion la plus élevée de créances B2B irrécouvrables de la part des clients nationaux et étrangers (3,5% pour les nationaux et 2,8% pour les étrangers).

7 1 Resume Tendance des risques de non-paiement pour les six prochains mois (4.5) Les réponses belges n'ont pas affiché de tendance claire dans l'évolution prévue du risque de non-paiement pour les six prochains mois. Contrairement aux observations enregistrées au niveau général de l'enquête, le pourcentage moyen de sondés prévoyant une détérioration du risque ne diffère pas beaucoup de celui des sondés s'attendant à une amélioration. Le secteur des services financiers était relativement plus enclin à prévoir une augmentation du risque d impayés dans les six prochains mois. Les micro-entreprises avaient quant à elles une opinion plus optimiste, puisqu'elles ne prévoyaient pas de changement au niveau du risque d impayés dans les six prochains mois. Délais moyens de recouvrement (DSO) second semestre 2011 (5.1) Le DSO moyen des sondés belges (50,5 jours) était cohérent avec la moyenne pour l'europe occidentale (51,4 jours). Si l'on effectue cette mesure par rapport au délai de paiement moyen que les sondés accordent aux clients B2B (32,6 jours), le DSO moyen indique qu'une proportion assez considérable de créances s'étendent au-delà de la date d'échéance (cf. 4.1). Le secteur des services financiers a enregistré le DSO le plus élevé, tandis que le secteur de la distribution/vente de gros/ vente au détail a enregistré le résultat le plus faible. Les petites entreprises ont enregistré le DSO le plus élevé par taille, bien au-delà de la moyenne du segment en Europe occidentale. Tendance du DSO l année dernière (5.2) L'année dernière, près de trois quarts (74,8%) des sondés belges ont indiqué qu'ils n'avaient pas enregistré de changement au niveau du DSO, ce qui est bien supérieur à la moyenne de 67% de l'europe occidentale. Les sondés belges qui ont enregistré une augmentation du DSO étaient plus de deux fois plus nombreux que ceux ayant enregistré une diminution du DSO. Le secteur de la distribution/vente de gros/vente au détail avait plus de chances d'enregistrer une augmentation du DSO. Les grandes entreprises affichent le pourcentage le plus élevé de sondés ayant enregistré une augmentation du DSO l'année dernière. n Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de 7

8 2 Table des matières Resume 2 Utilisation du crédit Les sondés belges étaient en moyenne plus enclins à vendre à crédit aux clients B2B étrangers que nationaux. Les relations es à long terme et la vérification de la qualité du produit avant le paiement étaient le premier et le second facteurs les plus influents dans les décisions d'octroi de crédits aux clients B2B. 2.1 Ventes à crédit Ventes B2B réalisées à crédit - en moyenne pourcentage Domestique Export Belgique Europe de l Ouest Belgique Europe de l Ouest 29,0 39,6 46,0 52,5 Conditions Comportement de Pourcentage des ventes B2B rèalisées à crédit 38,1% 29,7% 15,9% 14,3% 14,1% 14,1% 10,3% 9,4% 5,6% 4,7% 4,8% 12,5% Domestique 11,1% Export 15,6% 0% 1% - 19% 20% - 39% 40% - 59% 60% - 79% 80% - 99% 100% Echantillon: entreprises interrogées en Belgique Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 (actives sur le marché domestique et à l étranger) Situation générale Conception de l enquete 8 Les sondés belges étaient en moyenne plus enclins à vendre à crédit aux clients B2B étrangers que nationaux Avec en moyenne 47,4% des ventes aux clients B2B réalisées à crédit, les sondés belges étaient sensiblement moins enclins à vendre à crédit aux clients B2B que la moyenne de l'europe occidentale (64,6%). En ce qui concerne l'utilisation des ventes à crédit dans les transactions B2B, et contrairement aux résultats de l'enquête, les sondés belges étaient plus enclins à vendre à crédit aux clients étrangers plutôt qu'aux clients nationaux. En moyenne 29% des ventes B2B nationales contre 39,6% des ventes B2B étrangères des sondés belges ont été réalisées à crédit. Ces deux chiffres sont inférieurs aux moyennes de l'enquête pour l'europe occidentale (52,5% des ventes B2B nationales et 46% des ventes B2B étrangères à crédit), mais ils représentent plus significativement un renversement de la perception du risque de crédit avec les acheteurs nationaux, qui sont considérés comme moins solvables que les acheteurs étrangers. 38,1% des sondés belges ont indiqué n'avoir réalisé aucune vente à crédit aux clients B2B nationaux. Parmi tous les pays interrogés, il s'agit du pourcentage le plus élevé de sondés indiquant n'avoir effectué aucune vente à crédit au niveau national. Les ventes B2B aux acheteurs étrangers présentent une attitude radicalement opposée. 28,1% des sondés belges ont réalisé 80% à 100% de leurs ventes B2B étrangères à crédit. A l'opposé, à peine 15,9% des sondés ont réalisé 80% à 100% de leurs ventes B2B nationales à crédit.

9 2 Par secteur Le secteur des services financiers a affiché une divergence notable au niveau de l'utilisation du crédit dans les ventes domestiques et à l exportation Par rapport aux autres secteurs d'activités sondés en Belgique, le secteur industriel était le plus enclin à utiliser le crédit dans les transactions B2B (56,4% des ventes B2B réalisées à crédit). Les ventes B2B à crédit dans les secteurs de la distribution/vente de détail/vente de gros, des services et des services financiers variaient de 47,8% à 40%. En ce qui concerne l'utilisation du crédit dans les transactions B2B nationales et internationales, le secteur des services financiers se démarquait notablement des autres secteurs d'activités étudiés. En moyenne 56% et 19,2% des ventes B2B aux clients étrangers et aux clients nationaux ont respectivement été réalisées à crédit. Dans les autres secteurs d'activités sondés, les ventes B2B à crédit à l export allaient de 49,4% à 31,9%, tandis que ces pourcentages pour les ventes nationales variaient de 34,6% à 24%. 2.2 Facteurs déterminants du crédit Par taille d'entreprise Les micro-entreprises étaient les plus hésitantes par rapport à la vente à crédit à leurs clients B2B Les sondés appartenant à la catégorie des micro-entreprises étaient les plus hésitants à vendre à crédit aux clients B2B (38% des ventes B2B réalisées à crédit). Les moyennes/grandes entreprises étaient relativement plus enclines à proposer des crédits commerciaux aux clients B2B (64% des ventes B2B réalisées à crédit). Ce pourcentage était de 52,2% pour les grandes entreprises et de 50,3% pour les petites entreprises. En ce qui concerne l'utilisation du crédit dans les transactions B2B, 53,7% et 50% des sondés des micro-entreprises n'ont pas proposé de crédit du tout aux clients nationaux et étrangers, respectivement. A l'opposé, 33% des sondés issus des grandes entreprises ont réalisé 80% à 100% de leurs ventes B2B étrangères à crédit, ce qui est l'attitude la plus ouverte à l'utilisation du crédit dans le commerce international. n Quelles sont les principales raisons pour lesquelles votre société accorde des délais à ses clients B2B domestiques? Belgique Europe de l Ouest Pour établir des relations avec nos clients dans la durée Situation générale Domestique Export Domestique Export pourcentage Pour permettre à nos clients de vérifier la qualité de nos produits avant le paiement Les relations es à long terme et la vérification de la qualité du produit avant le paiement étaient le premier et le second facteurs les plus influents dans les décisions de crédit B2B Conformément à ce que l'on a pu constater au fil de l'enquête, le désir d'établir des relations es de longue durée avec les clients B2B a été le facteur le plus influent au niveau des décisions de crédit des sondés belges. 42,2% et 37,9% des sondés ont indiqué qu'il s'agissait de la raison la plus importante justifiant l'octroi de crédits commerciaux aux clients 42,2 24,0 19,1 14,7 37,9 25,3 16,8 20,0 46,5 18,8 19,5 15,2 40,3 20,4 22,8 16,5 Comme un outil Comme une source de financement à court terme Echantillon: entreprises interrogées (actives sur le marché domestique et à l étranger) Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 nationaux et étrangers respectivement (moyennes pour l'europe occidentale : 46,5% et 40,3% respectivement). Cette conclusion est intéressante, car elle suggère que les sondés belges étaient plus inquiets d'établir des relations es à long terme avec les clients nationaux qu'avec les clients export, même s'il était relativement moins probable que les premiers se voient offrir un crédit. Accorder un délai pour vérifier la qualité du produit avant le paiement était la seconde raison la plus importante expliquant l'octroi d'un crédit pour les transactions B2B. Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de 9

10 2 Table des matières Resume Conditions Comportement de 1 sondé sur 4 (25,3%) a indiqué qu'il s'agissait d'une raison pour accorder un délais aux clients étrangers. 24% des sondés ont donné cette réponse par rapport aux clients nationaux. Ces deux chiffres sont légèrement supérieurs aux moyennes de l'europe occidentale (20,4% et 18,8% respectivement). 20% des sondés ont proposé des crédits commerciaux aux clients étrangers en tant que source de financement à court terme et 16,8% en tant qu'outil. 19,1% des sondés ont proposé des crédits commerciaux aux clients nationaux en tant qu'outil et 14,7% en tant que source de financement à court terme. Par secteur Le secteur industriel a accordé la priorité au crédit en tant qu'outil destiné à établir des relations es à long terme avec les clients B2B En comparaison avec les autres secteurs d'activités sondés en Belgique, les sondés du secteur industriel étaient les plus enclins à proposer un crédit B2B aux clients nationaux en vue d'établir des relations es à long terme (48,1% des sondés). A l'opposé, les sondés issus du secteur des services financiers étaient les moins enclins à considérer qu'il s'agissait d'une bonne raison pour proposer des crédits commerciaux aux clients étrangers (20%). Le secteur industriel était aussi le plus enclin à vendre à crédit pour permettre aux clients B2B nationaux et étrangers de vérifier la qualité du produit avant le paiement (33% des sondés). Par ailleurs, ce facteur a eu le moins d'influence sur les décisions de crédit dans le secteur de la distribution/vente au gros/vente au détail. 28,6% des sondés appartenant au secteur des services ont proposé le crédit aux clients étrangers en tant que source de financement à court terme. Par taille d'entreprise Les micro-entreprises se concentraient principalement sur les relations es à long terme Les micro-entreprises belges ont accordé la plus grande priorité à l'octroi de crédits commerciaux aux clients B2B en tant qu'outil visant à établir des relations es à long terme (51,3% des sondés ont cité cette raison par rapport aux clients nationaux et 44,8% par rapport aux clients étrangers). Ce facteur avait moins d'influence dans les décisions de crédit des sondés appartenant à des entreprises d'autres tailles. Les moyennes/ grandes entreprises et les petites entreprises (31,4% et 30% des sondés respectivement) étaient les plus enclines à fournir des crédits aux clients B2B nationaux afin de leur permettre de vérifier la qualité du produit avant le paiement. Cela a été moins fréquemment le cas pour les clients étrangers. Il convient de noter qu'un pourcentage notable de sondés (29,6%) issus des petites entreprises ont indiqué avoir offert un crédit B2B aux clients étrangers en tant que source de financement à court terme. n Conception de l enquete 10

11 3 Conditions 3 Conditions Les clients B2B nationaux des sondés belges se sont vus offrir, en moyenne, des délais plus serrés que les clients étrangers. Les clients nationaux ont plus fréquemment profité d'escomptes pour paiement anticipé que les clients étrangers. La moitié des sondés belges prévoient une augmentation de leur contrôle des risques clients dans les six prochains mois. 3.1 Délais moyens* (domestique/export) Quels délais votre entreprise consent-elle à ses clients B2B domestiques et étrangers? Belgique Europe de l Ouest Situation générale Les clients B2B nationaux des sondés belges se sont vus offrir, en moyenne, des délais plus courts que les clients étrangers De manière générale, le délai moyen pour les clients B2B des sondés belges était de 32,6 jours, ce qui est un peu plus court que le délai moyen pour l'europe occidentale (38 jours). Contrairement à ce que l'on a pu observer au cours de l'enquête, les clients B2B nationaux des sondés en Belgique se sont vus offrir des délais plus courts que les clients étrangers (en moyenne 31,9 jours et 38,7 jours respectivement). Cette constatation, et la propension relativement plus forte des sondés belges à proposer des crédits commerciaux aux clients étrangers par rapport aux clients nationaux, suggèrent que les sondés belges ont appliqué une politique de crédit sensiblement plus prudente au niveau national qu'au niveau international. Par secteur Domestique Export Domestique Export pourcentage Les services financiers ont fixé les délais les plus longs Avec en moyenne 59,3 jours pour effectuer le paiement à partir de la date de la facture, le secteur des services financiers a fixé les délais les plus longs par rapport aux autres secteurs d'activités sondés. Les délais moyens dans le secteur industriel, le secteur des services et le secteur de la distribution/ vente au détail/vente en gros allaient de 33,3 jours à 26,3 jours. 80,4 15,7 2,51,5 62,1 31,6 4,22,1 70,7 14,7 9,8 4,8 69,5 21,6 6,7 2, jours jours jours Plus de 90 jours Par taille d'entreprise Moyenne en jours Echantillon: entreprises interrogées (actives sur le marché domestique et à l étranger) Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps ,9 38,7 39,4 34,6 Les micro-entreprises ont fixé les délais les plus courts Les grandes entreprises belges ont accordé en moyenne 58,3 jours à partir de la date de la facture à leurs clients B2B pour payer leurs achats à crédit. Les délais moyens accordés par les moyennes/grandes, petites et micro-entreprises étaient sensiblement plus courts, allant de 36,2 jours pour les moyennes entreprises à 23,1 jours pour les micro-entreprises. Si nous basons notre analyse sur les ventes domestiques par rapport aux ventes étrangères, les clients nationaux des grandes entreprises se sont vus attribuer des délais de crédit moins généreux que les clients étrangers (en moyenne 56,5 et 63,3 jours respectivement). Les délais les plus courts ont été fixés par les microentreprises, avec des délais moyens de 22,2 jours et 27,1 jours pour les clients nationaux et étrangers respectivement. n * Délais moyens = durée moyenne à partir de la date de la facture qu'une entreprise accorde à ses clients pour payer les factures Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de 11

12 3 Conditions Table des matières Resume Conditions Comportement Customers payment de paiement behaviour des clients Conception de l enquete 3.2 Escompte pour paiement anticipé Votre entreprise pratique-t-elle l escompte pour paiement comptant? 76,6% Situation générale Les escomptes pour paiement anticipé étaient plus fréquemment acceptés par les clients nationaux que par les clients étrangers 23,4% des sondés en Belgique, par rapport à 33,8% en Europe occidentale, ont proposé des escomptes à leurs clients B2B pour encourager le paiement anticipé des factures, et donc réduire les montants transformés en créances. En moyenne, 28% des clients nationaux et 18,6% des clients étrangers ont réalisé des paiements anticipés (moyennes de l'étude pour l'europe occidentale: 25% au niveau national et 21,8% au niveau étranger). La différence entre les taux d'acceptation nationaux et étrangers reflète les conclusions relatives aux principales raisons de retards et de défauts de la part des clients B2B (cf. 4.3). Les clients nationaux des sondés belges semblent être plus durement touchés par des problèmes de liquidités affectant leur capacité à payer que les clients étrangers. Par secteur Belgique 23,4% 66,2% Le secteur de la distribution/vente de gros/vente au détail était le plus enclin à proposer des escomptes pour paiement anticipé D'un point de vue sectoriel, les sondés faisant partie du secteur de la distribution/vente au détail/vente de gros (32,1%) étaient les plus enclins à proposer des escomptes aux clients B2B afin d'encourager le paiement anticipé des factures. Le secteur le moins actif à ce niveau était celui des services, avec à peine 15,6% des sondés proposant des escomptes pour paiement anticipé aux clients. En moyenne, 32,6% des clients nationaux du secteur des services ont profité des escomptes. Dans les autres Oui Europe de l Ouest Echantillon: toutes les entreprises interrogées Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 Non 33,8% Quel pourcentage de vos clients domestiques/export B2B utilisent l escompte pour paiement comptant? 28,0% Belgique 18,6% secteurs d'activités, en moyenne 28,3% à 21% des clients nationaux ont profité d'escomptes pour paiement anticipé. Le pourcentage le plus élevé de clients étrangers profitant d'escomptes a été enregistré dans le secteur de la distribution/vente de gros/ vente au détail (22,5%). Dans les autres secteurs d'activités sondés, en moyenne 18,7% à 11,8% des clients étrangers ont reçu des escomptes pour paiement anticipé. Par taille d'entreprise Domestique 25,0% 21,8% Europe de l Ouest Export Exemple: entreprises interrogées qui utilisent l escompte pour paiement comptant (actives sur le marché domestique et à l étranger) Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 Les micro-entreprises sont les moins actives dans l'offre d'escomptes pour paiement anticipé 2 sondés sur 5 appartenant à la catégorie des moyennes/grandes entreprises ont proposé des escomptes pour paiement anticipé à leurs clients B2B. A peine 14,3% des sondés appartenant à la catégorie des micro-entreprises ont proposé des escomptes pour paiement anticipé, ce qui est le score le plus faible parmi tous les regroupements par taille d'entreprise. En moyenne, 46,8% des clients nationaux des grandes entreprises ont réalisé des paiements anticipés et ont profité des escomptes. Les escomptes proposés par les sondés des micro, petites et moyennes entreprises ont profité des clients nationaux entre 27,9% à 23%. Il convient de noter qu'à peine 10% des clients étrangers des grandes entreprises ont profité d escomptes pour paiement anticipé. A titre comparatif, 24,4% à 13,3% en moyenne des clients étrangers des sondés appartenant aux micro, petites et moyennes/grandes entreprises ont profité d'escomptes pour paiement anticipé en payant leurs factures plus tôt. n 12

13 3 Conditions 3.3 Tendance dans l utilisation des outils de credit management Comment protégerez-vous votre entreprise contre les retards ou les défauts des clients B2B dans les 6 prochains mois? Situation générale pourcentage Surveillance du risque crédit de l acheteur 13,2 50,0 34,2 2,6 Vérification de la solvabilité de l acheteur 11,1 47,2 41,7 Utilisation d assurance-crédit 8,3 27,8 52,8 11,1 Utiliser une agence de recouvrement 8,1 27,0 56,8 8,1 S auto-assurer 8,1 13,5 75,7 2,7 Utilisation de formulaires s sécurisés La moitié des sondés belges prévoient une augmentation de leur contrôle des risques crédit dans les six prochains mois En ce qui concerne les outils de credit management qu'ils envisagent d'utiliser afin de protéger leur entreprise contre les retards et les défauts dans les six prochains mois, la moitié des sondés belges indiquent qu'ils augmenteront leur contrôle du risque crédit dans les six prochains mois et 13,2% commenceront à recourir à cet outil de credit management. La vérification des antécédents et de la solvabilité des acheteurs augmentera chez 47% des sondés. 45,9% des sondés augmenteront leurs provisions pour créances douteuses. Les ventes au comptant B2B augmenteront pour 42% des sondés, tandis que la demande d utilisation sécurisé augmentera pour 41% des sondés. Ces réponses sont intéressantes dans la mesure où elles sont incohérentes avec la conclusion selon laquelle il n'existait aucune tendance claire dans les prévisions de l'évolution du risque de crédit dans les six prochains mois parmi les sondés belges (cf. 4.4). 7,7 41,0 43,6 7,7 Vendre plus au comptant 7,5 42,5 45,0 5,0 Credit management actif (credit checks, relance) 5,7 37,1 57,1 Vérifier les antécédents de l acheteur 5,3 47,4 42,1 2,62,6 Réserve pour les créances douteuses 45,9 45,9 5,4 2,7 Début de l utilisation des techniques et outils de credit management Augmentation Pas de changement Diminution Arrêt de l utilisation des techniques et outils de credit management Echantillon: toutes les entreprises interrogées en Belgique Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de 13

14 3 Conditions Table des matières Resume Par secteur C'est probablement le secteur industriel qui a le plus de chances d'augmenter ses provisions pour créances douteuses dans les six prochains mois Le secteur des services semble être le plus enclin à augmenter le niveau du suivi du risque de crédit de l'acheteur et de la vérification des antécédents de l'acheteur (d'après les indications de 58% des sondés). De plus, 55,6% des sondés ont indiqué qu'ils augmenteraient les vérifications de la solvabilité des acheteurs. La tendance qui se démarque est l'augmentation des provisions pour créances douteuses indiquée par trois quarts (75%) des sondés dans le secteur industriel belge. Une augmentation de l'utilisation des paiements au comptant ou de conditions n'impliquant pas le crédit dans les transactions B2B devrait être observée de manière pratiquement équivalente dans tous les secteurs sondés. Par taille d'entreprise Les grandes entreprises prévoient une augmentation des activités de suivi du risque crédit, tandis que les micro-entreprises envisagent une augmentation des ventes au comptant Du point de vue de la taille des entreprises, 66,7% des sondés faisant partie des grandes entreprises ont indiqué qu'ils augmenteraient les vérifications de la solvabilité des acheteurs dans les six prochains mois. 62,5% intensifieront leur suivi du risque crédit et 57,1% vérifieront plus les antécédents des acheteurs dans les six prochains mois. 55,6% envisageront l'augmentation des provisions pour créances douteuses. Plus de 55% des microentreprises ont indiqué qu'elles augmenteraient l'utilisation des ventes B2B au comptant, tandis que 62,5% des moyennes/ grandes entreprises ont affirmé qu'elles demanderaient plus souvent le recours à des paiements sécurisés aux clients B2B. n Conditions Comportement de Conception de l enquete 14

15 4 Comportement des clients 4 Comportement des clients La proportion de factures B2B impayées était conforme aux moyennes de l'europe occidentale. En moyenne, 75% des factures impayées à l'échéance ont été payées dans le mois suivant celle-ci. Les problèmes de trésorerie étaient la raison la plus fréquemment citée pour expliquer les retards de B2B. Un plus grand pourcentage de créances domestiques que de créances export a été considéré comme irrécouvrable. Les réponses belges n'ont pas affiché de tendance claire dans l'évolution prévue du risque crédit pour les six prochains mois. 4.1 Factures B2B impayées (domestique/export) - Délais Quel pourcentage de vos factures B2B domestiques/exports sont impayées à l échéance? Domestique 28,6% 27,0% 30,6% Belgique 27,0% Europe de l Ouest Echantillon: entreprises interrogées (actives sur le marché domestique et à l étranger) Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 Export Situation générale La proportion de factures B2B impayées était conforme aux moyennes de l'europe occidentale En moyenne, 28,6% et 27% des factures émises par les sondés belges vis-à-vis de leurs clients B2B nationaux et étrangers respectivement ont été payées après la date d'échéance (moyennes pour l'europe occidentale : 30,6% au niveau national et 27% au niveau étranger). Trois quarts des factures échues (75,9% au niveau national et 75,6% au niveau étranger) ont été payées dans les 30 jours suivant la date d'échéance. Ces deux chiffres sont légèrement supérieurs aux moyennes de l'enquête pour l'europe occidentale (68,3% au niveau national et 69,4% au niveau étranger). Cela suggère une performance meilleure que la moyenne des sondés belges par rapport à leurs homologues d'europe occidentale au niveau du recouvrement des factures impayées dans le premier mois suivant la date d'échéance. Pourtant, 3,4% des factures B2B impayées au niveau national et 3,3% au niveau étranger ont dépassé les 90 jours de retard et ont été considérées comme irrécouvrables, ce qui représente un risque de défaut significatif. Ces deux moyennes sont bien inférieures aux moyennes correspondantes pour l'europe occidentale (6% au niveau national et 5,3% au niveau étranger). Factures domestiques/exports B2B en souffrance - Le règlement est effectué avec. Belgique Europe de l Ouest Domestique Export Domestique Export pourcentage* 57,0 18,9 16,7 4,03,4 56,4 19,2 17,2 4,03,3 48,7 19,6 19,9 5,8 6,0 50,0 19,4 19,5 5,8 5, jours de retard jours de retard jours de retard jours de retard Plus de 90 jours de retard Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de Echantillon: entreprises interrogées avec des factures en souffrance Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 (actives sur le marché domestique et à l étranger) Note: *pourcentage de la valeur totale 15

16 4 Comportement des clients Table des matières Resume Conditions Comportement de Par secteur Le secteur des services financiers a enregistré un pourcentage sensiblement supérieur à la moyenne (40%) en ce qui concerne les factures B2B impayées pour les clients étrangers Le secteur de la distribution/vente de gros/vente au détail a rapporté un pourcentage légèrement supérieur à la moyenne en ce qui concerne les factures B2B (29,7%) payées après la date d'échéance. Le secteur industriel suivait de près avec 29,3%. Ce pourcentage baissait à 27% dans le secteur des services financiers. Par ailleurs, les sondés faisant partie du secteur des services financiers ont enregistré un pourcentage sensiblement supérieur en ce qui concerne les factures B2B en souffrance pour les clients étrangers (40%). Dans les autres secteurs d'activités sondés, le pourcentage moyen de factures B2B impayées au niveau des clients étrangers allait de 28,8% dans le secteur de la distribution/vente en gros/vente au détail à 24,3% dans le secteur des services. En ce qui concerne le délai, 80,9% des factures impayées dans le secteur industriel ont été payées dans les 30 jours suivant la date d'échéance (,3% dans le secteur de la distribution/vente de gros/vente au détail et 71,6% dans le secteur des services financiers). Le pourcentage moyen de factures en souffrance restant impayées après 90 jours allait de 4,7% dans le secteur des services financiers à 2,7% dans le secteur de la distribution/vente de gros/vente au détail. Par taille d'entreprise 4.2 Principales raisons de retard de la part des clients Les moyennes/grandes entreprises ont enregistré un pourcentage supérieur à la moyenne en ce qui concerne les factures B2B impayées des clients étrangers En moyenne 31,8% des factures B2B nationales des sondés faisant partie des petites et des moyennes/grandes entreprises ont été payées après la date d'échéance (29,5% pour les grandes entreprises et 24,7% pour les micro-entreprises). En moyenne 40% des factures étrangères des moyennes/grandes entreprises étaient également impayées. Ce chiffre descend à 26,1% pour les petites entreprises, 25,9% pour les grandes entreprises et à peine 17% pour les micro-entreprises. En ce qui concerne le délai, les micro-entreprises ont rapporté un pourcentage sensiblement supérieur à la moyenne de factures nationales (80,2%) et étrangères (81,7%) en souffrance payées dans les 30 jours suivant la date d'échéance. Les factures nationales toujours impayées plus de 90 jours après la date d'échéance passaient de 4,5% pour les petites entreprises à 2,1% à peine pour les micro-entreprises. Les factures étrangères passaient quant à elles de 4,2% pour les moyennes/grandes entreprises à 2,6% pour les petites entreprises. n Quelles sont les raisons des retards de vos clients B2B domestiques/étrangers? Trésorie insuffisante pourcentage 56,8 68,1 Litiges sur la qualité des produits ou services livrés Complexité des procédures de règlement Information inexacte sur la facture 25,0 24,3 18,8 16,7 23,0 36,5 Conception de l enquete Litiges sur les produits ou services livrés qui ne correspondent pas à ce qui avait été prévu dans le contrat Manque d efficacité du système bancaire Autres 6,3 5,4 13,2 16,7 16,2 25,7 Domestique Export 16 Echantillon: entreprises interrogées en Belgique Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 (actives sur le marché domestique et à l étranger)

17 4 Comportement des clients Situation générale Les problèmes de trésorerie étaient la raison la plus fréquemment citée pour expliquer les retards de B2B L'insuffisance de trésorerie a été la raison la plus fréquemment citée pour expliquer les retards, avec en moyenne 68,1% des clients B2B nationaux et 56,8% des clients B2B étrangers des sondés belges. La moyenne nationale est conforme à la moyenne pour l'europe occidentale, tandis que la moyenne étrangère est légèrement supérieure (46,1%). La seconde raison la plus fréquemment citée pour expliquer les retards chez les clients B2B nationaux a été le litige sur la qualité des marchandises livrées ou des services fournis (25% des sondés). Chez les clients B2B étrangers, il s'agit de la complexité des procédures (36,5%). Un pourcentage notable de sondés (25,7%) ont indiqué que les retards et les défauts des clients B2B étrangers étaient souvent dus à des inefficacités du système bancaire. Par secteur Le secteur industriel a enregistré des retards de paiement principalement dus à des litiges sur la qualité des marchandises fournies Parmi tous les secteurs d'activités sondés, l'insuffisance de trésorerie était la raison la plus fréquemment citée pour expliquer les retards des clients B2B. Les litiges sur la qualité des marchandises livrées étaient plus fréquemment cités par le secteur industriel (45% des sondés) que par les autres secteurs pour justifier les retards des clients nationaux. La complexité des procédures de règlement ainsi que les inefficacités du système bancaire étaient plus fréquemment citées par le secteur des services financiers (50% des sondés) pour justifier les retards de la part des clients B2B étrangers. Par taille d'entreprise La complexité des procédures de règlement est la raison la plus fréquemment citée pour justifier les retards de étrangers des grandes entreprises Les sondés faisant partie de toutes les catégories de taille d'entreprise ont cité l'insuffisance de trésorerie comme étant la raison la plus fréquente pour justifier les retards des clients B2B nationaux et étrangers. Les litiges sur la qualité des marchandises livrées étaient cités plus fréquemment par les sondés faisant partie des moyennes/grandes entreprises (45,2% des sondés) en tant que seconde raison la plus fréquente expliquant les retards des clients nationaux. La complexité des procédures de règlement était plus fréquemment citée par les grandes entreprises (55,6% des sondés) pour justifier les retards des clients B2B étrangers. Les inefficacités du système bancaire ont été citées par un pourcentage de sondés sensiblement supérieur à la moyenne dans les moyennes/grandes entreprises (40%) par rapport aux clients B2B étrangers. n Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de 17

18 4 Comportement des clients Table des matières Resume 4.3 Créances irrécouvrables (domestique/export) Au cours des 6 derniers mois, quel pourcentage de vos factures B2B domestiques/export n a pu être recouvré? Belgique pourcentage 2,1 2,7 Europe de l Ouest Situation générale Domestique Export Echantillon: entreprises interrogées Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 (actives sur le marché domestique et à l étranger) 2,7 3,5 Par taille d'entreprise Conditions Comportement de En termes de valeur, un plus grand pourcentage de créances nationales que de créances étrangères a été considéré comme irrécouvrable Les sondés belges ont indiqué qu'en moyenne, 2,7% de la valeur totale des créances B2B nationales était considérée comme irrécouvrable. A titre comparatif, la moyenne pour l'europe occidentale est de 3,5%. En moyenne 2,1% de la valeur totale des créances B2B étrangères a été considérée comme irrécouvrable également (moyenne pour l'europe occidentale: 2,7%). Par rapport au pourcentage de la valeur totale des factures B2B en souffrance (3%) qui étaient toujours impayées plus de 90 jours après la date d'échéance, cette conclusion indique que la probabilité de recouvrement d'une créance après 90 jours est très faible pour les créances nationales, tandis qu'il reste une chance raisonnable de recouvrement pour les créances étrangères. La proportion la plus élevée de créances B2B irrécouvrables a été enregistrée au niveau des petites entreprises Les petites entreprises belges ont enregistré la plus grande proportion de créances B2B irrécouvrables chez les clients nationaux (3,5%) et étrangers (2,8%). Les grandes entreprises ainsi que les moyennes/grandes entreprises suivaient, les premières avec une moyenne de 3,3% de créances B2B irrécouvrables de la part des clients nationaux et les dernières avec une moyenne de 2,7% de créances B2B irrécouvrables de la part des clients étrangers. La plus petite proportion de créances B2B irrécouvrables, avec en moyenne 2,1% pour les clients nationaux et 1,1% pour les clients étrangers, a été enregistrée au niveau des micro-entreprises. n Conception de l enquete Par secteur Le secteur des services financiers a affiché la plus grande proportion de créances B2B irrécouvrables nationales Par rapport aux autres secteurs d'activités sondés en Belgique, le secteur des services financiers a enregistré le pourcentage le plus élevé (5,3%) de créances B2B nationales considérées comme irrécouvrables. Dans les autres secteurs sondés, les créances B2B irrécouvrables des clients nationaux allaient de 3,1% dans le secteur de la distribution/vente de gros/vente au détail à 2,2% dans le secteur industriel. D'autre part, les industriels ont indiqué une proportion sensiblement supérieure à la moyenne (3,3%) de créances B2B irrécouvrables chez les clients étrangers. 18

19 4 Comportement des clients 4.4 Tendance des risques de non-paiement pour les six prochains mois Comment évolueront les retards et le risque de non-paiement de vos clients au cours des 6 prochains mois? Situation générale pourcentage Belgique 5,2 19,8 51,2 21,5 2,3 Europe de l Ouest 5,8 27,3 53,7 10,2 3,1 Les sondés belges n'ont pas affiché de tendance claire dans l'évolution prévue du risque de non-paiement pour les six prochains mois Plus de la moitié des sondés (51,2%) ont indiqué que le risque de non-paiement ne changerait pas dans les six prochains mois. Ce chiffre est cohérent avec la moyenne de l'enquête pour l'europe occidentale (53,7%). Contrairement aux observations enregistrées au niveau général de l'enquête, le pourcentage moyen de sondés prévoyant une détérioration du risque ne diffère pas beaucoup de celui des sondés s'attendant à une amélioration. Un sondé sur quatre (25%) prévoit une augmentation des retards et des défauts (sensiblement pour 5,2% des sondés), tandis que 23,8% des sondés pensent que le risque crédit diminuera (sensiblement pour 2,3% des sondés). Cette conclusion est intéressante, car contrairement aux autres pays d'europe occidentale, il n'existe pas de consensus clair parmi les sondés belges quant à l'évolution du risque crédit dans les six prochains mois. Augmentation significative Augmentation Inchangé Diminution Diminution significative Echantillon: toutes les entreprises interrogées Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 Par secteur Le secteur des services financiers était relativement plus enclin à prévoir une augmentation du risque crédit dans les six prochains mois 54,6% des sondés du secteur des services pensaient que le risque crédit ne changerait pas dans les six prochains mois. La moitié des sondés du secteur des services financiers pensaient quant à eux qu'il augmenterait (sensiblement pour 10% des sondés). 25% des sondés appartenant au secteur de la distribution/vente de gros/vente au détail étaient du même avis. Par taille d'entreprise Les micro-entreprises sont relativement plus enclines à ne prévoir aucun changement au niveau du risque crédit pour les six prochains mois. Les micro-entreprises ont affiché le pourcentage de sondés le plus élevé (57,4%) ayant indiqué que le risque crédit ne changerait pas dans les six prochains mois. Ce chiffre est assez proche des moyennes dans le pays et en Europe occidentale. L'observation la plus notable à ce niveau est que dans les grandes entreprises, 32% des sondés ont indiqué que les retards et les défauts augmenteraient et 32% ont indiqué qu'ils diminueraient. n Conception de l enquete Conditions Resume Table des matières Comportement de 19

20 5 Table des matières Resume 5 Suivi des délais réels Le DSO moyen enregistré par les sondés belges était conforme à la moyenne pour l'europe occidentale. L'année dernière, les sondés belges qui ont enregistré une augmentation du DSO étaient plus de deux fois plus nombreux que ceux ayant enregistré une diminution du DSO. 5.1 Délais moyens de recouvrement (DSO*) second semestre 2011 Quelle est la moyenne DSO (Days Sales Outstanding) de votre société pour le 2e semestre 2011? pourcentage Moyenne en jours Belgique 51,9 22,2 9,3 16,7 50,5 Europe de l Ouest 49,3 22,9 12,0 15,9 51, jours jours jours Over 90 jours Echantillon: toutes les entreprises interrogées Source: Baromètre Atradius des Pratiques de Paiement - Printemps 2012 Conditions Comportement de Conception de l enquete Situation générale Le DSO moyen enregistré par les sondés belges était conforme à la moyenne pour l'europe occidentale Les sondés belges ont enregistré un DSO moyen de 50,5 jours, ce qui est cohérent avec la moyenne pour l'europe occidentale (51,4 jours). Le DSO moyen représente le délai moyen qu'il faut à une entreprise pour le recouvrement de ses créances. Par rapport à la moyenne de 32,6 jours de délai octroyé aux clients B2B pour payer leurs factures, le DSO moyen de 50,5 jours indique que les ventes à crédit sont recouvrées dans un délai moyen bien supérieur aux délais prévus. Cela pourrait probablement être dû, entre autres, à une proportion assez importante de clients B2B qui ne paient pas à temps (cf Situation générale) ou aux faibles taux d'acceptation des escomptes pour paiement anticipé (cf Situation générale). Par secteur Les services financiers ont enregistré le DSO le plus élevé par secteur Les sondés du secteur des services financiers ont affiché le DSO le plus élevé avec en moyenne 78 jours, ce qui est de loin supérieur à la moyenne générale de l'enquête pour le secteur (en moyenne 43,3 jours en Europe occidentale). Le secteur industriel suit avec un DSO moyen de 61 jours, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne générale de l'enquête pour le secteur (65,2 jours en Europe occidentale). Le DSO moyen le plus court (34,8 jours) a été recensé par le secteur de la distribution/vente de gros/au détail. Ce chiffre était bien inférieur à la moyenne générale de l'enquête pour le secteur (51,7 jours en Europe occidentale). Par taille d'entreprise Les petites entreprises ont affiché le DSO le plus élevé, de loin supérieur à la moyenne pour le secteur d'activités Les petites entreprises belges ont enregistré le DSO le plus élevé (en moyenne 74,3 jours), ce qui est considérablement supérieur à la moyenne générale de l'étude pour les entreprises de cette taille (en moyenne 57,4 jours en Europe occidentale). Le DSO le plus faible (en moyenne 36,8 jours), qui est de loin inférieur à la moyenne générale de l'enquête pour les entreprises de cette taille (45,5 jours en Europe occidentale), a été relevé chez les sondés faisant partie des grandes entreprises. Le DSO des micro et des moyennes/grandes entreprises (en moyenne 40 jours chacun) était inférieur à la moyenne générale de l'enquête pour les entreprises de cette taille (46,3 jours et 51 jours respectivement). n 20 * Le DSO est calculé en utilisant la formule de base (créances moyennes pour la période/ventes totales pour la période) * 180 (nombre de jours dans la période de six mois).

Baromètre des Pratiques de Paiement Atradius Enquête Internationale sur les comportements de paiements B2B Principaux résultats - Belgique

Baromètre des Pratiques de Paiement Atradius Enquête Internationale sur les comportements de paiements B2B Principaux résultats - Belgique Résultats automne 2011 Baromètre des Pratiques de Paiement Atradius Internationale sur les comportements de paiements B2B Principaux résultats - Belgique 2 Tous droits réservés par Atradius NV Octobre

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Baromètre Atradius des pratiques de paiement

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Baromètre Atradius des pratiques de paiement Printemps 2011 Résultats principaux Belgique Baromètre des pratiques de paiement d Atradius Étude sur le comportement de paiement des sociétés internationales

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME Les PME disent tout sur leur financement et leur état d esprit -Vague 1 - Mars 2009 - Note méthodologique 1ère vague du baromètre

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Baromètre Atradius des pratiques de paiement

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Baromètre Atradius des pratiques de paiement Été 2010 Résultats clés Belgique Baromètre Atradius des pratiques de paiement Résultats clés Belgique été 2010 1 Notice légale Notice légale Les résultats et

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons.

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Le progrès implique toujours des risques Frederick B. Wilcox Qu est-ce qui vous empêche de dormir? La peur de ne pas être payé? L accès au financement

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Résultats Baromètre du Risque Client 2014

Résultats Baromètre du Risque Client 2014 Résultats Baromètre du Risque Client 2014 En résumé En résumé: La 2 ème édition du Baromètre du Risque Client 27 questions autour du risque client et des perspectives en 2014 70.000 Dirigeants et DAF d

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI

France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI 14 avril 214 Résultats de l enquête - Avril 214 Graphique du mois... Les marges bancaires sur les crédits aux grandes entreprises

Plus en détail

Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine. Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013

Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine. Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013 Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013 1 Présentation de l enquête L'Observatoire de l'emploi de l'aire urbaine

Plus en détail

Gérer le risque de crédit

Gérer le risque de crédit Livre blanc Gérer le risque de crédit Le présent livre blanc vous indique comment instaurer de bonnes pratiques de gestion du crédit dans votre entreprise et les étapes à suivre pour recouvrer une créance

Plus en détail

Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada

Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada Faits saillants de la recherche Ce rapport sommaire présente quelques-uns des résultats du sondage en ligne mené par Phoenix

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 8 - Le 20 janvier 2011 0 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

S assurer ou pas? LIVRE BLANC

S assurer ou pas? LIVRE BLANC LIVRE BLANC S assurer ou pas? L assurance crédit vous protège si vos créances à l étranger ne vous sont pas payées. C est une excellente façon de gérer les risques, mais elle a un prix. Quand des exportateurs

Plus en détail

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France 45, rue des Petits -Champs 75035 Paris Cedex 01 Tél. : 01 55 04 31 31 Fax : 01 55 04 31 70 4028_Synthèse_ baromètre 2 Ordre des expertscomptables Paris Ile-de-France Les résultats du baromètre économique

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Atradius Commercial Finance. Nous sécurisons vos liquidités

Atradius Commercial Finance. Nous sécurisons vos liquidités Atradius Nous sécurisons vos liquidités Vos comptes clients: une valeur à mobiliser Faites le bon calcul Votre entreprise est florissante et vos ventes sont en hausse constante. Mais pour être sûr que

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière

Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière Disponibilité commerciale Octobre 2009 Nouveautés V16! 1 1 Sommaire I. Introduction II. III. IV. Couverture fonctionnelle Focus sur le recouvrement

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

La lettre de l IMSEPP

La lettre de l IMSEPP La lettre de l IMSEPP N 22 05 décembre 2013 La trésorerie des entreprises en novembre : Les difficultés d accès au financement s atténuent. Novembre 2013 : ce document présente l analyse détaillée des

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

GUIDE DE L AFFACTURAGE. Travailler en toute sécurité...

GUIDE DE L AFFACTURAGE. Travailler en toute sécurité... GUIDE DE L AFFACTURAGE Travailler en toute sécurité... Édition 2009 GUIDE DE L AFFACTURAGE Sommaire 1 Histoire de l affacturage 2 Qu est-ce que l affacturage 3 Les étapes de l affacturage 4 Le prix de

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Résultats Baromètre du Risque Client 2013

Résultats Baromètre du Risque Client 2013 Résultats Baromètre du Risque Client 2013 Page d accueil et Première Page du sondage 1/ Quel est votre secteur d'activité? 55,2% des répondants déclarent travailler dans l industrie, automobile/aénautique

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

pour Baromètre sur le -Vague

pour Baromètre sur le -Vague pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 11 - Septembre Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

L image des banques auprès des TPE/PME

L image des banques auprès des TPE/PME Shanghai Paris Toronto Buenos Aires www.ifop.com L image des banques auprès des TPE/PME 1002 entreprises ont été interrogées en février 2008 : 377 micro-entreprises (0 à 5 salariés) 261 TPE (6 à 19 salariés)

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Baromètre sur le financement et

Baromètre sur le financement et pour Baromètre sur le financement et - Vague 17 - Contacts : Flore- Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Baromètre ORI 2013 - Executive summary

Baromètre ORI 2013 - Executive summary Baromètre ORI 2013 - Executive summary Sondage sur le climat général du secteur des bureaux d'ingénierie et de consultance 1. Explication Dans cet executive summary, ORI, l'organisation professionnelle

Plus en détail

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011 BERTRAND ROZE COMMUNITY MANAGER OSEO EXCELLENCE Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE Antoine COULOMBEAUX

Plus en détail

Conseils en Credit Management

Conseils en Credit Management Conseils en Credit Management détection précoce des risques de défaut de paiement Les faillites interviennent souvent lorsqu un partenaire d affaires important ferme ses portes. Ce sont en particulier

Plus en détail

LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR

LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR LES IMPACTS DES RETARDS DE PAIEMENT - Au niveau macro-économique - Au niveau de l entreprise COMMENT S EN PREMUNIR

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Direction de la recherche parlementaire

Direction de la recherche parlementaire Mini bulletin MR-105F LES CARTES DE CRÉDIT À FAIBLE TAUX D INTÉRÊT : UNE INNOVATION Terrence J. Thomas Division de l économie Le 27 janvier 1993 Bibliothèque du Parlement Library of Parliament Direction

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 19 - Contacts : Flore-Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier Septembre Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

La situation de la sécurité des clés USB en France

La situation de la sécurité des clés USB en France La situation de la sécurité des clés USB en France Synthèse Sponsorisé par Kingston Technology Préparé indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication : novembre 2011 Rapport d'étude du Ponemon

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 12-16 janvier 2012 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 403 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan?

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan? Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et statistiques sectorielles Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études microéconomiques et structurelles

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI 18 mai 215 Résultats de l enquête - Mai 215 Graphique du mois... Les marges sur les crédits bancaires ont cessé de se détendre Soldes :

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 2014

France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 2014 France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 214 Résultats de l enquête - Janvier 214 Graphique du mois... Les conditions de financement des grandes entreprises et des ETI paraissent

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction Définition Cadre réglementaire Principe du crédit documentaire Crédit documentaire et remise documentaire Les différents types du crédit documentaire Mécanisme

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 21 - Contact : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion & Stratégie d Entreprise flore-aline.colmet.daage@ifop.com

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014)

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Réalisé par l Union des Chambres de Commerce d Industrie et d Agriculture de l Union des Comores Avec la Conférence Permanente des Chambres

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI 13 juillet 215 Résultats de l enquête - Juillet 215 Graphique du mois... Les recherches de financement restent aisées selon les trésoriers

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail