ETUDE. Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE. Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services"

Transcription

1 ETUDE Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Septembre 2014

2 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Sommaire Synthèse...3 Introduction...4 La DSP2...6 Les challenges pour les banques...11 Les digital wallets...15 L accès aux comptes de paiement et les nouveaux services...24 Conclusion...27 Remerciements...28 Contacts...30 A propos de nous

3 Synthèse A l instar d autres secteurs d activité, l industrie bancaire connaît de profondes mutations qui remettent en question les équilibres existants. Nouvelles technologies, rupture dans les usages, changements réglementaires et nécessité de réduire les coûts en sont les principales causes. En adaptant le cadre juridique applicable aux paiements pour mieux prendre en compte les évolutions de ce marché, les régulations européennes successives (Directives de Services de Paiement et règlements connexes) ont bouleversé les modèles économiques des banques dans ce domaine. Alors que les paiements sont cruciaux pour leurs revenus directs et indirects, les banques, acteurs historiques de ce marché, voient ainsi leurs marges diminuer et de nouveaux acteurs spécialisés arriver sur ce terrain. Ces derniers attaquent leurs positions, remettent en question leur rôle sur le paiement, et comptent bien s octroyer une part du marché en tirant parti des évolutions réglementaires et technologiques. Parmi eux, certains peuvent compter sur des moyens colossaux et sur l expérience acquise dans leur métier d origine. Le caractère inéluctable et l ampleur de cette vague de fond rendent illusoire tout espoir de la contenir en tentant de s y opposer ou de la freiner. Faut-il alors se résigner? N est-il pas plutôt temps pour les banques de prendre des initiatives face à ces «disrupteurs» et d adapter ou de réinventer les modèles pour préserver leur place dans ce nouveau monde des paiements? D autant qu avec des textes réglementaires européens comme la nouvelle Directive sur les Services de Paiement (DSP2), elles n auront bientôt plus le choix : en adoptant le statut d établissement de paiement, des fournisseurs tiers, les Third Party Providers (TPP), auront accès aux comptes bancaires pour proposer des services d initiation de paiement. Pour préserver leurs revenus et créer toujours plus de valeur, les banques devront très vite explorer de nouvelles pistes : imaginer de nouvelles offres et de nouveaux services pour leurs clients particuliers et les commerçants, poursuivre les initiatives communautaires et collaboratives entre banques pour créer des services de paiement innovants, partager la valeur avec les Third Party Providers en imaginant des services et prestations qu elles pourraient leur vendre. La réussite de ces nouvelles approches implique pour les banques l entrée dans une ère nouvelle : celle de l ouverture de leurs systèmes, de la coopétition entre acteurs qui se positionnent dans le champ des services de paiement, de la mise en place de véritables écosystèmes orientés vers le client final. Pour cela, les banques devront privilégier le pragmatisme, pour toujours aller de l avant et progresser pas à pas en tirant régulièrement les leçons des expériences conduites. Rompre avec les anciens modèles n est cependant pas si facile. Face aux nouveaux entrants, les banques pourront s appuyer sur leurs nombreux points forts dans le domaine des paiements. Elles devront adapter leur offre pour trouver des relais de croissance en s appuyant par exemple sur les digital wallets et de nouveaux services. 3

4 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Introduction Nouveaux usages, nouvelles technologies, nouvelles régulations, nouveaux modèles économiques, nouveaux acteurs : les évolutions s accélèrent et interagissent entre elles. Elles transforment en profondeur le monde des services financiers, et en particulier celui des paiements. L évolution du contexte réglementaire a largement contribué à la transformation du paysage des paiements. Plusieurs régulations européennes (Directives de Services de Paiement et règlements connexes) ont en effet vu le jour pour fournir et modifier au fil du temps le cadre juridique nécessaire à la mise en place d un marché unique européen des services de paiement, ouvert, sécurisé et innovant. Mais en créant de nouveaux statuts, la réglementation a favorisé l apparition d acteurs non bancaires sur le marché des paiements. Associée à l évolution des besoins des consommateurs et des technologies, elle a ainsi poussé à la remise en question des équilibres existants. Qui sont donc ces nouveaux entrants et quel est leur champ d activité? Avec la Directive des Services de Paiement (DSP) et la seconde Directive sur la Monnaie Electronique (DME2), la fourniture de services de paiement ne relève plus du monopole bancaire. Ils peuvent désormais être proposés par de nouveaux entrants ayant un statut d établissement de paiement ou d établissement de monnaie électronique. Ces acteurs forment, avec les établissements de crédit, l ensemble des Prestataires de Services de Paiement (PSP) ou Payment Service Providers, habilités à proposer des services de paiement, parmi lesquels les virements, les prélèvements, les paiements par carte ou les transferts d argent. A ces services de paiement s ajouteront, dès l entrée en vigueur de la seconde Directive des Services de Paiement (DSP2), les services d initiation de paiement. Les «Third Party Providers» offrant ces services devront être agréés en tant qu établissement de paiement et les banques se verront alors dans l obligation de leur ouvrir l accès aux comptes bancaires pour initier des paiements. Des PSP de deux natures différentes cohabiteront désormais : les PSP gestionnaires de comptes (AS- PSP) et les PSP tiers (TP-PSP) qui pourront initier des paiements à partir de comptes qu ils ne gèrent pas. Que prévoit donc cette nouvelle réglementation? Quels enjeux porte-t-elle pour les banques? Comment en réduire les impacts et en tirer le meilleur parti? Tels sont les sujets abordés au travers de la vision développée dans ce rapport, qui s appuie sur le Think Tank que nous avons animé avec des banques françaises pour l Efma d Avril à Juin dernier. 4

5 Nous avons pris le parti dans ce document de privilégier l expression de points de vue à l affichage de chiffres, ces derniers surtout lorsqu ils sont prospectifs - étant soumis à controverse dans un domaine qui n est pas encore mature. Nous avons en outre pris en compte dans ce document les toutes dernières évolutions du texte de la directive intervenues au cours de l été Le point de vue exprimé dans ce document est celui de Sopra Banking Software. Il s appuie sur les échanges du Think Tank mais ne reflète pas forcément les convictions de tous ses membres. Patrick Desmarès Secrétaire Général Efma Bernard Ramé Directeur de la Business Line Payments & Cards Sopra Banking Software A ce jour, les modèles économiques du paiement mobile et des portefeuilles électroniques restent à confirmer. Au-delà de la facilité d usage, les modèles économiques choisis seront une clé majeure de la solution de paiement mobile proposée. La nouvelle valeur créée par le mobile est à valoriser, notamment celle des données mais aussi celle de l efficacité commerciale. Cette valeur est en outre à partager entre les 6 grands acteurs à savoir : le client, le commerçant, l opérateur telco, l intermédiaire internet (Google, Apple, Amazon, ) lequel peut devenir TPP, le réseau de paiement et la banque, tant celle du client que celle du commerçant. Chacun va chercher à maximiser son gain et la bataille du partage de cette valeur est déjà largement entamée. Le modèle économique du m-wallet et du paiement par mobile doit également se confronter aux prix désormais bas des autres supports de paiement largement éprouvés et efficaces comme la carte. L ampleur des investissements techniques et commerciaux pousse à des alliances et à une coopétition. Un membre du Think Tank 5

6 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services La DSP2 Pour accompagner les évolutions du marché des paiements électroniques et mieux exploiter les possibilités offertes par le Marché Unique, la réglementation applicable aux services de paiement à l échelle de l Union Européenne a été ces dernières années en constante évolution. Le législateur européen a souhaité dès 2007 établir un cadre juridique harmonisé du marché des paiements visant à en améliorer le fonctionnement et à en favoriser le développement. Ce fût chose faite avec le vote de la première Directive sur les Services de Paiement (DSP) qui posa les bases d un marché plus sûr, plus efficace et plus ouvert. Chaque pays devait ensuite transposer le texte en droit national. En France, c est l ordonnance du 15 Juillet 2009 qui transposa la DSP du 13 novembre Avancées technologiques et nouvelles habitudes de paiement ont depuis ouvert la voie à l apparition de nouveaux modes de paiement et de nouveaux acteurs, en dehors du champ de la DSP. En outre, un certain nombre de distorsions sont nées des transpositions de la DSP dans les droits nationaux. Il convenait dès lors de mettre à jour le cadre législatif. Une étape importante dans la genèse d une nouvelle directive a été la publication par la Commission Européenne en Janvier 2012 du Livre Vert «Vers un marché européen intégré des paiements par carte, par internet et par téléphone mobile». Parmi les constats dressés, le fait que des prestataires tiers offraient des solutions à plus faible coût que le paiement par carte tout en échappant à l encadrement règlementaire, n étant à aucun moment en possession des fonds du payeur ou du bénéficiaire. Si le fait de proposer des solutions moins chères était considéré comme une bonne chose, l absence d encadrement de ces acteurs soulevait en revanche des questions en matière de sécurité, de protection des données et de responsabilité. Ainsi, pour mieux répondre au besoin du marché et regrouper dans un même régime toutes les méthodes de paiement, une nouvelle Directive sur les Services de Paiement (DSP2) va donc voir le jour. Cette Directive réaffirme la volonté du régulateur de stimuler l innovation et l efficacité sur le marché en favorisant la concurrence, tout en garantissant la sécurité et la protection des données. Le projet de directive a été publié en Juillet 2013 par la Commission Européenne dans le cadre du «Paquet paiement». Il a fait l objet d une consultation des acteurs du marché au cours du second trimestre Il a été amendé en avril 2014 par le Parlement Européen, sans vote, puis a donné lieu à un nouveau texte, proposé en juillet 2014 par la Présidence - grecque puis italienne - du Conseil de l Union Européenne («Presidency Compromise»). Cette version devra encore être approuvée par le Conseil et le Parlement. Et pour entrer en application, la nouvelle DSP devra ensuite être transposée dans le droit national de chaque Etat membre, ce qui devrait intervenir dans les trois ans à venir. 6

7 Le processus d adoption de la DSP2 La DSP2 introduit des évolutions majeures : De nouveaux services entrent dans le champ de la réglementation : les services d initiation de paiement, Les prestataires fournissant ces services ou «Third Party Providers» (TPP) devront adopter un statut d établissement de paiement, L obligation est faite aux banques et autres PSP gestionnaires de comptes de donner accès aux comptes à ces fournisseurs tiers pour initier des paiements. Concernant la DSP2, ce qu on peut retenir c est que l introduction d un nouveau statut de «Tiers Prestataire de Paiement» ayant un droit d accès au compte et d initiation de paiement va nécessiter pour les établissements financiers et les prestataires de paiement de définir de nouveaux services face à des nouveaux entrants qui vont se multiplier pour les utiliser. Un membre du Think Tank 7

8 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Pour autant, la DSP2 ne se limite pas à ces dispositions. Parmi les autres dispositions : l intégration dans le champ de la directive des opérations de paiement «one-leg» ou «à une jambe UE», c est-à-dire quand un seul des prestataires de services de paiement est situé dans l UE, l accès non discriminatoire aux systèmes de paiement pour tout prestataire de services de paiement, l ouverture non discriminatoire de comptes bancaires pour tout prestataire de services de paiement, la révision des règles de surfacturation : frais plafonnés aux coûts supportés par le bénéficiaire pour l utilisation d un instrument de paiement donné ; interdiction pour les instruments de paiement pour lesquels les commissions d interchange sont réglementées, le droit du client à un remboursement sans conditions en cas de contestation d un prélèvement, sauf si le bénéficiaire a déjà rempli ses obligations contractuelles ou si le bien ou service a été consommé, la modernisation et le renforcement des règles de sécurité : l authentification forte des clients est requise en matière de paiement à distance ; le PSP tiers doit par ailleurs lui-même s identifier auprès du PSP gestionnaire de compte. Le projet de nouvelle directive a fait l objet de nombreuses réactions de la part des représentants des différents acteurs du marché, dont les intérêts ne sont pas toujours convergents. S il apporte des précisions indispensables, il fait débat auprès des acteurs du marché qui ont attiré l attention sur des points d amélioration, d interprétation, de clarification ou de préoccupation, avec l espoir qu ils trouveront écho dans la mouture finale du texte. L objectif n est pas dans les lignes suivantes de stigmatiser certains acteurs ni de relayer le contenu de tous ces débats, mais d en illustrer simplement la teneur par certains points soulevés dans la phase de consultation. Ainsi, si l entrée dans le champ d application de la DSP2 des nouveaux acteurs qui proposeront des services d initiation de paiement est saluée par les banques, ces dernières mettent l accent sur la nécessité absolue de préserver la confiance que les clients ont en elles et d assurer une concurrence équitable entre fournisseurs. Tous les acteurs, anciens comme nouveaux, doivent respecter les mêmes exigences en matière de sécurité et de transparence vis-à-vis du client, et être soumis aux mêmes droits, devoirs et critères de supervision. Un partage équilibré des responsabilités doit être opéré, avec une contractualisation associée. Les banques souhaiteraient en outre être seules juges de l opportunité de donner accès aux informations des comptes de paiement de leurs clients. Ce sujet soulève aussi pour elles des interrogations liées à la sécurité (confidentialité des identifiants de connexion, protection des données personnelles) et à la rémunération du service rendu. D autres acteurs au contraire forment à cet égard le vœu de voir clairement stipulé qu il n y aura pas de frais facturés aux TPP par les banques, en contrepartie de la fourniture d informations nécessaires à l initiation de paiements. Par ailleurs, s il est largement approuvé par la plupart des acteurs, le recours à l authentification forte est contesté par ceux qu il pourrait pénaliser (ex. grands commerçants en ligne). Enfin, alors que les services d information sur les comptes étaient inclus dans le projet initial, certains acteurs avaient souhaité qu ils en soient exclus, arguant du fait que les agrégateurs ne touchaient pas aux fonds puisqu ils ne réalisaient aucune opération. La dernière version du texte exclut finalement ces services du cadre de la Directive, même si cela ne fait pas l unanimité. 8

9 Perspectives de la monétique en Europe dans le contexte SEPA et PSD2 Hervé SITRUK, MANSIT SAS, Président du Club SEPA (Paris) Avec la fin de la migration au SEPA, qui s est achevée au milieu de l été, avec la bascule de l Europe aux nouveaux instruments, le virement SEPA (Credit Transfer) et le prélèvement SEPA (Direct Debit), et le projet de nouvelle Directive, voire avec la nouvelle Commission Européenne qui se met progressivement en place, le débat reprend sur la construction de l Europe des paiements. La création du SEPA, comme espace unique de paiement, ne peut être considérée comme terminée. Il y a encore beaucoup à faire. Et c est notamment le cas en matière monétique. L Europe doit relever trois défis de taille, que l on est loin d avoir réglés : D abord, celui de l unification des espaces monétiques d émission, puisque, malgré la Directive, les règles applicables d un pays à l autre restent divergentes, du fait de la diversité des Schemes locaux, voire des réglementations domestiques. La Commission Européenne maintient la distinction Débit / Crédit à travers des interchanges différenciés. Les schemes internationaux sont incontournables, notamment en matière de crédit, et offrent une interopérabilité mondiale. Mais ils ne sont pas arrivés à s imposer dans le domaine du débit, d autant que, pour certains, les évènements internationaux de l été, avec le dossier BNP Paribas ou à l Est de l Europe, rappellent cruellement l importance d une indépendance, voire d une souveraineté européenne, surtout dans les paiements. Le débat sur la création d un Scheme Émission d une carte de débit européenne est ainsi relancé, et pour certains, semble incontournable à moyen ou long terme. Deuxièmement, celle de l acceptation et de l acquisition, car même avec des cartes différentes d un pays à l autre, il devrait être théoriquement possible d avoir un seul espace d acquisition ou d acceptation, comme le souhaite le grand commerce et les Banques Centrales : «any card at any terminal» était l ambition initiale du SEPA. Or la construction de cet espace est longue et très coûteuse, et ce ne sont pas les baisses des interchanges imposées par la Commission Européenne qui vont favoriser ce développement des investissements. L unification de l espace européen et l adoption du standard EPAS est le seul moyen d assurer à la fois pour le commerce une gestion centralisée des paiements en Europe, et pour les banques et autres acquéreurs une possibilité d offrir un service transfrontière, avec les mêmes règles pour tous. La question d un Scheme d acceptation européen, pour toutes les cartes, à l instar du scheme CB en France, est ainsi mise en avant comme le moyen d assurer cette interopérabilité. Enfin, l innovation dans les paiements, car c est cette innovation qui porte le futur de la monétique. L Europe n est pas en reste en matière de projets innovants et de technologies innovantes, mais les solutions restent souvent cantonnées à un ou quelques pays, car l Europe reste un patchwork de schemes de paiement, voire multiples et concurrentes dans certains pays, comme en France avec les divers wallets. Il faut que rapidement les projets trouvent leur masse critique à travers une adhésion à quelques solutions européennes de référence. Au-delà des enjeux opérationnels, il reste le cadre réglementaire : en l état, le paquet législatif de la Commission Européenne menace les banques et les systèmes cartes, jugés peu coopératifs pour la construction de l Europe des paiements et insuffisamment moteurs dans les innovations, au profit de nouveaux entrants, et au-delà, met en compétition la carte avec les autres... 9

10 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services instruments, en lui retirant les moyens de son développement et favorisant des instruments fondés sur des transferts. De plus, même après la DSP2, il restera aussi à harmoniser réellement les cadres réglementaires des divers pays européens, pour éviter les particularismes locaux, si coûteux, comme on le voit avec le SDD dans certains pays. Il faut espérer que la nouvelle Commission Européenne en cours d installation saura rectifier cette vision avec une approche plus positive des banques et une vision plus prospective des enjeux. Il faut donc poursuivre la construction de l Europe des paiements et revenir à un scénario de référence commun en Europe, avec les mêmes standards et la même échéance, car seule une même approche paneuropéenne peut offrir un «same level playing field», c est-à-dire une concurrence équitable entre tous les acteurs européens. En termes d échéance, il faut aussi se fixer un objectif commun, ambitieux mais réaliste : 2020 pourrait être un objectif médiatique, 2022 un objectif raisonnable, du fait des investissements nécessaires et de l amortissement des infrastructures existantes. La carte plastique ou virtuelle reste pour le présent et le futur l instrument de référence pour les paiements en Europe, mais elle doit encore démontrer sa jeunesse et sa pérennité. 10

11 Les challenges pour les banques Les nouveautés intervenues sur le marché des paiements bousculent les positions établies. Elles impactent les revenus des banques et élargissent leur environnement concurrentiel, en favorisant l entrée de nouveaux concurrents non bancaires aux modèles économiques très différents. Start-up ou géant, entreprise à la recherche de nouveaux marchés ou cherchant à optimiser ses coûts : nombreux sont les acteurs qui peuvent trouver intérêt à surfer sur ces évolutions pour se développer dans le domaine des services financiers, et prendre en particulier position sur la chaîne de valeur des paiements. Certains peuvent compter sur des ressources financières confortables comme sur de solides acquis issus de leur métier d origine. Ce contexte est porteur d initiatives innovantes et s accompagne d un foisonnement d offres attractives en matière de contenu, de prix ou de simplicité d utilisation, qui ambitionnent toutes de devenir incontournables sur le marché. Mais la multiplication des promesses de valeur crée une certaine confusion et constitue un frein à l adoption. Alors que les paiements sont cruciaux pour les revenus directs et indirects des banques et dans la connaissance du client, jusqu à quand les banques pourront-elles préserver leur place et conserver leur légitimité dans l intermédiation des flux de paiement? Comment conserver la relation client, sécuriser les dépôts et trouver de nouveaux revenus directs? L enjeu des revenus des paiements D aucuns peuvent penser que la DSP2 fait peser des menaces fortes sur les banques et qu il faut en conséquence qu elles lui résistent. Mais là n est pas la question, car les banques n ont plus le choix. Il s agit bel et bien pour elles aujourd hui de trouver leur place dans ce nouveau monde des paiements, alors que tous les acteurs ont tendance à vouloir étendre leur offre. Alors comment peuvent-elles s y prendre? Quels services innovants imaginer? Comment se positionner face aux Third Party Providers? 11

12 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Pour préserver leurs revenus et créer toujours plus de valeur pour leurs clients, les banques devront explorer de nouvelles pistes : imaginer de nouvelles offres et de nouveaux services pour les particuliers et les commerçants, en se positionnant sur l accompagnement du parcours d achat, proposer elles-mêmes des services d information sur les paiements à leurs clients, poursuivre les initiatives communautaires et collaboratives entre banques pour créer des services de paiement innovants, inventer les prestations qu elles pourront vendre aux Third Party Providers, proposer leurs services via des acteurs souhaitant eux aussi se positionner sur tout le parcours d achat. La réussite de ces nouvelles stratégies implique pour les banques l entrée dans une ère nouvelle : celle de l ouverture de leurs systèmes à des acteurs extérieurs, de la coopétition entre acteurs qui se positionnent dans le champ des services de paiement, de la mise en place de véritables écosystèmes orientés vers le client final. A l instar des écosystèmes biologiques, ce milieu vivant, ouvert sur l extérieur et en perpétuelle évolution, permettra aux banques d interagir avec les différentes parties prenantes et de créer les conditions propices à une agilité et une créativité accrues. Construire un écosystème 12

13 Les banques devront aussi imaginer des modes de coopération avec les acteurs non bancaires pour assurer un partage équitable de la valeur. Elles devront enfin privilégier le pragmatisme : avancer de façon concrète en tirant toutes les leçons des expériences du point de vue de la faisabilité technique, de l adhésion client ou encore du feed-back des acteurs terrain pour maximiser les chances de réussite. L approche est bien résumée par cet aphorisme d un membre du Think Tank : «On ne peut pas attendre de connaître la vérité avant de s engager». Rompre avec les anciens modèles n est cependant pas si facile. Face aux nouveaux entrants, les banques pourront s appuyer sur leurs nombreux points forts dans le domaine des paiements : forte part de marché, légitimité, expertise du domaine, capital confiance, Mais pour mieux rivaliser avec ces acteurs, elles gagneront aussi à s inspirer toujours davantage des méthodes qu ils utilisent : comprendre ce qui motive le client et le rend heureux pour anticiper ses besoins, faire évoluer en permanence les offres au diapason - voire en avance - des attentes du marché, stimuler la créativité et l innovation, développer l agilité et la réactivité, parier sur l expérience client. Enfin, plutôt que d agir isolément ou en mode dispersé, la mise en œuvre d une stratégie de coopétition permettra aux banques de mieux affronter les défis qui les attendent : compléter la chaîne de valeur et renforcer sa propre proposition de valeur, bénéficier de l expérience industrielle et/ou de l agilité d un partenaire, s appuyer sur l expérience d un marché donné, des compétences ou un savoir-faire particulier, réaliser des économies d investissement ou d échelle, favoriser l adhésion des consommateurs et des commerçants. Elles devront s inscrire dans de véritables réseaux d innovation, dans lesquels on pourra trouver des acteurs de nature très diverse : autres banques confrontées aux mêmes challenges et pouvant permettre d atteindre plus vite une masse critique, start-ups apportant leur dynamisme dans le processus d innovation mais aussi des réponses tout à fait pertinentes à bon nombre des défis que doivent affronter les banques, acteurs d autres industries avec un œil neuf et ayant éprouvé avec succès certaines approches novatrices dans leur métier d origine. L histoire ancienne ou plus récente recèle de nombreux exemples illustrant l intérêt de la coopétition dans les paiements avec d autres acteurs, et les formes variées qu elle peut prendre. Citons parmi les initiatives communautaires bancaires : en France, le développement de la carte bancaire ou de services comme SEPAmail ou d un wallet à l image de Paylib, Paym au Royaume-Uni ou MyBank, initiative pan-européenne. Quand à la collaboration avec des start-ups, elle constitue souvent pour les grands groupes une voie pour faire émerger des solutions inédites. L agilité et la réactivité dont elles font preuve est en effet de nature à favoriser la créativité et à accélérer le Time-To-Market. Certaines banques ont choisi d en accueillir dans leur écosystème, parfois en les finançant (prise de participation ou mise à disposition de ressources), parfois en intégrant leurs offres en marque blanche. 13

14 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Le recours à l innovation ouverte, collaborative et participative, permet dans tous ces contextes d aller plus vite et à moindre coût. Ainsi, si l ouverture d un marché peut être source d incertitudes pour les acteurs qui y évoluent, elle est aussi de nature à dynamiser leur environnement et à encourager l innovation. Les banques ont des atouts considérables pour relever ces challenges et adapter leur offre. Par leur caractère innovant et la valeur ajoutée qu ils portent, deux grands axes nous semblent pouvoir constituer des relais de croissance dans ce nouveau monde du paiement : les digital wallets de nouvelle génération qui créent de la valeur autour du paiement et invitent à une relation client renouvelée et enrichie, les nouveaux services à destination des consommateurs, des commerçants mais aussi des Third Party Providers. 14

15 Les digital wallets Les digital wallets ou portefeuilles électroniques permettent de s inscrire dans le quotidien des consommateurs ultra-connectés. Ils combinent plusieurs services pour former des offres au contenu alléchant, parfaitement en phase avec les attentes des consommateurs en matière de services bancaires, d achat et de paiement. Leur succès réside tout autant dans la création et le développement d une expérience client fluide et interactive, que dans le choix habile des services à valeur ajoutée composant l offre. Après une première vague de portefeuilles électroniques le plus souvent limités à la fonction de paiement (dématérialisation des espèces ou des cartes de débit, moyens de paiement alternatifs le plus souvent basés sur des modèles 3 coins) et à un seul instrument de paiement, l heure est désormais aux digital wallets de nouvelle génération qui créent de la valeur autour et au-delà du paiement, cette simple fonction ne suffisant pas à soulever durablement l intérêt des consommateurs. Un changement de paradigme s impose donc : passer d une approche orientée «Paiement» à une approche orientée «Achat», en multipliant les opportunités d enrichir et de transformer l acte d achat sur toutes les étapes du parcours - avant, pendant et après l acte d achat - et via des canaux multiples : préparer son achat sur internet, être accueilli de façon personnalisée en magasin, payer par mobile, Accompagner le parcours d achat omni-canal 15

16 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services L étude «Advanced Payments Report 2014» d Edgar Dunn & Company (EDC) met l accent sur les facteurs clés de succès d un wallet, parmi lesquels : Considérer l acte d achat dans sa totalité et proposer des services à valeur ajoutée audelà du paiement, avant, pendant et après, Proposer une expérience client simple et des incitations est de nature à faciliter l adoption du mobile, Si la sécurité est un élément fondamental pour le développement des wallets, un équilibre doit être trouvé entre sécurité et expérience client. Les acteurs du paiement doivent choisir la technologie appropriée ce qui peut avoir des impacts importants sur l expérience client : Parmi les nombreuses technologies pouvant favoriser le développement du paiement mobile, le NFC est perçu comme la technologie la plus probable pour soutenir le développement paiement mobile de proximité. On observe un basculement très net vers des solutions de stockage du secure element dans le cloud- Host Card Emulation (HCE), A noter également des développements autour de technologies comme le Bluetooth Low Energy (BLE) qui ont retenu l attention des marchands et des prestataires de paiement. Ainsi si un digital wallet doit dématérialiser tout ce qu un portefeuille physique peut contenir (espèces, cartes de paiement, cartes de fidélité, etc.), l éventail des services offerts dépasse la simple transposition de son seul contenu. Créer une expérience client renouvelée et attractive suppose d y inclure d autres services à valeur ajoutée: consultation de comptes, suivi des dépenses, gestion de finances personnelles, aide à l achat, assurance, financement, L assemblage à la carte de ces services permettra de spécialiser les portefeuilles en fonction du profil des consommateurs. La nouvelle génération de digital wallets 16

17 Les perspectives offertes par les digital wallets attisent bien évidemment les convoitises. Elles conduisent à un foisonnement d initiatives, sans qu aucune ne s impose encore. Acteurs anciens comme nouveaux, de toutes tailles et tous secteurs d activité, tous recherchent le bon positionnement. L industrie des paiements autour du portefeuille électronique est un marché naissant et encore mouvant. L arrivée des Third Party Providers sur le marché est une des nouvelles donnes de l univers du paiement. Tous les acteurs cherchent le «bon» positionnement, notamment BtoC (expérience et valeur client), BtoB (Proposition de valeur Partenaires/Commerçants), et/ou BtoBtoC (modèle intermédié, chaîne de valeur des services financiers et non financiers au travers de l expérience client et d achat propre à chaque (e)-retailer). Dans la perspective d une courbe d apprentissage accélérée (Test & Learn, Proof of Concept, Compréhension des business models, ), prendre l initiative - en testant différentes approches innovantes - pourrait représenter un avantage décisif, non seulement sur le Go-To-Market mais surtout sur le Time-To-Market. Un membre du Think Tank Face aux opérateurs mobiles, réseaux cartes, géants du web, commerçants, les banques ont de réels atouts à faire valoir pour trouver leur place sur ce marché : nombre de clients, capital confiance dans l esprit des consommateurs pour ce qui est de gérer leur argent et plus grande capacité à offrir d autres services financiers associés au compte, Les digital wallets sont pour elles l opportunité de renforcer la relation client, d augmenter le potentiel d interaction et de générer de nouvelles sources de revenus. La planète des wallets bancaires en France Toutes les grandes banques françaises ont aujourd hui choisi de proposer leur wallet. Par exemple : Le Crédit Agricole a lancé sa propre initiative avec Kwixo, BNP Paribas, La Banque Postale, la Société Générale se sont associés pour proposer un wallet commun, Paylib. Ils ont été rejoints récemment par Crédit Mutuel Arkéa, qui a abandonné la solution de paiement mobile Pay2You lancée en 2009, BPCE et LCL ont pour leur part opté pour le wallet du réseau Visa, V.me, et pourront l enrichir de leurs propres services à valeur ajoutée. BPCE envisage en particulier d y inclure S-Money, solution de paiement et transfert à partir d un mobile lancée en Mais la bataille est rude car tous essaient de se positionner sur l ensemble de la chaîne de valeur. Il en est en particulier ainsi des réseaux cartes et des commerçants, dont les orientations stratégiques sont susceptibles d influer sur le positionnement des banques en matière de digital wallets. 17

18 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services L évolution du positionnement sur la chaîne de valeur Soucieux de conserver leur leadership dans un domaine au cœur de leur métier et d améliorer la pertinence et l utilisation de leurs services dans l e-commerce et le m-commerce, les réseaux cartes ont lancé leurs digital wallets (ex. V.me de Visa, Masterpass de Mastercard). Cette évolution s est accompagnée par l ouverture des infrastructures de paiement et une tentative de monétisation des informations liées au paiement. Ces acteurs disposent d une «force de frappe» qui leur permet de s imposer rapidement sur ce marché : puissance de la marque, taille et dimension internationale du réseau, forte expérience en matière de sécurité, capacité d investissement, Ils sont très vigilants face à toute remise en cause du modèle carte à 4 coins et souhaitent notamment éviter qu un accès direct au compte bancaire permette de dénouer le paiement par un virement. Ils voient également dans les wallets une arme contre les initiatives d autres grands acteurs du web comme Google ou Paypal, ou même celles de certains grands retailers. Les commerçants ne sont en effet pas en reste : la grande distribution a déjà sauté le pas (le consortium MCX aux USA ou Auchan en France par exemple). Le paiement a longtemps été vu par les marchands comme un «mal nécessaire» : il n entrait pas dans leur champ naturel d activité et ses coûts croissants étaient source de conflits avec les banques et les réseaux cartes. Avec l arrivée des wallets et la possibilité d intégrer le paiement dans un ensemble d autres services associés à l acte d achat, les grands acteurs de la distribution pouvaient envisager de jouer un nouveau rôle dans le domaine du paiement. Traduction concrète de cette stratégie, le lancement d offres innovantes de digital wallets doit leur permettre de : bonifier leur chiffre d affaires, mieux fidéliser les clients en leur offrant plus de valeur et en gardant la maîtrise des données, réduire les coûts supportés pour l acceptation des moyens de paiement et avoir un pouvoir de négociation accru vis-à-vis des fournisseurs de services de paiement. 18

19 A l ère de la coopétition Quelle place les banques peuvent-elles viser face à ces initiatives? Certaines banques ont adopté les offres des réseaux cartes pour lancer très rapidement des offres co-badgées de wallets, capitaliser sur une marque reconnue, bénéficier d un large réseau d acceptation, tout en se réservant la possibilité dans un second temps d enrichir leurs wallets avec leurs propres services à valeur ajoutée. L alignement sur les initiatives des réseaux cartes pourrait cependant potentiellement amenuiser la capacité de négociation des banques, et en particulier des plus petites, aux budgets marketing modestes. Sans abandonner la carte, l une des réponses des banques pourrait alors consister à accélérer le développement de modèles dans lesquels elles occupent un rôle plus central : les systèmes de paiement en ligne basés sur le virement ( credit transfer ), mais aussi les systèmes de paiement en temps réel. Alors que les grands retailers ambitionnent d avoir leur propre wallet et sont réticents à partager la relation et les données clients, les banques pourraient se tourner vers les commerçants de plus petite taille, plus demandeurs d offres bancaires. Parmi les pistes de collaboration en matière de wallet, la proposition d une plateforme en marque blanche serait un moyen de partager la valeur avec eux. Plusieurs options stratégiques s offrent aux banques en matière de digital wallets : 1. offrir ses services financiers au sein de wallets de tiers, 2. s allier avec d autres acteurs pour proposer un wallet commun «basique», 3. proposer son propre wallet avec ses propres services, 4. proposer son propre wallet en l ouvrant à des services tiers. 19

20 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Si aucune option ne semble donnée gagnante, certaines semblent a priori moins séduisantes que d autres. Ainsi, les deux premières options sont plus faciles à mettre en œuvre mais offrent moins de possibilités de différenciation que les deux autres options de wallets dits «riches». Ces dernières options sont pour leur part plus complexes et coûteuses à mettre en œuvre car elles requièrent un réseau d acceptation suffisamment large pour permettre une utilisation optimale des wallets. Notons aussi que la dernière option permet d embarquer dans des wallets «riches» des wallets plus réduits, limités ou non au paiement. Les options stratégiques Au-delà de ces quatre options, d autres voies sont envisageables comme le choix d une solution clés en mains offrant nativement un certain nombre de services, ou la proposition de son wallet en marque blanche à des commerçants. Quelle que soit l option choisie, il est fondamental pour les banques de passer d une logique de conception d offres orientée produit à une logique privilégiant la construction d une expérience. Par ailleurs, dans un contexte où rien ne semble pour l instant s imposer (standard, marque, ), elles ne doivent pas rester monolithiques. La possibilité de tester plusieurs options (au moins deux) permettrait en effet d enclencher une certaine dynamique. 20

Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs

Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs AFTE Didier GEIBEN & François FLOURIOT 25 novembre 2008 1 Facteurs d évolution des services de La DSP s inscrit dans un cadre plus

Plus en détail

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011 ETUDE ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION Mars 2011 Contexte & enjeux Avec l accélération des évolutions concurrentielles, technologiques

Plus en détail

Les wallets en Europe

Les wallets en Europe Les wallets en Europe 3 juin 2014 Transform to the power of digital Définition : qu est-ce qu un wallet? Un «wallet», ou portefeuille électronique, se définit par tous ou partie des points suivants : Enregistrer

Plus en détail

Innovation monétique dans la relation commerçant-client

Innovation monétique dans la relation commerçant-client L es ateliers Petit auditorium Les Journées de l AFTE 2014 Innovation monétique dans la relation commerçant-client Laurence VALENTIN-ESTURONNE Jean-Bernard HAMEL Pascal BURG Associé Edgar, Dunn & Company

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

votre position commerciale

votre position commerciale Position Paper - Acquirers renforcez votre position commerciale grâce au projet de règlement cartes de la Commission Européenne Le paysage économique des paiements a considérablement changé ces dernières

Plus en détail

Adélie USUAL PROJECTS 5 rue Jules Lefebvre 75009 PARIS Tél. +33 1 43 87 12 10

Adélie USUAL PROJECTS 5 rue Jules Lefebvre 75009 PARIS Tél. +33 1 43 87 12 10 Adélie USUAL PROJECTS 5 rue Jules Lefebvre 75009 PARIS Tél. +33 1 43 87 12 10 Contacts : Directrice Commerciale BLANCHARD Cécilia + 33 1 43 87 12 10 c.blanchard@adelie.fr Ingénieur d Affaires Catherine

Plus en détail

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT DOCAPOST - SAS au capital de 69 705 520 euros 493 376 008 RCS Créteil - Siège social : 10-12 Avenue Charles de Gaulle - 94220 ChARENTON-LE-PONT - ref

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT

REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT Rencontre de la compétitivité numérique 2014 SOUS LE PATRONAGE D EMMANUEL MACRON, MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT Laetitia de Pellegars, Franklin

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

HCE & Authentification de seconde génération

HCE & Authentification de seconde génération HCE & Authentification de seconde génération Catherine Lafitte et Olivier Thiriet Responsables d offre Unité Banque Finance Assurance 10/06/2014 2 Le Host Card Emulation En bref Secure Element Une Librairie

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Les cartes entreprises en 2014 et demain

Les cartes entreprises en 2014 et demain 2014 Les cartes entreprises en 2014 et demain Analyse prospective du marché des cartes entreprises L APECA accompagne depuis 10 ans le développement de la carte achat en France et se consacre, plus largement,

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Les cartes et nouveaux moyens de paiement :

Les cartes et nouveaux moyens de paiement : & Les cartes et nouveaux moyens de paiement : Quel posi onnement des acteurs sur des marchés bouleversés? Mardi 27 mars 2012 Centre d Affaires Paris-Trocadéro I 8h30 à 12h30 En partenariat avec : Editorial

Plus en détail

Panorama sur les nouveaux modes de paiement

Panorama sur les nouveaux modes de paiement Panorama sur les nouveaux modes de paiement Présence sur 4 continents Europe Amériques Asie Afrique E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions

Plus en détail

les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh

les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh VUE EXPERT les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh Introduction A l ère du web et de l e-commerce, le rôle du vendeur en magasin devient plus que jamais stratégique. Paradoxe?

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement COLLECTION > PRATIQUES RH IN THE BUSINESS OF YOUR SUCCESS TM 7 pratiques RH à la loupe Indicateurs Analyses Expertises Perspectives Evaluation Business intelligence Formation Performances Masse salariale

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

Post-SEPA : l Europe des paiements s organise. UNIVERSWIFTNET 2015 17 Mars / 14h15

Post-SEPA : l Europe des paiements s organise. UNIVERSWIFTNET 2015 17 Mars / 14h15 Post-SEPA : l Europe des paiements s organise UNIVERSWIFTNET 2015 17 Mars / 14h15 Synopsis Depuis le 1 er aout 2014, la France a franchit une étape importante de la migration au SEPA, visant à harmoniser

Plus en détail

Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique.

Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique. Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique. Par David Aponovich, Senior Director of Digital Experience, Acquia Table des matières Introduction 3 Comment déterminer si votre business souffre

Plus en détail

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles À travers toute l Europe, des entreprises toujours plus nombreuses cherchent à transformer leurs datacenters. Une nouvelle recherche menée

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France Cloud Computing Une feuille de route pour la France Le Cloud computing annonce la fin d une ère de l informatique - celle des systèmes d informations juxtaposés, de façon parfois chaotique au sein de

Plus en détail

Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques. Cathie-Rosalie JOLY

Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques. Cathie-Rosalie JOLY Paris, 7 juin 2011 Cabinet Ulys, 33 rue Galilée 75116 Paris Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques Cathie-Rosalie JOLY Avocat au barreau de Paris et Docteur

Plus en détail

CHALLENGES NUMERIQUES

CHALLENGES NUMERIQUES Programme d Investissements d Avenir CHALLENGES NUMERIQUES Appel à manifestation d intérêt Cahier des charges ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET https://extranet.bpifrance.fr/projets-innovants-collaboratifs/

Plus en détail

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne?

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne? SYNTHÈSE Le marché des contenus et des services payants en ligne, historiquement fort en France sur la téléphonie fixe autour de Télétel puis d Audiotel s est développé autour de nouveaux canaux de diffusion

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

Une stratégie efficace et pragmatique pour les

Une stratégie efficace et pragmatique pour les Cercle Leprince-Ringuet www.cerclelpr.fr Think tank du Corps des Mines sur le Numérique Une stratégie efficace et pragmatique pour les Objets Connectés Industriels en Europe Auteurs Daniel NABET Président

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015?

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? Les grandes tendances Data & Analytics 2015 L épreuve de la réalité janvier 2015 Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? 2014 a confirmé l intérêt croissant pour la donnée au sein

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Rémunération de la force de vente

Rémunération de la force de vente Rémunération de la force de vente * Guylaine Béliveau, CRHA, est conseillère principale chez PCI-Perrault Conseil inc. Résumé L auteure met en évidence l importance de la force de ventes dans le succès

Plus en détail

l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain.

l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain. l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain. OCAM, Internet, Compétitivité, Développement, Qualité, face à

Plus en détail

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 «Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 Numéro au registre des représentants d intérêts : 2921139621-18

Plus en détail

SERVICES FINANCIERS AUX PARTICULIERS

SERVICES FINANCIERS AUX PARTICULIERS 7 ème conférence annuelle BANQUE ET ASSURANCE SERVICES FINANCIERS AUX PARTICULIERS 2012 Numérique et mobilité : comment réinventer la relation client? Vendredi 13 avril 2012 Pavillon Gabriel Paris En partenariat

Plus en détail

émetteurs comment tirer parti de la proposition de réglementation de la Commission Européenne sur les frais d interchange des paiements par carte

émetteurs comment tirer parti de la proposition de réglementation de la Commission Européenne sur les frais d interchange des paiements par carte Position Paper émetteurs comment tirer parti de la proposition de réglementation de la Commission Européenne sur les frais d interchange des paiements par carte Le paysage de l émission a considérablement

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Du SEPA vers le Full XML pour l'ensemble des paiements

Du SEPA vers le Full XML pour l'ensemble des paiements Du SEPA vers le Full XML pour l'ensemble des paiements ISO 2022 XML Le socle technique pour construire une centrale de paiement et d encaissement Universwiftnet - Atelier Sage - Du SEPA vers le Full XML

Plus en détail

Introduction aux moyens de paiement

Introduction aux moyens de paiement Introduction aux moyens de paiement Un marché en pleine reconfiguration stratégique Réalisé par Matthias LAVALEE & Anatole de LA BROSSE Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

SEPA L Espace unique de paiement en euro

SEPA L Espace unique de paiement en euro SEPA L Espace unique de paiement en euro Introduction Le 28 janvier 2008 est la date officielle du lancement de l espace unique de paiement en euro («Single Euro Payment Area», SEPA). La migration vers

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT

LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT INNOVATION. TRANSFORMATION DIGITALE LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT Regards croisés SPRING Innovation LAB Day : : Atelier Open Innovation Agence conseil

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

2.2 - Instruments de paiement et de crédit. 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France

2.2 - Instruments de paiement et de crédit. 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France 2.2 - Instruments de paiement et de crédit 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France 1 2.2.1 - Différentes dates en trésorerie a. Date d opération b. Date

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Crédit Mutuel Arkéa annonce son intention de rejoindre Paylib, aux côtés de BNP Paribas, La Banque Postale et Société Générale. De gauche à droite : Frédéric COLLARDEAU (Directeur

Plus en détail

p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur g r â ce au «Customer Analytics»

p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur g r â ce au «Customer Analytics» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Banques et Institutio ns de Gestion de p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs «J ai obtenu 15 % il y a deux ans en revoyant à la baisse le cahier des charges. L année dernière, on a encore fait 10 % grâce à l enchère. Mais, cette année, les fournisseurs ne veulent plus faire d enchères

Plus en détail

Les FinTech à l'assaut de la gestion de patrimoine

Les FinTech à l'assaut de la gestion de patrimoine Les FinTech à l'assaut de la gestion de patrimoine Dans un environnement en pleine mutation dans lequel le monde bancaire se voit confronté aux nouvelles attentes de la clientèle en matière de digital

Plus en détail

Directions Marketing : réussir vos challenges stratégiques et opérationnels d aujourd hui

Directions Marketing : réussir vos challenges stratégiques et opérationnels d aujourd hui Directions Marketing : réussir vos challenges stratégiques et opérationnels d aujourd hui Transformation et maturité digitale de l entreprise : quelles avancées? Quels leviers pour gagner en performance?

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Les banques commerciales en microfinance

Les banques commerciales en microfinance Les banques commerciales en microfinance BIM n - 25 novembre 2003 Karin BARLET Les banques commerciales classiques ont-elles leur place en microfinance? Sont-elles réellement attirées par ce secteur sur

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

ERP. LIVRE BLANC Omnicanal, comment gérer tous les points de contact depuis un outil unique

ERP. LIVRE BLANC Omnicanal, comment gérer tous les points de contact depuis un outil unique ERP LIVRE BLANC Omnicanal, comment gérer tous les points de contact depuis un outil unique ERP & SOMMAIRE Introduction retailers, vers une expérience omnicanal Introduction Mutation du parcours client

Plus en détail

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT I. Définition Ensemble des dispositifs ou opérations de marketing et de supports ayant pour but d optimiser la qualité de la relation clients de fidéliser et de

Plus en détail

contactless & payment des solutions de test pour mener à bien vos projets

contactless & payment des solutions de test pour mener à bien vos projets contactless & payment des solutions de test pour mener à bien vos projets contactless & payment certification et tests de bout en bout pour des dispositifs de paiement sans contact Conseil indépendant

Plus en détail

Notre vision. 6 clés d un programme de professionnalisation efficace & réussi. La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise

Notre vision. 6 clés d un programme de professionnalisation efficace & réussi. La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise objectif professionnalisation # La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise Notre vision Les besoins en formation au sein des entreprises sont croissants et pleinement justifiés.

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

Card Linked Offers et services à valeur ajoutée

Card Linked Offers et services à valeur ajoutée Card Linked Offers et services à valeur ajoutée Gilles Marchand Responsable Business Development Unité Banque Finance Assurance 06/06/2014 Mobile wallet Restez connecté avec vos clients Composants Connaissance

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS

LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS DANS LE MILIEU BANCAIRE ETAT DES LIEUX ET RECOMMANDATIONS Page 1/7 Stanwell Consulting SAS 2015, ne pas diffuser sans autorisation écrite Contexte de l étude Les comportements

Plus en détail

Le projet de système des paiements en euros

Le projet de système des paiements en euros Jean-François Pons, Fédération Bancaire Française Le projet de système des paiements en euros (SEPA) =Single Euro Payment Area Conférence de l Union des banques du Maghreb sur la carte bancaire, Hammamet,

Plus en détail

agence marketing digital

agence marketing digital agence marketing digital www.digitall-conseil.fr 2 DIGITALL CONSEIL LE DIGITAL POUR TOUS PHILOSOPHIE «Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

agence marketing digital

agence marketing digital agence marketing digital www.digitall-conseil.fr 2 DIGITALL CONSEIL LE DIGITAL POUR TOUS «Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s

Plus en détail

+ 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers

+ 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers Kerensen for Retail & Luxe + 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers CCAN Founding Member L'évolution des profils consommateurs et des modes de consommation est progressivement en train de transformer

Plus en détail

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 A la découverte de Solucom Réunion SFAF - 26 novembre 2014 Intervenants Pascal IMBERT Président du Directoire Patrick HIRIGOYEN DGA - Membre du Directoire

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS?

DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS? DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS? Organisateur LE GROUPE LA POSTE Animateur Michel NAMURA, Directeur Général des Services (DGS) de la Ville de Saint-Ouen Avec 75 % des foyers français aujourd hui équipés

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

REPORT. Think Tank Rapport ANI et Contrats Responsables. November 2015. Success for what's next

REPORT. Think Tank Rapport ANI et Contrats Responsables. November 2015. Success for what's next REPORT Think Tank Rapport ANI et Contrats Responsables November 2015 Success for what's next Think Tank Rapport ANI et Contrats Responsables Sommaire I. Introduction sur l ANI et les Contrats Responsables...3

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

Avis n 13-A-13 du 24 juillet 2013 concernant un projet de décret relatif aux tarifs sociaux du gaz et de l électricité

Avis n 13-A-13 du 24 juillet 2013 concernant un projet de décret relatif aux tarifs sociaux du gaz et de l électricité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 13-A-13 du 24 juillet 2013 concernant un projet de décret relatif aux tarifs sociaux du gaz et de l électricité L Autorité de la concurrence (commission permanente), Vu la demande

Plus en détail

La dynamique d évolution des marchés

La dynamique d évolution des marchés R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Aligner sa Supply Chain sur la stratégie de l entreprise Depuis plusieurs années, les entreprises ont consenti d importants efforts pour améliorer la

Plus en détail

Logica. La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica

Logica. La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica Internet a été conçu par les scientifiques, ce qui rend difficile son adaptation récente au

Plus en détail

Sylvie Calsacy, Product Manager SEPA 24/04/2015

Sylvie Calsacy, Product Manager SEPA 24/04/2015 Sylvie Calsacy, Product Manager SEPA 24/04/2015 Worldline, tomorrow s digital experience Worldline fournisseur de services numériques de bout en bout, conçoit des solutions B2C innovantes et met en oeuvre

Plus en détail

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

Les cartes entreprises au cœur de l évolution des moyens de paiement en Europe

Les cartes entreprises au cœur de l évolution des moyens de paiement en Europe 2ème Conférence annuelle APECA Les cartes entreprises au cœur de l évolution des moyens de paiement en Europe Jean-Pierre BUTHION GIE Cartes Bancaires Au cœur c de l interbancarité Le GIE CB a pour rôle

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail