Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM"

Transcription

1 Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Septembre 2012 Table des matières : 1. Facts and figures : Lien entre retards de paiement et faillites : Délais de paiement Retards de paiement Cadre légal actuel Cadre légal en cours de développement : la nouvelle directive Positionnement et propositions de l UCM...9 1

2 1. Facts and figures : 1.1. Lien entre retards de paiement et faillites : Une analyse menée par Graydon et la KU Leuven 1 montre les retards de paiements sont une cause importante de faillites. Comme le montre le graphique ci-dessous, de 7 à 29% des faillites sont dues à des retards de paiement. Or, comme le montre le graphique ci-dessous, le taux de faillite est en croissance constante depuis en Belgique depuis 2007 pour atteindre au taux de 1,39% de faillites en Délais de paiement Un délai de paiement de 54 jours en moyenne pour les entreprises 1 Graydon, Het bedrijf in moeilijkheden voorbij, disponible à l adresse : 2

3 Le délai de paiement moyen effectif des factures atteint 54 jours selon selon l'european Payment Index (EPI), une enquête annuelle conduite par Intrum Justitia 2. Délais de paiement moyen en 2012 B-2-C B-2-B B-2-G Délai contractuel moyen BE Délai effectif moyen BE Délai effectif moyen UE Par rapport à la moyenne européenne, la Belgique se situe légèrement en dessous de la moyenne européenne concernant les paiements entre particuliers et entreprises (B-2-C). Pour les paiements entre entreprises et entre entreprises et pouvoirs publics par contre, la Belgique se situe légèrement au-dessus de la moyenne européenne. On constate donc que les délais contractuels moyens actuels en Belgique sont supérieurs au délai de 30 jours auxquels il est fait référence dans la directive sur les retards de paiement. Pas de rôle d exemplarité pour les pouvoirs publics en particulier au niveau régional Ces mêmes chiffres montrent que les délais de paiement des pouvoirs publics sont plus importants en Belgique que ceux des entreprises. Cette différence est répandue au niveau européen mais semble plus prononcée au niveau belge. Au niveau du SPW (Service Public de Wallonie) 3, même si des disparités existent entre les différents niveaux de pouvoirs (cfr points suivants), les délais s améliorent mais restent encore bien plus élevé que les 30 jours prévu dans la directive européenne concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales. Délais de paiement - SPW < 5000 > CRIC, Commission des affaires générales, de la simplification administrative, des fonds européens et des relations internationales, Lundi 23 janvier

4 1.3. Retards de paiement Situation actuelle : moins de 65% des factures payées dans les délais et 19 jours de retard en moyenne en L indice de paiement du bureau Graydon 4 permet d avoir une vue objective de la situation concernant les retards de paiement. Le tableau ci-dessous 5 résume le niveau des retards de paiement (par rapport aux délais fixés contractuellement) spécifiques au premier trimestre Seulement 64% des factures sont payées dans les délais et plus de 12% sont payées après plus de 90 jours. Il existe donc encore une grande marge d amélioration. Evolution au cours des dernières années : dégradation importante depuis 2007 et légère amélioration en 2012 L indice de paiement du bureau Graydon 6 permet d appréhender l évolution de la situation depuis On constate une amélioration nette de la situation de 2003 (année au cours de laquelle la législation relative aux délais de paiement est entrée en vigueur) à 2007 puis une dégradation constante jusqu en 2011, même si au cours des premiers trimestres 2012 la situation s est légèrement améliorée. L analyse des délais de paiement réalisée grâce à l European Payment Index (EPI), montre la même tendance puisque le taux de pertes, soit le pourcentage de créances irrécouvrables, a augmenté chaque année passant de 2,4% en 2008 à 2,7% en Différences régionales : la Wallonie en queue de peloton 4 Cet indice quantifié permet d appréhender les retards de paiement et non les délais de paiement qui sont fixés contractuellement. 5 Graydon, De Graydon Betaalindex 1ste kwartaal 2012, avril Cet indice permet d appréhender les retards de paiement et non les délais de paiement qui sont fixés contractuellement. 4

5 On observe des différences entre régions. La situation en Wallonie est moins bonne que dans les deux autres régions du pays même, si l'on observe au cours du dernier trimestre 2012 une chute de l index en région bruxelloise. La situation en Wallonie pose donc le plus de problèmes puisque moins de 60% des factures y sont payées dans les délais et 15% d entre elles sont payées après plus de 90 jours ce qui est supérieur à la moyenne belge. Les pouvoirs publics sont les plus mauvais payeurs et en particulier les pouvoirs locaux Comme pour les délais de paiement, les pouvoirs publics affichent les plus mauvaises «performances» en termes de retards de paiement 7. On constate par ailleurs, une évolution entre, d une part, les retards de paiement entre entreprises et particuliers (B-2-C) qui tendent à augmenter alors que les retards de paiement entre entreprises et pouvoirs publics qui tendent à diminuer. Retards de paiement moyen en Belgique : B-2-C B-2-B B-2-G Les données du baromètre de Graydon permettent d identifier encore plus finement les différences entre les différents niveaux de pouvoir. Alors que les pouvoirs publics fédéraux affichent d assez bonnes performances, c est clairement au niveau des communes et des provinces qu un effort conséquent doit être réalisé. 7 Intrium Justicia. European Payment Index (EPI)

6 Et ils ne payent que très rarement des intérêts de retards Selon une étude menée par la confédération de la construction, dans 90% des cas de retards de paiement, l'administration ne procède pas automatiquement et sans intervention de l'entrepreneur au paiement des intérêts de retard, malgré le fait qu'ils sont bien prescrits par la réglementation en matière de paiement des marchés publics. Ce n'est que seulement dans environ 6% des cas, soit 1 sur 17, que des intérêts sont automatiquement payés et donc que la réglementation est intégralement appliquée par l adjudicateur public Cadre légal actuel Actuellement, les délais de paiement entre entreprises et entre entreprises et pouvoirs publics sont encadrés par la loi du 2/08/ qui transposait la précédente directive européenne sur les retards de paiement. Celle-ci est complétée par des dispositions spécifiques relatives aux marchés publics. Liberté contractuelle «encadrée» de fixer le délai de paiement : Les parties restent libres de convenir du délai dans lequel le paiement doit être effectué. Elles peuvent également convenir que le défaut de paiement à l échéance donne lieu au paiement d intérêts de retard mais rien de les y oblige. Néanmoins, cette liberté est une liberté surveillée puisque le juge peut casser une clause qui constituerait selon lui un abus manifeste à l égard du créancier. Cette notion d abus manifeste est laissée à l appréciation du juge. (Art 7) Délai standard en l absence de dispositions contractuelles spécifiques : 8 2 Aout Loi concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales 6

7 En l absence de dispositions contraires, tout paiement doit être effectué dans un délai de 30 jours, ce délai court à dater de (art 4) : o la réception de la facture ou d une demande de paiement équivalente. o la réception des marchandises ou de la prestation de services si la facture est émise préalablement. o la vérification de la conformité des marchandises ou des services si la loi ou le contrat prévoit une telle procédure et si la facture est émise avant la vérification. Intérêts en cas de retard de paiement : L absence de paiement, dans les délais fixé contractuellement ou après un délai de 30 jours en l absence de dispositions contractuelles relatives au délai de paiement, donne lieu au paiement d intérêts de retard légaux (taux directeur de la BCE majoré de sept points de pourcentage) soit actuellement environ 8%. (Art 5) Règles spécifiques aux marchés publics : Les principes ci-dessus s appliquent aux marchés publics portant sur un montant inférieur à (procédure non formalisée) sur lesquels le cahier des charges général 9 ne s applique pas. Pour les marchés publics d un montant supérieur à 5.500, l article 16 du cahier général des charges est d'application. Le délai est de 60 jours calendrier à compter de la réception de la déclaration de créance pour les marchés de travaux et de 50 jours calendrier pour les marchés de fournitures (à compter de la date où les formalités de réception sont terminées) et pour les marchés de services (à compter de la réception de la déclaration de créance). En cas de dépassement de ces délais, l'adjudicataire a droit au paiement d intérêts (fixés au taux directeur de la BCE, majoré de sept points de pourcentage) Cadre légal en cours de développement : la nouvelle directive La nouvelle directive européenne sur les retards de paiement 10 doit être transposée dans la législation belge le 16 mars 2013 au plus tard. Néanmoins cette directive laisse une assez grande latitude aux Etats membres quant aux modalités de transposition. Champs d application : Cette directive concerne aussi bien les transactions commerciales entre entreprises que les transactions commerciales entre pouvoirs publics et entreprises, on peut donc s attendre à un lobby des différents pouvoirs publics concernés (provinces, communes, régions ) concernant cette directive. Délais de paiement dans les transactions commerciales entre entreprises : 9 26 Septembre Cahier général des charges des marchés publics de travaux, de fournitures et de services et des concessions de travaux publics. 10 Directive 2011/7/ concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales. 7

8 En l absence de disposition contractuelle contraire, la directive prévoit que le délai de paiement est de 30 jours civils ce qui n est pas différent de la situation actuelle (art 3). La directive (Art 3 - al4) stipule néanmoins que les Etats membres veillent à ce que les délais n excèdent pas 60 jours civils sauf s il en est stipulé autrement par contrat et que cela ne constitue pas un abus manifeste à l égard du créancier. Cela ne signifie donc pas clairement qu il faut limiter les délais de paiement à 60 jours mais qu il est possible pour les Etats membres de prévoir un principe général de limitation à 60 jours assorti d exceptions possibles dans certains cas. La notion d abus manifeste à l égard du créancier, qui est déjà présente dans la législation existante est donc centrale dans l application de la directive. Celle-ci est précisée à l art 7 : - Un écart par rapport aux bonnes pratiques et usages commerciaux - La nature du produit ou du service - Des raisons objectives d'y déroger dans le chef du débiteur La directive ne détermine pas quelles clauses sont réputées constituer un abus manifeste à l égard du créancier. Elle laisse donc la possibilité à chaque état membre de préciser cette notion en fonction de considérations liées aux pratiques du pays, aux secteurs et à la situation du débiteur (s il est endetté par exemple!) Délais de paiement dans les transactions commerciales entre entreprises et pouvoirs publics : La directive est plus contraignante au niveau des délais de paiement des pouvoirs publics : ceux-ci sont limités à 30 jours civils sauf pour certaines entités publiques (hôpitaux et autres entités publiques dispensant des soins et entreprises publiques 11 ) pour lesquelles les délais peuvent être portés à 60 jours civils. Procédure de vérification : De même la procédure de vérification ou d acceptation de la marchandise ne peut excéder 30 jours civils sauf si ceci constitue un abus manifeste à l égard du créancier. Ceci est valable pour les transactions commerciales entre entreprises (Art 3 4) mais également entre entreprises et pouvoirs publics (Art 4 3-a). Intérêts pour retards de paiement : A l issue du délai fixé légalement ou contractuellement, la partie défaillante est redevable d intérêts de retard. Ces intérêts sont fixés contractuellement à condition de ne pas constituer un abus manifeste à l égard du créancier (Art 7). Si aucun montant n est prévu contractuellement ou lorsqu il s agit de retard de paiement dans le cadre de transactions commerciales entre entreprises et pouvoirs publics, ils sont fixés à un taux spécifique (taux directeur de la BCE majoré de sept points de pourcentage) soit actuellement environ 8 % (Art 2-6 ). 11 Entreprises couvertes par la DIRECTIVE 2006/111/CE soit des entreprises où les pouvoirs publics : détiennent la majorité du capital souscrit de l entreprise ; ou disposent de la majorité des voix attachées aux parts émises par l entreprise ; ou peuvent désigner plus de la moitié des membres de l organe d administration, de direction ou de surveillance de l entreprise; 8

9 Toute clause qui exclut le paiement d intérêts de retard ou l indemnisation des frais de recouvrement est réputée manifestement abusive (Art 7 3). Néanmoins, la Directive ne stipule pas explicitement que les taux fixés contractuellement doivent être égaux aux taux légaux (Art 3 1). Indemnisation en cas de retards de paiement ou de clause abusive Un retard de paiement, même d'un jour, entraine le paiement d un forfait de 40 sans qu un rappel soit nécessaire. De plus, la directive prévoit que le créancier est également en droit de recevoir une indemnité complémentaire à ce forfait qui peut comprendre les dépenses effectuées pour faire appel à un avocat ou à une société de recouvrement. L Article 7 stipule également, que lorsqu une clause est considérée comme manifestement abusive, elle devient caduque ou donne lieu à une réparation. Possibilités de recours collectifs : La Directive prévoit la possibilité pour des organisations reconnues comme l UCM de saisir les juridictions ou les administrations compétentes au motif que les clauses contractuelles ou les pratiques sont manifestement abusives. Procédures de recouvrement des créances contestées : La directive prévoit que les Etats membres mettent en place une procédure permettant d obtenir un titre exécutoire dans les 90 jours pour obtenir le paiement d une créance non contestée. En Belgique, une «procédure sommaire d'injonction de payer» (article 1338 et suivants du Code judiciaire) existe et met cette demande en œuvre. 2. Positionnement et propositions de l UCM La Directive laisse une grande latitude aux Etats membres dans la définition de certains éléments : délais de paiement, définition de la notion d abus manifeste à l égard du créancier.. La transposition de cette directive constitue dès lors un enjeu pour les entreprises et n est pas neutre politiquement. Les principaux points suivants doivent être soulignés : Eviter un assouplissement des règles existantes dans certains secteurs : Il ne faut pas que la transposition aboutisse à un assouplissement de la législation actuelle en permettant des délais de paiement de 60 jours non révocables par un juge même s'ils constituent un abus manifeste à l égard du créancier. - La directive devrait prévoir un délai de paiement de 30 jours maximum pour le paiement de factures. Un délai plus long pourrait être prévu si ceci ne constitue pas un abus manifeste tel que prévu à l article 7 de la directive. - Pour certains secteurs, des dispositions spécifiques plus contraignantes existent comme pour le secteur des produits frais; il est nécessaire de les maintenir et de s assurer que la loi transposant la directive ne les fragilise pas mais les renforce. Appliquer le principe «Think Small First» avec des délais plus courts pour les TPE : 9

10 La notion d abus manifeste à l égard du créancier n est pas définie clairement dans la Directive. Cette notion est centrale dans le texte puisqu en l absence d abus manifeste, il est possible de déroger à quasiment toutes les dispositions de la directive Or, en l absence de dispositions contraires, il serait de la responsabilité du créancier de prouver l existence d un abus manifeste devant le juge, qui pourra le cas échéant casser la clause incriminée. Cela désavantage «de facto» les plus petites structures et les indépendants. - Considérer toute clause fixant un délai de paiement imposée à une PME de plus de 60 jours comme «manifestement abusive». - Considérer toute clause fixant un délai de paiement imposée à une TPE de plus de 30 jours comme «manifestement abusive». - Considérer toute clause fixant un délai de plus de 30 jours pour les délais de vérification, d acceptation et contrôle des factures comme «manifestement abusive» et de 15 jours pour les paiements portant sur un montant inférieur à et dont le bénéficiaire est une TPE Autoriser des exceptions sectorielles. Ces exemptions doivent porter sur des délais plus longs mais également plus courts. Une manière de procéder serait d autoriser des délais différents si les commissions sectorielles du CSIPME ont émis un avis considérant qu un autre délai était plus en phase avec les bonnes pratiques du secteur (tel que défini à l Article 7 - a)). Mettre en place des règles transparentes et surtout bien appliquées : Si une certaine flexibilité doit pouvoir être mise en œuvre afin d adapter les règles aux différents secteurs, il ne faut pas que ceci entraine une prolifération de règles différentes qui ne seraient pas mises en œuvre concrètement. - Définir clairement par arrêté royal les différentes clauses contractuelles qui sont considérées comme manifestement abusives (plusieurs propositions figurent dans le présent document) afin d assurer une sécurité juridique optimale. - Préciser l article 7 de la Directive en indiquant dans la loi que les clauses abusives n ont aucune valeur légale même s il y a réparation du dommage. - Préciser dans quelle fourchette les intérêts de retard définis contractuellement doivent se situer, en définissant un minimum et un maximum en dehors duquel la clause est considérée comme manifestement abusive. - Mettre en place un monitoring annuel des délais de paiement moyen des différentes administrations publiques et des entreprises via la création d un «observatoire des délais de paiement» lié au Cefip. - Elargir les missions des médiateurs du crédit (au niveau fédéral et régional) afin de leur donner un rôle spécifique dans l appui, en concertation avec les organisations 12 Il s agit de la majorité des factures et ce seuil provient de la législation sur les marchés publics 10

11 représentatives des PME, aux entreprises qui sont confrontées à des retards de paiement excessifs et des clauses contraires à la législation existante. - Octroyer aux organisations représentatives des PME des moyens suffisants afin d assurer la mise en œuvre effective de la législation. Ces moyens devraient leur permettre de saisir les juridictions ou les organisations administratives pour faire constater le caractère manifestement abusif de certaines clauses contractuelles et demander réparation. - Améliorer la procédure sommaire d'injonction de payer pour qu elle soit plus rapide et permette aux entreprises de récupérer les indemnités auxquelles elles ont droit en vertu de la Directive. Renforcer le rôle d exemplarité des pouvoirs publics : Les pouvoirs publics doivent jouer un rôle d exemple en matière de délais de paiement, en particulier pour les petites entreprises qui invoquent la crainte d un paiement tardif comme une des causes majeures de leur faible participation aux marchés publics. De plus, une rapide comparaison montre que les délais des paiements moyens des administrations publiques sont plus grands que ceux pratiqués dans le secteur privé. Il faut donc prendre des mesures plus fortes dans ce secteur. Les délais de paiement pratiqués par les pouvoirs locaux (communes et provinces) sont parmi les plus longs, ils doivent donc faire l objet d une attention spécifique. - Prévoir des intérêts de retard plus importants (double, soit 16 points de pourcentage) pour les pouvoirs publics dans le cas où les factures sont d un montant supérieur à et que l entreprises est une TPE. - Prévoir des intérêts de retard plus importants (double, soit 16 points de pourcentage) lorsque le retard de paiement excède 30 jours. - Prévoir que les intérêts de retard dû soient automatiquement payés sans qu une entreprise ait à les réclamer ou à effectuer des démarches particulières. - Comme l'on observe que c est au niveau des provinces et des communes que les délais de paiement sont les plus longs, Il faudrait que les autorités régionales qui ont la tutelle des pouvoirs locaux prévoient des modules d accompagnement à la mise en place de systèmes de monitoring et de réduction des délais de paiement. Travailler également sur la question des paiements en B-2-C : - La directive (article 10) porte également sur la mise en place d une procédure de recouvrement pour des créances non contestées. Ce type de procédure est d autant plus important que l analyse des chiffres montre que les retards de paiement moyen en B-2-C ont augmenté significativement depuis La mise en place rapide d une procédure sommaire d injonction de payer telle que prévue par le plan PME est donc une nécessité. 11

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Mars 2013 RÉSUMÉ :... 2 NOTE INTÉGRALE :... 3 1. LIEN ENTRE RETARDS DE PAIEMENT ET FAILLITES :... 3 2. DÉLAIS DE PAIEMENT... 4 3. RETARDS

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». TAUX D INTÉRÊT LÉGAL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. -Loi

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

Les impayés : prévention et recouvrement

Les impayés : prévention et recouvrement Les impayés : prévention et recouvrement Conférence organisée à la Chambre des Métiers, le jeudi 10 octobre 2013. 1 Introduction Le nombre d impayés est de plus en plus important... Le mois de septembre

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX Centre de gestion de la fonction publique territoriale des Landes - juillet 2013 MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX CONVENTION DE PRESTATION DE SERVICES RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D ACTIVITES PERISCOLAIRES

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Table des matières : 1 Faits et chiffres... 2 1.1 Evolution... 2 1.1.1 Taux de faillite 2 1.1.2 Nombre absolu 2 1.2 Ventilation par classe de taille

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête:

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête: Code des obligations (Bail à loyer) Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du..., arrête: I. Le titre huitième (Du bail à loyer) du code des

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Comment prévenir la défaillance des entreprises?

Comment prévenir la défaillance des entreprises? Comment prévenir la défaillance des entreprises? Introduction Lors de l exécution d un projet de construction, le maître d ouvrage est fréquemment confronté à la défaillance d une entreprise. Défaillance

Plus en détail

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques Opéra de Dijon Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques 1 4 Article 1 Objet et décomposition du marché 4 Article

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Communauté de Communes du Pays Granvillais - Service des Marchés publics 197 Avenue des Vendéens BP 231 50402 Granville Cedex Tél: 02 33 91 38 60 ACHAT

Plus en détail

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES 1 st OCTOBER 2015 EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES Paul CRAHAY Avocat au Barreau de Liège Maître de conférences Hec-Ulg page 2 Section

Plus en détail

PARTIE I. INFORMATIONS EUROPÉENNES NORMALISÉES EN MATIÈRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Ouverture de crédit à laquelle une carte de crédit est liée

PARTIE I. INFORMATIONS EUROPÉENNES NORMALISÉES EN MATIÈRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Ouverture de crédit à laquelle une carte de crédit est liée MasterCard Platinum CBC-ouverture de crédit à laquelle est liée une carte de crédit Ce document ne constitue pas une offre juridiquement contraignante. KBC Consumer Finance se réserve le droit de le modifier.

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT

FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Ville de Châtel-Guyon 10 rue de l Hôtel de Ville BP 54 63140 CHATEL-GUYON CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Département de la CORSE DU SUD COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Cahier des clauses administratives particulières Réfection du parvis du parking de la place de la fontaine Marché de Travaux Marché n 7-2014 Procédure

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES - 1 er semestre 2015

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de Grimaud - Service des marchés publics Hôtel de Ville 83316 GRIMAUD Tél: 0494556913 FOURNITURE ET INSTALLATION D EQUIPEMENTS FUNERAIRES Mairie

Plus en détail

Perception des créances

Perception des créances Code : 1517-04-14-01 POLITIQUE DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE x Perception des créances Date d approbation : 15 avril 2014 Service dispensateur : Ressources financières Date d entrée en vigueur : 16 avril

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009.

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. 1 Remarques introductives (1) La Loi LME, une loi sur les délais de paiement Concernant les délais interentreprises

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1412044R Intitulé des textes : projet d ordonnance relative à la réforme du taux d intérêt légal et projet d arrêté fixant les catégories de prêts

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Séminaire 12.10.2012 - Les outils essentiels de l UE pour soutenir l internationalisation des PME Des factures impayées à l étranger? L objectif:

Plus en détail

Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement

Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement Préparation : filets roulés, sans mandrin Le CAT SUD - 68 cours Albert Thomas 69371 LYON CEDEX 08-04 72 68 93 80 1 Minimum de 2,5 tonnes Comment calculer

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération

Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération 842.18 du 19 mai 2004 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

1. Définition des fonds propres : rapport résultant de l affectation du bénéfice (article 14, 1, 1 a), ii) du règlement relatif aux fonds propres)

1. Définition des fonds propres : rapport résultant de l affectation du bénéfice (article 14, 1, 1 a), ii) du règlement relatif aux fonds propres) ANNEXE A LA LETTRE DU 11 JUIN 2002 : COMMENTAIRE DE L ARRETE DE LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE DU 5 DECEMBRE 1995 CONCERNANT LE REGLEMENT RELATIF AUX FONDS PROPRES DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT. 1.

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Les dispositions relatives à la réforme des sociétés commerciales prévues dans la loi n 2008-776 de modernisation de

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPE1409747D Intitulé du texte : Décret [n XXX du XX/XX/2014] relatif aux obligations déclaratives des entreprises d assurance et organismes assimilés.

Plus en détail

La récupération des créances professionnelles : considérations théoriques et pratiques pour un recouvrement efficace

La récupération des créances professionnelles : considérations théoriques et pratiques pour un recouvrement efficace La récupération des créances professionnelles : considérations théoriques et pratiques pour un recouvrement efficace Forum Financier Liège, 18 mai 2016 Frédéric Georges Professeur ordinaire à l Université

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014

La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014 CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014 Au sommaire : SOCIAL - Contrôle URSSAF - Artisans commerçants/indemnités journalières - RSI

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : PRMX1427006D Intitulé du texte : Décret relatif aux modalités d organisation des délibérations à distance des instances administratives à caractère collégial

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat

Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat Le client charge l avocat Jean-Pol Nijs, ci-après dénommé l avocat de la défense de ses intérêts dans le cadre du litige. Me Jean-Pol

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Fiche Délai global de paiement et indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement

Fiche Délai global de paiement et indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement Fiche Délai global de paiement et indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement Depuis le 1er juillet 2010, le délai global de paiement est, pour les collectivités territoriales et les établissements

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. 300 avenue Giuseppe Verdi les allées provençales

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. 300 avenue Giuseppe Verdi les allées provençales MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MARCHE PUBLIC A PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS OFFICE MUNICIPAL DE TOURISME D AIX EN PROVENCE 300 avenue Giuseppe Verdi les allées

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct

Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct (Ordonnance sur les demandes en remise d impôt) du 12 juin 2015 Le Département fédéral des finances (DFF), vu

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Les aides à l emploi et à la formation professionnelle

Les aides à l emploi et à la formation professionnelle FICHE 8 Les aides à l emploi et à la formation professionnelle Certaines aides à l emploi et à la formation professionnelle entrent dans le champ du nouveau règlement général d exemption par catégorie

Plus en détail

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46 Table des matières Préface 7 Remerciements 13 Sommaire 17 Introduction générale 19 Prélude 29 Introduction 31 Chapitre I. L e gouvernement 33 Introduction 33 Section 1. Des techniques nouvelles 38 I. De

Plus en détail

39 rue Maurice Berteaux 41110 St Aignan Tél : 02.54.75.70.40 Fax : 02.54.75.07.79. Date limite de réception des offres : 2 janvier 2013 à 12 h 00

39 rue Maurice Berteaux 41110 St Aignan Tél : 02.54.75.70.40 Fax : 02.54.75.07.79. Date limite de réception des offres : 2 janvier 2013 à 12 h 00 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE POUR LA PREPARATION ET LA PASSATION DES MARCHES D ASSURANCES Maître d ouvrage/pouvoir adjudicateur : Communauté de

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1506186D Intitulé du texte : Décret relatif à l obligation d assurance de la responsabilité civile professionnelle des agents commerciaux immobiliers

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

SPF Finances Règlement horaire variable

SPF Finances Règlement horaire variable SPF Finances Règlement horaire variable Régime général Table des matières Partie 1 Principes généraux... 2 Chapitre 1 Principes du règlement horaire variable Régime général... 2 1. Objectif et limites...

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Les différentes solutions d'assurance-crédit

Les différentes solutions d'assurance-crédit Les différentes solutions d'assurance-crédit Saviez-vous que 40% de l'actif bilan non sécurisé représenté par les créances clients 26% des dépôts bilan dus à la défaillance de clients. L'assurance-crédit

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Quelles clauses financières mettre en place dans les contrats de partenariat internationaux? Le b.a.-ba du contrat de vente et ses obligations.

Quelles clauses financières mettre en place dans les contrats de partenariat internationaux? Le b.a.-ba du contrat de vente et ses obligations. Le b.a.-ba du contrat de vente et ses obligations. Exposé du 10 mars 2014 Chambre de Commerce Luxembourg Me Véronique De Meester Avocat à la cour Quelles clauses financières mettre en place dans les contrats

Plus en détail

642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct

642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct 642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct (Ordonnance sur les demandes en remise d impôt) du Le Département fédéral des finances, vu l art. 167f

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTB1404278A Intitulé du texte : Arrêté actualisant pour 2015 les tarifs maximaux de la taxe locale sur la publicité extérieure Ministère à l origine

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail