Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino"

Transcription

1 Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse Urdorf Téléphone Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Base de données: le Score de Paiement D&B Paydex analysant plus de 4 millions de factures par an Sommaire: les principaux points La situation globale: les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours Chiffres globaux par cantons: la Suisse alémanique placée devant la Romandie et le Tessin Les branches les plus ponctuelles: les fabricants d instruments de précision et d horlogerie Les branches les moins ponctuelles: le secteur de l automobile La prévention contre les payeurs lents s impose Comportement de paiement économie globale ème trimestre 9,1, tr1 20,9,6 tr2 20 tr3 20 Valeur trimestrielle La situation globale,1 tr ,8 tr1 15,1 tr2 16,1 tr3 19,3 tr4 La morale de paiement atteint un nouveau plancher historique. Le paiement tardif est presque devenu la routine. En effet, de plus en plus d entreprises règlent leurs factures seulement après un ou deux rappels. Ceux qui continuent à payer ponctuellement sont peu nombreux. Au cours du 4 ème trimestre, le retard de paiement a atteint avec 19,3 jours la plus haute valeur depuis le début du recensement en L ancien record de 16,1 jours datant du troisième trimestre est ainsi nettement dépassé. Cette étude, réalisée par la société de renseignements commerciaux D&B Dun & Bradstreet est basée sur le programme mondial de veille du comportement de paiement existant depuis 25 ans que D&B a également introduit en Suisse. Dans ce but, D&B collabore avec une centaine d entreprises sélectionnées en Suisse, enregistre les modalités de paiement de leurs clients et témoigne ainsi du comportement de paiement d une entreprise donnée. En, D&B a exploité plus de 4 millions de factures d une valeur facturée globale de plus de 5 milliards de francs. Pour de nombreuses entreprises, les répercussions de la crise financière sont beaucoup plus fortes que ce que l on attendait encore en automne. Car la baisse des commandes ne se manifeste pas uniquement dans le chiffre d affaires, mais elle a un impact global sur la liquidité. Dans le cas où les clients traînent en plus à payer les factures et poussent les entreprises à endosser involontairement le rôle de banquier pour leurs clients, les entreprises sont menacées par un effet domino qui peut les approcher, même si elles sont «saines», du bord de l abîme. Pour cette raison, la prévention des risques et des défaillances avance de plus en plus au centre de la gestion d entreprise. 1

2 Le comportement de paiement dans les régions économiques 3 ème et 4 ème trimestre Suisse du Nord-Ouest 19,4 15,8 Zurich 14,8 17,9 en jours 3 ème trimestre en jours 4 ème trimestre Espace Mittelland 15,9 17,7 Suisse centrale 16,5,7 Suisse orientale 15,7 17,9 Région lémanique 22,5 18,5 Tessin 31,5 27,6 Espace Mittelland Région lémanique Suisse du Nord-Ouest Suisse orientale Tessin Suisse centrale Zurich Cantons BE FR JU NE SO GE VD VS AG BL BS AI AR GL GR SG SH TG TI LU NW OW SZ UR ZG ZH en jours 4 ème tr 08 15,2 18,1 19, ,7 21,5 19,3 17,1 20, ,5 18, ,1 15,6 20,1 15,4 31,5 16, ,1 14,9 17,2 18,5 17,9 en jours 3 ème tr 08,1 16,7 18, ,1 20,5 18,2 16,7,7 16,5 17,3 17,1 16,8 19,3 14,6,3 17,1,8 27,6,5,2 15,9 14,1 16,8,6 14,8 Chiffres globaux par cantons Qui sont les payeurs les plus ponctuels? Les entreprises de la Suisse centrale se placent actuellement au premier rang. Au cours du quatrième trimestre, elles payaient leurs factures en moyenne seulement 16,5 jours après échéance. Les entreprises des autres cantons de la Suisse alémanique, à l exception des deux Bâle et de Schaffhouse, affichent une morale de paiement presque aussi bonne. A l autre bout du classement, on trouve les entreprises de la Romandie et du Tessin. Ce sont elles qui «traînent le plus» pour régler leurs factures. A Genève, le retard de paiement a entre temps atteint les 26,7 jours, au Tessin même les 31,5 jours. La répartition par régions linguistiques démontre que les différences de l évolution économique selon les cantons ne sont pas les seules responsables du comportement de paiement ponctuel ou tardif. Les entreprises tessinoises et romandes ne paient pas leurs factures aussi ponctuellement que celles domiciliées en Suisse alémanique. Copyright Dun & Bradstreet (Schweiz) AG 2

3 Les payeurs «ponctuels» Rang Branche en jours 4 ème trimestre 08 1 Instruments de précision et horlogerie,1 2 Industrie chimique et pharmaceutique,8 Malgré la crise et les perspectives incertaines pour 2009, elles existent encore: les entreprises qui n ont presque pas été touchées par la crise (jusqu à présent). Les fabricants d instruments de précision et d horlogerie ainsi que l industrie chimique et pharmaceutique en font partie. Même s ils ne paient plus tout à fait aussi ponctuellement que l année précédente, ils sont encore loin des retards des autres branches. Les «mauvais» payeurs Rang Branche en jours 4 ème trimestre 08 1 Secteur de l automobile 28,2 2 Industrie du bois et du meuble 24,1 3 Secteur du bâtiment 20,2 4 Holdings et sociétés de placement 20,2 La liste des mauvais payeurs est nettement plus longue que celle des payeurs ponctuels. Car presque toutes les branches sont plus ou moins touchées par la crise. Parmi les branches à problèmes comptent les secteurs de l automobile et du bâtiment ainsi que l industrie du bois et des meubles et les sociétés holding et d investissement. Par rapport au trimestre précédent, ils affichent tous une détérioration importante du comportement de paiement au cours du 4 ème trimestre. Quelques branches sélectionnées à la loupe Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment, qui a connu un véritable boom dans les années entre 2005 et le premier semestre, a enregistré une nette stagnation conjoncturelle des constructions vers la fin de l année. Le recul le plus important se constate dans le domaine de la construction de logements. Le recul de l activité de la construction de logements se voit légèrement amorti par les activités des pouvoirs publics et par la construction industrielle en particulier grâce aux investissements anticipés de la Confédération et des pouvoirs publics en matière de projets d infrastructure. Vers la fin de l année, le retard de paiement a progressé plus que la moyenne, indiquant que de nombreuses entreprises doivent affronter des problèmes de liquidité. Notamment les agents et administrateurs immobiliers ressentent également la saturation de la construction de logements. Leur comportement de paiement s était nettement détérioré au 4 ème trimestre par rapport à l année précédente. Les architectes ne sont pas épargnés non plus par la plus faible conjoncture du bâtiment, mais ils profitent, tout comme les artisans, des besoins en rénovation et réhabilitation Comportement de paiement du secteur du bâtiment 3 ème trimestre 20/, 4 ème trimestre,5,3, ,5 14,4 19,1 21,4 19,2 20,2 3 ème trimestre 20 3 ème trimestre 4 ème trimestre Agences et gestionnaires d'immeubles Bâtiment Cabinets d architecte Artisanat Copyright Dun & Bradstreet (Schweiz) AG 3

4 Secteur industriel Les industries clé ressentent l effondrement des exportations. Les carnets de commande se vident sensiblement, les chiffres d affaires et les bénéfices sont à la baisse. Cette évolution se répercute également dans le comportement de paiement. Les retards de paiement augmentent significativement par rapport à l année précédente. Mais toutes les branches ne sont pas touchées dans la même mesure. L industrie chimique et pharmaceutique ainsi que les fabricants d instruments de précision et d horlogerie constituent la grande exception positive. Le secteur des services aux entreprises Les prestataires de services aux entreprises comptent parmi les grands profiteurs: au moment où l incertitude et l ambiance de crise dominent, les entreprises ont plus souvent recours aux prestataires de services externes. Lorsque les entreprises et secteurs d exploitation sont soumis à des restructurations ou des redressements, les conseillers aux entreprises entrent en plein boom économique. Il est donc peu étonnant que le comportement de paiement des prestataires de services aux entreprises n a pas connu la même détérioration que dans d autres branches. 15 Comportement de paiement du secteur industriel 3 ème trimestre 20/, 4 ème trimestre 9,8,7,1,2,8 Comportement de paiement du secteur des services aux entreprises 3 ème trimestre 20/, 4 ème trimestre,4 9 7,8,7,6, ,2 3 ème trimestre 20 3 ème trimestre 4 ème trimestre Instruments de précision et horlogerie 3 ème trimestre 20 3 ème trimestre 4 ème trimestre Conseils aux entreprises et fiscaux Prestations de service informatiques Construction de machines Industrie chimique et pharmaceutique Copyright Dun & Bradstreet (Schweiz) AG 4

5 En pratique Les chiffres actuels relatifs à la morale de paiement démontrent que la crise a désormais atteint les entreprises suisses. De plus en plus d entreprises doivent affronter des problèmes de liquidité. Ce fait s exprime également à travers du comportement de paiement. Le nombre d entreprises qui ont recours à un crédit fournisseur pour conserver leurs liquidités devrait donc augmenter de nouveau. Il n est donc nullement surprenant que la problématique des retards de paiement concerne de très nombreuses entreprises. D où l importance grandissante de disposer d informations exhaustives sur une entreprise et plus particulièrement ses modalités de paiement. En effet, ces informations permettent de réduire les créances et d augmenter la trésorerie. Dans le cadre de son programme de veille du comportement de paiement; D&B collecte et exploite rien qu en Suisse - plus de 4 millions de factures par an voire plusieurs milliards de factures à échelle mondiale. Ces données permettent d en déduire des tendances en matière de morale de paiement. Ces données sont ensuite intégrées dans le Score de Paiement D & B Paydex qui reflète le comportement de paiement d une entreprise. La valeur du Score de Paiement y correspond à la ponctualité des paiements. Si une entreprise règle après l échéance, le score baissera continuellement en fonction du nombre de jours de retard. Ce score, déterminé individuellement pour chaque entreprise, sera ensuite comparé dans un graphique à la moyenne des délais de paiement de la branche. L évolution des deux indices sur une durée de 24 mois ne montre non seulement les délais moyens de paiement d une entreprise, mais reflète également des changement et tendances de son comportement de paiement. Ce qui est le cas dans notre exemple actuel, à savoir la faillite de la société Closomat AG d Embrach qui commercialisait avec un effectif d un peu plus de 40 salariés son produit Closowww.dnbswitzerland.ch D&B Dun & Bradstreet (Suisse) SA World Trade Center, Avenue Gratta-Paille 2 Case postale 476, 00 Lausanne 30 Grey T F Worldwide Network mat à Embrach. Le juge de faillite du tribunal de district de Bülach avait ouvert le 5 septembre 20 la procédure de faillite de la société Closomat AG. Le score de paiement avait pourtant déjà montré les premiers problèmes de trésorerie des mois auparavant (cf. Graphique 1, tendance des paiements). Si l entreprise réglait encore ses factures dans la moyenne de sa branche jusqu en octobre 2006, dès le mois de novembre son indice était continuellement en dessous de la moyenne. Or, les expériences réelles en matière de paiement que possède D&B ne permettent pas seulement de détecter la tendance du comportement de paiement d une entreprise du marché, mais également la structure des créances (cf. Graphique 2, Analyse des factures fournisseurs). Dans le cas de Closomat, à peine 53 % des créances avaient été payées dans les délais convenus. En tout, 47 % des soldes restant dus font l objet d un retard de paiement dont 34 % même largement supérieur à 30 jours. Graphique 1 Tendance des paiements Score de Paiement Sept 06 Comportement de paiement Closomat AG Comportement de paiement moyenne de la branche 5. septembre 20: ouverture de la faillite par le tribunal de district de Bülach Nov 06 Jan Mar Mai Juil Graphique 2 Analyse des factures fournisseurs de paiement en jours plus de % % % % Sept 53% 21 jours avant échéance 0 jours Closomat AG 15 jours 22 jours 30 jours 60 jours 90 jours Copyright Dun & Bradstreet (Schweiz) AG 5

Une légère embellie pour la morale de paiement les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18.1 jours en moyenne

Une légère embellie pour la morale de paiement les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18.1 jours en moyenne Statistiques relatives au comportement de paiement: voici comment paient les entreprises en Suisse Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse

Plus en détail

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours Statistiques relatives aux pratiques de paiement: Statistiques relatives aux pratiques Les de paiement: performances Les performances des des Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 892

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010 Chiffres par 31 mai 2010 22. 6. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites

Plus en détail

Faillites de sociétés et créations en avril 2011

Faillites de sociétés et créations en avril 2011 Étude Faillites et créations d entreprises 24. 5. 2011 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/lapresse Faillites de sociétés et créations

Plus en détail

La vague de faillites continue à déferler en cette nouvelle année: plus de 6000 entreprises se battent pour survivre

La vague de faillites continue à déferler en cette nouvelle année: plus de 6000 entreprises se battent pour survivre Chiffres par 31 janvier 2010 19. 2. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnbswitzerland.ch/presse La vague de faillites continue à déferler

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

Le nombre de faillites au premier semestre 2009 atteint, avec 2455 faillites, un nouveau record depuis plus de 10 ans

Le nombre de faillites au premier semestre 2009 atteint, avec 2455 faillites, un nouveau record depuis plus de 10 ans Faillites et créations d entreprise Chiffres de janvier à juin comparés à l année précédente 1 er semestre Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q4/213 Q4/213 L économie suisse tourne à plein régime tant et si bien que l offre d emploi ne subit même pas le ralentissement hivernal habituel. C est ce

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q2/215 Q2/215 Depuis mars dernier, le nombre d offres d emploi publiées n a certes guère évolué, mais, si l on compare les chiffres avec ceux de l année précédente,

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q1/ Q1/ Les entreprises suisses se portent très bien: le recul des offres d emploi au cours du dernier trimestre était en fait une exception saisonnière et

Plus en détail

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide:

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide: Convention sur les contributions des cantons aux hôpitaux relative au financement de la formation médicale postgrade et sur la compensation intercantonale des charges (Convention sur le financement de

Plus en détail

Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage

Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage (OFAC) 837.141 du 31 janvier 1996 (Etat le 12 mars 2002) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 109 de la loi du 25 juin 1982 sur l assurance-chômage

Plus en détail

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Impressum Editeur INFODROG Centrale nationale de coordination des addictions Rédaction Franziska

Plus en détail

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 Les primes d assurance-maladie 2015 Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 25 20 Prime moyenne

Plus en détail

BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008

BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008 1 Bio Suisse FACTS & TRENDS 2009 BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008 2 Bio Suisse FACTS & TRENDS 2009 11,9% de toutes les entreprises

Plus en détail

Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures

Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures Près de la moitié de toutes les factures sont payées trop tard. «Röstigraben» aussi pour l argent: les Suisses romands font particulièrement

Plus en détail

Test d aptitudes pour les études de médecine en Suisse (AMS) - Rapport statistique pour la session Suisse 2014

Test d aptitudes pour les études de médecine en Suisse (AMS) - Rapport statistique pour la session Suisse 2014 UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ ZENTRUM FÜR TESTENTWICKLUNG UND DIAGNOSTIK AM DEPARTEMENT FÜR PSYCHOLOGIE CENTRE POUR LE DEVELOPPEMENT DE TESTS ET LE DIAGNOSTIC AU DEPARTEMENT

Plus en détail

Comparaison intercantonale des coûts et du recours au système de santé

Comparaison intercantonale des coûts et du recours au système de santé Comparaison intercantonale des coûts et du recours Alberto Holly Professeur honoraire Institut d économie et management de la santé (IEMS) Université de Lausanne 11 ème Journée de travail de la Politique

Plus en détail

Les primes d assurance-maladie 2014

Les primes d assurance-maladie 2014 Les primes d assurance-maladie 2014 Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Conférence de presse du 26 septembre 2013 Prime moyenne «Adulte»

Plus en détail

Cercle Indicateurs, Audit urbain

Cercle Indicateurs, Audit urbain 21 Développement durable et disparités régionales et internationales 1381-1300 Cercle Indicateurs, Audit urbain Mesurer le développement durable et les conditions de vie dans les villes Neuchâtel, 2013

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Lors du calcul du renchérissement pour les travaux de construction, il convient de distinguer deux cas:

Lors du calcul du renchérissement pour les travaux de construction, il convient de distinguer deux cas: Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture OFAG Secteur Amélioratios foncières CH-3003 Bern, BLW, sti Aux services cantonaux chargés des

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons ZEWOinfo Conseils aux donatrices et aux donateurs Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuvent être déduits de l impôt fédéral

Plus en détail

Sondage des salaires 2009-2010 Résultats

Sondage des salaires 2009-2010 Résultats Responsable Domaine Employé Rue Bibracte 8b Tél. P. 026 675 11 79 arbeitnehmer@pro-geo.ch Isabelle Rey 1580 Avenches www.pro-geo.ch Table des matières 1 Commentaire sur le sondage des salaires 2009-2010...4

Plus en détail

Développement du PIB et de la consommation privée (1) Développement du taux de chômage et de l'inflation (2) -1%

Développement du PIB et de la consommation privée (1) Développement du taux de chômage et de l'inflation (2) -1% MétaAnalyse conjoncturelle juin Le Seco maintient son estimation pour la croissance économique à 2, en. Les pronostics pour ont toutefois été revus à la baisse de 1,9% à 1,. Le franc fort affecte les perspectives

Plus en détail

Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des autorités dans les cantons: aperçu

Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des autorités dans les cantons: aperçu Nouveau droit de protection des mineurs et des adultes. Questions concrètes de mise en oeuvre Journées d étude des 11/12 septembre 2012 à Fribourg Exposé 3 Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013 kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 0/09/0 Fondements Nom et forme juridique Principe But Tâches Art. Sous le nom de kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de

Plus en détail

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique 3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique Financement du système de santé, aujourd'hui et en cas d'acceptation de l'initiative sur la caisse unique: exemple d'une famille avec

Plus en détail

Questionnaire aux jeunes sortants de formation TIC en 2011

Questionnaire aux jeunes sortants de formation TIC en 2011 Questionnaire aux jeunes sortants de formation TIC en 2011 Probanden in dieser Umfrage total (realisierte Stichprobe): 67 Frage 1 Quelle formation avez vous suivie? Quelle formation avez vous suivie? Gültig

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses:

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Le TarMed Etude valaisanne Département de la santé, des affaires sociales et de l'énergie février 2000 TABLE DES MATIERES 1) RESUME 2) QU EST-CE LE TARMED?

Plus en détail

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d'etat à l'économie SECO Marché du travail / Assurance-chômage Mesures du marché du travail Markus Weber 07.06.2013

Plus en détail

Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009

Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009 09 Construction et logement 909-0900 Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009 Données sur CD-ROM Neuchâtel, 2010 La série «Statistique de la Suisse» publiée par l Office

Plus en détail

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement EVD Preisüberwachung PUE Newsletter Datum 16.11.2010 Sperrfrist 16.11.2010, 09.00 Uhr Nr. 6/10 INHALTSÜBERSICHT/ CONTENU/ CONTENUTO 1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE

Plus en détail

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT D Impôts divers Impôt sur la fortune APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS Outre l'impôt sur le revenu perçu en tant qu'impôt principal, tous les cantons et leurs communes

Plus en détail

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

La durabilité est rentable. www.volets-roulants.ch

La durabilité est rentable. www.volets-roulants.ch La durabilité est rentable www.volets-roulants.ch Nous nous portons garant de la longévité et de la haute qualité de nos produits Les volets roulants aident à économiser de l argent La gestion et l entretien

Plus en détail

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne Seul le texte prononcé fait foi 12.476 Initiative parlementaire Leo Müller, «Imposition des gains immobiliers» et 12.3172 Motion Leo Müller, «Imposition des immeubles agricoles et sylvicoles» Explications

Plus en détail

27.08.2014 Répartition de la richesse en Suisse

27.08.2014 Répartition de la richesse en Suisse 27.08.2014 Répartition de la richesse en Suisse Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat du 7 décembre 2010 déposé par Jacqueline Fehr (10.4046) Résumé Le présent rapport examine la répartition

Plus en détail

Perspectives conjoncturelles pour la branche des garages 2015

Perspectives conjoncturelles pour la branche des garages 2015 Perspectives conjoncturelles pour la branche des garages 2015 Analyses et prévisions mandatées par l'union professionnelle suisse de l automobile (UPSA ) Perspectives sectorielles de BAKBASEL Octobre 2014

Plus en détail

L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES

L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES D Impôts divers Imposition personnes morales APERCU DE L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES GÉNÉRALITES Les personnes morales sont des sociétés, corporations ou établissements auxquels le droit civil ou

Plus en détail

DataCard 2015. Impôts Suisse Personnes physiques. Société Fiduciaire Suisse SA

DataCard 2015. Impôts Suisse Personnes physiques. Société Fiduciaire Suisse SA DataCard 2015 Impôts Suisse Personnes physiques Société Fiduciaire Suisse SA Comparaison fiscale intercantonale 2015 Chef-lieu du canton Impôt sur les successions Impôt sur les donations Revenu brut du

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, c est faire preuve de bon sens. Exemple En cas d assainissement global d une maison individuelle suisse classique, le potentiel d économie

Plus en détail

Ensemble pour une assurance maladie durable. Conférence de presse Zurich, le 10 mai 2010

Ensemble pour une assurance maladie durable. Conférence de presse Zurich, le 10 mai 2010 Ensemble pour une assurance maladie durable Conférence de presse Zurich, le 10 mai 2010 Ordre du jour Défis du marché de l'assurance maladie en Suisse Ensemble pour une assurance maladie durable Complémentarité

Plus en détail

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle 6.06 Etat au 1 er janvier 2013 Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 1 Les employeurs occupant des salariés soumis à l assurance obligatoire doivent s affilier

Plus en détail

Quels sont les enjeux de l accueil extra-familial des enfants en termes d égalité entre femmes et hommes?

Quels sont les enjeux de l accueil extra-familial des enfants en termes d égalité entre femmes et hommes? Pavel Losevsky dreamstime.com Quels sont les enjeux de l accueil extra-familial des enfants en termes d égalité entre femmes et hommes? Version abrégée de l étude PNR 60 «Accueil extra-familial des enfants

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Bâtiments, logements et conditions d habitation

Bâtiments, logements et conditions d habitation Neuchâtel, septembre 2004 Recensement fédéral de la population 2000 Bâtiments, logements et conditions d habitation RECENSEMENT FÉDÉRAL DE LA POPULATION 2000 BÂTIMENTS, LOGEMENTS ET CONDITIONS D HABITATION

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité Zewo peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle 6.06 Etat au 1 er janvier 2013 Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 1 Les employeurs occupant des salariés soumis à l assurance obligatoire doivent s affilier

Plus en détail

L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S)

L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S) L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S) Directives du 30 septembre 2010 concernant la reconnaissance des autorisations délivrées par

Plus en détail

Statistique de l aide sociale

Statistique de l aide sociale Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Division Santé et affaires sociales 13 Protection Sociale avril 2011 Statistique de l aide sociale La population comme grandeur

Plus en détail

Financement de la formation prof: : canton de Berne. Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne

Financement de la formation prof: : canton de Berne. Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne Formation professionnelle à plein temps CH GE NE JU TI VS BL VD FR BS BE GR AR LU SG ZG AG OW SZ TG ZH BE 9,2 % Nombres de

Plus en détail

Initiative parlementaire LP. Recouvrement des primes de l assurance-accidents obligatoire

Initiative parlementaire LP. Recouvrement des primes de l assurance-accidents obligatoire 98.411 Initiative parlementaire LP. Recouvrement des primes de l assurance-accidents obligatoire Rapport de la Commission des affaires juridiques du Conseil national du 27 mai 2002 Madame la Présidente,

Plus en détail

Education et science 1385-1500. Personnes en formation. Neuchâtel 2015

Education et science 1385-1500. Personnes en formation. Neuchâtel 2015 15 Education et science 1385-1500 Personnes en formation Edition 2015 Neuchâtel 2015 Introduction Cette publication donne une vue d ensemble des personnes en formation en Suisse. Les résultats statistiques

Plus en détail

Education et science 1287-1400. Neuchâtel, 2014

Education et science 1287-1400. Neuchâtel, 2014 15 Education et science 1287-1400 Finances du système éducatif Edition 2014 Neuchâtel, 2014 La série «Statistique de la Suisse» publiée par l Office fédéral de la statistique (OFS) couvre les domaines

Plus en détail

2012 BVA Logistique SA - Allmedia.13

2012 BVA Logistique SA - Allmedia.13 les canaux du marketing direct distribution d imprimés publicitaires et d échantillons envois adressés @ -mailing CONSEIL > Stratégie orientée aux objectifs > Segmentation clientèle & potentiel de marché

Plus en détail

L hôtellerie en Suisse chiffres et faits

L hôtellerie en Suisse chiffres et faits L hôtellerie en Suisse chiffres et faits hotelleriesuisse compétence, dynamisme, enthousiasme. Monbijoustrasse 130 Case postale CH-3001 Berne Tél. +41 31 370 42 04 Fax +41 31 370 41 50 politik@hotelleriesuisse.ch

Plus en détail

NON à l initiative COSA

NON à l initiative COSA NON à l initiative COSA Une vaste supercherie avec de lourdes conséquences pour les cantons, la Confédération et le franc suisse 14 août 2006 Numéro 27 1 2 COSA, une vaste supercherie avec de graves conséquences

Plus en détail

Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons

Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons Conférence de presse «Congés parentaux: condition pour une meilleure conciliation entre famille et travail» du 5 mai 2011 Analyse des tableaux Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons

Plus en détail

Perspectives conjoncturelles pour la branche automobile suisse 2016

Perspectives conjoncturelles pour la branche automobile suisse 2016 Perspectives conjoncturelles pour la branche automobile suisse 2016 Analyses et prévisions mandatées par l Union professionnelle suisse de l'automobile (UPSA) Perspectives sectorielles BAKBASEL Octobre

Plus en détail

Quatre propositions des Verts pour un système de santé en meilleure forme

Quatre propositions des Verts pour un système de santé en meilleure forme **Document de travail (février 2015)** GUÉRIR NE SUFFIT PAS, IL FAUT AUSSI PRÉVENIR Quatre propositions des Verts pour un système de santé en meilleure forme Situation initiale Le bilan des Verts relatif

Plus en détail

Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs

Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs Sécurité d abord Les accidents se produisent le plus souvent les premiers jours de travail Jeunes gens Les jobs de vacances

Plus en détail

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref La prévoyance professionnelle constitue le 2 e pilier

Plus en détail

TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES. Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes

TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES. Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes Département fédéral de l'économie DFE Surveillance des prix SPR TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes Juillet 2007 La présente brochure est

Plus en détail

Concept de stationnement Développement de l'armée

Concept de stationnement Développement de l'armée Concept de stationnement Développement de l'armée 26 novembre 2013 Conférence de presse Le chef du DDPS, Ueli Maurer Le concept de stationnement Introduction 2 Finances Exploitation Investissement Cantons

Plus en détail

Le cancer en Suisse. Santé 1182-1000. Neuchâtel, 2011

Le cancer en Suisse. Santé 1182-1000. Neuchâtel, 2011 4 Santé 8-000 Le cancer en Suisse Swiss Childhood Cancer Registry (SCCR) Schweizer Kinderkrebsregister (SKKR) Registre Suisse du Cancer de l Enfant (RSCE) Registro Svizzero dei Tumori Pediatrici (RSTP)

Plus en détail

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle 6.06 Etat au 1 er janvier 2011 Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 1 Les employeurs occupant des salariés soumis à l assurance obligatoire doivent s affilier

Plus en détail

Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne

Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne Mammographie 2 incidences détectent de plus petits cancers, surtout si les seins sont denses diminuent le risque de cancer d intervalle dans les 12 mois (0.46 [95%

Plus en détail

Communiqué aux médias Adecco Switzerland

Communiqué aux médias Adecco Switzerland Communiqué aux médias Adecco Switzerland Zurich, le 2 février 2009 Le marché de l emploi ralentit L Adecco Swiss Job Market Index (ASJMI), le seul index du marché de l emploi suisse combinant la presse

Plus en détail

6.08 Allocations familiales Allocations familiales

6.08 Allocations familiales Allocations familiales 6.08 Allocations familiales Allocations familiales Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Les allocations familiales visent à compenser une partie des frais que doivent assumer les parents pour l entretien

Plus en détail

Documentation pour les médias

Documentation pour les médias DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L'ENERGIE SERVICE DE LA SANTE PUBLIQUE Documentation pour les médias LES PRIMES D ASSURANCE-MALADIE 2004 EN VALAIS Les primes d assurance-maladie pour

Plus en détail

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP EDITION 2014 Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» Une brochure pour les chômeurs Prévoyance professionnelle des personnes au chômage selon la LACI et la LPP REMARQUES Le présent

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

bonus.ch : fortes différences entre prestataires 3 e pilier, Banque CIC et Bâloise en tête

bonus.ch : fortes différences entre prestataires 3 e pilier, Banque CIC et Bâloise en tête bonus.ch : fortes différences entre prestataires 3 e pilier, Banque CIC et Bâloise en tête La Banque CIC offre actuellement les meilleures conditions pour l épargne 3 e pilier. Parmi les assureurs, la

Plus en détail

Petite enfance et éducation préscolaire

Petite enfance et éducation préscolaire Section D A la périphérie... Petite enfance et éducation préscolaire (CITE 0) Mots clés Education préscolaire, petite enfance, institutions de la petite enfance (IPE), enseignement préprimaire, école enfantine

Plus en détail

Global Reference Solution. Identifier, évaluer et exploiter des marchés potentiels avec la plus grande banque de données économiques du monde

Global Reference Solution. Identifier, évaluer et exploiter des marchés potentiels avec la plus grande banque de données économiques du monde Global Reference Solution Identifier, évaluer et exploiter des marchés potentiels avec la plus grande banque de données économiques du monde Global Reference Solution Identifier, évaluer et exploiter Global

Plus en détail

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Vos agences régionales Suva Assurance militaire Suva Genève Assurance militaire Rue Ami-Lullin 12, case postale 3949, 1211 Genève 3, tél. 022

Plus en détail

««TOUT-EN-UN»» 2013 BVA marketing direct SA - Allmedia.14

««TOUT-EN-UN»» 2013 BVA marketing direct SA - Allmedia.14 Votre Votre partenaire partenaire 2014 2014 ««TOUT-EN-UN»» les canaux du marketing direct distribution d imprimés publicitaires et d échantillons envois adressés e-solutions vos avantages & objectifs AVANTAGES

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l UCV 25 septembre 2014 Articulation de la présentation

Plus en détail

Banques actives au niveau suisse

Banques actives au niveau suisse La version allemande fait foi. ABS Alternative Bank Schweiz Lebergasse 17, 4601 Olten Tél. 062 206 16 16 www.abs.ch Chez ABS chaque crédit est un écocrédit (crédits d entreprise, d investissement et hypothèques).

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA TAXE SUR LA DÉPENDANCE AU JEU RÉSUMÉ

ÉVALUATION DE LA TAXE SUR LA DÉPENDANCE AU JEU RÉSUMÉ CONFÉRENCE SPÉCIALISÉE DES MEMBRES DE GOUVERNEMENTS CONCERNÉS PAR LA LOI SUR LES LOTERIES ET LE MARCHÉ DES LOTERIES (CDCM) ÉVALUATION DE LA TAXE SUR LA DÉPENDANCE AU JEU RÉSUMÉ Zurich, 8 mai 2013 Thomas

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Date Lundi 19 juin 2006. Embargo Mardi 20 juin 2006, 11 h.00. Vous nous trouvez sur internet sous www.creditreform.

COMMUNIQUE DE PRESSE. Date Lundi 19 juin 2006. Embargo Mardi 20 juin 2006, 11 h.00. Vous nous trouvez sur internet sous www.creditreform. page 1 COMMUNIQUE DE PRESSE Lieu Zurich Date Lundi 19 juin 2006 Embargo Mardi 20 juin 2006, 11 h.00 1 Nouvelles inscriptions et radiations selon la FOSC... 2 1.1 Nouvelles inscriptions... 2 1.2 Radiations...

Plus en détail

LE PAYSAGE LINGUISTIQUE EN SUISSE

LE PAYSAGE LINGUISTIQUE EN SUISSE RECENSEMENT FÉDÉRAL DE LA POPULATION 2000 LE PAYSAGE LINGUISTIQUE EN SUISSE GEORGES LÜDI Université de Bâle IWAR WERLEN Université de Berne En collaboration avec: Sarah Colombo, Philippe Lüdi, Max Mader,

Plus en détail

Paysage suisse des hautes écoles

Paysage suisse des hautes écoles Paysage suisse des hautes écoles Le paysage suisse des hautes écoles est constitué de deux genres d institutions de valeur égale, ayant des fonctions différentes: les hautes écoles universitaires et les

Plus en détail

2ème information concernant la communication électronique du registre de l'état civil informatisé (Infostar) au registre des services des habitants

2ème information concernant la communication électronique du registre de l'état civil informatisé (Infostar) au registre des services des habitants Département fédéral de justice et police DFJP P.P. CH-3003 Berne, OFJ Aux Contrôles des habitants des communes de Suisse Referenz/Aktenzeichen: COO.2180.109.7.138826 / 2014/00003 Ihr Zeichen: Unser Zeichen:

Plus en détail

VTX Mail Filter - Bronze

VTX Mail Filter - Bronze 0800 200 211 PLUS D INFORMATIONS (APPEL GRATUIT) Interception des courriers indésirables Fini le triage des E-mails inutiles et indésirables Identifie le spam en contrant les dernières techniques utilisées

Plus en détail

Nomenclature des structures des tarifs hospitaliers de tous les cantons (état 2007)

Nomenclature des structures des tarifs hospitaliers de tous les cantons (état 2007) Nomenclature des structures des tarifs hospitaliers de tous les cantons (état 2007) Canton AG AI AR Part de l assurance obligatoire des soins (LAMal) - forfaits mipp 1 pour l'hôpital cantonal AG - forfaits

Plus en détail

Test de fitness pour le recrutement (TFR)

Test de fitness pour le recrutement (TFR) Eidgenössisches Departement für Verteidigung, Bevölkerungsschutz und Sport VBS Bundesamt für Sport BASPO Eidgenössische Hochschule für Sport Magglingen EHSM Dr es. sc.thomas Wyss, lt col EMG Stephan Zehr,

Plus en détail

Produits virtuels de loterie Bingo à tirage différé

Produits virtuels de loterie Bingo à tirage différé Produits virtuels de loterie Bingo à tirage différé Conditions de participation Valables à partir du 1 er juillet 2015 ug1 Swisslos Interkantonale Landeslotterie, Lange Gasse 20, Postfach, CH-4002 Basel

Plus en détail

Possibilités et résultats. 1. Vue d ensemble du portefeuille. 2. Évaluation des risques. 3. Prévisions de défaillance

Possibilités et résultats. 1. Vue d ensemble du portefeuille. 2. Évaluation des risques. 3. Prévisions de défaillance Vue d ensemble des caractéristiques du Portfolio Manager de D&B Composants 1. Vue d ensemble du portefeuille 2. Évaluation des risques 3. Prévisions de défaillance 4. Examen des risques liés aux groupes

Plus en détail

L intégration des TIC et des médias dans l enseignement

L intégration des TIC et des médias dans l enseignement L intégration des TIC et des médias dans l enseignement Inventaire des mesures et supports cantonaux facilitant l intégration des TIC à l école obligatoire et au gymnase Etat des lieux octobre 2008 Impressum

Plus en détail

PARRAINAGES. Aide directe pour les personnes handicapées dans votre région

PARRAINAGES. Aide directe pour les personnes handicapées dans votre région PARRAINAGES Aide directe pour les personnes handicapées dans votre région Alléger les besoins, faire plaisir, soulager les familles Chère marraine, cher parrain, Je vous remercie de tout cœur de votre

Plus en détail

Informations actuelles de votre caisse maladie. www.mykolping.ch

Informations actuelles de votre caisse maladie. www.mykolping.ch 01 2015 Informations actuelles de votre caisse maladie www.mykolping.ch Correction des primes de 2015 à 2017 Au printemps dernier, le Parlement a décidé que certains déséquilibres cantonaux relatifs au

Plus en détail

Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition des personnes morales (LIPM) (D 3 15)

Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition des personnes morales (LIPM) (D 3 15) Secrétariat du Grand Conseil PL 11163 Projet présenté par les députés : M me et MM. Roger Golay, Pascal Spuhler, Dominique Rolle Date de dépôt : 15 avril 2013 Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition

Plus en détail