Impact du Mobile sur l industrie du paiement de de tail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact du Mobile sur l industrie du paiement de de tail"

Transcription

1 Impact du Mobile sur l industrie du paiement de de tail 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND

2 I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION BUT DE CE DOCUMENT LES LIMITES... 4 III UN ETAT DES LIEUX LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT... 5 i Les espèces... 5 ii Les chèques... 6 iii Les cartes... 6 iv Les virements... 7 v Les autres paiements électroniques L ECONOMIE DES INSTRUMENTS DE PAIEMENT... 8 i Les espèces... 9 ii Les chèques... 9 iii Les cartes iv Les virements v Les autres paiements électroniques IV LES DIMENSIONS DU PAIEMENT DE DETAIL DIMENSION ECONOMIQUE i Les différents types de coûts ii Les frais financiers iii Synthèse DIMENSIONS TECHNIQUES i Les étapes de la transaction de paiement ii Particularité des étapes de la transaction de paiement suivant les instruments DIMENSIONS D USAGE i L anonymat ii L intérêt de chaque partie dans la conclusion de la transaction iii La temporalité entre le règlement et l échange de biens ou services iv Le suivi dans le temps de multiples transactions v Synthèse LES DIFFERENTS TYPES DE TRANSACTIONS i Les dimensions définissant les types de transactions ii Nature de chaque catégorie de transaction iii Prévalence des différents instruments par catégorie de transaction V LA PERCEE QUE REPRESENTE LE MOBILE TYPE DE PERCEE i Technologique ii Usage PARTICULARITES DU PAIEMENT PAR MOBILE i Les capacités du mobile ii Les étapes de la transaction de paiement avec un mobile iii La valeur d usage d un paiement par mobile iv L équation économique Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND

3 VI IMPACT DU MOBILE IMPACT SUR LES MODELES ECONOMIQUES i Avantages pour le payeur ii Avantages pour le payé iii Avantages pour les acteurs financiers iv Les modèles économiques IMPACT PAR TYPE DE TRANSACTIONS i Le point de vente moyens montants ii Le point vente gros montants iii Le P2P en face-à-face moyens montants iv Le P2P distant v Le en ligne petit et moyen montants IMPACT SUR LES INSTRUMENTS EXISTANTS i Les espèces ii Les chèques iii Les cartes iv Les virements VII COMMENT ALLER PLUS LOIN? ETABLISSEZ ET PARTAGEZ EN INTERNE VOTRE VISION IDENTIFIEZ VOS OPPORTUNITES DEFINISSEZ VOTRE STRATEGIE MAIS TOUT D ABORD, CONTACTEZ NOUS i Demandez-nous une présentation de ce livre blanc ii Biographie de l auteur VIII GLOSSAIRE IX REFERENCES X PUBLICATION A PARAITRE Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND

4 I Fiche Résumé de ce livre blanc Aujourd hui, quatre instruments de paiement se partagent la quasi-totalité des paiements de détail en France qui représentent 5,1 trillions d euros de transactions pour l ensemble des particuliers et des professionnels. Ces quatre instruments principaux sont les espèces, les chèques, les cartes et les virements. Les espèces, instrument historique, ont encore une présence importante avec environ 65% des transactions en volume et 24% en valeur des actes d achat. Mais la carte bancaire est devenue l instrument privilégié du paiement de détail des particuliers avec environ 21% des transactions en volume, mais surtout 36% en valeur. Le chèque, bien qu en déclin régulier, représente toujours un proche second dans le paiement de détail avec 13% en volume et 33% en valeur. Le virement, premier instrument dans les paiements confondus entre particuliers et entreprises, est quant à lui le parent pauvre du paiement de détail et vient en quatrième position. Parmi ces quatre instruments, seule la carte démontre un modèle économique auto-rentable, fondé sur l acceptation des marchands de verser plus de 3 milliards d euros de commission et sur l acceptation des particuliers de verser 2,8 milliards d euros de cotisation. Mais les contraintes de ce modèle économique expliquent également la grande résistance des espèces et des chèques dans de nombreuses catégories de transactions. Au-delà des différences sur le modèle économique, gratuité ou paiement de commissions, les instruments se distinguent également par les réponses techniques que chacun offre lors des différentes étapes de capture d une transaction (identification, échange des termes, authentification, approbation, signature, confirmation) et par les valeurs d usages qu ils peuvent offrir (anonymat, temporalité entre la livraison et le règlement, suivi dans le temps des différentes transactions). Suivant le type de transactions, chaque instrument offre son propre triptyque technique, valeur d usage et équation économique qui répond plus ou moins bien à la situation considérée. Si les cartes continuent à progresser rapidement, force est de constater qu il existe des poches d usages, par exemple dans les paiements entre particuliers, ou les espèces et les chèques ne seront pas aisément délogés par les cartes bancaires. Face à cette situation, le mobile intelligent vient offrir des capacités techniques de connexion au réseau et de puissance de traitement, et des valeurs d usage d un objet compagnon toujours présent, créateur d opportunités multiples en situation de déplacement. Concernant le paiement, le mobile offre technologiquement des possibilités fondamentalement nouvelles de capture de la transaction, et plus particulièrement de bouclage du circuit des opérations en intégrant le particulier payeur dans le flot des autorisations, authentifications et confirmations, changeant les contrôles et les scénarios d utilisation envisageables. Le mobile permet ainsi de proposer des alternatives nouvelles dans plusieurs catégories de paiements, où les cartes, ou les chèques suivant les cas, sont aujourd hui les instruments dominants. C est alors plusieurs instruments de paiement, fondés sur le dispositif de paiement mobile, que l on peut imaginer pour s opposer tour à tour aux solutions en place. Mais les modèles économiques de 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 1

5 chacune de ces déclinaisons sur mobile sont fondamentaux pour assurer le succès de l instrument de paiement correspondant. Soit les banques décident de résoudre la transition hors du chèque, et le mobile peut servir à partir d un modèle de gratuité faciale de formidable outil de remplacement reposant sur les capacités de règlement des virements et prélèvements. Soit elles se refusent à entamer cette transition, et le mobile, sur la base d un modèle de commissions, ne viendra remplacer le chèque que sur quelques cas d usage très particuliers. Concernant les cartes bancaires, un prestataire en services de paiements voulant offrir une solution sur mobile se voit lui confronté à l alternative de devoir reconstruire un système de règlement des transactions, pour court-circuiter les structures de commissions des organismes opérateurs de cartes bancaires, ou d encapsuler les cartes bancaires avec son propre instrument, et d accepter alors de ne traiter que les cas d usage spécifiques justifiant des commissions plus importantes (en termes de diminution de fraudes, de taux de défaut, ou de facilité d installation et d opération des matériels de transaction). Enfin, pour les organismes opérateurs de cartes bancaires, le mobile est un nouveau dispositif de paiement permettant de dématérialiser la carte plastique et de lui offrir des possibilités que sa forme actuelle ne peut lui permettre. L enjeu est néanmoins de savoir faire évoluer le modèle économique 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 2

6 pour répondre aux cas d usage correspondants à un usage par mobile avec une structure de commissions adaptée, tout en maintenant la cohérence avec les commissions déjà en place. On voit que le mobile interpelle à la fois les acteurs du paiement de détail en place, ainsi que les acteurs souhaitant entrer à la faveur de ce bouleversement. Une chose est certaine, dans 3 à 5 ans, les frontières de plusieurs des quatre instruments en place auront largement été redéfinies Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 3

7 II Introduction 1 But de ce document Ce document est construit suivant la démarche au cœur Financial Breakthroughs, notre société de conseil spécialiste de la stratégie pour le secteur financier. Face à une percée (breakthrough) qui influencera le secteur financier dans un horizon de 3 à 5 ans, il est important de posséder les modèles qui permettront de comprendre et d anticiper les impacts. La démarche est alors de commencer par une synthèse des équilibres en présence dans le paysage actuel - équilibres qui peuvent dépendre du pays concerné - d analyser les principales dimensions technologiques, économiques et d usage du secteur, de présenter ensuite les caractéristiques spécifiques de la percée (breakthrough) considérée, puis de décrire les impacts que celle-ci aura sur la dynamique du secteur. Le but de ce document est de présenter l impact de l adoption grandissante du téléphone intelligent sur le secteur du paiement de détail en France. Le document commence ainsi par un panorama des solutions de paiement de détail actuelles, il présente ensuite une synthèse des principales caractéristiques du secteur du paiement de détail, puis il introduit les particularités de la rupture potentielle que contient l adoption grandissante des téléphones intelligents, finalement il conclut par l analyse de l impact que cela devrait entraîner sur le secteur des paiements de détail Français. Ce document est destiné aux acteurs du secteur financier, aux acteurs souhaitant entrer dans l industrie des paiements ou à toute personne désireuse d obtenir des modèles pour pouvoir réfléchir aux évolutions dans l activité du paiement de détail en France. Il a pour but de donner les clefs pour penser les changements qui devraient devenir particulièrement saillants sur un horizon de 3 à 5 ans. Il peut ainsi servir aux acteurs en place à envisager les implications de l adoption des téléphones intelligents pour leur propre activité. Il peut également servir aux acteurs souhaitant entrer dans l activité de paiement de détail à analyser les meilleures stratégies pour s imposer à la faveur de ces redéfinitions du paysage. Enfin, il offre à toute personne souhaitant analyser le secteur un cadre pour construire ses propres réflexions. 2 Les limites Ce document concerne les paiements de détail, et plus particulièrement les paiements fait par un individu à une société, un commerce, un autre individu ou une administration. Etudiant l impact du téléphone mobile, et plus spécifiquement du mobile intelligent, il ne s intéresse qu aux paiements occasionnels et exclut les prélèvements ou les virements récurrents. Il concerne également l impact sur les instruments de paiements existants et les circuits de règlement associés. Il ne cherche pas à analyser les opportunités de transactions que le mobile pourrait faire apparaître et qui ne donnerait lieu aujourd hui à aucun échange d argent. Enfin, il s intéresse principalement à la situation Française et se concentre sur les instruments qui y sont majoritairement utilisés, ceux-ci peuvent ne pas connaître la même présence dans d autres pays, comme le chèque par exemple Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 4

8 III Un état des lieux 1 Les instruments de paiement Les instruments de paiement se partagent en deux catégories, les espèces et les moyens de paiements scripturaux. Les moyens de paiements scripturaux se définissent en fait par opposition aux paiements en espèces et recouvrent ainsi tous les paiements faisant appel à des écritures, que celles-ci soient papiers, électroniques ou un mélange des deux. Au sein des paiements scripturaux, on retrouve les chèques, les cartes, les virements, les prélèvements et tous les moyens de paiement électronique. Bien que les paiements par cartes représentent une très grosse partie du nombre de transaction des paiements faits par un particulier, et que cette part a connu une progression forte et constante depuis plusieurs décennies, ceux-ci connaissent néanmoins une grande résistance des modes de paiements traditionnels que sont les espèces ou les chèque. En France en Paiement Scripturaux France % particulier, les chèques représentent encore une part importante des paiements fait par des particuliers (à titre indicatif, il représente 24% de l ensemble des paiements scripturaux fait par des particuliers ou des entreprises [1]). 19% Figure 1 : Part des différents paiements scripturaux (paiements hors espèces) dans le nombre de transactions, particuliers et entreprises, en France en 2007 source Banque de France En valeur, les transactions pour l ensemble des paiements scripturaux (particuliers et entreprises) représentent un flottant de 5,1 trillion d euros *2+. La part des paiements par carte y est ici moins importante, 5,1%, ce qui est le reflet de la part importante des transactions inter-entreprises dans ce chiffre, mais également le plus bas niveau du montant moyen des transactions par cartes bancaires. i Les espèces Les espèces ont la particularité de ne laisser aucune trace des transactions effectuées avec celles-ci. A pouvoir libératoire immédiat, les espèces sont la seule forme de paiement complètement anonyme vraiment tolérée (au sein de limites précises) par les gouvernements. Aujourd hui, il n est possible de tracer que les entrées sorties d espèces vis-à-vis du système bancaire. Les sorties se faisant de nos jours principalement au travers de distributeurs automatique de billets, et les entrées par dépôt sur les comptes courants, par exemple de commerçants. En valeur, ces entrées sorties sont d un montant très faible - 0,7% pour les retraits d espèces par cartes à des distributeurs automatiques. Mais ces faibles valeurs ne donnent pas la mesure du nombre de transactions s opérant effectivement, et les principales estimations que l on possède sont le fruit d enquêtes faites auprès de point de vente pour évaluer la part des échanges se faisant encore sous forme d espèces. Dans ce contexte, il est estimé qu en 2005 les paiements par espèces représentaient 62,5% des transactions en volume pour des achats par les particuliers et 24,2% en valeur [3]. Même si le paiement par 40% 24% Chèque Carte interbancaire Virement Prélèvement 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 5

9 espèces a beaucoup reculé depuis le début du XXème siècle, c est encore une forme de paiement loin d être négligeable. ii Les chèques Le chèque occupe lui aussi une part encore particulièrement importante, et ceci est encore plus vrai en France, où son usage est encore très répandu par opposition à de nombreux autres pays développés, à l exception notable des Etats Unis qui sont encore plus utilisateurs de cet instrument historique. Pour les achats, les chèques représentaient en ,8% des transactions en volume et 33,1% en valeur.[3]. Le rapport entre les chiffres en volume et en valeur, montrent que les chèques sont généralement utilisés pour des transactions de plus grands montant que les autres instruments, espèces et cartes en particulier. D autre part, les chèques sont également très utilisés par les particuliers pour des transactions avec d autres particuliers, l administration ou certaines personnes morales particulières (entreprises ou associations). Dans l ensemble des transactions réalisées en France en 2007 particuliers et professionnels les chèques représentaient 23,6% de toutes les transactions [1]. En valeur, ceux-ci représentaient 34,4% en 2007 des montants échangés, et encore 28,2% en 2010 [2]. Même si son importance est en décroissance constante, le chèque a une couverture d utilisation bien plus vaste que tous les autres instruments *1+, sa flexibilité relative lui permet d être utilisé dans de nombreux types de transactions. C est cette même couverture qui a fait récemment reculer le gouvernement Britannique sur la mort programmée du chèque en L absence d alternative crédible pour de nombreuses situations (e.g. paiement à des associations) a montré l impossibilité de décréter la mort du chèque en l état actuel des instruments disponibles dans les pays développés. iii Les cartes Les cartes sont l instrument de paiement ayant connu une progression constante, et soutenue depuis plus d une quarantaine d années. Le dispositif de paiement, qui prend la forme d une carte plastique, peut recouvrir des réalités de règlement différentes pour les cartes de crédit, de débit ou prépayées. Au niveau de son usage, il a représenté des facilités pour les acheteurs et les commerçants, qui ont justifié la part croissante que l instrument carte a su prendre sur les espèces et les chèques. De plus, au niveau des garanties pour les commerçants, les cartes ont su incorporer une nouveauté qui a justifié l adoption de ce nouvel instrument par ceux-ci, et le financement que les commerçants ont ainsi apporté au déploiement et aux frais d opération représentés. Concernant les différentes formes de règlement, crédit, débit ou prépayé, les proportions dépendent fortement des pays et habitudes économiques et culturelles. Alors qu aux Etats Unis, la carte de crédit a été le véritable fer de lance dans l adoption des cartes comme dispositif de paiement, l Europe, et la France, ont beaucoup plus majoritairement adopté la carte de débit comme mode de règlement principal. Ainsi en France en 2006, la carte bancaire a représenté 39,7% des transactions totales, particuliers et professionnels [1]. En valeur, sa part se situait à 4,2% en 2006 et 5,1% en 2010 de ces transactions [2]. La différence de ces deux pourcentages est due à la fois à la faible utilisation des transactions par cartes entre entreprises, et par le faible montant moyen des transactions par cartes par rapport à ceux des chèques, virements ou prélèvement. La progression ne cesse néanmoins de se confirmer d année en année, et la carte est devenue le premier instrument de paiement pour les achats des particuliers, avec 35,7% des transactions en valeur en 2005 [3] Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 6

10 iv Les virements Les virements sont le quatrième instrument de paiement utilisé de façon notable par les particuliers, mais dans une moindre mesure que les trois autres, espèces, chèques et cartes. Le virement est quasiment inexistant dans des transactions d achats *3+. En revanche, au niveau de l ensemble des transactions - particuliers et professionnels - les virements sont largement en tête. Ils représentaient 37,2% des transactions en valeur en 2006, et 44,7% en 2010 [2]. Ceci est dû à la fois à la forte utilisation par les entreprises, pour des transactions entre elles ou envers des particuliers, par exemple pour le paiement de salaires, et également à une utilisation par des particuliers pour des mouvements sur des montants souvent importants. Les prélèvements représentent eux une part plus restreinte avec 8,6% en 2006 des transactions en valeur particuliers et professionnels et 9,2% en Bien que les prélèvements soient utilisés pour un certain nombre de transactions commerciales impliquant des particuliers (abonnements, services financiers,..), ils correspondent à des relations récurrentes donnant lieu à des opérations souvent de prélèvement, généralement mensualisées. Comme nous l avons indiqué au début de ce document, nous ne considérerons pas les prélèvements car ils n interviennent jamais pour le particulier dans un processus de choix entre plusieurs instruments possibles. Nous ne reconsidérerons en fait le prélèvement que dans le cas des rapports avec l administration, ou une autorisation de prélèvement est accordée pour des opérations qui sont ponctuelles par nature. Dans cette circonstance, le particulier peut effectivement arbitrer entre différents instruments envisageables. Nous considérerons alors que le prélèvement pourra être associé aux virements, car il n y a dans ce cas qu une différence technique entre le véritable émetteur de l ordre bancaire luimême. v Les autres paiements électroniques A côté des grands instruments que nous venons de passer en revue, il existe de nombreux autres instruments appartenant à la famille des paiements électroniques. Leur part confondue est néanmoins bien inférieure à chacune des parts des instruments retenus. Ils sont utilisés par les particuliers souvent dans des conditions bien spécifiques et n offrent pas la souplesse des instruments précédents. Néanmoins, certains instruments représentent des caractéristiques intéressantes et nous allons en détailler quelques-uns rapidement. Certains, comme PayPal, ont un usage qui représente un nombre de transactions en valeur qui est loin d être négligeable, et ces transactions appartiennent à une catégorie qui pourrait bien se développer très fortement. Néanmoins, ils représentent encore aujourd hui, en volume et en valeur, des parts très minoritaires des flux constatés. a PayPal PayPal peut être considéré comme le géant des paiements alternatifs. En 2008, PayPal a effectué pour 60 milliards de dollars de transaction pour l ensemble du monde [4] à rapprocher des 235 milliards d euros de transactions par cartes bancaires pour la France seule *2+. La part d utilisation de PayPal en France est nettement inférieure, mais PayPal offre l exemple intéressant d un instrument couvrant certains segments échange entre particuliers à distance, pour motifs personnels ou professionnels mal desservi par les instruments principaux. Pour le règlement, PayPal repose sur l utilisation de carte ou de prélèvement. Il réalise ainsi une encapsulation des instruments précédent, 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 7

11 en offrant une souplesse (e.g. ouverture de compte marchand simplifiée) et des fonctionnalités (e.g. non communication des données bancaires ou cartes) que ceux-ci n avaient pas pour répondre aux besoins des transactions considérées. PayPal a de grandes ambitions de développement au-delà de ses cas d utilisation actuelles, et veut devenir la référence sur de nouveaux segments comme le m-commerce, ou même venir concurrencer les instruments précédents sur le paiement au point de vente. b Dwolla Dwolla est une jeune startup américaine qui offre à ses utilisateurs la possibilité de bénéficier d un instrument de paiement très pratique (paiement en ligne et mobile), tout en retirant l argent directement sur le compte bancaire par prélèvement. En juillet 2011, Dwolla déclarait traiter pour plus d 1 million de dollars de transaction par jour. Les montants sont donc aujourd hui infimes, et quasi inexistants en France, mais ils représentent des taux de croissance montrant les possibilités éventuelles à long terme de paiements qui sont aujourd hui considérés comme alternatifs. c Moneo Moneo est une expérience Française au passé mouvementé. Récemment repris par le fond d investissement Black Fin, Moneo, malgré les supports à l époque, n avait pas sur faire triompher l usage de la monnaie électronique en France. L avenir dira si un nouveau plan stratégique saura faire décoller Moneo, mais celui-ci est un exemple intéressant des intérêts, et défis, que peut connaître le déploiement d une solution de monnaie électronique. Il est à noter que les opérateurs de monnaies électroniques, qui bénéficient d un statut d agrément distinct des établissements de crédit, suite à l implémentation de la directive e-money 1, représentent aujourd hui moins de 1% des flux *1+. L implémentation de la directive e-money 2 ouvrira peut être de nouvelles possibilités, mais à l heure actuelle les paiements par monnaie électronique font toujours partie des solutions alternatives. d Kwixo Un nouveau venu sur la scène Français est le service Kwixo, conçu par le Crédit Agricole et qui est apparu en juin Kwixo est très similaire à PayPal et entend concurrencer celui-ci sur la base des coûts de transactions pour le payeur ou le payé. Il offre une nouveauté intéressante avec la possibilité de paiement à réception. Kwixo a pour défi de soit rapidement gagner une importante part de marché grâce à sa politique tarifaire sur des transactions existantes, soit à découvrir une poche d un nouveau type de transactions en forte croissance, sur laquelle il pourra exiger des frais plus importants. A noter que c est exactement l enjeu auquel s est vu confronté PayPal à ses débuts. 2 L économie des instruments de paiement Tous les instruments de paiements impliquent un certain nombre d opérations pour que des unités de crédit en la possession du payeur, passe en possession du payé. Certaines de ces opérations sont effectuées par ces deux acteurs, mais beaucoup d autres peuvent également concerner des tiers (banques centrales, banques commerciales, fournisseurs de service de paiements, opérateur de monnaie électronique) qui devront couvrir leur frais pour que les opérations s enchaînent correctement de bout en bout Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 8

12 Au-delà de ces opérations de traitement, il faut également intégrer les possibilités de fraude et de défaut de la part du payeur. C est donc un modèle économique qui doit être mis en place en rapport avec chaque instrument, pour que celui-ci puisse effectivement être utilisé de façon répétée au cours de multiples transactions. Nous allons passer en revue les facteurs économiques principaux des différents instruments de paiement tels qu ils existent aujourd hui en France. i Les espèces Les espèces sont issues du pouvoir régalien des états de battre monnaie. Elles ne peuvent être refusées comme instrument de paiement (mais sont interdites pour un montant supérieur à 3000 euros dans une transaction marchande). Elles sont à l origine la véritable invention que l on appelle monnaie et continuent d être largement utilisées dans nos économies développées. D un point de vue financier, on peut dire que le coût d opération des espèces est complètement supporté par la banque centrale et les banques commerciales. C est néanmoins une démarche des plus rationnelles : en mettant à disposition de ses citoyens une monnaie, un Etat crée une importante prospérité grâce aux échanges qui sont rendus possibles. Au travers de taxes, l Etat trouvera donc une très bonne raison économique de mettre à disposition un moyen de paiement, qui servira de référence. De plus, le seigneurage (différence entre le coût de production et la valeur nominale d une pièce ou un billet) est une source de revenu direct qui permet de couvrir les frais d opérations des espèces produites (transaction et lutte contre la fausse monnaie). Une étude de la Banque Centrale Belge *5+ nous permet d apprécier les coûts d émission de la monnaie fiduciaire à 0,02 pourcent du PIB d un pays développé. Soit le l ordre de 380 millions d euros pour l année 2010 pour la France. Le coût pour le secteur financier des banques (transport de fonds, distributeurs, récolte,..) est lui de 0,26 pourcent du PIB, ce qui représenterait 5 milliards d euros pour l année 2010 en France. On voit donc que ce sont les banques commerciales qui supportent le coût économique principal des espèces. Les payeurs et les payés portent eux aussi des coûts non financiers très importants, certains estimant, peut-être de manière excessive, même à dix fois le coût supporté par les banques le coût total d opération des espèces dans les points de vente, soit 50 milliards d euros, [6]. Néanmoins, les espèces sont au global un instrument de paiement plus que viable et l ensemble des coûts qui ont été cités sont largement contrebalancés par les gains directs (seigneurage) et indirects (taxes et exploitation des dépôts) que les espèces procurent à leur opérateur. Les espèces servent en fait de point de repère en donnant l étalon par rapport auquel les instruments de paiement scripturaux peuvent s évaluer, en étant plus pratique, plus sûre ou en offrant des services complémentaires. ii Les chèques Les chèques sont la première grande innovation en termes d instrument de paiement par rapport aux espèces. Fondés principalement sur l économie de coût réalisé sur la manipulation de pièces et billets, ils ont donné aux banques un formidable outil pour justifier le dépôt sur des comptes courants. Offert à titre gracieux (dans certaines limites), les banques supportent entièrement leurs coûts de traitement lors de l utilisation de ceux-ci. Une estimation de la part des banques établirait le 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 9

13 coût moyen de traitement d un chèque à environ 50 centimes à 1 euro [7]. Le passage à l image chèque et l automatisation continue des processus a certainement permis de baisser le coût supporté de manière effective. Extrapoler aux quelques 3,3 milliards de chèques encore émis en 2009 en France, c est donc un coût total de un à quelques milliards qui est à la charge des banques commerciales. Inscrit dans la loi Française de gratuité des chèques pour la mise à disposition de chèques comme moyen de paiement, cet instrument est néanmoins une source potentielle de revenu pour les banques au travers des frais bancaires [8]. A la différence des espèces, les chèques sont donc un instrument mise à disposition gratuitement par les banques qui peut néanmoins se révéler, si ce n est directement rentable, au moins capable de générer quelques flux pour couvrir son utilisation. iii Les cartes Les cartes sont la deuxième grande innovation en matière de paiements. Parfaitement adaptées pour résoudre les problèmes, et donc les coûts opérationnels, que les espèces et les chèques faisaient porter aux commerçants, elles ont su trouver une équation économique où les coûts de traitement par les opérateurs financiers sont intégralement transférés aux commerçants sous la forme de commissions. Ce n est plus un instrument qui devient rentable de manière indirecte qu ont pu ainsi proposer les banques, mais un instrument qui couvre son coût, et génère même au passage une marge très intéressante. Le revenu financier pour les banques versé par les commerçants et artisans pour l utilisation de cet instrument de paiement est ainsi estimé à plus de 3 milliards d euros *9+. Du côté du payeur, les commissions interbancaires de paiements (CIP) que touche la banque émettrice, c est-à-dire la banque qui fournit la carte bancaire qui sera utilisée par le particulier, sont de l ordre de 0,4% à 1,8% sur une transaction *9+. C est donc déjà un revenu issu des transactions de un à deux milliards par an qui permet aux banques émettrices de largement couvrir les coûts effectivement supportés. Cela s ajoute aux revenus provenant des cotisations annuelles payées par les particuliers détenteurs de cartes qui représentent une somme de 2,8 milliards d euros [10]. La carte bancaire est ainsi dans la panoplie des grands instruments de paiement, le seul avec une équation économique simple, et largement favorable aux banques qui en proposent l utilisation. iv Les virements Les virements sont un peu le parent pauvre des instruments de paiement mis à disposition des particuliers par leurs banques. Si dans la masse totale des transactions, professionnels et particuliers, ils représentent la plus grosse part - 44,7% des transactions en valeur en 2010 [2]- c est l utilisation par des professionnels qui en explique l essentiel. Source de revenu pour les banques quand il s agit de payeurs professionnels, les particuliers voient généralement le service offert à titre gracieux par la très grande majorité des banques, quand le virement est émis via Internet, et à titre occasionnel [11]. Souvent, l accès à cet instrument par les particuliers n est néanmoins pas rendu des plus aisés dans les interfaces de banque en ligne. D autre part, le chèque reste une alternative souvent crédible, ce qui fait osciller le virement par un particulier entre un acte exceptionnel qui pourrait être tarifé, mais qui ne verrait pratiquement pas de volume, ou un service simple et gratuit qui économiserait aux banques le coût de traitement d un chèque, mais qui serait potentiellement vu comme un manque à gagner. Les virements pour les particuliers souffrent donc d un modèle économique peu adapté, où 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 10

14 personne n y trouve une valeur de service, ou une réduction de ses coûts, suffisantes pour être prêt à financer la chaîne de traitement comme ce fut le cas pour les espèces, les chèques ou les cartes. v Les autres paiements électroniques Les instruments de paiement alternatifs voient émerger pratiquement autant de modèles économiques qu il existe d instruments. Positionnés sur des cas d usage très spécifiques, ils doivent assurer leur viabilité sans bénéficier généralement de revenus indirects. Ils sont donc amenés à trouver des acteurs prêts à couvrir des frais par transaction nécessairement importants et sur des volumes de transactions bien moins importants que les outils précédents. PayPal est ainsi un des instruments innovants qui a réussi à découvrir un certain nombre de cas d usage où des particuliers étaient prêt à couvrir les frais de transactions car les instruments traditionnels ne permettaient pas, ou par des moyens compliqués et très coûteux, d assurer ces échanges qui apparaissaient comme marginaux pour eux. L exemple généralement donné pour expliquer l essor de PayPal est celui de l utilisation par ebay de PayPal comme instrument de paiement entre ses acheteurs et ses vendeurs. Cas très mal servi avec des instruments traditionnels, ces transactions simples, rapides et offrant une certaine garantie offraient effectivement un champ de développement pour une solution alternative de paiement. Cas moins cité, on peut remarquer également que PayPal a su offrir aux particuliers une solution de virements transnationaux d une simplicité sans commune mesure avec celle expérimentée au travers des circuits bancaires traditionnels. Il est à noter que PayPal offre principalement une encapsulation de services bancaires traditionnels virements et cartes et voit peu de compensation dans le service offert (frais gratuit de transfert entre comptes PayPal). Son modèle économique a dû tout à la fois couvrir ses propres coûts d investissement et d opération, et rémunérer les instruments traditionnels utilisés, en particulier les cartes. Les commissions pour un achat inférieur à euros sont ainsi de 3,4% par transaction, plus un frais fixe de 0,25 euro [12]. Ceci illustre le dilemme des instruments de paiement innovants, il leur faut soit débuter par une encapsulation des instruments existants et trouver des cas d usage pouvant justifier de hautes marges, soit obtenir très rapidement de gros volumes qui pourraient soutenir les faibles marges de modèles plus horizontaux, couvrant de nombreux cas d usage Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 11

15 IV Les dimensions du paiement de détail 1 Dimension économique i Les différents types de coûts Un point déterminant dans l analyse des instruments de paiement est l ensemble des coûts, financiers et non financiers, associé à chacun d eux, suivant le contexte. Ainsi, aucun instrument n est vraiment moins coûteux que tous les autres, dans toutes les conditions. C est pourquoi en tant que payeur, nous choisissons consciemment, ou inconsciemment, l instrument de paiement qui nous imposera le moindre coût parmi ceux que notre vis-à-vis est prêt à accepter. La démarche de celui-ci est d ailleurs identique. Mis à part les contraintes imposées par la loi (e.g. paiement en espèces interdit pour un montant supérieur à 3000 par un particulier), le receveur n acceptera que les instruments de paiement qui gardent à la transaction effectuée la rentabilité suffisante pour qu il souhaite s y prêter. Pour éclairer la partie économique dans la transaction paiement, il faut distinguer les différents coûts, financiers ou non-financiers, suivants que nous allons détailler ci-dessous : les coûts de traitement, le coût du risque de fraude, le coût du risque de défaut et le coût du financement dans les cas des paiements différés ou des paiements à crédit. a Coûts de traitement Pour pouvoir effectuer le transfert d un certain crédit sur le compte du payeur vers le compte du payé, il faut enchaîner un certain nombre d opérations, chacune représentant un coût de traitement, effectivement refacturé, ou subi comme l ensemble des manipulations que doit supporter par exemple le payeur pour initier la transaction (décompte d espèce, remplissage d un chèque, maniement de sa carte,..). L ensemble des acteurs dans la chaîne de traitement, payeur, payé, banques, réseaux, subissent un coût de traitement, que celui-ci soit finalement imputé financièrement à la transaction elle-même, ou supporté par le payeur ou le payé par d autres biais. Ainsi, le traitement des chèques implique selon les banques un coût de traitement de 0,5 à 1, mais ce coût n est pas directement facturé à la transaction supporté et est supporté indirectement par le payeur et le payé au travers de frais annexes qui leur sont facturés dans le cadre de leurs opérations habituelles. Notons que les coûts de traitement peuvent être rassemblés dans les trois catégories : le coût de payer, le coût de traitement des opérations de paiement et le coût d être payé. b Coût du risque de fraude Le risque de fraude correspond à l utilisation par un tiers des moyens de paiement du payeur. Un certain nombre d opérations, comme nous le verrons un peu plus loin, permettent de diminuer, sans le faire disparaître, ce risque d observer une utilisation frauduleuse. L identification du requérant et son authentification servent ainsi à augmenter les contrôles pour atteindre un niveau de risque considéré comme gérable. Mais la multiplication des procédures augmentent les coûts de traitement supportés par le payeur et le payé lors de la transaction et peuvent finir, si elles deviennent trop lourdes, par éliminer l instrument de paiement correspondant de la panoplie avec laquelle les acteurs principaux de la transaction, le payeur et le payé, sont prêt à mener une transaction Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 12

16 Il est à noter que le risque de fraude est porté à la fois par les banques, le payeur et le payé. Si pour ces derniers, le risque de fraude peut ne pas être présent ou largement amoindri dans sa forme financière, il reste présent dans l ensemble des opérations de contrôle a posteriori pour déterminer que toutes les transactions effectivement conclues étaient licites, et par les opérations additionnelles d opposition ou de justification à fournir pour les transactions illicites. Il est à noter que la diminution du risque de fraude pour le payé est une des raisons du succès que les cartes de paiement ont connu auprès des marchands face à l utilisation d un chèque. c Coût du risque de défaut Le risque de défaut correspond au cas où une transaction parfaitement licite a été conclue, mais où le payeur se trouve ne pas avoir les moyens d effectuer le transfert du montant de la transaction lors du règlement effectif de celle-ci. Comme la livraison du bien ou service a lieu souvent après la transaction, mais avant le règlement effectif, le risque de défaut est a priori porté par le payé. De nouveau, les cartes sont venues offrir une proposition intéressante par rapport au risque du fameux chèque en bois. En garantissant le versement de la somme au payé, à partir du moment où il a respecté un certain nombre de procédures, notamment de contrôle et d autorisation, les fournisseurs de cartes ont permis le transfert du risque de défaut du payé, vers les banques, lesquelles bénéficient à la fois de plus gros volumes et de méthodes pour gérer statistiquement les risque de défaut sur un grand nombre de transactions. d Coût du financement Le dernier coût inclue dans la partie économique de la transaction est le coût de financement, c està-dire le financement du décalage entre le moment où le montant est mis à disposition du payé et celui où il est débité du compte du payeur. Dans le cas de règlement en temps réel, ou paiement immédiat, ce coût est nul ou en fait supporté par le payeur, qui finance le loyer de l argent entre le moment où son compte a été débité et le moment où le montant est disponible sur le compte du payeur. Dans le cas de paiement différé, généralement agrégé sous forme d un règlement global en fin de mois, ou plus explicitement dans le cas de paiement à crédit, l argent est mis à disposition du payé en avance par les banques. Les cartes ont également offert de nombreuses possibilités par rapport aux instruments comme les espèces et les chèques sur cette composante de coût. Dans le paiement différé, elles ont permis de gérer ces décalages, offrant au payé un accès immédiat aux montants échangés, et au payeur une gestion lissée de ces dépenses, en positionnant le règlement global à la suite d un salaire mensuel par exemple. Dans ce cas de figure, le coût du financement est reporté soit sur le payeur, par exemple au travers des frais d abonnement sur sa carte, soit au payé, au travers de la portion des frais marchand que celui-ci se voit déduire du montant nominal de la transaction, soit plus généralement par une combinaison des deux qui assurent un équilibre économique aux banques impliquées. Mais les cartes ont sans doute créé encore plus de nouveauté en offrant la possibilité de crédit. Ce n est plus ainsi les décalages d écritures à l intérieur d une période qui sont gérés, mais la possibilité de reporter le remboursement des sommes sur un ou quelques mois. Le coût de financement est 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 13

17 alors tout simplement un coût de crédit. En offrant la possibilité d engager un crédit lors du paiement d un bien par l utilisation de sa carte de crédit, cet instrument de paiement a offert une souplesse au payeur qui explique largement son succès, en particulier dans certains pays comme les Etats Unis. ii Les frais financiers Il est à noter que les frais financiers sont un moyen de transférer le coût subi par un des acteurs à un autre acteur de l opération de paiement. Ainsi cela peut être la banque qui transfère tout ou partie de ses coûts vers le payeur ou le payé via des frais de transaction. Ou cela peut être le payé transférant une partie de ses coûts vers les payeurs en imposant une surcharge lors de l utilisation de certains instruments par rapport à d autres. Lorsqu une transaction est localement économique, les coûts de traitement, de fraude, du risque de défaut, plus une marge éventuelle, sont intégralement transféré de façon financière aux deux acteurs principaux de la transaction, dans le coût total de payer (traitement pour le payeur plus frais), d être payé, ou un partage des deux. Ainsi pour les paiements par cartes, les frais payés par le marchand permettent de couvrir les coûts d opérations, de fraude et de défaut et de dégager une marge à la banque acquéreuse du marchand, à la banque émettrice de la carte et au réseau organisateur. Lorsque la transaction, comme une transaction par chèque, n est pas équilibrée localement sur la seule transaction, l équilibre économique est retrouvé sous la forme d une cotisation ou par le biais de frais connexes, par exemple dans le cas des frais bancaires que supportent les payeurs et les payés iii Synthèse Au moment de la transaction, le payeur et le payé ont sélectionné sur la base des coûts précédents la panoplie des instruments de paiement avec lesquels ils sont prêts à mener une transaction. Suivant un contexte plus spécifique (montant, nature du bien,..), ils peuvent être amenés à choisir plus particulièrement l un ou l autre des instruments a priori possibles. Au final, ils s entendront pour utiliser un des instruments parmi les plus économiques pour chacune des parties. Le tableau suivant donne une synthèse des spécificités des principaux instruments de paiement actuels (espèces, chèque, carte et virement) sur chacun des coûts décrits précédemment. Les conditions particulières de la transaction (face à face ou à distance) peuvent avoir bien sûr une grande influence sur la pertinence des points soulignés ; ainsi, pour des raisons d implémentation actuelle, le virement est très peu opérationnel en transaction face à face, mais beaucoup plus pertinent pour une transaction à distance. De plus, les coûts sont souvent supportés par plusieurs ou mêmes tous les acteurs impliqués (payeur, payé et banques), le tableau n indique cependant que les parties supportant principalement le coût correspondant. Malgré ces différentes objections, le tableau 1 devrait permettre de souligner les grandes particularités que revêtent chacun des instruments Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 14

18 Qui supporte le gros des coûts de traitement Qui supporte le coût du risque de fraude Qui supporte le coût du risque de défaut Qui supporte les frais financier Espèces Chèques Cartes Virement Marchand Marchand Marchand au Payeur + Banques travers des frais + Banques Marchand Marchand Marchand au travers des frais Non Applicable, règlement immédiat Personne, règlement immédiat Marchand Personne, refacturation indirecte Marchand au travers des frais Payeur + Marchand Banques Non Applicable Payeur éventuellement ou refacturation indirecte Tableau 1 : principaux acteurs supportant les différents coûts économiques d une transaction par type d instruments de paiement. On peut constater que les cartes ont permis de reporter sur le marchand de nombreux coûts qui étaient supportés par les banques. Ceci est bien sûr caractéristique d une transaction de paiement entre un particulier et un marchand, et non significatif pour un paiement entre un particulier et une administration ou un autre particulier. Toujours est-il que les marchands ont été prêts à accepter l internalisation des différents coûts sous la forme d une commission, qui pour eux étaient économiquement plus avantageuse que le traitement séparé à leur compte que leur impose les autres instruments de paiements. Les autres acteurs, et en particulier les banques, ont bénéficié de voir les marchands prêts à reprendre financièrement des coûts qui sont à leur charge avec les autres instruments comme les chèques ou les virements. 2 Dimensions techniques i Les étapes de la transaction de paiement Dans la partie III.1, nous avons vu la dimension économique d un paiement de détail. Il faut en fait d un point de vue technique distinguer deux parties différentes : la transaction, où le paiement est complètement défini, et le règlement, où les transferts entre des comptes bancaires ont effectivement lieu pour que le payé dispose effectivement du montant versé par le payeur. Dans le cas d espèces, ces deux grandes phases sont simultanées. En revanche, pour l ensemble des autres instruments, le règlement a lieu une fois que la transaction de paiement a été complétée, et voit son déroulement complètement défini par les opérations qui ont été effectuées, ou non, lors de la transaction elle-même. Du fait que le règlement dépend directement des particularités de la transaction, nous pouvons dire que les éléments économiques reposent complètement sur l implémentation des différentes étapes techniques d une transaction suivant les divers instruments. Nous pouvons ainsi discerner 6 étapes dans une transaction de paiement : L identification : où le payeur et le payé échangent les identités - physiques, bancaires ou autres qui serviront à définir les deux parties de la transaction Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 15

19 L échange des termes : où les données, et en premier lieu le montant de la transaction, seront échangées pour établir le «contrat» que représente cette transaction. L authentification :où les parties vont prouver leur identité par la démonstration d un élément particulier (le ce que j ai, ce que je sais ou ce que je suis). Cette étape ne concerne d ailleurs en règle générale que le payeur. L approbation : où le payé, et les systèmes associés au règlement effectif, vont effectuer un certain nombre d opérations pour contrôler et fournir une autorisation qui servira alors de garantie pour le payé. La signature : où le payeur va valider les termes de la transaction et donner son accord pour que le règlement ait lieu au bénéfice du payé. La confirmation : qui fournira aux différentes parties les éléments démontrant que la transaction est enregistrée pour les termes transmis et sera effectuée par des systèmes tiers suivant des modalités propres à chaque instrument. Il est ainsi possible de dresser un tableau des caractéristiques des principaux instruments (espèces, chèques, cartes et virements) suivant chacune des dimensions techniques que nous venons distinguer. ii Particularité des étapes de la transaction de paiement suivant les instruments Nous allons ainsi établir un tableau récapitulatif pour les divers instruments. Il est néanmoins nécessaire de distinguer deux sous-catégories concernant les cartes : les cartes lorsqu elles sont utilisées en face-à-face (plus particulièrement sur un point de vente) et lorsqu elles sont utilisées à distance. Il est à noter que les cartes sont tout d abord apparues pour effectivement venir remplacer les espèces et les chèques dans une transaction en face-à-face. Ce n est que dans un second temps que leur usage a été étendu pour pouvoir couvrir des cas de transactions distantes, tout d abord au téléphone pour de la vente par correspondance, et de plus en plus de nos jours pour des transactions par Internet Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 16

20 Espèces Chèques Cartes en face-à-face Identification Anonymat Nom sur Détention chèque de la carte Échange des termes Vocal Vocal Entrés par le marchand Authentification Anonymat Comparaison PIN code Signature entré sur lecteur marchand Signature Approbation/contrôles Remise espèces Vérification des espèces Signature sur le chèque Pièce d identité PIN code sur lecteur marchand Autorisation serveur Cartes en distant Numéro de la carte Entrés par le marchand Code contrôle au dos ou code 3D secure Bouton soumettre Autorisation serveur émetteur émetteur Confirmation Tickets Tickets Tickets A discrétion du marchand ou certain émetteur Tableau 2 : les caractéristiques des étapes d une transaction suivant les instruments de paiement Virement IBAN Entré par l envoyeur Code banque en ligne Bouton confirmer a Le cas des cartes à distance On peut clairement distinguer que certaines étapes pour l utilisation de la carte de paiement à distance ont dues être adaptées par rapport à l origine où la carte en face-à-face sert de moyen d identification et d authentification physique grâce à la possession de l objet plastique. En particulier pour l approbation, il est clair que les moyens qui ont été trouvés (code de contrôle au dos de la carte), n apparaissent que comme des contournements posant de nombreux problèmes maintenant que les volumes sont beaucoup plus importants. Les réseaux de cartes essayent d ailleurs de mettre en place des nouvelles procédures (e.g. Verified by Visa ou Mastercard Secure Code), comme par exemple l envoi de mot de passe à usage unique sur un mobile. C est alors la possession de l objet physique que représente le mobile qui devient la clef de voute de ces procédures d authentification. Malheureusement, les ruptures de charges que représente le circuit d envoi de code et de ré-entrer sur le site marchand par le payeur posent de nombreux problèmes d ergonomie. b Les Virements Il est à noter que pour des virements, nous sommes dans une approche «Tire et Oublie», le payeur entre les coordonnées bancaires du payé et ce n est qu à la suite du règlement que les confirmations seront reçues de part et d autre. Dans une transaction avec un marchand, et étant donné le temps nécessaire pour que se déroule l étape de règlement, il est clair que cet instrument ne satisfait pas les exigences d un grand nombre de cas de figure. NA NA 2011 Financial Breakthroughs - Ver Document sous licence CC-BY-NC-ND Page 17

Impact des Nouveaux Acteurs Non- Bancaires sur le Paysage des Paiements de De tail

Impact des Nouveaux Acteurs Non- Bancaires sur le Paysage des Paiements de De tail Impact des Nouveaux Acteurs Non- Bancaires sur le Paysage des Paiements de De tail 2011 Financial Breakthroughs Ver-2011-10-24 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Rapport Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Remerciements Plusieurs organismes ont fourni des données et de l information à l ACP, l ont aidée à formuler

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail

Conditions générales d utilisation de Ticket Surf

Conditions générales d utilisation de Ticket Surf Conditions générales d utilisation de Ticket Surf Octobre 2012 1. Définitions Les mots et expressions utilisés dans les présentes conditions générales avec des majuscules ont le sens qui leur est donné

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

2.1 Les présentes conditions générales régissent les conditions de vente et d utilisation de Ticket Premium.

2.1 Les présentes conditions générales régissent les conditions de vente et d utilisation de Ticket Premium. Conditions générales d utilisation de Ticket Premium Octobre 2012 1. Définitions Les mots et expressions utilisés dans les présentes conditions générales avec des majuscules ont le sens qui leur est donné

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS

FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS POSITION DE LA CGPME Posséder un compte bancaire professionnel est aujourd hui une obligation pour les dirigeants d entreprises. En effet, l article L. 123-24 du

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

Les autres types de cartes de commande et de règlement

Les autres types de cartes de commande et de règlement CHAPITRE 1 Les autres types de cartes de commande et de règlement La carte d'achat est un outil nouveau pour les collectivités et établissements publics locaux qui demande des aménagements dans les pratiques

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit L éducation financière Manuel du participant Les notions de base du crédit 2 Contenu DOCUMENT 6-1 Les types de crédit Type de crédit Prêteur Usages Modalités Crédit renouvelable Carte de crédit (garantie

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

Fonctions et formes de la monnaie

Fonctions et formes de la monnaie Fonctions et formes de la monnaie CHAPITRE 1 DÉCOUVRIR 1 Les fonctions de la monnaie 10 2 Les formes de la monnaie 12 TD vers le bac 1. Aide méthodologique 14 2. Analyser un tableau 15 L ESSENTIEL 16 Le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture juillet 2012 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 6

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 28 mai 2014 Evolution des prix des services mobiles en France Résultats pour l année 2013 ISSN : 2258-3106 Sommaire SYNTHESE... 3 I. ELEMENTS DE METHODE... 5 I.1 MODELISATION DES COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION...5

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II Hébergements Matériel médical Crèches FIP Fonds d Investissement de Proximité 123Capitalisation II PRéSENTATION D 123CAPITALISATION II DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT / Les parts du FIP 123Capitalisation

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2

Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2 Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2 Les présentes conditions générales régissent l utilisation de la Carte cadeau EVRY

Plus en détail

Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale

Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale Marque déposée de Visa International Service Association; Visa Canada est un usager licencié. Paramètres du

Plus en détail

Eléments de débat ACPR. Vous trouverez dans ce document :

Eléments de débat ACPR. Vous trouverez dans ce document : Eléments de débat ACPR Vous trouverez dans ce document : 1. Le courrier de l ACP (Autorité de Contrôle Prudentiel) qui fournit un premier cadre en vue d une reconnaissance légale (ou non) de nos projets

Plus en détail

Le monde des paiements Deuxième partie

Le monde des paiements Deuxième partie Le monde des paiements Deuxième partie Par KAREN A. HORCHER, CGA, CFA Le présent article est le deuxième d une série de trois sur le monde des paiements que M me Horcher signe dans le Reper. Cadre général

Plus en détail

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005 FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE HORS SÉRIE GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes décembre 2005 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comme elles s y étaient engagées devant le Comité Consultatif du Secteur Financier,

Plus en détail

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Accompagnement technologique et décisionnel pour l implémentation de modes de paiement sur Internet et par téléphonie mobile pour accroitre

Plus en détail

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes)

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Introduction ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Il existe actuellement différentes méthodes de calcul du coût d un

Plus en détail

De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se

De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se multiplient également. Voici un aperçu des méthodes les plus

Plus en détail

Norme comptable internationale 2 Stocks

Norme comptable internationale 2 Stocks Norme comptable internationale 2 Stocks Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des stocks. Une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks

Plus en détail

CHAPITRE III LES FINANCES

CHAPITRE III LES FINANCES CHAPITRE III LES FINANCES 25 En tant que personne morale, l association dispose de son propre patrimoine. La gestion de ce patrimoine est confiée aux dirigeants bénévoles, qui, dans la limite de leurs

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie I Historique et fondement des conclusions Avant-propos

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale COURS 470 Série 03 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Chapitre 1 : Les opérations de règlement

Chapitre 1 : Les opérations de règlement Chapitre 1 : Les opérations de règlement Plan Section 1 : Lire une facture et ses composantes Section 2 : Majoration réduction avance et acomptes Section 3 : Etablir une facture de «Doit» et «d Avoir»

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

pour vos ventes à distance

pour vos ventes à distance professionnels ENTREPRISES ASSOCIATIONS ENCAISSEMENT à distance Découvrez nos solutions d encaissement par carte pour vos ventes à distance L encaissement à distance est un moyen efficace pour vous permettre

Plus en détail

Comment tirer profit d une carte de crédit Comprendre les termes et conditions de votre carte

Comment tirer profit d une carte de crédit Comprendre les termes et conditions de votre carte Comment tirer profit d une carte de crédit Comprendre les termes et conditions de votre carte Si vous voulez savoir Comment choisir une carte de crédit qui répond à vos besoins Comment déterminer si la

Plus en détail

Payer sans chéquier : c est possible!

Payer sans chéquier : c est possible! Payer sans chéquier : c est possible! C NUM é. 5.03. p e e a e e, a Wa e au Payer sans chéquier : c est possible! Suite à un rejet de chèque sans provision ou parce que votre compte bancaire est à découvert,

Plus en détail

Présenté par : Services financiers Elavon. Yves Delisle Vice président adjoint Ventes au secteur public. 2012 Elavon Financial Services

Présenté par : Services financiers Elavon. Yves Delisle Vice président adjoint Ventes au secteur public. 2012 Elavon Financial Services Payez moins cher, sauver des arbres : Comment l automatisation des paiements peut assurer la survie de votre entreprise tout en assurant celle de la planète 2010 Présenté par : Services financiers Elavon

Plus en détail

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture Saisie d OD ADAGIO 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? Une OD («Opération Diverse» en comptabilité) est un lot d écritures comptables. Le terme «régularisation» indique que l OD est destinée à corriger

Plus en détail

Premier semestre 2014 : Croissance organique soutenue du volume d émission de +12,3% et du résultat d exploitation courant de +13,2%

Premier semestre 2014 : Croissance organique soutenue du volume d émission de +12,3% et du résultat d exploitation courant de +13,2% Communiqué de presse le 24 juillet 2014 Premier semestre 2014 : Croissance organique soutenue du volume d émission de +12,3 et du résultat d exploitation courant de +13,2 Une progression soutenue des résultats

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Baromètre du paiement électronique Vague 2

Baromètre du paiement électronique Vague 2 pour Baromètre du paiement électronique Vague 2 Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d entreprise frederic.micheau@ifop.com Janvier 2012 Laurent Houitte Directeur Marketing

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation des cartes cadeaux CA DO CARTE au 12/09/2013 (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 )

Conditions Générales d Utilisation des cartes cadeaux CA DO CARTE au 12/09/2013 (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Conditions Générales d Utilisation des cartes cadeaux CA DO CARTE au 12/09/2013 (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Les présentes conditions générales régissent l utilisation

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget L essentiel sur Tenir ses comptes et faire son budget Les enjeux Suivre ses comptes Tenir ses comptes et faire son budget, c est avoir une meilleure vision de ses ressources et de ses dépenses. Vous savez

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION

CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION 42 NOTES DE COURS CHAPITRE 2 43 1. INTRODUCTION Au premier chapitre, nous avons étudié le rendement de l exploitation. Nous avons également introduit

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Équipe de la vérification et de l évaluation Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Septembre 2003 Table des matières 1. Conclusions...1 2. Résumé des observations...1

Plus en détail

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces Innovations liées au Tourisme Dématérialisation des supports Marketplaces E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions d de CA 1 000 000 Terminaux

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS

SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS «L e-procurement est un outil au service de la stratégie achats des grandes entreprises. Automatiser intégralement le processus

Plus en détail

Le Service permet à des particuliers et des entreprises d ouvrir un compte maintenu par PayPal (un "compte").

Le Service permet à des particuliers et des entreprises d ouvrir un compte maintenu par PayPal (un compte). Page 1 of 5 Informations essentielles sur les paiements et le Service Dernière mise à jour : 14 octobre 2009 Qu'est-ce que PayPal? PayPal permet à des particuliers et des entreprises d'envoyer et de recevoir

Plus en détail

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable 01 SOMMAIRE 100% UTILE p 4 Le 1 er compte sans banque 0% TOXIQUE p 6 Ce que Compte-Nickel vous épargne MAÎTRISEZ À 100% p 8 Les tarifs des

Plus en détail

Gestion du budget familial-1

Gestion du budget familial-1 Gestion du budget familial-1 Qu est-ce qu un budget? A quoi cela sert-il? C est un plan prévisionnel qui nous sert à bien gérer notre argent dans le temps. Le budget est un tableau qui enregistre pour

Plus en détail

canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009

canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009 canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009 TABLE DES MATIÈRES IMPLÉMENTATION DE LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATIONS: PRISE EN CHARGE, RESPONSABILITÉ ET DIRECTIONS Introduction

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 er JUILLET 2015 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE OUVERTURE TRANSFORMATION CLOTURE Ouverture d'un compte avec remise de la Convention

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Frais de gestion s appliquant aux comptes commerciaux / Déclaration de renseignements

Frais de gestion s appliquant aux comptes commerciaux / Déclaration de renseignements Frais de gestion s appliquant aux comptes commerciaux / Déclaration de renseignements Comptes Ensemble lié au compte HSBC AvantageAffaires MD2 Ce compte-chèques, offert en dollars canadiens ou en dollars

Plus en détail

Monétiser votre CMS. Retour d experience de Mediapart avec Drupal

Monétiser votre CMS. Retour d experience de Mediapart avec Drupal Monétiser votre CMS Retour d experience de Mediapart avec Drupal DRUPAL Vente de contenus et modes de paiements Nicolas Silberman Directeur technique Mediapart @nsilberman Marine Sentin Responsable du

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Cartes prépayées. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa.

Cartes prépayées. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa. Ce ne sont pas des cartes de crédit. Avant de les utiliser, il faut y verser de l argent. Certaines entraînent des frais.

Plus en détail

Bien gérer votre argent

Bien gérer votre argent Bien gérer votre argent Comment économiser avec une carte de crédit Si vous voulez savoir Comment économiser avec une carte de crédit à taux réduit ou une marge de crédit Comment économiser de l argent

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

Financement mondial IBM Lettre aux directeurs. Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM

Financement mondial IBM Lettre aux directeurs. Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM Financement mondial IBM Lettre aux directeurs Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM Vous connaissez peut-être IBM en tant que fournisseur majeur de solutions technologiques et de solutions

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

MANUEL L I A I S O N B A N C A I R E C O D A D O M I C I L I A T I O N S I S A B E L 6

MANUEL L I A I S O N B A N C A I R E C O D A D O M I C I L I A T I O N S I S A B E L 6 MANUEL L I A I S O N B A N C A I R E C O D A D O M I C I L I A T I O N S I S A B E L 6 1 Fonctionnement général Un certain nombre d opérations bancaires peuvent être automatisées de façon aisée. L introduction

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

Direction de la recherche parlementaire

Direction de la recherche parlementaire Mini bulletin MR-105F LES CARTES DE CRÉDIT À FAIBLE TAUX D INTÉRÊT : UNE INNOVATION Terrence J. Thomas Division de l économie Le 27 janvier 1993 Bibliothèque du Parlement Library of Parliament Direction

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs

Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs AFTE Didier GEIBEN & François FLOURIOT 25 novembre 2008 1 Facteurs d évolution des services de La DSP s inscrit dans un cadre plus

Plus en détail

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale COURS 470 Série 07 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail