ETUDE. Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE. Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services"

Transcription

1 ETUDE Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Septembre 2014

2 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Sommaire Synthèse...3 Introduction...4 La DSP2...6 Les challenges pour les banques...11 Les digital wallets...15 L accès aux comptes de paiement et les nouveaux services...24 Conclusion...27 Remerciements...28 Contacts...30 A propos de nous

3 Synthèse A l instar d autres secteurs d activité, l industrie bancaire connaît de profondes mutations qui remettent en question les équilibres existants. Nouvelles technologies, rupture dans les usages, changements réglementaires et nécessité de réduire les coûts en sont les principales causes. En adaptant le cadre juridique applicable aux paiements pour mieux prendre en compte les évolutions de ce marché, les régulations européennes successives (Directives de Services de Paiement et règlements connexes) ont bouleversé les modèles économiques des banques dans ce domaine. Alors que les paiements sont cruciaux pour leurs revenus directs et indirects, les banques, acteurs historiques de ce marché, voient ainsi leurs marges diminuer et de nouveaux acteurs spécialisés arriver sur ce terrain. Ces derniers attaquent leurs positions, remettent en question leur rôle sur le paiement, et comptent bien s octroyer une part du marché en tirant parti des évolutions réglementaires et technologiques. Parmi eux, certains peuvent compter sur des moyens colossaux et sur l expérience acquise dans leur métier d origine. Le caractère inéluctable et l ampleur de cette vague de fond rendent illusoire tout espoir de la contenir en tentant de s y opposer ou de la freiner. Faut-il alors se résigner? N est-il pas plutôt temps pour les banques de prendre des initiatives face à ces «disrupteurs» et d adapter ou de réinventer les modèles pour préserver leur place dans ce nouveau monde des paiements? D autant qu avec des textes réglementaires européens comme la nouvelle Directive sur les Services de Paiement (DSP2), elles n auront bientôt plus le choix : en adoptant le statut d établissement de paiement, des fournisseurs tiers, les Third Party Providers (TPP), auront accès aux comptes bancaires pour proposer des services d initiation de paiement. Pour préserver leurs revenus et créer toujours plus de valeur, les banques devront très vite explorer de nouvelles pistes : imaginer de nouvelles offres et de nouveaux services pour leurs clients particuliers et les commerçants, poursuivre les initiatives communautaires et collaboratives entre banques pour créer des services de paiement innovants, partager la valeur avec les Third Party Providers en imaginant des services et prestations qu elles pourraient leur vendre. La réussite de ces nouvelles approches implique pour les banques l entrée dans une ère nouvelle : celle de l ouverture de leurs systèmes, de la coopétition entre acteurs qui se positionnent dans le champ des services de paiement, de la mise en place de véritables écosystèmes orientés vers le client final. Pour cela, les banques devront privilégier le pragmatisme, pour toujours aller de l avant et progresser pas à pas en tirant régulièrement les leçons des expériences conduites. Rompre avec les anciens modèles n est cependant pas si facile. Face aux nouveaux entrants, les banques pourront s appuyer sur leurs nombreux points forts dans le domaine des paiements. Elles devront adapter leur offre pour trouver des relais de croissance en s appuyant par exemple sur les digital wallets et de nouveaux services. 3

4 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Introduction Nouveaux usages, nouvelles technologies, nouvelles régulations, nouveaux modèles économiques, nouveaux acteurs : les évolutions s accélèrent et interagissent entre elles. Elles transforment en profondeur le monde des services financiers, et en particulier celui des paiements. L évolution du contexte réglementaire a largement contribué à la transformation du paysage des paiements. Plusieurs régulations européennes (Directives de Services de Paiement et règlements connexes) ont en effet vu le jour pour fournir et modifier au fil du temps le cadre juridique nécessaire à la mise en place d un marché unique européen des services de paiement, ouvert, sécurisé et innovant. Mais en créant de nouveaux statuts, la réglementation a favorisé l apparition d acteurs non bancaires sur le marché des paiements. Associée à l évolution des besoins des consommateurs et des technologies, elle a ainsi poussé à la remise en question des équilibres existants. Qui sont donc ces nouveaux entrants et quel est leur champ d activité? Avec la Directive des Services de Paiement (DSP) et la seconde Directive sur la Monnaie Electronique (DME2), la fourniture de services de paiement ne relève plus du monopole bancaire. Ils peuvent désormais être proposés par de nouveaux entrants ayant un statut d établissement de paiement ou d établissement de monnaie électronique. Ces acteurs forment, avec les établissements de crédit, l ensemble des Prestataires de Services de Paiement (PSP) ou Payment Service Providers, habilités à proposer des services de paiement, parmi lesquels les virements, les prélèvements, les paiements par carte ou les transferts d argent. A ces services de paiement s ajouteront, dès l entrée en vigueur de la seconde Directive des Services de Paiement (DSP2), les services d initiation de paiement. Les «Third Party Providers» offrant ces services devront être agréés en tant qu établissement de paiement et les banques se verront alors dans l obligation de leur ouvrir l accès aux comptes bancaires pour initier des paiements. Des PSP de deux natures différentes cohabiteront désormais : les PSP gestionnaires de comptes (AS- PSP) et les PSP tiers (TP-PSP) qui pourront initier des paiements à partir de comptes qu ils ne gèrent pas. Que prévoit donc cette nouvelle réglementation? Quels enjeux porte-t-elle pour les banques? Comment en réduire les impacts et en tirer le meilleur parti? Tels sont les sujets abordés au travers de la vision développée dans ce rapport, qui s appuie sur le Think Tank que nous avons animé avec des banques françaises pour l Efma d Avril à Juin dernier. 4

5 Nous avons pris le parti dans ce document de privilégier l expression de points de vue à l affichage de chiffres, ces derniers surtout lorsqu ils sont prospectifs - étant soumis à controverse dans un domaine qui n est pas encore mature. Nous avons en outre pris en compte dans ce document les toutes dernières évolutions du texte de la directive intervenues au cours de l été Le point de vue exprimé dans ce document est celui de Sopra Banking Software. Il s appuie sur les échanges du Think Tank mais ne reflète pas forcément les convictions de tous ses membres. Patrick Desmarès Secrétaire Général Efma Bernard Ramé Directeur de la Business Line Payments & Cards Sopra Banking Software A ce jour, les modèles économiques du paiement mobile et des portefeuilles électroniques restent à confirmer. Au-delà de la facilité d usage, les modèles économiques choisis seront une clé majeure de la solution de paiement mobile proposée. La nouvelle valeur créée par le mobile est à valoriser, notamment celle des données mais aussi celle de l efficacité commerciale. Cette valeur est en outre à partager entre les 6 grands acteurs à savoir : le client, le commerçant, l opérateur telco, l intermédiaire internet (Google, Apple, Amazon, ) lequel peut devenir TPP, le réseau de paiement et la banque, tant celle du client que celle du commerçant. Chacun va chercher à maximiser son gain et la bataille du partage de cette valeur est déjà largement entamée. Le modèle économique du m-wallet et du paiement par mobile doit également se confronter aux prix désormais bas des autres supports de paiement largement éprouvés et efficaces comme la carte. L ampleur des investissements techniques et commerciaux pousse à des alliances et à une coopétition. Un membre du Think Tank 5

6 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services La DSP2 Pour accompagner les évolutions du marché des paiements électroniques et mieux exploiter les possibilités offertes par le Marché Unique, la réglementation applicable aux services de paiement à l échelle de l Union Européenne a été ces dernières années en constante évolution. Le législateur européen a souhaité dès 2007 établir un cadre juridique harmonisé du marché des paiements visant à en améliorer le fonctionnement et à en favoriser le développement. Ce fût chose faite avec le vote de la première Directive sur les Services de Paiement (DSP) qui posa les bases d un marché plus sûr, plus efficace et plus ouvert. Chaque pays devait ensuite transposer le texte en droit national. En France, c est l ordonnance du 15 Juillet 2009 qui transposa la DSP du 13 novembre Avancées technologiques et nouvelles habitudes de paiement ont depuis ouvert la voie à l apparition de nouveaux modes de paiement et de nouveaux acteurs, en dehors du champ de la DSP. En outre, un certain nombre de distorsions sont nées des transpositions de la DSP dans les droits nationaux. Il convenait dès lors de mettre à jour le cadre législatif. Une étape importante dans la genèse d une nouvelle directive a été la publication par la Commission Européenne en Janvier 2012 du Livre Vert «Vers un marché européen intégré des paiements par carte, par internet et par téléphone mobile». Parmi les constats dressés, le fait que des prestataires tiers offraient des solutions à plus faible coût que le paiement par carte tout en échappant à l encadrement règlementaire, n étant à aucun moment en possession des fonds du payeur ou du bénéficiaire. Si le fait de proposer des solutions moins chères était considéré comme une bonne chose, l absence d encadrement de ces acteurs soulevait en revanche des questions en matière de sécurité, de protection des données et de responsabilité. Ainsi, pour mieux répondre au besoin du marché et regrouper dans un même régime toutes les méthodes de paiement, une nouvelle Directive sur les Services de Paiement (DSP2) va donc voir le jour. Cette Directive réaffirme la volonté du régulateur de stimuler l innovation et l efficacité sur le marché en favorisant la concurrence, tout en garantissant la sécurité et la protection des données. Le projet de directive a été publié en Juillet 2013 par la Commission Européenne dans le cadre du «Paquet paiement». Il a fait l objet d une consultation des acteurs du marché au cours du second trimestre Il a été amendé en avril 2014 par le Parlement Européen, sans vote, puis a donné lieu à un nouveau texte, proposé en juillet 2014 par la Présidence - grecque puis italienne - du Conseil de l Union Européenne («Presidency Compromise»). Cette version devra encore être approuvée par le Conseil et le Parlement. Et pour entrer en application, la nouvelle DSP devra ensuite être transposée dans le droit national de chaque Etat membre, ce qui devrait intervenir dans les trois ans à venir. 6

7 Le processus d adoption de la DSP2 La DSP2 introduit des évolutions majeures : De nouveaux services entrent dans le champ de la réglementation : les services d initiation de paiement, Les prestataires fournissant ces services ou «Third Party Providers» (TPP) devront adopter un statut d établissement de paiement, L obligation est faite aux banques et autres PSP gestionnaires de comptes de donner accès aux comptes à ces fournisseurs tiers pour initier des paiements. Concernant la DSP2, ce qu on peut retenir c est que l introduction d un nouveau statut de «Tiers Prestataire de Paiement» ayant un droit d accès au compte et d initiation de paiement va nécessiter pour les établissements financiers et les prestataires de paiement de définir de nouveaux services face à des nouveaux entrants qui vont se multiplier pour les utiliser. Un membre du Think Tank 7

8 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Pour autant, la DSP2 ne se limite pas à ces dispositions. Parmi les autres dispositions : l intégration dans le champ de la directive des opérations de paiement «one-leg» ou «à une jambe UE», c est-à-dire quand un seul des prestataires de services de paiement est situé dans l UE, l accès non discriminatoire aux systèmes de paiement pour tout prestataire de services de paiement, l ouverture non discriminatoire de comptes bancaires pour tout prestataire de services de paiement, la révision des règles de surfacturation : frais plafonnés aux coûts supportés par le bénéficiaire pour l utilisation d un instrument de paiement donné ; interdiction pour les instruments de paiement pour lesquels les commissions d interchange sont réglementées, le droit du client à un remboursement sans conditions en cas de contestation d un prélèvement, sauf si le bénéficiaire a déjà rempli ses obligations contractuelles ou si le bien ou service a été consommé, la modernisation et le renforcement des règles de sécurité : l authentification forte des clients est requise en matière de paiement à distance ; le PSP tiers doit par ailleurs lui-même s identifier auprès du PSP gestionnaire de compte. Le projet de nouvelle directive a fait l objet de nombreuses réactions de la part des représentants des différents acteurs du marché, dont les intérêts ne sont pas toujours convergents. S il apporte des précisions indispensables, il fait débat auprès des acteurs du marché qui ont attiré l attention sur des points d amélioration, d interprétation, de clarification ou de préoccupation, avec l espoir qu ils trouveront écho dans la mouture finale du texte. L objectif n est pas dans les lignes suivantes de stigmatiser certains acteurs ni de relayer le contenu de tous ces débats, mais d en illustrer simplement la teneur par certains points soulevés dans la phase de consultation. Ainsi, si l entrée dans le champ d application de la DSP2 des nouveaux acteurs qui proposeront des services d initiation de paiement est saluée par les banques, ces dernières mettent l accent sur la nécessité absolue de préserver la confiance que les clients ont en elles et d assurer une concurrence équitable entre fournisseurs. Tous les acteurs, anciens comme nouveaux, doivent respecter les mêmes exigences en matière de sécurité et de transparence vis-à-vis du client, et être soumis aux mêmes droits, devoirs et critères de supervision. Un partage équilibré des responsabilités doit être opéré, avec une contractualisation associée. Les banques souhaiteraient en outre être seules juges de l opportunité de donner accès aux informations des comptes de paiement de leurs clients. Ce sujet soulève aussi pour elles des interrogations liées à la sécurité (confidentialité des identifiants de connexion, protection des données personnelles) et à la rémunération du service rendu. D autres acteurs au contraire forment à cet égard le vœu de voir clairement stipulé qu il n y aura pas de frais facturés aux TPP par les banques, en contrepartie de la fourniture d informations nécessaires à l initiation de paiements. Par ailleurs, s il est largement approuvé par la plupart des acteurs, le recours à l authentification forte est contesté par ceux qu il pourrait pénaliser (ex. grands commerçants en ligne). Enfin, alors que les services d information sur les comptes étaient inclus dans le projet initial, certains acteurs avaient souhaité qu ils en soient exclus, arguant du fait que les agrégateurs ne touchaient pas aux fonds puisqu ils ne réalisaient aucune opération. La dernière version du texte exclut finalement ces services du cadre de la Directive, même si cela ne fait pas l unanimité. 8

9 Perspectives de la monétique en Europe dans le contexte SEPA et PSD2 Hervé SITRUK, MANSIT SAS, Président du Club SEPA (Paris) Avec la fin de la migration au SEPA, qui s est achevée au milieu de l été, avec la bascule de l Europe aux nouveaux instruments, le virement SEPA (Credit Transfer) et le prélèvement SEPA (Direct Debit), et le projet de nouvelle Directive, voire avec la nouvelle Commission Européenne qui se met progressivement en place, le débat reprend sur la construction de l Europe des paiements. La création du SEPA, comme espace unique de paiement, ne peut être considérée comme terminée. Il y a encore beaucoup à faire. Et c est notamment le cas en matière monétique. L Europe doit relever trois défis de taille, que l on est loin d avoir réglés : D abord, celui de l unification des espaces monétiques d émission, puisque, malgré la Directive, les règles applicables d un pays à l autre restent divergentes, du fait de la diversité des Schemes locaux, voire des réglementations domestiques. La Commission Européenne maintient la distinction Débit / Crédit à travers des interchanges différenciés. Les schemes internationaux sont incontournables, notamment en matière de crédit, et offrent une interopérabilité mondiale. Mais ils ne sont pas arrivés à s imposer dans le domaine du débit, d autant que, pour certains, les évènements internationaux de l été, avec le dossier BNP Paribas ou à l Est de l Europe, rappellent cruellement l importance d une indépendance, voire d une souveraineté européenne, surtout dans les paiements. Le débat sur la création d un Scheme Émission d une carte de débit européenne est ainsi relancé, et pour certains, semble incontournable à moyen ou long terme. Deuxièmement, celle de l acceptation et de l acquisition, car même avec des cartes différentes d un pays à l autre, il devrait être théoriquement possible d avoir un seul espace d acquisition ou d acceptation, comme le souhaite le grand commerce et les Banques Centrales : «any card at any terminal» était l ambition initiale du SEPA. Or la construction de cet espace est longue et très coûteuse, et ce ne sont pas les baisses des interchanges imposées par la Commission Européenne qui vont favoriser ce développement des investissements. L unification de l espace européen et l adoption du standard EPAS est le seul moyen d assurer à la fois pour le commerce une gestion centralisée des paiements en Europe, et pour les banques et autres acquéreurs une possibilité d offrir un service transfrontière, avec les mêmes règles pour tous. La question d un Scheme d acceptation européen, pour toutes les cartes, à l instar du scheme CB en France, est ainsi mise en avant comme le moyen d assurer cette interopérabilité. Enfin, l innovation dans les paiements, car c est cette innovation qui porte le futur de la monétique. L Europe n est pas en reste en matière de projets innovants et de technologies innovantes, mais les solutions restent souvent cantonnées à un ou quelques pays, car l Europe reste un patchwork de schemes de paiement, voire multiples et concurrentes dans certains pays, comme en France avec les divers wallets. Il faut que rapidement les projets trouvent leur masse critique à travers une adhésion à quelques solutions européennes de référence. Au-delà des enjeux opérationnels, il reste le cadre réglementaire : en l état, le paquet législatif de la Commission Européenne menace les banques et les systèmes cartes, jugés peu coopératifs pour la construction de l Europe des paiements et insuffisamment moteurs dans les innovations, au profit de nouveaux entrants, et au-delà, met en compétition la carte avec les autres... 9

10 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services instruments, en lui retirant les moyens de son développement et favorisant des instruments fondés sur des transferts. De plus, même après la DSP2, il restera aussi à harmoniser réellement les cadres réglementaires des divers pays européens, pour éviter les particularismes locaux, si coûteux, comme on le voit avec le SDD dans certains pays. Il faut espérer que la nouvelle Commission Européenne en cours d installation saura rectifier cette vision avec une approche plus positive des banques et une vision plus prospective des enjeux. Il faut donc poursuivre la construction de l Europe des paiements et revenir à un scénario de référence commun en Europe, avec les mêmes standards et la même échéance, car seule une même approche paneuropéenne peut offrir un «same level playing field», c est-à-dire une concurrence équitable entre tous les acteurs européens. En termes d échéance, il faut aussi se fixer un objectif commun, ambitieux mais réaliste : 2020 pourrait être un objectif médiatique, 2022 un objectif raisonnable, du fait des investissements nécessaires et de l amortissement des infrastructures existantes. La carte plastique ou virtuelle reste pour le présent et le futur l instrument de référence pour les paiements en Europe, mais elle doit encore démontrer sa jeunesse et sa pérennité. 10

11 Les challenges pour les banques Les nouveautés intervenues sur le marché des paiements bousculent les positions établies. Elles impactent les revenus des banques et élargissent leur environnement concurrentiel, en favorisant l entrée de nouveaux concurrents non bancaires aux modèles économiques très différents. Start-up ou géant, entreprise à la recherche de nouveaux marchés ou cherchant à optimiser ses coûts : nombreux sont les acteurs qui peuvent trouver intérêt à surfer sur ces évolutions pour se développer dans le domaine des services financiers, et prendre en particulier position sur la chaîne de valeur des paiements. Certains peuvent compter sur des ressources financières confortables comme sur de solides acquis issus de leur métier d origine. Ce contexte est porteur d initiatives innovantes et s accompagne d un foisonnement d offres attractives en matière de contenu, de prix ou de simplicité d utilisation, qui ambitionnent toutes de devenir incontournables sur le marché. Mais la multiplication des promesses de valeur crée une certaine confusion et constitue un frein à l adoption. Alors que les paiements sont cruciaux pour les revenus directs et indirects des banques et dans la connaissance du client, jusqu à quand les banques pourront-elles préserver leur place et conserver leur légitimité dans l intermédiation des flux de paiement? Comment conserver la relation client, sécuriser les dépôts et trouver de nouveaux revenus directs? L enjeu des revenus des paiements D aucuns peuvent penser que la DSP2 fait peser des menaces fortes sur les banques et qu il faut en conséquence qu elles lui résistent. Mais là n est pas la question, car les banques n ont plus le choix. Il s agit bel et bien pour elles aujourd hui de trouver leur place dans ce nouveau monde des paiements, alors que tous les acteurs ont tendance à vouloir étendre leur offre. Alors comment peuvent-elles s y prendre? Quels services innovants imaginer? Comment se positionner face aux Third Party Providers? 11

12 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Pour préserver leurs revenus et créer toujours plus de valeur pour leurs clients, les banques devront explorer de nouvelles pistes : imaginer de nouvelles offres et de nouveaux services pour les particuliers et les commerçants, en se positionnant sur l accompagnement du parcours d achat, proposer elles-mêmes des services d information sur les paiements à leurs clients, poursuivre les initiatives communautaires et collaboratives entre banques pour créer des services de paiement innovants, inventer les prestations qu elles pourront vendre aux Third Party Providers, proposer leurs services via des acteurs souhaitant eux aussi se positionner sur tout le parcours d achat. La réussite de ces nouvelles stratégies implique pour les banques l entrée dans une ère nouvelle : celle de l ouverture de leurs systèmes à des acteurs extérieurs, de la coopétition entre acteurs qui se positionnent dans le champ des services de paiement, de la mise en place de véritables écosystèmes orientés vers le client final. A l instar des écosystèmes biologiques, ce milieu vivant, ouvert sur l extérieur et en perpétuelle évolution, permettra aux banques d interagir avec les différentes parties prenantes et de créer les conditions propices à une agilité et une créativité accrues. Construire un écosystème 12

13 Les banques devront aussi imaginer des modes de coopération avec les acteurs non bancaires pour assurer un partage équitable de la valeur. Elles devront enfin privilégier le pragmatisme : avancer de façon concrète en tirant toutes les leçons des expériences du point de vue de la faisabilité technique, de l adhésion client ou encore du feed-back des acteurs terrain pour maximiser les chances de réussite. L approche est bien résumée par cet aphorisme d un membre du Think Tank : «On ne peut pas attendre de connaître la vérité avant de s engager». Rompre avec les anciens modèles n est cependant pas si facile. Face aux nouveaux entrants, les banques pourront s appuyer sur leurs nombreux points forts dans le domaine des paiements : forte part de marché, légitimité, expertise du domaine, capital confiance, Mais pour mieux rivaliser avec ces acteurs, elles gagneront aussi à s inspirer toujours davantage des méthodes qu ils utilisent : comprendre ce qui motive le client et le rend heureux pour anticiper ses besoins, faire évoluer en permanence les offres au diapason - voire en avance - des attentes du marché, stimuler la créativité et l innovation, développer l agilité et la réactivité, parier sur l expérience client. Enfin, plutôt que d agir isolément ou en mode dispersé, la mise en œuvre d une stratégie de coopétition permettra aux banques de mieux affronter les défis qui les attendent : compléter la chaîne de valeur et renforcer sa propre proposition de valeur, bénéficier de l expérience industrielle et/ou de l agilité d un partenaire, s appuyer sur l expérience d un marché donné, des compétences ou un savoir-faire particulier, réaliser des économies d investissement ou d échelle, favoriser l adhésion des consommateurs et des commerçants. Elles devront s inscrire dans de véritables réseaux d innovation, dans lesquels on pourra trouver des acteurs de nature très diverse : autres banques confrontées aux mêmes challenges et pouvant permettre d atteindre plus vite une masse critique, start-ups apportant leur dynamisme dans le processus d innovation mais aussi des réponses tout à fait pertinentes à bon nombre des défis que doivent affronter les banques, acteurs d autres industries avec un œil neuf et ayant éprouvé avec succès certaines approches novatrices dans leur métier d origine. L histoire ancienne ou plus récente recèle de nombreux exemples illustrant l intérêt de la coopétition dans les paiements avec d autres acteurs, et les formes variées qu elle peut prendre. Citons parmi les initiatives communautaires bancaires : en France, le développement de la carte bancaire ou de services comme SEPAmail ou d un wallet à l image de Paylib, Paym au Royaume-Uni ou MyBank, initiative pan-européenne. Quand à la collaboration avec des start-ups, elle constitue souvent pour les grands groupes une voie pour faire émerger des solutions inédites. L agilité et la réactivité dont elles font preuve est en effet de nature à favoriser la créativité et à accélérer le Time-To-Market. Certaines banques ont choisi d en accueillir dans leur écosystème, parfois en les finançant (prise de participation ou mise à disposition de ressources), parfois en intégrant leurs offres en marque blanche. 13

14 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Le recours à l innovation ouverte, collaborative et participative, permet dans tous ces contextes d aller plus vite et à moindre coût. Ainsi, si l ouverture d un marché peut être source d incertitudes pour les acteurs qui y évoluent, elle est aussi de nature à dynamiser leur environnement et à encourager l innovation. Les banques ont des atouts considérables pour relever ces challenges et adapter leur offre. Par leur caractère innovant et la valeur ajoutée qu ils portent, deux grands axes nous semblent pouvoir constituer des relais de croissance dans ce nouveau monde du paiement : les digital wallets de nouvelle génération qui créent de la valeur autour du paiement et invitent à une relation client renouvelée et enrichie, les nouveaux services à destination des consommateurs, des commerçants mais aussi des Third Party Providers. 14

15 Les digital wallets Les digital wallets ou portefeuilles électroniques permettent de s inscrire dans le quotidien des consommateurs ultra-connectés. Ils combinent plusieurs services pour former des offres au contenu alléchant, parfaitement en phase avec les attentes des consommateurs en matière de services bancaires, d achat et de paiement. Leur succès réside tout autant dans la création et le développement d une expérience client fluide et interactive, que dans le choix habile des services à valeur ajoutée composant l offre. Après une première vague de portefeuilles électroniques le plus souvent limités à la fonction de paiement (dématérialisation des espèces ou des cartes de débit, moyens de paiement alternatifs le plus souvent basés sur des modèles 3 coins) et à un seul instrument de paiement, l heure est désormais aux digital wallets de nouvelle génération qui créent de la valeur autour et au-delà du paiement, cette simple fonction ne suffisant pas à soulever durablement l intérêt des consommateurs. Un changement de paradigme s impose donc : passer d une approche orientée «Paiement» à une approche orientée «Achat», en multipliant les opportunités d enrichir et de transformer l acte d achat sur toutes les étapes du parcours - avant, pendant et après l acte d achat - et via des canaux multiples : préparer son achat sur internet, être accueilli de façon personnalisée en magasin, payer par mobile, Accompagner le parcours d achat omni-canal 15

16 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services L étude «Advanced Payments Report 2014» d Edgar Dunn & Company (EDC) met l accent sur les facteurs clés de succès d un wallet, parmi lesquels : Considérer l acte d achat dans sa totalité et proposer des services à valeur ajoutée audelà du paiement, avant, pendant et après, Proposer une expérience client simple et des incitations est de nature à faciliter l adoption du mobile, Si la sécurité est un élément fondamental pour le développement des wallets, un équilibre doit être trouvé entre sécurité et expérience client. Les acteurs du paiement doivent choisir la technologie appropriée ce qui peut avoir des impacts importants sur l expérience client : Parmi les nombreuses technologies pouvant favoriser le développement du paiement mobile, le NFC est perçu comme la technologie la plus probable pour soutenir le développement paiement mobile de proximité. On observe un basculement très net vers des solutions de stockage du secure element dans le cloud- Host Card Emulation (HCE), A noter également des développements autour de technologies comme le Bluetooth Low Energy (BLE) qui ont retenu l attention des marchands et des prestataires de paiement. Ainsi si un digital wallet doit dématérialiser tout ce qu un portefeuille physique peut contenir (espèces, cartes de paiement, cartes de fidélité, etc.), l éventail des services offerts dépasse la simple transposition de son seul contenu. Créer une expérience client renouvelée et attractive suppose d y inclure d autres services à valeur ajoutée: consultation de comptes, suivi des dépenses, gestion de finances personnelles, aide à l achat, assurance, financement, L assemblage à la carte de ces services permettra de spécialiser les portefeuilles en fonction du profil des consommateurs. La nouvelle génération de digital wallets 16

17 Les perspectives offertes par les digital wallets attisent bien évidemment les convoitises. Elles conduisent à un foisonnement d initiatives, sans qu aucune ne s impose encore. Acteurs anciens comme nouveaux, de toutes tailles et tous secteurs d activité, tous recherchent le bon positionnement. L industrie des paiements autour du portefeuille électronique est un marché naissant et encore mouvant. L arrivée des Third Party Providers sur le marché est une des nouvelles donnes de l univers du paiement. Tous les acteurs cherchent le «bon» positionnement, notamment BtoC (expérience et valeur client), BtoB (Proposition de valeur Partenaires/Commerçants), et/ou BtoBtoC (modèle intermédié, chaîne de valeur des services financiers et non financiers au travers de l expérience client et d achat propre à chaque (e)-retailer). Dans la perspective d une courbe d apprentissage accélérée (Test & Learn, Proof of Concept, Compréhension des business models, ), prendre l initiative - en testant différentes approches innovantes - pourrait représenter un avantage décisif, non seulement sur le Go-To-Market mais surtout sur le Time-To-Market. Un membre du Think Tank Face aux opérateurs mobiles, réseaux cartes, géants du web, commerçants, les banques ont de réels atouts à faire valoir pour trouver leur place sur ce marché : nombre de clients, capital confiance dans l esprit des consommateurs pour ce qui est de gérer leur argent et plus grande capacité à offrir d autres services financiers associés au compte, Les digital wallets sont pour elles l opportunité de renforcer la relation client, d augmenter le potentiel d interaction et de générer de nouvelles sources de revenus. La planète des wallets bancaires en France Toutes les grandes banques françaises ont aujourd hui choisi de proposer leur wallet. Par exemple : Le Crédit Agricole a lancé sa propre initiative avec Kwixo, BNP Paribas, La Banque Postale, la Société Générale se sont associés pour proposer un wallet commun, Paylib. Ils ont été rejoints récemment par Crédit Mutuel Arkéa, qui a abandonné la solution de paiement mobile Pay2You lancée en 2009, BPCE et LCL ont pour leur part opté pour le wallet du réseau Visa, V.me, et pourront l enrichir de leurs propres services à valeur ajoutée. BPCE envisage en particulier d y inclure S-Money, solution de paiement et transfert à partir d un mobile lancée en Mais la bataille est rude car tous essaient de se positionner sur l ensemble de la chaîne de valeur. Il en est en particulier ainsi des réseaux cartes et des commerçants, dont les orientations stratégiques sont susceptibles d influer sur le positionnement des banques en matière de digital wallets. 17

18 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services L évolution du positionnement sur la chaîne de valeur Soucieux de conserver leur leadership dans un domaine au cœur de leur métier et d améliorer la pertinence et l utilisation de leurs services dans l e-commerce et le m-commerce, les réseaux cartes ont lancé leurs digital wallets (ex. V.me de Visa, Masterpass de Mastercard). Cette évolution s est accompagnée par l ouverture des infrastructures de paiement et une tentative de monétisation des informations liées au paiement. Ces acteurs disposent d une «force de frappe» qui leur permet de s imposer rapidement sur ce marché : puissance de la marque, taille et dimension internationale du réseau, forte expérience en matière de sécurité, capacité d investissement, Ils sont très vigilants face à toute remise en cause du modèle carte à 4 coins et souhaitent notamment éviter qu un accès direct au compte bancaire permette de dénouer le paiement par un virement. Ils voient également dans les wallets une arme contre les initiatives d autres grands acteurs du web comme Google ou Paypal, ou même celles de certains grands retailers. Les commerçants ne sont en effet pas en reste : la grande distribution a déjà sauté le pas (le consortium MCX aux USA ou Auchan en France par exemple). Le paiement a longtemps été vu par les marchands comme un «mal nécessaire» : il n entrait pas dans leur champ naturel d activité et ses coûts croissants étaient source de conflits avec les banques et les réseaux cartes. Avec l arrivée des wallets et la possibilité d intégrer le paiement dans un ensemble d autres services associés à l acte d achat, les grands acteurs de la distribution pouvaient envisager de jouer un nouveau rôle dans le domaine du paiement. Traduction concrète de cette stratégie, le lancement d offres innovantes de digital wallets doit leur permettre de : bonifier leur chiffre d affaires, mieux fidéliser les clients en leur offrant plus de valeur et en gardant la maîtrise des données, réduire les coûts supportés pour l acceptation des moyens de paiement et avoir un pouvoir de négociation accru vis-à-vis des fournisseurs de services de paiement. 18

19 A l ère de la coopétition Quelle place les banques peuvent-elles viser face à ces initiatives? Certaines banques ont adopté les offres des réseaux cartes pour lancer très rapidement des offres co-badgées de wallets, capitaliser sur une marque reconnue, bénéficier d un large réseau d acceptation, tout en se réservant la possibilité dans un second temps d enrichir leurs wallets avec leurs propres services à valeur ajoutée. L alignement sur les initiatives des réseaux cartes pourrait cependant potentiellement amenuiser la capacité de négociation des banques, et en particulier des plus petites, aux budgets marketing modestes. Sans abandonner la carte, l une des réponses des banques pourrait alors consister à accélérer le développement de modèles dans lesquels elles occupent un rôle plus central : les systèmes de paiement en ligne basés sur le virement ( credit transfer ), mais aussi les systèmes de paiement en temps réel. Alors que les grands retailers ambitionnent d avoir leur propre wallet et sont réticents à partager la relation et les données clients, les banques pourraient se tourner vers les commerçants de plus petite taille, plus demandeurs d offres bancaires. Parmi les pistes de collaboration en matière de wallet, la proposition d une plateforme en marque blanche serait un moyen de partager la valeur avec eux. Plusieurs options stratégiques s offrent aux banques en matière de digital wallets : 1. offrir ses services financiers au sein de wallets de tiers, 2. s allier avec d autres acteurs pour proposer un wallet commun «basique», 3. proposer son propre wallet avec ses propres services, 4. proposer son propre wallet en l ouvrant à des services tiers. 19

20 Les banques face à la DSP2 : Autour des paiements et au-delà, digital wallets et nouveaux services Si aucune option ne semble donnée gagnante, certaines semblent a priori moins séduisantes que d autres. Ainsi, les deux premières options sont plus faciles à mettre en œuvre mais offrent moins de possibilités de différenciation que les deux autres options de wallets dits «riches». Ces dernières options sont pour leur part plus complexes et coûteuses à mettre en œuvre car elles requièrent un réseau d acceptation suffisamment large pour permettre une utilisation optimale des wallets. Notons aussi que la dernière option permet d embarquer dans des wallets «riches» des wallets plus réduits, limités ou non au paiement. Les options stratégiques Au-delà de ces quatre options, d autres voies sont envisageables comme le choix d une solution clés en mains offrant nativement un certain nombre de services, ou la proposition de son wallet en marque blanche à des commerçants. Quelle que soit l option choisie, il est fondamental pour les banques de passer d une logique de conception d offres orientée produit à une logique privilégiant la construction d une expérience. Par ailleurs, dans un contexte où rien ne semble pour l instant s imposer (standard, marque, ), elles ne doivent pas rester monolithiques. La possibilité de tester plusieurs options (au moins deux) permettrait en effet d enclencher une certaine dynamique. 20

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

Les wallets en Europe

Les wallets en Europe Les wallets en Europe 3 juin 2014 Transform to the power of digital Définition : qu est-ce qu un wallet? Un «wallet», ou portefeuille électronique, se définit par tous ou partie des points suivants : Enregistrer

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT DOCAPOST - SAS au capital de 69 705 520 euros 493 376 008 RCS Créteil - Siège social : 10-12 Avenue Charles de Gaulle - 94220 ChARENTON-LE-PONT - ref

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction p. 3. 1. Présentation de la solution p. 4. 2. Description détaillée de la solution proposée p. 5

SOMMAIRE. Introduction p. 3. 1. Présentation de la solution p. 4. 2. Description détaillée de la solution proposée p. 5 SOMMAIRE Introduction p. 3 1. Présentation de la solution p. 4 2. Description détaillée de la solution proposée p. 5 2.1 Découverte de l application consommateur p. 6 2.2 Découverte de la cinématique de

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT

REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT Rencontre de la compétitivité numérique 2014 SOUS LE PATRONAGE D EMMANUEL MACRON, MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT Laetitia de Pellegars, Franklin

Plus en détail

Taux variables et accession à la propriété

Taux variables et accession à la propriété 22 mai 2008 Taux variables et accession à la propriété 12 engagements des établissements de crédit Ariane Obolensky Directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) François Lemasson Président

Plus en détail

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011 ETUDE ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION Mars 2011 Contexte & enjeux Avec l accélération des évolutions concurrentielles, technologiques

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

2015 c est demain comment s y préparer

2015 c est demain comment s y préparer 2015 c est demain comment s y préparer Yves-René Guillou, Avocat Associé, Cabinet Earth Avocats La dématérialisation : notions Dématérialisation des procédures de marchés publics = utilisation de la voie

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Crédit Mutuel Arkéa annonce son intention de rejoindre Paylib, aux côtés de BNP Paribas, La Banque Postale et Société Générale. De gauche à droite : Frédéric COLLARDEAU (Directeur

Plus en détail

Big Data : se préparer au Big Bang

Big Data : se préparer au Big Bang Big Data : se préparer au Big Bang Initialement confinées au cœur des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, les technologies du Big Data s'exportent désormais avec succès dans de nombreux secteurs

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

accompagner la transformation digitale grâce au Big & Fast Data Orange Business Services Confidentiel 02/10/2014

accompagner la transformation digitale grâce au Big & Fast Data Orange Business Services Confidentiel 02/10/2014 accompagner la transformation digitale grâce au Big & Fast Data Orange Business Services Confidentiel 02/10/2014 Big Data au-delà du "buzz-word", un vecteur d'efficacité et de différenciation business

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Document de Présentation Dakar, le 12 Novembre 2014 Présentation faite par Jean Louis PORTELLA Copyright VIZEUM M.C 1 L innovation

Plus en détail

Offre IDALYS. Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital. Mai 2013

Offre IDALYS. Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital. Mai 2013 Offre IDALYS Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital Focus sur : 1. Équilibre entre CA et Fraude 2. Étude d opportunité e-wallets Mai 2013 IDALYS - Sommaire 1 Présentation d IDALYS

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE Céline IDE Novembre 2009 Dans la perspective de mise en place d un véritable marché unique et dans le but de renforcer les conditions

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

business Fiche offre Accélérer votre Co-construire avec vos clients pour

business Fiche offre Accélérer votre Co-construire avec vos clients pour Le premier cabinet de conseil qui vous aide à déclencher et maintenir des dynamiques de co-construction B2B Fiche offre Co-construire avec vos clients pour Accélérer votre business Nous vous aidons à être

Plus en détail

M2020 FRANCE. Résumé

M2020 FRANCE. Résumé M2020 FRANCE Résumé De l étude globale Marketing 2020 Thought Leadership 250+ interviews de CMOs 10,231 marketers dans 92 pays À M2020 France 387 participants de 24 entreprises françaises Objectif: Analyser

Plus en détail

Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2

Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2 Introduction et cadrage Jean Pierre Buthion, Pdt de la Commission Identités Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2 Analyse et synthèse

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés?

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Le e-business Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Philippe Delaide Spécialiste e-business Les Spécialistes du Cabinet TOPS Consult est une Direction Développement

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM IZZILI édite et implémente une suite applicative Cloud IZZILI Business Place Manager dédiée aux managers et à leurs équipes pour le management

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs «J ai obtenu 15 % il y a deux ans en revoyant à la baisse le cahier des charges. L année dernière, on a encore fait 10 % grâce à l enchère. Mais, cette année, les fournisseurs ne veulent plus faire d enchères

Plus en détail

HCE & Authentification de seconde génération

HCE & Authentification de seconde génération HCE & Authentification de seconde génération Catherine Lafitte et Olivier Thiriet Responsables d offre Unité Banque Finance Assurance 10/06/2014 2 Le Host Card Emulation En bref Secure Element Une Librairie

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Post-SEPA : l Europe des paiements s organise. UNIVERSWIFTNET 2015 17 Mars / 14h15

Post-SEPA : l Europe des paiements s organise. UNIVERSWIFTNET 2015 17 Mars / 14h15 Post-SEPA : l Europe des paiements s organise UNIVERSWIFTNET 2015 17 Mars / 14h15 Synopsis Depuis le 1 er aout 2014, la France a franchit une étape importante de la migration au SEPA, visant à harmoniser

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE

Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE Sommaire I. DES RÉSULTATS EN PHASE p. 3 AVEC LES AMBITIONS II. QUATRE ENJEUX MAJEURS p. 5 DE DÉVELOPPEMENT 1- Une nouvelle donne

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail